Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Première partie. Les héros maritimes des villes françaises

Saint-Tropez : cité corsaire et patrie de Suffren ?

Gilbert Buti

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ben Fernand-Jean, Le pays de Saint-Tropez, Marseille, 3e éd., 1990, p. 60.

1Le rapprochement de Saint-Malo et de Saint-Tropez n’a rien d’artificiel, d’étrange ou de saugrenu. Il est même tout à fait « naturel », logique. Bref, il ne pouvait pas y en avoir d’autre. La preuve ? Fernand-Jean Ben, historien de Saint-Tropez, en rappelant que le drapeau des Tropéziens est composé de trois bandes verticales rouge, blanc, rouge, précise : « Actuellement deux villes seulement ont le privilège d’arborer ces couleurs. Ce sont Saint-Malo et Saint-Tropez, les deux villes corsaires1. »

2Nos deux cités partagent donc le même privilège et appartiennent au club très fermé des « cités corsaires ». Si le doute était encore permis quant à l’existence de cet axe Saint-Malo-Saint-Tropez, il suffirait de rappeler qu’en juin 1812, un vaisseau anglais, le Swallow, menaçant un convoi français se dirigeant vers Gênes, fut canonné et mis en fuite dans le golfe de Saint-Tropez par le vaisseau du capitaine Baudin, dénommé Le Renard, soit le même nom que le dernier corsaire armé par Surcouf, un an plus tard.

  • 2 Pour consulter l’aboutissement de cette recherche, je me permets de renvoyer à ma thèse Gens de me (...)
  • 3 Maupassant Guy de, Sur l’eau. De Saint-Tropez à Monte-Carlo, Paris, 1984.

3J’ai rencontré ces affirmations, parmi d’autres, lors d’une recherche consacrée à l’étude des petits ports qui composent le complexe ou système portuaire de Marseille aux xviie et xviiie siècles. Au cours de ce petit cabotage qui m’a mené de Martigues à Antibes, j’ai effectué une assez longue escale à Saint-Tropez. Quitte à ne pas être totalement cru, je dois avouer que ce long temps d’arrêt a été avant tout motivé par la richesse des sources concernant les gens de mer et les navires attachés à cette modeste cité (qui compte 2 000 à 3 000 habitants au dernier siècle de l’Ancien Régime)2. Les archives produites par le service des classes, par l’Amirauté, ainsi que les actes notariés, les registres paroissiaux, les délibérations communales, les cadastres… bref, tout suinte l’importance de la vie maritime dans celle que Maupassant a qualifiée de « fille de la mer3 ».

4Mon étonnement et mon incrédulité face à ces « masses dormantes » (Pierre Goubert) et à cet « océan d’archives » (Alain Cabantous) ont été rapidement corrigés et tempérés par deux certitudes venues, dans une certaine mesure, attester mon ignorance quant à l’importance du fait maritime à Saint-Tropez à l’époque moderne. En effet, cette cité n’était-elle pas la « patrie de Suffren », du « diable Amiral » ou de l’«Amiral Satan » si redouté des Anglais et génie de l’histoire navale française ? Qui plus est, cette patrie n’était-elle pas également une « cité corsaire » ?

5Ces données, glanées au fil de la lecture d’ouvrages de vulgarisation mais aussi dans une littérature présumée scientifique, m’ont alors « rassuré » quant au bien fondé de l’enquête engagée. Je prenais ainsi appui sur du solide, du consistant, sur un passé prestigieux et éclatant. Voilà qui validait, indirectement mais imprudemment, la richesse des sources. Pourtant, au fur et à mesure de l’exploration et de l’exploitation de celles-ci, les deux éléments-phares se sont peu à peu effrités, délabrés, désintégrés, me laissant seul au milieu de mes marins tropéziens et de leurs barques ou tartanes, mais avec une série de questions autour d’un étonnant paradoxe. Alors que Saint-Tropez dispose, au xviiie siècle, de la troisième flotte d’armement – en nombre et en tonnage – de l’arc méditerranéen français pourquoi ne retenir que corsaires et héros prestigieux ? Comment en est-on arrivé là ? Quand et en réponse à quelles volontés ?

6Le patient décryptage du cas tropézien fournit quelques clés de lecture pour comprendre des mécanismes de construction de représentation identitaire, pour saisir des processus de mise en place et de mise en scène d’une mythologie, pour atteindre les acteurs et leurs stratégies, pour mesurer les effets d’une telle construction sur le destin de la cité.

7Comment interpréter cette construction relativement originale qui ne paraît pas avoir d’équivalent à Martigues, La Ciotat ou La Seyne ? Toutefois, avant de tenter de répondre à ce questionnement – le comment et surtout le pourquoi ? –, il me paraît indispensable de présenter les traces, les manifestations et les bases de cette mythologie urbaine que la localisation méditerranéenne et la charge médiatique du lieu ne sauraient confondre avec une galéjade supplémentaire.

Traces discrètes, signes apparents et manifestations d’une mythologie tropézienne

Signes extérieurs de la mémoire collective

8Les références au bailli de Suffren et à la cité corsaire se déclinent sur de multiples registres. Pour le visiteur attentif, la toponymie urbaine (les noms de rues, de quais…), les enseignes commerciales (boutiques, restaurants, agences, hôtels…), la bimbeloterie diffusée par les marchands de souvenirs, les mentions qui émaillent les guides de voyage et les brochures touristiques, mais aussi des éléments à caractère privé (noms de villas) signalent un tel patronage.

  • 4 Voir document 1 en annexe.

9D’autres indices donnent cependant une force supplémentaire, une épaisseur historique à cette présence diffuse. Il s’agit de l’ »Ancien château du Bailly de Suffren » situé près du port et signalé par une plaque de marbre apposée sur la muraille extérieure4. Sur ce même mur figure une autre plaque de même nature qui rappelle l’emplacement d’une tour édifiée à la fin du xe siècle et au pied de laquelle fut signé, en 1470, l’acte de renaissance de Saint-Tropez. Le site qui avait été déserté aux xiiie et xive siècles (luttes locales, insécurité littorale et épidémies) a été de nouveau occupé, à la fin du xve siècle, par une soixantaine de familles venues en majorité de la proche rivière de Gênes sous la conduite de Raphaël Garezzio. La juxtaposition des plaques sur cet édifice tend à associer Suffren à la « refondation » de la cité au début de l’époque moderne. Par ailleurs, les Suffren Saint-Tropez n’étaient-ils pas, au xviiie siècle, les seigneurs du lieu ?

  • 5 Caron François, La guerre incomprise ou le mythe de Suffren, SHM Vincennes, 1996.
  • 6 Rosati Joseph, Saint-Tropez à travers les siècles, Saint-Tropez, 1991, p. 181.

10Dans la citadelle qui domine la ville, et dont Pierre André de Suffren fut le lieutenant général (à compter de 1775), des médailles, un buste et des tableaux rappellent le personnage et certains de ses hauts faits d’armes, notamment pendant la guerre d’Indépendance, en Amérique du Nord (1777-1779) et dans l’océan Indien (1781-1784)5. On aime d’ailleurs, à ce propos, raconter que Suffren aurait réclamé, pour composer l’équipage de son vaisseau Le Héros armé à Brest au retour d’Amérique, des marins provençaux. Avec élan et affection près d’une trentaine d’entre eux originaires du quartier maritime de Saint-Tropez auraient répondu à la requête de leur commandant bien-aimé6.

  • 7 Statue de près de trois mètres de hauteur, sur un socle de semblable dimension.
  • 8 Voir document 2 en annexe.

11Moins accessible, mais largement reproduit sur divers dépliants touristiques, un buste de marbre orne aujourd’hui une des salles de l’Hôtel de Ville. En revanche, sur le port, l’imposante statue du Bailli7 scrutant l’horizon, placée sur le quai Suffren, haut lieu du tourisme, est amplement offerte aux regards des promeneurs8. Illustrant de nombreuses cartes postales, elle a également inspiré Raoul Dufy dont un dessin la représentant est exposé au proche musée de l’Annonciade.

  • 9 Voir document 3 en annexe.

12Beaucoup plus discrète que la statue du Commandeur – entendez de l’Ordre de Malte – se trouve, sur ce même quai, l’étrange « maison du corsaire » à l’étonnante décoration intérieure, faite de gypseries se développant dès le rez-de-chaussée avec une large gamme de représentations : fruits, animaux réels ou fantastiques, figures grotesques… Une telle foison et la présence d’armes parmi les éléments de la décoration prouveraient la pratique de la course par son ancien et anonyme propriétaire. D’ailleurs, non loin de là, placées sur la façade d’une ancienne demeure, des têtes de Maure et de Turc, en serpentine verte, donneraient l’image de ces Barbaresques contre lesquels se seraient illustrés les vaillants corsaires tropéziens. En somme des trophées9.

13Ces deux composantes de la mémoire collective locale, offertes au plus grand nombre, se trouvent associées au temps fort du calendrier festif de la cité, c’est-à-dire à la bravade. En réalité, deux fêtes appelées bravades ont pour cadre Saint-Tropez.

  • 10 Voir documents 4 et 5 en annexe.
  • 11 Cabantous Alain, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne (xviie-xviiie siè (...)

14La bravade dite « des Espagnols », qui se déroule le 15 juin, a été instituée par le Conseil de Ville en 1637, en souvenir du combat victorieux livré cette année-là, par les Tropéziens contre vingt et une galères espagnoles. Toutefois, la bravade la plus éclatante a lieu un mois plus tôt, les 16, 17 et 18 mai, à l’occasion de la fête patronale du saint éponyme de la cité. Durant cette bravade, la cité en liesse est pavoisée de rouge et blanc. Le temps fort des festivités, organisées semble-t-il depuis le xvie siècle, se place le 17 mai avec une manifestation minutieusement orchestrée. Après une messe solennelle dans l’église paroissiale, une procession, rassemblant les associations, en lieu et place des anciennes confréries, parcourt les rues de la cité avec le buste-reliquaire de saint Tropez. Les autorités religieuses, escortées par le Capitaine de ville (élu chaque année depuis 1558) et par une compagnie de « bravadeurs » aux armes précédemment bénies, occupent le cœur du cortège qui avance au son des fifres et des tambours. Le défilé, haut en couleurs, marque un temps d’arrêt devant les principaux édifices publics puis se rend sur le port pour saluer les navires et la mer. Depuis la seconde moitié du xixe siècle, un moment fort est constitué par le salut de la statue de Suffren : présentation du reliquaire, salut avec les drapeaux et coups de tromblons ou mousquets réalisés selon une gestuelle précise devant une foule attentive10. Cette halte a été inscrite dans le programme festif dès la mise en place de la statue du Bailli. Elle constitue un instant privilégié dans la communion des Tropéziens avec leur cité, un instant où se trouvent associés le saint et le héros, le sacré et le profane11. Le cortège poursuit ensuite son chemin vers la grand-place et l’Hôtel de Ville. Le lendemain, pour marquer la fin de ce temps de fête et de recueillement, a lieu une montée vers la chapelle Sainte-Anne dont l’intérieur est tapissé d’ex-voto marins.

  • 12 Parmi ces autorités signalons, M. Jacquinot, ministre de la Guerre, le contre-amiral Lambert, préf (...)
  • 13 La statue de Suffren fut épargnée par les occupants alors que le buste en bronze du général Allard (...)
  • 14 Voir document 6 en annexe. À la tête de la 1re armée, le général de Lattre avait participé au déba (...)
  • 15 Selon les termes de la citation accompagnant la Croix de guerre reçue le 15 août 1948.

15Si la bravade fut rarement interdite, ainsi pendant la Révolution et durant la Seconde Guerre mondiale, elle revêtit parfois un aspect impressionnant. En 1945, la « bravade de la Libération » prit un caractère exceptionnel, en présence de hautes personnalités françaises et étrangères – civiles militaires et ecclésiastiques12. Présidée par le général De Lattre de Tassigny, la cérémonie s’est déroulée dans une cité dévastée mais sous le regard bienveillant de Suffren dont la statue, non confisquée par l’occupant13, est demeurée intacte au milieu des décombres du quai ravagé par les bombardements14. N’est-ce pas pour les Tropéziens un signe supplémentaire de la protection du valeureux marin à l’égard de la petite cité maritime qui « grâce à l’héroïsme et à l’esprit de sacrifice de ses enfants a droit à la reconnaissance de la Patrie15 » ?

16Sur quelles bases reposent ces éléments de la mémoire collective locale dont les traces marquent fortement le tissu urbain et le calendrier festif ?

De fragiles fondations

  • 16 Germond Jean-Daniel de, Saint-Tropez, Marguerittes, 1993, p. 73.
  • 17 Ben F.-J., op. cit., p. 83.

17Loin d’être natif de Saint-Tropez, Pierre André de Suffren est né à Saint-Cannat, près d’Aix (en-Provence) en 1729. Pour corriger cette « indélicatesse » d’aucuns tendent parfois, localement, à dissimuler la réalité en le disant furtivement « originaire de Saint-Cannat » ou en signalant que sa mère, étant « très fortement enceinte », sa naissance près d’Aix n’a été que « la conséquence de l’état de la route16 ». Et quand on admet qu’il est né à Saint-Cannat, c’est pour affirmer aussitôt que « la ville de Saint-Tropez le revendique comme un fils de sa race, comme un enfant du pays ». D’ailleurs, n’aime-t-on pas rappeler que, selon les propos mêmes du Bailli, Saint-Tropez est « le pays où pour la première fois il connut la mer17 » ?

  • 18 Arch. mun. Saint-Tropez, CC207 (1777-1778). Logement du commandeur de Suffren, lieutenant de Roi d (...)

18A-t-il vraiment séjourné à Saint-Tropez ? Sans nul doute, mais peu de temps et probablement pas dans le fameux château. En effet, lorsqu’il est nommé lieutenant du Roi pour la citadelle, en 1775, le Conseil de Ville lui attribue et finance un logement en ville, à quelques pas du château18.

  • 19 Paul Julien dirige une partie de la flotte de Malte, en 1798, au moment où Bonaparte, en route ver (...)
  • 20 Vitrolles Baron de, « Le bailli de Suffren », Marseille, n° 141, avril 1986, p. 3-22.

19Qui plus est, le seigneur de Saint-Tropez n’est pas le Bailli, mais son frère aîné Jean-Baptiste, marquis de Suffren Saint-Tropez, baron de la Môle, seigneur de Richebois. Par ailleurs, il n’est pas le seul « bailli de Suffren » dans la mesure où son frère cadet, Paul Julien a également été commandeur et bailli de l’Ordre de Malte jusqu’en 179819, soit dix ans encore après la mort de Pierre André, à Paris. La disparition de celui-ci intervenue dans des conditions mystérieuses (duel, saignées intempestives ou apoplexie)20 a longtemps laissé libre cours à l’imagination mais fortifié l’attachement des Tropéziens à « leur Amiral » dont les restes auraient été dispersés par des profanateurs de tombes sous la Terreur.

  • 21 Klein Charles-Armand, Mais qui est le bailli de Suffren Saint-Tropez ?, Barbentane, 2000.
  • 22 Fontenay Michel, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso (...)

20Par ailleurs, en tant que chevalier de Malte, Suffren a effectué des caravanes, c’est-à-dire des opérations en mer contre les Infidèles. Ainsi, en 1761-1762, il fait la course à la piraterie musulmane sur une galère puis sur un chebek21. Ce corso maltais ou police des mers qui prolonge la croisade en Méditerranée contre les Barbaresques22, ne conduit-il pas à assimiler le Bailli à un corsaire ?

21Ce pseudo-corsaire emblématique ne saurait pourtant porter à lui tout seul l’héritage de la « cité corsaire », dont les couleurs, que l’on rapproche volontiers de celles de Saint-Malo, sont d’abord et tout simplement, celles de la ville de Gênes, c’est-à-dire de la cité refondatrice du lieu en 1470. Est-ce ainsi une façon de masquer cet acte sans gloire, de renier la filiation ligure alors que les relations maritimes demeurent fortes avec cet espace voisin ?

  • 23 Rapport du Conservatoire régional des Monuments historiques (2000-2001) transmis par M. Bernard Ro (...)

22La maison du corsaire, que l’on peut dater du milieu du xviie siècle par l’observation et la comparaison de la décoration avec d’autres édifices, reste, avouons-le, relativement mystérieuse. Selon une étude récente menée par le Conservatoire régional des Monuments historiques, l’appellation « maison du corsaire » ne semble relever que d’une tradition orale basée sur l’interprétation erronée du médaillon figurant Mars et d’autres détails iconographiques (faisceaux d’armes, cordages, poissons…)23. Des recherches conduites sur les cadastres n’ont pu déterminer le propriétaire. Une patiente lecture des minutes notariales apportera peut-être les précisions nécessaires.

  • 24 Arch. départ. Var, 7B3. Amirauté de Saint-Tropez, acte du 9 octobre 1686. Arch. privées, Grimaud. (...)
  • 25 BNF, Fonds Cinq Cents Colbert, n° 199. Table contenant le nombre des vaisseaux appartenant aux suj (...)
  • 26 Lespagnol André, La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995.
  • 27 Villiers Patrick, Les corsaires du littoral. Dunkerque, Calais, Boulogne de Philippe II à Louis XI (...)

23À la charnière de l’économique et du militaire, la course n’est pas totalement absente de la vie maritime de Saint-Tropez sous l’Ancien Régime. Durant la première moitié du xviie siècle, des Tropéziens obtinrent l’autorisation d’armer des bâtiments en guerre pour assurer la sécurité des littoraux et repousser les attaques barbaresques, comme le firent d’autres cités provençales placées sous la même menace. Nous en trouvons la trace dans les dossiers de l’Amirauté et les actes notariés à l’occasion, par exemple, de litiges concernant la répartition des prises24. Toutefois, l’ampleur et l’efficacité de ces opérations restent limitées dans la mesure où la flotte tropézienne apparaît désintégrée au milieu du xviie siècle25. À peine reconstituée au cours de la seconde moitié du siècle, cette flotte subit les assauts « des Mahonnais, des Flessinguois, des Espagnols, des corailleurs d’Oneille, des Barbaresques et des Anglais ». La riposte est mesurée et s’inscrit dans la police des mers engagée au temps de Louis XIV et de Seignelay. La course tropézienne ne ressemble en aucun cas à la grande course d’escadre pratiquée par les marins de Bayonne ou de Saint-Malo26. Elle se rapproche davantage de la petite course côtière pratiquée par certains Calaisiens et Dunkerquois27. Montés sur des bâtiments de moins de 50 tonneaux, ils ne s’éloignent guère du littoral, interceptent le trafic côtier à partir de points stratégiques, chassent et rançonnent les caboteurs passant à proximité, pour des profits réels mais rares et modestes. Les guerres du xviiie siècle montrent une timide pratique de la course à partir de Saint-Tropez voire de Toulon. Elle fait figure d’activité de substitution en période d’insécurité et de marasme économique. Les seules opérations de quelque ampleur furent menées par une minorité de capitaines de Saint-Tropez mais au départ de Marseille et à la tête de bâtiments attachés à ce grand port. Les itinéraires de Jean-François Cauvin, de Jean-Baptiste Martin ou de Jean Augier ne sont en rien comparables à ceux de Forbin, de Dugay-Trouin, de Jean Bart ou de Surcouf.

À l’écoute des contemporains

  • 28 Darluc Michel, Histoire naturelle de la Provence, 3 vol., Avignon, 1784-1786 ; Millin Aubin-
  • 29 Achard Claude-François, Géographie de la Provence et du Comtat Venaissin, t. II, Aix-en-Provence, (...)
  • 30 Achard Claude-François, Géographie de la Provence et du Comtat Venaissin, t. II, Aix-en-Provence,

24Ne disposant pas de véritable « histoire » de la cité écrite en ce temps-là, nous sommes conduit, pour chercher les premières traces de la mythologie tropézienne, à lire les documents administratifs, produits par les élites locales, et à écouter les observateurs extérieurs à la cité. Les récits de voyages28, les notices de dictionnaires29, les innombrables mémoires ou rapports effectués par les responsables locaux à la demande de diverses autorités et la Statistique générale, publiée au début du xixe siècle sous la signature du préfet du Var30, se rejoignent sur un certain nombre de points fondamentaux dans la description de la vie tropézienne. La beauté du port mais la fragilité du bassin face à l’envasement, la qualité des marins (bons navigateurs et habiles pilotes-côtiers), la pratique de la pêche (avec pêcheries fixes ou madragues) et la vocation marchande de la cité sont les dénominateurs communs à l’ensemble de ces témoignages. Un extrait de la notice du Dictionnaire d’Achard résume, outre la pêche, l’activité maritime tropézienne :

« On ne connaît à S. Tropès d’autre commerce que celui de la mer : il y a beaucoup de bâtiments dans ce port ; les uns font les caravanes dans le Levant […], d’autres font des voyages réglés et chargent à Marseille pour le compte des négociants ; d’autres enfin, d’une moindre portée, sont armés pour le petit cabotage. »

25La pratique de la caravane constitue assurément l’originalité essentielle des Tropéziens. La caravane maritime est une forme de cabotage lointain, un tramping ou « voyage à la cueillette » dans le bassin oriental de la Méditerranée. Près d’un millier d’armements de ce type ont été organisés au xviiie siècle à Saint-Tropez, amenant les marins de la cité portuaire à fréquenter régulièrement Alexandrie, Smyrne, Constantinople, Salonique, Alexandrette, Beyrouth, La Canée, Tripoli, Tunis, Malte, Larnaka… et autres Échelles du Levant. Cette activité marchande complexe a d’ailleurs métamorphosé la ville dans la seconde moitié du xviiie siècle. Elle a apporté, ainsi que l’observe le voyageur Darluc de passage en ville, « richesse, luxe, faste et frivoles dépenses ». Assurément, pour les caravaneurs tropéziens cette période peut être considérée comme « le temps de la gloire ».

26Finalement, ces pages offrent une représentation tout à fait réaliste, au plus près de ce que les sources disponibles ont pu également nous apprendre quant au monde de la mer à Saint-Tropez au dernier siècle de l’Ancien Régime. L’évocation de la facette militaire reste rare et parfois associée à la personne de Suffren. La course y est totalement absente.

27Au terme de ce parcours Saint-Tropez ne se trouve être ni la patrie de Suffren, au sens de lieu de naissance ou de longue résidence, ni la cité corsaire, ou si peu, alors qu’elle abrite d’étonnants caravaneurs. Dans ces conditions nous sommes conduit, pour comprendre, à rechercher, dans les siècles suivants, le quand et le comment de la mise en place de cette mythologie.

Étapes et acteurs de la construction
d’une mythologie tropézienne

Précurseurs et fondateurs

28Quelques signes apparaissent, dès les premières décennies du xixe siècle, sous la plume de non-Tropéziens. Toutefois, la véracité des propos tenus par ces auteurs n’est-elle pas garantie par leur ancienne appartenance au monde de la mer ? Louis Garneray, dans les notices accompagnant l’ouvrage consacré aux Ports et côtes de France, publié en 1823, affirme au sujet de Saint-Tropez :

  • 31 Garneray Louis et Jouy Étienne, Ports et côtes de France, Paris, 1823, p. 12.

« Le célèbre bailli de Suffren, dont les victoires dans l’Inde coûtèrent si cher aux Anglais, y est né dans le dernier siècle, et l’on montre encore aux voyageurs la maison de ce grand marin31. »

  • 32 Sue Eugène, La Salamandre, Paris, 1832 (rééd. 1993).

29Autre homme de la mer, Eugène Sue, dans son roman La Salamandre, édité en 1832, décrit Saint-Tropez assoupi et évoque, en contre-point, le tumultueux passé de la cité qui faisait frémir les belles provençales32.

30Cependant, l’élément décisif intervient au milieu du xixe siècle avec l’action d’Alban Martin de Roquebrune. Tropézien « de souche », riche propriétaire terrien, ce notable très influent dirige les destinées de la cité à partir de 1864. Il prend alors l’initiative de faire ériger à Saint-Tropez une statue en l’honneur de Suffren. Déjà, à la fin du xviiie siècle, la municipalité tropézienne avait souhaité faire une collecte pour financer la réalisation d’un buste de marbre de l’enfant adoptif du pays. Ce à quoi Suffren répondit :

  • 33 Réponse citée par Rosati J., op. cit., p. 184. Ce buste offert par Suffren n’existe plus. En 1823, (...)

« C’est une grande satisfaction d’estre célèbre dans le pais où, pour la première fois on a esté sur la mer. Permettez que je joigne à mes remerciements l’instante prière de ne point faire la dépense d’un buste. Je voudrois au contraire pouvoir venir au secours des pauvres de votre Communauté et surtout des familles de marins qui ont péri dans la guerre. Si les habitants désirent m’avoir parmi eux, je vous enverrai mon buste en plâtre33. »

31Cependant, le désir exprimé par le maire Alban Martin de Roquebrune d’élever un monument à la gloire du Bailli se réalise en 1866, avec l’inauguration d’une statue, œuvre du sculpteur toulonnais Marius Montagne, réalisée avec le bronze provenant de canons pris à l’ennemi et offert par Napoléon III. Dans une certaine mesure cette initiative esquisse déjà, en cette fin de Second Empire, la « statuomanie » de la IIIe République étudiée par Maurice Agulhon.

32Suffren, calme et déterminé, tient dans sa main gauche le bâton du commandement et présente dans la droite le traité qui assure la liberté des mers. À ses pieds sont disposés quelques objets de bord : un cabestan enroulé de son câble et des boulets « ramés » redoutés des vaisseaux anglais. Sur le piédestal, des bas-reliefs représentent deux combats navals alors qu’une plaque et une guirlande rappellent les titres de l’Amiral de France.

  • 34 Voir document 7 en annexe.

33L’inauguration s’est déroulée le 4 avril 1866, en présence d’autorités nationales, civiles et militaires, dont le vice-amiral Jurien de la Gravière, aide de camp de Napoléon III, alors que l’escadre du vice-amiral Bouët-Willaumez mouillait dans le golfe34. Alexandre Dumas, convié par le conseil municipal, déclina l’invitation mais laissa à l’Illustration la trace de cette manifestation. La presse se fit largement l’écho de l’événement que fixèrent des dessins de Letuaire. À cette occasion furent prononcés, comme il se doit, une série de discours. Son tour venu, le maire, promoteur avec les élites locales de l’opération de prestige, remercia l’Empereur et rappela l’attachement de sa ville à Suffren en le plaçant parmi les corsaires de Saint-Malo et de Dunkerque :

« C’était l’époque des glorieuses campagnes au large, des courses hardies pleines de surprises, d’alarmes ou de joies, éprouvées par Duquesne, Jean Bart, Forbin, Dugay-Trouin, Suffren et Surcouf. »

34Cet amalgame rejoint une confusion que révèlent les Mémoires du maire de Saint-Tropez rédigés au début du xxe siècle. Dans un chapitre intitulé « La course, les corsaires et les pirates » nous pouvons lire sous sa plume :

  • 35 Arch. privées. Mémoires d’Alban Martin de Roquebrune. Manuscrit. Qu’il me soit permis d’adresser i (...)

« Les navires du commerce de Saint-Tropez, navigant dans le Levant, étaient escortés par des bombardes bien armées en hommes robustes, courageux, pour les défendre contre les attaques et surprises des forbans. Elles portaient des canons et étaient commandées par des capitaines aguerris, des sans peur, qu’on appelait aussi des corsaires ou caravaneurs35. »

35Corsaires ou caravaneurs : voilà clairement attestée la confusion majeure promise à un bel avenir et probablement partagée par l’entourage de l’ancien maire de Saint-Tropez. Il ne s’agit pas d’une erreur de plume car il précise aussitôt :

« On voit encore sur le fronton des portes de quelques maisons du port, des rues Suffren et de la Bourgade, des pierres en serpentine verte, fouillées avec art, représentant des têtes de Maures. C’étaient les maisons de nos corsaires. »

36Afin de valider ses propos, l’ancien maire rappelle sa filiation avec les intrépides marins des temps anciens :

« Mes aïeux, juges en chef de l’Amirauté, avaient une flottille de navires armés en course, battant pavillon sur les côtes barbaresques et du Levant. La grande maison de la rue St Roch fut bâtie avec l’argent provenant de ces bâtiments. »

  • 36 Arch. départ. Var. 12 J1 à 40. Fonds Martin de Roquebrune.
  • 37 Cette maison abrite actuellement l’Office du tourisme de Saint-Tropez.
  • 38 Arch. mun. Saint-Tropez, CC1787.
  • 39 Arch. mun. Saint-Tropez, CC12 à 18 Cadastres (1510-1787).
  • 40 Les caravaneurs tropéziens combinent bien souvent, dans leurs opérations menées dans la Méditerran (...)

37L’étude minutieuse des papiers de famille des Martin de Roquebrune36 montre, en effet, la place essentielle occupée par les activités maritimes dans la constitution de la fortune de cette puissante famille tropézienne et notamment la place des armements « pour le Levant en caravane » dès la fin du xviie siècle. Capitaines, armateurs, marchands, officiers de l’Amirauté – mais aussi subdélégué de l’Intendant et représentant du seigneur Suffren Saint-Tropez – les Martin de Roquebrune, en la personne de Jean-François Tropez, se trouvent à la tête d’une des plus grosses fortunes de la place à la veille de la Révolution. Si la fameuse demeure située au cœur de la ville37 a été effectivement superbement meublée, ce fut grâce aux profits de la caravane et non de la course ou si peu38. Toutefois, celle-ci est plus flamboyante, plus prestigieuse et éveille d’autres émotions que les prosaïques activités commerciales ! Les fameuses têtes, ornant la maison que les cadastres attribuent à un capitaine39, ne reflètent-elles pas tout simplement les contacts noués lors des échanges commerciaux, lointains et fructueux, auxquels se livrèrent, aux xviie et xviiie siècles, les caravaneurs de la ville, ces colporteurs des mers aux multiples visages40 ?

38Assimilées aux caravanes maltaises du « corsaire Suffren » les caravanes tropéziennes deviennent ainsi tout naturellement des armements corsaires. La course n’est-elle pas plus romantique que la marchandise ?

39Si Alban Martin de Roquebrune ne peut être considéré comme le seul père fondateur de la mythologie tropézienne, tout au moins en est-il une probable source. Alors : refus et rejet volontaire de cette facette marchande par l’héritier direct de ces gens de mer ? Ignorance ou oubli d’une réalité si ordinaire et pourtant si étroitement associée au xviiie siècle tropézien ?

Continuateurs et amplificateurs

  • 41 On qualifie ainsi le mouvement créé au milieu du xixe siècle (Mistral, Aubanel, Roumanille) visant (...)

40Il est difficile de se prononcer mais la confusion est probablement partagée, admise et amplifiée, au même moment et dans les années suivantes, par des érudits locaux souvent membres d’associations placées dans la mouvance du félibrige41.

41La cristallisation de cette vision du passé tropézien s’opère en empruntant divers chemins où se croisent de semblables sensibilités. Des rencontres d’érudits locaux et des publications au sein de ce cercle étroit débouchent sur des initiatives marquant l’espace urbain, avec le soutien, direct ou non, des responsables municipaux. En 1890, c’est en vertu d’un vote du Conseil de ville que la plaque a été placée sur le mur du « Château du Bailly », plaque accompagnée d’une inscription dédiée au prestigieux propriétaire :

« L’amour de la Patrie est ta suprême loi.
Tes talents à ton char enchaînent la victoire.
Couronné de lauriers par les mains de ton roi,
Que peut-il manquer à ta gloire ? »

42Jean Aicard, le « père » de Maurin des Maures, compose à son tour un quatrain qui va droit au cœur des Tropéziens :

« C’est ici, tout petit, que l’œil sur les étoiles,
Il rêvait qu’il était patron, puis Amiral.
Et la lourde maison, voguant à pleines voiles
Dans son rêve d’enfant s’inclinait au mistral. »

  • 42 Foncin Paul, Les Maures et l’Estérel, Paris, 1910.

43Au même moment et sur un tout autre registre, Paul Foncin, décrivant Les Maures et l’Estérel, rappelle que Saint-Tropez était « une force militaire, navale et autonome […] Si l’ennemi paraissait […] les frégates s’élançaient hors du golfe car les Tropéziens étaient d’intrépides corsaires. Ils se savaient destinés à faire le guet, à marcher contre les Turcs et les ennemis du roi, du pays et de leur ville42 ».

  • 43 Le créateur du Musée, l’artiste peintre Henri Person, avait installé son atelier dans le « Château (...)

44Des associations créées au début du xxe siècle participent à l’entretien de cette mythologie : ainsi le Muséon tropelen, fondé en 1922 (abrité dans la Maison commune jusqu’en 1937)43 et surtout l’association des Amis de la Bravade et des Traditions fondée en décembre 1921. Selon les termes de ses statuts, cette association, créée à l’initiative de Jean-Baptiste et Louis Sanmartin, a pour but « de faire mieux connaître aux Tropéziens l’histoire de leur cité et l’origine de leurs traditions, de faire aimer ces traditions notamment celle connue populairement sous le nom de Bravade, d’en propager le culte et d’en défendre l’intégrité contre toute attaque éventuelle ». L’association, aux couleurs tropéziennes, possède un magasin dans lequel sont conservés les armes et les costumes des bravadeurs. Indépendante de la municipalité, dont elle ne reçoit aucune subvention, elle loue cependant à la ville un local pour un loyer mensuel au montant symbolique. Chaque année elle choisit le capitaine de ville, choix confirmé par le Conseil de ville le lundi de Pâques.

45Avec cette association apparaît également un personnage clé pour la mémoire de la cité, à savoir le cépoun, présenté quelque fois comme le lointain héritier de « l’abbé de jeunesse ». Le cépoun, ou « souche » en provençal, est « le mainteneur et le gardien des traditions ». Nommé à vie, il détient la vérité sur le passé de la cité et doit sauvegarder son patrimoine. Dans ces conditions il n’est guère surprenant de trouver comme premier cépoun Louis Sanmartin, c’est-à-dire un des cofondateurs des Amis de la Bravade et des Traditions.

  • 44 Ben F.-J., op. cit., p. 87.
  • 45 À l’occasion de cette cérémonie, l’amiral Docteur, demanda un moment de recueillement en souvenir (...)

46Parmi les initiatives prises par ces animateurs et défenseurs de la mémoire tropézienne on remarque l’éclat donné à la bravade de 1929 suivie, en juillet, de festivités marquant le bicentenaire de la naissance de Suffren. Au cours de cette « pieuse cérémonie44 » fut apposée une nouvelle plaque sur le piédestal de la statue du héros, alors que le Bretagne et le Dugay-Trouin mouillaient dans le golfe45.

47L’année suivante fut placée, contre la façade de la maison du cépoun Louis Sanmartin, une plaque de bronze à l’effigie de Frédéric Mistral sur laquelle nous pouvons lire :

« A Frederi Mistral
La patrió dóu Baile de Suffren. »

48En somme, il s’agit là de la réponse élogieuse du Bailli à Mistral qui célébra, dans Mireille, « lou Baile Suffrin ». Outre le contenu de cette dédicace associant deux Provençaux emblématiques, cette initiative participe, dans une certaine mesure, à la construction d’un espace mythologique dans la cité : en effet, elle se trouve sur la maison des bravadeurs, à l’angle de l’actuelle rue Sanmartin, face au château de Suffren et à l’extrémité de la place de la mairie, point d’aboutissement de la grande procession du 17 mai.

Héritiers

49Dans la seconde moitié du xxe siècle, ces actions sont prolongées et fortifiées de diverses manières.

50Les mêmes cercles d’érudits locaux agissent pour la défense de la mémoire locale, participent à la création d’un panthéon tropézien dans la mesure où quelques grandes figures viennent se placer dans le sillage de Suffren : le général Allard, le commandant Sibille, le commandant Guichard, le capitaine Bouchard et quelques autres. Une galerie de portraits que Fernand-Jean Ben, « Maître d’œuvre du Félibrige, chef fondateur du groupement des Félibres du Petit-Bois et du Rameau d’Olivier », a rassemblés dans son ouvrage Le pays de Saint-Tropez, publié en 1954 et réédité jusqu’à nos jours par les Amis de la Bravade et des Traditions, avec en couverture : « Le salut de l’Enseigne au bâtiment de guerre mouillé au quai d’honneur face à la statue du bailli de Suffren, salut effectué avec le drapeau de Saint-Tropez aux couleurs rouge-blanc-rouge. »

  • 46 Extrait d’un entretien accordé par Marius Astezan, cépoun de Saint-Tropez, au magazine Terre prove (...)

51Ces actions et ces manifestations se placent toujours sous la ferme autorité du gardien des traditions. Le cépoun actuellement en exercice, second du nom et désigné par son prédécesseur Louis Sanmartin, a pris ses fonctions en 1968. Ancien clerc de notaire, élu maire de Saint-Tropez en 1971, il a démissionné dès 1973, pour se consacrer exclusivement à son rôle de cépoun et notamment pour préparer correctement la bravade qui est, chaque année, « un miracle46 ». Aujourd’hui octogénaire, le cépoun a nommé son fils pour lui succéder le moment venu.

  • 47 Guidicelli Pierre, Une famille de notables tropéziens du xviie au xixe siècle : les Martin de Roqu (...)

52Le travail de mémoire et de défense des traditions accorde toujours une attention particulière au Bailli et aux corsaires de la cité, recevant parfois une involontaire caution scientifique. Ainsi, selon l’auteur d’une thèse consacrée aux Martin de Roquebrune « les caravaneurs sont des bâtiments armés en corsaires qui protégeaient les navires marchands en route vers le Levant ou les côtes de Barbarie47 ». Ne peut-on mieux confirmer la place de la course dans la vie maritime de la cité ?

  • 48 Sentis Gabrielle, Saint-Tropez, cité corsaire, Grenoble, 1980.

53Ce travail n’a pas manqué d’inspirer rapidement diverses publications de vulgarisation, et notamment ce Saint-Tropez, cité corsaire, largement diffusé, actuellement épuisé et dont certains demandent la réédition48.

Novateurs

54À cette représentation il convient pourtant d’apporter, me semble-t-il, une autre dimension ou plutôt un autre contenu, façonné par des non-Tropéziens depuis la fin du xixe siècle. En détournant le sens du terme « corsaire » et en le confondant avec celui de « pirate » ou de « forban », la « cité corsaire » est perçue comme la « cité rebelle », la « cité frondeuse », celle de Maupassant l’insolent et Signac le libertaire, de Colette l’indépendante et Cocteau le non-conformiste. Bref, des marginaux, comme le fut, dans une certaine mesure, « Suffren le Tropézien » au sein de la Royale, ainsi que le présentait, parmi d’autres, Paul Chak, chef de la section historique au ministère de la Marine :

  • 49 Chak Paul, La traversée glorieuse de Mr. De Suffren aux îles Mascareignes, Paris, 1938 cité par Ro (...)

« […] chaussé de vieilles savates, avec une culotte bleue déboutonnée aux genoux.
Pas de veste, pas de cravate, sa chemise ouverte découvrant sa poitrine velue, les bras massifs et musclés sortant de manches retroussées plus haut que le coude […] Suffren, pectoraux au vent, élève le vieux chapeau de feutre gris, à larges bords, qu’il tient de son frère, l’évêque de Sisteron, et qu’il porte en tous lieux, à la place du tricorne réglementaire49. »

55Assurément, le « corsaire de Saint-Tropez » est bien un enfant du pays ! N’y a-t-il pas adéquation entre l’image identitaire de Saint-Tropez, où le talent côtoie la provocation, et celle que renvoie ce portrait du génie de la marine française ?

Tentatives d’interprétation de la mythologie tropézienne

56Si l’on saisit, à grands traits, les matériaux et les étapes de la construction de cette mythologie, autrement dit le comment, il convient surtout de comprendre le pourquoi, c’est-à-dire sa fonction. Pour ce faire, la représentation sélective du passé doit toujours être replacée dans la conjoncture générale (culturelle, idéologique, économique) et à l’écoute de la conjoncture urbaine qui façonne le destin de la cité.

  • 50 Cabantous Alain, « Les hésitations de la ville maritime », La ville maritime, temps, espaces et re (...)

57Cette « politique symbolique du recours possède plusieurs lectures et génère une confusion des sentiments, une fascination ambiguë pour la mémoire50 ». Il semble que nous puissions en effet distinguer des objectifs différents, parfois complémentaires et toujours complexes, dans l’élaboration de cette mythologie tropézienne.

Rechercher un nouvel âge d’or

58L’action d’Alban Martin de Roquebrune, un des principaux initiateurs mais probable porte-parole d’un plus large courant, se situe en un moment où Saint-Tropez traverse une profonde mutation. La fin du commerce lointain et des caravanes maritimes, la nouvelle donne commerciale en Méditerranée, l’essor de la navigation à vapeur, la puissance portuaire marseillaise, l’interdiction des pêcheries fixes conjuguent leurs effets pour saper les bases sur lesquelles reposait le destin de la cité au dernier siècle de l’Ancien Régime. Le petit cabotage, actif au temps des caravanes maritimes et devenu une activité de repli, se trouve à son tour atteint par l’arrivée du chemin de fer au Luc, dans la dépression périphérique du massif des Maures. La conséquence de l’ouverture, en 1860, par la compagnie du PLM d’une ligne entre Toulon et Saint-Raphaël est brutale : en une décennie le port de Saint-Tropez enregistre la perte des deux tiers de son trafic (de 30 000 t en 1860 à 10 000 t en 1870). Et d’aucuns de constater :

  • 51 Lenthéric Charles, La Provence maritime ancienne et moderne, 2 vol., Paris, 1880, p. 292-294.

« À Saint-Tropez, la décadence est réelle […] le port est condamné à une ruine fatale […] Les moindres habitations, délabrées et en ruine, sentent la misère et l’abandon ; on ne les répare pas ; on les badigeonne ; et leurs couleurs vives se reflètent dans les eaux d’un bassin presque désert51. »

59Saint-Tropez devient un pittoresque et paisible petit port de pêche.

  • 52 Cabantous A., op. cit., p. 338.

60L’intervention de Martin de Roquebrune se situe dans ce contexte où s’opère le déclassement de la cité. L’appel aux héros, individuels ou collectifs, dresse ce « décor de substitution destiné à cacher les quais déserts52 ». En convoquant un prestigieux passé et en glorifiant ses grands hommes de guerre, anonymes ou illustres, il s’agit de réveiller la vaillance de jadis et d’attirer l’attention des pouvoirs publics. Ce choix passéiste semble s’inscrire dans une perspective de modernité dans la mesure où les élus locaux désirent obtenir la création à Saint-Tropez d’un port de guerre destiné à dédoubler les installations toulonnaises.

  • 53 Notons cependant que, quelques années plus tard, le frère d’Émile Ollivier, Adolphe, se présentera (...)
  • 54 Martin De Roquebrune Alban, Saint-Tropez, port d’attache de l’escadre russe dans la Méditerranée, (...)

61Un tel projet est récurrent dans la vie maritime tropézienne. On le perçoit, au milieu du xviie siècle, dans le rapport dressé par Henri de Séguiran, au terme de sa tournée d’inspection effectuée sur les côtes provençales à la demande de Richelieu. Il semble que Vauban se soit également penché sur le sujet, à la fin du xviie siècle, avant d’opter, au terme de son expertise, pour l’agrandissement de Toulon. Sous la monarchie de Juillet, le comte Honoré d’Antiboul, Tropézien, espère à son tour jouer de son influence auprès du pouvoir central afin d’obtenir de Louis-Philippe les moyens pour le creusement d’un port militaire à côté du port de commerce. Face à une situation de crise structurelle, Alban Martin de Roquebrune s’empare à son tour de ce vieux rêve. A-t-il activé ses réseaux pour recevoir une réponse favorable ? Certes, il a vendu, en 1860, son domaine des Salins (actuel château de la Moutte) au jeune Émile Ollivier, député de Paris depuis 1857, mais celui qui n’est pas encore le chef de gouvernement de Napoléon III rejette, en 1861, une lettre adressée par le maire de Saint-Tropez tentant de lui démontrer les avantages d’établir dans sa ville « un dépôt militaire » et même un port suppléant celui de Toulon53. La commande et l’inauguration de la statue du Bailli, en 1866, apparaissent comme un moyen de relancer la proposition, en présence des autorités militaires, afin de vaincre les résistances des pouvoirs publics devant la demande de modernisation souhaitée par les autorités de la place. Non découragé, Martin de Roquebrune propose encore, lorsqu’il accueille la flotte russe en 1893, de faire de Saint-Tropez « le port d’attache de l’escadre russe en Méditerranée54 ».

  • 55 Lespagnol André, « Saint-Malo “cité corsaire”. Réflexions sur la construction de l’image mythique (...)

62Finalement, contrairement à la situation de Saint-Malo, où « l’appel au passé » traduit un refus de la modernité55, ne peut-on pas y voir dans le cas tropézien – sans juger le contenu du projet – un moyen de la provoquer ?

  • 56 Dorme Jocelyne, Saint-Tropez, « fille de la mer », Toulon, 1990, p. 19.

63Les élites locales eurent cependant plus de succès avec la demande d’ouverture d’une ligne de chemin de fer. En 1892, une antenne de la ligne littorale Hyères-Saint-Raphaël, terminée deux ans plus tôt, atteint Saint-Tropez56. Ce « train des Pignes », qui draine vers le port les productions agricoles de l’arrière-pays, participe au renouveau du petit cabotage enregistré au début du xxe siècle. Indirectement il donne, avec l’arrivée des premiers touristes, une fonction nouvelle à la mythologie tropézienne.

Affirmer une identité maritime

64Les premiers pas des touristes dans la première moitié du xxe siècle et la déferlante du tourisme de masse, après la Seconde Guerre mondiale, ont amené, dans ce contexte, les Tropéziens à cultiver le souvenir et la nostalgie « d’un monde perdu ».

65La production cinématographique, la découverte de jeunes vedettes rebelles, dont la plus célèbre réside sur l’emplacement d’un ancien magasin de madrague et porte des « pantalons corsaires », annoncent des temps nouveaux. Quelques années plus tard, la mutation à Saint-Tropez du gendarme Cruchot amplifie le phénomène. La vie locale est bouleversée. Les tartanes laissent la place à de luxueux bâtiments de plaisance dans un port remodelé pour des marins de fortune, ou fortunés, et la ville se pare d’un autre tissu urbain.

66En réaction à cette vague qui met en péril leur identité, des Tropéziens démontrent la force et l’originalité de leurs anciennes racines, même si pour certains, ne soyons pas dupe, Suffren et les corsaires servent d’abord le pittoresque et leur tiroir caisse.

67Les défenseurs de la mémoire tropézienne reprennent et prolongent les travaux entrepris par les érudits locaux du début du siècle qui n’avaient pas hésité à placer dans la pierre de leur ville les pères refondateurs de la cité aux côtés de Suffren. Alors : « Et le corsaire Suffren créa Saint-Tropez » ? Peu importe la confusion, peu importe la provocation. Ne s’agit-il pas avant tout de riposter à l’invasion de nouveaux « barbares » en affirmant sa « tropézianité » ?

  • 57 Dans ce contexte se place, par exemple, la publication en 1991 de l’ouvrage du commandant Rosati J (...)

68De nouvelles associations voient le jour qui affichent le même objectif de défense du patrimoine. D’aucunes, répondant à une réelle demande, participent à l’édition ou à la réédition d’anciens textes rédigés par des érudits locaux57, mettent en place des cycles de conférences, des expositions.

69L’autorité du cépoun se renforce et la bravade prend un nouvel éclat. En ce mois de mai, on est encore entre Tropéziens avant l’ouverture de la « saison » (touristique) mais la fête votive attire désormais un nombre croissant de spectateurs.

70Les autorités municipales, qui réfléchissent à l’essoufflement annoncé d’un certain type de tourisme, songent à de nouvelles formules d’accueil et ne négligent pas la dimension mémorielle dans leurs stratégies. Elles prennent volontiers appui, de manière cependant ambivalente, sur cette mythologie.

71Certaines actions visent en effet à expurger le passé mythifié. Ainsi, des efforts ont été engagés pour améliorer la qualité de la formation des guides chargés de faire visiter la ville. Des contacts ont été ébauchés avec l’université pour éclairer au mieux le passé local replacé, si faire se peut, dans sa dimension méditerranéenne. En liaison avec le musée national de la Marine, des travaux ont été entrepris à la citadelle pour accueillir des expositions de qualité.

72Toutefois, parallèlement, au cœur de l’été cette même citadelle accueille, depuis une décennie à l’initiative de la municipalité, des reconstitutions historiques qui accordent une large place à la mythologie de la cité. Au reste, n’a-t-on pas donné à la récente course à la voile organisée entre Malte et Saint-Tropez le nom prestigieux de « Trophée du Bailli » ? L’année 2003 ne sera-t-elle pas celle d’une grande exposition consacrée à Suffren, l’enfant du pays, en attendant que soient convoqués les corsaires de la cité ?

Intégrer la cité

73Pourtant, avec les bouleversements économiques et sociaux intervenus ces dernières décennies, ne peut-on attribuer d’autres fonctions à cette participation à la bravade, aux activités mémorielles et aux nombreuses associations ? En collaborant à cette mythologie certains, venus d’ailleurs, n’essaient-ils pas de s’intégrer à la cité, de se faire admettre par la communauté, de se greffer sur les Tropéziens de souche et de se glisser dans les réseaux locaux ? D’aucuns ne tentent-ils pas, en s’associant à ces démonstrations, d’acheter une bonne conscience leur permettant, le cœur léger, de livrer la cité aux « marchands du temple » ? D’autres, enfin, parfois les mêmes, ne cherchent-ils pas à instrumentaliser ces manifestations pour servir des ambitions personnelles non-avouées ?

Conclusion

74« Cité corsaire et patrie de Suffren ».

  • 58 Halbwachs Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1994 (2e éd.).

75Dans la mémoire collective des Tropéziens, ces deux références maritimes constituent assurément les fondements historiques de la ville, le socle de son identité et de la leur. Révélée par des travaux d’érudits locaux, renforcée par la rumeur, modelée par de belles plumes, entretenue par des pratiques communautaires et mise en scène par la municipalité, cette mémoire sociale58 s’impose dès le xixe siècle et se renforce au siècle suivant.

76Sous le poids des contraintes économiques, des transformations sociales et des mutations spatiales les Tropéziens ont été amenés, de gré ou de force, à s’éloigner du rivage. Quand ils l’ont retrouvé, il ne leur appartenait plus. Dans ces conditions, Suffren et les corsaires ne leur ont-ils pas permis de rester en relation avec lui, d’affirmer une identité maritime confisquée, de défendre une maritimité perdue ?

  • 59 Veyne Paul, Le quotidien et l’intéressant, Paris, 1995, p. 303.

77La commémoration du héros et des valeureux marins s’inscrit dans l’espace urbain et dans le calendrier festif de la cité. L’appropriation de ces deux éléments par l’inconscient collectif et la recomposition du passé qui lui est associée ont nourri un rêve commun, imaginé des symboles, inventé des héros, construit une mythologie. Ne doit-on pas, en effet, exagérer et ritualiser cette relation de fidélité sous peine de la voir mise en doute59 ?

78Au terme de ce parcours sinueux, sinon initiatique, force est de constater la nécessité de faire flèche de tout bois pour essayer de comprendre la complexité de pareille construction, d’instrumentaliser de « petits faits vrais », comme dirait Stendhal, tout en étant conscient des limites des interprétations avancées.

  • 60 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, 1983 (rééd. 1992).

79Reste pourtant la question majeure que nous pourrions poser en paraphrasant Paul Veyne60 : « Les Tropéziens ont-ils cru à leur mythologie ? » Il est difficile d’apporter une réponse sûre et globale tant sont multiples les sensibilités, les stratégies, les cultures et les positions sociales des acteurs. À la naïveté ou à la sincérité des propos d’un Martin de Roquebrune semble répondre un mélange de romantisme et de localisme de la part d’érudits consciencieux, d’ignorance et de refus de savoir de beaucoup d’autres « qui croient sans croire ». Si la majorité des Tropéziens savent que Suffren est né à Saint-Cannat, sa naturalisation tropézienne fait l’unanimité. Et si leur appartenance à la « cité corsaire » reste une composante identitaire fondamentale, le reproche majeur, teinté de soupçon et de dédain, fait à l’historien n’est-il pas précisément de n’avoir pas encore trouvé ces corsaires que tout le monde pourtant connaît ?

80L’adhésion de la ville à ce légendaire édifie un patrimoine virtuel qui protège et qui soude la communauté. Là se situe la fonction essentielle de cette mythologie. Dans ces conditions, proposer de troquer les terribles sabres d’abordage contre de vulgaires cahiers de compte de capitaines caravaneurs revient à provoquer une perte d’identité, à commettre une agression, à ouvrir une brèche à l’hérésie.

81Face à un tel risque les responsables de la ville, de son administration comme de ses traditions, se montrent alors unanimes dans leurs mises en garde : « Laissez aux Tropéziens leur Histoire ! » Leur Histoire ou leur mythologie ?

Annexes

Annexes

1. – Le « Château du Bailly de Suffren » à Saint-Tropez (photo G. Buti).

2. – La statue du bailli de Suffren (quai Suffren, Saint-Tropez).

3. – Tête de Maure sur la façade d’une maison de Saint-Tropez (rue Allard).

4. – Salut des bravadeurs à Suffren à Saint-Tropez (17 mai).

5. – Bénédiction des armes des « bravadeurs » de Saint-Tropez au pied du château de Suffren.

6. – Saint-Tropez, le quai Suffren et la statue du Bailli en 1944-1945.

7. – Inauguration de la statue de Suffren à Saint-Tropez, 4 avril 1866 (dessin de Letuaire).

Notes

1 Ben Fernand-Jean, Le pays de Saint-Tropez, Marseille, 3e éd., 1990, p. 60.

2 Pour consulter l’aboutissement de cette recherche, je me permets de renvoyer à ma thèse Gens de mer et activités maritimes à Saint-Tropez du milieu du xviie au début du xixe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Paris, EHESS, 2000.

3 Maupassant Guy de, Sur l’eau. De Saint-Tropez à Monte-Carlo, Paris, 1984.

4 Voir document 1 en annexe.

5 Caron François, La guerre incomprise ou le mythe de Suffren, SHM Vincennes, 1996.

6 Rosati Joseph, Saint-Tropez à travers les siècles, Saint-Tropez, 1991, p. 181.

7 Statue de près de trois mètres de hauteur, sur un socle de semblable dimension.

8 Voir document 2 en annexe.

9 Voir document 3 en annexe.

10 Voir documents 4 et 5 en annexe.

11 Cabantous Alain, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne (xviie-xviiie siècle), Paris, 2002.

12 Parmi ces autorités signalons, M. Jacquinot, ministre de la Guerre, le contre-amiral Lambert, préfet maritime de Toulon, les représentants de la Grande-Bretagne, des États-Unis, de l’URSS et Monseigneur Gaudel, évêque de Fréjus et Toulon. Ce dernier procéda, à cette occasion, à la purification symbolique du port et de l’hôtel qui avait servi de siège aux autorités d’occupation.

13 La statue de Suffren fut épargnée par les occupants alors que le buste en bronze du général Allard, autre gloire locale, fut enlevé par ceux-ci, qui ne laissèrent que le socle en pierre.

14 Voir document 6 en annexe. À la tête de la 1re armée, le général de Lattre avait participé au débarquement en Provence le 15 août 1944, non loin de Saint-Tropez, sous la protection des navires alliés et français. Il a ensuite entrepris rapidement, avec des éléments de la 7e armée des États-Unis et les patriotes de la brigade des Maures, la libération de la Provence.

15 Selon les termes de la citation accompagnant la Croix de guerre reçue le 15 août 1948.

16 Germond Jean-Daniel de, Saint-Tropez, Marguerittes, 1993, p. 73.

17 Ben F.-J., op. cit., p. 83.

18 Arch. mun. Saint-Tropez, CC207 (1777-1778). Logement du commandeur de Suffren, lieutenant de Roi de la citadelle.

19 Paul Julien dirige une partie de la flotte de Malte, en 1798, au moment où Bonaparte, en route vers l’Égypte, s’empare de l’île.

20 Vitrolles Baron de, « Le bailli de Suffren », Marseille, n° 141, avril 1986, p. 3-22.

21 Klein Charles-Armand, Mais qui est le bailli de Suffren Saint-Tropez ?, Barbentane, 2000.

22 Fontenay Michel, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso méditerranéen au xviie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, XXXV, 1988, p. 361-384 ; et du même auteur, « Les missions des galères de Malte : 1530-1798 », Michel Vergé-Franceschi (dir.), Guerre et commerce en Méditerranée (ixe-xxe siècles), Paris, 1991, p. 103-122.

23 Rapport du Conservatoire régional des Monuments historiques (2000-2001) transmis par M. Bernard Romagnan, du Sivom Pays des Maures et golfe de Saint-Tropez, à qui j’adresse tous mes plus vifs remerciements.

24 Arch. départ. Var, 7B3. Amirauté de Saint-Tropez, acte du 9 octobre 1686. Arch. privées, Grimaud. Étude Long. Minutes du notaire B. Félix (1636-1642).

25 BNF, Fonds Cinq Cents Colbert, n° 199. Table contenant le nombre des vaisseaux appartenant aux sujets du Roy en l’année 1664. Les procès-verbaux figurent aux f° 181 à 208 pour la Provence et f° 199 pour Fréjus-Saint-Tropez. Pour une analyse détaillée de l’évolution de la flotte attachée au port de Saint-Tropez voir Buti G., op. cit., vol. 1.

26 Lespagnol André, La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995.

27 Villiers Patrick, Les corsaires du littoral. Dunkerque, Calais, Boulogne de Philippe II à Louis XIV (1568-1713), Lille, 2000.

28 Darluc Michel, Histoire naturelle de la Provence, 3 vol., Avignon, 1784-1786 ; Millin Aubin-

Louis, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, 1807-1811 ; PAPON Jean-Pierre,

abbé, Voyage de Provence, 4 vol., Paris, 1777-1786 ; Young Arthur, Voyages en France. 1787-1788-1789, Paris, éd. 1976.

29 Achard Claude-François, Géographie de la Provence et du Comtat Venaissin, t. II, Aix-en-Provence, 1788 ; Garcin E., Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, 2 vol., Draguignan, 1835.

30 Achard Claude-François, Géographie de la Provence et du Comtat Venaissin, t. II, Aix-en-Provence,

1788 ; Garcin E., Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, 2 vol., Draguignan, 1835.

31 Garneray Louis et Jouy Étienne, Ports et côtes de France, Paris, 1823, p. 12.

32 Sue Eugène, La Salamandre, Paris, 1832 (rééd. 1993).

33 Réponse citée par Rosati J., op. cit., p. 184. Ce buste offert par Suffren n’existe plus. En 1823, un buste, en plâtre bruni, non signé, a été donné par M. de Beaujour, commissaire aux classes de la Marine et placé dans la salle du grand conseil de l’Hôtel de ville. En 1955, une reproduction du buste en marbre de Suffren sculpté par Houdon, offert par un administré a remplacé celui de 1823. Comme le mentionne Joseph Rosati : « Suffren regarde ainsi les hommes qui tiennent le gouvernail de la cité. »

34 Voir document 7 en annexe.

35 Arch. privées. Mémoires d’Alban Martin de Roquebrune. Manuscrit. Qu’il me soit permis d’adresser ici tous mes plus chaleureux remerciements à M. Laurent Pavlidis qui m’a transmis, en toute amitié et en pleine confiance, ce précieux manuscrit inédit des Mémoires de l’ancien maire de Saint-Tropez.

36 Arch. départ. Var. 12 J1 à 40. Fonds Martin de Roquebrune.

37 Cette maison abrite actuellement l’Office du tourisme de Saint-Tropez.

38 Arch. mun. Saint-Tropez, CC1787.

39 Arch. mun. Saint-Tropez, CC12 à 18 Cadastres (1510-1787).

40 Les caravaneurs tropéziens combinent bien souvent, dans leurs opérations menées dans la Méditerranée arabo-musulmane, le transport, le fret, le commerce et les prêts (grosse aventure et hypothèque maritime).

41 On qualifie ainsi le mouvement créé au milieu du xixe siècle (Mistral, Aubanel, Roumanille) visant notamment à redonner au provençal son rang de langue littéraire.

42 Foncin Paul, Les Maures et l’Estérel, Paris, 1910.

43 Le créateur du Musée, l’artiste peintre Henri Person, avait installé son atelier dans le « Château du Bailly ».

44 Ben F.-J., op. cit., p. 87.

45 À l’occasion de cette cérémonie, l’amiral Docteur, demanda un moment de recueillement en souvenir du cuirassé Suffren torpillé au large du Portugal en 1916. Voir Rosati J., op. cit., p. 187.

46 Extrait d’un entretien accordé par Marius Astezan, cépoun de Saint-Tropez, au magazine Terre provençale, n° 2, janvier-février 1997, p. 23.

47 Guidicelli Pierre, Une famille de notables tropéziens du xviie au xixe siècle : les Martin de Roquebrune, thèse de 3e cycle, dactylographiée, université de Nice, 1976, p. 133.

48 Sentis Gabrielle, Saint-Tropez, cité corsaire, Grenoble, 1980.

49 Chak Paul, La traversée glorieuse de Mr. De Suffren aux îles Mascareignes, Paris, 1938 cité par Rosati J., op. cit., p. 188.

50 Cabantous Alain, « Les hésitations de la ville maritime », La ville maritime, temps, espaces et représentations, actes du colloque de Brest, 1996, Rennes, 1998, p. 338.

51 Lenthéric Charles, La Provence maritime ancienne et moderne, 2 vol., Paris, 1880, p. 292-294.

52 Cabantous A., op. cit., p. 338.

53 Notons cependant que, quelques années plus tard, le frère d’Émile Ollivier, Adolphe, se présentera, sans succès, au conseil général du Var, contre Alban Martin de Roquebrune.

54 Martin De Roquebrune Alban, Saint-Tropez, port d’attache de l’escadre russe dans la Méditerranée, Toulon, 1893. Au vrai, seul un établissement de la Marine, la « Société française des torpilles », s’installera dans le golfe de Saint-Tropez, mais en 1912 et sur le territoire de Gassin, commune voisine.

55 Lespagnol André, « Saint-Malo “cité corsaire”. Réflexions sur la construction de l’image mythique d’une cité portuaire », La ville maritime, temps, espaces et représentations, op. cit., p. 45.

56 Dorme Jocelyne, Saint-Tropez, « fille de la mer », Toulon, 1990, p. 19.

57 Dans ce contexte se place, par exemple, la publication en 1991 de l’ouvrage du commandant Rosati J., Saint-Tropez à travers les siècles, op. cit.

58 Halbwachs Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1994 (2e éd.).

59 Veyne Paul, Le quotidien et l’intéressant, Paris, 1995, p. 303.

60 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, 1983 (rééd. 1992).

Table des illustrations

Légende 1. – Le « Château du Bailly de Suffren » à Saint-Tropez (photo G. Buti).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-1.png
Fichier image/png, 795k
Légende 2. – La statue du bailli de Suffren (quai Suffren, Saint-Tropez).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-2.png
Fichier image/png, 449k
Légende 3. – Tête de Maure sur la façade d’une maison de Saint-Tropez (rue Allard).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-3.png
Fichier image/png, 291k
Légende 4. – Salut des bravadeurs à Suffren à Saint-Tropez (17 mai).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-4.png
Fichier image/png, 743k
Légende 5. – Bénédiction des armes des « bravadeurs » de Saint-Tropez au pied du château de Suffren.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-5.png
Fichier image/png, 547k
Légende 6. – Saint-Tropez, le quai Suffren et la statue du Bailli en 1944-1945.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-6.png
Fichier image/png, 594k
Légende 7. – Inauguration de la statue de Suffren à Saint-Tropez, 4 avril 1866 (dessin de Letuaire).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19696/img-7.png
Fichier image/png, 894k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540