Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Troisième partie. Violences légitimées, violences maîtrisées

Violences théâtralisées, violences sacralisées : les marins huguenots face aux « Papistes » dans la seconde moitié du xvie siècle

Mickaël Augeron

Full text

  • 1 Archivo General de la Nación, Mexico (AGN), Inquisición, vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Guille (...)
  • 2 Augeron (M.) et Vidal (L.), « Refuges ou réseaux ? Les dynamiques atlantiques protestantes au xvie(...)

1« Los q[ue] guardavan la n[uev]a relligion tratavan bien a los que tomavan » : voilà ce qu’exprimait le français Guillaume Cocrel au début de son interrogatoire par le doctor Moyas de Contreras, Inquisitor Apostólico à Mexico1… avant de devoir reconnaître, sous la torture, les crimes commis par ses coreligionnaires et lui, lors de leur expédition de course dans le bassin Antilles-Caraïbes, en 1570-1571. Cette affaire, comme tant d’autres, peut renvoyer aux débats historiographiques qui ont opposé, jusqu’au cœur du xxe siècle, les historiens protestants – qui nous ont présenté ces corsaires huguenots comme de véritables défenseurs de la « Nouvelle Religion », respectueux des principes divins – aux historiens catholiques, notamment espagnols – qui nous les décrivent comme autant de marins fanatiques et sanguinaires. Il est vrai que la recherche s’était jusqu’ici essentiellement appuyée sur des sources littéraires (chroniques et « histoires » plus ou moins officielles), emplies d’une trop grande partialité. Seul un retour à l’archive pouvait permettre de rénover ce champ historiographique, qui se basait par ailleurs sur une histoire ouvertement événementielle. Les centres d’archives mexicain (Archivo General de la Nación), espagnols (Archivo General de Indias, Archivo General de Simancas) et portugais (Instituto dos Arquivos Nacionais da Torre do Tombo) nous sont à ce titre d’une aide précieuse, en raison de l’abondance et de la diversité des documents qu’ils renferment pour le « xvie siècle huguenot ». Ce thème de la violence y est fort logiquement bien représenté, tant les marins huguenots ont constitué une menace sérieuse pour les Ibériques, que ce soit sur le plan militaire, religieux ou économique. Les dossiers inquisitoriaux, pour ne citer qu’eux, en témoignent. Nous laisserons ici de côté les violences liées à l’environnement marin, déjà partiellement évoquées lors d’un précédent colloque, parce qu’elles constituent un champ de recherche à part entière : elles contribuent notamment à entraîner des rapports particuliers avec la Divinité, destinés à conjurer les dangers de la mer, dont les sautes d’humeur demeurent imprévisibles ; ce qui n’est pas sans faciliter les conversions. Souvenons-nous de ce marin catholique qui emprunte progressivement la voie du calvinisme et qui finit par affirmer vouloir s’ancrer définitivement dans la « Nouvelle Religion » s’il revient vivant en France2. Guerres de religion et oppositions confessionnelles vont radicaliser les passions et accroître les possibilités de butin sur terre comme sur mer, donc stimuler la convoitise et entraîner un essor sans précédent de la guerre maritime. Et si la religion a sans nul doute constitué un facteur de dynamisation maritime, c’est avant tout l’appât du gain qui motive les marins huguenots dans leur offensive en direction des Amériques. Quoi qu’il en soit, tout cela n’a pas été sans répercussions sur les multiples expressions ou manifestations de la violence, dont il convient ici de réévaluer le rôle et la place dans l’expansion maritime huguenote de la seconde moitié du xvie siècle. Si elle revêt des formes variées qu’il n’est certes pas toujours aisé de définir, de caractériser ou d’interpréter, elle n’en constitue pas moins un phénomène généralisé et omniprésent qui participe de toutes les expéditions que nous ayons à ce jour recensées.

Le fanatisme huguenot : une réalité à nuancer ?

2Depuis le coup d’éclat, bien connu, de Jacques de Sores à La Havane en 1555, l’historiographie catholique, qui se fonde essentiellement sur des sources littéraires, nous a laissé une image à la fois agressive et sanguinaire des marins huguenots, le plus souvent présentés comme de véritables fanatiques.

L’historiographie à l’épreuve des sources d’archives

  • 3 Archivo General de Simancas (AGS), Estado K 1523, Lo q[ue] vos D[o]n Enrique de Guzman, Conde de O (...)
  • 4 AGS, Est. K 1517, F. de Alava a Felipe II (7 avril 1570).
  • 5 Archivo General de Indias, Séville (AGI), Patronato, 264, R. 2, Fr. Garcia de Yracheta, Guardian d (...)
  • 6 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Guillermo de siles, frances, s.d., f° 255-255 v°.
  • 7 AGI, Patronato, 267, N. 1, R. 38, Ynformaçion de los franceses q[ue] an poblado en la florida (30 (...)
  • 8 Titre d’un ouvrage actuellement en préparation et à paraître.
  • 9 La Popelinière, L’Histoire de France… depuis l’an 1550 jusqu’à ces temps, La Rochelle, 1581, t. 1, (...)
  • 10 Richeome (Louis), La peinture spirituelle ou l’Art d’admirer, aimer et louer Dieu en toutes ses oe (...)
  • 11 La Popelinière, op. cit., t. 1, f° 194.

3Ses hommes et lui ne s’étaient pas contentés de piller la ville, mais avaient également volé les biens d’Église, brûlé les lieux de culte, brisé les statues de la Vierge et des Saints, détruit les images pieuses. Des soldats avaient même revêtu des vêtements liturgiques et élaboré, à l’aide des objets du culte, une cérémonie anti-papiste qui mettait notamment en scène un évêque tirant lourdement un cochon censé symboliser l’Église et ses fidèles. Mais cet exemple, qui a jusqu’à nos jours très fortement orienté l’historiographie de part et d’autre de l’Atlantique, semble en fait assez rare, jusqu’au milieu des années 1560. Ce qui n’est déjà plus le cas à partir de la troisième guerre de religion, qui voit les passions se radicaliser fortement ; période à partir de laquelle les lieux de culte sont presque systématiquement pillés. Désormais, Espagnols et Portugais ne cessent de systématiser les excès commis par les « hérétiques ». En 1571, excédé par les agressions des « piratas franceses » envers ses sujets – à commencer par ceux de La Rochelle qui ne cessent d’apparaître dans les rapports qui lui sont envoyés par ses représentants en France – Philippe II dénonce ainsi les « robos, malos y daños » effectués « con tanto atrevimiento, crueldad y desverguença que aun los Turcos usan de mas piedad y clemencia con los Christianos que toman3 ». Multipliant violences physiques et assassinats, sans aucun scrupule, ils useraient d’une cruauté gratuite. À tel point que les actes de clémence envers équipages et passagers sont jugés inhabituels et inspirent de l’étonnement chez lesdits Espagnols : « En La Rochela han tomado de ocho días a esta parte algunos navíos de vassallos de V. M. y soltado los hombres que vesnían en ellos que es cosa nueva no echarlos a la mar », écrit l’ambassadeur Francés de Alava le 7 avril 1570, dans une lettre adressée à Philippe II4. Il est vrai que ces agressions sont particulièrement nombreuses et les violences qui les accompagnent, fréquentes. Quant aux pillages qu’ils effectuent sur les côtes, ils s’achèvent désormais fréquemment par le meurtre et le sacrilège. En témoigne par exemple l’exposé dramatique de Fray Garcia de Iracheta qui relate comment, en septembre 1572, les « hérétiques » de La Rochelle, à bord de plusieurs navires armés en guerre, sont venus piller et dévaster l’île de la Gomera, aux Canaries. Ils ont mis le feu aux habitations, brûlé et profané les églises, non sans en avoir pillé les richesses, massacrant de nombreuses personnes, à commencer par les prêtres et les moines du monastère de San Francisco (dont le guardian)5, pendus comme de simples brigands. Avec ironie et dérision, ces marins huguenots, à leur retour dans les ports français, n’hésitent pas à se vanter d’avoir envoyé les Ibériques « a beber », sous-entendu de les avoir jetés vivants à la mer. Certains d’entre eux, capturés par les Espagnols, viennent corroborer de tels excès, à l’instar de ce Guillaume de Siles, originaire de Honfleur, qui expliqua lors de son interrogatoire, que « si dexavan vivos a algun piloto o marineros de los q[ue] tomavan hera pa[ra] q[ue] los desembocasen por alg[un]as canales y llevasen a puertos donde pudiesen exercitar sus robos y latrocinios6 », passant les autres par le fil de l’épée et coulant les navires quand ils ne les échangeaient pas avec le leur. Les marins huguenots des expéditions de Floride affirmaient volontiers qu’ils voulaient tuer prêtres et moines7, parce qu’ils n’étaient pas « de su ley ». Nous pourrions multiplier les exemples, tant ils sont nombreux. Mais attention, en dépit de la fréquence de tels actes et contre les accusations espagnoles, il serait excessif de conclure à des massacres systématiques pour cause de religion. Il est d’ailleurs très difficile de définir et de caractériser la violence de ces Corsaires de Dieu8, tant les attitudes sont diverses et peuvent parfois apparaître comme contradictoires ou ambiguës. Jacques de Sores lui-même, dont on a souvent fait l’archétype du marin fanatique, intraitable et violent, constitue de fait une figure emblématique, dont il convient de tempérer la folie meurtrière. Soucieux d’accroître les « profits de la Cause », nous dit l’historien protestant La Popelinière, il se lance ainsi en 1570 à la poursuite d’une flotte portugaise en partance pour le Brésil, menée par le gouverneur Dom Loys et chargée « de grandes richesses ». Il finit par la rejoindre au large de Madère. L’événement est bien connu : si le gouverneur parvient à se réfugier à terre, plusieurs vaisseaux sont capturés le 15 juillet 1570 avec, à leur bord, des jésuites aussitôt massacrés, vraisemblablement pour les punir de leurs supposées erreurs en matière religieuse. Relatant ce coup d’éclat, la Popelinière se contente de préciser qu’on jeta à la mer « les images, chappelets benits, livres spirituels, Saints buletins et autres sortes de reliques qu’ils portoyent pour mieux rompre la dureté des cœurs infidelles et sauvages », qu’ils allaient convertir au Brésil9. Il en est autrement des chroniqueurs catholiques, à commencer par le Jésuite Louis Richeome, qui relate longuement le martyr de ces 39 religieux (sur 69 au départ de l’expédition), « massacrez par les hérétiques ». Faisant « rougir de leur sang les flots », Jacques de Sores n’aurait ainsi pas « cess[é] de crier à ses gens acharnez au meurtre : tue, tue [en majuscule dans le texte] ces Papaux Jésuites ennemis de la vérité ». Il aurait aussi crié, « d’une voix furiale, à mort, à mort, aux abysmes tous ces chiens prestres, ces moines & jésuites, qui portent la peste au Brasil10 ». Cela n’empêcha pas Sores, connu pour sa haine envers les « papistes », de rançonner quelques riches catholiques qui se trouvaient également à bord. Incarnant pourtant l’un des symboles de l’intolérance huguenote pour les catholiques, il laissa lui-même « la vie à quelques prestres et cordeliers » qui se trouvaient à bord d’une caravelle portugaise capturée en juin, au large du Portugal, peu après son départ de La Rochelle11.

Reconsidérer le coup d’éclat de 1555

  • 12 « Relación de lo ocurrido en la Habana [1555] », dans Colección de documentos inéditos relativos a (...)
  • 13 « Relación y estrago que los franceses cosarios hicieron en la villa de La Habana [1555] », dans L (...)

4Quant à la prise de La Havane en juillet 1555, il ne faudrait pas non plus en exagérer la portée, en dépit d’une historiographie ibérique qui en a fait le symbole même de l’iconoclasme religieux, car l’épisode peut être diversement interprété. D’ailleurs, même s’il est déjà fréquemment qualifié, à partir de cette date, de « grandísimo hereje luterano », Jacques de Sores lui-même n’a pas encore la réputation de « fanático hugonote » qui sera la sienne durant la troisième guerre de religion. De fait, on ne sait pas s’il a physiquement participé, s’il a suscité ou même personnellement assisté à la pantomime évoquée précédemment, contrairement à ce qu’écrit souvent l’historiographie sans revenir aux sources. On ne connaît pas non plus précisément le rôle qu’il a eu dans les autres excès « sacrilèges » commis à l’encontre du culte catholique : soldats qui transforment les ornements textiles de l’Église en robes et autres vêtements, mise à nu d’un « vulto de la imagen de Nuestra Señora », « imágines acuchilladas, en especial una de bulto de Nuestra Señora », « un crucifijo […] quemado e quebrados los brazos12 », « hech[ando] por ay el Santísimo Sacramento […] y otras muchas ofensas que a Nuestro Señor se hicieron13 ».

  • 14 Ibidem, p. 68, 77 et 78.

5Enfin, faut-il préciser que l’incendie de la ville de La Havane – et de toutes les embarcations – ne survient qu’après le refus du gouverneur (retranché avec ses hommes) de payer la rançon (« rescate del pueblo ») exigée par Sores, comme l’auraient fait, par représailles, bon nombre de chefs de guerre européens. Les hommes d’Église, qui symbolisent à eux seuls, dans l’esprit de cette première génération réformée, les erreurs papistes, sont encore épargnés. Ainsi, les sources espagnoles, en dépit de leur agressivité verbale envers les « hérétiques », admettent que le dominicain Fray Alonso de Ulloa envoyé par le gouverneur pour traiter avec Jacques de Sores fut bien reçu par ce dernier : « Le hizo el francés buen tratamiento y reberencia. » Sores avait auparavant libéré femmes et enfants, et c’est dans un esprit alliant tout à la fois vengeance et représailles qu’il avait alors fait exécuter une trentaine de prisonniers, après que le gouverneur ait tenté une contre-attaque avec pour mot d’ordre de ne pas faire de prisonniers : 15 ou 16 Français avaient été tués lors de l’affrontement, dont l’un de ses oncles ; mort qui provoqua chez lui une immense colère, lui-même ayant été légèrement blessé. C’est à ce moment-là d’ailleurs qu’il donna l’ordre de brûler la ville – dont l’église et l’hôpital, qui ne sauraient alors être les uniques cibles – afin que rien ne subsistât14. Avant de repartir, excédé, il fit exécuter 8 esclaves noirs capturés, parce qu’on ne lui offrait que 50 pesos pour leur libération, alors qu’ils en valaient plus de 4 000.

  • 15 Ibid., p. 80-81 ; « Relación de lo ocurrido… », op. cit., p. 375 ; et « Relación enviada por Diego (...)

6En septembre/octobre 1555, ce sont deux autres navires de « franceses luteranos », partis de La Rochelle et menés par le capitaine Guillaume Mermi, qui écument les côtes cubaines depuis le port d’El Marien, situé à une douzaine de lieux de La Havane, dont ils ont fait leur base arrière. S’ils ont pris plusieurs navires espagnols, pillé plusieurs villages côtiers et brûlé des estancias, il ne semble pas s’en être pris, d’une quelconque manière que ce soit à l’Église catholique. Surtout les autorités, soucieuses de ne pas reproduire leur erreur précédente, acceptèrent cette fois de payer la rançon qu’ils exigèrent pour la libération de 5 Espagnols et de 6 esclaves noirs capturés dans des estancias des faubourgs de La Havane – qui n’avaient pas été pillées par les hommes de Jacques de Sores – et la préservation des bâtiments qu’on avait commencé à reconstruire : les prisonniers furent bien traités avant d’être relâchés et les « pirates » cessèrent alors de mettre le feu aux maisons15.

  • 16 « Gonzalo de Guzmán noticia la entrada de un corsario francés », 20 juillet 1538, dans Colección d (...)

7En ce qui concerne les pillages de biens d’Église (ostensoirs, calices, lampes d’argent), il faudrait également se méfier des généralisations abusives qui les assimilent avant tout à des violences d’inspiration religieuse, surtout durant cette période, car il faut bien admettre que les « luteranos » n’en ont pas le monopole ! En mai 1538 par exemple, des Français, qui ne sauraient alors être protestants, avaient attaqué le port de San Salvador del Bayamo (à Cuba) qu’ils avaient pillé avant d’y mettre le feu, y compris à l’église. La même année, c’est l’église de La Havane qui semble avoir été brûlée par l’équipage d’un autre navire corsaire français16.

L’accroissement de la violence :une réponse aux excès « papistes » ?

8En fait, si on met en relation ces violences envers l’Église catholique avec la rapide multiplication des armements protestants, on s’aperçoit qu’elles demeurent assez rares jusqu’au milieu des années 1560, mais qu’elles commencent à se développer à partir de la première guerre de religion.

Par le geste et l’insulte : la rupture du milieu des années 1560

  • 17 Grunberg (B.), « Corsaires français et “Luthéranisme” au Mexique en 1560 », dans Acerra (M.) et Ma (...)
  • 18 AGN, Inq., vol. 32-2, exp. 10, voir notamment l’attestation de Fr. Gerónimo de Corella (31 octobre (...)

9En analysant l’expédition du capitaine Pierre Bruxel en 1559-1560, qui s’est achevée au Mexique par un procès inquisitorial retentissant, Bernard Grunberg avait déjà souligné, pour les années 1550, qu’« en général, les biens d’Église sont épargnés17 ». On pourrait également citer, parmi bien d’autres, l’exemple de Charles de Saligante, originaire de Rouen en Normandie, qui avait été arrêté par l’Inquisition Apostolique, en 1560 au Honduras, avec quelques-uns de ses compagnons, « por ser honbres luteranos sospechosos malos cristianos ». Dans l’acte d’accusation, il n’est fait mention d’aucune activité iconoclaste ou d’aucun pillage d’église, ni même d’une quelconque profanation, mais seulement de « ciertas opiniones ereticas lutheranas » : refus du Jubilé et de la « remision de pecados », c’est-à-dire des indulgences papales et de l’absolution donnée par les prêtres, négation de la prééminence et de la sainte supériorité du Pape, « quel papa hera como un honbre de nosotros y no tenía mas poder que un honbre de nosotros »18. De parents catholiques, Saligante a été baptisé et appartient à ces convertis de fraîche date. Il connaît le Credo en latin et le Pater Noster, et affirme vivre dans la Foi catholique, tout en déclarant qu’il n’avait jusqu’ici jamais été accusé ni même suspecté d’hérésie. La notion de sacrilège est encore bien présente dans les esprits de cette première génération de marins réformés, certes convertis mais élevés dans la tradition catholique, pour qui l’Église et ses représentants demeurent bien souvent marqués par une relative sacralité, et ce en dépit d’un discours qui en condamne les actions et les positions dogmatiques. De même, si les accusations formulées à l’encontre des institutions ecclésiastiques et du haut clergé se font de plus en plus vives, prêtres et religieux, qui consacrent leur vie à Dieu, restent encore bien souvent les dépositaires d’une certaine autorité morale, qui pourrait bien expliquer pourquoi on n’hésite encore à s’en prendre physiquement à eux, comme d’ailleurs aux églises elles-mêmes.

  • 19 Instituto dos Arquivos Nacionais da Torre do Tombo, Lisbonne (IANTT), Conselho Geral/Santo Oficio, (...)
  • 20 Voir par ex. AGS, Est. K 1521, Discurso verdadero de las crueldades de Españoles contra Franceses, (...)
  • 21 AGS, Est. K 1523, Projet de lettre pour répondre à l’ambassadeur Fourquevaux, en raison de ses pla (...)
  • 22 IANTT, Colecção de São Vicente, Liv. 3 (Mf. 5-21-A), Capitulo de carta de Don F. de Alava a Cayas (...)

10Le tournant est aisément identifiable dans les archives : c’est la fameuse répression conduite à l’encontre des colons et marins de Floride par Pedro Menéndez de Avilés, qui va exacerber les passions, entraîner une guerre à outrance sur les mers, et ouvrir la voie à un iconoclasme militant. En fait si une partie de ces marins protestants commence déjà à se radicaliser lors de la première guerre de religion, c’est surtout à partir des années 1565 et 1566 que l’anti-papisme se développe dans leurs rangs, et ce dans un sentiment profondément et violemment anti-espagnol poussant inexorablement ces marins dans les bras de la « Nouvelle Religion » : au massacre de ces quelque 800 Français « luteranos » (selon une estimation portugaise19) alors installés en Floride, qui va entraîner – ou tout au moins accélérer – bien des conversions, il convient d’ajouter le début de la répression menée par le Duc d’Albe envers leurs coreligionnaires des Pays-Bas. Les rumeurs, qui se propagent en permanence et aussi vite que la poudre parmi les équipages, ne font qu’attiser les haines, tout en légitimant une sorte de contre-violence destinée à ne pas laisser impunis les crimes commis par les Papistes. Elles font état de massacres, d’exactions ou de cruautés, réels ou supposés, pratiqués par les Espagnols à l’encontre des Français installés en divers endroits de leur Empire américain20 : il s’agit même, plus précisément, de vols, sévices et autres mauvais traitements infligés à des Français de « la nueva Religión […] por la ordinaria costumbre q[ue] ellos han tenido y tienen de yr a ellas a hazer robos y pyraterias, y por haver muerto y robado a muchos de los subditos de Su Magestad q[ue] residian en ellas, y haver hecho quemas de pueblos y de Yglesias y sacos con grandes crueldades y desacatos en crucifixos y otras imagines y muchas fuerças y muertes de que ay muchas informaciones21 ». Les Portugais ne réagissaient pas différemment au début des années 1560 : ainsi, par exemple, après un coup d’éclat réalisé à Madère par des Français, « han hecho tres o quatro cosas por mar en vengança de la jornada de la dicha madera22 ».

11Nous sommes là en présence d’une véritable spirale de la violence, d’une surenchère de la violence, qui ne peuvent être dissociées, de part et d’autre, de la notion de vengeance et surtout d’une atteinte à l’intégrité divine. Au moment de l’instauration du Tribunal de l’Inquisition en Amérique (1570 à Lima, 1571 à Mexico), il n’est déjà plus question, pour l’Espagne, de réintégration spirituelle par la Pénitence, mais d’une répression meurtrière à l’encontre des marins protestants capturés, que ce soit par l’envoi aux galères ou par des exécutions sans jugement.

  • 23 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Guillermo Cocrel (23 avril 1573).

12Le champ lexical de l’agression verbale, de l’injure, qu’elle soit écrite ou orale, quand l’historien peut y avoir accès, même indirectement, est un bon marqueur de ces évolutions. Trois cibles sont désormais systématiquement privilégiées : le Pape bien sûr, le roi Philippe II et Pedro Menéndez de Avilés. Viennent ensuite les ecclésiastiques, à commencer par moines et jésuites. En fait, les marins français ne cessaient de répéter aux personnes capturées « que el rey Felipe era un poltronazo porq[ue] tenia en su reyno a tales como P[edr]o Melendez y que el Papa era tambien un poltronazo boracho porque consentia q[ue] oviese papistas23 ».

  • 24 « Confissão de Baltasar Barbosa (23-01-1592) », dans Vainfas (R.) (éd.), Confissões da Bahia : San (...)
  • 25 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves de Mello (J. A.) (éd.), Primeira visitaç (...)

13De là, il est fort à penser que ces insultes (que l’on pourrait traduire ici par « coquin », « fripon », « scélérat », « gros paresseux » ou « ivrogne ») ont été délibérément « adoucies » dans les documents qui nous sont parvenus, qu’elles cachent en fait des mots bien plus dures – des gros mots pourrait-on dire – car ceux qui transcrivent ces interrogatoires (généralement des religieux en ce qui concerne nos archives inquisitoriales) châtient très souvent leur langage, comme l’a souligné Arlette Farge pour les archives judiciaires françaises ; et ce d’autant plus qu’il s’agit ici du Pape et du Roi en personne. Capturé vers 1572 dans les environs de São Cristóvão, dans la capitainerie de Bahia, par des « luthériens » français, le lavrador Baltasar Barbosa se fait ainsi l’écho de ces attaques envers le Pape, évoquant blasphèmes et « palavras injuriosas » à son encontre24, ce qui n’est guère étonnant quand on sait que les marins ne cessent de dénoncer les pouvoirs indus et illégitimes que s’approprient Pape et confesseurs : « Os luteranos diziam que não era verdade o da história pontifical e que São Pedro que não fôra Papa, e diziam mais que os Papas não tinham poderes para dispensarem nem fazerem o que fazem, e diziam mais que se não haviam de confessar a confessores25. »

  • 26 AGN, Inq., t. 115, n° 10, « Parte del proceso de Antón del Prado, francés de los q[ue] vinieron de (...)

14Aux côtés des injures proférées, les sources mentionnent parfois des gestes obscènes, qui devaient somme toute être très répandus. Il en est ainsi par exemple de l’affaire des femmes de Floride : lors de l’expédition punitive menée par Pedro Menéndez de Avilés, les femmes rencontrées sur place, dans le fort, avaient été épargnées, puis avaient été regroupées et amenées à Puerto de Plata – certaines tout au moins –. Informé de leur localisation, un capitaine huguenot était alors venu les chercher avec deux navires corsaires, en les « rachetant » aux Espagnols du lieu, tout en se faisant passer pour bon chrétien ! Une fois le navire appareillé, et donc en toute sécurité, les marins finirent par dévoiler leur identité religieuse, par moult gestes et paroles obscènes26, destinées à faire comprendre aux Espagnols combien ils avaient été bernés !

Le prosélytisme, source de violences

  • 27 « Confissão de João Afonso (9-11-1594) », dans Gonsalves Demello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 64.
  • 28 Il en est ainsi par exemple de Francisco de Azevedo, né dans la région de Porto, capturé à bord de (...)
  • 29 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves Demello (J. A.), éd., op. cit., p. 85.
  • 30 « Confissão de Nicolau Luís, francês (27-08-1591) », dans Vainfas (R.) (éd.), op. cit., p. 155-157

15Parallèlement, ne sont pas sans se développer, tant à bord des navires qu’au cours de certaines expéditions terrestres, des attitudes de plus en plus marquées par le prosélytisme, qui souvent entraînent violences physiques et psychologiques à l’encontre des catholiques récalcitrants, ceux-là mêmes qui refusent de se plier aux manifestations du culte réformé. Et gare aux prisonniers qui lui manquent de respect : c’est la mort presque assurée ! Il n’est que de citer ce marin portugais, Domingos Luís Matosinhos, retenu depuis des mois sur un navire rochelais et qui, en 1594, avertit sept de ses compatriotes, qui viennent d’être capturés sur un navire non loin de Bahia, en leur conseillant vivement « que tirassem todos os chapéus das cabeças naquêle tempo em que os ditos luteranos faziam suas salvas, porque os dias passados houveram de matar com um pau a um português que não queria tirar o chapéu27 ». Par peur, tous ne tardèrent pas à se plier aux cérémonies « hérétiques » pratiquées à bord. On comprend dans ces conditions pourquoi les captifs font souvent mine d’adhérer à la « nouvelle religion », en imitant les marins français dans leurs prières… au point que certains d’entre eux se laissent progressivement séduire – et convaincre – par les arguments avancés, avant de se convertir réellement ou tout au moins d’intérioriser et de reproduire certains traits caractéristiques du « nouveau » culte28 ! Matosinhos, pour ne citer que lui, avoue ainsi avoir très souvent débattu avec les marins français, durant les très longs mois passés avec eux29. Il ne s’agit pas là d’un cas isolé, bien au contraire, car bien d’autres sources portugaises nous montrent que coups et insultes pleuvent sur tous ceux qui « nao se desbarretavam » ou qui refusaient de s’agenouiller ; que les prisonniers ont davantage de chances d’être relâchés vivants quand ils se plient à la volonté « religieuse » de leurs geôliers. Il y a là une relative continuité : Nicolas Louis, un Français installé au Brésil, avoue ainsi en 1591 avoir été pris quelque 24 années plus tôt par des « luthériens » français alors qu’il quittait Bordeaux sur un des navires de son père. Il dut rester avec eux durant un mois et demi et se plier aux manifestations du culte, « constrangido e com medo deles » : « Se ajoelhava et desbarretava e estava com eles ditos luteranos quando eles faziam as ditas salvas luteranas30. »

  • 31 Voir notamment AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Marin Cornu (12 juin 1572).
  • 32 La Popelinière, op. cit., liv. 45, f° 374.

16Même s’il est impossible d’en estimer la proportion, nous savons que les équipages mixtes sur le plan confessionnel ne sont pas rares, bien au contraire, au point que le pouvoir protestant en ait vite compris le danger en tentant de les interdire pendant la troisième guerre de religion. Ils peuvent en effet parfois être source de vives tensions à bord, voire de violences ponctuelles, via de véritables affrontements physiques, tout en créant en permanence une ambiance de suspicion. Il n’est que de citer les rescapés de cet équipage (parti de Normandie en 1570) qui expliquent que catholiques et protestants mangeaient séparément à bord du navire, en deux blocs antagonistes. Et d’évoquer non pas tant les clivages dogmatiques que les prises de position sur les « Guerres de France » qui débouchaient parfois sur des bagarres, comme celles qui opposaient le maestre du navire Nicolas de Siles, qui défendait la « loi du Pape », à un certain Gohorel qui avait physiquement participé aux premières guerres de religion, tous deux disposant de l’appui de leurs partisans respectifs. Certains jours, « renian unos con otros y se herian sobre altercar acerca de la N[ueva] R[eligión] ». Les blessures peuvent d’ailleurs être très sérieuses, comme ce grave coup reçu à la tête par l’un d’entre eux, Guillaume Cocrel. Ils s’insultaient, s’appelaient « hugonotes, vellacos, ladrones, papistas31 »… Mais au-delà des querelles religieuses, cet exemple peut aussi nous renvoyer à une double réalité : d’une part, le navire est un milieu clos et spatialement restreint, par essence propice aux tensions (et quand il ne les crée pas, il peut les renforcer) ; d’autre part, il ne faudrait pas oublier ce qu’est alors le milieu des gens de mer. Ce monde des marins, que La Popelinière connaît bien pour l’avoir longuement côtoyé, est violent, instable et trop souvent imprévisible : en mer explique-t-il, « non seulement une bonne police, mais aussi un sévère et bien comply commandement est sans aucun doute plus requis et necessaire qu’en aucun autre endroit », ceux qui « font profession de naviguer » étant « coustumièrement plus rustiques, moins obeissans et plus desbordez en leurs volo[n]tez que ceux de la terre […] qui se rangent plus volontairement à tout commandement et discipline militaire32 ». Les corps de ces marins gardent d’ailleurs souvent dans leur chair la trace de blessures nombreuses et indélébiles. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que capitaines ou maîtres de navire, qui doivent théoriquement user d’une grande sévérité pour maintenir ordre et discipline, rencontrent parfois bien des difficultés pour éviter de tels affrontements. Qu’il y ait une faiblesse de ce côté-ci, et c’est l’implosion possible à bord…

Violences sacrées, violences profanes

17Quelle que soit la fréquence de ces tensions au sein des équipages, il n’y a pas que les hommes qui fassent, à bord comme à quai, l’objet de « violences », physiques ou verbales, mais également les symboles de l’Église catholique : mobilier ou objets du culte, représentations de la Vierge ou des Saints.

Violences et pratiques iconoclastes

  • 33 Frei Manuel De Ilha, Divi Antonii Brasiliae Custodiae enarratio (1621) : trad. par Monod (T.), L’î (...)

18Qu’elles soient collectives ou individuelles, qu’elles divisent l’équipage ou qu’elles le réunissent au contraire dans des sortes de jeux au contenu presque ritualisé, qui permettent de tromper l’ennui et de rompre la routine du quotidien (tout en permettant très vraisemblablement d’éliminer une partie du stress accumulé pendant le temps de navigation ou la bataille), de telles actions n’en sont pas moins les reflets d’un iconoclasme militant, même s’il n’est pas toujours aisé d’en donner une interprétation. Il en est ainsi par exemple de ces « cérémonies » organisées par des marins, avec instruments et vêtements liturgiques emportés à bord après quelque pillage : en se moquant des « Papistes », elles amusent certes leurs camarades, mais n’en transmettent pas moins un message d’inspiration religieuse, y compris auprès des personnes capturées, affirmant par exemple que « dieu n’est pas dans l’hostie consacrée » quand ils reproduisent, non sans mimiques obscènes ou grossières, l’acte de transsubstantiation et l’Eucharistie. Le « culte » des images est lui-même très souvent parodié, souvent de manière ludique, pour mieux en dénoncer la teneur « superstitieuse ». En 1595, des Huguenots, partis de La Rochelle pour le Brésil et commandés par le capitaine Pois de Mil, attaquent le fort de l’île d’Arguin, alors portugaise : après avoir pillé la chapelle, ils y enlèvent une « image de Saint-Antoine », aussitôt « installée sur le pont du navire » qui devient, de leur part, l’objet de profanations, de coups et d’insultes de toutes sortes33 ; jeu qui n’est pas sans rompre la monotonie du quotidien, l’ennui par le rire, la dérision et une gestuelle provocatrice.

  • 34 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes en 1572-1574 », Caravelle, Toulouse, n° 45, 1985, p. 83.
  • 35 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves De Mello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 85- (...)
  • 36 Ibidem, p. 85.

19La profanation des lieux de culte, la destruction des objets cultuels, au nom de l’Église réformée, participent d’ailleurs souvent de cette même démarche. Guillaume Caxiol et Nicolas Fellet furent ainsi accusés lors de leur procès « d’avoir fait cuire une statue de l’enfant Jésus dans un chaudron pour mieux souligner leur volonté de dérision34 » ; statue qu’ils avaient emportée après avoir pillé, en 1570, la ville-port de Trujillo au Honduras. En 1594, un témoin portugais affirme avoir vu un luterano, embarqué à bord d’un navire rochelais, donner des coups de couteau « a um Menino Jesus de um retábulo de madeira35 ». De fait, la destruction des images et de certains objets cultuels apparaît comme une constante et ne peut être dissociée, surtout à partir des années 1570, de la désacralisation des objets du culte et du double discours qui la légitime : le rejet de la transsubstantiation et le refus de toute adoration des images, car les Protestants, selon un témoin, « diziam […] que o sacramento do altar é pão e vinho e que não estava alí a carne e sangue de Cristo, e que não se hão de adorar imagens36 ».

  • 37 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), sec. Inq., n° 1064, f° 267 v° : document cité par Baudot(...)
  • 38 Il s’agissait des 36 rescapés de la flotte de Hawkins battue à San Juan de Ulúa en septembre 1568.
  • 39 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes… », op. cit., p. 81.

20Le fait que profanations et actes iconoclastes – destruction des images pieuses et des objets du culte, parfois associée à des inscriptions injurieuses – se multiplient à partir de la troisième guerre de religion renvoie non seulement à la radicalisation des passions religieuses (et politiques), mais également à l’entrée en scène de la seconde génération de marins huguenots, calvinistes de naissance ou convertis très jeunes. Si la première génération avait bien du mal à se démarquer de son éducation « catholique », l’Église du Pape était désormais déchargée de tout pouvoir sacré ; ce qui ouvrait la voie au pillage systématique des objets les plus précieux du culte et à leur utilisation « sacrilège » pour les uns (les catholiques), ludique et pédagogique – lutter contre les superstitions « papistes » – pour les autres (les marins calvinistes). Il en est de même pour les Anglais à partir des années 1590 : c’est en effet avec la seconde génération de marins anglicans et la guerre contre l’Espagne que se sont multipliés, voire systématisés, les actions iconoclastes, à l’instar de la prise de Campeche en 1601 durant laquelle les églises furent profanées, pillées et les images saintes brisées37. Ainsi, lors du premier Auto de Fe qui s’est tenu à Mexico le 28 février 1574, il est significatif qu’en ce qui concerne les prisonniers anglais38, « rien dans ce qui leur fut reproché au cours de leur procès ne va au-delà de solides convictions protestantes », alors que leurs homologues français condamnés en même lieu et place avaient, eux, participé aux pillages d’églises39.

  • 40 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », Gonsalves Demello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 81-86.
  • 41 AGI, Patronato, 267, N. 1, R. 38, « Ynformaçion de los franceses… », f° 1-4.

21À travers ces violences, mêmes symboliques, on peut certes distinguer la volonté d’humilier les « papistes » dans leur ensemble, mais il serait erroné de décrire des marins systématiquement fanatisés. De même « prosélytisme » ne signifie pas forcément folie meurtrière. En 1594 par exemple, des Rochelais prirent un navire portugais parti de Bahia pour l’Angola, appartenant à un certain Francisco de Araújo, sur lequel ils trouvèrent un moine espagnol, appartenant à l’ordre des dominicains. Si celui-ci n’opposa aucune résistance et se découvrait la tête, à l’instar de ses coreligionnaires, lors des cérémonies « luteranas », les Huguenots n’en riaient pas moins et ne cessaient de se moquer de lui. Mais il fut relâché avec d’autres passagers et marins40, alors qu’il symbolisait pourtant à lui seul bien des accusations formulées à l’encontre de l’Église catholique. Quelque trente ans auparavant, il était déjà significatif que le capitaine et non moins pilote d’origine portugaise, Francisco Dias Mimoso, qui conduisit en Floride les navires de Laudonnière et qui de là menait une active guerre de course à la tête de deux navires huguenots, ordonna l’arrêt du massacre et laissa la vie sauve au reste de l’équipage d’un navire espagnol, chargé de sucre et de cuirs, qu’il venait de prendre au large de Cuba… parce qu’il en connaissait personnellement le pilote espagnol, un certain Luis de Caravajal avec qui il avait séjourné auparavant à Santo Domingo41 !

Entre fraude et impunité judiciaire : les motivations matérielles

  • 42 Augeron (M.), « Course et protestantisme à La Rochelle vus par les Espagnols, d’après les Archives (...)

22Lors d’un précédent article, statistiques à l’appui, nous avons déjà souligné combien les équipages des navires aux cargaisons les plus riches avaient très peu de chances d’échapper au massacre : sur 51 prises – espagnoles et flamandes – formellement attestées dans un mémoire de mai 1571, et effectuées par des Français (pour la plupart protestants), seuls 3 équipages au complet avaient été épargnés. Si la résistance armée peut provoquer la colère des vainqueurs et par-delà de sanglantes représailles pour venger morts et blessures (et peut-être même exorciser les tensions de la bataille), si les haines religieuses produisent et entretiennent incontestablement ces violences, il apparaît que d’autres facteurs ont eu un rôle fondamental. À commencer par la fraude et la dissimulation, surtout à partir de l’année 1568 qui voit la course être institutionnalisée par Coligny et Jeanne d’Albret. Rappelons à cet effet que les capitaines huguenots, qui étaient désormais munis d’une lettre de course, censée légaliser leurs actes, devaient en contrepartie verser une partie de leur butin (20 %) dans les caisses du pouvoir huguenot, après avoir théoriquement déclaré leurs prises auprès de l’Amirauté de Guyenne. Ce qu’ils ne font généralement pas : en assassinant passagers et membres d’équipage, les marins éliminaient ainsi des témoins gênants, susceptibles de décrire très précisément aux autorités maritimes la nature et le volume des cargaisons pillées, ce qui aurait par conséquent entraîné une perte de gains importante42.

  • 43 AGS, Est. K 1507, Relación de las cosas que ocurrían en Francia a la partida del doctor Enveja (22 (...)
  • 44 AGS, Est. K 1513, F. de Alava a Catherine de Médicis (30 décembre 1569).

23Ainsi, l’ambassadeur Francés de Alava ne s’y trompe guère quand il affirme, dès 1567, que les marchands espagnols ne prennent généralement pas la peine de rechercher dans les ports français leurs biens pillés à bord des navires arraisonnés, non pas tant à cause des frais que cela entraînerait, mais « por estar asegurados u por no saber quien se los puede aver robado aviendo los pyratas echado a la mar la jente que viene en los navios43 ». Le même Francés de Alava précisera dans une lettre à Catherine de Médicis qu’une fois le navire capturé, on s’empresse aussitôt d’éliminer passagers et membres d’équipage, en les jetant par dessus bord44. Pour les marins huguenots, cela avait ainsi un autre avantage : ces massacres étaient également censés leur éviter d’éventuelles poursuites judiciaires de la part des armateurs et négociants catholiques lésés, procédures aux cours desquelles les témoins auraient bien entendu joué un rôle capital. Toutefois, il faut bien admettre que l’image de violence qui leur est attachée suffit généralement à décourager les marchands espagnols ou portugais désireux de s’adresser à la justice française : et s’ils osent persévérer, ils risquent à tout moment d’être si ce n’est assassiné, tout au moins physiquement menacés dans les ports français. Paradoxalement, les accusations sans cesse réitérées par l’ambassadeur espagnol Francés de Alava, ses manœuvres politiques et judiciaires pour faire arrêter les « pirates » français, ses efforts pour inciter les armateurs ibériques à initier des procédures judiciaires à leur encontre, ne pouvaient qu’encourager ces tueries.

  • 45 AGS, Est. K 1507, Relación de las cosas que ocurrían en Francia.
  • 46 Idem, Por cartas de F. de Alava a Su Magestad (20 et 26 novembre, 17 décembre 1566).
  • 47 Id., F. de Alava a Su Magestad (15 mars 1567) et AGS, Est. K 1507, Por cartas de F. de Alava a Su (...)

24De fait, marins et capitaines ne sont pas sans savoir que marchands espagnols et portugais initient rarement des procédures à leur encontre, car ces derniers les jugent trop longues, trop coûteuses et incertaines quant à leur résultat, et ce d’autant plus que les assurances couvrent une partie des pertes occasionnées. Le sentiment d’impunité qui caractérise les marins – les gouvernements espagnol et portugais sollicitant généralement en vain l’administration royale pour obtenir réparation – joue également dans cette généralisation de la violence, car rares sont les plaintes qui aboutissent à une condamnation : les complicités, le jeu des protections, sont en effet la règle entre marins et représentants de l’administration, que ce soit au niveau des instances judiciaires, des Amirautés ou des gouverneurs des provinces côtières. Les réseaux relationnels et la corruption fonctionnent parfaitement, y compris dans l’entourage royal, dont maints conseillers se laissent séduire par de somptueux présents. En 1566 par exemple, les autorités espagnoles tentent vainement d’obtenir l’arrestation du capitaine Mimi à La Rochelle, qui « se pasea por aquella villa sin temor de Dios ni de su rey ». Parti l’année précédente à la tête de deux navires, il est revenu avec un butin de plus de 400 000 ducats, en or, argent et cuirs, pris sur des vaisseaux ibériques, dont tous les équipages et passagers ont été jetés à la mer. Sur place, ce sont de riches et non moins influents marchands et armateurs rochelais, vraisemblablement protestants, qui le protègent des foudres de la justice, notamment parce qu’ils investissent dans ses expéditions et en recueillent de somptueux bénéfices ! À la cour même, il jouit de puissants appuis, « que son instrumentos de quantos robos se hazen en la mar », et qui se laissent fréquemment séduire par l’argent, tiré de la course, qu’on leur offre45. Parmi eux : l’Amiral de Coligny en personne. « Los piratas son favorescidos del Almirante y anda[n] libres », ne cesse de répéter avec raison Francés de Alava46. À commencer par les capitaines de navire et les pilotes. Un pilote portugais borgne – João Dias – qu’on devait pendre à la demande des Espagnols fut ainsi libéré fin 1566 pour 4 000 ducats, avec d’autant plus de conviction que Coligny entendait par la suite l’utiliser pour des expéditions maritimes47.

  • 48 La Popellinière, L’Amiral de France, Paris, 1584, f° 59 v°.

25Armateurs et autres avitailleurs ne constituent nullement un rempart contre ces violences, bien au contraire, puisqu’ils en retirent de gros profits. Il faudrait aussi ajouter que, pour la justice française, ils ne sont pas jugés responsables pénalement et financièrement des « mauvaises prises » (y compris de vaisseaux « amis »), comme des violences commises par leurs équipages. Cette garantie repose sur un principe très simple, que relève La Popellinière dans son Amiral de France (1584) : ne pas les décourager « à equipper navires contre les ennemis48 », principe qui ne les incite pas à faire pression sur leurs équipages pour en limiter les excès.

  • 49 AGS, Est. K 1512, F. de Alava al Duque de Alva (16 novembre 1569).
  • 50 Paz (J.), Secretaría de Estado. Capitulaciones con Francia, Catálogo IV, Madrid, AGS, 1914, vol. 1 (...)

26Enfin, il est intéressant de noter que les complicités transcendent souvent les oppositions confessionnelles, réalité qui permet, une fois de plus, de nuancer quelque peu l’identification de cette violence à la seule question religieuse. Il en est ainsi par exemple de cette nave vizcayna, partie de Séville pour les Indes avec 40 moines et 18 autres hommes d’église à bord, qui est amenée à Brest en novembre 1569, après que l’ensemble des membres d’équipage et des passagers – y compris les quelques dames qui se trouvaient à bord – aient été jetés à la mer (soit 265 personnes)… pour le compte – ou tout au moins avec la complicité intéressée – de Monsieur de Carné, le gouverneur de la ville, pourtant « tenido por catholico49 » ! Les bénéfices de cette prise (dont la valeur avoisinait les quelque 100 000 escudos) effectuée par le capitaine normand Nepiville furent ensuite partagés entre ledit gouverneur de Brest, le capitaine Saint Martin et d’autres gouverneurs et officiers du Roi de France50.

Marins iconoclastes : l’exemple de l’expédition Chuetot

27Il convient également de ne pas conclure à une attitude iconoclaste systématique de la part de l’ensemble des marins, car c’est parfois la seule recherche d’objets précieux qui les incite à saccager les lieux de culte. De fait, pour un même équipage, les motivations des marins peuvent apparaître très diverses. L’exemple de l’expédition Chuetot, pour laquelle nous sommes particulièrement bien renseignés, est à ce titre évocateur.

Jeux de violences, violence des jeux

  • 51 AGN, Inq., vol. 49, exp. 9, Lettre du Lic. Bonilla, fiscal du Saint-Office (26 novembre 1571).
  • 52 Augeron (M.) et Vidal (L.), « Réseaux ou refuges… », op. cit., p. 52-57.

28Parti de Rouen pour la Guinée en mai 1570, le navire du capitaine Pierre Chuetot s’était ensuite dirigé vers les côtes du Yucatán en se laissant porter par les vents, « con animo dañado de robar y maltratar los Españoles51 ». Nous avons déjà évoqué, lors d’un précédent colloque, comment l’équipage, mixte à l’origine sur le plan confessionnel, s’était progressivement rallié aux arguments des quelques huguenots initialement embarqués à bord, en mettant en évidence une partie du processus de conversion52. Outre la capture de plusieurs navires espagnols, ces marins avaient pillé plusieurs villages, dont ils avaient saccagé les églises, en en dérobant les objets précieux : les événements suivant en témoignent.

  • 53 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Témoignage de Fr. Hernando de Sopuerta (30 janvier 1572), f° 126- 127 (...)

29Après être arrivés dans l’île de Cozumel, ils se dirigèrent ensuite vers le port de Sisal, mirent pied à terre et se rendirent à quatre lieues de là, dans le village d’Unacama (Hunucmá, août 1570) où quatre d’entre eux (sur une vingtaine descendus à terre et une cinquantaine d’hommes au total) – les protestants ? – volèrent un calice en argent dans l’église ainsi que d’autres objets précieux. Dans cette église, ils brisèrent non seulement un crucifix en le frappant contre un mur (cassant une jambe et un bras du Christ), mais aussi une représentation de Saint François, « creyendo estar tras ella alguna custodia para robar53 », et non seulement pour des raisons religieuses ! Cela ne saurait d’ailleurs constituer un acte isolé, même si dans ce cas présent l’équipage semble se radicaliser, dans son attitude anti-papiste, au fil des mois et surtout des conversions, les Protestants (très minoritaires au moment du départ : apparemment quatre marins seulement) devenant peu à peu les plus nombreux à bord.

  • 54 AGN, Inq., vol. 49, exp. 9, Interrogatoire de Jacques Montier (9 septembre 1572), f° 231 v°.

30Les autres marins ne semblent pas avoir participé à ce premier pillage d’un lieu de culte. Informé, le capitaine leur confisqua d’ailleurs le calice, en le cachant, par peur, dans sa malle, « disiendo que los avia de acusar por la S[an]ta Inquisicion de Francia54 », sous-entendu, à leur retour en France. De là, il est significatif que lui-même allait évoluer dans son attitude.

  • 55 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Témoignage de Hernando Catalán (15 novembre 1571).
  • 56 Idem, Interrogatoire de Guillermo Cocrel (23 avril 1573).
  • 57 Id., Déclaration de Pierre Sanfroy (21 avril 1572).

31Si au début de l’expédition, des témoins disent avoir vu « certains » de ces Français boire dans ce calice, tandis que les autres (dont quelques-uns continuaient à prier en latin) s’abstenaient de tout sacrilège par peur des conséquences divines, par la suite, aucun ne semble échapper aux jeux anti-catholiques. Tous finirent en effet par se laisser entraîner par l’allégresse et la folie communicatives des plus convaincus, dans une attitude de relâche et de défoulement. Il semble en effet que tous se retrouvaient pour se moquer collectivement des cérémonies et du dogme papistes. Avec les ornementations en tissus des églises pillées et profanées, ils confectionnèrent des bonnets, des chaperons et des jarretières qu’ils revêtaient avec les vêtements liturgiques, tout en buvant du vin dans les calices, organisant par la même occasion des cérémonies burlesques qui s’en prenaient directement au dogme de la transsubstantiation, tout en se moquant ainsi de la messe et des prêtres55. Ils ne cessaient de répéter que tout ce que faisaient les prêtres durant la messe n’était que « bellagueria y mentiras » (friponnerie et mensonges), qui trompaient ainsi le monde56. À Ycao, plusieurs fois par jour, durant leur séjour, ils s’amusaient même à chanter en latin dans l’église, en faisant mine de prier. Ils dormaient, sautaient, criaient, mangeaient, jouaient dans l’église, où ils chantaient en français des « cantares suzios y disolutos de vellaguerra y vellacos de profaneria57 ».

32Ces pantomimes se poursuivaient à bord : les marins continuaient à y lever publiquement le pain et le calice, dans lequel ils buvaient, capitaine et pilote inclus. De temps à autre, pouvaient aussi survenir des jeux cruels tout aussi divertissants pour l’équipage, destinés à susciter la terreur et l’angoisse chez certains de leurs prisonniers. Tel l’épisode durant lequel les marins auraient envisagé de « quemar dos pilotos para ver qual huyendo del fuego siera mejor marinero y cortar a otro la pierna con una hacha ». Dans l’esprit de certains huguenots, les menaces de mort qui pèsent sur les catholiques constituent une véritable épée de Damoclès qui plane sans cesse sur ces derniers pour les inciter à se convertir : et ce afin de ne pas encourir les foudres de la justice divine, qui peut s’exprimer par le bras de ces marins, « diziendo y ayudando a dezir a los navios que topavan amayna por la nueva religion » si leurs équipages voulaient avoir la vie sauve. La présence de religieux à bord des navires arraisonnés suscite brimades, insultes et brutalités, surtout quand ceux-ci ne restent pas dans une position d’humilité et de soumission. L’un des épisodes de l’expédition Chuetot est à ce titre significatif : après avoir pris un navire espagnol, à bord duquel se trouvaient deux moines, les marins passèrent certes « a cuchillo » le contramaestre ainsi que d’autres personnes, mais réservèrent un traitement particulier aux deux moines, qui furent pendus, comme l’on pend de simples criminels !

  • 58 Id., Témoignage de Pedro Alonso déposé devant le gouverneur (22 avril 1571) et Témoignage de Lucas (...)

33À bord des navires huguenots, de telles menaces ne signifient certes pas toujours un passage à l’acte, mais elles contribuent incontestablement à forger cette image de pirates « hérétiques », cruels, violents et intraitables, évoqués précédemment. À leur vu, on comprendra que les équipages catholiques soient souvent pris de panique. De fait, on évite généralement le combat, surtout quand on se trouve près du littoral. Il en est ainsi, par exemple, de l’équipage de ce navire espagnol, appartenant à un certain Alonso, chargé de couvertures, de cire et de miel à destination du Honduras : quand les marins s’aperçurent, près de l’île de Cozumel, que le vaisseau qui se dirigeait vers eux était conduit par des Français, tous s’empressèrent de quitter leur navire pour se réfugier à terre, sans combattre. Il en est de même avec la Nuestra Señora del Rosario, partie de Trujillo au Honduras pour le port de Conil au Yucatán : quand marins et passagers aperçurent lesdits Français, ils montèrent brusquement à bord d’une barque et s’empressèrent de fuir en direction de la côte, abandonnant sur place le maestre Pedro de la Maçuca et le pilote Vicente Estevez58. Mais il est tout aussi significatif que ces marins huguenots, qui se donnent pourtant une mission divine, refusent également le combat quand ils rencontrent un ennemi plus puissant ! Avant de prendre cette fragata, les Français avaient en effet eux-mêmes fuit, non loin du port de Nombre de Dios, devant la flota de Tierra Firme, alors conduite par Diego Flores !

Huguenots et indiens : une relation ambiguë

  • 59 Id., Témoignage de Pedro Alonso.
  • 60 Id., Témoignage de Lucas del Valle (16 mai 1571) ; Témoignage de Nuño de Chávez (28 janvier 1572)  (...)
  • 61 Id., Témoignage de Nuño de Chávez.

34À San Miguel, dans l’île de Cozumel, où ils finirent par revenir, les Indiens les ont devancés : ils ont caché toutes les représentations de leur Saint protecteur, ainsi que les autres ornamentos religieux, avant qu’ils ne soient pillés ou brûlés. Cela n’empêche pas les assaillants de profaner l’église Del Bien Aventura de San Miguel et d’y inscrire des insultes sur les murs. A Ycao (Ycab), aux alentours de mai 1571, les Français mirent le feu à une malle qui se trouvait dans la maison d’un indien, « que es el cantor de la yglesia donde avia los libros de la dicha yglesia59 » ; écrivirent des mots en espagnol dans la maison du cacique, sans que nous sachions lesquels. Dans l’église, sur les murs, ils écrivirent également 4 ou 6 lignes « de buena letra » en français, tandis que le capitaine en personne, « que era pintor » nous disent les sources, y a peint au charbon de bois de nombreuses « images » sur les murs, dont certaines, semble-t-il, dénonçaient les crimes commis par les Espagnols envers les Indiens. Parmi les nombreuses autres « pinturas y personages », des « figuras de hombres », de pseudo-images pieuses, dont on avait ensuite en partie effacé ou rayé les visages, dont un crucifix et une représentation de la Vierge. Très certainement pour rappeler l’interdiction qui est faite chez les « vrais » chrétiens d’adorer les images. La Vierge s’était notamment vue rayer la poitrine et le visage avec un couteau60. Doit-on voir là la volonté de nier la Virginité de la Mère, thème qui revient souvent dans les propos que tiennent les marins face aux catholiques ? D’en nier la féminité ou la Sainteté ? Quoi qu’il en soit, incontestablement, nous sommes là en présence de manifestations de prosélytisme, à destination certes de tous les catholiques, mais surtout des indigènes ; et ce d’autant plus qu’un message significatif a été inscrit sur l’un des murs, « vina [sic] el rey de Francia61 », dans l’optique de leur libération prochaine, finit-on par leur expliquer oralement. Outre la volonté affichée de dénoncer l’« hérésie papiste », on assiste ici à la mise en œuvre d’une véritable démarche pédagogique à destination de ces indigènes, et pas seulement à travers la symbolique de l’image (elle est destinée avant tout à marquer les esprits) qu’ils sont susceptibles de décrypter… à condition bien sûr de leur donner quelques clés ! Certains des Français, qui parlent le « maya » (deux d’entre eux, semble-t-il) ou le castillan, essaient d’ailleurs de les convaincre oralement du fait que les « papistes » les trompent quotidiennement. D’autres utilisent l’expression… théâtrale et la mise en scène collective ! Plusieurs marins entraient ainsi dans les maisons, obligeant les indiens – y compris par la menace – à boire dans le calice après l’avoir levé comme le ferait le prêtre au moment de l’eucharistie : l’un d’entre eux était revêtu de la chasuble, ce vêtement liturgique ayant la forme d’un manteau sans manches que le prêtre met pour célébrer la messe ; un autre portait l’étole, cet insigne liturgique formé d’une large bande d’étoffe et porté par l’évêque, le prêtre ou le diacre ; trois autres, la crosse, l’aube et le calice. L’objectif était de faire comprendre aux indiens que la doctrine que leur enseignaient moines et clercs n’était que mensonges et tromperies, en leur expliquant notamment « que no hera posible aver parido nuestra Santa Virgen », pour reprendre les paroles d’un témoin. En fait, à travers cette symbolique du mot, du geste et de l’image, c’est à l’Église corrompue que l’on s’en prend, celle qui oublie les fondements du christianisme en cautionnant notamment les colons espagnols à qui elle apporte tout son appui. N’oublions pas que c’est durant cette période que commence à prendre forme la Légende Noire anti-espagnole, qui s’affirmera avec les premières traductions en français de la Très brève relation de la destruction des Indes du père Bartolomé de Las Casas, en provenance des provinces hollandaises insurgées. Les mauvais traitements dont sont victimes les indiens contribuent à justifier devant Dieu les violences commises à l’encontre des catholiques. L’attitude des religieux espagnols, chargés de l’évangélisation des Indiens et de leur encadrement spirituel, conduisait – sans être toutefois systématique – à bien des excès, et ce d’autant plus qu’ils n’hésitaient pas eux-mêmes à prélever de lourdes impositions et à exploiter la main-d’œuvre indigène, comme le faisaient les colons. Cette conduite, jugée anti-chrétienne par les marins huguenots, n’était pas sans renforcer leur anti-papisme et par-delà leur haine du catholique, sentiment qui ne pouvait que susciter de violentes réactions et contribuer à radicaliser leurs actions, tout en leur donnant bonne conscience. Mais en dépit d’un tel discours, on peut douter de leur sincérité ou tout au moins mettre en avant une attitude ambiguë vis-à-vis des indigènes.

  • 62 Id., Témoignage de Pedro Alonso.
  • 63 Id., Déclaration de Pierre Sanfroy (21 avril 1572).

35Tous les marins mangeaient de la viande le vendredi et le samedi (y compris durant la Semaine Sainte) et encourageaient par conséquent les Indiens à les imiter. Pour les convaincre de surmonter cette interdiction catholique, le capitaine leur disait qu’il les absoudrait de tout péché s’ils s’exécutaient, « [que] daría bulas a Real porque tenía para ello poder del papa », en somme qu’il leur vendrait les indulgences pour un real… en vertu d’une prétendue délégation de pouvoir papale ! Tous ses hommes riaient alors de cette plaisanterie et approuvaient le capitaine en la reprenant en chœur62. Tous critiquaient les bulles et autres indulgences que concédait le pape : « no heran para la salvacion de las animas sino para coger dineros porq[ue] el papa hera un peccador vicioso como los otros hombres », ainsi qu’un « holgazan », un paresseux qui passerait sa vie à se promener sur une mule, à fainéanter et à manger, n’ayant aucun pouvoir pour sauver les âmes63.

36En dépit de ce message d’inspiration religieuse, on ne peut nier que plaisanterie et ironie se font ici aux dépens des indigènes eux-mêmes, notamment quand on leur explique que les Français viendront massivement les libérer du joug espagnol « para que viviesen en la ley que quisiesen […], diziendo que los bienes avian de ser comunes », et afin qu’ils ne payent plus aucun tribut ! Les marins, imprégnés par un fort sentiment de supériorité, n’hésitent d’ailleurs pas à se moquer de leur naïveté ou de leur docilité envers leurs maîtres, tout en méprisant leur état de soumission. Même si l’on trouve par ailleurs quelques autres mentions d’activités de prosélytisme, il ne faudrait surtout pas en exagérer la portée, ni même les hisser en norme, car la conversion des indigènes ne semble pas constituer un objectif prioritaire chez la plupart de ces marins huguenots. D’ailleurs, les relations avec les indigènes sont loin d’être toujours pacifiques : il est fréquent que leurs maisons soient pillées, qu’ils soient eux-mêmes battus pour qu’ils disent où sont cachés objets précieux ou même produits alimentaires.

37Quelle que soit la forme qu’elle revêt, la violence – dont on a parfois fait un référent culturel dans des sociétés qui seraient violentes par nature – fait partie intégrante du mode de vie de ces marins huguenots, en mer comme à quai. Elle est omniprésente et tous la côtoient quotidiennement. Quand elle émane des marins eux-mêmes, elle peut s’exprimer individuellement ou collectivement, physiquement ou psychologiquement, par le geste ou la parole. Elle peut s’en prendre tout autant aux hommes qu’aux valeurs ou aux objets symboliques, que ce soit par des brimades, un jeu morbide ou une action de prosélytisme. Souvent emprunte de sentiments mêlés, elle peut être le fruit de l’impulsion ou de la préméditation, de la peur ou de la colère, de la haine et du mécontentement, du désir et de la tentation. Qu’elle soit créatrice de solidarités ou expression d’un profond antagonisme, elle peut certes renvoyer au désordre, à l’indiscipline ou à la vengeance, mais également à un projet politique ou religieux bien structuré. Elle peut rejoindre des intérêts individuels ou collectifs, et être tout à la fois condamnée ou légitimée par les autorités civiles ou morales, tant pour des raisons dogmatiques que politiques ou commerciales.

  • 64 Delumeau (J.) et Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1997, p. 193.
  • 65 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes… », op. cit., p. 83.

38De là, il n’est pas aisé de caractériser, en une ligne directrice, les motivations de ces marins quand ils accomplissent des actes de violence, et ce d’autant plus que plusieurs facteurs se sont conjugués pour en accroître la généralisation. À commencer par les oppositions confessionnelles, qui voient la haine du « papisme » se renforcer dans les années 1565-1570 et les attitudes se radicaliser, et bien qu’il soit parfois difficile de dire si ces violences relèvent davantage de l’anti-papisme ou d’une position avant tout anti-espagnole. Quoi qu’il en soit, ce sont ainsi tous les catholiques qui peuvent potentiellement faire l’objet de jeux cruels et non moins mortels. Bien souvent théâtralisées, parfois même ritualisées quand elles se reproduisent jour après jour, y compris en mer, ces violences allient la parole (insultes) au geste (menaces, coups, tortures, assassinats), et reposent parfois sur une utilisation symbolique de l’objet. Elles ne concernent pas seulement les Hommes, mais peuvent également s’étendre aux représentations iconographiques des Saints « papistes » (voire à des statues), malmenés et moqués comme le seraient de véritables individus. De telles mises en scène peuvent aussi être vues, au-delà du message religieux, comme une sorte d’exutoire après les tensions issues de la bataille ou de la navigation (évacuation, par le défoulement, du stress accumulé), comme un remède aux pesanteurs et à la routine du quotidien, comme l’expression d’une mission bien souvent présentée comme divine et sacrée. Par une ré-appropriation et une recomposition des rites catholiques, elles ne peuvent être dissociées de la volonté de tourner en dérision le dogme et les « cérémonies papistes » pour mieux en dénoncer les « superstitions ». À l’instar de toutes les violences exercées et assumées collectivement, elles expriment aussi le besoin d’entretenir des pratiques communautaires – autres que le travail à bord – et ne sont pas sans renforcer la cohésion de l’équipage par le jeu, la complicité et la solidarité. « Théologie du refus de l’idolâtrie romaine64 » et expression de la « négation65 », les violentes manifestations iconoclastes n’en constituent pas moins un signe de distinction et d’appartenance, un puissant ferment identitaire qui, par le geste, réunit et soude les équipages, dans une hostilité commune envers l’Église catholique et ses fidèles.

39Ces marins huguenots expriment certes un souci permanent de légitimation, d’une part, en présentant l’Église et l’Espagne comme le mal absolu, d’autre part, en justifiant leurs excès au nom de l’« advencement de la vraye religion ». Cela permet certes d’absoudre de tout péché ou d’actes sacrilèges – donc de toute condamnation morale ou spirituelle – ceux qui s’adonnent à ces violences. Mais l’historien doit nuancer le poids du facteur religieux en prenant en compte l’importance de la fraude envers les caisses de la Cause protestante, pourtant destinées à promouvoir l’Église réformée et à soutenir la lutte engagée contre les catholiques ! Ces massacres de témoins potentiels, qui dissimulent très souvent l’étendue du butin réalisé et qui limitent d’autant les risques de plaintes devant les autorités françaises, n’en permettent pas moins de remettre quelque peu en cause l’image du marin fanatique, prêt à toutes les cruautés pour accomplir la mission que Dieu lui a confiée.

  • 66 Fray Gerónimo de Mendieta, Historia Eclesiástica Indiana, éd. Garcia Icazbalceta (J.) et Rubial Ga (...)
  • 67 Ibid., p. 211.

40Enfin, il est intéressant de constater que certains Espagnols voient eux-mêmes dans l’étendue et l’intensité de ces violences, reposant sur d’incontestables succès et un dynamisme maritime remarquable, autant de signes envoyés par Dieu et destinés à ramener l’Espagne dans le chemin d’une colonisation équilibrée et respectueuse du monde indigène. Il n’est que de citer le moine espagnol Gerónimo de Mendieta, qui écrit dans son Historia Eclesiástica Indiana, à l’extrême fin du xvie siècle que Dieu entend ainsi punir les excès commis par ses compatriotes en Amérique : « Que si queremos abrir los ojos, conoceremos ser castigo de su mano que un soldado o corsario hereje, se haya llevado a su salvo tan buena parte del tesoro de las Indias, y héchose con él poderoso en el mar océano, y atrevídose a querer saltear en la costa de España y hecho otros muchos daños en estas regiones subjetas al monarca del mundo, teniendo atemorizados estos sus reinos y flotas con que se sustentan66. » En fait, au-delà de leur profonde divergence confessionnelle, le franciscain Mendieta et les Huguenots se retrouvent autour de la parole divine, que le premier reprend d’ailleurs dans sa dénonciation des repartimientos et autres servicios personales imposés par ses compatriotes et qui oppriment le monde indigène : « Defended (dice Dios por boca de David) al pobre, y libradlo de las manos del pecador67. » En somme, châtier les Espagnols pour leurs crimes, et avec la bénédiction de Dieu : les marins huguenots en sont intimement convaincus.

Notes

1 Archivo General de la Nación, Mexico (AGN), Inquisición, vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Guillermo Cocrel, 23 avril 1573, f° 157-164.

2 Augeron (M.) et Vidal (L.), « Refuges ou réseaux ? Les dynamiques atlantiques protestantes au xvie siècle », dans Martinière (G.), Poton (D.), Souty (F.) (coord.), D’un Rivage à l’Autre. Villes et Protestantisme dans l’Aire Atlantique (xvie-xviie siècles), Paris, 1999, p. 31-61.

3 Archivo General de Simancas (AGS), Estado K 1523, Lo q[ue] vos D[o]n Enrique de Guzman, Conde de Olivares haveis de hazer en la Corte de Francia (29 janvier 1571).

4 AGS, Est. K 1517, F. de Alava a Felipe II (7 avril 1570).

5 Archivo General de Indias, Séville (AGI), Patronato, 264, R. 2, Fr. Garcia de Yracheta, Guardian de Tenerife de las Islas de Canaria [1572].

6 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Guillermo de siles, frances, s.d., f° 255-255 v°.

7 AGI, Patronato, 267, N. 1, R. 38, Ynformaçion de los franceses q[ue] an poblado en la florida (30 août 1564), f° 1-4.

8 Titre d’un ouvrage actuellement en préparation et à paraître.

9 La Popelinière, L’Histoire de France… depuis l’an 1550 jusqu’à ces temps, La Rochelle, 1581, t. 1, f° 194-194 v°.

10 Richeome (Louis), La peinture spirituelle ou l’Art d’admirer, aimer et louer Dieu en toutes ses oeuvres, et tirer de tous profits salutère, 1611, f° 191, 192 et 204.

11 La Popelinière, op. cit., t. 1, f° 194.

12 « Relación de lo ocurrido en la Habana [1555] », dans Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de Ultramar, 2nda serie, Madrid, 1891, t. VI, p. 373.

13 « Relación y estrago que los franceses cosarios hicieron en la villa de La Habana [1555] », dans L. Torres de Mendoza, Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía, Madrid, 1869, t. XII, p. 79.

14 Ibidem, p. 68, 77 et 78.

15 Ibid., p. 80-81 ; « Relación de lo ocurrido… », op. cit., p. 375 ; et « Relación enviada por Diego Mazariegos… », op. cit., p. 383.

16 « Gonzalo de Guzmán noticia la entrada de un corsario francés », 20 juillet 1538, dans Colección de documentos inéditos…, op. cit., p. 35

17 Grunberg (B.), « Corsaires français et “Luthéranisme” au Mexique en 1560 », dans Acerra (M.) et Martinière (G.) (coord.), Coligny, les Protestants et la Mer, Paris, 1997, p. 85.

18 AGN, Inq., vol. 32-2, exp. 10, voir notamment l’attestation de Fr. Gerónimo de Corella (31 octobre 1561), f° 217 ; et compte rendu d’interrogatoire, s.d., f° 220-223, 233-234.

19 Instituto dos Arquivos Nacionais da Torre do Tombo, Lisbonne (IANTT), Conselho Geral/Santo Oficio, liv. 105, Carta de D. Francisco Pereira a el Rey (26 février 1566), f° 266 v°-267 : cette estimation portugaise réconcilie l’historiographie française qui parle soit de 500, soit de 1000 colons (voir le bel ouvrage de Lestringant [F.], Le livre des îles. Atlas et récits insulaires de la genèse à Jules Verne, Genève, 2002, p. 180).

20 Voir par ex. AGS, Est. K 1521, Discurso verdadero de las crueldades de Españoles contra Franceses, 1570.

21 AGS, Est. K 1523, Projet de lettre pour répondre à l’ambassadeur Fourquevaux, en raison de ses plaintes au sujet des sévices exercés dans les Indes à l’encontre des Français, s.d. [1er trimestre 1571 semble-t-il].

22 IANTT, Colecção de São Vicente, Liv. 3 (Mf. 5-21-A), Capitulo de carta de Don F. de Alava a Cayas (16 novembre 1561), f° 478.

23 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Guillermo Cocrel (23 avril 1573).

24 « Confissão de Baltasar Barbosa (23-01-1592) », dans Vainfas (R.) (éd.), Confissões da Bahia : Santo Ofício da Inquisição de Lisboa, São Paulo, 1997, p. 238-240.

25 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves de Mello (J. A.) (éd.), Primeira visitação do Santo Ofício as partes do Brasil. Confissões de Pernambuco (1594-1595), Recife, 1970, p. 85.

26 AGN, Inq., t. 115, n° 10, « Parte del proceso de Antón del Prado, francés de los q[ue] vinieron de la Florida » [1573].

27 « Confissão de João Afonso (9-11-1594) », dans Gonsalves Demello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 64.

28 Il en est ainsi par exemple de Francisco de Azevedo, né dans la région de Porto, capturé à bord de la Nossa Senhora d’Ajuda en 1585 par des marins français, avec lesquels il restera trois mois avant d’être relâché, mangeant de la viande « nos dias que a Igreja defende carne » et participant à leurs cérémonies religieuses « desbarretado […] sem ser constrangido a isso ». Sept ans plus tard, à Matoim au Brésil, il continuait de manger de la viande pendant le Carême et dut reconnaître devant le visitador de l’Inquisition qu’il savait que « comer carne nos dias defesos é culpa heretical […] pecado grave mortal » : « Confissão de Francisco de Azevedo (7-02-1592) », dans Vainfas (R.) (éd.), op. cit., p. 336-338.

29 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves Demello (J. A.), éd., op. cit., p. 85.

30 « Confissão de Nicolau Luís, francês (27-08-1591) », dans Vainfas (R.) (éd.), op. cit., p. 155-157.

31 Voir notamment AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Interrogatoire de Marin Cornu (12 juin 1572).

32 La Popelinière, op. cit., liv. 45, f° 374.

33 Frei Manuel De Ilha, Divi Antonii Brasiliae Custodiae enarratio (1621) : trad. par Monod (T.), L’île d’Arguin (Mauritanie). Essai historique, Lisbonne, 1983, p. 33-34.

34 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes en 1572-1574 », Caravelle, Toulouse, n° 45, 1985, p. 83.

35 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », dans Gonsalves De Mello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 85-86.

36 Ibidem, p. 85.

37 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), sec. Inq., n° 1064, f° 267 v° : document cité par Baudot (G.), « Dissidences indiennes et complicité flibustières dans le Yucatán du xviie siècle », Caravelle, Toulouse, n° 46, 1986, p. 28.

38 Il s’agissait des 36 rescapés de la flotte de Hawkins battue à San Juan de Ulúa en septembre 1568.

39 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes… », op. cit., p. 81.

40 « Confissão de Domingos Luís Matosinhos », Gonsalves Demello (J. A.) (éd.), op. cit., p. 81-86.

41 AGI, Patronato, 267, N. 1, R. 38, « Ynformaçion de los franceses… », f° 1-4.

42 Augeron (M.), « Course et protestantisme à La Rochelle vus par les Espagnols, d’après les Archives du Consejo de Estado (1568-1628) », dans Guillemet (D.) et Peret (J.) (coord.), Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, Poitiers, 1996, p. 238-241.

43 AGS, Est. K 1507, Relación de las cosas que ocurrían en Francia a la partida del doctor Enveja (22 février 1567).

44 AGS, Est. K 1513, F. de Alava a Catherine de Médicis (30 décembre 1569).

45 AGS, Est. K 1507, Relación de las cosas que ocurrían en Francia.

46 Idem, Por cartas de F. de Alava a Su Magestad (20 et 26 novembre, 17 décembre 1566).

47 Id., F. de Alava a Su Magestad (15 mars 1567) et AGS, Est. K 1507, Por cartas de F. de Alava a Su Magestad (20 et 26 novembre, 17 décembre 1566) ; sur les rapports entre Coligny et la course, voir Augeron (M.), « Coligny et les Espagnols à travers la course (vers 1560-1572) : une politique maritime au service de la Cause protestante », dans Acerra (M.) et Martinière (G.) (dir.), op. cit., p. 155-176.

48 La Popellinière, L’Amiral de France, Paris, 1584, f° 59 v°.

49 AGS, Est. K 1512, F. de Alava al Duque de Alva (16 novembre 1569).

50 Paz (J.), Secretaría de Estado. Capitulaciones con Francia, Catálogo IV, Madrid, AGS, 1914, vol. 1, p. 680.

51 AGN, Inq., vol. 49, exp. 9, Lettre du Lic. Bonilla, fiscal du Saint-Office (26 novembre 1571).

52 Augeron (M.) et Vidal (L.), « Réseaux ou refuges… », op. cit., p. 52-57.

53 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Témoignage de Fr. Hernando de Sopuerta (30 janvier 1572), f° 126- 127 v° ; et Témoignage de Hernando de la Serna de Gúzman (15 novembre 1571).

54 AGN, Inq., vol. 49, exp. 9, Interrogatoire de Jacques Montier (9 septembre 1572), f° 231 v°.

55 AGN, Inq., vol. 58, exp. 5, Témoignage de Hernando Catalán (15 novembre 1571).

56 Idem, Interrogatoire de Guillermo Cocrel (23 avril 1573).

57 Id., Déclaration de Pierre Sanfroy (21 avril 1572).

58 Id., Témoignage de Pedro Alonso déposé devant le gouverneur (22 avril 1571) et Témoignage de Lucas del Valle (16 mai 1571). L’épisode de Cozumel a lieu le mercredi de la Semaine Sainte de 1571.

59 Id., Témoignage de Pedro Alonso.

60 Id., Témoignage de Lucas del Valle (16 mai 1571) ; Témoignage de Nuño de Chávez (28 janvier 1572) ; Témoignage de Pedro Alonso.

61 Id., Témoignage de Nuño de Chávez.

62 Id., Témoignage de Pedro Alonso.

63 Id., Déclaration de Pierre Sanfroy (21 avril 1572).

64 Delumeau (J.) et Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1997, p. 193.

65 Baudot (G.), « Corsaires iconoclastes… », op. cit., p. 83.

66 Fray Gerónimo de Mendieta, Historia Eclesiástica Indiana, éd. Garcia Icazbalceta (J.) et Rubial Garcia (A.), México, 1997, vol. II, livre IV, chap. XXXVIII, p. 213.

67 Ibid., p. 211.

Author

Maître de conférences
Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540