Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Deuxième partie. Violences à bord

La violence flibustière, violence terrienne ou violence maritime ?

Patrick Villiers

Texte intégral

1 Le terme de violence n’est pas sans poser de nombreux problèmes. Il n’est pas question dans cet article de débattre d’un terme qui préoccupe beaucoup philosophes et anthropologues et, dans ce colloque, les historiens présents. Je reprendrai la définition du Petit Larousse  : « Violence : force dont on use contre le droit et celle complémentaire du verbe violenter : contraindre, forcer. »

2 Le but principal de cet exposé est de proposer un modeste corpus de situations de violence à l’époque de la flibuste. La flibuste a été l’objet d’innombrables romans et plus récemment de films sans que la situation historique exacte des Antilles, terre d’élection de la flibuste au xvii e siècle ait été véritablement approfondie.

  • 1 Real Oullet , « Un grand classique de la flibuste : L’histoire des aventur (...)

3 Pour étudier cette violence, je me référerais principalement à deux ouvrages : Raveneau de Lussan : Flibustiers de la Mer du Sud et Exquemelin : Histoire des Aventuriers … En m’appuyant sur le manuscrit remis à Seignelay, secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies par Raveneau de Lussan, et sur la première version imprimée, j’ai tenté en 1992 d’établir une première édition critique d’un texte particulièrement riche. Si l’ouvrage d’Exquemelin sur les flibustiers des Antilles est probablement le texte en français qui a été le plus édité et le plus copié, il n’a jamais fait l’objet d’une édition critique. Depuis quatre ans, le professeur Réal Ouellet, de l’université Laval, et moi-même avons entrepris une telle édition qui devrait aboutir à une publication en 2003 aux Presses de l’Université Laval de Québec 1 . En 1678, paraissait à Amsterdam un in quarto de 186 pages intitulé De Americaensche Zee-Roovers . L’édition française ne parut qu’en 1686, bien après une édition allemande, une espagnole et deux anglaises. L’auteur longtemps considéré comme hollandais ou flamand se révéla un français embarqué le 2 mai 1666 comme « engagé » au Havre par la compagnie des Indes occidentales pour l’île de la Tortue. Raveneau de Lussan fut probablement lui aussi un engagé. Tous deux ont donc bien connu la violence à terre aux Antilles mais également la violence en mer. Elle commence en effet dès le voyage comme le rapporte le Père Labat, l’entassement des hommes à bord du navire étant un terrain particulièrement propice. Le père Labat décrit sa traversée en 1694 de La Rochelle à la Martinique dans son Nouveau Voyage aux Isles de l’Amérique. Il y rapporte quelques exemples de délits et de punitions qui se produisirent à bord de son navire, la flûte du roi la Loire  :

  • 2 Comme il s’agissait d’une flûte royale en temps de guerre, l’équipage était composé de 80 hommes, (...)

« Le mercredi, jour des Rois, nous apprîmes qu’un soldat de recrue et un matelot étaient aux fers ; le premier pour avoir blessé légèrement son camarade d’un coup de couteau au bras, et le matelot pour avoir manqué son quart et avoir désobéi au quartier-maître…
Le lendemain, après la messe, le matelot fut attaché sur un canon où il reçut quarante-cinq ou cinquante coups de bouts de corde.
Le soldat fut condamné à courir la bouline sèche. On avait attaché pour cet effet une corde du gaillard d’avant au gaillard d’arrière. On dépouilla le soldat de son justaucorps, et on le lia par le travers du corps avec une corde qui était passée dans un anneau de fer qui coulait le long de la corde tendue. Tout l’équipage était des deux côtés de cette corde avec des garcettes à la main : ce sont de petites cordes plates tressées, dont on se sert pour ferler les voiles ; il devait courir sept fois de l’avant à l’arrière du vaisseau et pendant sa course, tous ceux qui étaient armés de garcettes les lui appuyaient sur le corps. Nous demandâmes grâce après trois courses, notre capitaine nous l’accorda 2 . »

4Le père Labat ajoute que les deux hommes avaient juré et que le capitaine sanctionnait autant leurs fautes que leurs blasphèmes. Ici, le capitaine condamne surtout l’emploi du couteau. L’abandon de poste est en proportion moins sanctionné. Paradoxe aux Antilles les hommes libres comme les engagés portaient tous des armes, armes blanches comme armes à feu. La lecture des journaux de bord des navires du roi montre que la plupart des traversés étaient marquées par des épisodes comme ceux rapportés par le père Labat. Le châtiment de ces deux hommes pour particulièrement brutal qu’il fut pouvait apparaître légitime, mais à peine débarqué l’engagé se trouvait confronté à des situations de violence extrême, violence qui pouvait l’amener à quitter sa situation de colon pour rechercher sur mer une amélioration à sa condition. La violence flibustière à terre contre les engagés fut ainsi paradoxalement à l’origine de la plupart du recrutement des flibustiers, eux-mêmes porteurs de violence outre-mer.

La violence flibustière contre les engagés

5En 1677, on estimait à plus de mille le nombre des flibustiers vivant dans la partie française de Saint-Domingue sur une population de 3 500 personnes qui comprenaient également 700 esclaves noirs et plus de mille engagés. Beaucoup de flibustiers étaient d’anciens engagés, mais la plupart des émigrants français qui arrivèrent aux îles comme engagés n’avaient pas prévu de devenir flibustiers. Beaucoup devinrent flibustiers à la suite de la situation de violence qui leur fut imposée par leurs maîtres, que ces derniers aient été planteurs ou boucaniers. Leur statut a été décrit par un certain nombre d’ouvrages, notamment Exquemelin, Raveneau de Lussan ou le Père Labat. Le missionnaire jésuite Pelleprat décrivait ainsi les engagés :

« Ce sont des Européens qu’on transporte aux îles pour y servir les habitants ; on les appelle engagés, parce qu’ils sont obligés de servir pendant trois ans ceux qui ont fait les frais de leur voyage, qui peuvent céder ou vendre à d’autres le droit qu’ils ont sur leur personne et sur leur liberté pendant ces trois années, lesquelles étant expirées, ils reçoivent pour salaire de leurs services trois cents livres de petun et demeurent en liberté de retourner en Europe ou de travailler à y établir leur petite fortune. »

6 Comme presque tous les chroniqueurs du xvii e siècle, Pelleprat s’éleva contre la situation de violence imposée à ces engagés :

  • 3 Pelleprat (R. P.), Relation des Missions des R. P. de la (...)

« des maîtres qui les nourrissent très mal, les font travailler excessivement et au-dessus de leurs forces, et les traitent avec tant d’inhumanité que plusieurs y meurent dans peu de temps. Il serait à souhaiter qu’on apportât quelque police à un si grand désordre 3 . »

7Raveneau de Lussan est très discret sur son statut d’engagé mais il confirme pour la période 1678-1683, par ses sous-entendus, la violence des planteurs vis-à-vis des engagés, au sens défini précédemment, c’est-à-dire force allant au-delà de ce qu’autorisait la loi et le droit aux Antilles :

  • 4 Raveneau De Lussan , Les flibustiers de la mer du Sud (...)
  • 5 Le gouverneur qui venait de mourir n’était autre que Jacques Neveu de Pouancey, neve (...)
  • 6 Raveneau De Lussan , Les flibustiers… , (...)

« J’y fut néanmoins plus de trois ans, non pas pour en voir le pays mais par des conjectures 4 qui ne me laissaient pas la liberté d’en sortir, je me trouvais là comme enchaîné, avec un homme qui était Français et qui méritait le moins de l’être ; sa dureté accompagné de malice était bien plus digne d’un Turc.
Quelque mal que j’en aie souffert, je lui pardonne volontiers, résolu d’oublier son nom, que je ne rapporte pas ici parce que les lois du Christianisme me le défendent. Il ne doit pas ne point trouver en moi de charité, parce qu’il en a manqué en toutes manières à mon égard. Enfin, ma patience étant à bout et lassé de ses cruautés qui ne finissaient pas, je portai mes plaintes à Monsieur de Franquesnay, Lieutenant du Roi, qui tenait la place du Gouverneur 5 , mort depuis peu. Sa générosité me fut un asile favorable et il voulut bien me retirer chez lui, où je demeurai six mois entiers 6 . »

8Raveneau de Lussan fait bien ici référence à la loi qui protège l’engagé, le représentant de la loi est ici représenté par le gouverneur.

La violence contre les engagés au service des boucaniers

9Exquemelin décrit avec beaucoup de complaisance les mauvais traitements des boucaniers vis-à-vis de leurs valets engagés mais il fait plus référence à la cruauté ou à la rudesse qu’à une situation de « violence », c’est-à-dire à une violation de la loi par les boucaniers. Dans une certaine mesure, sans légitimer la violence, il sous-entend que les boucaniers sont dans une société sans loi. Rappelons que les boucaniers étaient des Européens, déserteurs et hors la loi pour la plupart, qui vivaient à Saint-Domingue de la chasse et de la vente des cuirs de bœufs sauvages, hors de toute contrainte :

  • 7 Ouellet (R.) et Villiers (P.), (...)

« Ce métier est à la vérité un des plus rudes qui se fassent dans la vie. Lorsque le matin on donne un cuir qui pèse pour le moins cent ou cent vingt livres, à un homme, à porter quelquefois trois ou quatre lieues de chemin dans des bois et des halliers pleins d’épines et de ronces, que l’on est souvent plus de deux heures à faire un quart de lieue de chemin, cela ne peut être que fâcheux à un homme qui n’a jamais fait ce métier-là. On voit de ces boucaniers qui sont si barbares qu’ils assomment de coups un garçon lorsqu’il ne fait pas à leur gré. Il s’en trouve à la vérité quelques-uns d’assez raisonnables qui ne chassent point le dimanche et qui laissent reposer leurs valets, mais ils les envoient le matin tuer un sanglier, pour se régaler toute la journée 7 … »

10Quelques pages plus loin, Exquemelin rapporte l’anecdote suivante :

« Un de ces valets dit un jour à son maître qu’il n’avait pas raison de le faire travailler le dimanche et que Dieu l’avait établi pour se reposer, disant :

  • Tu travailleras six jours, et le septième tu te reposeras.
  • Et moi, reprit le boucanier, je dis que six jours tu tueras des taureaux pour en avoir les cuirs, et le septième tu les porteras au bord de la mer.
  • 8 Real Oullet qui a fait faire une traduction de la première édition d’Exquemelin en néerlandais me (...)
  • 9 Ouellet (R.) et Villiers (P.), (...)

Et en lui faisant ce commandement, il le lui imprima sur le dos à grands coups de bâton 8 . Il faut endurer, car il n’y a point là où se sauver : ce ne sont que des bois et des montagnes, et, si quelqu’un s’échappe et qu’il rencontre les Espagnols, il n’est pas sûr de sa vie, car, n’entendant point leur langue, ils le tuent avant qu’il se puisse expliquer et leur dire qu’il est esclave et fugitif 9 . »

11Le châtiment physique pouvait aller jusqu’à la mort de l’engagé :

« L’un d’entre eux, voyant un jour que son valet qui était nouveau venu de France ne le pouvait suivre, transporté de colère, lui donna un coup de la crosse de son fusil par la tête, qui fit tomber ce pauvre garçon en syncope ; le boucanier crut l’avoir tué et le laissa là ; et étant revenu, il dit aux autres que ce garçon était maron, et que peut-être il voulait s’aller rendre aux Espagnols… »

Violence contre les engagés agriculteurs

12À Saint-Domingue, certains engagés servaient comme serviteurs des boucaniers mais beaucoup cultivaient le tabac comme à la Martinique, à Saint-Christophe ou à la Guadeloupe Ils connaissaient également une situation de violence, les mauvais traitements allant bien au-delà des châtiments autorisés à cette date par les employeurs :

  • 10 Comme presque tous les chroniqueurs du xvii e (...)
  • 11 Dans l’édition néerlandaise d’ Exquemelin , les ex (...)

« Or, voici de la manière que ces misérables engagés sont traités 10 . Le matin, sitôt que le jour commence à paraître, monsieur le commandant siffle, afin que tous ses gens viennent au travail ; il permet à ceux qui fument d’allumer leur pipe de tabac et les mène au travail, qui consiste à abattre du bois ou à cultiver le tabac. Il est là avec un certain bâton, qu’on nomme une lienne ; si quelqu’un regarde derrière lui ou qu’il soit un moment sans agir, il frappe dessus, ni plus ni moins qu’un maître de galère sur des forçats ; et malades ou non, il faut qu’ils travaillent : j’en ai vu battre à un point qu’ils n’en sont jamais relevés. On les met dans un trou que l’on fait à un coin de l’habitation et on n’en parle point davantage 11 . »

13Exquemelin poursuit ensuite en se référant à un exemple dont il a été témoin :

« J’ai connu un habitant qui avait un engagé malade à mourir ; il le fit lever afin de tourner une meule pour repasser ou aiguiser sa hache ; et ce pauvre misérable ne tournant point à son gré, car il n’en avait pas la force, il lui donna un coup de hache entre les deux épaules et le fit tomber sur le nez. Ce malheureux commença à jeter quantité de sang par la bouche et mourut deux heures après. Et cependant ces inhumains ne laissent pas de passer pour fort indulgents en comparaison de ceux des îles Antilles, car ces barbares ont tué une quantité prodigieuse d’engagés depuis que les colonies françaises y sont établies. »

14En revanche, l’exemple souvent paraît très douteux sur le plan historique :

  • 12 Dans l’édition néerlandaise, le nombre n’est que de 100 engagés [édition française, chapitre XIII, (...)

« Un certain habitant de Saint-Christophe, nommé Belle-Tête, qui était à Dieppe, faisait gloire d’assommer un engagé qui ne travaillait pas à son gré. J’ai entendu dire à un de ses parents mêmes que ce Belle-Tête a assommé plus de trois cents engagés et disait après qu’ils étaient morts de paresse. Il leur faisait frotter la bouche de jaune d’œuf pour faire croire qu’il les avait fait solliciter jusqu’à la fin 12 . »

15Comme souvent chez Exquemelin, les descriptions sont exagérées. Il est beaucoup moins prolixe à définir cette violence lorsqu’il s’agit de décrire son propre cas.

Violence contre Exquemelin, engagé de la compagnie des Indes

« Il n’est pas besoin que je cite ici d’autre aventure que celle qui m’est arrivée à moi-même, pour faire voir le peu de charité que ces gens ont pour leurs semblables. J’ai déjà dit que lorsque messieurs de la Compagnie Occidentale abandonnèrent l’île de la Tortue, je fus exposé en vente par leur commis général, qui m’acheta pour lui-même. Dans la suite, au lieu de m’employer à ce qui regardait ma profession, comme j’en étais convenu avec messieurs de la Compagnie, il ne m’occupait qu’aux choses les plus serviles et ne me donnait qu’à moitié ce que j’avais besoin, soit pour ma nourriture ou pour mon vêtement. J’offris de lui payer tous les jours deux écus, pourvu qu’il me permît de travailler de ma profession : loin d’y consentir, il me disait seulement que c’était monsieur le gouverneur qui me donnait de tels conseils, quoiqu’il n’y eût jamais songé. »

16Exquemelin confirme également que certains maîtres ne fournissaient aucun médicament, aucune boisson ni aucune nourriture à l’engagé malade :

  • 13 Exquemelin était arrivé à l’île de la Tortue le 7 juillet 1666. Le texte de l’édition néerlandaise (...)

« Un an après mon arrivée 13 , le mauvais traitement que je recevais me fit tomber malade… mais à peine fus-je délivré de ce mal que j’en ressentis un autre pour le moins aussi fâcheux. C’était une faim pressante, et par malheur je n’avais pas de quoi manger ni la permission d’en aller chercher… En un mot, la faim me réduisit à des extrémités que j’aurais honte de dire, et, pour comble de maux, on retenait toutes les lettres que mes parents m’envoyaient. »

17L’engagé n’avait pas le droit d’avoir des biens propres, même modestes :

« Une fois je descendis du fort de la Roche, où demeurait mon maître, à la Basse Terre, et j’y rencontrai un secrétaire de monsieur le gouverneur, qui me mena à sa maison et me donna à déjeuner avec deux ou trois verres de vin et une bouteille pleine, qu’il m’obligea d’emporter. Mon maître, qui avait vu tout ce qui s’était passé avec une lunette d’approche, me fit ôter le vin que j’avais et mettre dans une basse-fosse sitôt que je fus arrivé. Cette basse-fosse était sous la roche, remplie d’ordures et sans lumière, disant qu’il me ferait périr dans ce lieu, en dépit de monsieur le gouverneur, qu’il ne pouvait souffrir, à cause qu’il m’avait témoigné de l’amitié à mon arrivée, qu’il croyait que je fusse de sa cabale et que je lui reportasse toutes ses actions, à quoi monsieur le gouverneur ni moi n’avions jamais pensé. »

18Le planteur pouvait également enfermer son engagé comme dans une prison :

  • 14 Exquemelin , édition française, p. 114.

« Je fus enfermé trois jours dans ce cachot, les fers aux pieds, et l’on ne me donnait par jour qu’un petit morceau de pain et un peu d’eau, qu’on me passait par un trou sans ouvrir la porte. Je couchais nu sur la terre… Le quatrième jour, on m’ouvrit la porte et on me voulut faire dire que monsieur le gouverneur m’avait demandé ce que faisait monsieur de La Vie. Je dis que, quand je devrais rentrer et périr enfin dans le lieu d’où l’on me tirait, je ne conviendrais jamais d’une telle chose puisqu’elle n’était pas vraie 14 . »

19Paradoxalement, la situation faite à terre aux engagés était si dure qu’entrer dans la flibuste pouvait apparaître comme un espace de liberté, voire de légitimité. Exquemelin et Raveneau de Lussan rapportent tous deux que les flibustiers faisaient référence entre eux à un cadre juridique. L’engagement du flibustier commence d’abord par un accord entre les deux parties : le capitaine de l’expédition et le flibustier volontaire. Raveneau de Lussan nous décrit ainsi son engagement :

  • 15 Laurent de Graaf encore appelé capitaine Laurent est un célèbre flibustier des années 1680.

« Il n’était plus question que de trouver un Capitaine à qui me donner, et je n’y eus pas de peine, parce qu’il n’y avait pas pour lors beaucoup à choisir. Laurent de Graff 15 me parut à peu près tel qu’il me le fallait ; il était bon homme pour un corsaire ; et quoique nouvellement arrivé, il ne demandait qu’à partir, tout comme moi.
Nous fûmes en peu d’heures contents l’un de l’autre et amis comme gens qui vont courir la même fortune, et mourir apparemment ensemble. C’était sur quoi nous pouvions compter avec plus de vraisemblance et de raison ; c’était pourtant à quoi nous pensions le moins. Le départ occupait tout mon esprit. Je me fournis d’armes et de mes petites nécessités… »

20Exquemelin a longuement fait référence au code des flibustiers et des frères de la côte ; décrivant notamment la charte partie qui précédait l’expédition flibustière, tant pour l’achat du navire que pour la répartition du produit des prises et les indemnités à verse aux blessés. Ce texte a été si souvent reproduit que je n’y fais qu’allusion. Cependant le capitaine avait le droit de débarquer le flibustier désobéissant.

  • 16 Centre des archives d’Outre-Mer (CAOM), Colonies C9A1, à la Martinique 25 janvier 1685, au ministr (...)

21 Les archives coloniales confirment ces pratiques comme l’écrivent à Seignelay Bégon et de Saint-Laurent : « Les capitaines dégradent souvent des flibustiers dans des îles et côtes désertes, ce qui cause la perte d’un grand nombre de gens qui reviendraient à la côte s’il n’était pas permis de les dégrader », tandis que les flibustiers pouvaient quitter leurs capitaines : « Lorsqu’ils sont embarqués sur ces navires et qu’ils ne sont pas contents de leur capitaine, ils le quittent et payent leur intérêt et s’embarquent sur d’autres navires, ce qui rend souvent leurs voyages infructueux et fait perdre l’autorité des capitaines 16 . » C’est ce que fit Raveneau de Lussan, quittant Laurent de Graaf pour aller à la mer du Sud.

Les violences lors des expéditions flibustières

22La violence des flibustiers lors de leurs raids contre l’Amérique espagnole est celle qui a été le plus souvent rapportée par les différents observateurs et qui a servi aux romanciers comme aux scénaristes, mais elle revêt des formes, me semble-il, très différentes selon qu’elle a lieu à terre ou en mer, au combat, contre des prisonniers civils ou militaires, voire entre les flibustiers eux-mêmes.

23Que ce fut pour attaquer un port ou un navire espagnol, les flibustiers devaient nécessairement emprunter la voie maritime. La mer était ici vecteur de la violence flibustière mais cette violence sur mer était, du moins pour ce qui est du combat, une violence très proche de celle que l’on pouvait constater lors de l’engagement dans les eaux européennes de navires appartenant à des nations officiellement en guerre.

  • 17 Raveneau De Lussan , op. cit. , p. 119 à 1 (...)

24 Raveneau de Lussan comme Exquemelin rapportent de multiples exemples où Espagnols et flibustiers s’affrontent comme des flottes régulières. Je citerai seulement le cas du combat naval entre les flibustiers et les Espagnols au large de Panama 17 , les 24-25 juin 1685. L’amiral espagnol salue la flotte des flibustiers alors même qu’il leur dénie une existence légitime : « Vers le soleil couchant, le vice-amiral espagnol qui était sous le vent nous salua de sept coups de canons sans boulet, auquel salut notre amiral répondit de toute sa volée à boulets. » La bataille elle-même est décrite comme une bataille navale que se livreraient deux flottes régulières.

25Je ne parlerai pas de cette violence au combat pour étudier plutôt les différentes formes de violence dès la fin de ce combat, en distinguant la violence dans les deux camps à l’égard des prisonniers de guerre en mer, puis à terre, en étudiant notamment la violence à l’égard des civil.

Violence en mer contre les prisonniers de guerre

26Les prisonniers de guerre étaient particulièrement soumis à une situation de violence bien que Raveneau de Lussan laisse quelquefois entendre le contraire comme dans l’épisode du suicide d’un prisonnier espagnol « pourtant traité avec douceur ».

  • 18 Ibidem .

« Nous avions à notre bord un soldat des galions d’Espagne, que nous avions pris au vent de Carthagena dans l’une des pirogues où étaient le maïs, lequel au désespoir de se voir prisonnier, quoiqu’on le traita doucement et humainement, prit la résolution, comme il parut par la suite de se jeter à la mer. Il monta cinq à six fois sur le bord sans pouvoir exécuter son dessein, apparemment par une secrète résistance qu’il trouvait en lui-même. Mais enfin, après plusieurs tentatives, il s’y jeta. Cela ayant excité ma curiosité, je trouvais qu’il s’était défait d’un scapulaire qu’il portait sur lui, et l’avait posé sur l’affût d’un canon…
La compassion nous avait engagés à lui jeter des manœuvres pour le sauver, non seulement il ne voulut pas s’en servir, mais il se tourna sur le visage et coula à fond 18 . »

  • 19 Dans chaque camp les blessés étaient rarement épargnés. Ici on peut penser qu’ils sont tués pour a (...)

27 Comme Exquemelin le rapporte également les blessés étaient le plus souvent exécutés sans autre forme de procès : « On les [prisonniers espagnols] fit aussitôt descendre à bas et l’on tua sur le tillac tous ceux qui étaient blessés 19 . » L’Olonnais renommé pour sa cruauté n’exécutait pas systématiquement les marins prisonniers. Il y avait quelquefois une raison comme le rapporte une des anecdotes les plus célèbres d’Exquemelin concernant L’Olonnais qui après un combat en mer s’empara d’un navire espagnol :

« Pendant ce carnage, un esclave vint se jeter aux pieds de L’Olonnais et s’écria en espagnol :
— Señor capitan, no mé mateis yo os dire la verdad !
L’Olonnais, qui entendait parfaitement bien l’espagnol, crut qu’à ce mot de verdad il y avait quelque mystère : il l’interrogea, mais cet esclave tout tremblant ne lui put jamais répondre qu’il ne lui eût absolument promis quartier, ce qu’il fit, et l’esclave commença à parler et à dire :
— Señor capitan, monsieur le gouverneur de La Havane, ne doutant pas que cette frégate, armée comme elle l’était, ne fût capable de vaincre le plus fort de vos vaisseaux, m’a mis dessus pour servir de bourreau et pour pendre tous les prisonniers que le capitaine de ce vaisseau prendrait, afin d’intimider de telle sorte votre nation qu’elle n’ose approcher de cette côte que de loin.
L’Olonnais, à ces mots de bourreau et de pendre, devint comme furieux, et ce fut un bonheur pour l’esclave de ce qu’il se donna le temps de lui dire :
— Je te donne quartier, car je te l’ai promis, et même la liberté.
Et il fit ouvrir l’écoutille, par laquelle il commanda aux Espagnols de monter un à un ; et à mesure qu’ils montaient, il leur coupait la tête avec son sabre. Il fit cela seul et jusqu’au dernier, qu’il garda en vie, et lui donna une lettre pour rendre au gouverneur de la Havane…
Le gouverneur, surpris à cette nouvelle, … envoya ordre dans ce moment, par tous les ports des Indes, de pendre tous les prisonniers français ou anglais, au lieu de les embarquer pour l’Espagne. »

28Selon Exquemelin, les Espagnols d’Amérique demandèrent au gouverneur d’annuler cette mesure car

« pour un Anglais ou un Français que les Espagnols prenaient, ces nations en prenaient tous les jours cent des leurs, et qu’ils étaient obligés de naviguer pour gagner leur vie, qui leur était plus chère que tout leur bien, à quoi ces gens en voulaient seulement, puisqu’ils leur donnaient quartier dans toutes les occasions ; que pour cette raison ils suppliaient monsieur le gouverneur de ne pas exécuter en cela son dessein… »

29Exquemelin décrit à de multiples reprises des exécutions de ce genre. Raveneau de Lussan en rapporte également plusieurs mais apporte une analyse différente en faisant référence au pavillon hissé lors du combat :

  • 20 Raveneau De Lussan , op. cit. , p. (...)

« Ces deux prisonniers nous apprirent [par la torture] que l’on était informé à Panama du renfort de la Mer du Nord qui était venu joindre la flotte des corsaires…
Ensuite nous leurs cassâmes la tête pour avoir mis pavillon sans quartier alors qu’ils étaient trois fois plus de monde que nous n’estions dans nos deux canots 20 … »

30La référence au pavillon sans quartier est particulièrement intéressante, car Raveneau fait référence à une loi du combat. Le pavillon sans quartier était ordinairement de couleur rouge. Comme son nom l’indique, il signifie que celui-ci qui l’arbore, s’il est vainqueur, exécutera les prisonniers. En application de leur conception du Traité de Tordesillas, les Espagnols utilisaient le plus souvent ce pavillon car ils considéraient que les flibustiers étaient des pirates. En 1684, date des évènements décrits ici, l’Espagne avait déclaré la guerre à la France. Raveneau de Lussan, français, se considère comme un corsaire et fait souvent référence aux commissions corsaires de l’Amiral de France délivrées par le gouverneur de Saint-Domingue.

31 Ainsi, comme le note Raveneau, si le vaincu a arboré avant le combat, le pavillon sans quartier, le vainqueur peut légitimement lui appliquer cette peine. Les flibustiers combattaient le plus souvent sous leur pavillon national, l’enseigne blanche chez les Français. Le pavillon noir date de la fin du xvii e siècle.

32Au cours de la période 1660-1688, les flibustiers utilisaient assez peu le drapeau sans quartier pour ne pas encourager leurs ennemis à trop de résistance, laissant entendre qu’ils pourraient éventuellement gracier leurs ennemis, ce qu’ils firent quelquefois. Raveneau de Lussan rapporte que lors de l’attaque de la flotte de Panama, en juin 1685, les Espagnols tuèrent leurs compatriotes, ce qui montrent qu’ils avaient effectivement prévu de ne pas faire de prisonniers :

  • 21 Ibidem , p. 122.

« Durant le combat, notre barque longue avait été fort maltraitée, son équipage fut obligée de l’abandonner, et, n’ayant pas eu le temps de la couler à fond, il jeta à la mer quelques pièces de canon que notre amiral y avait mises, et ensuite se sauva à bord d’un de nos bâtiments. Les prisonniers espagnols qu’on avait laissé dedans, se voyant libres, allèrent se rendre au vice-amiral espagnol, mais ce navire, qui prit cette barque pour notre brûlot, la coula bas à coups de canon sans vouloir la laisser approcher, ne pensant pas que ce fussent des gens de leur nation 21 . »

  • 22 Dans Exquemelin , « supplément à l’édition de 1678 (...)

33 Les Espagnols pouvaient également être peu cléments envers les flibustiers naufragés comme en témoignent les violences faites à Ogeron et à ses flibustiers. Exquemelin rapporte ainsi leur arrivée sur une plage de Porto-Rico en 1673 22  :

« Les Espagnols fondirent sur eux avec toute la force qu’ils avaient pu rassembler… Dès que les Français les virent arriver, ils allèrent à leur rencontre pour demander quartier et pour essayer de se sauver en disant qu’ils étaient des Européens et qu’ils étaient venus dans les Îles françaises pour y faire du commerce, mais que le mauvais temps avait fracassé leur bateau sur les écueils. Quand les Français eurent terminé leur supplique en demandant humblement quartier, les Espagnols répondirent : “Ha, perros ladronnes, no hay quartel para vos otros !” Ce qui veut dire : “Ah ! chiens de bandits, il n’y a pas de quartier pour vous !” Disant cela, ils se jetèrent sur les Français dont ils tuèrent une grande partie. Quand les Espagnols virent que les Français n’avaient même pas de fusils, ils arrêtèrent leur boucherie, mais demeurèrent convaincus qu’ils étaient venus piller l’île entière. »

Ogeron ayant refusé de se nommer comme le chef :

« Les Espagnols… n’en crurent rien et mirent quelques Français à la torture pour les forcer de dire qui était leur chef. Quelques-uns, incapables de supporter l’épreuve, en moururent. D’Ogeron se comportait comme un simple d’esprit, incapable de parler correctement, si bien que les Espagnols le laissèrent aller sans le torturer… »

34Les Espagnols donnèrent aux prisonniers une nourriture insuffisante mais surtout

« quand l’un d’eux tombait malade, les Espagnols s’en divertissaient cruellement avant qu’il ne meure. Faisant un tournoi, ils l’attachaient à un arbre et, assis sur leurs chevaux, ils fonçaient sur lui avec leurs lances et donnaient un prix à celui qui visait le mieux. »

35Ogeron ayant réussi à s’évader confirma dans son rapport au roi qu’il avait beaucoup souffert des Espagnols mais lui-même en s’évadant n’hésita pas à tuer deux pêcheurs, l’un métis, l’autre blanc, plutôt que de faire des prisonniers comme le rapporte également Exquemelin :

« Les fugitifs se découvrirent, l’attaquèrent et lui coupèrent la tête avec la machette. Ensuite, ils marchèrent vers l’Espagnol qui était en train de réparer le canot et de l’équiper avec du matériel de pêche. Ils le tuèrent, le mirent dans le canot et cherchèrent également l’autre corps afin de les jeter à la mer, pour que les Espagnols n’en sachent rien… »

  • 23 CAOM, Col. F3 164, f° 279 sq. , Ogeron à Col (...)

36 Le gouverneur de la Tortue, cependant, ne mentionne ni la torture gratuite des prisonniers français ni leurs exécutions. À cette date, la France et l’Espagne s’étaient officiellement déclarées la guerre. Ogeron et ses hommes ne pouvaient être assimilés à des pirates 23 .

37 Dans ces scènes de violence, il manque cependant l’épisode du supplice de la planche. Ce supplice popularisé par le film Peter Pan de Walt Disney n’est jamais mentionné par aucun texte du xvii e siècle. L’étude des expéditions flibustières montre que la majorité des combats se livra à terre.

Violence à terre

38Cette violence fut la plus fréquente et elle est la plus décrite. Elle avait bien évidemment de nombreux critères communs avec celle commise en mer : massacre des blessés, prisonniers à la fin des combats ayant ou non la vie sauve au bon vouloir des vainqueurs plus qu’en application du droit international. Comme nous le reverrons supra, les flibustiers rendaient la liberté aux prisonniers qui s’étaient acquittés d’une rançon mais, à la différence des combats faits en mer, les soldats prisonniers subissaient presque toujours la « gêne », c’est-à-dire la torture.

Torture des soldats espagnols prisonniers

39Selon Raveneau de Lussan, l’interrogatoire et la torture des prisonniers étaient la norme :

« Enfin, après un combat d’une bonne heure, nous les forcâmes à sauver dans les bois, nous en fîmes deux prisonniers, nous gagnâmes leur pavillon et en trouvâmes vingt-cinq à trente étendus sur le champ de bataille… »

40Cette torture confirmée à de multiples reprises par Exquemelin avait comme premier but d’obtenir des informations sur les desseins de l’ennemi comme le montre le portrait de Roc le Brésilien :

  • 24 Exquemelin , op. cit. , p. (...)

« Il a une fort grande aversion pour les Espagnols ; aussi leur est-il si cruel que, quand il en prend et qu’ils ne veulent pas dire où est leur argent ou ce qu’il leur demande, il les tourmente de telle sorte qu’ils en meurent. Beaucoup d’eux croient qu’il est Espagnol à cause qu’il parle fort bien leur langue. Ils disent que c’est un scélérat, qui s’est sauvé d’Espagne et qui veut mal à la nation. Lorsqu’il équipe un vaisseau pour aller en course, il va ordinairement dans les parcs où sont les sangliers que les Espagnols y entretiennent ; et quand il prend des Espagnols qui ne veulent pas dire où ils sont, il les fait mourir martyrs. Il a eu même la barbarie d’en attacher à un bâton, de le mettre sur deux fourches et de les faire tourner devant le feu, comme la viande que l’on mange rôtie 24 . »

41Le tome 2 d’Exquemelin consacré à Morgan et à l’expédition de Panama est un véritable florilège des tortures infligées aux soldats prisonniers. Elles étaient le plus souvent suivies par l’exécution des combattants espagnols comme dans ce passage tiré du portrait Alexandre bras de Fer :

  • 25 Ibidem , p. 178.

« À l’instant, il [Alexandre] se releva à demi, ne pouvant mieux faire parce qu’il était étrangement pressé par son adversaire ; il se leva, dis-je, à demi de terre, soutenu sur une main et du revers de l’autre, car il avait le poignet rude, fit sauter le sabre de son ennemi, ce qui lui donna le loisir de se relever tout à fait et de crier “À moi camarades, à moi !”, à dessein d’avertir ceux qui étaient encore dans le bois, lesquels sortant aussitôt, qui d’un côté, qui d’un autre, et prenant les ennemis, tantôt à dos, tantôt en flanc, puis en queue, en firent un si grand carnage, et enfin se réunissant tous à un signal que leur fit Alexandre, ils fondirent sur eux le sabre à la main et les trouvèrent tellement affaiblis qu’ils tuèrent sans peine jusqu’au dernier, ayant grand soin qu’il n’en pût échapper un seul 25 … »

42Les violences à terre n’étaient pas seulement l’apanage d’un Roc le brésilien ou d’un Morgan, en 1686 à Campêche, le chevalier de Grammont s’illustra, si l’on peut ainsi dire :

  • 26 Ce récit publié dans l’édition de 1699 n’est peut-être pas de la main d’Exquemelin.

« Pendant ces deux mois, on prit plus de 600 prisonniers, la plupart sauvages. Le capitaine Grammont, qui aimait les siens autant qu’il en était aimé, envoya vers le gouverneur de Mérida demander deux flibustiers que ses gens avaient faits prisonniers, à condition de lui rendre tous les siens, sans en excepter le commandant, le major et le Castillan qu’il avait entre ses mains, sans quoi tout serait mis à feu et à sang dans la ville. Le gouverneur de Mérida lui fit répondre qu’il pouvait brûler et massacrer tout ce que bon lui semblerait, qu’il avait de l’argent pour rétablir la ville, et des hommes pour le combattre, et qu’il s’approchait à cette fin.
Le capitaine Grammont, outré de cette rodomontade, prit l’envoyé par la main et, le promenant par la ville, il y fit mettre le feu en sa présence, et couper la tête à cinq Espagnols. Cela fait, il dit à cet envoyé :
— Allez, et assurez votre maître de ma part que j’ai ponctuellement exécuté ses ordres.
Il le chargea en même temps de lui témoigner qu’il en ferait autant à ceux qui étaient encore entre ses mains, sur quoi, peu de jours après, il ne reçut pas d’autre réponse que la première.
Malgré tout cela, M. de Grammont fut aussi humain que le gouverneur espagnol était cruel, et il donna la liberté à tout le monde ; mais il fit sauter la forteresse, et brûla toute la ville 26 . »

43Cependant, si les soldats espagnols subissaient la violence flibustière, les civils espagnols la subissaient plus encore.

Violence contre les civils

44Tortures, viols, meurtres gratuits ou non sont décrits soit de manière neutre soit avec complaisance par Exquemelin comme Raveneau de Lussan. J’en donnerai quelques courts exemples représentatifs qui se seraient déroulés lors de l’expédition de Panama :

  • 27 Exquemelin , t. 2, p. 16.
  • 28 Ibidem , p. 22.

« Les aventuriers firent mine de vouloir brûler la ville, et ils l’auraient fait, si alors les Espagnols ne se fussent rendus. On les chassa dans la grande église, où on les tint prisonniers. Cependant, les aventuriers pillaient tant qu’ils pouvaient, trouvaient assez de quoi dans les maisons, mais il n’y avait point d’argent, car les Espagnols l’avaient serré ; et malgré l’embarras où les jette le soin de se défendre, ils ne manquent jamais de prévoyance à cet égard. Les aventuriers donnèrent la gêne à plusieurs Espagnols, pour leur faire confesser où était leur argent. Les moines s’étaient sauvés, si bien qu’on n’en pouvait prendre, quoiqu’on allât tous les jours en parti, d’où l’on emmenait des prisonniers… »
« Morgan… ayant demeuré en cette petite ville quinze jours, fit demander, aux principaux prisonniers qu’il avait, la rançon de la ville, ou sinon qu’il la brûlerait ; ils députèrent quelques-uns des leurs qui apportèrent la rançon et, outre la somme qu’ils donnèrent, ils amenèrent au port de Sainte-Marie, où étaient les vaisseaux de Morgan, cinq cents vaches qu’il avait demandées pour les ravitailler 27 … »
« Ensuite, ceux qui n’avaient point été blessés commencèrent à se donner carrière et à faire débauche de vin et de femmes tant que la nuit dura, en sorte que s’il était venu cinquante Espagnols aussi braves que ceux qui avaient défendu les forts, ils auraient massacré facilement tous les aventuriers.
Le lendemain matin, Morgan fit entrer ses vaisseaux dans le port, pendant que ses gens étaient occupés à piller la ville et à amasser l’argent qu’ils trouvaient dans les maisons, et l’apportaient dans le fort…
Après qu’ils eurent amassé tout ce qu’ils avaient trouvé, ils pressèrent les principaux bourgeois d’avouer où leur argent était caché. Ceux qui ne voulaient rien dire, et peut-être n’avaient rien, furent mis à la gêne si cruellement que plusieurs en moururent et d’autres en furent estropiés 28 … »

Violence entre flibustiers

45Cette violence pouvait également se produire entre les aventuriers eux-mêmes particulièrement lorsque les flibustiers étaient de nationalité différente. Lors de l’expédition de Panama Morgan serait intervenu pour régler le différend :

  • 29 Exquemelin , t. 2, p. 16. Dans la version néerlandaise, Morgan (...)

« Cependant, ils se divertissaient et jouaient, car ces gens sont de fort bonne humeur quand ils ont fait capture. Il y avait pourtant toujours quelques Français et quelques Anglais qui querellaient ensemble ; mais l’accord fait entre les deux nations les tenaient en bride l’un de l’autre, quoique cela n’empêchât pas que deux ayant quelque différent ne se fissent un appel ; et l’Anglais, ne se jugeant pas si fort que le Français qui était très adroit à tirer, en allant au lieu qu’ils avaient choisi pour se battre, l’Anglais donna un coup de fusil au Français par derrière, qui le renversa mort. Les Français, s’en étant aperçus, furent s’en plaindre à Morgan, qui condamna l’Anglais et lui fit casser la tête en présence de tous ceux de sa nation, dont quelques-uns n’étaient pas contents 29 . Cependant, cela se passa sans plus de bruit, et chacun fut satisfait d’un côté et de l’autre, ou du moins fit semblant de l’être. »

46Cette violence s’exerçait également entre les flibustiers d’une même nationalité. Exquemelin (ou son éditeur ) rapporte le duel entre Laurent de Graff et Van Horn. Ce duel est confirmé point par point par la demande de grâce adressée à Seignelay :

  • 30 CAOM, Colonies, C9 A1, 25 janvier 1685.

« Laurent de Graff, établi à la côte de Saint-Domingue depuis neuf ans, s’étant associé avec le sieur de Van Horn pour l’expédition de Vera-Cruz apprit que le dit Van Horn faisait tous ses efforts pour le ruiner de réputation ce, dont, étant indigné, il l’alla trouver pour s’expliquer avec lui, mais le dit Van Horn voyant que ses médisances ou calomnies n’étaient que trop inévitables mit l’épée à la main aussi bien que ledit de Graff qui le blessa fort légèrement à la main, dont ayant été mal pansé, il en est mort au grand regret du dit de Graff qui prouvera la vérité de la déclaration ci-dessus 30 . »

47À travers les textes de Raveneau de Lussan et d’Exquemelin, j’ai tracé une typologie bien sommaire de la violence aux Antilles dans les années 1660-1688. Cependant, il apparaît que si Raveneau de Lussan et surtout Exquemelin sont souvent des témoins dignes de foi, certains de leurs témoignages sont douteux voire invraisemblables. En guise de conclusion, je vous propose quelques extraits d’archives, tirés notamment de la correspondance entre les représentants du Roi et Seignelay. Ainsi Pierre Paul Tarin de Cussy, gouverneur de l’île de la Tortue et de la côte de Saint-Domingue du 30 avril 1684 au 21 janvier 1691, adressa le 25 janvier 1685 au comte de Blénac, gouverneur et lieutenant général des îles d’Amérique un « Mémoire des habitants de la côte de Saint-Domingue qui supplient très humblement Sa Majesté de leur accorder des brevets de rémission et grâce des homicides par eux commis, Saint-Domingue ». Dans ce mémoire sont exposés plusieurs affaires qui relatent certains épisodes de la violence qui régnait à Saint-Domingue, épisodes confirmés par les lettres de rémissions envoyées par Seignelay.

48Jean Duvaux, capitaine de milice, avait séduit Marie Lannoix, épouse de Pierre Hoc, dit des Bocquets, habitant au Haut-du-Cap de Saint-Domingue. Ce dernier porta plainte contre Duvaux et lui demanda de cesser de voir son épouse « parce que cela causait un scandale si notoire et public que tout le monde en rougissait de honte ». Jean Duvaux « au contraire, ayant plusieurs fois battu et maltraité le dit Hoc et l’ayant chassé de sa propre maison pour abuser de sa dite femme » fut averti par Hoc « que s’il venait davantage dans sa maison, il en tirerait assurément vengeance ». Duvaux voulant continuer à venir dans la maison de Hoc, ce dernier « lui lâcha un coup de fusil dont il décéda sur le champ. »

49 Pierre Hoc comme Laurent de Graff reçurent une lettre de rémission. L’exemple suivant aurait pu se dérouler au xix e siècle dans l’Ouest américain. George Arnaut et Pierre Normand se querellèrent à propos d’une paire de pantoufle que le premier, négociant au bourg du Cap à Saint-Domingue refusa de vendre à Dame Lacombe. Normand, le protecteur de cette dernière, « le frappa de plusieurs coups, le traîna par les cheveux et l’aurait massacré sans le secours des voisins… Ledit Normand… revint quelque temps après avec un fusil et fit plusieurs tours aux environs de la maison du dit Arnaut et l’ayant trouvé assis qui nettoyait son fusil avec de la bourre, il le coucha en joue avec son arme bandée et lui demanda s’il était pressé de faire le coup d’arme. Ce que voyant le dit Arnaut, qu’il fallait de nécessité qu’il périt ou qu’il se défit dudit Normand, il tira sur lui dont à son grand regret ledit Normand mourut sur le champ… »

Notes

1 Real Oullet , « Un grand classique de la flibuste : L’histoire des aventuriers d’Alexandre-Olivier Exquemelin », Neptunia , n° 225, décembre 2001, p. 23-29.

2 Comme il s’agissait d’une flûte royale en temps de guerre, l’équipage était composé de 80 hommes, plus 30 soldats pour les Isles et 25 passagers. Labat, p. 33.

3 Pelleprat (R. P.), Relation des Missions des R. P. de la Compagnie de Jésus , 1655, t. I, chap. 2, p. 21-22.

4 Raveneau De Lussan , Les flibustiers de la mer du Sud , Paris, France Empire, 1992, 300 p., p. 84. Raveneau avait vraisemblablement signé un contrat d’engagés. Il se trouvait donc, comme Exquemelin ou Morgan, dans l’obligation de travailler pendant trois ans pour celui qui avait payé son voyage aux Antilles.

5 Le gouverneur qui venait de mourir n’était autre que Jacques Neveu de Pouancey, neveu de Bertrand d’Ogeron à qui il succéda en 1676. Il fut chargé d’appliquer la paix de Nimègue et d’interdire aux flibustiers d’attaquer les colonies espagnoles. Il partit à Versailles plaider la cause des flibustiers. Seignelay refusa de soutenir son point de vue. Pouancey mourut à Saint-Domingue en 1682, peu après son retour de France. Il fut remplacé le 30 septembre 1683 par Pierre-Paul Tarin de Cussy, ancien collaborateur d’Ogeron, avec rang de gouverneur de l’isle de la Tortue et coste de Saint-Domingue .

6 Raveneau De Lussan , Les flibustiers… , op. cit. , p. 84.

7 Ouellet (R.) et Villiers (P.), Exquemelin , à paraître, p. 96.

8 Real Oullet qui a fait faire une traduction de la première édition d’Exquemelin en néerlandais me signale un passage un peu différent dans l’édition hollandaise : « Un jour, un valet qui voulait se reposer dit à son maître que Dieu avait fait sept jours dans une semaine, six pour travailler et le septième pour se reposer. Son maître, ne comprenant rien à son propos, le frappa violemment avec un bâton, en disant : “Écoute, mon bougre, mes commandements à moi sont les suivants : pendant six jours, tu vas rassembler des peaux, et le septième tu les apporteras à la plage.” » Dans l’édition hollandaise, c’est ce valet qui réussira à survivre seul avec son chien avant de rencontrer les flibustiers.

9 Ouellet (R.) et Villiers (P.), op. cit. , p. 100.

10 Comme presque tous les chroniqueurs du xvii e siècle, le missionnaire jésuite Pelleprat déplore les mauvaises conditions de travail de ces engagés : « des maîtres qui les nourrissent très mal, les font travailler excessivement et au-dessus de leurs forces, et les traitent avec tant d’inhumanité que plusieurs y meurent dans peu de temps. Il serait à souhaiter qu’on apportât quelque police à un si grand désordre » ( Relation des Missions des R. P. de la Compagnie de Jésus , 1655, I, chap. 2, p. 21-22).

11 Dans l’édition néerlandaise d’ Exquemelin , les exemples de mauvais traitements sont encore plus dramatiques : « Les planteurs y ont peu d’esclaves. La plupart du temps, ils travaillent avec des valets qui sont liés à eux pour trois ans et avec la traite de gens comme on le fait en Turquie. Ils se vendent leurs valets l’un à l’autre, comme on le fait en Europe pour les chevaux. Certains en font un commerce : ils vont en France chercher des hommes dans les villes et chez les paysans. Ils leur font de grandes promesses, mais dès leur arrivée aux îles, ils sont vendus et ils doivent travailler comme des chevaux. Cette vie est pire que celle des Nègres, car les planteurs disent qu’on doit plus épargner un Nègre qu’un Blanc, parce qu’un Nègre doit servir pendant toute sa vie, tandis qu’un Blanc ne le fait que pour un certain temps. Ils traitent leurs valets aussi mal que les boucaniers. Qu’ils soient malades ou non, ils n’ont pas de pitié. Ils doivent aussi travailler dans la chaleur insupportable. » « J’ai encore vu trois jeunes hommes qui, désespérés, tuèrent leur maître parce qu’ils devaient travailler nuit et jour sans manger, de sorte qu’ils n’avaient pas d’autre possibilité que d’aller quêter aux voisins un morceau de manioc. Ces jeunes hommes furent pendus et déclarèrent avant leur mort que leur maître avait également frappé à mort un de leurs camarades. Ces férocités ont la plupart du temps été commises par les planteurs venant des Caraïbes, parce qu’ils traitaient là-bas leurs esclaves encore plus impitoyablement que sur l’île d’Hispaniola. »

12 Dans l’édition néerlandaise, le nombre n’est que de 100 engagés [édition française, chapitre XIII, p. 112]. Cette anecdote relève de l’affabulation. Ogeron, Colbert et les autres autorités françaises voulaient que les engagés constituent une troupe capable de défendre les Antilles contre les Hollandais, les Espagnols et les Anglais. Il fallait donc que les conditions de vie ne soient pas trop inhumaines comme le prouve l’édit de 1670 ramenant l’engagement à 18 mois. En revanche, les conditions des engagés anglais étaient beaucoup plus dures.

13 Exquemelin était arrivé à l’île de la Tortue le 7 juillet 1666. Le texte de l’édition néerlandaise était beaucoup plus succinct : « Vendu moi aussi comme serviteur de la Compagnie, j’eus justement la malchance de me retrouver chez le gredin le plus infâme de l’île. Il était sous-gouverneur ou lieutenant-général et me faisait tout le mal qu’il pouvait. Me laissant mourir de faim, il voulait que je rachète ma liberté pour 300 pièces de huit. Après ce malheur, je tombai gravement malade et mon maître, craignant que je meure, me vendit à un chirurgien-barbier pour 70 pièces de huit. Quand je me rétablis, je n’avais plus qu’un vieux maillot et une culotte. Mon nouveau maître était beaucoup meilleur que l’ancien, parce qu’il me donnait des vêtements et tout ce dont j’avais besoin. Quand j’eus été à son service pendant une année, il me proposa de me donner ma liberté pour 150 pièces de huit. »

14 Exquemelin , édition française, p. 114.

15 Laurent de Graaf encore appelé capitaine Laurent est un célèbre flibustier des années 1680.

16 Centre des archives d’Outre-Mer (CAOM), Colonies C9A1, à la Martinique 25 janvier 1685, au ministre…

17 Raveneau De Lussan , op. cit. , p. 119 à 122

18 Ibidem .

19 Dans chaque camp les blessés étaient rarement épargnés. Ici on peut penser qu’ils sont tués pour avoir prolongé le combat.

20 Raveneau De Lussan , op. cit. , p. 115.

21 Ibidem , p. 122.

22 Dans Exquemelin , « supplément à l’édition de 1678 ».

23 CAOM, Col. F3 164, f° 279 sq. , Ogeron à Colbert, 12 avril 1674. La guerre fut déclarée le 6 avril 1672.

24 Exquemelin , op. cit. , p. 124.

25 Ibidem , p. 178.

26 Ce récit publié dans l’édition de 1699 n’est peut-être pas de la main d’Exquemelin.

27 Exquemelin , t. 2, p. 16.

28 Ibidem , p. 22.

29 Exquemelin , t. 2, p. 16. Dans la version néerlandaise, Morgan fait seulement passer les menottes à l’Anglais et promet de le faire pendre à la Jamaïque.

30 CAOM, Colonies, C9 A1, 25 janvier 1685.

Auteur

Professeur des Universités
Université du Littoral-côte d’Opale

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540