Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Première partie. Les héros maritimes des villes françaises

Des villes en général et de Dunkerque en particulier

Alain Cabantous

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Rien ne résiste à ton puissant génie ;
Il n’est point de vague ennemie
Que n’ombrage du lys le drapeau triomphant.
Il semble que le dieu qui règne au sein de l’onde,
Pour étonner le monde
T’ait cédé son trident. »

1Voilà parmi l’ensemble des nombreux quatrains, cantates, poèmes publiés dans La Dunkerquoise du 9 septembre 1845 à l’occasion de l’inauguration de la statue de Jean Bart, un extrait de l’œuvre d’un certain Alzieu qui permet de saisir même partiellement, l’un des sens que revêt l’événement dans l’histoire de la ville et de ses habitants. Toutefois avant de s’interroger précisément sur cet aspect des choses, sur l’héroïsation du personnage, sur la construction mythologique qui en procède, il faudra se demander pourquoi et comment les villes élaborent des mythes, en fonction de quelles nécessités et dans quel contexte. C’est seulement dans un second temps que l’exemple de Jean Bart à Dunkerque pourra constituer une illustration plausible et particulière aux réflexions liminaires et générales.

La fonction mythique et la ville

  • 1 On ne prendra pas ici en compte le sens que Georges Sorel, par exemple, donne au mythe en l’assimi (...)
  • 2 Deux ouvrages très récents illustrent parfaitement ce détournement des « faits » : Goudineau Chris (...)

2Le terme même du mot mythe recouvre au moins deux grandes acceptions sur lesquelles il conviendrait de s’entendre dans la mesure où, sans être tout à fait contradictoires, elles désignent des significations bien distinctes1. La première, passée très largement dans le langage courant, définit un récit inventé, une fable, qui n’aurait d’autre fonction que de générer une illusion sur laquelle s’appuierait une croyance, une construction erronée que l’on veut faire tenir pour vraie. À terme, elle constitue un mensonge social et culturel2. En associant le mythe à la crédulité des sociétés primitives et de la « culture populaire », les tenants de la raison raisonnante dès le tournant du xviie siècle ont conforté cette association du mythe et de la fable. « C’est la mythologie qui fait le fond de leur [les peintres, les sculpteurs, les poètes] production et dont ils tirent leurs principaux ornements. […] La fable est le patrimoine des Arts » écrit l’auteur de l’article « Mythologie » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

  • 3 Parmi les grands travaux fondateurs, parfois remis en cause vigoureusement, il convient d’évoquer (...)
  • 4 Hammel Jean-Pierre, L’homme et ses mythes, Paris, 1994.
  • 5 « Les récits qui la [mythologie] constituent ne contiennent en effet presque jamais de discours ex (...)

3La seconde, issue des recherches anthropologiques, sociologiques voire psychanalytiques3, et que nous devrions sans doute faire nôtre, s’applique à distinguer un récit explicatif dont il importe peu qu’il ait été inventé ou non dans la mesure où il sert à faire comprendre, à éclairer certains événements fondamentaux (« primordiaux », écrit Mircea Eliade) qui, dans un temps et un lieu immémoriaux ont dévoilé un mystère touchant au destin de l’homme. « La force du mythe, écrit J.-P. Hammel, ne réside pas tant dans ce qu’il dit que dans ce qu’il est apte à dire4. » Ce temps fabuleux des commencements s’inscrit toujours dans un processus de séparation qui marque comme une avancée décisive de l’humanité. Les cosmogonies antiques en sont une bonne illustration dans la mesure où les créations du monde traduisent une forme d’autonomie des hommes à l’égard des dieux. Mais simultanément à cette dimension collective, les mythes peuvent aussi permettre de divulguer l’émergence d’une manière d’être, d’un dévoilement de soi, bref de faire voir à chacun, souvent à travers une quête initiatique, le reflet créateur des formes de sa propre existence sans pour autant posséder un contenu moral affirmé, bien au contraire5.

  • 6 Dans la Grèce ancienne le terme muthos, opposé à logos, désignait une cérémonie religieuse prise d (...)
  • 7 La signification d’un terme (« finir ») n’est pas exacte dans la mesure où « il n’existe pas de te (...)

4Par ces quelques notations, se dessine ce que les anthropologues soulignent généralement comme une constante : le rapport étroit entre le sacré et le mythe. Ce dernier, en effet, renvoie à une histoire fondatrice, inviolable, nécessaire qui appartint d’abord au monde du divin, souvent rappelée à l’occasion de cérémonies rituelles6. Ces deux grandes interprétations sur la fable et le récit évidemment ne s’excluent pas radicalement l’une l’autre. En effet, la multiplication des exégèses du « récit des origines », par exemple, favorise un appel simultané à l’imaginaire qui conduit à construire peu à peu d’autres récits, d’autres spéculations qui se complètent, se répondent et qui « finissent7 » par n’entretenir qu’un lien très lointain, voire totalement étranger à la relation primordiale.

  • 8 Jung Carl-Gustav et Kerényi Christophe, Introduction à l’essence de la mythologie, trad. fr., Pari (...)
  • 9 Voir en dernier lieu sur le mythe des villes englouties le catalogue de l’exposition La légende de (...)
  • 10 Rank O., op. cit., p. 33, cité par Boudrot Pierre, « Le héros fondateur », Hypothèses 2001, École (...)

5Ce qu’il convient d’entreprendre maintenant c’est de déterminer la façon dont la fonction de ces récits des origines et de la compréhension de la condition humaine peut trouver une application dans un espace social circonscrit, à la fois significatif et spécifique : la ville. Parce que les mythes n’ouvrent pas tant sur la question du « pourquoi » mais sur l’affirmation du « à la suite de quoi8 », ils peuvent participer directement de l’histoire des fondations urbaines – mais aussi de leur destruction9 – dont plusieurs des civilisations de l’Antiquité méditerranéenne fournissent des exemples célèbres. Mais parce que l’interrogation que sous tend le mythe porte aussi sur les modalités qui ont pu le faire naître10, sur l’étiologie du fait, elle indique plusieurs démarches à l’historien des villes. Plus qu’elle ne l’incite à connaître la véracité de sa réalité, elle l’encourage à repérer les événements magnifiés par les acteurs urbains et à analyser les conditions pour lesquelles ils furent plus ou moins mis en scène. Autrement dit, il s’agit de savoir pourquoi et comment la ville construit des mythes. Non plus à travers des récits inscrits dans une mémoire dont la source est inaccessible parce que tenue pour intemporelle mais au regard d’un contexte avéré de faits repérables et cumulatifs.

  • 11 Perrot Jean-Claude, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris, 1975, p. 15-27.
  • 12 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de (...)

6La sur-valorisation de tel événement enfoui, réinterprété voire inventé dans le processus des histoires urbaines, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, constitue généralement la réponse à une nécessité, voire à une crise. Des difficultés économiques, des changements radicaux dans le fonctionnement de la cité, le surgissement de conflits, bref ce qui peut être ressenti comme la perte d’une identité, incitent les autorités locales à mobiliser l’histoire, à élaborer autour d’elle un système de représentations pour leur donner un sens afin de surmonter la tension. La nécessité de construire, ou de reconstruire, la cohésion sociale les conduit, autour des réalités présentes, à élire ou à faire élire, par exemple par des cercles académiques, une série de faits remarquables face à des adversités désignées. Après Jean-Claude Perrot, qui l’avait dévoilé à propos des référents druidiques et celtes attachés à Caen aux xvie et xviie siècles surtout11, Philippe Guignet, dans son travail sur les villes de Flandre, de Hainaut et des Pays-Bas autrichiens au xviiie siècle, a très bien montré l’émergence soutenue du « mythe romain » voire du « mythe franc » dans la revendication institutionnelle scabinale. Ces origines illustres revendiquées à Tournai, Cambrai, Valenciennes ou Mons permettaient aux maires et échevins « d’être perçus comme des sénateurs de la petite Rome12 », d’adopter un cérémonial digne de ces prestigieuses généalogies. Elles accordaient aussi à la ville une épaisseur historique, une respectabilité séculaire qui n’étaient pas inutiles face aux ambitions des pouvoirs centraux qui souhaitaient contrôler voire limiter les particularismes et les privilèges urbains au siècle des Lumières.

  • 13 Citation extraite du beau livre de Delattre Simone, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xi (...)
  • 14 Sansot Pierre, Poétique de la ville, Paris, 1988, p. 18, 51 sq., 153-164.
  • 15 Higonnet Patrice, Paris, Capital of the World, Cambridge (Mass.), 2002, trad. fr. à paraître.
  • 16 Ibid., chap. 1, p. 8.

7Pour la période suivante, Paris fournit un autre exemple plus complexe parce que plus diffus. À côté de profondes transformations que la capitale française subit au cours du xixe siècle, de son essor démographique et migratoire, des aspects tranchés de sa nouvelle géographie sociale, s’élabore l’histoire d’un Paris souterrain et nocturne, inquiétant et incontrôlé, l’établissement d’une nouvelle Babylone. Sous l’impulsion essentielle d’une littérature souvent populaire par sa diffusion en feuilletons (Balzac, Eugène Sue, Victor Hugo, Ponson du Terrail), s’organise un système de représentations qui fait la part belle aux bas-fonds dont le peuple de la nuit « anonyme, coupable, traqué13 » marquera longtemps le paysage imaginaire parisien de son empreinte14. Mais ce Paris des classes dangereuses ne constituait pas le seul ressort mythique attaché à la capitale. Patrice Higonnet vient de montrer que le xixe siècle favorise aussi les lectures successives d’un Paris centre et mère des révolutions, symbole de la modernité haussmannienne, espace érotique et sauvage des surréalistes15, comme si cette présentation grossièrement chronologique « revenait à dire que chaque époque dans l’histoire de l’humanité a le type de mythes dont elle a besoin16 ». Pour autant, la construction d’un récit mythique justificatif pouvait aussi s’inscrire comme la marque d’une opposition à une autre cité, tenue pour concurrente et conquérante.

  • 17 Saunier Pierre-Yves, L’esprit lyonnais (xixe-xxe siècles), Paris, 1995, p. 31.
  • 18 Voir l’excellent article de Benoît Bruno, « Histoire, mémoire et identité politique », Annales his (...)
  • 19 Dujardin Philippe et Saunier Pierre-Yves, Lyon (1840-1914), l’âme d’une ville, Lyon, s. d.
  • 20 Le Progrès, septembre 1882, cité par Dujardin Ph. et Saunier P.-Y., Lyon, op. cit., p. 103.

8Le cas de Lyon à ce sujet, est assez intéressant. Au xviiie siècle les archéologues locaux, tout en connaissant parfaitement la fondation de la colonie romaine préfèrent tenir un discours sur son origine « qui se perd dans la nuit des temps17 », repoussant ainsi les limites en deçà de l’histoire classique. Puis la ville, revendiquant sa dimension religieuse, est désignée comme la seconde Rome, la porte du christianisme en Gaule, la cité des martyrs et des persécutions. Ce dernier caractère se trouva largement valorisé au xixe siècle, au regard des événements révolutionnaires et de l’opposition qui se dessina entre la Convention parisienne et le fédéralisme lyonnais. Face au souvenir tragique de Chalier, du siège de 1793 et de la répression qui s’en suivit18, Lyon, peu à peu, chercha à se distinguer de Paris, à construire ses territoires symboliques qui ne devraient rien à l’histoire de la capitale, ni même de la France mais se trouveraient révélateurs et marqueurs de caractères singuliers. L’antiparisianisme, vecteur de l’identité politique lyonnaise, lentement établi au cours du xixe siècle, s’appuya sur le martyrologe de 1793 qui s’apparentait moins à un récit des origines qu’à une dramatisation extrême de cette autonomie citadine déjà présente sous… la domination romaine. Le site lui aussi illustrait ce rêve rhodanien de s’affirmer quand même comme une autre capitale. Les deux collines lyonnaises tiendront parfaitement ce rôle. Fourvière d’abord, désignée comme « espace mythologique entre deux symboles19 » : celui de Paris rappelé par la tour métallique (1894), celui de Jérusalem par la basilique (1898). La Croix-Rousse ensuite, ce mont Aventin lyonnais, colline plébéienne, d’abord rejetée après les soulèvements des années 1830-1850 (1831, 1834, 1849), devenue, dans la seconde moitié du xixe siècle le lieu « des braves tisseurs [ayant une] foi inébranlable dans les destinées de la République20 » au moment où l’usine anonyme l’emporte sur l’atelier familial et le mouvement anarchiste menace les soubassements de l’ordre politique.

9Cette (re)création identitaire qui se fonde sur l’élaboration d’un ou plusieurs récits mythologiques ne passe pas seulement par la remémoration écrite ou la construction d’événements plus ou moins lointains qui répondent à une attente. Elle s’appuie aussi sur d’autres éléments qui participent de l’existence même du mythe et de sa compréhension sociale et culturelle.

  • 21 Je renvoie aux remarques pertinentes de l’introduction de Micoud André dans Des hauts lieux : la c (...)
  • 22 Certeau Michel de, La faiblesse de croire, Paris, 1987, p. 208.
  • 23 Caillois R., op. cit., p. 23 ; Centlivres Pierre, Fabre Daniel et Zonabend Françoise (dir.), La fa (...)
  • 24 Boudrot P., art. cité, p. 176.
  • 25 Müller M., Nouvelles études de mythologie, trad. fr., Paris, 1898, p. 43.
  • 26 À ce sujet, l’ouvrage de Billard Claude et Guibert Pierre, Histoire mythologique des Français, Par (...)
  • 27 Cité par Saunier P.-Y., op. cit., p. 85.

10Deux structures essentielles peuvent être retenues sans qu’elles soient bien sûr toujours spécifiques de la mythologique urbaine. D’abord les vecteurs potentiels autour desquels s’organise la trame du récit. Ce peut être un événement tenu pour fondateur sans que celui-ci réponde nécessairement, on l’a vu, à une chronologie précise. Le « fait » initial s’inscrit alors plus aisément dans un territoire de la ville élu comme tel : la colline de la Croix-Rousse, les égouts de Paris, une place, un édifice religieux21. Manière de procurer un haut lieu à l’utopie puisqu’un « événement fondateur est proprement impensable autrement qu’à partir de l’espace d’interprétation qu’il rend possible22 ». Topographiquement désigné, il a pourtant besoin d’être soustrait de son environnement pour devenir un symbole dont chaque citadin pourra se saisir. Enfin, sans être très originale, la construction mythologique urbaine s’approprie aussi des héros. Sans développer ici longuement cette notion fondamentale, on en rappellera simplement quelques linéaments. Le héros, tel qu’il apparaît dans les récits de dévoilement, est fondamentalement lié au mythe23. Il est en effet celui qui, en dépassant ses limites et en subissant des épreuves initiatiques parfois sacrificielles, résout des conflits dans lesquels l’individu se débat24. C’est la découverte et l’usage de ses qualités hors du commun, soit à travers une figure de rupture par le don de soi, soit par une proposition de consensus grâce à la stabilité sociale et institutionnelle qu’il apporte, qui le place entre les hommes et les dieux, entre le mythe et l’histoire25. Exception faite de leurs possibles héros fondateurs, les villes de l’époque moderne et contemporaine ont élu comme tels des personnages qu’il faudrait plus souvent qualifier de grands hommes26. Ils se trouvent pourtant être désignés comme tels dans la mesure où ils apparaissent comme des êtres providentiels qui procurent une image idéale de compensation et de grandeur dans laquelle chacun des habitants de la cité et tous à la fois peuvent se reconnaître. Cette idiosyncrasie constitue d’ailleurs une condition indispensable afin que le mimétisme puisse être entretenu. N’est-ce pas Morel de Voleine qui peut écrire dans La Gazette de Lyon en 1847, à propos de Guignol, devenu la figure emblématique de la ville, « [c’est] le héros, le personnage par excellence. C’est un bon lyonnais représenté par un personnage mythique un peu exagéré, il est vrai, mais qui le résume parfaitement27 ».

  • 28 Voir la position d’Hicart A. M., The Life going Myth, 2e éd., Londres, 1970 et celle de Lévistraus (...)
  • 29 Belmont N., op. cit., p. 130-132.
  • 30 Caillois R., op. cit., p. 25-26.

11Le second ensemble structurel que l’on évoquera plus brièvement, touche au rituel possible qui s’attache généralement au mythe puisqu’un lien existe entre ces deux signes. Sans entrer dans les interprétations différentes que suscitèrent le rapport entre mythe, rite et organisation sociale28, on ne privilégiera pas ici la signification du mythe comme « l’exégèse d’un rituel » (Pierre Saintyves)29 mais on considérera davantage le second comme la réactualisation du premier30. Dans le cadre de la ville, à côté d’une tradition orale qui ici comme ailleurs peut l’entretenir, il existe en particulier à partir du xviie siècle, des vecteurs qui participent peut-être davantage de la culture urbaine. On songe d’abord à l’écriture des histoires citadines, œuvres de commande bien souvent et soutien, on l’a vu, de possibles revendications significatives. Mais la ville permet aussi une large utilisation presque quotidienne de l’imprimé par l’intermédiaire des affiches, des journaux, des textes de chansons qui n’hésitent pas à prendre pour sujet l’événement significatif, le personnage exemplaire. La désignation des acteurs du mythe, quels qu’ils soient, permet aussi à la ville d’utiliser un espace privilégié pour ériger un monument évocatoire qui vient fixer la mémoire collective et organiser un éventuel rituel.

  • 31 Agulhon Maurice, « Imagerie civique et décor urbain » et « La statuomanie et l’histoire », L’histo (...)
  • 32 Voir les attaques virulentes (?) de Louis Veuillot à l’endroit de l’érection des statues de « gran (...)
  • 33 À ce sujet, cf. le dossier réuni et analysé par J.-M. Moeglin à propos des projets de statue sur l (...)

12Le contexte politique, urbanistique, culturel du xixe siècle est aussi propice au développement de la statuaire célébrant ce que l’historien Maurice Agulhon31 ne nomme pas mythe mais symbole. Idéologique ou politique, la statue participe alors du nouveau paysage de la ville au même titre que les fontaines monumentales, les gares ou les édifices religieux. Mais elle développe aussi une sorte de pédagogie allégorique qui, au nom d’un humanisme libéral, célèbre les gloires locales ou les événements remarquables devenus objet d’une héroïsation violemment dénoncée par certains32. Parfois d’ailleurs la manière dont l’artiste exécute le sujet accentue tel ou tel aspect du récit fondateur et tel détail souligné excessivement devient alors un trait essentiel de référence33.

13Il n’est pourtant pas toujours assuré que ces constructions édilitaires, qui d’une certaine manière ne sont que l’expression publique et offerte en permanence d’une manipulation et d’une réinterprétation du passé, aient toujours favorisé la tenue durable d’un rituel. Le besoin du mythe pour la ville moderne ou contemporaine, qu’il s’organise autour d’un récit des origines glorieuses, d’un événement salvateur, d’un personnage exemplaire, semble souvent associé à des circonstances spécifiques de forte intensité mais de durée assez brève. La crise passée, le mythe ou son héros s’enfouissent alors dans l’épaisseur terne du quotidien jusqu’à ce qu’un nouvel événement conflictuel, local ou national, réactive l’histoire commune et exceptionnelle. Or, appliquées à Dunkerque dans sa relation à Jean Bart, les structures de la mythologie ne manquent pas de poser un certain nombre de questions sur les conditions de cette appropriation du corsaire par la ville, sur le statut du personnage, sur la chronologie du phénomène, sur les principes et les exégèses de la réitération rituelle qui continue d’exister aujourd’hui.

Du corsaire du royaume au héros urbain

  • 34 On ne peut malheureusement renvoyer à aucune biographie sérieuse et récente de Jean Bart sinon au (...)

14Avant de s’interroger sur les données qui ont favorisé et entretenu une telle situation, il convient de souligner fortement que Jean Bart est un personnage historique, né et mort à Dunkerque (1650-1702). Certes, la carrière aventureuse et parfois risquée du marin, ses coups de main hardis, ses prises spectaculaires, ses revers de fortune aussi sont parfois dignes de ces voyages initiatiques remplis d’embûches et d’exploits que le récit mythologique trace autour du héros désigné. Mais, tels quels, ces épisodes font « seulement » de Jean Bart un personnage important de la marine de course de Louis XIV34.

  • 35 Pour tout ce développement, je suis de près l’article de Gourarier Zeev, « Le mythe des écumeurs d (...)

15Cependant, à partir de cette trame historique, se développa d’abord une sorte de « légende noire » du corsaire alimentée à partir des Mémoires du comte Forbin, marin provençal, compagnon d’armes de Bart, ombrageux et vantard. Cette charge fit pourtant long feu et se trouva lentement relayée par une appréciation beaucoup plus positive soutenue à la fois par l’estampe et plus encore par le livre35. En effet, dès 1758, Adrien Richer fait paraître une première Vie de Jean Bart, promise à un grand avenir dans la mesure où elle eut pendant plus d’un siècle de nombreuses éditions fixant durablement certains traits qui accompagnèrent la figure du navigateur dunkerquois. Le livre de Richer, en effet, mêle à la description d’authentiques événements (la fameuse prise d’un convoi hollandais de blé qui sauve le royaume de la famine en 1695 par exemple) des saynètes qui ont pour fonction de présenter les traits de caractère propres au marin. Quatre serviront spécialement à dessiner les contours originaux du héros.

  • 36 Dans sa critique du livre de Richer Adrien (éd. 1780), en 1781, Le Mercure françois écrit : « On s (...)
  • 37 « Récits apocryphes destinés à être vendus dans les campagnes par les colporteurs entre l’histoire (...)
  • 38 C’est le cas de l’épisode du fils attaché au mât, de la rencontre de Bergen ou du voyage de Conti.

16Le premier concerne l’épisode où Bart, lors d’un combat, attache son fils à un mât afin de vaincre sa peur et d’aguerrir son courage. La deuxième relate l’initiative perfide d’un capitaine anglais qui, à Bergen, l’invite à son bord pour attirer Bart dans un piège que notre câpre évente, menaçant alors de tout faire sauter en tenant une mèche allumée sur un baril de poudre. La troisième évoque les deux épisodes versaillais où le corsaire se permet, en dépit d’une interdiction formelle, de fumer en présence du roi et, ayant fait mettre les gentilshommes en ligne, les bouscule rudement pour leur montrer la manière dont il perçait le blocus adverse. Le quatrième se rattache au voyage de 1697 où, servant d’escorte au prince de Conti, il lui avoue après avoir échappé à l’ennemi qu’il n’aurait pas hésité à tout faire sauter plutôt que de se rendre. Ces divers épisodes, souvent repris dans d’autres biographies en dépit des doutes de certains36, se trouvèrent enrichis par de nouvelles séquences. Dans son Histoire de la Marine, publiée en 1836, Eugène Sue, circonspect à l’endroit des « scènes versaillaises37 », préfère broder sur les exploits de ses ancêtres et sur les relations pacifiques du Dunkerquois avec son entourage. Pour sa part, Vanderest, auteur en 1841 d’une Histoire de Jean Bart, lui aussi très sévère à l’endroit de certains points de l’œuvre de Richer, n’en confirme pas moins certaines anecdotes qui deviennent alors exemplaires38.

  • 39 Gourarier Z., art. cité, p. 277.
  • 40 Dans son journal, Jean Bart, personnage au langage direct et très familier, s’en prend sans ambage (...)
  • 41 Situation que Bart avait déjà connue en compagnie de Forbin mais que la postérité transforma en ex (...)

17Malgré des réserves réciproques, ces constructions successives du récit, loin de se neutraliser dans la mémoire collective, s’additionnent voire même se renforcent pour les épisodes repris partout. L’insistance avec laquelle les auteurs mettent en relief certaines des péripéties de la biographie du marin dessine peu à peu les facettes mythiques du personnage et leur portée édifiante. Dans son étude Z. Gourarier dégage de la saga trois figures héroïques39. L’une, plutôt classique pour un personnage de cette trempe, relève des exploits militaires tenus pour exceptionnels accomplis durant les guerres louis-quatorziennes : multiplication des prises en particulier des convois de céréales, forcement de blocus, ardeur au combat soulignent le courage sans faille, l’intelligence tactique, le sens du devoir à l’égard du souverain qui jurent avec la félonie et l’impéritie des ennemis. Mais ce sont d’autres récits anecdotiques qui confèrent à Jean Bart sa stature plus originale, celle de héros populaire. Elle s’appuie d’abord sur ses prétendues origines sociales humbles, un fils de simple pêcheur, qui ne l’empêchent pas de devenir officier de Sa Majesté et d’être anobli. D’où cette manière à la fois contestataire, familière et égalitaire avec laquelle il traite les courtisans de Versailles, le prince de Conti, voire le Roi-Soleil lui-même. Ce refus affiché de la préséance et de la hiérarchie curiale lui octroient une dimension quelque peu provocatrice que le peuple pouvait partager, faisant de lui, après 1789 et 1830, un précurseur d’une réelle égalité face aux bien-nés. De ce point de vue, après quelques autres, Hébert, le journaliste révolutionnaire du Père Duchesne ne s’y était pas trompé40. Le troisième grand trait se rattache au caractère sacrificiel mis en avant par ses biographes. À plusieurs reprises (en particulier dans l’épisode de Bergen ou dans celui du voyage de Conti), il apparaît comme celui qui serait capable de se sacrifier pour éviter l’humiliation de la défaite et de la captivité41. Mieux encore, il est prêt à bafouer son amour paternel pour signifier à son fils le rude apprentissage du courage nécessaire.

  • 42 D’après le catalogue, très incomplet, de la Bibliothèque nationale de France, on compte, entre 183 (...)
  • 43 Depuis 1806, il existait une place Jean Bart, anciennement place Dauphine, qui avait pris ce nom a (...)
  • 44 On songe au Recueil des lois maritimes de Pardessus, aux Dictionnaires de Willaumez et de Jal, aux (...)
  • 45 On pense bien sûr à l’affaire du missionnaire Pritchard à Tahiti en 1844. Cf. Jardin André et Tude (...)
  • 46 Arch. mun. Dunkerque, La Dunkerquoise (9 septembre 1845).

18Ainsi lorsque la statue est inaugurée en septembre 1845, la dimension héroïque du marin est déjà bien affirmée. Avant cette date, la lecture et la diffusion de petits ouvrages, copies résumées de celui de Richer42, la publication de livres plus savants en apparence et la représentation de pièces de théâtre, la transmission orale probablement, la timide inscription locale aussi43 favorisent la propagation de cette mythologie héroïque sans que l’on puisse vraiment en mesurer l’étendue de sa distribution sociale, spécialement à Dunkerque. Cela suffisait-il pour autant à faire de Jean Bart ce héros véritable dont la ville et sa population se saisirent ? Probablement pas. D’autres éléments entrèrent alors en ligne de compte. Le contexte de la Restauration et de la monarchie de Juillet est incontestablement favorable au fait maritime, entendons par là non seulement le « désir de rivage » mais encore l’intérêt pour un glorieux passé national comme pour les expéditions militaires et coloniales présentes. Ce goût prononcé pour la mer favorisa alors le développement de travaux savants sur les Lois maritimes, les Dictionnaires de Marine44 et l’essor de revues spécialisées dans la navigation et les choses océanes. La Revue maritime, La France maritime, Le Navigateur ou Le Journal des naufrages paraissent tous au cours de cette période. Simultanément au tournant des années 1840, le régime de Louis-Philippe s’inscrit aussi dans un climat international assez conflictuel avec l’Angleterre en dépit de l’instauration de la première entente cordiale. Après les épisodes querelleurs entretenus par Thiers en 1835-1838, c’est la rivalité coloniale dans le Pacifique qui attise les tensions. L’affaire du missionnaire anglais Pritchard, expulsé de Tahiti nouvellement passé sous protectorat français, ravive les passions patriotiques45. Plusieurs des textes écrits et publiés à l’occasion de la fête de septembre 1845 se feront l’écho de ce climat belliqueux. « Comme lui gardons de l’outrage/l’honneur du pavillon français » prévient par exemple M. Perrot auteur d’une autre cantate au marin en lui faisant dire : « Aux nations de son œil menaçant/redit encore : Tremblez, je vous surveille46. »

  • 47 Gasnier Thierry, « Le local. Une et indivisible », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire (III), (...)

19C’est en outre la période où les villes cherchent dans leur passé une figure susceptible de s’identifier à elles. Ce personnage éponyme serviteur de la Nation devait posséder des qualités éminentes capables de s’apparenter à celles de la cité elle-même. Manière pour chaque cité d’associer le local au national47, de relier la petite patrie à la grande nation.

20La galerie de portraits des célébrités de Dunkerque, à quelques exceptions près, se résumait à des hommes de mer combattants nombreux et intrépides, acteurs de coups de main audacieux avant comme après Jean Bart. Le choix de ce dernier s’explique aussi par la situation charnière qu’il occupe dans l’histoire de la ville. Hormis ses réelles prouesses, Bart eut la chance de naître (1650) dans une ville qui allait devenir définitivement française en 1662 et donc de ne servir qu’un maître : le roi. Ses illustres prédécesseurs, Michel et Jean Jacobsen, Gaspard et Cornil Bart étaient aux ordres des Habsbourg d’Espagne ; ses contemporains ou ses successeurs, Saint-Pol, Forbin, Thurot ou Castagnier n’étaient pas dunkerquois. Ainsi, en cette période avide de grands hommes et d’exploits maritimes, Bart, grand guerrier, fidèle à son souverain en dépit des sollicitations ennemies à la veille de la guerre de Hollande (1672) était l’homme de la situation. Célébrer la figure de Jean Bart c’était à la fois valoriser la France éternelle, celle des grands serviteurs de l’État et/ou de la patrie et par-là se dédouaner vis-à-vis du règne de Louis XIV, monarque absolu de droit divin, à qui il ne convenait plus de se référer dans cette période louis-philipparde qui s’accommodait fort bien d’une monarchie « bourgeoise » et constitutionnelle.

  • 48 Cabantous Alain, « … Et la ville saisit le héros », catalogue de l’exposition Sacré Jean Bart. Du (...)
  • 49 Arch. mun. Dunkerque, Per.001.

21Toutefois, c’est bien entendu l’inauguration de la statue lors de la fête des 7 et 8 septembre 1845 qui conforta durablement la dimension héroïque du personnage et conduisit à enraciner sa légende confirmée dès lors comme récit authentique. En dépit de multiples difficultés administratives et gestionnaires48, des atermoiements des autorités politiques – l’absence du prince de Joinville, sollicité, l’atteste –, les cérémonies et réjouissances de 1845 constituent une véritable manifestation populaire, point de départ nécessaire. Alors que la souscription lancée pour financer le projet n’avait eu qu’un faible écho dans les cabarets et les cafés, la fête de septembre rassemble au moins 30 000 personnes de toutes conditions et dépasse même le cercle des habitants du lieu. Si cette foule massée sur la place se retrouve ensemble en chantant cette Cantate à Jean Bart, composée par deux Dunkerquois (Fontemoing et Riefenstahl) et distribuée à plus de deux mille exemplaires, une partie de la bourgeoisie locale conforte aussi la dimension exceptionnelle du personnage choisi en participant à une « couronne poétique » dont les meilleurs morceaux furent publiés dans La Dunkerquoise du 9 septembre 184549. À travers la quinzaine d’hymnes, de cantates, de poésies diverses reproduites dans la presse, la qualification héroïque est patente. Support du refrain de l’hymne composé par A. Dasenbergh (« Nous léguons ton image à la postérité, héros qui tant de fois couronna la victoire »), elle s’appuie essentiellement sur les performances guerrières de Bart (« Et vous qui rappelez la face du héros, ce géant des batailles », H. de Féraudy) accomplies au service de la patrie, de sa ville bien sûr (« Apparaissez Jean Bart, votre chère patrie, aux yeux de l’univers, éveille un souvenir Jean Bart » ou encore « Jean Bart, la voix de ta patrie redit ta gloire et ton nom immortel » écrit Fontemoing) mais la France tout autant (« Ici la France entière salue avec amour ton triomphal retour », A. P.). Cette dimension exceptionnelle se trouve encore renforcée par la référence assez constante aux épisodes les plus spectaculaires et les moins « vraisemblables ». Les humbles origines de celui qui a été élu sont rappelées avec insistance. « Du plébéien Jean Bart, voici la noble image », souligne le sous-inspecteur des douanes Rojane et Dasenbergh de préciser « Du peuple issu mais grand par ton génie. »

  • 50 La référence directe aux héros antiques est peu présente dans ces essais poétiques. Seul M. Alisse (...)

22Bref, les créations littératures qui entourent l’inauguration, les supports musicaux qui en permettent plus aisément l’appropriation insistent largement sur l’héroïsation d’un personnage que l’on tient pour vivant. « Oui le héros absent on le cherchait partout », reconnaît Alisse et d’ajouter aussitôt « Mais Jean Bart est debout ». Bien des auteurs, dans une supplique impérative en appellent à la reviviscence du personnage : « Viens, viens Jean Bart où tu reçus la vie » écrit Dasenbergh et H. de Féraudy de commencer chacune de ses strophes par un impérieux « Apparaissez Jean Bart ». Emporté par son inspiration M. Pérot s’exclame : « Du sein des morts comme un spectre en fureur, tu t’es levé debout pour nous défendre. » D’autres le voient vivant à travers le dévoilement de la statue : « Honneur à l’image vivante du héros cher à nos remparts » proclame H.-A. Gouttière dans une cantate restée inédite50.

  • 51 Eliade M., Aspects du mythe, op. cit., p. 33-34.

23Mais la lecture de ces poésies diverses frappe aussi par la place que tient le vocabulaire spirituel. Ce qui, en la circonstance, s’explique dans la mesure où le mythe et ses expressions ritualisées impliquent une expérience religieuse. « On vit le mythe parce que l’on est saisi par la puissance sacrée […] parce que le mythe relate une histoire “sacrée” et que ses personnages sont reconnus comme des êtres surnaturels » écrit Mircea Eliade51. La fête de Jean Bart, construite déjà à partir d’une assise héroïque proclamée, ne pouvait que renforcer la fonction mythique en l’inscrivant dans une réalité soutenue par des métaphores célestes qui annoncent l’apothéose du héros (« Les cieux vont retentir de solennels concerts », Féraudy ; « Entends nos cœurs du haut des cieux », Gouttière). Le vocabulaire des cantates et des hymnes chantés « par des vierges aux timides voix » jongle avec l’appel des bénédictions, les trésors pieux, les bannières et les étendards sacrés, la sainte ivresse des participants. Plus spécifiquement, plusieurs textes appellent à transformer, au lendemain de la cérémonie et pour le futur, « la statue en autel ». Cette métamorphose du monument doit permettre de réformer la place elle-même pour en faire l’espace désormais désigné afin de recevoir les sacrifices que la ville acceptera de consentir pour se conformer au modèle, pour entretenir l’histoire mythique. Cet autel public, contrairement à la tradition antique, ne séparera pas du profane mais, remplacera le haut lieu par un espace sacré.

  • 52 Piette Albert, Les religiosités séculières, Paris, 1993, p. 5.
  • 53 Il faudrait pouvoir suivre les étapes qui ont conduit le Carnaval à s’achever autour de la statue (...)
  • 54 Cf. les contributions de Cabantous A. et de Fournier N. dans le catalogue de l’exposition Sacré Je (...)

24Nouveau centre d’une religion séculière52, il se maintiendra grâce à une recharge sacrale régulière et acceptée collectivement. Chaque année53, au terme du Carnaval du dimanche gras, une foule de nouveaux célébrants viendra y chanter la cantate à Jean Bart, parfois un genou à terre, le plus souvent en se tenant les mains. Plus épisodiquement, cette place constituera le cadre de célébration de grands événements nationaux. C’est là que seront déposés les trophées de 1914-1918 (mitrailleuses, avions allemands) avant le défilé des troupes victorieuses. C’est là surtout que, dans la ville en ruine, après les bombardements de juin 1940, les habitants verront se dresser intacte ou presque la statue plus que jamais protectrice face aux envahisseurs qui refuseront eux aussi de la déboulonner. Alors que la défaite humiliante déferlait sur la France, une sorte de miracle avait eu lieu puisque, surgie des décombres de la ville et du pays, l’image du héros épargnée devenait l’unique gardienne de la mémoire commune, la seule et ultime concrétisation de la puissance du génie local, bienfaiteur confirmé des habitants meurtris et dispersés54.

25Il reste bien sûr à se demander pourquoi, autour des années 1840, Dunkerque, au-delà du choix d’un personnage représentatif, fabriqua autour de Bart la figure d’un héros ; de comprendre comment la légende se métamorphosa en mythe ? Autrement dit de déterminer les conditions qui ont permis à une « cité » de transformer ce que l’on suppose erroné ou inventé en ce que l’on tient pour véridique et de se saisir de récits particuliers pour ériger un imaginaire en référence identitaire ? Il s’agit donc de savoir à quels ressorts profonds répondaient cette élection et ce transfert ?

26On a déjà évoqué rapidement le contexte général du premier xixe siècle lié aux nouvelles potentialités des paysages urbains, à l’essor de la statuaire, au désir des villes de participer à la construction de l’histoire française à travers un homme plus ou moins célèbre pour son action en général et pour ses faits d’armes en particulier. Il y avait alors une sorte d’obligation ressentie presque confusément par une localité de réécrire et de relire son histoire face à des situations locales voire nationales difficiles.

  • 55 Gasnier Th., « Les héros de l’histoire… », art. cité.
  • 56 Faulconnier Pierre, Histoire de Dunkerque, Bruges, 1730, p. 8 ; voir l’analyse critique de cette a (...)

27La célébration éclatante de Jean Bart puis sa pérennité correspondaient d’abord à une période où Dunkerque, comme d’autres villes, éprouva le besoin de rétablir une sorte de hiérarchie mise à mal par la nouvelle organisation administrative. Avant 1789, chaque communauté urbaine tentait de se singulariser par la défense de son statut et de ses droits d’autant plus précieux qu’ils étaient anciens. Le nombre d’habitants, la croissance de la population et, jusqu’aux années 1750, les activités économiques importaient moins pour le prestige citadin qu’une fondation antique, une charte royale, des privilèges et des murailles. Dunkerque, sans être d’ancienne création, pouvait s’enorgueillir d’être devenue célèbre depuis son rattachement très tardif au royaume (1662). Les prérogatives reconnues à ses habitants, sa confirmation de place forte et d’arsenal maritimes, enfin ses succès éclatants dans la guerre de course lui avaient octroyé un rôle important dans la France d’Ancien Régime. Or « la nouvelle géographie administrative55 » issue des réformes révolutionnaires modifia complètement ces références. Désormais, dans le cadre égalitaire du département, des reclassements douloureux s’opérèrent en vertu de la situation spatiale, de la démographie, du dynamisme urbain. En 1840, Dunkerque, au même titre qu’Avesnes ou Hazebrouck, n’était qu’une sous-préfecture un peu exilée dans un département qui s’étirait sur plus de cent kilomètres du nord-est au sud-ouest. Comment alors valoriser la cité, lui accorder une spécificité éclatante ? Les édiles ne pouvaient passer par l’affirmation d’un retour aux origines trop incertaines et surtout trop récentes, en dépit de l’affirmation de Pierre Faulconnier qui avait fait de saint Éloi l’évangélisateur de la contrée et le fondateur en 646 d’une église des Dunes (Dune-kerke)56. Seul le recours à un personnage illustre, comme dans beaucoup d’autres cités, Dieppe par exemple qui fête Duquesne en 1844, autorisait la fondation d’une identité nouvelle.

  • 57 Étrangement ( ?) Lemaire Louis dans son Histoire de Dunkerque, 2e éd., Dunkerque, 1983, n’en parle (...)
  • 58 Delattre démissionne en avril 1845 et par décision préfectorale c’est Laurent Lemaire qui fait fon (...)
  • 59 Arch. mun. Dunkerque, La Dunkerquoise (24 avril 1845).

28À côté de ces ébranlements, de ces choix qui n’étaient pas spécifiques à Dunkerque, le surgissement éclatant de Jean Bart s’inscrivit dans un contexte local qui, dans les années 1840-1845, devait faire face à trois difficultés assez importantes. La première touchait au fonctionnement chaotique de l’institution municipale en crise au cours cette période57. L’absence d’un maire lors de la fête de septembre 1845 ne fit que refléter une situation peut-être difficile depuis plusieurs années. Les registres de délibérations du conseil municipal sont peu diserts sur le sujet, exception faite des nombreux changements des présidents de séances entre la fin de l’année 1844 et le 27 septembre 1845. Cependant cette instabilité, partiellement due à l’indisposition prolongée du maire Delattre58, ne cachait-t-elle pas des rivalités de personnes sinon de clans ? Le journal La Dunkerquoise, en date du 19 avril 1845, apprenait à ses lecteurs que Beck, deuxième adjoint qui avait fait fonction de premier magistrat de la ville durant le début de l’année, venait de donner sa démission alors qu’il « supportait à peu près seul tout le poids de l’administration » et l’article de la semaine suivante dénonçait « une administration qui s’est constamment tenue dans une inaction pour ainsi dire complète59 ».

  • 60 Thelliez Étienne, « Les industries de l’agglomération dunkerquoise », Revue du Nord, 1957, p. 13-4 (...)
  • 61 76 armements en moyenne entre 1831 et 1836, 78 entre 1837 et 1841, 81 entre 1842 et 1846, dans Du (...)

29Le deuxième élément se rapporte à l’émergence d’une crise sociale. Dunkerque pendant la première moitié du xixe siècle demeure une ville essentiellement tournée vers la mer et la pêche. Elle entame timidement son industrialisation seulement en 1843 avec l’implantation d’une manufacture de traitement de jute, qui emploiera cinq cents ouvriers en 1851, et d’une huilerie établie en 1845 près du canal de Bergues60. Au début de la décennie 1840, la principale activité économique, avec le trafic du port, reste la pêche de la morue dont le nombre des armements tourne en moyenne autour de 75 à 80 unités entre 1830 et 184661 mobilisant, selon les années, entre 900 et 1 300 hommes d’équipage. Or c’est dans ce secteur qu’éclata une tension en 1843-1844. En décembre 1843, les armateurs tentèrent d’imposer un nouveau règlement qui prévoyait une réduction du salaire des pêcheurs. Dès janvier 1844, un conflit ouvert éclata entre les deux parties et les navigants firent peser la menace d’un refus d’embarquement pour la campagne du printemps suivant. Afin de casser le mouvement, les armateurs commencèrent à entreprendre le recrutement d’un certain nombre de marins belges, provoquant une nouvelle agitation suivie d’une pétition adressée par les pêcheurs au ministre de la Marine en février. Finalement un accord fut trouvé et les armements purent se dérouler en temps voulu. Symbole même de la naissance puis de la richesse de la ville, les pêcheurs, réinsérés dans l’organisation sociale et hiérarchique de la cité, trouvèrent une place de choix lors de la fête de septembre et l’itinéraire du principal cortège sillonna les vieilles rues du quartier maritime comme signe de reconnaissance et de réintégration sociale.

  • 62 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord (1829-1856), Lille, 28 vol., BNF (...)
  • 63 Dans un de ses articles, L. Lemaire, reprenant le document statistique, indique le nombre de 23 80 (...)

30On relèvera enfin que Dunkerque, pendant la monarchie de Juillet, n’est pas vraiment une ville démographiquement dynamique. Au début du règne de Louis-Philippe, elle est encore loin de son niveau de 1789. Si l’on se réfère avec une indispensable prudence aux Annuaires statistiques du département du Nord62, elle aurait compté 24 500 habitants au début du régime, 23 800 entre 1836 et 184063 pour remonter subitement (?) puis stagner à 27 047 entre 1842 et 1846. Quoi qu’il en soit de l’exactitude chiffrée, ces quelques données relatives au premier xixe siècle reflètent une situation fragile et assez décalée par rapport au développement des autres villes importantes du département. Sans nécessairement grossir le trait on ne peut s’empêcher de rapprocher la décision d’édifier la statue puis de fêter le « glorieux enfant » du pays de la conjonction de la situation politique, économique et sociale des années 1840 à Dunkerque.

  • 64 Annycke Pierre, dans Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 165-166.

31Au-delà de ces phénomènes conjoncturels qui ont pu constituer les composantes d’une crise urbaine partiellement résolue par l’édification d’une mythologie héroïque remplissant ici sa fonction médiatrice, l’affirmation ultérieure d’une assimilation peut-être sans précédent entre le corsaire et les habitants après 1845 répond aux bouleversements importants que la cité connaît après 1850. C’est à partir du mitan du siècle que l’industrialisation dunkerquoise commence véritablement, que la diversification économique, avec l’arrivée d’industries textiles puis sidérurgiques et alimentaires, modifie radicalement et jusqu’aux dernières décennies du xxe siècle l’image économique de la ville ne se limite plus au seul trafic maritime et au poisson. Au contraire la part de la pêche, autrement dit ce qui était aux origines de la cité, se réduit de plus en plus. Ainsi les références anciennes avaient non seulement été mises à mal par les nouvelles distributions administratives, à Dunkerque comme ailleurs, mais le second xixe siècle entamait une période de grandes mutations économiques et sociales. C’est à partir du Second Empire (entre 1851 et 1870) que le nombre des habitants s’accrut de 20 % et que la population des communes de l’agglomération, de 6 000, atteignit près de 11 000. En 1911 la ville et sa banlieue dépassèrent les 80 000 personnes. L’industrialisation attira ici comme ailleurs de nombreux immigrants non seulement venus des campagnes alentour mais surtout de plus en plus étrangers à la Flandre maritime64.

  • 65 Fabre D., « Le retour des héros », Hypothèses 2001, op. cit.

32Face à ces changements profonds, la culture citadine locale avait la nécessité de proposer des éléments d’intégration spécifiques, en dehors de ceux qu’offraient les grandes institutions. La référence au héros, immortalisé et reconnu, et aux valeurs qu’il incarnait65, la ritualisation périodique lors de la grande fête populaire et ouverte du Carnaval autour de la statue devenue cet autel d’une religion séculière, la rapide popularité de la cantate reprise lors de bien des événements publics ou privés facilitèrent cette appropriation. Elle permit de passer de l’héroïsme institutionnalisé par la fête de 1845 à une adhésion élargie à l’ensemble ou à la majorité des habitants quelle que soit leur origine géographique ou sociale. À travers les épisodes marquants de la vie du marin, le Dunkerquois de souche ou le citadin fraîchement immigré, le marin ou le manufacturier, le bourgeois du port ou l’ouvrier d’usine trouvèrent alors en Jean Bart une sorte d’ancêtre commun dont la multiplicité des talents, des actes de bravoure et des qualités magnifiées permettait à chacun de se reconnaître et de participer à une sorte de cohésion sociale, même provisoire, autant lors des réjouissances que dans l’adversité collective. Le mythe urbain avait pris forme.

33Au terme de ces quelques réflexions, on ne peut que souligner la situation assez particulière de la relation de Jean Bart à sa ville. Eu égard à d’autres cités, l’effet d’association entre le corsaire et les habitants a été et est extrêmement durable. Il s’appuie sur des lieux, des moments, des groupes et constitue une culture qui continue d’être entretenue, servant en quelque sorte de référence commune aux installés de fraîche date comme aux membres des familles anciennes. Cette focalisation sur le personnage, dont on trouverait probablement peu d’exemples équivalents ailleurs, conduisit à entretenir ce statut héroïque. Pourtant, tout en se mettant peut-être au service d’une cause qui le dépassait (la gloire du roi et les intérêts du royaume), tout en accomplissant des actes de bravoure où sa vie et celle de ses proches semblaient compter peu, Jean Bart n’est pas mort pour la patrie. Ce don de soi, souligné à l’envi par les multiples supports littéraires (biographies, poèmes, cantates) tout particulièrement lors des années de franche rivalité avec l’Angleterre, n’alla pas jusqu’à l’extrémité sacrificielle. Bart est mort dans son lit. En outre, il n’incarne en aucune façon l’autre grande particularité du héros, celle du démiurge « fondateur d’institutions, instaurateur des formes stables de la vie collective » (Daniel Fabre).

  • 66 Moeglin J.-M., Les Bourgeois…, op. cit., p. 297.

34Ainsi, pour l’historien qui scrute la vie du corsaire et la légende qui l’accompagne peu à peu, Jean Bart n’est pas un héros, il est un personnage qui a vécu, a agi et qui est mort. En conséquence, c’est la trace d’un récit devenu mythique, lente à se dessiner, qui peut l’intéresser mais plus encore l’association que le marin entretient avec la ville et ses habitants. Si le mythe existe ici, c’est bien à travers la fusion imaginaire entre le parcours d’un homme de mer, le délicat devenir institutionnel, économique, démographique d’une ville portuaire et le quotidien de chacun. C’est aussi par l’intermédiaire de son renouvellement permanent, des grandes fêtes nationales aux scansions carnavalesques, élément d’agrégation à la petite patrie, que reste vivante la figure du héros fondateur, acteur d’une histoire vraie puisqu’incontestée et partagée. Au lendemain de l’inauguration du groupe des Six Bourgeois de Calais, en juin 1895, un journaliste dunkerquois, relatant l’événement pour ses lecteurs, achevait son article par cet avertissement : « Avant d’élever des statues regardez-y à deux fois, bonnes gens ; étudiez l’histoire pour être sûrs de la grandeur des héros que vous voulez exalter ; interrogez, cherchez mais gardez-vous de tomber à faux, on se moquerait, ce qui serait fâcheux pour vous66. »

35C’était définitivement affirmer la primauté de la biographie glorieuse sur l’épisode contesté, la supériorité de l’adhésion unanime et durable sur la célébration de circonstance. C’était surtout vouloir croire à l’association nécessaire de l’histoire et du mythe.

Notes

1 On ne prendra pas ici en compte le sens que Georges Sorel, par exemple, donne au mythe en l’assimilant à « une fonction créatrice, une incitation à l’action, un appel au gouvernement » (Girardet Raoul, Mythes et mythologies politiques, Paris, 1990, p. 14).

2 Deux ouvrages très récents illustrent parfaitement ce détournement des « faits » : Goudineau Christian, Par Toutatis ! Que reste-t-il de la Gaule ?, Paris, 2002 et Moeglin Jean-Marie, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, 2002.

3 Parmi les grands travaux fondateurs, parfois remis en cause vigoureusement, il convient d’évoquer Rank Otto, Le mythe de la naissance du héros [1909], trad. fr., Paris, 1983 ; Caillois Roger, Le mythe et l’homme, Paris, 1938 ; Lévi-Strauss Claude, Anthropologie structurale [1re éd. 1958], Paris, 2001, p. 235-265 ; Eliade Mircea, Mythes, rêves, mystères, Paris, 1957 et Aspects du mythe, Paris, 1963 ; Testart Alain, Des mythes et des croyances. Esquisse d’une théorie générale, Paris, 1991 ; Tremblay Victor-Laurent, Au commencement était le mythe. Introduction à une mythanalyse globale, Ottawa, 1991 ; Durand Gilbert, Champs de l’imaginaire, Grenoble, 1996 ; Durand Gilbert et Sun Claude, Mythes, thèmes et variations, Paris, 2000.

4 Hammel Jean-Pierre, L’homme et ses mythes, Paris, 1994.

5 « Les récits qui la [mythologie] constituent ne contiennent en effet presque jamais de discours explicite sur le bien et le mal et il serait difficile d’en dégager une fonction d’identification » (Carlier Christophe et Griton-Amsterdam Nathalie, Des mythes aux mythologies, Paris, 1994, p. 29).

6 Dans la Grèce ancienne le terme muthos, opposé à logos, désignait une cérémonie religieuse prise dans son ensemble.

7 La signification d’un terme (« finir ») n’est pas exacte dans la mesure où « il n’existe pas de terme à l’analyse mythique, pas d’unité secrète, les thèmes se dédoublent à l’infini » (Lévi-Strauss Cl., cité par Girardet R., op. cit., p. 15).

8 Jung Carl-Gustav et Kerényi Christophe, Introduction à l’essence de la mythologie, trad. fr., Paris, 1993, p. 18.

9 Voir en dernier lieu sur le mythe des villes englouties le catalogue de l’exposition La légende de la ville d’Ys. Une Atlantide bretonne, Musée départemental breton, Quimper, 2002.

10 Rank O., op. cit., p. 33, cité par Boudrot Pierre, « Le héros fondateur », Hypothèses 2001, École doctorale d’histoire (université Paris I), Paris, 2002, p. 171.

11 Perrot Jean-Claude, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris, 1975, p. 15-27.

12 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, 1990, p. 73-82.

13 Citation extraite du beau livre de Delattre Simone, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, 2000, p. 351 ; cf. aussi les observations de Caillois R., Le mythe et l’homme, op. cit., p. 160 sq.

14 Sansot Pierre, Poétique de la ville, Paris, 1988, p. 18, 51 sq., 153-164.

15 Higonnet Patrice, Paris, Capital of the World, Cambridge (Mass.), 2002, trad. fr. à paraître.

16 Ibid., chap. 1, p. 8.

17 Saunier Pierre-Yves, L’esprit lyonnais (xixe-xxe siècles), Paris, 1995, p. 31.

18 Voir l’excellent article de Benoît Bruno, « Histoire, mémoire et identité politique », Annales historiques de la Révolution française, 1996 (3), p. 491-510.

19 Dujardin Philippe et Saunier Pierre-Yves, Lyon (1840-1914), l’âme d’une ville, Lyon, s. d.

20 Le Progrès, septembre 1882, cité par Dujardin Ph. et Saunier P.-Y., Lyon, op. cit., p. 103.

21 Je renvoie aux remarques pertinentes de l’introduction de Micoud André dans Des hauts lieux : la construction sociale de l’exemplarité, Lyon, 1991.

22 Certeau Michel de, La faiblesse de croire, Paris, 1987, p. 208.

23 Caillois R., op. cit., p. 23 ; Centlivres Pierre, Fabre Daniel et Zonabend Françoise (dir.), La fabrique des héros, Paris, 1999.

24 Boudrot P., art. cité, p. 176.

25 Müller M., Nouvelles études de mythologie, trad. fr., Paris, 1898, p. 43.

26 À ce sujet, l’ouvrage de Billard Claude et Guibert Pierre, Histoire mythologique des Français, Paris, 1976, qui étudie l’élaboration d’une « sorte mythologie laïque, naturelle et raisonnable », associe héros et grands hommes. En fait ces derniers se sont alors substitués aux premiers en s’appropriant leur qualificatif. Cf. aussi Bonnet Jean-Claude, La naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998.

27 Cité par Saunier P.-Y., op. cit., p. 85.

28 Voir la position d’Hicart A. M., The Life going Myth, 2e éd., Londres, 1970 et celle de Lévistrauss Cl., op. cit., qui considère que mythes et rites représentent des transformations différentes d’éléments identiques, repris par Belmont Nicole, Mythes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1973, p. 132-133.

29 Belmont N., op. cit., p. 130-132.

30 Caillois R., op. cit., p. 25-26.

31 Agulhon Maurice, « Imagerie civique et décor urbain » et « La statuomanie et l’histoire », L’histoire vagabonde, Paris, 1988, p. 101-136 et p. 137-185.

32 Voir les attaques virulentes (?) de Louis Veuillot à l’endroit de l’érection des statues de « grands hommes », cité par Agulhon M., « La statuomanie… », art. cité, p. 148.

33 À ce sujet, cf. le dossier réuni et analysé par J.-M. Moeglin à propos des projets de statue sur la rédition des bourgeois de Calais, Les Bourgeois de Calais, op. cit.

34 On ne peut malheureusement renvoyer à aucune biographie sérieuse et récente de Jean Bart sinon au livre déjà ancien de Lemaire Louis, Jean Bart, Dunkerque, 1928, et aux études très documentées de Leymarie A., Jean Bart d’après des documents français et étrangers en partie inédits, Dunkerque, 1927-1928 et 1930 et Jean Bart et sa fortune, Dunkerque, 1926-1930, que d’aucuns ont allégrement pillé sans les citer. On signalera encore le petit recueil de documents à la fois classiques et inédits de Dewismes Armel, Jean Bart et la guerre de course, Paris, 1965.

35 Pour tout ce développement, je suis de près l’article de Gourarier Zeev, « Le mythe des écumeurs de mer et la vie de Jean Bart », Ethnologie française, 1979, IX, 3, p. 271-280.

36 Dans sa critique du livre de Richer Adrien (éd. 1780), en 1781, Le Mercure françois écrit : « On sait que la première qualité de l’historien est d’être esclave de la vérité et de n’annoncer aucun fait qu’il ne soit bien assuré de son existence ; sans cette attention, il se prive nécessairement de toute confiance de la part de ses lecteurs, objet principal qu’il doit se proposer. Il paraît que l’auteur de la Vie de Jean Bart ne s’est pas conformé à ces principes » (cité par Gourarier Z., art. cité, p. 274).

37 « Récits apocryphes destinés à être vendus dans les campagnes par les colporteurs entre l’histoire de Mandrin et les contes de Perrault », (ibid., p. 275).

38 C’est le cas de l’épisode du fils attaché au mât, de la rencontre de Bergen ou du voyage de Conti.

39 Gourarier Z., art. cité, p. 277.

40 Dans son journal, Jean Bart, personnage au langage direct et très familier, s’en prend sans ambages aux aristocrates, et à tous les ennemis du peuple révolutionnaire. Cf. Lebel Anne, « Un f… de corsaire en révolution », Jean Bart, du corsaire au héros mythique, Dunkerque, 2002, p. 89-99.

41 Situation que Bart avait déjà connue en compagnie de Forbin mais que la postérité transforma en exploit en relatant les conditions de son évasion des prisons anglaises : la traversée de la Manche à la rame en compagnie du noble provençal.

42 D’après le catalogue, très incomplet, de la Bibliothèque nationale de France, on compte, entre 1835 et 1843, au moins sept éditions réduites (de 66 p. à 103 p. in-16) de l’Histoire de Jean Bart.

43 Depuis 1806, il existait une place Jean Bart, anciennement place Dauphine, qui avait pris ce nom après que le buste du corsaire offert par Napoléon Bonaparte en 1804 y eut été placé en 1806. Elle ne semblait pas beaucoup forcer le respect des habitants puisqu’elle semblait constituer le point de mire des projectiles. Ce qui conduisit un courageux habitant à apposer une affiche appelant les Dunkerquois à veiller à la protection du marin « sous la garantie d’une ville renommée dont il a fait l’ornement et surtout la gloire », reproduit dans le Bulletin de l’Union Faulconnier, 1935 (t. XXXII), p. 283.

44 On songe au Recueil des lois maritimes de Pardessus, aux Dictionnaires de Willaumez et de Jal, aux Histoires de la Marine d’Eugène Sue, de L. Guérin, Lemercier ou Ribelle.

45 On pense bien sûr à l’affaire du missionnaire Pritchard à Tahiti en 1844. Cf. Jardin André et Tudescq Jean-André, La France des notables, Paris, 1973, p. 179-184.

46 Arch. mun. Dunkerque, La Dunkerquoise (9 septembre 1845).

47 Gasnier Thierry, « Le local. Une et indivisible », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire (III), Les France, 2, Traditions, Paris, 1992, p. 463-525 ; et du même auteur « Les héros de l’histoire locale au xixe siècle en France », Wilhem Frijhoff et Pin den Boer (dir.), Lieux de mémoire et identités nationales, Amsterdam, 1993.

48 Cabantous Alain, « … Et la ville saisit le héros », catalogue de l’exposition Sacré Jean Bart. Du corsaire au héros mythique, musée de Dunkerque, Paris, 2002.

49 Arch. mun. Dunkerque, Per.001.

50 La référence directe aux héros antiques est peu présente dans ces essais poétiques. Seul M. Alisse avec Alzieu (cf. p. 17) écrit : « Lui l’Ajax de la mer et le Dieu des combats. »

51 Eliade M., Aspects du mythe, op. cit., p. 33-34.

52 Piette Albert, Les religiosités séculières, Paris, 1993, p. 5.

53 Il faudrait pouvoir suivre les étapes qui ont conduit le Carnaval à s’achever autour de la statue de Jean Bart.

54 Cf. les contributions de Cabantous A. et de Fournier N. dans le catalogue de l’exposition Sacré Jean Bart, op. cit.

55 Gasnier Th., « Les héros de l’histoire… », art. cité.

56 Faulconnier Pierre, Histoire de Dunkerque, Bruges, 1730, p. 8 ; voir l’analyse critique de cette assertion dans la contribution de Nuyttens Michel dans Cabantous A. (dir.), Histoire de Dunkerque, Toulouse, 1983, p. 35-36.

57 Étrangement ( ?) Lemaire Louis dans son Histoire de Dunkerque, 2e éd., Dunkerque, 1983, n’en parle pas.

58 Delattre démissionne en avril 1845 et par décision préfectorale c’est Laurent Lemaire qui fait fonction de maire entre le 6 mai et le 20 juin 1845, il sera remplacé par Meneboo jusqu’au 26 septembre de la même année, date à laquelle Mollet devient le premier magistrat de la ville. Arch. mun. Dunkerque, 1D21. C’est cependant toute une étude qu’il faudrait entreprendre sur la vie politique locale au cours du premier xixe siècle.

59 Arch. mun. Dunkerque, La Dunkerquoise (24 avril 1845).

60 Thelliez Étienne, « Les industries de l’agglomération dunkerquoise », Revue du Nord, 1957, p. 13-49 (p. 18).

61 76 armements en moyenne entre 1831 et 1836, 78 entre 1837 et 1841, 81 entre 1842 et 1846, dans Du Rin Henri, Historique de la pêche dunkerquoise à la morue, t. 2, Dunkerque, 1937, p. 134-135.

62 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord (1829-1856), Lille, 28 vol., BNF, LC30-337.

63 Dans un de ses articles, L. Lemaire, reprenant le document statistique, indique le nombre de 23 800 habitants pour l’année 1836 sans que les villages alentour ne connaissent une croissance compensatoire, dans « Dunkerque, il y a un siècle », Bulletin de l’Union Faulconnier, 1936, p. 241-272.

64 Annycke Pierre, dans Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 165-166.

65 Fabre D., « Le retour des héros », Hypothèses 2001, op. cit.

66 Moeglin J.-M., Les Bourgeois…, op. cit., p. 297.

Auteur

Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540