Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Troisième partie. Regards sociaux

Une institution de solidarité,
d’entraide et d’éducation : l’Alliance des travailleurs fougerais

Robert Gautier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le mouvement coopératif de consommation a disparu dans l’Ouest, dans le milieu des années 1980. Durant près d’un siècle, il a été l’objet et le lieu d’une vie économique et sociale intense. Les syndicats, les groupes socialistes ont entretenu des rapports étroits, parfois conflictuels avec le mouvement.

2Nous trouvons ses origines en Bretagne dans les villes importantes, à forte population ouvrière, comme Lorient et Nantes. Dès 1849, sous la IIe République favorable à l’association, Ange Guépin et ses amis progressistes fondent à Nantes une boulangerie-sociétaire. Son but économique est de fabriquer du pain à bon marché pour les classes sociales défavorisées. Il ne s’agit pas de charité, mais de solidarité, car chaque possesseur d’une part sociale de la boulangerie en fait un associé. Cette réalisation, outre sa destination économique, est de créer une organisation sociale et politique. Les forces qui soutiendront le prince-président vont mettre un terme à cette expérience associative, à Nantes dès 1850, comme dans bien d’autres villes de France.

  • 1 Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France, Paris, éd. de la FNCC, 1924. Cette so (...)

3Paradoxalement, c’est l’Empire, dans sa période libérale, qui soutient la fondation de sociétés coopératives de consommation. À Lorient, dès 1864, une société de panification est fondée. L’arsenal de Marine d’Indret se dote en 1867 d’une société coopérative d’entreprise, établie à l’intérieur des bâtiments publics. Cette société est « formée entre les ouvriers de l’usine nationale d’Indret, et ayant pour but exclusif de procurer à ses membres, le pain et tous les objets de consommation au plus bas prix possible1 ».

  • 2 Paul Ramadier, Définition et nature juridique des coopératives de consommation, Paris, FNCC.

4C’est un nouveau départ pour le mouvement coopératif de consommation dans l’Ouest. À Angers, les sociétés de Secours mutuels installent une boulangerie et une boucherie coopératives. L’Empire, en 1867, légifère dans le domaine des sociétés et la coopération, sans obtenir un statut spécial, peut s’organiser sous la forme civile à capitaux et personnes variables2.

  • 3 Bernard Legendre, Les chaussonniers de Fougères, thèse de 3e cycle, Paris VIII, 1974.

5Sur Fougères, la coopération va s’organiser sous la poussée du boulangisme3, mais il faut attendre 1898 pour que l’Alliance des travailleurs fougerais dépose ses statuts, rédigés par le syndicat des coupeurs en chaussures. La coopérative va vivre, dès sa création, au rythme de la communauté ouvrière fougeraise, partageant tous les moments forts de son histoire. Elle s’inscrit au confluent d’une double perspective : les rythmes de l’évolution idéologique s’entremêlent aux conditions fluctuantes de la vie économique locale. Elle demeure une des trois institutions ouvrières qui révèle une communauté à la recherche de son émancipation par la mise en place de structures de solidarité. Cette solidarité passe par l’entraide et l’éducation ; elle revêt une forme interne par la constitution de caisses de résistance, de secours, de propagande, et par une forme externe qui s’exprime par des actions communes avec les autres structures ouvrières organisées. Toutes les caisses de la coopérative sont alimentées par une part des bonis réalisés sur la rétrocession des marchandises aux sociétaires. Cette solidarité va évoluer selon la transformation de la société et des objectifs qui l’animent.

6Quelques remarques préalables s’imposent afin de situer l’Alliance des travailleurs fougerais dans l’histoire de la coopération. À la fin du xixe siècle, le mouvement coopératif de consommation est divisé en deux tendances importantes. Charles Gide, principal théoricien de la coopération, influence l’École de Nîmes, taxée par la coopération socialiste de « bourgeoise » et de libérale. La Bourse des coopératives socialistes de France, l’autre grande école de pensée coopérative, regarde particulièrement vers la coopération de consommation belge. Celle-ci s’illustre par le Vooruit de Gand et la Maison du peuple de Bruxelles. Le Vooruit rassemble dans ses immeubles : syndicats, Parti socialiste ouvrier belge et magasins coopératifs. Journaux et groupe de pupilles complètent cette sorte de phalanstère, au service de l’action sociale.

  • 4 André Gueslin, L’invention de l’Économie sociale, Paris, Economica, 1998.
  • 5 La Bourse des coopératives socialistes décide de changer de nom autour de 1910 et de se faire appe (...)

7Les deux grandes tendances du mouvement coopératif français se rejoignent quant à la destination de leurs activités, qui est de conduire la société vers plus de justice économique et sociale. Seuls les moyens d’y parvenir divergent, bien que tous se considèrent comme les héritiers des pionniers de Rochedale en Angleterre4. Il faut attendre 1912 pour que l’Union coopérative de Gide et la Confédération des coopératives socialistes5, après le congrès d’unité de Tours, s’unissent pour fonder la Fédération nationale des coopératives de consommation, « organe d’émancipation des travailleurs ».

8L’objet de cette communication sera de présenter, à partir de l’Alliance des travailleurs fougerais, la place de cette société coopérative, dans une ville de mono-industrie. Nous aborderons ses liens avec les autres institutions ouvrières, sa politique de développement, ses transformations, ses réalisations, particulièrement dans le domaine social. Cette étude qui aborde les quarante premières années de la vie de la société, est divisée en deux grandes étapes. En mettant fin à un monde, la Première Guerre mondiale clôt le rôle syndical tenu depuis l’origine par l’Alliance des travailleurs en tant que société fermée, réservée aux seuls syndicats et membres du PSU-SFIO, et par là même transforme la destination et la nature de la solidarité. La seconde étape, qui s’étend de 1920 à 1940, est axée sur le développement économique : elle s’ouvre au public, elle oriente ses structures de solidarité vers la propagande et l’éducation dans un premier temps, puis avec l’arrivée du Front populaire, à nouveau vers les sports et les loisirs.

9Durant ces étapes de la vie de l’Alliance des travailleurs fougerais, un encadrement social va se développer, la société occupant l’espace public, elle est un des éléments de socialisation de la population fougeraise.

Une coopérative syndicale

10De sa fondation en 1898 jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, l’Alliance des travailleurs fougerais est une société au service de l’action syndicale. Le conflit de la chaussure en 1906-1907 marque une transition quant à la destination de cette action. Deux étapes peuvent être retenues selon le syndicat qui dirige la société. Nous verrons dans un premier temps la direction de la société par le syndicat des coupeurs, puis, à partir de 1909, par celui de la chaussure.

L’Alliance des travailleurs et le syndicat des coupeurs en chaussure

  • 6 Bernard Legendre, Les chaussonniers de Fougères, op. cit., p. 167. « En 1896, il regroupe 208 adhé (...)

11Le 1er mai 1898, l’Alliance des travailleurs fougerais ouvre son premier magasin rue des Prés à Fougères. C’est le syndicat des coupeurs qui est à l’origine de sa fondation6. Cette chambre syndicale regroupe la grande majorité des ouvriers de cette corporation qui représente une puissance certaine sur la vie industrielle locale, par la qualité professionnelle de ses membres et par la place qu’elle occupe dans la production. Son secrétaire-trésorier est Auguste Esnault, qui prend la direction du secrétariat de l’Alliance des travailleurs. Derrière la réalisation économique de cette société se profile une volonté revendicative. Le poste de secrétaire de l’Alliance, certains parlent de gérant, confié à Esnault semble être un moyen de le mettre à l’abri des coups du patronat local et de lui laisser toute liberté d’action pour mener à bien son activité syndicale. Le conseil d’administration de la coopérative, ainsi que le conseil de surveillance, est majoritairement constitué d’ouvriers de la chaussure. Dans ce dernier figure Jean-Marie Guehenno, le père de l’écrivain célèbre, Jean Guehenno.

12À sa première réunion, l’Alliance des travailleurs s’est inspirée pour sa création d’une brochure publiée par l’Union coopérative de Charles Gide. Nous n’avons pas trace des œuvres de solidarité de l’Alliance sous la direction du syndicat des coupeurs en chaussures. Cette coopérative recrute peu et n’atteint jamais l’ensemble des adhérents de la chambre syndicale fondatrice. Elle est marquée par des dissensions internes, des divisions, en particulier sur la question du crédit aux sociétaires. Elle a donc surtout un rôle économique mais qui ne fait pas l’unanimité du conseil d’administration.

13L’Alliance des travailleurs désire assurer le rôle de défense des consommateurs, réduire les intermédiaires et par là même faire baisser le coût des produits. Le bénéfice acquis est restitué aux sociétaires sous forme de bonis.

  • 7 Le budget alimentaire absorbe plus de la moitié des revenus annuels d’une famille de chaussonnier.

14Ce rôle de défense des consommateurs tenu par l’Alliance des travailleurs se heurte aux pratiques d’achats des chaussonniers. L’irrégularité de leurs ressources les oblige à avoir recours au crédit auprès des commerçants. Ces derniers n’hésitent pas à majorer leurs prix, et faute de disponibilités, la population ouvrière tarde parfois à régler les ardoises chez le boulanger et chez l’épicier. Les bas salaires se trouvent vite absorbés par ce système de vente désastreux pour le budget familial7.

  • 8 L’action peut être payée par le sociétaire en une seule fois, ou par étape ou encore retenue sur l (...)

15Cette question du crédit est également un handicap pour la coopération. Si elle le refuse, les chaussonniers en difficulté préfèrent avoir recours à l’épicier qui fait crédit. Si elle l’accorde, elle met en péril l’avenir de la société. Une solution passagère est trouvée. Le sociétaire qui sollicite cette liberté reçoit des marchandises à hauteur de la valeur de son action, si elle est libérée8. Il doit ensuite rembourser cette avance à l’Alliance.

  • 9 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint-Hipp (...)
  • 10 Fondée en 1902, cette coopérative de production de chaussures s’est spécialisée dans la fabricatio (...)

16Les affaires vont mal, les sociétaires se faisant rares. Les industriels de Fougères, en déclenchant le lock-out de l’hiver 1906-19079, firent plus pour la coopération en 100 jours de lutte que n’avaient fait en huit années les militants de l’Alliance. Cependant, l’idée d’associer la coopération aux luttes sociales avait débuté avant le conflit de 1906-1907, lors de la fondation de l’Émancipation fougeraise, une coopérative de production de chaussures à base « socialo-communiste », fondatrice de caisses de propagande, de solidarité et de résistance de grève10.

Une transformation en profondeur
de l’Alliance des travailleurs fougerais

  • 11 Le Travailleur fougerais, journal de la Chambre syndicale des ouvriers de la chaussure, du 1er sep (...)

17Le comité de lutte de l’hiver 1906-1907, conscient que la victoire est due à la solidarité, en particulier matérielle11, décide de créer une coopérative à base syndicale, l’Alliance des travailleurs étant restée exclusivement sur le terrain économique jusque-là. En 1908, elle compte seulement 72 sociétaires, ce qui est moins qu’avant le lock-out. Le président de l’Alliance, Leray Marie, fait comprendre au comité de lutte l’inutilité de fonder une coopérative concurrente. Après plusieurs réunions, les 27 membres restés fidèles à l’Alliance acceptent la transformation des statuts initiaux de la société.

18Cette transformation en coopérative syndicale et socialiste en 1909 est en fait le véritable départ de l’Alliance des travailleurs. Les statuts sont modifiés en profondeur ; les sociétaires ne peuvent être que des syndicalistes dont le syndicat est fédéré et confédéré, ou des membres du parti socialiste SFIO. Toute autre personne qui désire faire partie de la société doit être présentée par deux syndiqués-coopérateurs et acceptée par le conseil d’administration de l’Alliance, le candidat devant également adhérer « aux principes communistes qui sont à la base de la société coopérative » (article 16, alinéa 3 des statuts).

19La transformation en coopérative syndicale est due aux volontés locales et aux influences extérieures. Localement va se constituer un système d’encadrement social qui s’appuie sur la Maison du peuple, qui va bénéficier des financements des organisations syndicales et de l’Alliance des travailleurs qui, sur les bénéfices, accorde une aide régulière à sa construction comme à son entretien. Le syndicat des coupeurs en chaussures et celui des cordonniers vont s’unir dans un syndicat de la chaussure qui va représenter le syndicalisme de masse, contrairement à celui des coupeurs, plus élitiste. C’est dans le nouveau syndicat que l’Alliance des travailleurs recrute ses sociétaires et ses cadres de direction, comme Henri Lepouriel et Eugène Trébourg. Matériellement, l’Alliance va construire son premier immeuble rue Charles-Malard, pas très loin de la Maison du peuple. Enfin, un Cercle d’études syndicales et coopératives va être constitué. C’est un réseau qui est organisé sur Fougères par les institutions ouvrières et qui recrute dans la corporation des chaussonniers.

  • 12 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 10M92, Statuts de l’Alliance des travailleurs fougerais(...)

20Cet encadrement, qui veut prendre en charge les aspects revendicatifs, économiques et sociaux, constitue grâce à l’Alliance des travailleurs, des caisses diverses et multiples. À côté de son aspect économique de fourniture de marchandises à ses sociétaires, les caisses tiennent un rôle important pour le recrutement aussi bien de sociétaires-coopérateurs que d’adhérents au syndicat. C’est une contre-société ouvrière qui s’organise et qui essaie de se perpétuer. La caisse de résistance de grève, par son financement, permet de tenir plus longtemps lors des conflits sociaux. Des allocations sont versées aux sociétaires-grévistes, en nature et en denrées alimentaires12. La caisse de solidarité, complémentaire, a une vocation plus large, car elle fournit des aides aux sociétaires malades ou blessés, aux veuves compagnes et enfants des sociétaires décédés. Elle accorde des crédits et secours aux adhérents dans le besoin. Cette solidarité s’exerce à proprement parler chaque fois que le budget d’un ménage sociétaire se trouve déséquilibré par une crise ou un événement : décès, grève, maladie, chômage, accident du travail, maternité. Elle renforce la sociabilité instituée entre les organisations ouvrières en faisant de l’Alliance des travailleurs fougerais, une association économique à vocation sociale.

21Le syndicat de la chaussure a adhéré à la CGT ; l’Alliance des travailleurs a rejoint la Fédération des coopératives ouvrières de Bretagne et la Bourse des coopératives socialistes. Son isolement des structures régionales et nationales est terminé et elle va mener désormais campagne avec celles-ci. En 1910, elle participe sur Fougères à la lutte contre la vie chère. Sur les marchés, ses militants boycottent les paysans qui vendent œufs et beurre à des prix excessifs. Henri Lepouriel, le trésorier de l’Alliance, prend la direction de l’Émancipation fougeraise et Eugène Trébourg, membre du comité de lutte lors du lock-out de l’hiver 1906-1907, accède en 1913 à la présidence de l’Alliance, alors que la société compte déjà plus de 500 adhérents. À la veille de la Première Guerre mondiale, l’Alliance s’est considérablement renforcée, en sociétaires comme en chiffre d’affaires. Ses deux principaux dirigeants, Henri Lepouriel et Eugène Trébourg, issus du syndicat de la chaussure, vont amorcer une politique d’autonomie de la société. En septembre 1913, l’Union des syndicats d’Ille-et-Vilaine organise à Fougères un congrès régional de solidarité. Chaque organisation s’exprime. C’est Henri Lepouriel qui prend la parole pour l’Émancipation fougeraise et Eugène Trébourg au nom de l’Alliance des travailleurs fougerais. Ces deux hommes, au lendemain de la guerre, seront à la direction du mouvement coopératif régional breton.

22En août 1914, Eugène Trébourg est mobilisé et remplacé par Henri Lepouriel à la direction de l’Alliance. Durant ces années de guerre, la société aide à combattre les prix excessifs et la spéculation. Elle est un régulateur avec lequel le commerce fougerais doit compter. Le rôle syndical de l’Alliance demeure limité et la grande question du crédit est mise en sommeil. Par esprit de solidarité, l’Alliance l’accorde à certains sociétaires à qui elle alloue des indemnités de secours envers les femmes de soldats, aux blessés et aux épouses de prisonniers. En 1917, elle ouvre sa première succursale à Fougères, bientôt suivie par d’autres. En 1918, Eugène Trébourg reprend la direction de l’Alliance et Henri Lepouriel devient le directeur de l’usine de chaussures du Magasin de gros des coopératives de France, qui vient d’absorber l’Émancipation fougeraise.

  • 13 Ce type de société à succursales multiples prend plus particulièrement son essor dans l’Ouest, au (...)

23Les années d’après-guerre ouvrent pour la société fougeraise, comme pour l’ensemble du mouvement coopératif, une nouvelle étape de son développement. Dès 1913, le congrès national de la FNCC préconise une stratégie économique au mouvement, afin de lutter non plus contre le petit commerce, mais contre les sociétés capitalistes à succursales multiples13. Cette lutte passe par la concentration et la centralisation des sociétés, par le développement de coopératives régionales à succursales, et surtout par l’ouverture des coopératives de consommation au public. L’Alliance des travailleurs fougerais va donc devoir se transformer et ouvrir son capital social à tous. Cette transformation va être aussi l’occasion de laisser place à d’autres structures sociales, éducatives, sportives et culturelles, et principalement à la propagande en faveur du développement économique. C’est donc un changement d’orientation et de destination pour l’Alliance alors que la population ouvrière de la chaussure reste la même et domine la société fougeraise. Il va s’agir de trouver de nouvelles formes de sociabilité et de réseaux d’encadrements dont les fêtes feront partie.

Une coopérative de consommation à vocation sociale

24Si l’armistice de novembre 1918 met fin à la guerre sur le territoire, il n’arrête pas pour autant les difficultés matérielles des populations. Eugène Trébourg devient administrateur-délégué de l’Alliance et le restera jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Henri Lepouriel dirige le magasin de gros de Fougères et son usine de chaussures. En 1925, il est appelé à Nantes à la direction de l’Union des coopérateurs de la Loire-Inférieure, forte de plus de 80 succursales.

  • 14 La Chronique de Fougères du 22 février 1919. Les statuts sont déposés le 23 janvier 1919, chez maî (...)
  • 15 Le 9 décembre 1922, une ligue de défense des locataires est formée. Participent à cette action : l (...)

25Le mouvement coopératif fougerais prend de l’ampleur. Une société des restaurants coopératifs est fondée, avec Lepouriel comme membre du conseil d’administration14. Une société de secours mutuels est créée au bénéfice des coopérateurs de l’Alliance. Il s’agit de la Société mutuelle des coopérateurs. L’abbé Bridel et l’Union syndicale catholique ouvrent à Fougères une coopérative de consommation concurrente : l’Étoile fougeraise. La situation du monopole de l’Alliance est terminée et la division politique et syndicale transforme les rapports de forces sur Fougères. L’Alliance doit composer et réaliser des compromis en s’unissant avec les autres forces sociales sur des questions qui les rassemblent : lutte contre la vie chère, défense des locataires15.

  • 16 La Chronique de Fougères du 1er janvier 1921 : « À Fougères, on compte entre 1 800 et 2 000 chômeu (...)
  • 17 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 6Z55, assemblée générale de l’Alliance des travailleurs (...)
  • 18 Compte rendu du congrès coopératif régional de l’Ouest, à Angers en 1921. À cette occasion, Eugène (...)

26L’Alliance s’illustre à nouveau dans la crise économique des premières années d’après-guerre sur Fougères16. Le chômage est abondant et la coopérative voit une baisse de son chiffre d’affaires et une dépréciation des marchandises qui sont une perte sèche. La solidarité, quant à elle, fonctionne sur une grande échelle. La caisse réservée à l’entraide a versé près de 3 781 F d’indemnités de maladie, celle pour l’aide au chômage près du double17. Les caisses, en voie d’épuisement, vont être soutenues grâce à la solidarité souscrite par les coopératives adhérentes à la fédération régionale, versant 18 400 F de secours aux chômeurs sociétaires de l’Alliance18. La société compte, au lendemain de la guerre, 1 315 sociétaires et gère 6 succursales.

27Ses actions de solidarité, présentées jusque-là, peuvent être qualifiées de solidarité interne. Elles s’adressaient au groupe formé par les sociétaires syndicalistes. Avec l’ouverture au public, cette solidarité se transforme. Elle peut être qualifiée de solidarité externe puisqu’elle se construit, non plus sur une volonté syndicale, mais sur un développement économique plus large et moins précis, aux destinations différentes. Les caisses de résistance à la grève vont faire place aux œuvres de propagande et d’éducation. Cette dernière n’est plus au service de l’action syndicale mais de l’éducation du coopérateur, de la spécificité du mouvement aux services qu’il doit rendre à la communauté ouvrière dans sa vie quotidienne.

Les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus

28Cette politique de renforcement de l’Alliance des travailleurs, aussi bien dans le nombre de ses sociétaires, de son chiffre d’affaires que de ses activités sociales, va s’appuyer sur le cercle des coopérateurs. Il est composé de groupements artistique, lyrique, récréatif et d’éducation. Ce cercle va animer de multiples fêtes, aussi bien liées à la coopération qu’à des manifestations ouvrières diverses. Il accompagne les inaugurations de succursales, prête son concours à la CGT confédérée aussi bien qu’au parti socialiste SFIO. Au congrès régional de Morlaix, Henri Lepouriel présente l’organisation fougeraise :

  • 19 Fédération des sociétés coopératives de l’Ouest, compte rendu de l’assemblée générale tenue à Morl (...)

« Notre groupement est constitué […] nous possédons un groupe de pupilles (30) de 10 à 15 ans, une symphonie, une chorale, un corps de ballet […] chaque section se gère elle-même. Dans quelques-unes, une jeune fille de 13 ans remplit l’emploi de trésorière (pour les pupilles) chez les adultes (18 ans) il en est de même. Pendant les répétitions de ces groupes, nous venons faire des causeries coopératives, éduquer ceux sur lesquels nous devons compter […] car il faut savoir parler aux enfants, leur inculquer ce qu’est la coopération19. »

29C’est une nouvelle forme de militantisme au service, non de l’action syndicale, mais de l’action coopérative. Le bénévolat est mis à contribution, en particulier lors de la semaine d’adhésion. Cette dernière met à contribution le cercle des coopérateurs et ses diverses sections en plus de l’ensemble des sociétaires. Comme son nom l’indique, c’est une période de renforcement de l’Alliance en nouveaux sociétaires. Celle de 1923, qui se déroule du 1er au 10 décembre, est particulièrement bien organisée. C’est une véritable campagne débutant le samedi 1er décembre à 15 heures par une assemblée générale de tous les coopérateurs dans la grande salle de la Maison du peuple. Un orateur, choisi pour ses compétences, traite devant l’assemblée du rôle de tous les adversaires de la coopération et du devoir de chacun. Un appel est fait à toutes les initiatives individuelles pour obtenir le maximum de résultat.

30Le lendemain, dimanche, toujours à la Maison du peuple, une distribution de jouets et de gâteaux se déroule à partir de 10 heures pour tous les enfants en bas âge des coopérateurs. Les mamans sont conviées à la fête et c’est l’occasion d’une causerie par un militant, sur la coopération en direction des ménagères. L’après-midi, dans les mêmes locaux, les sections du cercle animent une matinée récréative et une distribution de billets de tombola gratuite au nom de l’Alliance.

31Durant toute la semaine, les activités de propagande et de recrutement se déroulent le soir par des réunions publiques. Chaque quartier ouvrier est ainsi touché par la propagande de l’Alliance, car il faut attirer à la société les habitants de ces lieux. Tout coopérateur qui amène un non-coopérateur à ces réunions a droit à un billet de tombola. Tout nouvel adhérent et son parrain reçoivent aussi un billet de tombola, mais plus prestigieux, puisque c’est la fédération nationale qui l’accorde. Chaque personne qui dépose des fonds à la caisse d’économie de la société est également récompensée.

  • 20 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, organe départemental de la SFIO, 1er décembre 1923.

32Le jeudi s’ouvre la dernière étape de la semaine d’adhésion, par une nouvelle soirée récréative ouverte à tous, avec un concert et une soirée théâtrale avec les artistes du cercle de l’Alliance. Le samedi, sont exposés dans la salle des cercles coopératifs, les lots de la tombola20. Enfin, le tirage de cette dernière a lieu le dimanche à l’Alliance.

  • 21 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 2 février 1924.

33Cette semaine d’adhésion permet de recruter bien sûr, mais elle est aussi un moyen d’attirer l’épargne ouvrière vers la caisse d’économie et de montrer à la concurrente, l’Étoile fougeraise, la puissance de l’organisation adverse. Contrairement à la section socialiste de Fougères, l’Alliance des travailleurs n’entre pas dans un anticléricalisme militant. Lorsque l’amicale laïque de Fougères, dirigée par des instituteurs, propose au cercle coopératif d’unir ses activités aux siennes, l’Alliance refuse21. Elle ne désire pas se marquer afin d’ouvrir son recrutement à toutes les sensibilités et courants de pensées, contrairement à la stratégie pratiquée avant la guerre.

  • 22 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 18 août 1923.
  • 23 L’Alliance des travailleurs, dans un discours d’Henri Lepouriel de juin 1924, nous donne quelques (...)

34Dans sa volonté de recrutement et de propagande, l’Alliance des travailleurs occupe l’espace public par des fêtes et des manifestations. L’assemblée générale de la société est une de ces occasions. Et quand elle se double de l’anniversaire de la fondation de l’Alliance, la manifestation est grandiose, à l’exemple du 25e anniversaire en 1923. Les fêtes impliquent infrastructures et logistiques, et doivent être aussi le reflet d’une culture, comme à Fougères, où l’Alliance maîtrise l’espace public. Dès le samedi après-midi, un cortège parcourt les rues de la ville avec à sa tête les clairons et tambours de l’amicale laïque. Puis un groupe d’acrobates, des enfants habillés en paysans normands, danse à chaque arrêt accompagné du groupe symphonique coopérateur. Viennent ensuite trois voitures fleuries représentant les étapes de la coopération à Fougères : son éclosion en 1898, sa transformation en 1909, et enfin telle qu’elle existe en 1923. Des enfants habillés en pierrots et pierrettes distribuent des friandises sur le parcours. La manifestation se rend à la gare pour accueillir les pupilles de la coopérative de la Montagne (Loire-Inférieure), venus participer à la fête. Le cortège se dirige ensuite vers le siège de l’Alliance où les familles de coopérateurs fougerais prennent en charge les enfants de la Montagne pour leur hébergement. Une soirée se tient au château de Fougères devant 2 000 personnes où les deux chorales réunies accompagnent les artistes, les pupilles dansant et le cercle de la Montagne interprétant une pièce de théâtre. La soirée se termine par une apothéose à la coopération nationale et internationale, éclairant le monde avec le « chant du coopérateur » interprété par les deux chorales accompagnées des deux orchestres22. Le lendemain, c’est la fête champêtre au lieu-dit Saint-François, avec banquet, jeux, bal et distribution de prix, et tombola. Le tirage de celle-ci a lieu le dimanche suivant, rue Charles-Malard au siège de l’Alliance. La pratique des fêtes coopératives va se dérouler désormais tous les ans avec succès. Les fêtes populaires sont des lieux de rassemblement propres à ressouder la communauté ouvrière fougeraise23.

Le congrès de Fougères et le comité des loisirs

  • 24 Compte rendu du congrès coopératif régional de Fougères, d’avril 1925. Henri Lepouriel remplace Em (...)

35Avant le congrès d’avril 1925, l’organisation de la propagande des loisirs et de l’éducation est largement laissée à l’initiative des sociétés. Le congrès annonce alors un nouveau programme d’action donnant une large part à ce genre d’activités. C’est aussi l’occasion pour Henri Lepouriel de devenir le secrétaire de la Fédération régionale des coopératives de consommation de l’Ouest24. Dès 1923 est constituée l’Enfance coopérative, organisme national de colonies de vacances. En 1928, l’Alliance fonde à Fougères sa propre colonie de vacances, mais il faut attendre 1929 pour qu’Albert Thomas et d’autres coopérateurs organisent un Comité national des loisirs. Ce comité reçoit le soutien du monde du travail et des créateurs. Son but consiste à organiser des loisirs familiaux, individuels et collectifs, centres de vacances, excursions, centre de culture, éducation physique, améliorations du foyer, etc.

  • 25 Le Coopérateur de France, n° 261, 24 juin 1933.
  • 26 Plaquette publiée à l’occasion du congrès régional tenu à Fougères et du décès d’Eugène Trébourg e (...)

36Dès 1930, Henri Lepouriel qui a quitté Fougères pour Nantes fonde le Comité des loisirs nantais. Le 14 juin 1931, une excursion en mer vers Noirmoutier organisée par le comité nantais, se termine en tragédie. Le Saint-Philibert, petit vapeur affrété pour la journée, sombre avec plus de 500 personnes à bord, dont Henri Lepouriel. Fougères est en deuil. En 1935, Eugène Trébourg prend la direction de la fédération régionale. Entre-temps, en 1933, l’Alliance, la municipalité et le comité des loisirs organisent un spectacle au théâtre de verdure du château féodal devant 3 000 spectateurs. Le lendemain après-midi, la population inaugure au cimetière le médaillon sur la tombe d’Henri Lepouriel. Des orateurs évoquent le drame du Saint-Philibert et la mémoire de l’ancien dirigeant de l’Alliance des travailleurs25. Désormais, la mémoire des dirigeants coopérateurs comme Henri Lepouriel, puis d’Eugène Trébourg en 194826, sera, lors des manifestations coopératives, régulièrement évoquée. Le mouvement ouvrier rappellera ainsi la mémoire de ses dirigeants, tout comme le mouvement coopératif qui puise lui aussi sa culture dans la classe ouvrière, surtout lorsqu’il s’agit d’hommes aux origines communes.

  • 27 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 20 mai 1939. Et le journaliste de conclure : « Ne peut-on évoquer ici (...)

37Profitant de l’élan du Front populaire, le mouvement coopératif fougerais, qui a tardé à constituer son comité local des loisirs, va prendre quelques initiatives. En 1937, une section photographie est fondée et plus de 500 clichés sont réalisés en 1938. Une section cycliste recense plus de 800 adhérents en 1939. Elle parcourt près de 1 100 km au cours d’une randonnée dans la Bretagne nord. S’y ajoute une section de jardinage qui regroupe 35 membres27. Désireux de pousser l’éducation, non seulement physique mais aussi artistique et intellectuelle de ses adhérents et sympathisants, le comité des loisirs prolonge ses activités par des réunions-conférences, des séances cinématographiques sur des sujets variés et multiples.

38À la veille de la guerre, l’Alliance des travailleurs fougerais représente commercialement une force de près de 3 000 sociétaires et près d’une vingtaine de magasins. L’entreprise a pris le pas sur le mouvement. D’une société de résistance à son origine, elle est devenue une puissance économique. En 1967, date de sa fusion avec l’Union lorientaise, c’est encore une société différente de celle de 1940 qui va disparaître. Chaque grande étape de la vie de l’Alliance des travailleurs fougerais est traversée par les deux versants de son action, social et économique. La nature économique de la coopérative doit servir à la réalisation d’œuvres sociales. Ces réalisations épousent elles-mêmes les réalités économiques et sociales des populations composées par ses sociétaires. Comme la société doit répondre aux demandes les plus légitimes, la coopérative avant 1918 est au service de l’action syndicale et s’inscrit dans une stratégie dont le centre est la Bourse du travail, puis la Maison du peuple. Son rôle économique paraît secondaire et, alors que la revendication syndicale concerne l’amélioration des salaires et celle de la coopérative la lutte contre la vie chère, celles-ci finissent pourtant par se rejoindre.

39La période de l’entre-deux-guerres privilégie l’action économique de l’Alliance et transforme son rôle social. Ce n’est plus une société de résistance, mais une société économique qui désire avoir une vocation sociale. Le renforcement et l’ouverture au public permettent d’en faire une œuvre de plus grande envergure, favorable à de plus larges couches sociales, et de proposer des activités culturelles et sportives en relation avec les époques traversées. Elle demeure tout de même le résultat de la société fougeraise, le révélateur du monde de la chaussure auquel elle doit son origine comme son développement. La coopération de consommation s’inscrit donc bien dans l’économie sociale. Elle a longtemps joué un rôle important comme organisation de défense des consommateurs, sa pratique de la ristourne étant un exemple de restitution des bénéfices aux sociétaires. Ce mouvement a disparu au milieu des années 1980, peut-être pour un temps seulement…

Notes

1 Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France, Paris, éd. de la FNCC, 1924. Cette société anonyme de consommation compte 254 membres à sa fondation, elle est présidée par M. Marty, ingénieur de Marine.

2 Paul Ramadier, Définition et nature juridique des coopératives de consommation, Paris, FNCC.

3 Bernard Legendre, Les chaussonniers de Fougères, thèse de 3e cycle, Paris VIII, 1974.

4 André Gueslin, L’invention de l’Économie sociale, Paris, Economica, 1998.

5 La Bourse des coopératives socialistes décide de changer de nom autour de 1910 et de se faire appeler : « Confédération des coopératives socialistes ».

6 Bernard Legendre, Les chaussonniers de Fougères, op. cit., p. 167. « En 1896, il regroupe 208 adhérents et il possède un actif de 6 462 F. »

7 Le budget alimentaire absorbe plus de la moitié des revenus annuels d’une famille de chaussonnier.

8 L’action peut être payée par le sociétaire en une seule fois, ou par étape ou encore retenue sur les bonis qu’il a acquis sur l’achat de ses marchandises. L’action est libérée quand elle a été réglée en totalité.

9 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint-Hippolyte-du-Fort, Espace-Écrits, 1990, p. 399 sqq.

10 Fondée en 1902, cette coopérative de production de chaussures s’est spécialisée dans la fabrication des chaussures de femmes et fillettes. Membre de la Bourse des coopératives socialistes de France depuis 1905, l’Émancipation s’unit avec la coopérative de chaussures la Laborieuse.

11 Le Travailleur fougerais, journal de la Chambre syndicale des ouvriers de la chaussure, du 1er septembre 1908. Le bilan du lock-out de 1906-1907 : à la fin du conflit, il a été distribué 170 000 repas aux ouvriers non-syndiqués et 85 135 aux syndiqués, soit une dépense de 71 425 F, plus une somme de 30 000 F distribuée en argent, bons de lait pour les enfants et personnes au régime, et 2 564,75 F en bons de pain aux ouvriers non-syndiqués pendant la reprise du travail. Le coût de la solidarité est d’un total de 108 886 F.

12 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 10M92, Statuts de l’Alliance des travailleurs fougerais. Cette caisse est alimentée par plus de 30 % des bénéfices de la société.

13 Ce type de société à succursales multiples prend plus particulièrement son essor dans l’Ouest, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Quand l’Union des coopératives de Loire-Inférieure fait faillite à la fin des années 1930, c’est une société de ce type qui la rachète.

14 La Chronique de Fougères du 22 février 1919. Les statuts sont déposés le 23 janvier 1919, chez maître Bec, notaire.

15 Le 9 décembre 1922, une ligue de défense des locataires est formée. Participent à cette action : l’Alliance des travailleurs, l’usine du Magasin de gros des coopératives sur Fougères, les syndicats CGT et CGT-U, le syndicat catholique, la Cristallerie fougeraise et l’Étoile fougeraise.

16 La Chronique de Fougères du 1er janvier 1921 : « À Fougères, on compte entre 1 800 et 2 000 chômeurs complets avec environ 20 à 25 fabriques qui ont arrêté momentanément toute fabrication. Les centres ouvriers de la chaussure font une moyenne de 2 jours et demi par semaine. On peut dire que la situation sur notre place est plus terrible qu’elle n’a jamais été, et cela dans un moment où les besoins se font de plus en plus pressants par suite de la mauvaise saison et la cherté de toutes les choses nécessaires à la vie. »

17 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 6Z55, assemblée générale de l’Alliance des travailleurs le 9 avril 1921.

18 Compte rendu du congrès coopératif régional de l’Ouest, à Angers en 1921. À cette occasion, Eugène Trébourg remercie chaleureusement les donateurs, Imprimerie ouvrière, 1921.

19 Fédération des sociétés coopératives de l’Ouest, compte rendu de l’assemblée générale tenue à Morlaix, le dimanche 1er avril 1923, Imprimerie ouvrière, Nantes, 1923.

20 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, organe départemental de la SFIO, 1er décembre 1923.

21 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 2 février 1924.

22 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 18 août 1923.

23 L’Alliance des travailleurs, dans un discours d’Henri Lepouriel de juin 1924, nous donne quelques indications du patrimoine de la société : elle possède des immeubles dans tous les quartiers de Fougères et leur valeur peut être estimée à 500 000 F.

24 Compte rendu du congrès coopératif régional de Fougères, d’avril 1925. Henri Lepouriel remplace Emmanuel Svob à la tête de la fédération régionale ; son élection lui permet, selon les statuts nationaux, de siéger aussi au conseil d’administration du Magasin de gros, à la Fédération nationale et à la Banque coopérative.

25 Le Coopérateur de France, n° 261, 24 juin 1933.

26 Plaquette publiée à l’occasion du congrès régional tenu à Fougères et du décès d’Eugène Trébourg en 1948.

27 L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 20 mai 1939. Et le journaliste de conclure : « Ne peut-on évoquer ici la possibilité d’ouvrir aux plus humbles et aux plus dévoués en même temps les horizons immenses et encore trop insoupçonnés. »

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540