Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les témoins devant la justice

 | 
Benoît Garnot

2e partie. Portraits de témoins

Chapitre 19. Les témoins des écouages lillois au xviiie siècle

Catherine Denys

Texte intégral

  • 1 Archives municipales de Lille, dossiers 10941 à 10948 et registres 10797 à 10800.
  • 2 Catherine Denys, « La mort accidentelle à Lille et Douai au xviiie siècle : mesure du risque et ap (...)

1Les dossiers et registres d’écouages, c’est-à-dire de procédures de levée des cadavres en cas de mort violente, conservés aux archives municipales de Lille1, donnent une vision paradoxalement très vivante de l’existence dans une grande ville de province française au xviiie siècle. Leur intérêt premier concerne évidemment les accidents et dangers spécifiques de la ville2, mais ils donnent aussi accès à de très nombreux témoignages, sur une durée assez longue et quasi continue, ce qui autorise une réflexion plus générale sur la place du témoin dans la justice d’Ancien Régime.

2Les dossiers et registres d’écouages permettent donc de comptabiliser et de reconstituer les accidents et crimes survenus à Lille de 1713 à 1791, avec une interruption de 1745 à 1754. Le millier de cadavres ainsi relevé par les échevins-juges s’accompagne de 2 404 témoignages plus ou moins diserts, formant une base riche d’enseignements sur ce qui amène à témoigner, sur la manière de témoigner, sur la sélection des témoins, et enfin, sur les fonctions du témoignage à l’époque moderne.

Le déclenchement de la procédure

3La procédure d’écouage est une procédure sommaire, qui a pour fonction principale de déterminer si la mort est accidentelle ou criminelle, afin, dans ce dernier cas, de commencer une information juridique. Prévenus par un sergent de ville ou un médecin, les échevins se rendent sur les lieux où gît le cadavre, avec un médecin et un chirurgien, le lieutenant-prévôt et un greffier. Sur place, les échevins recueillent les dépositions des témoins et les hommes de l’art procèdent à une autopsie. En se fondant sur ces témoignages et le rapport des médecins, les échevins décident alors d’accorder la main levée du cadavre pour permettre son inhumation, ou transfèrent le mort à l’hôtel de ville pour un supplément d’information qui peut constituer le début d’un procès (quand le cadavre est trop décomposé ou ne peut plus rien apprendre, la permission d’inhumer est donnée, même si une information criminelle commence). Cette procédure d’écouage est donc particulièrement importante pour l’orientation des poursuites criminelles, et découvre en partie ce rapport toujours difficile à établir pour les historiens entre la criminalité réelle et la criminalité réprimée. On voit ici comment les témoignages orientent la décision des échevins, surtout lorsque la médecine ne peut donner une réponse claire.

4La procédure d’écouage révèle donc la place fondamentale des témoins dans le fonctionnement de la justice criminelle. Il faut essayer de se représenter la scène : quand les échevins arrivent sur les lieux du crime ou de l’accident, il est certain qu’il y a déjà une foule de gens assemblés autour du cadavre. D’ailleurs, quelques écouages des années 1713-1744 signalent ces attroupements, qui gênent les échevins, et les obligent à faire transférer le cadavre dans un endroit clos, souvent un cabaret voisin, pour opérer en paix. Dans ce premier contact avec une foule de témoins potentiels, les échevins recueillent, oralement, mais déjà sous serment, un certain nombre de renseignements. Ceci n’est malheureusement pas retranscrit, mais le greffier signale de manière impersonnelle cette première enquête : « On avait péché dans la rivière du pont de Comines le cadavre d’un jeune homme qui ne s’était point vu depuis dimanche dernier 14 […] ont comparu plusieurs témoins repris dans l’information de ce jour » (écouage du 17/09/1727), « Nous étant informés si on connaissait le cadavre dudit soldat, nous aurions appris qu’on le croioit grenadier au régiment de Normandie et frère du cabaretier sous l’enseigne de la bonne cuisine au faubourg Notre-Dame » (écouage du 12/02/1736). Cette première enquête orale donne donc aux échevins une idée préalable de ce qui s’est passé, et de l’identité du défunt, ce qui va leur permettre de sélectionner les quelques témoignages qu’ils jugent utiles de retranscrire.

5Il arrive toutefois que les gens présents ne puissent pas donner de renseignements précis, ce qui est souvent le cas lors d’infanticides ou de repêchage de corps ayant séjourné longtemps dans l’eau. Ainsi à propos de la découverte du cadavre d’un enfant mort-né dans la rue : « ordonné d’entendre les voisins pour voir et reconnoitre celui qui pourroit l’avoir exposé, les voisins nous ont affirmé que ce jourd’hui vers onze heures, des jeunes garçons jouant entre eux avoient découvert ledit cadavre, qu’ils en avoient aussitôt averti leurs mères, lesquelles aiant esté voir ont vu ledit cadavre sans pouvoir dire qui l’a là exposé, qu’ils en ont aussitôt averti la justice. Et ayant été demandé auxdites voisines s’il n’y avoit point quelque fille dans le voisinage qui auroit pu être grosse ou qui menoit mauvaise vie, elles nous ont dit que non et quelles n’en pouvoient suspecter personne » (écouage du 29/10/1717). Les juges peuvent aussi se contenter de ne retenir qu’un seul témoignage écrit, s’il est confirmé par plusieurs témoignages oraux. Ainsi après avoir entendu Marie-Joseph Dubrucq expliquer comment ­ son enfant est mort, les échevins notent sobrement : « après avoir entendu plusieurs voisins et voisines qui ont affirmé conformément à ce qu’est dit ci-dessus » (écouage du 19/04/1731).

La manière de témoigner

6Les témoins retenus, c’est-à-dire ceux dont le récit sera consigné par écrit dans le procès-verbal d’écouage, comparaissent d’office et sous serment. Ils sont certainement beaucoup moins nombreux que les personnes entendues oralement. En moyenne, pour toute la période 1713-1791, les échevins conservent entre deux à trois témoignages par décès (2,4 exactement). Un progrès de l’écrit est sensible, car la moyenne passe de 1,6 à 2,9 entre les années 1713-1744 et les années 1755-1791.

7En fait, et plus concrètement, dans les années 1713-1744, il semble d’usage de retenir deux témoignages par procédure, très rarement davantage. Les échevins se contentent même d’un seul témoin si les faits sont évidents, par exemple quand un parent explique lui-même comment son enfant s’est tué, ou lorsque le mort a succombé à ses blessures, après avoir eu le temps de raconter comment l’accident s’est produit. Il arrive également que les échevins se contentent des informations orales et ne retranscrivent aucun témoignage. La règle des deux témoignages minimum n’est donc pas toujours respectée, même si elle semble connue. De plus ces deux témoignages sont souvent collectifs, le greffier se contentant, après avoir recueilli les noms des témoins, de noter un seul récit commun. Dans cette période également, les témoins sont identifiés assez sommairement, par leurs nom et prénom seuls. Il est très rare que l’on indique leur âge, leur métier ou leur domicile.

8Dans les années 1755-1791, la procédure reste la même, mais les dossiers s’épaississent. Les témoignages conservés sont plus nombreux, la moyenne de trois témoins par décès semble devenir une règle. Le zèle du greffier a été particulièrement efficace en 1770 où 57 témoignages sont retranscrits pour 14 décès. La moyenne diminue un peu à cause des écouages de nouveau-nés ou de fœtus jetés à la rivière ou abandonnés dans les rues, qui n’appellent en général que le témoignage de la première personne qui les a trouvés. Cette nécessité de réunir plusieurs témoignages semble connue des Lillois eux-mêmes, puisque François Trève, qui découvre le corps calciné de son ami Calixte Deletexte en venant lui rendre visite, précise aux juges : « il a appelé deux voisins pour être témoins de l’accident » (écouage du 2/12/1772). Le sergent de ville Delabassée, averti de la découverte d’un noyé dans les fossés des fortifications, croise en chemin deux sergents militaires qui ont vu le corps, et à qui il demande de laisser leurs noms au consigne de la porte « afin qu’on puisse les entendre si on le juge à propos ». Cette précaution ne sera d’ailleurs pas ici nécessaire, puisque trois autres témoins se sont présentés (écouage du 18/05/1764). Il n’est pas rare dans ces années 1755-1791 de lire quatre à cinq témoignages dans un seul procès-verbal, surtout en cas de suicide ou de suspicion de crime n’ayant pas laissé de traces physiques. Ainsi le procès-verbal du suicide de Catherine Balthazar, qui s’est pendue dans le grenier de la maison après avoir tué son bébé, contient-il sept témoignages (écouage du 30/05/1770), tout comme l’écouage de la femme du marchand mercier Mahieu, retrouvée dans le puits de la cave de la maison, qui mobilise, outre le témoignage de la servante et de la fille de la morte, cinq voisins, qui renforcent la thèse de l’accident (14/11/1763). Le plus grand nombre de témoignages conservés pour un seul décès est atteint par les huit témoins du suicide de Jean-Baptiste Empis, sieur de Vendin (écouage du 11/02/1759), un chiffre particulièrement élevé, qui s’explique certainement par l’appartenance du mort à l’échevinage. Dans cette deuxième moitié du siècle, les témoignages recueillis sont donc plus nombreux, mais aussi plus développés, les récits plus circonstanciés. De plus les témoins sont presque tous identifiés, en plus de leur nom, par leur âge, leur métier et leur domicile.

9De manière assez nette, quoique pas absolue, les témoins de cette deuxième période se répartissent en deux groupes, que l’on peut appeler témoins des faits et témoins d’identification. Les premiers sont ceux qui ne connaissent pas nécessairement le mort, mais soit ont trouvé son cadavre, soit ont vu l’accident mortel. Les seconds viennent essentiellement donner aux magistrats l’identité du mort, en affirmant bien le connaître. Évidemment, dans de nombreux cas, les deux fonctions du témoignage sont liées ; ainsi lorsque des couvreurs travaillent sur un chantier et voient tomber du toit un de leurs collègues, ils peuvent à la fois expliquer les circonstances de l’accident et se porter garants de l’identité du mort qu’ils connaissent bien. La même chose arrive aussi fréquemment avec les accidents domestiques, où les voisins savent évidemment bien à qui ils ont porté secours. Il n’empêche que même dans ces occurrences, il peut y avoir une différenciation entre les témoins des faits et de l’identité. Souvent même, alors que les témoins qui racontent l’accident nomment le mort, un autre témoin vient uniquement préciser son identité. Cette distinction du rôle des témoins est particulièrement nette en cas de noyade, accident qui représente plus de la moitié des décès accidentels à Lille au xviiie siècle. En effet, dans ce cas de figure, la procédure est presque toujours la même : le greffier note d’abord les témoignages des deux personnes qui ont porté secours ou simplement repêché le corps, puis un troisième témoin reconnaît le mort en donnant son identité précise. Sur les 1 695 témoignages recueillis de 1755 à 1791, 44 % sont de simples témoignages des faits, sans connaissance de l’identité du mort, 15 % sont des témoignages d’identification pure, sans aucune explication sur les faits, et 40 % contiennent à la fois un récit des faits et au moins le nom des morts. Avant 1744, les témoignages recueillis sont beaucoup trop succincts pour pouvoir établir cette distinction. Ce progrès, à la fois quantitatif et qualitatif, dans la transcription des témoignages ne signifie sans doute pas une revalorisation du témoignage comme moteur de la justice d’Ancien Régime, mais une attention plus forte à l’écrit contre l’oral, qui se vérifie dans d’autres procédures administratives.

Typologie des témoins

10Être amené à témoigner dans une procédure d’écouage relève évidemment d’abord de circonstances fortuites. Les juges entendent les personnes qui se trouvaient sur les lieux de l’accident, ou qui connaissaient bien la personne décédée. Néanmoins, et toujours dans la mesure où les magistrats lillois choisissent les témoins au milieu de nombreuses personnes présentes, certaines caractéristiques apparaissent, qui permettent d’établir une sorte de portrait du « bon » témoin.

11Il n’y a aucun doute ici, au vu des chiffres, que le témoignage des hommes est largement préféré : sur l’ensemble de la période, les femmes ne représentent que 21,5 % des témoins. L’évolution du siècle leur est même défavorable : dans les années 1713-1744, elles sont 34 % des témoins, et seulement 16 % de 1755 à 1791. Paradoxalement, le progrès dans l’enregistrement des témoignages ne leur est pas favorable, car dans la répartition des catégories de témoignages, il apparaît clairement qu’elles sont quasi exclues du témoignage sur les faits (7 %), tandis qu’elles se maintiennent à 25 et 30 % des témoignages d’identification et des témoignages regroupant à la fois les faits et l’identité. Cette faible représentativité des femmes dans les procès-verbaux d’écouages renvoie naturellement à leur incapacité juridique sous l’Ancien Régime et à leur participation limitée dans les procédures, mais l’exclusion des femmes du témoignage au sujet des faits a ici des raisons plus objectives : lorsqu’il est question de retirer de l’eau un cadavre alourdi par le gonflement des chairs putréfiées, on comprend que ce soient des hommes qui s’en chargent. Dans le même registre de la noyade, les femmes ne peuvent se déshabiller pour se jeter à l’eau et porter secours aux gens en train de se noyer. Elles sont aussi, naturellement, exclues des institutions masculines où l’on meurt assez souvent à Lille : hôpitaux d’invalides, prisons, casernes, « bons fils » (établissement religieux où on enfermait les hommes fous), section masculine de l’hôpital général. À l’inverse, il y a aussi bien sûr des institutions exclusivement féminines, comme les couvents, où les témoins d’accidents ou de suicides seront, par obligation, des femmes, mais curieusement, on meurt moins chez les religieuses que dans les couvents d’hommes ou les hospices masculins, peut-être parce que les femmes se suicident moins, en tout cas moins par pendaison. D’une manière générale, mais pas absolue, en cas de suicide ou de toute autre mort violente, les femmes se présentent elles-mêmes comme de mauvais témoins, elles disent avoir été épouvantées par le choc, incapables de remarquer les détails importants, disent avoir été tellement saisies qu’elles ne savaient plus se remettre, qu’il a fallu les saigner pour leur rendre la raison, et que finalement elles se sont contentées de crier, ce qui a ameuté les voisins. Voici par exemple le témoignage d’Anne-Marie Glorieux, 25 ans, servante chez Mahieu : « Hier vers les cinq heures du soir, rentrant chez son maître, ce dernier dit à la déclarante de descendre dans la cave, que sa femme étoit malheureusement noyée dans le puits, que la déclarante n’osant y descendre seule, pria Amélie Mahieu, l’une des filles de la maison, de descendre avec elle, qu’y étant allées, elles remarquèrent qu’il y avoit un tablier gris sur le mur qui entoure le puits, ce qui les a épouvantées au point qu’elles prirent la fuite, que néanmoins ledit sieur Mahieu obligea la déclarante d’aller encore à la cave pour s’assurer si sa femme étoit réellement dans le puits, ce qu’elle fit et vit que sadite maîtresse étoit dans le puits » (écouage du 14/11/1763) ; ou encore celui d’Hélène Leplat, qui découvre son mari pendu dans sa chambre, s’écrie quel malheur ! et « on la fit descendre pour ne point être plus longtemps témoin de cet horrible spectacle » (écouage du 15/05/1773). S’agit-il là de conformité à un discours convenu sur la fragilité féminine ou de réactions réelles ? Il est impossible de trancher, mais le fait s’ajoute sans doute aux raisons plus objectives pour dévaloriser le témoignage féminin. La mort violente, et surtout la mort violente des hommes, n’est, à l’évidence, pas l’affaire des femmes.

12Les femmes sont un peu plus souvent entendues, bien qu’encore en second, pour identifier leurs parents et voisins ou dans des circonstances particulières, comme les accidents domestiques. Il n’est plus question ici d’affolement, mais de secours rapides aux enfants dont les vêtements brûlent, aux vieillards qui sont tombés dans leur escalier. Les témoignages féminins sont aussi volontiers recueillis lorsque des enfants ont été écrasés par un véhicule, parce que les voisines, sur le pas de leur porte, sont en position d’observatrices de la rue.

13Enfin, la faible participation des femmes aux écouages s’explique aussi peut-être parce que, à la différence de ce qui est en jeu dans les procédures criminelles, la bonne ou mauvaise réputation n’est pas tellement en cause ici. L’écouage n’a pas pour but de faire apparaître un suspect, sauf en cas d’infanticide ou de suicide. Il se borne à constater une situation et à juger si elle est accidentelle ou volontaire. Dans l’objectivité matérielle des faits, la parole des hommes a sans doute, aux yeux des juges, plus de poids que celle des femmes, auxquelles est réservée, sans jugement de valeur d’ailleurs, la compétence sociale ou morale.

14L’âge moyen des témoins dans la deuxième moitié du siècle s’établit à 38,2 ans, les échevins interrogeant essentiellement des adultes entre 25 et 55 ans. Les personnes plus âgées interviennent rarement dans les secours, mais se présentent parfois pour identifier un ami, un fils. Le doyen des témoins d’écouages lillois, âgé de 81 ans, est le portier de l’hôpital général. Il confirme la découverte d’une des pensionnaires, qui a fait une chute mortelle dans un escalier (écouage du 15/12/78). Les jeunes gens de 12-14 ans qui sont déjà insérés dans la vie professionnelle, comme ouvriers du bâtiment, travailleurs textiles ou domestiques sont interrogés de la même manière que leurs collègues plus âgés. Les enfants plus jeunes sont extrêmement rares, et quand il faut faire appel à leur témoignage, les juges prennent parfois quelques précautions. Ainsi avant de faire prêter serment à Louis Petit, âgé de 8 ans, les échevins disent « lui avoir donné à entendre ce que c’était un serment ». L’enfant avoue alors avoir caché à ses parents, par peur de réprimande, qu’en jouant la veille avec un autre petit garçon de 9 ans, celui-ci est tombé dans la rivière (écouage du 24/06/1767). Au contraire, le témoignage des frères Le Perle, âgés de 12 et 10 ans, est reçu comme celui de n’importe quel adulte, car ils sont déjà tous deux apprentis (3/01/1758).

15L’éventail des professions exercées par les témoins des écouages lillois se révèle très large. Les métiers du textile : sayeteur, teinturier, fileur, dentellière, tricoteuse sont, sans surprise, bien représentés dans cette ville d’ancienne industrie textile. Quelques métiers sont surreprésentés à cause de la nature même de la source. Ainsi, en raison des nombreuses noyades, tous les métiers liés aux rivières et canaux reviennent très souvent : bateliers, naceliers, pêcheurs, rembrayeurs de rivière, wagueurs et divers journaliers du rivage. L’éclusier de Wambrechies, Jean-Baptiste Desprez, retire de l’eau de son bassin, situé sur la Deûle, en aval de Lille, plusieurs cadavres, dont celui de son fils adoptif, avant d’être lui-même repêché mort en 1780. Les métiers du bâtiment, en particulier les couvreurs, sont également surreprésentés à cause du danger inhérent à leur profession. L’importance de la garnison basée à Lille amène aussi de nombreux soldats à témoigner, soit parce que comme sentinelle ils ont vu un accident ou aperçu un cadavre flottant dans l’eau des fossés des fortifications, soit encore pour reconnaître des camarades de régiment qui se sont noyés. Les membres du clergé : prêtres des paroisses, réguliers des couvents et institutions charitables sont aussi convoqués, et témoignent sous serment « manu pectori apposita ». Les médecins et chirurgiens témoignent volontiers, et sont même souvent à l’origine de l’écouage, en signalant aux échevins qu’un de leurs patients a succombé à des blessures non naturelles. Les cabaretiers sont également souvent retenus, soit pour identifier un étranger qui logeait chez eux, soit parce qu’ils peuvent dire s’il y a eu querelle entre des gens qui sont partis ensemble, et dont l’un s’est noyé en route. Les témoignages des sergents de ville ou des villages, même s’ils déposent en qualité de simple voisin ou simple témoin des faits, sont aussi naturellement préférés en raison de leur collaboration habituelle avec la justice. Aucun état ni aucune profession ne semble incompatible avec le témoignage, tout au plus peut-on remarquer que les nobles laissent souvent leurs domestiques témoigner à leur place en cas de décès accidentel dans leur maison, mais là encore ce n’est pas une règle absolue. À la différence de ce qui est constaté dans les procédures plus complexes, les témoins d’écouage ne semblent pas subir de filtrage social, la parole du notable n’est pas ici préférée à celle du simple artisan. La préférence, si elle existe, relèverait plutôt de la confiance envers l’aspect officiel des fonctions exercées (soldat, médecin, sergent de ville, employé de l’hôpital) que du statut social.

16Aux yeux des juges lillois, le « bon » témoin est donc plutôt un homme d’âge mûr, exerçant n’importe quelle profession, mais les circonstances décident probablement davantage en faveur des personnes retenues pour témoigner plutôt qu’un profil déterminé a priori. À l’importante nuance près de la surmasculinité, les témoins d’écouage lillois sont, en définitive, simplement représentatifs de la population adulte de la ville.

Les informations fournies

17Le témoignage dans les écouages sert donc à la fois à préciser les circonstances du décès et à identifier le mort, mais il entraîne aussi d’autres devoirs. Les témoins qui se présentent pour l’identification assurent bien connaître le défunt, et surtout, se portent garants de sa religion catholique, condition essentielle à une inhumation « à la manière accoutumée ». À ce titre, ces témoins demandent aux échevins la main levée du cadavre, c’est-à-dire la permission de l’enterrer. La mention de la religion catholique est presque toujours indiquée, sauf pour les très jeunes enfants abandonnés. Il ne se trouve dans le millier de décès des écouages lillois qu’un seul calviniste, soldat suisse identifié par un de ses camarades de régiment. Les parents de jeunes enfants décédés assurent qu’ils ont élevé leurs enfants dans les préceptes de la religion et qu’ils sont donc catholiques autant que leur jeune âge le permet. Henriette Hotin, en venant identifier son père qui s’est tiré une balle dans la tête, précise que « depuis quelque temps il avait l’esprit troublé, que cependant il remplissoit les devoirs de la religion catholique apostolique et romaine » (écouage du 7/04/1790). Cette mention quasi automatique de la religion du défunt ne disparaît que très tardivement, entre le 23 avril et le 12 mai 1791.

18En règle générale, la personne qui identifie le mort est aussi celle qui demande la permission de l’enterrer ; il n’y a guère qu’une trentaine de cas où la main levée est requise par une personne, souvent un parent, qui n’a pas déposé comme témoin. Ces gens qui demandent cette permission d’enterrer le cadavre ne sont pas toujours liés au mort. Ceux qui disent agir au nom de la famille sont une minorité. Il arrive fréquemment que les gens qui ont repêché le cadavre d’un noyé, ou le cabaretier qui a hébergé le défunt la veille de son accident, se présentent pour remplir cette formalité. Il y a là sans doute à la fois une réponse à l’urgence sanitaire, car on ne peut laisser les cadavres trop longtemps sans sépulture, et plus encore, un devoir de charité chrétienne. Ce sentiment explique les remords de Marie-Joseph B. Après être venue le 16 novembre 1741 reconnaître le cadavre d’une dentellière, qui logeait chez elle et s’est noyée, elle n’a pas demandé la main levée du cadavre, qui est alors transféré à l’hôtel de ville en attendant qu’on le réclame. Dès le lendemain, le 17, elle se ravise et vient demander l’autorisation de l’inhumer, qui lui est accordée. Certains noyés étrangers à la ville sont ainsi enterrés sur requête des témoins, et leurs affaires, scrupuleusement notées sur une liste, envoyées par la suite à leurs familles.

19L’identification par les témoins est presque toujours assurée. Sur le millier de cadavres recensés par les écouages, et à l’exception, encore une fois, des bébés, les corps non identifiés sont extrêmement rares, moins d’une dizaine. De ce point de vue, la forte sociabilité des sociétés d’Ancien Régime est bien plus efficace que l’indifférence de notre époque. Même lorsque le cadavre est défiguré par un long séjour dans l’eau, il se trouve toujours un parent ou un voisin qui reconnaît les vêtements, les objets retrouvés dans les poches. Cela conduit, une fois seulement, à une erreur relativement amusante : le 31 mai 1776, Denis de Gand assure reconnaître le cadavre noyé de Joseph Descamps, meunier à Wattignies, mais la famille prévenue par les échevins répond par courrier que celui-ci se porte très bien ! Quelques jours après le cadavre est réellement identifié par une dame qui reconnaît son pensionnaire. D’ailleurs dans le cas des noyades, les témoins signalent souvent que la personne était disparue de chez elle, qu’on ne l’avait pas vue depuis une certaine date, que la famille avait mené des recherches, etc. Le corps retrouvé était donc, d’une certaine façon, attendu, ce qui facilite évidemment son identification. De nombreux témoignages, surtout après 1755, expliquent bien comment se met en place cette identification. La découverte d’un cadavre entraîne automatiquement un attroupement, et la rumeur se répand dans toute la ville avec une rapidité stupéfiante. La personne qui va être témoin de l’identité du mort est donc prévenue directement, par un des badauds qui lui annonce qu’on a retrouvé son parent mort. Ce témoin peut aussi avoir eu la curiosité de venir jeter un coup d’œil au cadavre et se déclare alors très surpris de reconnaître quelqu’un. Lorsque le mort n’est pas un habitant de la ville, et que personne ne peut indiquer son identité, le cadavre est transféré dans les prisons de l’hôtel de ville, où chacun peut demander à le voir, et ses vêtements et objets personnels exposés à la brétèque, c’est-à-dire au balcon de l’hôtel de ville, pendant plusieurs jours de marché consécutifs. Cela permet à des habitants des villages voisins de reconnaître un des leurs, ou à quelqu’un de se souvenir d’avoir trinqué au cabaret avec un voyageur.

20Les morts sont donc presque toujours identifiés, mais il n’est pas toujours possible de comprendre quel lien relie le témoin d’identification et le mort, ce qui aurait pu être intéressant pour déterminer la hiérarchie des réseaux de relation des citadins de l’époque. Sur 2 404 témoins relevés, 1 117 peuvent néanmoins être reliés au défunt, soit parce qu’ils ont déclaré eux-mêmes comment ils connaissent le mort, soit parce que les circonstances du décès rendent ce lien évident. Avec une marge d’erreur très probable, car les témoignages trop courts ne permettent pas de se faire une idée des choses, il apparaît d’abord que les parents ne sont pas les premiers concernés. L’identification du mort par le témoin comme un membre de sa famille ne représente que 38,5 % des liens authentifiés, alors même qu’il est probable que le lien de parenté se déclare plus facilement que les autres. Près de deux tiers des témoins (exactement 61,5 %) sont donc liés aux défunts par un lien non familial. Sans surprise, et d’autant plus que ce lien est sans doute sous-estimé dans les déclarations, les voisins et voisines sont les premiers à venir identifier leurs voisins (17,3 %). Le deuxième lien, en importance numérique, est celui du travail : les collègues s’identifient entre eux (13,3 %, chiffre qui pourrait être augmenté par les reconnaissances réciproques entre patrons et ouvriers ou domestiques). Quand le mort est un apprenti, il est automatiquement identifié par les autres ouvriers ou par son maître, jamais par la famille. Ces deux types de relations (voisinage et travail), apparaissent même plus puissants que le lien familial le plus direct des parents aux enfants (10,3 %). Il n’y a pas lieu cependant de remettre en cause à partir de cette constatation la prégnance de la famille, mais d’observer que dans de nombreux cas, la parenté défaillante est relayée par le voisinage ou la solidarité professionnelle. Les voisins déclarent d’ailleurs parfois témoigner au nom des parents, trop effondrés pour le faire. La déposition de Rose Mathon le 12 mars 1755 est à ce sujet particulièrement explicite. C’est elle, simple servante, qui se charge d’aller identifier son maître, le sieur Hedouin, retrouvé noyé, alors que le fils de la maison, qui avait été aux nouvelles, a vu le cadavre de son père, mais d’après Rose, « ne pouvant soutenir ce spectacle, il revint chez lui, et a conté à la déclarante ce qu’il avait vu, et en fut si troublé qu’il luy seroit impossible de comparaître pour être entendu ». C’est encore le cas de Louis-Joseph B., qui vient identifier le cadavre de Jean-Baptiste Caby, à la requête de sa voisine, qui ne peut le faire à cause de sa maladie (écouage du 28/08/1781). Par la force des choses, ce sont aussi les voisins qui prennent aussi en charge les personnes qui n’ont pas de famille sur place.

  • 3 Dans la mesure du possible on n’a compté ici que les « vrais » beaux-frères, et pas les frères et (...)

21Dans le témoignage familial, la famille très proche est la plus concernée, ce qui confirme la prégnance du modèle de la famille nucléaire prouvée par les démographes. Les témoins reconnaissent d’abord leurs enfants, leurs conjoints, leurs frères et sœurs, et un peu moins leurs pères et mères. La reconnaissance des enfants par leurs parents ne concerne pas nécessairement des enfants par l’âge. Il est relativement fréquent qu’un parent de 50-70 ans vienne reconnaître son fils ou sa fille de 35-40 ans. Inversement la moindre reconnaissance des parents par les enfants s’explique peut-être par l’âge trop tendre des enfants, à moins que ce devoir soit considéré comme trop lourd, et pris en charge par quelqu’un de la même génération que le défunt. Peut-être y a-t-il là l’indice d’une gravité plus ressentie de la mort des adultes, par rapport à la mort plus banale des enfants. Les liens avec la famille collatérale ou alliée sont plus distendus, à l’exception des beaux-frères et belles-sœurs, ainsi que des neveux et nièces3. Autrement dit, il paraît assez banal qu’un homme vienne reconnaître le cadavre de son beau-frère, ou un oncle son neveu, mais cette sollicitude ne s’étend guère aux cousins, ou aux beaux-parents.

22Dans le témoignage non familial, outre la forte implication des voisins et collègues déjà signalée, on remarque encore le rôle important des liens institutionnels : 6,8 % des témoins identifient un membre de la même maison (pensionnaires, surveillants et portiers de l’hôpital général, détenus et geôliers des prisons, religieux et religieuses des couvents, etc.). Là encore, ils se substituent naturellement aux familles. L’armée joue évidemment le même rôle, puisque les soldats qui trouvent la mort en garnison à Lille n’ont pas de famille sur place. L’identification se fait alors automatiquement par les camarades ou par un officier du régiment. Un rôle important encore (6,4 %) est assuré par les personnes qui ont hébergé le défunt. Il est assez fréquent que le témoin d’identification soit le propriétaire de la chambre où logeait le mort, même s’il arrive alors que sa connaissance ne dépasse guère le nom et le lieu d’origine du défunt. L’amitié enfin est très rarement invoquée ouvertement par les témoins, alors qu’elle se devine dans des déclarations où il est fait état de longues relations. Les rares cas où ces liens d’amitiés sont évoqués se révèlent toujours émouvants, comme lorsque Louis-Ferdinand Chevalier, qui vient témoigner lors de l’écouage de l’échevin Jean-Baptiste Empis, déclare être bien en peine d’avoir perdu son ami, ou comme François-Joseph Dekenoque, qui déclare à propos de la mort du nommé Patte que « l’amitié qu’il avoit pour lui l’engageoit à venir le reconnaître » (écouage du 21/02/1784).

Les fonctions du témoignage

23Il y a donc, très souvent, un lien de proximité étroite, par le voisinage, le travail ou la famille, qui détermine le témoin à venir déposer, ou qui conduit les juges à préférer son témoignage. Reste à examiner maintenant ce que disent ces témoins, et quel est le sens de leurs discours.

24Avec une unanimité frappante, les discours des témoins visent tous à orienter les recherches de la justice vers la thèse de l’accident, ou au moins à atténuer les responsabilités en cause. En ce qui concerne les noyades nocturnes, il est totalement impossible aux échevins de déterminer si la victime est tombée dans l’eau par inadvertance ou si on l’y a poussée. L’autopsie indique toujours que la victime était vivante quand elle est tombée dans l’eau et qu’elle ne porte pas trace de violences, mais cela n’est évidemment pas suffisant pour être totalement convaincu de l’accident. On comprend alors l’importance des témoignages qui assurent que la veille, au cabaret, la victime n’a eu aucune querelle avec qui que ce soit, que si elle est sortie en compagnie de quelques autres personnes, tous s’entendaient bien. Ainsi lors de l’écouage de Noël Terrain, Pierre-Philippe Erelard, qui avait passé la soirée avec lui, assure « lesquels sont cependant sortis du cabaret bons amis » et Charles-Louis Lefebvre ajoute qu’ils « ont passé l’après-midi sans bruit et sans aucune querelle », ce que confirme encore le cabaretier Capelle (écouage du 2/01/1770). Lors des accidents de travail, et plus particulièrement des accidents sur les chantiers de construction, les collègues du mort assurent que le fait est un « pur malheur », que « personne n’y a coopéré », et ajoutent par exemple que le couvreur était seul sur le toit, ou le maçon seul sur l’échafaudage quand il est tombé. Le même discours s’entend, quoique moins systématiquement, à propos des accidents domestiques, en particulier les chutes dans l’escalier, dont sont victimes des adultes âgés.

25Lorsque la responsabilité de quelqu’un risque d’être mise en cause, les témoins tentent de la dégager, en précisant les précautions prises et le caractère inéluctable des faits. Ainsi Jean-François Cuvelle et son épouse, témoins d’un accident dans la rue qui a coûté la vie à un petit enfant de 3 ans, assurent-ils que le conducteur ne pouvait arrêter ses chevaux dans la descente et qu’il a fait son possible pour éviter l’enfant qui ne s’est pas « mis à quartier » (écouage du 30/01/1764).

26La solidarité du voisinage fonctionne encore plus nettement en faveur des parents d’enfants victimes d’accidents domestiques ou de noyade. Les voisines surtout retrouvent alors le rôle traditionnellement dévolu au témoignage féminin en insistant sur le caractère exemplaire des parents. Non seulement ce sont des bons époux qui ne se disputent pas, mais l’accident s’est produit pendant une absence fortuite de la mère, motivée par un juste besoin (par exemple, aller chercher du lait pour l’enfant). Quand la mère a retrouvé son enfant noyé ou en flammes (les vêtements et draps de lit des enfants prennent feu à cause des chaufferettes remplies de braises qu’on place près du lit ou sous leur chaise pour les tenir au chaud), elle s’est précipitée pour le retirer de la cuvelle ou éteindre le feu, quitte à se brûler gravement elle-même. Et enfin, dernière preuve imparable de cette innocence des parents, les voisines assurent que leur chagrin est immense, qu’ils ne se remettent pas de la perte de leur enfant, et que cette douleur les empêche de témoigner. En cas de noyade, les témoins précisent que personne n’a vu l’enfant tomber à l’eau, pendant un moment d’inattention de ses proches. Sur le témoignage de la juste douleur des parents, voici, parmi de nombreux autres, celui des voisines de la famille Delbecq, dont la petite fille de 2 ans s’est noyée : « que lesdits Delbecq et sa femme aians hier sur le soir appris le malheur arrivé à leur petite fille estoient sortis si épouvantés qu’on ne savoit point les remettre, que ledit enfant avoit été mis sur une chaise percée près de ladite cuvelle sans qu’on s’en fut aperçu où elle avoit été étouffée, et que c’estoit un pur malheur au grand regret de ses père et mère » (3/06/1718).

27Ces témoignages touchants ne sont pas forcément éloignés de la vérité, mais leur répétition dans des termes voisins trahit tout de même un discours fonctionnel, soit qu’il s’agisse d’un usage connu de tous, soit que le greffier donne la même allure écrite à toutes les paroles recueillies. Tous les parents n’en ont d’ailleurs pas ressenti le besoin, car ils sont quand même assez nombreux à expliquer eux-mêmes aux juges ce qui s’est passé, et proposer d’eux-mêmes les indices en faveur de l’accident. Il y a aussi des parents ou voisins qui déposent très sobrement, sans donner de précisions aux juges, à moins qu’il ne s’agisse là encore que d’une réduction opérée par le greffier. De toutes façons, quelles que soient l’ampleur et la tonalité du témoignage recueilli, dans ces accidents domestiques, les juges ne poursuivent personne, ce qui semble indiquer la confiance portée aux paroles des témoins.

28Dans cet aspect déculpabilisant du témoignage, reste un cas de figure extrêmement fréquent dans les écouages lillois et très révélateur des mentalités. Un bon nombre des morts violentes recensées dans les écouages sont des suicides. Certains ne font aucun doute, quand le malheureux s’est pendu ou tranché la gorge, d’autres sont très probables, mais pas assurés, quand le désespéré s’est défenestré ou jeté à l’eau. En tout cas, dès qu’un suicide est avéré ou suspecté, le discours des témoins devient très intéressant, car il vise à convaincre les autorités de l’état de folie du défunt. En effet, on le sait, la folie était la seule excuse qui évitait le procès pour suicide, crime qui entachait la mémoire du défunt, déshonorait sa famille et le privait d’une sépulture chrétienne. Mais alors même que le dernier procès lillois à un cadavre de suicidé date de 1778, et que cette procédure paraît absurde aux esprits éclairés, les témoins lillois continuent de développer, souvent assez longuement, les motifs qui affirment réellement l’égarement d’esprit du défunt, composant même un discours de la folie particulièrement intéressant qui mériterait à lui seul une étude.

29En définitive, le discours des témoins d’écouage lillois doit être assez convaincant, puisque ces procédures sont rarement suivies d’une information judiciaire, les échevins concluant beaucoup plus souvent à la mort accidentelle qu’au crime. Il n’y a pas lieu d’ailleurs de faire preuve d’un scepticisme excessif et d’être plus méfiant que les échevins du xviiie siècle, mais il est impossible de ne pas remarquer que la procédure particulièrement sommaire des écouages, l’unanimité des témoignages, l’imprécision des autopsies, n’auraient pas rendu trop difficile le travestissement d’un crime en accident banal. Il est certain en tout cas que les témoignages retenus dans les écouages sont presque toujours favorables à la thèse de l’accident et que les échevins ne semblent pas beaucoup chercher à les contredire. L’information judiciaire n’est lancée que lorsque le meurtre est évident, quand par exemple la victime est lardée de coups de couteaux ou transpercée d’un coup de fusil. Les écouages lillois apportent donc une nouvelle preuve de l’importance du témoignage, à l’instar de la plainte, donc de la parole rapportée aux autorités, dans la justice d’Ancien Régime.

Notes

1 Archives municipales de Lille, dossiers 10941 à 10948 et registres 10797 à 10800.

2 Catherine Denys, « La mort accidentelle à Lille et Douai au xviiie siècle : mesure du risque et apparition d’une politique de prévention », Histoire urbaine, n° 2, décembre 2000, p. 95-112.

3 Dans la mesure du possible on n’a compté ici que les « vrais » beaux-frères, et pas les frères et sœurs utérins. La distinction est possible quand le témoin dit par exemple « frère à ma femme », « frère maternel », mais pas évidente quand il dit simplement beau-frère ou belle-sœur.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540