Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Quatrième partie. Images de violences, violence des images dans l’art, le discours et la littérature

Mer et violence dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand : une poétique des tempêtes

Serge Linkès

Texte intégral

« Mon berceau a de ma tombe,
ma tombe a de mon berceau… »

1Une lecture attentive de l’œuvre de Chateaubriand suffit à prendre conscience de l’importance des thèmes de « la violence et la mer » dans les Mémoires d’outre-tombe. Nous avons rencontré dans ces Mémoires deux formes principales de la violence maritime qu’il nous semblait indispensable de traiter conjointement, dans le cadre de ce colloque, malgré leur nature différente. En effet, si la première manifestation est une forme naturelle qui s’expose bruyamment dès les premières pages sous le terme maintes fois répété de « tempête », la seconde manifestation est une forme humaine de la violence maritime attachée à la figure paternelle de l’auteur dont il semble avoir voulu gommer toute trace jusque dans les brouillons de son œuvre.

2C’est donc en toute humilité que nous abordons en premier lieu le thème des tempêtes dans l’œuvre de Chateaubriand, car c’est un substantif dont le nombre ne peut être que pluriel sous la plume du mémorialiste. En effet, à ce terme de tempête, que les historiens maritimes et les marins connaissent bien, Chateaubriand confie non seulement une valeur poétique mais une charge émotionnelle, dramatique, morale, divine et même politique. Précisons tout de suite que nous n’approfondirons pas ce dernier point, rappelons-nous à titre d’exemple que le terme « tempête » est l’image favorite de Chateaubriand pour désigner les révolutions, et bien sûr celle de 1789 qui bouleversa sa vie.

  • 1 Stendhal ne pouvait – disait-il – lire une de ses pages sans se répéter ce vers : « De je mis avec (...)
  • 2 Chateaubriand, Mémoires de ma vie, dans Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, édition établie, pr (...)

3Mais, force est de constater qu’en prononçant le terme « tempête » on est vite submergé par le déferlement des vagues poétiques de cette œuvre monumentale. En relisant les Mémoires d’outre-tombe, le Génie du christianisme et les romans qui étaient censés l’illustrer (René, Atala et Les Natchez) puis les Voyages et les Itinéraires, on comprend qu’une communication, aussi longue soit-elle, ne parviendrait jamais à résoudre le problème de la véritable valeur de ce thème dans l’œuvre de Chateaubriand. Aussi, nous contenterons-nous d’examiner quelques aspects de la thématique des tempêtes. Nous montrerons qu’elle a été exploitée par Chateaubriand pour cerner son moi. Car il faut bien l’avouer, « ce roi des égotistes », comme l’appelait Stendhal1, évoque d’abord la tempête pour tenter d’« expliquer [son] inexplicable cœur2 » au lecteur. En dépassant la sphère autobiographique, nous verrons qu’il charge ensuite la tempête d’une véritable valeur mythologique. Mais – est-ce dû à la force intrinsèque de cet élément ? – nous pourrons constater que la tempête acquiert parfois une indépendance qui lui permet de dépasser le stade de la simple description pour se hisser au rang des plus belles fresques marines.

4Enfin, nous nous éloignerons de la tempête qui envahit les Mémoires, pour évoquer l’autre forme de la violence maritime, humaine celle-ci, mais qui résonne dans l’ensemble du texte de Chateaubriand sous une forme implicite.

5Dès l’incipit des Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand affiche ouvertement sa relation particulière à l’élément marin. Son récit de naissance, moment obligé de tout récit autobiographique, ne se contente pas de placer la naissance de l’auteur sous le signe de l’océan, c’est le cas de la plupart de ses compatriotes bretons, mais il place cette naissance sous le signe des tempêtes :

  • 3 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude (...)

« J’étais presque mort quand je vins au jour. Le mugissement des vagues, soulevées par une bourrasque annonçant l’équinoxe d’automne, empêchait d’entendre mes cris : on m’a souvent conté ces détails ; leur tristesse ne s’est jamais effacée de ma mémoire. Il n’y a pas de jour où, rêvant à ce que j’ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m’infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil, le frère infortuné qui me donna un nom que j’ai presque toujours traîné dans le malheur. Le Ciel sembla réunir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destinées3. »

  • 4 Ibidem.
  • 5 Ibid.

6Attardons-nous encore une fois sur ce texte si célèbre car il est particulièrement révélateur de la complexité de la relation à la mer chez Chateaubriand. Cette complexité vient de l’ambiguïté antithétique de cette tempête qui semble à la fois empêcher la naissance de l’enfant avec « le mugissement des vagues […] empêchant d’entendre [ses] cris4 » – symbole de sa venue au monde – et qui, quelques instants plus tard, prend des allures de mère nourricière tout entière dévouée à son enfant et « dont le bruit berça [son] premier sommeil5 ».

  • 6 Pour peu que l’on force la diérèse sur « Ciel » et quelques [ ] muets… Les Mémoires de ma vie, écr (...)

7Si le rapprochement de « mer » avec « mère », facilité par l’homonymie, est presque un cliché, il est plus rare d’opérer un rapprochement avec son aspect le plus extrême qu’est la tempête. Ce passage est d’autant plus important qu’il est particulièrement travaillé sur le plan du rythme. D’ailleurs, la dernière phrase de ce passage – et du chapitre – est presque un quatrain formé d’octosyllabes6 ; l’élévation poétique correspond bien sûr ici à une volonté de mettre en valeur les circonstances de cette naissance afin d’attirer l’attention du lecteur sur la destinée particulièrement tragique de l’auteur.

  • 7 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 187.
  • 8 Sur ce point voir : Mourot (Jean), Le Génie d’un style, Chateaubriand, rythme et sonorité dans les (...)

8Et c’est là une des forces du style de Chateaubriand, qui après l’insertion d’un extrait d’acte de baptême7, un simple document officiel, cristallise l’attention du lecteur sur cette phrase qui clôt le texte et acquiert une indépendance poétique8.

  • 9 Béranger (Henry), Chateaubriand, Héros de l’aventure romantique, Paris, Librairie Hachette, 1931, (...)

9On sait peu de chose sur la réalité de cette tempête d’équinoxe, cependant Henry Béranger précise que cette tempête fut si terrible que les Malouins, fort religieux, demandèrent à l’évêque d’exposer les reliques de Saint-Malo, fondateur de la cité, pendant 9 jours. Il ajoute que cette tempête ne se calma que le 18 septembre 1768, ce qui donna lieu à une procession avec les restes du saint autour de la ville et de ses remparts, donc sous les fenêtres de l’hôtel de Giquelais où venait de naître Chateaubriand9. Réalité ou pas, cette tempête, par le biais de l’écriture, acquiert une valeur mythologique. Mais, cela n’est possible qu’à travers un phénomène complexe d’appropriation de la mémoire d’autrui, ainsi « ces détails [souvent] contés » dont la « tristesse ne s’est jamais effacée de [sa] mémoire » deviennent ses propres souvenirs.

10Dès lors, l’océan et surtout la tempête vont orchestrer le déroulement de la vie, et à un autre stade l’écriture de l’auteur des Mémoires. Car, il n’y a pas d’océan calme chez Chateaubriand, s’il l’est, c’est qu’il cache une tempête.

11Et c’est, semble t-il, un grand regret pour lui de ne pouvoir expliquer son moi par une métaphore maritime moins violente :

« Je suis né sous quelque méchante étoile dans la saison des vents et au bord de la mer. J’ai désiré toute ma vie calme, et jamais je n’ai pu l’obtenir »

  • 10 Chateaubriand, Correspondance Générale [1789-1824], tome II, Louis Thomas (éd.), Paris, Champion, (...)

12confiera-t-il à Madame de Duras dans une lettre de juillet 181010.

13Cependant, ne nous y trompons pas, Chateaubriand ne fera que cultiver cette image au point de choisir pour tombeau le point de Saint-Malo le plus exposé aux tempêtes :

  • 11 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 193-194.

« Saint-Malo n’est qu’un rocher. S’élevant autrefois au milieu d’un marais salant, il devint une île par l’irruption de la mer qui, en 709, creusa le golfe et mit le mont Saint-Michel au milieu des flots. Aujourd’hui, le rocher de Saint-Malo ne tient à la terre ferme que par une chaussée appelée poétiquement le Sillon. Le Sillon est assailli d’un côté par la pleine mer, de l’autre est lavé par le flux qui tourne pour entrer dans le port. Une tempête le détruisit presque entièrement en 1730. Pendant les heures de reflux, le port reste à sec, et à la bordure est et nord de la mer, se découvre une grève du plus beau sable. On peut faire alors le tour de mon nid paternel. Auprès et au loin, sont semés des rochers, des forts, des îlots inhabités ; le Fort-Royal, la Conchée, Cézembre et le Grand-Bé, où sera mon tombeau ; j’avais bien choisi sans le savoir : be, en breton, signifie tombe11. »

14S’il cultive cette métaphore, c’est parce qu’elle lui permet de construire sa propre mythologie qui s’affiche parfois à texte ouvert comme dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem :

  • 12 Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, dans Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyages (...)

« J’étais là sur les frontières de l’antiquité grecque, et aux confins de l’antiquité latine. Pythagore, Alcibiade, Scipion, César, Pompée, Cicéron, Auguste, Horace, Virgile, avaient traversé cette mer. Quelles fortunes diverses tous ces personnages célèbres ne livrent-ils point à l’inconstance des mêmes flots ? Et moi, voyageur obscur, passant sur la trace effacée des vaisseaux qui portèrent les grands de la Grèce et de l’Italie, j’allais chercher les muses dans leur patrie12… »

15Chateaubriand semble décrire dans ce texte l’élaboration « palimpsestueuse » de son moi construit sur les « traces » de ces grands hommes maintenant effacées. Cependant, Chateaubriand se doit d’ajouter, non sans une certaine modestie :

  • 13 Ibidem.

« Mais je ne suis pas Virgile, et les Dieux n’habitent plus l’Olympe13. »

16Si inspiration il y a, ce n’est pas forcément celle que l’on croit. Une lecture du Génie du Christianisme nous éclaire sur ce point :

  • 14 CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 197 (...)

« En poésie, les caractères sont plus beaux, et les passions plus énergiques sous la religion chrétienne qu’ils ne l’étaient sous le polythéisme. Celui-ci ne présentait point de partie dramatique, point de combats des penchants naturels et des vertus.
La mythologie rapetissait la nature, et les anciens, par cette raison, n’avaient point de poésie descriptive. […]
Le merveilleux chrétien peut soutenir le parallèle avec le merveilleux de la fable. Les anciens fondent leur poésie sur Homère, et les chrétiens sur la Bible ; et les beautés de la Bible surpassent les beautés d’Homère14. »

17N’en déplaise aux anciens, la question est résolue. Si on suppose que Chateaubriand construit à travers l’évocation des tempêtes sa propre mythologie, elle sera chrétienne et océanique. Car, comme Chateaubriand l’explique dans son Itinéraire, ce n’est pas dans la petitesse de la Méditerranée que peut s’exprimer la grandeur du pouvoir divin, il n’y a que l’océan qui puisse accueillir une telle puissance qui dépasse de loin celle de tous les dieux de l’Olympe réunis :

  • 15 Chateaubriand, Itinéraire…, op. cit., p. 772.

« La Méditerranée, placée au centre des pays civilisés, semée d’îles riantes, baignant des côtes plantées de myrtes, de palmiers et d’oliviers, donne sur-le-champ l’idée de cette mer où naquirent Apollon, les Néréides et Vénus, tandis que l’Océan, livré aux tempêtes, environné de terres inconnues, devait être le berceau des fantômes de la Scandinavie, ou le domaine de ces peuples chrétiens qui se font une idée si imposante de la grandeur et de la toute-puissance de Dieu15. »

18Pour Chateaubriand, la mission de l’écrivain, comme celle du peintre, est de transmettre à l’homme cette image de la grandeur divine. La difficulté de cette mission réside non seulement dans le caractère divin de la chose à décrire, mais aussi dans sa simplicité. Une description ne peut suffire à rendre compte de la force sublime qui agite l’océan, de sa vacuité et de son immensité. La difficulté de cette entreprise lui était apparue bien avant l’écriture du Génie du Christianisme, puisque dès 1795 il évoquait ce problème dans une lettre Sur l’art du dessin dans les paysages :

  • 16 Chateaubriand, Sur l’art du dessin dans les paysages, dans Chateaubriand, Œuvres complètes, t. III (...)

« Un paysagiste arrive pendant un orage au bord de la mer qu’il n’a jamais vue, il est tout étonné d’apercevoir des vagues qui s’enflent, s’approchent et se déroulent avec ordre et majesté l’une après l’autre, au lieu de ce choc et de ce bouleversement qu’il s’était représentés. Un bruit sourd, mêlé de quelques sons rauques et clairs entrecoupés de quelques courts silences, a succédé au tintamarre que notre peintre entendait dans son cerveau. Partout des couleurs tranchantes, mais conservant des harmonies jusque dans leurs disparates. L’écume éblouissante des flots jaillit sur des rochers noirs ; dans un horizon sombre roulent de vastes nuages, mais qui sont poussés du même côté : ce ne sont plus mille vents déchaînés qui se combattent, des couleurs brouillées, des cieux escaladés par les flots, la lumière épouvantant les morts à travers les abîmes creusés entre les vagues.
Notre jeune poète ou notre jeune peintre s’écrie : “J’imaginais mieux que cela” ; et il tourne le dos avec dédain. Mais si son esprit est bon, il reviendra bientôt de ses notions exagérées ; il rectifiera son imagination ; rien ne lui paraîtra plus grand désormais que les ouvrages formés par une puissance première16. »

  • 17 Chateaubriand, Génie du Christianisme, p. 721.
  • 18 Ibidem.

19C’est donc l’humilité de l’observateur face à l’harmonie de la nature divine qui lui permet de se hisser au rang supérieur. La prose descriptive prend alors des accents poétiques et peut se risquer à « l’allégorie morale17 », « belle en tout temps, en tout pays, en toute religion18… » pour évoquer l’évident mais indicible divin. La poésie, même prosaïque, repose ici sur la faculté de l’écrivain à rendre ces harmonies entre la nature divine et la nature humaine. La force allégorique de la tempête est alors un moyen privilégié pour imposer au lecteur l’image de la toute puissance divine :

  • 19 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. II, op. cit., p. 262.

« Les nuits passées au milieu des vagues, sur un vaisseau battu de la tempête, ne sont point stériles pour l’âme, car les nobles pensées naissent des grands spectacles. Les étoiles qui se montrent fugitives entre les nuages brisés, les flots étincelants autour de vous, les coups de la lame qui font sortir un bruit sourd des flancs du navire, le gémissement du vent dans les mâts, tout vous annonce que vous êtes hors de la puissance de l’homme et que vous ne dépendez plus que de la volonté de Dieu. L’incertitude de votre avenir donne aux objets leur véritable prix, et la terre contemplée du milieu d’une mer orageuse ressemble à la vie considérée par un homme qui va mourir19. »

  • 20 Ibidem, t. I, p. 214.
  • 21 Ibid.

20Si la mer et la nature ont des vertus pédagogiques, Chateaubriand se plaît à évoquer « ces instituteurs sauvages20 » à qui il doit « quelques vertus qu’[il] aurait peut-être ignorées21 », la tempête a des vertus catéchistiques et redonne à l’homme sa juste place dans l’harmonie de la nature. Elle manifeste l’évidence sensible de la puissance divine dans une expérience sans équivalence terrestre.

21Toutefois, il ne faut pas négliger que la tempête conserve une beauté intrinsèque pour le voyageur :

  • 22 Ibid., p. 240-242.

« En mettant la tête hors de l’entrepont, je fus frappé d’un spectacle sublime. Le bâtiment avait essayé de virer de bord ; mais n’ayant pu y parvenir, il s’était affalé sous le vent. À la lueur de la lune écornée, qui émergeait des nuages pour s’y replonger aussitôt, on découvrait sur les deux bords du navire, à travers une brume jaune, des côtes hérissées de rochers. La mer boursouflait ses flots comme des monts dans le canal où nous nous trouvions engouffrés ; tantôt ils s’épanouissaient en écumes et en étincelles ; tantôt ils n’offraient qu’une surface huileuse et vitreuse, marbrée de taches noires, cuivrées, verdâtres, selon la couleur des bas-fonds sur lesquels ils mugissaient. Pendant deux ou trois minutes, les vagissements de l’abîme et ceux du vent étaient confondus ; l’instant d’après, on distinguait le détaler des courants, le sifflement des récifs, la voix de la lame lointaine. De la concavité du bâtiment sortaient des bruits qui faisaient battre le cœur aux plus intrépides matelots. La proue du navire tranchait la masse épaisse des vagues avec un froissement affreux, et au gouvernail des torrents d’eau s’écoulaient en tourbillonnant, comme à l’échappée d’une écluse. Au milieu de ce fracas, rien n’était aussi alarmant qu’un certain murmure sourd, pareil à celui d’un vase qui se remplit. […]
La houle arrive : au moment où elle nous attaque, le matelot donne le coup de barre ; le vaisseau, près de tomber sur le flanc, présente l’arrière et la lame qui paraît nous engloutir, nous soulève. On jette la sonde ; elle rapporte vingt-sept brasses. Un huzza monte jusqu’au ciel et nous y joignons le cri de : Vive le Roi ! il ne fut point entendu de Dieu pour Louis XVI ; il ne profita qu’à nous22. »

  • 23 Michael Riffaterre confirme l’emploi systématique de l’ekphrasis littéraire par Chateaubriand (voi (...)

22Même si la providence semble absente de cette scène – encore peut-on voir la réaction du matelot américain comme une manifestation de la providence – l’évocation conserve cet aspect merveilleux marqué dès le début du texte par l’adjectif « sublime ». Chateaubriand dépasse ici le stade de la description pour atteindre l’ekphrasis23 à travers ce tableau de tempête et de naufrage dont il souligne avant tout la beauté. Le lexique pictural employé fait de ce passage un tableau digne des plus grands maîtres romantiques et lui donne une grande force d’évocation, même si, il faut bien l’avouer, la chute lui confère finalement une connotation ironique.

23Une autre violence maritime, intérieure et silencieuse, n’a pas de valeur métaphorique et se décline in absentia dans l’œuvre de Chateaubriand. Toutefois, si elle s’inscrit en filigrane dans le texte, cette tempête de l’âme garde toute la force et le pouvoir de destruction de la tempête naturelle.

24Les Mémoires de ma vie comme les Mémoires d’outre-tombe s’ouvrent, comme la plupart des textes autobiographiques du xixe siècle, sur l’évocation de l’histoire familiale :

  • 24 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 62.

« Commençons donc et parlons d’abord de ma famille ; c’est essentiel parce que la naissance de mon père et des épreuves de sa première position, se forma en lui un des caractères les plus sombres qui aient été. Or ce caractère a influé sur mes idées en effrayant mon enfance, contristant ma jeunesse et décidant du genre de mon éducation24. »

  • 25 Ibidem, p. 264-270.
  • 26 Ibid., p. 174.

25Mais que sait-on véritablement du père de Chateaubriand à travers les deux principales versions du texte ? Peu de choses à vrai dire, si ce n’est le trop fameux portrait des soirées d’automne et d’hiver de Combourg25 où Chateaubriand donne à son père des allures fantomatiques. Certes, il y apparaît comme un homme terrible dont l’évocation du regard suffit à rendre compte du caractère du personnage, mais l’auteur si prolixe dans l’écriture du « roman familial », exhaustif et précis dans l’évocation de ses origines, ne dresse finalement qu’un portrait succinct du personnage qui a « influé sur [ses] idées26 ».

26Il n’y a donc pas de véritable histoire de Monsieur de Chateaubriand et, en refermant le premier volume des Mémoires, on ne garde que le souvenir du courage dont ce père fit preuve dans les quelques batailles auxquelles il participa :

  • 27 Ibid., p. 183-184.

« Alors mon père donna la première marque du caractère décidé que je lui ai connu. Il avait environ quinze ans : s’étant aperçu des inquiétudes de sa mère, il approcha du lit où elle était couchée et lui dit : “Je ne veux plus être un fardeau pour vous.” Sur ce, ma grand-mère se prit à pleurer (j’ai vingt fois entendu mon père raconter cette scène). « René, répondit-elle, que veux-tu faire ? Laboure ton champ. — Il ne peut pas nous nourrir ; laissez-moi partir. — Eh bien, dit la mère, va donc où Dieu veut que tu ailles.” Elle embrassa l’enfant en sanglotant. Le soir même mon père quitta la ferme maternelle, arriva à Dinan, où une de nos parentes lui donna une lettre de recommandation pour un habitant de Saint-Malo. L’aventurier orphelin fut embarqué, comme volontaire, sur une goélette armée, qui mit à la voile quelques jours après.
La petite république malouine soutenait seule alors sur la mer l’honneur du pavillon français. La goélette rejoignit la flotte que le cardinal de Fleury envoyait au secours de Stanislas, assiégé dans Dantzick par les Russes. Mon père mit pied à terre et se trouva au mémorable combat que quinze cents Français, commandés par le brave Breton, de Bréhan comte de Plélo, livrèrent le 29 mai 1734, à quarante mille Moscovites, commandés par Munich. De Bréhan, diplomate, guerrier et poète, fut tué et mon père blessé deux fois. Il revint en France et se rembarqua. Naufragé sur les côtes de l’Espagne des voleurs l’attaquèrent et le dépouillèrent dans les Galices ; il prit passage à Bayonne sur un vaisseau et surgit encore au toit paternel. Son courage et son esprit d’ordre l’avaient fait connaître. Il passa aux Îles ; il s’enrichit dans la colonie et jeta les fondements de la nouvelle fortune de sa famille27. »

  • 28 Ibid.
  • 29 Notamment par Jean Meyer dans ses différents travaux sur le commerce triangulaire et, récemment en (...)

27À l’écriture hyperbolique de la tempête semble répondre cette meiosis qui est là pour mieux révéler l’indicible. L’histoire nous en dit plus, on sait que le père de Chateaubriand, René Auguste, fit le commerce des esclaves comme Capitaine de 1740 à 1760 puis comme armateur, ce qui lui permit d’acheter Combourg. Ces faits sont confirmés par deux spécialistes de Chateaubriand, Henry Berge en 193128, puis Maurice Levaillant dans son édition des Mémoires d’outre-tombe du Centenaire en 1949, et sont attestés par les historiens29.

28Cependant, ce qui nous intéresse d’un point de vue littéraire ce n’est pas tant la vérité historique que le refus de Chateaubriand d’évoquer ce point douloureux de son passé vécu comme une véritable violence morale.

  • 30 Rédigé en 1837 et publié en 1838.

29Car ce fils d’armateur négrier est aussi celui qui en 1822 défendit les positions françaises au congrès de Vérone sur l’esclavagisme dénoncé par le duc de Wellington. Rédigeant quelques années plus tard le Congrès de Vérone30 pour son édition des Œuvres complètes, Chateaubriand reprendra mot pour mot son Mémoire sur la traite des nègres présenté lors du congrès et dans lequel il dénonce cette forme insupportable de la violence maritime :

  • 31 Chateaubriand, Œuvres complètes, t. XII, Paris, Garnier, 1861, p. 40.

« Le nombre des esclaves africains transportés depuis quelques années dans les colonies fut-il moindre que ne le calcule l’Angleterre, il serait toujours beaucoup trop grand. L’accroissement de la souffrance des victimes d’une infâme cupidité inspire une profonde horreur. Les nations chrétiennes ne feront jamais trop d’efforts pour effacer la tache que la traite des nègres a imprimée à leur caractère31… »

30On imagine dès lors le combat intérieur chez un auteur qui, par pudeur, respect ou honte, s’interdit de parler d’un père ayant établi la fortune de la famille sur ce commerce infâme. En fait, les intimes convictions de Chateaubriand ne cesseront d’être heurtées par ce souvenir dont Combourg, acquis grâce au sang des esclaves, est le symbole douloureux.

  • 32 En vérité le travail ne sera véritablement achevé que l’année suivante.

31La genèse des Mémoires d’outre-tombe nous renseigne cependant sur l’élaboration de l’édition que Chateaubriand décida de livrer au public. Si rien de révélateur sur ce douloureux héritage n’apparaît dans le texte des Mémoires de ma vie, on sait qu’une version amplifiée du texte des premiers livres a existé au cours de la transformation des Mémoires de ma vie en Mémoires d’outre-tombe. C’est ce texte qui devait être publié lorsque Chateaubriand affirma en 1840 que « [ses] Mémoires [étaient] finis32 ».

  • 33 C’est ainsi qu’ils sont nommés dans les diverses éditions des Mémoires d’outre-tombe qui font part (...)
  • 34 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 762-763.

32Mais l’obligation de livrer son œuvre au public par l’« ignoble filière du feuilleton » et la pression de quelques lecteurs privilégiés mécontents – Madame Récamier et le Duc de Noailles – poussèrent l’auteur à mener une campagne de suppression de certains passages jusqu’en 1846. Quelque cinq cents feuillets furent donc ôtés du manuscrit de 1841. On retrouve parmi ces « fragments retranchés33 » tels qu’ils sont édités aujourd’hui, tous les passages que Mme Récamier et son entourage l’avaient contraint à soustraire… mais aussi certains passages éliminés dès 1840 et qui nous sont parvenus grâce à la désobéissance du secrétaire de Chateaubriand. En effet, celui-ci avait fait promettre à son secrétaire, Hyacinthe Pilorge, de détruire tous les brouillons en sa possession. Il ne le fit pas, et lorsqu’il fut mystérieusement congédié en 1843, il emporta presque 600 feuillets de manuscrit que l’on ne trouva qu’en 1938 dans la chambre d’une villa au bord du lac de Genève. On ne trouve pas dans les quelques pages inédites de ce brouillon de grandes révélations politiques mais des contes fantastiques, des histoires de revenants auxquelles on n’attache souvent qu’une valeur littéraire. On suppose que Chateaubriand « les élimina presque toutes, de crainte, probablement, de paraître suivre une mode un peu gamine34 ». Cependant, ce n’est pas l’impression que nous donne la lecture de ce passage retrouvé :

  • 35 Ibidem. Absent des Mémoires de ma vie, ce passage se situait immédiatement après le chapitre 1 du (...)

« Une autre fois, dans une soirée du mois de décembre, [Monsieur] mon père écrivait seul près du foyer au bout de la grand’salle ; on ouvre une porte derrière lui ; il tourne la tête et aperçoit une espèce de haut lutin à face d’ébène, roulant des yeux hagards. M. de Chateaubriand arrache du feu les forceps dont on se servait pour remuer les quartiers d’ormes. Armé des tenailles rougies, il se lève, marche sur l’apparition noire qui sort, perce les ténèbres et se cache dans la nuit35. »

33Que penser de ce passage « autocensuré » par le mémorialiste ? Dans ce Combourg mystérieux, le « lutin à face d’ébène » semble venir réclamer à l’esclavagiste une dette que celui-ci ne peut rembourser et qu’il veut régler encore une fois armé de fers rougis. Est-ce là l’explication du « caractère […] terrible » de ce père, qui pour retrouver la fortune familiale, fut contraint de payer un lourd tribut à sa conscience ? On peut mettre en relation ce fragment retranché avec d’autres passages présents dans le manuscrit de 1846 mais dont le véritable sens nous échappe peut-être. Ainsi ce commentaire de Chateaubriand sur la vallée aux Loups prend une tout autre valeur à la lumière de ces révélations :

  • 36 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 172-173.

« Ce lieu me plaît ; il a remplacé pour moi les champs paternels ; je l’ai payé du produit de mes rêves et de mes veilles ; c’est au grand désert d’Atala que je dois le petit désert d’Aulnay ; et pour me créer ce refuge, je n’ai pas, comme le colon américain, dépouillé l’Indien des Florides36. »

34De même, l’évocation de son arrivée en Amérique prend une valeur symbolique très forte :

  • 37 Ibidem, p. 455-456.

« Nous nous avançâmes vers une habitation. Des bois de baumiers et de cèdres de la Virginie, des oiseaux moqueurs et des cardinaux, annonçaient, par leur port et leur ombre, par leur chant et leur couleur, un autre climat. La maison, où nous arrivâmes au bout d’une demi-heure, tenait de la ferme d’un Anglais et de la case d’un créole. Des troupeaux de vaches européennes pâturaient des herbages entourés de claires-voies, dans lesquelles se jouaient des écureuils à peau rayée. Des noirs sciaient des pièces de bois, des blancs cultivaient des plants de tabac. Une négresse de treize à quatorze ans presque nue et d’une beauté singulière, nous ouvrit la barrière de l’enclos comme une jeune Nuit. Nous achetâmes des gâteaux de maïs, des poules, des œufs, du lait et nous retournâmes au bâtiment avec nos dames-jeannes et nos paniers. Je donnai mon mouchoir de soie à la petite Africaine : ce fut une esclave qui me reçut sur la terre de la liberté37. »

35On se plaît à imaginer que cette petite fille fut la descendante d’une famille d’esclaves amenés par les vaisseaux négriers de son père, juste ironie de l’histoire…

  • 38 Ibid., p. 168-170.
  • 39 Ibid.

36De cette entreprise complexe des Mémoires d’outre-tombe, où le document dans sa forme brute se mêle à l’épopée, nous retiendrons l’aspect cyclique que Chateaubriand met en avant dans ce chiasme célèbre que nous avons choisi comme épigraphe : « Mon berceau a de ma tombe, ma tombe a de mon berceau38… » C’est bien l’océan et la tempête qui donnent aux Mémoires une « sorte d’unité indéfinissable39 » et qui pousseront Chateaubriand à « reposer […] au bord de la mer qu’[il a] tant aimée », s’éloignant définitivement de la terre des hommes. Ce thème s’impose donc à l’œuvre, dont il est indissociable, par une présence régulière dont les plus belles expressions tendent à la prose poétique si ce n’est à la représentation picturale ou mélodique. Aussi silencieux que les manifestations de la tempête sont bruyantes, le lourd héritage du père de l’auteur ne peut se lire qu’en filigrane dans les Mémoires. Pourtant, malgré son absence presque obsédante, cet aspect humain de la violence maritime semble avoir tout autant marqué le caractère de Chateaubriand et participé à l’élaboration de l’« image de [ses] destinées ».

Notes

1 Stendhal ne pouvait – disait-il – lire une de ses pages sans se répéter ce vers : « De je mis avec moi tu fais la récidive… ». Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 30.

2 Chateaubriand, Mémoires de ma vie, dans Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude Berchet, Paris, Librairie générale française, 2002, Le livre de poche, coll. « classiques de poche », p. 61. Nous utiliserons cette édition qui donne accès à la plupart des « textes retranchés » nécessaires à notre démonstration.

3 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude Berchet, Paris, Librairie générale française, 2002, Le livre de poche, coll. « classiques de poche », p. 188.

4 Ibidem.

5 Ibid.

6 Pour peu que l’on force la diérèse sur « Ciel » et quelques [ ] muets… Les Mémoires de ma vie, écrites probablement entre 1809 et 1817 que nous connaissons grâce à une copie faîte en 1826 pour Madame Récamier, proposent une version moins élaborée de ce passage (op. cit., p. 70) où l’élévation poétique est tout de même assurée par la citation des vers de Lucrèce extrait du livre 5 de De Rerum Natura : « Tum porro puer ut saevis projectus ab undis/Navita !… » qui disparaîtront lors des reprises successives de ce texte essentiel.

7 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 187.

8 Sur ce point voir : Mourot (Jean), Le Génie d’un style, Chateaubriand, rythme et sonorité dans les Mémoires d’outre-tombe, Paris, Armand Colin, 1960.

9 Béranger (Henry), Chateaubriand, Héros de l’aventure romantique, Paris, Librairie Hachette, 1931, p. 10-11.

10 Chateaubriand, Correspondance Générale [1789-1824], tome II, Louis Thomas (éd.), Paris, Champion, 1913, p. 73.

11 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 193-194.

12 Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, dans Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyages II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, p. 774.

13 Ibidem.

14 CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1978, p. 1074.

15 Chateaubriand, Itinéraire…, op. cit., p. 772.

16 Chateaubriand, Sur l’art du dessin dans les paysages, dans Chateaubriand, Œuvres complètes, t. III, Paris, Garnier, 1861.

17 Chateaubriand, Génie du Christianisme, p. 721.

18 Ibidem.

19 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. II, op. cit., p. 262.

20 Ibidem, t. I, p. 214.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 240-242.

23 Michael Riffaterre confirme l’emploi systématique de l’ekphrasis littéraire par Chateaubriand (voir sur ce sujet : Riffaterre (Michael), « Chateaubriand ekphrastique » dans Christine Montalbetti (dir.), La fabrique du texte, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 35-46).

24 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 62.

25 Ibidem, p. 264-270.

26 Ibid., p. 174.

27 Ibid., p. 183-184.

28 Ibid.

29 Notamment par Jean Meyer dans ses différents travaux sur le commerce triangulaire et, récemment encore, par Émilienne Leroux dans l’ouvrage qu’elle a consacré à la ville de Nantes.

30 Rédigé en 1837 et publié en 1838.

31 Chateaubriand, Œuvres complètes, t. XII, Paris, Garnier, 1861, p. 40.

32 En vérité le travail ne sera véritablement achevé que l’année suivante.

33 C’est ainsi qu’ils sont nommés dans les diverses éditions des Mémoires d’outre-tombe qui font part de ces textes essentiels pour la compréhension de l’œuvre et qui ont été mis à jour par Maurice Levaillant en 1948.

34 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 762-763.

35 Ibidem. Absent des Mémoires de ma vie, ce passage se situait immédiatement après le chapitre 1 du livre III (« Vie à Combourg. – Journées et soirées ») dans le manuscrit de 1834. Notons que Chateaubriand rédigera deux ans plus tard le Congrès de Vérone contenant son Mémoire sur la traite des nègres.

36 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, t. I, op. cit., p. 172-173.

37 Ibidem, p. 455-456.

38 Ibid., p. 168-170.

39 Ibid.

Auteur

Maître de conférences
Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540