Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Introduction. La ville et ses mythes

Alain Cabantous

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À la mémoire de Philippe Jacquin (1942-2002)

2Pendant longtemps, exception faite des spécialistes de l’Antiquité, la plus grande partie des historiens ne se sont pas vraiment passionnés pour les mythes, catégorie problématique apparemment réservée à d’autres sciences humaines. Probablement parce que le sujet renvoyait à une acception réduite à la notion de fable et de mensonge alors que l’Histoire prétendait au statut de science, grâce à l’usage assez exclusif des données quantitatives. L’émergence de l’histoire culturelle, de celle des représentations et de la symbolique, l’attention nouvelle portée aux productions littéraires mises au service des pouvoirs en place ont attiré depuis l’attention sur cet objet.

3L’intérêt porté à la construction imaginaire de discours qui ont servi à des groupes, à des communautés à faire comprendre la genèse de certains éléments fondamentaux de leur passé, à s’identifier à leurs manières d’être contribua à faire entrer la mythologie dans le champ complet de l’Histoire. Les communications présentées ici, balayant une chronologie longue (des mythes des cités romaines à ceux des villes nouvelles du xxe siècle) et des espaces diversifiés (la France, certes, mais aussi les États-Unis, l’Angleterre, l’Espagne ou l’Italie) soulignent bien l’appropriation désormais généralisée de ce thème. Toutefois cette rencontre ne pouvait pas ignorer l’apport précurseur et fécond d’autres disciplines. C’est la raison pour laquelle des littéraires, des géographes et initialement un anthropologue (Philippe Jacquin) avaient été invités à faire état de leurs interrogations et des réponses – toujours provisoires – qu’ils pouvaient émettre devant le projet du colloque.

4Travailler sur les mythologies urbaines à l’occasion du tricentenaire de la mort de Jean Bart peut sembler incongru de prime abord. En réalité ce choix procède de deux réflexions originellement distinctes. La proposition d’organiser un colloque dans le sillage de la remarquable exposition Sacré Jean Bart. Du corsaire au héros mythique assez vite acquise, il restait à en fixer le thème. Ce travail commun avait largement mis en valeur la dimension du personnage, les significations culturelles de son élection comme la captation de sa biographie guerrière et valeureuse par sa ville d’origine. Bart devint une sorte de héros fédérateur, dans lequel chacun, quelles que soient son origine sociale ou géographique, ses convictions politiques, philosophiques ou religieuses, pouvait se retrouver. L’édification progressive de l’image du corsaire et son assimilation à la cité méritait que l’on s’interrogeât sur les fonctions et les raisons d’une telle élaboration mais plus encore sur une réitération possible du phénomène à d’autres villes, à propos d’autres personnages, d’autres événements. Car si, au-delà de Dunkerque, la ville était déjà un espace privilégié pour la mémoire du passé, il restait à savoir, par des exemples précis, de quel passé, en fonction de quelle mémoire et pour quels objectifs.

5La lecture continue des communications proposées lors de ces rencontres appelle non seulement à des observations générales mais constitue une invitation à poursuivre la recherche.

  • 1 Boia Lucian, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, 1998, p. 40.
  • 2 Voir le remarquable ouvrage de Moeglin Jean-Marie, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe his (...)

6Si l’on considère que le mythe ici est d’abord « une construction imaginaire (récit, représentation, idées) visant des phénomènes cosmiques ou sociaux » en fonction des valeurs fondamentales d’une communauté à la recherche de sa cohésion1, on comprendra assez vite qu’il est d’abord nécessaire de comprendre les raisons qui ont conduit à la fixation de ce genre de phénomène. Il n’est donc nullement insolite que, comme dans toute bonne histoire des représentations, la contextualisation politique, économique et sociale révèle dans une partie non négligeable des cas analysés un état de crise où le mythe devient un moyen de possible résolution. Cette situation de malaise peut être assez strictement conjoncturelle comme dans le cas de Dunkerque affrontant une période (1830-1845) particulièrement délicate sur le plan démographique, maritime ou municipal. À Calais aussi, l’inauguration de la statue des bourgeois en 1895, sorte de matérialisation véritablement esthétique du mythe, ne correspond-elle pas à la réunion de deux villes, Calais et Saint-Pierre, totalement opposées quant à la dynamique économique et à la composition sociale. La vieille ville, à bout de souffle, en proposant l’érection du monument, voulait souligner par là qu’elle était la gardienne de l’histoire et pas n’importe laquelle : celle du sacrifice à la patrie et du courage édilitaire2.

7La naissance des mythes urbains peut aussi s’inscrire comme une réponse à des difficultés latentes, structurelles lorsque, par exemple Saint-Malo puis Saint-Tropez au cours du xixe siècle se rendent compte de l’effondrement irrémédiable des pans successifs de leur économie traditionnelle : ici la grande pêche morutière et les aventures océanes, là le cabotage méditerranéen. La concurrence de ports plus dynamiques ou de flottes étrangères sonne le glas des lustres d’antan. Seules la mémoire des ancêtres plus ou moins illustres, la chronique ranimée des porteurs de gloire permettront à ces cités, du moins le croit-on, de continuer à se maintenir dans la continuité historique.

8Fille des crises, la mythologie urbaine peut aussi être le fruit d’une recherche d’autonomie, d’une volonté d’affirmation lorsque la ville s’interroge sur son statut ou lorsque ce statut l’oblige à se prévaloir de personnages essentiels à son état comme à sa protection. Si Saint-Tropez, ici aussi, revendique la prétention à devenir le port de guerre de la marine russe en Méditerranée au nom de son « passé corsaire » (totalement fictif) et du bailli de Suffren réunis, le cas des villes capitales, Paris, Rome mais plus encore Naples ou Madrid est très significatif à ce sujet. Comment une cité catholique peut-elle aspirer à la reconnaissance du rang de capitale, prétendre rivaliser avec d’autres villes plus ou moins proches, sans s’accaparer une sorte d’annexe du paradis, sans procéder à une accumulation de sacralités, sans élire un saint afin de mieux associer la fonction mythique, la fonction sacrée et la primauté urbaine ? Pêle-mêle ou plutôt selon une gradation chronologique subtile, Janvier à Naples, Françoise-Romaine à Rome, Geneviève à Paris et surtout peut-être Isidore le laboureur à Madrid constituent des figures qui ont souvent permis à ces villes de jouer pleinement leur rôle ? Ainsi, en dépit des distorsions chronologiques et de leurs enjeux, on voit bien que dans les trois situations la démarche est identique. La construction mythique devient alors une politique symbolique du recours.

9Les instruments qui sous-tendent l’émergence du mythe varient bien entendu eux aussi selon les périodes considérées. Cependant, si l’on se réfère au contenu des communications proposées, ils peuvent se regrouper autour de trois grands vecteurs. En premier lieu, le soubassement du mythe bénéficie toujours d’une ou de plusieurs relectures de l’histoire urbaine. Les multiples exégètes, historiens, écrivains, édiles, poètes, simplifient les faits, ajoutent des épisodes, comblent des vides ou en provoquent. Les mythes de fondation, plus caractéristiques de l’histoire de Rome ou de Massilia par exemple, s’appuient largement sur ces bases. Peut-on y adjoindre le rôle joué par l’incendie de Chicago qui détruisant le passé architectural voire immatériel de la ville, lui permit de se prévaloir, par cette re-fondation totale, du titre de plus jeune ville des États-Unis ? On ne comparera pas pour autant la vache Deasy, responsable de la catastrophe, avec la louve latine et nourricière. La méthode est un peu différente dans le cas de cités moins anciennes. La répétition de l’incertain doit faire surgir « le » vrai, l’amnésie sélective à l’égard d’épisodes néfastes permet toutes les déclinaisons possibles sur la trame qui subsiste. C’est ainsi qu’Anvers, au cours du xixe siècle, présente à la postérité des annales qui ignorent la période espagnole ou que Saint-Tropez et Saint-Malo choisissent délibérément l’activité de la course et accaparent toutes les images qu’elle véhicule au détriment de leur passé économique portuaire pourtant particulièrement brillant. Elles seront désormais toutes deux « les-cités-corsaires ». Le tourisme y trouvera aussi son compte. C’est peut-être maintenant l’essentiel.

10En deuxième lieu, il s’agit pour les manipulateurs du passé d’élire si possible des personnages représentatifs, sinon de la ville, du moins des réalités que l’on souhaite mettre en relief. Certaines cités n’ont en fait que peu de possibilités sinon aucun choix possible. Dunkerque doit puiser dans sa seule galerie de câpres des mers. Inversement, d’autres suscitent un trop plein. Entre les savants, les écrivains et les marins, qui symbolisera le mieux Saint-Malo ? Faut-il préférer des héros ou des grands hommes ? Entre les trente-cinq saints patrons, souvent d’antique réputation, dont se prévaut Naples au cours du xviie siècle qui faut-il désigner ? Paimpol, sous l’égide de Loti, se dote d’un héros collectif et anonyme : le pêcheur d’Islande qui, paré des vertus du courage et de l’abnégation, permet aux armateurs d’éviter de reconnaître leurs responsabilités sociales pourtant bien réelles dans les hécatombes que subissent les flottilles. C’est ici que se profile un troisième aspect d’importance dans l’édification mythologique : celui des figures du
discours.

11On vient de l’évoquer brièvement avec Pêcheur d’Islande, la littérature, dans tous ses états, constitue à la fois un formidable support et un élément fondateur dans l’établissement des mythes. On connaît la part de Virgile ou d’Horace dans l’histoire de la fondation de Rome. Le Paris décrit par Balzac, Eugène Sue et Hugo invente véritablement des typologies sociales collectives qui deviennent les signes distinctifs de la cité et renvoient au lecteur une image mythique de la capitale qui se concentre aisément autour de la figure fédérative et désormais tutélaire du peuple. Le roman, la poésie, tout en jouant fréquemment du décor urbain, font même parfois de la ville entière un sujet imaginaire apparenté au rêve, à la malédiction, au désir, à la souffrance dont les lieux, réels et fictifs tout à la fois, sont porteurs d’images que fixe l’esprit du lecteur ; lui qui, dans ce temps passé du xixe siècle, croyait à ses mythes littéraires. L’inspiration des romans populaires s’est, elle aussi, fréquemment appuyée sur le fait divers sordide, spectaculaire rapporté avec gourmandise par les journaux. Certains enracinements des mythes urbains sont inséparables du développement des mass media. Mais il faut d’autres conditions que le truchement de l’information voire du roman pour que le fait divers atteigne pareille notoriété durable. D’abord une concordance entre l’événement rapporté et un moment qui met brusquement à jour des situations sociales que l’on souhaitait ignorer jusque-là. La pauvreté des immigrants avec l’incendie de Chicago, la prostitution dans la Londres de Jack l’Éventreur, la criminalité juvénile des Apaches dans l’est parisien de Casque d’or. Mais aussi une adéquation avec un espace à l’exemple de ces zones incertaines des ports et des périphéries prolétarisées qui, particulièrement dans le second xixe siècle, dévoilent la présence de mondes souterrains. Pour construire le mythe, la réalité s’associe alors aux fantasmes citadins relayés et confortés parfois plus tardivement par le cinéma. Pour terminer on ne manquera pas d’évoquer la publicité promotionnelle, largement usitée pour vendre les villes nouvelles, d’Évry ou d’ailleurs, en les parant de ce mythe urbain récurrent qui souhaiterait fondre la ville et la nature, le béton et l’arbre, en abondance égale, et retrouver dans l’habitat horizontalement concentré, la convivialité supposée et inventée des villages d’autrefois. Sur les documents publicitaires de ces démiurges, forêts proches, coulées vertes et autres parcs semblent alors dominer les immeubles coquets et les maisons individuelles et répondre aux aspirations éternelles des citadins. Ici le mythe précède la
réalité.

12Tous ceux qui sont intéressés à l’édification et à l’entretien du mythe urbain favorisent d’une manière ou d’une autre son ancrage dans la ville. Bien sûr on évoquera la Casa Romuli et la grotte du Lupercal à Rome, les chapelles reliquaires des cités en quête de saints civiques mais plus encore peut-être l’essor de la statuaire qui, surtout au xixe siècle, fixe aux passants la présence des grands hommes de la cité et des mythes qui les accompagnent. Cette statuomanie – Anvers érige plus de trente statues entre 1861 et le début de la Première Guerre mondiale – permet d’organiser lors des inaugurations mais aussi à intervalle régulier des manifestations publiques collectives (processions, défilés, fêtes en tout genre… Saint-Malo mobilise même les enterrements de ses personnalités) qui entretiennent la mémoire mythique et autorisent les nouveaux arrivants à s’approprier aisément cette histoire unificatrice de la cité. Plus sélectifs les conférences et les colloques tenus par des associations, jalouses gardiennes du temple ou, comme à Évry, garantes d’une jeune et nécessaire mémoire, ont le plus souvent reçu le soutien attentif des édiles. À Chicago comme à Anvers par exemple, ils surent jouer de ces lectures, de ces attestations, de ces situations pour proposer des réponses dynamiques à des populations locales en quête d’identité.

13À l’évidence, ces éléments constitutifs soulignent la forte dimension idéologique du phénomène. Les usages du mythe sont toujours intéressés. Dans bien des cas évidemment le mythe urbain sert à dénouer une situation locale problématique, à retrouver ou à trouver une unanimité perdue ou nécessaire. Il permet de mettre en valeur des figures destinées à proposer une symbolique fédératrice susceptible d’esquiver un moment les explosions sociales, à désigner, dans l’exemple de Coblence, la dégénérescence politique à front renversé de part et d’autre du Rhin, à pourfendre le crime et à éradiquer le danger qui menace toujours la cité. La figure toutefois bien réelle de Lucky Luciano dans le New York des années 1920-1940 est assez emblématique. Mais cette mythologie-là peut aussi constituer une sorte de repoussoir, l’explication d’une trahison, d’une cité à détruire, à oublier même pour justifier sa propre histoire trompeuse, ses propres choix politiques. Tel est le sort que bien des Mémoires de nobles émigrés réservent à la Coblence des années 1791-1792, devenue pour toujours dans l’imaginaire français l’un des symboles exclusifs – avec Vichy – de l’anti-modèle politique à récuser définitivement.

  • 3 Au nom de tous les participants, je tiens à remercier vivement Monsieur le Maire de Dunkerque, Mic (...)

14Le mythe urbain possède ainsi une fonction compensatrice face à des situations données, structurelles ou épisodiques. Autour des vecteurs de diffusion plus ou moins dirigés par les politiques locaux, il apparaît comme une réponse bien agencée pour surmonter un obstacle, rappeler l’âge d’or pour mieux stimuler l’avenir. Comme si l’appropriation et les manipulations de l’événement permettaient simultanément à la ville d’éviter l’oubli et de fonder un futur… En prolongeant ou en contredisant les éléments communs qui émergèrent de nos communications, ne faudra-t-il pas, dans quelques décennies, laisser le soin à nos successeurs de s’interroger sur l’ensemble des motivations qui ont présidé à manifester de manière éclatante, diverse et prolongée le tricentenaire de la mort de Jean Bart dont nous avons été, nous aussi, les bénéficiaires3 ?

Notes

1 Boia Lucian, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, 1998, p. 40.

2 Voir le remarquable ouvrage de Moeglin Jean-Marie, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, 2002.

3 Au nom de tous les participants, je tiens à remercier vivement Monsieur le Maire de Dunkerque, Michel Delebarre, le personnel administratif de la ville et Danièle Chaumeil qui, outre leur accueil très chaleureux, nous ont procuré des conditions exceptionnelles de travail et d’échange.

Auteur

Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540