Version classiqueVersion mobile

Les francs-maçons dans la cité

 | 
Luis P. Martin

Du foyer à l’espace public. Les femmes et la franc-maçonnerie en Espagne (1868-1936)

María José Lacalzada De Mateo

Texte intégral

Introduction

1La Révolution politique libérale commence dans l’Espagne du xixe siècle alors que la Réforme religieuse n’avait pu s’imposer. Ainsi les deux révolutions se recouvrirent. Cette interaction de la question politique et de la question religieuse trouva dans le monde féminin un champ de bataille significatif. Pour les uns, la femme était un otage de la contre-révolution aux mains des confesseurs ; pour d’autres, elle représentait une arme du libéralisme pour ébranler le cléricalisme. La Franc-maçonnerie fut impliquée dans cette lutte.

2Dans les pages qui vont suivre, nous dirigerons nos observations vers l’influence venue de certains milieux maçonniques pour lancer le féminisme libéral en Espagne et nous nous référerons aussi aux appuis provenant de deux pays de langue française, la Belgique et la France. L’émancipation libérale de la femme espagnole comme dans le reste de l’Europe s’organisa autour de deux axes : l’axe personnel qui devait passer du domaine de l’instinct et de la passion à la souveraineté de la raison, et l’axe social qui devait passer de l’influence dans le foyer à l’intégration dans les différents espaces publics.

L’espace privé : pilier de la Révolution politique libérale

  • 1 Boletín-Revista de la Universidad de Madrid, n° 2, 25 octobre 1870, p. 143.

3Dès la Révolution de 1868, une Association pour l’enseignement de la femme put se constituer en Espagne et elle ouvrit la voie au développement de l’éducation libérale des femmes rendue nécessaire par leur présence dans le monde du travail. Des Conférences dominicales organisées sous l’égide du recteur de l’université de Madrid, Fernando de Castro, en furent à l’origine. Cette association fut constituée en 1871. Sa première mission fut de travailler auprès de l’École d’institutrices, fondée en 1869 par Fernando de Castro dans les locaux de l’École normale qui fonctionnait avec des subventions de l’État depuis 1857, mais qui, dans la pratique, manquait d’élèves. Cette École d’institutrices libérale fonctionna avec des dons privés et des subventions de l’État. La religion n’était pas enseignée ; mais il existait une préoccupation pour les questions morales qui étaient introduites dans des disciplines telles que l’Histoire universelle et l’Histoire d’Espagne. Les devoirs et obligations de la femme dans la société et dans sa famille, étaient inclus dans le programme des études1.

  • 2 Asociación para la Enseñanza de la Mujer, « Memoria leída por P. Alcántara en la sesión pública de (...)

4L’Association prit de l’importance et développa d’autres études : en 1884, elle soutenait l’École des professeurs d’école maternelle, l’École primaire élémentaire, l’École primaire supérieure, l’École préparatoire, l’École des postes et télégraphes, l’École de commerce, l’École d’institutrices, des écoles de langues : anglais, allemand, italien et français, plus quelques cours spéciaux2. Son organe de presse, Instrucción para la mujer parut en 1882. Au cours des années quatre-vingt, elle prit aussi en considération la révision du Code civil en faveur de l’égalité et de la réforme de certaines lois.

  • 3 C. Saiz, La Revolución de 1868 y la cultura femenina. Apuntes del natural, Madrid, Victoriano Suár (...)
  • 4 Boletín Oficial del Gran Oriente Nacional de España, 1er octobre 1893, n° 150, p. 6-8. Il reconnaî (...)
  • 5 M. Tirado Y Rojas, Las Tras-Logias, Madrid, Tip. de Ricardo Fe, 1895, p. 149-168.

5Très vite courut la rumeur que la Franc-maçonnerie était derrière tout cela3. Il est certain que des maçons collaborèrent à cette entreprise4 ; et les revues du catholicisme intégriste lancèrent de véritables campagnes de mise en garde et de dénigrement, dans l’obsession du complot, contre cette institution. D’après le journaliste Tirado y Rojas, l’Association pour l’enseignement de la femme était une des sinistres œuvres des « arrière-loges », qui étaient, selon lui, « ce que l’arrière-boutique est à la boutique ». L’aide de la Franc-maçonnerie, disait-il, était visible de toute part, ainsi que le caractère anticlérical et anti-jésuite. En définitive, le « but pervers » poursuivi par la Franc-maçonnerie était de libérer la femme de l’influence de l’Église et de l’éloigner de Dieu ; et de cette manière, on considérait que l’œuvre de la Maçonnerie et des libéraux en général était en train de saper les fondements du monde occidental5.

  • 6 À sa mort en 1869, il eut des obsèques civiles.
  • 7 Boletín-Revista de la Universidad de Madrid, janvier 1869, n° 1, p. 55 : « Le Rectorat de cette Un (...)
  • 8 Notas sobre la instrucción de la mujer en los paises extranjeros », Instrucción para la mujer, n° (...)

6L’œuvre réalisée par l’Association pour l’enseignement de la femme, s’intégrait à celle des autres associations ou ligues semblables, au niveau international. Chez toutes celles-ci, on retrouve une similitude des arguments face à l’opinion, des moyens de pression utilisés, des démarches politiques, des succès dans la réforme de la législation. On peut constater un parallélisme, non fortuit, avec la même œuvre entreprise en Belgique. Julián Sanz del Río avait été à l’Université libre de Bruxelles, au début des années quarante, et il était revenu en Espagne très impressionné par le rôle que l’Association pour l’enseignement de la femme jouait dans la formation des citoyens et des hommes d’État modernes6. Ses disciples poursuivirent les relations à partir des années soixante. Relations qui se consolidèrent quand la Révolution de 1868 nomma les professeurs libéraux à des postes de direction à l’Université de Madrid7. Dès lors, les Espagnols Francisco Giner de los Ríos, Bartolomé Cossío ou Adolfo Posada, par exemple, entretinrent de bonnes relations avec des Belges comme Tiberghien et Sluys, qui eurent une grande influence sur le développement de la pédagogie moderne en Espagne. Tiberghien envoya un mémoire à l’Association pour l’enseignement de la femme sur l’enseignement en Belgique en 18828.

  • 9 R. Desmed, « Examen du problème de l’émancipation de la femme par la loge “Les Amis Philanthropes” (...)

7De son côté la loge Les Amis Philanthropes du Grand Orient de Bruxelles entre 1859 et 1862, mit à l’étude le thème de l’enseignement obligatoire et laïque. Rapidement, ils cernèrent le problème principal : tant que les femmes demeureraient sous la tutelle de l’Église catholique, les efforts vers la laïcité seraient vains. La femme comme épouse et mère exerçait une influence décisive sur la société, il était donc nécessaire de changer le sens de son éducation : l’éloigner de l’influence du clergé et éclairer sa conscience9.

  • 10 Exposé du but de l’Association présenté à l’assemblée générale du 26 décembre 1864 par M. Charles (...)
  • 11 Association pour l’Enseignement Professionnel des Femmes, Bruxelles, Imp. Charles Lelong, 1864, p. (...)
  • 12 H. Denis et E. Hins, Isabelle Gatti de Gamond, Paris, Girard, Bruxelles, Henri Lamartin, 1907. À s (...)
  • 13 J. Bartier, « Un siècle d’enseignement féminin », Guy Cambier (études réunies par), Libéralisme et (...)

8C’est ainsi que fut fondée la Ligue de l’Enseignement qui avait pour but général « la propagation et le perfectionnement de l’éducation et de l’instruction en Belgique » et particulièrement de « développer l’enseignement des filles ». Que la femme fut « la première institutrice des enfants » était une conviction10. Parallèlement avait été fondée également en 1864 l’Association pour l’enseignement professionnel des femmes qui voulait en faire non seulement des ouvrières habiles, mais aussi « des mères de famille instruites, capables d’assister l’homme qui les choisira pour compagnes, des mères dignes d’être les premières éducatrices de leurs enfants11 ». Une femme très emblématique dans cette tâche fut Isabelle Gatti de Gamond12. L’élan pour l’éducation libérale des femmes et leur intégration dans le monde du travail était lié à la laïcité13.

  • 14 Les premières loges d’adoption apparurent à partir de 1872, dépendant du Grand Orient d’Espagne. E (...)
  • 15 J. A. Ferrer Benimeli, « La escuela laica lugar de enfrentamiento entre la Masonería y la Iglesia (...)
  • 16 J. A. Ferrer Benimeli et al., Maçoneria i educació a Espanya, Barcelona, Caixa de Pensions, 1986.

9Lorsque l’on considère la participation de la Maçonnerie dans l’éducation libérale des femmes et leur intégration dans les espaces publics, il faut envisager deux niveaux : celui de l’incorporation des femmes à la loge, qui concerne l’histoire interne de l’Ordre14, et celui de l’éducation des femmes en général, qui concerne sa projection extérieure, son engagement plus large dans l’élévation de l’humanité. En Espagne, ces deux dimensions se situent dans deux perspectives : la poussée du libéralisme et l’anticléricalisme. La présence de la Maçonnerie dans l’éducation libérale des femmes est inscrite dans le domaine plus vaste de l’enseignement laïc15, point de convergence des francs-maçons, des libre-penseurs et des républicains16.

10L’éducation libérale de la femme connut un essor significatif à partir des années quatre-vingt. Les différentes loges travaillèrent sur ce thème de réflexion, avec le schéma mental auquel nous avons fait allusion : le christianisme avait élevé la femme au rang de compagne de l’homme face aux peuples de l’Antiquité ; il était temps maintenant de faire parvenir les Lumières à cette moitié de l’espèce humaine sur laquelle avait pesé le rideau de fer de l’Église. Cette mission revenait à la Franc-maçonnerie qui répondait ainsi à sa mission dans la construction de l’humanité. Les avantages de la nouvelle éducation reviendraient d’abord à la famille, puis à la société, à l’État et ainsi à l’Humanité toute entière.

  • 17 « Moyens pour généraliser l’éducation de la femme, en harmonie avec les principes de la morale uni (...)
  • 18 La Humanidad, Alicante, 1er août 1886, n° 22, p. 171-172.

11La loge Constante Alona d’Alicante lança une intense campagne pour l’éducation de la femme, en harmonie avec les principes de la morale universelle. L’objectif était clair : « les mères et les nourrices étant les premières personnes dont les enfants reçoivent l’instruction, l’Éducation universelle devait commencer par elles si on ne voulait pas retarder, pendant de nombreuses générations, l’instruction du peuple17 ». Ainsi, pour inculquer une éducation plus en accord avec la nature, il était nécessaire de renforcer la dimension civile et pour cela obtenir que l’éducation publique soit obligatoire, gratuite et particulièrement laïque18.

  • 19 À la fin de 1883 elle figure avec le grade 3, lorsque, déléguée de la loge, elle prit la parole en (...)

12Ce genre de discours est répété à satiété par les maçons hommes et même par les femmes initiées en Maçonnerie. Mercedes Vargas de Chambó, par exemple, au cours de ces mêmes années, consacra une bonne partie de son activité à convaincre les hommes des bénéfices qu’ils retireraient de l’instruction des femmes, à demander leur aide aux maçons pères de famille pour la mener à bien et pour que les femmes assument, dans le foyer, un rôle plus éclairé. Elle avait été initiée en Maçonnerie dans la chambre d’adoption de la loge Constante Alona déjà mentionnée, elle choisit comme nom symbolique Juana de Arco19 et elle eut une activité assez importante dans La Humanidad, organe de presse de la loge qui publia ses discours, articles et poésies.

  • 20 La Humanidad, Alicante, 20 mai 1883, n° 14, p. 105-106.
  • 21 La Humanidad, Alicante, 30 juin 1883, n° 18, p. 141-142. Quelque temps après elle insistait à nouv (...)

13Dans son article « Influence de la femme dans la famille », elle exposait la mission transcendantale de la mère, et, disait-elle, « il ne fallait pas chercher la civilisation dans les chaires des Universités, ni dans les Ateneos, ni dans les tribunes du Parlement, ni dans les grands centres d’instruction […], mais dans le berceau de l’enfant ». L’espoir de régénération sociale était dans le foyer : « La femme maçonne doit faire de sa maison un temple où l’on rendra un culte fervent à la vertu et à la raison ; en éduquant ses enfants de telle manière qu’ils soient le pilier le plus ferme de la civilisation et du progrès humain20. » Ses arguments furent complétés quelques jours plus tard dans un autre article intitulé « Influence nécessaire de l’homme sur l’instruction de la femme ». C’était un appel aux maçons : « vous qui promettez aide et protection au faible, au vieillard, à l’enfant et à la femme […] pour l’aider à sortir de l’abîme profond de l’ignorance, au fond duquel elle lutte en vain et s’évertue livrée à ses propres forces ». En échange, ils auraient réellement une compagne telle « qu’il n’y aurait pas une pensée de son esprit, ni un battement de son cœur qui n’appartiennent à son mari21 ».

14La conviction que la femme influe socialement depuis son foyer fut la ligne directrice des discours de Mercedes Vargas :

  • 22 La Humanidad, Alicante, 10 avril 1884, p. 73-74 et 10 mars 1886, n° 7, p. 54. Elle faisait des obs (...)

« Nous nous ne lasserons pas de le répéter : le destin de la femme dans la famille doit être considéré comme d’une importance capitale pour la société. […] Tous reconnaissent la réalité du pouvoir de la femme ; mais beaucoup croient que ce pouvoir ne dépasse pas le seuil de son foyer, oubliant que les enfants qui seront demain des citoyens apprennent de leur mère les erreurs et les préoccupations dont elle est victime22. »

  • 23 Blasco Ibañez, comme orateur de cette loge Acacia n° 25, prononça un discours lors d’une tenue d’a (...)

15À la même époque, existait à Valence un fort noyau de francs-maçons qui aidèrent à l’émancipation libérale de la femme. Le secrétaire de la loge Acacia n° 25, le frère Lincoln grade 9, à laquelle appartenait aussi le romancier Vicente Blasco Ibañez23, utilisait les arguments dont nous venons de parler :

  • 24 La Razón, Castellón, 16 juin 1889, p. 3-4.

« Il faut se rendre à l’évidence et comprendre que seront inutiles tous les efforts de l’homme en faveur de la civilisation des peuples tant que la femme ne pourra pas les comprendre et les apprécier, et devra opposer l’infranchissable mur de son ignorance à la marche continue des progrès modernes24. »

16Le discours lu dans la loge Los Diez Hermanos, à Valence, lors de l’initiation de dix femmes est un autre bel exemple de ce discours généralisé :

  • 25 La Razón, Castellón, 7 décembre 1890, p. 2-4.

« […] la femme est pour l’enfant ce qu’est la source pour les fleurs des champs… Mais si cette mère se trouve enchaînée par les fers de la superstition, si le voile épais de l’ignorance couvre ses yeux, si elle est fanatisée. […] Mais si nous avons arraché à la femme le bandeau qui ne lui permettait pas de voir clair ; si nous l’avons éloignée de toutes les pauvres religions positives qui ne sont qu’un mythe ; si nous avons pu la soustraire à la pernicieuse influence du confessionnal ; si elle a une idée, même vague, de la morale universelle, en un mot si nous lui avons rendu sa dignité, alors elle aura une conscience réelle de sa mission sacrée de mère25. »

  • 26 El Taller, Séville, 30 octobre 1887, n° 166, p. 75-76.

17Également, les maçons de la Gran Logia Simbólica Independiente Española, qui maintenait son opposition à l’initiation des femmes dans la Franc-maçonnerie, s’occupèrent aussi de leur éducation comme d’un impératif moral et social à poursuivre ; ils étaient conscients que « la femme est la machine dont se sert le jésuite pour transmettre son pouvoir à toutes les sphères de la vie humaine26 ».

18Eugenio Pérez Chosa, nom symbolique Hercules, grade de 30e, réfléchissait, à La Corogne, dans les termes suivants :

  • 27 Boletín de Procedimientos, Madrid, 28 septembre 1893, n° 18, p. 5-7.

« Élevons sa raison et son esprit puisque la nature a adouci ses sentiments ; éduquons-la pour la société et la famille. Elle constitue la moitié de l’humanité et n’a qu’une faible influence sur les progrès et aucune sur les lois. Si son intelligence était formée pour remplir sa mission de mère et d’épouse, l’organisation de la famille et de la société devrait grandement nous en être reconnaissante : faire d’un enfant un homme n’est pas en réalité un mince travail, et personne d’autre que la femme ne sait le faire avec son cœur et son intelligence27. »

  • 28 C. Sánchez (ed.), Mujeres y hombres en la formación del pensamiento occidental, Actas de las vi Jo (...)

19Ainsi donc, la nature féminine et la maternité dans les horizons mentaux du xixe siècle sont imbriquées à tel point que la femme, plus que comme personne humaine, acquiert sa signification par sa fonction de mère. En outre, il n’est pas facile de trouver un discours où la femme vaut par elle-même, par sa propre dignité comme individu, en fait, elle n’existe que dans la mesure où elle est mère, épouse ou fille de citoyen. C’est-à-dire qu’elle n’a de signification que dans la structure patriarcale de prépondérance masculine où elle est insérée28.

  • 29 P. Alvarez Lázaro, Masonería y Librepensamiento en la España de la Restauración, Madrid, UPC, 1985 (...)
  • 30 La Humanidad, Alicante, 20 novembre 1888, n° 33, p. 259-261.
  • 31 La Humanidad, Alicante, 30 novembre 1888, n° 34, p. 271-272.

20Que considère-t-on être l’essence de la nature féminine ? Rosario de Acuña qui avait mené une intense vie profane donnant des exemples d’autonomie et d’indépendance de jugement avant son initiation dans la chambre d’adoption de la loge Constante Alona d’Alicante en 188629, dans la charge d’orateur de la loge féminine Hijas del Progreso lors de son installation à la fin de 1888, parlant en tant que femme à d’autres femmes, s’adressant « à leur cerveau, à leurs facultés mentales identiques aux miennes, sur lesquelles pèsent des siècles et des siècles d’oppression et de violence30… », affirmait que la clef de l’âme féminine était l’amour : « Tout notre être est amour31. »

21Son discours était intelligent et ne s’arrêtait pas là. Elle notait que l’amour était vécu par les femmes dans le sacrifice et l’obscurité. Rosario de Acuña indiquait aux autres maçonnes la voie nécessaire pour entreprendre la tâche de leur perfectionnement moral et intellectuel : l’estime de soi. À la conscience de la faute, à l’idée du péché originel s’imposait la possibilité de perfectibilité : « Éveillons-nous à la vie de l’amour avec une estime de nous aussi solide que le silex qui fend les eaux cristallines… », disait-elle.

  • 32 La Humanidad, Alicante, 10 décembre 1888, n° 35, p. 279-280.
  • 33 La Humanidad, Alicante, 20 décembre 1888, n° 36, p. 287-288.
  • 34 Elle insistait : « Ayons conscience de nous mêmes ; ayons l’assurance de notre valeur, la convicti (...)

22Selon Rosario de Acuña, l’existence des femmes depuis cette nouvelle perspective serait plus riche et plus libre et se répercuterait ainsi dans les relations sociales : « Brisons, mes sœurs, une conception exclusive de l’amour, étendons ses sphères jusqu’à l’infini ; notre vie est la vie de l’homme, la vie de la patrie, la vie de l’humanité, celle que réclament de nos âmes les différentes modalités de l’amour32. » Au contraire, l’amour-propre dégénéré sur lequel tombait le poids de l’éducation et des conformismes sociaux, éloignait les femmes de leur réalisation comme personnes, et dénaturait aussi le destin des hommes dans le mariage33 et la patrie était « découragée de fanatisme en fanatisme, de prévarication en prévarication, de haine en haine34 ».

23En définitive, le sentiment, la capacité d’aimer est considéré comme l’essence féminine au xixe siècle. C’est culturel et indiscutable. Cette perspective était assumée comme une loi de la nature par tous : maçons et catholiques ; hommes et femmes. La raison, à cette époque, était une faculté qui pouvait être développée mais qui n’était pas considérée comme essentielle chez les femmes ; par contre, elle l’était chez les hommes aussi rustres fussent-ils. Il était difficile, dans ces conditions, d’établir le sens final « d’égalité » entre êtres humains, alors que la « diversité » quant au sexe était une frontière infranchissable. Il semble que l’on croyait que la nature féminine et la nature masculine non seulement étaient différentes mais qu’elles ne parvenaient jamais à converger dans la catégorie de la personne humaine. Seules quelques exceptions isolées furent capables de transgresser cette barrière culturelle.

24L’émancipation de la partie féminine de l’humanité dans le monde occidental et selon les critères libéraux, commença par permettre aux femmes l’accès à la raison, ce qui prit immédiatement une dimension politique. La Franc-maçonnerie et une bonne partie des libéraux firent front devant l’Église catholique qui, de son côté, résistait et combattait en renforçant la foi et le sentiment chez les femmes. La Franc-maçonnerie espagnole, au cours de ces années-là, paraissait tout à fait disposée à appuyer le libéralisme et à soutenir la lutte anticléricale. Elle contribua au développement d’une éducation libérale pour les femmes en réformant ainsi le sens de son influence dans le foyer et en favorisant parallèlement sa présence dans les espaces publics. Jusqu’où pouvaient parvenir les capacités des femmes une fois développées n’apparaissait pas clairement – personne ne signa de chèques en blanc – mais, par contre, il était très clair qu’il fallait les éloigner de l’influence du confesseur, et dans cette tâche tous se sont impliqué. Le jésuite fut le symbole de la manipulation des consciences et par conséquent de la famille, de la société, de la politique et toute autre activité de l’État.

L’incorporation à l’espace public

25Au moment où se développait le sens de l’émancipation féminine grâce à l’instruction et une plus grande autonomie morale, se posa aussi la question de l’intervention dans les espaces publics. Au début, il ne s’agissait pas encore de demander des droits politiques, mais peu à peu se faisait jour l’idée que l’égalité proclamée dans les Constitutions devait concerner les deux pôles de l’espèce humaine. Les discriminations étaient de plus en plus évidentes. La femme était égale devant la loi pour les devoirs et les châtiments, mais elle ne l’était pas pour les droits. C’était une question de morale sociale qui se posait.

  • 35 On peut voir cette orientation dans beaucoup d’écrits se référant aux femmes ; cf. J. Klejman, Ève (...)

26Dans l’Europe des années 1880 commençait à germer la conviction que la femme avait des possibilités à développer en tant que personne humaine et non seulement dans son rôle familial et social. Marie Desraisme est une solide référence dans ce sens, autant par son comportement personnel que par sa trajectoire sociale35. Pour elle, l’unité de la personne humaine était évidente lorsque, présidant le Congrès féministe de 1889, elle termina la séance d’ouverture par ces mots :

  • 36 Le Devoir, 1889, p. 424.

« Il se prépare une révolution, la plus grande et la plus féconde qu’on ait encore vue et qui se fera sans insurrection dans la rue, sans barricades, sans dynamite. Elle se fait en ce moment dans les consciences, elle se fera bientôt dans les lois. Pour cela il suffira de rétablir la loi d’ordre : que les deux facteurs de l’humanité soient égalitaires et non hiérarchiques. C’est à ce prix qu’est le développement continu et indéfini du progrès de l’humanité36. »

27Léon Richer et Marie Desraisme, tous deux maçons, eurent une influence sur le progrès d’un féminisme possibiliste qui donna progressivement des fruits peu spectaculaires, mais très sûrs. La Ligue française pour le droit des femmes, fondée en 1882, poursuivait l’obtention légale et l’exercice des droits civils en attendant l’obtention de l’exercice des droits politiques ; la conservation par la femme de ses droits dans le mariage ; le rétablissement du divorce ; une seule morale pour les deux sexes ; l’abolition de la prostitution réglementée par l’État ; le droit pour la femme de développer ses aptitudes ; le libre accès des femmes à toutes les professions ; l’application de la formule à travail égal, salaire égal. Le programme de la ligue était formulé ainsi :

  • 37 Le Droit des Femmes, 4 janvier 1880, p. 5-9.

« […] il est incontestable que la femme n’occupe, ni dans la société, ni dans la famille la place qui lui est légitimement due. Partout elle est infériorisée, partout elle est sacrifiée. Le code fait d’elle une mineure et une incapable ; les mœurs en font presque une esclave. Jusque devant le travail, ce devoir pour tous, cette suprême nécessité pour le pauvre, elle retrouve, pour en souffrir, l’infériorité de son sexe. Inégalité dans le choix des professions, inégalité dans le salaire, tel est son lot. Mais l’inégalité c’est l’injustice. Tout être humain doit pouvoir vivre du produit de son travail. Tout être humain, qu’il soit homme ou qu’il soit femme, doit être libre de ses volontés et de ses actes. L’aristocratie du sexe n’est pas plus justifiable que l’aristocratie du sang. Les préjugés de supériorité ou d’infériorité des sexes sont condamnés à disparaître, comme ont disparu les préjugés de supériorité ou d’infériorité des classes. La femme en tant que personne humaine, doit être libre et autonome. Elle doit être libre puisqu’elle est responsable. Elle doit être autonome puisqu’on lui reconnaît une conscience et une raison. Point de responsabilité sans liberté. Point de dignité sans autonomie37. »

  • 38 A. Morelli, « Isabelle Gatti de Gamond hors du féminisme bourgeois », Sextant, Revue du groupe int (...)

28Au niveau européen, une bonne partie des arguments et des mesures possibles de ce courant réformiste libéral trouvèrent une nouvelle force à partir des milieux socialistes38. Le discours prononcé par H. Auclert au congrès socialiste de 1880 à Marseille est très expressif dans ce sens :

  • 39 Le Droit de Femmes, 4 janvier 1880, p. 5-9.

« Nous proclamons, comme vous, citoyens, le principe de l’égalité humaine, nous entendons par là non seulement l’égalité de tous les hommes entre eux, mais encore l’égalité des hommes et des femmes. Nous voulons pour elles, comme pour vous, l’instruction intégrale, les mêmes facilités de développement physique, moral, intellectuel, professionnel. Nous voulons pour les femmes, comme pour les hommes liberté de conscience, liberté d’opinion, liberté d’action. Nous réclamons pour les femmes, comme pour les hommes, l’indépendance économique, la production facile pour tous et la garantie pour chacun du produit intégral de son travail quel que soit ce travail. Nous voulons pour les femmes, comme pour les hommes, voix délibérative dans la commune, dans l’État ou dans le groupe parce que les femmes, comme les hommes sont intéressées aux lois et aux règlements qui se font ; parce que les femmes payant des impôts ont autant de droits que les hommes d’exiger une bonne répartition de ces impôts, parce que dans une vraie République, il n’y a plus de privilégiés, il n’y a que des intéressés qui, se soumettant aux mêmes devoirs, doivent posséder les mêmes droits39. »

  • 40 De Bueger et F. Van Lierde, « Ligue Belge du Droit des Femmes », Sextant, op. cit., p. 11-21.
  • 41 E. Gubin, « Signification, modernité et limites du féminisme avant 1914 », ibid., p. 39-56.

29La Ligue belge pour le droit des femmes fut fondée en 1892. Ses affiliés appartenaient en général à la bourgeoisie libre-penseuse de Bruxelles. Il y avait aussi des francs-maçons parmi eux40. De même qu’en Espagne, on acceptait au départ la mission reproductrice des femmes comme loi naturelle et les fonctions qui en découlaient dans le foyer ; mais parallèlement se posa le problème de la personnalité humaine et de l’intégration future des femmes dans les espaces publics en conditions d’égalité avec les hommes41.

30En Espagne, il ne fut pas possible de développer un courant associatif analogue avant le début du xxe siècle. Auparavant, certaines personnes isolées, au sein de quelques associations, d’athénées ou dans des articles de presse essayèrent d’agir. Ce furent des initiatives atomisées au milieu d’une résistance générale. La voie institutionnelle la plus cohérente pour l’émancipation des femmes espagnoles à la fin du xixe siècle, resta l’Association pour l’enseignement de la femme, déjà citée et les appuis que lui offrit l’Institution libre d’enseignement.

  • 42 M. J. Lacalzada De Mateo, Mentalidad y proyección social de Concepción Arenal, Ferrol, 1994, 2e éd (...)
  • 43 Elle lui donna une certaine publicité dans La Voz de la Caridad. Elle fut remerciée de cette atten (...)
  • 44 El Taller, Séville, 30 juin 1886, n° 150, p. 43-44.
  • 45 El Taller, Séville, ibid., 30 juillet 1886, n° 151, p. 50-53 ; 30 août 1886, n° 152, p. 58-60 et 3 (...)

31Concepción Arenal, une femme forte d’une solide formation, d’une trajectoire intellectuelle, manifeste dans la publication de livres, de revues, d’articles de presse et experte dans la création d’associations42 tenta d’introduire en Espagne la Fédération britannique et continentale fondée par Joséphine Butler à Londres en 187543. Mais ses efforts furent vains. La loge Caballeros de la Noche de Saragosse, vers le milieu des années 1880, se prononça en faveur d’un appui à la Fédération comme une œuvre de moralité publique44. Lallave fit une présentation des objectifs et activités des fédérés dans El Taller, revue maçonnique organe de la Gran Logia Simbólica Independiente Española à Séville45.

  • 46 Le Bulletin Continental, 15 décembre 1875, n° 1, p. 1-4.

32Constituer en Espagne une branche de la Fédération aurait été contribuer à l’émancipation des femmes des classes inférieures, revalorisant leur travail et favorisant leur instruction et leur éducation morale dans un sens moderne. Mais la Fédération était indépendante de tout parti politique, de toute école philosophique, de toute confession ecclésiastique46, raison plus que suffisante pour que l’intégrisme catholique lui ferme les portes. En outre, un grand nombre de ses membres appartenaient à des églises réformées. La lettre qu’envoya alors Concepción Arenal à Joséphine Butler était touchante :

  • 47 Le Bulletin Continental, 15 novembre 1880, n° 11, p. 86.

« Il m’est tout à fait impossible de me rendre au Congrès de Gênes. Je voudrais y aller en représentante de l’Espagne de l’avenir, car je ne crois pas qu’il y ait un peuple condamné à rester à jamais au point où nous sommes. […] Ceux qui s’efforcent aujourd’hui de réaliser cette réforme – le relèvement de la femme – en Espagne ressemblent aux ouvriers qui jettent les fondations sous les eaux de la mer : ils travaillent, ils travaillent, ils travaillent, qui sait à quelle profondeur, qui sait sous quelle pression, et l’on ne voit rien de fait ; mais l’œuvre avance et quand elle deviendra perceptible pour la multitude, elle sera presque terminée. Alors sans doute seront dans leurs tombeaux ceux qui ont posé les fondements de l’œuvre, ceux qui, sous la pression de tant d’atmosphères d’indifférences et de mauvais vouloir se sont maintenus en respirant la foi, l’amour et l’espérance47. »

33Il faut tenir compte de ce que l’incorporation des femmes espagnoles à la société civile rencontra des difficultés qui n’étaient pas seulement dues à leur condition féminine. Il n’avait jamais existé une tradition cohérente de mobilisation de la société dans un sens libéral. Les Associations agissaient beaucoup sous la pression du fanatisme, recherchant des objectifs d’ensemble. Ainsi Concepción Arenal l’avait dénoncé dans la Mujer de su casa. Elle écrivait :

  • 48 M. J. Lacalzada De Mateo, « Concepción Arenal : contre les normes et pour l’émancipation de la fem (...)

« […] quand la femme, sortant de la sphère domestique s’occupe de la chose publique, c’est sous l’élan du fanatisme politique ou religieux. […] Ce ne peut être autre chose. Ignorante des lois qui régissent la pensée et l’affection, étrangère à la gestion des intérêts publics, ne connaissant pas l’organisation publique, ni les éléments de la société, le bien quand ils s’harmonisent, le mal quand ils s’entrechoquent, elle ne voit des problèmes sociaux ou religieux qu’une partie (parfois très petite) qu’elle prend pour le tout et à laquelle elle sacrifie tout et voudrait que les autres sacrifient tout aussi48… »

  • 49 La Antorcha Levantina, Valence, 8 août 1896, n° 281, p. 3, et 15 août 1896, n° 282, p. 3.
  • 50 La Conciencia Libre, Valence, 24 octobre 1896, n° extraordinaire. Y figuraient les signatures de l (...)
  • 51 La Antorcha Levantina, Valence, 17 octobre 1896, n° 291 ; 24 octobre 1896, n° 292. Voir aussi les (...)

34Les efforts pour l’Association des femmes se consolidèrent au début du xxe siècle. Les loges maçonniques jouèrent un rôle significatif car elles avaient une structure et une coordination internationale par où arrivaient les influences. Parmi les pionnières, Belén de Sárraga y Ferrero constitue un exemple intéressant de femme émancipée avec une projection sociale. Elle fut fondatrice avec d’autres femmes libre-penseuses et franc-maçonnes de La Conciencia Libre, puis directrice. Rapidement, se manifestèrent les dénonciations qui conduisirent en prison cette directrice. La caution ayant été payée par un libre-penseur, elle fut libérée quelques heures plus tard49, mais incarcérée à nouveau au bout de quelques jours. Après plus de deux mois passés en prison, on dut éditer un numéro extraordinaire de La Conciencia Libre50, pour payer de nouveau la caution qui s’élevait à trois mille pesetas. On calculait, en outre, qu’il resterait assez d’argent pour un prix de caractère « sociologique libre-penseur » et l’acquisition d’œuvres rationalistes pour installer un salon de lecture populaire à Valence. Les maçonnes de Valence rendirent compte de ces incidents dans la loge La Antorcha Valentina et encouragèrent l’achat d’exemplaires de la revue51.

  • 52 La Antorcha Levantina, Valence, 21 novembre 1896, n° 296, p. 2.
  • 53 D. Ramos, « Herederas de la razón ilustrada : feministas y librepensadoras en España (1880-1902) » (...)

35Son initiation en Maçonnerie dut avoir lieu vers cette époque à la loge Severidad, d’après les indications fournies par La Antorcha Valentina à la fin de novembre 189652. En 1898, elle alla s’installer à Málaga où elle continua ses activités, lançant des associations féministes et dirigeant La Conciencia Libre qui changea de ville. Elle-même créa et dirigea la Fédération provinciale de Málaga et, en 1902, assista au Congrès de la Libre-Pensée qui eut lieu à Genève où elle représenta plus de 80 sociétés de libre-pensée fédérées de la province de Málaga53.

36Belén de Sárraga y Ferrero avait de bonnes relations internationales. En 1899, elle appartenait au vaste groupe d’initiative de la Revue de Morale Sociale, publiée à Genève et dont le but était la discussion et l’étude des relations morales et sociales entre les sexes :

  • 54 Revue de Morale Sociale, Genève, janvier-mars 1889, n° 1, p. 1-4.

« Droits et devoirs réciproques de l’homme et de la femme, obligations et prérogatives de l’un et de l’autre dans la famille et la société, règlement de leurs rapports de coexistence : questions vitales pour la collectivité dans son ensemble et pour chacun de ses membres », parce que « de la solution qui leur est donnée dépendent en grande partie le bonheur ou le malheur des individus, la prospérité des nations ou leur décadence, l’avenir même de la race humaine54. »

37Et elles se proposaient de défendre :

  • Unité de la loi morale pour les deux sexes.
  • Respect de la personne humaine, qui ne doit jamais être envisagée comme un simple moyen d’autrui.
  • Reconnaissance et Garantie des droits de la femme, aussi bien que des hommes, l’un et l’autre devant également être responsables.
  • Intervention de la collectivité en faveur de ceux que leur état de subordination ou de faiblesse relative rend inhabiles à se défendre.
  • Prohibition de toute espèce d’organisation officielle de la débauche et condamnation de toutes mesures d’exception sous prétexte de mœurs55.
  • 56 P. Sánchez I Ferré, « Mujer, feminismo y masonería en la Cataluña urbana de la Restuaración », J. (...)

38Une autre femme infatigable et remarquable, à la même époque, fut Angeles López de Ayala. Républicaine, franc-maçonne et libre-penseuse, elle prit position pour la liberté de conscience. Au cours de sa vie maçonnique, elle fréquenta plusieurs loges. En 1888, elle était affiliée à la loge Amantes del Progreso, l’année suivante elle était à la loge féminine Hijas de los Pobres, toutes les deux à Madrid. Quelques mois plus tard, elle s’installa à Barcelone où non seulement elle fréquenta la loge masculine Constancia de Gracia, mais elle y occupa aussi les charges de secrétaire et orateur figurant en 1894 avec le grade de 30e ; ce qui représente un ensemble d’infractions aux normes de la Franc-maçonnerie56.

  • 57 P. Sánchez I Ferré, art. cit., p. 939-945.
  • 58 P. Sánchez I Ferré, « Els origins del feminisme a Catalunya », Revista de Catalunya, octobre 1990, (...)
  • 59 P. Sánchez I Ferré, art. cit., 1998, p. 8-13.

39López de Ayala possédait une grande capacité pour mobiliser d’autres femmes dans la société. Déjà, en 1889, elle fonda la Sociedad Autónoma de Mujeres en compagnie de l’anarchiste Teresa Claramunt et de la spirite Amalia Domingo Soler. Ce fut l’embryon qui permit de créer la Sociedad Progresiva Feminina en 1898, à Barcelone57. Les débuts du féminisme en Espagne restent très liés à l’anticléricalisme et soutenus politiquement par le républicanisme58. La Sociedad Progresiva Feminina, présidée par Angeles López de Ayala, compta, à ses débuts, sur la collaboration d’un certain nombre de membres de la loge Constancia. À cette loge appartenait Dolores Zea qui fut institutrice à l’école laïque de jour et du soir fondée par la dite société, ou José Torrubia Zea qui dirigea la troupe de théâtre montée aussi par la société. C’est aussi de cette loge que provenaient quelques-uns des collaborateurs de El Gladiador, leur organe de presse fondé en 190659.

  • 60 Acción Femenina, Montevideo, septembre-octobre, 1918, n° 7-8, p. 197-198.
  • 61 Ibid., p. 198.
  • 62 P. Alvarez Lázaro, Masonería y Librepensamiento…, op. cit., p. 197-200.
  • 63 Acción Femenina, Montevideo, septembre-octobre 1919, n° 23-24, p. 153-157.

40Le Consejo Nacional de Mujeres d’Uruguay constitué à la fin de 1916, fédéré au Consejo Internacional fondé en 1888, fut un encouragement pour l’organisation des femmes espagnoles, en relation avec Paulina Luisi. Elena Carballo présidente de l’association Concepción Arenal de Valence, expliquait, l’année suivante, leur adhésion à « une tâche aussi humanitaire », tout en indiquant, qu’en Espagne, elles devaient « combattre les fanatismes, les préjugés et l’atavisme arabe60 ». La Liga Española para el Progreso de la Mujer déjà constituée proposa sa collaboration61. Une autre franc-maçonne, Amalia Carvia en fut l’organisatrice62. Les associations suivantes appartenaient à cette ligue : Concepción Arenal de Valence, La Mujer del Porvenir de Barcelone, Madame de Stäel de Pontevedra, Progesiva Feminina de Barcelone, et de Madrid. Vinrent les rejoindre Benita Asas Manterola ainsi que la marquise de Tur qui présidait Unión de Mujeres Españolas63.

  • 64 « Nuestro Programa », Acción Femenina, juillet 1917, n° 1.

41Le Consejo Nacional de Mujeres s’éloignait des luttes politiques et déclarait sa neutralité religieuse. L’objectif primordial était d’élever le niveau moral, intellectuel, économique et juridique des femmes. C’était favoriser leur perfectionnement personnel et leur participation sociale. Il continuait d’envisager aussi la responsabilité des mères dans l’éducation des enfants, mais ce n’était pas une finalité exclusive. Il considérait que la nature a fait de l’homme et de la femme « deux êtres équivalents qui en s’associant se complètent et constituent le couple humain64 ».

  • 65 C. Fagoaga, « De la libertad a la igualdad : laicistas y sufragistas », C. Segura et G. Nielfa (ed (...)
  • 66 D. Ramos, « Feminismo y Librepensamiento en España. Contra las raíces de la sociedad patriarcal », (...)

42La Liga Española para el Progreso de la Mujer signa le procès-verbal de sa fondation en avril 1918. Son propos était de mettre au même niveau les femmes dans tous leurs projets de relations. La femme espagnole ne manquait ni d’intelligence ni de cœur et, cependant, elle était restée très en arrière dans l’œuvre du progrès des nations. L’année suivante put être constitué le Conseil suprême féministe65. Dans ces années-là, les arguments se modifiaient peu à peu : les fondements de la société patriarcale étaient en train de s’écrouler et se profilait clairement le sens de la femme « personne » et de ses fonctions hors du foyer66.

  • 67 C. Fagoaga, La voz y el voto de las mujeres. El sufragismo en España 1877-1931, Barcelone, Icaria, (...)
  • 68 Après avoir exposé dans un chapitre la trajectoire politique du siècle précédent, il demandait : « (...)
  • 69 Ibid., p. 291.

43L’Asociación Nacional de Mujeres fut constituée pratiquement à partir des associations qui formaient la Liga, le 20 octobre 1918. Elle était appelée à survivre près de deux décennies67. José Francos Rodriguez, franc-maçon lui aussi, fut le porte-parole de cette association et de ses objectifs, parmi lesquels celui de faciliter l’intégration des femmes dans les espaces publics. Il publia un livre dans lequel il dénonçait le fait « que personne n’oublie la beauté, ni les charmes, ni les séductions de la moitié du genre humain ». Mais cela lui paraissait péjoratif dans la mesure où l’on ne tenait pas compte de toutes ses valeurs ; on en arrivait même à accepter que la femme « règne », mais ne « gouverne » pas. Pour sa part, il était favorable à la participation des femmes à des fonctions politiques et administratives. Il avait deux arguments : il était impossible que la femme détériore la politique plus qu’elle ne l’était déjà et l’on pouvait espérer qu’elle l’améliore68. Pour lui, « les différences de sexes et de condition ne doivent pas constituer un motif d’infériorité, puisque tous ceux qui constituent la vie d’un peuple ont droit à le diriger69 ».

  • 70 J. Francos Rodríguez, La mujer y la política española, op. cit., p. 292-301.

44La femme pouvait devenir un élément humanisant de la politique. Francos Rodriguez ne se référait pas à un idéal de femme docile, émotive, influençable, mais il faisait confiance à l’ampleur de ses facultés : des femmes conscientes et sensibles, capables de choisir la justice. Il fondait ses jugements sur Concepción Arenal qui, en plein xixe siècle, avait dénoncé les vices de l’administration publique et proposé l’intégration des femmes dans la gestion des institutions de bienfaisance, des prisons et des hôpitaux, non comme simples subordonnées mais comme agents de changements sociaux. En définitive, il croyait que la femme était une personne majeure et souveraine. La femme avait toutes les conditions pour coopérer à une transformation de la vie publique. Il ne s’agissait pas d’additionner « les éléments masculins et féminins », sur les vices déjà existants mais d’incorporer « l’intelligence subtile et les sentiments délicats » des femmes aux relations publiques pour les améliorer d’une façon organique. « Le but poursuivi est que la femme ne reste pas inemployée dans notre vie publique, – écrivait-il –, mais qu’elle y participe directement, la modifie, et la transforme en profondeur70. »

  • 71 Transcription du programma, in ibid., p. 301-305.
  • 72 C. Fagoaga, La Voz y el Voto…, op. cit., p. 132-135.
  • 73 À travers des contacts avec Paulina Luisi, présidente du « Consejo de Mujeres de Uruguay », cité p (...)

45L’Asociación Nacional de Mujeres Españolas formula son programme en 1919 dans la même direction que celui des ligues européennes pour le droit des femmes, ligue qui jusqu’alors n’avait pas pu être créée en Espagne. C’est-à-dire : obtenir l’égalité face à l’homme des droits familiaux tels que l’administration des biens et la puissance parentale sur les enfants, des droits du travail tels que les salaires, la représentation des femmes dans les chambres de commerce, les études supérieures et en général l’emploi dans les charges publiques71. Ainsi une de ses premières activités fut la campagne pour la révision du Code civil et celui du Commerce72. Elle se chargeait aussi des points relatifs à la prostitution et à la traite des blanches comme cela s’était fait en Europe où ces ligues étaient en contact avec la Fédération britannique et continentale qu’il convenait de soutenir en Espagne maintenant73.

46Le coup d’État qui porta au pouvoir le général Primo de Rivera en 1923 conduisit à donner une nouvelle vigueur au modèle de la femme catholique et naturellement à son rôle à l’intérieur du foyer, à sa participation sociale dans un sens confessionnel, consacrée aux activités de bienfaisance. Les temps furent durs pour les femmes libérales, mais les avancées ne furent cependant pas perdues.

  • 74 I. Cruz Orozco, « Rodolfo Llopis. Análisis de su biografía masónica », J. A. Ferrer Benimeli (coor (...)

47Rodolfo Llopis, initié à la loge madrilène Ibérica n° 7, en 1923, fut très actif pendant ces années-là et joua un rôle déterminant dans les premières années de la République74. En tant que directeur de la Revista de Escuelas Normales, il lui imprima un certain sens humaniste qui la distinguait des autres revues de pédagogie de la même époque. Rodolfo Llopis participait de la tendance qui consiste à présenter la sensibilité et le cœur féminins comme une espérance pour l’entente et le progrès social, puisque l’intervention de la raison masculine conduisait à la guerre et à la destruction. Ainsi un éditorial de la revue disait :

  • 75 Revista de Escuelas Normales, Cuenca, n° 50, janvier 1928.

« […] l’Humanité désespérée, tourne ses regards vers la femme et l’école. L’intervention de la première dans la vie sociale pourra éloigner le danger de la guerre, évitant, comme mères, que leurs enfants ne se tuent, désarmant, comme épouses, les bras homicides ; dictant au Monde un nouveau Code de fraternité universelle75. »

La question des droits politiques dans la République

48Avec la proclamation de la République espagnole en 1931, la question de la participation politique des femmes fut ouvertement posée, et mit en évidence le problème de fond, non résolu depuis des années : aucune solution n’ayant été trouvée pour les niveaux de l’éducation et de la participation civile, le droit au vote pour les femmes pouvait favoriser la réaction. La femme espagnole était encore largement aux mains du clergé. La question était délicate et dépassait le simple problème du féminisme. L’Espagne antilibérale alliée au catholicisme intégriste pouvait renforcer ses positions grâce à l’influence qu’il maintenait sur les consciences. Bien sûr, le travail antérieur n’avait pas été vain, et de nombreuses femmes soutenaient le libéralisme, les partis républicains, les socialistes et les organisations anarchistes.

  • 76 C. Fagoaga et P. Saavedra, Clara Campoamor, La sufragista española, Madrid, Ministerio de Cultura/ (...)

49Clara Campoamor fut une autre femme emblématique qui avait eu une infatigable activité sociale depuis les années vingt. Elle était présente dans les associations féminines et était avocate. En 1929, elle adhéra à Acción Republicana, le parti de Azaña, mais en 1931, peu avant les élections pour l’Assemblée constituante, elle se présenta avec le Partido Radical de Lerroux et fut élue député. Là, elle intervint aux cours des débats sur l’opportunité d’octroyer ou non le droit de vote aux femmes76. Son intervention, immédiatement avant le vote, résumait l’ensemble des débats et reflétait sa position en faveur d’une liberté intégrale :

  • 77 Diario de Sesiones de las Cortes, 1er décembre 1931, n° 83, p. 2749-2750.

« Une question d’aussi grande envergure que celle de ne pas couper le chemin du droit à la moitié de la race humaine a été traitée dans ce sens ; pour les uns : “la femme votera sous l’égide du confessionnal”, pour les autres : “la femme votera socialiste”. C’est-à-dire que vous conditionnez le vote de la femme à la crainte qu’elle ne vote pas pour vous. Cela représente tout votre contenu philosophique. Et moi je vous dis avec douleur : quel contenu suicidaire77 ! »

  • 78 Nom symbolique de Rosario Cuartero. Elle explique son élection comme un modèle de la femme qui uti (...)

50Quelque temps plus tard, Ariadna78 proposa ce sujet de réflexion à la loge d’adoption Amor de Madrid formulé en ces termes :

  • 79 « Igualdad de derechos », op. cit., mars-avril 1933, p. 9-10.

« […] l’égalité des droits à l’intérieur de la Maçonnerie me semble une très bonne chose, d’autant plus que nous sommes tous guidés par un objectif commun. Cependant, au dehors, dans le monde profane, je ne suis pas d’accord avec les théories exposées par des sœurs aimées comme Bergès, Vincenti et Campoamor. […] Constamment, jour après jour, je me demande si notre triomphe est un vrai triomphe, ou plus réellement celui de nos ennemis ; et j’hésite lorsque de part et d’autre, je remarque l’hostilité qui existe chez la grande majorité des femmes contre la République, et cela personne ne peut le nier, car cette hostilité est apparue clairement dans l’adoration au Jésus de Medinacelli. La plupart y allèrent, car tel était le programme, pour demander les trois choses archi-connues : 1. Que l’Espagne soit sauvée du chaos dans lequel nous vivons. 2. Que cesse la spoliation ecclésiastique. 3. Que Dieu fasse le grand miracle d’exterminer la Franc-maçonnerie79. »

  • 80 Op. cit., novembre-décembre 1931, p. 12.
  • 81 Op. cit., octobre-novembre, 1932, p. 8.

51Mais la question du vote n’était qu’un simple aspect, même s’il était parvenu à prendre un caractère emblématique. Le fond du problème était dans la souveraineté féminine et sa participation, dans les conditions d’égalité concédées à n’importe quel autre citoyen de l’État. Certainement, durant les années antérieures, le sens de la femme comme personne humaine, comme être en soi avait mûri. Il existait de plus en plus de femmes qui avaient développé et équilibré leurs facultés, raison, force morale, sentiment, etc. La révolution dans la conscience des Espagnoles se réalisait peu à peu. La loge d’adoption Amor, dépendant de la Grande Loge Espagnole, dont nous avons déjà parlé, représenta, pendant la République, un lieu de rencontre et de soutien pour ce type de femmes. Carmen de Burgos y Segui, sa fondatrice, avait maintenu une présence discrète mais constante tant dans la Maçonnerie que dans le libéralisme. Son initiation dans la Maçon­nerie dépendait du Grand Orient Argentine, plus tard elle fut liée au Grand Orient Lusitanien Uni et sa dernière œuvre fut l’installation de la loge d’adoption Amor, sous les auspices de la loge Mantuana n° 31 de Madrid, dépendant de la Grande Loge Espagnole, le 2 décembre 193180, peu de temps avant sa mort en 193281.

  • 82 C. Fagoaga, La Voz y el Voto…, op. cit., p. 87-106.

52Le tempérament équilibré dont elle fit preuve tout au long de sa vie dans ces écrits est intéressant. Au début du siècle elle tenait une rubrique fixe dans le Heraldo de Madrid, un journal libéral, plus intellectuel que politique. Elle s’intitulait « Femininas », et prétendait être variée : modes, enfants, hygiène, spectacles culturels, nouvelles de portée nationale et internationale, et même des recettes de cuisine. Elle frôlait volontiers la frivolité et cependant un certain sens de l’humain et la profondeur de quelques commentaires glissés avec une apparente négligence, sont à remarquer. À cette époque, elle signait déjà « Colombine » : pseudonyme dans le monde profane et son nom symbolique en Maçonnerie. Cette rubrique fut précisément celle qui lui permit d’introduire le débat sur le vote féminin dès 1906 et au cours des deux années suivantes82.

  • 83 El Heraldo de Madrid, 6 août 1906.
  • 84 C. De Burgos (« Colombine »), « Figaro » (Revelaciones, « Ella » descubierte, epistolario), Madrid (...)

53Plus que les droits politiques, à cette époque, la préoccupation de Carmen de Burgos était la dignité des femmes, dont tout le reste devait découler. Comme elle l’avait écrit, à propos de la constitution de la Liga Feminista à Milan : « c’est un beau féminisme (pour l’appeler ainsi) celui qui, au lieu de prétendre à des délires d’égalité, que la nature a rendu impossible, va conquérir le Droit, la dignité, la perfection auxquelles les femmes ont droit83 ». Ses romans n’étaient pas superficiels. Quand elle écrivit la biographie de Mariano José de Larra, elle-même indiquait que l’on avait écrit « de nombreux livres d’érudition, de nombreux articles élogieux, quelques-uns qui le maltraitaient, mais qui s’était soucié de son esprit, de son âme ? où était son visage humain, sa passion : l’homme ? » Et certes dans la biographie qu’elle rédigea, elle se plaçait au sein de l’émotion humaine du personnage, dans sa façon de recevoir l’idée de liberté, de bonté, de justice. Elle pénétrait sa psychologie, comprenait ses doutes, ses décisions en concordance avec le contexte historique. Et elle y projetait même sa propre aversion pour la politique de parti : « j’avoue ingénument, que si quelque chose peut me consoler de la perte prématurée de Larra c’est que la mort lui ait évité de devenir un politicien… comme les autres84 ».

  • 85 C. Berges, Explicaciones de octubre. Historia comprimida de cuatro años de República en España, Ma (...)

54Madame Consuelo Bergés, orateur de loge Amor, écrivit un intéressant opuscule peu après l’arrivée de Gil Robles au pouvoir grâce à la Confédération espagnole des droites autonomes. Elle y faisait une analyse des premières années de la République essayant de comprendre globalement les événements passés. Elle indiquait qu’avant les mouvements populaires et le virage à droite de la République, tous avaient réagi soit avec « la passion militante du mouvement révolutionnaire », soit « avec la résistance contre-révolutionnaire ». Pour sa part, elle avait laissé passer le temps avant de parler pour avoir « le regard serein et le jugement clair85 ».

  • 86 C. Berges, Explicaciones de octubre…, op. cit., p. 49-51.

55Son analyse était cohérente et fine. Dans sa perspective entraient la logique, la passion et la sensibilité pour essayer de comprendre totalement les événements vécus. Ainsi tout au long du livre entrait en jeu l’action des hommes politiques, des classes laborieuses, la lutte des classes, déjà commencée, le pouvoir séculier de l’Église et l’affrontement au sein même du libéralisme. Elle pénétrait aussi dans la psychologie de la société rebelle, insatisfaite, montrant toujours une tendance antigouvernementale. Elle essayait d’évaluer jusqu’où s’imposait la logique des événements et jusqu’où se manifestait ce tempérament spécifiquement espagnol qui trouve dans la rébellion un dernier refuge à sa dignité, car « la contestation peut-être dans de nombreux cas, l’unique salut de la dignité humaine face à l’imposition de l’inévitable hostilité86 ».

  • 87 « La Mujer y la Masonería », Boletín de la Gran Logia Española, août-septembre 1932, p. 17-20.

56Consuelo Bergés, tout comme l’avait fait quelques mois auparavant Carmen de Bugos, demanda que soit reposée la question de la situation de la femme dans la Franc-maçonnerie. De la façon dont avaient évolué les aptitudes et les facultés des femmes d’une part, et les structures de la vie profane d’autre part, c’était « un anachronisme, une injustice notoire et un préjudice pour les objectifs et les travaux de la Maçonnerie “que les femmes ne puissent y être acceptées de plein droit”87 ».

57Ainsi donc, dans les années trente de ce siècle, se profilent de plus en plus avec des traits plus fermes des personnalités féminines capables d’exercer pleinement leurs capacités et leur autonomie morale. Une femme qui n’est plus soumise à l’homme mais capable de coordonner avec lui ses activités tant dans l’espace intérieur de la famille que dans l’espace public : du travail, social, politique, juridique, etc. Il était encore possible de faire un pas de plus en avant. Puisque la femme avait atteint sa maturité, sa présence politique et sociale supposait un refuge pour l’humanisme que beaucoup étaient disposés à lui reconnaître. Le patrimoine de la femme n’était plus seulement la tendresse instinctive ou les affections irrationnelles, mais sa fonction trouvait sa place dans l’amélioration du genre humain et des relations sociales.

58L’Asociación de Mujeres Españolas publia un Manifiesto a la mujer daté du 1er janvier 1934 et signé par Julia Peguero sa présidente, qui appelait à la « formation d’une politique conduite dans l’amour de l’humanité », face à la virulence des affrontements entre « la gauche » et la « droite ». Il devenait nécessaire de parvenir à une entente et de freiner la marche vers la guerre que chacun pressentait.

  • 88 Signé par sa présidente Julia Peguero. Le manifeste était inclus en page libre dans le numéro où é (...)

« Cette paix – disait le Manifeste – au point où nous en sommes, seules les femmes peuvent l’obtenir : car le mal est si profond, que les hautes sphères du pouvoir ne suffiront pas à le contenir, sans l’aide de celles qui par leur fonction dans la famille, si elles sont préparées, peuvent ouvrir les leurs à une direction meilleure que le sang et la destruction dans lesquels elles se voient précipitées maintenant. Elle expliquait, en outre, que dix-huit ans auparavant, quand avait été créée l’Association, il aurait été impossible d’appeler à une “action politique indépendante” les femmes car elles étaient les proies de “l’effervescence” et que des responsabilités publiques ne pouvaient pas non plus leur être confiées. Maintenant, oui, il était possible et nécessaire de “constituer une force féminine” qui vibre avec la patrie, en s’inspirant sereinement de la raison de la vérité, unique force qui soumet les esprits88. »

Épilogue

59La Franc-maçonnerie joua en Espagne un rôle significatif dans l’organisation des mouvements qui eurent pour objectif l’émancipation de la femme dans un sens « éclairé-libéral ». Cela n’a rien d’étrange. Les résistances au catholicisme antilibéral furent puissantes. L’Espagne libérale était victime des passions politiques et sans tradition associative dans un sens libéral. La Maçonnerie, au contraire, avait une structure et des relations internationales plus ou moins solides qui servirent de point d’appui pour les organisations.

60Le mouvement eut pour point de départ une claire attitude politique, la lutte contre le cléricalisme et une sensibilité philanthropique disposée à accorder aux femmes le développement de leurs capacités en tant que personnes humaines. Les horizons philosophiques de ce courant pour l’émancipation libérale des femmes, comme celui de « l’humanisme libéral » rassemble l’influence des valeurs soutenues par la Maçonnerie et qui concernent l’intelligence qui recherche les vérités, la vie morale qui se dirige vers le bien et la justice, la sensibilité qui cherche la beauté.

61Au cours du temps à mesure que les États libéraux s’affermissaient en Europe et que se développait le mode de production capitaliste, la présence des femmes dans la vie publique prit des caractères d’égalité. À partir de la guerre de 1914, avec la montée au pouvoir des idéologies totalitaires, tels que le fascisme, et le triomphe de la Révolution russe, la participation active des femmes fut encore plus nécessaire dans les espaces publics pour consolider les structures de l’État libéral. Ce fut alors que surgit l’idée de la femme adoucissant les mœurs et interlocutrice dans le dialogue, pour atteindre la compréhension dans les relations sociales.

62Il est possible dans les années trente, pendant la République, de trouver défini et mûri, un modèle de femme consciente et autonome. Des « femmes-personnes » qui agissent librement dans les espaces politiques, capables d’exercer des professions universitaires et qui parviennent à participer directement au pouvoir politique. Elles ne représentaient qu’une minorité certes, mais l’environnement culturel avait changé. La femme n’était plus seulement le dernier refuge de la sensibilité dans l’espace privé du foyer, mais désormais la possibilité de lui voir atteindre la plénitude de toutes ses aptitudes et facultés lui était reconnue ainsi que son influence dans les espaces publics comme citoyenne à part entière.

Notes

1 Boletín-Revista de la Universidad de Madrid, n° 2, 25 octobre 1870, p. 143.

2 Asociación para la Enseñanza de la Mujer, « Memoria leída por P. Alcántara en la sesión pública de 7 de diciembre de 1884 », El Liberal, Madrid, 1885.

3 C. Saiz, La Revolución de 1868 y la cultura femenina. Apuntes del natural, Madrid, Victoriano Suárez, 1929, p. 28-29.

4 Boletín Oficial del Gran Oriente Nacional de España, 1er octobre 1893, n° 150, p. 6-8. Il reconnaît que les buts de l’Association n’étaient pas étrangers à la Franc-maçonnerie, et que, lorsqu’elle fut créée, le Marquis de Seoane, alors Grand Commandeur, y avait adhéré.

5 M. Tirado Y Rojas, Las Tras-Logias, Madrid, Tip. de Ricardo Fe, 1895, p. 149-168.

6 À sa mort en 1869, il eut des obsèques civiles.

7 Boletín-Revista de la Universidad de Madrid, janvier 1869, n° 1, p. 55 : « Le Rectorat de cette Université remercie vivement celui de l’Université libre de Bruxelles, pour le discours inaugural lu lors de l’ouverture des cours de 1868 à 1869, qu’il a bien voulu lui faire parvenir ». Le Bulletin de la Ligue de l’Enseignement à Bruxelles et la Revue de Belgique, donnaient des nouvelles de la situation espagnole.

8 Notas sobre la instrucción de la mujer en los paises extranjeros », Instrucción para la mujer, n° 5 : 1er mars 1882, n° 6 : 16 mars 1882 et n° 7 : avril 1882. Également, Asociación para la Enseñanza de la Mujer, Memorias presentadas por la presidencia y la secretaría en la sesión de entrega de títulos y distribución de premios (curso 1883-84), Madrid, 1884.

9 R. Desmed, « Examen du problème de l’émancipation de la femme par la loge “Les Amis Philanthropes” vers 1860 », Revue de l’Université de Bruxelles, 1977, n° 34.

10 Exposé du but de l’Association présenté à l’assemblée générale du 26 décembre 1864 par M. Charles Buis, Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1865-1866, n° 1, p. 1-6 ; Status de l’Association, ibid., p. 7-12.

11 Association pour l’Enseignement Professionnel des Femmes, Bruxelles, Imp. Charles Lelong, 1864, p. 4.

12 H. Denis et E. Hins, Isabelle Gatti de Gamond, Paris, Girard, Bruxelles, Henri Lamartin, 1907. À sa mort, entre les condoléances reçues de l’étranger, Fernando Lozano, maçon et libre-penseur, envoya ce qui suit : « la libre-pensée espagnole rend un profond hommage à la citoyenne Gatti de Gamond, honneur du genre humain » (t. ii, p. 19-20).

13 J. Bartier, « Un siècle d’enseignement féminin », Guy Cambier (études réunies par), Libéralisme et socialisme au xixe siècle, Bruxelles, Éditions de l’Université libre de Bruxelles, 1981. A. Morelli (coord.), Femmes et Laïcité, Bruxelles, ULB, 1989.

14 Les premières loges d’adoption apparurent à partir de 1872, dépendant du Grand Orient d’Espagne. E. Enríquez Del Arbol, « La Masonería española y la mujer en el Sexenio Democrático (1868-1874) », Anuario de Historia Contemporánea, Universidad de Granada, Grenade, 1992, p. 49-66.

15 J. A. Ferrer Benimeli, « La escuela laica lugar de enfrentamiento entre la Masonería y la Iglesia en España (1868-1930) », École et Église en Espagne et en Amérique. Aspects idéologiques et institutionnels. Actes du Colloques du CIREMIA (1987), université de Tours, Tours, 1988, p. 195-22.

16 J. A. Ferrer Benimeli et al., Maçoneria i educació a Espanya, Barcelona, Caixa de Pensions, 1986.

17 « Moyens pour généraliser l’éducation de la femme, en harmonie avec les principes de la morale universelle », La Humanidad, Alicante, 10 mai 1886, n° 14, p. 111-112, 20 mai 1886, n° 15, p. 119-120 ; 10 juin 1886, n° 18, p. 143-144 ; 10 juillet 1886, n° 19, p. 149-150 ; 20 juillet 1886, n° 20, p. 157-158 et 30 juillet 1886, n° 21, p. 162-163.

18 La Humanidad, Alicante, 1er août 1886, n° 22, p. 171-172.

19 À la fin de 1883 elle figure avec le grade 3, lorsque, déléguée de la loge, elle prit la parole en faveurs du Congrès féminin national, La Humanidad, Alicante, 10 décembre 1883, n° 43, p. 270-271. Les francs-maçons espagnols utilisent un nom symbolique qui est à la fois une identification avec le nom d’un personnage, avec une vertue, un lieu ou toute autre représentation. Par ailleurs, avec ce nom le frère est reconnu en loge et dans tous les travaux de celle-ci. L’origine de cette tradition, assez obscure tout de même, est les persécutions que l’Ordre a subies en Espagne depuis le xviiie siècle (note de l’éditeur).

20 La Humanidad, Alicante, 20 mai 1883, n° 14, p. 105-106.

21 La Humanidad, Alicante, 30 juin 1883, n° 18, p. 141-142. Quelque temps après elle insistait à nouveau dans un discours en loge en des termes analogues. La Humanidad, Alicante, 30 octobre 1886, n° 30, p. 237-238.

22 La Humanidad, Alicante, 10 avril 1884, p. 73-74 et 10 mars 1886, n° 7, p. 54. Elle faisait des observations semblables lors d’initiations féminines. La Humanidad, Alicante, 20 avril 1884, n° 11, p. 86-88 et 10 mai 1884, n° 13, p. 101-102.

23 Blasco Ibañez, comme orateur de cette loge Acacia n° 25, prononça un discours lors d’une tenue d’adoption, dans le même sens : « L’enfant et la femme, ces deux êtres tendres, faibles et sensibles plus que tout autre à l’affection et à la tandresse viennent à nous […]. La société entière a été jusqu’à il y a peu un instrument de la réaction à cause de l’appui que celle-ci trouvait chez la femme et l’enfant. Mais cela se termine maintenant ». La Razón, Castellón, 27 juillet, n° 15, p. 3-5.

24 La Razón, Castellón, 16 juin 1889, p. 3-4.

25 La Razón, Castellón, 7 décembre 1890, p. 2-4.

26 El Taller, Séville, 30 octobre 1887, n° 166, p. 75-76.

27 Boletín de Procedimientos, Madrid, 28 septembre 1893, n° 18, p. 5-7.

28 C. Sánchez (ed.), Mujeres y hombres en la formación del pensamiento occidental, Actas de las vi Jornadas de Investigación Interdisciplinar, Madrid, Universidad Autónoma, 1989, 2 vol. C. Amorós (dir.), Feminismo e Ilustración, Madrid, Universidad Complutense, Instituto de Investigaciones Feministas, 1992. R. Cobo, Fundamento del patriarcado moderno : Jean-Jacques Rousseau, Madrid, 1995.

29 P. Alvarez Lázaro, Masonería y Librepensamiento en la España de la Restauración, Madrid, UPC, 1985, p. 179-188 et 337-345.

30 La Humanidad, Alicante, 20 novembre 1888, n° 33, p. 259-261.

31 La Humanidad, Alicante, 30 novembre 1888, n° 34, p. 271-272.

32 La Humanidad, Alicante, 10 décembre 1888, n° 35, p. 279-280.

33 La Humanidad, Alicante, 20 décembre 1888, n° 36, p. 287-288.

34 Elle insistait : « Ayons conscience de nous mêmes ; ayons l’assurance de notre valeur, la conviction de notre influence irremplaçable dans le perfectionnement des races, dans la grandeur des états, dans la suprématie des civilisations […] acceptons avec plaisir nos missions d’épouses et de mères, avec enthousiasme notre mission de citoyennes, avec une religieuse pitié notre mission d’humaines » (La Humanidad, Alicante, 31 décembre 1888, n° 37, p. 293-296).

35 On peut voir cette orientation dans beaucoup d’écrits se référant aux femmes ; cf. J. Klejman, Ève dans l’humanité, Paris, Côté-Femmes, 1990 (1re éd. 1868).

36 Le Devoir, 1889, p. 424.

37 Le Droit des Femmes, 4 janvier 1880, p. 5-9.

38 A. Morelli, « Isabelle Gatti de Gamond hors du féminisme bourgeois », Sextant, Revue du groupe interdisciplinaire d’Études sur les Femmes, Université libre de Bruxelles, n° 1, hiver 1993, p. 11-21.

39 Le Droit de Femmes, 4 janvier 1880, p. 5-9.

40 De Bueger et F. Van Lierde, « Ligue Belge du Droit des Femmes », Sextant, op. cit., p. 11-21.

41 E. Gubin, « Signification, modernité et limites du féminisme avant 1914 », ibid., p. 39-56.

42 M. J. Lacalzada De Mateo, Mentalidad y proyección social de Concepción Arenal, Ferrol, 1994, 2e éd. Gijón-Zaragoza, 1994. Plus concrètement, notre étude : La otra mitad del género humano : la panorámica vista por Concepción Arenal, Col. Atenea, Universidad de Málaga, 1994.

43 Elle lui donna une certaine publicité dans La Voz de la Caridad. Elle fut remerciée de cette attention dans le bulletin de la fédération, Le Bulletin Continental, journal du bien public, 15 juillet 1878, n° 8, p. 56.

44 El Taller, Séville, 30 juin 1886, n° 150, p. 43-44.

45 El Taller, Séville, ibid., 30 juillet 1886, n° 151, p. 50-53 ; 30 août 1886, n° 152, p. 58-60 et 30 septembre 1886, n° 153, p. 66-68.

46 Le Bulletin Continental, 15 décembre 1875, n° 1, p. 1-4.

47 Le Bulletin Continental, 15 novembre 1880, n° 11, p. 86.

48 M. J. Lacalzada De Mateo, « Concepción Arenal : contre les normes et pour l’émancipation de la femme en Espagne », E. GUBIN (ed.), Normes et marginalité. Comportements féminis au 19e et au 20e siècles, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1991, p. 47-61.

49 La Antorcha Levantina, Valence, 8 août 1896, n° 281, p. 3, et 15 août 1896, n° 282, p. 3.

50 La Conciencia Libre, Valence, 24 octobre 1896, n° extraordinaire. Y figuraient les signatures de la directrice Belén Sárraga, Angeles López de Ayala, Amalia Carvia, María Trulls Algüe et quelques paragraphes tirés d’un mémoire de Concepción Arenal décédée en 1893.

51 La Antorcha Levantina, Valence, 17 octobre 1896, n° 291 ; 24 octobre 1896, n° 292. Voir aussi les numéros 284, 286 et 287.

52 La Antorcha Levantina, Valence, 21 novembre 1896, n° 296, p. 2.

53 D. Ramos, « Herederas de la razón ilustrada : feministas y librepensadoras en España (1880-1902) », D. Ramos (coord.), Femenino plural. Palabra y memoria de mujeres, Málaga, Atenea, 1994, p. 85-101.

54 Revue de Morale Sociale, Genève, janvier-mars 1889, n° 1, p. 1-4.

55 Ibid., p. 4.

56 P. Sánchez I Ferré, « Mujer, feminismo y masonería en la Cataluña urbana de la Restuaración », J. A. Ferrer Benimeli (coord.), Masonería, política y sociedad, Saragosse, ed. CEHME, 1989, vol. 2, p. 929-939 ; et du même auteur, « Els origins del feminisme a Catalunya (1876-1926) », L’Avenç, Barcelone, n° 223, mars 1998, p. 6-11.

57 P. Sánchez I Ferré, art. cit., p. 939-945.

58 P. Sánchez I Ferré, « Els origins del feminisme a Catalunya », Revista de Catalunya, octobre 1990, n° 45, p. 33-49.

59 P. Sánchez I Ferré, art. cit., 1998, p. 8-13.

60 Acción Femenina, Montevideo, septembre-octobre, 1918, n° 7-8, p. 197-198.

61 Ibid., p. 198.

62 P. Alvarez Lázaro, Masonería y Librepensamiento…, op. cit., p. 197-200.

63 Acción Femenina, Montevideo, septembre-octobre 1919, n° 23-24, p. 153-157.

64 « Nuestro Programa », Acción Femenina, juillet 1917, n° 1.

65 C. Fagoaga, « De la libertad a la igualdad : laicistas y sufragistas », C. Segura et G. Nielfa (ed.), Entre la marginación y el desarrollo : Mujeres y hombres en la historia. Homenaje a María del Carmen García Nieto, Madrid, Ediciones del Orto, 1996, p. 172-198.

66 D. Ramos, « Feminismo y Librepensamiento en España. Contra las raíces de la sociedad patriarcal », C. Canteria (coord.), vii Encuentro de la Ilustración al Romanticismo, Cádiz, Publicaciones de la Universidad, p. 313-330.

67 C. Fagoaga, La voz y el voto de las mujeres. El sufragismo en España 1877-1931, Barcelone, Icaria, 1985, p. 128-139.

68 Après avoir exposé dans un chapitre la trajectoire politique du siècle précédent, il demandait : « Et maintenant qu’on me dise si les hommes d’Espagne peuvent refuser aux femmes des aptitudes pour le gouvernement par faiblesse de caractère ou par nervosité dans l’action, alors qu’au xixe siècle et dans ce début du xxe notre histoire présente tous les signes cliniques d’un cas d’hystérie » (J. Francos Rodríguez, La mujer y la política española, Madrid, Ed. Pueyo-Buenos Aires, Lib. La Facultad, 1920, p. 15-35).

69 Ibid., p. 291.

70 J. Francos Rodríguez, La mujer y la política española, op. cit., p. 292-301.

71 Transcription du programma, in ibid., p. 301-305.

72 C. Fagoaga, La Voz y el Voto…, op. cit., p. 132-135.

73 À travers des contacts avec Paulina Luisi, présidente du « Consejo de Mujeres de Uruguay », cité plus haut, et directrice de la revue Acción Femenina, mentionnée auparavant.

74 I. Cruz Orozco, « Rodolfo Llopis. Análisis de su biografía masónica », J. A. Ferrer Benimeli (coord.), Masonería, revolución y reacción, Alicante, Inst. Juan Gil-Albert, 1990, vol. 2, p. 687-695.

75 Revista de Escuelas Normales, Cuenca, n° 50, janvier 1928.

76 C. Fagoaga et P. Saavedra, Clara Campoamor, La sufragista española, Madrid, Ministerio de Cultura/Instituto de la Mujer, 1996. Il indique aussi son appartenance maçonnique à la loge Amor de Madrid.

77 Diario de Sesiones de las Cortes, 1er décembre 1931, n° 83, p. 2749-2750.

78 Nom symbolique de Rosario Cuartero. Elle explique son élection comme un modèle de la femme qui utilise « la ruse » et « l’astuce » pour aider Thésée à sortir du labyrinthe. C’est le triomphe du travail conjoint de l’homme et de la femme sans recourir à des « potions » ou à « des épées invisibles », Boletín de la Gran Logia Española, janvier-février 1932, p. 4.

79 « Igualdad de derechos », op. cit., mars-avril 1933, p. 9-10.

80 Op. cit., novembre-décembre 1931, p. 12.

81 Op. cit., octobre-novembre, 1932, p. 8.

82 C. Fagoaga, La Voz y el Voto…, op. cit., p. 87-106.

83 El Heraldo de Madrid, 6 août 1906.

84 C. De Burgos (« Colombine »), « Figaro » (Revelaciones, « Ella » descubierte, epistolario), Madrid, Imp. Alrededor del Mundo, 1919, 1935, p. 26-27.

85 C. Berges, Explicaciones de octubre. Historia comprimida de cuatro años de República en España, Madrid, Imp. Garigoy, 1935, p. 26-27.

86 C. Berges, Explicaciones de octubre…, op. cit., p. 49-51.

87 « La Mujer y la Masonería », Boletín de la Gran Logia Española, août-septembre 1932, p. 17-20.

88 Signé par sa présidente Julia Peguero. Le manifeste était inclus en page libre dans le numéro où était aussi publié un « Appel aux femmes » dans le même sens que celui du Comité exécutif de l’Alliance internationale pour le suffrage et l’action civique des femmes, Mundo Femenino, juillet 1934, n° 100-101, p. 36.

Auteur

Université de Saragosse. Traduction Françoise RANDOUYER et Christine LEROY

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search