Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Troisième partie. Violences légitimées, violences maîtrisées

Élie Neau, « galérien pour la foi » (1662-1722)

Didier Poton

Texte intégral

  • 1 Zysberg (André), Les Galériens. Vie et destins de 60 000 forçats sur les galères de France (1680-1 (...)
  • 2 Tournier (Gaston), Les Galères de France et les galériens protestants des xviie et xviiie siècles, (...)

1Dans sa thèse consacrée aux galériens, André Zysberg avance le nombre de 1551 protestants condamnés par la justice du roi de France à endosser la casaque rouge des forçats entre 1680 et 1748. Ce groupe représente 4 % des 38 000 hommes envoyés aux galères pendant cette période1. Comme le souligne cet historien, nous sommes loin des chiffres avancés au xixe siècle qui estimaient à 3 000, voire 5 000 les « forçats pour la foi ». En 1943, Gaston Tournier publie sa volumineuse étude et il est le premier à montrer que si le nombre des condamnations aux galères a dû atteindre plusieurs milliers de cas, des grâces royales, des abjurations obtenues après la sentence, des commutations en peine de prisons évitèrent à beaucoup de condamnés de subir la sentence2.

  • 3 Poton (Didier), Cabanel (Patrick), Les protestants français du xvie au xxe siècle, Paris, Nathan, (...)
  • 4 Zysberg, op. cit., p. 112.

2Cette condamnation s’appuie d’abord sur l’article 10 de l’édit de Fontainebleau d’octobre 1685 qui interdit aux réformés la sortie du royaume sans autorisation du roi sous peine de galère : « Faisons très expresses et itératives défenses à tous nos sujets de ladite R.P.R. de sortir, eux, leurs femmes et enfants, de notredit royaume, païs et terre de notre obésissance, ny d’y transporter leurs biens et effets, sous peine pour les hommes des galères, et de confiscation de corps et de biens pour les femmes3. » Dès la fin de l’année 1685 arrivent à Marseille les premiers forçats, l’année 1686 voit se multiplier peines et convois, suivis d’une accalmie qui reprend au début de la guerre de la ligue d’Augsbourg pour ensuite s’atténuer pendant le conflit puis reprendre vigoureusement avec la paix de Ryswick (1697), et surtout à partir de 1702-1703 avec la guerre des Camisards4.

  • 5 Tournier (G.), op. cit., vol. 1, planche XXXVIII. Butler (J.), « Les « Hymnes ou cantiques sacréz  (...)

3Cette violence légale de l’État contre la minorité réformée installée dans le royaume depuis plus d’un siècle a conduit des hommes à souffrir dans leur chair et dans leur âme pendant des années. Cette période déclencha pour certains un processus mystique qui est à l’origine d’articles dans les gazettes – surtout hollandaises –, de correspondances, d’ouvrages d’une vision des vaincus qui s’apparenta très vite à la construction d’un martyrologue qui avait pour finalité de culpabiliser les soumis de l’intérieur et les communautés vivant en sûreté au Refuge. Les galériens étaient des témoins de la foi protestante sous la croix dont témoigne la « Salle des Forçats » du musée du Désert à Mialet dans les Cévennes5.

4De la longue liste gravée sur le marbre, quelques noms émergent par le hasard des sources conservées ou parce que leur vie et leur attitude à la chaîne fut mis en lumière par des thuriféraires qui voulurent en faire des héros de la Cause. Le Saintongeais Élie Néau est l’un d’entre eux. Son pasteur, Jean Morin, participa activement à la diffusion de ses souffrances car il s’agissait de construire l’histoire d’un fugitif qui retrouva le Christ sur les galères de l’Arsenal de Marseille, puis dans les cellules de la Citadelle et du château d’If. Une histoire édifiante !

Élie Neau : un marin fugitif

  • 6 Histoire des souffrances du sieur Elie Neau sur les galères et dans les cachots de Marseille, 1701 (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Ibid. ; Luc (Jean-Noël) (dir.), La Charente-Maritime. L’Aunis et la Saintonge des origines à nos j (...)
  • 9 Huetz De Lemps (Christian), « Saint-Domingue », dans Bluche (François) (dir.), Dictionnaire d Gran (...)
  • 10 Huetz De Lemps (Christian), « Saint-Domingue », dans Bluche (F.) (dir.), op. cit., p.1381. Dès 164 (...)
  • 11 Mauro (Frédéric), Le Brésil du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, SEDES, 1977, p. 109-110
  • 12 Souty (François), « Etat, religion et société à Recife à l’époque hollandaise (1630-1650) » dans M (...)
  • 13 En 1667, le gouverneur de la Barbade, l’île la plus riche des Antilles britanniques, écrit : « Les (...)

5Élie Neau est né à Moëze en 1662 dans une famille de marins établie dans les « Isles de Marennes6 ». Le patronyme se rencontre au xviie siècle à Marennes, La Tremblade et Soubise7. À 12 ans, l’enfant entame comme mousse sa carrière de matelot sur une des nombreuses barques qui assure l’intense trafic de cabotage reliant les grands ports de Bordeaux, Nantes, La Rochelle, mais aussi les petits ports côtiers et insulaires charentais, poitevins, bretons, girondins8. En 1679, il embarque pour les Antilles, plus précisément pour l’île de Saint-Domingue où s’étaient établis depuis peu dans la partie occidentale de l’île, délaissée par les Espagnols, quelques milliers d’aventuriers qui sous l’administration du premier gouverneur Bertrand d’Ogeron – lui-même un ancien flibustier –, développent la culture du tabac9. La société composée de boucaniers et de planteurs compte près de 6 000 habitants quand débarque Élie Neau10. Il dut très vraisemblablement rejoindre et intégrer la petite communauté protestante où se côtoient calvinistes français, pour l’essentiel originaires comme lui des églises réformées charentaises, et calvinistes hollandais ayant fui le Brésil dans les années 165011. Les Hollandais achètent d’abord du cuir aux boucaniers puis s’intéressent au tabac avant l’établissement de la ferme de ce produit en France en 167412. C’est dans ce milieu qu’il trouve très vite à s’embarquer sur un navire qui trafique entre les îles françaises, les îles hollandaises et les ports nord-américains13.

  • 14 En 1681, le culte est interdit à Soubise. Les fidèles doivent ainsi se rendre à Moëze. E. Benoist, (...)
  • 15 Tournier (G.) (éd.), op. cit., 1944, p. 78 (lettre d’Élie Neau au pasteur Morin, ministre de la Pa (...)

6Lui qui avait quitté son pays natal pour l’Amérique afin de fuir l’offensive anti-protestante menée par Marillac et Demuin, respectivement intendant du Poitou et de Rochefort14, doit, comme beaucoup de protestants, qui se sont installés aux Antilles se réfugier dans les colonies hollandaises et anglaises à cause de la révocation de l’édit de Nantes : « Les troubles qui arrivèrent en France au sujet de la Religion, me firent craindre le combat qu’on m’auroit livré si j’avois demeuré plus longtemps parmi les François. J’abandonnais les Isles, je passai dans la Nouvelle-Angleterre, où j’ai toujours demeuré jusques à présent15. »

  • 16 Ces deux citations sont extraites d’un document publié dans le Bulletin de la Société de l’Histoir (...)

7Le choix que fait Élie Neau de se rendre en Nouvelle-Angleterre n’est pas un acte isolé, il est partagé par de nombreux réformés français comme l’atteste la Relation de Pierre Serres : « Pendant le séjour que je fis dans l’île de Saint-Eustache, il y vint trente deux matelots qui s’étaient sauvés des îles françaises de la Guadeloupe et de Saint-Christophe, tous sont des environs de La Rochelle ; nous vîmes arrivés seize d’un seul équipage. » Et dans les colonies anglaises, Boston, comme il est écrit dans une correspondance anonyme de 1687, est une destination privilégiée : « Presque tous les habitants des isles françaises protestants sont sortis ; nous en avons icy plusieurs à Boston avec toute leur famille16. »

  • 17 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit., p. 29 ; Baird (Charles W.), History of the Huguenot Emigration (...)
  • 18 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit., p. 30. À la fin du xviie siècle en Angleterre, les réfugiés hug (...)

8C’est ainsi qu’Élie Neau épouse à Boston Suzanne Paré dont les parents avaient quitté La Rochelle en 1685. La famille Paré avait été naturalisée anglaise l’année précédente17. Élie Neau est « dénisé » en 1689. La naturalisation est enregistrée l’année suivante à Londres. Il présente cette décision comme une nécessité sociale et professionnelle : « Je fus obligé de me faire affranchir Anglais pour travailler en ma vocation. Et comme je suis marinier je ne pouvais commander sans être naturalisé18. »

  • 19 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit.
  • 20 Ibid., p. 79. Quand un capitaine corsaire ne pouvait pas se charger du bâtiment qu’il avait pris, (...)

9En 1691, il quitte Boston pour New York. La cause de ce changement est son engagement comme capitaine par Gabriel Le Boiteux un marchand d’origine rochelaise devenu en quelques années un des plus importants négociants de New York. Ce dernier lui confie le commandement de la Belle Marquise19. Mais, le 29 août 1692, alors que le navire passe au large de la Jamaïque, il est abordé par un corsaire français : « Je fus rencontré d’un corsaire de Saint-Malo ; il me prit et parce qu’il n’avait pas de gens, il me revendit mon navire avec sa charge. Je me rendis caution pour le payement ; ainsi je renvoyai le vaisseau à la Nouvelle-Angleterre d’où j’étois sorti il n’y avait que quinze jours. Et moi je demeuray prisonnier pour le paiement de la rançon du navire20. »

  • 21 Ibid. Sur la guerre de course malouine il faut lire l’ouvrage d’André Lespagnol, Messieurs de Sain (...)

10À Saint-Malo, comme Élie Neau le raconte lui-même, l’affaire se complique puisqu’il est reconnu comme français par les juges de l’Amirauté : « Les bourgeois corsaires du vaisseau qui m’avait pris firent leur possible pour me délivrer, à cause de la somme que je leur devois mais rien ne put réussir. On écrivit en Cour, on eut ordre de me faire changer de religion ; je refusai hardiment ; en vertu de ma nationalité je disois qu’on n’etoit pas en droit d’exiger de moi un changement de religion21. »

  • 22 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 31.
  • 23 Ibid., p. 80 (lettre d’Élie Neau au pasteur Morin).

11Après quatre mois de prison, il est condamné le 12 février 1693 par les juges de l’Amirauté malouine : « Helye Neau, religionnaire françois, natif de la ville de Soubize, province de Saintonge deubment atteint et convaincu de s’estre habitué dans un pays étranger sans la permission de sa Majesté, & contre les Edits et Declarations à ce sujet pour réparation de quoy condamné a estre mis incessamment a la chesne et conduit aux gallaires de S.M. pour servir à servir en qualité de forçat toute sa vie22. » Le 6 mars suivant, le parlement de Bretagne – l’appel du jugement prononcé le 12 février à Saint-Malo a été fait à la fois par Élie Neau et par la société de course malouine – confirme la peine23.

Élie Neau : de la chaîne à la chaire

  • 24 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 32
  • 25 Citation extraite d’un document publié dans le Bulletin de la SHPF, t. XV, p. 532. René Barraud ét (...)

12Après 37 jours de marche, la chaîne de Bretagne, forte de 135 forçats – certaines sources parlent de 200 – arrivent à Marseille le 19 mai 169324. L’arrivée d’Élie Neau est annoncé dans une lettre d’un galérien poitevin, René Barraud sieur de La Cantinière, datée du 26 mai 1693 : « Il est venu à cette dernière chiourme deux capitaines anglais, c’est-à-dire qui étaient naturalisés car ils sont de devers La Rochelle. Il y en a particulièrement un qui est un fort honnête homme, très zélé, d’une piété exemplaire. Il n’a jamais changé. Pour l’autre, il y avait fait mais y a renoncé25. »

  • 26 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 33 ; Zysberg (A.), « Convertir et punir sous le règne de louis X (...)
  • 27 Archives de la marine, B 6, 18, f° 342 ; cité par Tournier (G.), Les galères de France…, op. cit., (...)

13Élie Neau est mis pour six mois sur la galère la Vieille Madame et 6 mois sur la Magnanime. Sans doute n’a-t-il pas navigué, comme la plupart des protestants condamnés, et a vécu ces douze mois à bord des deux galères amarrées sur le quai de l’arsenal comme la majorité d’entre eux26. Mais son opiniâtreté, et surtout son prosélytisme, conduit les autorités à l’incarcérer à la citadelle le 5 mai 1694 puis au château d’If, le ministre Pontchartrain exigeant du gouverneur des conditions particulières d’enfermement : « J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite le second de ce mois pour m’informer que les nommés Cheissac et Neau qui estoient à la citadelle de Marseille ont été conduits au Château d’If. Il seroit à désirer qu’ils fussent être séparés parce que ce sont des religionnaires opiniastres et dangereux27. »

  • 28 Ibid., p. 136, 148, 231-232.

14Les autorités attendent de cette incarcération un double effet : isoler les plus obstinés qui non seulement représentent un exemple de résistance et qui de plus conduit quelques catholiques à se convertir au protestantisme devant des manifestations religieuses qui témoignent de la profondeur de la foi de nombreux galériens ! Il s’agit aussi de les punir de leur opiniâtreté. Les conditions de détention dans les cellules sont affreuses. Pire que sur les galères. Dans une lettre datée du 5 novembre 1696, Élie Neau décrit la prison du château d’If : « Représentez-vous des hommes qu’on mène de cachot en cachot, qui traînent des corps qui n’ont que les os et la peau étendu dessus ; nos visages font compassion, blancs comme du plâtre, la barbe aussi longue que les cheveux, pleins de poux et de punaises qui achèvent de nous ronger […]. » D’autres témoignages confirment les souffrances physiques endurées par les galériens emprisonnés. Dans le sien, Élie Maurin mentionne Élie Neau : « Messieurs Ragatz, Neau, Capion et Mougnier sont au château d’If, dans un cachot fort profond, où il y a une ou deux voûtes par dessus. Le fond est tout pourriture, qui fourmille de vers. Ils sont mal traitéz dans ce qu’on leur sert. Leurs amis avouent qu’ils y sont fort mal […]. » En juillet 1697, l’intendant de Montmort demande à monsieur Manceau, médecin de l’hôpital royal des forçats, de visiter les prisonniers enfermés pour fait de religion au château d’If et aux deux citadelles Saint-Nicolas et Saint-Jean. Dans son rapport, il écrit : « On m’a aussi fait voir dans un cachot affreux et inhabitable quatre autres prisonniers, sçavoir trois forçats et un homme de liberté ; le premier forçat nommé Elie Neau, de la Magnanime, de Soubize, ne sachant son numéro, âgé de 35 ans, naturalisé Anglois, condamné depuis quatre ans, emprisonné depuis trois pour fait de religion, témoignant avoir désir de se convertir, se porte assez bien, ne manquant de rien, c’est-à-dire ayant du linge de robes et une paillasse28. » Un moment de faiblesse ? Un rapport de circonstances ? Même ceux qualifiés de « très opiniâtres » sont notés comme « se portant bien et n’ayant besoin de rien » !

  • 29 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 35.

15Le 3 juillet 1698, Élie Neau est libéré à la suite d’une intervention de l’ambassadeur du roi d’Angleterre, Portland, sollicitant du roi de France la libération des huguenots naturalisés au traité de Ryswick dont une des clauses prévoyait la libération des prisonniers. Il quitte Marseille le 7 juillet 1698 pour se rendre d’abord à Neuchâtel, où il rencontre le grand théologien suisse Jean-Frédéric Ostervald, puis aux Provinces-Unies, le roi d’Angleterre lui adressant alors 300 florins pour le secours des galériens. Au début du mois d’août 1699, il débarque à Boston d’où il gagne New York pour y retrouver sa famille et reprendre son activité professionnelle29.

  • 30 Des réfugiés huguenots s’installent dans la colonie de New York dès la fin des années 1670 et y fo (...)
  • 31 « Lettre d’Élie Neau à la SPG », (20 décembre 1704), Fulham Palace Library, SPG Papers, volume New (...)

16Mais son retour en terre américaine est marqué surtout par son engagement religieux, d’abord dans l’église huguenote de New York où il occupe la place d’ancien au sein de son consistoire, puis au sein de l’Eglise d’Angleterre à partir de 170430. Un changement d’église qu’il explique lui-même dans sa correspondance : « On ne m’accusera plus d’être dissenter car je vay actuellement à l’église angloise et j’ay laissé la charge d’ancien de l’église française parce qu’elle n’était pas conforme à l’église anglicane ainsi j’accomplis avec joye ce que j’avais promis lors que je fus naturalizé. J’en suis pas regardé d’un bon oeil de mes compatriotes j’avais appris une partie de la liturgie par coeur dans mes cachots par le moyen d’une Bible anglaise qu’on trouva le secret de me tenir à l’insu de mes persécuteurs et dès ces temps là je conçu de l’affection et de l’estime pour le service divin qui se pratique en l’église anglicane, cependant je ne voudrais pas condamner ceux qui n’y sont pas, je laisse ce jugement à Dieu31. »

  • 32 Forte de son influence et de son prestige en Grande-Bretagne et sur le continent, à l’initiative d (...)
  • 33 Cohen (Sheldon S.), « Elias Neau, Instructor to New York’s Slaves », The New York Historical Socie (...)

17Cette intégration s’est effectuée par l’intermédiaire de la Society for the Propagation of Christian Knowledge, mais c’est au sein de la Society for the Propagation of the Gospel in Foreign Parts qu’il développe, avec la fonction de catéchèse à laquelle il a été nommé le 24 août 1704, ses initiatives philantropiques en faveur des esclaves noirs et des amérindiens32. En 1705 l’école qu’il a fondée accueille une cinquantaine d’élèves (45 noirs et 5 amérindiens), en 1707, une centaine (en totalité des noirs) et en 1719, une soixantaine. A partir de 1710 les élèves demandant le baptème sont de plus en plus nombreux. En 1713, 154 noirs et 20 amérindiens sont baptisés. Mais, après la révolte des esclaves de 1712, un nombre grandissant de maîtres refusent d’envoyer leurs esclaves à Neau car deux des insurgés étaient écoliers dans son établissement. Fort de l’appui du gouverneur, il peut poursuivre son travail d’évangélisation jusqu’à sa mort le 3 septembre 172233.

Élie Neau : « Confesseur de Jésus-Christ »

  • 34 Zysberg (André), « Convertir et punir sous le règne de Louis XIV… », op. cit., p. 141-145.

18Comme le souligne André Zysberg le thème de la conversion revient de manière récurrente dans les récits des fugitifs condamnés par la justice royale34. Mais ce thème recouvre en fait deux réalités. La conversion c’est d’abord le travail des missionnaires pour soumettre ces huguenots opiniâtres en les poussant à l’abjuration qui, faut-il le rappeller, contient deux engagements : renoncer à sa foi protestante et s’engager à vivre en « vray catholique ». Mais c’est aussi pour un certain nombre d’entre eux une conversion intérieure, la chaîne s’identifiant à un chemin de croix que Dieu a mis dans leur existence pour revenir vers lui dans la fidélité à leur foi protestante.

  • 35 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 80.

19Les forçats se trouvaient sous la pression quotidienne des convertisseurs qui agissaient de concert avec les magistrats et les officiers. Élie Neau raconte comment à Saint-Malo magistrats, officiers et missionnaires tentèrent de le faire abjurer : « A tout cela il n’y avoit point d’autre remède pour éviter la chaîne et la Galère que de changer de Religion. Je pris le parti de la chaîne en demeurant dans ma Religion. Comme on me vit résolu d’aller aux Galères, om me promit la somme que je devois pour le rachat de mon navire […]. Comme on n’avançoit rien, et que tous les jours les Missionnaires venoient à la prison où j’étois pour faire ce qu’on appelle des conversions, on crut mieux gagner en me disant qu’il ne faloit pas que je crusse être innocent en allant aux Galères […]35. »

20Si aux lendemains de la Révocation, les instructions ministérielles recommandent de distinguer dans les galériens ceux qui ont été condamnés pour être ou avoir tenté de sortir du royaume et ceux accusés de ports d’armes et de participation à des assemblées illicites, afin d’être plus indulgents envers les premiers dès qu’ils donnent un signe de soumission religieuse, celles adressées au cours des années 1690 sont d’un tout autre ton. Devant la résistance des galériens, les autorités sont autorisées à répondre par des mesures d’extrême sévérité et un changement de tactique chez les convertisseurs. A côté des missions organisées sur les galères dont l’issue espérée était la conversion collective, ils mettent une surveillance particulière de chaque galérien ce qui permet d’établir une liste des forçats « où sont marqués leurs noms, surnoms, âges, numéros, causes de leur condamnation, le temps pour lequel ils sont en galère avec l’avis des aumoniers ». Cette liste doit être adressée chaque année à Versailles. André Zysberg a retrouvé celle de l’année 1696 et peut ainsi avancer que 60 % des galériens protestants n’avaient pas abjuré ou étaient retournés à leur foi et donc considérés comme relaps, 10 % avaient abjuré mais faisaient mal leurs devoirs de bons catholiques… Bref un tiers seulement étaient considérés par les autorités comme vraiment convertis… Quel échec pour les missionnaires ! Élie Neau n’est donc pas un cas particulier sinon qu’il semble être considéré comme un des plus obstinés car il refusait d’assister à la messe quelque soit la nature de la punition promise devant une telle rebellion. D’où son emprisonnement dans la citadelle puis au château d’If à partir de mai 1694.

21Mais ce thème recouvre aussi une autre réalité : la conversion intérieure par un retour à la foi réformée. Un extrait de la lettre d’Élie Neau à Jean Morin permet de comprendre ce processus de renaissance spirituelle : « J’ai été encouragé dans la persévérance par un nombre de vrais fidèles, qui depuis huit ans confessent le glorieux nom de notre seigneur Jésus Christ […]. Mais, Monsieur, je ne suis qu’amateur de leurs vertus chrétiennes, et non pas un vrai imitateur. Je croi donc, avoir droit aujourd’hui de vous prier, d’implorer le secours de la grâce pour me fortifier en la foi, et pour me rendre digne de souffrir pour la vérité […]. Je suis comme une terre altérée, je commence à avoir faim et soif de la grâce et même je n’ai pas encore bien atteint cette faim et cette soif. Je reconnais bien que ce sont mes dérèglemens qui m’ont attaché à la chaîne : aussi mon Dieu sait que je n’en veux aucun mal à ceux qui en sont les instrumens. […] Car le péché règne toujours en moi, l’empire qu’il y a pris est trop grand pour le pouvoir entièrement détruire. J’en avois bien reconnu la nécessité avant que d’être dans les fers ; mais je ne m’étois jamais bien mis en devoir pour y travailler avec succès, le monde et la chair l’emportaient sans beaucoup de peine. Le malheureux penchant que j’avois pour ce qui flattoit mes passions, me faisoit obéir à ce qui dans le fond de mon cœur me déplaisoit ; et j’éprouvois fort souvent le combat de la chair contre l’esprit, mais l’esprit étoit rarement victorieux […]. »

  • 36 Ibid., p. 83 et p. 98.

22La longue réponse du pasteur Morin vise à construire un martyrologue dans lequel Élie Neau aura une place de choix : « Et comme on le voit aux Galères, et par vous, mon cher frère, et par vos chers compagnons d’épreuve, mes frères bien-aimez, que je mets non seulement au nombre des Confesseurs, mais aussi des Martyrs du Seigneur Jésus. » Les violences subies témoignent de la volonté divine de faire de quelques-uns des témoins : « Je me réjouis encore, et je rens grâces à Dieu, de ce qu’après vous avoir estimé digne de souffrir pour son nom, il vous donne de bien sanctifier vos souffrances par les victoires que vous remportez sur-vous-même : et vous reconnoissez en cela, mon cher frère, que l’esprit de Dieu agit puissamment en vous, et qu’il accomplit sa vertu dans vos faiblesses36. »

  • 37 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 35.

23Mais c’est sous la plume d’Ostervald dans une lettre qu’il adresse aux galériens en 1714 que l’on perçoit le mieux le discours porté par beaucoup de ministres au Refuge sur les forçats de la foi. Un discours entièrement fondé sur le topos que les épreuves subies par les protestants français, depuis les années 1660 et surtout au cours des années 1680 avec la Révocation, ont pour origine leur relâchement moral et religieux : « Au milieu de l’esclavage vous jouissez de la vraie liberté et vous en jouissez bien mieux que si vous étiez dans l’état où nous sommes exposés à la tentation et à la séduction du présent siècle. Je me souviens toujours de ce que me disait, il y a environ douze ans le cher et digne confesseur, m. Elie Neau, qui passa ici au sortir des galères et qui est maintenant à Boston dans la Nouvelle York en Amérique où il emploie son temps à instruire et catéchiser les Négres et les Indiens. Il me disait, et il me l’a écrit du lieu où il est, qu’il regrettait toujours son cachot, qu’il n’avait jamais été plus libre ni plus détaché du monde que lorsqu’il était enfermé dans ce lieu-là et que depuis son élargissement il avait perdu la liberté et la tranquilité qu’il goutait, lorsqu’il se regardait comme mort au monde et sans espérer d’y rentrer jamais37. »

  • 38 Gautier (J.), La seureté du navigage ou manuel de prières pour ceux qui vont sur mer, Quevilly, 16 (...)

24Comme mousse, matelot puis capitaine, Élie Neau dut connaître les violences de la mer et connaître les peurs et frayeurs que causaient dans les équipages coups de vents et tempêtes qui mettent en péril marins et navires. Sans doute connaissait-il pour se rassurer des prières à partir peut-être du manuel écrit par Théophile Barbault, pasteur à Saint-Martin-de-Ré en 1685, et le recueil élaboré par le ministre rochelais Jean Gautier à destination des marins protestants38. Si les prières étaient différentes, équipages catholiques et équipages protestants partageaient les mêmes angoisses face à l’Océan et subissaient le même sort en cas de naufrages.

  • 39 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 116 (lettre du pasteur Morin à Élie Neau).

25Mais ce ne fut pas la violence de la mer qui jeta Élie Neau dans des tourments physiques et morales effroyables. C’est la violence des hommes. Violence de l’agression d’un corsaire malouin, violence des juges royaux de l’amirauté de Saint-Malo, violence des missionnaires et de la chiourme de l’arsenal de Marseille. L’océan pour Élie fut d’abord l’espace où il exerça bien évidemment sa « vocation » de marin, une vocation qui le porta loin de sa terre charentaise vers les îles à sucre, ensuite l’espace qui le protégea de la politique d’épuration religieuse de Louis XIV, enfin l’espace où il subit les souffrances et les tourments du prisonnier, les violences et vexations du galérien. Mais, la mer ou plutôt l’enfermement sur la mer, sur la Vieille Madame et la Magnanime, et par la mer, l’île d’If sur lequel est édifié le château du même nom, va s’avérer un lieu de rédemption, un temps de renaissance spirituelle, un temps de conversion. Avec ces « confesseurs du Christ » comme Élie Neau les réformés français « sous la croix » en France ou réfugiés en pays protestants ont trouvé leurs martyrs et leur histoire édifiante : « Bienheureux Confesseurs du Seigneur Jésus, qui nous donnez un si grand exemple, et qui nous êtes en si grande édification, en jettant les yeux de notre foi sur vous […] Encore un peu de temps et le Consolateur viendra. Et quand le Rémunérateur de nos œuvres apparoîtra, vous trouverez après le combat, la victoire et le triomphe ; après l’affliction viendra la gloire : et enfin après lui avoir été fidèles il vous donnera la couronne de vie […]39. »

Notes

1 Zysberg (André), Les Galériens. Vie et destins de 60 000 forçats sur les galères de France (1680-1748), Paris, Seuil, 1991, p. 111.

2 Tournier (Gaston), Les Galères de France et les galériens protestants des xviie et xviiie siècles, Mialet, Publications du musée du Désert en Cévennes, 3 volumes, 1943-1944.

3 Poton (Didier), Cabanel (Patrick), Les protestants français du xvie au xxe siècle, Paris, Nathan, 1994, p. 42-43. En août 1669, un édit interdisant à tous les sujets de sortir du royaume sans autorisation du roi avait été publié visant tout particulièrement les gens de mer : « Défendons en outre à tous nos sujets d’aller servir hors de notre royaume de pilotes, calfaiteurs, canoniers, matelots, mariniers et pescheur ni pout travailler à la construction des navires, confection de cordages et des toiles propres aux voiles, et autres servant à la navigation, sans notre expresse permission, à peine de la vie ». Si cet édit ne mentionne pas clairement les protestants, il est évident que les autorités craignent sur le littoral atlantique une collusion entre les nombreux marins, capitaines et armateurs protestants du littoral poitevin et surtout charentais avec les Anglais et Hollandais. Dans son histoire de l’Édit de Nantes, Élie Benoit fait état de ce texte et écrit pertinement : « Comme ces défenses étoient générales, & sembloient proceder du dessein que la France avoit de s’apliquer plus qu’elle n’avoit fait jusques à present aux affaires de la mer, on pourroit dire que la Religion n’avoit point part à ce reglement : mais la suite a fait connaître que cette rigueur avoit principalement les Reformés en vuë. On s’est servi contre eux de cette Declaration, pour les empêcher de chercher leur refuge & leur repos dans les païs étrangers, quand la persécution que le Clergé leur faisoit ayant redoublé en France, ils ont voulu se retirer de ce Royaume […]. » Haag (E. et E.), La France protestante, Paris, 1859, vol. IX, p. 389-391 ; Benoist (E.), Histoire de l’Édit de Nantes, Delft, 1695, vol. 3, p. 123-124. Dès la fin de l’année 1685 la peine de galère est prononcée pour d’autres délits commis par les « Nouveaux Convertis » (ou « Nouveaux Catholiques ») comme la participation à une assemblée interdite ou la détention d’armes. Dernier texte sur ce point, l’édit de 1724 qui rappelle l’extension de la peine de galères à d’autres délits entraîne une dernière flambée de sentences (art. I et art. II). Dans un tableau présentant les motifs de condamnations des forçats envoyés aux galères pour cause de religion protestante, A. Zysberg relève que 52, 6 % des cas le sont pour assemblée au Désert, 22 % pour sortie du royaume, 11,2 % pour détention d’armes à feu ou de poudre. Zysberg (A.), op. cit., p. 115-117.

4 Zysberg, op. cit., p. 112.

5 Tournier (G.), op. cit., vol. 1, planche XXXVIII. Butler (J.), « Les « Hymnes ou cantiques sacréz » d’Élie Neau : un nouveau manuscrit du « grand mystique » des galères », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. CXXIV, 1978, p. 416-421.

6 Histoire des souffrances du sieur Elie Neau sur les galères et dans les cachots de Marseille, 1701. Tournier (G.) (éd.), op. cit., notice p. 26.

7 Ibidem.

8 Ibid. ; Luc (Jean-Noël) (dir.), La Charente-Maritime. L’Aunis et la Saintonge des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoules, p. 225-226.

9 Huetz De Lemps (Christian), « Saint-Domingue », dans Bluche (François) (dir.), Dictionnaire d Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 1380-1382. Deveze (Michel), Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789, Paris, SEDES, 1997, p. 195 sqq. La première mention de Saint-Domingue date de 1644 dans les sources charentaises et se trouve dans un contrat d’affrètement d’un navire de Brouage. En 1664, la Compagnie des Indes Occidentale s’organise à un moment où le trafic est déjà important et où La Rochelle est le principal port sucrier français. 2 bateaux rochelais sur 3 sont armés pour ce trafic avec les « isles ». Marcel Delafosse note qu’en 1682, sur 80 navires, 45 se rendent aux Antilles et 7 pour le Canada. Le matelot Élie Neau s’embarque donc à un moment de croissance du commerce transatlantique qui nécessitait un recrutement massif d’hommes pour monter à bord des navires rochelais. Les ports du littoral saintongeais, continentaux et insulaires, étaient des viviers de marins, matelots et capitaines, pour les armateurs rochelais. Delafosse (Marcel), « La Rochelle et les îles au xviie siècle », Revue d’histoire des colonies, t. XXXVI, 1949, p. 239-281.

10 Huetz De Lemps (Christian), « Saint-Domingue », dans Bluche (F.) (dir.), op. cit., p.1381. Dès 1640, des huguenots contrôlaient l’île de la Tortue, célèbre repère de la flibuste située au nord de Saint-Domingue. Lafleur (Gérard), « Les protestants aux Antilles du vent sous l’ancien régime, Basse-Terre, Guadeloupe », Société d’Histoire de la Guadeloupe, 1988, p. 17-23. Lafleur (Gérard) et Abenon (Lucien), « The Huguenots and the Colonization of the French West Indies », dans Van Ruymbeke (Bertrand) et Sparks (Randy J.), Memory and Identity. The Huguenots in France and the Atlantic Diaspora, Columbia, University of South Carolina Press, 2003. Paul Butel, Histoire des Antilles françaises, xviie-xxe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 83-88.

11 Mauro (Frédéric), Le Brésil du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, SEDES, 1977, p. 109-110

12 Souty (François), « Etat, religion et société à Recife à l’époque hollandaise (1630-1650) » dans Martinière (Guy), Poton (Didier), Souty (François), D’un Rivage à l’Autre. Villes et Protestantisme dans l’Aire Atlantique (xvie-xviie siècles), Actes du colloque GERHICO/Espaces Nouveaux Mondes, Universités de Poitiers et de La Rochelle, Paris, Imprimerie Nationale/CID, 1999, p. 219-240. Huetz De Lemps (Christian), « Saint-Domingue », dans Bluche (F.) (dir.), op. cit., p. 1382.

13 En 1667, le gouverneur de la Barbade, l’île la plus riche des Antilles britanniques, écrit : « Les colonies de Sa Majesté ne peuvent pas prospérer en temps de paix, ni subsister en temps de guerre sans une correspondance avec la nouvelle-Angleterre. » Cité par Deveze (M.), op. cit., p. 206. Sur les relations entre la Barbade et l’Amérique du nord britannique, notamment la Caroline du Sud, il faut lire Dunn (Richard S.), Sugar and Slaves. The Rises of the Planter Class in the English West Indies, 1624-1713, New York, Norton, 1973, chapîtres 2 et 3.

14 En 1681, le culte est interdit à Soubise. Les fidèles doivent ainsi se rendre à Moëze. E. Benoist, op. cit., p. 420-421. Ducluzeau (Francine) (dir.), Histoire des protestants charentais, Paris, Le Croît vif,p. 141-142.

15 Tournier (G.) (éd.), op. cit., 1944, p. 78 (lettre d’Élie Neau au pasteur Morin, ministre de la Parole de Dieu dans l’église de Bergopzom). Élie Benoist écrit qu’en 1681 plusieurs dizaines de fugitifs des paroisses poitevines touchées par les dragonnades « gagnèrent La Rochelle dans la pensée de se servir des premières occasions qui se presenteroient de passer la mer ». Il décrit aussi les les opérations menées contre les protestants d’Aunis et de Basse Saintonge par le gouverneur de Brouage et par Demuin à Surgères, Mauzé, Marennes, Soubize, dans les îles de Ré et d’Oléron en 1681. Il note aussi les départs de nombreux marins : « Les desertions aussi monterent bien haut ; & j’ai vu des memoires qui faisoient aller à plus de trois mille le nombre des familles qui sortirent du Royaume. Cette perte fut sensible à la Cour, où on ne vouloit rien moins que depeupler les Provinces ; & sur tout la retraite d’un grand nombre de matelots que Demuin mit au desespoir par ses violences, y fit un fort grand éclat. Presque tous ceux qui deserterent dans le ressort de son Intendance étoient de cette profession : & les habitans de cette côte passoient pour les meilleurs hommes de mer qu’il y eût dans le Royaume. » Benoist (Élie), op. cit., p. 500-501. Dans sa correspondance Élie Neau parle de la Nouvelle-Angleterre alors qu’il s’établit à New York à partir de 1691. Il s’agit sans doute d’un emploi archaïque et francisé du terme « Nouvelle-Angleterre » en référence aux colonies anglaises, usage qui correspondrait à celui de « Nouvelle-France », ai lieu des colonies de Nouvelle-Angleterre uniquement.

16 Ces deux citations sont extraites d’un document publié dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. XVI, p. 70-72.

17 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit., p. 29 ; Baird (Charles W.), History of the Huguenot Emigration to America, New York, Dodd & Mead, 1885, vol. 2, p. 196, trad. fr., Histoire de l’émigration huguenote en Amérique, 2 vol., A. E. Meyer et F. de Richmond (trad.), Toulouse, Société du livre religieux, 1886.

18 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit., p. 30. À la fin du xviie siècle en Angleterre, les réfugiés huguenots pouvaient être soit naturalisés par le Parlement ou « denisés » par le monarque. La naturalisation était préférable car elle faisait de l’étranger (« alien ») un citoyen à part entière mais elle coûtait cher et était longue à obtenir. À l’inverse, le processus de « denisation » faisait de l’étranger un sujet adoptif du roi (« denizen ») avec des privilèges restreints et spécifiques mentionnés dans la lettre de « denisation ». Dans les colonies, les différences juridiques et pratiques entre les deux citoyennetés s’estompent et alors que l’une et l’autre sont octroyées indifféremment par les gouverneurs, les propriétaires de colonies, et les assemblées coloniales, les termes « denisation » et naturalisation deviennent interchangeables. À New York les colons étrangers pouvaient également être « dénisés » ou naturalisés en devenant bourgeois de la ville (freemanship). Très vite cependant, la « denisation » fait place à la naturalisation et le plus souvent les colons sont officiellement naturalisés alors qu’en fait, d’un point de vue juridique, ils ne sont, la plus part du temps, que « dénisés ». Il n’est donc pas étonnant que Neau prétende être naturalisé alors qu’il ne fut que « dénisé » et qu’il confonde les deux statuts. En se faisant naturaliser, Élie Neau esperait bien sûr, se mettre à l’abri des corsaires et gardes-côtes français. Van Ruymbeke (Bertrand), « Enjeux et formes de naturalisation dans l’Amérique des xviie et xviiie siècles », dans Annick Foucrier Coord.), « Immigration et citoyenneté aux États-Unis », Revue Française d’Études Américaines, janvier 1998, p. 22-31 ; Cottret (Bernard), Terre d’exil. L’Angleterre et ses réfugiés, xvie-xviie siècles, Paris, Aubier, 1985, p. 320. Statt (Daniel), « The Birthright of an Englishman : The Practice of Naturalization and Denization of Immigrants under the Later Stuarts and Early Hanoverians », Proceedings of the Huguenot Society of Great Britain and Ireland, 25, 1984, p. 61-74 ; Kettner (James H.), The Development of American Citizenship, 1608-1870, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1975, chapître 2.

19 Tournier (Gaston) (éd.), op. cit.

20 Ibid., p. 79. Quand un capitaine corsaire ne pouvait pas se charger du bâtiment qu’il avait pris, il le rançonnait, se saisissait de ses papiers et prenait les deux principaux officiers comme otages. Les billets de rançon étaient délivrés en blanc au corsaire par le greffier de l’Amirauté, qui en tenait registre, et qui reprenait au retour tous ceux qu’on n’avait pas utilisés. Dans l’introduction qu’il a fait à l’inventaire de l’Amirauté de Saint-Malo publié en 1962, Henri-François Buffet précise dans son texte introductif que ces registres n’ont pas tous été conservés, qu’ils ne commencent qu’en 1706.

21 Ibid. Sur la guerre de course malouine il faut lire l’ouvrage d’André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 1996, vol. 1 p. 307 sqq. L’année 1693 correspond au début du choix stratégique de la monarchie en faveur de la guerre de course, en incitant les négociants malouins à organiser « en société » les corsaires. Ce choix pour la guerre de course en pleine guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697) est lié au désastre de la Hougue, le 29 mai 1692, bataille navale au cours de laquelle Tourville perd le tiers de sa flotte. A. Lespagnol note que « ce sont les retours du commerce colonial américain qui produisirent les grosses prises les plus fréquentes. Bon nombre de vaisseaux capturés à leur retour des Barbades ou de la Jamaïque, du Surinam ou de la Virginie, avec de grosses cargaisons de sucre, indigo, tabac, dépassaient les 100 000 livres ». Le dossier de prise du navire commandé par Élie Neau n’a pu être retrouvé dans les registres incomplets (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, sous série 9 B). Mais ce dernier fait état dans sa lettre au pasteur Morin que la somme qu’il devait pour le rachat de son navire s’élevait à 3 500 livres, ce qui place le niveau de celui-ci au-dessus de la valeur unitaire moyenne des rançons établie par A. Martin-Deidier à 2450 livres entre 1690 et 1697, les 5 000 livres étant rarement dépassées. Même si on est loin des grandes prises dont la valeur pouvait dépasser les 100 000 livres, il faut toutefois noter que la multiplication des rançons pouvait constituer au final un profit non négligeable ; on conçoit dès lors la déception des Malouins de voir s’engager à l’égard d’Élie Neau une procédure royale qui les prive de tout espoir de règlement.

22 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 31.

23 Ibid., p. 80 (lettre d’Élie Neau au pasteur Morin).

24 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 32

25 Citation extraite d’un document publié dans le Bulletin de la SHPF, t. XV, p. 532. René Barraud était un gentilhomme natif de Talmond en Bas-Poitou. Il avait été condamné aux galères par l’intendant du Poitou, Foucault, le 17 mai 1686. Il avait été arrêté quelques semaines auparavant sur la côte de l’île de Ré alors qu’il tentait de gagner un navire pour sortir du royaume. Il tentait vraisemblablement de rejoindre un de ses frères réfugié à Southampton. Tournier (G.), Les Galères de France et les galériens protestants des xviie et xviiie siècles, vol. II, p. 91.

26 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 33 ; Zysberg (A.), « Convertir et punir sous le règne de louis XIV : l’exemple des galériens protestants », La conversion au xviie siècle, Actes du XIIe colloque de Marseille, CMR 17, Publications de l’Université de Provence, 1983, p. 126 sqq.

27 Archives de la marine, B 6, 18, f° 342 ; cité par Tournier (G.), Les galères de France…, op. cit., p. 127.

28 Ibid., p. 136, 148, 231-232.

29 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 35.

30 Des réfugiés huguenots s’installent dans la colonie de New York dès la fin des années 1670 et y fondent quatre communautés à New York même (ancienne Nouvelle-Amsterdam où avaient émigré des Wallons dès 1625), à Staten Island, à New Rochelle, et à New Paltz dans l’arrière-pays. Avec celle de Charleston en Caroline du Sud, la communauté de la ville de New York, qui constitue 10 % d’une population blanche estimée à 4 200 habitants, est le plus important centre de réfugiés dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord. Butler (Jon), The Huguenots in America. A Refugee People in New World Society, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1983 et Goodfriend (J.), Goodfriend (Joyce D.), « Seventeenth-Century New York City : Fertile Ground for Planting a Huguenot Community », dans Martinière (Guy), Poton (Didier), Sout (François), op. cit., p. 175-180 et du même auteur « The Melting Pot. Society and Culture in Colonial New York City : A demographic Profile », dans Van Ruymbeke (Bertrand) et Sparks (Randy J.), op. cit., chap. 11 ; Carlo (Paula W.), The Huguenots of colonial New Paltz and New Rochelle : A Social and Religious History, thèse de Ph. D., City University of New York, 2001.

31 « Lettre d’Élie Neau à la SPG », (20 décembre 1704), Fulham Palace Library, SPG Papers, volume New York, 1700-1706, f° 102. Le cas d’Élie Neau n’est pas unique. À partir du début du xviiie siècle, la très grande majorité des réfugiés se conforme à l’anglicanisme dans les colonies, comme d’ailleurs en métropole. Les huguenots voient en l’église d’Angleterre, une église nationale rayonnante qui s’impose comme le contrepoids protestant de l’église catholique de France. De plus aux colonies, où ne résident aucun évêque, l’église anglicane est très largement aux mains de laïques qui contrôlent les conseils presbytéraux (« vestries »). D’un point de vue personnel, Neau doit intégrer l’église anglicane s’il veut accomplir sa mission philantropique envers les esclaves et les Amérindiens. Sur les huguenots et l’anglicanisme, il faut lire Bernard Cottret, op. cit., chap. 5, Butler (Jon), op. cit., chap. 5 ; Van Ruymbeke (Bertrand), L’émigration huguenote en Caroline du Sud sous le régime des Seigneurs Propriétaires : étude d’une communauté réfugiée dans une province britannique d’Amérique du Nord, thèse de doctorat, université de la Sorbonne-Nouvelle, 1995, vol. 2, chap. 5, Kingdom (Robert M.), « Pourquoi les réfugiés huguenots aux colinies américaines sont-ils devenus épiscopaliens ? », Bulletin de la SHPF, t. CXV, 1969, p. 487-509.

32 Forte de son influence et de son prestige en Grande-Bretagne et sur le continent, à l’initiative de Thomas Bray un temps représentant de l’évêque de Londres au Maryland, des prélats et des membres riches et influents de l’église d’Angleterre s’associent pour fonder la Society for the Propagation of Christian Knowledge (SPCK) et la Society for the Propagation of the Gospel in Foreign Parts (SPG) respectivement en 1698 et 1701. La première a pour mission de fournir des livres de prières communes, des liturgies, des Bibles, et des livres religieux à des communautés anglicanes de Grande-Bretagne, d’Europe continentale, et aux colonies américaines et de participer à la création de bibliothèques paroissiales. La seconde se charge d’envoyer des pasteurs, appelés missionnaires, des catéchèses, et des professeurs (« régents ») aux colonies uniquement comme l’indiquent les termes « Foreign parts ». De nombreux calvinistes en Europe, Jean-François Ostervald notamment, comme aux colonies deviennent correspondants de ces sociétés. Walsh (John), Haydon (Colin), Taylor (Stephen) (dir.), The Church of England c. 1689-c.1833. From Toleration to Tractarianism, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, Nishikawa (Sigiko), English Attitudes toward Continental Protestants with particuler Reference to Church Briefs, c. 1680-1740, thèse de Ph. D., University of London, 1998.

33 Cohen (Sheldon S.), « Elias Neau, Instructor to New York’s Slaves », The New York Historical Society Quaterly, 55, 1971, p. 7-27, Klingberger (Frank J.), « Anglican Humanitarianism in Colonial New York », Philadelphie, Church Historical Society, 1940, Goodfriend (J.), Before the Melting Pot…, p. 126-132, Butler (Jon), op. cit., p. 162-168. Sur les esclaves d’origine africaine de New York, estimés à quelque 700 individus, voir Joyce Goodfriend, op. cit., chap. 6, Pendant et suite à la révolte noire de 1712, une dizaine de Blancs sont tués et 27 esclaves jugés dont 21 exécutés. Cohen (Sheldon S.), op. cit., p. 21.

34 Zysberg (André), « Convertir et punir sous le règne de Louis XIV… », op. cit., p. 141-145.

35 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 80.

36 Ibid., p. 83 et p. 98.

37 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 35.

38 Gautier (J.), La seureté du navigage ou manuel de prières pour ceux qui vont sur mer, Quevilly, 1665 et Barbault (T.), Prières pour ceux qui voyagent sur les mers tant à l’occasion de divers accidents qui leur arrivent que des maladies dont ils peuvent être travaillés pendant leur voyage, Amsterdam, 1688.

39 Tournier (G.) (éd.), op. cit., p. 116 (lettre du pasteur Morin à Élie Neau).

Auteur

Professeur des universités
Université de La Rochelle
Bertrand Van Ruymbeke
Maître de conférences
Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540