Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Conclusion

Martine Acerra

Texte intégral

1Autour de la « violence et la mer », les organisateurs ont réuni nombre de pays, au moins deux continents et avaient, bien sûr, prévu la présence de nos collègues anglo-saxons. Des circonstances imprévisibles nous ont privé de leur compétence. Consolons-nous en. Il reste ainsi à explorer l’historiographie d’un des plus grands pays maritimes européens pour d’autres rencontres internationales !

2Le titre du colloque, qui annonce l’ampleur d’un thème universel, a donné lieu à de multiples abordages au cours de ces journées. Des styles, des angles d’attaque, des focales plus ou moins larges ont été utilisés par les uns et les autres.

3Certains ont cherché à expliquer, à comprendre l’apparition de la violence ; d’autres l’ont décrite et décomposée ; d’autres ont choisi d’en analyser les conséquences. Et quelques-uns ont évoqué les trois temps – avant, pendant, après – de la violence ; ce cycle complet et continuellement recommencé.

4Le colloque a montré aussi des comportements historiques différents. L’intervenant entretient plus ou moins de distance et d’implication avec son sujet. Attitude dans laquelle il est possible de déceler le reflet de la documentation d’origine.

5La distance marquée serait alors la reprise de la sécheresse effrayante des institutions qui organisent, calibrent la violence légale, comme la peine des galères.

6L’implication serait le miroir de l’émotion perceptible dans le récit personnel, le reflet de la sensibilité à la douleur humaine.

7Ce thème de la douleur me permet d’aborder le fond du colloque. Le mot n’a pas été, à ma grande surprise, prononcé une seule fois. Le terme « souffrance » a été utilisé par une intervenante, ce qui n’est probablement pas un hasard.

8Ma surprise devant ce quasi silence s’explique. La douleur, la souffrance physique ou morale, sont à l’origine de la violence. Qu’est-ce que la violence sinon l’ultime moyen d’échapper à une situation devenue intolérable par le taux de douleur atteint ? Où se situent d’ailleurs les limites, le seuil du supportable, mouvant selon les circonstances, les époques, les milieux, les individus ?

9Vivre suppose, entre autres, souffrir. Ainsi, la souffrance et son corollaire la violence sont universelles et intemporelles. Elles concernent marins et terriens. Lors du colloque les intervenants ont tenté de trouver les différences, les particularités qu’apporte le fait maritime à la violence. Parmi le foisonnement des propositions, j’ai cru discerner quatre aspects, quatre regroupements possibles d’éléments maritimes générateurs de violence.

10Le premier concerne le navire en mer. Il s’agit d’un espace clos dont on ne s’échappe pas. Situation valable pour le marin comme pour le passager, captif ou non. C’est un univers carcéral, un lieu d’enfermement paradoxal, différent de la prison à terre. La prison flottante et mouvante qu’est le navire circule dans un espace ouvert, sans limites perceptibles, donnant la sensation – fausse – de liberté. Il n’est pas pire prison que la mer, d’autant plus que ce navire-prison peut subir le déchaînement de la tempête.

11Ce thème, abordé par Guy Saupin à propos de la traite, se retrouve implicitement chez Bernard Grunberg et Philippe Haudrère. Mais aussi chez Luis Geraldo Silva et ses extraordinaires marins-esclaves. Cet enfermement flottant concerne aussi les galériens de Didier Poton, les captifs chrétiens de Luis Alberto Anaya et l’institution des galères redoutablement efficace, décrite par Olivier Caporossi. Il est d’ailleurs passionnant de constater qu’au travers de cet enfermement forcé générateur de violence, apparaît l’image de la souffrance de « l’homme-cargaison » (le captif), doublé de « l’homme-machine » (le galérien, le marin esclave).

12Ce navire prison est parfois aussi le vecteur assumé de la violence, pour atteindre des objectifs déterminés, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. C’est le cas des flibustiers de Patrick Villiers, des huguenots de Mickaël Augeron, des utilisations ponctuelles décrites par Mathias Tranchant.

13Enfin, ce navire fermé, clos, isolé, même quand il n’est pas prison, est un espace de risques professionnels liés aux activités maritimes. Les métiers exercés à bord sont, par nature et par contexte, éprouvants, créateurs de blessures et de maladies. Ces dernières, subies à bord, transportées à terre, font du navire même, quand il touche au port, le vecteur de violences physiques à venir. Cet aspect a été abordé par Jean-Louis Lenhof, Frédéric Caille et Pascal Even.

14Un deuxième thème concerne toujours le navire mais dans sa dimension d’espace réduit provoquant la promiscuité. Cette dernière suscite certaines violences qui ont été évoquées, effleurées ou… non-dites.

15La promiscuité rend galopante la moindre petite épidémie et peut provoquer des catastrophes sanitaires, des hécatombes avec parfois des conséquences terrestres que l’on tente de limiter. Cette promiscuité a été décrite à l’occasion du taux de chargement, de remplissage des navires négriers. Existe-t-il un seuil, un point de non-retour ? Qu’en est-il de l’équilibre entre entassement et niveau nécessaire d’organisation, de discipline, d’autorité implacable que l’on bafoue quand il y a excès ? Résonne aussi le silence assourdissant en ce qui concerne l’utilisation charnelle des plus faibles, consentie ou forcée. L’homosexualité, taboue, n’est jamais traitée. Et pourtant, Billy Budd, le héros du roman de Hermann Melville, tire son existence de la réalité. Espérons que les Historiens oseront un jour rompre le silence, comme cela a été récemment fait pour nos prisons actuelles.

16Pour le troisième thème, nous changeons de focale. La mer révèle la co-existence entre deux forces, au large comme sur l’estran, à bord du navire, au port comme sur la grève. Parfois ce rapport de forces s’élargit à l’intérieur des terres et aux îles adjacentes comme l’a montré Elsa Carrillo-Blouin.

17À bord, l’équilibre fragile entre deux groupes est souvent rompu. Les codes de vie rendus obligatoires par l’étroitesse du lieu et les fonctions à y accomplir, peuvent être transgressés. Plusieurs intervenants se sont interrogés sur le dosage de la répression face à la violence, sur les degrés de violence, sur la juste violence, dérive d’une obligatoire fermeté.

18Cette co-existence fragile peut se décliner de nombreuses façons : entre l’armateur et le capitaine du navire ; entre l’état-major et les équipages, à bord des navires de pêche, de commerce comme de guerre ; entre équipages et cargaisons humaines ; entre cargaisons riches, ou supposées telles, et populations littorales pauvres ; entre hommes et femmes, à terre, entre hommes « marins » et femmes « matelotes » ; enfin bien sûr, entre ennemis en temps de guerre.

19Ainsi, cette co-existence délicate a fait l’objet des préoccupations de Pierre Martin et ses fermiers de droits maritimes ; de Jacques Péret qui a aussi insisté sur l’essentiel contexte géographique du naufrage près des côtes ; d’Albert-Michel Luc et de Dominique Guillemet qui s’est consacré à ces « insultes » rapides mais perturbantes du littoral atlantique français.

20Pour le dernier thème, finissons par un constat. Pour une immense part, la violence maritime est une vision de terrien, sa perception du vécu du marin. Nos collègues littéraires ont montré que ce sont les terriens qui fantasment et traduisent douleur, violence, peur des marins. Seul l’ex-voto, commandé par le marin, exprime sa peur et son soulagement, sa gratitude, ses remerciements à Dieu, à la Vierge ou à d’autres supposés intercesseurs. Antonio Carlos Diegues l’a bien montré avec le cas du Brésil. Sinon, les tourmentes, les tornades, les tempêtes trouvent dans la littérature et dans les miniatures l’expression de la surenchère des terreurs, du paroxysme de l’angoisse face aux éléments déchaînés. La mer ne se plie pas à la volonté humaine. On ne la dompte pas, on la subit. Quoiqu’en dise le grand Victor Hugo. Yvan Daniel, Serge Linkès et surtout Christiane Villain-Gandossi, en croisant texte et image, ont fait la preuve de l’écho effrayé que trouve la mer chez les terriens. À leurs travaux s’ajoute la réflexion de Karine Salomé sur la représentation des îles bretonnes et de leurs populations, encore issue de non-marins.

21Mais il est temps de conclure la conclusion.

22Les hommes, marins ou terriens, sont-ils capables de non-violence quand les richesses côtoient les misères ? Quand les faibles – trop faibles – parviennent au bout de la souffrance, aux limites du supportable, du désespoir, peuvent-ils échapper à l’ultime exutoire de la violence, y compris exercée contre eux-mêmes par le suicide individuel ou collectif ?

23Les chers Quakers de William Ndi ont peut-être alors leur rôle à jouer. À bord des navires au commerce, certes. Mais sur les vaisseaux de guerre ou les corsaires, est-ce envisageable ?

24À supposer que oui. Il reste la mer. Joueuse, impénitente, imprévisible, trompeuse mais aussi lumineuse, attirante, nourricière. Ou encore, pleine de fureurs et de bruits, elle ballotte le navire quelle que soit sa taille, elle malmène l’équipage antique ou le plaisancier actuel. Voilà la violence originelle.

25Pourtant, les hommes continuent à la braver, souvent par nécessité, quelquefois par défi. Et il arrive qu’ils renoncent. Comme Bertrand de Broc, sage parmi les sages, renonçant à poursuivre sa course au large dans les éléments furieux. Car il faut de la grandeur d’âme pour avouer sa peur et sa souffrance face à de la violence de la mer.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540