Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Introduction

Mickaël Augeron et Mathias Tranchant

Texte intégral

1S’il est un thème universel, c’est bien celui de la violence, dont les multiples manifestations sont toujours très présentes dans les préoccupations et l’actualité contemporaines. Qu’elle soit l’expression de frustrations, d’angoisses ou d’antagonismes irréconciliables, elle marque consciences et inconscients de traces souvent durables et douloureuses : elle peut alors engendrer des réactions que l’on pourrait qualifier de « passives » (inhibition, repli, isolement, communautarisme) ou d’« actives » (agressivité, surenchère, négociation). Quel que soit son visage, elle porte en elle, dans une ébauche d’énergie souvent anarchique, les pulsions contradictoires de vie et de mort, d’envie et d’ennui, de construction et de destruction, inhérentes à tout individu et à toute société. Elle peut s’exprimer individuellement ou collectivement, physiquement ou psychologiquement, par le geste ou la parole. Elle peut être le fruit de l’impulsion ou de la préméditation, de la peur ou de la colère, de la haine et du mécontentement, du désir et de la tentation.

2La recherche n’a de ce fait pas attendu les projecteurs de l’actualité pour se pencher sur ce phénomène. C’est depuis longtemps un objet d’étude privilégié en sciences humaines et sociales, notamment depuis une dizaine d’années. S’agissant du fait maritime – c’est-à-dire des activités humaines en relation avec la mer – durant ces dernières décennies, c’est aux historiens que l’on doit (en France tout du moins) l’essentiel des études relatives à la violence. Toutefois, le thème ne fut longtemps exploré que sous l’angle de « l’histoire bataille », avec pour sujet principal la guerre sous tous ses aspects (batailles navales, course, piraterie).

3En prenant pour focale le thème de la violence, ce colloque entend dépasser les limites historiographiques et disciplinaires imposées jusque-là, et suivre le sillage tracé par les travaux novateurs de quelques pionniers comme Jacques Bernard, Alain Cabantous ou Pablo Emilio Pérez-Mallaína Bueno. Ces derniers ont en effet ouvert de vastes champs d’analyses sur les rapports entre l’Homme et la Mer, et engagé d’innovantes réflexions sur la violence maritime. Dans cette perspective, les organisateurs ont souhaité non seulement faire le point des connaissances, mais aussi proposer de nouvelles orientations, en particulier par des approches conceptuelles et méthodologiques renouvelées.

Comment comprendre et quel sens donner à la violence maritime ?

4Telle est pour résumer la problématique posée par ce colloque. Afin d’y répondre, il faut nous livrer à une analyse dichotomique (binaire) de la question, « Violences de la Mer et Mers de violences », qui permet d’aborder autant les violences de l’environnement marin que celles produites par les Hommes.

5Les violences de la mer (cf. Grand Robert : force irrésistible, néfaste ou dangereuse ; fureur, éclatement, déchaînement, impétuosité des éléments naturels) se déclinent en deux catégories, selon le groupe social dont est issu celui qui les éprouve. Elles relèvent en premier lieu de l’expérience objective des gens de mer, et des marins en particulier, personnes dont le métier les met au contact permanent des dangers maritimes. Leurs manifestations se résument en deux périls essentiels : la tempête, qui balaye les côtes, disperse les navires, engloutit les hommes et leurs biens ; le naufrage, que produit la tempête bien sûr, mais aussi les avaries, les courants et les hauts fonds. Ces violences sont décrites de plus en plus précisément dans les routiers, les portulans, les cosmographies, les traités scientifiques et les récits de voyages médiévaux et modernes. C’est notamment sur la base de ces sources que l’on saisit la perception qu’avaient les gens de mer de leur environnement professionnel. Par ailleurs, les violences de l’élément marin sont aussi celles vécues ou fantasmées par les gens de terre. Elles comptent, en plus des manifestations précédentes, les dangers de l’étrange et de l’inconnu : poissons et cétacés, profondeurs, horizon, brumes – inoffensifs en eux-mêmes – sont autant de mystères propagateurs d’angoisses. Ces dernières traversent les âges. Elles sont pour une bonne part héritées de la mythologie antique et sont décrites dans l’art et la littérature ecclésiastiques et profanes à l’aide d’un langage et d’un imaginaire fantasmagoriques, mêlant scènes infernales, bestiaire monstrueux, rhétoriques religieuses et superstitions. On est ici dans le domaine des images et des figures, métaphores inconscientes des tourments de l’Être.

6Les violences produites par les hommes (cf. Grand Robert : force brutale pour soumettre quelqu’un ou exprimer des sentiments ; agressivité, colère, révolte, irascibilité) procèdent soit de circonstances fortuites, soit d’une véritable préméditation, voire d’une organisation préalable. Les plus visibles et les plus lisibles sont effectivement les violences relatives à la guerre, inhérentes à des antagonismes politiques (guerre de Cent Ans par exemple), économiques (concurrence entre ports, entre États, commerce interlope) et religieux (guerres de Religions). Elles se manifestent dans les combats navals ou les raids côtiers et se traduisent par des atteintes aux biens et aux personnes (blessures, morts, viols, rapts, destructions, etc.). Toutefois, on ne saurait occulter les violences quotidiennes – moins perceptibles il est vrai – propres à la vie à bord des navires ou dans les ports, quelles soient physiques ou psychologiques (querelles en tous genres, rixes, hiérarchies, exclusions). Elles relèvent généralement de la rudesse du métier, de la brutalité et de l’avidité de bon nombre de marins, ainsi que de la promiscuité imposée aux gens de mer, des hommes de langues, de cultures, d’origines sociales et de nationalités différentes. En définitive, le brassage que génère l’activité maritime implique la multiplication des échanges, mais aussi des antagonismes et des incompréhensions.

7Au-delà des analyses typologiques des causes, des manifestations et des conséquences de ces violences, il nous faut aussi nous pencher sur les moyens développés pour les contrôler voire y obvier. Leur remédiation s’opère à plusieurs degrés. Au niveau technique et scientifique, l’approfondissement et la transmission des savoirs expérimentaux et théoriques permettent, repoussant les limites de l’ignorance, de sécuriser davantage les corps et les esprits. D’un point de vue politique, les traités, privilèges et sauf-conduits accordés aux ressortissants de nationalités étrangères tendent à pacifier les communications maritimes. À l’échelon juridique, le contrôle de la violence ressortit à l’émergence d’une jurisprudence commune sur la base notamment des Rôles d’Oléron, à la création et au perfectionnement – bien lent il est vrai – des amirautés et juridictions spéciales, ainsi qu’à la distinction réalisée entre violence légale (course) et illégale (piraterie). Sur le plan économique et social, la remédiation prend forme dans les statuts urbains et la création d’associations professionnelles, réunissant des gens de mer d’une même ville ou d’une même région et régissant les comportements au sein de la communauté. S’agissant enfin des initiatives religieuses, la lutte contre la violence maritime relève de sa condamnation morale, mais aussi de la diffusion et de l’exercice de la foi à bord des navires et dans les ports.

8Au regard de son étendue, il aurait été illusoire de vouloir traiter – en une trentaine d’articles – ce sujet dans sa globalité spatiale et temporelle. Aussi a-t-il été choisi de centrer l’attention des intervenants sur l’Atlantique (océan, mers bordières, littoraux, villes-ports), un espace suffisamment riche en traditions maritimes pour permettre des approches comparatives. Il est à la fois l’héritier des grandes explorations de la fin du Moyen Âge, le laboratoire d’expérimentation d’une expansion océanique européenne qui s’est étendu à l’ensemble des mers du globe, et un espace de confrontation et de synthèse – voire de syncrétisme – pour les sociétés maritimes qui le fréquentent et l’animent. D’autre part, la période choisie, xiie-xixe siècles, a pour avantage d’ouvrir la réflexion sur le fameux « temps long » – cher à Fernand Braudel – et de mettre en évidence temps de ruptures ou de continuités. Le xiie siècle correspond au début de l’internationalisation des échanges ainsi qu’à l’accélération de la diffusion des modèles culturels. Au-delà du xixe siècle, les transformations profondes produites par « l’industrialisation » des activités maritimes engagent brutalement les hommes dans une nouvelle ère de relations avec la mer qui constitue un champ de recherches à part entière.

9C’est dans ce contexte que nous avions initialement proposé d’engager les travaux autour des thématiques suivantes :

  1. vivre la violence (environnement marin, navire) : peurs, silences, bruits, odeurs, gestes, toucher, mouvements, sensibilités ;
  2. violences (spontanées, organisées) subies au quotidien, à bord comme à quai : violences verbales, violences physiques, violences psychologiques ;
  3. le « terrien » (migrants, voyageurs) face à la Mer : images de violences, violences des images ;
  4. pratiques, techniques, mythes, légendes, religions, traditions populaires : une ou des cultures de la violence ? ;
  5. gérer, canaliser, exploiter la violence : les pouvoirs spirituels et temporels face à la violence.

10En somme, ce colloque pluridisciplinaire se propose d’examiner les multiples aspects de la violence maritime, dans l’aire atlantique, du xiie au xixe siècle, avec trois objectifs principaux : réunir des spécialistes de différentes disciplines autour d’un thème qui intéresse les divers champs de l’histoire du « fait maritime » (politique, économique, social, juridique, culturel, religieux, technique, linguistique, environnemental, etc.) ; favoriser une approche comparative de la question, tant dans l’espace que dans le temps ; et engager, sur cette question, le dialogue avec la recherche étrangère. C’est à cette aventure que nous vous convions, tout en remerciant très chaleureusement l’ensemble des participants. Le cap étant fixé, il est temps désormais de lever l’ancre et de mettre les voiles.

Auteurs

Université de La Rochelle
Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540