Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Première partie. Violences littorales

La violence propre aux femmes de la halle

Regards sur les matelotes de Calais et Boulogne-sur-Mer au xixe siècle

Christian Borde

Texte intégral

  • 1 Deherrypon (Martial), Les boutiques de Paris. La boutique de la marchande de poissons, Paris, Hach (...)
  • 2 Borde (Christian), « Paquebots à voiles et pyroscaphes dans le détroit. Les malles de Calais », Ch (...)
  • 3 The Life of Captain Sir Richerd Burton, Londres, 1893, cité par Janine Watrin, Vingt ans d’occupat (...)
  • 4 « Ville de Montreuil-sur-Mer. La police de la poissonnerie au xviiie siècle », Cabinet historique (...)
  • 5 Impartial Boulonnais, 4 août 1859.
  • 6 Journal de Calais, 14 mai 1873.

1Au xixe siècle, les « marchandes de poissons » ont remplacé les anciennes « poissardes1 », mais ce terme, célébré au xviiie siècle, est immortalisé pour les touristes anglais dans un contexte calaisien par Turner dès la paix d’Amiens2 et utilisé couramment encore en 1850 dans la presse de langue anglaise à Boulogne3. La halle couverte du marché au poisson apparaît à Boulogne en 1866 et à Calais en 1873. Ces bâtiments municipaux remplacent les marchés au poisson qui avaient lieu en plein air ou sous des auvents provisoires. La clôture de ce commerce mal odorant vient renforcer des règlements anciens qui peuvent désormais être de mieux en mieux appliqués4. Dans le nouveau règlement du marché de Boulogne en 1859, l’article 8 défend « de troubler les ventes par des interpellations ou des conversations bruyantes5 ». Les efforts de l’administration sont relayés par l’Église ; dès qu’elle est suffisamment implantée dans le quartier maritime de Calais elle cherche à imposer le silence et la concorde aux femmes. Inaugurant le marché au poisson de Calais en 1873, l’abbé Grébert manifeste « l’espérance que dans ces marchés on n’entendrait ni disputes, ni paroles malsonnantes » et rappelle à ses paroissiens « les modèles que la religion met sous leurs yeux particulièrement dans les Apôtres qui, comme eux, étaient des pêcheurs6 ».

  • 7 Orthographié plus logiquement « matelottes » au xixe siècle.
  • 8 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB), F. Subsistances, Halle aux poissons, rapport du 4 (...)

2Les femmes de la halle ou du quartier maritime sont nommées « matelottes7 », un terme pratique mais très vague. Il désigne l’ensemble des filles et femmes de la population maritime, mères, femmes et filles des pêcheurs avec un statut professionnel fluctuant déclaré ou pas, et les marchandes de poisson qui sont locataires des étaux pour leurs maris ou à titre personnel parce qu’elles sont veuves. Il s’applique de fait à toute femme des quartiers maritimes du Courgain à Calais et de la Beurrière à Boulogne-sur-Mer, liée de près ou de loin à l’activité halieutique, auxquelles s’ajoutent une quantité de femmes au travail dans le quartier qui peuvent ou pas lui appartenir. Il en est ainsi de cette dame Palette qui demande à vendre des bonbons dans la halle et dont l’étalage « se borne à un simple éventaire posé sur un panier8 ». Elle y est autorisée par le directeur à condition d’y payer un droit de place comme les marchandes de poisson.

3Le silence imposé aux opérations commerciales de la halle ne saurait épuiser le statut des femmes du peuple marin ou autre dans l’espace urbain. Il nous faut confronter les formes de violences verbales et physiques considérées comme propres aux « femmes de la marine » à celles du reste de la population dans les deux grandes villes-ports du Pas-de-Calais au xixe siècle. Le verbe haut joue un rôle prépondérant comme préliminaire de violences physiques qui ne sont jamais graves. Aucune arme, aucun objet n’est utilisé pour porter les coups et le sang ne coule jamais dans ces rixes, c’est essentiellement une violence rituelle qui s’exprime.

4Nous examinerons la question à partir de trois regards portés sur les matelottes : d’abord, celui des médecins du premier xixe siècle publié dans des ouvrages destinés à promouvoir le tourisme ou l’hygiène dans les deux ports, ensuite le corpus très foisonnant de la chronique de simple police qui envahit les journaux calaisiens sous le second empire, enfin à travers les rapports journaliers que le directeur de la Halle aux poissons de Boulogne envoie au maire en 1866-1867.

Une femme à l’état de nature

  • 9 « Les populations physiologiques du littoral flamand », Mémoires de la société Dunkerquoise, 1902, (...)

5Les médecins locaux décrivant les mœurs des populations maritimes au début du xixe siècle, donnent clairement un tableau stéréotypé, recopié et perpétué jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale9.

  • 10 Bourguet (Marie-Noël), « Race et folklore. L’image officielle de la France en 1800 », Annales ESC, (...)
  • 11 Delabie, Olagnier, Guide to Calais and Saint-Pierre, Boulogne, 1867, p. 38-39.

6D’abord, leur discours est ouvertement superficiel : « Il suffit de jeter un coup d’œil sur la population de la ville de Boulogne pour se convaincre de la nécessité où nous étions de séparer ce que nous avions à dire des matelots de ce qui regarde les bourgeois. » Ensuite, leur approche des habitants de leur ville n’a rien de spécifique au monde maritime et pourrait s’appliquer à l’ensemble des Français dans la lignée des publications officielles des préfectures relayant la vision naturaliste des préfets du Premier Empire10. Enfin, tous écrivent des ouvrages destinés à faire la promotion touristique de leur cité et par conséquent ils s’accordent sur le caractère très original des indigènes marins du lieu, d’abord dans les limites de la localité et ensuite face aux villes concurrentes. C’est le cas à Boulogne en 1828, à la veille du développement de la station balnéaire : « La différence qui existe entr’eux peut se remarquer dans tous les pays maritimes ; mais il n’en est pas où elle soit aussi sensible que dans le Boulonnais… L’influence des habitudes est si grande, et ses effets sont si marqués, que les matelots forment au milieu de nous comme un second peuple, une autre nation : costumes, vêtements, nourriture, langage, rien ne se ressemble, rien ne se touche. » Le refrain est le même à Calais en 1867, mais écrit directement dans la langue du visiteur d’outre-manche11.

  • 12 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-su (...)

7Que le touriste se rassure, il en aura pour son argent ; une excursion à Boulogne ou à Calais lui fera économiser le long périple de l’Orient au profit d’un petit tour très pittoresque sur les bords de la Manche ou de la mer du Nord : « À voir les hommes et les femmes de cette classe circuler dans la ville, on se croirait transporté dans quelque cité orientale, dont les Européens habitent un quartier depuis des siècles sans rien prendre des usages de l’Asie, avec cette différence essentielle, toutefois, que là les Européens sont étrangers, au lieu qu’ici les matelots sont les premiers possesseurs, les véritables hommes du pays […]12. » On ne peut absolument pas se fier à ces observations volontairement superficielles, sauf à considérer qu’elles nous apprennent beaucoup sur leur auteur et leur projet promotionnel et moins que rien sur les personnes qu’ils prétendent nous montrer. Comment ces médecins vendeurs de clichés touristiques du début du xixe siècle nous décrivent-ils les femmes de marins ?

  • 13 Scott (Joan W.), « La travailleuse », dans Duby (Georges), Perrot (Michelle), Histoire des femmes (...)

8La division sexuée du travail vient renforcer la dichotomie marins-bourgeois. L’évidence que les femmes ne vont pas en bateau, n’est à aucun moment mise en exergue, c’est une simple évidence. Cette division sexuée est naturelle et l’ardeur des matelotes dans un grand nombre de travaux casuels est digne d’éloge. En tout cas, elle confirme aux yeux de ces observateurs celle de la société du temps dans laquelle on admet qu’il y ait des travaux pour les hommes et d’autres pour les femmes, ces derniers étant un appoint pour le revenu familial. Pour Bertrand, les matelottes justifient entièrement au modèle « familialiste » de Jean-Baptiste Say qui considère toutes les femmes comme dépendantes de l’homme pour leur subsistance. Il faut donc que leur salaire soit au-dessous du minimum vital puisqu’elles sont dans « l’état de nature ». Le salaire de l’homme couvre les frais de reproduction, celui de la femme est un simple appoint13.

  • 14 Journal de Calais, 1825, p. 11. Ce texte est repris en partie un siècle plus tard par N. Martin en (...)

9S’ajoutant à leur modestie dans l’ordre économique, l’honnêteté des Courguinois serait proverbiale, gagée par le fait que les maisons ne sont jamais fermées à clé, comme les cases des bons sauvages : « La confiance publique y est telle, que toutes les maisons y sont constamment ouvertes, même quand les maîtres sont sortis et il est sans exemple que personne ait eu lieu de s’en repentir14. » Dès que l’on tente de vérifier l’assertion, vient une violence particulière qui détruit l’image d’harmonie que l’on veut, à cet instant nous imposer.

  • 15 Journal de Calais, 1er avril 1840.
  • 16 Ibidem, 12 septembre 1866.

10Les femmes ne sont pas censées s’adonner à l’ivrognerie. Ce n’est pourtant pas le cas de cette femme du Courgain « abandonnée à la boisson » qui est victime d’un pillage de sa demeure et de violences de la part de sept jeunes mousses, l’ivrognesse est « jetée à terre, garrottée ». Les mères des contrevenants sont de « respectables Courguinoises » et sont plus inquiètes de la décision du juge qui leur inflige 15 francs d’amende que du sort de la victime de leurs enfants15. Il faut attendre 1866, pour lire dans la presse une assertion montrant qu’une femme de la marine peut apprécier la bière du Nord, ce qui n’est pas synonyme d’excès. Léocadie T. vient chercher son mari au cabaret mais après avoir fait du scandale avec violence, comme il n’est plus là « elle se fait joliment servir une choppe quelle boit sur le pouce, comme un sapeur pompier16 ».

  • 17 Arnaud, « Mémoire sur la topographie et l’hygiène publique à Calais en 1829 », Dossiers de l’histo (...)
  • 18 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique…, op. cit., p. 329-331.
  • 19 Journal de Calais, 1825, p. 11.
  • 20 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique…, op. cit., p. 329-331.
  • 21 Arnaud, « Mémoire… », op. cit., p. 46.

11Au Courgain en 1829, selon le docteur Arnaud, « les femmes sont sobres, laborieuses, bonnes mères, fidèles à leur mari et charitables17 ». Cependant, leur seul défaut c’est qu’elles sont femmes et donc livrées par nature à une sensibilité extrême. L’éloge se transforme alors en réquisitoire, pour le docteur Bertrand de Boulogne : « Les matelotes sont, en général, irascibles ; un reproche, une injure suffit pour donner lieu entr’elles à des scènes assez fréquentes qui ont presque toujours leur côté plaisant. Les cris, les propos les plus bizarres et en même temps les plus véhéments sont alors prodigués avec une incroyable volubilité18 » ; les Courguinoises pour leur part « forts querelleuses et très sujettes à se battre entr’elles : leurs maris ne se mêlent jamais de ces sortes de combats, dont, la pipe à la bouche, ils se contentent d’être tranquilles spectateurs19 ». Enfin, le docteur Arnaud donne l’estocade en écrivant que les matelottes « sont grandes parleuses, crient beaucoup, pleurent facilement et se mettent dans des colères épouvantables. Elles se querellent et se battent ensemble pour la moindre contrariété, cependant, elles font bientôt la paix en prenant du thé ensemble ». Preuve de la nature féminine de ces excès « la vivacité de ces sentiments se remarque surtout aux approches de quelque tempête20 », ce qui tendrait à prouver la théorie lunaire des tempêtes, sinon celle des marées. Mais leur vivacité n’a que peu de consistance, versatile, leur douceur féminine prend le dessus et les empêche du pire : « Rarement elles en viennent aux mains, et une coiffure tombée au milieu des débats termine la querelle, après laquelle il n’existe aucun ressentiment. » C’est uniquement leur statut d’épouse et de mère qui leur permet de surmonter un tempérament impulsif : « L’outrage le plus sanglant qu’on pourrait leur faire serait de dire qu’elles ont laissé leur parent dans le besoin. “Elles sont bonnes épouses et tendres mères”, et, par conséquent, toujours femmes idéales. Compliment suprême, “ces femmes sont tellement bien constituées qu’elles ont vraiment une apparence de virilité21”. »

Une violence médiatisée

12L’essor urbain change les perspectives en diminuant la part relative du quartier maritime dans la ville et, avec la naissance de la presse de province, suscite la naissance de la chronique très régulière des faits divers, à partir des audiences des tribunaux de simple police.

  • 22 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 12 août 1859.

13En mettant violences et voies de faits dans « l’actualité », les publicistes perpétuent certes ces clichés, mais leur regard se transforme parce qu’il se diversifie. « Paroles mal sonnantes et voies de faits22 » sont le lot quotidien de la justice de paix et on continue à stigmatiser la vivacité trop grande, la grossièreté, les coups échangés mais, souvent, le rédacteur du journal prend parti pour des femmes qui en témoignant se révèlent souvent pittoresques, mais aussi dignes et respectables lorsqu’elles sont victimes des hommes. Les publicistes remettent en valeur les qualités qui s’opposent à cette violence naturelle : courage, désintéressement, souci du bien être de la famille, mais aussi liberté de propos et l’indépendance d’esprit, deux éléments dont manque la presse française jusqu’à la loi du 11 mai 1868.

14La presse rapporte volontiers les faits divers les plus spectaculaires et leur traduction devant la justice ; ainsi en juin 1839, voici les condamnées mises devant le fait accompli du match nul :

  • 23 Journal de Calais, 12 juin 1839.

« Dame René, née Salandrousse, 16 francs et les dommages et intérêts au profit de la dame Levavasseur, Mlles Dubois, sœur de Mme Levavasseur, 16 fr d’amende, 30 fr de dommages et intérêts pour la dame René à la suite de délits commis “de la bouche et du poing23”. »

  • 24 Ibidem, 22 juin 1859.
  • 25 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 13 mars 1858 pour le premier trimestre de l’année.

15Mais, pour le journaliste de 1859, la violence des classes populaires maritimes ou des autres classes doit être replacée dans le tableau de la violence de « la classe infime des villes manufacturières24 », sans doute dans le but de montrer une certaine adhésion au régime impérial, mais également pour compenser les rigueurs de la censure de ce même régime. Les publications de faits judiciaires anodines ou dramatiques envahissent les colonnes des journaux de cette époque : la simple police, plus ou moins développée, des comptes rendus très longs, des procès en cour d’assises25. La violence occupe ainsi une place très importante dans l’ensemble des articles du Moniteur de Calais et de Saint-Pierre à partir d’août 1858. Comme les journaux ne disposent pas d’image pour illustrer leur propos, le caractère très théâtral des descriptions doit y suppléer, les dialogues et les témoignages des actrices y jouent un rôle fondamental. La chronique de simple police est inaugurée par des considérations sur les injures des matelotes du Courgain :

  • 26 Ibidem, 25 août 1858.

« De toutes les injures, les plus communes sont des mots qu’on n’oserait écrire, mais qui ne sont que d’une formule d’exorde dans toutes les affaires d’injures entre ces dames du Courgain. Et parfois, d’ailleurs, il y a deux mots qui ne manquent jamais, ce sont ceux de rosse et de chameau. Ceux là semblent les plus significatifs : ce sont ceux auxquels ces dames sont le plus sensibles ; ils enlèvent le morceau. Viennent ensuite les commentaires qui ont trop de pittoresque et d’énergie pour prêter à la narration26. »

  • 27 Ibid., 4 janvier 1860.
  • 28 Journal de Calais, 10 août 1859.

16L’auteur de ces lignes, Tartar-Crespin, propriétaire rédacteur du journal cherche, comme ses prédécesseurs médecins, des « tableaux de mœurs27 » et pour cela, ne lésine pas sur le sensationnel ou l’ironie et fait un usage très immodéré des jeux de mots. Les dialogues sont folklorisés sous forme de séquence dialoguée rapportée par écrit et donc fortement biaisée par les qualités littéraires du journaliste, faites pour plaire et accrocher son public. Les buts plus moraux de la chronique sont affichés tardivement par le rédacteur du Journal de Calais titillé par la concurrence du Moniteur, après plusieurs mois de publication, et sans doute sous l’effet d’une quelconque pression des autorités : « La publicité de la Presse, jointe à la publicité de l’audience, doit contribuer à corriger les mœurs, en même temps qu’elle peut piquer la curiosité de nos lecteurs […]. Il n’y a pas moins que [sic] plusieurs affaires de ce genre, mais nous n’en parlons que pour engager toute jeune fille chaste et décente à ne jamais entrer par curiosité, un jour d’audience, dans le prétoire de la simple police28. »

  • 29 Ibidem, 24 mai 1854.
  • 30 Ibid. 28 juin 1854.
  • 31 Ibid., 9 mai 1866.
  • 32 Deseille (Ernest), dictionnaire du patois des marins boulonnais, 1883.
  • 33 Médiathèque municipale de Calais, Dauchard (Georges), Dictionnaire du patois calaisien, vers 1930.
  • 34 Le Patriote, 13 janvier 1889.
  • 35 Ibidem, 2 septembre 1859.
  • 36 Ibid., 21 juillet 1860.
  • 37 Ibid., 11 août 1860. Le journaliste annonce malicieusement que la boulangère courguinoise écope de (...)

17Au milieu du xixe siècle l’oralité est très importante au Courgain ou à la Beurrière pour plusieurs raisons : les cris commerciaux font partie de l’habileté personnelle recommandée aux marchandes, la vente des poissons a lieu à la criée, enfin la rue est le prolongement immédiat du logement souvent encombré d’engins de pêche. Cette oralité est un trait communautaire par l’usage d’une crieuse de quartier : « En moins de 5 minutes, tout le faubourg est instruit de ce qui se fait ou se fera29. » C’est une crieuse payée 20 centimes la publication qui parcourt le quartier maritime de Calais pour hurler les annonces et les publications, « de la même manière qu’il y a cent ans30. » Un patois particulier, différent de celui de la campagne, est en usage au Courgain ou à la Beurrière. Dans sa forme populaire ce patois est souvent très imagé et très cru. La presse du temps évoque très rarement cette langue, sans doute bien comprise par les journalistes locaux mais que la bienséance oblige à occulter. « Quand donc, mesdames du Courgain, pourrez-vous renoncer à ce petit vocabulaire dont nous ne pouvons qu’avec réserve reproduire les échantillons31. » Il faut attendre la publication d’Ernest Deseille pour qu’apparaissent quelques expressions très vertes32 et avoir recours aux auteurs patoisants du xxe siècle pour en avoir quelques exemples expressifs : un Maqueux d’breules (mangeur de breuilles) ou maqueu d’hommes est un prétentieux au Courgain, Cul al paillette désigne les Saint-Pierrois supposés enrichis par l’industrie du tulle, une Droulle est une femme malpropre ou femme de mauvaise vie, Gueule à zeux est l’injure destinée à un homme laid ou grotesque sur lequel on lancerait des œufs pour carnaval33. Certes, ce patois n’est pas cité dans la chronique du Second Empire, cependant le publiciste met l’accent sur les expressions pittoresques « dont ces dames ont le monopole34 ». Finalement, Tartar oppose en septembre 1859 le coup de poing des marins et les injures des femmes « du bas étage35 ». Cet art de l’injure serait porté au plus haut point de perfection par les matelotes et on ne trouverait comme équivalent au Courgain que la commune de Marck qui viendrait en second rang pour la fréquence de ces affaires d’injures36. Le gérant du journal calaisien illustre son propos en choisissant une altercation qui a lieu à l’entrée du faubourg maritime : « Auriez-vous l’obligeance, madame la boulangère, de ne plus venir ainsi dans le jardin Banse répandre vos immondices sur la voie publique ? — Qu’est-ce qu’il dit celui là, il nous E……, c’est un vieux cochon, un vieux brigand, un vieux scélérat, une vieille canaille, une vieille charogne37. »

18Les descriptions rapides du premier xixe siècle nous montrent des hommes impavides contemplant un peu distrait les querelles de leurs femmes. Il n’en est rien lors des violences qui opposent deux femmes habitantes du Courgain dont l’une n’est pas originaire du quartier et qui doit approuver les mœurs locales, c’est-à-dire la violence du mari. On est bien loin de l’impassibilité supposée des maris devant les querelles féminines :

« Premier témoin, Louise O… — Elle m’a fichu un a-tout que z’en ai vu les trente-six chandelles. Deuxième témoin, Elisabeth A… — Le mari lui-même a trouvé que c’était si mal, qu’il lui a donné un soufflet et un coup de pied au bas du dos pour la faire rentrer chez elle. La prévenue — Moi, je ne suis pas du Courgain, pour un doigt de ma main, je ne voudrais pas en être… Tout ça, c’est de faux témoins ; pour une tasse de café, on a, au Courgain des témoins tant qu’on en veut. »

  • 38 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 2 septembre 1859.
  • 39 Ibid., 17 mars 1860.
  • 40 Journal de Calais, 26 septembre 1866.

19Les femmes ne sont pas épargnées par les voies de fait : une cabaretière du Courgain reçoit deux gifles de la part de son client ivre qui est marin dans le quartier38, Augustine Duflos, couturière dans le faubourg des Baraques en bordure de la plage ouest de Calais est victime du harcèlement d’un Gustave Achille Fouquet, marin âgé de 25 ans qui réside sur le rempart du Courgain et prétend avoir été son amant. Il se livre plusieurs fois à des violences légères contre elle39. Mais c’est au sein du ménage légitime que la violence des hommes sur les femmes est le plus dénoncée par la presse du Second Empire : « cette quasi-tolérance admise en usage et trop souvent en pratique dans les basses classes » n’est plus banalisée ou ignorée dès lors qu’elle fait l’objet de poursuites judiciaires qui semblent relayer des pratiques de réprobation à l’intérieur du milieu maritime. Ce journalier de Saint-Pierre, un « Othello en Blouse » qui frappe régulièrement son épouse, est lui-même l’objet de violence de la part de son beau-frère marin, « deux coups de poings qui ne le mettaient pas encore à la raison40 ». Au bout d’un an de compte rendu des audiences du tribunal de simple police, le chroniqueur en vient, en juillet 1860, à stigmatiser clairement la violence des maris :

  • 41 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 juillet 1860.

« En plein xixe siècle, maîtres et souverains aussi absolus que s’ils vivaient en plein Moyen Âge, [les maris] prétendent user sans réserve du droit de correction à l’égard de leurs femmes et ce droit de correction se traduit généralement en soufflets et en coups de poing, et du droit d’user et d’abuser de tout ce qui est dans le ménage41. »

  • 42 Ibidem, 29 octobre 1859.
  • 43 Ibid., 5 novembre 1859.

20Les belles-mères semblent victimes d’une violence exacerbée par leur propre attitude vis-à-vis de leur beau-fils. Un maître pêcheur reproche à la mère de son épouse « d’avoir des griffes de tigre » et vient dire au tribunal de simple police « qu’il voudrait bien qu’elle fût morte ». Avant cet aveu, il a choisi d’exprimer son désordre intérieur en parcourant le port et la jetée « en disant qu’il allait se jeter à l’eau avec son jeune enfant de 7 ans qu’il entraînait de force avec lui42 ». Même tapage rituel pour Jean-Louis D. dont le Journal calaisien fait l’éloge lié au contexte de la guerre d’Italie : « Les meilleurs états de service comme marin… un des plus beaux types de marins que l’on puisse voir, décoré, il ne sollicite rien moins que la croix de la légion d’honneur. » Ce patron de pêche qui « brise les carreaux chez la mère de son épouse à coup de briques et menace de l’égorger » est finalement renvoyé en police correctionnelle43.

  • 44 Journal de Calais, 25 avril 1866.

21Le retournement est spectaculaire lorsqu’une jeune ouvrière de filature réagit par la violence physique à la violence des hommes : Adèle Susse, 15 ans, aurait été provoquée par des jeunes gens à la sortie de l’usine. Sa victime masculine déclare au juge de paix : « Elle m’a saisi à la gorge en disant qu’elle n’avait pas peur d’un homme44. » Pourtant, la violence ne reconnaît ni le sexe ni l’âge, lors d’un règlement de compte entre deux familles, Marie Sallé du Courgain, aussi âgée de 15 ans « administre un vigoureux soufflet à Mme Chevalier », mais cette violence est le résultat d’une première « scène » qui a eu lieu quelques jours plus tôt.

  • 45 AMB, F, subsistances, halle au poisson, rapport du 8 mai 1867.
  • 46 Ibidem, rapport du 30 avril 1867.

22L’honnêteté de la marchande de poisson se prouve aussi dans le contexte commercial de la halle. Les contacts de son directeur Ernest Deseille avec les marchandes de poisson paraissent la confirmer. Par exemple, Deseille rapporte le dialogue qu’il tient avec une madame Vasseur-Lajoie qui vient lui expliquer qu’elle doit remettre l’étal qu’elle loue « parce qu’elle préfère, prévenir de sa position gênée que de ne pas remplir ses engagements. Je lui ai répondu qu’elle ne les remplirait pas ainsi ; qu’elle avait loué l’étal pour 3 années consécutives. Elle s’est bornée à me dire derechef qu’en continuant cette location, elle s’obérerait et ne pourrait payer45 ». En définitive, elle est autorisée à payer son étal au mois, « sans bruit, sans cri, sans pittoresque46 ».

Les enjeux de la violence

  • 47 Martin (N.), « Les pêcheurs de Calais », Journal de Calais, 23 avril 1873.

23La banalisation de la violence propre aux matelotes dans la presse du Second Empire nous permet quelquefois de saisir ses enjeux dès que les chroniqueurs consentent à abandonner le discours tout fait pour s’intéresser vraiment aux causes des injures et des coups. Le Courgain n’est plus « Ce ghetto maritime47 » que décrit un chroniqueur occasionnel de 1873, reprenant les clichés plus anciens. Le quartier s’ouvre à l’espace urbain et ce sont, par exemple, les matelotes et marchandes de poisson qui accueillent le nouvel évêque Mgr Parisis lors de sa première visite au Courgain, en janvier 1852. Madame Maquignon, inaugurant l’ouverture du quartier à la ville lui déclare très poliment à son arrivée à la porte du rempart :

  • 48 Journal de Calais, 15 janvier 1852.

« Monseigneur, dans notre humble faubourg de pêcheurs, nous recevons rarement la visite des grands du monde [sic] ; celle de notre premier pasteur nous honore et nous touche. Nous n’avons pas de marbre pour y graver le souvenir ; mais il est gravé dans nos cœurs, il y restera48. »

L’honneur du quartier maritime

  • 49 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 22 mai 1858.

24En mai 1859, un combat entre tullistes de Saint-Pierre, banlieue industrielle au sud de Calais, et des marins du Courgain de Calais témoigne de la vive opposition entre les deux localités, lourdement entretenue par la presse et les deux municipalités rivales. La querelle de clocher dégénère en bagarre furieuse : « Cette fois, on y perd casquette, vestes et culottes, réduites en lambeaux. Un seul sage de la bande furibonde et houleuse s’abstient malgré les provocations : “J’ai 200 francs d’effets sur le dos, dit-il, je ne veux pas les échanger contre le plaisir de donner et de recevoir des horions49 !” »

  • 50 L’Avenir de Calais, 4 décembre 1892.
  • 51 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 janvier 1860.
  • 52 Il pourrait s’agir de Rosalie Mascot, femme Blondin, marchande au Courgain qui est condamnée pour (...)
  • 53 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 3 mars 1860.

25Le quartier maritime est toujours un îlot et donc les habitants vivent longtemps en un corps constitué de « ceux du Courgain » ou de « ceux de la Beurrière », les « émotions » qui ont disparu dans les autres quartiers des ports, existent encore à la fin du siècle ; c’est-à-dire des attroupements qui nécessitent l’intervention de la police. C’est le cas au Courgain en 1892, en raison des mesures sanitaires prises contre le choléra « tout le quartier est en révolution50 ». Le médecin des épidémies prétend transférer des malades à l’hôpital. En dehors du Courgain qui occupe une place à part dans l’imaginaire urbain, d’autres quartiers de la ville sont plus souvent stigmatisés et en 1860, le Courgain n’est plus sur la liste noire du journaliste local : « Encore la cour Marcadet ! » s’écrie le rédacteur du Moniteur de Calais et Saint-Pierre en 1860 à propos d’une affaire d’ivrognerie51 et six mois plus tard il affine sa carte de la violence urbaine : « Des savants criminalistes ont fait la statistique de la France au point de vue des crimes et des délits » et décline la liste des quartiers « où les tapageurs semblent avoir élu domicile ». De jeunes matelotes se rendent masquées et costumées au bal de Calais-Sud sous la protection d’une « dame Blondin52 » : « Les matelottes affectionnent tout particulièrement les déguisements, comme les marins ne manquent jamais, quand ils le peuvent, de prendre un costume de Turc, de Mameluk ou de seigneur espagnol. » Mais quatre jeunes ouvriers tullistes serrent de trop près les jeunes Courguinoises et la femme Blondin qui tente de les protéger est bousculée et jetée à terre53.

Règlements de compte en famille

  • 54 Ibidem, 14 avril 1860.

26C’est un partage de famille qui est suggéré comme cause à la rixe très violente qui oppose Lachaussée et Herbaut sous le regard de deux matelotes, qui témoignent calmement de la violence du combat mais qui nous signalent une intervention pour l’arrêter, ce qui contredit le cliché répandu par les auteurs naturalistes que nous avons entendus plus haut : « J’ai vu un homme qui en démolissait un autre, il faisait beaucoup d’émeute, il l’aurait fait périr si on était pas venu relever celui qui était dessous54. »

  • 55 Journal de Calais, 27 juin 1866.

27En d’autres occasions c’est la famille entière qui se rend en corps au domicile d’une autre pour avoir une explication ; ainsi des Herpin qui accompagnés de leurs deux filles se rendent auprès des Raymond, parce qu’étant alliées par mariage et peu par amitié elles veulent régler une intervention indue dans les affaires du mariage. Mais la discussion tournant en « scène violente », les deux familles courguinoises se retrouvent devant le juge de paix55. Parmi les injures qui sont proférées dans les querelles quotidiennes des quartiers maritimes, celles qui sont considérées comme les plus offensantes concernent le fait de laisser ses parents dans le besoin. Les solidarités familiales peuvent engendrer des violences, mais les traits de dévouement familial et d’adoption informelle d’enfants abandonnés sont des réalités concrètes. En l’état actuel de nos recherches nous trouvons deux exemples de ce type d’adoption spontanée et rapide.

  • 56 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 avril 1860.
  • 57 Journal de Calais, 28 février 1866.

28Les querelles privées liées au défaut de règlement de dettes ou au juste prix des denrées semblent nombreuses. Les injures ou violences engendrées par les querelles de comptes ne sont pas typiques du monde maritime, plus encore, certaines femmes de la marine pratiquent des métiers de détaillantes qui les rapprochent des femmes du peuple de la ville toute proche. Du marché au poisson, la querelle d’argent concernant tel ou tel crédit à la consommation est plus banale. Une boulangère du Courgain est injuriée par Rosalie Mascot femme Blondin qui traite la commerçante de « canaille qui ne payait pas ses dettes… elle s’explique avec une volubilité et un aplomb comme on en voit guère qu’au Courgain56 ». Ses commères, entendues comme témoins lui donnent finalement tort et elle est condamnée à 3 francs d’amende pour injures. La foi des autres femmes de la marine est souvent invoquée dans ces affaires d’honneur commercial, la déception n’en est que plus amère. « La femme Chappé réclamait à la femme Dubois 1,50 fr pour solde de compte : « Je vous les ai payés répondit-elle et en présence de Mme Mulard. » La dame Mulard, prise à témoin confirma le fait. La libération ainsi constatée, il semblait que tout était dit. Mais la femme Chappé, loin de s’en satisfaire s’emporta et traita sa prétendue débitante de « pourrite » « d’ivrognesse », ajoutant que son mari ne voulait plus cohabiter avec elle. Les curieux excités par les cris et les gros mots de la femme Chappé accoururent, c’est dans l’ordre, un rassemblement se forma. Après quelques observations de M. Lebeau, le juge condamne la femme Chappé à trois francs d’amende seulement57.

  • 58 Ibidem, 21 mars 1866.

29Avant la mise en place des halles, les femmes semblent tenir la clé des transactions pour la vente au détail du poisson alors que les ventes en gros leur échappe, sauf aux veuves appartenant au milieu des écoreurs ou du petit négoce. À Calais, l’année même de l’inauguration de la halle de Boulogne, il n’y a pas encore de Minck. Les matelottes se réunissent à plusieurs et achètent en bloc la pêche d’un ou plusieurs bateaux, et forment autant de lots qu’il y a d’actionnaires. Leurs parts sont représentées par un petit objet : sou, dé, tabatière ou tout autre objet que l’on place sur chaque lot. Après tirage au sort, chacune enlève son lot, ce qui évidemment peut susciter toutes les fraudes. En mars 1866, deux femmes du Courgain, tante et nièce, en viennent à se quereller au sujet de la possession d’une raie, insultes et coup pleuvent dans ce commerce sauvage du poisson58.

  • 59 Deherrypon (M.), Les boutiques de Paris…, op. cit., p. 122.

30Dans les criées, l’usage des enchères descendantes et la criée effectuée par une matelotte désignée offre de graves inconvénients et provoquent des conflits sur le carreau du minck59 :

  • 60 Procès verbaux du conseil municipal de Calais, séance du 9 octobre 1931.

« La crieuse dit “37, 36, 35… Minck !” Si l’acheteuse est une ennemie, la crieuse arrête brusquement, et le prix fixé est bien 35 francs. Si l’on a affaire à une belle-sœur ou une cousine, on continue “34, 33, 32…” et le lot est adjugé à un prix plus faible… Le Courgain est le lieu des petites chicanes, mais deux heures après on ne s’en veut plus60. »

  • 61 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 avril 1860.

31Du marché au poisson, la querelle d’argent concernant tel ou tel crédit à la consommation est plus banale. Une boulangère du Courgain est injuriée par Rosalie Mascot femme Blondin qui traite la commerçante de « canaille qui ne payait pas ses dettes… elle s’explique avec une volubilité et un aplomb comme on en voit guère qu’au Courgain61 ». Ses commères, entendues comme témoins lui donnent finalement tort et elle est condamnée à 3 francs d’amende pour injures.

  • 62 Indicateur de Calais, 25 décembre 1831.

32Au début du xixe siècle, les poissonnières doivent, en l’absence de véritable police municipale, défendre leur territoire de vente contre les marchands forains puisque les places du marché leur sont attribuées par le commissaire de police. En 1831, l’épouse du garde champêtre de Sangatte, surnommée la Rosière, tente d’étaler ses poissons en dehors des limites tracées par la police, mais cette précaution est inutile. « […] Des cris et des huées se firent entendre de tous les côtés, et nos Courguinoises, vieilles ou jeunes, à l’exception d’une ou deux, culbutèrent la marchande foraine et l’acheteur. Un appariteur survenu menaça la Rosière de renverser son poisson dans la boue s’il la trouvait encore au même endroit. Cette femme détala62. » Cette protection est toujours recherchée après l’établissement des halles.

  • 63 La Colonne, 9 août 1866.
  • 64 AMB, F. Subsistances, Halle aux poissons, rapport du 5 avril 1867.
  • 65 Idem, rapport du 8 avril 1867.

33La protection du territoire de vente est pacifiée par la construction des halles, en 1866 à Boulogne, en même temps que la première exposition internationale de pêche63, et en 1873 à Calais. En avril 1867, les locataires des étaux de Boulogne obtiennent tout naturellement d’Ernest Deseille la dénonciation au commissaire de police d’un marchand d’huîtres de Calais qui installé à l’entrée de la halle leur fait « une concurrence dont elles se plaignent avec juste raison64 ». En contrepartie de cette protection de leur commerce les marchandes de poisson doivent se soumettre à un règlement très strict. La répression est exercée par les hommes. L’agent crieur Dupuis dresse procès-verbal contre la dame David-Malfoy qui achète du poisson sur un bateau et le met en vente sans le soumettre à la vérification et à la criée65. Mais cette défense contre les ventes frauduleuses en dehors du rayon de la halle est ambiguë puisqu’elle est aussi une manière pour l’administration municipale de préserver son monopole.

  • 66 Id., rapport du 10 avril 1867.
  • 67 Id., rapport du 25 avril 1867.
  • 68 Id., rapport du 6 mai 1867.

34Ernest Deseille, directeur de la halle de Boulogne en 1867, obtient des améliorations significatives pour ses marchandes : que les « loges d’aisance » des hommes et des femmes soient séparées66. Il est très préoccupé par le moral de ses locataires : à propos d’un aménagement des bacs à poisson, il note que « les matelotes paraissent généralement satisfaites de cette mesure dont elles apprécient l’utilité67 ». Il est très soucieux de leur intérêt, lorsque les conditions de conservation du poisson se dégradent faute d’une aération convenable : « Madame Caroline a perdu en deux heures de temps deux magnifiques Jean Doris de 6 francs pièce68. »

Les bons comptes de l’équipage

35À Calais, les cabaretiers du port sont souvent actionnaires de l’armement à la pêche et imposent aux matelots de consommer en boissons une partie de leurs gages. Cette coutume dénoncée par le commissaire des la marine provoque des « stations obligatoires » des matelots au cabaret. La récupération du mari par la matelote donne lieu à des scènes souvent très colorées dans laquelle la femme injurie et brutalise à la fois son homme et les consommateurs.

36Alors que les hommes peuvent devenir violents dans les cabarets, les matelottes semblent être les seules à venir y chercher leur mari :

  • 69 Id., rapport du 25 février 1860.

« Que voulez-vous mon zuge [sic] ? Je reconnais que j’ai fait un peu de scandale ; mais est-ce que ce n’est pas honteux de garder mon homme à boire pendant des jours et des nuits ? Est-ce qu’une brave femme comme moi peut voir çà de sang froid69 ? »

  • 70 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 2 juin 1860

37La scène faite par Marie F… dans le cabaret de la rue de la citadelle, en dehors du faubourg maritime rappelle les accents bien connus du cinéma français : Marie déboule dans le cabaret et traite les clients de canaille et « d’a’soule ». À un marchand ambulant qui lui demande « de faire des exceptions » voici ce qu’elle répond : « Des exceptions, des exceptions ! Tiens, en v’la une d’exception ! et lui donne un magnifique soufflet de matelotte sur la figure… » Le chroniqueur Hoyat rappelle qu’il y avait 20 témoins pour rendre compte de cette agression : « Oui, vingt témoins, je crois bien vingt buveurs qui ne valent pas mieux que mon mari… C’est lui qui m’a insulté. Il m’a traité d’exception. Quequ’çà veut dire çà70 ? »

  • 71 Journal de Calais, 26 mai 1852.
  • 72 Ibidem, 26 mai 1852.
  • 73 Almanach de Calais, 1861, rapport de la chambre de commerce de Calais sur la pêche.

38Cette station au cabaret n’est pas un effet des vices des matelots mais le résultat d’un mode de rémunération incluant le cabaretier qui peut être armateur ou actionnaire de l’armement, la pêche étant pour lui une activité destinée à écouler ses liquides. Le contrat d’écorage stipule alors que les comptes se feront dans son cabaret et sur chaque part des hommes de l’équipage. La gratification de l’armateur est alors donnée « pour boisson71 ». Quinze, vingt ou trente centimes d’eau-de-vie ou en bière sont alors payés au cabaretier sur la note livrée à l’armateur. Mais en cas de travaux à bord, cette quantité peut être multipliée par deux ou trois : « Quand on est lancé on reste au cabaret, on continue de boire ; le jeune homme y fait son apprentissage, l’homme fait s’y habitue72. » Dières Monplaisir calcule que sur 600 francs gagnés en une année, en moyenne, 150 restent au cabaret. On comprend alors la réaction violente de certaines matelottes face à ces stations obligatoires. Les matelottes mettent en scène leur rôle économique de maîtressse de ménage dans ces injures qui débouchent souvent sur des menues violences. L’échec provisoire de la réforme du partage au cabaret est peut-être dû au fait que les matelots parviennent, grâce à cette pratique à « échapper au contrôle de leur femme et soustraire au ménage une partie de leur salaire73 ».

Conclusion : métamorphose de la poissarde en accorte matelote

  • 74 Ibidem, 3 mars 1860.
  • 75 Ibid., 10 mars 1860
  • 76 Journal de Calais, 22 août 1866.

39La fréquentation assidue du tribunal pendant plusieurs années donne au discours des journalistes une humanité que l’on ne rencontre pas dans les écrits des médecins des années 1830. Abandonnant son ironie familière, voici la manière très délicate dont un journaliste rend compte du témoignage d’une matelote dont il a beaucoup de mal à dire qu’elle est enceinte : « Ainsi dépose avec beaucoup de douceur et d’émotion une jeune femme de 26 ans, la dame Mulard, débitante au Courgain, dénonçant par tout son extérieur une situation intéressante si prononcée qu’il ne semblait pas impossible qu’un événement au dernier point imminent vînt tout à coup interrompre sa déposition74. » Mais la douceur est aussi une attitude de tribunal, quand les passions se sont éteintes. Certaines matelotes réduisent leur responsabilité dans les querelles et s’efforcent d’attendrir le magistrat : « Oh, mon juge ! Si j’osais dire les mille injures qu’il m’a adressées ! Ça me ferais rougir et vous aussi75. » Le journaliste prend également la défense de Françoise Agneray et Marie Idoine « deux jeunes sveltes et jolies tullières », toutes deux habitantes du Courgain » issues de familles de marins, qui ont été abordées par un individu au moment du contrôle de leur panier au bureau d’octroi, qu’elles abreuvent d’injures76.

  • 77 Le Patriote, 7 janvier 1885.

40D’une vision très biologique des médecins, à celle très érotisée des écrivains ou voyageurs, on passe à une approche très humaine de la spontanéité des femmes de la marine. À l’occasion de la représentation en 1885 du Naufrage de la Méduse, le journaliste calaisien s’émeut de « lire sur la physionomie de ces charmantes matelotes, la sympathie quelles éprouvent pour tel dévouement et pour telle situation, et le mépris, la haine, et la répulsion qu’elles éprouvent pour celui qui, par la jalousie, sa méchanceté, son ambition est le mauvais génie de la pièce77 ».

41La place singulière des habitants des faubourgs maritimes dans la ville semblait bien claire au début du siècle face à celle des « bourgeois », ou au petit peuple des villes dont les activités ne sont pas directement liées à la mer. Marins et matelotes constituaient « un second peuple, une autre nation ». Puis vers 1860, les injures et violences que l’on disait propres à la classe des marins se retrouvent chez les femmes et les filles d’atelier, et les crêpages de chignons des ouvrières de la tullerie ou des filatures valent ceux des matelotes.

42La violence propre aux femmes des halles ne serait plus qu’une banale composante de la violence urbaine globale si deux éléments ne venaient lui donner encore une identité particulière par rapport à celle des ouvrières à la fin du siècle : leur forte fécondité et leur attachement à la religion qui s’opposent au déclin démographique et à l’essor de la laïcité. Les poissardes brutales et injurieuses se transforment alors en accortes matelotes, symboles de leur honnête activité marchande, bientôt emblèmes publicitaires pour les produits de la mer ou les biscuits Vendroux, puis de leur région tout entière.

Notes

1 Deherrypon (Martial), Les boutiques de Paris. La boutique de la marchande de poissons, Paris, Hachette, 1881, 248 p., p. 9.

2 Borde (Christian), « Paquebots à voiles et pyroscaphes dans le détroit. Les malles de Calais », Chasse-Marée, Histoire et Ethnologie maritime, 107, juin 1997, p. 16-29.

3 The Life of Captain Sir Richerd Burton, Londres, 1893, cité par Janine Watrin, Vingt ans d’occupation anglaise. 1840-1860, Boulogne-sur-Mer, 1986, p. 77.

4 « Ville de Montreuil-sur-Mer. La police de la poissonnerie au xviiie siècle », Cabinet historique de l’Artois et de Picardie, Montreuil-sur-Mer, Impr. A. Becquart. L’article 2 du règlement du marché de Montreuil sur Mer en 1724 donne le ton : « Leur deffendant à l’avenir de se battre et de se servir de parolles salles, à peine de 3 livres d’amende pour la première fois et d’estre bannies de la poissonnerie au cas de récidive, sans espérance d’y être admises à l’avenir. »

5 Impartial Boulonnais, 4 août 1859.

6 Journal de Calais, 14 mai 1873.

7 Orthographié plus logiquement « matelottes » au xixe siècle.

8 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB), F. Subsistances, Halle aux poissons, rapport du 4 avril 1867.

9 « Les populations physiologiques du littoral flamand », Mémoires de la société Dunkerquoise, 1902, n° 36.

10 Bourguet (Marie-Noël), « Race et folklore. L’image officielle de la France en 1800 », Annales ESC, juillet août 1976, p. 802-823.

11 Delabie, Olagnier, Guide to Calais and Saint-Pierre, Boulogne, 1867, p. 38-39.

12 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et de ses environs depuis les Morins jusqu’en 1814, suivi de La topographie médicale, de considérations sur l’hygiène publique, d’une analyse de l’histoire naturelle du Boulonnais, d’un traité sur les bains de mer, et d’une biographie des hommes distingués nés dans ce pays, Boulogne, Le Roy, 1828, p. 329-331.

13 Scott (Joan W.), « La travailleuse », dans Duby (Georges), Perrot (Michelle), Histoire des femmes en Occident, t. IV, Le xixe siècle, p. 492, citant J.-B. Say, Traité de l’économie politique, 1841, p. 234.

14 Journal de Calais, 1825, p. 11. Ce texte est repris en partie un siècle plus tard par N. Martin en 1873 et Norbert Masson, « Nos pêcheurs chez eux. Le Courgain », Le Nord illustré, 10, 15 mai 1913, p. 146-148.

15 Journal de Calais, 1er avril 1840.

16 Ibidem, 12 septembre 1866.

17 Arnaud, « Mémoire sur la topographie et l’hygiène publique à Calais en 1829 », Dossiers de l’histoire calaisienne, n° 1, p. 46.

18 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique…, op. cit., p. 329-331.

19 Journal de Calais, 1825, p. 11.

20 Bertrand (P. J. B.), Précis de l’histoire physique…, op. cit., p. 329-331.

21 Arnaud, « Mémoire… », op. cit., p. 46.

22 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 12 août 1859.

23 Journal de Calais, 12 juin 1839.

24 Ibidem, 22 juin 1859.

25 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 13 mars 1858 pour le premier trimestre de l’année.

26 Ibidem, 25 août 1858.

27 Ibid., 4 janvier 1860.

28 Journal de Calais, 10 août 1859.

29 Ibidem, 24 mai 1854.

30 Ibid. 28 juin 1854.

31 Ibid., 9 mai 1866.

32 Deseille (Ernest), dictionnaire du patois des marins boulonnais, 1883.

33 Médiathèque municipale de Calais, Dauchard (Georges), Dictionnaire du patois calaisien, vers 1930.

34 Le Patriote, 13 janvier 1889.

35 Ibidem, 2 septembre 1859.

36 Ibid., 21 juillet 1860.

37 Ibid., 11 août 1860. Le journaliste annonce malicieusement que la boulangère courguinoise écope de 5 francs d’amende : « 100 petits pains à 5 centimes ».

38 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 2 septembre 1859.

39 Ibid., 17 mars 1860.

40 Journal de Calais, 26 septembre 1866.

41 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 juillet 1860.

42 Ibidem, 29 octobre 1859.

43 Ibid., 5 novembre 1859.

44 Journal de Calais, 25 avril 1866.

45 AMB, F, subsistances, halle au poisson, rapport du 8 mai 1867.

46 Ibidem, rapport du 30 avril 1867.

47 Martin (N.), « Les pêcheurs de Calais », Journal de Calais, 23 avril 1873.

48 Journal de Calais, 15 janvier 1852.

49 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 22 mai 1858.

50 L’Avenir de Calais, 4 décembre 1892.

51 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 janvier 1860.

52 Il pourrait s’agir de Rosalie Mascot, femme Blondin, marchande au Courgain qui est condamnée pour injure envers la femme Labay, boulangère, en avril 1860.

53 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 3 mars 1860.

54 Ibidem, 14 avril 1860.

55 Journal de Calais, 27 juin 1866.

56 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 avril 1860.

57 Journal de Calais, 28 février 1866.

58 Ibidem, 21 mars 1866.

59 Deherrypon (M.), Les boutiques de Paris…, op. cit., p. 122.

60 Procès verbaux du conseil municipal de Calais, séance du 9 octobre 1931.

61 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 14 avril 1860.

62 Indicateur de Calais, 25 décembre 1831.

63 La Colonne, 9 août 1866.

64 AMB, F. Subsistances, Halle aux poissons, rapport du 5 avril 1867.

65 Idem, rapport du 8 avril 1867.

66 Id., rapport du 10 avril 1867.

67 Id., rapport du 25 avril 1867.

68 Id., rapport du 6 mai 1867.

69 Id., rapport du 25 février 1860.

70 Moniteur de Calais et de Saint-Pierre, 2 juin 1860

71 Journal de Calais, 26 mai 1852.

72 Ibidem, 26 mai 1852.

73 Almanach de Calais, 1861, rapport de la chambre de commerce de Calais sur la pêche.

74 Ibidem, 3 mars 1860.

75 Ibid., 10 mars 1860

76 Journal de Calais, 22 août 1866.

77 Le Patriote, 7 janvier 1885.

Auteur

Université du Littoral-Côte d’Opale

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540