Version classiqueVersion mobile

Les témoins devant la justice

 | 
Benoît Garnot

2e partie. Portraits de témoins

Chapitre 16 : Dénonciateurs, témoins et procès de magie dans l’Espagne inquisitoriale du xviiie siècle

Valérie Molero

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées : AHN : Archivo Histórico Nacional (Madrid)/Inq. : Sección Inquisición/leg. (...)
  • 2 AHN, Inq., leg. 3722, exp. 174, tribunal de Tolède.

1Si l’exercice des poursuites engagées par le Saint-Office décroît indéniablement à la fin de l’Ancien Régime, la société espagnole dans son ensemble n’en reste pas moins marquée par plus de deux siècles de fonctionnement d’un organisme religieux redoutable, qui a rendu obligatoire la dénonciation et banalisé sa pratique1. A cet égard, le confesseur joue un rôle déterminant puisque, profitant des aveux qu’il entend sous le sceau du secret, il enjoint à ses pénitents de révéler des faits qui remontent parfois à plusieurs mois, voire à plusieurs années. Dans la juridiction de Tolède le cas extrême de Juan Márquez, paysan de 70 ans mérite d’être cité. En effet, vingt-huit ans s’écoulent avant qu’il ne dénonce les sortilèges de Juan Maroto del Río. Il raconte en effet que vers 1711 ou 1712, l’accusé lui avait proposé d’accéder à la richesse avec l’appui d’un démon familier, et il attendra 1740 pour dénoncer, sur ordre de son confesseur, cet ancien cordonnier devenu riche commerçant2.

2En premier lieu nous replacerons la phase de la dénonciation dans le processus de fonctionnement du Saint-Office, puis nous nous attacherons à déterminer les différentes catégories de dénonciateurs en cernant leur profil et leurs motivations. Enfin, nous nous attarderons sur les deux groupes les plus représentatifs qui se dégagent d’après les sources que nous avons consultées.

Le vocabulaire

3En préalable, il convient de préciser la signification des termes employés. La linguistique moderne distingue le dénonciateur, qui est celui qui signale à la justice ou à l’autorité un individu qu’il croit coupable dans le but de le faire condamner ou punir, du délateur dont la démarche est inspirée par la vengeance, la jalousie ou la cupidité. Juan Antonio Llorente, qui fut secrétaire du Saint-Office et qui écrivit une Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, donne la définition suivante du mot délation :

  • 3 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établi (...)

« Avis donné au Saint-Office sur des actions ou des discours qui sont ou qui paraissent contraires à la foi catholique, à la procédure, ou aux droits de ce tribunal3. »

4A la rubrique dénonciation, il renvoie au mot délation. Les termes de dénonciation-délation et dénonciateurs-délateurs seront employés ici comme des synonymes ayant le sens défini par Llorente.

  • 4 AHN, Inq., Libro 1225, Instrucciones del Sr Torquemada echas en Sevilla a 29 de noviembre de 1484, (...)

5Dans le processus de répression, le dénonciateur joue un rôle primordial, puisque son intervention est nécessaire pour le déclenchement du procès et qu’elle est relayée ensuite par les autres témoins qui vont comparaître devant le tribunal de l’Inquisition au cours de la procédure. Les textes qui fondent l’action de l’Inquisition mentionnent très tôt l’obligation faite aux chrétiens de dénoncer tout élément suspect de déviance par rapport au dogme en vigueur – ce point est en effet mentionné dès 1484 dans les Instructions de Torquemada4. Tout d’abord par la lecture de l’Édit des délations, que Juan Antonio Llorente définit ainsi :

  • 5 Llorente, op. cit., tome I, p. XLI.

« Édit des délations. Il est publié tous les ans, un dimanche du Carême, dans une des églises du lieu où il existe un tribunal de l’Inquisition, en présence des inquisiteurs ; il oblige de dénoncer au Saint-Office, dans le délai de six jours, tous ceux qui ont fait des actions ou tenu des propos contre la foi, ou la Sainte Inquisition, soit qu’on en ait été témoin, soit qu’on l’ait appris par d’autres personnes5. »

6Mais aussi par la proclamation de l’Édit d’anathème qui menace des pires maux ceux qui répugneraient à dénoncer leur prochain :

  • 6 Ibid.

« Édit des anathêmes. La lecture de celui-ci se fait tous les ans, dans une église, le dimanche après la publication de l’édit des délations. Il porte peine d’excommunication majeure, réservée aux inquisiteurs, contre ceux qui n’ont point dénoncé les personnes désignées dans l’édit des délations, et renouvelle l’ordre de le faire, avec menace de peines aggravantes et d’exécration contre les réfractaires6. »

7Enfin, tous les paroissiens sont invités vigoureusement à participer à cette entreprise de dénonciation collective et les récalcitrants sont gravement menacés, comme il ressort de l’extrait suivant, traduit dans l’ouvrage de Michèle Escamilla-Colin, à l’attention de ceux « qui n’ont point dénoncé » :

“Que tombent sur eux toutes les malédictions et toutes les plaies d’Egypte tombées sur Pharaon et sur les siens pour n’avoir pas suivi les commandements de Dieu ! Qu’ils soient maudits dans les villes et dans les champs, où qu’ils se trouvent, quand ils mangent et boivent, quand ils veillent ou dorment, dans leur vie et dans leur mort ! Que leurs animaux et les fruits de leurs terres soient maudits ! Que Dieu leur envoie la famine et que la peste les consume. Que le diable soit toujours à leur droite. S’ils sont en procès qu’ils soient condamnés. Qu’ils soient atteints dans leurs propres demeures et dans leurs biens, qu’ils en soient dépouillés et que leurs ennemis s’en empare, les prennent et aient raison contre eux. Que leurs femmes et leurs enfants se rebellent contre eux, qu’ils deviennent des orphelins, des pauvres et des mendiants et que personne ne veuille les accueillir, ni les aider dans le besoin. »

8Il ne s’agit là que d’un extrait des malédictions auxquelles s’exposent ceux qui ne coopèrent pas. Puis le texte continue en mentionnant une menace beaucoup plus directe :

  • 7 Michèle Escamilla-Colin, Crimes et châtiments dans l’Espagne inquisitoriale (Essai de typologie dé (...)

« Les personnes qui sauraient quelque chose et ne le diraient pas encourent ladite malédiction et l’excommunication majeure, et si au bout d’un an elles persistaient à se taire et s’obstinaient, elles seraient accusées comme suspectes d’hérésie dans leur Foi, et l’on instrumenterait contre elles avec toute la rigueur de la loi7. »

9Devant la menace temporelle et spirituelle qui pesait sur eux, les fidèles n’avaient d’autre choix que de s’épier mutuellement et de signaler tout ce qui leur paraissait relever d’un manquement à la Foi. Une des forces du système inquisitorial reposait sur le fait que toute la société espagnole se voyait dans l’obligation de s’auto-surveiller et qu’il était par conséquent bien difficile de ne pas se conformer à la norme catholique sans se voir exposé au danger d’être accusé d’hérésie.

La phase de la dénonciation

10Le processus de déclenchement des procès et les modalités des témoignages intervenus dans le cadre de la procédure inquisitoriale exercée à l’encontre des magiciens en Espagne au xviiie siècle ont été analysés à partir des « allégations fiscales » (alegaciones fiscales), extraits de procès conservés à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid. Le choix de cette source a été motivé par la richesse des informations qu’elle contient. Les « allégations fiscales » fournissent en effet, dans la plupart des cas, des précisions sur le délateur (nom, état civil, âge, profession, origine, etc.) ainsi que sur ses motivations.

  • 8 « Co-témoin. Ce mot s’entend de deux manières : I° d’une personne qui a été témoin d’un fait décla (...)

11La première délation était souvent transmise au Saint-Office par le curé de la paroisse. Il se faisait l’écho d’informations recueillies auprès de ses paroissiens ou des doléances émises à l’encontre d’individus aux agissements suspects ou considérés comme malfaisants. Lorsque le tribunal était saisi, l’enquête était confiée à un commissaire ou à un ecclésiastique qui procédait à la ratification de la déposition du délateur (lequel devait reconnaître avoir rédigé la lettre d’accusation ou formulé la dénonciation), examinait les témoins susceptibles de confirmer ses allégations (concordants, contestes) définis par Juan Antonio LLorente comme co-témoins8, puis s’enquérait de la crédibilité et de la réputation des témoins (la fe y crédito que merecen los testigos) avant de renvoyer le tout au tribunal. A leur tour, les prévenus et les individus convoqués (éventuels complices ou simples témoins) pouvaient en appeler à d’autres personnes qui étaient entendues (examinadas) par les inquisiteurs. Un gage d’efficacité de la pratique inquisitoriale consistait dans le « secret » qui entourait le nom des dénonciateurs et des témoins afin d’interdire à l’accusé de les identifier.

12Un autre pratique encouragée par la promulgation de l’Édit de grâce consistait en l’auto-dénonciation ou confession spontanée de ses propres erreurs, qui garantissait la clémence des inquisiteurs à ceux qui s’étaient rendus coupables de délit d’hérésie. Pour cela, ils devaient se dénoncer ou dénoncer leur prochain dans un délai de trente ou quarante jours après la lecture de l’Édit :

  • 9 Ibid., tome I, p. XLII.

« Édit de grâce. On le publie pour annoncer qu’on absoudra en secret celui qui se dénoncera lui-même volontairement aux inquisiteurs, comme hérétique repentant, en demandant d’être absous, sans être obligé de se soumettre à une pénitence publique9. »

13Ceux qui abjureraient ainsi leur erreur seraient pardonnés et s’en tireraient avec des peines salutaires, évitant une condamnation au bûcher, une peine de prison à vie et la confiscation de leurs biens.

14Juan Antonio Llorente donne de la confession spontanée la définition suivante dans son glossaire préliminaire :

  • 10 Ibid., tome I, p. XL.

« Confession spontanée. Celle que fait une personne, en s’accusant devant le Saint-Office, des actions et des discours directement ou indirectement contraires à la foi catholique, dont elle demande l’absolution, ainsi que de toutes les censures qu’elle a pu encourir10. »

  • 11 AHN, Inq., leg. 3733, exp. 141, Murcie.
  • 12 AHN, Inq., leg. 3734, exp. 298, Tolède.

15Il n’était pas rare d’assister à une série de délations en cascade avec la mise en cause d’un grand nombre de personnes et une multiplication de témoignages. Ainsi, lorsque Joaquina Malla se dénonce spontanément aux inquisiteurs de Murcie en 1736, plus de 50 complices se trouvent impliqués dans des procès de sorcellerie11. Dans le procès d’Andrés de las Blancas, 84 témoins seront entendus en 1780 à Tolède12. Certaines recherches de trésors – activité qui requiert presque toujours la participation de plusieurs complices – pouvaient voir l’implication de plus de 60 individus. Dans le lexique inquisitorial, le terme de « complicité » (complicidad) était alors de mise. Ces procès pouvaient être longs car les inquisiteurs menaient, dans la mesure du possible, toutes les procédures en parallèle et ils émettaient un vote définitif simultanément pour les différents complices.

16La délation ou la confession spontanée donnaient lieu la plupart du temps à une déclaration verbale auprès du commissaire, autorité inquisitoriale locale (c’est le cas pour 49 hommes et 40 femmes). Elle pouvait également être présentée par écrit (c’est le cas pour 39 hommes et huit femmes). Cette prédominance masculine s’explique par l’intervention des prêtres qui recouraient habituellement à la dénonciation écrite, ou servaient d’intermédiaires entre le tribunal et des tiers souvent analphabètes.

Les différentes catégories de dénonciateurs

17Pour le xviiie siècle, les allégations fiscales permettent d’analyser 342 dénonciations dans le cadre de pratiques magiques et superstitieuses dont nous regroupons les caractéristiques fondamentales dans le tableau récapitulatif suivant :

– Dénonciations et confessions spontanées : tableau récapitulatif –

– Dénonciations et confessions spontanées : tableau récapitulatif –

Sources : Archivo Histórico Nacional de Madrid, Sección Inquisición, tableau élaboré à partir des allégations fiscales.

18Il ressort de ce tableau que 69 % des cas concernent les hommes. Cette proportion élevée s’explique par le rôle des prêtres, qu’ils soient accusateurs, actifs ou intermédiaires. Si nous faisons abstraction des gens d’Église, l’écart entre laïques des deux sexes s’amenuise, ils sont au nombre de 238 dont 140 hommes, soit 58,82 % et 98 femmes, soit 41,18 %.

  • 13 AHN, Inq., leg. 3725, exp. 187, Valence. Agustín Garríguez est marié avec la nièce d’un prêtre, Fr (...)
  • 14 Ce sont souvent des personnes en pension qui sont suspectes d’après leur logeur ou qui sont témoin (...)
  • 15 Il s’agit la plupart du temps de soldats qui se dénoncent entre eux. AHN, Inq., leg. 3732, exp. 34 (...)

19Après les gens d’Église, le second groupe en importance est celui des victimes directes des magiciens ou d’un membre de leur famille (27,19 %). Dans ce cas, la proportion d’hommes et de femmes est relativement équilibrée. L’entourage immédiat des accusés : famille13, logeurs14, ou relations professionnelles15, est en revanche faiblement concerné (4,09 %). Quant aux autorités civiles ou militaires, elles se mêlent peu de dénoncer les pratiques superstitieuses (2,93 %), il en va de même pour les employés du Saint-Office (5,85 %).

20Les témoins directs et ceux qui dénoncent par ouï-dire représentent 16,67 % des cas. Il convient de préciser que dans les dénonciations de témoins auriculaires, il s’agit soit de dénoncer un accusé qui s’est vanté d’avoir des pouvoirs magiques, soit d’avoir entendu quelqu’un raconter des opérations magiques effectuées par l’inculpé. On ignore si pour les témoins d’opérations magiques les délateurs ont seulement eu connaissance de pratiques exécutées par un tiers ou s’ils y ont participé, comme ce peut être le cas dans les recherches de trésors où plusieurs dénonciateurs déclarent qu’ils se sont vus invités à se joindre à l’opération. Mais les intéressés évitent en général d’évoquer leur propre participation sous peine de se voir inculpés à leur tour (seulement 3,80 % dénoncent autrui en avouant leur complicité). L’auto-délation spontanée, qui se produit dans 7,02 % des cas, s’explique par la bénignité qui accompagne la sanction : craignant de se voir inculpés, certains superstitieux préfèrent prendre les devants.

Deux groupes privilégiés

21Examinons plus en détail les deux groupes de délateurs qui apparaissent en plus grand nombre : les prêtres d’une part et les victimes ou les membres de leur famille d’autre part.

22L’intervention des gens d’Église peut être le fruit, soit d’une auto-dénonciation, soit d’une délation formulée à titre personnel contre un suspect ou encore à la demande d’un tiers. Afin de dégager une vue d’ensemble de leurs motivations, les dénonciations formulées par les gens d’Église sont regroupées dans le tableau suivant :

– Dénonciations formulées par les gens d’Église –

– Dénonciations formulées par les gens d’Église –

Sources : Archivo Histórico Nacional de Madrid, Sección Inquisición, tableau élaboré à partir des allégations fiscales.

23Aux 96 ecclésiastiques figurant dans le tableau il convient d’ajouter ceux qui se sont auto-dénoncés spontanément. Ils sont peu nombreux : huit, parmi lesquels cinq ont participé à des recherches de trésors en compagnie de divers complices.

24Dans plus de 80 % des cas, les prêtres délateurs rapportent des agissements qui sont de notoriété publique, interviennent à la demande expresse de leurs fidèles ou par souci de préserver leurs paroissiens. Ainsi, en février 1773 les inquisiteurs du tribunal de Llerena reçoivent une lettre de don Manuel de Silba, prêtre de Salorino, qui dénonce María Guisada. Il est entendu le 20 mars par le Commissaire de Brozas, confirme que la lettre est bien de lui et assure que :

  • 16 « Los motivos que tuvo para escribirla, fueron el bienestar de sus feligreses que no podían lograr (...)

« les motifs qui l’ont poussé à l’écrire ne sont autres que le bien-être de ses paroissiens auquel ils ne pouvaient parvenir car se trouvait parmi eux une accusée aussi féroce qu’un loup, qui détruisait son troupeau, à visage découvert, semant l’émoi dans toutes les consciences, par sa vie publiquement licencieuse, ses activités d’entremetteuse, ses envoûtements et ses superstitions16 ».

25Citons encore dans la juridiction de Tolède en 1777, la délation présentée par le curé d’Argamasilla de Alba qui dénonce Josefa López, vieille sorcière entremetteuse qui ne s’amende pas malgré six années d’emprisonnement. Il justifie ainsi sa démarche :

  • 17 « Debiendo velar como párroco sobre la conducta y costumbre de sus feligreses, ha notado que Josef (...)

« devant en tant que curé veiller à la conduite et aux mœurs de ses ouailles, il a observé que Josefa la Rula, habitante de Tomelloso, cause de graves scandales dans la Ville et ses alentours17. »

26On peut remarquer dans les deux cas cités que le curé s’inquiète pour la morale publique et les déviances d’ordre amoureux et sexuel. Les deux accusées sont en effet des entremetteuses. La virulence des propos du premier prêtre qui présente María Guisada comme un loup féroce au milieu de ses brebis montre à quel point les magiciennes présumées étaient craintes dans la société espagnole du Siècle des Lumières, non seulement par leur mode de vie répréhensible sur le plan de la morale, comme le soulignent les prêtres, mais également par le désordre social que génèrent leurs activités douteuses.

  • 18 AHN, Inq., leg. 3723, exp. 4, Cordoue.

27Le prêtre, qui peut également intervenir comme témoin direct, notamment dans les cas de soins superstitieux, peut également agir à la demande d’un tiers, si celui-ci vient le solliciter après avoir pâti des agissements d’un magicien. Enfin, les gens d’Église peuvent introduire une délation par ouï-dire, ainsi Juan Carrasquilla dénonce Catalina Gutiérrez au commissaire du Saint-Office, pour avoir appris par la rumeur publique que l’accusée, ainsi que trois complices, tenaient des réunions suspectes « près du moulin à huile de Thomas Guzmán ». Il était de notoriété que ces femmes jetaient des sorts, ce que d’autres témoins confirment en leur attribuant tout spécialement l’envoûtement d’un nourrisson de six mois18.

28Si les délations pour pratiques superstitieuses formulées par des ecclésiastiques visent aussi bien des hommes (42 cas) que des femmes (52 cas), signalons qu’il est exceptionnel que les membres du clergé se dénoncent mutuellement : nous n’avons en effet recensé que trois cas. La confession joue donc un rôle primordial ; la délation témoigne bien d’une société contrôlée par les hommes d’Église, qu’ils soient directeurs de conscience ou autres ministres du culte chargés de veiller à l’orthodoxie des fidèles.

  • 19 AHN, Inq., leg. 3731, exp. 97, Murcie.
  • 20 AHN, Inq., leg. 3723, exp. 8, Cordoue.

29Dans le second groupe (les victimes et les membres de leurs familles), les délateurs peuvent certes être les victimes qui estiment être en proie à un maléfice, mais également les bénéficiaires de soins reçus – parfois salutaires – qui dénoncent le guérisseur auquel ils ont eu recours, quand ils sont pris de scrupules, notamment après un passage par le confessionnal. Ils ont pu solliciter le magicien pour eux-mêmes ou un membre plus ou moins proche de la famille : conjoint, enfant, ascendant et même allié, comme c’est le cas de Benito Martínez, meunier de 32 ans, qui avait fait appel à Ana Román pour soulager son beau-frère supposé souffrir de maléfices19. Des témoignages de villageois montrent à quel point ils en arrivent à craindre les pouvoirs malfaisants attribués à certaines femmes. Encore en 1748, à Castillo de Locubín, on prête un pouvoir réel à de prétendues sorcières, capables des pires méfaits. Dans ce gros bourg qui compte 3242 habitants en 1787, l’ermite Juan Francisco de Torres accusera par exemple Ana de Molina de l’avoir rendu aveugle au moyen d’un bonnet qu’elle lui aurait offert en guise d’aumône. Elle sera également mise en cause par María Manuela Serrano pour une mésaventure digne des récits d’un autre temps, où les sorcières se glissaient croyait-on par des interstices à l’intérieur des demeures pour causer du tort à autrui20.

  • 21 L’interrogatoire complet des délateurs et des témoins est codifié précisément avec des formules qu (...)

30Dans le cas des victimes directes ou d’un proche, le préjudice subi est souvent le moteur de la démarche du délateur, qui profite de l’occasion pour « soulager sa conscience » (para descargo de su conciencia), selon l’expression consacrée et consignée dans les formules du Saint-Office utilisées lors de l’examen du délateur et des témoins dans les causes de foi21. Les victimes de pratiques magiques dénoncent plus souvent les femmes (66 cas) que les hommes (27 cas).

31En conclusion, le dénonciateur joue un rôle essentiel dans le contrôle exercé par le Saint-Office. Comme nous l’avons déjà signalé, son intervention est l’étape obligatoire pour l’ouverture de la procédure inquisitoriale. Le dénonciateur masculin est bien souvent le prêtre local qui rapporte les agissements de l’un de ses paroissiens ou sert d’intermédiaire à un tiers illettré ou prudent. Pour les femmes, l’accusation provient en majorité des victimes ou des membres de leur famille.

32Pour les témoins-délateurs, trois cas de figure émergent des manuscrits consultés : les prêtres qui doivent à la fois jouer le rôle d’intercesseur entre leurs ouailles et le Saint-Office et contrôler le troupeau des fidèles en exhortant les pénitents à rapporter tout agissement suspect ; les victimes, quand il s’agit de soulager leur conscience et de porter devant la justice des affaires dans lesquelles elles estiment avoir subi un préjudice, soit qu’elles aient eu recours à l’inculpé, soit qu’elles le rendent responsable de leurs malheurs ; les auto-dénonciations qui sont plus rares et correspondent souvent à une mesure de prudence destinée à s’attirer la clémence des juges.

  • 22 On se souviendra que ni Pablo de Olavide, accusé et condamné en 1778 à huit ans de réclusion ni Jo (...)

33Dans tous les cas, l’efficacité du système repose sur la vigilance de chacun : tous se surveillent mutuellement et peuvent être amenés un jour ou l’autre à mettre en cause leur prochain. Si à la fin de l’Ancien Régime l’Inquisition a fléchi dans la rigueur des châtiments, elle n’a pas varié dans ses méthodes qui restent fondées sur la délation et le secret. Un moyen de contrôle qui engendre la servilité, la peur, le soupçon et l’infantilisation des prévenus. Ils sont en effet admonestés à plusieurs reprises dans une alternance d’exhortations paternalistes et de manœuvres d’intimidation destinées à briser les volontés et à modeler des catholiques orthodoxes qui doivent être des citoyens aussi peu rebelles que possible, faute de quoi, et ce jusqu’à l’ultime étape du fonctionnement du Saint-Office, le rappel à l’ordre pouvait être sévère22.

Notes

1 Abréviations utilisées : AHN : Archivo Histórico Nacional (Madrid)/Inq. : Sección Inquisición/leg. : legajo (liasse)/exp. : expediente (dossier).

2 AHN, Inq., leg. 3722, exp. 174, tribunal de Tolède.

3 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établissement par Ferdinand V, jusqu’au règne de Ferdinand VII, Paris, chez Treuttel et Würtz, 1817-1818, tome I, p. XLI.

4 AHN, Inq., Libro 1225, Instrucciones del Sr Torquemada echas en Sevilla a 29 de noviembre de 1484, p. 198-199.

5 Llorente, op. cit., tome I, p. XLI.

6 Ibid.

7 Michèle Escamilla-Colin, Crimes et châtiments dans l’Espagne inquisitoriale (Essai de typologie délictive et punitive sous le dernier Habsbourg et le premier Bourbon), Paris, Ed. Berg International, 1992, vol. I, p. 382.

8 « Co-témoin. Ce mot s’entend de deux manières : I° d’une personne qui a été témoin d’un fait déclaré par un autre témoin ; 2° d’une personne qui déclare la même chose qu’une autre. Dans ce dernier cas, on a coutume de dire qu’il y a accord en témoignage. Les témoins sont d’accord ; ils déposent la même chose », Llorente, op. cit., tome I, p. XL.

9 Ibid., tome I, p. XLII.

10 Ibid., tome I, p. XL.

11 AHN, Inq., leg. 3733, exp. 141, Murcie.

12 AHN, Inq., leg. 3734, exp. 298, Tolède.

13 AHN, Inq., leg. 3725, exp. 187, Valence. Agustín Garríguez est marié avec la nièce d’un prêtre, Francisco Montañana. Il dénonce l’oncle de son épouse pour recherche de trésors en 1717. AHN, Inq., leg. 3721, exp. 113, Séville. María de la Reina est dénoncée en 1758 et en 1768 par son mari sur ordre de son confesseur. Le mari, maçon de son état, l’accuse de pratiquer la divination en tirant les cartes. AHN, Inq., leg. 3734, exp. 78, Murcie. Magdalena García dénonce sa belle-mère Francisca Azorín en 1767 en déclarant que tous les habitants de Yecla disent qu’elle est magicienne. Il s’agit ici d’une histoire de famille d’une rare violence. Toute l’affaire commence avec les agissements malhonnêtes d’une belle-soeur, qui est une voleuse. Sur les conseils de l’Alcalde Mayor, le mari de la dénonciatrice décide d’enfermer sa propre soeur avec des fers (un par de grillos). En voyant ainsi sa fille, la mère entre dans une grande colère et le fils se retrouve noué.

14 Ce sont souvent des personnes en pension qui sont suspectes d’après leur logeur ou qui sont témoins d’opérations douteuses pratiquées par leur hôte. AHN, Inq., leg. 3736, exp. 40, Madrid. María Rosa More dénonce sa logeuse Salvadora Casas en 1745. AHN, Inq., leg. 3736, exp. 132, Séville. María Muñoz dénonce María Barrena qui logeait chez elle.

15 Il s’agit la plupart du temps de soldats qui se dénoncent entre eux. AHN, Inq., leg. 3732, exp. 347, Saragosse. Un soldat du régiment de Milan dénonce deux autres sergents et un porte-drapeau (alférez) du même régiment que lui, car deux ans auparavant, il prétend avoir été enivré par eux ; ils lui auraient fait signer un papier pour qu’ils deviennent tous riches. Le soldat dénonce ses compagnons sur ordre de son confesseur. Il peut s’agir également d’employés de la même maison ou de quelqu’un qui est employé par la dénonciatrice. AHN, Inq., leg. 3733, exp. 21, Madrid. Francisco Martínez Lerdo dénonce María Josefa Díaz, cuisinière dans la maison où il est lui-même majordome. AHN, Inq., leg. 3733, exp. 175, Murcie. Catalina Franco est accusée par Josefa Rita Palenzia chez qui elle fait de la couture, car elle connaît un moyen superstitieux pour savoir si quelqu’un vous aime.

16 « Los motivos que tuvo para escribirla, fueron el bienestar de sus feligreses que no podían lograr, estando entre ellos un lobo carnicero como la reo, que destruía su rebaño, a cara decubierta, teniendo alborotadas las conciencias de todos, con sus públicos amancebamientos, Alcahuetería, hechicerías, y supersticiones. » AHN, Inq., leg. 3727, exp. 98, Llerena.

17 « Debiendo velar como párroco sobre la conducta y costumbre de sus feligreses, ha notado que Josefa la Rula, vecina del Tomelloso causa gravísimos escándalos en la Villa y sus circunferencias. » AHN, Inq., leg. 3734, exp. 299, Tolède.

18 AHN, Inq., leg. 3723, exp. 4, Cordoue.

19 AHN, Inq., leg. 3731, exp. 97, Murcie.

20 AHN, Inq., leg. 3723, exp. 8, Cordoue.

21 L’interrogatoire complet des délateurs et des témoins est codifié précisément avec des formules qu’il suffit de suivre et de remplir avec les déclarations de ceux qui déposent devant le tribunal. Dans la conclusion de l’interrogatoire, il est dit : « Y que todo lo que lleva declarado es la verdad por el juramento, que tiene hecho : Y siendole leido, leerásele todo lo que hubiere depuesto ; dixo, que estaba bien escrito, segun y como lo habia referido ; y que no lo decia por odio, ni mala voluntad, que tubiese el delatado, sino por descargo de su conciencia ; Prometió el secreto ; y firmólo de su nombre. » Cet extrait est tiré de la Correspondance entre la Suprême et le tribunal de Saint-Jacques-de-Compostelle : « Instrucción que contiene las fórmulas con que los Comisionados del Santo Oficio de la Inquisición del Reyno de Galicia han de exâminar y ratificar los delatores y contestes en las causas de fé » (AHN, Inq., leg. 2931, Saint-Jacques-de-Compostelle).

22 On se souviendra que ni Pablo de Olavide, accusé et condamné en 1778 à huit ans de réclusion ni Jovellanos, ex-ministre de la Justice pourtant, ni Goya n’ont échappé au zèle du Saint-Office.

Table des illustrations

Titre – Dénonciations et confessions spontanées : tableau récapitulatif –
Légende Sources : Archivo Histórico Nacional de Madrid, Sección Inquisición, tableau élaboré à partir des allégations fiscales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19650/img-1.png
Fichier image/png, 444k
Titre – Dénonciations formulées par les gens d’Église –
Légende Sources : Archivo Histórico Nacional de Madrid, Sección Inquisición, tableau élaboré à partir des allégations fiscales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19650/img-2.png
Fichier image/png, 147k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search