Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Quatrième partie. Images de violences, violence des images dans l’art, le discours et la littérature

Figures menaçantes et tableaux inquiétants : les représentations des îles bretonnes (milieu xviiie siècle-fin xixe siècle)

Karine Salomé

Texte intégral

1Du milieu du xviiie siècle à la fin du xixe siècle, les îles bretonnes suscitent une attention croissante. Voyageurs, administrateurs, érudits et écrivains livrent de longues descriptions consacrées tant à l’espace insulaire qu’à ses habitants et proposent des représentations parfois contradictoires. Nombre d’entre eux s’enthousiasment à la vue de populations primitives, vertueuses et simples. Quelques-uns mettent toutefois en évidence le caractère menaçant et effrayant de ces peuplades, au sein desquelles la violence paraît s’épanouir.

2Il importe donc d’étudier les images de violence proposées, d’en repérer l’émergence et l’évolution, d’envisager leurs fondements et de cerner les logiques qui les gouvernent. Certaines sources s’imposent d’emblée comme des supports privilégiés dans l’élaboration des représentations insulaires, tels les récits de voyage, les guides touristiques, la littérature, la peinture ; d’autres, a priori moins significatives, se révèlent tout aussi éloquentes, à l’exemple des mémoires et rapports administratifs. S’il faut se résoudre à na pas connaître les regards et les impressions des multiples érudits et des touristes qui n’ont pas laissé de traces écrites, il s’avère possible, à partir de ces documents peu nombreux, limités souvent à quelques chapitres, voire quelques lignes, d’entrevoir ce qu’un petit nombre de contemporains souhaitent révéler, exposer, démontrer. Des convergences, des évolutions similaires se dessinent et traduisent des modes de perception et d’appréciation communs, sinon proches. Il importe également de relever les divergences qui se font jour, de ne pas gommer les singularités au motif de vouloir proposer une cohérence homogène. Dès lors, il convient de cerner le thème de la violence au sein des représentations insulaires.

3Du milieu du xviiie siècle à la fin du xixe siècle, si la nature même de la violence qui est présentée ne change guère et se résume le plus souvent à des formes de brutalités et d’agressions liées au littoral, l’importance qui lui est accordée, les modalités et les finalités qui président à sa description se modifient profondément.

Violences passées, violence fondatrice

  • 1 Rappelons également l’absence, dans la plupart des îles bretonnes, de révoltes ou de manifestation (...)

4Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, prévaut une image globalement positive des îles. Les administrateurs, qui déploraient la propension des insulaires à la dissidence et à la subversion à la fin du xviie siècle et dans la première partie du xviiie siècle, louent avec insistance leur loyauté et leur excellence professionnelle. Cette appréciation accompagne l’emprise grandissante du pouvoir royal sur les territoires côtiers par le biais des différentes autorités tels les commis de l’Amirauté ou les représentants des Fermes. Elle coïncide également avec une modification des actes et des attitudes, notamment avec le recul des pillages et des violences qui leur sont inhérentes1. De fait, les archives de la fin du xviie siècle et des deux premiers tiers du xviiie siècle renferment de nombreuses plaintes déposées auprès de l’Amirauté à la suite de rapines et de brimades subies par les équipages. Elles recèlent également les rapports établis par les agents du roi quant aux violences verbales et aux agressions physiques qui leur ont été infligées lors de leurs enquêtes. Or, à partir des années 1770, les accusations tendent à se faire plus rares, suggérant ainsi l’effacement tangible de pratiques agressives. Dès lors, même s’il subsiste une certaine méfiance quant à l’application scrupuleuse du droit dans les îles, les administrateurs ne présentent guère les espaces insulaires comme des réceptacles de brutalités.

  • 2 C’est le cas notamment de Mignot de Montigny, en 1752, «  Les voyageurs en Bretagne, le voyage de (...)
  • 3 Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830, Paris, Fayard, (...)
  • 4 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la nation bretonne, Na (...)

5Dans le même temps, les géographes, les écrivains, mais aussi certains administrateurs2 dessinent une lecture idyllique des îles. Ils s’émerveillent devant des populations qui ont gardé les vertus des premiers temps et offrent le visage de l’innocence, de la probité et de la simplicité. Dans ce cadre, l’évocation d’une violence insulaire occupe une place modeste et se résume à quelques lignes éparses. Les brutalités relevées consistent dans les actes commis par les naufrageurs, que les contemporains présentent comme des pratiques relevant d’un passé fondamentalement révolu. À cet égard, il importe de rappeler que leur existence ne semble guère avérée à l’époque moderne. Alain Cabantous estime en effet improbable la présence de tels acteurs le long des côtes françaises au cours de cette période3. De fait, l’allusion aux naufrageurs obéit à une finalité précise et s’attache à exacerber la perfection morale actuelle des insulaires. Ogée rappelle ainsi les usages, plus d’un siècle auparavant, de naufrageurs dans l’île de Sein : « Il y a 160 ans […] ces hommes étaient nommés les Diables ou démons de la mer ; ils étaient si féroces et si barbares qu’ils allumaient des feux pendant la nuit pour tromper les pilotes et faire périr, par ce moyen, les vaisseaux, pour profiter des débris de leur naufrage4. » Il s’empresse ensuite de rappeler leur disparition et de souligner les bienfaits de l’œuvre missionnaire du xviie siècle. La description furtive de la violence, en des termes qui restent mesurés, revêt donc une dimension démonstrative. Elle vise à prouver la prééminence et la supériorité de son contraire, c’est-à-dire l’harmonie et le calme qui règnent dans les îles, l’hospitalité et la chaleur qui gouvernent les relations entre insulaires et étrangers.

  • 5 Cette fable est parue dans le recueil L’Innocence du premier âge en France, Paris, Delalain, 1768. (...)

6Une exception mérite toutefois d’être signalée. Billardon de Sauvigny compose, en 1768, une fable utopique, intitulée « l’île d’Ouessant5 », qui accorde une certaine importance à la violence et lui confère une finalité nouvelle. Le récit met en scène, à une époque indéterminée, des aristocrates qui, chassés d’Armorique et voulant gagner l’Angleterre, trouvent refuge dans l’île d’Ouessant. Ils découvrent un peuple vertueux et pauvre, soumis aux menaces répétées de brigands. Leur chef, seigneur De Rieux, enjoint les insulaires, et notamment le plus brave d’entre eux, Alaric, à combattre les pirates et propose l’aide des nobles. Les Ouessantins et leurs nouveaux alliés se lancent alors dans une expédition militaire, poursuivant sur une mer déchaînée les brigands jusqu’à l’île de Sein. Après de nombreuses péripéties, dont une lutte acharnée au sein d’une grotte au cours de laquelle les insulaires trouvent la mort, les aristocrates victorieux retournent à Ouessant et prennent la décision de s’établir dans l’île afin d’épouser les veuves et de fonder une société idéale, où régneront l’égalité et la liberté.

  • 6 Ibidem, p. 62.
  • 7 Voir notamment Marouby (C.), Utopie et primitivisme. Essai sur l’imaginaire anthropologique à l’âg (...)

7Cette fable empreinte de la rhétorique des Lumières présente, de manière convenue, les méfaits commis par les naufrageurs de l’île de Sein. Billardon de Sauvigny dépeint en ces termes les pratiques des habitants : « Dans les temps d’orages, ils font de grands feux sur des tonneaux qu’ils laissent flotter autour de leur île environnée d’écueils. Les vaisseaux, attirés par cette ruse, viennent se briser contre des rochers dont la pointe est à fleur d’eau6. » Une autre forme de violence fait également l’objet de descriptions précises, à savoir les luttes sanglantes entre les sages Ouessantins et les sauvages Sénans, qui se déroulent le long des bordures littorales, et, pour les plus féroces d’entre elles, dans une grotte, incarnation des profondeurs insondables et obscures de la terre. Or, ces affrontements se prêtent à des métaphores contradictoires. Elles impliquent la barbarie et la mort, car les Ouessantins y sont décimés, mais elles signifient aussi la vie, puisque cette mort brutale permet l’établissement d’une nouvelle société. Dès lors, la violence revêt une dimension fondatrice, caractéristique des récits utopiques7.

  • 8 Billardon De Sauvigny, L’innocence du premier âge en France, Paris, Delalain, 1768, p. 75-76.
  • 9 Ibidem, p. 78.
  • 10 Ibid, p. 84-85.
  • 11 Ibid., p. 88.

8Il convient, en outre, de souligner la violence des tableaux proposés par rapport aux propos relativement modérés des géographes qui visent à attiser l’angoisse et l’effroi tout au long du récit. Au milieu des « vents déchaînés » et des « vagues mugissantes » les insulaires se laissent guider par les lumières trompeuses des brigands. Ces feux « sont allumés par des mains avides, qui déjà s’ouvrent pour déchirer leurs proies8 ». Les barques se brisent, « les barbares persécuteurs […] fondent sur les malheureux9 ». Les événements qui s’ensuivent mettent en évidence la férocité et la sauvagerie des brigands. De Rieux relate ainsi le spectacle qui s’offre à ses yeux : « C’est du sang qui coule de la voûte. Mes pieds en sont rougis ; tout à coup, je sens qu’il en tombe sur mon visage et sur mes mains […]. Je reconnois la voix de vos compatriotes. J’entendois le pétillement de la flamme, leurs hurlements affreux, et leurs bourreaux qui frappoient et qui insultoient à leurs tortures10. » Au terme d’une lutte sans merci, Rieux et ses compagnons parviennent à faire fuir leurs agresseurs. La sœur d’Alaric se met alors en quête de son frère et erre dans la grotte, « parmi les corps demi-brûlés de ses compatriotes11 ».

  • 12 L’Année littéraire, 1768, t. 6, p. 3-27.

9Enfin, loin d’être présentée comme relevant de la seule fiction, la violence constitue, selon Billardon de Sauvigny, une pratique avérée et persistante. Cette assertion, qui contredit l’opinion des contemporains et notamment des géographes, est contestée avec virulence par Fréron12 qui s’adonne à une entreprise de démystification, dépossédant Ouessant de ses qualités morales pour en parer l’île de Sein. S’il consent à reconnaître le fait que les Sénans s’adonnent au pillage des bris rejetés par les tempêtes sur le rivage, il nie en revanche leur statut de naufrageurs et rappelle leur dévouement auprès des navires en détresse.

10Ainsi, mis à part dans l’ouvrage de Billardon de Savigny qui lui confère une importance et une fonction singulières, la violence occupe une place globalement modeste dans les représentations des îles de la seconde moitié du xviiie siècle et concerne principalement Ouessant et Sein. En outre, à l’exception toujours de Billardon de Sauvigny, la plupart des contemporains envisagent la brutalité et l’agressivité comme ancrées dans des temps anciens, dont le seul souvenir suffit, néanmoins, à faire frémir.

La parenthèse inquiétante

11Dans les premières décennies du xixe siècle, notamment dans les années 1820-1830, les représentations de sociétés insulaires innocentes et vertueuses perdurent. L’évocation de la violence reste le fait d’une minorité de contemporains et imprègne l’image des mêmes îles, à savoir Ouessant et Sein. Elle connaît toutefois une intensité accrue et une finalité renouvelée. Quelques voyageurs et écrivains s’emploient désormais à déceler la présence sous-jacente de la sauvagerie dans les communautés insulaires. Les représentations qu’ils proposent s’inscrivent dans un contexte de perception et d’appréciation renouvelées des îles, mais aussi de leurs habitants, esquissées dès les dernières années du xviiie siècle.

  • 13 Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Paris, Cercle-social, an VII. (...)
  • 14 Voyage dans les départements de la France, Paris, Brion, 1792, t. 5.

12L’espace insulaire et son environnement marin tendent en effet à être présentés comme un ensemble inquiétant et menaçant. Envisagé par les administrateurs et les géographes de la seconde moitié du xviiie siècle à l’aune de ses seules capacités productives, le territoire insulaire est désormais dépeint comme un paysage aride et minéral, triste et morne, étrange et chaotique. Jacques Cambry, dont l’évocation se révèle incontournable, érige ainsi les îles du Finistère au rang de « contre nature », dont l’atmosphère étrange et insaisissable suscite des impressions et des émotions intenses, parmi lesquelles l’effroi et la mélancolie chers à Ossian13. Le paysage grandiose et horrible de la mer, entrevu à travers le prisme du sublime, conforte le caractère sauvage de ces entités. Cambry, mais aussi La Vallée14 se plaisent à arpenter les côtes en longeant les gouffres, à affronter les éléments dont ils soulignent la lutte violente. La Vallée dépeint ainsi l’opposition entre l’océan et la côte, prêtant aux flots, de manière conventionnelle, des sentiments d’orgueil, de fierté et de bravoure :

  • 15 Ibidem, p. 40.

« Rien n’arrête les flots qui viennent se briser contre cette côte […]. Il est bien rare que la mer n’y présente en tous tems le spectacle horrible et pompeux des tempêtes. […] C’est sur ce vaste tapis de rochers qui s’étend au loin que les flots d’un Océan, errans libres et fiers dans un bassin de quelques milliers de lieues, viennent dérouler leurs énormes volutes, et pressentir la barrière de grais où l’Eternel plaça les limites de leur orgueil. Indignez, ils franchissent avec fracas les premières entraves à leur fureur […]. À travers les mugissements et le fracas horrible, simulacre des tempêtes, elle arrive enfin au pied de la côte. C’est là qu’en effet on la voit redoubler d’efforts pour engloutir la terre15. »

13La peinture témoigne également, quoique timidement, de cette lecture du paysage. La Tempête de Gudin, composée en 1831, représente l’affrontement brutal entre la terre et la mer à Belle-Île. Si le peintre emprunte aux conventions classiques, usant de l’emphase, recherchant l’effet, traduisant par les couleurs et les matières un goût baroque, il fait preuve dans le même temps, d’une certaine originalité, proposant un paysage primitif et solitaire.

  • 16 Cambry, Voyages…, op. cit., t. 1, p. 105.
  • 17 Parmi les auteurs de ces interprétations étymologiques, citons le chevalier de Fréminville, Antiqu (...)

14Le spectacle de la mer menaçante fait naître des sensations d’autant plus fortes que les éléments s’entremêlent et annoncent l’imminence du chaos. La délimitation entre la terre et la mer tend à devenir floue. Redoutant que « la terre [ne] s’abîme16 » dans l’océan, Cambry laisse libre cours au fantasme de l’engloutissement. L’atmosphère angoissante est confortée par les interprétations étymologiques que livrent les érudits. Le nom d’Ouessant trouverait ainsi son origine dans le dieu celte de l’Épouvante, Sein représenterait l’île des « Sept Sommeils » ou l’île des « vieillards », Groix l’île des « Sorcières17 ». Soulignons enfin que le premier xixe siècle voit l’essor de la littérature maritime et notamment des revues telles La France maritime ou La Revue maritime et coloniale, qui relatent avec force détails les naufrages le long des côtes du littoral et des bordures insulaires, exacerbant ainsi une image inquiétante.

  • 18 Dauvin, «  Les îles des Saints et d’Ouessant », La France maritime, 1835, t. 2, p. 321.
  • 19 Le Territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 1988.
  • 20 Cambry, Voyages…, op. cit., t. 2, p. 75.

15Au sein de ces espaces sauvages, balayés par les vents et les tempêtes, les populations insulaires offrent un visage non moins menaçant. Elles composent un peuple à part, « étranger à toute idée de civilisation18 » et aux mœurs singulières. Leur physionomie même suggère l’humanité imparfaite, voire l’inhumanité. S’inspirant du néo-hippocratisme dont la prégnance dans la lecture du littoral a été soulignée par Alain Corbin19 et qui satisfait à une volonté d’intelligibilité du corps et du caractère humains, les visiteurs décrivent en effet des silhouettes en symbiose avec l’environnement. Cambry esquisse ainsi un rapprochement entre les habitants de Batz et le monde organique qui les entourent. Tels des végétaux, les insulaires se révèlent incapables de souvenirs et de rêves, de sentiments et de sensibilité20. L’inhumanité prend également le visage d’une altérité minérale, que l’on retrouve dans les représentations du littoral, à l’exemple de Cambremer que Balzac dépeint sous les traits d’un homme de granit. Dauvin établit une homologie entre les habitants de Sein et leur environnement, avant de conclure à une identité minérale :

  • 21 Dauvin, op. cit., p. 321. De même, Cambry suggère qu’il n’existe pas de différence entre l’insulai (...)

« Sombres comme le ciel qui pèse sur leurs têtes, comme les vagues qui grondent autour d’eux, ils sont défiants, peu communicatifs, crédules […]. Jamais un sourire sur leurs lèvres, jamais un éclair dans leurs yeux ! On dirait des hommes de pierre21. »

16Les insulaires, par conséquent, confinent à la monstruosité.

17Dans ce cadre, l’évocation de la présence de naufrageurs revêt une dimension nouvelle et particulièrement angoissante. La résurgence de la violence au sein de ces communautés est en effet rendue vraisemblable, car elle apparaît comme la conséquence logique et inéluctable de l’absence de toute émotion humaine. En outre, les brutalités sont désormais dépeintes en des termes qui exacerbent la férocité des insulaires, qui soulignent l’atrocité de leurs actes passés et visent à la dramatisation, comme en atteste la description proposée par Dauvin :

  • 22 Dauvin, op. cit., p. 322.

« Munis de cordes et de longues perches armées de crocs de fer, ils se répondaient aussitôt dans toute leur île, chassant devant eux deux ou trois vaches, aux cornes desquelles rayonnaient des lanternes, afin d’attirer par cette perfide clarté les navires en détresse sur les récifs qui l’environnent pour ensuite se partager les dépouilles des naufragés, dont ils rejetaient sans pitié ni remords les cadavres nus à l’océan22. »

  • 23 Les vieilles femmes de l’île de Sein, Paris, A. J. Kilian, t. 2, 1826.
  • 24 Ibidem, t. 1, p. 39.
  • 25 Id., t. 1, p. 41.
  • 26 Id., t. 1, p. 39.
  • 27 Id., t. 1, p. 41.
  • 28 Id., t. 2, p. 147.

18La littérature de fiction rend la monstruosité et la violence des insulaires plus menaçantes encore en leur conférant une dimension animale. Le roman d’Hippolyte Bonnelier, que ce dernier souhaite digne des épopées de Walter Scott, est à cet égard emblématique23. Le récit, paru en 1826, est sensé se dérouler avant la Révolution, bien que les patronymes à consonance celtiques rappellent le temps lointain des druides. Il met en scène une jeune femme de l’île de Sein, Juliette, qui, à l’occasion d’un court séjour sur le continent, charme un gentilhomme du nom de Léon Meriadeck. Après son départ, le jeune homme décide de se rendre dans l’île en dépit des multiples recommandations de prudence qui lui sont faites et parvient à convaincre un jeune marin de l’y conduire. Après moult péripéties, Léon est tué par la vieille Leslevenne qui accomplit, par cet acte, la promesse de vengeance formulée par toutes les vieilles femmes de l’île. L’intrigue rassemble ainsi les stéréotypes de cette littérature où les personnages des jeunes gens composent des victimes innocentes, poursuivies et persécutées par les femmes de l’île qui conjuguent la laideur physique, la méchanceté et la cruauté. Elles sont dépeintes sous les traits d’ » un aréopage de cabalistes, flétries, desséchées, brisées par l’âge et la misère, trouvant encore assez de force pour maudire24 ». Leur rire ressemble au « râlement de plusieurs agonisants25 ». Décrites comme des « chouettes26 », dont les mains crochues s’agitent de manière inquiétante, elles sont également présentées comme des prédateurs. Leurs cris rappellent les hurlements d’une « horde sanguinaire27 », leur fureur est digne de la colère du tigre. Dans une atmosphère oppressante, au sein de lieux sinistres et funestes, ces vieilles femmes, « principaux égorgeurs des naufragés28 », s’adonnent à la brutalité verbale et se livrent à l’imprécation. Les mots qu’elles prononcent, alors qu’un navire se trouve en difficulté, traduisent leur cruauté :

  • 29 Id., t. 2, p. 149-151.

« – Et si ce sont des nobles, ajouta la vieille Leslevenne, je leur tendrai pur secours la lame de mon couteau ! […]
– Ils vont couler bas ! s’écrièrent en riant et en sautant toutes les vieilles femmes. […]
– Périssez tous ! … s’écria-t-on encore de la grève29. »

  • 30 Id., t. 2, p. 223.

19La violence atteint sa dimension paroxystique avec le meurtre du jeune homme que la vieille Leslevenne sacrifie sur l’autel avant de s’échapper « suivie de ses compagnes, dont les hurlements affreux ajoutaient à l’horreur du meurtre30 » et de rejoindre la grève.

  • 31 Id., t. 1, p. XXII.

20L’œuvre de Bonnelier rejoint donc la plupart des contemporains dans l’attention qu’il prête aux mêmes formes de violence. Il tend cependant à exacerber la prétendue sauvagerie des insulaires. Il distille, en outre, une certaine ambivalence dans ses propos introductifs. Confondant temps passé et temps présent, fiction et réalité, il rappelle que « les personnages ne sont pas tous imaginaires31 ».

  • 32 Les criminels du Poitou au xixe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, La Crèche, Ge (...)

21Par conséquent, l’impression prévaut qu’une image inquiétante des îles se structure dans les premières décennies du xixe siècle. Sombres, emplis d’une atmosphère oppressante, ces territoires abritent des peuplades héritières des Celtes, prêtes à surgir et à commettre des atrocités. L’évocation de leur violence conforte l’idée de sociétés profondément archaïques. Loin d’être originales, les descriptions proposées reprennent les lieux communs des représentations du littoral et illustrent la constitution, par le romantisme noir, du thème naufrageur dans la première moitié du xixe siècle. Elles ne sont pas sans rappeler les images de monstres « chauds » et « froids », oscillant entre le minéral et l’animal, mises en évidence par Frédéric Chauvaud32. Plus généralement, elles s’apparentent aux représentations de ce peuple inquiétant, tapi dans les recoins de la ville obscure, dans les confins des campagnes reculées, dans les anfractuosités des littoraux éloignés. Elles traduisent la crainte du retour du peuple à l’animalité, née sous la Révolution et qui s’accroît sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. L’intérêt qui est porté aux brutalités insulaires révèle ainsi les contradictions d’une société, inquiète de l’opacité du monde et fascinée dans le même temps par l’exotisme intérieur qu’incarnent les marges, situées à l’écart des œuvres civilisatrices. Les îles se révèlent à cet égard ambivalentes. Du fait de leur éloignement, elles paraissent exacerber cette angoisse. Dans le même temps, le territoire insulaire, circonscrit et isolé, rassure car l’identification est aisée, la violence délimitée, le danger amoindri.

Les résurgences éparses d’une violence littorale

22Dans la seconde moitié du xixe siècle, les images des îles prolongent à bien des égards les représentations précédentes, mais elles connaissent également des inflexions et des réaménagements. Les formes de brutalité, telles que certains visiteurs et écrivains les avaient entrevues dans la première partie du siècle, occupent désormais une place plus minime encore et tendent à s’effacer au profit d’une violence plus suggestive, décrite souvent de manière allusive.

  • 33 Voir notamment Grignon (G.), Voyage à Belle-Île-en-mer, puis à Lorient et retour à Nantes par Vann (...)

23Il importe dans un premier temps de rappeler les métamorphoses qui s’opèrent, par lents glissements, dans la perception et l’appréciation tant de l’espace insulaire que de ses habitants. Les paysages font en effet l’objet d’une nouvelle interprétation qui relève d’une délectation pittoresque largement banalisée depuis le xviiie siècle. Les visiteurs s’attachent à contempler non plus l’infinie étendue de la mer, angoissante et sublime, mais des panoramas agréables et charmants, colorés et apaisés. Le port de Palais suscite ainsi des sentiments admiratifs qui soulignent son caractère exquis et coquet33. Les contemporains n’en éprouvent pas moins une fascination pour les paysages jugés grandioses. Dans une lettre qu’il adresse à Caillebotte, en 1886, Monet exprime le plaisir qu’il éprouve à Belle-Île :

  • 34 Cité par Duroc (J.), L’iconographie des îles bretonnes, Thèse de doctorat, Université de Rennes II (...)

« Je suis dans un pays superbe de sauvagerie, un amoncellement de rochers terribles et une mer invraisemblable de couleurs34. »

24Les visiteurs décrivent avec emphase les côtes abruptes et déchiquetées, les falaises hautes et escarpées, les grottes profondes et ténébreuses et les amas rocheux dont ils soulignent la majesté et la monumentalité, la démesure et la violence :

  • 35 T. M. Caradec livre cette description à propos de l’île de Bréhat, Autour des îles bretonnes : pay (...)

« Si Dante eût rencontré ces roches sur sa route, il en eût fait sans doute le vestibule de son enfer. Tous ces brisants s’entassent, montent les uns sur les autres dans un fouillis indescriptible. Chaos sans fin d’aiguilles aiguës, de rasoirs à lames tranchantes, de glaives levés en signe de menace35. »

25La peinture exprime également cette attirance pour les amoncellements minéraux, à l’exemple des œuvres d’Österlind qui représentent l’île de Bréhat comme noyée dans une mer de rochers ou de Lansyer qui propose une vue d’Ouessant où les pics déchiquetés et les blocs gigantesques impressionnent par leur hauteur. La dimension architecturale parfois conférée aux amoncellements de roches, les métaphores guerrières utilisées ne sont pas sans rappeler les descriptions des hautes montagnes qui, aux xviiie et xixe siècles, cherchent à déceler et traduire un ordonnancement logique dans le chaos apparent des faces, tout en admirant la confusion et l’exaltation qui en émanent. Quelle que soit toutefois la nature des paysages, l’attitude contemplative devient la norme et implique une certaine distance avec l’objet admiré. Le visiteur refuse l’emprise des sens, décline une confrontation trop personnelle avec la nature et fuit des sensations qu’il juge insoutenables :

  • 36 La Pacquerie (C. de), En Bretagne, Tours, A. Mame, 1896, p. 74.

« Que la mer est sauvage, que les lames sont hautes, que le bruit du vent est lugubre sur cette côte […]. Le vertige me saisit, mes oreilles ne perçoivent qu’un roulement épouvantable, douloureux, qui crispe mes nerfs. Aussi je me retire, regrettant que la nature humaine ne puisse supporter plus longtemps la magnificence sauvage de ce spectacle sublime36. »

26Les voyageurs admirent, certes, la violence inhérente aux paysages littoraux, mais ils l’érigent en quelque sorte au rang de décor et aspirent à la rendre la plus lointaine possible.

  • 37 Voyage en France, Paris, Nancy, Berger-Levrault, 1893-1899, t. 4, p. 23.
  • 38 Cette valorisation accompagne la promotion du courage, considéré progressivement comme un acte gén (...)
  • 39 Corbin (Alain), Le Territoire du vide…, op. cit., p. 256.

27Dans le même temps, ils adoptent une attitude comparable à l’égard des populations et tendent à mettre en évidence le spectacle aimable et rassurant qui s’offre à leurs yeux et d’où toute brutalité est proscrite. Les îles se prêtent, en effet, au fantasme d’une communauté rurale unie dans une vie certes rude, mais simple et paisible, soudée par la morale et la piété, liée par ses traditions et ses coutumes. Elles participent ainsi de cette exaltation nostalgique de la rusticité qui s’épanouit dans la seconde moitié du xixe siècle et au sein de laquelle elles semblent revêtir une dimension supplémentaire du fait de leur isolement relatif. Il n’en demeure pas moins que le spectacle d’une sauvagerie risible perce parfois. La première rencontre avec les insulaires s’apparente souvent à une prise de contact avec des sauvages effarouchés, retirés dans une contrée lointaine. Ardouin-Dumazet prend ainsi la précaution de signaler que les habitants de certaines îles n’éprouvent pas « de sentiments farouches […] vis-à-vis des étrangers37 ». Les administrateurs, quant à eux, ne se privent guère de souligner le caractère arriéré des populations. Parallèlement, les contemporains s’emploient à mettre en exergue la valeur professionnelle des insulaires dont ils signalent l’excellence. Dès les années 1830, les qualificatifs à l’endroit des marins rivalisent d’emphase quant à leur intrépidité, leur intelligence et leur courage. L’image de l’homme de mer s’enrichit, dès les années 1830 mais surtout à partir des années 1860, de celle du sauveteur dont les gestes héroïques attestent d’un dévouement et d’une abnégation exemplaires38. Les insulaires offrent ainsi une illustration de ce bon peuple dont on souligne désormais « la complète accession à l’humanité39 ».

  • 40 Itinéraire général de la France. Bretagne, Paris, Hachette, 1867, p. 599
  • 41 La nouvelle est publiée dans l’ouvrage Les enfants de la mer, Paris, C. Dillet, 1861.
  • 42 Ibidem, p. 24.
  • 43 Ibid., p. 25.
  • 44 Ibid, p. 26.
  • 45 Ibid, p. 47.

28Dans ce cadre, les contemporains ne prêtent plus guère attention à la violence et signalent, de manière lapidaire, les brutalités passées auxquelles se livraient les insulaires. Les guides Joanne se contentent ainsi de noter, en quelques mots, que les Sénans étaient autrefois qualifiés de « Diables de la mer », avant de souligner qu’ils sont « aujourd’hui les plus humains des insulaires40 ». Les rapports administratifs, quant à eux, se révèlent peu loquaces. Seule la littérature ressasse des images de brutalité et de sauvagerie qui empruntent largement aux tableaux proposés au cours de la période précédente, tout en confinant la férocité dans des lieux marginaux. En 1861, La Landelle consacre ainsi à l’île de Sein un récit dont le titre même se révèle éloquent : « Pilotes et naufrageurs41 ». Il dresse le portrait d’une famille de naufrageurs qui concentre tous les lieux communs déjà entrevus. Habitant une demeure située à l’extrémité de l’île, régulièrement cachée par le brouillard, Andhu le Païen et ses enfants s’enthousiasment lorsqu’ils sentent poindre l’imminence d’un naufrage. Les métaphores animales mettent en exergue la sauvagerie de la famille. « La bande de loups et de louves » accueille ainsi avec un « grognement de joie » la nouvelle et « rugit d’espoir42 ». L’évocation précise des préparatifs participe à entretenir un effet dramatique : « Trois grandes filles maigres, hâlées, mais vigoureuses, véritables furies de l’océan, apprêtaient déjà les fanaux destiner à tromper les navigateurs, les harpons, les gaffes et les crocs destinés à hâler les débris des navires perdus43. » Les propos qui sont prêtés à la famille rappellent à bien des égards les imprécations des vieilles femmes dépeintes par Bonnelier : « Sans pitié pour les Français, ni même pour les Bretons, leurs compatriotes, ils adjuraient la tempête de jeter l’abondance sur leur stérile écueil44. » De même, alors que les habitants de l’île s’apprêtent à chasser les naufrageurs, l’une des filles d’Andhu déclare : « Ce n’est pas de la chair pourrie de chiens ou de brebis, c’est de la chair chrétienne qu’il nous faut ! » Elle invite ensuite ses frères et sœurs à s’armer « de leurs harpons et de leurs gaffes de naufrageurs45 ». Certaines scènes, en outre, se révèlent particulièrement violentes. Plus que les naufrages eux-mêmes, ce sont les luttes et les affrontements entre les naufrageurs et les autres habitants de l’île qui se caractérisent par leur intensité. Alors qu’une jeune femme, fille d’un pilote de Sein, s’emploie à éteindre les feux meurtriers, elle est rejointe par l’une des naufrageuses qui lui adresse un violent coup de gaffe :

  • 46 Ibid., p. 33.

« Elle tomba, baignée dans son sang. La fille d’Andhu la traîna par les cheveux vers la dernière pointe et la précipita dans le tourbillon en disant : “le courant porte au large ! Va chienne, chrétienne maudite ! Va te faire manger par les requins !” Puis elle rejoignit sa famille en vociférant contre les pilotes, leurs races et leurs lois46. »

29Le récit de La Landelle apparaît ainsi en bien des points comme un prolongement des descriptions des années 1820-1830, mettant en scène un cadre, des actes et des instruments même de la cruauté qui sont intimement liés au littoral. L’originalité des propos réside toutefois dans l’éloignement de la violence, reléguée à l’extrémité de l’espace insulaire. Désormais, les représentations dominantes des îles paraissent s’accorder difficilement avec une image globale de brutalité.

  • 47 Voir notamment Chauvaud (F.), De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, (...)

30De fait, l’évocation de la violence tend à obéir à de nouvelles modalités et devient plus suggestive. Les romans de la fin de siècle continuent parfois à mettre en scène des peuplades qui s’adonnent au pillage des biens échoués le long des littoraux, mais les descriptions se révèlent succinctes et livrent une brutalité qui reste de nature verbale. En outre, les formes de violence généralement décrites cèdent la place à des scènes funèbres qui s’accordent avec le goût pour la morbidité et auxquels se prêtent les naufrages. Le récit que Le Petit Journal et L’Illustration proposent du naufrage du « Drummond Castle », au large d’Ouessant et Molène, dans la nuit du 16 au 17 juin 1896, est à cet égard révélateur. Ce ne sont pas tant les circonstances du naufrage ou les derniers instants dramatiques qu’ont pu vivre les passagers des navires qui font l’objet de longues descriptions, mais le déroulement des funérailles qui conforte l’image de populations insulaires familiarisées avec la fatalité et, à ce titre, dépositaires en quelque sorte des rituels funéraires. La violence désormais relève de l’implicite. Elle imprègne l’espace et la population à travers la description de cohabitation avec la douleur et la mort. La noble soumission à la volonté divine et aux caprices de l’océan, la souffrance contenue et silencieuse trouvent une expression forte dans les veillées funèbres dépeintes par Charles Cottet, telle La Veillée de l’enfant mort ou dans le portrait de la Veuve de l’île de Sein proposé par Émile Renouf. Ancrée dans ces lieux éloignés et spécifiques que constituent les îles, la violence paraît lointaine aux yeux des contemporains gagnés par un individualisme croissant. On assiste par conséquent à une euphémisation de la férocité et de la sauvagerie insulaires. Cette évolution reflète l’intolérance croissante de la société à l’égard de la cruauté, de la vision du sang, du spectacle de la douleur dans un contexte où les formes de violence les plus spectaculaires s’estompent47.

31Du milieu du xviiie siècle à la fin du xixe siècle, la violence revêt donc une importance variable, même si elle reste modeste, dans les représentations des îles proposées par les voyageurs, les écrivains, les peintres, les administrateurs ou encore la presse. Ce sont globalement les mêmes formes qui parcourent l’ensemble de la période, c’est-à-dire des brutalités liées au littoral, soit par le cadre choisi, soit par la nature même des actes relevés, parmi lesquels les naufrages, les luttes collectives qui se déroulent sur les bordures insulaires ou encore les affrontements qui aboutissent à la noyade d’un des deux protagonistes. La violence tend toutefois à revêtir une forme plus suggestive à la fin du xixe siècle, à travers notamment la présentation de scènes funèbres. L’attention qui est portée à la brutalité tout au long de la période répond à la volonté de mettre en évidence l’archaïsme de ces contrées, de promouvoir l’altérité et la singularité du monde insulaire et plus généralement du littoral et s’accorde avec les images successives d’enclaves harmonieuses, de marges inquiétantes et de conservatoires de traditions. Les modalités de description connaissent, par conséquent, de profonds remaniements. Les images proposées se révèlent plus ou moins explicites, plus ou moins violentes. L’évocation succincte et mesurée de la seconde moitié du xviiie siècle glisse, pendant les premières décennies du xixe siècle, vers des tableaux particulièrement impressionnants et cruels, avant de laisser la place à des allusions évocatrices. Au cours de l’ensemble de la période, les représentations les plus violentes demeurent toutefois le fait de la littérature et concernent surtout certaines îles. Sein incarne ainsi l’île des druidesses et des naufrageurs ; Ouessant cristallise les images de mort et de douleur.

  • 48 Archives départementales du Finistère, 4 U 212, rapport du juge de paix au procureur, 20 février 1 (...)

32Il importe enfin de souligner qu’il s’agit là de représentations proposées par certains contemporains, à travers des sources de natures précises. Or, les archives judiciaires laissent entrevoir, tout au long de la période, des formes de violence différentes et proposent des images qui tranchent avec les discours précédemment entrevus. Guère relevées par les voyageurs et les écrivains, ces violences ne sont pas spécifiques aux seules populations littorales. La violence verbale, qui gouverne les relations entre les insulaires, affleure ainsi dans les dossiers des justices de paix, dénonçant les injures, regrettant les atteintes à l’honneur et à la réputation, traduisant la difficile reconquête de la renommée. La violence physique émerge également des archives judiciaires, à travers les procès pour coups et blessures, attentats à la pudeur et viols, infanticides et autres crimes. Les discours tranchent avec l’exacerbation d’une singularité insulaire, du moins littorale, et montrent des îles traversées par les agressions verbales et les brutalités physiques, et ce à l’image des autres sociétés rurales. Néanmoins, les regards que les autorités judiciaires portent sur les îles se révèlent malaisés à envisager. Les remarques qui sont formulées lors des procédures visent en effet à blâmer les entorses à loi, à fustiger les comportements déviants, à stigmatiser la monstruosité des coupables. L’impression prévaut, par conséquent, que la perception de l’insulaire est recouverte par l’appréhension du criminel. Tout au plus est-il possible de signaler l’observation du juge de paix d’Ouessant qui note, en 1849, « la répugnance des insulaires à voir divulguer à l’extérieur, au dehors, le désordre de leur île » et les efforts accomplis pour « dissimuler les causes à l’extérieur » et proposer « l’apparence d’une sépulture blanchie48 », suggérant ainsi la difficulté que les autorités éprouvent à entrevoir les violences insulaires.

Notes

1 Rappelons également l’absence, dans la plupart des îles bretonnes, de révoltes ou de manifestations violentes collectives dans la seconde moitié du xviiie siècle. Voir notamment Guillemet (D.), Les îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, la Crèche, Geste éditions, 2000.

2 C’est le cas notamment de Mignot de Montigny, en 1752, «  Les voyageurs en Bretagne, le voyage de Mignot de Montigny en Bretagne en 1752, par H. Bourde de la Rogerie », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1925, t. VI, p. 225-301.

3 Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830, Paris, Fayard, 1993, p. 41.

4 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la nation bretonne, Nantes, Vatar, 1778-1780, t. 1, p. 259.

5 Cette fable est parue dans le recueil L’Innocence du premier âge en France, Paris, Delalain, 1768. 6. Ibidem, p. 62.

6 Ibidem, p. 62.

7 Voir notamment Marouby (C.), Utopie et primitivisme. Essai sur l’imaginaire anthropologique à l’âge classique, Paris, Seuil, 1990.

8 Billardon De Sauvigny, L’innocence du premier âge en France, Paris, Delalain, 1768, p. 75-76.

9 Ibidem, p. 78.

10 Ibid, p. 84-85.

11 Ibid., p. 88.

12 L’Année littéraire, 1768, t. 6, p. 3-27.

13 Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Paris, Cercle-social, an VII. À l’égard de Sein, la description est la suivante : «  Ne cherchez dans cette île ni fleurs, ni fruits, ni cette multitude d’oiseaux faits pour animer la nature. Il y règne d’affreuses tempêtes, une humidité continuelle, une éternelle mélancolie. Les brouillards, les frimats s’y promènent habituellement en tourbillons […] », t. 2, p. 258.

14 Voyage dans les départements de la France, Paris, Brion, 1792, t. 5.

15 Ibidem, p. 40.

16 Cambry, Voyages…, op. cit., t. 1, p. 105.

17 Parmi les auteurs de ces interprétations étymologiques, citons le chevalier de Fréminville, Antiquités de la Bretagne, Brest, Lefournier et Deperiers, 1827-1837. Ces interprétations tranchent avec les définitions du siècle précédent qui visaient à démontrer la connaissance des îles sous l’Antiquité romaine.

18 Dauvin, «  Les îles des Saints et d’Ouessant », La France maritime, 1835, t. 2, p. 321.

19 Le Territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 1988.

20 Cambry, Voyages…, op. cit., t. 2, p. 75.

21 Dauvin, op. cit., p. 321. De même, Cambry suggère qu’il n’existe pas de différence entre l’insulaire et son île : «  L’homme n’établit que par un mouvement matériel, une différence entre son existence et celle du rocher qu’il habite », op. cit., t. 2, p. 75.

22 Dauvin, op. cit., p. 322.

23 Les vieilles femmes de l’île de Sein, Paris, A. J. Kilian, t. 2, 1826.

24 Ibidem, t. 1, p. 39.

25 Id., t. 1, p. 41.

26 Id., t. 1, p. 39.

27 Id., t. 1, p. 41.

28 Id., t. 2, p. 147.

29 Id., t. 2, p. 149-151.

30 Id., t. 2, p. 223.

31 Id., t. 1, p. XXII.

32 Les criminels du Poitou au xixe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, La Crèche, Geste éditions, 1999

33 Voir notamment Grignon (G.), Voyage à Belle-Île-en-mer, puis à Lorient et retour à Nantes par Vannes, Auray et la Roche-Bernard, Nantes, A. Guéraud, 1860.

34 Cité par Duroc (J.), L’iconographie des îles bretonnes, Thèse de doctorat, Université de Rennes II, 1995, p. 82.

35 T. M. Caradec livre cette description à propos de l’île de Bréhat, Autour des îles bretonnes : paysages, contes, légendes, commerce, industrie, pêcheurs de sardines, thonniers, homardiers, Paris, P. Lannu, 1900, p. 97.

36 La Pacquerie (C. de), En Bretagne, Tours, A. Mame, 1896, p. 74.

37 Voyage en France, Paris, Nancy, Berger-Levrault, 1893-1899, t. 4, p. 23.

38 Cette valorisation accompagne la promotion du courage, considéré progressivement comme un acte généreux et vertueux. Le secours aux noyés constituent ainsi la moitié des prix Montyon accordés aux gestes de bravoure dans les années 1830, comme le souligne Sylvain Rappaport, Images et incarnation de la vertu : les prix Montyon (1820-1848), Thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris 1, 1999.

39 Corbin (Alain), Le Territoire du vide…, op. cit., p. 256.

40 Itinéraire général de la France. Bretagne, Paris, Hachette, 1867, p. 599

41 La nouvelle est publiée dans l’ouvrage Les enfants de la mer, Paris, C. Dillet, 1861.

42 Ibidem, p. 24.

43 Ibid., p. 25.

44 Ibid, p. 26.

45 Ibid, p. 47.

46 Ibid., p. 33.

47 Voir notamment Chauvaud (F.), De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, Brepols, 1991.

48 Archives départementales du Finistère, 4 U 212, rapport du juge de paix au procureur, 20 février 1849.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540