Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Deuxième partie. Aspects économiques de l’histoire industrielle

Le système industriel fougerais : de la mono-industrie à la diversification

Rémy Allain

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Livre de lecture, cours moyen, Librairie Belin, 1906, rééd. 1976.

1Fougères a été longtemps une des rares villes ouvrières de l’Ouest de la France. Et avec encore 36,8 % des 30 000 actifs de l’arrondissement, le pays de Fougères est un des plus industriels de Bretagne (moyenne régionale 25,8 %). Son nom évoque encore immédiatement l’industrie du cuir et de la chaussure : effet de l’imprégnation visuelle des vieilles cartes murales de géographie où le nom de Fougères était associé à un pictogramme simplificateur, chaussure ou peau tannée, comme celui de Thiers était associé à un couteau et Reims à une bouteille de Champagne ?, écho lointain des lectures suivies de notre enfance dont le fameux ouvrage de G. Bruno, Le Tour de France par deux enfants1 ? Ou plus vraisemblablement conséquence du souvenir encore clair des grands conflits sociaux, amplement relayés par les médias, qui ont accompagné les fermetures dans les années 1975-1980. Depuis cette crise plus de 20 ans ont passé ; le paysage économique local a été complètement transformé. Sa transformation avait même commencé longtemps avant. La mécanique, l’électronique ou le verre symboliseraient mieux le tissu industriel local, désormais diversifié. Mais les clichés ont la vie dure. Quoi qu’il en soit, l’analyse du cas de Fougères présente un triple intérêt. Le premier est local bien sûr : au-delà des effets grisants des données de l’année 1998 en matière d’embauches, la question du dynamisme actuel et de la solidité à long terme de l’économie fougeraise se pose toujours pour les habitants, les acteurs locaux et les observateurs extérieurs. Un intérêt historique ensuite : montrer un cas original d’évolution historique d’un tissu industriel permet d’enrichir la typologie et les interprétations des études d’histoire industrielle. Plus largement, il fournit l’occasion de s’interroger sur l’avenir des territoires non métropolisés : en dehors de la tendance lourde de la métropolisation, existe-t-il une chance pour les petites régions industrielles isolées ? Quel avenir pour les villes petites et moyennes en zone rurale notamment ? Face au modèle orthodoxe dont la croissance de l’Île-de-France fournit pour certains théoriciens la preuve de la validité et de l’efficacité, un autre modèle de développement est-il défendable, plus diffus, moins urbain ? Le modèle vendéen ou celui de la vallée de l’Arve viennent immédiatement à l’esprit, ou encore celui des districts italiens. La relecture d’un passé industriel récent à l’aide de ces concepts actuels présente aussi un intérêt théorique.

Prospérité et décadence de l’ancien système industriel

Le règne de la chaussure

2Jusqu’en 1850, la ville est dominée par deux types de fabrications, les toiles (chanvre et lin) et le chausson. L’essor de l’industrie de la chaussure se fait à partir de l’industrie textile. Des traditions artisanales et industrielles complémentaires expliquent aussi cette spécialisation, celles des sabotiers et de la cordonnerie. Elle commence quand, pour faire face à la concurrence du chausson de tissu, les industriels du chausson dit de tresse amorcent leur reconversion vers le cuir. Chaussonnerie et cordonnerie accueillent une partie des ouvriers du textile en déclin. En quelques années, la ville va devenir un des grands centres sinon le grand centre français de la chaussure. Les créations d’usines se multiplient. Les chaussonniers sont 2 200 en 1874 et 11 000 en 1890. À la fin du xixe siècle, c’est plus de la moitié de la population totale de la ville qui est employée directement par cette industrie (soit ouvriers d’usine ou soit employés à façon).

3Les effets de cette prospérité se font sentir sur l’élévation du niveau de vie qui se lit dans l’habillement plus cossu des familles ouvrières ; de nouveaux quartiers se développent pour accueillir les nouveaux arrivants, notamment celui de Bonabry au-delà de la gare, les faubourgs de la rue de Nantes (Haute-Bourgère) et de la Verrerie. La ville s’équipe et s’embellit : nouvel Hôtel-Dieu (1852), caisse d’épargne (1835), comptoir d’escompte (1848) aux façades monumentales, Magasins de Paris, hôtels (le Grand Hôtel des Voyageurs en 1880), théâtre… Une vie culturelle et associative se développe qui fait de la ville un des centres urbains les plus actifs et les plus vivants de Bretagne (sociétés musicales et de gymnastique, troupes de théâtre, orphéon…). La population de la ville passe de 7 000 habitants vers 1830 à 11 200 en 1872 (en dépit de la crise de 1870-1871) et à 23 537 habitants en 1906 soit plus que Saint-Brieuc et Vannes. Elle se situe encore à un niveau honorable par rapport à Rennes qui ne compte à l’époque que 72 000 habitants.

  • 2 Jean-Marie Pitois, Souvenirs d’un Vieux Fougerais. L’industrie de Fougères au xixe siècle, édité e (...)

4Le système fougerais de la chaussure présente alors presque toutes les caractéristiques du district industriel au sens marshallien : du point de vue du fonctionnement strictement industriel, il est fondé sur la mobilisation d’une main-d’œuvre abondante et bon marché. Il s’identifie par un processus technique caractéristique avec ses métiers : coupeurs, talonniers, etc. Son évolution s’opère par le développement d’un savoir-faire par les innovations et leur valorisation. Autre aspect significatif, le bourgeonnement industriel : la vue du succès entraîne des créations de nouvelles fabriques (la famille Cordier fait des émules : Doussin, ancien boulanger, les Chantepie, les Madiot en 1882, Pacory, Nicoul2…).

5On y observe cependant à un degré bien moindre l’un des traits caractéristiques d’autres systèmes industriels en France à la même époque (soirie lyonnaise), la diffusion spatiale de ces activités. L’activité se concentre de manière prioritaire dans la ville, sans diffusion importante dans la périphérie. Le drainage de la main-d’œuvre rurale l’emporte sur le travail à façon dans les campagnes proches. Toutefois le manque de main-d’œuvre ou son coût croissant avait conduit les industriels fougerais à « délocaliser » des usines soit dans des micro-régions de l’Ouest proche présentant des caractères similaires (Choletais, mais pas la ville voisine de Vitré où se développe, à une moindre échelle, une industrie de la chaussure autonome), soit en périphérie proche : Ernée (Mayenne) était ainsi devenue un satellite de l’industrie fougeraise de la chaussure. Rien à voir donc avec la dissémination poussée que l’on pouvait encore observer dans le Choletais dans les années 1960.

6Mais la chaussure, c’est plus que la somme de ses entreprises et plus que l’industrie au sens strict : c’est une combinaison complexe d’établissements, d’institutions professionnelles (coopératives, bourse du travail) ou culturelles. Une combinaison qui a ses logiques urbaines et sociologiques : le mélange des usines et des quartiers d’habitations coïncidant avec des paroisses urbaines (Saint-Sulpice, Bonabry, Ville Haute…). Les clés de voûte de ce système socioéconomique sont le paternalisme patronal, mais aussi un consensus local entretenu jusque dans l’entre-deux-guerres par la régularité de l’embauche, l’augmentation du niveau de vie, l’esprit chaussonnier, les traditions et fêtes ouvrières.

7Ce système de la chaussure a implosé. Essentiellement en raison de son incapacité à s’adapter au nouvel environnement économique : du fait de l’inadaptation des structures des entreprises, notamment du point de vue des formes juridiques. Ce sont pour l’essentiel des entreprises familiales. Du fait aussi de l’incapacité du petit patronat de la chaussure en termes de gestion, de marketing. Ce patronat est en grande partie issu du monde ouvrier (anciens « chefs de coupe » ou contremaîtres lancés avec l’aide de la famille, anciens artisans). Sa force était basée sur un niveau de capital financier limité et l’utilisation d’un savoir-faire technique hérité mais non évolutif. Les méthodes modernes de gestion financière, commerciale et humaine de certaines entreprises comme Réhault sont l’exception. Le manque de solidarité des banques vis-à-vis de l’industrie locale a joué aussi, en raison de leur absence d’autonomie en terme d’autorisations de crédit ; mais ceci n’est pas spécifique. Enfin, avec les licenciements et les réductions de salaires, il y a eu rupture du consensus local qui constituait l’une des forces de la région fougeraise.

  • 3 J. Faucheux, « L’industrialisation de Fougères depuis 1954 », Le Pays de Fougères, n° 31-32, 1981.

8La longue crise de la mono-industrie de la chaussure que Fougères va traverser a stoppé cet essor et a progressivement imposé une image de ville industrielle en déclin. Cette crise commence en 1932. La ville perd 600 habitants de 1931 à 1936, surtout des ouvriers. Elle se poursuit après 1945. Les années d’après-guerre connaissent d’étranges séries d’incendies de locaux industriels. Les disparitions d’usines s’accélèrent : de 1952 à 1968, 57 usines dont 51 usines de chaussures représentant 2 269 emplois. Le nouveau député, Michel Cointat, RPR, parle d’« une ambiance d’abandon, d’un climat de désespérance exacerbé3 ». Dans l’immédiat pourtant, au cours de ces années soixante, les conséquences pour l’économie locale sont moins graves qu’on pourrait le penser.

  • 4 Jacky Hamard, « L’affaire Réhault », Le Pays de Fougères, n° 50, 1984.

9La prospérité relative des établissements les plus dynamiques, notamment après 1962, permet des reclassements rapides et même une légère progression des effectifs de la branche qui passent de 3 850 à 3 980 emplois de 1962 à 1968. Le plus gros établissement, l’usine Réhault, se distingue sur bien des plans de l’usine-type : par ses effectifs (jusqu’à 1 200 ouvriers en 1966 !) ; par le plus haut niveau de ses salaires ; par l’intéressement de ses salariés aux résultats de l’entreprise (accord patronat-syndicat au niveau de l’entreprise en 1953) ; par un esprit maison (les « Réos » ont le sentiment de faire partie d’une aristocratie ouvrière). Mais après 1968, tout se dégrade dans cette entreprise modèle4 : le changement dans la mode (déclin du modèle Louis XV, mode des pantalons de femmes), la concurrence des chaussures étrangères notamment italiennes sur le marché intérieur et extérieur (URSS) malgré la constitution de France-Arno avec des capitaux américains pour essayer de conquérir des marchés extérieurs. Il s’ensuit une diminution de la production, une remise en cause des accords de 1953, des licenciements et des baisses de salaires entraînant ici aussi une rupture d’un consensus-modèle qui localement faisait des jaloux (1 200 salariés en 1966, 919 en 1970, 864 en 1972, 812 en 1974, 687 en janvier 1976, 655 en février 1976).

  • 5 M. Réhault, maire de 1950 à 1965, est un des plus gros employeurs de la ville. En 1976, après la d (...)
  • 6 Interview pour l’émission de TV « Survivre à Fougères », Zoom-Camera 3, 1967.

10Ce qui avait fait le succès du modèle fougerais pendant près d’un siècle va rendre sa fin plus chaotique. Pour maintenir leur privilège d’embauche et des niveaux de salaires plus bas, les « seigneurs de la chaussure », maire en tête5, ont tout fait pour décourager l’implantation d’industries concurrentes. Les éléments les plus brillants du patronat local ont fait preuve d’un aveuglement étonnant. Face à la concurrence des régions à bas salaires, ils n’avaient qu’une alternative : le repli frileux pour un sursis très éphémère ou l’adaptation, la modernisation. Au lieu d’évoluer le système s’est figé. Un peu blasé, l’industriel Jean Réhault explique à l’époque, que Fougères est frappée par « un phénomène de vieillissement un peu comparable à ce qui se passe en Angleterre où ouvriers et syndicats sont prisonniers de leur passé » et pense sans trop y croire que la seule solution est celle que pourtant il a tout fait pour empêcher jusqu’ici, l’implantation d’industries venues de l’extérieur6. La persistance du caractère mono-industriel de la ville jusqu’à la fin des années 1960, constituait effectivement une faiblesse dangereuse (voir annexes, graphique 1A). L’évolution s’est imposée de l’extérieur.

Les décentralisations industrielles et les grandes crises des années 1975-1985

Les décentralisations

11Dès 1954, cette fragilité représentée par le règne sans partage d’une branche industrielle récessive est mise en évidence par un rapport de la commission économique de la CFTC. Le « rapport Barache » préconisait la création de 500 à 1 000 emplois nouveaux pour sortir Fougères de la mono-industrie en déclin. L’époque est propice : l’État lance sa politique d’aménagement du territoire. La ville souffre de certains handicaps : enclavement, zone industrielle tardive, image de marque plutôt négative. Mais ses atouts ne sont pas négligeables : les deux cantons de Fougères viennent d’être classés « zone critique », ce qui permet aux investisseurs d’y bénéficier de la prime spéciale d’équipement (PSE). Paris est à moins de 300 km. Il existe de nombreux locaux industriels vacants et surtout, argument décisif, une main-d’œuvre rodée au travail en usine, docile et payée 45 % de moins qu’à Paris.

12En fait l’arrivée de l’établissement le plus important, la SAGEM (électronique) en 1969, est largement due aux démarches de M. Cointat auprès du gouvernement Chirac. Au début de son mandat, le nouveau député se devait de répondre de façon spectaculaire à la « désespérance » de ses électeurs. Au total, 25 établissements nouveaux jusqu’en 1975 créent environ 3 000 emplois presque uniquement d’exécution : habillement (1 100), mécanique et électronique (1 200), industries du meuble et du verre.

13En compensant le déclin des industries traditionnelles, ils contribuent à atténuer la crise et à préparer les bases d’un renouveau. Mais rien à voir avec la mutation d’un système local, celui qui avait fait la fortune de la ville. Les transformations sont fondées sur l’apport d’activités et de capitaux extérieurs et sur l’arrivée d’une main-d’œuvre rurale sans tradition industrielle et peu exigeante en matière de salaires (voir annexes, graphique 2).

L’agonie de la chaussure et l’échec de la greffe textile

14Malgré cette réelle diversification, en 1975, 40 % de l’activité industrielle correspondent à des secteurs fragiles (cuirs-peaux et habillement) et au bâtiment (11 %). Le solde des emplois industriels recommence à se dégrader à partir de 1975. Deux dates résonnent encore comme des glas : 1976 et 1985.

151976 : la dernière crise de la chaussure, en 1975-1976, entraîne la fermeture de trois gros établissements et la suppression de 1 100 emplois (dont 650 licenciés chez Réhault). Cette fois les délocalisations d’établissements fougerais ne concernent plus la région proche mais la Tunisie. Manifestations et occupations d’usines font la une des quotidiens régionaux. L’écho en est répercuté par les journaux et les chaînes de TV nationales.

  • 7 SPLI : Société parisienne de lingerie indémaillable.
  • 8 M. Phlipponneau, Le modèle industriel breton 1950-2000, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, (...)

16La crise est aggravée par la fermeture d’entreprises artisanales de granit (Louvigné-du-Désert), d’entreprises de bâtiment, d’usines d’habillement récemment décentralisées (SPLI7 à Fougères et Saint-Brice-en-Coglès), même si les usines créées par les cadres de ces entreprises décentralisées ont tendance à mieux résister que l’usine-mère8. Tout ceci contribue à accréditer l’idée d’un sinistre irréparable. La ville s’enferme dans la morosité. Le mythe de la fatalité s’installe.

171985, l’année noire. Le « creux de la vague » est alors atteint. Le mouvement de désindustrialisation est surtout spectaculaire à Fougères (fermeture d’une quinzaine d’usines et perte de 1 500 emplois en 1985-1986). Au total l’industrie a perdu dix points de 1975 à 1988, passant de 50,1 % à 40,3 de l’emploi total (–2 270 emplois) (voir annexes, graphique 2). C’est au cours de cette période que le chômage atteint des sommets dans le pays de Fougères : 2 870 personnes en 1983, 4 200 en 1987 (DNS) soit près de 13 % de la population active (et près de 40 % de chômeurs longue durée).

Vers un nouveau système territorial de production

L’évolution récente du tissu industriel et la tertiarisation

18Les trois éléments du graphique 1 (voir annexes) résument l’évolution de la structure de l’emploi ces trente dernières années (1968-1998). Celle-ci se caractérise par un repli-adaptation des branches traditionnelles et par le bourgeonnement de nouvelles activités très dynamiques. L’ensemble tend progressivement et plus ou moins spontanément à retrouver une cohérence à la fois technique et identitaire qui permet de parler de système. Une revue des différentes branches peut donner une idée de la complexité des processus qui concourent à l’émergence d’un nouveau système territorial de production (voir annexes, graphique 3).

L’évolution duale des branches traditionnelles

19Cela se traduit par l’effacement de certaines branches (chaussure, textile, granit), mais aussi par le renouvellement d’autres secteurs industriels.

20La branche chaussure-maroquinerie a fortement régressé (perte de 390 emplois ces vingt dernières années). Elle ne représente plus que 710 emplois dans huit établissements concentrés dans la ville qui ont souvent recours à la sous-traitance à Fougères ou à l’extérieur (Choletais). La production s’est resserrée sur les produits de haut de gamme commercialisés en Europe (Allemagne), Moyen-Orient et Japon. Les effectifs tendent à se stabiliser. Mais ces entreprises de main-d’œuvre craignent très fortement les conséquences de l’application des 35 heures dans cette industrie. J.-B. Martin (224 salariés), a enrichi sa gamme par la marque Kenzo, rachetée par la reprise de la Sodeco (Les Herbiers, Vendée). Barbier-Hasley (150 salariés) se signale par la modernisation de ses méthodes de gestion et de marketing, Delage (48 emplois) est très concurrencé par l’Italie. Orca-accessoires (167 salariés) commercialise plus de la moitié de ses produits (ceintures, articles de cuir, etc.) en grandes et moyennes surfaces avec une diversification vers des magasins spécialisés et une forte part d’exportations.

21Granit et textile-habillement sont surtout représentés à la périphérie. Le textile (658 emplois) n’est qu’en partie un héritage des décentralisations : la Société bricoise de confection (141 salariés à Saint-Brice-en-Coglès), Les Tricotages de l’Aa (219 emplois) et Attuil (62 emplois) à Louvigné-du-Désert, Davenel à Saint-Aubin-du-Cormier, Façon luxe à Fougères (44 emplois). Malgré un bon niveau général d’activité, cette branche est dans une situation fragile (phénomènes saisonniers, guerre des prix, problème des 35 heures). L’industrie granitière (761 emplois) a contribué au même titre que la chaussure à l’image du pays de Fougères, mais comme le textile elle concerne les zones rurales ou les petites villes. La Générale du Granit (142 emplois) à Louvigné-du-Désert, Rébillon-Granits Polis (65 et 56 emplois à Baillé et Saint-Brice-en-Coglès) dominent et résistent mieux au milieu d’un tissu de petites entreprises souvent artisanales dont les effectifs ont beaucoup décliné. Une modernisation des activités a été opérée avec l’utilisation de machines de haut niveau technique (dont certaines sont fabriquées à Fougères par la société Gilbert et Villamée et par la société Leprieur). La production est soutenue en funéraire mais variable en voirie très sensible à l’évolution des marchés des collectivités locales.

22D’autres secteurs traditionnels, en revanche, se développent et se renouvellent.

23L’agroalimentaire est le premier employeur du pays de Fougères (1 609 emplois) et son dynamisme compense largement les pertes des secteurs traditionnels précédents en périphérie. La société d’abattage Abera (Saint-Brice-en-Coglès, 300 salariés), possède de nombreux marchés hors d’Europe, de même que Vivendus (60 salariés) sur le parc de l’Aumaillerie à Fougères ; la laiterie Nazart (113), Armor Protéines (127), la société Arômes de Bretagne (80), les entreprises d’aliments du bétail : Guyomarc’h (82 à Louvigné), Michel (91 à Saint-Germain-en-Coglès).

24Le secteur bois-ameublement regroupe un ensemble d’entreprises diverses tant par les produits que par le niveau technique. Globalement ici encore la qualification des emplois est faible. Aux activités traditionnelles de scierie et négoce du bois et panneaux (Peltier, 50 emplois à Javené) se sont ajoutées des activités décentralisées : SIMMONS, pionnier français du matelas à ressorts ensachés existe en France depuis 1929, intégré au groupe Cauval industrie depuis 1992. Le siège social est en région parisienne, à Lognes (Seine-et-Marne). L’usine de Fougères créée en 1959 est l’un des trois sites décentralisés qui représentent au total 480 salariés avec Flaviac (Ardèche) et Saint-Amand-les-Eaux (Nord). Une usine nouvelle a été créée en 1979 (9 000 m2 et 105 salariés en 1999 ; elle produit 400 à 700 pièces par jour). Fevrier SA représente à l’inverse un exemple d’expansion spectaculaire d’une affaire locale. Installée dans la banlieue de la ville, à Lécousse (91 salariés), c’est l’une des grandes entreprises françaises des fenêtres, portes-fenêtres, charpentes et escaliers.

25Le BTP se maintient. Avec 1 263 emplois, ce secteur présente, comme dans l’ensemble national, des aspects très contrastés : les nombreuses petites entreprises côtoient de grosses entreprises à rayonnement national ou régional : Pinto 93 et 53 salariés, SOTRAV, Guillaume…

L’affirmation de nouvelles spécialités

26Métallurgie-mécanique et électronique-matériel électrique arrivent désormais au second rang après l’agroalimentaire (2 658 emplois en 1998). Mais ils sont très largement concentrés dans l’agglomération de Fougères. Elles donnent un aperçu de ce qu’aurait pu être une diversification spontanée du système de la chaussure et symbolisent avant tout à la fois la reconversion industrielle de la ville.

27La mécanique-métallurgie (1 332 salariés) est désormais la grande spécialité de la ville de Fougères, formant un tissu de PME très dynamique. À Fougères même certaines entreprises qui participaient de l’ancien système de la chaussure se sont diversifiées : Taillandier-Macé (à la fabrication d’emporte-pièces pour chaussures et maroquinerie se sont ajoutées les activités de formes de découpe au laser pour cartonniers, imprimeurs, sérigraphes et le thermoformage). D’autres sont intégrées dans un vaste système de sous-traitance industrielle de l’Ouest de la France dont Citroën à Rennes est le principal donneur d’ordres. Ouest-Tôlerie (108 salariés), Bamarec (84), SEIDMA (23), FPI (44), Ten Cate Enbi (bureautique), 153. Leclerc (outils coupants de précision, 115 salariés) résulte de la décentralisation ancienne d’une société parisienne familiale dont Fougères est la seule usine ; le siège, la conception et les études sont restés à Paris. Groom 78, récemment rachetée par le groupe allemand Doma, leader mondial de l’équipement des portes a ouvert de nouveaux marchés et accru son assise-fournisseurs. En périphérie : l’usine Legris SA (95 salariés à Baillé, siège social à Rennes) qui est un des rares exemples d’essaimage industriel à partir de Rennes dont on peut dire que de ce point de vue le titre de métropole parfois employé est très abusif, Sanitec, 39 emplois à Louvigné-du-Désert, Tetras (Saint-Brice-en-Coglès, 59 salariés) spécialisé dans la fabrication de pièces en thermoplastique injectées pour la bureautique.

  • 9 École centrale des arts et métiers.

28Le cas de Ouest-Tôlerie est assez représentatif d’un itinéraire industriel local dans les années 1980-1990. Cette entreprise de découpage au laser de tôles fines est d’origine extérieure. Elle est due en effet à un cadre d’une entreprise d’Orléans, M. Le Diouron, qui après ses études à l’ICAM9 de Nantes a voulu créer sa propre entreprise pour exploiter une nouvelle technique de découpage pour industrie électrique, électronique et téléphonique. Le choix de Fougères s’est fait en grande partie en raison des marchés régionaux et locaux mais l’élément décisif a été la mise à disponibilité d’un local par la CCI. L’emploi s’est développé avec la diversification de la clientèle (Merlin-Gerin, Aérospatiale et l’élargissement géographique du marché, région parisienne et Rhône-Alpes) : de 5 salariés en 1979 elle est passée à 108 en 1999. Elle a suscité un petit réseau de sous-traitance : ONYX, une filiale spécialisée dans le découpage emboutissage sur presse pour grandes séries, tandis qu’elle est à l’origine de la création d’usines de peintures spéciales et traitement de surface SFPI (44 + 11 salariés).

29La SAGEM, avec ses 1 000 salariés permanents et ses 1 200 intérimaires, domine largement l’ensemble électricité-électronique dont l’activité est très soutenue par le secteur GSM (Global System for Mobile Communications). Principale décentralisation des années 1960 (1969), elle fait longtemps figure d’isolat fordiste. Usine d’exécution sans stratégie autonome, elle emploie encore majoritairement une main-d’œuvre peu qualifiée et dont les variations d’activité sont absorbées par le recours à la main-d’œuvre intérimaire. Mais, portée par la conjoncture très favorable de la téléphonie mobile, ses effectifs ont fortement augmenté (l’usine de Fougères a fabriqué 65 % des 7 millions de mobiles produits par la SAGEM en 1999). L’entreprise a des projets d’extension sur Fougères en relation avec l’évolution technologique de ce secteur. L’activité Fax serait transférée à Dinan (Côtes-d’Armor). De plus, depuis quelques années, elle a tout de même suscité la création de quelques sous-traitants : ARTEC, 155 salariés, complétée par une activité maintenance GSM et micro-informatique, SYNTHESE, qui employait 65 salariés à Fougères jusqu’à sa fermeture provoquée par l’arrêt des commandes de la SAGEM… D’autres sous-traitants se sont affirmés depuis quelques mois en relation avec la volonté du donneur d’ordre de jouer sur la proximité spatiale pour améliorer sa logistique.

  • 10 Bretagne Économique, n° 106, octobre 1998, p. 22.

30La chimie-pharmacie, en revanche, a une part encore modeste (150 salariés environ), mais sa progression est rapide. Elle est d’une grande variété : la petite usine Javenech (15 salariés), de production d’ADN, protéines, acides hyalurinique (pour la pharmacie et la cosmétologie) ou le laboratoire cosmétique (33 salariés). Aerochem, créée en 1995 à Bazouges-du-Désert, emploie 32 salariés et le chiffre d’affaires est passé de 13 à 30 MF. Panpaharma SA (à Luitré) a été créée en 1980 pour la fabrication de produits vétérinaires ; détruite par un incendie en juillet 1995, elle est revenue en 18 mois de 20 à 100 salariés. Son chiffre d’affaires est réalisé à 80 % à l’exportation10. Son PDG Xavier de Bouchony est assez représentatif de la nouvelle génération de patrons fougerais, dynamiques, très ouverts aux défis de la concurrence et en même temps jouant à fond les potentialités d’interaction du système industriel local.

31Avec près de 700 emplois à la fin de 1999, l’industrie du verre est devenue l’une des bases du nouveau système de production. Pour une part cette activité peut être considérée comme traditionnelle. La verrerie existe à Fougères depuis le xvie siècle (arrivée de verriers italiens). Elle a participé du déclin de l’ancien système (fermeture des Verreries de Laignelet dans l’entre-deux-guerres puis relance de l’activité sous forme coopérative sous l’impulsion de l’abbé Bridel). La Cristallerie de Haute Bretagne, 80 salariés début 1999, en est l’héritière. Sa production aux méthodes encore assez artisanales est soutenue par la qualité reconnue de ses produits (verrerie soufflée bouche, en souffle tourné : verres de tables, carafes, vases, flacons de parfums). À cette activité de verrerie proprement dite, se sont ajoutés des éléments d’origine exogène et endogène (verre industriel et optique) si bien que ce secteur du verre peut à juste titre être considéré comme nouveau. L’usine AIV (95 salariés début 1999) produit des vitrages isolants, du verre trempé et du verre feuilleté. Le dynamisme de sa gestion et récemment son intégration dans le groupe Glaverbel lui a permis d’étendre ses marchés.

32Mais le cas le plus intéressant est fourni par le développement exceptionnel d’une entreprise d’origine locale un moment menacée de disparition : Ouest-Optique devenue American Optical France. Créée après la guerre par M. Martin, un ancien élève de l’école d’optique de Moret, l’activité de façonnage de verres de lunettes sur commande d’opticiens débute très modestement dans un local du quartier industriel péricentral de Bonabry. La progression de la production impose un transfert dans des locaux plus grands rue de Plaisance toujours en ville. L’entreprise, rachetée par un groupe britannique en 1976, devient UK Optical. Les effectifs atteignent 135 salariés. Des difficultés surviennent. Elle est restructurée en 1983 par un cadre, M. Georges Gougeon, qui lui permet un retour au profit dès 1985. Deux ans après elle est rachetée par American Optical qui construit une nouvelle usine en 1989. Les activités concernent toujours le surfaçage, le traitement, mais aussi le montage et commercialisation de la gamme complète des verres ophtalmiques, mais l’adaptation aux besoins est permanente. Imagination, créativité, réaction immédiate au marché, rapidité du passage de la commande à la livraison dans toute l’Europe. La très vive progression du chiffre d’affaires (195 MF) est révélatrice de cette gestion flexible et dynamique. Elle est symbolisée par la personnalité du directeur, François Bes de Berc, PDG d’American Optical France. Cette entreprise à établissement unique (Fougères : 450 salariés fin 1999) est l’un des trois premiers surfaceurs français (derrière Essilor) ; elle est intégrée depuis 1996 dans le groupe SOLA, le n° 2 mondial (7 800 salariés).

Un nouveau système industriel

33Parler dès l’abord d’un nouveau système industriel risque de conduire à négliger l’ensemble des éléments qui contribuent à son fonctionnement : évidemment ceux-ci n’appartiennent pas qu’au secteur industriel. Il faut envisager le système local d’acteurs (politiques, CCI, etc.). L’expression de système territorial de production est donc plus adaptée. Plus globalement les performances économiques d’un territoire dépendent aussi très largement des qualités de l’environnement, notamment du système urbain local. L’ensemble forme le territoire et son système spatial. Contrairement à ce qui est souvent avancé, les territoires ne sont pas des structures d’un autre âge. Avec leurs spécificités et leurs atouts ils jouent un rôle croissant dans la compétition mondiale. La capacité d’un système territorial de production à s’adapter par l’innovation ou l’importation de nouvelles activités est décisive. Cette capacité ne dépend pas que des industriels. Ce qui a été dit précédemment illustre très concrètement comment ceci a pu s’opérer dans une ville où la mutation n’était pas gagnée d’avance.

La juxtaposition de plusieurs sous-systèmes productifs

34Évidemment le milieu local n’est pas homogène. On peut considérer que cohabitent plusieurs sous-systèmes productifs :

  • Un système traditionnel plus ou moins adapté avec notamment de nombreux établissements artisanaux ;
  • Un système traditionnel rénové (chaussures Barbier) ;
  • Une reproduction modernisée du « district industriel » dans des branches nouvelles (mécanique) mais qui n’a pas atteint la masse critique nécessaire et qui est confronté à l’insuffisance de main-d’œuvre qualifiée. Elle se caractérise par son dynamisme et l’importance des liaisons interindustrielles locales. Sur ce complexe de la mécanique constitué à l’origine d’entrepreneurs locaux (Grimont, Sénéchal, Georgeault, Crocq, etc.) se sont greffées des implantations nouvelles : Ouest-Tôlerie, Createc-Rollers (1989), Texton (à Saint-Aubin) ;
  • Des entreprises d’origine locale redynamisées ouvertes à l’international mais ayant peu de relations techniques avec le système local comme Ouest-Optique ;
  • Enfin le gros établissement d’électronique de la SAGEM. Celui-ci s’est longtemps comporté comme un isolat fordiste dont l’effet de masse contribuait à soutenir l’emploi local mais qui pourrait à terme être un élément de fragilité en raison de sa dépendance de la conjoncture et de centres de décisions extérieurs (SAGEM). Depuis quelque temps cet établissement a tendance à développer des activités de sous-traitances : Artec (150 salariés), Scotolec ; mais Synthèse a fermé lorsque la SAGEM lui a supprimé ses débouchés.

35Ce dernier cas illustre un problème de Fougères qui n’a rien de très original, ni de spécifique, celui de la dépendance de centres de décisions extérieurs. L’importance de la sous-traitance dans la mécanique par exemple accroît la sensibilité aux variations conjoncturelles des donneurs d’ordre (usine Citroën de Rennes, aéronautique…)

Une nouvelle « atmosphère industrielle » ?

  • 11 Centre des entrepreneurs de la région fougeraise.

36De nouveaux profils d’entreprises, une nouvelle main-d’œuvre, un nouveau consensus, un nouvel esprit d’entreprise ouvert à l’innovation et à l’international, tous ces éléments concourent à l’apparition d’un nouveau milieu. La mutation est d’abord structurelle : le recul des « grands » établissements traditionnels et leur remplacement par un nouveau tissu constitué de petites unités de 20 à 150 salariés. La diversification industrielle par création de petites unités dynamiques souvent sous-traitantes dans des spécialités « pointues » ou de haute technologie. Cette atmosphère favorable à des initiatives locales est illustrée par les créations d’activités induites, la SFPI pour répondre à une demande de Ouest-Tôlerie par exemple, encouragées par le CERF11.

37La transformation concerne aussi les acteurs : l’ouvrier fougerais actuel, ouvrier qualifié ou technicien supérieur recruté au niveau du BTS, n’a plus grand-chose de commun avec le chaussonnier des années 1960. Le chômage enkysté a progressivement diminué par effet de génération. Avec 2 098 DNS en août 1999, Fougères a un taux de 9,5 en forte baisse pour toutes les tranches d’âges, inférieur à celui de Rennes (9,8), Redon (11,4) et Saint-Malo (12,9) mais supérieur à celui de Vitré (6,5 %). Mais cet indicateur est influencé par les nombreux départs de jeunes. Dans le contexte actuel de croissance rapide de l’emploi, le problème de Fougères est la pénurie de main-d’œuvre, surtout de main-d’œuvre qualifiée. La SAGEM est l’exemple type d’entreprise locale ayant du mal à recruter des salariés de niveau bac pro et BTS électronique. Faire venir de la main-d’œuvre suppose de l’accueillir correctement. Cela implique une politique de formation mais aussi une véritable politique de logement et d’amélioration du cadre de vie, qui renvoie à la question du système urbain évoquée plus loin.

38Même si le niveau général de qualification s’est beaucoup élevé, la structure locale de l’emploi est encore marquée par la prédominance des emplois d’exécution

39À titre indicatif les demandes selon la qualification (cat. 1 i. e. temps plein CDI) en août 1999 :

40Du point de vue des mentalités, on assiste à l’effacement progressif d’une culture de soumission un peu défaitiste transmise par des années de paternalisme de la chaussure et les crises industrielles. En revanche subsiste encore une conscience peut-être moindre des enjeux et des impératifs de la nouvelle économie dans des milieux familiaux où règne encore une conception dépassée du rapport salarial et de l’entreprise. La structure sociale de la ville n’en est qu’en partie responsable. Mais il est vrai que la faible représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures pose un problème culturel.

  • 12 Hervé Seyriex, L’entreprise de 3e type, Paris, Seuil, 1984.
  • 13 Ille-et-Vilaine Développement 35.

41Le patron fougerais de l’an 2000 a progressivement rompu avec des attitudes et des modes de gestion dépassés. Mais il subsiste des réflexes qui pourraient mettre en péril l’avenir de certaines entreprises locales à fort potentiel. D’où la nécessité d’une gestion plus moderne et d’un nouveau rapport salarial fondé sur la communication. Le rôle de personnalités comme Joël Rochard, ancien directeur de l’AIV puis directeur de la CCI, a contribué à faire changer les mentalités locales (formation permanente, conférences d’intervenants extérieurs, notamment celle d’Hervé Seyriex auteur du fameux ouvrage L’entreprise du 3e type12). Le rôle de la CCI s’est affirmé avec Jean-Claude Crocq dans le cadre d’une collaboration constructive avec la municipalité. Depuis son départ pour la présidence de la chambre régionale, les relations entre les deux partenaires Ville-CCI se sont dégradées. Ceci affaiblit le système local d’autant plus que chacun des deux partenaires s’est un peu mis en retrait : le maire a pris le parti de ne pas se mêler d’économie et contrairement à beaucoup d’élus, se contente de gérer le potentiel local sur le plan social et urbanistique. Ouest-Atlantique avait joué un rôle essentiel dans l’apport de nouvelles activités mais depuis le transfert des fonctions de prospection à ID 3513, les installations nouvelles se font plus rares. Concurrence des autres bassins d’emploi mieux placés comme celui de Vitré, dont le maire, P. Méhaignerie, joue à fond sur ses réseaux ? Quoi qu’il en soit et même si la période des nouvelles implantations spectaculaires est révolue, l’insuffisance de la mobilisation locale pour la prospection est assez frappante.

42Les atouts à faire valoir ne manquent pas : ceux d’un district industriel rénové, mais aussi la tradition industrielle, la qualité de la main-d’œuvre, l’esprit d’entreprise. Ils sont couplés avec de nouveaux atouts offerts par l’autoroute des estuaires et la proximité de Rennes (bientôt 25 minutes). Mais ces atouts ne pourront être exploités que si le système industriel est mis en cohérence et soutenu par le système urbain, et plus globalement les politiques, en matière de cadre de vie (paysages, habitat) dans le pays de Fougères.

Le système urbain et la question du tertiaire

43Il est bien connu que le partage secondaire-tertiaire est très arbitraire. L’objectif de cet exposé était de montrer l’évolution des activités de production de biens et non de faire un tableau global de l’économie fougeraise. Mais dans la mesure où tout est en interaction dans un système territorialisé, il est indispensable d’évoquer au moins brièvement les activités de services et d’intermédiation (marketing, publicité, distribution, conseil en gestion, expertise, assistance juridique, veille technologique, communication). Le rôle des facteurs immatériels est de plus en plus souligné comme facteur de développement et de dynamisme économique (formation continue, réseaux de compétences et de conseils entre entreprises). Le caractère plus ou moins diversifié et le niveau de spécialité et de qualité de l’offre dans ces domaines est un des facteurs déterminants de nouvelles implantations industrielles du fait de l’importance croissante de l’externalisation. Or ces activités naissent en ville ou recherchent des localisations urbaines. Il n’y a aucune raison pour qu’une ville moyenne comme Fougères ait systématiquement recours aux services de la capitale régionale voisine. Encore faut-il que le système urbain local soit suffisamment attractif. La qualité de l’environnement urbain, qui est très largement fonction de l’offre scolaire, culturelle, hospitalière, joue un rôle évident dans les stratégies résidentielles des actifs qualifiés et plus spécialement des cadres. On l’a vu de manière extrêmement claire lors du refus de délocaliser le laboratoire vétérinaire de Rennes à Fougères. Derrière les arguments techniques (accessibilité) ce sont les motifs personnels des cadres qui ont fait la décision.

44Force est de constater le déclin global de l’emploi dans le pays de Fougères, du fait du déclin de l’emploi agricole, non compensé par les faibles gains industriels (agroalimentaire et textile) et du tertiaire. Dans la ville même, le tertiaire est passé de 39,1 % en 1968 à 58,6 % en 1988. Celui-ci est surtout concentré à Fougères : 7 140 emplois sur les 10 248 emplois tertiaires du pays de Fougères (69,7 %) soit 56,1 % de l’emploi du district de Fougères. Si l’emploi a progressé dans l’agglomération dans les années 1980-1990, c’est grâce au tertiaire.

45Tertiarisation et diversification ont complètement transformé le tissu économique de la ville et de son pays, particulièrement au cours des années 1980. Ce n’est pas vraiment surprenant. Le phénomène caractéristique des sociétés postindustrielles concerne toutes les villes françaises et particulièrement les villes moyennes, qui ont capté à leur profit l’essentiel du développement des nouveaux services. En fait ici plus qu’ailleurs le tertiaire a joué le rôle de soupape de sécurité en permettant le reclassement de beaucoup de licenciés de l’industrie. Son développement s’est fait aussi par inertie pour desservir une population captive d’environ 80 000 habitants mais sans contribuer véritablement à la promotion de la ville et de son pays. Plus que l’emploi public (administration, santé, enseignement), ce sont les services marchands qui se sont le plus développés (transports routiers, commerce de gros et surtout de détail) : 31,3 % des emplois en 1968 ; 39,2 en 1988 ; 43,3 % en 1998 (3 097 emplois dans le district). Il faut dire qu’en matière commerciale, la ville avait pris un retard considérable. En dix ans le niveau d’équipement s’est considérablement amélioré au point que certains considèrent qu’on atteint un niveau de suréquipement : deux hypermarchés (Continent 200 salariés, Leclerc 90 salariés), deux supermarchés (Intermarché, Champion). Le potentiel se situerait désormais dans le créneau des moyennes surfaces commerciales. Et toute la question est de savoir si on doit les développer massivement dans le centre, sur la ZAC de la Gare (friche ferroviaire péricentrale) ou si ce site exceptionnel ne devrait pas plutôt accueillir des équipements de loisirs attractifs à vocation intercommunale et générateurs d’urbanité. L’attitude vis-à-vis de cette question est très révélatrice d’un système urbain où l’on a longtemps opposé les logiques économiques (emploi) aux logiques de qualité du cadre de vie (urbanisme). Les actions urbanistiques de qualité ne sont toujours pas considérées comme fondamentales. Pour la ZAC de la Gare, on pense activités économiques, quantités, surfaces, beaucoup plus que qualité, urbanité, urbanisme alors que l’évolution de la demande perceptible dans les villes importantes laisse à penser que la clientèle est un peu lassée des cadres banalisés et stéréotypés des grandes surfaces périphériques et que les centres anciens, les rues traditionnelles ont le vent en poupe.

46Parallèlement, dans les années 1980, ont été entreprises des actions visant à changer l’image de la ville. La célèbre campagne de promotion d’une nouvelle image lancée alors s’est donc bien appuyée sur ces réalités et pas seulement sur des espoirs. Le slogan « À Fougères on est comme çà ! », accompagnant le poing avec le pouce levé, résume assez bien un message destiné autant à la population elle-même qu’à l’extérieur. Le contentieux avec la ville de Carcassonne à propos de l’affiche laissant entendre que le château de Fougères était plus beau que la Cité de Carcassonne a prouvé la force du message. Le lancement de célèbres manifestations culturelles (le festival du Livre vivant) a contribué à faire connaître la ville durant la saison touristique. En revanche, les actions d’embellissement du centre-ville ont eu des effets ambigus : la piétonnisation d’un centre historique excentré a accéléré les difficultés du commerce central déjà mis à mal par la concurrence des grandes surfaces périphériques. La sensibilité au patrimoine, bien qu’affichée, est régulièrement prise en défaut dans les actions d’aménagement urbain où les logiques techniques (voirie) prennent souvent le pas sur des approches plus globales misant sur ce qui, à l’avenir, va faire la différence entre les agglomérations : la qualité de vie et les paysages urbains. De ce dernier point de vue, la poursuite de l’urbanisation de la colline de la Vigne constituerait une erreur irréparable : ce secteur autrefois classé non constructible, face à la terrasse du jardin public, est l’élément paysager le plus fort de la ville ; c’est ce point de vue qui fascine les visiteurs (de Balzac et Victor Hugo aux industriels d’aujourd’hui que leurs collègues locaux conduisent systématiquement à cet endroit magique). Le futur lotissement (mais il avait même été envisagé un immeuble collectif) risque de lui faire perdre tout son charme et par la même occasion de défigurer la ville pour le seul intérêt d’un propriétaire et de quelques nouveaux habitants.

47Par ailleurs, malgré ces transformations, on peut encore considérer que Fougères n’a pas atteint le niveau d’équipement et d’attractivité que le laisserait supposer la population de son agglomération. Très révélateur, l’absence d’une véritable librairie, comme à Roubaix jusqu’en 1997. Il est vrai que Roubaix, tout en constituant un des trois pôles de l’agglomération lilloise, pouvait considérer que l’offre était déjà suffisante à Lille. En dehors des activités banales ou des services propres à ce niveau hiérarchique de ville moyenne : services publics (lycées, hôpital), services aux entreprises (banques, expertise-comptable, commerce de gros plus ou moins spécialisé), le secteur des services est donc sous-représenté.

48Le tertiaire basique (exportateur) a, plus que jamais, du mal à décoller : quelques grosses entreprises de transport (Gelin 215 salariés, Groussard 70, TIV 43 à Fougères, Prodhomme 100 à Saint-Étienne-en-Coglès). Par ailleurs, malgré le dynamisme de l’Office du tourisme et quelques belles réalisations récentes (Parc floral de Haute Bretagne : 40 000 entrées par an), le tourisme souffre d’un défaut d’équipement notamment dans le domaine de l’hôtellerie.

49Plus important encore, l’affirmation encore timide mais assez bien ciblée de politique de formation en lien avec le développement local. Au-delà des structures classiques de formation (collèges et lycées qui constituent les aménités minimales d’une micro-région économique), certaines formations doivent être développées en relation avec le système économique local. Quelques-unes sont publiques : Institut de formation en soins infirmiers (3 ans ; 86 élèves), classes de BTS (5 privées et publiques). Mais les acteurs locaux déplorent les inerties importantes dans le secteur de l’enseignement technique public (où l’on a maintenu longtemps des formations à des métiers en voie de disparition). Les initiatives plus intéressantes sont venues la plupart du temps du secteur privé et de la CCI : création de l’École d’optique Fizeau (3 ans, 112 élèves), de l’École d’audioprothèse (2 ans, 42 élèves), création d’une école d’horlogerie (pour montres de luxe) pour une ouverture en 2001. Le laboratoire national des médicaments vétérinaires (AFSA : 119 emplois) aurait pu être le germe d’un minitechnopôle du médicament vétérinaire si le conseil général et l’État avaient réellement encouragé l’installation sur Fougères du laboratoire vétérinaire départemental. Mais on a laissé les personnels décider du maintien de l’implantation à Rennes. Une fois encore la ville de Rennes montre la timidité sinon l’absence de son rôle de fertilisation de son territoire départemental.

50La capacité à faire de Fougères un pôle de pays capable de rivaliser avec les pôles concurrents au niveau de la grande région ouest se jouera au niveau intercommunal. Les enjeux sont les implantations d’activités économiques et commerciales d’une part et les équipements attractifs et générateurs d’urbanité d’autre part. La faiblesse de la coopération entre Fougères et sa périphérie souligne la nécessité d’une véritable intercommunalité. Celle-ci fonctionne depuis la création du district en 1966 pour les zones d’activités : parc d’activité de l’Aumaillerie, sur la rocade sud (30 entreprises, 1 200 emplois), parc d’activités de Plaisance à Romagné (34 ha sur la A84 à 5 minutes de Fougères, à 20 minutes de Rennes). D’autres plus ou moins concurrentes se développent près des échangeurs de l’A84 : parc d’activités Coglais-Saint-Eustache (25 ha), les Mottais à Saint-Aubin-du-Cormier (14 ha). Mais dans ce domaine c’est au niveau du pays de Fougères que devrait être élaborée une véritable stratégie.

51Dans les autres domaines (fiscalité, services et équipements) on ne peut plus se contenter de discours dénonçant le manque de volonté des communes périphériques ou l’« esprit d’intrigue » des adversaires politiques. Les discours ne suffisent pas, c’est une mise en commun des ressources, des initiatives et des énergies qui s’impose, des engagements précis pour faire de Fougères un véritable pôle de pays et éviter une dispersion des investissements. L’avenir du pays de Fougères se joue là, dans une relance de l’attractivité de la ville-centre, par exemple évitant de construire trois petites piscines ou une grande piscine dans la périphérie à mi-chemin de Saint-Brice et Fougères, mais réalisant un véritable complexe aqua-récréatif, dont on parle en dehors du pays et qui attire une clientèle extérieure, conçu comme un élément d’une opération d’urbanisme et donc greffé sur le tissu urbain de la ville principale. La friche ferroviaire péricentrale de Fougères offre de ce point de vue une opportunité fantastique, mais il semble que la ville persiste à faire de cette ZAC de la Gare une banale zone d’activité commerciale comme il en existe tant en périphérie. Un choix révélateur des peurs, du manque d’imagination et d’audace mais aussi de l’insuffisante prise en compte de la dimension intercommunale.

Conclusion : entre spécialisation flexible et métropolisation

  • 14 Guy Juban, directeur du CREDAF, Observatoire socioéconomique du pays de Fougères.

52Fougères a changé de manière spectaculaire depuis 25 ans. « La ville n’est plus atypique14 » ; pour une ville stigmatisée par ses drames industriels, ce n’est pas la moindre de ses transformations. La fin des années 1990 montre une économie stabilisée, plus équilibrée, malgré une faiblesse persistante du tertiaire. Si le niveau global de l’emploi diminue, c’est essentiellement à cause du déclin de l’emploi agricole. Fougères a maintenu son potentiel industriel : par rapport au nombre de bassins industriels qui ont régressé, c’est déjà une performance. Mais le bassin d’emploi ne décolle pas vraiment. Soixante-seize des 82 créations d’entreprises de 1986 à 1996 subsistent, mais cela ne représente que 1 100 emplois c’est-à-dire une moyenne de 15 par établissement. Très révélatrice la carte d’évolution de l’emploi industriel par zones d’emploi en Bretagne : alors que le centre de gravité de l’économie bretonne se déplace vers l’est, le pays de Fougères en profite peu. Certes l’année 1998 a battu les records en matière d’embauches et, en 1999, Fougères se situe en tête des créations d’emplois en Ille-et-Vilaine. Mais la base économique du pays est encore fragile et insuffisamment dynamique pour mettre un terme à la stagnation démographique. Le solde migratoire s’est amélioré mais les départs de jeunes sont encore importants. Il y a 10-15 ans la structure démographique du pays de Fougères était plus favorable. Et paradoxalement beaucoup d’entreprises éprouvent des difficultés de recrutement. Le développement économique est sans aucun doute bridé par l’insuffisante masse critique de main-d’œuvre qualifiée (ouvriers qualifiés, techniciens). Le niveau relativement faible du chômage global est donc chargé d’ambiguïté. Cette inadéquation entre offres et demandes d’emploi pose la question plus générale de l’attractivité de Fougères, dont l’image reste toujours médiocre malgré la spectaculaire campagne de promotion des années 1980.

53D’autre part le pays de Fougères tend à connaître une évolution duale. Ces dix dernières années le redéploiement des activités aux dépens de branches récessives trouve sa traduction spatiale dans le contraste entre le recul du Nord (canton de Louvigné-du-Désert) et le dynamisme du Sud (sud du canton de Fougères et canton de Saint-Aubin-du-Cormier) qui bénéficient du développement de branches plus porteuses et de la plus grande proximité de Rennes.

54Malgré la dégradation de la structure démographique, les facteurs d’un nouveau dynamisme existent, notamment la puissante tradition industrielle et la qualité de la main-d’œuvre. Les nouvelles conditions créées par le désenclavement dû à l’autoroute des Estuaires ne pourront avoir de conséquences vraiment positives que si s’opère une véritable mobilisation du milieu local. On peut interpréter la récente réinstallation de la statue du général Lariboisière au milieu de la place du même nom comme l’expression d’une nostalgie. Une nostalgie pour l’époque dynamique des années 1880-1890 où Fougères conjuguait consensus socioéconomique et politique, tissu dense de PME, savoir-faire et souplesse d’adaptation. Il ne s’agit pas de rêver à une forme d’organisation économique qui a réussi à son époque. Mais les facteurs d’un nouveau dynamisme fondé sur de nouvelles bases existent et dans ce nouveau système la réutilisation du passé a sa place. Il faut assumer son passé et utiliser son patrimoine sur le plan économique.

55La condition principale de la survie des villes moyennes et de leurs micro-régions (pays), actuellement si fragilisées par la métropolisation, c’est le dépassement des rivalités stériles et une réelle coopération des acteurs locaux, derrière un véritable projet de pays : un consensus minimal suffisant est nécessaire pour entreprendre des actions, des investissements et prendre des mesures significatives en termes de cadre de vie pour proposer un modèle spécifique non seulement de développement mais aussi d’art de vivre.

Annexes

Annexes

Graphique 1. – L’emploi industriel dans le pays de Fougères. Source : CREDAF.

Graphique 2. – Évolution de la structure de la population active de Fougères (5 agglomérations). Source : stat. CREDAF.

Graphique 3. – Pays de Fougères. Évolution des emplois salariés 1988-1998 (hors intérim). Source : CREDAF.

Notes

1 Livre de lecture, cours moyen, Librairie Belin, 1906, rééd. 1976.

2 Jean-Marie Pitois, Souvenirs d’un Vieux Fougerais. L’industrie de Fougères au xixe siècle, édité et commenté par Daniel Bouffort, Jérôme Cucarull et Daniel Heudré, Fougères, 1998.

3 J. Faucheux, « L’industrialisation de Fougères depuis 1954 », Le Pays de Fougères, n° 31-32, 1981.

4 Jacky Hamard, « L’affaire Réhault », Le Pays de Fougères, n° 50, 1984.

5 M. Réhault, maire de 1950 à 1965, est un des plus gros employeurs de la ville. En 1976, après la décision de fermeture de son usine (environ 700 salariés), celle-ci sera le théâtre d’une des plus longues occupations d’usines de ces dernières années.

6 Interview pour l’émission de TV « Survivre à Fougères », Zoom-Camera 3, 1967.

7 SPLI : Société parisienne de lingerie indémaillable.

8 M. Phlipponneau, Le modèle industriel breton 1950-2000, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1993, p. 199.

9 École centrale des arts et métiers.

10 Bretagne Économique, n° 106, octobre 1998, p. 22.

11 Centre des entrepreneurs de la région fougeraise.

12 Hervé Seyriex, L’entreprise de 3e type, Paris, Seuil, 1984.

13 Ille-et-Vilaine Développement 35.

14 Guy Juban, directeur du CREDAF, Observatoire socioéconomique du pays de Fougères.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19510/img-1.png
Fichier image/, 26k
Titre Annexes
Légende Graphique 1. – L’emploi industriel dans le pays de Fougères. Source : CREDAF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19510/img-2.png
Fichier image/, 1,6M
Légende Graphique 2. – Évolution de la structure de la population active de Fougères (5 agglomérations). Source : stat. CREDAF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19510/img-3.png
Fichier image/, 983k
Légende Graphique 3. – Pays de Fougères. Évolution des emplois salariés 1988-1998 (hors intérim). Source : CREDAF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19510/img-4.png
Fichier image/, 1,7M

Auteur

Professeur de géographie-aménagement, université Rennes 2, UMR 6590 CNRS

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540