Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Troisième partie. Violences légitimées, violences maîtrisées

Quakerisme originel et milieu maritime

William Ndi

Texte intégral

  • 1 Hill (C.), The Experience of Defeat : Milton and Some Contemporaries, London, Faber & Faber, 1984, (...)
  • 2 Ainsi ai-je vu dans ce bouillonnement du radicalisme millénarien matière à une communication visan (...)

1Parmi tous les mouvements chiliastes du xviie siècle anglais, le Quakerisme est surtout connu pour son pacifisme militant et il serait peut-être antinomique de le citer dans ce débat qui s’articule autour de « la violence et la mer ». Cependant, peut-être me faudrait-il commencer par souligner le pourquoi de ce rapprochement. Parmi les définitions du Quakerisme, l’une semble le justifier le mieux : celle qui présente le Quakerisme comme « une rébellion1… » Mais qui dit rébellion, laisse entendre violence quelque part. L’influence de ce « mouvement rebelle » se fit sentir dans tous les domaines y compris maritimes2. C’est dans cette optique qu’un historien français des idées et des mentalités souligne que :

  • 3 Tual (J.), Les Quakers en Angleterre, 1649-1700 : Illuminisme et Révolution, thèse de Doctorat d’É (...)

« […] Le Quakerisme, plus peut-être que d’autres mouvements religieux du xviie siècle anglais, a exercé une influence déterminante sur son époque, du reste quelque peu oubliée aujourd’hui, alors que c’est un mouvement religieux qui n’a cessé de rejeter le poids de l’histoire3. »

2Qu’en est-il pour le domaine maritime ? Le mouvement quaker a-t-il eu sur lui une influence ?

3Certes, les journaux de bord constituent une source essentielle d’informations sur la vie en mer. Il convient de noter cependant que cette source peut être complétée par les journaux spirituels/confessionnels de ceux qui, comme Edward Coxere et Thomas Lurting, ne s’étaient pas seulement contentés de faire la chronique de leur vie mais avaient aussi mûrement reconsidéré leurs aventures en mer. Ils les relatèrent, avec du recul, telles qu’ils les avaient vécues en marins, « marchands ou combattants. » Ainsi laissèrent-ils des traces de leur vie d’acteurs et/ou de victimes de la violence à travers leurs propres histoires, parfois curieuses et aventurières, parfois timides et inquiétantes, mais toujours personnelles. D’ailleurs, il faut souligner que le journal confessionnel est un témoin de son époque qui mêle le témoignage historique aux écritures saintes, et que les Quakers classent eux-mêmes leurs écrits sous les auspices du témoignage.

4Ces écrits Quakers n’offrent-ils pas ainsi un précieux témoignage pour l’historien du xviie siècle dans la mesure où la censure est omniprésente ? Cette censure ne fut-elle pas dirigée d’abord contre les opposants religieux ? Pour répondre à ces questions, Christopher Hill souligne que :

  • 4 Hill (C.), op. cit., p. 21.

« L’un des problèmes rencontrés en menant des recherches sur le dix-septième siècle anglais, et plus particulièrement les radicaux, est celui de la censure. Avant 1640, elle était permanente, le renforcement de son exercice s’intensifiant dans les années 1630. Dans les années 1640, elle devint intermittente et rarement efficace ; elle fut restaurée peu à peu dans les années 1650 bien qu’il y eût encore suffisamment de liberté pour permettre aux voix des radicaux d’être entendues, beaucoup plus qu’après 16604. »

5C’est donc dans cette atmosphère de censure que ces auteurs s’efforcent de livrer leur vécu : les peines de prison et d’autres châtiments qu’ils endurèrent. Mais cela ne suffit point à calmer leur zèle et leur enthousiasme. Bien au contraire car on observa un renforcement des liens entre sympathisants et convertis, tous unis contre le persécuteur. Cette dynamique paradoxale, qui permit une stabilisation et une maturation internes au mouvement, montrera également la contribution des Quakers à l’évolution des idées et des mentalités dans le milieu maritime, ainsi que leur apport à l’histoire en général grâce à leur doctrine de « la Lumière Intérieure » et de « la proclamation de la Vérité ».

6De fait, mon étude se propose, à partir de leurs autobiographies spirituelles, d’essayer prudemment de faire comprendre certains éléments constitutifs de « la violence et la mer » comme sources potentielles de conversion spirituelle, comme lieu où la violence au quotidien dans toutes ses formes peut s’avérer un facteur déterminant, permettant à ses acteurs, victimes et/ou témoins de canaliser leur énergie avec la même vigueur que celle de la violence en une direction opposée à elle, c’est-à-dire, la purification des institutions, en particulier maritimes.

  • 5 Toutes les citations dans le présent travail sont tirées de l’édition éditée par J Sowle à Londres (...)
  • 6 Cf. la définition de l’autobiographie spirituelle donnée par J. Tual, op. cit., p. 340.

7Plus précisément, cette étude examinera les textes d’Edward Coxere et de Thomas Lurting. Deux figures emblématiques du Quakerisme originel qui, poussées par leur conviction religieuse, ont voulu à tout prix introduire leur pacifisme militant dans le milieu maritime au xviie siècle. La traduction de leur vécu de la violence sous toutes ses formes : verbale, physique, psychologique, etc., en mer, leur vision de la violence ainsi que leur attitude vis-à-vis d’elle constitue le nœud de cette étude. Mention sera aussi faite de leurs réussites ainsi que de leurs échecs dans ce combat qu’ils menèrent contre la violence, y consacrant entièrement leur vie. Il s’agit en premier lieu Des Aventures Maritimes d’Edward Coxere. En second lieu, du texte de Thomas Lurting qui s’intitule Le Marin combattant devenu paisible Chrétien : illustré dans la conviction et la conversion de Thomas Lurting avec une courte relation de plusieurs grands dangers et de merveilleuses délivrances qu’il rencontra5. Les titres de ces journaux en disent long et situent le lecteur dans la thématique de la violence. Cependant, bien que cette littérature soit cataloguée comme autobiographie spirituelle ou confessionnelle, on se demande si les faits relatés peuvent être considérés comme historiques. Ces auteurs ne s’empêchent point de les rapprocher de l’expérience spirituelle intérieure. L’historien ou le littéraire qui se penche sur de tels écrits doit-il les balayer d’un revers de main comme étant une sorte de récit subjectif6 ? Bref, ces écritures suivent pas à pas le déchirement de la conscience de ces croyants et définissent bien l’espace où se produisent « les aventures, les grands dangers, et les merveilleuses délivrances. » En outre, ces deux journaux confessionnels s’imprègnent de la violence et de la mer et en font leur thématique privilégiée.

  • 7 C’est ainsi qu’ils nommèrent leur entreprise : «  Proclamation de la Vérité ».
  • 8 Les Quakers ont voulu ce faisant remplacer les ministres du culte par des sermons laïques prônant (...)
  • 9 Il s’agit d’une sorte d’empirisme baconien!

8Leurs journaux ne sont point des chroniques journalières de leur vie mais plutôt être récits de vie (écrits à la première personne du singulier) d’hommes intrépides qui exercèrent durant de longues années divers métiers : canonnier, interprète, commissaire de bord, maître d’équipage etc., à bord des navires marchands ou de guerre. En écrivant leurs récits, ils s’appliquèrent à respecter le principe Quaker exigeant que toute proclamation de Vérité7, tout témoignage contre la vilenie de la prêtrise stipendiée8 soit basé(e) sur une expérience vécue. D’où l’assertion Quaker de connaître tout par expérience9. Mais, avant d’aborder l’expérience de la violence qu’ont vécue nos deux journalistes, intéressons-nous à l’accueil réservé aux marins convertis dans la foi Quaker. Avaient-ils réussi à abandonner leurs vieilles habitudes de marins combattants sans aucun problème ?

L’accueil du Quakerisme dans le milieu maritime

9Le Quakerisme Originel fit naître plusieurs mythes et légendes qui n’épargnèrent point le milieu maritime. Ce qui explique pour l’essentiel l’accueil réservé aux Quakers dans ce milieu. Rappelons qu’en 1656, Evelyn John, l’un des pères fondateurs de la « Royal Society », notait dans son Journal daté du 9 juillet ceci :

  • 10 Evelyn (John), The Diary of John Evelyn, Éd. Guy de la Bedoyer, Boydell & Brewer Inc. 1998, 380 p.

« À Ipswich, j’ai eu la curiosité de rendre visite à certains Quakers en prison, une nouvelle secte qui véhicule des principes dangereux ; ils ne montrent de respect à personne même pas aux magistrats et semblent être des mélancoliques très orgueilleux et excessivement ignorants : l’un d’entre eux avait fait une grève de la faim durant vingt jours, mais l’autre voulant l’imiter périt au bout du dixième jour alors qu’il aurait dû manger, mais ne le pouvait pas10. »

  • 11 Après la première guerre en 1646, le problème de l’instauration d’un régime théocratique divisa le (...)
  • 12 C’est-à-dire loi contre les Quakers, proclamée en mai 1662.

10Une telle vision explique que ce mouvement pacifiste ait fait l’objet de persécutions farouches. Ainsi d’ailleurs que les sectes dissidentes de l’Église d’Angleterre. Elles se transformèrent en une sorte de tradition populaire au xviie et au xviiie siècle11. Les Quakers, anciennement acteurs et victimes ou témoins de telles persécutions, fournissent des exemples de certains de ces mythes et légendes dans leurs journaux. Il est à remarquer que dans l’histoire des persécutions des sectes en Angleterre, la loi nommée « Quaker Act12 » reste jusqu’à nos jours la seule à avoir été dirigée contre une secte spécifique.

11Dans le Royaume-Uni des xviie-xviiie siècles, chaque fois qu’un marin devenait Quaker, cela suscitait bien des émotions, des curiosités passionnelles et une mobilisation voire une hostilité des proches à l’encontre du nouveau converti. Les membres de la famille de celui-ci ou encore ses compagnons d’équipage ne voulaient ni entendre que l’un des leurs avait embrassé les idées niveleuses que véhiculaient les Quakers, ni s’identifier à un tel mouvement honni prêchant l’égalitarisme à vocation universelle et la non-violence. Cette attitude des marins et des membres de leurs familles amène du reste à se demander si ce n’est pas dû au fait que le milieu maritime était machiste et composé d’hommes pour qui le refus de porter les armes ou de combattre était contraire à la tradition et/ou culture de la violence qui caractérisait ce même milieu. C’est bien ce qui ressort de la lecture de ces deux journaux confessionnels.

  • 13 Ndi (William F.), Elizabeth Hooton (1600-1672) et Edward Coxere (1632-1694) : hérauts du Quakerism (...)
  • 14 Bien que ce soit une hypothèse vérifiable avec le cas de Tiddeman qui devint par la suite Quaker j (...)
  • 15 Charles II avant son retour en Angleterre en 1660 avait promis la tolérance religieuse pour les di (...)

12Pour les marins adhérant au Quakerisme, trouver un navire à bord duquel s’embarquer leur devint difficile. Coxere relate comment toute la famille de l’armateur Edmund Tiddeman, un employeur potentiel, s’était mobilisée usant de toutes sortes de violences pour l’empêcher d’embarquer avec ce dernier. Cette opposition farouche à son recrutement, qu’il rencontra parmi les membres de cette famille13, résultait des rumeurs d’après lesquelles tout marin qui embarquait avec un Quaker devenait à son tour Quaker14. Ce sont ces mythes/légendes qui engendrèrent de nombreuses persécutions. Coxere prend soin de relater en détail les persécutions auxquelles s’exposaient les Quakers au dix-septième siècle aussi bien en Angleterre que dans le milieu maritime. Pour refus de prêter serment d’allégeance (oath of allegiance) au Roi et serment de suprématie (oath of supremacy) envers l’Église Établie15, ils sont jetés en prison et torturés. Ils y passent de longs séjours. Pour ce qui est du milieu maritime, le refus d’ôter son chapeau devant le capitaine ou tout autre supérieur hiérarchique leur valut bien des brimades cruelles.

13De surcroît, Coxere fait apparaître la vision des continentaux sur les Quakers. Lors de son voyage au Portugal, il établit un lien entre la violence et les pratiques coutumières et/ou religieuses qui voulaient que les Portugais tinssent « leurs chapeaux à la main et ne les remissent pas avant d’être passé l’un à côté de l’autre », à chaque fois qu’ils se trouvaient dans la rue. Ainsi, à cause de son engagement religieux qui lui imposait le refus de se découvrir devant quiconque, Coxere courait le risque de se faire poignarder. D’ailleurs, pour étayer les mythes ou légendes qui accompagnaient l’avènement du Quakerisme, au-delà des frontières de l’Angleterre, il écrit :

  • 16 Ndi (William F.), op. cit., p. 189.

« Comme nous étions en 1662, nous étions très peu connus en tant que société religieuse à l’étranger. Ils [les Portugais] ne comprenaient donc rien de nous hormis que nous nous comportions de manière méprisante, en outre, ils considéraient comme hérétiques tous ceux qui n’étaient pas papistes ; les tuer ne constituait donc pas pour eux un péché16. »

14Pour sa part, Lurting relate la première montée des Quakers à bord de leur navire. Il écrit : « Leurs retrouvailles provoquèrent aussitôt une investigation sérieuse auprès des autres, et leur nombre augmenta. Ainsi, plus ils crûrent en nombre plus la persécution contre eux augmenta. » Il commence par décrire la façon dont le capitaine reçut cette arrivée de Quakers et leur accroissement : « Le capitaine, étant lui-même un prédicateur baptiste, était terriblement troublé et dérangé par leur croissance en nombre. » Lesdites persécutions et violences exercées à l’encontre des Quakers provenaient aussi des marins excités par le pasteur qui officiait à bord. Soulignant son rôle dans cette persécution contre les Quakers Lurting continue ainsi : « Je fus tout à la fois violent envers eux, et un grand persécuteur. » D’après lui, poussé par les paroles encourageantes et incessantes du prêtre qui disait : « O Thomas, honnête homme et bon Chrétien ! Ici se trouve un peuple dangereux à bord, [C’est-à-dire les Quakers] un peuple blasphémateur reniant les ordonnances et la parole de Dieu. » Ce sont ces paroles qui le mirent dans cet état.

15En qualifiant le pasteur qui l’a souvent encouragé de « cruel et amer », Lurting livre ce qu’il ressentait en pratiquant ses actes de violence à l’encontre des Quakers. Son opposition à la montée du Quakerisme avant sa propre conversion marque une étape capitale dans sa pratique de la violence comme il le reconnaît lui-même. Il rappelle au lecteur que lorsque les Quakers lui furent « clairement désignés » comme le peuple de Dieu à qui il devait se joindre, le désir de violence et la volonté de mourir plus que de vivre s’éveillèrent en lui, le poussant à s’étonner : « Quoi ! rejoindre un tel peuple adjuré par les prêtres et les profès ! Quoi ! me joindre à ce peuple que j’ai longtemps frappé et abusé sans aucune justification ! La mort me conviendra parfaitement ! » Cependant, il finit par écouter sa voix intérieure car dit-il, « Quaker ou pas, je suis pour la paix avec Dieu ». De plus, l’un des Quakers à bord avait toujours barre sur lui, même dans ses moments les plus cruels. Il s’agit de Roger Dennis au sujet de qui il écrit : « Il suffisait […] qu’il me regardât pour que je ne touchasse plus aucun d’entre eux. »

  • 17 Le chemin de conversion de Lurting suit celui d’un grand classique biblique : Saul qui devint Paul (...)

16Puis Quand Lurting refuse de continuer à persécuter les Quakers17, il subit les humiliations et les brimades. La première Assemblée à laquelle il assista à bord, provoqua un tollé. Il décrit ainsi cet incident :

« Je n’y demeurai que peu de temps, mais il fut annoncé au lieu public des cultes que j’étais parmi les Quakers. À cette nouvelle, plusieurs personnes quittèrent le prêtre et le culte pour venir me voir : Et ils firent un grand bruit et une grande agitation. Quand le culte s’était terminé, le Capitaine demanda le pourquoi de ce bruit et on lui dit que j’étais parmi les Quakers. Alors, il m’envoya chercher. Plusieurs autres de ses officiers étaient présents. Le premier qui commença était le prêtre qui me lança, Thomas, je vous prenais pour un honnête homme et un bon Christ, mais je suis désolé que vous soyez ainsi dupés. Entre temps, le capitaine feuilletait la Bible d’un bout à l’autre pour me prouver que les Quakers n’étaient pas Chrétiens. Pendant tout ce temps je ne disais rien et restais calme dans mon âme, car j’y trouvais là ma force. Quand ils constatèrent qu’ils ne pouvaient se prévaloir de leur raison, ils commencèrent alors à me calomnier [disant] qu’à des moments précis, les Quakers étaient venus me voir, m’ordonnant de faire telle et telle autre chose ; ce qui était faux, et grâce à quoi j’eus de grande force puisque jamais aucun Quaker n’était venu me voir à l’exception de Roger Dennis, celui que je chérissais et dont je désirais la compagnie, et ce fait remontait à la nuit précédente. Donc, quand ils avaient fini, je partis voir mes Amis avec grande paix et satisfaction, leur disant que « quand je suis parti voir le capitaine, j’étais à peine à moitié Quaker, mais que par leurs mensonges et par leurs fausses affirmations [à mon encontre], ils m’avaient rendu presque un Quaker à part entière ou au moins j’espérais en devenir [un]. Mes Amis m’accueillirent avec beaucoup d’amour et de tendresse et depuis lors j’assiste aux Assemblées. »

  • 18 Fantasmes qui traduisent pour les Quakers une souffrance profonde du persécuteur, le poussant à fa (...)

17Tous à bord, exceptés les Quakers, ignoraient ce qu’éprouvait Lurting. Ainsi, se laissaient-ils aller à des fantasmes18 de toute sorte. Lurting décrit leur attitude à son égard en ces termes : « Certaines personnes disaient que j’étais fou, et d’autres me disaient inattentif et écrivaient ainsi au pays en Angleterre. » et il ajoute la réaction des gens qui en étaient informés. Il écrit :

« Plusieurs personnes vinrent me voir à bord, croyant que la forme de mon corps s’était transmutée et j’entendis certaines d’entre elles dire que mon corps avait la même forme, mais que je ressemblais à un saint muet. Somme toute, j’étais l’objet de moquerie et de dérision de toute sorte de profès exceptés les gens appelés Quakers. »

La violence vécue par les Quakers : l’expérience parle

  • 19 Dans son éthique protestante, Max Weber fait ressortir l’idée que, «  […] l’ascétisme protestant, (...)

18Coxere et Lurting occupent une place non négligeable dans l’histoire du Quakerisme en tant que figures emblématiques du pacifisme militant Quaker. Ils appartiennent à la liste des « martyrs Quakers » : les membres de la secte persécutés en Angleterre au xviie siècle qui se signalèrent par leur courage (consigné dans leurs écrits) d’avoir adhéré à un mouvement honni, professant une rigoureuse éthique de la quotidienneté ainsi que le souligne Max Weber dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme19. Cette adhésion au Quakerisme, avec toutes les persécutions que cela impliquait, peut bien être interprétée comme une sorte « d’auto-violence » au nom de sa conviction religieuse ayant pour but la dénonciation de la violence éhontée pratiquée par la classe politique et l’Église Établie. Bien plus, Coxere et Lurting contribuèrent de manière décisive à forger les critères éthiques du pacifisme militant dans le milieu maritime en particulier.

19Les documents, objets de cette étude, illustrent à la fois l’engagement des Quakers dans la lutte pour les libertés individuelles et les sacrifices qu’ils consentirent à cette fin. À la lecture de ces écrits, il apparaît que leurs auteurs endurèrent toute sorte de violence pour la cause du pacifisme – dans le milieu maritime – élément central de l’évangélisation Quaker.

20Lurting écrit : « […] un matin, nous vîmes […] un bâtiment de guerre espagnol, pays contre lequel nous étions en guerre. […] C’était là le moment de la mise à l’épreuve de chaque homme. » Quant à Coxere, il note que la violence dans le milieu maritime constituait une épreuve permettant aux marins de tester leur masculinité. Ainsi face au danger, il écrit :

  • 20 Cité par Ndi (William F.), op. cit., p. 116.

« […] Tous étant conscients du danger qui nous faisait face, la mort se dressant apparemment devant nous et l’emplacement de nos sépultures se dessinant brusquement devant nos yeux […]. L’occasion se présentait de prouver notre bravoure, et nous trouvâmes le courage de redresser le navire contre la mer houleuse20. »

21Par ailleurs, dans la première partie de son récit, Coxere, animé par l’esprit de violation qui régnait en mer, se laisse tenter par la spoliation et la répression des autres. Peu avant sa conversion en 1659, il parle par exemple de son voyage de retour de Terre-Neuve. Il était prêt à s’engager dans les actes de violence afin de se défendre en cas de mauvaise rencontre. Il décrit alors son état d’âme et son désir de mettre à l’épreuve les quinze canons dont était équipé leur navire, « […] nous étions maintenant dans un navire bien équipé pour nous défendre ».

  • 21 Convaincu dans cette foi, selon l’expression Quaker : «  convinced ».

22Dans son Journal, Coxere raconte qu’au cours de sa carrière de marin, il eut l’occasion de servir plusieurs maîtres : les Anglais, les Hollandais, les Espagnols, les Turcs. Tout ceci eut lieu avant qu’il ne se convertît21 au Quakerisme. Il partage ainsi l’expérience qu’il eut de « cette rude vie de marin » pour laquelle il n’était pas fait. Coxere ne s’attarde pas sur les faveurs que lui accordèrent certains capitaines. Par contre, animé par la non-violence, il expose la violence perpétrée par ces derniers à l’encontre des marins moins chanceux que lui. Sur un ton qui montre son désaccord avec la brutalité et sévérité de ces capitaines, il écrit : « Une fois embarqués, nous eûmes connaissance de très mauvais bruits concernant notre capitaine […] Envers certains d’entre eux, il était très brutal […], il les attachait au cabestan pour les fouetter… » Cette violence physique ne s’arrête pas là car poursuit-il :

« Notre capitaine était fort sévère. À Terre-Neuve, pour un léger manquement à la discipline, il fit amener l’un de mes compagnons au cabestan et demanda qu’on lui attachât un panier rempli de mitraille en fer autour du cou avec ses mains attachées à une barre, jusqu’à ce qu’il juge la punition suffisante, puis il le débarqua sur un rivage inconnu. »

  • 22 Une barre de cabestan étant enfoncée par un trou dans le baril, les bras du coupable étaient compl (...)

23Cette sévérité affligea ceux qui, comme Coxere, étaient originaires de Douvres au point qu’ils voulurent démissionner en bloc. Le capitaine face à cette révolte pacifiste de ses marins répondit par la violence et la ruse, l’une et l’autre condamnées par Coxere. Car, après leur avoir ordonné de venir dans sa cabine percevoir leurs droits, « […] au lieu de nous donner de l’argent, il ordonna aux officiers d’amener certains au cabestan22… » écrit Coxere.

  • 23 Le St. George, un navire d’une longueur de 110 pieds, d’une largeur de 36,5 pieds et d’une capacit (...)

24Par ailleurs, Coxere commence la relation de ses voyages par une anecdote dramatique, celle de l’explosion du Vieux Saint-George (The Oulld Saint Georg), un navire de deuxième catégorie23 sur lequel il navigue comme matelot breveté : « Soudain, écrit-il, la poudre dans l’armurerie prit feu et un terrible et funeste coup du sort nous fut asséné. » Cette anecdote dramatique qui ouvre ce récit lui donne sa force et sa structure psychologiques et émotives. En conséquence, la violence de cette explosion qui marque la première expérience tragique d’Edward Coxere dans le monde des marins devient un pivot autour duquel s’articule l’action et le rythme du récit. Au fait, Coxere offre au lecteur un spectacle de la misère humaine dont le théâtre est la mer en y ajoutant comme l’une des causes l’enclin de l’homme à la violence. Il va même plus loin pour démontrer que l’apprentissage du métier était axé autour de la violence. Il écrit :

« Bien qu’on eut bon vent, la mer fut très agitée en raison de la force du vent, à tel point que je souffris du mal de mer la plupart de temps m’amenant à conclure dans mon malheur que je n’étais point fait pour cette rude vie de marin. Mais il y avait plus ; aux fins de m’endurcir à la vie à bord, le capitaine me poursuivait avec une corde à nœud […]. Quant au second, il faisait mine de courir après le capitaine comme pour l’empêcher de me frapper. […] Je pris cela au sérieux au point de penser que si jamais je réussissais à remettre pied sur la terre ferme, ils pourraient aller chercher un autre mousse car je n’appréciais guère leurs farces de matelots. En effet, lorsqu’il faisait mauvais temps j’étais malade et lorsqu’il faisait beau, j’étais menacé par des coups de corde à nœuds. »

25Il marque ainsi son opposition active à tout ce qui mène à l’action violente.

  • 24 Ndi (William F.), op. cit., p. 191.

26Aussi, l’image de la violence de la mer elle-même est suggérée par de longues descriptions détaillées de tempête, d’une mer souvent affamée et assoiffée, cherchant toujours à avaler sa proie. Coxere décrit ainsi le sentiment de son équipage confronté à une tempête et une mer houleuse : « Nous sentions désormais que tout espoir était perdu nous attendant à ce que la mer devant nous remplisse son rôle qui était de nous avaler et nous nous regardions tristement l’un l’autre, le cœur lourd, accrochés au navire de peur d’être balayés pardessus bord […]24. »

27Cette violence de la mer prend un sens symbolique. Elle devient l’aiguillon qui pousse à la conscientisation de la nécessité de la non-violence. Lurting décrivant la libération des Turcs souligne qu’après avoir atteint leur objectif non-violent, la mer fut calme. Faisant donc un parallèle entre son geste pacifique et le calme de la mer, il écrit : « Nous eûmes bon vent ; que nous n’avions pas eu pendant tout le temps que nous avions les Turcs à notre bord, ni plusieurs jours avant. »

  • 25 «  La quête d’hommes fut plus grande que celle de navires lorsque la première guerre Anglo-holland (...)

28D’autres expériences qu’ont fait Lurting et Coxere de la violence abondent. À l’issue d’un de ses voyages, Coxere raconte qu’il se vit obligé de retourner chez lui déguisé en Hollandais afin d’éviter l’enrôlement forcé, Pressganging25. Il s’agit ici pour Coxere comme pour Lurting d’une sorte de violence caractéristique de l’État socio-politique perverti. Elle est organisée au service du pouvoir comme une ressource qui livre les plus faibles aux « recruteurs », et ce au service des ambitions impériales. L’État déclenche la guerre de conquête ou d’agrandissement du territoire et fait enrôler de force dans l’armée et/ou dans la marine, les pauvres citoyens malgré eux. Victime de ces pratiques, Lurting relate ses premières aventures qui débutèrent à l’âge de 14 ans. Il fut enrôlé de force et emmené en guerre en Irlande où il resta 2 ans avant d’être emmené à Londres pour participer aux guerres contre les Hollandais et les Espagnols. La violence de ce rapt et l’expérience qu’il vécut pendant ces guerres lui reviendront des années plus tard.

29Suite à l’incident mentionné plus haut, Coxere passa une morne période au domicile familial. Puis, il décida de reprendre la mer en 1653-1654. Il est capturé par les Turcs suite à un combat violent qu’il décrit : « Il [le navire] nous lâcha alors une bordée de boulets sans compter les tirs d’armes de poing. Nous lui répondîmes comme nous pûmes. Il se plaça à l’avant de notre navire nous mitraillant de ses armes à feu. » En outre, il décrit avec réalisme la vérité amère de la servitude dans les geôles turques. « Bien que je fusse maître d’équipage à ce moment-là, j’avais un surveillant Turc au-dessus de moi pour que […] je reçoive une correction qui les satisfît… » Et de préciser en quoi consistait cette correction :

« […] suivant leur habitude d’étendre quelqu’un par terre quatre personnes lui tirant les mains et les jambes comme à un nageur pour qu’il puisse [le] fouetter à sa guise, parfois jusqu’à ce que les chairs soient tellement meurtries qu’on doive retirer la peau pour panser les blessures. Connaissant la façon de leurs cruels châtiments, je n’eus pas la patience d’attendre qu’ils me mettent à terre mais bondis et me mis à courir vers la citadelle ce qui équivalait à tomber de Charybde en Scylla […]. »

  • 26 Ndi (William F.), op. cit., § 111.
  • 27 Ibidem. La description qu’il donne est corroborée par l’illustration montrant la forteresse de Por (...)

30Bien plus, en mettant au jour d’autres types de violence qu’ils subirent comme prisonniers, Coxere donne d’abord une description du gardien turc aux fins de corroborer les actes de violence que ce dernier est susceptible de commettre : « Le gardien, furieux et animé d’un esprit de vindicte (une sale brute de Maure), […] vint à ma rencontre […] un bâton à la main. » Il poursuit : « Mon féroce persécuteur désormais enragé comme un fou, partit à ma poursuite […] » Les actes de violence de ce gardien sont minutieusement exposés : « Le gardien ne cessait de nous harceler à la tâche de sorte que le Flamand s’effondra26. » Puis, décrivant la vie en cellule, il raconte : « nous étions enchaînés […] en tout, quarante couples à être entassés dans ce trou où en sus d’être enchaînés nous couchions par terre comme des chiens, sans lits27. » Quant à la vie à bord du navire amiral turc, elle est tout aussi dramatique :

« Nous avions comme surveillant à bord un gardien cruel, c’était un Maure dont j’appris que se trouvant une fois dans une galère avec des captifs [à la poursuite d’un autre navire], afin de les obliger à ramer plus vite il avait tranché le bras d’un des esclaves et s’en était servi comme fouet sur tous les autres. Comme notre navire s’était échoué, cet homme cruel s’en prit à moi et se mit à me battre à tel point que l’on pouvait voir les traces des coups sur mon dos plusieurs jours après… »

31Rejoignant en cela la pensée de Lurting, Coxere considère que la mer n’est pas seulement le théâtre de la violence mais aussi un lieu où les marins ont leur manière de vénérer Dieu :

  • 28 Oppenheim (op. cit., p. 239), parlant de la marine sous le règne de Charles Ier écrit, «  la prièr (...)
  • 29 Ndi (William F.), op. cit., § 158.

« En mer, notre façon de célébrer le Seigneur veut qu’avant la tombée de nuit tous les marins en compagnie du capitaine se rassemblent pour lire une prière et chanter un psaume28 ; ce que j’observais jusqu’à ce que cela devînt pour moi un fardeau à porter, car j’avais alors plus envie de pleurer que de chanter avec les autres marins qui après avoir juré, proféré des blasphèmes et des mensonges, venaient ensuite d’un même souffle dans la cabine se mettre à chanter les cantiques de David comme autant de nouveaux David jouissant de la même élévation spirituelle, au lieu des pleurs comme l’avait fait David, ils se remettaient à rire, plaisanter et se railler dès que leurs dévotions étaient terminées au lieu de louer le Seigneur avec une harmonie procédant de leurs cœurs, ils se lançaient dans des chansons vaines et futiles accompagnées de paroles et d’actes impies29. »

32Coxere en soulignant ce fait y jette un regard critique et fait savoir que ces manières n’étaient en rien conformes à la Bible. Et conformément à l’éthique de la nouvelle foi qu’il vient d’embrasser, il les rejette avec véhémence. Les conséquences d’un tel rejet valaient souvent aux marins Quakers toute sorte d’actes de violence ainsi que l’atteste Lurting lorsqu’il décrit ses propres actes de violence perpétrés à l’encontre des Quakers avant sa conversion : « À plusieurs reprises […] j’étais déterminé à séparer ces gens appelés Quakers lors de leurs réunions religieuses, par des coups de poing ou autres actes de violence… »

Le triomphe de la non-violence

33Toute cette mise à nu de la violence qu’illustrent ces journalistes Quakers (Coxere et Lurting) devient pour eux, me semble-t-il, la mission du tragique. N’est-il pas vrai que les Quakers voyaient dans le fait de tenir un journal, un moyen par lequel introduire l’observation de l’auto-perfectionnement spirituel ? Ainsi l’interaction dans l’acte de violence est cathartique pour les Quakers. Une manière de rappeler à leur monde, à partir de leurs propres expériences, que même si la violence fait loi, elle ne peut triompher du pacifisme militant. D’où leur opposition farouche à tout ce qui mène à la violence.

  • 30 Ibidem, § 115.

34En 1657-1658, après que Coxere eut été capturé et fait prisonnier à la forteresse de Porte Farine, il eut des démêlés avec un gardien qui se mit à le poursuivre. Il donne une description vive et humoristique de cet épisode. Il compare cette poursuite à celle d’un bœuf qui court après un lièvre. C’est par ce procédé ironique « cruel » que Coxere dresse un tableau de ces cohortes de tortionnaires qui usent de la violence. Il marque ainsi le comble de la violence gratuite comme acte absurde et risible. Pour ce faire il écrit : « Ce grand persécuteur […] rendait ainsi la scène de cette poursuite par ce Maure brut et grand qui me courait après comme celle d’un bœuf poursuivant un lièvre30… » Cette description est une critique sévère et opportune puisqu’elle souligne l’absurdité de la violence. De plus, pour corroborer la thèse pessimiste de la violence que soutiennent les Quakers, Coxere relate l’histoire d’un converti, William Ward qui s’était enrichi comme pacifiste mais à cause de son enclin à la violence, perdit tout y compris la vie. Il raconte que ce dernier

  • 31 Ibid., § 182-183.

« […] s’était fait construire un navire, sans l’équiper de canons, […] et avait effectué des voyages fructueux qui le rendirent éminent et populaire parmi les marchands […] son ambition grandit et ce navire sans canons ne répondit plus à son état d’esprit et il l’abandonna. Et il se fit construire un autre navire, équipé de dix-huit pièces, de sorte que s’éveilla à nouveau en lui l’esprit qui voulait tuer et détruire ses ennemis, tandis que l’autre partie de sa conscience, où résidait la compassion, s’assoupit en lui ; plutôt que de tuer des hommes peccables et mauvais il aurait mieux valu renoncer aux biens matériels, ceci étant la vraie façon d’aimer son adversaire. Cela ne dura pas longtemps, car il mourut, je crois, lors d’un voyage dans le détroit31. »

35Le dernier voyage de Coxere s’effectua à bord d’un ketch Quaker, le Partners dont il raconte l’histoire. Ce ketch est resté célèbre grâce à Thomas Lurting, avec qui Coxere effectua ce dernier voyage. Lurting se trouvait être alors son second. C’est ce même ketch qui constitue le navire principal du récit de Lurting. Il avait été arraisonné par les Turcs, puis récupéré par George Pattison et Thomas Lurting qui mirent en œuvre le principe de paix Quaker en relâchant l’équipage turc sain et sauf sur la côte algérienne. À leur retour en Angleterre le roi Charles II et son frère le Duc de York vinrent saluer le retour du ketch et les membres de son équipage à qui ils reprochèrent de n’avoir pas ramené ces Turcs avec eux en Angleterre. Cette anecdote de la capture et de la libération des Turcs montre à quel point les Quakers étaient prêts à pousser loin leur combat contre la violence en mer. Lurting a risqué sa vie et celle des autres marins pour sauver celle des Turcs. Et à cette question du roi et du duc de York de savoir pourquoi il n’a pas conduit ces captifs en Angleterre, il répondit : « Je pensais qu’il était mieux qu’ils soient dans leurs propres pays. » Une réponse qui souligne bien son engagement pour le triomphe de la non-violence.

36Ce qui est le plus frappant à la lecture de ces deux autobiographies spirituelles, c’est leur articulation autour de cette thématique de la violence avec une volonté incontestable de la démontrer comme pratique à bannir dans un monde civilisé : toute institution ainsi que tout être s’identifiant avec la violence devient l’objet de désapprobation pour les Quakers.

37En réalité, Les Aventures Maritimes de Coxere aussi bien que Le Marin Combattant de Lurting décrivent une seule et même aventure : le calvaire de la quête de la « lumière intérieure » à travers les dangers, les tribulations, les épreuves rencontrées lors des voyages. Aventures physiques autant que spirituelles et souvent teintées d’une violence provenant de l’homme et de son environnement. Tour à tour, dans mon exposé, je me suis appuyé sur ces deux journaux confessionnels pour montrer que le vécu de la violence dans l’espace atlantique telle que traduit par Edward Coxere et Thomas Lurting est un puissant levier qui les aurait aidés à faire basculer le monde de marins composé d’hommes impitoyables et caractérisé par la violence, dans un monde non-violent. Ayant fourni dans leurs textes des exemples de violence illustrant la pitoyable condition humaine, et s’en étant servis pour « conscientiser » les autres marins, ces autobiographes ont contribué à leur manière à transformer cet espace où jadis régnait la violence en un espace de la non-violence. La force de ces deux autobiographies émane des qualités de vivacité et de rapidité qu’elles dégagent en fustigeant le dogmatisme religieux, en prônant la tolérance et la paix obtenues par la persuasion. Seule la violence donne une excuse pour mener une lutte pacifiste. D’ailleurs, n’est-ce pas pour cette raison que, dès le début du mouvement, les Quakers insistèrent sur le fait que la non-violence relevait de la bonne sociologie et que la lumière intérieure d’origine divine qui habite tout être humain lui confère le mérite du respect absolu ? Donc, faire violence à un être humain c’est nier Dieu. Lire ces journaux confessionnels articulés autour de la thématique de la violence et qui s’appuient sur l’examen critique de ses causes et conséquences, permet de comprendre l’influence qu’aurait exercée les Quakers en matière de lutte contre la violence dans l’espace atlantique ainsi que le sens du rituel que portent ces marins sur la mer.

AnnexeForteresse de Porte Farine par Edward Coxere, Aventures by Sea, Oxford, éd. E. H. W. Meyerstein, 1945.

AnnexeForteresse de Porte Farine par Edward Coxere, Aventures by Sea, Oxford, éd. E. H. W. Meyerstein, 1945.

Bibliographie

Bibliographie

A Dilogicall Discourse of Marine Affaires (Harl. 1341), Article cité dans Teonge (Henry).

Boudon (R.) et al., Dictionnaire critique de Sociologie, Paris, PUF, 1982.

Braud (Ph.), La violence dans les démocraties occidentales, Paris, L’Harmattan, 1993.

Brunel (Pierre), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Éditions du Rocher, 1988.

Coxere (Edward), Aventures by Sea, ed. Meyerstein (E. H. W.), Oxford, Clarendon Press, 1945.

Evelyn (John), The Diary of John Evelyn, ed. Guy de la Bedoyer, Boydell & Brewer Inc, 1998, 380 p.

Hill (Christopher), The Experience of Defeat : Milton and Some Contemporaries, London, Faber & Faber, 1984.

Lurting (Thomas) The Fighting Sailor…, Londres, J Sowle (éd.), White Court in Gracious Street, 1711.

Ndi (William F.), Elizabeth Hooton (1600-1672) et Edward Coxere (1632-1694) : hérauts du Quakerisme originel : traduction et analyse des Lettres d’Elizabeth Hooton et Des aventures maritimes d’Edward Coxere, Thèse de Doctorat, Université de Cergy-Pontoise, mai 2001, 2 tomes.

Oppenheim (Michael), The history of the Administration of the Royal Navy, 1509-1660, Hamden (Conn.), 1961.

Teonge (Henry), The Diary of Henry Teonge, Londres, 1825.

Tual (Jacques), Les Quakers en Angleterre, 1649-1700 : Illuminisme et Révolution, Thèse de Doctorat d’État, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle, 1986.

Weber (Max), L’Éthique Protestante et l’esprit du capitalisme, trad. J. Chavy, Paris, Plon, 1967.

—, Sociologie des religions, trad. J.-P. Grossein, Paris, Gallimard, 1996.

Notes

1 Hill (C.), The Experience of Defeat : Milton and Some Contemporaries, London, Faber & Faber, 1984, p. 118.

2 Ainsi ai-je vu dans ce bouillonnement du radicalisme millénarien matière à une communication visant à restituer non seulement des textes peu connus en France, mais aussi les témoignages vibrants d’une atmosphère historique passionnante. Ce qui permet de faire revivre ces textes du passé et de les incorporer dans le présent.

3 Tual (J.), Les Quakers en Angleterre, 1649-1700 : Illuminisme et Révolution, thèse de Doctorat d’État, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle, 1986, p. 16.

4 Hill (C.), op. cit., p. 21.

5 Toutes les citations dans le présent travail sont tirées de l’édition éditée par J Sowle à Londres (White Court in Gracious Street), 1711.

6 Cf. la définition de l’autobiographie spirituelle donnée par J. Tual, op. cit., p. 340.

7 C’est ainsi qu’ils nommèrent leur entreprise : «  Proclamation de la Vérité ».

8 Les Quakers ont voulu ce faisant remplacer les ministres du culte par des sermons laïques prônant une religion sans églises, sans prêtres et de surcroît invisible.

9 Il s’agit d’une sorte d’empirisme baconien!

10 Evelyn (John), The Diary of John Evelyn, Éd. Guy de la Bedoyer, Boydell & Brewer Inc. 1998, 380 p.

11 Après la première guerre en 1646, le problème de l’instauration d’un régime théocratique divisa les positions des puritains, provoquant une divergence de vue. Ainsi, des groupes politiques constituants développèrent, chacun de leur côté, des discours marqués par la haine et la négation de leurs adversaires comme étant des «  Égyptiens », voire des hérétiques qui polluaient la cause sacrée. Sous le protectorat en effet, les Quakers informeront l’armée de leurs positions.

12 C’est-à-dire loi contre les Quakers, proclamée en mai 1662.

13 Ndi (William F.), Elizabeth Hooton (1600-1672) et Edward Coxere (1632-1694) : hérauts du Quakerisme originel : traduction et analyse des Lettres d’Elizabeth Hooton et Des aventures maritimes d’Edward Coxere. Thèse de Doctorat, Université de Cergy-Pontoise, mai 2001, 2 tomes, § 162-163.

14 Bien que ce soit une hypothèse vérifiable avec le cas de Tiddeman qui devint par la suite Quaker j’estime que ce fut un fantasme car tous les marins qui avaient embarqué avec des Quakers n’en étaient pas devenus.

15 Charles II avant son retour en Angleterre en 1660 avait promis la tolérance religieuse pour les dissidents et les catholiques depuis sa résidence royale à Breda. Cette promesse fut vite oubliée après la répression de la révolte des hommes de la cinquième monarchie. À la place de cette promesse était votée une série des lois qui avaient pour but la répression de toute forme de dissidence. Les années 1661 et 1662 virent la mise en place de deux lois ; l’acte de Corporation et l’acte de l’Uniformité. Ces lois visaient à purger les dissidents des universités, des paroisses et de toutes institutions scolaires et publiques. Pour ce faire, tous les universitaires, paroissiens, pasteurs, et «  fonctionnaires » devaient prêter ces deux serments pour préserver leurs positions. L’un de ces serments était pour l’obéissance à la hiérarchie de l’Église Anglicane et l’adhésion au Common Prayer Book (le Livre des prières communes) et l’autre pour l’allégeance au roi.

16 Ndi (William F.), op. cit., p. 189.

17 Le chemin de conversion de Lurting suit celui d’un grand classique biblique : Saul qui devint Paul. Au départ persécuteur par excellence du peuple de Christ puis à sa conversion, défenseur et propagateur du message christique.

18 Fantasmes qui traduisent pour les Quakers une souffrance profonde du persécuteur, le poussant à faire souffrir autrui par ses actes de violence.

19 Dans son éthique protestante, Max Weber fait ressortir l’idée que, «  […] l’ascétisme protestant, agissant à l’intérieur du monde, s’opposa avec une grande efficacité à la jouissance spontanée des richesses et freina la consommation, notamment celle des objets de luxe. En revanche, il eut pour effet psychologique de débarrasser des inhibitions de l’éthique traditionaliste : le désir d’acquérir », p. 209.

20 Cité par Ndi (William F.), op. cit., p. 116.

21 Convaincu dans cette foi, selon l’expression Quaker : «  convinced ».

22 Une barre de cabestan étant enfoncée par un trou dans le baril, les bras du coupable étaient complètement étirés, puis fermement attachés à la barre en forme de croix. On rajoutait parfois un panier de cartouches ou d’autres objets pesants autour de son cou. Il demeurait dans cette position jusqu’à avouer le complot ou le crime dont il était soupçonné ou qu’il ait reçu le châtiment auquel le capitaine l’avait condamné. A Dilogicall Discourse of Marine Affaires (Harl. 1341), cité in The Diary of Henry Teonge (1825), p. 19.

23 Le St. George, un navire d’une longueur de 110 pieds, d’une largeur de 36,5 pieds et d’une capacité de 587-783 tonnes fut construit en 1622, à Deptford sous la supervision de William Burell, qui l’équipa de 42-70 canons. Lors de l’expédition de Cadix en 1625, il fut équipé des voiles utilisées en 1588 par Le Triomphe. Ses haubans étaient ceux de The Old Garland and all stark rattan. En 1660 ce navire perdit sa Sainteté et fut fait ponton en 1687, on le trouve mentionné une dernière fois en 1697. Il fut commissionné le 13 juin 1648 pour aller apaiser neuf navires révoltés. Le 3 août 1649, Robert Denis fut nommé capitaine à son bord.

24 Ndi (William F.), op. cit., p. 191.

25 «  La quête d’hommes fut plus grande que celle de navires lorsque la première guerre Anglo-hollandaise éclata en 1652-1653. Il fut donc décidé que tous les marins entre quinze et quarante ans seraient obligatoirement enrôlés dans la marine. Chacun d’eux recevait un ticket avec trois pence et demi pour la conduite d’un mile, et choisissait la tenue avec laquelle il était appelé à se présenter au port d’embarquement… L’écrivain de la «  London Newsletter » décrit l’arrestation des hommes et les entrées forcées dans des maisons », Oppenheim, The Administration of the Royal Navy, 1509-1660, p. 310, 311.

26 Ndi (William F.), op. cit., § 111.

27 Ibidem. La description qu’il donne est corroborée par l’illustration montrant la forteresse de Porte Farine. Nous y voyons les hommes enchaînés en couple (voir annexe).

28 Oppenheim (op. cit., p. 239), parlant de la marine sous le règne de Charles Ier écrit, «  la prière était faite deux fois par jour, avant le dîner et après avoir chanté des psaumes, le soir au remontage des montres, toute personne absente risquant d’être mise aux fers vingt-quatre heures. »

29 Ndi (William F.), op. cit., § 158.

30 Ibidem, § 115.

31 Ibid., § 182-183.

Table des illustrations

Titre AnnexeForteresse de Porte Farine par Edward Coxere, Aventures by Sea, Oxford, éd. E. H. W. Meyerstein, 1945.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19562/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M

Auteur

Docteur en Histoire
Université de Cergy-Pontoise

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540