Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Troisième partie. Regards sociaux

Transitions industrielles et identités ouvrières : la trajectoire d’un ouvrier fougerais du granit vers l’électronique

Annie Gouzien

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

Introduction

1La trajectoire industrielle du Bassin fougerais est fertile en mutations et diversifications. Aux mono-industries du cuir et du granit, l’une plutôt urbaine et l’autre plutôt rurale, succèdent des cohabitations industrielles produites par les décentralisations d’après-guerre. Ces transitions industrielles s’inscrivent dans les trajectoires et identités ouvrières.

  • 1 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Seuil, 1991.

2Nous cherchons dans le présent article à éclairer les processus d’adaptation ouvrière aux transitions industrielles en accordant une attention centrale aux rôles des médiations collectives intermédiaires (la famille, l’atelier, l’entreprise, le syndicat) dans ces processus. Cette attention sélective tient à l’hypothèse que nous formulons de leur fonction centrale dans les phénomènes d’adaptation au changement social en raison de leur position intermédiaire entre l’individu et la société globale. Elles constituent différents « nous1 » qui contribuent à la production d’identités collectives et qui constituent des substrats de la socialisation individuelle. C’est à la dimension intéractionniste de la relation « je-nous » analysée dans le matériau biographique recueilli dans le cadre d’un récit de vie d’un ouvrier fougerais issu du granit et reconverti dans l’électronique que nous nous attacherons pour cerner ces phénomènes transitionnels.

  • 2 Alain Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ? : égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

3Une telle approche pourrait constituer une contribution modeste au débat ouvert par Alain Touraine2 sur la question d’une dissociation irréductible entre l’économie et la culture, entre le socio-technique et le symbolique, entre l’instrumental et le communicationnel, liée à la thèse de la disparition de ces médiations collectives qui selon l’auteur déporterait la question de l’être en société vers une problématique du sujet. Assiste-t-on à une dissociation entre le je et le nous comme trait marquant des sociétés contemporaines parfois qualifiées de post-modernes ou ce lien se préserve-t-il malgré tout et sous quelles formes ? Se préserve-t-il sous la forme d’ancrages collectifs significatifs et pertinents dans l’environnement de travail ?

  • 3 Daniel Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997.

4Pour tenter de répondre à cette question, nous optons pour une exposition qui aborde successivement les dimensions historiques, structurelles et subjectives3 présentes dans ce matériau biographique. Dans un premier temps nous présentons cette trajectoire ouvrière en insistant sur les processus sociaux, opportunités, contraintes, choix qui contribuent à sa construction. Dans un second temps, nous présentons comment le champ relationnel où se trouve inscrite la personne se modifie, notamment celui des relations professionnelles et du syndicalisme, et dans un troisième temps nous cherchons à apprécier l’impact de ces transformations sur l’identité ouvrière à partir de l’intériorisation du processus intégration-désintégration de la dynamique je-nous.

Du granit à l’électronique : une trajectoire ouvrière
individuellement ascensionnelle
mais générationnellement incertaine

5La réponse de cet ouvrier de l’électronique à la sollicitation par l’enquêteur du récit de sa trajectoire professionnelle s’inscrit d’emblée dans un horizon temporel large qui insère sa propre trajectoire entre celle de ses ascendants (grands-parents et parents) et celle débutante de ses enfants. C’est donc le groupe familial qui se trouve d’emblée associé à la conduite et à la projection de sa trajectoire et aux choix qui débordent d’ailleurs le seul champ du travail. Le nous familial est donc extrêmement présent et, on le verra plus loin, jusque dans les formes changeantes de l’engagement syndical qui constitue notre point central d’interrogation.

6On pourrait dire que le parti pris narratif de l’insertion de sa propre trajectoire dans celle de la lignée familiale inscrit cette dernière dans la trajectoire industrielle fougeraise du début à la fin de ce siècle. Se trouvent ainsi condensées dans cette expérience familiale les grandes mutations productives et sociales du xxe siècle. Ses origines agricoles sont perceptibles dans ses choix résidentiels. Il est issu du canton rural et granitier de Louvigné-du-Désert où il demeure et y préserve un mode de vie rural voire agricole quand il consacre une bonne partie de son temps libre à la culture d’un potager, l’élevage de quelques moutons et l’exploitation d’un petit espace boisé. Il tient dit-il son goût du travail de la terre de ses grands-parents fermiers à Bazouges (Mayenne). Celui-ci est d’ailleurs symboliquement représenté dans le jardin de devant où trône une magnifique charrue. Son père quitte la ferme familiale pour le métier de Picaou, de tailleur de pierre. Son engagement professionnel n’épouse pas la forme transitoire bien développée dans le bassin de Louvigné-du-Désert de conciliation entre le travail de la carrière pour le mari et de la tenue d’une petite ferme par l’épouse. Il y fait toute sa carrière de 1935 jusqu’en 1970 et y introduit son fils dès la fin de la scolarité obligatoire, en 1965, pour qu’il y effectue son apprentissage au métier et son entrée dans le monde des hommes.

7Le début de sa vie professionnelle s’inscrit de fait dans celle d’une destinée familiale conduite par son père selon une logique de détermination traditionnelle peu mise en cause.

« Tous les copains qui ont mon âge, à 14 ans, on y pensait peut-être un an ou deux avant, on attendait que ça. Oui parce que de toutes façons on n’avait pas le choix, y avait que ça. »

8C’est également son père qui réoriente sa destinée ouvrière en anticipant les opportunités industrielles offertes par la décentralisation des années soixante-dix.

« À 19 ans, il y a eu une annonce dans les journaux, c’est mon père qui me l’a dit. On était deux ou trois de Louvigné à s’être inscrits, les autres ne savaient pas […]. Il sentait bien qu’un gamin de 14 ans dans les carrières […] c’est pas tellement l’avenir et puis c’est dur, il savait bien de quoi il causait, qu’arrivé à 40-50 ans on est usé et la retraite c’est qu’à 65 ans. Il y en avait peut-être une bonne moitié qui y arrivait mais un an ou deux après, ils étaient morts. »

9L’essentiel de sa trajectoire professionnelle recoupe ainsi la trajectoire industrielle de la grande entreprise fordienne de Fougères. Celle-ci offre une sortie par le haut, du point de vue des conditions salariales, à nombre d’ouvriers fougerais : reconversion pour les transfuges de la chaussure licenciés après des années de marasme ou pour les ouvriers granitiers qui souhaitent quitter leur branche ; débouchés plus intéressants pour les ouvriers métallurgistes des entreprises implantées plus anciennement à Fougères ; et opportunités nouvelles pour des ruraux condamnés jusqu’alors au sous-emploi. Cette perspective sociale ascensionnelle favorise le passage entre ces deux mondes industriels très éloignés.

« Quand je suis parti, je faisais 600 F, quand je suis rentré à la SAGEM je faisais 900 F. C’est peut-être ça qui m’a poussé aussi. Parce que ça me faisait peur d’aller travailler en ville quand même car je ne connaissais rien du tout ! On était vraiment des arriérés à la limite. Le travail d’usine je ne connaissais pas du tout. »

  • 4 L’essentiel du travail de montage à la chaîne est assuré par un important département de jeunes ou (...)
  • 5 Les niveaux salariaux des ouvriers statutaires de la SAGEM s’alignent sur la moyenne fougeraise du (...)

10Une seconde rupture apparaît au début des années 1980 du fait de la transformation des normes productives et sociales de l’entreprise. La fin des marchés publics de long terme pour les télécommunications engage la direction d’entreprise vers une réorientation de ses stratégies industrielles en direction de marchés concurrentiels internationaux nettement plus imprévisibles. Une réorientation productive s’ensuit avec la reconversion interne des ouvriers métallurgistes vers l’activité principale de montage et de contrôle de la production électronique ainsi que, plus tardivement, au début des années 1990, une réorientation des modalités de gestion de la main-d’œuvre sous la forme d’une dualisation entre un salariat statutaire et un salariat intérimaire4. Ces changements modifient la nature de ce salariat statutaire5 qui représentait jusqu’alors une quasi-aristocratie ouvrière sur Fougères, ainsi que les cadres futurs de la destinée ouvrière offerte à leurs enfants dès lors qu’ils ne parviennent pas à éviter l’orientation vers l’industrie.

11Notre ouvrier de l’électronique négocie sa reconversion interne en obtenant un poste de réception de produits qu’il redistribue ensuite dans l’ensemble de l’entreprise. Il est parvenu à éviter le travail à la chaîne du fait de son engagement dans les responsabilités électives et syndicales dans l’entreprise une dizaine d’années après son embauche.

« J’ai fait le tour à la SAGEM, sauf les lignes parce que je ne veux pas. On ne m’a pas demandé d’y aller, vu mon caractère ils ont bien vu que c’était pas la peine d’essayer. Comme je suis délégué, ils se sont dit c’est pas la peine, on a des heures à prendre […] ça bloque la ligne. Donc en général ils ne mettent pas de délégués sur les lignes. »

12En revanche, le poste actuellement assuré lui garantit une grande liberté de circulation dans l’ensemble de l’entreprise particulièrement congruente avec ses responsabilités sociales.

« Je suis à la réception […] je reçois tous les colis. J’y suis tout seul. Je distribue ce que je reçois. Je vais dans tous les magasins et je fais toute la SAGEM, enfin tous les ateliers. Je circule partout, je vois plein de monde. »

13Ses propres enfants qui se sont engagés, pour son fils, vers un bac professionnel de gestion, et pour sa fille, vers un bac professionnel de bureautique, se retrouvent, respectivement, le premier, en emploi précaire dans une entreprise de cartonnerie de Fougères et la seconde, intérimaire à la SAGEM, sur les lignes de montage.

De l’apprentissage du syndicalisme
dans un « système industriel local » à l’engagement
dans un syndicalisme centralisé de groupe

14L’entrée dans le monde ouvrier des granitiers et l’engagement syndical sont simultanés. Des liens denses unissent la sphère relationnelle familiale, syndicale et de travail. Ils se traduisent, on l’a vu, par la maîtrise familiale ou du moins paternelle de la socialisation professionnelle du jeune, élargie à celle du groupe ouvrier qui prend le relais de la socialisation paternelle. Les différents nous s’imbriquent donc étroitement.

« 6 à 7 mois avant […] j’allais toujours à l’école et puis le jeudi j’allais dans les carrières avec mon père. Il m’apprenait. Je faisais du pavé et le pavé que je faisais, il me donnait de l’argent. Quand mon père m’a dit : “Bon ! Tu vas dans les carrières” […] j’avais 14 ans et demi, je faisais 1,50 m et 40 kg. Quand je suis arrivé dans les carrières devant des bonhommes qui faisaient 1,75 m et 100 kg j’ai pleuré car mon père m’avait laissé sur le bord de la route. Il m’a dit : “Tu y vas tout seul”, j’pensais qu’il serait venu avec moi. Il m’a dit : “La carrière est là-bas au bout du chemin, tu y vas”. Je connaissais bien cette carrière-là mais c’est pas dans celle-là que j’ai été. C’est dans l’autre plus loin. Le patron avait deux carrières et j’ai pas été dans celle où mon père travaillait. C’était pour ça que j’étais pas malin. Je suis arrivé en pleurant mais ils m’ont bien accueilli, ils étaient gentils et tout et après il y avait des coutumes, ils m’ont dit : “Est-ce que tu es venu avec deux litres de vin ?” Parce qu’il fallait payer à boire en arrivant. »

  • 6 G. Beccatini, « Le district marschallien : une notion socioéconomique » ; Christian Courlet et Ber (...)
  • 7 Max Weber, Économie et société, t. 2 : L’organisation et les puissances de la société dans leurs r (...)

15Cette imbrication étroite des rapports sociaux de travail et familiaux ne concerne pas uniquement le groupe ouvrier mais aussi les relations entre ouvriers et patrons constituant par-là une des caractéristiques centrales du modèle des systèmes industriels locaux6 auxquels appartiennent les industries fougeraises du granit et du cuir, du moins jusqu’à la dernière guerre, pour leurs formes les plus typiques. Ces mondes industriels sont marqués par le poids des communautés familiales et de voisinage comme communautés d’économie pour reprendre l’expression de Max Weber7. Si elles se traduisent sur le plan de l’organisation productive par des coopérations et des interdépendances locales entre industriels, elles se traduisent aussi sur le plan de l’organisation sociale par la puissance des liens familiaux dans les modes de construction et de direction des entreprises. L’encastrement des rapports salariaux dans les rapports de parenté unit ainsi également patronat local et groupe ouvrier contribuant à produire ces rapports sociaux qualifiés de paternalistes où le rapport de domination sociale et d’exploitation économique est partiellement masqué par la dimension interpersonnelle et familiale des relations. Ces liens familiaux étaient par ailleurs tout particulièrement mis à profit par le patronat pour contrebalancer les tentatives de développement de rapports de droit dans les entreprises.

« Chez M. R., c’était l’ancien maire de Hédé, il avait pas mal d’ouvriers, c’était de sa famille. Il avait des neveux… plusieurs de sa famille […] Je l’ai vu mon père délégué ! C’était un affrontement… c’était lamentable de toutes façons. Au moment des élections, c’était des magouilles pas possibles parce que dans les carrières, surtout à Hédé, le patron allait voir tous ceux-là, puis il leur disait : “Bon M. T., il faut pas voter pour lui.” Mon père me l’avait dit, il savait très bien que le jour des élections il allait être éliminé ! C’était le seul pourtant ! Mais le patron n’en voulait pas parce qu’il était embêté par mon père, il savait défendre les ouvriers et puis il était même plus fort que le patron qui n’y connaissait rien du tout même pour organiser les élections. »

16Notre futur ouvrier de l’électronique reçoit donc l’empreinte simultanée, d’autant plus forte que transmise précocement et, significativement, du fait du rôle paternel, de la nature dense, chaleureuse, mais aussi très conflictuelle des rapports sociaux de travail.

17Le monde du granit, et plus généralement celui des systèmes industriels locaux, est opposé au monde fordien de l’électronique sous différentes dimensions. À l’immersion des entreprises granitières dans les réalités sociales et politiques rurales locales s’oppose la position d’entreprise citadelle de la SAGEM extérieure au pays de Fougères tant du point de vue de sa direction que de son encadrement. À la taille artisanale des entreprises granitières s’opposent d’abord les immenses ateliers d’usinage mécanique puis la production de masse taylorisée de produits électroniques. À l’homogénéité sociale des granitiers liée à la transmission familiale du métier s’oppose la diversité des origines industrielles des ouvriers de l’électronique ; enfin à un rapport au syndicalisme fondé sur une lutte acharnée et quotidienne pour sa simple existence dans l’entreprise s’oppose son institutionnalisation dans le cadre d’un système de relations professionnelles de groupe extrêmement verticalisé et centralisé.

18L’entrée dans la grande entreprise fordienne de Fougères constitue ainsi un véritable choc culturel, une véritable acculturation à plus d’un titre même si la transition est sans doute facilitée par la médiation paternelle ainsi que par les stratégies de délocalisation rurale du recrutement par l’entreprise.

« Il fallait s’inscrire à la mairie de Louvigné pour travailler à la SAGEM à Fougères. Cette journée s’est bien passée parce que je m’en rappelle même plus, ça m’a pas marqué. Je me suis présenté, j’ai passé les tests. C’était à la mairie. Comme j’étais assez débrouillard alors ils m’ont dit : “C’est bon”. »

19La contribution individuelle à la constitution de la section d’établissement ne se produit qu’au bout de dix ans car les premiers contacts apparaissent répulsifs.

« Oh ben oui, on était pas trop rentré que la CGT nous a sautés dessus ! Alors j’ai pas été à la CGT, j’aurais bien voulu mais à chaque fin de mois elle me disait : “Tu me dois tant, tu me dois tant.” J’ai dit : “Si c’est ça… si c’est pour l’argent, j’arrête ! Si c’est ça… le syndicat”. »

20On peut le comprendre par le fait que la SAGEM constituait sans doute un véritable melting-pot des cultures syndicales fougeraises mais il est particulièrement intéressant de noter que son engagement s’opère à l’occasion d’une situation interactionnelle particulièrement significative pour lui : mobiliser des contre-pouvoirs collectifs et de droit face à une situation interindividuelle et hiérarchique. Celle-ci permet la remobilisation des habitus syndicaux précoces et le processus d’intégration dans le nous syndical.

« Je suis entré à la CFDT. C’était suite aussi à […] moi je me suis engueulé avec un contremaître […] je me laissais pas faire. Il m’avait fait une vacherie ! Je lui ai dit : “Attends, je vais aller voir le syndicat”, je suis allé les voir et ils m’ont défendu et après ils m’ont dit : “Tu veux pas venir avec nous ? aux élections ?” J’ai dit : “Pourquoi pas ?” »

21À cette période faste de la reconstitution d’un nous syndical succède progressivement, en rapport avec l’affaiblissement du modèle fordien et l’affirmation de logiques industrielles plus concurrentielles, une phase plus critique. Elle est marquée par les difficultés voire l’impuissance syndicale à peser sur l’évolution des rapports salariaux dans l’entreprise. La forme centralisée de la négociation collective relativement congruente avec l’amélioration de la condition salariale quand son principal rôle tenait dans la fonction de redistribution des gains de productivité contribue dorénavant à sa dégradation quand elle aboutit de fait à l’imposition descendante de normes salariales fondées sur la flexibilité interne et externe de la main-d’œuvre et sur l’individualisation des revenus.

« Il n’y a plus de grille de salaire depuis 88-89. Maintenant ça suit le cours de la vie. Si c’est 2 % en fin d’année on a 2 % et puis… terminé ! Bon, des fois ils donnent un peu plus à certains, moi je sais qu’il y en a qui ont même zéro en fin d’année. Je ne sais pas s’ils le méritent, de toutes façons, c’est les patrons, c’est eux qui jugent, c’est leur conscience… moi… donner zéro à un gars ça démotive. Les gens sont démotivés. »
« Leurs horaires… nous, on a voté contre mais c’est la direction qui voulait ça et puis FO ils ont dû se faire avoir… Le matin on commence à 4h15 et puis on finit à 14 h alors… les repas décalés et tout ! et le rythme biologique. Le PDG veut ça en haut, il sait même pas ce que c’est un être humain à la limite. Maintenant c’est à la SER, à Montluçon, à peu près partout. SER, ils [CFDT] sont majoritaires, alors ils ont refusé, ils ont tenu le choc plusieurs mois et ils ont eu des pressions de la part de la direction. Ils ont été convoqués un par un, les délégués, par le directeur et à la fin ce sont les ouvriers qui ont été poussés par… sans doute FO, la direction, la CGC… ils ont été voir les délégués CFDT en leur disant que s’ils veulent pas signer, les ouvriers vont se mettre en grève contre la CFDT… on a jamais vu ça ! ils étaient poussés quoi ! c’est des trucs… Alors bon… ils ont cédé, pourtant ils sont costauds SER, c’est pas des rigolos ! ils ont cédé quand ils ont vu que les gens étaient complètement fous. »

Identités ouvrières et processus d’intégration-désintégration
de la dynamique je-nous : tensions entre nous syndical,
d’entreprise et familial

22Le récit de vie de cet ouvrier de l’électronique exprime bien l’évolution des conditions d’actualisation, tout au long de sa trajectoire professionnelle, d’une identité de classe de type fusionnel transmise par identification forte au modèle paternel durant la période d’entrée dans la vie active. Cette identité de classe s’inscrit dans les missions historiques de la phase industrielle du mouvement ouvrier : développement du rapport, moderne, d’égalité par le droit, par opposition au rapport, traditionnel, de hiérarchie par le statut social. Elle a pour socle la défense de la dignité ouvrière fondée sur la production de droits et de solidarités collectifs. Il s’agit d’une identité de classe de type fusionnel quand l’engagement dans le nous souffre peu les différenciations individuelles d’intérêt.

  • 8 Michel Aglietta et Anton Brender, Les métamorphoses de la société salariale : la France en projet, (...)

23Les faits qu’il choisit de nous restituer comme expérience de son réengagement vers le syndicalisme dans le contexte nouveau pour lui de l’entreprise fordienne pourraient renvoyer à deux niveaux différents de réalité des rapports sociaux dans l’entreprise fordienne. Le rapport salarial fordien a pu être défini par des économistes régulationnistes8 comme un pacte entre patronat et salariat ouvrier reposant sur une garantie de redistribution constante de la valeur produite en direction du groupe ouvrier en contrepartie d’un renoncement de ce dernier à détenir un pouvoir sur les conditions concrètes de travail. L’organisation taylorienne du travail comme forme extrême du travail contraint, en étant l’expression achevée. La pratique syndicale légitime dans l’univers fordien tendrait ainsi à s’identifier principalement à la participation à la gestion institutionnalisée des rapports sociaux et très secondairement à des enjeux relatifs aux relations concrètes de travail. A contrario on pourrait rattacher le refus de notre ouvrier de l’électronique d’inscrire son réengagement syndical sous un sceau principalement institutionnel (payer sa cotisation à l’organisation) comme une inversion du modèle légitime. Il lui faut réexpérimenter le rôle du syndicalisme, d’abord comme force de résistance, de contre-pouvoir, face aux situations de domination et d’aliénation afin de conforter un engagement de type institutionnel. On pourrait conclure à une réactualisation paradoxalement réussie de ses habitus syndicaux de classe, propres au milieu du granit, dans un contexte fordien, qui constituent ensuite des ressources stratégiques d’évitement des situations de travail comme le travail à la ligne, qui l’obligeraient à les renier.

« Elles sont quatre heures sur les lignes. Si elles ont envie d’aller aux toilettes, elles n’y vont pas parce qu’il y a le responsable qui est là. Il y a toujours la pression et bon, ben les gens ont peur, tandis que moi… j’aurais été sur les lignes… j’aurais dit : “J’vais fumer ma cigarette et puis démerdez vous !” ou “J’vais aux toilettes et démerdez vous ! faites moi remplacer moi j’m’en fous !” »

24Encore très récemment, les positions offensives adoptées par son syndicat tant dans le cadre des négociations collectives du groupe que localement dans l’établissement, d’opposition à la flexibilisation interne et externe du travail, confortent ses habitus syndicaux d’origine. Mais s’il maintient son adhésion au nous syndical, en revanche, il exprime des tensions notables dans son rapport à la collectivité du groupe ouvrier dans son ensemble, qu’il désigne de façon très impersonnelle par « les gens », et, dans son rapport à l’inscription du nous familial dans ce groupe ouvrier via la place dévolue à ses enfants dans l’univers productif fougerais.

25Sur le premier point c’est, paradoxalement, la fêlure entre les représentations dominantes et les pratiques réelles relatives à une conception fusionnelle du groupe et de l’identité ouvrière, qui introduit un hiatus majeur entre son intégration syndicale et son intégration dans la collectivité ouvrière. La préservation, dans le groupe ouvrier, de la représentation traditionnelle du militant syndical dévoué voire sacrifié à la cause collective, qui n’a pas de légitimité à faire valoir ses intérêts stratégiques individuels, entre en contradiction avec les normes productives et de gestion de l’entreprise en ce qu’elles s’appliquent aussi aux syndicalistes même si dans le cas présent les événements auxquels elles donnent lieu ont surtout un caractère symbolique.

« Une fois en 28 ans j’ai eu une prime de 3 000 F. C’est là que je me suis rendu compte que les gens étaient aussi mauvais que ça ! Il y a deux ans j’ai eu une prime de 3 000 F. Ça n’avait rien à voir avec le travail tellement parce que j’avais fait un truc et un technicien l’avait dit à une personne, à une copine qui l’a dit. Elle m’a demandé : “Alors combien t’as eu ?” Je lui ai dit : “J’ai eu une prime exceptionnelle de 3 000 F”, alors elle, comme une traînée de poudre, elle va le dire à une autre personne et puis ça a fait le tour de la SAGEM ! Alors forcément les gens… : “Ah ben oui, T. forcément il est délégué, il s’est fait acheter !”
Faut s’méfier des gens. Ça crée des jalousies mais c’est pas normal ça parce que c’est la seule prime que j’ai eue en 28 ans ! Une fois, il y en a un qui m’a dit, il y a au moins une quinzaine d’années, j’m’en rappelle encore : “Toi t’en as pas besoin, t’es délégué c’est normal que t’en as pas”… Pof j’ai pris ça dans la gueule ! Ah oui ! c’est comme ça qu’ils parlent les gens ! »

26On peut penser que cette tension entre logique d’intégration fusionnelle dans le groupe (se dévouer à la cause collective) et logique stratégique individuelle (défendre ses intérêts propres) est d’autant plus sensible chez cet ouvrier que l’action syndicale apparaît surtout comme un lieu de possible mutualisation à des fins collectives des ressources des syndicalistes les mieux nantis intellectuellement et qu’une expérience difficile de la scolarisation a développé en lui un sentiment d’insuffisance de ressources intellectuelles et l’a très tôt dissuadé d’intérioriser les normes de promotion individualisée de carrière par la formation suscitées par l’entreprise.

« J’ai fait mon bonhomme de chemin… c’est vrai que ma carrière… je suis OS encore… J’suis pas passé professionnel… J’ai pas voulu m’embêter avec les études. Déjà un CAP de tailleur de pierres je l’ai eu de justesse. Je me suis toujours senti plus faible que les autres… niveau intellectuel, j’sais pas pourquoi… ça me bloque quoi ! »
« Et puis je suis rentré dans le syndicat en 79 mais il y avait des bons à Fougères, intelligents et tout et puis contre les patrons, ça me plaisait bien en plus, c’est ça qui me motivait. »

27Sur le second point, on assiste à une perversion du rôle du nous familial dans l’accès au monde du travail. La génération de cet ouvrier, à la différence de la génération de ses propres parents, a délégué à l’univers scolaire l’espoir d’une amélioration de la condition sociale des futures générations. Or non seulement le contexte général de crise de l’emploi dévalorise les titres scolaires les moins élevés et oriente les diplômés vers le salariat industriel mais le choix d’une gestion dualisée de la main-d’œuvre par les directions d’entreprise fait de la précarisation de la relation d’emploi des jeunes une condition de préservation du salariat statutaire des plus anciens. Ainsi les parents salariés statutaires dont les enfants sont intérimaires vivent un rapport inversé entre les générations par rapport au rapport expérimenté lors de leur entrée dans la vie. Non seulement, face à l’incertaine rentabilité professionnelle des titres scolaires, les réseaux familiaux se trouvent dépossédés de leur rôle d’insertion en milieu industriel mais encore, quand celui-ci s’opère par l’entremise des agences intérimaires c’est pour accéder à des formes très dégradées de l’emploi parfois présentées comme une condition de préservation des acquis des salariés statutaires.

« Nos enfants ont terminé les études et après c’est le chômage. Leur avenir surtout, je ne le voyais pas comme moi ! Pas mettre mon gars à 14 ans ou 16 dans les carrières. Alors là il était pas question. Moi je pensais qu’une fois leurs études terminées… et eux ils pensent pareil… trouver du travail… et ça ne se passe pas comme ça. Nous ça nous faisait peut-être drôle à 14 ans dans les carrières mais eux ça leur fait drôle aussi… Dans les écoles je ne sais pas ce qui leur apprennent mais pas grand-chose à mon avis ! C’est toujours pareil quoi ! À part les coiffeurs ou le secrétariat c’est bouché, il n’y a rien, c’est la majorité… à part bien sûr les avocats ou ceux qui peuvent faire des hautes études… mais pour nous… !! »

Conclusion

28La présentation de cette trajectoire professionnelle de transition du granit vers l’électronique nous amène à apporter une réponse nuancée à la thèse de l’affaiblissement des médiations collectives et de la dissociation entre la subjectivité individuelle et les identités collectives porteuses de sens. En effet, le premier enseignement que nous livre l’analyse de cette trajectoire réside dans la force de la socialisation primaire dont les habitus et les empreintes peuvent hiberner pendant de longues périodes avant de resurgir à l’occasion de la réémergence de situations typiques de sa genèse. On assiste ainsi chez cet ouvrier à la fois à une préservation forte d’une identité syndicale personnelle dans le cadre collectif d’une section d’établissement mais qui se trouve considérablement fragilisée par les difficultés de cette section à disposer d’un pouvoir effectif sur l’évolution des rapports salariaux dans l’entreprise. L’héritage fordien d’un système de relations professionnelles centralisé joint aux pratiques de gestion hyper-individualisée des salariés tendent à désolidariser le nous syndical du nous plus global des salariés de l’entreprise. L’absence de véritable processus local de négociation des normes salariales ne favorisant probablement pas, à un niveau individuel, les résolutions de tension entre intérêts collectifs et intérêts individuels, entre logique d’appartenance syndicale et logique stratégique d’orientation de carrière. Un autre enseignement réside dans la prégnance des investissements des lignées familiales dans les trajectoires individuelles de leurs membres. Dans le cas présent ces tentatives s’avèrent assez infructueuses puisque ces jeunes ouvriers sont doublement perdants, et sur le registre de la médiation scolaire dans les processus de mobilité sociale, et sur le registre de la médiation familiale qui ne peut plus s’opérer du fait de la gestion dualisée de l’emploi.

Bibliographie

29Aglietta Michel et Brender Anton, Les métamorphoses de la société salariale : la France en projet, Paris, Calmann-Levy, 1984, coll. « Perspectives de l’économie ».

30Beccatini G., « Le district marschallien : une notion socioéconomique », Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent, Paris, PUF, 1992.

31Bertaux Daniel, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997.

32Courlet Christian et Pecqueur Bernard, « Les systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement », Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent, Paris, PUF, 1992.

33Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994, coll. « La Couleur des idées ».

34Elias Norbert, La société des individus, Paris, Seuil, 1991.

35Gouzien Annie, Trajectoire industrielle, formes productives et précarités ouvrières dans le bassin d’emploi de Fougères, Rennes, LESSOR, 1999.

36Gouzien Annie, « Mondes industriels, trajectoires ouvrières et expériences de la précarité dans le bassin d’emploi de Fougères », Isabelle Billiard, Danièle Debordeaux et Martine Lurol (coord.), Vivre la précarité : trajectoires et projets de vie, Éditions de l’aube, 2000, p. 109-130.

37Gouzien Annie, Souchard Nadine et Del Sol Marion (collab.), « Trajectoires industrielles, normes locales d’emploi et précarités : approche comparative des bassins d’emploi fougerais et redonnais », Travail et emploi, n° 80, septembre 1999, p. 9-27.

38Touraine Alain, Pourrons-nous vivre ensemble ? : égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

39Weber Max, Économie et société, t. 2 : L’organisation et les puissances de la société dans leurs rapports avec l’économie, Paris, Pocket, 1995.

Notas

1 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Seuil, 1991.

2 Alain Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ? : égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

3 Daniel Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997.

4 L’essentiel du travail de montage à la chaîne est assuré par un important département de jeunes ouvriers intérimaires qui dans la période actuelle représente la moitié des effectifs de l’entreprise, fréquemment fidélisés sur de longues périodes, et qui constitue le débouché professionnel « naturel » des jeunes Fougerais en recherche d’emploi, dont les enfants des ouvriers statutaires de la SAGEM.

5 Les niveaux salariaux des ouvriers statutaires de la SAGEM s’alignent sur la moyenne fougeraise du revenu ouvrier alors qu’ils la dépassaient d’environ 20 % de 1969 à 1980 ; la redistribution des gains de productivité sous forme d’augmentations régulières de salaire est remplacée par un alignement de la progression salariale sur le cours de la vie et par des incitations à la constitution d’une épargne salariale en vue d’alimenter une retraite par capitalisation.

6 G. Beccatini, « Le district marschallien : une notion socioéconomique » ; Christian Courlet et Bernard Pecqueur, « Les systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement », Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent, Paris, PUF, 1992.

7 Max Weber, Économie et société, t. 2 : L’organisation et les puissances de la société dans leurs rapports avec l’économie, Paris, Pocket, 1995.

8 Michel Aglietta et Anton Brender, Les métamorphoses de la société salariale : la France en projet, Paris, Calmann-Levy, 1984., coll. « Perspectives de l’économie ».

Autor

LESSOR, université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540