Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Première partie. Les héros maritimes des villes françaises

Saint-Malo « ville mythique » ?
Les deux âges de la construction d’une mythologie urbaine

André Lespagnol

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Quoi de plus naturel, à première vue que d’évoquer l’image de Saint-Malo, ici dans la cité dunkerquoise, en cette année de commémoration de la mort de Jean Bart, tant la figure du grand marin flamand appelle irrésistiblement dans son sillage celle de Duguay-Trouin ou Surcouf, ses homologues malouins…

2Pourtant, ne nous trompons pas de thème, nous ne sommes pas ici dans une étude de « vies parallèles » des grands capitaines corsaires, mais dans une réflexion comparative plus large sur les mythologies urbaines, leurs conditions d’émergence et leurs fonctions, ainsi qu’Alain Cabantous vient d’en esquisser la problématique générale.

3Raison de plus, dirais-je, pour y évoquer Saint-Malo, tant la cité bretonne peut aujourd’hui prétendre au « ruban bleu » des cités portuaires mythiques, comme on vient d’en avoir une fois encore la démonstration médiatique à l’occasion d’un départ tout récent de la course transatlantique de la « Route du rhum », à travers la déferlante des images et clichés submergeant le rocher pour identifier la cité malouine à la course, dans toutes les acceptions du terme.

4Belle – trop belle – réussite médiatique, qui fait assurément de Saint-Malo un cas d’école pour l’étude des conditions d’émergence des mythologies urbaines dans les cités portuaires, l’analyse des formes qu’elles peuvent prendre, dans leur évolution, et des fonctions que peuvent remplir ces représentations collectives dans le développement des sociétés urbaines.

5Un cas d’école à double titre pourrait-on préciser : à la fois par la précocité de l’émergence (de l’auto-construction) d’une mythologie urbaine dès le second quart du xixe siècle, mais aussi par la complexité et la plasticité de cette représentation collective où l’on peut voir se succéder – ou plutôt s’emboîter, sans rupture radicale – deux phases distinctes : à partir de la représentation initiale complexe d’une « cité des grands hommes », s’opère à partir de la fin du xixe siècle, une décantation avec sélection d’une image dominante, chacune correspondant à deux phases de l’histoire de la ville et à deux fonctions bien distinctes de ces représentations mythiques. On passe ainsi d’une fonction de compensation face à la perception du déclin de la cité à une fonction « utilitariste » d’accompagnement du développement d’une nouvelle vocation économique de la ville, à l’heure du tourisme de masse.

6La phase initiale de construction de cette image mythique de la cité se situe dans le second quart du xixe siècle, au lendemain des soubresauts de la Révolution et des guerres de l’Empire, dans une conjoncture nationale il est vrai porteuse, dans l’ambiance idéologique d’un romantisme historisant et d’un pouvoir politique qui, sous la monarchie de Juillet, notamment, pousse activement, sous de multiples formes à la construction d’une mémoire collective nationale, assise sur une multiplicité de micro-histoires locales où chaque ville, grande ou petite, s’efforce de (re)construire sa propre mémoire collective en mettant en valeur ses grandes heures et ses grandes figures.

7Mais dans le cas malouin, point n’était besoin d’une impulsion nationale, tant semble forte dès les années 1820, la propension de la société locale à s’engager dans cette quête de mémoire et d’identité, à travers la combinaison d’initiatives individuelles (telles celles d’érudits historiographes) et d’impulsions fortes des autorités municipales, qui semblent bien répondre les unes et les autres à une attente sinon une demande de la société urbaine, au niveau des élites au moins, mais non sans écho ni adhésion au niveau de couches plus larges de la population.

8Se met alors en place une représentation de l’histoire de la ville, axée sur « les grandes heures » de son passé (tel l’épisode de la « machine infernale » lancée contre ses remparts lors de l’attaque anglaise de 1693), et plus encore sur l’évocation des grandes figures, il est vrai fort nombreuses, qu’elle a produites, au point de faire de leur coagulation dans l’image collective de la « cité des grands hommes » la première représentation mythique de Saint-Malo.

9Cette élaboration s’est effectuée à travers la combinaison d’une pluralité de vecteurs et de formes de représentation en définitive complémentaires.

  • 1 Abbé Manet, Biographie des Malouins célèbres, Rennes, 1824 ; Cunat Charles, Saint-Malo illustré pa (...)

10En premier lieu, bien sûr, il y a l’historiographie, à travers l’action pionnière d’une génération d’érudits locaux1, aux origines et profils idéologiques disparates (un directeur de collège royaliste, l’abbé Manet, un officier de la Marine impériale retraité, Charles Cunat, un journaliste républicain, Bertrand Robidou) qui produisirent cette histoire « légendaire » en forme d’annales enchaînant une succession événementielle de hauts faits de l’histoire de la ville et des biographies collectives de ses « grands hommes », marins et autres.

11Mais d’autres vecteurs, d’autres formes de représentation apportèrent leur contribution à la construction du « légendaire » malouin, sous l’impulsion des édiles locaux.

12La sculpture d’abord, comme en bien d’autres villes – dont Dunkerque – avec l’érection sur les places publiques de statues de grandes figures de cette histoire héroïsante en voie de constitution, avec comme premier exemple, dès 1829, celle de Duguay-Trouin, le grand capitaine corsaire du temps de Louis XIV, précédant celle de Chateaubriand en 1875, puis début du xxe siècle celles de Jacques Cartier et Surcouf, sur des bastions des remparts dominant la mer, sites symboliques s’il en fut.

13Fut également convoquée et mise à contribution la peinture, à travers les commandes passées par la municipalité de la monarchie de Juillet vers 1835-1840 pour décorer les salons de l’Hôtel de Ville : d’abord celle de quatre tableaux représentant les « grandes heures » de l’histoire de la ville (dont la découverte du Canada par Jacques Cartier, l’explosion de la « machine infernale » en 1693, la prise de Rio par l’escadre de Duguay-Trouin…), puis celle de dix tableaux représentant les grandes figures ayant illustré leur ville (sauf Chateaubriand, encore vivant, qui avait refusé d’être portraituré, mais contre promesse de léguer à sa mort son portrait par Girodet).

14Réunis dans une salle de l’hôtel de ville, dite dès lors « salle des grands hommes », cette galerie de tableaux exprimait ainsi de manière fortement symbolique la quintessence de cette représentation héroïsante du passé malouin en cours d’élaboration.

15Mais il faut ajouter, dans cette phase de constitution d’une « mythologie urbaine », le rôle fondateur d’événements donnant plus de profondeur sociale à cette construction. Cette période fondatrice est, en effet, encadrée par deux « événements » en grandeur réelle, à travers l’enterrement solennel de deux des plus grandes figures de cette histoire mythique, celui de Robert Surcouf, le « roi des corsaires » en 1827, et celui de Chateaubriand, le « père du romantisme », en juillet 1848.

16Avec pour chacun de ces temps forts qui mobilisent des foules de milliers de participants – plus que simples « spectateurs » – mus par une réelle émotion collective, une « mise en scène » de l’événement utilisant et valorisant de manière spectaculaire les particularités du site maritime de la cité malouine.

  • 2 Histoire de Robert Surcouf, capitaine de corsaire, Paris, 1842, p. 269.

17Ainsi en fut-il des funérailles de Surcouf, mort à la campagne, telles que nous les décrit son biographe – et témoin oculaire – Charles Cunat2 :

« Il fallut faire traverser au cercueil le bras de mer qui sépare les deux villes [Saint-Servan et Saint-Malo], où les vaisseaux qui y avaient ancré avaient mis en signe de deuil leur pavillon à mi-mât. Quatre bateaux occupés par le Clergé précédaient l’embarcation tendue de noir portant les dépouilles mortelles du défunt, qui était remorquée et suivie par plus de 50 canots. Les quais étaient couverts par une quantité considérable de spectateurs, accourus de tous les points de l’arrondissement à l’annonce du trépas, qui contemplaient ce triste et imposant cortège. Ce fut au milieu de ce concours immense que la bière parcourut les lieux mêmes qui furent témoins des essais de sa jeunesse. Il était réservé à ce marin fameux de recevoir les honneurs funèbres sur l’élément même qui fut le théâtre de ses glorieux exploits. »

  • 3 Lespagnol André, Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Toulouse, 1984, p. 233-234.

18Et l’on connaît, de même, les funérailles non moins grandioses et spectaculaires de Chateaubriand, mort à Paris le 4 juillet 1848 dans l’indifférence générale, dont le cercueil, ramené dans sa ville natale, fut transporté en procession, le 18 juillet suivant, au milieu d’une foule immense et recueillie, à marée basse à travers la grève, depuis la cathédrale jusqu’à l’îlot du Grand-Bé et au site où il avait lui-même choisi d’être enterré, face à la mer, avec une emphase romantique caractéristique3.

19C’est aussi à travers de tels « événements » que prolongeront, en les reproduisant sur un autre mode dans les décennies suivantes, les inaugurations officielles de statues des « grands hommes », puis les commémorations anniversaires de ces mêmes personnages (dont la célébration du cinquantenaire de la mort de Chateaubriand en 1898 marque le démarrage), que se construit, et au-delà, se maintient, une mémoire collective de la cité, une « mémoire chaude » pourrait-on dire, largement partagée par la population, directement associée à ces manifestations, fière de ce passé sélectionné et « héroïsé » (comme ne manqueront pas de le dénoncer leurs voisins et rivaux de Saint-Servan, en persiflant l’»orgueil » des Malouins tout au long du xixe siècle), et d’autant plus sans doute qu’il tranchait sur la médiocrité des temps présents.

20Car cette mémoire collective ainsi appropriée s’appuie évidemment sur un passé reconstruit, un passé recomposé, un passé sélectif.

21Certes, dans cette phase d’élaboration de sa mythologie urbaine, la cité malouine a développé une vision largement pluraliste de ses héros sélectionnés, comme l’exprime la composition même de ce « Panthéon », accueilli dans la « salle des Grands Hommes » de l’hôtel de ville, où s’équilibrent de manière presque égale les marins et les intellectuels, avec parmi les premiers les corsaires (Duguay-Trouin, Surcouf) et les découvreurs ou bâtisseurs d’empire (Cartier, Mahé de la Bourdonnais), et parmi les seconds, les écrivains comme Chateaubriand mais aussi les hommes de sciences (Moreau de Maupertuis, Broussais), voire les juristes (Toullier), tous issus d’ailleurs, à des titres divers de milieux proches et ayant un rapport direct ou indirect avec la mer.

22Mais comment ne pas remarquer que cette représentation de la ville ainsi produite, privilégiant une vision événementielle, biographique et héroïsante du passé, peu surprenante d’ailleurs en cette période, occultait ainsi par ce type d’approche des pans essentiels de ce qui avait fait jusqu’à la fin du xviiie siècle l’importance historique de cette grande cité maritime et marchande, qu’il s’agisse de l’immense aventure (prosaïque) de la pêche à Terre-Neuve, mobilisant des milliers d’hommes durant quatre siècles, ou plus encore du rôle éminent du port malouin dans les plus grands trafics océaniques (Amérique espagnole, océan Indien notamment), sous l’égide d’une élite négociante d’envergure internationale dont les grands noms – les Magon, Le Fer, Danycan – n’apparaissent que dans les interstices de cette histoire sélective que constitue la mythologie urbaine en voie de constitution…

23Imaginons l’histoire d’Augsbourg sans les Fugger ou celle de Détroit sans Henry Ford !

24Mais ces choix, plus ou moins inconscients, renvoyaient, non seulement au contexte idéologique de l’époque, mais surtout aux fonctions que peut remplir l’élaboration d’une telle mythologie urbaine par rapport à la conjoncture spécifique que connaît alors la cité portuaire dans ces années 1825-1860.

  • 4 Histoire de Robert Surcouf, capitaine de corsaire, op. cit., p. 2.

25Il est clair que cette reconstruction du passé exprimait une volonté de mémoire teintée de nostalgie pour une époque glorieuse qui s’éloignait rapidement : « Le temps fuit… bientôt on oubliera la physionomie belliqueuse de l’antique cité d’Aaron… Mais qui conservera le souvenir de ces vieux malouins enfants de leur rocher, si redoutés à la guerre » expliquait C. Cunat en avant-propos de sa biographie de Robert Surcouf4.

26Mais si cette « nostalgie » par rapport à la grandeur passée de la cité s’exprimait avec une telle intensité à travers la construction de cette histoire sélective, réduisant cette grandeur, qui fut réelle, à une série de hauts faits et à une galerie de portraits hagiographiques de « grands hommes », c’est qu’elle remplissait alors une fonction de compensation par rapport à un présent moins exaltant, au moment précis où le port voyait s’effondrer des trafics et activités qui avaient jadis fait sa fortune (l’Amérique espagnole, les Indes, et bien sûr la course, terminée de fait en 1815 et interdite de jure en 1856), et se révélait incapable de s’adapter avec suffisamment de célérité aux défis de la modernisation de la navigation et du commerce maritime à l’âge de la vapeur, comme en témoigne l’interminable feuilleton de la construction de ses bassins à flot, proposée par Vauban en 1698, commencée en 1834… et achevée en 1885 (sinon en 1930…).

27La fuite dans la nostalgie d’un passé mythifié, telle est donc la réponse – en forme de fuite en arrière, « réactionnaire » au sens propre du terme – d’une large partie des élites locales par rapport au déclin et au déclassement au rang de port régional et port de pêche de ce qui avait été jadis une grande cité portuaire marchande.

  • 5 Saint-Malo historique, Amiens, 1902.

28C’est ce qu’exprimait avec une lucidité attristée au début du xxe siècle, Prampain, l’un des continuateurs de cette tradition historiographique : « De la ville militaire, de la forteresse redoutable la paix a fait une place insignifiante…, du port de corsaires un port d’armement pour la grande pêche… Restent les souvenirs. Si les choses ont leurs larmes, elles ont aussi leur fierté5. »

29On ne saurait mieux dire sur les fonctions consolatrices de cette construction mythique, qui occultait pour l’essentiel les dimensions marchandes de la grandeur malouine passée, et masquait par là même l’incapacité des élites malouines du xixe siècle à affronter les défis de la modernisation à l’âge industriel, et à opérer la reconversion-adaptation, il est vrai difficile, de leur port aux exigences des Temps modernes.

30Cependant, au cours du xxe siècle, cette vision mythique de la ville, solidement constituée et largement partagée par la société locale va connaître une évolution subtile, combinant les apparences de la continuité avec un glissement progressif des représentations allant dans le sens d’une simplification et de la polarisation de celles-ci vers l’image unique et schématique – on pourrait dire le « cliché », en cet âge de la photographie – de la « cité corsaire ».

31Cette évolution de la mythologie urbaine, qui s’amorce dès la fin du xixe siècle, interroge évidemment sur les facteurs qui peuvent en rendre compte, tant dans les fonctions que remplit cette mythologie que dans les stimulations ou sollicitations de l’environnement économique, social, culturel, qui ont pu y pousser.

32D’un côté pourtant, on constate bien durant tout le xxe siècle, une large continuité dans la perpétuation de ce fonds de mythologie urbaine tel qu’il s’est constitué dans la première moitié du xixe siècle, à travers un processus d’» entretien de la flamme » de la mémoire collective, sous les formes multiples d’une « commémorationnite » qui me paraît faire partie des traits spécifiques majeurs de la vie sociale et culturelle de la cité malouine à l’époque contemporaine, réactivant à chaque cinquantenaire ou centenaire de la naissance – ou de la mort – d’une des grandes figures du riche « panthéon » malouin, un nouveau cycle de célébrations des « héros » sous des formes variées.

33Exemplaire à cet égard fut la célébration en 1898, au milieu d’un grand concours de peuple, du cinquantenaire de la mort – et de l’enterrement solennel – de Chateaubriand, avec son enchaînement de « manifestations » : série de discours devant la statue érigée en 1875, défilé en ville, banquet puis bal à l’hôtel de ville…

34Et dans le même registre, on ne peut manquer de souligner la perpétuation de la tradition de l’érection de statues dédiées aux « grands hommes », inaugurée on le sait dès 1829 avec l’inauguration de la statue de Duguay-Trouin, et qui se prolongera durant tout le xxe siècle, dès 1905 avec l’érection d’une statue monumentale de Jacques Cartier, sur le bastion de la Hollande face à l’océan, financée par une souscription commencée dans la ville et prolongée jusqu’au Canada par l’entremise de Théodore Botrel… Lui succéderont d’autres « plantations » de statues, aux quatre coins des remparts, comme celle de Robert Surcouf, face à l’Angleterre, ou la seconde statue de Duguay-Trouin, la première ayant disparu dans les bombardements de 1944, pour finir par celle de Mahé de la Bourdonnais dans les années 1980.

35Avec pour chacun de ces « événements », selon une tradition bien ancrée, une dimension – voulue – de manifestation collective visant à entretenir la flamme du souvenir au sein de la société locale.

36Soulignons à cet égard le rôle discret mais efficace joué dans cette fonction de conservation du souvenir contre l’érosion du temps par la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Saint-Malo, fondée en 1898, qui, comme beaucoup de ses homologues, rassemblait en son sein érudits et historiens, mais aussi bon nombre de descendants de vieilles familles locales. Elle a assumé une fonction évidente de Vestale gardienne de la flamme du souvenir du passé mythifié de la cité, à travers l’organisation de conférences publiques régulières, et de colloques à l’occasion des dates anniversaires des « grands hommes » de la cité, diffusées par ses bulletins et relayées au-delà jusqu’à un public plus large par une presse locale hebdomadaire, qui se prolonge jusqu’à nos jours (par l’hebdo Le Pays Malouin), avec sa chronique historique régulière, dont la permanence atteste de l’existence d’une demande locale réelle.

37On doit aussi mettre en évidence que cette volonté profonde du lien avec ce passé à la fois mythifié et exalté de la cité a trouvé l’une de ses expressions les plus significatives dans la bataille farouche menée par les Malouins, sous la conduite de leur maire Guy La Chambre, issu lui-même d’une famille d’armateurs remontant au xviiie siècle, pour obtenir de l’État que la reconstruction de leur ville « intra muros », détruite à 90 % par un incendie lors des combats de la Libération fin août 1944, fût reconstruite selon un plan et des modèles architecturaux reproduisant au plus près les modèles classiques du bâti ancien.

38Or, seule parmi les villes portuaires françaises de la façade maritime détruites en 1940-1944, de Dunkerque à Saint-Nazaire, Saint-Malo a réussi à arracher et mettre en œuvre un type de reconstruction – conduite sous l’autorité du grand architecte Louis Arretche – permettant, sinon bien sûr une reconstruction à l’identique, mais du moins une reconstitution du tissu urbain et architectural permettant, grâce il est vrai à la conservation de sa ceinture de remparts (et du château), de ressusciter l’image et le décor de la ville ancienne, et de maintenir – pour les Malouins et plus encore les visiteurs – l’illusion de la continuité physique avec son glorieux passé.

39Mais à travers ce triomphe architectural d’un « devoir de mémoire » sincèrement assumé par Guy La Chambre, on glissait déjà, plus ou moins inconsciemment, vers une autre finalité, beaucoup plus utilitariste.

40La nostalgie, dès cette époque, n’était plus ce qu’elle avait été en 1840…

  • 6 La Côte d’Émeraude, Rennes, 1894, p. 75.

41Car depuis la fin du xixe siècle, la représentation primitive pluraliste de la « cité des grands hommes » s’était contractée et cristallisée sur une image plus ciblée, dont un publiciste malouin, Eugène Herpin, avait produit dès 1894, dans une brochure destinée au grand public vantant les charmes et le pittoresque du pays malouin et les fastes de son histoire, la cristallisation verbale à travers la formule-choc : « Saint-Malo, la cité corsaire6 ».

42Cette formule composée allait faire florès et s’imposer très vite comme un cliché, caractérisant dans son essence même la cité malouine. Elle fut reprise en 1902 par un autre publiciste Édouard Prampain, dans l’avant-propos de son Saint-Malo historique, destiné à faire « mieux comprendre et mieux aimer notre vieille cité corsaire ». Et Édouard Herpin reprendra bien évidemment cette formule dont il était l’inventeur, en sous-titre de la première Histoire de Saint-Malo qu’il publie en 1927, et qui s’imposera désormais, avec la force de l’évidence, dans la quasi-totalité des ouvrages, brochures, guides touristiques évoquant la cité malouine, comme, par la suite, dans l’expression verbale des journalistes de l’audiovisuel, et tout particulièrement de la télévision, à l’occasion – entre autres – des descentes régulières de la célèbre émission « Thalassa » sur le rocher malouin pour le départ – ou l’arrivée – d’une course à la voile transatlantique.

  • 7 Lespagnol André, Entre l’argent et la gloire. La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 19 (...)

43Cette assimilation – réduction de la cité malouine au cliché de la cité corsaire, pouvait évidemment s’appuyer sur une réalité historique indéniable (comme je l’ai, après d’autres, amplement montré)7, et sur une large adhésion de la société locale, comme l’exprimait déjà la place donnée aux corsaires par Charles Cunat dans son palmarès des marins malouins, comme dans la mise en vedette des grandes figures corsaires dans les représentations picturales et sculpturales de ses héros sélectionnés, on l’a vu, par le pouvoir municipal au xixe siècle. Et cette mise en valeur de l’image corsaire de la ville a été pleinement assumée jusqu’à nos jours par de multiples acteurs locaux, comme l’exprime de manière presque caricaturale la constitution d’une « Association des descendants de corsaires », suscitant travaux généalogiques, conférences ou manifestations diverses à la gloire de ces « héros » corsaires.

44De même, doit-on mettre en exergue le choix éminemment significatif fait par la ville, sous l’égide du pouvoir municipal, pour illustrer son patrimoine naval dans le cadre du concours lancé par la revue Le Chasse-Marée pour le grand rassemblement naval des « vieux gréements » de « Brest 92 » : ce choix collectif se porta « spontanément », sans contestation aucune, sur la reconstitution en grandeur réelle du « cutter » Le Renard, dernier corsaire armé par Surcouf en 1813, qui s’était illustré de manière glorieuse dans l’un des derniers combats conduits par les corsaires malouins contre la Marine anglaise. C’était un choix légitime assurément, mais il y aurait pu y en avoir d’autres, tout aussi représentatifs du passé maritime de la cité, comme la reconstruction possible d’une goélette ayant pratiqué la pêche morutière sur les bancs de Terre-Neuve jusqu’aux années 1930.

45Observons que cette alternative ne fut même pas posée, que ce débat ne fut même pas esquissé, tant s’imposait désormais comme une évidence, admise de tous, l’identification de la cité malouine à son passé corsaire, ou plutôt à ce passé sélectionné érigé en représentation mythique dominante.

46Mais le succès quasi unanime de cette représentation mythique ainsi resserrée, polarisée sur l’image de la cité corsaire ne s’explique pas seulement par une adhésion nostalgique à cette vision romantico-romanesque d’un passé maritime à dominante guerrière incarnée dans l’image de ces capitaines corsaires. Le triomphe sans partage de cette image-choc renvoie à un changement progressif de cible et de fonction de la mythologie urbaine, de l’interne vers l’externe, d’une fonction de plus en plus utilitariste accompagnant le développement de la vocation touristique de la ville et de sa région, et susceptible de développer son attractivité ainsi spécifiée sur ce marché éminemment concurrentiel du tourisme balnéaire de masse.

47C’est dans une brochure destinée à ce public touristique, et intitulée « La Côte d’Émeraude » – autre appellation contrôlée mise simultanément sur le marché pour qualifier le littoral breton entre Cancale et le cap Fréhel, qu’Eugène Herpin avait forgé la formule de la « cité corsaire », à sa suite reprise depuis lors par tous les vecteurs et acteurs de l’industrie touristique, et déclinée ou monnayée sous toutes ses formes, jusqu’aux plus triviales : guides touristiques et brochures du syndicat d’initiative, affiches, gravures et cartes postales « pittoresques », souvenirs et enseignes d’hôtels, restaurants ou tavernes…

48Point de mystère à ce triomphe. Le Saint-Malo contemporain avait su (ou avait eu la chance) de pouvoir tirer de son histoire réelle et de son histoire mythique primitive une représentation concentrée répondant pleinement, par sa simplicité et son caractère spectaculaire, aux exigences de la communication médiatique contemporaine et aux attentes d’un public de masse nourri de références homologues tirées du roman populaire, du cinéma hollywoodien ou de la bande dessinée, sur ce monde mythique des pirates, flibustiers ou corsaires.

49Avec cette image-choc de la cité corsaire, fonctionnant bientôt comme un cliché, Saint-Malo s’était dotée, sans avoir besoin de faire appel aux services d’une société de communication, d’une mythologie urbaine constituant un « produit d’appel » particulièrement efficace sur le marché touristique, avec une double valeur de logo et même de label, d’autant plus crédible qu’il pouvait s’appuyer sur les réalités matérielles d’un décor naturel et architectural à l’unisson, grâce aux choix faits lors de la reconstruction d’après 1945, et sur les « mises en scène » réitérées des grands rassemblements de voiliers, anciens et modernes, au pied de ses remparts et de ses hôtels d’armateurs restaurés.

50Au point d’ailleurs de réussir à opérer, avec la complicité des médias audiovisuels et des sponsors, et de la polysémie ambiguë du terme « course », un nouveau glissement de cette image mythique de la cité corsaire, avec élargissement de la course historique jusqu’à la course au large à l’occasion du départ des courses à la voile transatlantique.

51On est là, il est vrai, à la limite de l’abus d’appellation contrôlée. Mais ce glissement ultime démontre à quel point, au terme de cette évolution de près de deux siècles, l’image mythique de la cité, née dans un contexte romantique de nostalgie compensatrice, a pu devenir, à travers ses transformations et sa réorientation vers l’extérieur, une composante majeure du « fonds de commerce » de la cité portuaire, désormais livrée de plus en plus à cette vocation touristique en passe de devenir une mono-industrie, en cette heure où vient de fermer son dernier chantier naval, tandis que son dernier armement de grande pêche résiste tant bien que mal face à des vents contraires.

52Dernier legs imprévu – mais bienvenu – de Duguay-Trouin et Surcouf à la cité qui les vit naître…

Notes

1 Abbé Manet, Biographie des Malouins célèbres, Rennes, 1824 ; Cunat Charles, Saint-Malo illustré par ses marins, Paris, 1857 ; Robidou Bertrand, Histoire et panorama d’un beau pays, Rennes, 1853.

2 Histoire de Robert Surcouf, capitaine de corsaire, Paris, 1842, p. 269.

3 Lespagnol André, Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Toulouse, 1984, p. 233-234.

4 Histoire de Robert Surcouf, capitaine de corsaire, op. cit., p. 2.

5 Saint-Malo historique, Amiens, 1902.

6 La Côte d’Émeraude, Rennes, 1894, p. 75.

7 Lespagnol André, Entre l’argent et la gloire. La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540