Version classiqueVersion mobile

Les témoins devant la justice

 | 
Benoît Garnot

2e partie. Portraits de témoins

Chapitre 21 : Sexe et témoignage. Sociabilités et solidarités féminines et masculines dans les témoignages en justice

Jean Quéniart

Texte intégral

1Comme toujours, en matière de droit, la réalité sociologique du témoin dépasse largement le cadre strict des définitions juridiques. Beaucoup d’entre eux, ne serait-ce que par proximité familiale, sont plus proches de l’accusé et plus souvent encore de la victime que du simple témoin : où, par exemple, classer en bonne analyse le mari d’une femme insultée qui a vu la scène se dérouler sous ses yeux, ou la femme qui voit son mari recevoir des coups ? Cette remarque fragilise les résultats quantitatifs bruts tirés de l’analyse des témoignages, sans pourtant les frapper de nullité pour l’usage qu’on souhaite en faire ici, c’est-à-dire l’étude d’une répartition sexuée qui s’appuiera beaucoup plus sur des comparaisons de pourcentages que sur des chiffres globaux d’une précision quelque peu illusoire. On sait, au surplus, que dans la majorité des affaires, témoins, accusés et victimes appartiennent au même milieu social. Cette communication s’appuie sur deux types de travaux tous deux nourris des sources judiciaires : les premiers, dont l’assise est géographique, étudient une juridiction bretonne soit d’Ancien Régime, soit à l’époque de la Révolution et de l’Empire, jusqu’à la réforme de 1811, et fondent des conclusions chiffrées appuyées sur près de 5 000 témoins. Les seconds se sont plus précisément attachés à des types bien spécifiques de délinquance ou de violence, tels que les vols d’animaux, les affaires de cabaret, les violences commises envers les femmes, les infanticides. Les travaux retenus l’ont été en fonction de la précision des résultats dans le domaine qui nous intéresse, et de manière à diversifier les ancrages géographiques et les milieux sociologiques. On s’attachera successivement, à partir des données chiffrées, à préciser les effets du genre sur le statut du témoin, les espaces de sociabilité auxquels renvoient les déséquilibres numériques constatés, et enfin la différence du regard porté par l’homme et par la femme sur son environnement.

Femmes et hommes en justice

2Les études généralistes permettent d’abord une pesée globale comparée de la participation des hommes et des femmes aux diverses procédures : en moyenne, 6 hommes pour 4 femmes viennent témoigner en justice. La fiabilité de ce rapport est renforcée par le faible écart des divers travaux généralistes – ceux qui ont observé l’ensemble des procès d’une juridiction quelle qu’en soit la nature – par rapport au chiffre d’ensemble : le pourcentage des hommes y est situé dans une fourchette comprise entre 58,7 % et 64,8 % du nombre total des témoins ; s’il est légèrement plus élevé à l’époque consulaire et impériale, la différence est insuffisante pour fonder une quelconque conclusion. Ce rapport hommes-femmes est donc plus équilibré chez les témoins que chez les accusés ou les victimes. La différence est marquée pour les accusés, où la proportion des hommes est souvent supérieure à 70 %. La situation est plus contrastée pour les victimes, où, dans les études prenant en compte l’ensemble des formes de délinquance, la part des femmes se situe entre 30 et 45 %. La largeur de cette fourchette semble moins due aux violences spécifiques faites aux femmes, dont le poids statistique est faible, qu’aux lieux mêmes du délit : dans les procédures concernant à Rennes la juridiction seigneuriale de l’abbaye de Saint-Georges –une des plus importantes de la ville, dont le ressort est à la fois rural et urbain–, la proportion des femmes victimes en campagne est proche de 36 %, alors qu’elle dépasse 48 % pour les Rennaises.

3Si les femmes tiennent une place importante dans la procédure judiciaire, il est surtout intéressant d’en constater les limites : dans tout échantillon sans tri thématique, le nombre des hommes appelés à témoigner est toujours supérieur à celui des femmes. Le statut des unes et des autres est, déjà, quelque peu différent : même si tous les témoins sont égaux aux yeux de la justice, et leurs témoignages également importants, de multiples détails formels ou de précisions de droit traduisent en Bretagne l’inégalité des statuts juridiques et sociaux. La femme, juridiquement mineure, ne peut témoigner sans l’accord de son mari, quitte à ce que cette autorisation soit imposée par la justice. À l’époque du Consulat, malgré les perspectives réduites d’émancipation qu’a symbolisées l’instauration du divorce, la femme mariée qui témoigne se dit « femme autorisée procédant sous l’autorité de son mari ». La dépendance féminine est également visible dans la présentation des témoins : dans le second quart du xviiie siècle, dans la région d’Hennebont, les trois quarts des femmes témoins se présentent par la profession de leur mari ; elles ne sont plus que 20 à 25 % en Ille-et-Vilaine à l’époque du Consulat et de l’Empire ; mais les différences de procédure, l’absence d’autres tests rendraient bien imprudente l’hypothèse d’une évolution liée au changement de lieu et d’époque, ou à l’influence de la perturbation révolutionnaire.

4Plusieurs détails mettent en valeur la place et l’importance particulières du chef de famille. De l’homme, même si ce n’est possible au xviiie siècle en Bretagne que pour une minorité, on attend que la déposition soit confirmée, authentifiée par sa signature. La plupart des travaux consacrés à l’alphabétisation à partir de sources croisées ont d’ailleurs montré que le pourcentage des signatures masculines était plus important au bas des documents judiciaires ou notariaux que dans les registres paroissiaux ou d’état-civil. En plusieurs cas, des hommes précisent qu’ils sont incapables de signer parce qu’ils ont oublié leur modèle (précision que je n’ai jamais trouvée dans les actes de mariage). En revanche, il n’est même pas besoin de solliciter les femmes sur ce point : plus souvent illettrées que les hommes, elles ne mentionnent jamais l’existence d’un éventuel modèle qui, sans doute et à la différence des hommes, ne leur aurait servi que dans cette unique occasion. Seconde constatation, plus fréquente : lorsque toute une famille est appelée à témoigner, le mari, chef de famille, s’exprime en général le premier, même s’il ne fait, lorsque celle-ci apporte les informations de première main, que répéter par ouï-dire ce qu’a vu ou entendu son épouse. Il est le plus souvent suivi, dans l’ordre, par sa femme, puis par ses enfants par ordre d’âge décroissant : l’ordre de la justice exprime parfaitement les hiérarchies familiales.

5Ce témoignage du chef de famille, sollicité alors même qu’il ne peut apporter d’éléments originaux, contribue sans doute au déséquilibre statistique entre les sexes. En revanche, mais dans une faible mesure, jouent en sens inverse, semble-t-il, des attitudes différentes devant les mécanismes procéduraux. Une étude réalisée sur la sénéchaussée d’Hennebont entre 1725 et 1750 montre que la femme paraît plus sensible aux arguments d’autorité, surtout lorsqu’ils ont la caution de l’Église : un bon exemple, dans ce diocèse profondément marqué par la Réforme catholique, en est donné par Marie Hallot, fille de Marguerite Jannion, assassinée en avril 1742, qui déclare, selon les dires d’un autre témoin, qu’« elle mettait son nom sur le monitoire seulement parce qu’elle avoit peur de l’enfer et non parce qu’elle savait des choses »… cette motivation n’ayant pas dans nos sources d’équivalent exprimé du côté masculin, ce qui ne veut pas dire que cette crainte soit sans effet sur les hommes.

Sexe et témoignage

6Le témoignage présente-t-il des particularités sexuées ? L’hypothèse, et même la question, ne peuvent être avancées qu’avec prudence, et en évitant toute généralisation sommaire, tant on risque ici de se mouler sur de plats stéréotypes. Cependant plusieurs des travaux utilisés ici – dont les auteurs sont en l’occurrence eux-mêmes féminins –, ont spontanément abordé cette question, ignorée de la plupart des études réalisée à partir des archives judiciaires. La mesure du phénomène demanderait évidemment, à partir d’un ensemble de dossiers suffisamment riches et diversifiés, l’établissement d’une grille de critères prenant en compte la longueur des réponses, le vocabulaire employé, la nature et la précision des éléments apportés. Sans entrer dans cette analyse, les auteurs, travaillant de manière complètement indépendante, concluent empiriquement de manière sensiblement identique. À proximité égale des faits sur lesquels ils rapportent –c’est-à-dire en distinguant le témoignage direct et les faits rapportés par ouï-dire–, le témoignage féminin paraît en moyenne plus complexe, plus volubile, et au total plus riche de détails que celui des hommes. Or les dépositions transcrites par le greffier sont en fait la transposition de propos tenus oralement. Ce rappel amène à poser la question du rapport respectif à l’oralité des hommes et des femmes : ces dernières, moins acculturées encore que les hommes à l’écrit, ne sont-elles pas en revanche moins frustes que les hommes dans l’oralité ?

7La différence du regard est en tout cas manifeste : dans le même groupe de 159 témoins déjà mis en œuvre ci-dessus, près des trois quarts des hommes (87 sur 118) prêtent attention à l’aspect physique du délinquant, à sa stature ou à la couleur de ses cheveux. En revanche, 39 des 41 femmes concernées évoquent un aspect vestimentaire : la « camisole fripée » du voleur, la « chemise qui paraît sale », la « culotte taschée de sang » du criminel. Une certaine Eliette Le Bonniec rapporte, autre exemple, qu’Hervé Carriot « portoit une chemise blanche qui paroit estre de la soye à la déposante ». L’analyse des dépositions majoritairement féminines concernant les voleuses de Rennes ou de Saint-Malo sous la Révolution ou l’Empire aboutit à la même conclusion : si François Dagorne accepte de loger une certaine Jeanne Jouan qui se dit couturière, c’est son épouse qui remarque qu’« elle n’avait pour toutes nippes que les effets dont elle était vêtue ». Dans une autre affaire, une femme déclare avoir prêté une jupe et une coiffe à une certaine Louis Ollivier « pour conduire sa fille à la messe, parce que sa jupe était trop sale. ». Être mal vêtu est aux yeux d’une femme un critère immédiatement dépréciatif suffisamment important pour qu’elle s’en souvienne et l’évoque dans sa déposition. La précision de la mémoire des femmes, capables de reconnaître un habit sur une autre personne, est parfois stupéfiante.

8Les hommes, à en juger par les procès spécifiquement consacrés aux vols d’animaux, n’ont le plus souvent un regard aussi précis que pour reconnaître une vache ou un cheval. Chez les uns et les autres existe sans doute une différence du regard porté sur l’environnement, différence créée ou accentuée par la répartition des tâches au sein du couple, mais aussi par l’acquisition des savoirs par les pratiques professionnelles : blanchisseuses, couturières et ravaudeuses reconnaissent facilement dans le linge qu’on leur montre l’identité du propriétaire. Elles jouent même un rôle d’expert, valorisé dans le domaine du vêtement par l’importance du commerce d’occasion : ainsi à Redon en 1770, une certaine Françoise Gicquel consulte avant d’acheter un vêtement qu’on lui propose une couturière de la ville, qui le reconnaît aussitôt pour appartenir à une autre femme de la ville. Il est rare, en ville, qu’un vol de vêtements ne conduise pas à interroger les femmes de ce milieu, soit pour en utiliser le savoir-faire, soit pour tenter de retrouver la trace du vol.

Les théâtres de la vie sociale

9Au-delà de ces caractères généraux, l’étude sélective des délits montre aussitôt la signification réelle, mais limitée, de la répartition numérique globale des témoins par sexe. Le rapport hommes-femmes apparaît, partout où la comparaison est possible, plus équilibré en ville qu’en milieu rural : dans les affaires jugées à Rennes sous l’Ancien Régime par la juridiction de l’abbaye de Saint-Georges, les femmes constituent plus de 45 % des témoins pour toutes les informations localisées à Rennes ou dans ses faubourgs, mais seulement un tiers pour les violences et délits ruraux. À travers les archives judiciaires, les protagonistes expriment, on le sait, leur culture, avec ses valeurs et ses comportements, ses richesses et ses lacunes, ses modes de transmission et de structuration : l’intérêt essentiel de cette constatation du déséquilibre entre ville et campagne réside dans les informations qu’elle nous livre sur les modes et les lieux de la sociabilité de l’un et de l’autre sexe.

10La quasi-égalité – bien que l’équilibre soit imparfait et toujours au profit des hommes – souligne que les hommes et les femmes de la ville participent également au théâtre social. En ville, la plupart des décors où il se déroule sont communs aux deux sexes : l’habitat s’y réduit souvent, pour les couches populaires, à une et rarement deux pièces (la seconde étant en général une boutique) ; chez les petits artisans et commerçants, la vie professionnelle ne se distingue pas de la vie familiale, et concerne souvent l’homme et la femme. La promiscuité de l’habitat, souvent évoquée dans les archives judiciaires, est un autre élément où le sexe et l’âge sont indifférents.

11Le quasi-équilibre numérique des témoignages est le résultat d’une série de déséquilibres relatifs. Il y a des milieux, voire des heures, où la présence de la femme est rare, incongrue ou impossible : celui des compagnons et des apprentis ; celui, dans une large mesure, du cabaret ; de même les institutions, les lieux du pouvoir corporatif ou paroissial sont essentiellement masculins. À l’inverse, il y a des espaces féminins, tel le lavoir. Les femmes sont sans doute plus souvent seules chez elles, soit par état – veuves et femmes célibataires vivant seules sont plus nombreuses dans la plupart des villes que leurs homologues masculins –, soit parce que l’activité professionnelle appelle plus souvent le mari hors du logis. En revanche, une très forte proportion des domestiques, témoins souvent privilégiés, est composée de femmes. Mais cette ségrégation est secondaire par rapport aux espaces communs de l’immeuble et de la rue, au théâtre riche et divers des lieux publics. Il y a en ville peu de lieux, peu de moments complètement spécifiques à l’un ou l’autre sexes. L’entremêlement des activités, des lieux d’habitat et de déplacement, l’absence d’isolement réduisent de fait l’inégalité juridique et sociale entre les sexes. Hommes et femme, en ville, sont à égalité pour voir ou entendre, et dans bien des cas pour agir ou réagir.

12La forte prédominance des témoins masculins dans les affaires rurales témoigne au contraire d’une plus grande spécificité des rôles. Plus sans doute qu’en région d’habitat groupé, où on rencontre naturellement les autres membres de la communauté rurale, où on voit venir de loin, la dispersion en villages et les espaces bocagers imperméables au regard aboutissent à une parcellisation du paysage, à un cantonnement visuel et sensoriel des activités, qu’on peut schématiquement répartir en trois groupes correspondant à des discriminations, bien sûr relatives, d’âge et de sexe. Ce sont souvent des enfants et adolescents, filles ou garçons, qui gardent les bêtes dans les espaces clos de prés ou de terres en jachère ; ces tranches d’âge sont sur-représentées dans les affaires de violence clandestine, tels les viols. La maison et les espaces communs du village –cette unité de quelques maisons, dix ou vingt au maximum, qui est en Bretagne la cellule à la fois élémentaire et fondamentale de l’organisation de l’habitat – constituent l’horizon quotidien de la femme, ou plutôt de la communauté des femmes, qui passent une bonne partie de leur temps à soigner la maison et le jardin. Ce théâtre de la vie sociale est un cercle étroit, où chacun est connu : le puits, le four, l’aire à battre, sont des espaces publics, les seuils des maisons des lieux intermédiaires entre public et privé. Les femmes sont là, presque constamment ; la présence de l’homme au contraire dépend de l’heure, du jour ou de la saison. En revanche, c’est une forte majorité d’hommes qui témoigne dans les affaires qui ont pour cadre les champs cultivés, les chemins, surtout ceux qui mènent au marché, au bourg ou à la ville les plus proches, où ils cheminent souvent à plusieurs, comme le cabaret et ses abords.

13Cette ségrégation est bien entendu relative. Il arrive que des femmes gardent les bêtes dans les champs. Hommes, femmes et enfants peuvent se trouver ensemble lors des grands travaux ou en cas d’urgence ; mais cette situation n’est pas la norme de la vie quotidienne. Les espaces essentiellement réservés à l’un ou l’autre sexe sont peut-être plus féminins que masculins. S’il n’y a que peu de femmes dans les affaires de cabaret, les cabaretières sont, elles, très fréquemment appelées à témoigner : dans l’étude portant sur la région d’Hennebont, elles constituent un solide groupe professionnel de 37 personnes, sur un ensemble de 572 témoins féminins. Mais seules des femmes témoignent de ce qui s’est passé ou dit autour du lavoir et, presque toujours, autour du four ; elles constituent également la majorité des témoins dans les affaires – les vols en particulier – qui se passent dans les églises.

14La rue, la maison, le village… dans ces trois théâtres, la femme fait au moins jeu égal avec l’homme, à qui sont davantage réservés les contacts plus extérieurs. La répartition des rôles, des lieux et des manifestations de la vie sociale entraîne aussi une différence dans l’âge moyen des déposants, caractérisée, par rapport à l’échantillon global, par une proportion légèrement, mais constamment – dans les études où ce facteur a été pris en considération – plus importante de femmes mûres, voire âgées. Cette polarisation relative des lieux de sociabilité et des formes d’activité professionnelle se traduit aussi par une répartition plus ou moins nette des témoignages féminins et masculins selon les types de délinquance ou de violence. Même si des cabaretières, des femmes d’aubergistes signalent aussi le passage de bêtes suspectes ou d’individus inconnus, les témoins masculins, parce qu’ils passent leur journées sur les routes ou dans les champs et parce qu’ils fréquentent foires et marchés, sont très largement majoritaires dans les affaires de vols d’animaux. En revanche, le rapport habituel s’inverse lorsqu’il s’agit d’une délinquance ou d’une criminalité spécifiquement féminines : dans un travail sur les voleuses de Rennes et de Saint-Malo entre 1792 et 1811, plus de 58 % des quelque 800 témoins sont des femmes. Mais on notera une fois encore que le déséquilibre reste relativement faible entre les sexes, puisque, même dans ce contexte, 42 % sont des hommes ; c’est là un indice complémentaire de l’extrême imbrication des activités sociales qui caractérise la ville.

Une implication différente

15Les formes de la sociabilité contribuent également à différencier les modes d’implication des hommes et des femmes. Les témoins masculins sont plus nombreux dans les affaires de violence, qui se déroulent majoritairement hors du domicile ; les femmes apparaissent plus souvent dans les affaires d’injures. Les hommes s’impliquent bien davantage dans la délinquance qui concerne les instruments de travail, surtout lorsqu’il s’agit d’affaires qui risquent de demander une intervention physique. Ils outrepassent le rôle du témoin pour devenir enquêteurs, voire justiciers. Alors que le témoignage, numériquement fort minoritaire, des femmes, est passif – elles ont « vu », « entendu », ou « entendu dire » –, les hommes participent activement à la recherche du bétail d’un voisin, voire d’un inconnu. Un exemple caractéristique est fourni par le traitement assuré en 1778 par les habitants de Bannalec à un inconnu qui traverse le bourg avec un bœuf ; quelques particuliers, écrit le procureur fiscal, prirent la liberté de lui demander son nom, d’où il était et où il allait avec ce bœuf. Il répondit « qu’il s’appelait Gabriel Guillou […] qu’il était du bourg du Petit Terrier et qu’il amenait ce bœuf à un boucher de notre bourg à qui son père l’avait vendu à Quimper […] On lui demande le nom de son recteur, il répondit qu’il était mort et ensuite qu’il s’appelait Monsieur Gaguien. Après avoir vérifié que ce brave homme en imposait sur le nom de son recteur […] et sur la vente de son bœuf, les soupçons redoublèrent, en conséquence, on vint me rendre compte de ce qui s’était passé ». Leur intervention est liée à une sociabilité forte, mais discontinue.

16Si l’on écarte les témoignages en quelque sorte aléatoires – ceux qui résultent d’une présence par hasard sur les lieux d’une affaire –, le développement des scénarios de délinquance, et celui des récits qui sont faits à la justice, montrent que cette sociabilité fortifie des solidarités différentes selon les sexes, mais qu’ils témoignent aussi de références culturelles et de schémas mentaux partiellement distincts. Les hommes sont plus souvent en groupes, et témoignent en défenseurs du groupe, contre un autre groupe, celui du village voisin, d’une bande rencontrée, etc. Dans les affaires les plus ordinaires, celles de coups et blessures, ou celles d’injures dégénérant en coups, ils sont prompts à trouver des explications, voire des circonstances atténuantes. Deux d’entre elles apparaissent en Bretagne avec une certaine fréquence. La première est la nécessaire riposte au défi, à l’injure, considérée comme une atteinte à l’honneur qui doit se régler par un combat physique ; c’est la forme paysanne du duel aristocratique. La seconde est le rôle de l’alcool, au sujet duquel il y a une fréquente connivence culturelle entre les accusés et les témoins. L’ivresse est souvent invoquée pour se dérober à tout témoignage précis en invoquant les effets de l’alcool, qui permet de ne se souvenir de rien. Il est aussi fréquent dans une affaire de coups entre hommes qu’un témoin essaie d’imputer les comportements violents à l’alcool. La violence, dans les témoignages, est ainsi facilement légitimée, ou excusée par les témoins masculins ; c’est souvent un sentiment de fatalité malheureuse qui s’y exprime. En revanche, les hommes ont rarement la même indulgence pour l’ivresse féminine : lorsqu’ils l’invoquent, il est vrai beaucoup plus rarement, c’est en général pour la considérer comme un élément à charge. La présence d’une femme au cabaret n’est tolérée que dans la mesure où elle est exceptionnelle ; son ivresse paraît indécente et de nature à ruiner sa réputation.

17Entre les familles d’un même village ou d’une même maison, le principe le plus souvent adopté par l’homme est qu’il est maître chez lui, et que les autres sont tout autant maîtres chez eux. L’auteur d’une étude sur les violences faites aux femmes au sein du cercle familial remarque à propos de plusieurs affaires que les hommes ont des réactions mitigées, qu’ils répugnent à se mêler des querelles entre époux, par peur de se compromettre ou par peur du mari de la victime. Il cite par exemple le cas d’une certaine femme Le Bellec qui, se mourant d’être empoisonnée par son mari, tente de se réfugier chez un voisin qui dépose ainsi : « luy déposant la pria de se retirer chez elle par la crainte qu’il avait de se compromettre vis-à-vis du dit Le Bellec qui suivoit et épioit partout sa femme, qu’elle se retira en effet en se traînant avec beaucoup de peine. Que lorsqu’elle fut dans sa maison luy déposant l’entendit se recommander à Dieu au milieu des efforts qu’elle faisoit en vomissant, et cela d’une manière si pitoyable qu’il voulut sortir pour aller à son aide, mais qu’il n’osa sortir parce qu’il sentit que quelqu’un étoit à sa porte et que ce quelqu’un éstoit Jean Bellec lui-même ». Le respect de l’autorité du chef de famille par ses semblables s’étend facilement à la non-assistance de personne en danger.

18Si la femme peut être, dans les affaires où elle est directement impliquée, une instigatrice de la violence, son rôle comme témoin est plus souvent celui d’une médiatrice. Son intervention vise, plus souvent que chez l’homme, à réduire l’intensité de la violence, ou à en détourner la menace. Certes, les interventions d’une femme isolée contre un mari qui brutalise sa femme se limitent-elles aussi au mieux à des réprimandes morales ; mais elle n’a pas la force d’assurer une réelle protection physique. En revanche, parce qu’il s’agit de défendre une autre femme, des interventions collectives traduisent çà et là l’exercice concret de solidarités féminines. Ainsi, le nommé Jean Rouxel qui, un jour de juillet 1807, s’en prend à plusieurs reprises et avec violence à sa femme, est pris à son tour à partie par des marchandes d’herbes qui assistent à la scène. Les femmes, les voisines surtout, aident parfois plus activement d’autres femmes lorsqu’il s’agit de se défendre contre les hommes. Elles prennent aussi collectivement, à l’échelle d’un village, l’initiative de prendre en charge les enfants qu’il faut écarter du domicile familial.

19Cette solidarité s’appuie sur une fréquentation, des relations de voisinage, qui, sauf mésentente, constituent un réseau dont la permanence compense la moindre mobilité géographique des femmes par rapport aux hommes. Dans de très nombreuses affaires, elles disent à la justice qu’elles étaient chez la voisine, ou à sa porte, et qu’ainsi elles ont ou n’ont pas vu ou entendu. Elles se retrouvent souvent au même endroit, pour les mêmes tâches. En ville, les femmes constituent un véritable réseau de diffusion qu’illustre à Rennes une certaine Marie Fily, qui déclare à la justice « avoir ouï-dire à la Hondu femme Ruault que la Guérault avait dit à la même Hondu qu’ele avait priz un drap de toile fine au sieur L’Emperière ». Ces chaînes de transmission s’alimentent à tous les lieux publics. À la campagne, les échanges de services entre femmes sont constants, mais aussi les échanges d’informations que permet naturellement la continuité des rencontres. Ce ressassement fait que les femmes, plus particulièrement en milieu rural, ont souvent « ouï-dire » : ainsi, par exemple, en l’an VI, Jeanne Ronsin qui déclare « qu’elle a ouï dire à Hélène Ronsin sa sœur […] qu’elle tenait de la femme de Michel Collé […] que Julienne Seigneur lui avait dit qu’elle était enceinte ». La circulation des informations, même si beaucoup d’entre elles leur parviennent indirectement, se fait plus rapidement entre elles.

20Les groupes de femmes n’ont bien entendu pas le monopole des on-dit ; mais la continuité de leurs échanges produit des effets perceptibles de structuration à trois niveaux. En premier lieu, elle contribue puissamment à transformer le simple racontar en rumeur ; en regroupant des éléments puisés à diverses sources, elles échafaudent mieux ou plus souvent que les hommes des hypothèses collectives, voire un récit plausible. Dans la durée, leur mode de relations fait des femmes le principal support de la mémoire du groupe, des familles et du village. Elles assurent enfin, à travers la défense d’un code de valeurs, la cohésion de la famille, des familles.

21Rien ne le montre mieux que les affaires où elles sont elles-mêmes provoquées en tant que femmes et que gardiennes de la morale sexuelle, en particulier lors des informations menées lorsqu’il y a présomption d’infanticide, voire simple menace de désordre moral. Elles témoignent dans ce type d’affaires en plus grand nombre – 312 femmes contre 230 hommes dans les dossiers d’infanticide en Ille-et-Vilaine sous la Révolution et l’Empire – et surtout avec un bien plus grand luxe de détails que les hommes, en des termes qui montrent une longue préméditation, une surveillance attentive, une volonté de se prouver la réalité de leurs soupçons. Des voisines, dans une affaire qui se déroule en 1777 dans la région de Cancale, épient la femme d’un marin qui navigue en mer et, pour prouver qu’elle reçoit des hommes chez elle, versent à la nuit tombée deux seaux d’eau devant la porte, révélant ainsi le lendemain matin deux magnifiques empreintes de souliers d’hommes ! Lorsqu’elles soupçonnent dans leur cercle une grossesse illégitime – que la justice connaît lorsqu’il y a présomption d’infanticide –, elles disent aussi comment leurs hypothèses, leurs doutes, se sont construits, souvent en parlant avec d’autres femmes, comment, aussi, elles ont cherché à extorquer un aveu à la fille abandonnée. Leurs ruses, leurs tactiques, leur acharnement contrastent, ici, avec le laconisme habituel des hommes.

  • 1 Cette communication a été réalisée à l’aide de travaux manuscrits d’étudiants, dont voici la liste (...)

22Comme souvent, l’intérêt essentiel des sources judiciaires réside dans ce qu’elles nous donnent à voir des comportements, des valeurs d’un groupe social. L’étude des témoignages n’échappe pas à cette règle. L’apport respectif des hommes et des femmes varie beaucoup selon le type de délinquance ou de violence. Mais cette répartition, qui pourrait n’être que le décalque de leur implication directe dans les diverses formes de criminalité, renvoie plus précisément à des formes sexuées de sociabilité dont les témoignages donnent une approche particulièrement concrète. Chez les hommes, les occasions de rencontre, au-delà de la famille et éventuellement de la main-d’œuvre domestique, se limitent aux lieux où on se croise, dans les à-côtés, le plus souvent, du travail. Chez les femmes, la continuité des rencontres et des échanges est une des conséquences d’un voisinage permanent, que ce soit dans la vie domestique ou les occupations qu’elles assument. Le regard des hommes et celui des femmes ne sont pas nourris des mêmes expériences, des mêmes modes de rapport aux choses et aux gens. Leurs témoignages respectifs sont dans une certaine mesure polarisés par la différence des sources et des modes d’information, et par un sens différent des solidarités. La manière dont se répartissent leurs témoignages en fonction des types d’affaires illustre aussi la répartition des rôles sociaux où les femmes restent les gardiennes de l’honneur et de la famille1.

Notes

1 Cette communication a été réalisée à l’aide de travaux manuscrits d’étudiants, dont voici la liste : Jean-Luc Bourdieu, « Grand Dieu du paradis, je suis mort… » Violences et sociabilités à travers les procédures de la justice seigneuriale de Cucé (1700-1743) ; Marie Bernard-Griffiths, Tuer son fruit : façons de dire, façons de faire. Étude des infanticides en Illeet-Vilaine (1792-1811) ; Gilles Bourrien, Les femmes face à la criminalité en Bretagne au xviiie siècle ; Véronique Dahlem, Criminalité et société dans la juridiction seigneuriale de Redon entre 1751 et 1789 ; Jean-Christophe FICHET, Le vol d’animaux en Bretagne au xviiie siècle, d’après les archives de la Tournelle ; Isabelle Gerard, Criminalité, délinquance et mentalités à Redon au xviiie siècle (1738-1750) ; Valérie Larreur, Criminalité et délinquance dans les auberges et les cabarets au xviiie siècle ; Annaïck Le Liviec, Les criminelles de la misère. Les femmes voleuses à Rennes et à Saint-Malo (1792-1811) ; Clarisse Loiseau, « A la force, on m’assassine… ». Les mentalités en Ille-et-Vilaine à travers les archives judiciaires (1799-1802) ; Cécile Mainguy, « Qu’il ne le connaissait pas, mais qu’il a ouï dire… » ; Jean-François Rouxel, Criminalité et société dans le dernier siècle de l’Ancien Régime : l’exemple du tribunal de l’abbaye royale de Saint-Georges de Rennes.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search