Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Troisième partie. Violences légitimées, violences maîtrisées

Le mal venu de la mer

La prévention des épidémies dans les ports de l’Aunis sous l’Ancien Régime

Pascal Even

Texte intégral

Une ville en état de siège, 1720-1722

  • 1 Archives municipales (AM) de La Rochelle, E supplément 1180-1181, « Distribution de la garde des p (...)

1Le 26 octobre 1721, le corps de ville de La Rochelle, taraudé par la peur de la peste qui désole déjà depuis de longs mois Marseille et la Provence, prend une nouvelle disposition spectaculaire afin de compléter les mesures de protection successivement adoptées au cours des mois précédents, depuis l’annonce de l’épidémie, afin de protéger la ville et le port des progrès d’un mal particulièrement meurtrier. Tous les notables sont en effet mobilisés et enrôlés pour monter la garde sur les remparts et veiller au respect des dispositions interdisant l’introduction dans la cité de tout individu ou objet suspect : les nobles et les officiers du bureau des finances, du corps de ville, de l’élection, de l’amirauté et des traites prennent position à la Porte royale, les officiers du présidial et les avocats gardent la Porte dauphine, les négociants font le guet devant la porte Saint-Nicolas et surveillent la chaîne tendue entre les deux tours afin de barrer l’entrée du port. Le clergé lui-même est envoyé veiller à la Porte Neuve. Aucune dispense n’est admise : « […] personne ne pourra s’en exempter sous prétexte de privilège, de maladie feinte et voyage simulé1. »

  • 2 Idem, E supplément 27, délibérations du corps de ville des 5, 8, 11 décembre 1721 et du 19 février (...)

2La cité, frappée d’une véritable fièvre obsidionale, vit alors claquemurée depuis des mois ; aucune marchandise ne peut y pénétrer ni en sortir sans une vérification attentive, la délivrance de certificats de santé et l’apposition de scellés. Tandis que plusieurs chaloupes de santé croisent au large afin de visiter les navires qui se présentent dans la rade et dans l’île de Ré, que les navires en provenance de Marseille sont refoulés et que les autres font l’objet d’une enquête attentive, des patrouilles parcourent les rues afin de chasser les derniers mendiants étrangers à la cité qui, considérés comme les vecteurs potentiels du mal, sont impitoyablement expulsés. Des passeports intérieurs ont même été distribués aux pauvres de la ville qu’on ne peut chasser pour éviter les confusions. Nouveau témoignage de la peur qui règne dans la cité, quelques semaines plus tard, le corps de ville, réuni en assemblée extraordinaire avec le concours des cinq principaux négociants de la cité, décide de faire brûler publiquement trois balles de poils de chameau importées de Smyrne, via Amsterdam, par un négociant rochelais. En dépit des protestations de ce dernier, les marchandises incriminées sont détruites par le feu en présence de deux échevins, du procureur du roi et des commissaires du corps de ville. La mesure est approuvée quelques semaines plus tard par les services du contrôleur général2. Lorsque les dernières mesures de protection sont levées, en décembre 1722, la ville vit en état de siège depuis deux ans.

3Les mesures de protection adoptées par la cité lors de cet épisode tragique contrastent de façon singulière avec l’attentisme et la moindre vigilance dont font traditionnellement preuve les autorités locales en matière de prévention des épidémies. Le caractère exceptionnel des dispositions prises en 1721 et 1722 et la rigueur qui préside à leur application peuvent évidemment être imputées à la terreur engendrée par la dernière incursion dramatique de la peste sur le territoire français. Mais la peur de l’épidémie, au demeurant lointaine, n’explique pas à elle seule la mobilisation des Rochelais : les statistiques démographiques de la cité montrent en effet que la ville a précisément été victime à cette époque d’une épidémie, la plus importante du siècle, que révèle une augmentation sensible de la mortalité suivie, au cours des années suivantes, d’une chute caractéristique des décès.

  • 3 Volkmann (Jean-Charles), L’évolution de la population et des comportements démographiques de La Ro (...)
  • 4 Les médecins de la fin du siècle retiendront deux grandes épidémies à La Rochelle, toutes deux dép (...)

4Les chiffres sont en effet éloquents puisque le nombre des décès comptabilisés dans les cinq paroisses de la cité passe de 955 en 1719 et 902 en 1720 à 1257 en 1721 avant de redescendre à 909 l’année suivante et à 665 en 17233. La crise se développe à partir de l’automne 1721 et culmine aux mois d’octobre avec 234 décès et de novembre avec 234 décès également avant de s’apaiser progressivement. Or si l’année 1721 apparaît caractérisée à La Rochelle par la plus grave crise démographique du siècle, l’épidémie, due non à la peste mais vraisemblablement aux fièvres qui se développent ordinairement à l’automne dans la ville, n’est à aucun moment évoquée. Alors que toutes les énergies sont mobilisées afin de prévenir l’introduction de la peste de Provence, les édiles, les notables comme les médecins de l’époque restent muets sur la présence d’une épidémie dans la cité. Leurs successeurs le seront tout autant, qu’il s’agisse du Père Arcère, auteur d’une monumentale histoire de la ville en deux volumes publiée trente ans plus tard ou des médecins qui, à la fin du siècle, dresseront le tableau des affections épidémiques qui ont affecté la ville. En dépit de cette occultation officielle, la crise n’a pourtant pas pu échapper aux contemporains ; c’est précisément à la fin du mois d’octobre, c’est-à-dire au moment où le nombre des décès atteint son maximum, que sont adoptées les mesures les plus sévères afin d’empêcher l’entrée dans la cité de tout élément suspect et que les notables se portent en armes pour garder les portes et le port4.

La prévention des « contagions »

5En tout état de cause, l’épisode illustre la crainte inspirée dans les cités maritimes de l’Ancien Régime par les maladies contagieuses importées des pays étrangers et de la plus redoutable d’entre elles, la peste. Depuis des siècles en effet, importé des confins orientaux de la Méditerranée, le terrible mal qui accompagne les déplacements des marchands et des navires surgit périodiquement en Europe et chacune de ses incursions se traduit par des épidémies meurtrières.

  • 5 Panzac (Daniel), Quarantaines et lazarets, l’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence, Edisud, (...)

6Les activités des ports, les échanges commerciaux sont ainsi régulièrement interrompus par la menace épidémique. Pour se protéger de la peste, les États commerçants, exposés, par leur vocation, à la diffusion des maladies venues de contrées lointaines, ont multiplié depuis le xive siècle, des lazarets, des bureaux et règlements de santé, établi des quarantaines – le bureau de santé de Marseille est créé autour de 1640 – autant de barrières destinées à faire obstacle à la propagation de la maladie depuis que son caractère contagieux a été reconnu. Les mesures de prévention adoptées par les États européens dans la seconde moitié du xviie siècle et renforcées dans le royaume de France par une administration royale centralisée, ont fait la preuve de leur efficacité ; la peste recule et ses incursions s’espacent5. Mais la peste reste présente sinon dans les faits, du moins dans les esprits ; la peur inspirée par la maladie resurgit lors de chaque alerte et l’irruption ponctuelle de germes infectieux mal identifiés dans les ports de la côte atlantique entretient régulièrement l’inquiétude. Les pestes, « péripneumonies gangréneuses » et autres « maladies de Siam » mentionnées aux quatre coins du globe, en Orient, dans les colonies d’Amérique, dans la Baltique et dans les Balkans, en Pologne et en Russie, constituent une menace permanente à laquelle les ports marchands du ponant n’échappent pas.

7Si ceux de l’Aunis ne disposent pas, comme en Méditerranée, de lazarets permanents, des mesures de précaution sont adoptées ponctuellement lors de chaque alerte. La menace n’est pas vaine et les annales des ports charentais rapportent les incursions, parfois dramatiques, de différentes maladies apportées ou non par les navires qui relâchent sur les côtes d’Aunis et de Saintonge. Dans le nouveau port de Rochefort et rien que jusqu’à la fin du xviie siècle, des alertes épidémiques sont ainsi enregistrées, en 1671, 1673, 1688 et 1693-1694. Sous l’Ancien Régime, entre Rochefort, arsenal et port militaire et La Rochelle, port marchand actif, tous les deux en relations constantes avec les colonies d’Amérique, le péril épidémique est permanent. Il le restera longtemps. En 1927 encore, le décès, à l’hôpital militaire Aufrédy de La Rochelle, d’un malade de retour de Dakar et atteint de la fièvre jaune, ranimera brutalement les inquiétudes des siècles passés…

8Aux effets des maladies venues d’horizons lointains importées par les navires contaminés, s’ajoutent dans nos ports charentais animés par des mouvements perpétuels de population, ceux des épidémies ayant une origine locale, notamment les fièvres et le paludisme qui déciment les populations des régions marécageuses de la province jusqu’au xixe siècle. Les unes et les autres se développent d’autant plus facilement dans des villes où les facteurs d’insalubrité ne manquent pas ; à La Rochelle, les boucheries, les lavoirs installés dans les faubourgs, les cimetières mais également les casernes et les hôpitaux constituent autant de foyers permanents d’infection. La situation sanitaire du port de Rochefort, dans la seconde moitié du xviie siècle et au début du siècle suivant, reste particulièrement préoccupante en raison de la présence des marais voisins, mais aussi de l’hygiène déplorable qui règne alors dans la ville, de fondation encore récente, et qui ne dispose pas, en dépit des efforts des intendants, Michel Bégon notamment, d’un réseau sanitaire et hospitalier analogue à celui dont bénéficient les autres cités de la province. L’absence de pavage des rues, la présence permanente de boues alimentées par les eaux pluviales, la mauvaise qualité de l’eau potable transforment la ville en véritable cloaque.

  • 6 Torlais (Dr Jean), Médecine d’autrefois en Aunis et Saintonge, La Rochelle, Éditions Rupella, 1931 (...)
  • 7 Chirac, arrivé dans la cité en février 1694, évoque l’épidémie de Rochefort et les remèdes employé (...)
  • 8 En 1706-1707, des précautions sont prises pour les navires arrivant d’Amérique.
  • 9 AN, G7 342, « Mémoire concernant la visitte des vaisseaux dans les rades de La Rochelle et isles d (...)

9Si une origine maritime n’est pas attribuée aux nombreux épisodes épidémiques qui ont désolé le grand port de l’Aunis depuis le Moyen Âge, c’est à partir du milieu du xviie siècle que sont mentionnées les premières mesures de protection contre les maladies introduites par des navires contaminés. À la fin de la période troublée de la Fronde, dans une ville qui répare lentement les ruines causées par le siège de 1627-1628, une ordonnance rendue le 7 juin 1653 interdit en effet l’entrée du port à tous les maîtres de barque et matelots provenant de lieux infectés6. Les contemporains établissant désormais un lien entre la maladie et l’océan, dès lors, l’origine maritime des « contagions » est régulièrement évoquée dans la correspondance des administrateurs et les rapports des médecins. Ainsi, à la fin du siècle, en 1694, le médecin Chirac, professeur à la faculté de Montpellier, attribue-t-il à l’arrivée de navires infectés les maladies virulentes (rougeole, variole, typhus et peste) qui désolent alors le port de Rochefort où il a été appelé par l’intendant Michel Bégon et où 400 malades, soldats et marins, sont traités à l’hôpital de la marine7. Une ordonnance du lieutenant général de police de La Rochelle, en date du 4 avril 1705, rappelle de la même façon « qu’il arrive journellement en ceste ville plusieurs particuliers et marchandises venant des isles d’Amérique, des Indes et autres voyages de long cours qui ont des maladies contagieuses, ce qui cause une mortalité surprenante depuis quelques années8 ». Quant au médecin Emery Cailler des Barbalières, chargé de coordonner à La Rochelle les mesures de prévention contre les épidémies, il affirme en 1713, non sans exagération, que la stricte application des règlements sanitaires a entraîné la disparition des épidémies qui apparaissaient régulièrement dans la ville les années précédentes, « qu’il s’y mouroit le quart du peuple9 ».

La réalité de la menace épidémique

10Au xviiie siècle, si la peste ne se manifeste plus désormais, plusieurs épidémies continuent à désoler régulièrement les ports charentais. À Rochefort, les plus virulentes sont effectivement introduites par les équipages infectés des navires des escadres royales qui remplissent brutalement les hôpitaux et chaque fois, elles jettent l’alarme dans la généralité, les autorités craignant naturellement que les maladies ne quittent l’enceinte des établissements de santé et ne se répandent parmi la population. La cité fondée par Colbert connaît ainsi toute une succession d’alertes : en 1745 par exemple avec l’arrivée dans la rade de l’île d’Aix de l’escadre du chevalier de Piosin dont les navires portent 1200 malades. L’hôpital de la marine est rapidement engorgé en dépit de l’utilisation de tous les locaux disponibles et de l’installation des malades sous des tentes.

  • 10 Arcère (Louis-Étienne), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d’Aunis composée d’après le (...)
  • 11 Dubois (Dr J.-C.), « Une figure de médecin charentais, Cochon Dupuy », dans Le pays charentais, au (...)

11L’année suivante, en 1746, plusieurs navires de l’escadre du duc d’Anville, de retour d’Amérique, relâchent encore à Rochefort, remplis de malades. Les matelots et les troupes transportés par les navires sont en effet attaqués d’un « scorbut pestilentiel », le typhus, et l’hôpital de la marine, rapidement débordé, doit accueillir 2 400 malades soignés par le médecin Jean Cochon Dupuy, fondateur de l’école royale de chirurgie établie dans le port, assisté de son fils Gaspard10. L’affluence des malades est telle que les autorités doivent faire aménager en toute hâte des baraquements provisoires, mobiliser tous les chirurgiens de la généralité et apaiser la population qui craint naturellement que l’épidémie ne gagne la ville11. Ces précautions ne sont pas inutiles à en juger par le nombre de décès enregistrés puisque cinq cent treize malades périssent et avec eux, vingt-trois officiers de santé, quatorze sœurs de la Charité et cinq aumôniers.

  • 12 Sardet (Dr Michel), L’École de chirurgie du port de Rochefort (1722-1789), un modèle sous l’Ancien (...)
  • 13 Arcère (L.-E.), op. cit., t. II, p. 439.

12Le rapatriement de la garnison de Louisbourg et des colons de l’Île Royale entraîne l’aménagement d’hôpitaux provisoires dans l’île d’Aix, au Vergeroux et Port-des-Barques tandis que d’autres malades sont dirigés sur le petit hôpital du Château-d’Oléron12. L’historien de La Rochelle, le Père Arcère, évoque ainsi l’arrivée misérable des habitants de l’Île Royale chassés de leurs foyers par les Anglais et ramenés en métropole par les navires du roi. Ils arrivent, écrit-il, « l’esprit tristement occupé de leurs misères, ayant tout perdu. Ces douloureuses affections de l’âme portant leurs vives atteintes sur le corps même, nos colons furent presque tous malades et fournirent ainsi une nouvelle matière au zèle de M. Dupuy13 ».

  • 14 Sardet (Dr M.), op. cit., p. 38 et 72. Le port de Rochefort dont le séjour est réputé dangereux, e (...)

13Le même processus se répète en 1757 avec l’arrivée dans le port de plusieurs navires de l’escadre Dubois de La Motte ; 500 décès sont enregistrés en quelques mois. En 1762, des centaines de malades sont hospitalisés dans l’hôpital de la marine mais également dans les hôpitaux provisoires de Lupin et de Port-des-Barques. Des établissements de soins temporaires doivent de nouveau être ouverts en 1779 et 4 649 décès sont encore comptabilisés de 1780 à 1782, l’épidémie emportant le deuxième médecin du port et le chirurgien major14. Avec une nouvelle alerte en 1786, les dernières années de l’Ancien Régime apparaissent caractérisées par une recrudescence des maladies épidémiques. Le danger est donc bien réel.

  • 15 Torlais (Dr J.), op. cit., p. 46.
  • 16 Guillemet (Dominique), Les Îles de l’Ouest, de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à nos jours, La Crèche (...)

14Matelots et soldats éprouvés par un long séjour en mer constituent en effet une proie privilégiée pour des maladies dont le développement est favorisé par les conditions de vie à bord des navires, l’entassement, la promiscuité, une mauvaise alimentation et une hygiène défectueuse. Les soldats et marins ne constituent pas cependant les seuls vecteurs des épidémies sur les côtes de l’Aunis. Pendant la guerre de Sept ans, le rapatriement des populations évacuées du Canada et des Acadiens constitue, nous l’avons déjà noté, un nouveau danger. En 1779-1780, de nombreux décès sont encore constatés parmi les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon chassés par les Anglais et rapatriés à la fin de l’année 1778 sur les côtes de l’Aunis15. Comme les ports du littoral charentais, les îles sont également les victimes désignées de ces épidémies apportées par les navires ; en 1772, l’île d’Aix est ainsi désolée par une épidémie vraisemblablement introduite par des marins contaminés. De même, la maladie qui règne dans l’île de Ré, de 1779 à 1781, entraîne le triplement du nombre des décès dans certaines paroisses et le curé d’Ars, le sieur Brin, doit même, à la fin du mois de septembre 1779, demander des feuillets supplémentaires pour inscrire sur son registre paroissial les décès enregistrés dans sa paroisse « à cause des morts extraordinaires des petits enfants16 ».

Les acteurs de la prévention

  • 17 ADCM, B 5644. En 1679, au sujet de la peste régnant en Espagne, en 1692, pour établir une quaranta (...)
  • 18 Bibliothèque nationale de France, ms., nouv. acqu. fr. 21332, f° 230, lettre de l’intendant Arnoul (...)

15Afin de protéger la province et les ports de l’Aunis, les représentants de l’administration royale disposent d’un arsenal sanitaire qui repose sur l’établissement de quarantaines, de bureaux et de chaloupes de santé. Lors de chaque alerte, les autorités s’efforcent ainsi d’empêcher la diffusion de ces « contagions » et des instructions sévères sont données afin de contrôler les navires et leurs équipages, de renfermer étroitement les malades dans les hôpitaux et d’éviter les contacts avec les populations. L’efficacité de ces mesures est conditionnée par la rapidité de la circulation des informations diffusées par l’administration centrale. Dès qu’une maladie épidémique éclate en Europe, dans les comptoirs orientaux ou encore dans les colonies d’Amérique, les bureaux de Versailles alertent le réseau administratif. Les représentants du roi, intendants de la marine ou intendants de police, justice et finances, les officiers de l’amirauté réagissent immédiatement. Très régulièrement donc, des consignes de sécurité parviennent dans les ports charentais et il n’y a guère d’année entre 1670 et 1722 où l’on ne trouve, dans les archives de l’amirauté, de l’intendance ou du corps de ville, des ordonnances sur le sujet adoptées à l’initiative des ministres17. Inversement, l’alarme peut parfois être donnée localement ; l’intendant de la marine Pierre Arnoul écrit ainsi à Seignelay le 28 octobre 1685 : « Je croy, Monseigneur, qu’il faudra faire faire une quarantaine aux flustes qui reviendront de Canada, quand elles ariveront icy veu la contagion qu’on dit qui s’y estoit mise en alant d’icy à Québec18. »

  • 19 L’annonce d’une épidémie de peste dans la capitale portugaise, transmise par Madrid, conduit les a (...)

16L’éloignement des lieux frappés par les épidémies, la lenteur des communications, l’imprécision des rapports des médecins sur la nature exacte des maladies et l’inefficacité des remèdes utilisés afin d’en entraver les progrès, avivent encore l’inquiétude des administrateurs et des populations et favorisent le développement de rumeurs incontrôlables. Certains accidents épidémiques prennent parfois une telle ampleur dans le public que les autorités, et en premier lieu les intendants, peu soucieux d’alarmer leurs administrés, sont amenées à publier des mises au point qui ne suffisent pas toujours à ramener le calme dans les esprits. On les soupçonne en effet, à juste titre bien souvent, de minimiser l’importance du mal afin de ne pas interrompre les activités portuaires et les échanges commerciaux. Il arrive cependant que l’appareil administratif et sanitaire se mette en branle sur une simple rumeur qui se révèle infondée ; les bureaux de Versailles multiplient alors les instructions sur les précautions à prendre contre des maladies qui n’existent que dans les imaginations. La « peste de Lisbonne » de 1757 en constitue un bon exemple19.

17L’adoption de mesures de prévention dans les ports de l’Aunis repose essentiellement sur les intendants, représentants du roi et détenteurs de l’autorité. Ces derniers s’efforcent toutefois d’associer à leur action dans le domaine sanitaire les différents corps de la cité, les édiles d’une part, les officiers de l’amirauté de l’autre. Le concours de ces derniers ne soulève guère de difficultés. Les ordonnances qu’ils rendent réglementairement sur le fait des « contagions » sont affichées dans la ville ainsi que dans l’île de Ré. Ils désignent par ailleurs les officiers de santé, médecins et chirurgiens, chargés de procéder à la visite des navires ainsi que les interprètes qui les accompagnent. Ils rédigent encore les règlements des chaloupes de santé et les instructions données aux capitaines de ces dernières. Leurs attributions tendent néanmoins à décroître au cours du xviiie siècle.

  • 20 AM La Rochelle, E supplément 24, délibérations du corps de ville, dél. du 8 juillet 1699.

18La coopération du corps de ville de La Rochelle laisse davantage à désirer. Supprimé après le siège de 1627-1628, il n’a été rétabli en effet qu’en 1694 et les négociants, nombreux dans ses rangs, manifestent un zèle modéré dans l’application des consignes de précaution données par l’administration royale. Dans les années qui suivent son rétablissement, le corps de ville participe toutefois activement à la lutte contre les épidémies. Ainsi, le 8 juillet 1699, c’est à l’initiative du maire que se réunissent échevins, juges consuls et anciens négociants afin de prévenir l’extension éventuelle de l’épidémie qui sévit alors dans les îles d’Amérique20.

19Il est vrai qu’à cette époque encore, l’intendant de la généralité de La Rochelle, créée en 1694, exerce toujours les fonctions d’intendant de la marine et il réside ordinairement dans le port de Rochefort ; les deux charges ne seront dissociées qu’en 1717. Si en septembre 1709, c’est l’intendant Michel Bégon qui réunit, sur ordre de Pontchartrain, les magistrats et les principaux négociants de La Rochelle afin de prendre des dispositions à l’encontre des navires contaminés en provenance de la Baltique, lors de l’épisode de 1720-1721, le corps de ville, en liaison avec l’amirauté, joue un rôle essentiel. C’est le maire qui convoque les assemblées extraordinaires chargées de prendre les mesures imposées par la situation, c’est le corps de ville qui arme la chaloupe chargée de contrôler les navires et qui règle les gages des officiers de santé, qui fait sceller les marchandises qui entrent ou qui sortent de la ville, qui recense les mendiants domiciliés et organise la chasse aux gueux étrangers ou encore la garde des notables aux portes de la cité. L’intendant Amelot de Chaillou n’intervient que pour confirmer les décisions des édiles et les appuyer de son autorité. Le 22 août 1721, il confirme par une ordonnance l’établissement à chaque porte de la ville d’une garde composée de deux bourgeois et commandée par un magistrat ou un négociant. Quelques mois plus tard, il approuve encore le règlement adopté par le corps de ville qui mobilise tous les notables pour surveiller les portes et il y ajoute même une disposition punissant d’une amende de 20 livres les contrevenants. Enfin, ce n’est pas l’intendant qui prend l’initiative de faire brûler les marchandises suspectes apportées par le navire « Jean » d’Amsterdam ; il s’en remet « à la prudence du corps de ville ».

  • 21 AN, G7 344, lettre de l’intendant Amelot de Chaillou au contrôleur général du 20 décembre 1721. L’ (...)

20En revanche, Amelot de Chaillou s’élève vivement contre les négligences de la chaloupe de santé préposée à la surveillance du port, absente au moment de l’arrivée du navire, contre l’attitude du capitaine hollandais qui a fait décharger les marchandises sans l’autorisation du corps de ville et enfin, contre le négociant Bonfils qui a favorisé le déchargement des balles de poils de chameau incriminées21.

  • 22 AM La Rochelle, E supplément 27, registre des délibérations du corps de ville, dél. du 4 novembre (...)

21Une coopération étroite s’est donc instaurée entre le corps de ville d’une part, les officiers de l’amirauté et les services de l’intendance de l’autre à la faveur de la terreur provoquée par l’épidémie. Toutefois, cette collaboration fait souvent défaut lorsque la menace apparaît plus lointaine. Les édiles se montrent en effet généralement circonspects lorsque des mesures de prévention leur sont proposées ; par crainte d’une interruption du commerce, ils font souvent la sourde oreille et s’efforcent de gagner du temps. Ainsi, lorsque l’intendant transmet au corps de ville le rapport adressé par le médecin Cailler des Barbalières au Conseil de la marine dans lequel ce dernier demande, au début de l’épidémie de Marseille, la visite des navires venant également d’Amérique afin de lutter contre la maladie de Siam, les édiles émettent, en novembre 1720, de sérieuses réserves. Ils estiment notamment que les frais d’armement de la chaloupe de santé doivent être assurés par les armateurs des navires et non par la cité. Les profits que les négociants réalisent habituellement dans ces expéditions, leur permettent, affirment-ils, de supporter cette charge22.

L’arsenal sanitaire

  • 23 Comme les officiers de santé ne sont pas toujours disponibles immédiatement, la croisière de la ch (...)

22Quelles sont donc les mesures adoptées ? En mer, une ou deux chaloupes sont armées afin d’identifier les navires qui arrivent dans la rade et qui doivent signaler leur présence en arborant leur pavillon et en tirant deux coups de canon. Le capitaine de la chaloupe établit un premier contact en usant d’un porte-voix ; il s’enquiert de la nationalité du navire, de son port de départ et des escales qu’il a effectuées avant de procéder à l’examen des papiers et certificats de santé qui lui sont présentés. La chaloupe, armée, est autorisée à faire feu si le capitaine n’obtempère pas. Le médecin et le chirurgien procèdent alors à une visite du navire et de l’équipage qu’ils interrogent avec l’aide de l’interprète23. Lorsque tout risque est écarté, le débarquement des marchandises est autorisé. En cas de doute, les officiers de santé contraignent le capitaine à effectuer une quarantaine dans un lieu abrité, la baie de l’Aiguillon ou la rade de l’île d’Aix. Selon un schéma désormais classique fixé par les ordonnances successives, les malades sont débarqués pour leur part à la pointe des Minimes, près de La Rochelle, lieu aéré et suffisamment éloigné de la ville, pour y faire leur quarantaine et y être soignés éventuellement, sous la surveillance d’un détachement de la milice bourgeoise, dans les bâtiments du corps de garde. Si les capacités de ce dernier se révèlent insuffisantes, des camps de toile sont sommairement aménagés. Les morts éventuels doivent être inhumés dans un cimetière éloigné de la cité et leurs vêtements soigneusement brûlés. La quarantaine achevée, équipage et passagers sont autorisés à gagner la cité ou à reprendre leur route, après avoir été « parfumés » selon l’expression du temps. Quant aux marchandises, elles sont débarquées au même endroit et ventilées pendant un certain délai.

23Le corps médical est étroitement associé aux mesures de prévention. Dans le port de Rochefort, médecins et chirurgiens de la marine font habituellement face aux accidents épidémiques ; il en est de même à La Rochelle où les médecins civils sont chargés de coordonner les soins. Lorsque le mal est trop violent, comme en 1693-1694, l’intendant demande à Versailles l’envoi de spécialistes comme le médecin Chirac. Ce dernier, après la mort du médecin de la marine, victime lui-même de l’épidémie, lutte contre la maladie avec l’assistance d’Antoine Gallot qui enseigne ordinairement l’anatomie aux chirurgiens de la ville voisine de La Rochelle. La fondation d’une école royale de chirurgie réputée à Rochefort permet ensuite aux intendants de disposer de professionnels compétents et en nombre généralement suffisant et leurs conseils sont écoutés. Il en va autrement à La Rochelle où les recommandations des médecins civils restent souvent sans écho. Le peu d’intérêt prêté aux rapports adressés à Versailles par Cailler des Barbalières illustre le rôle ambigu réservé aux médecins des épidémies souvent consultés mais guère écoutés.

  • 24 AM La Rochelle, E supplt. 1180-1181, ordonnance du maire du 9 septembre 1721, La Rochelle, Pierre (...)

24Les mendiants et gueux, nombreux dans les ports de l’Aunis où les attirent des perspectives de travail et de moyens d’existence, constituent des victimes désignées en cas d’épidémie. Les autorités craignent tout particulièrement ces errants susceptibles de venir de lieux contaminés et qu’il est impossible de contrôler. Dès qu’une épidémie est signalée, ils sont impitoyablement refoulés. La première garde de bourgeois établie à La Rochelle lors de l’épisode de la peste de Marseille, en janvier 1721, doit veiller tout particulièrement à interdire l’entrée de la cité aux gueux mendiants. Ces derniers ont un délai de vingt-quatre heures pour quitter la ville et des patrouilles sont chargées de les arrêter. En septembre suivant, le maire constate qu’on découvre chaque jour des visages inconnus dans les rues. Ces mendiants, dépourvus de certificats de santé, se déguisent, affirme-t-il, en paysans et en journaliers de la banlieue, font semblant d’être employés aux récoltes et parviennent ainsi à pénétrer dans la ville où ils se débarrassent de leurs habits d’emprunt pour mendier24.

  • 25 25. Idem, E supplément 27, registre des délibérations de la ville, dél. du 30 mars 1722.

25Comme il n’est pas possible cependant de chasser tous les mendiants, la ville décide de recenser les mendiants domiciliés. Afin de les identifier, de véritables passeports intérieurs revêtus des armes de la cité et portant leur signalement, sont remis aux différents curés de la ville, chargés de les distribuer. Pour stimuler le zèle des archers chargés d’arrêter les mendiants, maintenus en prison pendant vingt-quatre heures avant leur expulsion, une prime de 10 sols leur est versée pour chaque individu arrêté. Ces mesures exceptionnelles apparaissent toutefois difficilement applicables et le 30 mars 1722, le corps de ville constate avec dépit : « Il ne laisse pas d’entrer et séjourner dans la cité de pauvres mendiants, vagabonds et gens sans aveu qui, par le mauvais air qu’ils y apportent, par leurs infirmités ou maladies, rendent toutes les précautions prises inutiles25. »

26Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le rôle de l’État se renforce sensiblement dans le domaine sanitaire. Sous l’impulsion des nouveaux courants de pensée, les intendants s’efforcent d’améliorer la salubrité des villes et les conditions sanitaires d’existence des populations dont ils ont la responsabilité. Ils mettent en place un réseau de médecins chargés de lutter contre les maladies selon les recommandations de la Société royale de médecine avec laquelle ils sont en contact permanent. Dès qu’une épidémie éclate dans la généralité, ils dépêchent sur les lieux contaminés des médecins et chirurgiens choisis pour leur compétence et chargés de prendre les mesures appropriées en liaison avec les autorités locales ; des stocks de remèdes sont par ailleurs constitués dans les différentes villes de la généralité. Lors de l’épidémie survenue dans l’île d’Aix, en 1772, l’intendant Sénac de Meilhan dépêche ainsi sur les lieux, un médecin expérimenté, le sieur Bridault. Ce médecin officiel est chargé d’organiser et de coordonner les secours ; à peine arrivé, il s’entoure des conseils du chirurgien du lieu mais en fait venir un également de Fouras. Quant aux remèdes, ils sont fournis par les apothicaires de La Rochelle et de Rochefort.

  • 26 ADCM, D 11, lettre de l’intendant au duc de La Vrilllière, 19 octobre 1770.
  • 27 AM La Rochelle, E supplt. 36, délibération du 4 mars 1771.
  • 28 ADCM, D 11, lettre de l’intendant Sénac de Meilhan à La Vrillière, 19 octobre 1770 et ordonnance d (...)

27Dans le domaine de la prévention, les intendants s’efforcent d’associer également désormais la chambre de commerce de La Rochelle et les milieux commerciaux de la ville directement concernés. La chambre a déjà délibéré en 1733 sur un projet de lazaret entre l’embouchure de la Loire et de la Gironde proposé par les officiers, négociants, maîtres de navires et pilotes des Sables-d’Olonne et a rédigé un mémoire à ce sujet en décembre de la même année. C’est elle qui prête, en 1757, la chaloupe de santé armée par le corps de ville. En 1770, afin de prévenir la contagion de Valachie, Moldavie et Pologne, le représentant du roi réunit les directeur et syndics de la chambre ainsi que les principaux négociants de la cité pour créer des bureaux de santé à La Rochelle, mais également dans les îles de Ré et d’Oléron. Le bureau de santé de La Rochelle comprend le sieur Destrapières, médecin de l’hôpital militaire de la ville, deux chirurgiens de la cité désignés par l’amirauté, le directeur et le syndic de la chambre de commerce26. C’est le commerce qui désormais gage les officiers de santé auxquels il verse 30 sols pour les médecins et 10 sols pour les chirurgiens. La chambre délivre des certificats de santé et perçoit pour chacun d’entre eux un droit de 3 livres qui permet de verser des indemnités aux officiers de santé et au secrétaire. Dans les autres bureaux établis dans les îles, le produit des certificats est remis au subdélégué. Durant cette alerte, l’intendant entretient une correspondance régulière avec son collègue de Bordeaux avec lequel il coordonne les mesures de précaution. Enfin, les statuts imprimés du bureau de santé de Marseille envoyés par le Contrôle général sont largement diffusés dans les édifices publics et pour leur donner davantage de publicité, le corps de ville n’hésite pas à les faire insérer dans les colonnes du journal local, les Affiches27. Cet effort de pédagogie ne renie pas pour autant la rigueur des anciennes ordonnances. Les habitants qui favoriseraient le débarquement des capitaines soucieux d’éviter les formalités de visite, sont parallèlement menacés d’une peine de six mois de prison28.

28Enfin, la cohérence du réseau des hôpitaux militaires du littoral charentais constitue un rempart efficace contre les épidémies importées de l’étranger. Ce réseau constitué depuis la fin du xviie siècle permet de faire face à l’afflux des malades débarqués des navires des escadres royales, de les traiter et de les soigner sans que les maladies se répandent dans les villes ou à l’intérieur de la province. Cette organisation repose sur les hôpitaux de Rochefort, de La Rochelle et de Saint-Martin-de-Ré, gérés pour le premier par l’administration de la marine et les sœurs de la Charité, par les religieux de la Charité pour les seconds. Différents petits établissements permanents, à Saint-Martin-de-Ré encore, à Brouage, au Château-d’Oléron, ou ponctuellement aménagés, dans l’île d’Aix, à Port-des-Barques, au Grand-Vergeroux, complètent, nous l’avons vu, ce réseau dense et efficace.

Les faiblesses du dispositif sanitaire

  • 29 Les mesures de prévention adoptées par l’intendant, les magistrats et les négociants de la ville s (...)

29Dans les ports marchands, la mise en place de quarantaines, l’armement de chaloupes de santé, le paiement des gages du corps médical pendant plusieurs mois représentent de lourdes charges pour les villes et les milieux commerciaux ; elles constituent surtout un manque à gagner pour les négociants et armateurs qui supportent difficilement les entraves apportées aux échanges. Difficulté supplémentaire, en période de disette, comme c’est le cas au cours de l’année 1709, tout retard apporté à la livraison des précieux grains importés de l’étranger et attendus avec impatience, risque de provoquer des émeutes. On peut dans ces conditions imaginer la perplexité des autorités partagées entre le souci de prévenir les épidémies et d’obéir aux instructions ministérielles d’une part et celui d’éviter une dégradation de la situation alimentaire de la généralité en retardant le débarquement des blés de l’autre. En 1709, alors que des émeutes frumentaires éclatent au nord de la province, à Marans, le marché des grains qui alimente la province, que des troupes de brigands embusqués dans les bois du sud de la généralité font régner une insécurité permanente, que les ouvriers de l’arsenal de Rochefort, non payés depuis de longs mois en raison des difficultés financières de la monarchie, menacent de se soulever, l’intendant Bégon qui s’efforce d’empêcher une explosion sociale générale, reçoit de Versailles des dépêches lui enjoignant d’imposer une quarantaine aux navires venant de la Baltique chargés du blé qu’il a commandé pour éviter la disette29.

  • 30 ADCM, B 5644, Amirauté de La Rochelle, commission pour Nicolas Sibille dit La Vertu, 15 février 17 (...)
  • 31 AN, G7 342, « Mémoire concernant la visitte des vaisseaux dans les rades de La Rochelle et isle de (...)
  • 32 ADCM, B 5644, Amirauté de La Rochelle, mémoire des officiers de l’amirauté sur la police des vaiss (...)

30Plus la maladie reste lointaine, plus les négligences sont nombreuses ; les autorités ferment souvent les yeux sur les irrégularités constatées dans le service de santé, quitte à remettre en vigueur les règlements lorsque le ministre est informé de ces manquements. En 1712, dans l’île de Ré, on est avisé de l’arrivée des navires par les capitaines eux-mêmes, descendus à terre en contravention avec les règlements et l’amirauté doit faire armer un traversier pour pallier les défaillances des officiers des pataches de surveillance30. Il est en effet particulièrement difficile de faire respecter la réglementation sanitaire dans les îles où la population n’hésite pas à seconder les manœuvres frauduleuses des capitaines et de leurs équipages. L’année suivante, capitaines et matelots continuent à débarquer clandestinement dans l’île de Ré pour vendre leurs marchandises. Dans un mémoire contemporain, le médecin Cailler des Barbalières dénonce de son côté au contrôleur général des finances Desmarets, les fraudes commises habituellement par les capitaines : usage de faux pavillons, débarquements clandestins de marchandises, refus d’admission des officiers de santé à bord des navires31. En 1770, en dépit de la coordination des mesures de précaution entre les deux intendances voisines, l’intendant de Bordeaux fait part à son collègue des craintes qu’il éprouve au sujet du débarquement par les capitaines de leurs marchandises dans les petits ports de la côte saintongeaise moins surveillés et de leur acheminement sur Bordeaux par voie de terre. Dans le grand port de l’Aunis, l’efficacité des mesures sanitaires est souvent contrariée en outre par les conflits d’autorité opposant les officiers de l’amirauté à ceux du corps de ville, les premiers réclament ainsi en 1715 la connaissance exclusive des questions sanitaires32.

  • 33 Idem, D 11, lettre de l’intendant de Bordeaux à son collègue de La Rochelle, 18 février 1771.

31La ville répugne par ailleurs à verser des gages corrects aux médecins et chirurgiens qui multiplient leurs plaintes comme en 1720. Chaque alerte donne lieu aux réclamations des officiers de santé qui demandent à bénéficier d’avantages supplémentaires comme l’exemption du logement des gens de guerre et de patrouille. La ville, toujours endettée, s’efforce d’éviter les dépenses supplémentaires et refuse de prendre en charge, sur les droits d’octroi, les frais d’armement de la chaloupe et préfère imposer les capitaines ou les armateurs. Quant à la chambre de commerce associée aux mesures de protection dans la seconde moitié du siècle, elle supporte aussi mal que le corps de ville le financement des chaloupes et bureaux de santé ; en 1771, elle finit même par convaincre l’intendant de solliciter auprès de Versailles la levée des mesures adoptées l’année précédente ; il est vrai que l’intendant de Bordeaux ajoute son intervention à celle des négociants rochelais. L’argument économique l’emporte ; l’intendant de Bordeaux explique ainsi à son collègue que la foire de Bordeaux approche et que l’on ne peut imposer une quarantaine aussi gênante qu’inutile aux navires étrangers venus enlever les vins33.

  • 34 Id., D 11, « Précaution contre la contagion en conséquence de la dépêche de Monseigneur le marécha (...)

32À la veille de la Révolution, à une époque où le souvenir des épidémies meurtrières tend à s’estomper, le corps de ville supporte en effet de plus en plus difficilement le contrôle de l’intendant et les charges qui lui sont imposées dans le domaine sanitaire. Les édiles revendiquent la direction des services de santé et de prévention de la cité tandis que le médiocre état des finances de la cité favorise leurs résistances exprimées désormais ouvertement. Lorsqu’en 1784, l’intendant demande au corps de ville de mettre en place un dispositif de sécurité à l’encontre des navires marseillais attendus dans le port et susceptibles d’être contaminés, le corps de ville exige « d’agir et d’ordonner en la circonstance ». Refusant de publier une ordonnance afin d’éviter « l’inquiétude publique » que cette dernière pourrait occasionner, il se borne à armer une chaloupe autorisée toutefois à ouvrir le feu sur les navires qui refuseraient d’obéir aux injonctions de son capitaine. Les édiles refusent l’intervention des officiers de l’amirauté et se contentent d’élaborer avec ces derniers ainsi qu’avec le commissaire de la marine, le règlement et les instructions données au patron de la chaloupe. Quelques mois plus tard, le maire Malartic fait désarmer, de sa propre autorité, la chaloupe de santé considérée comme inutile. Elle sera cependant rétablie quelques mois plus tard sur ordre du comte de Puységur, lieutenant général, mais le corps de ville réclame immédiatement à l’intendant le remboursement des dépenses occasionnées par son armement et par les gages versés à son équipage34.

33En dépit du rappel obsédant du danger épidémique dans la correspondance officielle, de la régularité des alertes enregistrées au cours des deux derniers siècles de l’Ancien Régime et surtout de la ponction démographique opérée par les épidémies dans le port de Rochefort notamment, les mesures de police sanitaire adoptées dans les deux grands ports de l’Aunis sont caractérisées par une rigueur toute relative. Les dispositions adoptées n’affectent jamais véritablement et durablement les activités commerciales. Seule exception, l’épisode de la peste de Marseille et de Provence de 1720-1722 qui, en réveillant les terreurs ancestrales, entraîne l’adoption de mesures à la fois particulièrement sévères et pour une fois respectées. D’une manière générale, les dispositions sanitaires restent ponctuelles et d’une efficacité relative, entravées par le souci, de plus en plus fermement exprimé par les notables et les négociants, d’éviter toute interruption du commerce.

Notes

1 Archives municipales (AM) de La Rochelle, E supplément 1180-1181, « Distribution de la garde des portes et chaisnes de la ville de La Rochelle pour empêcher l’entrée en ladite ville des personnes et marchandises venant des lieux infectés de maladies contagieuses », 26 octobre 1721.

2 Idem, E supplément 27, délibérations du corps de ville des 5, 8, 11 décembre 1721 et du 19 février 1722 ; Archives nationales (AN), G7 344, lettre du corps de ville au contrôleur général, 16 décembre 1721.

3 Volkmann (Jean-Charles), L’évolution de la population et des comportements démographiques de La Rochelle au dix-huitième siècle, 1715-1792, TER pour la maîtrise d’histoire, Bordeaux III, 1982.

4 Les médecins de la fin du siècle retiendront deux grandes épidémies à La Rochelle, toutes deux dépourvues de liens avec la mer. La première, en 1775, est imputée aux travaux de curage des fossés et à l’aménagement d’un égout dans le cimetière de l’hôpital de la Charité ; la seconde, en 1786, toujours liée au curage des fossés de la ville. Les statistiques démographiques de l’intendance montrent toutefois que l’épidémie de 1775 frappe l’ensemble de la généralité, Archives départementales de Charente-Maritime (ADCM), C 182.

5 Panzac (Daniel), Quarantaines et lazarets, l’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence, Edisud, 1986.

6 Torlais (Dr Jean), Médecine d’autrefois en Aunis et Saintonge, La Rochelle, Éditions Rupella, 1931, p. 39.

7 Chirac, arrivé dans la cité en février 1694, évoque l’épidémie de Rochefort et les remèdes employés pour lutter contre elle dans son Traité des fièvres malignes, des fièvres pestilentielles et autres publié à Paris en 1742. Voir aussi Bourru (Dr Henri), Des épidémies qui régnèrent à Rochefort en 1694, Paris, O. Doin, 1882 et Épidémie de Rochefort en 1693-1694, lecture faite en séance publique de l’Académie de La Rochelle, le samedi 5 février 1881, La Rochelle, Typ. A. Siret.

8 En 1706-1707, des précautions sont prises pour les navires arrivant d’Amérique.

9 AN, G7 342, « Mémoire concernant la visitte des vaisseaux dans les rades de La Rochelle et isles de Ré, pour servir sur cela, de très humbles remontrances à sa grandeur Monseigneur Desmaretz, ministre d’État, contrôleur général des finances », 14 septembre 1713.

10 Arcère (Louis-Étienne), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d’Aunis composée d’après les auteurs et les titres originaux et enrichie de divers plans, La Rochelle, René-Jacob Desbordes, 1756-1757, t. II, p. 440.

11 Dubois (Dr J.-C.), « Une figure de médecin charentais, Cochon Dupuy », dans Le pays charentais, auteurs réunis par Jacques Lamare, Pont-L’Abbé, La Saintonge littéraire, 1977, p. 157-162.

12 Sardet (Dr Michel), L’École de chirurgie du port de Rochefort (1722-1789), un modèle sous l’Ancien Régime, Vincennes, Service historique de la Marine, 2000, p. 24-25.

13 Arcère (L.-E.), op. cit., t. II, p. 439.

14 Sardet (Dr M.), op. cit., p. 38 et 72. Le port de Rochefort dont le séjour est réputé dangereux, est victime d’épidémies ponctuelles de typhus qui ajoutent leurs ravages aux invasions plus régulières de la variole, de la typhoïde et du paludisme.

15 Torlais (Dr J.), op. cit., p. 46.

16 Guillemet (Dominique), Les Îles de l’Ouest, de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à nos jours, La Crèche, Geste Éditions, 2000, p. 267-268. Dans son ouvrage, l’auteur évoque le développement analogue d’épidémies apportées par les marins et soldats dans les autres îles du littoral atlantique ; en 1757-1758, on déplore ainsi sur les côtes bretonnes et dans les îles une épidémie de typhus, « maladie pestilentielle régnant dans les vaisseaux », dite maladie de Brest à cause du nombre de décès enregistrés à l’hôpital de Brest. En trois ans, l’île de Groix perd pour sa part le quart de sa population.

17 ADCM, B 5644. En 1679, au sujet de la peste régnant en Espagne, en 1692, pour établir une quarantaine destinée aux navires arrivant de la Martinique…

18 Bibliothèque nationale de France, ms., nouv. acqu. fr. 21332, f° 230, lettre de l’intendant Arnoul à Seignelay, Rochefort, 28 octobre 1685.

19 L’annonce d’une épidémie de peste dans la capitale portugaise, transmise par Madrid, conduit les autorités françaises à interrompre les relations économiques et maritimes avec le Portugal. L’année suivante, la maladie de Brest provoque l’adoption par les autorités portugaises de mesures analogues à l’encontre des navires français.

20 AM La Rochelle, E supplément 24, délibérations du corps de ville, dél. du 8 juillet 1699.

21 AN, G7 344, lettre de l’intendant Amelot de Chaillou au contrôleur général du 20 décembre 1721. L’intendant se déclare à cette occasion favorable à une taxation des négociants au même titre que les capitaines et passagers pour financer les mesures de protection.

22 AM La Rochelle, E supplément 27, registre des délibérations du corps de ville, dél. du 4 novembre 1720. Toutefois, en janvier suivant, devant le développement de la peste de Provence, les édiles déterminent les gages des officiers de santé chargés de visiter les navires, fixés à 10 livres pour le médecin et à 5 livres pour le chirurgien.

23 Comme les officiers de santé ne sont pas toujours disponibles immédiatement, la croisière de la chaloupe s’étendant généralement de l’île de Ré à l’embouchure de la Seudre, des retards sont fréquents. En 1721, les officiers de l’état-major de l’île de Ré demandent qu’une deuxième chaloupe soit armée et que les visites des navires soient assurées par le médecin militaire de la garnison et par un chirurgien du lieu.

24 AM La Rochelle, E supplt. 1180-1181, ordonnance du maire du 9 septembre 1721, La Rochelle, Pierre Mesnier, 1721.

25 25. Idem, E supplément 27, registre des délibérations de la ville, dél. du 30 mars 1722.

26 ADCM, D 11, lettre de l’intendant au duc de La Vrilllière, 19 octobre 1770.

27 AM La Rochelle, E supplt. 36, délibération du 4 mars 1771.

28 ADCM, D 11, lettre de l’intendant Sénac de Meilhan à La Vrillière, 19 octobre 1770 et ordonnance de l’intendant du 11 décembre suivant.

29 Les mesures de prévention adoptées par l’intendant, les magistrats et les négociants de la ville sont reconduites en 1711 en raison de la permanence de la maladie du Nord. La même année, Pontchartrain recommande des mesures de quarantaine pour les navires revenant des îles d’Amérique et dont les équipages sont atteints de la petite vérole.

30 ADCM, B 5644, Amirauté de La Rochelle, commission pour Nicolas Sibille dit La Vertu, 15 février 1712. En avril 1723, les bureaux de Versailles se plaignent à l’intendant des négligences constatées. Ces reproches apparaissent fondés puisqu’au mois de novembre suivant, il est établi que plusieurs capitaines et matelots sont descendus récemment à terre dans l’île de Ré pour y vendre leurs marchandises.

31 AN, G7 342, « Mémoire concernant la visitte des vaisseaux dans les rades de La Rochelle et isle de Ré, pour servir sur cela, de très humbles remontrances à Sa Grandeur, Monseigneur Desmaretz, ministre d’État, contrôleur général des finances », 14 septembre 1713.

32 ADCM, B 5644, Amirauté de La Rochelle, mémoire des officiers de l’amirauté sur la police des vaisseaux susceptibles d’être mis en quarantaine. Les officiers demandent que les procédures des visites soient rétablies « dans leur premier état » et que le monopole de la visite des navires leur soit reconnu.

33 Idem, D 11, lettre de l’intendant de Bordeaux à son collègue de La Rochelle, 18 février 1771.

34 Id., D 11, « Précaution contre la contagion en conséquence de la dépêche de Monseigneur le maréchal de Castries », août 1784. Les dépenses de la chaloupe se montent alors à la somme de 2 330 livres pour soixante-dix-neuf jours de service.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540