Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Première partie. Violences littorales

Les fermiers des droits maritimes dans la tourmente

La violence sur l’estran et au fond des estuaires en Bretagne sous l’Ancien Régime

Pierre Martin

Texte intégral

1En Bretagne comme en France, les seigneurs et le roi règnent sans partage sur les littoraux. Possédant une partie de l’estran, ils jouissent de droits de pêcheries exclusifs, possèdent des passages et taxent les marchandises qui sont déchargées dans les ports. Ne pouvant gérer seuls l’ensemble de leurs biens, ils les confient à des hommes de confiance contre espèces sonnantes et trébuchantes, permettant ainsi à des élites locales de s’enrichir et de conquérir quelque honorabilité. Ces fermiers, souvent violentés et maltraités, n’hésitent pas à utiliser les grands moyens pour défendre leurs intérêts et leur personne.

2Pourquoi les droits et les fermiers maritimes sont-ils les vecteurs de ces tensions qui rythment la vie sur les quais, dans les estuaires ou sur l’estran ? Quelles sont les caractéristiques, les lieux, les moments et les formes de cette violence ordinaire ?

3Les fermiers de ces droits considèrent ces fermes comme un placement qu’il leur faut rentabiliser. Or, ces droits seigneuriaux sont contestés et jalousés par quelque seigneur envieux, ou mal vécus par des pêcheurs obligés de s’enregistrer sur des registres. Entravant parfois la bonne marche du commerce et limitant les profits des marchands, les fermiers sont souvent à l’origine d’un vent violent de contestations et sont les victimes de heurts individuels ou collectifs. Détestés car incarnant une autorité seigneuriale de proximité, ils ne se gênent pas pour en demander toujours plus et font parfois preuve d’un zèle qui ressemble davantage à de l’acharnement.

Droits et fermiers maritimes vecteurs des tensions

Des droits contestés, mal perçus et mal vécus

  • 1 Archives nationales, Marine C 5/21, f° 355.
  • 2 Archives départementales du Finistère (ADF), 5 H 39, 29 novembre 1727.
  • 3 ADF, 1783, Procédure Merrien.
  • 4 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ADCA), 1 E 1481.
  • 5 Idem, 1555. Assignation aux pêcheurs de Tréffiagat devant le commissaire pour y venir reconnaître (...)
  • 6 Id., 19 décembre 1556. Écrit des habitants de la trêve de Saint-Guénolé.

4La violence des ordonnances royales, les luttes intestines entre des seigneurs voulant jouir d’un même droit et la frustration de certains contribuables concourent à créer un climat de tension. Les fermiers sont pris dans cet étau et certains profitent de ce flou juridique pour leur mener une guerre farouche. C’est ainsi qu’éclate à Quimperlé, en 1726, une lutte ouverte entre les religieux de Sainte-Croix et les Bernardins1. Ces derniers contestent le droit de pêcheries des moines noirs. Ils mettent en avant une bulle du pape Honorius en date du 27 août 1225 pour prouver leur prééminence. Elle leur accorde le droit de pêcher sur l’ensemble des fleuves, rivières et ruisseaux de la région quimperloise. Si l’on s’en tient à cette bulle, ils peuvent donc venir pêcher dans les gorets des fermiers de Sainte-Croix. Ils ne s’en privent pas et dépêchent leurs domestiques pour aller tendre des sennes sous ces pièges2. Les fermiers sont troublés. Les moines et leurs domestiques viennent les menacer et les empêchent de pêcher. Tout est bon pour dissuader les « goretiers » de poursuivre leurs activités. Ils sont entre le marteau et l’enclume et sont les premiers visés par ces attaques. Les braconniers entrent parfois en action lorsqu’il existe un flou juridique quant à la possession des pêcheries ou lorsque l’exercice des droits de pêche entraîne des luttes intestines au sein des ordres dirigeants. D’autres, voyant des saumons enrichir les fermiers, s’étonnent de ne pas pouvoir profiter de cette aubaine. Ils contestent ces droits et exigent que les seigneurs montrent leurs titres. En 1783, un maître de chaloupe, s’adonnant à la pêche, s’insurge contre ce privilège et vient tendre ses filets dans l’Ellé contre la pêcherie des religieux de Sainte-Croix de Quimperlé3. Les religieux et leurs fermiers l’accusent de braconnage et lui réclament 200 livres pour dommages et intérêts. Louis Merrien demande alors aux moines de lui présenter leurs titres. Les moines noirs n’entendent pas répondre à l’insolence d’un manant. Mais, une fois de plus, c’est le fermier qui fait les frais de cette joute juridique. D’ailleurs, cette fin de siècle annonce une multiplication des contestations. Ces droits, souvent considérés comme vexatoires et comme une entrave au bon fonctionnement du commerce, suscitent de vives émotions au sein des populations littorales. Au xvie siècle, les pêcheurs n’osent plus prendre la mer car la piraterie fait rage sur les côtes de Cornouaille. Leur dénuement est grand et ils ont de plus en plus de mal à supporter les devoirs de sécheries et de pêcheries4. Il arrive aussi parfois que certains droits de même nature se juxtaposent, ce qui contribue à alourdir les obligations des contribuables. Dans la région de Pont-l’Abbé, les pêcheurs étaient tenus de payer un droit de pêcheries et de sécheries au baron du Pont, au marquis de Rosmadec de Pont-Croix et au seigneur du duché de Penthièvre. La multiplication de ces droits rendait leur perception difficile et les mutineries se multiplièrent. Les xvie et xviie siècles furent secoués par de véritables révoltes dont les meneurs incitèrent les pêcheurs à ne plus payer ces droits. Les fermiers eurent beaucoup de difficultés pour récupérer leur mise. En 1555, le fermier des droits du duché de Penthièvre dut se battre bec et ongles pour que les pêcheurs de Tréffiagat daignent reconnaître ses droits5. Craignant de se heurter à plus fort qu’eux, les mutins accusent rarement le seigneur propriétaire du droit et préfèrent se rabattre sur celui qui le représente. Aussi, les fermiers, agents de proximité de l’autorité seigneuriale, sont pris à parti. Le 19 décembre 1556, les habitants de Saint-Guénolé ne critiquent pas directement le devoir dû au duché de Penthièvre mais accusent le fermier de les porter « à trop haut prix6 ». Perçu comme le responsable des malheurs des gens, à tort ou à raison, prisonnier des joutes aristocratiques et des tentatives de récupération des droits par une monarchie conquérante, le fermier est un homme détesté. C’est le catalyseur de toutes les haines et de toutes les tensions car il est aussi l’œil du seigneur.

Le fermier, un homme détesté

  • 7 ADCA, 1 E 1476, 14 avril 1573. Extrait de la pancarte des droits d’entre Couesnon et Arguenon déli (...)
  • 8 ADCA, 1 E 1480, 19 septembre 1603.
  • 9 Idem, 10 mars 1626, Écrit de Geoffroy Grossin et consorts, habitants de Cancale, contre César de V (...)
  • 10 Id.
  • 11 ADCA, 1 E 1479.
  • 12 Idem.
  • 13 Id.
  • 14 ADCA, G 159.
  • 15 ADF, 1 H 67.
  • 16 ADF, 2 H 147.
  • 17 ADF, 1 H 67.

5Le statut de fermier est vécu comme une promotion sociale qui suscite un changement de comportement de la part de certains individus. Cherchant à se différencier du milieu dont ils sont issus, ils changent parfois toute leur panoplie vestimentaire et renient leurs anciens réseaux de sociabilité. Détenant des miettes de pouvoir et se sentant protégés par des personnes de haut rang, certains en profitent pour tyranniser les populations en leur en demandant toujours plus. Le zèle dont font preuve certains fermiers ne fait qu’entretenir un climat de tension existant. Les receveurs des droits de ports et havres d’entre Couesnon et Arguenon furent, à maintes reprises, déboutés par les tribunaux des nouveautés qu’ils tentaient d’imposer aux négociants et marchands de la ville de Dinan. La pancarte de ces droits étaient affichée à la porte de Saint-Malo et dans les six autres havres où se levaient ces taxes7. Certains fermiers mal intentionnés n’hésitaient pas à omettre d’afficher cette pancarte où figurait la liste des marchandises soumises à cet impôt afin de taxer des produits à leur convenance. Les affaires où la malhonnêteté et le zèle des fermiers sont dénoncés sont légion. Le décembre 1604, le Parlement de Bretagne fait « deffense aux recepveurs d’exiger aucune chose outre le contenu aux dictes pencartes et de vexer les marchands et voituriers sous aucun prétexte sur peine de punition corporelle8 ». Mais cet arrêt ne suffit pas pour désamorcer la rapine des fermiers. Le 10 mars 1626, suite aux nouvelles prétentions du fermier Charles Le Breton, les marchands de Cancale écrivent à César de Vendôme, duc de Penthièvre9. Les plaignants disent qu’ils envoient tous les ans à Terre-Neuve plus de vingt navires qui reviennent décharger leur poisson au havre de La Houle à Cancale. Ces morues « dont une bonne partye se consommoit par les habitants de Cancale et les paroisses circonvoisines, Sainct Coulomb, Sainct Méloir, Sainct Benoist, se vandoient aux marchands voituriers qui venoient l’achapter à charge de chevaux et charrettes des partyes de Dol, Pontorson, Rennes, Fougères, Paris et d’ailleurs, le reste qui ordinairement faizoit la plus grande partye estoit porté à Bordeaux10 ». Ils réclament d’être maintenus dans cette liberté et refusent cette nouvelle charge que leur impose le fermier. Ce dernier s’appuie sur une « prétendue pancarte estant une copye tirée par » lui alors que selon les marchands ce droit n’a jamais était perçu à Cancale et que la pancarte n’en fait même pas mention. Les marchands de Saint-Malo se plaignent aussi d’être rançonnés par les fermiers alors qu’ils sont exemptés de ces droits pour les marchandises qui sont débarquées à Solidor. Le receveur qui est en ligne de mire c’est Louis Guittet, sieur de Lourme11. Les plaignants s’insurgent contre « le naturel des Fermiers d’impositions [qui] est de pancher à l’avidité » et surtout contre le sieur de Lourme qui a « rançonné depuis peu les plus foibles […] sçachant bien qu’un voiturier ou médiocre marchand preferera tousiours de payer ce qu’il ne doit pas, plutost que de perdre l’occasion de son trafic12 ». Particulièrement agacés par la rapacité des fermiers, les marchands malouins, surenchérissent en vociférant contre les commis « à la reception des devoirs [qui] ont de tout temps un apétit dévorant ; les lettres du duc Jean de 1420 prouvent que les receveurs du devoir même dont il s’agist pratiquoient le passedroit ; ils mettent entre les bonnes fortunes de faire payer ce qui n’est point dû, et marquent ces advantures pour en tirer des conséquences contre les ignorans, les foibles et les timides, leur air impérieux, leurs menaces d’arrester les marchandises, et d’assigner à Dinan peuvent les avoir mis en pouvoir de faire payer et condemner quelques particuliers, tout cela ne produit qu’un sujet de les faire punir comme des exacteurs13 ». Manifestement, les fermiers n’ont pas bonne presse. Les passeurs, qui, en échange d’une contribution en argent, sont tenus de faire traverser les estuaires ou les bras de mer, sont régulièrement montrés du doigt. Eux aussi profitent de leurs privilèges pour exiger des passagers les plus faibles une contribution supérieure à celle indiquée sur la pancarte14. D’un côté, on a un fermier qui réclame son argent et, de l’autre, des paroissiens qui l’accusent d’en vouloir toujours davantage. C’est aussi parce qu’il est le représentant direct et palpable de l’autorité seigneuriale qu’il catalyse toute la haine des villageois. Cumulant d’autres activités, parfois très éloignées de celle-ci, il ne montre qu’un maigre intérêt pour ce nouveau métier. Les passages sont parfois très mal servis. Le 22 juin 1718, les usagers du passage de Treizquinec, véritable trait d’union entre la Cornouaille et le Léon, se plaignent de l’inexpérience des passeurs qui, lorsque le vent se lève, préfèrent rester au chaud plutôt que de traverser l’estuaire de l’Elorn : « Le peu de loisir et d’expérience qu’ils ont de conduire un bateau, faisant profession de labourer de terre, la répugnance qu’ils font paroistre à se mettre en mer quand le temps n’est pas tout à fait beau15. » On leur reproche aussi de ne pas assurer cette ferme consciencieusement. Ils ne tiennent pas le bateau en état et ne le réparent que trop occasionnellement, ce qui rend toute traversée périlleuse. Les plaintes des usagers concernant les retards des passeurs sont redondantes. En 1641, les fermiers du passage de Landévennec, qui desservent l’estuaire de l’Aulne, sont accusés de « servir fort mal le dit passaige en ce qu’ils font attandre les passans et repassans de l’un et de l’autre costé16 ». Chargé de cette affaire, le procureur fiscal de l’abbaye Saint-Guénolé les menace de souffrir d’une amende de 30 livres au cas où ils récidiveraient. Sur l’Elorn, les plaintes et les menaces s’accumulent car « le bac est si mal servy que les voyageurs attandoient quelques fois des deux et trois heures entières et souvent mesme ne pouvoient passer17 ». Dès lors, il est détesté ou envié. Le zèle de certains receveurs ou la fainéantise des autres peuvent créer des conflits, mais le fermier est avant tout un homme qui doit rester sur ses gardes s’il veut rentabiliser son investissement.

Une fraude endémique ou l’exacerbation des tensions

  • 18 ADF, 5 H 38, 15 mars 1476.
  • 19 Idem, 16 octobre 1477.
  • 20 Id., 17 février 1524. « Présentation de la communauté donnée à Salmon, procureur fiscal, pour agir (...)
  • 21 Martin (Pierre), Les droits maritimes de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé sous l’Ancien Régim (...)
  • 22 ADF, 5 H 37. 16 novembre 1675.
  • 23 ADCA, 1 E 1480.
  • 24 Idem, 19 septembre 1603.
  • 25 Id., 11 janvier 1615.
  • 26 Id., 13 septembre 1706.
  • 27 Id., 1706-1707.
  • 28 Id.
  • 29 Id., 25 février 1707. À Saint-Servan, le 5 novembre 1709, c’est 142 quintaux de fer qui sont décha (...)
  • 30 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité. Braconnages et braconniers en Bretagne sous l’A (...)
  • 31 Archives départementales du Morbihan (ADM), 60 H 67.
  • 32 ADCA, 1 E 1481.
  • 33 Idem.
  • 34 Id.
  • 35 ADF, 31 C 1/160, collationnés d’un arrêt de la cour du 22 septembre 1542 et d’une sentence rendue (...)

6Si les saumons, rassemblés sous les pêcheries, font des envieux, il n’en reste pas moins vrai que les fermiers sont aussi confrontés quotidiennement à des manigances frauduleuses. Pour ne pas payer, tel droit de quai ou de coutume, des individus sont prêts à mettre en œuvre tous les subterfuges. De nuit, comme de jour, les fermiers sont sur le qui-vive et scrutent les quais, les filets et les pièges qu’ils ont tendus en travers de l’estuaire pour surprendre celui ou ceux qui tenteront de les duper. À Quimperlé, les religieux de l’abbaye de Sainte-Croix et leurs fermiers ont engagé de nombreux procès contre des fraudeurs et des marchands récalcitrants qui refusaient de se soumettre à la coutume ancienne et au droit sur le mesurage du sel. Ces droits de quai taxaient les marchandises que les caboteurs déchargeaient au port de Quimperlé. Ils concernaient surtout les vins, en provenance du Bordelais et du Pays nantais, mais aussi le sel. La coutume perçue sur le vin s’élevait à 1/40e. Cette contribution, une fois ajoutée aux autres devoirs, ne pouvait qu’attiser et susciter des tentatives de fraude. Certains, pour contourner ce droit, usaient de nombreux stratagèmes. En 1476, Henry Cosnoal est accusé d’avoir fait « descherger du vin par plusieurs batelées » en aval du port de Quimperlé ce qui « tendoit à priver et frauder les dicts abbé et couvent du dict debvoir18 ». Pour ne pas payer ce droit de coutume, qui ne se levait qu’à partir d’une cargaison évaluée à neuf pippes de vin, il a, d’une part, fait débarquer son vin par petites quantités et, d’autre part, faisant preuve d’une grande malice, il a ancré son navire en aval des limites de ce devoir. Ainsi, il pensait pouvoir échapper aux régisseurs des moines. Finalement, il finit par admettre la fraude, craignant sans doute le verdict d’un procès incertain, et se résolut à payer ce droit. En 1477, Jehan Jolou, fermier de ce devoir, surprend un maître de barque de Sainte-Marie-de-Retz en pleine fraude. Jehan Chaussin, tente en vain de faire décharger son vin à la sauvette sous les yeux ébahis du pauvre fermier19. Lui menant la chasse et le menaçant de procès, l’homme refuse de se résigner. C’est la mise en accusation devant le tribunal des moines qui finit par avoir raison de lui. Les marchands de Quimperlé, qui avaient une meilleure connaissance du terrain, ne demeuraient pas en reste. Eux aussi usent de toutes les combines pour tromper la vigilance des fermiers. Le 17 février 1524, les fermiers de Sainte-Croix, intentent un procès à des marchands de Quimperlé qui, après avoir fait décharger frauduleusement du vin sur les quais de la ville, refusent de payer le droit de coutume20. Ces exemples sont pléthoriques et on imagine fort bien l’énervement et le climat de tension qui devaient régner sur les quais de cette ville21. Les autres droits de quai n’échappaient pas à cette règle. Le 22 mai 1676, c’est le droit sur le débarquement du sel qui fait la une des rumeurs quimperloises. René Geoffroy, fermier du devoir qui se lève sur le sel, à raison de « deux sols trois deniers par chaque somme de sel hors de la province quy se décharge au dit Quimperlé et en outre un liard par somme pour fournir de mesures et mesureurs et un quart de minot de chaque batellée », sort de ses gonds22. Il vient de prendre sur le fait deux individus, Charles Le Moreau et Guillaume Gillouet, tous deux marchands de cette ville. Ces derniers rechignent à payer la somme d’argent qu’il leur réclame. Le port de Quimperlé n’est pas une exception. Ailleurs, beaucoup tentent aussi de contourner la loi et de faire l’économie de ces taxes. En 1582, les habitants et marchands de Dinan refusent de payer le devoir de coutume et d’entrée au fermier des droits d’entre Couesnon et Arguenon23. En 1603, un marchand de Saint-Malo, le sieur Bonhours, fait passer frauduleusement du vin sur le quai de Dinan. Les fermiers de ces devoirs, soutenus par Marie de Luxembourg, lui intentent un procès24. D’autres fois, c’est l’absence de pancarte et sa non-visibilité qui sert de prétexte pour essayer de contourner la loi. En 1615, Jehan Boulain, receveur de ces mêmes devoirs, surprend des marchands en train de décharger la nuit. Ces derniers l’accusent de ne pouvoir leur montrer sa pancarte25. Les affaires de ce genre sont particulièrement nombreuses et certains négociants ne se soucient même pas de l’existence de ces droits ou s’en moquent éperdument comme le sieur de La Largère, directeur des États, impôts et billots de Saint-Malo, qui avait acheté plusieurs tonneaux de cidre et de bière qu’un armateur malouin avait pris en course sur un navire anglais26. Ce dernier, se croyant peut-être exempté de droit, avait volontairement omis de mandater le fermier des droits d’entrée. Les fermiers sont parfois confrontés au refus de payer par certains puissants qui sont alors prêts à vider leurs malles d’archives pour prouver leurs dires et surtout pour protéger leurs intérêts. Les religieux semblent exceller dans ce domaine. En 1706, les moines de Saint-Jagu s’insurgent contre le fermier du domaine de Penthièvre, Jean Hocquart, qui leur réclame 15 livres et 8 sous pour les quatorze tonneaux de vin qui ont été déchargés à cet endroit27. L’abbé refuse de payer cette modique somme arguant qu’il est « dans la possession immémoriale de ne point payer aucun droit pour les vins et autres denrées28 ». Pour faire fléchir le fermier, le clerc lui dit être en possession d’une charte du duc de Bretagne datant de 1394 et d’un aveu de 1679 démontrant que son abbaye est affranchie de ce devoir de Couesnon. L’abbé est finalement débouté de sa plainte. Le sieur Hocquart n’est pas au bout de ses peines car, en 1707, il se plaint des mariniers de Saint-Malo qui ne font pas leurs déclarations au bureau des droits et des « abus qui se font de nuit dans les ports et autres lieux et les descharges clandestins29 ». Des marchands, souvent bien installés dans la ville, abusent de la crédulité de certains fermiers. Ils font mine de ne pas connaître l’existence d’une taxe et font preuve d’une surprenante malice en se désignant comme étant les victimes d’un droit dont ils n’ont même pas connaissance. Excédés par les uns ou par les autres, agacés par la multiplication des taxes et des contrevenants, fermiers et marchands coexistaient en se méfiant mutuellement l’un de l’autre. Toutes les conditions étaient réunies pour que la rixe éclate. Les fermiers étaient d’autant plus aptes aux dérapages verbaux ou à l’irréparable qu’ils étaient sans cesse harcelés par des marchands ou des bateliers qui se jouaient d’eux et n’hésitaient pas à les tourner en ridicule. Leurs nerfs étaient mis à rude épreuve. Les « gorettiers » ou fermiers des pêcheries de saumons étaient soumis à ce même régime. Ayant investi des sommes parfois considérables dans la ferme d’une écluse, il ne leur était pas permis de perdre du poisson. Aussi, durant les grandes remontées printanières et estivales de Salmo salar, ils cumulaient des journées de travail bien remplies avec des nuits gâchées au bord de l’eau à guetter et surprendre les braconniers d’occasion ou les professionnels30. Que de fatigue accumulée après des nuits souvent très agitées ou des rondes interminables face à des braconniers qui, une fois bien organisés, agissent en bandes et peuvent ainsi se relayer. Le braconnage est en effet endémique. Le 23 juin 1766, Joseph Le Gallo, « goretier » de l’abbaye de La Joie, se plaint du meunier du moulin de Porvern qui n’hésite pas à tendre des filets avec l’aide d’un bateau pour pêcher des saumons dans l’étendue prohibitive de l’abbaye31. D’autres droits sont régulièrement bafoués. Les droits de pêcheries et de sécheries, dont la perception est particulièrement difficile, sont régulièrement et volontairement oubliés par les pêcheurs. En 1527, Jehan Lhonoré, fermier des pêcheries et sécheries de Cornouaille, se plaint « des maistres de basteaulx, compaignons et paiges pescheurs des parouesses de Cleden, Plogoff, Primellen, Esquibien, Goulhen et Beuzec au terrouer du Capsizun » qui refusent de payer ce devoir32. D’ailleurs les receveurs s’alarment car la révolte gronde. La même année, une mutinerie secoue la région du cap Sizun33. Deux ou trois prêtres sont à l’origine de ce soulèvement qui vise à obtenir l’abolition de ce droit. Le mouvement s’étend à Moëlan et à Doëlan de 1551 à 155434. De 1542 à 1546, les pêcheurs de Plouhinec refusent de payer le droit de pêcheries et de sécheries appartenant au seigneur du Guemenet35.

Chronique d’une violence ordinaire

Le temps, les moments et les espaces de la violence

  • 36 Quéniart (Jean), Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale (...)
  • 37 ADCA, 1 E 1480.
  • 38 ADF, 20 B 4452.
  • 39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), 5 B 86, 7 avril 1684.
  • 40 ADIV, 5 B 87.
  • 41 ADIV, 5 B 85, 4 septembre 1683. Procédure.
  • 42 ADIV, 5 B 100, 27 juillet 1690. Procédure.
  • 43 Id.
  • 44 ADF, 20 B 4452.
  • 45 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité… », op. cit., p. 66.

7Cette violence est rythmée par un grand nombre de facteurs. Les jours de foires, les bacs des passages ne désemplissent pas et les fermiers prennent souvent du retard. Les marchands et les voituriers manquent de patience et la tension monte. Les injures pleuvent et la situation s’envenime rapidement. Mal considéré, le fermier passeur n’a pas le droit à l’erreur, mais il sait aussi user de son pouvoir pour hausser le ton. Le déchargement des navires de commerce dans les ports n’échappe pas à cette règle. Les marchands se pressent sur les quais pour attendre leur marchandise et les fermiers des droits de coutume scrutent leur manège, un registre dans une main et un ustensile de mesure dans l’autre. Rien ne leur échappe. Agacés par toutes ces taxes de coutumes, de « planchage », de « quillage » ou de « stancage », marins et marchands, dans un élan de solidarité, agressent les fermiers. Sous les pêcheries, au moment de la grande migration des lamproies, des aloses ou des saumons, certains individus mal intentionnés observent les allers et venues des fermiers pour les confondre. Les tensions et les débordements atteignent leur paroxysme partout où ces droits sont perçus et où des pêcheries barrent les cours d’eau ou les anses. Si quelques rixes ont lieu le jour, la majorité des confrontations se déroule la nuit36. Dans les havres soumis aux devoirs d’entrée relevant du domaine de Penthièvre, la majorité des affrontements se déroule la nuit. En effet, c’est le moment que choisissent les marins pour débarquer leurs cargaisons à la sauvette, espérant tromper la vigilance des fermiers et de leurs commis. En 1697, le sieur Jan Le Brun fait décharger au port de Saint-Malo sa cargaison de chanvre en pleine nuit37. Les commis du fermier, excédés par quelques nuits blanches passées au frais s’en prennent au fraudeur. Pour effectuer ses larcins et relever ses filets, Guillaume Le Clanche, célèbre braconnier de la région de Quimperlé, opère toujours la nuit entre 1 heure et 3 heures du matin38. Il profite de la faible luminosité pour s’aventurer sur la rivière afin de ne pas être vu ou pour vider les coffres des pêcheries où les saumons sont séquestrés. Pour d’autres, plus effrontés, c’est le lever du jour qui est le moment opportun. Cette courte période coïncide sans doute avec une plus forte activité des poissons. Macé Collineau et Jan Caris sont surpris en train de pêcher illégalement dans le havre de Oudon aux premières lueurs du soleil39. Certains défient les fermiers en braconnant en pleine journée et en récidivant tous les jours. En 1685, sur le Couesnon, des pêcheurs prennent en toute impunité des poissons « avec des lignes trainées et autres instrumants » sans se soucier des fermiers qui vocifèrent sur la rive40. Sur la Loire, certains vont même pêcher sur les duis du roi en pleine journée pour y voler des lamproies41. Certains braconniers, ne vivant que de leurs rapines, viennent harceler les régisseurs des pêcheries de jour comme de nuit42. C’est ainsi que Portillon, fournissant sans doute quelques poissonnières receleuses, braconne à toute heure sur l’écluse de Vertou près de Nantes43. La nuit, c’est aussi le moment privilégié pour les vols et les destructions de pêcheries ou de matériel de pêche. Un fermier des droits de pêcheries de Quimperlé se plaint que, dans la nuit du 8 au 9 septembre 1728, ses filets ont été coupés par Joseph Le Clanche44. En ce qui concerne les pêcheries, on constate que les actes de violence, de vandalisme et de vols atteignent leur paroxysme durant la belle saison. Les saumons de printemps, particulièrement appréciés et souvent de belle taille, remontent les fleuves côtiers de mars à juin. Ils sont suivis par les petits poissons d’été, castillons ou grilses, qui effectuent leur migration de juillet à octobre. C’est aussi bien évidemment la période de prédilection des braconniers, d’autant que pour écouler leur pêche, ils bénéficient d’un commerce parallèle particulièrement actif comme c’est le cas à Châteaulin45. Cette période coïncide bien évidemment avec la recrudescence des actes de violence.

Faire peur : injures, menaces et vandalisme

  • 46 ADIV, 5 B 120.
  • 47 ADIV, 5 B 100.
  • 48 ADIV, 5 B 85.
  • 49 Idem.
  • 50 ADF, 5 H 39, 29 novembre 1727.
  • 51 ADF, 20 B 4421. En 1781, le sieur Boutibonne de Quimper finit par jeter dans l’Odet les ustensiles (...)

8La violence verbale et les menaces sont d’une grande banalité. Les injures, stigmates du mécontentement et des difficultés qu’éprouvent certains pour se contrôler, sont, d’une part, révélatrices des tensions qui planent sur les lieux où s’exercent ces droits et, d’autre part, de la violence innée des fraudeurs professionnels ou de seigneurs jouant de leur statut pour affirmer leur prééminence. Le 28 août 1693, Claude Davy, alloué de la Vicomté de Donges, était fermier du droit de pêche dans la rivière de la Guyenne depuis trois ans46. Alors qu’il venait de jeter son filet, survint le sieur de Bellebat Rogon qui lui fit savoir de vive voix que ce droit lui appartenait. Il était escorté par quelques pêcheurs qui eux aussi avaient l’air d’être passablement énervés. Le sieur Bellebat s’approcha du malheureux fermier armé d’un fusil et lui dit de déguerpir. Cherchant à discuter, Claude Davy subit des injures. Le ton monta et Bellebat lui asséna quelques menaces : « je te casseray la teste à toy ». Il fut repris par ses acolytes qui d’un ton tout aussi menaçant lancèrent un « saint nom de Dieu ». Se sentant en position de force, le sieur Rogon vociféra un « je casses la teste au premier bougre qui se ventera de jetter le fillet », puis le traita de « vieux bougre de sénéchal, tu n’y pêcheras pas ». Comme si ces mots doux ne suffisaient pas, il jeta les filets de Davy à l’eau qui, terrorisé, prit la fuite. Cet événement rappelle le comportement de certains seigneurs riverains de la Loire, qui n’hésitaient pas à venir frapper les bateliers qui tentaient de leur échapper. Le fermier de l’écluse de Vertou sur la Sèvre nantaise, Julien Nicollas, se plaint d’un certain Portillon qui vient lui voler ses ustensiles de pêche. Dans un procès du 27 juillet 1690, il se plaint de ce dernier qui l’empêche de pêcher en toute quiétude. Portillon vient le terroriser de « jour comme de nuit armé d’espée, fuzil et quelques fois de pistollets, lequel ordinairement par violence blasphème le saint nom de Dieu, s’empare des rées avec lesquels le suppliant pesche sur la dite chaussée de Vertou dans la rivière de Saivre quy appartient à Mr le cardinal d’Estrées, seigneur prévôt de la ditte prévôté47 ». Ce voleur n’est pas inconnu sur la place de Vertou, car les habitants s’en méfient comme de la peste et hésitent à témoigner de crainte des représailles. Le 13 mai 1683, Pierre Le Sourd, fermier d’un duis sur la Loire près de Thouaré, accuse deux pêcheurs, Guillaume Gallon et Daniel Rouxeau, de venir lever ses pièges tous les jours pour voler son poisson48. Le fermier se plaint que depuis huit jours ils ont pris plus de trente lamproies. Il relate également qu’à chaque fois qu’il les prend sur le fait il se fait traiter de « bougre », de « coquin », de « fripon » et ce qui peut paraître très curieux de « voleur49 ». Le répertoire reste finalement assez maigre et dans ce dernier cas c’est plutôt le statut social du fermier qui est attaqué. Outre les propos diffamatoires, cette violence verbale ne vise pas toujours à provoquer la confrontation. Elle est souvent davantage utilisée pour effrayer et parfois de manière particulièrement rocambolesque. Jaloux des droits de pêcheries de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, les religieux de Saint-Maurice de Carnoët dépêchent une ambassade très particulière sous les « gorêts » de cette ville50. Le prieur, quelques-uns de ses moines et leurs domestiques rendent une drôle de visite au malheureux fermier. Hormis les insultes en guise de préliminaires, le prieur brandit sa croix pectorale d’un air martial et leur demande « s’ils étoient capables pour disputer contre celui qui la portoit ». Les fermiers disent avoir ressenti une véritable « terreur panique » à la vue de cette délégation et surtout de ce prieur si remonté contre eux. Cherchant à les impressionner pour les empêcher de pêcher, ce genre d’attitude n’a pas pour but d’entraîner une confrontation physique. Bien au contraire, le but recherché est d’écraser l’autre. Lorsque la joute verbale atteint son paroxysme, il n’est pas rare que certains individus s’en prennent aux biens du fermier ou à l’objet symbolisant son pouvoir. Un négociant peut tout à fait, d’un geste instinctif et sous l’emprise de la colère, jeter dans l’eau les mesures et le registre d’un fermier51. En se vengeant sur ces ustensiles il se défoule sur les symboles du pouvoir de ce fermier. Faire peur c’est aussi détruire les outils du fermier. Les actes de vandalisme, enfantés par la jalousie, sont très courants. Les malfrats s’en prennent au matériel de pêche, cisaillent les filets, cassent les pièges ou dérobent les sennes et les coffres à saumons. Ces actes de vandalisme sont réciproques. Lorsqu’un fermier, trouve un filet, il s’arrange pour le détruire ou le séquestre jusqu’à ce que le coupable vienne le lui réclamer.

Des corps meurtris : du coup de bâton à l’usage du fusil

  • 52 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité… », op. cit., p. 63.
  • 53 ADCA, 108 J 42.
  • 54 ADF, 20 B 4437.
  • 55 ADF, 20 B 4452.
  • 56 ADM, 60 H 67.
  • 57 ADF, 4 E 216/56.
  • 58 ADCA, 1 E 1481.
  • 59 ADF, 20 B 4421.
  • 60 Quéniart (Jean), Le grand Chapelletout…, op. cit., p. 34.

9Qu’ils soient prémédités ou accidentels, les coups portés sur les fermiers ou par eux peuvent provoquer l’irréparable. L’escalade des injures et des menaces provoque souvent des rixes d’où les corps sortent meurtris. Les fermiers des pêcheries sont confrontés à des bandes de malfrats qui profitent de la loi du silence pour accomplir leurs larcins. Ces bandes opèrent surtout la nuit et certains de ces individus sont réputés dangereux52. Les qualificatifs qui sont le plus souvent utilisés sont « coquins », « effrontés », voire « effrontés déterminés53 ». Qu’ils soient appelés « fripons de saumons de nuit » ou encore « fieffés fripons de toutes choses », ils inquiètent par leur violence et leur dangerosité. Rien ne les arrête et c’est en toute impunité qu’ils se servent dans les écluses ou qu’ils barrent les rivières avec leurs filets. À Quimperlé, une bande sévit de la fin du xviie siècle à 1730. Les Le Clanche, chefs de bande et paysans de la région de Guidel, accomplissent leurs méfaits en toute impunité. La population les craint. Braconniers de père en fils, c’est finalement Guillaume qui va défrayer la chronique. En avril 1729, Guillaume Le Clanche et ses acolytes sont surpris par les fermiers au cours d’une ronde nocturne. Ces derniers remarquent avec stupeur que la rivière est entièrement barrée par trois filets qui sont arrimés à des pieux. Les fermiers, armés de fusils, décident de les attendre. Il fait nuit noire lorsque les braconniers sont interpellés. Les insultes pleuvent et les malfrats tentent de les frapper en s’aidant de bâtons ferrés. La confusion est telle que, dans l’affolement général et l’obscurité, les fermiers tirent dans le tas et égratignent sévèrement le chef de la bande54. Le rapport du chirurgien est éloquent : « Nous avons remarqué à la partie postérieure du fémur quatre grains de plom pénétrant dans les chairs costé gauche, plus douze grains sur la partie postérieure de la jambe à l’androit de l’articulation du fémur et du tibia ce qui nous parroit préjudicier à la suite le mouvement de cette partie ou la mettre dans le danger. Plus nous avons remarqué à la partie supérieure et postérieure du tibia du mesme costé gauche quatre grains de plom, de plus un autre grain de plom à la fesse droite. Tous lesquels ponctuent les chairs55. » Il semble que les coups de feu des fermiers aient été guidés par un réflexe de survie. Il faut dire que les braconniers étaient mal intentionnés et avaient décidé de les rouer de coups. Finalement, le braconnier s’en sort bien, car des coups de feu tirés dans le noir auraient pu atteindre des organes vitaux. Pour faire face à cette violence dont ils sont les victimes désignées, les fermiers sont obligés de s’armer et il n’est pas rare de les voir acheter, lors des ventes, des fusils, des couteaux et autres objets contondants. D’autres malfrats, surpris en pleine action de pêche illicite, n’hésitent pas à se lancer dans de véritables joutes nautiques où les rames deviennent des armes redoutables. Les bandits qui viennent harceler les pêcheurs de l’abbaye de La Joie les poursuivent et leur assènent des coups de rames au risque de les faire chavirer56. L’intention n’est plus de faire peur mais de blesser. Parfois, l’intention se transforme en acte. Les passeurs sont la cible d’individus particulièrement violents. Certains passagers les menacent d’une canne ou d’un bâton et vont même jusqu’à mettre leur vie en danger, même si le meurtre est ordinairement accidentel. Le scénario de la violence suit toujours le même cheminement. Les insultes pleuvent et les coups finissent par atteindre celui qui conduit la barge. Le 8 février 1763, Mathieu Derrien et son épouse Marie Le Donf, tous deux passeurs à Concarneau, sont victimes de coups portés par un certain Pelleter aidé par quelques complices57. Ils ont été molestés « tant à coup de bâtons que de pieds » alors qu’ils étaient en train d’effectuer un passage. Souffrant de multiples contusions, ils menacent les coupables de les ester en justice. Finalement, les coupables s’excusèrent et furent obligés de payer 250 l pour dommages et intérêts. Les coups de bâton et les jets de pierres sont le lot presque quotidien des fermiers. En 1551, les trois fermiers des droits de pêcheries et sécheries de Cornouaille se plaignent des pêcheurs de Moëlan et de Doëlan qui refusent de payer ce devoir. Ils envoient alors des gens pour les contraindre par la force à régler leurs dettes. Ils sont plutôt mal accueillis car « ils ont esté mesnassés et chassés à coutz de pierres et bastons58 ». Lorsqu’on ne dispose pas de bâton, on frappe avec ce que l’on a sous la main. Le 26 novembre 1781, Claude Boutibonne, négociant de vins à Quimper, intente un procès à René Le Madec au sujet du droit de bouteillage de Coatfao Pratanras, consistant en cinq pintes de vin « à prendre sur chaque batiment qui débarque de cette marchandise sur les quais de Quimper59 ». Notre homme refuse de payer ce droit et est condamné à payer 20 livres, 16 sous et 6 deniers au suppliant pour dommages et intérêts. Il convient d’ajouter que le sieur Boutibonne était domicilié à Quimper et qu’il connaissait l’existence de ce droit de bouteillage. Le commis du seigneur de Coatfao, jugé ivre par notre homme, aurait refusé de lui expliquer les usages de ce droit, si bien que Claude Boutibonne s’énerva et le frappa violemment de quelques coups de canne. Il faut ajouter que le fermier avait visité ses magasins à maintes reprises et que, finalement excédé par ce harcèlement quotidien, Boutibonne avait fini par libérer ses instincts, d’autant qu’il jouissait de sérieux appuis dans le milieu de la magistrature quimpéroise. D’une façon générale, tout comme dans les zones rurales, les blessures simples se commettent avec des bâtons ferrés servant à la marche, des cannes ou des pierres60. Les rames sont des armes exclusives au monde maritime. Les couteaux et les fusils sont particulièrement courants et servent le plus souvent à intimider. L’usage d’une arme à feu sert davantage à faire du bruit et à faire peur qu’à blesser. Tout homicide entraînant la mort est alors purement accidentel. Si les bâtons ferrés meurtrissent les têtes, les plombs des fusils atteignent plutôt les jambes. L’arme à feu ne sert donc pas à donner la mort. Ces hommes qui défient sans cesse l’autorité et les biens des fermiers sont des délinquants de proximité, connaissant parfaitement bien les lieux où ils accomplissent leurs forfaits. Connus de tous, ils entretiennent un climat de méfiance et de peur. Craints et parfois redoutés, ils font régner la loi du silence.

10Les fermiers, représentants palpables de l’autorité seigneuriale, sont des hommes détestés et enviés. Menant une véritable chasse à courre aux fraudeurs et autres braconniers occasionnels ou professionnels, ils sont les vecteurs d’un climat de tension quasi quotidien. Confrontés à cette ambiance détestable, certains veulent profiter de leur ferme pour en demander toujours davantage faisant ainsi preuve d’une grande malice. Victimes désignées d’un banditisme de proximité ou d’actes isolés, ils subissent les injures et les menaces de ceux qui les détestent ou qui contestent les droits seigneuriaux. Ne pouvant disposer de l’aide des populations, soumises à la loi du silence et craignant les représailles, c’est seuls qu’ils doivent se défendre. Des attaques verbales à l’homicide il n’y a qu’un pas qui est vite franchi. Injuriés, molestés, roués de coups, tel est le quotidien des fermiers, qui de jour comme de nuit ne pensent souvent qu’à protéger leurs intérêts. Enervés, poussés à bout, certains courent les ventes pour se procurer une arme à bon prix. C’est pour se défendre et protéger leurs biens matériels que dans l’affolement général ils appuient sur la gâchette. Ne cherchant pas à tuer mais tentant d’effrayer, c’est dans l’obscurité qu’ils commettent l’irréparable. Les coups portés au hasard finissent souvent par meurtrir les corps. Rarement prémédité, l’homicide est le fruit d’une confusion extrême et de tempéraments chauffés à blanc. Si la violence verbale et les menaces sont banales, les homicides demeurent assez exceptionnels.

Notes

1 Archives nationales, Marine C 5/21, f° 355.

2 Archives départementales du Finistère (ADF), 5 H 39, 29 novembre 1727.

3 ADF, 1783, Procédure Merrien.

4 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ADCA), 1 E 1481.

5 Idem, 1555. Assignation aux pêcheurs de Tréffiagat devant le commissaire pour y venir reconnaître le droit de pêcherie de Penthièvre.

6 Id., 19 décembre 1556. Écrit des habitants de la trêve de Saint-Guénolé.

7 ADCA, 1 E 1476, 14 avril 1573. Extrait de la pancarte des droits d’entre Couesnon et Arguenon délivré par la chambre des Comptes à Henry Boullain, fermier. 5 janvier 1605. Requête de Madame de Mercœur au commissaire nommé par le Parlement.

8 ADCA, 1 E 1480, 19 septembre 1603.

9 Idem, 10 mars 1626, Écrit de Geoffroy Grossin et consorts, habitants de Cancale, contre César de Vendôme, au sujet de la perception du droit sur les morues.

10 Id.

11 ADCA, 1 E 1479.

12 Idem.

13 Id.

14 ADCA, G 159.

15 ADF, 1 H 67.

16 ADF, 2 H 147.

17 ADF, 1 H 67.

18 ADF, 5 H 38, 15 mars 1476.

19 Idem, 16 octobre 1477.

20 Id., 17 février 1524. « Présentation de la communauté donnée à Salmon, procureur fiscal, pour agir au procez contre les marchans de Kemperellé, qui refusoient de payer le droict du port ». Ce procès avait commencé en 1523.

21 Martin (Pierre), Les droits maritimes de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé sous l’Ancien Régime, DEA, Université de Rennes II, dir. Gérard Le Bouëdec, 1999, 3 vol., 518 p.

22 ADF, 5 H 37. 16 novembre 1675.

23 ADCA, 1 E 1480.

24 Idem, 19 septembre 1603.

25 Id., 11 janvier 1615.

26 Id., 13 septembre 1706.

27 Id., 1706-1707.

28 Id.

29 Id., 25 février 1707. À Saint-Servan, le 5 novembre 1709, c’est 142 quintaux de fer qui sont déchargés frauduleusement en plein après-midi. En 1758, 30 tonneaux de vin sont saisis par le sieur Jean-Robert Granville, régisseur des droits d’entrée entre Couesnon et Arguenon. Le sieur Hébert, marchand malouin, voulait les transporter dans ses magasins à Cholet sans avertir le fermier des devoirs.

30 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité. Braconnages et braconniers en Bretagne sous l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Rennes, PUR, 3/2001, t. 108, p. 57-67.

31 Archives départementales du Morbihan (ADM), 60 H 67.

32 ADCA, 1 E 1481.

33 Idem.

34 Id.

35 ADF, 31 C 1/160, collationnés d’un arrêt de la cour du 22 septembre 1542 et d’une sentence rendue au présidial de Quimper le 18 juillet 1546.

36 Quéniart (Jean), Le grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, Apogée, Rennes, 1993, p. 69 : « […] La visibilité se réduit, où grandit le sentiment d’insécurité, la peur génératrice de confusions et d’accidents, celles enfin où l’on tue pour se défendre, ou pour défendre ses biens, ou tout simplement parce qu’on a peur d’un homme ivre. »

37 ADCA, 1 E 1480.

38 ADF, 20 B 4452.

39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), 5 B 86, 7 avril 1684.

40 ADIV, 5 B 87.

41 ADIV, 5 B 85, 4 septembre 1683. Procédure.

42 ADIV, 5 B 100, 27 juillet 1690. Procédure.

43 Id.

44 ADF, 20 B 4452.

45 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité… », op. cit., p. 66.

46 ADIV, 5 B 120.

47 ADIV, 5 B 100.

48 ADIV, 5 B 85.

49 Idem.

50 ADF, 5 H 39, 29 novembre 1727.

51 ADF, 20 B 4421. En 1781, le sieur Boutibonne de Quimper finit par jeter dans l’Odet les ustensiles de mesure du fermier du droit de bouteillage de Coatfao Pratanras.

52 Martin (Pierre), « Le saumon, un poisson convoité… », op. cit., p. 63.

53 ADCA, 108 J 42.

54 ADF, 20 B 4437.

55 ADF, 20 B 4452.

56 ADM, 60 H 67.

57 ADF, 4 E 216/56.

58 ADCA, 1 E 1481.

59 ADF, 20 B 4421.

60 Quéniart (Jean), Le grand Chapelletout…, op. cit., p. 34.

Auteur

Professeur certifié
Université de Bretagne Sud – SOLITO

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540