Version classiqueVersion mobile

Les francs-maçons dans la cité

 | 
Luis P. Martin

Les liturgies de la patrie. Franc-maçonnerie et identité nationale dans l’Italie unie

Fulvio Conti

Texte intégral

L’identité nationale en Italie entre histoire et politique

  • 1 Sur le concept de « guerre civile » appliqué à la lutte de résistance contre le nazisme et le fasc (...)
  • 2 Lire aussi Franco De Felice, « La nazione comme questione. Appunti sul decennio 1979-1989 », Dimen (...)
  • 3 Emilio Gentile, La grande Italia. Ascesa e declinio del mito della nazione nel ventesimo siecolo, (...)
  • 4 C’est le cas, par exemple, de Aldo Schiavone, Italiani senza Italia. Storia e identità, Torino, Ei (...)
  • 5 Parmi ces volumes, celui également du directeur de la collection, Ernesto Gallia-Della-Loggia, L’i (...)
  • 6 Giovanni De Luna-Aldo Agosti, « Juventus e identità nazionale », Juvecentus. La mostra del centena (...)

1Cette étude naît du grand intérêt que le thème de l’identité nationale a suscité récemment non seulement au sein de l’historiographie italienne la plus avertie mais également dans les milieux intellectuels et politiques les plus divers. En l’espace de quelques années, il y a eu un vrai déluge de livres, d’essais, d’opuscules, d’articles de journaux et de revues dans lesquels les historiens, les sociologues, les politologues, les anthropologues, les philosophes ont disséqué la question de l’identité nationale, ainsi que celle du lien entre nation et société civile, et celle de la continuelle difficulté des Italiens à se sentir un peuple uni et à se reconnaître dans les institutions d’un État né du Risorgimento, qui a traversé le fascisme et une guerre civile, à bien des égards déchirante1. Chaque fois qu’on a tenté de faire le point sur la production de l’historiographie précédente, on a dû aussitôt admettre que d’autres avaient apporté quelque chose de nouveau entre-temps et que d’autres aspects de cette complexe problématique avaient été traités selon différents points de vue2. Il faut savoir que pour la seule année 1997, au moins cinq volumes d’une grande importance ont été publiés qui abordent cette question du point de vue historique, sociologique et de la politique3. Au cours de la première moitié de l’année 1998 cette tendance ne s’est en rien modifiée. Alors que des congrès historiques et que d’autres initiatives de recherche se multiplient, cette question a suscité un intérêt croissant même de la part de chercheurs de disciplines différentes4. Nous avons ainsi pu bénéficier d’une reconstitution originale de l’attitude qu’a eue le monde catholique face à la question de la nation. À ce sujet, une importante maison d’édition bolonaise, Il Mulino, a commencé une collection intitulée justement L’identità italiana, dont les six premiers volumes ont été publiés simultanément5. Du reste le thème de l’identité est associé désormais avec presque chaque objet de recherche relatif à la vie sociale politique italienne au cours des deux derniers siècles. Ainsi, nombreux ont été ceux qui, devant s’occuper de la préparation d’une exposition historique sur les cent premières années de vie de la plus vieille équipe de football italienne, ont jugé utile de consacrer un chapitre au rôle que cette dernière a eu dans la diffusion de la conscience de nationalité en Italie et à l’étranger6.

2Des facteurs externes à la dimension historique proprement dite, ainsi que des facteurs plus directement liés à l’évolution de la réflexion de l’historiographie et des différentes méthodologies de recherche sont à l’origine de cet intérêt. Parmi les facteurs externes, il faut sans aucun doute mentionner la crise du système politique qui a été à l’origine de la « Première République », avec son système politique bloqué, caractérisé sur le plan gouvernemental par une forte accentuation des éléments de centralisme et de bureaucratie tandis que dans l’opposition il y avait une résistance idéologique et viscérale contre l’État, ce qui a constamment empêché la formation d’une conscience nationale unificatrice et qui a même favorisé la prolifération de centres d’identification particularistes. Comme on l’a observé, ce sont des centres dont la liste est plutôt longue :

  • 7 Massimo L. Salvadori, Storia d’Italia e crisi di regime. Saggio sulla politica italiana, 1861-1996(...)

« […] la famille, la ville, la région, les catégories professionnelles, les classes, les partis, l’Église et ses associations et, enfin surtout, les organisations comme la mafia et la camorra qui s’élèvent au rang de véritables organisations criminelles contre l’État avec leurs rites, leur fidélité supérieure à toutes les autres, leurs forces armées, le contrôle d’une partie du territoire de l’État7. »

  • 8 Cf. Mario Isnenghi, « Dalle Alpi al Lilibeo. Il difficile “noi” degli italiani », Meridiana, 1993, (...)

3La naissance et le succès grandissant d’un mouvement politique sécessionniste, comme la Lega Nord, ont avivé par la suite l’exigence d’une réflexion approfondie sur ce qui a été défini comme « le difficile “nous” des Italiens8 », en l’occurrence l’absence ou seulement la partielle expression dans le peuple italien des valeurs qui unissent et du sentiment partagé d’appartenir à la communauté nationale.

  • 9 Cf. Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, 7 vol. Pour l’Italie, Mario (...)
  • 10 George L. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germ (...)
  • 11 Parmi les ouvrages de référence les plus significatifs je me contenterai de rappeler : Bruno Tobia(...)

4Parmi les facteurs internes à l’historiographie, il faut rappeler l’importance qu’ont commencé à avoir en Italie les études qui reprennent des ouvrages comme Les lieux de mémoire de Pierre Nora9 ou The Nationalization of the Masses de Georges L. Mosse10. En l’occurrence des études qui ont placé au centre de leur analyse le caractère rituel et les symboles de la politique, les transformations des mentalités et de l’imaginaire collectif, les mythes, les fêtes, les monuments, les représentations culturelles11.

  • 12 Pour faire une bonne synthèse de ces recherches, lire Laura Cesari, « Identità sociali e spazi del (...)
  • 13 Fausto Fonzi, « Documenti sul conciliatorismo e sulle trattative segrete fra governi italiani e Sa (...)

5Malgré cela il faut savoir que la Maçonnerie est restée jusque maintenant presque complètement exclue de cette réorientation des études. Aucun des travaux publiés jusque maintenant au sujet du processus de construction de la nation dans l’Italie unie, même parmi les plus intéressants, n’a consacré quelques pages au rôle de la Maçonnerie. On peut également souligner que cette dernière n’a pas trouvé une véritable place dans les nombreux essais de l’histoire des associationnismes qu’on a commencé à publier en Italie aussi, à la suite des indications méthodologiques données principalement par Maurice Agulhon dans ses recherches sur la sociabilité méridionale12. À telle enseigne qu’à certains égards, l’appel lancé il y a presque quarante ans par un des plus grands historiens italiens de notre temps, Fausto Fonzi, semble encore actuel. Celui-ci jugeait « mauvaise l’attitude de l’historiographie récente sur l’Italie unie, qui trop souvent oublie de considérer la maçonnerie comme un facteur important de notre vie unitaire13 ».

6On peut certes admettre l’avis d’Aldo Alessandro Mola au sujet de la Maçonnerie qui

  • 14 Aldo Alessandro Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai nostri giorni, Milano, Bom (...)

« […] vécut toujours bien au-dessus de sa véritable force : qu’il s’agisse de l’opinion que celle-ci [c’est-à-dire les frères] avait d’elle-même, que de sa manière d’intervenir dans les affaires de ce monde et que du jugement que s’en firent nos contemporains, favorables ou non, ou bien tout simplement intéressés par la reconstitution de l’histoire14. »

  • 15 Cette idée qui se trouve dans une lettre de février 1914, est reprise dans Alessandro Luzio, La Ma (...)
  • 16 Cf. Alberto Mario Banti, Storia della borghesia italiana. L’età liberale, Roma, Donzelli, 1996, p. (...)

7Au fond, Gaetano Salvemini avait soutenu quelque chose de semblable lorsqu’il avait attribué aux craintes du clergé la « légende » selon laquelle le Risorgimento serait l’œuvre de la Maçonnerie15. Nous retrouvons encore cette opinion (mais à présent elle souligne la capacité de l’Ordre maçonnique à constituer un instrument organique de représentation politique de la bourgeoisie italienne) dans une formulation peut-être trop hâtive et définitive d’Alberto Mario Banti, à la suite d’une théorie exprimée par Alberto Aquarone16.

  • 17 Aldo A. Mola, « Liberi muratori. La massoneria in Italia dalle origini al Novecento », Storia e do (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Jean-Pierre Viallet, « Anatomie d’une obédience maçonnique : le Grand Orient d’Italie (1870-1890 c (...)

8Selon les estimations de Mola les affiliés au Grand Orient d’Italie (que nous nommerons à partir de maintenant GOI) ne dépassèrent pas 4 000 à 5 000 membres à l’époque de la grande maîtrise d’Adriano Lemmi (1885-1896), et s’élevèrent au contraire à environ 20 000 au cours des vingt premières années du xxe siècle. Lors de cette dernière période on enregistra de 2 000 à 3 000 initiations tous les ans, un rythme nettement supérieur à celui qui se produisit à la fin du siècle précédent quand, sur une base annuelle, on eut en moyenne 400-500 nouvelles affiliations17. Les loges en activité, par ailleurs touchées par un taux de mortalité très élevé, passèrent « d’une centaine dans les années soixante-dix à 144 en 1891, 172 en 1896 et environ 400 en 1923-1924, un tiers de celles-ci se trouvant à l’étranger18 ». Jean-Pierre Viallet, en effectuant une fine analyse sur les listes des loges adhérant au GOI pendant la période 1871-1911, est arrivé à la conclusion que la Maçonnerie italienne « n’eut jamais une implantation véritablement nationale19 ». Son affirmation se fonde sur le fait que, d’une part, en 1871, au moins 34 des 69 provinces que comptait alors le royaume d’Italie n’avaient pas de loges maçonniques et que d’autre part, on retrouvait encore cette situation en 1891 dans 31 provinces.

9Viallet met par contre peu l’accent sur le fait, à mon avis d’une très grande importance, qu’en 1911 une seule province d’Italie, celle d’Udine, ne comptait pas d’associations maçonniques. En outre, on ne peut pas négliger cet important témoignage au sujet du degré de développement des organisations maçonniques, présentes dans une grande partie du territoire italien, à cause de la constatation qu’il y a une forte concentration géographique de celles-ci dans quelques régions aux traditions initiatiques plus fortes. Au contraire, les chiffres de 1911 soulignent une distribution des loges – à l’exception de la Sicile qui était la région avec la plus forte densité maçonnique – beaucoup plus équilibrée et diffuse qu’elle ne l’avait été par le passé, au point que l’on considéra le GOI comme une structure associative profondément enracinée dans tout le territoire national.

  • 20 Cf. Maurizio Ridolfi, Il Psi e la nascita del partito di massa, 1892-1922, Roma-Bari, Laterza, 199 (...)
  • 21 Cf. Luigi Tomassini, «Mutual Benefit Societies in Italy, 1861-1922 », M. Van Der Linden (ed.), Soc (...)

10Du reste, dans l’Italie de la fin du xixe et du début du xxe siècle, quelles autres formes associatives pouvaient se vanter d’avoir de telles ramifications sur le territoire et un nombre d’adhérents aussi élevé ? Même un parti de masse moderne comme le parti socialiste, n’avait pas de sections propres en 1897 dans 4 provinces sur 69. En 1909, au cœur d’une grave crise organisationnelle, ce dernier voit même le nombre de ses inscrits baisser à moins de 29 00020, pas beaucoup plus, comme nous venons de le voir, que ceux que le GOI, structure associative nécessairement élitiste de par sa nature, atteignit quelques années après. La typologie associative qui eut peut-être le plus haut niveau de développement dans l’Italie de la fin du xixe siècle – eu égard au nombre des sociétés et des adhérents, avec l’entraide mutuelle que cela suppose – mit en évidence une distribution très déséquilibrée sur tout le territoire. En 1904, 77 % des inscrits (à cette période-là 926000 se répartissant en 6347 sociétés) se concentraient dans les régions du Nord de la Toscane21.

  • 22 À lire, au sujet de ces deux événements, Ferdinando Cordova, Massoneria e politica in Italia, 1892 (...)

11Il faut en outre rappeler que les chiffres auxquels on se réfère pour tracer un cadre de l’évolution quantitative de la Maçonnerie italienne sont relatifs uniquement au GOI et ne tiennent pas compte des organisations, des corps, des rites qui à divers moments eurent leur activité à l’extérieur du noyau central de Palazzo Giustiniani et qui eurent une importance appréciable, du point de vue du nombre des loges et des affiliés. À titre d’exemple, on mentionnera l’épisode le plus retentissant et le plus lourd de conséquences pour la suite des événements relatifs à l’organisation de la Maçonnerie italienne, comme la scission de 1908 qui vit naître l’Ordre de « Piazza del Gesù ». Mais on évoquera aussi la dissension qui est apparue vers la fin du siècle au sein de quelques loges milanaises et qui a entraîné très vite la constitution d’un Grand Orient autonome qui recueillit l’assentiment d’une cinquantaine de loges répandues dans toute l’Italie et obtint la reconnaissance du Grand Orient de France22.

12À la lumière de ces remarques, je crois qu’on peut affirmer qu’après l’unité, la Maçonnerie italienne représenta une structure associative beaucoup plus influente que ne laisseraient supposer la dimension relativement exiguë de son nombre de membres, la fragmentation et la caducité de sa structure d’organisation, le manque d’homogénéité supposé de sa répartition sur le territoire national. Celle-ci n’a pas été influente – cela semble évident – au point de justifier les vives campagnes antimaçonniques qui, presque sans solution de continuité, ont été encouragées en cent cinquante ans de vie unitaire par des forces sociales et politiques aux origines culturelles et idéologiques des plus diverses. Toutefois on ne peut pas la considérer seulement comme un lobby qui se soucierait uniquement de lutter pour la défense des valeurs de la culture laïque et de tisser un réseau de relations personnelles pour obtenir des promotions de carrière ou quelques charges politiques de plus ou moins grande importance.

  • 23 Cf. Fulvio Conti, Laicismo e democrazia. La massoneria in Toscana dopo l’Unità (1860-1900), Firenz (...)

13Il y a au moins deux points essentiels. Le premier est qu’une large partie de la classe dirigeante italienne de l’après-unité, surtout celle qui se reconnaissait dans les idées de la gauche libérale et démocratique, eut des expériences plus ou moins prolongées et une action militante dans les loges maçonniques. Le deuxième point est que la Maçonnerie, comme je l’ai déjà souligné dans une autre étude23, fut un extraordinaire agent de développement de l’associationnisme d’origine laïque, dans la mesure où ses représentants furent à la base d’une intense activité de prosélytisme, dont le but était de mettre en place un réseau associatif très étendu et ramifié (sociétés d’aide réciproque, coopératives, banques populaires, bibliothèques, écoles, crèches, sociétés de pompes funèbres et d’incinérations, et bien d’autres choses encore). L’univers culturel maçonnique pénétra dans la société civile par ces voies et exerça une influence bien plus grande que celle à laquelle on pourrait s’attendre si on se réfère au nombre, d’ailleurs appréciable, de loges et d’affiliés. En entreprenant donc cette recherche au sujet du rôle qu’eut la Maçonnerie dans la diffusion de la conscience nationale dans l’Italie unifiée, on réalise sans doute un travail d’un certain intérêt eu égard aux découvertes en historiographie et aux possibilités de développement de nos connaissances au sujet de la complexe œuvre de construction de la nation à laquelle adhéra toute la classe dirigeante italienne depuis l’Unité jusqu’à l’avènement du fascisme.

La Franc-maçonnerie italienne et l’idée de nation

  • 24 Emilio Gentile, La grande Italia…, op. cit., p. 35.

14Dans l’Italie libérale, écrivit Emilio Gentile, ce qui prévalut c’est « l’idée de nation en tant que réalité spirituelle, culturelle et historique et dans laquelle l’aspect volontariste – et d’une manière générale humaniste – était vraiment décisif et essentiel par rapport à tout autre aspect naturaliste. Selon cette conception, les facteurs spirituels, culturels et historiques sont plus décisifs que les facteurs naturels, géographiques, ethniques, pour contribuer à la construction d’une communauté humaine qu’on peut définir de nation. Si ces facteurs ne sont pas réunis et animés par la conscience de la nationalité et par la volonté de vivre ensemble pour atteindre un objectif commun, aucun de ceux-ci, pas même leur combinaison, ne peut engendrer à lui seul la naissance d’une nation24.

  • 25 Federico Chabod, L’idea di nazione, Roma-Bari, Laterza, (1re ed., 1961) 1979, p. 81.
  • 26 Augusto Comba, « Patriottismo cavouriano e religiosità democratica nel Grande Oriente Italiano », (...)

15Cette idée de nation s’était formée en Italie durant la période du Risorgimento surtout grâce à la théorie élaborée par Giuseppe Mazzini et selon laquelle, affirma ce dernier avec force, il fallait « rattacher l’Italie à l’Europe25 ». En l’occurrence, pour reprendre les mots de Federico Chabod, il fallait enclencher le mouvement pour réaliser l’indépendance nationale dans un processus plus vaste de construction d’une Europe libre et tolérante qui à son tour deviendrait le pivot d’un système international basé sur le principe de la fraternité humanitaire et sur le principe absolu du respect de toutes les nationalités. Comme on le sait, même Cavour reprit à son compte ces inspirations idéalistes, bien qu’elles fussent tempérées par un esprit pragmatique bien différent et enfermées dans une logique de libéralisme modéré, exempt de toute perspective de bouleversements révolutionnaires. Ces critères ont été une source d’inspiration de l’organisation maçonnique qui s’était reconstituée en Italie, sous l’égide conjointe de partisans de Cavour et de fidèles disciples de Mazzini, au moment même où la lutte pour l’indépendance et l’unification nationale parvint à ses fins26.

  • 27 Costituzioni della Massoneria italiana discusse e votate dalla prima assemblea costituente massoni (...)

16À la lecture des constitutions discutées et approuvées par la première assemblée constituante qui s’était tenue à Turin en 1861, on voit en fait que la Maçonnerie italienne renaissante avait comme principes propres, ceux de « l’indépendance et de l’unité de chaque Nation ainsi que celui de fraternité de celles-ci ». Par ailleurs un article qui suivit aurait renforcé ce concept en déclarant qu’à l’ancienne devise de la Franc-maçonnerie universelle « Liberté, Égalité, Fraternité » la Franc-maçonnerie italienne ajoutait celle-ci : « Indépendance, Unité et Fraternité des Nations27 ».

  • 28 Statuti generali dell’Ordine Massonico perl’Italia e le sue colonie pubblicati dal G… O… della Mas (...)

17À ce moment-là, évident était le désir de la famille maçonnique italienne de s’ériger en défenseur de la liberté reconquise et d’une organisation politique et institutionnelle, à la difficile gestation de laquelle elle pensait en quelque sorte avoir contribué, bien qu’une structure d’organisation stable lui eût fait défaut pendant tout le Risorgimento. Ce qui apparaissait également, c’était l’intention de lier la défense des valeurs patriotiques nationales à une plus large perspective de libération de toutes les nationalités oppressées et, par la suite, à l’instauration de rapports fraternels entre celles-ci. Quelques années après, ces finalités allaient être clairement réaffirmées par Ludovico Frapolli dans sa lettre de présentation des nouveaux statuts généraux de l’Ordre. « La Franc-maçonnerie – faisait remarquer le Grand Maître en 1867 – c’est l’école de la Famille, c’est le lien de la Nation, c’est le pacte de la Fraternité humanitaire, c’est le Bastion de la Science, du Travail Libre, de la Fraternité et de la Solidarité de tous les hommes28. »

  • 29 Constituzioni della Massoneria in Italia discusse ed approvate dall’assemblea constituente nel 187 (...)
  • 30 Constituzioni generali del Grande Oriente d’Italia discusse ed approvate dall’Assemblea Constituen (...)

18Par la suite, de telles déclarations explicites dans lesquelles affleurait également une première allusion aux thèmes de l’internationalisme libertaire, furent supprimées des constitutions du GOI. Il en fut ainsi des déclarations approuvées par l’assemblée constituante de 1879 où on se limitait à dire que la société avait « pour fondement et pour devise la formule : Liberté, Égalité, Fraternité et qu’elle prenait le nom cosmopolite de GADLU29 ». Dans les déclarations approuvées par la constituante de 1887, au cœur même de la période où A. Lemmi était à sa tête, on déclarait d’une manière encore plus laconique que la Maçonnerie italienne avait pour devise « Liberté, Égalité, Fraternité30 ». Cependant, le critère duquel elle continua de s’inspirer fut tout de même précisé au lendemain de l’unification. Il fallait défendre courageusement le concept volontariste et humanitaire de nation hérité de l’expérience démocratique du Risorgimento. D’ailleurs Adriano Lemmi en vint à avoir sur ce point précis un des rares points de friction avec Francesco Crispi qui, se démarquant de la tradition mazzinienne, élabora une idée de nation basée sur l’acception ethnique et naturaliste d’origine germanique.

  • 31 Cet extrait est reproduit dans Federico Chabod, L’idea di nazione, op. cit., p. 134.

« La nation – affirma l’homme d’État et maçon sicilien dans un discours tenu à Palerme en 1889 – existe grâce à sa propre vertu à l’intérieur des limites de ses frontières. Or, aucune nation au monde n’a de confins aussi bien définis et sûrs que l’Italie ; Natio quia nata31. »

19À la fin du xixe siècle encore, l’idée de nationalité dans laquelle se reconnaissait la presque totalité des maçons italiens était donc très différente, et se fondait sur les principes de l’autodétermination et de la fraternité entre les peuples. Ulisse Bacci, directeur de la revue officielle du GOI, se chargea de le confirmer dans un article qui parut en 1897, juste au moment où dans diverses parties du monde (à Cuba, en Crète, en Arménie) s’amorçait un nouveau cycle de luttes ayant pour but de faire aboutir les aspirations indépendantistes et nationalistes.

  • 32 Ulisse Bacci, « La Massoneria e il principio di nazionalità », Revista della Massoneria Italiana ( (...)

« L’Institution maçonnique – écrivit Bacci – ne fut pas créée uniquement pour fonder et conserver des écoles, des hospices, des hôpitaux, mais surtout pour se battre pour les principes de liberté, de nationalité et de fraternité et les propager. Pourvu qu’ils soient sincèrement et universellement appliqués, ces principes constitueront à eux seuls les unités logiques et homogènes des hommes dont l’union, animée par les sentiments de fraternité, fera de tout le genre humain, une seule famille d’êtres libres et égaux, de frères32. »

20Cet article donna à Bacci l’opportunité de revenir sur la vexata quaestio des rapports entre Maçonnerie et politique, pour rappeler que le but poursuivi par la famille maçonnique n’était pas la mesquine compétition partisane, mais au contraire la « haute politique humaine » dont l’objectif était la « réunion logique, rationnelle, organique des peuples qui par origine, langue, histoire, intérêts doivent se rassembler dans une seule famille ». Le haut dignitaire du GOI observait que cela constitue

  • 33 Ibid.

« […] la haute politique qui incarne le principe essentiel maçonnique de la confraternité humaine sur la base du droit des personnes ; et par conséquent il convient de revendiquer ce droit par de cruelles et sauvages conquêtes, par des fructueuses luttes armées ou des actions de diplomatie33. »

  • 34 Emilio Gentile, L’idea di nazione, op. cit., p. 125.

21Au cours de la première décennie de ce siècle, lorsque dans de nombreuses communes débuta la période féconde des blocs populaires, la Maçonnerie, qui agit dans de nombreux cas en tant que véritable ciment idéologique et structure de mise en place de ces alliances, vit son propre rôle politique et sa capacité d’influencer la vie publique s’accroître considérablement. Le fait qu’on puisse attribuer, même en partie, à son œuvre d’apostolat ce qui est apparu comme l’un des phénomènes majeurs de cette époque – c’est-à-dire « une attention plus grande à la question du patriotisme de la part de la culture de gauche34 » – n’est pas dénué de tout fondement. C’est en fait dans ces années-là que s’affirma au sein de la gauche démocratique, une tendance progressiste du mythe national qui ne se fondait pas sur l’exaltation de l’impérialisme et de la politique de puissance, mais au contraire sur la conviction que les progrès de la civilisation industrielle résoudraient les sources de conflit dans une nouvelle dimension d’internationalisme et de pacifisme.

  • 35 Au sujet de la question irrédentiste qui vit le Grand Maître, Ernest Nathan, jouer un rôle de prem (...)
  • 36 Quant au rôle de la Franc-maçonnerie dans la révolution des Jeunes Turcs, lire Elie Kedourie, « Yo (...)

22En restant fidèle à cette version rénovée du concept romantique de nationalisme imprégné encore du volontarisme humanitaire de Mazzini, la Maçonnerie put ainsi apporter son soutien aussi bien aux courants irrédentistes, qui se battaient pour le rattachement de Trente et de Trieste à l’Italie, qu’au gouvernement, en 1911, et à l’armée italienne engagée dans la guerre contre la Turquie pour la conquête de la Libye. Sur le premier point, à la vérité, le GOI eut toujours une attitude d’extrême prudence, en accompagnant la demande d’annexion des terres soumises à la domination autrichienne du refus de prendre une position publique trop compromettante et de l’interdiction de reconnaître officiellement les manifestations de certaines loges, comme celles qui avaient organisé la commémoration de Guglielmo Oberdan35. Dans le climat d’exaltation colonialiste qui envahit le pays, l’adhésion à l’opération libyenne fut beaucoup plus évidente. On peut expliquer ceci, en partie, par leur volonté de répondre à la critique que le monde catholique et conservateur ainsi que certains journaux, commençaient à diriger contre le GOI, lequel aurait appuyé secrètement la cause des Jeunes Turcs dont l’arrivée au pouvoir avait été ardemment encouragée par la communauté maçonnique internationale et italienne en particulier36.

  • 37 Aldo A. Mola, Storia della Massoneria…, op. cit., p. 911. Les notes en italiques sont de l’auteur.

« Des lointaines côtes d’Afrique – écrivit le 4 novembre 1911 le Grand Maître Ettore Ferrari, dans une circulaire adressée à toutes les loges de la communauté italienne – arrive, avec l’écho des victoires, le cri des Forts qui tombent glorieusement pour que se réaffirme la civilisation italienne. Ce cri remet dans les mains de la Patrie le destin des orphelins, des épouses et des mères de ceux qui sont tombés. Ce suprême appel résonne dans la noble âme italienne. La Maçonnerie, haute expression de la conscience nationale, doit, maintenant comme toujours, y répondre immédiatement et dignement37. »

  • 38 Ferdinando Cordova, Agli ordine del serpente verde. La massoneria nella crisi del sistema giolitti (...)

23À la lumière de ces prises de position, il semble donc presque paradoxal qu’en 1912-1913 la Franc-maçonnerie italienne eût pu être l’objet d’une violente campagne de dénigrement et d’une attaque conjointe venant du parti socialiste et du jeune parti nationaliste italien (sans parler des organes de presse qui s’en firent les porte-parole). Ce dernier en particulier, accusa la Maçonnerie de « cacher des idéaux opposés aux idéaux nationaux » et d’avoir préparé en Italie la « ruine de toute discipline sociale et militaire ainsi que de la nation même38 ».

24Mais en réalité, se produisit l’affrontement entre deux concepts très différents de l’idéal national : l’idéal maçonnique qui, comme on l’a vu, remontait à une longue tradition de tolérance et d’universalisme et qui, grâce au respect d’une pacifique coexistence entre les peuples, faisait naître le droit à l’affirmation de chaque patrie ; l’idéal des nationalistes, à ce moment-là sur la voie d’une alliance avec les groupes catholiques les plus conservateurs, qui se rattachait à une vision conflictuelle du rapport entre les États, à une politique d’exaltation de la « puissance nationale » ou « impériale », et qui prévoyait explicitement le recours à la force et à la guerre. C’étaient là des logiques de violence qui n’avaient pas beaucoup de rapports avec la pédagogie patriotique des loges maçonniques italiennes de la seconde moitié du xixe et du début du xxe siècle.

  • 39 Sur le déclenchement de pulsions nationalistes restées latentes au moment de l’éclatement de la Gr (...)
  • 40 Sur ce point, voir Sandi E. Cooper, Patriotic Pacifisme. Waging War on War in Europe, 1815-1914, N (...)
  • 41 Cf. Gino Bandini, La Massoneria per la guerra nazionale (1914-1915). Discorso tenuto a Palazzo Giu (...)

25Toutefois il était clair que précisément la guerre de Libye engendrait de déchirantes contradictions dans l’univers idéal de la famille maçonnique italienne qui, dans un exercice difficile, s’attachait à faire coexister les revendications nationalistes – même si elles relevaient d’une mission civilisatrice et de progrès – avec l’engagement pour la paix, le désarmement universel, le principe de l’autodétermination des peuples. La faiblesse et la profonde incohérence de ces prises de position allaient se manifester ouvertement avec l’éclatement de la Première Guerre mondiale39. Le choix en faveur de l’interventionnisme effectué dans un grand enthousiasme dès 1914, ne fit pas apparaître autant ces contradictions. Bien que cet interventionnisme fût contraire au militantisme pacifiste et au profond engagement des loges maçonniques pour créer des institutions d’arbitrage international aptes à empêcher le recours à la guerre40, il se rattachait bel et bien à la tradition du nationalisme démocratique s’inspirant du Risorgimento41. En effet, cette attitude interventionniste n’eut pas comme cause principale l’alignement sur de simples positions pro-gouvernementales qui s’ensuivit et qui amena la direction maçonnique nationale, surtout après 1917, à défendre inconditionnellement les projets expansionnistes italiens, en particulier ceux en direction de l’Adriatique et des Balkans.

  • 42 Beatrice Pisa, art. cit., p. 46. Au sujet du congrès de Paris, lire Anna Maria Isastia, « Ettore F (...)

26En ce sens, les difficultés dans lesquelles se trouva Ernesto Nathan, le dernier disciple de Mazzini, à l’occasion d’un congrès qui se tint à Paris en 1917 et au cours duquel la communauté maçonnique internationale essaya de poser les bases d’un organisme d’arbitrage, une Société des Nations à constituer après la fin de la guerre, furent exemplaires. Dans ces circonstances, l’ambiguïté fondamentale sur laquelle reposaient désormais les positions d’une grande partie de la Maçonnerie italienne – c’est-à-dire celle qui consiste à « définir conciliables les revendications italiennes en Dalmatie et la défense du principe de nationalité au sens démocratique du terme42 » – apparaissait évidente. Cette ambiguïté, par ailleurs, était la même que celle dans laquelle la diplomatie italienne, engagée dans les négociations de paix de Versailles, se débattrait peu de temps après. La similitude entre les positions de la plus grande institution maçonnique et celles du gouvernement, ne pouvait pas être plus complète. Elle fut présentée d’une manière cohérente par Nathan lui-même au lendemain de Caporetto et de son retour à la direction du GOI.

  • 43 « Discorso del Pot. F. Gran Maestro », Rivista Massonica, 31 décembre 1917 (les notes en italiques (...)

« Nous ne sommes pas une association politique – déclare-t-il vers la fin de 1917 – Nous sommes une association patriotique obligée de conformer son action sur les exigences de la patrie ; aujourd’hui le devoir du GOI est avant tout de se subordonner au Gouvernement, représentant de la Nation43. »

  • 44 Sur ce sujet, voir Aldo A. Mola, « L’ultima impresa del Risorgimento : la Massoneria per D’Annunzi (...)
  • 45 Quant à la complexité des événements, on peut consulter Gerardo Padulo, « Contributo alla storia d (...)

27On pourrait penser qu’au sujet de ce point précis – les revendications territoriales en tant qu’instrument d’affirmation de l’esprit de nationalité – la Maçonnerie italienne (ou du moins certains de ses hommes parmi les plus représentatifs) se retrouva sur des positions nettement plus intransigeantes que celles affichées par les plus hautes institutions de l’État. Ceci serait d’ailleurs également confirmé, entre 1919 et 1920, par leur soutien à l’expédition de Fiume44, initiative qui mit fin à un parcours idéologique au terme duquel l’Ordre maçonnique sortit radicalement transformé. D’une part, il était affaibli par les dissensions internes qui furent avivées par une minorité dont l’adhésion aux idées démocratiques et socialistes était très forte. D’autre part, il était de plus en plus tourné, au nom d’une très forte sacralisation du concept de patrie et de communauté nationale, vers la rencontre avec des parties de la société et de la politique tout à fait étrangères aux traditions venant du Risorgimento et de Mazzini45.

  • 46 Ferdinando Cordova, Massoneria e politica…, op. cit., p. 294.
  • 47 Cf. Aldo A. Mola, Storia della Massoneria…, op. cit, p. 27 et passim.

28En reprenant quelques considérations de Ferdinando Cordova relatives à une précédente phase historique, il apparaît donc légitime d’interpréter la grande similitude (au cours des vingt premières années de notre siècle) entre les options idéologiques et politiques de la Maçonnerie italienne et les choix stratégiques effectués par le gouvernement pour garantir la consolidation de la puissance nationale, comme une énième et ferme confirmation, à soixante ans de la naissance du Règne, de « l’adhésion non fortuite de la société maçonnique à l’État libéral, considéré comme le fruit de l’unique révolution dont eût été capable la bourgeoisie italienne et comme un patrimoine à défendre46 ». C’est cette même thèse qu’a soutenue Aldo Alessandro Mola, à partir d’un point de vue par ailleurs bien différent, lorsqu’il a parlé de Maçonnerie italienne en tant que « parti de l’État47 ».

29Ce qui est moins évident, c’est le corollaire que Cordova a déduit de cette assertion : le soutien inconditionnel apporté à la pédagogie patriotique de nature gouvernementale, aurait pour conséquence que la Maçonnerie affaiblirait un projet homogène de défense des hiérarchies sociales existantes. Si, comme on l’a vu, l’accord avec l’idée de nation présentée par les gouvernements et par les plus hautes institutions de l’État, ne fut jamais l’objet d’une forte opposition à l’intérieur des diverses loges maçonniques, on ne peut pas en dire autant des autres prises de position de nature politique, économique et sociale, qui causèrent, à différents moments, des divergences et de véritables cassures entre l’aile démocratique et socialiste et l’aile libérale et conservatrice. En outre, on ne peut absolument pas nier le fait que les instances maçonniques nationales aient poursuivi d’une manière cohérente et énergique, durant les décennies de vie de l’État libéral, un programme de modernisation du pays, lequel prévoyait aussi bien une profonde action de réforme d’inspiration laïque et démocratique sur le plan des droits civils et des coutumes, qu’une intervention radicale sur les structures économiques et sur les équilibres sociaux qui en dépendaient. Mais ces réflexions débordant du cadre de la question qui est l’objet de cette étude, il conviendra d’y revenir en temps opportun.

Méthodologie, sources et premières hypothèses de recherche

30En utilisant les instruments spécifiques de l’histoire politique et de l’histoire des idées, je crois qu’on peut considérer ce qu’on a décrit jusque maintenant – même sous sa forme de résumé synthétique – comme une ossature utile sur laquelle on peut appliquer les éléments d’analyse qui ont été employés dans les ouvrages d’historiographie cités au début de cet écrit. Ma contribution, dans la phase actuelle de la recherche, ne peut toutefois que se limiter à suggérer des pistes de recherche et d’étude ainsi qu’à donner, comme j’ai déjà essayé de le faire en partie, les premiers éléments embryonnaires d’un système d’interprétation d’ensemble.

31Les sources et les outils méthodologiques pour analyser le rôle de la Maçonnerie dans le processus de construction de l’identité nationale que voulaient réaliser les classes dirigeantes après l’unité italienne, sont nombreux.

  • 48 Jean-Pierre Viallet, « Anatomie d’une obédience… », art. cit., p. 199-200.

32Tout d’abord, on peut trouver des indications d’un grand intérêt dans une enquête systématique menée sur les noms mêmes des loges, ainsi que le montrait une ancienne étude de Marc Bloch. Une première analyse sommaire réalisée par Viallet sur les dernières décennies du xixe siècle révèle, selon le chercheur, un net manque d’originalité, dans la mesure où la majeure partie des loges aurait tiré ses noms de la géographie ou de l’histoire locale48. Très rares, et ceci était surprenant de la part d’une association qui aimait souligner son caractère universel, étaient les noms empruntés à l’histoire ou à des personnages étrangers (quelques Lincoln, un ou deux Darwin, puis un seul Buddha, un Benito Juarez, un Voltaire et un Franklin). Par contre, très répandus étaient les noms des plus grands acteurs du Risorgimento (Garibaldi, Mazzini, Cavour, Pisacane, Bixio, etc.) ou bien les noms des lieux d’importantes batailles des guerres d’unité nationale de même encore que les noms qui constituaient de véritables symboles d’idéal (Rome, Venise, Aspromonte, Mentana, etc.). Ces choix de noms ont fait dire à Viallet que la Maçonnerie italienne avait un caractère « provincial » et que de ce point de vue, elle avait une certaine spécificité par rapport aux loges européennes où prédominait une onomastique qui tendait surtout à souligner les finalités et les principes idéaux de l’appartenance maçonnique.

33Dans le cas italien, je crois au contraire qu’il faut mettre en avant la vocation nationale de la communauté maçonnique qui, à travers les noms mêmes donnés à ses loges, voulut communiquer – aussi bien parmi ses affiliés qu’à l’extérieur particulièrement, dans les nombreuses circonstances où les noms circulèrent publiquement – son adhésion aux valeurs de l’État issu du Risorgimento.

  • 49 Quant à la fête du 20 septembre, lire Guido Verucci, « Il xx settembre », Mario Isnenghi (a cura d (...)

34De telles occasions de s’ouvrir sur l’extérieur et de se montrer en public avec ses propres symboles et ses propres bannières, étaient très nombreuses. L’examen des périodiques et de la presse d’actualité maçonnique nous montre la grande importance qu’eurent dans l’activité quotidienne des loges, la participation à des rites et fêtes civils, comme par exemple la fête du Statut et surtout la fête du 20 septembre laquelle résumait en même temps le couronnement de l’unité nationale et la solennelle affirmation des valeurs de la culture laïque et anticléricale49. Ces mêmes sources encore sont riches d’informations sur les initiatives prises par les différentes sociétés maçonniques et par chaque loge en particulier, pour organiser des honneurs funèbres à la mémoire de héros ou de simples combattants des luttes du Risorgimento, pour inaugurer des plaques commémoratives, des statues, des monuments, pour organiser la participation à des cérémonies collectives particulièrement significatives comme les pèlerinages politiques. Tout ceci nourrit une véritable liturgie politique qui eut une réelle valeur pédagogique dans la mesure où elle représenta une composante essentielle de ce processus d’apprentissage politique et de sensibilisation au culte de la nation qui constitua un des principaux aspects de l’œuvre des classes dirigeantes après l’unité. Très significative est à ce sujet la circulaire que le Grand Maître Ernesto Nathan envoya le 25 juillet 1896 aux Vénérables Maîtres des loges italiennes. En voici un extrait :

  • 50 Cité et reproduit par Ferdinando Cordova, Massoneria e politica…, op. cit., p. 156-157 (les italiq (...)

« De plus en plus fréquentes sont les processions, les triduums, les neuvaines : dans cette basse bienveillance des Autorités, ce sont des manifestations extérieures d’une réaction imminente, un retentissant hommage donné, dans les places et dans les rues, au pape-roi, c’est le vote du peuple pour le démantèlement de l’unité nationale./ En opposition à cet esprit antipatriotique qui n’avait jamais osé se montrer en plein jour comme aujourd’hui, quoiqu’il couvât dans les recoins des sacristies, notre Ordre doit encourager publiquement et solennellement son attachement au patriotisme italien et l’opposer, dans toute la grandeur de la conscience nationale, aux subtiles trames ourdies par les ennemis de la Patrie./ Le moyen d’agir nous est donné par cette date mémorable, gravée dans le cœur de tout citoyen, qui commémore le jour où, par la Brèche de Porta Pia, l’Italie tendit ses bras à sa fille qui était dans l’ombre. De toutes les mémorables dates sanctifiées dans le calendrier du Risorgimento, celle du 20 septembre est la plus apte à réaffirmer la conscience nationale qui, face à l’unité et à la liberté, ne transige pas./ Il est donc indispensable que les loges, interprètes de la plus pure italianité, dans toutes les contrées, encouragent et lancent dans le monde profane, de solennelles manifestations pour le prochain 20 septembre. Qu’elles encouragent ouvertement nos idées, là où l’opinion publique ne regarde pas avec quelque défiance notre Institution. Par contre, si les initiatives maçonniques sont susceptibles de nuire à l’unanimité de la manifestation, que tous nos Frères travaillent activement pour que l’initiative naisse dans le monde profane, qu’ils la cultivent, la dirigent et l’entretiennent dans l’un et l’autre cas. Surtout que la manifestation d’italianité ne se fasse pas au nom de tel ou tel autre parti, qu’elle ne porte pas l’empreinte de quelque école que ce soit, qu’elle soit seulement une manifestation italienne : que les Républicains et les Monarchistes, les Conservateurs et les Progressistes, les Socialistes et les Libéraux fraternisent et défendent leur Patrie, une et libre./ Il y aura d’autres circonstances, d’une importance moins grande, pour que la Maçonnerie, rendant hommage aux Grands qui ont bien servi le Pays, puisse à nouveau réaffirmer son identité et les objectifs qui sont les siens, mais que la manifestation du 20 septembre soit cet universel déclenchement de la conscience nationale, qu’elle serve à éclairer le peuple et le gouvernement sur les principes fondamentaux et constitutifs de la Patrie sur lesquels il ne doit, ni ne peut exister de compromis50. »

  • 51 Cf. « Documento massonico. Ordine del giorno sull’Africa della cosiddetta libera Muratoria Milanes (...)
  • 52 « Il valore italiano », RMI, 26 mars 1887.

35Nous pouvons aussi trouver d’autres indications intéressantes au sujet de l’attitude du Grand Orient italien et des autres sociétés maçonniques face au problème de la construction d’une identité nationale, en analysant les prises de position que ces organisations eurent à des moments particulièrement délicats de la vie politique du pays, comme par exemple ceux qui ont suivi quelques cuisantes défaites subies lors des premières guerres coloniales ou à la suite de l’attentat anarchiste qui, en 1900, coûta la vie au roi Umberto I. Il est vrai aussi que la Maçonnerie, dans ces circonstances, ne se priva pas de faire des critiques ; parfois même, elle prit nettement ses distances. Le désastre d’Adua en 1896, par exemple, eut de réelles répercussions dans la décision des loges dissidentes milanaises, de sensibilité démocratique, d’abandonner le Grand Orient italien et de réunir dans leur condamnation Francesco Crispi, président du Conseil et maçon, et le Grand Maître Adriano Lemmi51. De la même manière, les jugements négatifs envers le gouvernement Depretis après la défaite de Dogali en 1887 avaient été nombreux. Mais dans ces deux cas, la confiance dans les institutions de même que l’attachement à l’un des symboles de l’unité nationale, souvent critiqué et méprisé comme l’armée royale, n’avait pas fait défaut. Même en de difficiles circonstances, comme lors de la première grande défaite dans les guerres coloniales, la pensée des maçons avait été pour « les tombes de Dogali, où, même s’il ne combattait pas pout une juste cause, notre soldat sait mourir en héros pour notre drapeau au nom de l’Italie52 ».

  • 53 Giorgio Fiocca, « Viva la patria, abasso lo Stato ! Le Molteplici appartenenze delle classe dirige (...)
  • 54 Pour les particularités du cas italien, voir Guy Hermet, Nazioni e nazionalismi in Europa, Bologna (...)
  • 55 Simonetta Soldani les définit comme les hendiadys imparfaits, in « Nazione e Stato in Italia : cri (...)

36Malgré la présence en son sein de fortes coalitions républicaines et antigouvernementales, je crois donc qu’on peut affirmer que la Franc-maçonnerie italienne eut toujours, dans cette période charnière entre le xixe et le xxe siècle, une attitude de défense des institutions et de l’équipe gouvernementale issue des luttes du Risorgimento, s’acquittant ainsi d’un des devoirs fondamentaux des forces de l’époque des nation-builders : cela signifie que la Franc-maçonnerie a constamment agi pour défendre et légitimer l’État. Je ne dirai pas cependant, comme certains, que son « patriotisme se traduisait par sa fidélité à l’État libéral plutôt que par son attachement sentimental à la nation53 ». En fait, la spécificité du processus de construction de l’État national, eut pour effet que, surtout dans la stratégie des classes dirigeantes d’après l’unité dont la Maçonnerie fit partie intégrante, l’espace entre l’État et la nation fut complètement supprimé54. Et tandis qu’ailleurs des concepts comme celui de « patrie », « nation » et « État » étaient rigoureusement distincts, ici, au contraire, ils s’enchevêtraient ou se superposaient55. À mon avis, avec cette conséquence : jusqu’à l’apparition d’un véritable nationalisme, dans les années qui précédèrent l’éclatement de la Première Guerre mondiale, « l’étatisme » de la Maçonnerie italienne fut parfaitement cohérent avec le projet des élites sociales et politiques du pays consistant à diffuser dans les masses un sentiment d’italianité et d’appartenance à une entité nationale commune.

37La ligne de conduite tenue lors d’événements importants comme les élections politiques et administratives s’avère particulièrement intéressante. La Maçonnerie, tout en se mobilisant ici et là en faveur de tel ou tel autre candidat, donna comme consigne générale à ses affiliés, d’abord, de prendre part au vote et de ne pas s’abstenir. Dans un pays où les prétextes pour déserter les urnes à grand renfort de polémiques ne manquaient pas (qu’on pense au non expedit catholique et au non possumus de tout le mouvement républicain de tendance mazzinienne) ce choix apparaissait dicté par une profonde volonté de conciliation nationale qui tendait constamment à rechercher les éléments qui unissent plutôt que ceux qui séparent et à préserver le patrimoine idéal unitaire, construit laborieusement grâce aux luttes d’indépendance de la période du Risorgimento.

38C’est vers 1880 que la Maçonnerie commença à faire des choix politiques plus précis et à se doter d’instruments de mobilisation plus adaptés aux nécessités d’un système social et politique en pleine évolution. En l’occurrence, cela se fit seulement lorsque l’État sut montrer qu’il avait réalisé un certain consensus auprès de l’opinion publique et trouvé des formes de légitimation relativement solides, en résistant aux poussées centrifuges qui venaient du monde catholique, des parties les plus intransigeantes de l’opposition de gauche ainsi que du malaise social de beaucoup de régions de l’Italie, surtout du Sud. Ce phénomène s’affirma durant les grandes maîtrises de Giuseppe Petroni (1880-1885) et de Adriano Lemmi (1885-1896), mais il s’intensifia fortement surtout durant les quinze premières années de ce siècle sous la direction de Ernesto Nathan (1880-1896) et d’Ettore Ferrari (1904-1917), cette période coïncidant particulièrement bien avec la croissante participation des catholiques à la vie publique. La famille maçonnique italienne eut par ailleurs des points de repères politiques extrêmement variés. Quand il a fallu défendre la culture laïque, celle-ci fut favorable, d’une manière assez équitable, aux forces gouvernementales de la gauche libérale, aux représentants du monde radical et républicain qui se rattachaient plus nettement au Risorgimento, aux fractions du mouvement socialiste qui se reconnaissaient dans la tradition réformiste et qui ne reniaient pas a priori les institutions de l’État et le sentiment de nationalité. Qu’on lise, à ce sujet, ce qu’écrivait Ettore Ferrari dans la circulaire qu’il adressait le premier janvier 1905 à toutes les loges de la Communauté italienne :

« La Maçonnerie, tout en reconnaissant la pleine autonomie des Frères au sujet de leur action individuelle au sein des partis politiques, n’autorise aucun acte politique qui suppose qu’on appuie les forces cléricales ou réactionnaires ou qu’on transige avec elles. De ce fait, sont compatibles avec la Maçonnerie tous les partis progressistes, incompatibles avec celles de tous les partis réactionnaires. C’est pourquoi les Frères doivent appuyer et favoriser toute initiative de quelque parti que ce soit, pourvu que celle-ci vise à combattre un privilège, à affirmer un principe d’égalité et de liberté ; mais il leur est interdit, même de la manière la plus indirecte, d’accepter tout compromis avec le clergé. »

  • 56 Document cité par Aldo A. Mola, in Storia della Massoneria…, op. cit., p. 909.

39À cela s’ajoutait ensuite : « Voici à présent notre tâche et notre devoir : traiter les grands problèmes de la civilisation sans hésiter ni avoir peur ; informer et renforcer la conscience italienne56. » On établissait encore une fois un lien très étroit entre le renforcement de la nature laïque de l’État et l’expansion d’un idéal de patrie, symbole de modernité et de démocratie.

  • 57 Sur ce point, lire Beatrice Pisa, Nazione e politica nelle Società « Dante Alighieri », Roma, Bonc (...)
  • 58 Quelques allusions dans Emilio Franzina, « Piccole patria, piccole Italia : la construzzione dell’ (...)

40C’est également à travers la mobilisation politique partisane que la Maçonnerie essaya de contribuer d’une manière vraiment décisive à la difficile œuvre de construction de l’identité nationale du peuple italien. Mais pour compléter le tableau qu’on a brossé au sujet de l’activité complexe de la Maçonnerie, on pourrait montrer encore de nombreuses autres facettes. À titre d’exemple, qu’on pense au rôle qu’eut une institution comme la Société Dante Alighieri qui émanait directement de la Maçonnerie, dans la défense de la culture italienne57. Qu’on se souvienne aussi du rôle fondamental des loges implantées à l’extérieur du territoire national qui furent un point de repère essentiel pour les émigrés et un lieu pour préserver le culte de la patrie lointaine58. On illustrera ceci encore par ce qu’écrivait en 1900 Domenico Orano, dans un article où la nécessité d’une plus grande défense de la langue et de la culture italiennes était revendiquée avec un ton et des accents qui préludaient désormais au début du nationalisme.

  • 59 Domenico Orano, « Per l’italianità », RMI, 30 octobre 1900 (les notes sont de l’auteur).

« Nos hommes d’État – écrivait Orano, affilié à la loge Roma de la capitale – ne se soucient pas de préserver l’italianité et ne sont troublés ni par l’extension de la race anglo-saxonne, qui est passée du xve siècle à nos jours de 4 à 116 millions d’habitants, ni par le fait de voir le centralisme allemand, “l’illyrisme” yougoslave et le panslasvisme russe gagner les côtes adriatiques. […] Ce découragement […] doit cesser. Et il ne cessera que lorsqu’on saura enseigner au peuple le noble idéal de la patrie en faisant surgir de la conscience du peuple même, le fond d’idéalité qui s’y cache : le sentiment de sa propre dignité, lorsqu’il est insufflé, fait espérer en un au-delà politique où l’Italie puisse achever de se construire elle-même. La jeune Italie ne peut pas se donner comme unique idole l’épopée de son Risorgimento. C’est son passé, l’Italie tend et doit tendre vers l’avenir. Obliger la psyché nationale à se cristalliser dans une métaphysique patriotique n’est que folie. L’Italie d’aujourd’hui est bien loin d’avoir réalisé son idéal grâce aux valeurs civiques. Le député Saracco a parlé dans son rapport au Roi “d’aspirations du jeune Règne”. La première d’entre toutes est de défendre la nationalité italienne, de conserver la langue de Dante. Que nos hommes d’État n’oublient pas que sauvegarder la langue italienne à l’étranger, c’est défendre l’honneur de la patrie, en protéger son esprit, c’est former la conscience nationale, c’est protéger l’âme noble de l’Italie59. »

41Il est intéressant de constater que, dans cet extrait, apparaît la nette exigence – déjà présente dans certains milieux maçonniques – de vivifier le concept d’italianité avec quelque chose de moins évanescent que la pâle mythologie du Risorgimento, quelque chose qui puisse se rattacher aux intérêts concrets de la nation et offrir de nouvelles perspectives d’engagement pour les jeunes générations. La défense de la langue – et à travers elle, celle des minorités italiennes à l’étranger – apparaissait toutefois comme le premier pas vers de nouvelles revendications territoriales et nourrissait l’esprit nationaliste des parties les plus inquiètes de l’opinion publique, fascinées par la perspective de l’irrédentisme mais également par le mythe de la guerre impériale et de conquête.

  • 60 À titre d’exemple, voir « L’educazione nazionale », RMI, février-mars 1899. À ce propos, lire Tina (...)
  • 61 Dans un contexte caractérisé par des variantes sociales et politiques très différentes, une thèse (...)

42Enfin, en faisant cette énumération sommaire d’initiatives maçonniques qui se rapportent à la question de la mobilisation pour la défense des valeurs patriotiques, on ne doit pas oublier le constant engagement des francs-maçons pour tenter de préserver et valoriser le caractère laïc et national de l’école publique contre les attaques du monde catholique60. Ceci confirme ce qui, sans doute, pourrait être considéré comme l’élément le plus caractéristique de l’énergie déployée par la Maçonnerie italienne pour défendre l’État libéral et répandre le sentiment d’appartenance et d’identification avec cet État de la part de la communauté nationale ou, du moins, des couches de la société civile, à l’intérieur desquelles la Maçonnerie était en mesure d’exercer une grande influence. Il s’agissait, en l’occurrence, de poursuivre, dans le sillage des classes dirigeantes de l’après Risorgimento, le projet de créer une nation pour le peuple entier. Ce projet même n’était qu’une petite partie d’un dessein plus vaste et plus ambitieux : moderniser et laïciser le pays. Selon la famille maçonnique italienne, c’était à cette seule condition qu’on réunirait durablement autour d’un consensus tout en le renforçant, les groupes sociaux et politiques les plus divers61. Jusqu’au jour où la dérive nationaliste et l’issue autoritaire de la fin de la Première Guerre mondiale anéantirent la perspective d’une démocratisation du pays selon les valeurs de la culture laïque qui porte en soi l’idée que la patrie respecte les libertés et l’identité d’autrui.

Notes

1 Sur le concept de « guerre civile » appliqué à la lutte de résistance contre le nazisme et le fascisme, lire la fine analyse de Claudio Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Torino, Bullati Boringheri, 1991 (et en particulier pour le thème qui nous intéresse davantage ici, le premier paragraphe du chapitre 4 : « Alla riconquista dell’identità nazionale », p. 169-189).

2 Lire aussi Franco De Felice, « La nazione comme questione. Appunti sul decennio 1979-1989 », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1993, n. 1, p. 55-90 ; et « La crisi de la nazione italiana », Passato e presente, 1995, n. 36, p. 5-17. Simonetta Soldani (a cura di), « Nazione e Stato nazionale in Italia : crisi di una identità imperfetta », Passato e presente, 1994, n. 33, p. 13-30. À lire enfin l’utile recueil de critiques par Massimo Baioni, « Italia e identità nazionale », Passato e presente, 1996, n. 37, p. 143-162.

3 Emilio Gentile, La grande Italia. Ascesa e declinio del mito della nazione nel ventesimo siecolo, Milano, Modadori, 1970. Umberto Cerroni, L’identià civile degli italiani, Lecce, Piero Manni, 1977. Sergio Bertelli (a cura di), La chioma de la vittoria. Scritti sull’identià degli italiani dall’Unità alla seconda Repubblica, Firenze, Ponte alle Grazie, 1997. Carlo Tullio-Altan, La coscienza civile degli italiani. Valori e disvalori nella storia nazionale, Udine, Gaspari Editore, 1997. Ilaria Porciani, La festa della nazione. Reppresentazioni dello Stato e spazi sociali dello Stato et spazi sociali nell’Italia unita, Bologna, Il Mulino, 1997. À consulter aussi, Gian-Enrico Rusconi, Patria e repubblica, Bologna, Il Mulino, 1997.

4 C’est le cas, par exemple, de Aldo Schiavone, Italiani senza Italia. Storia e identità, Torino, Einaudi, 1998 ; et de Remo Bidei, Il noi diviso. Ethos e idee dell’Italia repubblicana, Torino, Einudi, 1998.

5 Parmi ces volumes, celui également du directeur de la collection, Ernesto Gallia-Della-Loggia, L’identità italiana, Bologna, Il Mulino, 1998, qui donne les instruments méthodologiques et d’interprétation en introduction au projet global.

6 Giovanni De Luna-Aldo Agosti, « Juventus e identità nazionale », Juvecentus. La mostra del centenario, Torino, Paravia, 1997, p. 49-61.

7 Massimo L. Salvadori, Storia d’Italia e crisi di regime. Saggio sulla politica italiana, 1861-1996, Bologna, Il Mulino, 1996, p. 158.

8 Cf. Mario Isnenghi, « Dalle Alpi al Lilibeo. Il difficile “noi” degli italiani », Meridiana, 1993, n. 16, p. 41-59.

9 Cf. Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, 7 vol. Pour l’Italie, Mario Inseghi (a cura di), I luoghi della memoria, Roma-Bari, Laterza, 1996-1997, 3 vol.

10 George L. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars trough the Third Reich, New York, Howard Ferting, 1974.

11 Parmi les ouvrages de référence les plus significatifs je me contenterai de rappeler : Bruno Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, Itinerari, Monumenti nell’Italia unita (1870-1900), Roma-Bari, Laterza, 1991 ; Umberto Levra, Fare gli italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Torino, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1992 ; Emilio Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Roma-Bari, Laterza, 1993 ; Simonetta Soldani, Gabriele Turi (a cura di), Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea, Bologna, Il Mulino, 1993 ;Massiomo Baioni, La « religione de la patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (1884- 1918), Treviso, Pagus Edizioni, 1994 ; Fabrizio Dolci (a cura di), Effemeride patrittiche. Editoria d’occasione e mito del Resorgimento nell’Italia unita (1860-1900), Roma, Biblioteca di storia moderna e contemporanea, 1994.

12 Pour faire une bonne synthèse de ces recherches, lire Laura Cesari, « Identità sociali e spazi delle associazoni. Gli studi sull’Italia liberale », Memoria i ricerca, 1997, n. 10, p. 123-145.

13 Fausto Fonzi, « Documenti sul conciliatorismo e sulle trattative segrete fra governi italiani e Santa Sede dal 1886 al 1897 », Chiesa e Stato nell’Ottocento, Padova, Antenore, 1962, p. 193. 14. Aldo Alessandro Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai nostri giorni, Milano, Bompiani, 1992, p. 1009.

14 Aldo Alessandro Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai nostri giorni, Milano, Bompiani, 1992, p. 1009.

15 Cette idée qui se trouve dans une lettre de février 1914, est reprise dans Alessandro Luzio, La Massoneria e il Risorgimento italiano, Bologna Zanichelli, 1925, vol. II, p. 239. Sur ce propos, lire Fulvio Conti, « Massoneria e società segrete nell’Italia della Restaurazione. Le stagioni del dibattito storiografico », Clio, 1998, n. 3, p. 479-498.

16 Cf. Alberto Mario Banti, Storia della borghesia italiana. L’età liberale, Roma, Donzelli, 1996, p. 199 ; et Alberto Aquarone, L’Italia giolittiana, Bologna, Il Mulino, 1988, p. 443.

17 Aldo A. Mola, « Liberi muratori. La massoneria in Italia dalle origini al Novecento », Storia e dossier, 1994, n. 85, p. 94.

18 Ibid.

19 Jean-Pierre Viallet, « Anatomie d’une obédience maçonnique : le Grand Orient d’Italie (1870-1890 circa) », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge-Temps Modernes, t. 90, p. 200.

20 Cf. Maurizio Ridolfi, Il Psi e la nascita del partito di massa, 1892-1922, Roma-Bari, Laterza, 1992, p. 28 et 33.

21 Cf. Luigi Tomassini, «Mutual Benefit Societies in Italy, 1861-1922 », M. Van Der Linden (ed.), Social Security. The Comparative History of Mutual Benefit Societies, Bern-Berlin-Frankfurt-New York-Paris-Wien, Peter Lang, 1996, p. 225-271.

22 À lire, au sujet de ces deux événements, Ferdinando Cordova, Massoneria e politica in Italia, 1892-1908, Roma-Bari, Laterza, 1985.

23 Cf. Fulvio Conti, Laicismo e democrazia. La massoneria in Toscana dopo l’Unità (1860-1900), Firenze, Centro Editoriale Toscano, 1990.

24 Emilio Gentile, La grande Italia…, op. cit., p. 35.

25 Federico Chabod, L’idea di nazione, Roma-Bari, Laterza, (1re ed., 1961) 1979, p. 81.

26 Augusto Comba, « Patriottismo cavouriano e religiosità democratica nel Grande Oriente Italiano », Bolletino della Società di studi valdesi, 1973, n. 134, p. 96-121. Du même auteur on peut lire aussi : « L’idea di nazione come finalità universale nella pubblicistica massonica italiana dell’800 », Il contributo della Massoneria ai progresso della fratellanza tra i popoli nel corso della storia, Roma, Erasmo, 1988, p. 141-151.

27 Costituzioni della Massoneria italiana discusse e votate dalla prima assemblea costituente massonica italiana nelle tenute delli 27, 28, 29, 30 e 31 decembre 1861, Valle di Torino, 5861 [1861].

28 Statuti generali dell’Ordine Massonico perl’Italia e le sue colonie pubblicati dal G… O… della Massoneria in Italia, Firenze, Tip. Nazionale del G… O…, 1867, p. 9. Ces statuts ont été reproduits par Luigi Polo Friz : Lodovico Frapolli. I fondamenti della prima Massoneria italiana. Una voce, Gli Statuti Generali dell’Ordine. Regolamenti e rituali, Carmagnola, Edizioni Arktos, 1998, qui met en relief la contribution du Grand Maître Lodovico Frapolli dans leur élaboration. Du même auteur, à présent : La massoneria italiana nel decennio post-unitario. Lodovico Frapolli, Milano, Angeli, 1998.

29 Constituzioni della Massoneria in Italia discusse ed approvate dall’assemblea constituente nel 1879, Roma, Capaccini & Ripamonti, 1879. GADLU : Grand Architecte De L’Univers *.

30 Constituzioni generali del Grande Oriente d’Italia discusse ed approvate dall’Assemblea Constituente del 1887, Roma, Stab. del F. G. Civelli, 1887.

31 Cet extrait est reproduit dans Federico Chabod, L’idea di nazione, op. cit., p. 134.

32 Ulisse Bacci, « La Massoneria e il principio di nazionalità », Revista della Massoneria Italiana (dorénavant MI), 16 mars 1867.

33 Ibid.

34 Emilio Gentile, L’idea di nazione, op. cit., p. 125.

35 Au sujet de la question irrédentiste qui vit le Grand Maître, Ernest Nathan, jouer un rôle de premier plan, on peut lire Beatrice Pisa : « Ernesto Nathan e la “politica nazionale” », Rassegna storica del Risorgimento, 1997, n. 1, p. 30 sqq.

36 Quant au rôle de la Franc-maçonnerie dans la révolution des Jeunes Turcs, lire Elie Kedourie, « Young Turks, Freemasons and Jews », Middle Eastren Studies, 1971, n. 1, p. 99-104 ; également, Sükrü Hanioglu, « Notes on the Young Turks and the Freemasons (1875-1908) », Middle Eastern Studies, 1989, n. 2, p. 186-197. D’une manière plus spécifique sur la contribution italienne, voir Angelo Iacovella, Il triangolo e la mezzaluna. I Giovani Turchi e la Massonerie italiana, s. l., Istituto Italiano di Cultura di Istambul, 1997.

37 Aldo A. Mola, Storia della Massoneria…, op. cit., p. 911. Les notes en italiques sont de l’auteur.

38 Ferdinando Cordova, Agli ordine del serpente verde. La massoneria nella crisi del sistema giolittiano, Roma, Bulzoni, 1990, p. 80.

39 Sur le déclenchement de pulsions nationalistes restées latentes au moment de l’éclatement de la Grande Guerre, lire Oliver Janz : « Nazionalismo e coscienza nazionale nella prima guerra mondiale. Germania e Italia a confronto », Oliver Janz, Pierangelo Schiera, Hannes Siegrist (a cura di), Centralismo e federalismo tra Otto e Novecento. Italia e Germania a confronto, Bologna, Il Mulino, 1997, p. 219-250.

40 Sur ce point, voir Sandi E. Cooper, Patriotic Pacifisme. Waging War on War in Europe, 1815-1914, New York-Oxforf, Oxforf University Press, 1991 ; Verdiana Grossi, Le pacifisme européen, 1889- 1914, Bruxelles, Bruylant, 1994 ; Lucio Dangelo, Pace, liberismo e democrazia. Edoardo Giretti e il pacifismo democratico nell’Italia liberale, Milano, Angeli, 1995. Pour une synthèse des études, lire Claudio Spironelli, « Garibaldi e la pace nella pubblicistica italiana (1882-1915) », Bolletino della Domus Mazziniana, xliii (1997), n. 2, p. 139-175.

41 Cf. Gino Bandini, La Massoneria per la guerra nazionale (1914-1915). Discorso tenuto a Palazzo Giustiniani il xxiv maggio 1924, Roma, Tip. Ferraguti, 1924. Autrement, voir Anna Maria Isastia, « La massoneria al contrattacco : “l’idea democratica” di Gino Bandini », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1997, n. 1, p. 259-287.

42 Beatrice Pisa, art. cit., p. 46. Au sujet du congrès de Paris, lire Anna Maria Isastia, « Ettore Ferrari, Ernesto Nathan e il congresso massonico dal 1917 di Parigi », Il Risorgimento, 1995, n. 3, p. 603-641.

43 « Discorso del Pot. F. Gran Maestro », Rivista Massonica, 31 décembre 1917 (les notes en italiques sont de l’auteur). Lire également « Massoneria, la guerra, il loro fini. Conferenza pubblica tenuta il 21 aprile 1918 al teatro Constanzi di Roma dal Pot. F. Ernesto Nathan, Gran Maestro della Massoneria Italiana », Rivista Massonica, avril-mai 1918.

44 Sur ce sujet, voir Aldo A. Mola, « L’ultima impresa del Risorgimento : la Massoneria per D’Annunzio a Fiume (dalle carte di Giacomo Treves) », La liberazione d’Italia nell’opera della Massoneria, Foggia, Bastogi, 1990, p. 261-304.

45 Quant à la complexité des événements, on peut consulter Gerardo Padulo, « Contributo alla storia della massoneria da Giolotti a Musolini », Annali dell’Istituto Italiano per gli Studi Storici, 8, 1983-1984, p. 219-347 ; de cet auteur : « Palazzo Giustiniani e a Piazza San Sepolcro », Mezzo secolo, 1985-1986, p. 123-145. Pour une mise au point plus récente et plus convaincante, lire Ferdinando Cordova, « Massoneria e fascismo », Anna Maria Isastia (a cura di), Il progetto liberal-democratico di Ettore Ferrari. Un percorso tra politica e arte, Milano, Angeli, 1997, p. 114-130.

46 Ferdinando Cordova, Massoneria e politica…, op. cit., p. 294.

47 Cf. Aldo A. Mola, Storia della Massoneria…, op. cit, p. 27 et passim.

48 Jean-Pierre Viallet, « Anatomie d’une obédience… », art. cit., p. 199-200.

49 Quant à la fête du 20 septembre, lire Guido Verucci, « Il xx settembre », Mario Isnenghi (a cura di), I luoghi della memoria. Personnaggi e date dell’Italia unita, Roma-Bari, Laterza, 1997, p. 87-100.

50 Cité et reproduit par Ferdinando Cordova, Massoneria e politica…, op. cit., p. 156-157 (les italiques sont de l’auteur).

51 Cf. « Documento massonico. Ordine del giorno sull’Africa della cosiddetta libera Muratoria Milanese », La Lega Lombarda, 2-3 mars 1896.

52 « Il valore italiano », RMI, 26 mars 1887.

53 Giorgio Fiocca, « Viva la patria, abasso lo Stato ! Le Molteplici appartenenze delle classe dirigenti », Passato e presente, (xvi) 1998, n. 43, p. 39.

54 Pour les particularités du cas italien, voir Guy Hermet, Nazioni e nazionalismi in Europa, Bologna, Il Mulino, 1997, p. 159 sqq.

55 Simonetta Soldani les définit comme les hendiadys imparfaits, in « Nazione e Stato in Italia : crisis di una endiadi imperfetta », Passato e presente, 1994, n. 33, p. 13-30 ; Eric J. Hobsbawn, Nazioni e nazionlaismi, Torino, Einaudi, 1991 ; Ilaria Porciani, « Stato e Nazione : l’imagine debole dell’Italia », S. Soldani, G. TURI (a cura di), op. cit., vol. 1, p. 385 sqq.

56 Document cité par Aldo A. Mola, in Storia della Massoneria…, op. cit., p. 909.

57 Sur ce point, lire Beatrice Pisa, Nazione e politica nelle Società « Dante Alighieri », Roma, Boncci, 1995 ; et Patrizia Salvetti, Immagine nazionale ed emigrazione nella « Dante Alighieri », Roma, Bonacci, 1995.

58 Quelques allusions dans Emilio Franzina, « Piccole patria, piccole Italia : la construzzione dell’identità nazionale degli emigranti italiani in America Latina (1848-1924) », Memoria e Ricerca, 1996, n. 8, p. 13-32.

59 Domenico Orano, « Per l’italianità », RMI, 30 octobre 1900 (les notes sont de l’auteur).

60 À titre d’exemple, voir « L’educazione nazionale », RMI, février-mars 1899. À ce propos, lire Tina Tomasi, Massoneria e scuola dall’unità ai nostri giorni, Firenze, Vallecchi, 1980.

61 Dans un contexte caractérisé par des variantes sociales et politiques très différentes, une thèse comparable a été soutenue par Luis P. Martin au sujet de la Maçonnerie espagnole : « En torno a la identidad nacional en la masonería española (1902-1931) », communication présentée au viii Symposium Internacional de Historia de la Masonería Española, Barcelona, 1997, que j’ai pu lire avant sa publication grâce à l’aimable autorisation de l’auteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search