Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Quatrième partie. Images de violences, violence des images dans l’art, le discours et la littérature

La violence dans l’Atlantique vue depuis le Pacifique du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle

Elsa Carillo-Blouin

Texte intégral

1L’objectif de cette présentation est de montrer comment, du milieu du xixe jusqu’aux années 1920-1930, le Pacifique est encore un no man’s land – ou mieux un no man’s sea –, où ont lieu des activités telles que la contrebande, la flibuste, la libre circulation d’indiens, de bandits et même de « citoyens » à la nationalité encore mal déterminée. Sur ces côtes, les violences étaient fréquemment passées sous silence en raison de la nature même de ces activités.

2Jusqu’à un certain point, durant cette période, on peut dire que le Pacifique reproduit de manière plus discrète et certainement avec d’autres objectifs (occupation de l’espace, occupation militaire, mini-monopoles commerciaux parfois frauduleux, etc.) une situation que l’Atlantique avait connue avec force pendant la période précédente, du xvie au xviiie siècle. C’est comme si, à cette époque, une vague née auparavant dans l’Atlantique venait se briser sur les côtes du Pacifique, après avoir perdu de sa puissance et de sa vitesse.

3Pour les États côtiers du nord du Mexique (Basse Californie, nord et sud, Sonora, Sinaloa), l’Atlantique représentait pourtant l’océan par lequel arrivaient la civilisation, la culture et les hommes instruits, ainsi qu’une population culturellement « assimilable » ; c’était aussi une mer protégée et peuplée au travers des innombrables îles du golfe du Mexique, et en cours de réglementation et de répartition. De ce point de vue, le Pacifique n’était que l’ombre de l’Atlantique – tout du moins, le Pacifique Nord et le golfe de Californie –, où régnaient l’insécurité, le chaos et une ouverture « obligée » vers des cultures inconnues ou peu reconnues. En un mot : le désert légal et l’anarchie sociale.

Situation géopolitique de la région : un mauvais contrôle du territoire qui explique bien des violences

4La zone Pacifique en général, depuis le temps de la colonisation espagnole, a représenté une zone lointaine et presque désertique par rapport à l’importance des activités d’échanges qui se sont développées dans l’Atlantique, et dont la réglementation a pris forme dès le xvie siècle.

5Mais c’est dans un flou d’appartenance, de conquête et de colonisation territoriales que se situe notre aire d’étude, formée par une zone qui s’étend de l’est du Chihuahua à l’ouest de la péninsule de la Basse Californie et du Nord du Sinaloa à la Californie, alors connue comme la Haute Californie.

  • 1 Article 42, fracc. II, article commenté par Amador Rodríguez Lozano, dans Constitución Política de (...)

6Cette incertitude a d’abord concerné les terres, mais a eu de fortes répercussions dans le domaine maritime. De ce point de vue, le flou territorial semble s’être perpétré jusqu’à la première moitié du xxe siècle, lorsqu’à partir de 1960 le Mexique s’en remet aux nouvelles définitions du droit maritime international, pour définir clairement, par exemple, les contours de ses possessions insulaires1.

7Un autre trait significatif de la vulnérabilité tardive de la côte pacifique du Mexique par rapport à sa côte atlantique est le fait que, des 17 États qui longent les côtes mexicaines, la plupart de ceux qui se situent sur la façade Atlantique ont été déclarés « États libres et souverains » après l’indépendance, à l’exception du Quintana-Roo qui naît de sa scission avec le Yucatán en 1902 ; alors que sur la côte ouest, les États du Colima, celui du Nayarit (né comme Territoire du Tepic), ainsi que les deux Basses Californies (nord et sud), naissent tous en tant que territoires, celui de la Basse Californie Sud ne devenant un « État souverain », comme le Quintana-Roo, qu’en 1974.

  • 2 Pour les détails de cette étude, voir Carrillo-Blouin (Elsa), Les Rapports Présidentiels au Mexiqu (...)
  • 3 Pour plus de détails à ce propos, voir Carrillo-Blouin (E.), « Termes récurrents et spécificités : (...)

8Un autre signe révélateur de l’importance qu’à partir du dernier tiers du xixe siècle les gouvernants mexicains ont donné aux affaires du Pacifique, afin d’attacher une fois pour toutes ces États côtiers au pouvoir national, c’est le nombre de fois où les deux océans, Atlantique et Pacifique, ont été nommés au cours des discours présidentiels face au Congrès entre 1877 et 19762. Cette période recouvre, en effet, le gouvernement dictatorial de Porfirio Díaz qui s’étend de 1876 à 1911, gouvernement qui s’est caractérisé par la devise d’« ordre et progrès » et par les profonds liens économiques avec l’étranger, surtout avec la France ; et, ensuite, la période qui va de 1911 à 1976, représentée par les mandats de plusieurs présidents, tous issus cependant d’un seul parti, né lors de la mobilisation révolutionnaire de 1910-1920 et qui cherchait, au début et avant tout, à récupérer une partie de la richesse issue du territoire pour les caisses nationales3.

  • 4 Nous parlons des tendances, étant donné que nous avons analysé le premier et le dernier discours d (...)

9Or, en analysant les discours de ces deux grandes périodes, nous trouvons les tendances suivantes (voir annexe)4 : pendant la période de Díaz, l’Atlantique est évoqué 17 fois (Atlantique et golfe du Mexique additionnés), et le Pacifique 27 fois (Pacifique et golfe inclus). Cette tendance est confirmée par l’addition du nombre de fois où les États côtiers des deux océans avec leurs ports, ont été évoqués. Dans ce cas, nous trouvons que la zone Pacifique a été évoquée par Díaz 202 fois, alors que la zone Atlantique, où une gestion de routine semblait s’être mise en place depuis longtemps, est nommée 180 fois. Soit une différence de dix et de vingt-deux points respectivement. Cependant, c’est l’État de Veracruz et son port, porte de et vers l’Europe, qui sont les entités les plus nommées des deux espaces océaniques, avec 76 occurrences, le Sonora étant l’État du Pacifique le plus fréquemment évoqué, avec 35 occurrences, suivi par celui du Oaxaca et son Isthme de Tehuantepec, avant-projet de ce qui plus tard finirait par être le canal de Panama.

  • 5 Dans une proportion de l’ordre de 200 000 et 500 000 occurrences, sachant que la taille des discou (...)

10Cette tendance à une plus grande importance donnée au Pacifique, ou plutôt, à une plus grande « mise au pas » de cette zone, se confirme tout au long du xxe siècle. Ainsi, pour la période du PRI, l’Atlantique et le golfe du Mexique ont été évoqués 57 fois, alors que le Pacifique et son golfe de Californie l’ont été 64 fois, ce qui nous donne, proportionnellement parlant, à peu près la même différence que pour le sous-corpus de Díaz, sachant que le corpus de ce dernier est bien plus modeste en taille que celui du PRI5. Or, si nous ajoutons le résultat des États et des ports nommés, la différence est bien plus significative : alors que la zone Atlantique est évoquée au total 914 fois, celle du Pacifique est évoquée 1280 fois, mais toujours avec le Veracruz en tête, avec 275 occurrences, suivi par la Basse Californie avec 253 occurrences.

  • 6 Romana Falcón, « Patrones de dominio. Estado contra itinerantes en la frontera norte de México, 18 (...)

11Mais que cachent ces mots, ces ambiguïtés et ces hésitations de définition territoriale ? Des mines, des mines d’or et d’argent… mais dans un milieu naturel tellement hostile que même les Indiens – habitants ancestraux de la région – ne peuvent pas et ne veulent pas rester sur place6. C’est le temps de la fameuse Ruée vers l’or californien. Mais or ou pas (tout au moins en ce qui concerne la quantité de gisements par rapport à la ruée que cette rumeur a engendrée), l’annonce a constitué le déclencheur, enfin efficace, pour peupler les vastes territoires de l’Ouest, Sud-Ouest américain et, par contrecoup, Nord-Ouest mexicain.

Histoire partagée, flux démographiques : des incursions maritimes, sources de violences

12L’histoire du Nord-Ouest du Mexique, zone Pacifique par excellence, naît des incertitudes géopolitiques et démographiques qui s’enracinent dans la période coloniale et dont l’évolution marie cette région à l’histoire du Sud-ouest nord-américain, domaine qui, à l’origine, était hispanique. À partir du mouvement d’indépendance du Mexique, qui va de 1810 à 1821, le Nord-Ouest du Mexique et le Sud-ouest Nord-américain deviennent toutes deux une région à conquérir. Cependant, les armes de cette nouvelle conquête ne seront plus simplement les armes à feu mais, surtout et avant tout, des armes démographiques ; toutes les deux – armes et hommes ainsi que, comme nous le verrons, marchandises en général –, passant la plupart du temps à travers de ce qui, à l’époque, était le plus simple et sûr à franchir, à savoir : le seul et unique port le plus septentrional du Mexique actuel, Guaymas, havre de paix par rapport aux inclémences du désert et des Apaches qui dominaient la frontière actuelle entre les deux pays.

  • 7 Historia General de Sonora, UNAM, Universidad de Sonora, INAH et Colegio de Sonora/Gobierno del Es (...)

13C’est donc par ce port que sont arrivées la plupart des expéditions armées et/ou de flibustiers qui, au milieu du xixe siècle, ont tenté de s’approprier, de coloniser, voire de conquérir la région – fondamentalement la Basse-Californie et le Sonora –, avec l’appui plus ou moins voilé de grandes personnalités économiques tant mexicaines qu’étrangères, voire de certains gouvernements des États auxquels appartenaient ces hommes. La liste serait longue, mais citons en guise d’exemples, celles qui ont marqué l’histoire du Guaymas et de La Paz, port encore plus isolé, car situé dans la Péninsule de la Basse Californie7 :

  • De 1846 à 1847, des troupes nord-américaines occupent les ports de La Paz entre septembre et octobre 1846, à la veille de l’invasion de la Haute Californie ; opération qui se répète en octobre 1847 ;
  • En décembre 1851 se produit l’arrivée d’un corps de colonisateurs français armés, organisé sous le commandement de Charles Pindray, et embarqué à San Francisco ;
  • De juin 1852 à juillet 1854, on assiste à plusieurs tentatives d’un corps expéditionnaire français qui a livré bataille à plusieurs reprises, sous les ordres de Gaston Raousset-Boulbon. C’est l’intervention la plus connue, avant l’établissement du gouvernement impérial de Maximilien d’Autriche en 1864. Ces expéditions ont été organisées depuis San Francisco.
  • En 1853 se produit l’invasion du ressortissant nord-américain, William Walker qui, comme Pindray et Raousset, s’est préparé depuis San Francisco ; arrivant à La Paz, il proclame la « République du Sonora et de la Basse Californie », se proclamant lui-même président de cette République.
  • En 1862, un ressortissant anglais, résidant au Port de Guaymas et dont le fils exerçait des responsabilités politiques dans le gouvernement local mexicain, se refuse à payer des impôts sur les revenus commerciaux, récemment instaurés par le gouvernement mexicain. Ce refus ira si loin que lorsque l’huissier gouvernemental se rend à la maison commerciale de ce personnage pour faire respecter la loi, il va trouver quatre commandants de deux navires anglais qui se trouvaient dans la baie. Ce sont deux autres personnalités du voisinage qui proposeront d’avancer l’argent demandé afin d’éviter d’autres complications8.
  • Enfin, produit de l’invasion française au Mexique, qui a lieu entre 1862 et 1867, l’occupation par les troupes impériales de la zone, ports inclus, entre le 29 mars 1865 et le 13 septembre 1866, le gouvernement local prenant des mesures d’urgence à cause de la sympathie qu’a capitalisée l’empire de Maximilien parmi une partie de l’élite sonorienne.
  • 9 Historia General de Sonora, op. cit., t. III, cap. VII.

14Cette situation va s’apaiser un peu, tout au moins en ce qui concerne les États-Unis, avec la signature du Traité de Guadalupe-Hidalgo le 6 juillet 1849, traité par lequel le Mexique confirmait la cession du Texas, du Nouveau Mexique et d’une grande partie de la Californie, mais qui laissait encore en suspens la question de l’État intermédiaire de l’Arizona, le conflit n’ayant été résolu qu’avec la signature du Traité de la Mesilla en décembre 18549. Cependant, le flou territorial et démographique va se prolonger encore pendant des décennies, comme le laisse percevoir l’une des lettres que le gouverneur du Sonora adresse au ministre des Affaires Extérieures du Mexique, un an et demi après la signature du Traité de Guadalupe-Hidalgo, à propos d’un recensement qui devait être réalisé dans la région :

  • 10 AHGES, 258. Censo 1848.

« […] Restant avec l’impression que pas même cette unique clause statistique que ce gouvernement a pu établir ne soit correcte [fait allusion à un maigre rapport sur les habitants des Districts de l’État], étant donné le manque de renseignements nécessaires […] (En effet) les bureaux de ce gouvernement, manquent d’un atlas concernant les diverses parties… qui composent le territoire de ce vaste État, pour lequel n’a jamais été disponible ne disons pas des statistiques achevées, mais même pas approximatives […] il a encore moins été possible d’obtenir bon nombre des renseignements demandés… à propos de ces bourgades, d’autant plus que dans les territoires qu’elles occupent, il y a beaucoup d’endroits (éloignés les uns des autres), désertiques et pour la plupart dangereux à cause du péril toujours imminent que représentent les barbares ; des inconvénients jusqu’à présent insurmontables, et qui ont rendu difficile la réalisation de l’orographie du Sonora […] surtout de nos jours, où le dépeuplement de beaucoup de points s’est accru, à cause des sanguinaires et affligeantes hostilités des sauvages, selon le compte rendu effectué10… »

  • 11 Organisation territoriale qui constituait les anciens Districts.

15Ce texte s’achève sur une demande d’aide, non pas pour mener à bien un recensement quelconque, mais pour « un plan permanent de sécurité et de défense afin de contenir les incursions des barbares », d’où l’impossibilité, évoquée précédemment, d’effectuer des voyages sûrs par voie terrestre, bien que, généralement, ils s’effectuaient en caravanes gardées. La deuxième demande du gouverneur concerne des personnes formées et rémunérées pour réaliser le recensement statistique demandé… Six mois plus tard, les autorités centrales répondaient de mettre à contribution les personnes les plus instruites de chaque partido11 afin de former les autorités locales aux tâches du recensement.

  • 12 Encore faut-il savoir d’où venaient exactement ces individus, et s’ils avaient déjà véritablement (...)
  • 13 Entretien avec Mme María de Lourdes Pesqueira, mars 1995.
  • 14 Romero-Gil (Juan Manuel), El Boleo, un pueblo que se negó a morir, 1885-1954, Universidad de Sonor (...)

16Quant au flou frontalier, il est d’autant plus fort lorsqu’on songe que souvent, aux États-Unis, on ne savait pas avec certitude l’origine de nombreux immigrés qui, une fois arrivés à New York, étaient encouragés à poursuivre leur voyage jusqu’en Californie12. Pour tous ceux qui décidaient d’entreprendre ce voyage par terre, l’itinéraire qui passait par l’État mexicain du Chihuahua semblait certainement plus sûr que la traversée des États désertiques du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, où Apaches et Comanches allaient se réfugier après leurs raids sur le Mexique ou le Texas. Cet itinéraire a probablement concerné aussi une population d’immigrés avec un niveau économique plus modeste et ne pouvant pas payer un long voyage par bateau. On se rapprochait donc de la côte sonorienne, pour ensuite remonter vers le nord-ouest soit par terre, si l’on trouvait des passeurs13 ou des compagnons de voyage sonoriens connaissant la région, soit par mer à partir du port de Guaymas où sûrement existaient aussi des passeurs – comme cela a été le cas plus tard lors de l’implantation des centres miniers en Basse Californie14 –, et où les billets vers San Francisco coûtaient moins cher que ceux qui passaient par le Panama.

  • 15 Tinker-Salas (Miguel), In the shadows of the eagles. Sonora and the tranformation of the border du (...)
  • 16 Ibidem.
  • 17 Laviana-Cuetos (María Luisa), « La América española, 1492-1898. De las Indias a nuestra América », (...)

17Cet état de choses est le reflet de ce qui se passait avec le transit de marchandises. Dans leur région respective, Guaymas, comme les ports de Mazatlán ou de La Paz, était considéré comme la « porte vers le monde15 » avant même la construction de la voie ferrée qui unirait ce port à l’Arizona, en 1882. Ainsi, lorsqu’on y voyait arriver des bateaux des principales puissances commerciales, c’était les commerçants qui se déplaçaient vers les cargos, afin de voir et de négocier les marchandises à l’extérieur du port. Souvent, selon l’importance du commerçant local, il était accompagné par trois représentants officiels du gouvernement – militaire, douanes et mairie –, avec qui on fixait une valeur bien en dessous de la valeur réelle de la marchandise, les impôts payés se répartissant ensuite entre les trois personnalités. Bien plus, la contrebande et le trafic de certaines marchandises étaient devenus des pratiques socialement acceptées, étant donné que cela permettait d’acquérir des produits à plus bas prix16… Cependant ces pratiques s’enracinaient aussi dans une région où les légendaires « Routes des Indes » n’étaient jamais arrivées17. Peut-être, un antécédent de l’actuel Traité de Libre Commerce qui, du moins dans la région, ne paraît que légaliser une situation de facto.

  • 18 Tinker Salas (M.), op. cit.

18Dans tous les cas, une fois la négociation faite, la nouvelle de l’arrivée d’un bateau, s’étendait de ville en ville ; les commerçants en gros arrivaient de partout, mais aussi des acheteurs individuels, parmi eux de nombreuses femmes. Parfois, lorsque plusieurs navires arrivaient en même temps, les notables de Guaymas formaient un Comité pour recueillir des fonds afin d’organiser des bals où toute la bonne société se réunissait pour l’occasion. Pour ces célébrations, les capitaines des bateaux étaient sensés donner une généreuse contribution, voire même organiser le bal sur leurs bâtiments18. Nous sommes déjà au dernier tiers du xixe siècle.

  • 19 Tradition orale et racontars de la région.

19Cependant, dans l’ensemble et dans ces circonstances, on comprend mieux le nombre de tentatives d’occupation qu’ont subi les États qui longent le Pacifique, parfois avec l’appui de certains notables locaux. Ce rapide parcours de la zone Pacifique Nord nous permet peut-être de saisir de manière plus précise le no-man’s land qu’a représenté cette aire géographique, avec un quotidien parfois grave, parfois drôle, souvent complexe ; l’anecdote qui raconte l’histoire d’un couple, un matelot et une femme, abandonnés sur la côte de Guaymas par le capitaine d’un navire anglais, mari de la femme en question19, n’est sûrement qu’un petit échantillon des drames et des situations cocasses qui, encore de nos jours, émaillent la région.

La Civilisation arrive par l’est – éventuellement par le sud – et l’altérité par l’ouest

  • 20 Aldaco Encinas (Guadalupe B.), « La presencia de Francia en el periódico oficial sonorense, 1856-1 (...)

20Avec les marchandises qui arrivaient par le port de Guaymas, arrivaient aussi toutes les modes ainsi que certains courants de pensée, par le biais de certains livres et journaux, dont les nouvelles s’échangeaient à l’occasion des célébrations portuaires précédemment décrites. De ce point de vue, c’est surtout la France qui semble être privilégiée : « Imaginons une société pour laquelle la France constitue le référent d’identité des groupes qui ont des possibilités de consommer des biens culturels… Une haute société dans laquelle la mode de Paris était notablement implantée, et bien qu’il n’y ait pas eu beaucoup de magazines de mode, des brochures telles que Le Petit Courrier des Dames arrivaient, encourageant le goût pour l’habillement. Les habitudes et les divertissements des individus qui appartenaient à ces groupes ne différaient guère de ceux de l’Europe, au point que même les “bals français” ont substitué les traditionnels fandangos, boleros ainsi que d’autres types de danses du pays20… »

  • 21 Ibidem, p. 52 et 63.
  • 22 En ce qui concerne le choc culturel subi par les habitants du sud du Mexique qui venaient habiter (...)
  • 23 Ibidem, p. 53. À propos de cette ambiance européenne en général, voir aussi Tinker-Salas (M.), In (...)

21D’un point de vue strictement « académique », un autre exemple est que les précepteurs du meilleur collège de la région, fondé en 1853 à Ures, étaient des prêtres d’origine française21. Ensuite, les enfants de l’élite locale allaient souvent poursuivre leurs études à Mexico22, San Francisco ou d’autres villes des États-Unis, voire en France ou en Espagne. Sans parler du nombre des informations européennes ou nord-américaines qui circulaient dans les journaux locaux23.

22Ainsi, tout autant les biens culturels que des hommes tels que Walker, Pindray, Raousset-Boulbon et leurs colons, sont arrivés par l’est. Or, si à l’exception des marchandises et des échanges culturels, il n’y avait rien de bon à attendre de ces personnages armés, ils étaient arrivés, après tout, par l’Atlantique ; leur origine se trouvant donc dans le « concert des nations civilisées ». D’où les élans de sympathie que, par moments, ces mouvements ont pu capitaliser dans une partie de la population locale.

23Une tout autre chose va se produire quand de nouvelles populations « industrieuses », à qui on a fait appel, capables de travailler avec discipline dans les rudes travaux des mines, se sont présentées aux portes du Pacifique – San Francisco, La Paz, Mazatlán et Guaymas, principalement –, arrivées par l’ouest.

24Ainsi, lorsque le Mexique intensifie sa lutte pour peupler les territoires du Nord-Ouest, vers 1870, laissant de côté les critères restrictifs quant à la religion et l’origine, des arrivants de toutes origines vont venir s’installer dans la région ; parfois, comme quelques années auparavant les colons de Pindray et de Raousset, cherchant une meilleure situation que celle qu’ils avaient pu trouver en Californie ou aux États-Unis en général.

  • 24 Romero-Gil (J. M.), op. cit., p. 51
  • 25 D’autre part, on peut dire que les Indiens du Nord n’étaient pas habitués à travailler dans des li (...)
  • 26 Romero-Gil (J. M.), op. cit., p. 133.

25Cependant, à la fin du xixe siècle, l’idée n’était plus que tous les nouveaux arrivants demandent des concessions minières, les gisements les plus importants ayant déjà un exploitant à leur tête, généralement issu des luttes de pouvoir de la seconde moitié du siècle et des avatars économiques des années 187024. L’idée, à cette époque, était surtout que les nouveaux arrivants colonisent et s’approprient les terres que, de plus en plus, on gagnait sur les Indiens ; ou tout au moins, c’était la promesse faite aux immigrants. Plus certainement, l’appel était fait afin de remplacer, dans ce Nord désertique et « sauvage », une main-d’œuvre que l’on jugeait indomptable et de laquelle il fallait se méfier : celle des Indiens25. Ainsi par exemple dans la mine française du Boleo, sur la côte est de la Basse-Californie, le nombre de travailleurs Yaquis – des indiens qui avaient été transférés de l’État du Sonora –, passe de 865 en 1892 à seulement 102 en 191726.

  • 27 Ibidem, p. 132 ; quant à l’accessibilité du terrain à l’époque du Porfiriat, voir Dumielle (Isabel (...)

26De plus, nombre de ces immigrants de « l’outre-mer Pacifique », étaient déçus par le type de travail offert à l’arrivée – minier et non agricole – ainsi que par les conditions de travail et le climat. De sorte que bon nombre d’entre eux repartaient dans leurs pays d’origine, comme c’est le cas d’un groupe de 500 japonais venus au Boleo vers 1903, et dont 450 sont retournés au Japon dix jours après leur arrivée, en signalant que leur contrat stipulait des travaux agricoles et non miniers ; la terre étant, à moyen terme, un peu plus accessible et offrant donc la possibilité de devenir propriétaire27. C’est-à-dire que, de nouveau, soit les nouveaux venus s’en allaient, soit ils cherchaient d’autres possibilités sur place, comme cela avait été le cas de beaucoup d’immigrants de San Francisco et de la Californie au milieu du xixe siècle.

  • 28 Hu-Dehart (Évelyne), « La comunidad china en el desarrollo de Sonora », dans Historia General de S (...)
  • 29 Ibidem, p. 197.
  • 30 Ibid., p. 195.

27C’est le cas de la communauté chinoise, dont l’arrivée au Mexique s’accélère à partir de 1882, époque qui coïncide avec la construction de la voie ferrée du Pacifique qui unissait Guaymas à l’Arizona – ce qui ouvrait de nouvelles possibilités de travail et de commerce –, ainsi qu’avec l’essor des nouveaux complexes miniers. De la même manière, l’année 1882 coïncide aussi avec la promulgation aux États-Unis de la Loi d’Exclusion contre les Chinois, bon nombre d’entre eux, venant donc chercher de nouvelles perspectives au Mexique28. Ainsi en 1893, le gouvernement de Porfirio Díaz signe un traité d’Amitié et de Commerce avec l’empire chinois, avec une clause de « nation la plus favorisée ». De cette façon, on passe de 100 habitants d’origine chinoise dans l’État du Sonora en 1887, à 4486 en 1910 et à 6078 en 1919, époque où commencent les grandes répartitions agraires au Mexique, et sur une population totale de 265383 habitants29. De plus, bon nombre de ces immigrants avaient réussi à se faire une position dans l’économie sonorienne de la fin du xixe siècle, arrivant à « monopoliser le commerce local d’aliments, tissus, vêtements et de marchandises en général, tant pour le commerce de gros que de détail », ainsi qu’à développer des petites industries artisanales30. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, ils avaient réussi à déplacer de nombreux réseaux commerciaux européens, tant allemands qu’espagnols et français.

  • 31 On les « raccompagnait » à la frontière nord-américaine où, en principe, ils devaient être embarqu (...)
  • 32 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 207-208.

28Lié aux facteurs décrits ci-dessus, à la dimension « nationaliste » qu’a revêtue la Révolution mexicaine, ainsi que peut-être, à un certain mimétisme « retardataire » par rapport aux États-Unis, cette communauté commencera à devenir la cible de fortes attaques xénophobes, souvent de campagnes organisées, qui s’achèveront par leur expulsion en 193131 – deux ans après la grande dépression –, en passant par le boycott de leurs commerces et de leurs affaires, ainsi que par leur persécution et la confiscation de leurs biens ; des mesures ont été prises aussi contre les Mexicains qui ne respectaient pas ces consignes, Mexicains appelés, péjorativement, chineros32.

29Un exemple de la perception qui s’est développée dans la région vis-à-vis de la communauté chinoise au cours de cette période est, parmi beaucoup d’autres, celui figurant dans un rapport en 1918, sur la mine du Boleo :

  • 33 Informe sobre la visita de inspección de Leopoldo López y Luis C. Espinoza : « El mineral de “El B (...)

« Les habitations réunissent les conditions indispensables de propreté, à l’exception de celles qu’occupaient les ouvriers yaquis et chinois qui, de par leurs habitudes et idiosyncrasie, n’acceptent pas de vivre en société avec les autres ouvriers33. »

30Étaient-ce ces communautés qui n’aimaient pas vivre en société ou les « autres ouvriers », d’origines diverses, qui ont fini par les mettre à l’écart ? L’extrait d’un article dans un journal national peut nous donner déjà quelques éléments de réponse :

« […] Le péril jaune n’a pas seulement été un fléau dans les états du Sonora, Sinaloa et Nayarit ; il a aussi été une calamité au Chiapas où plus d’un millier de femmes se sont mariées avec des chinois. Ceci a provoqué l’inquiétude des habitants, car dans vingt ans il y aura sans aucun doute 20 ou 30 000 descendants d’une race révolue et visiblement dégénérée selon l’opinion des physiologistes » (Excelsior, 25 juin 1923).

  • 34 Cette interdiction datait de 1916 et a été renouvelée en 1919 par Adolfo de la Huerta, Hu-Dehart ( (...)

31Ce qui a fini, entre 1930 et 1931, par une disposition qui interdisait le mariage, non seulement entre indiens et chinois – comme cela avait été le cas auparavant –, mais aussi entre mexicaines et chinois34.

  • 35 En réalité le rejet de la population chinoise dans le Sonora se place dans un contexte d’une forte (...)
  • 36 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 209. Cette interdiction ne fut pas toujours respectée.

32Certains gouvernements ont essayé de tempérer ces campagnes à cause des pressions nord-américaines. Néanmoins, comme le montre l’expulsion en 1931, le mouvement avait été lancé. Ainsi, en 1920, le président du Mexique, d’origine sonorienne, essaie de ramener les événements xénophobes à leur juste valeur, en niant leur contenu raciste et en soulignant leur caractère strictement économique – ce qui d’une certaine manière était le fond du problème –, dans l’un des très officiels rapports au Congrès35. Ceci ne l’a pas empêché de rétablir, dans le Sonora, l’interdiction des mariages mixtes entre mexicains et chinois un an avant ce discours, afin que cette disjonction de communautés facilite l’application des mesures anti-chinoises36 :

  • 37 Los Informes presidenciales, p. 389-390 ; Voir aussi d’autres exemples dans Carrillo-Blouin (E.), (...)

« […] depuis longtemps il existe un fort courant d’immigration de citoyens chinois qui se dirigent vers quelques États de notre côte du Pacifique, spécialement le territoire de la Basse Californie et les États du Sonora et du Sinaloa. L’entrée dans le pays des immigrants mentionnés s’est toujours effectuée sous la protection de nos lois fondamentales, et en accord avec le Traité d’Amitié, de Commerce et de Navigation qui existe entre la Chine et le Mexique […] les conflits qui se sont produits récemment dans le premier des dits États (le Sonora), ne sont pas des conflits raciaux, mais simplement de lutte et de travail afin de donner la protection qui se doit aux intérêts de nos propres ouvriers. L’Exécutif, considérant qu’il est de son devoir de chercher une solution satisfaisante à ces difficultés, a fait les avancées nécessaires dans ce sens, et espère que bientôt ce problème sera résolu d’une manière amicale avec la Légation chinoise […] qui, étant donnée la résistance qu’un certain nombre de citoyens chinois ont rencontrée pour pénétrer en Basse Californie, s’est adressée à la Légation de notre pays, en répondant à la sollicitation de quelques navigateurs japonais et nord-américains (qui se trouvaient dans la zone)… » (Adolfo de la Huerta, Rapport au Congrès de 192037).

  • 38 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 207, en ce qui concerne le timide partage d’opinions de l’élite polit (...)
  • 39 Guadarrama (R.), Martínez (C.), Martínez (L.), « La reorganización de la sociedad », dans Historia (...)

33La crise de 1929 a eu raison de la communauté chinoise, en dépit de l’opposition passive ou active – en tout cas semi-clandestine – d’une partie de la population, voire d’une partie de l’élite dirigeante38. C’est ainsi qu’en 1931, 1454 commerces qui appartenaient à des familles chinoises passent aux mains des Mexicains, les campagnes anti-chinoises plus virulentes ayant eu lieu dans la partie Nord du Sonora – Guaymas inclus –, dans la Basse-Californie et dans le Sinaloa39.

  • 40 Cette chasse pourrait aussi être comparée, en aval, à l’application des consignes inquisitoriales (...)

34Après tout, il existe beaucoup de différence avec, par exemple, l’assassinat anonyme de Pindray en 1852, ou avec le départ forcé de nombreux colons qui ont essayé de s’établir dans la région par le biais des armes. Dans ce sens, la traque contre la communauté chinoise a été massive et systématiquement organisée et mise à l’œuvre, et sans le moindre contrepoids politique, militaire ou diplomatique, la Chine se trouvant, dans les années 1930, confrontée à l’occupation de la Mandchourie par le Japon : une communauté donc dépourvue d’appui. De multiples facteurs pourraient expliquer le déchaînement de cette campagne, mais leur traitement nous amènerait trop loin des objectifs de ce colloque. Disons simplement que la persécution chinoise de l’Ouest-Pacifique, de par ses caractéristiques, s’apparente plus aux persécutions du xxe siècle européen qu’aux aléas des luttes contre les flibustiers, considérés, malgré leurs intentions, comme « moins étrangers » à l’univers référentiel de cette zone, laquelle, paradoxalement, avait été façonnée par un grand brassage et une grande diversité d’origines ethniques40.

35Zone peu fréquentée et délaissée pendant la période coloniale, la côte pacifique du Mexique semble vivre à contretemps une partie des émois que l’Atlantique a vécus pendant les xviie et xviiie siècles.

36C’est la perte du Texas et du Nouveau-Mexique, ainsi que la convoitise de la France pour les terres de l’Ouest-Pacifique, qui ont poussé les tout nouveaux gouvernants mexicains à se rappeler que cette zone appartenait légalement au Mexique. Cependant, de véritables efforts ne seront faits qu’à partir du gouvernement de Porfirio Díaz, comme le montre le nombre de fois que la zone Pacifique a été évoquée dans les discours présidentiels, dans le sens d’une plus grande mise au pas et d’une plus importante implantation de structures maritimes et portuaires. Toutefois, certaines îles et îlots, ainsi que les mers qui les entourent, semblent continuer à appartenir, jusqu’à la première moitié du xxe siècle, à celui qui les foule ou qui y navigue le plus fréquemment.

37Entre-temps, à terre, mais souvent par le biais de la mer, se développe une course au peuplement et aux concessions afin de fixer des habitants dans ces terres lointaines et hostiles, en les rendant loyaux aux gouvernements qui leur avaient octroyées ces concessions. Dans cette course, tous les coups semblent permis, sauf ceux qui ressemblent à une invasion armée… et organisée, car les armes sans organisation étaient permises, voire recommandées dans un contexte de guerre contre les Indiens. Des habitudes, bonnes ou mauvaises, comme la contrebande d’hommes et de marchandises, se mettent en place, qui semblent satisfaire tout un chacun. Les hommes se côtoient et apprennent à se connaître, avec tous les problèmes de coexistence que cela peut entraîner, mais avec une conscience claire qu’ils sont tous minoritaires. Minoritaires face à une nature hostile, face à l’Indien qui se défend, face au pouvoir central et face à une nation en expansion exponentielle. Les répartitions agraires de 1920 ravivent l’envie – ancestralement légitime dans la région et dans l’esprit de beaucoup d’immigrants – de posséder.

38La crise de 1929, aggravée au Mexique par 20 ans de révolution armée, vient cristalliser les mécontentements des années précédantes et une cible de choix va être trouvée : une communauté dont l’altérité physique, l’étrangeté linguistique et référentielle fait d’elle comme de l’Indien, un groupe facilement repérable par toutes les autres communautés. De plus, mais peut-être surtout, cette communauté est riche, possède des biens et est enviée par les personnes dont les communautés n’ont pas été aussi solidaires vis-à-vis d’elles ou qui ne conçoivent pas le travail de la même manière ; sans parler de la vulnérabilité diplomatique dans laquelle se trouvait cette communauté au moment de son expulsion.

39Paradoxe entre une intégration obligatoire de populations minoritaires, dont le brassage pourrait faire penser à une grande ouverture d’esprit, et une communauté recomposée qui tend à se refermer sur elle-même lorsqu’une « menace » culturelle différente semble prendre de la force. Cette « menace culturelle » étant d’autant plus perçue comme potentiellement dangereuse car venant du Pacifique, limite extrême de la frontière ouest, terre de tous les dangers.

Annexe – Nombre de fois où les océans Atlantique et Pacifique sont nommés (Rapports présidentiels au Congrès, 1877-1976) Période 1877-1911

Annexe – Nombre de fois où les océans Atlantique et Pacifique sont nommés (Rapports présidentiels au Congrès, 1877-1976) Période 1877-1911

Période 1912-1976

Période 1912-1976

Notes

1 Article 42, fracc. II, article commenté par Amador Rodríguez Lozano, dans Constitución Política de los Estados Unidos Mexicanos Comentada, México, Instituto de Investigaciones Jurídicas de la UNAM, México, 1985, p. 109.

2 Pour les détails de cette étude, voir Carrillo-Blouin (Elsa), Les Rapports Présidentiels au Mexique, 1877-1976 : rupture ou continuité ?, thèse de Doctorat présentée à Paris I-Sorbonne, 1992, publiée en espagnol par l’Instituto de Investigaciones Jurídicas de la UNAM, México, 1996, 906 p.

3 Pour plus de détails à ce propos, voir Carrillo-Blouin (E.), « Termes récurrents et spécificités : Reflet des préoccupations politiques au Mexique au travers du temps. 1877-1976 », à paraître dans Histoire et Mesure, Paris, CNRS, 2003, p. 30.

4 Nous parlons des tendances, étant donné que nous avons analysé le premier et le dernier discours de chaque mandat présidentiel, ce qui nous donne un corpus de 700 000 occurrences. Dans tous les cas, l’étude multiple que nous avons effectuée sur ce corpus est venue confirmer ces tendances. Carrillo-Blouin (E.), op. cit.

5 Dans une proportion de l’ordre de 200 000 et 500 000 occurrences, sachant que la taille des discours de Díaz ne dépassait pas les 10 000 occurrences, alors que celle des discours du PRI pouvait aller jusqu’à 50 000 occurrences. Les présidents du xxe siècle mexicain ont été bien plus bavards que ceux du xixe siècle, moyens de communication obligent, cf. Carrillo-Blouin (E.), op. cit., p. 150 sqq.

6 Romana Falcón, « Patrones de dominio. Estado contra itinerantes en la frontera norte de México, 1864-1876 », dans Los ejes de la disputa. Movimientos sociales y actores Colectivos en América Latina, siglo XIX, Madrid, Iberoamericana, Cuadernos AHILA, 2002, p. 201-231.

7 Historia General de Sonora, UNAM, Universidad de Sonora, INAH et Colegio de Sonora/Gobierno del Estado de Sonora, Hermosillo, Son. 1985, t. III, caps. V et VIII.

8 Almada (Francisco R.), Diccionario de Historia, Geografía y Biografía Sonorenses, México, Instituto Sonorense de Cultura, 1990, p. 340-341.

9 Historia General de Sonora, op. cit., t. III, cap. VII.

10 AHGES, 258. Censo 1848.

11 Organisation territoriale qui constituait les anciens Districts.

12 Encore faut-il savoir d’où venaient exactement ces individus, et s’ils avaient déjà véritablement acquis la citoyenneté nord-américaine. À propos de l’ambiguïté du statut des ressortissants des États-Unis à l’époque, voir Ueda Reed, Postwar Immigrant America : « In the nineteenth century, official annual totals – d’immigrants – included in different periods aliens who arrived but were not admitted, resident aliens returning from a trip abroad, temporary visitors. From 1894 to 1902, annual immigration totals excluded immigrant aliens traveling as cabin passagers… », p. 16, note 19.

13 Entretien avec Mme María de Lourdes Pesqueira, mars 1995.

14 Romero-Gil (Juan Manuel), El Boleo, un pueblo que se negó a morir, 1885-1954, Universidad de Sonora/Gobierno del Estado de Baja California Sur/CEMCA, 1re éd. 1991, p. 121-122.

15 Tinker-Salas (Miguel), In the shadows of the eagles. Sonora and the tranformation of the border during the Porfiriato. University of California Press, 1997, p 41.

16 Ibidem.

17 Laviana-Cuetos (María Luisa), « La América española, 1492-1898. De las Indias a nuestra América », dans Historia de España, n° 14, 1996, p. 65.

18 Tinker Salas (M.), op. cit.

19 Tradition orale et racontars de la région.

20 Aldaco Encinas (Guadalupe B.), « La presencia de Francia en el periódico oficial sonorense, 1856-1870 », dans Almada Bay (I.) (coord.), Francia en Sonora, Hermosillo, Instituto Sonorense de Cultura, 1993, p. 52.

21 Ibidem, p. 52 et 63.

22 En ce qui concerne le choc culturel subi par les habitants du sud du Mexique qui venaient habiter dans le nord et dans le Sonora, au travers des paroles de José Vasconcelos, voir Carrillo-Blouin (E.), « Un mosaico de culturas en el noreste mexicano : Huatabampo Sonora y la interacción entre identidad y política », Revista de El Colegio de Sonora, Hermosillo, Sonora (Mexique), 1994, n° 8, p. 37-38

23 Ibidem, p. 53. À propos de cette ambiance européenne en général, voir aussi Tinker-Salas (M.), In the shadows of the eagles. Sonora and the tranformation of the border during the Porfiriato, University of California Press, 1997, p. 22 sqq.

24 Romero-Gil (J. M.), op. cit., p. 51

25 D’autre part, on peut dire que les Indiens du Nord n’étaient pas habitués à travailler dans des lieux fermés comme pouvaient l’être les mines ; mais on se méfiait également d’avoir ces Indiens du Nord réunis dans des enclaves telles que les complexes miniers.

26 Romero-Gil (J. M.), op. cit., p. 133.

27 Ibidem, p. 132 ; quant à l’accessibilité du terrain à l’époque du Porfiriat, voir Dumielle (Isabelle), La Compagnie du Boleo de 1885 à 1954, Mémoire de DEA, sous la dir. de Pierre Chaunu, Paris IV, 1985, p. 17.

28 Hu-Dehart (Évelyne), « La comunidad china en el desarrollo de Sonora », dans Historia General de Sonora…, t. III, p. 195.

29 Ibidem, p. 197.

30 Ibid., p. 195.

31 On les « raccompagnait » à la frontière nord-américaine où, en principe, ils devaient être embarqués vers la Chine.

32 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 207-208.

33 Informe sobre la visita de inspección de Leopoldo López y Luis C. Espinoza : « El mineral de “El Boleo” en Santa Rosalía, B.C. », Boletín Minero, t. V, num. 3 et 4, mars-avril 1918, p. 307 ; cité par Romero-Gil, (J. M.), op. cit., p. 145.

34 Cette interdiction datait de 1916 et a été renouvelée en 1919 par Adolfo de la Huerta, Hu-Dehart (E.), p. 209 ; Guadarrama (R.), p. 83-84.

35 En réalité le rejet de la population chinoise dans le Sonora se place dans un contexte d’une forte turbulence politique et de lutte pour le pouvoir (Obregón, de la Huerta et Calles), tant au niveau local que national. D’autre part, dans l’État du Sonora s’était développée une forte tendance à faire évoluer la législation du travail, surtout en ce qui concernait le travail minier, dont les centres appartenaient, en général, à des firmes étrangères : hausse du salaire minimum, réduction du nombre d’heures, indemnisations pour accidents du travail, etc. Dans ce contexte, mais pas uniquement, les chinois étaient perçus depuis la fin du xixe siècle comme des « briseurs de grèves » ce qui, en définitive, allait aussi à l’encontre des tendances des hommes politiques de la région, mais qui se trouvaient au pouvoir au niveau national.

36 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 209. Cette interdiction ne fut pas toujours respectée.

37 Los Informes presidenciales, p. 389-390 ; Voir aussi d’autres exemples dans Carrillo-Blouin (E.), op. cit., p. 464-466 ; pour plus de détails à propos du conflit traité dans cet extrait, voir Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 207-208.

38 Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 207, en ce qui concerne le timide partage d’opinions de l’élite politique sonorienne. D’autre part, la crise de 1929 aura dans le secteur minier et agricole, tant des États-Unis que du Mexique, d’énormes répercussions. Elle a produit un important nombre de hômeurs mexicains qui, en 1930, ont du être rapatriés des États-Unis vers le Sonora, entre autres, fondamentalement en provenance de l’Arizona ; sans compter que dans le Sonora, on calculait au même moment que plus du 50 % de la population minière se trouvait déjà au chômage ; cf. Ramírez (José C.), Leon (Ricardo), Conde (Oscar), « Una época de crisis económica », dans Historia General de Sonora…, t. V, p. 59-60.

39 Guadarrama (R.), Martínez (C.), Martínez (L.), « La reorganización de la sociedad », dans Historia General de Sonora…, p. 84-86 et, en général, pour tout ce qui concerne la convoitise dans le secteur du commerce, p. 83-86 ; voir aussi Hu-Dehart (E.), op. cit., p. 203-206, ainsi que en ce qui concerne la poussée de la fièvre anti-chinoise dans le Nord du Sonora, p. 202-205.

40 Cette chasse pourrait aussi être comparée, en aval, à l’application des consignes inquisitoriales en Amérique latine vis-à-vis des immigrants juifs ou protestants, cf. Carrillo-Blouin (E.), « Le récit littéraire : un espace de liberté pour l’enquête et l’histoire politique du Mexique contemporain », dans Censure et littérature dans les pays de langues romanes, Cahiers du LIRA, Université de Rennes 2, 1997, p. 150.

Table des illustrations

Titre Annexe – Nombre de fois où les océans Atlantique et Pacifique sont nommés (Rapports présidentiels au Congrès, 1877-1976) Période 1877-1911
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19585/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Période 1912-1976
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19585/img-2.png
Fichier image/png, 44k

Auteur

Maître de conférences
Université de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540