Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Deuxième partie. Aspects économiques de l’histoire industrielle

Peut-on étudier la Syrie séleucide ?

Pierre Leriche

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Entamés en 1838 et rassemblés en 1877-1878 sous le titre Geschichte des He (...)
  • 2 Par « Syrie hellénistique », j’entends, non pas le seul territoire délimit (...)
  • 3 Exception faite de la très utile étude de Dussaud (...)
  • 4 Tels que Beloch, Bouché-Leclercq, Bevan, Tcherikover, Jones ou Tarn.
  • 5 C’est en 1929 que paraît le premier des douze volumes des IGLS (Inscriptio (...)
  • 6 Une voie surtout explorée par les historiens de l’Égypte ou du judaïsme en (...)
  • 7 Will.
  • 8 Kuhrt A. et Sherwin-White S., Hellenism in the Eas (...)

1Depuis les travaux fondateurs de Droysen1 et jusqu’à une date récente, l’histoire de la Syrie hellénistique2 a presque toujours été traitée avec celle de l’empire séleucide3 et n’a qu’exceptionnellement fait l’objet d’une étude particulière. Chez les historiens du xixe et de la première moitié du xxe siècle4, cette histoire reposait, comme d’ailleurs celle de l’ensemble du monde antique, essentiellement sur l’utilisation des sources gréco-latines. Imprégnée des conceptions impériales, démocratiques et/ou coloniales du xixe siècle, elle était alors essentiellement tournée vers l’établissement des faits politiques, la religion, les institutions et la géographie historique. Par la suite, elle s’est enrichie et précisée, avec la découverte de quelques inscriptions et de monnaies5, remarquablement étudiées par des savants tels que Cumont ou Seyrig, et s’est élargie à l’étude des phénomènes économiques et sociaux en particulier sous l’impulsion de Rostovtzeff, puis, plus récemment à celle des relations entre dominants (« Grecs ») et dominés (populations locales) ou entre hellénisme et cultures orientales6. Les résultats de tous ces travaux ont été synthétisés au début des années quatre-vingt par Éd. Will dans son remarquable ouvrage7 que d’autres synthèses plus récentes n’ont pu remplacer8.

  • 9 Excepté ceux de Flavius Josèphe qui nous ont été transmis de manière (...)
  • 10 Un peu moins sur la côte. Voir la thèse récente de C. Apicella sur Sidon. (...)

2Ce qui apparaît très clairement à travers toutes ces publications, c’est le fait que la Syrie était un élément majeur, l’une des régions les plus riches et les plus urbanisées du monde hellénistique (fig. 1). Malheureusement, d’importantes zones obscures affectent cette période de son histoire, comme d’ailleurs celle du reste de l’empire séleucide. Ceci tient d’abord au fait qu’aucun érudit d’époque hellénistique ne s’est attaché à écrire l’histoire de la Syrie, contrairement à l’Égypte ou à la Babylonie dont l’histoire a été consignée respectivement par Manéthon ou Bérose. Bien entendu, certains historiens antiques ont consacré des développements plus ou moins longs à l’histoire de la Syrie séleucide. Mais, d’une part, aucun d’entre eux – Polybe mis à part – n’est plus ancien que l’époque d’Auguste, ce qui pose un sérieux problème de fiabilité de l’information et, d’autre part, leurs écrits, comme les Syriaca d’Appien, ne nous sont parvenus que par fragments9. De plus, pour compenser cet état lacunaire de notre information, il n’a guère été possible de se tourner vers les documents écrits que peut livrer le terrain. En effet, contrairement à l’Égypte, la Syrie est pauvre en papyrus ; contrairement à l’Anatolie, mais comme le reste de l’Asie, elle est singulièrement avare en inscriptions10 et, enfin, contrairement à la Mésopotamie, elle n’a pas livré de tablettes cunéiformes d’époque hellénistique.

3Il restait donc à rechercher l’information sur le terrain par l’explorationarchéologique.

Émergence de la Syrie hellénistique

  • 11 Rappelons que de grandes expéditions, comme celle de Renan, Butler ou (...)
  • 12 Et, on le sait maintenant, en partie erroné.
  • 13 Sauvaget J., « Le plan de Laodicée sur mer », (...)

4Cette activité s’est déclenchée dès 1920 et a été encouragée par l’administration du Mandat11. Mais c’est surtout à partir des années soixante-dix qu’elle s’est fortement développée. En fait, les missions qui, avant le dernier quart du xxe siècle, ont consacré leurs travaux à des monuments ou des villes d’époque hellénistique (essentiellement Doura-Europos, Apamée du Bêlos et Antioche) ont été peu nombreuses. En outre, si ces fouilles ont procuré des résultats remarquables qui ont bouleversé la connaissance du Proche- Orient classique, ceux-ci ont souvent concerné les périodes romaine et byzantine et leur apport concernant l’époque hellénistique s’est révélé relativement maigre12. Au point que ce sont les conclusions tirées de l’observation du plan des villes de Syrie par l’orientaliste J. Sauvaget (fig. 2)13 qui ont été le plus souvent utilisées pour présenter les cités de la Syrie hellénistique.

  • 14 La mémoire du nom d’Oulagou, petit-fils de Gengis Khan, est encore trè (...)

5Cela tient, bien entendu, au passé des sites hellénistiques eux-mêmes avec l’enfouissement normal des niveaux et des bâtiments de cette époque sous les constructions superposées des états postérieurs (Doura-Europos, Apamée de l’Oronte), parfois même sous des agglomérations actuelles (Antioche sous Antakya, Laodicée sous Lattaquié, Arsinoeia/Démétrias sous Damas, etc.). On doit également penser, et on l’oublie trop souvent, au passé tourmenté de la région, un passé fait de guerres et de massacres avec le passage incessant d’armées telles que celles des Sassanides, des Mongols14 ou des Timourides, auxquels se sont ajoutés des séismes nombreux et dévastateurs.

6Cela tient aussi à l’état de la recherche archéologique jusqu’aux trente dernières années.

  • 15 Sur cet aspect voir : Leriche P., « La méthode de fouille de M. Dunand (...)
  • 16 Voir là-dessus les considérations de Fr. Cumont dans son introduction (...)
  • 17 Une attitude qui reste courante aujourd’hui.
  • 18 Comme toute généralité, cette affirmation comporte des exceptions comm (...)

7Il s’agit d’abord, chacun le sait, de la pratique de l’archéologie qui, durant le xixe et la majorité du xxe siècle, était en fait conduite par des contremaîtres et des architectes15. L’archéologue classique qui dirigeait les fouilles était avant tout un érudit16, la problématique restait celle de la « belle découverte » et les techniques de datation reposaient essentiellement, faute d’autres moyens, sur les inscriptions et les monnaies trouvées en fouille – et remises, quand ils le voulaient bien, par les ouvriers ou le contremaître. Souvent, l’érudit se sentait désarmé face aux réalités mises en évidence par la fouille17, réalités dont il avait alors tendance tout naturellement à chercher l’explication auprès de l’architecte ou dans les textes des auteurs anciens. Et pour beaucoup d’historiens classiques, l’archéologie ne servait qu’à illustrer l’histoire18.

  • 19 Pour ce qui concerne les hellénistes français, la politique de l’École (...)
  • 20 Cumont Fr., Études Syriennes, 1917.
  • 21 Comme ce fut le cas de Samosate engloutie dans les eaux du barrage Ata (...)

8D’autre part, la Syrie séleucide a longtemps été victime d’un réel manque d’intérêt. Même après la disparition du pouvoir ottoman, qui rendait ce domaine pratiquement inaccessible, rares ont été les hellénistes qui ont eu l’idée de se détourner des rivages accueillants de l’Égée pour s’aventurer vers l’Orient hellénisé, si riche de perspectives et si peu défriché, mais d’abord moins facile et où l’hellénisme était moins pur19. Si bien que nombre de sites de villes hellénistiques ont été laissés en déshérence, parmi lesquels, par exemple, ceux de Séleucie de Piérie ou de Cyrrhus encore presque totalement inexplorés bien que largement accessibles ou encore Hiérapolis Bambykè (Membidj) que Cumont a vue en 1905 presque déserte dans sa ceinture de murailles. Aujourd’hui, la ville de Membidj est couverte d’habitations construites avec les matériaux de l’enceinte qui, elle, a disparu20. Cette situation n’a pas complètement changé et l’on sait qu’il a fallu la nouvelle de l’imminence de la construction du barrage de Biredjik pour que s’engage en urgence l’exploration partielle de Zeugma (Séleucie et Apamée de l’Euphrate) afin d’éviter qu’une grande partie de ce site bien connu ne disparaisse sous les eaux sans avoir jamais été fouillée21.

9Il résulte de tout cela que la période hellénistique en Syrie n’était, il y a trente ans, que très peu représentée par des monuments ou du matériel extrait de fouilles. Ce n’était pas le cas de la Syrie romaine et c’est peut-être ce contraste qui a conduit F. Millar à écrire en 1987 :

  • 22 « It is worth suggesting the hypothesis that the remarkable absence of (...)

« Cela vaut la peine d’envisager l’hypothèse que la remarquable absence en Syrie de données concrètes de la période hellénistique pourrait ne pas être un accident que de futures découvertes corrigeraient, mais le reflet d’une absence réelle de développement et d’activité de construction dans une région dominée par la guerre et l’instabilité politique22. »

10Ce point de vue volontairement provocant, puisque le même auteur parle auparavant de la densité de la colonisation en Syrie Séleukis, repose sur l’importance du fait militaire (fortifications, sièges, révoltes, importance du privilège de l’asylie) et la maigreur des découvertes archéologiques.

  • 23 Sur cette question, Gelin M., L’archéologie en Syrie et au Liban à l’é (...)

11En faisant ainsi le constat de la cruelle insuffisance de l’information archéologique en Syrie au cours des xixe et xxe siècles23, on peut mesurer à quel point notre connaissance de ce pays à l’époque séleucide ne pouvait qu’être partielle. Il n’est que de penser à ce qu’était l’histoire de la Grèce antique avant les résultats des fouilles nombreuses qui, depuis le xixe siècle, y ont été conduites sur tous les grands sites, mais aussi sur beaucoup d’autres plus humbles. Et si l’on ne craignait de forcer le trait, on pourrait dire que l’histoire de la Syrie hellénistique était, il y a encore peu de temps, dans le même état que celle de la Grèce à l’époque de Curtius ou de Droysen.

  • 24 Signalons ici la publication prochaine par G. M. Cohen d’une synthèse (...)
  • 25 Voir, en particulier, Hannestad L., Pottery from Failaka, with a surve (...)

12Depuis une trentaine d’années, cependant, les recherches sur la Syrie séleucide ont progressé d’un pas plus rapide et plus ferme. Ce n’est pas tant l’exploitation des sources écrites ou les recherches toponymiques, toujours actives – et qui ont parfois conservé leur caractère de jeu d’érudition sans toujours déboucher sur des résultats probants – qui ont provoqué cette évolution24. C’est plutôt le résultat du développement de la recherche archéologique, une recherche dotée de nouvelles méthodes et qui tient maintenant un rôle important dans l’écriture de l’histoire, surtout quand manquent les textes. Les fouilles ont mis au jour des oeuvres d’art, des monuments et des paysages urbains accompagnés d’un matériel épigraphique et numismatique nouveau. L’étude de la stratigraphie et du matériel céramique de mieux en mieux daté25 a procuré des datations qui manquaient cruellement jusque-là. L’analyse architecturale et structurelle des monuments, les études environnementales et les analyses géophysiques ont apporté des données nombreuses, par nature différentes de celles qu’apportent les textes et parfois contradictoires avec ceux-ci. Mais ces informations complètent heureusement nos connaissances, compensent certaines lacunes et, même, permettent parfois d’aborder les textes eux-mêmes sous un angle nouveau.

  • 26 IFAPO (Institut français d’archéologie du Proche-Orient) et DAI (Deuts (...)

13De plus, l’activité archéologique a connu une forte impulsion avec la création d’une active Direction générale des Antiquités et de deux importants instituts d’archéologie à Damas26, le lancement de fouilles et prospections d’urgence précédant d’importantes opérations d’aménagement (villes nouvelles, barrages) et la multiplication des projets programmés soutenus en particulier par le ministère français des Affaires étrangères. Des sites hellénistiques dont on ne soupçonnait pas l’existence ont ainsi été explorés, cependant que des recherches ont été relancées sur des sites antérieurement explorés, mais en y appliquant une problématique nouvelle. Les études sur la céramique ou la numismatique ont connu un élan nouveau, des prospections de terrain se sont développées, donnant naissance à de nouvelles recherches d’histoire régionale et de géographie historique. La convergence de toutes ces entreprises nouvelles a provoqué de nombreuses découvertes et fait surgir des informations abondantes qui enrichissent de manière notable l’histoire de la Syrie hellénistique.

  • 27 Par exemple, Frézouls Éd. (éd.), Sociétés urbaines et sociétés rurales (...)

14C’est alors que la Syrie séleucide a pu être considérée comme un objet d’histoire en soi et que l’on a vu paraître récemment quelques ouvrages majeurs qui lui sont en grande partie consacrés et dans lesquels l’archéologie apporte une part non négligeable de l’information historique27.

15Parmi les nouvelles données issues de l’archéologie, nombreuses sont celles qui concernent des villes hellénistiques dont certaines étaient déjà connues et d’autres restent encore à identifier. Toutes contribuent à éclairer la question de cet aspect largement mis en avant par l’ensemble des historiens, de l’Antiquité au xxe siècle : l’apparition en Syrie de villes nouvelles et nombreuses à l’époque hellénistique, phénomène que l’on attribue communément aux Séleucides et qui constitue, selon les auteurs anciens et la plupart des historiens contemporains, le plus grand titre de gloire de cette dynastie.

16Ce phénomène est important, car on doit se souvenir que c’est la présence de ces villes qui a changé radicalement la physionomie du Proche- Orient pour toute la période de l’Antiquité et que c’est dans les villes que s’est élaborée la civilisation hellénistique. Les choses ont bien évolué depuis les textes majeurs de Tcherikover, Rostovtzeff ou Seyrig, sans parler de von Gerkan ou Martin. Cela vaut donc la peine, non pas de tenter de faire le point sur cette question dans le cadre de cet article, mais, au moins, de rappeler les acquis qui permettent de développer la réflexion sur le sujet.

  • 28 Leriche P., « Le phénomène urbain dans la Syrie (...)

17J’ai eu récemment l’occasion de publier un état de ce qu’on connaissait il y a quelques années du phénomène urbain en Syrie hellénistique28. Je me contenterai donc ici de rappeler brièvement les découvertes majeures que j’ai alors présentées pour insister un peu plus sur ce qui est apparu depuis. Ensuite, je réexaminerai la question de l’urbanisation de la Syrie hellénistique à la lumière des faits nouvellement apparus et de certaines publications récentes.

Principales découvertes du dernier quart du xxe siècle

18Trois grands sites hellénistiques, dont deux étaient inconnus jusque-là, ont été mis en chantier, cependant que les acquis de fouilles anciennes faisaient l’objet de vérifications dans un contexte nouveau.

Des sites nouveaux

19Trois sites urbains hellénistiques, inconnus, ont été découverts à l’occasion de travaux de grande ampleur et fouillés dans le dernier quart du xxe siècle. En 1976, c’est celui d’Ibn Hani (au nord de Lattaquié), lors du creusement des fondations d’immeubles d’une ville nouvelle ; en 1984, c’est celui de Djebel Khaled, au cours de prospections dans le cadre de la campagne préalable à la construction du deuxième grand barrage syrien sur le Moyen-Euphrate. Enfin, en 1995, c’est le site d’Apamée de l’Euphrate (et de la partie inférieure de Séleucie-Zeugma sur la rive droite), lors de fouilles préventives au moment de la construction du barrage de Biredjik en Turquie du Sud. Les deux premières et Apamée ont été abandonnées rapidement sans avoir subi une occupation d’époque romaine ou parthe, ce qui ôte toute ambiguïté d’interprétation et accroît d’autant leur intérêt.

  • 29 Pour la bibliographie, voir la note précédente et Leriche P., (...)

20La ville hellénistique d’Ibn Hani était une base militaire lagide créée, très probablement, en territoire ennemi au cours de la « guerre laodicéenne » (246-241) et abandonnée au bout de cinquante ans. Longue d’environ un kilomètre et large de près de cinq cents mètres, elle barrait la presqu’île du même nom qui se trouve à 8 km au nord de Lattaquié et fait face à Chypre. Elle a été fouillée entre 1977 et 198329. Depuis, rien n’est venu modifier l’image que j’ai présentée précédemment : un plan d’urbanisme régulier, orthogonal et orienté sur les points cardinaux, un remarquable réseau d’adduction d’eau et un grand égout. À l’est, se trouve une place monumentale circulaire ornée d’un portique. Quelques murs de maisons ont été découverts, dont certains enduits et peints, et un certain nombre de petites terres cuites ont pu être recueillies. On obtient ainsi une image fugitive du niveau de civilisation d’une population « grecque » vivant dans un cadre urbain identique à celui de la Grèce et de la Macédoine.

21L’enceinte de calcaire tendre suit le tracé de la côte au nord et au sud et coupe de manière rectiligne la péninsule à l’est et à l’ouest. Cet ouvrage de trois mètres d’épaisseur est le plus caractéristique des conceptions et des modes de construction de la Syrie de la deuxième moitié du iiie siècle : tours alternativement carrées et semi-circulaires régulièrement espacées, proteichisma et fossé, blocs modulaires de 2 x 1 x 1 coudées disposés en caissons.

22Ces caractéristiques se sont révélées par la suite être un excellent marqueur de la date hellénistique (iiie siècle av. J.-C.) d’une fortification et ont permis d’orienter efficacement les recherches sur d’autres sites.

  • 30 Faute de datations, il n’est pas possible de dire si la ville a ét (...)

23Djebel Khaled, pour sa part, est une fondation datant probablement du règne de Séleucos Ier, découverte en 1986 et fouillée par une équipe australienne depuis 1988. Il s’agit d’une ville longue de 1,5 km, large de 500 m, placée sur une éminence qui lui permettait de contrôler un tronçon important de la vallée de l’Euphrate. Cette ville était dotée de puissants remparts de pierres de taille disposées en caissons. Ceux-ci étaient pourvus de 28 tours quadrangulaires et d’une puissante tour d’angle en fer à cheval et s’ouvraient par une impressionnante porte à cour encadrée de deux tours carrées. Dans la citadelle (environ 2 ha) se trouvait le vaste palais du gouverneur dont le centre est occupé par un jardin entouré d’un péristyle à 36 colonnes doriques. Apparemment, l’existence de cette ville s’est interrompue avec la conquête romaine30.

  • 31 Dans l’ouvrage fondamental de Wagner J., (...)
  • 32 Toutes les dates sont indiquées sous réserve en attendant que soit (...)

24Contrairement aux deux sites précédents, dont l’existence était totalement insoupçonnée, celui de Zeugma était célèbre dans l’Antiquité et son emplacement exact avait été définitivement établi par Cumont en 1917. Les limites de la ville d’Apamée de l’Euphrate en rive gauche avaient déjà été tracées, hypothétiquement, par J.Wagner dans sa publication de trouvailles collectées sur le site en 197431. La fouille et les méthodes de prospection géophysique ont mis en évidence, entre 1996 et 1999, une ville d’environ 50 ha aux puissantes fortifications percées de quatre portes à cour correspondant à quatre rues principales qui encadrent une agora et servent de base à un plan hippodamien clairement mis en évidence (fig. 3). La ville a été abandonnée au ier siècle av. J.-C.32, probablement à la suite de la conquête parthe de la rive gauche de l’Euphrate. C’est alors que la forteresse de Séleucie de l’Euphrate (créée sur la rive opposée en même temps qu’Apamée) semble s’être développée, sans doute grâce à l’apport des émigrés d’Apamée.

Renouvellement des programmes d’exploration
sur des sites déjà fouillés

  • 33 D’après certains indices, j’ai personnellement formulé l’hypothèse (...)

25Les fouilles d’Apamée de Syrie (ou Apamée du Bêlos), engagées dès 1930, ont très vite révélé l’empreinte hellénistique à travers le plan et les fortifications des vestiges actuellement visibles de la ville, celle du ve siècle apr. J.-C. : puissante citadelle isolée de la ville, enceinte suivant les contours des bords du plateau, plan hippodamien aux îlots réguliers dans lequel viennent s’intégrer les monuments et les maisons. Les sondages ouverts sur l’enceinte ont montré que le premier état du rempart de la ville (de même que celui de la citadelle Qalaat el Moudiq où ce type d’appareil est encore tout à fait visible) est en tous points identique à celui d’Ibn Hani dont d’ailleurs (selon la céramique) il serait contemporain (2e moitié du iiie siècle av. J.- C.). Quant à la célèbre rue à colonnades, elle date du début de l’empire romain33.

  • 34 Ce qui apparaît en surface est clairement d’époque romaine et c’es (...)

26Découverte en 1920 sur la rive droite du Moyen-Euphrate, Europos-Doura, célèbre cité antique de 75 ha, fondée par les Grecs, puis devenue parthe puis romaine, a disparu en 256 sous les coups des Sassanides. Son exploration en 1922-1923, puis de 1928 à 1937, a été reprise en 1986. Ses caractéristiques fondamentales sont conformes à celles de l’urbanisme hellénistique : citadelle puissante isolée de la ville, remparts urbains épousant le relief et pourvus de tours quadrangulaires du côté du plateau, porte monumentale, plan intérieur de type hippodamien, agora inachevée, deux palais à cour centrale et colonnades et deux temples, l’un dédié à Artémis, l’autre à Zeus34.

27D’après M. I. Rostovtzeff, le directeur de la mission américano-française qui a fouillé le site entre 1928 et 1937, la colonie macédonienne avait été fondée sous la forme d’une ville à la fin du ive siècle ou du début du iiie siècle av. J.-C. et c’est de cette époque que dateraient la mise en chantier de la ville avec son plan hippodamien autour d’une vaste agora et celle des remparts. La construction avait progressé très lentement et lorsque les Parthes se sont emparés de la ville en 113 av. J.-C., tous ces chantiers ont été abandonnés. Or, des recherches récentes entreprises dans le cadre d’une nouvelle mission franco-syrienne, il ressort que la construction de la totalité de l’enceinte urbaine et la mise en place du plan d’urbanisme datent du milieu du iie siècle et non de la fin du ive siècle av. J.-C.

28L’Europos dont Isidore de Charax (M. P., 1) nous indique qu’elle a été créée par Nicanor (donc à la fin du ive siècle av. J.-C.) n’était, en réalité, qu’un phrourion, une forteresse. Celle-ci verrouillait le passage de la grande route qui longe l’Euphrate entre Antioche et Séleucie du Tigre et l’habitat y était limité à la citadelle et à la périphérie de celle-ci (fig. 4). C’est seulement après le milieu du iie siècle av. J.-C. que fut dessinée et mise en chantier la ville hippodamienne, soit une génération avant la conquête parthe, ce qui explique l’inachèvement des édifices officiels en pierre.

Les nouveaux développements de la recherche archéologique

  • 35 Leriche P., « Doura-Europos hellén (...)

29Depuis la publication des résultats que je viens de résumer, des recherches antérieures menées à Gadara ont été publiées, de nouvelles opérations ont été lancées à Palmyre, tandis que les fouilles ont continué à se développer à Djebel Khaled et Europos-Doura35 et qu’un monument nouveau était identifié à Djazla sur l’Euphrate.

  • 36 Hoffmann A., « Ein hellenistisches (...)

30Situé en Jordanie du Nord à la limite de la Syrie et de la Palestine, non loin de la gorge du Yarmouk, le site d’Oum Qeis, où abondent les vestiges d’époque romaine ou byzantine, a été identifié dès la fin du xixe siècle comme celui de Gadara, cité bien connue de la Décapole. Ce site d’environ 700 x 450 m présente un intérêt certain pour notre propos dans la mesure où des fouilles récentes y ont fait apparaître plusieurs monuments incontestablement d’époque hellénistique. Le premier d’entre eux est un téménos d’environ 100 m de côté au centre duquel s’élevait un temple de Zeus. L’édifice de type prostyle, long de 16,5 m était orné d’une corniche à triglyphes et de colonnes doriques tout à fait classiques. Il s’élevait sur deux locaux jumeaux voûtés dont la fonction n’est pas clairement établie. Un deuxième téménos adjacent un peu plus petit était visiblement destiné à mettre en valeur une grotte naturelle cultuelle36.

  • 37 Hoffmann A., « Die Stadtmauern der (...)
  • 38 Qui, rappelons-le, n’est pas antérieure au iie siècle apr. J.-C. e (...)

31Un deuxième programme de fouilles a permis de dégager un ensemble de fortifications antérieures à celles de la ville qui appartiennent à l’époque impériale (fig. 5)37. Les premières fortifications, de plan très irrégulier, enserrent un espace d’environ 250 x 300 m au sommet d’une colline aplanie qui a été intégrée dans l’enceinte impériale et paraît avoir constitué l’acropole de la ville romaine. Leur tracé adapté à la conformation du terrain, les techniques de construction des murailles édifiées en blocs de taille modulaire de calcaire tendre, la forme pentagonale des tours, tout trahit l’origine hellénistique de cet ensemble relativement bien conservé. Toutefois, le matériel associé amène les fouilleurs à placer la construction de ces fortifications dans la deuxième moitié du iie siècle et le début du ier siècle av. J.-C., ce que confirmerait assez bien l’absence d’appareil à caissons et les similarités avec les fortifications de Samarie. Cette enceinte serait contemporaine du sanctuaire auquel elle est liée. Un schéma qui n’est pas sans rappeler celui de Gérasa avant que ne soit édifiée ce qu’on appelait la « ville hippodamienne38 ».

  • 39 Palmyre ne figure pas à proprement parler parmi les villes ancienn (...)
  • 40 Dentzer J.-M., « Le développement urbain en (...)
  • 41 Venco-Ricciardi R., Hatra. Città del Sole, Cat. (...)

32À Palmyre, surtout connue pour sa célèbre colonnade et ses temples et édifices officiels de calcaire blanc datés du Ier au iiie siècle apr. J.-C., un nouveau programme d’étude du site a été lancé en 1997, non plus sur la partie monumentale de la ville, mais au sud de celle-ci où l’on savait que se trouvaient les quartiers d’habitation39. Une prospection géophysique systématique et de grande ampleur y a révélé la présence d’un ensemble de maisons et de rues très clairement visibles. Par la suite, des opérations de fouille ont confirmé l’exactitude de ce type de prospection et mis en évidence un réseau dense de murs d’habitation organisés en fonction de trois axes divergents qui servent de base à l’organisation de l’habitat et s’inscrivent dans une logique nettement différente de celle de la colonnade de la ville monumentale. On constate ainsi, pour la première fois et de manière claire, que la zone prospectée est densément occupée, que son plan est totalement indépendant de celui de la partie monumentale et que celui-ci ne répond en rien à un quelconque système hippodamien (fig. 6). Ce secteur apparaît plutôt comme un quartier d’une « ville orientale », une organisation de l’espace urbain décrite par E. Wirth et reconnue récemment dans le Hauran40 (à Bosra et Soueida) aussi bien qu’à Hatra41. Enfin, on notera que les murs des différents édifices sont élevés selon la technique bien connue dans la Syrie orientale de la brique crue sur soubassement de pierre.

  • 42 Al-Maqdissi M., « Note sur les sondages (...)

33La période d’existence de cette partie jusque-là inconnue de la ville s’étend, selon les fouilleurs, du iiie siècle av. J.-C. au iiie siècle apr. J.-C. Ceci correspond à une phase de grands travaux qui apparaît dans les sondages ouverts par R. du Mesnil du Buisson dans l’esplanade du grand temple de Bêl, des travaux probablement liés à la construction d’un édifice antérieur au grand temple42.

  • 43 Appien, Guerres civiles, V, 9. Rappelons qu’Appien vivait deux (...)
  • 44 Will Er., Les Palmyréniens, 19 (...)

34On peut donc convenir qu’à l’époque hellénistique, une ville d’une certaine consistance existait à Palmyre à l’époque où, selon Appien43, les Palmyréniens s’étaient réfugiés derrière l’Euphrate pour échapper à un raid d’Antoine en 41 av. J.-C. On sait aujourd’hui que la célèbre Palmyre n’est pas sortie du néant, de « quelque chose encore comme un campement de bédouins », comme on a pu l’écrire récemment44, mais bien d’une ville orientale organisée, même si cette organisation échappait au schéma des créations urbaines coloniales macédoniennes puisque fondée sur des critères différents.

  • 45 Clarke G. W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on (...)

35Contrairement aux fouilles d’Ibn Hani et d’Apamée de l’Euphrate, celles de Djebel Khaled se poursuivent régulièrement et, depuis la présentation que j’en ai faite précédemment, plusieurs articles et, surtout, un premier bilan des recherches ont été publiés45.

  • 46 Je remercie le Pr G. Clarke et le Dr H. Jackson d’avoir bien voulu (...)
  • 47 Exemples récents dans Owens E. J., The City in the Greek and R (...)

36La présentation de la tour nord-ouest et de la porte monumentale de la ville (fig. 7) confirme pleinement le caractère hellénistique de la conception et de la construction de ces bâtiments. Le palais, dont le dégagement a été complété, a livré de nombreux fragments d’un décor architectural caractéristiquement grec et de nombreuses tuiles tombées. Le matériel provenant de la ville et de sa nécropole hors-les-murs (céramique, lampes, etc.) présente de manière constante une très forte majorité d’éléments datant de l’époque hellénistique. Si l’on ajoute à ceci la fouille, encore inédite, d’un îlot bien orthogonal de maisons et celle d’un temple dorique46, on peut dire que la ville présente un caractère strictement hellénique tel qu’on le rencontre dans la Grèce, la Macédoine ou l’Anatolie contemporaines47 et tel qu’on peut imaginer qu’il a pu être sur d’autres sites de Syrie, comme Ibn Hani, les deux Apamées ou Europos-Doura. Quant à la fixation de la naissance et de l’abandon du site, le monnayage découvert sur le site permet de placer l’existence de la ville très exactement dans les limites du règne de la dynastie séleucide.

  • 48 Allara A., Problemi di Archite (...)

37Au cours des cinq dernières années, les recherches sur Europos-Doura hellénistique ont apporté des éléments nouveaux sur le processus de création de la ville48. J’ai traité particulièrement de ce sujet dans le cadre du colloque de Tours consacré à la Syrie hellénistique à paraître prochainement dans Topoi et me contenterai de synthétiser ici les acquis récents importants :

  1. 1.L’effort a été poursuivi sur deux secteurs où l’on espère atteindre l’état hellénistique : le palais du Stratège et l’angle sud-est de la ville, au contact de la plaine. Sur le premier, les pauvres indices qui subsistent après la fouille intégrale et vigoureuse du bâtiment par la mission américano-française montrent que le bâtiment dans son état originel est antérieur au milieu du iie siècle av. J.-C., ce qui ne manque pas de poser des questions sur la chronologie en deux phases de la création de la ville. Dans le quartier sud-est, un ensemble de deux maisons est en cours de dégagement et les sondages confirment l’épaisseur exceptionnelle sur le site de l’occupation, ce qui va permettre de constituer une stratigraphie fine s’étendant sur toute la période d’occupation du site. On espère pouvoir atteindre, sur une large surface et pour la première fois, les niveaux du début de la période hellénistique.
  2. 2. Une série de prospections a été entreprise, parfois avec fouilles, sur les abords du site, puis dans la ville elle-même. C’est ainsi qu’a été repérée et fouillée une petite éminence, à l’ouest des murailles. Cinq tombes grecques en ciste, d’un type très courant en Grèce, y ont été mises au jour, avec, dans l’une d’elles (T. 2), un demi-drachme d’argent. Ce sont les premières tombes grecques et la seule monnaie d’argent jamais découvertes à Europos-Doura. Cette monnaie date d’Alexandre posthume (entre 323 et 300 environ). Elle s’ajoute aux quatre monnaies d’Alexandre, à celle de Lysimaque et aux sept de Séleucos Ier pour confirmer l’ancienneté de l’implantation macédonienne sur ce site.
    La prospection géophysique sur la rive gauche de l’Euphrate montre qu’il n’existe aucune trace d’une extension de la ville au-delà du fleuve. À l’intérieur, en revanche, une carte dressée avec les mêmes méthodes révèle l’existence d’une occupation dense, mais avec parfois de grandes lacunes (jardins ?).
  3. 3. Une attention particulière a été portée au repérage des carrières qui ont été ouvertes dans les wadis intérieurs de la ville. Autour de la citadelle, celles-ci ont été en partie dégagée par la Mission de Yale et se révèlent d’une très grande ampleur. Dans le secteur de la rue principale, en contrebas du plateau sur lequel est établie la ville, d’autres carrières ont été découvertes. L’une d’elles, en particulier, se trouve sur le tracé exact de la rue principale avec un front de taille de six mètres de hauteur (fig. 8). Par la suite, ces carrières se sont comblées et des fours de potiers et des maisons s’y sont installés. Les fondations de ces maisons reposent sur le fond de la carrière. Dans la couche qui recouvre le sol de la carrière se trouvait du matériel céramique du milieu du iie siècle av. J.-C. et, au pied d’une des fondations, une monnaie de Séleucos IV (187-175 av. J.-C.)49. Cette monnaie est très usée, ce qui implique qu’elle a couru au moins une dizaine d’années après son émission et qu’elle a été perdue au plus tôt au milieu du iie siècle av. J.-C. C’est donc à partir de cette époque qu’auraient été construites les maisons, dans une carrière qui avait cessé de fonctionner et se trouvait alors abandonnée.

38Ainsi, l’information procurée par les monnaies confirme-t-elle l’ancienneté de la fondation d’Europos et la date, établie auparavant par l’analyse du matériel céramique, du fonctionnement des carrières à l’intérieur de la ville. La ville hippodamienne n’est effectivement pas antérieure au milieu du iie siècle av. J.-C. De même, la mise en évidence des carrières confirme le fait que l’extension de la rue principale était limitée à la seule surface du plateau et qu’elle ne pouvait donc conduire en ligne droite de la porte de Palmyre à la porte du fleuve.

  • 50 Napoli J., « Les remparts de la forteresse (...)
  • 51 Owens E. J., The City in the G (...)

39Tous les établissements fortifiés parsemés par les Séleucides sur leur territoire n’ont pas donné naissance à une ville. De plus, on sait par Isidore de Charax qu’il en existait un certain nombre le long de la route l’Euphrate, ou par Strabon (XVI, 2, 10) que plusieurs de ces points fortifiés entouraient Apamée du Bêlos. J’avais précédemment constaté que, faute de recherches archéologiques spécifiques, nous ne pouvions connaître quelques exemples de ces forteresses créées pour contrôler le pays autrement que par l’apparence que certaines ont prise en devenant (comme à Europos-Doura) la citadelle d’une ville à laquelle elles avaient donné naissance ou un château fort médiéval. Depuis, un article est paru décrivant la forteresse de Djazla située sur la falaise de rive droite de l’Euphrate, à mi-chemin entre Djebel Khaled et Europos-Doura50. Cette étude descriptive sans fouille d’un fort d’époque romaine précise qu’au moins une partie de l’ouvrage a été bâtie en pierre de taille modulaire selon les mêmes techniques que celle d’Europos-Doura (fig. 9 et 10). Ces techniques, on le sait maintenant, sont précisément datées du iie siècle av. J.-C.51et ont été très probablement abandonnées par la suite, car impliquant la présence de carriers et de maçons professionnels.

40C’est à ma connaissance le seul exemple publié de ce type d’établissement militaire, mais il est certain qu’il en existe d’autres, en particulier sur la côte, qui attendent d’être explorés. Il y a quelques années, j’avais écrit, en parlant des colonies militaires et des premiers phrouria : « Le temps n’est donc pas encore venu où l’on pourra décrire ces premières implantations. » Avec cette étude de Djazla et, sans doute, l’identification d’autres forteresses sur les bords de l’Euphrate et sur la côte méditerranéenne de la Syrie, de nouvelles perspectives s’ouvrent qu’il faudra maintenant explorer.

Autres opérations de terrain

  • 52 Dans les trois premières livraisons de la revue BAAL (Bulletin (...)
  • 53 Perring D., « Excavations in the suks of (...)

41Outre les grandes entreprises qui se sont fixées sur des sites clairement hellénistiques, au moins pour une partie de leur existence, et qui ont été structurées pour durer, il existe, bien sûr de nombreuses autres opérations également porteuses d’informations. On pense, bien sûr, aux fouilles de grande ampleur conduites au centre de Beyrouth et où les vestiges d’époque hellénistique ont été identifiés. Mais cette opération a été répartie en de multiples chantiers qui ont, chacun, eu à traverser des niveaux de l’époque moderne jusqu’à l’époque phénicienne. Partout, des couches et des sols hellénistiques ont été mis en évidence, mais les résultats ne sont actuellement publiés que sous forme de rapports de fouilles52. Un seul article nous fournit quelques lumières en montrant qu’il n’y a pas de rupture entre l’époque achéménide et la période hellénistique et que, à partir du milieu du ier siècle av. J.-C., des résidences de type grec se construisent à la périphérie de la ville53.

  • 54 Sur Amrith, petite synthèse de Jourdain-Annequin C., Héraclès-Melq (...)
  • 55 Lund J., « The Archaeological Evidence for (...)
  • 56 Dentzer J.-M. (éd.), Hauran, I – Recherches archéologiques sur la (...)

42En Syrie du Nord, plusieurs chantiers ont rencontré des vestiges d’époque hellénistique à Amrith54, Gabala, Syano, etc., sans compter les sites déjà évoqués plus haut. Une intéressante synthèse des recherches dans cette région a été publiée en prenant pour point de départ l’hypothèse de F.Millar55. Le constat dressé est lumineux : la Syrie du Nord n’était pas un désert avant l’arrivée d’Alexandre et l’époque hellénistique est une période de prospérité remarquable. Seul le Hauran demeure à l’écart jusqu’au ier siècle av. J.-C.56.

  • 57 Gaborit J. et Leriche P., « Géographie historique de la vallée du (...)
  • 58 Boese J., Ausgrabungen in Tell (...)

43À l’intérieur du pays, les prospections antérieures aux travaux de construction des barrages ont amené la découverte de nombreux sites, parmi lesquels certains présentaient des états hellénistiques57. Le plus important d’entre eux est celui de Tell Sheikh Hassan, sur la rive gauche de l’Euphrate, dans la zone du barrage de Tabqa. Les fouilleurs y ont dégagé une cour de grandes dimensions (une trentaine de mètres de côté), entourée de pièces et dallée de carreaux de terre cuite. Il s’agirait d’un palais d’époque hellénistique auquel seraient associés un rempart à caissons et des tronçons de rues empierrées58.

  • 59 Fouilles à proximité de la porte orientale de la ville et au centr (...)

44Enfin, très récemment, on peut mentionner les nouvelles recherches à Damas qui apportent une lumière indécise sur l’état hellénistique de la ville59 ou celles de Soueida (Hauran), où un palais probablement hellénistique sur une terrasse construite avec un appareil à carreaux et boutisses a été récemment identifié à l’occasion de travaux d’urbanisme.

  • 60 Poccardi G. et Leblanc J., « Étude de la permanence des tracés urb (...)
  • 61 En dernier lieu, Dodinet M., Leblanc J. et Vallat J.-P., « Étude m (...)

45Signalons également les nouveaux progrès dans l’étude de la topographie des cités antiques, en particulier à Antioche60, et le développement des études de cadastres périurbains concernant, entre autres, la région de Damas ou de Homs 61 et qui montrent la survie dans le paysage d’une cadastration prolongeant les rues du carroyage hippodamien de la ville.

Les enseignements historiques

  • 62 Owens E. J., The City in the Greek and (...)

46Lorsqu’on parlait de fondations en Syrie hellénistique, on avait généralement tendance à penser qu’il s’agissait de création de villes, une activité dont les Séleucides se seraient fait une spécialité, comme l’affirme encore récemment J. Owens : « The Seleucid Kings were prolific builders of cities62. » Ce point de vue ne semble plus défendable, au moins sous cette forme. Il n’est pas inutile de rappeler un fait qui n’avait jamais été remis en question, mais que l’on avait tendance à oublier, c’est qu’il existait au moins deux types principaux de création coloniale : d’un côté, les fondations conçues dès l’origine comme des villes à part entière et, d’un autre, les simples établissements militaires fortifiés, désignés comme phrouria ou okhurômata.

47Le deuxième fait d’évidence qu’il convient également de rappeler est qu’un site, surtout un site urbain, possède son existence propre et que ce que nous connaissons de lui en ce début du xxie siècle n’est que le résultat d’une évolution qui l’a généralement transformé depuis l’époque qui nous intéresse. Ainsi formulé, cela paraît évident mais il est clair qu’on a souvent tendance à considérer que l’image actuelle d’un site est celle qu’il avait au moment de sa disparition, sans tenir compte des occupations ou des dégradations postérieures à son abandon. Et parfois, même, on considère que la forme qu’il présentait au moment de sa dernière occupation n’était guère éloignée de celle qu’il avait à l’origine. D’où la tendance fréquente à considérer qu’une ville a toujours été une ville.

48Parmi les exemples que nous avons observés, Apamée de l’Euphrate et Ibn Hani, peut être aussi Djebel Khaled, sont des fondations, sans doute à caractère militaire marqué, mais apparemment créées dès l’origine comme des villes. Il en a été évidemment de même pour Séleucie de Piérie et Antioche, conçues pour être des capitales. En revanche, on a vu que les murailles d’Apamée de Syrie sont nettement postérieures à l’époque de Séleucos Ier, son oikiste selon la tradition, et il n’est pas impossible que l’implantation originelle ait été en réalité constituée par une forteresse établie à l’endroit de la puissante citadelle. Peut-être cela a-t-il aussi été le cas de Laodicée de la mer également pourvue d’une puissante citadelle.

Le problème de la colonisation séleucide

  • 63 Bikerman, 1938, p. 80-82.

49On a l’habitude, depuis Bikerman63, de mettre l’accent sur l’opposition entre les politiques séleucide et lagide de colonisation. Alors que les Lagides n’auraient créé que des colonies militaires ou civiles (katoikiai, politeumata) implantées dans les campagnes et parfois réparties entre plusieurs villages, les Séleucides auraient pratiqué une active politique de colonisation et surtout d’urbanisation sur l’ensemble de leur immense empire. Ceci aurait été plus particulièrement vrai en Syrie du Nord où les nouvelles colonies, villes ou simples garnisons militaires peuplées de colons venus de Grèce, de Macédoine ou de cités grecques de l’Asie Mineure, étaient si nombreuses que toute la région était désignée sous le nom de « Nouvelle Macédoine ». D’ailleurs, plusieurs historiens ou géographes anciens tels que Diodore, Strabon, Pline, Appien ou Malalas ont exalté cette politique, qu’ils ont présentée comme une volonté des souverains séleucides de civiliser les peuples de leur empire en les hellénisant. Un topos qu’on retrouve chez Plutarque qui faisait gloire à Alexandre d’avoir couvert l’Orient de villes, foyers d’où rayonnait la civilisation grecque, faisant sortir les populations soumises de leur barbarie.

  • 64 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XXII, 150. Un cas (...)

50Pourtant, en Égypte lagide, hors d’Alexandrie, on connaît Ptolémaïs Hermiou en Thébaïde, véritable polis avec des institutions grecques, et, sur la côte de la mer Rouge, Leukos Limen, Bérénikè ou Myos Hormos, dont la fonction était surtout commerciale, ou encore une Philotéra. D’un autre côté, on sait qu’Antiochos III a créé des colonies militaires du type que l’on attribue au Lagides, comme ces deux mille familles juives installées par ce souverain, avec le droit d’utiliser leurs lois et une exemption de taxe pour 10 ans, pour maintenir la Phrygie et la Lydie sous son contrôle64. Cela veut dire que la différence entre les deux royaumes n’était peut-être pas une question de politique, mais plutôt une question d’opportunité en fonction des conditions locales. Malheureusement, cette colonisation rurale que l’on connaît en Égypte grâce aux papyri, l’archéologie ne permet guère de l’appréhender dans sa réalité en Syrie et l’on doit pour mieux la connaître attendre des informations venues de textes fort improbables. Mais cela veutil dire qu’elle n’existait pas en Syrie ?

51De même, on oppose l’Anatolie où étaient implantées des katoikiai à la Syrie où l’on ne trouve que des apoikiai. Le problème est que les occurrences de ces termes sont rares (une seule apoikia que nous signale Strabon en Syrie à propos de Larissa) et qu’on ne sait pas ce qu’elles représentent exactement.

52Enfin, il faut également prendre garde de ne pas comparer systématiquement des phénomènes qui appartiennent à des aires géographiques différentes. Le nouveau souverain séleucide, pour assurer sa domination, devait s’assurer de ses appuis (ici les « Macédoniens »), contrôler les régions et y maintenir l’ordre afin d’en tirer le maximum de revenus, non par le pillage, mais par une bonne gestion territoriale. Il devait donc tenir un grand compte des réalités géographiques et humaines, d’abord pour faire fonctionner les choses, ensuite pour les améliorer. Or, ce qui existait, c’était des mondes bien différents selon qu’il s’agissait de l’Anatolie, de la côte méditerranéenne de la Syrie ou de la Syrie intérieure-Mésopotamie. D’un côté l’Anatolie avec des régions au climat méditerranéen sans besoin d’irrigation, très hellénisées sur la côte, peu peuplées et moins hellénisées à l’intérieur, d’un autre côté la Syrie côtière étroite et montagneuse (sauf au nord), très fertile grâce à une pluviosité abondante (sauf au sud) et bien urbanisée (sauf au nord) et, enfin, la Syrie intérieure qui fait partie de la zone des steppes, qui ne peut vivre que par l’irrigation dans les grandes vallées fortement peuplées par une paysannerie au savoir-faire particulier. Le type de colonisation n’a donc pu être que différent selon les régions et l’on doit s’en souvenir lorsqu’on procède à des comparaisons terme à terme.

  • 65 Bikerman, 1938, p. 76.

53Quant à la place des villes dans le système de colonisation, elle n’est pas si claire qu’on a bien voulu le croire et l’intérêt du pouvoir séleucide à les multiplier n’apparaît pas de manière évidente. On sait que la phalange, base de l’armée séleucide, était composée de Macédoniens, mais que les Macédoniens, devenus bourgeois d’une cité, étaient perdus pour l’armée royale, au moins pour la phalange. L’idée de la souveraineté de la polis excluait l’application de la conscription à ses citoyens. La ville envoyait, le cas échéant, un corps d’auxiliaires, mais ne donnait guère les recrues enrôlées individuellement et disséminées en divers corps. Les communes et les politeumata macédoniens, ces agglomérations sans droit de cité, se prêtaient bien au système de la conscription65.

54Les débats concernant cette colonisation sont donc nombreux et, si l’on s’en tient aux seuls textes, ne nous apportent guère de lumière nouvelle. C’est pourquoi il est indispensable d’utiliser les découvertes archéologiques pour tenter d’approcher la réalité de la Syrie sous les Séleucides.

55Les éléments qui viennent de la recherche archéologique et peuvent nourrir le dossier de l’histoire de la Syrie séleucide sont les suivants :

  • plusieurs villes ont été créées ex nihilo en tant que villes pour servir de capitales impériales ou régionales à côté d’autres villes qui existaient déjà et qui ont simplement été agrandies ou aménagées et fortifiées à la macédonienne ;
  • plusieurs villes existant à l’époque romaine sont en fait des développements de ce qui n’était à l’origine que des colonies militaires faiblement peuplées et destinées à contrôler le territoire ;
  • d’autres villes ont disparu, victimes des nouvelles conditions politiques ;des colonies militaires existaient effectivement, même si on avait du mal à les identifier, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

56Plusieurs villes orientales, dont on soupçonnait l’existence sans en avoir de témoignages tangibles, existaient à l’époque séleucide sans être pour autant des colonies. Une ville arabe comme Palmyre qui a atteint une renommée certaine dès la fin du royaume séleucide et surtout à l’époque romaine avait une existence à l’époque hellénistique. Palmyre et d’autres encore ne sont donc pas sorties du néant et leur organisation d’alors n’avait rien à voir avec celle que leur a imposée la mode romaine. On s’en doutait, mais on n’en avait aucune preuve. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

  • 66 Le premier fouilleur de Bactres, Foucher A., La vieille route de l (...)

57En ce qui concerne les villes orientales qui ont été refondées (Damas- Arsinoeia/Démétrias, Alep-Béroia, Hamath-Épiphania, Bérytos, etc.), on constate que le fondateur a pris en compte l’existant en y ajoutant simplement un quartier organisé selon le schéma hippodamien et en entourant l’ensemble d’une muraille au tracé simple. C’est ce qu’avait pressenti Sauvaget en faisant bien figurer sur ses plans d’Alep et de Damas l’emprise de la ville indigène. C’est aussi ce que montre l’archéologie à Hama où les constructions hellénistiques s’installent dans une zone abandonnée depuis l’époque assyrienne, à Beyrouth où celles-ci sont établies en périphérie. Tout compte fait, une attitude pragmatique comme celle qu’on observe ailleurs, en Asie centrale où Bactres et Samarcande, puissantes cités antérieures à l’époque achéménide, ont bien été occupées par les Grecs, mais sans que cela n’entraîne de modification majeure dans leur organisation première66.

Quelques précautions

58Ces différents acquis posent de nouveaux problèmes : quelle était la densité des implantations en dehors de la Syria Séleukis ? Pourquoi certaines colonies militaires ont-elles connu un développement qui les a conduites à acquérir la dimension de véritables villes ? Pourquoi d’autres ont-elles disparu à la fin de l’époque hellénistique ? Quelle était la relation des villes « orientales » comme Palmyre avec le pouvoir macédonien et pourquoi ontelles acquis une réelle importance ?

59Et puis peut-être faut-il, quand on parle de la colonisation, replacer la question dans son époque. Dans l’empire perse, la Syrie se trouvait dans une position périphérique par rapport au centre du pouvoir, les échanges entre l’Extrême-Orient et la Méditerranée étaient peu importants. Il y avait là deux mondes étrangers, sauf sur l’étroite bande côtière de la Phénicie- Palestine.

60Avec les Séleucides, la Syrie devient le centre du pouvoir au point de contact entre l’Asie et la Méditerranée. Le centre de gravité du monde change rapidement : la Macédoine et la Grèce, Carthage et l’Italie sont demandeuses d’importations. La Mésopotamie devient un axe de circulation majeur. Le phénomène s’accentue avec le développement du commerce caravanier, la découverte de la mousson.

61La conquête parthe n’entrave pas le mouvement, mais favorise les villes situées sur les axes du grand commerce telles que Palmyre, Homs, Zeugma, Edesse, Pétra. En revanche, de nombreuses villes à l’écart de ces courants stagnent et, même, disparaissent quand change la conjoncture politique.

62Il faut donc, lorsqu’on parle de colonisation urbaine, tenir compte de plusieurs facteurs dans le processus de création d’une ville : ambition du fondateur, potentiel humain, moyens financiers, situation politique qui interdisent qu’on réduise la fondation d’une ville à une simple décision. De plus, il s’agissait, d’une affaire sérieuse, en particulier sur le plan financier. Alexandre et Pierre le Grand ont été glorifiés pour avoir fondé, l’un Alexandrie, l’autre Saint-Pétersbourg. Mais Alexandre n’a jamais vu ne serait-ce que le commencement de réalisation de cette cité, qui n’est devenue la capitale des Lagides et le centre de rayonnement culturel du monde hellénistique que grâce à l’action continue des Ptolémées. Et Pierre le Grand n’a jamais fondé que cette ville, qui lui a demandé beaucoup d’énergie et d’argent et qui était loin d’avoir alors la splendeur qu’elle avait acquise à la fin du xixe siècle.

Conclusion

63On le voit, l’histoire aujourd’hui ne peut plus se contenter de reposer sur les seules sources écrites. Sans l’apport de l’information du terrain, elle perd une partie de son efficacité. Car l’archéologie ne se contente pas d’apporter de la chair aux textes. Non seulement elle permet de s’en procurer de nouveaux, mais aussi elle éclaire leur contenu.

  • 67 Leriche P., « Une nouvelle inscription dans la (...)

64Je voudrais citer ici un exemple récent tiré de la fouille d’Europos-Doura. L’examen soigneux d’un édifice à gradins découvert dès 1923 a montré que ce bâtiment avait connu deux époques architecturales et qu’un état plus ancien et inconnu, une salle à gradins antérieure, était masqué par celui visible actuellement67. Ceci a conduit à la découverte d’une des plus belles inscriptions du site. Cette inscription, qui date du début du iiie siècle apr. J.-C., règle une fois pour toutes la question de l’emplacement du bouleutérion de la ville qu’on peut maintenant identifier avec le premier état du bâtiment. Mais, ce qui est important, c’est que, d’après les indications archéologiques, ce bouleutérion n’a pas été construit à l’époque grecque, mais à l’époque parthe. Ce qui veut dire que la ville d’Europos ne possédait pas une telle institution à l’époque séleucide et qu’elle a bénéficié d’une mesure du pouvoir parthe philhellène (c’est là que ce mot prend tout son sens) pour créer un organisme qui préserverait la prééminence des Macédoniens d’origine face aux nouveaux habitants de la ville venus des régions environnantes. Un tel cas n’est probablement pas isolé et cela peut nous amener à considérer peut-être avec encore plus de cautèle l’application à l’époque séleucide de toute institution de type grec. Sans l’archéologie, nous n’aurions pas connaissance d’un tel texte, mais, surtout, nous ne pourrions pas tirer tout le sens de sa découverte.

  • 68 Sur le sens de ce mot, voir en dernier lieu Schlumberger D., L’Orient (...)

65Enfin, il me paraît important de rappeler que la découverte de nouveaux sites urbains appartenant à la Syrie séleucide nous donne enfin le moyen de connaître la civilisation de ces cités nouvellement fondées en terre d’Orient. Les fouilles de Séleucie du Tigre et d’Aï Khanoun nous avaient habitués au mélange des cultures et des traditions artistiques. La dominante grecque y était nettement perceptible dans les arts plastiques, alors que la composante orientale l’emportait dans le domaine de l’architecture officielle, des religions et des techniques. Or, dans les cités séleucides que nous avons observées en Syrie, la seule référence est celle de l’art et de l’architecture grecs et l’on retrouve à Ibn Hani, à Djebel Khaled ou à Europos-Doura les mêmes tambours de colonnes à chapiteaux doriques et le même art de construire en pierre les bâtiments et les fortifications (fig. 11). Ce qu’on observe également, tant à Djebel Khaled qu’à Apamée de l’Euphrate, Ibn Hani ou dans les niveaux profonds d’Europos-Doura, c’est l’emploi non seulement du même monnayage, mais aussi de la même céramique et des mêmes produits alimentaires contenus dans les mêmes jarres à anses timbrées. De plus, les jarres découvertes dans les maisons de Djebel Khaled montrent que la provenance et le contenu de celles-ci étaient très variés et que la cité entretenait des relations avec toute la Méditerranée orientale. C’est aussi de cette manière qu’on peut imaginer la vie matérielle et culturelle de la Syrie hellénistique, cette Syrie profondément ancrée dans la koinè hellénistique, mais qui est restée si longtemps masquée par le manteau romain ou « parthe68 ».

Fig. 1. – Carte de la Syrie hellénistique.

Fig. 2. – Plan des villes hellénistiques de Syrie, d’après Sauvaget J., « Le plan de Laodicée sur mer », Bulletin d’études orientales, IV, 1934, p. 81-114.

APAMEE de l’Euphrate
(turquie)

APAMEE de l’Euphrate(turquie)

Fig. 3. – Plan d’Apamée de l’Euphrate. Relevé G. Thébault.

EUROPOS Phase 1
Réalisation : Gérard THEBAULT
AURORHE 208-06

EUROPOS Phase 1Réalisation : Gérard THEBAULTAURORHE                     208-06

Fig. 4. – Le phrourion d’Europos-Doura verrouillant la route de l’Euphrate. La ligne qui passe à travers le bâtiment représente le tracé actuel du bord de la falaise.Dessin G. Thébault.

Fig. 5. – Gadara. Plan de l’état hellénistique (à droite) et de l’état romain (à gauche). D’après Hoffmann A., « Die Stadtmauern der hellenistich-römischen Dekapolisstadt Gadara », AA, 2000, p. 206, fig. 26 et p. 212, fig. 29.

Fig. 6. – Palmyre. Plan schématique de la ville hellénistique. En encart, le plan général de Palmyre avec l’indication de la zone concernée. D’après Schmidtcolinet A. et Al-As’ad Kh., « Zur Urbanistik des hellenistischen Palmyra. Ein Vorbericht », Damaszener Mitteilungen, 12, 2000, p. 67, fig. 3.

Fig. 7. – Djebel Kha led. Plan de la porte de l’enceinte. D’après Clarke G.W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on the Euphrates, I. Report on Excavations 1986-1996, 2002, p. 19, fig. 2.

Fig. 8. – La carrière qui coupe la rue principale à Europos-Doura. Vue vers l’ouest. Cliché MFSDE.

Fig. 9. – Vue de la tour hellénistique de la citadelle de Djazla. D’après Napoli J., « Les remparts de la forteresse de Djazla sur le Moyen-Euphrate », Syria, 77, 2000, p. 125, fig. 10.

Fig. 10. – Vue de l’appareil de la citadelle de Europos-Doura. Cliché MFSDE.

Fig. 11. – Restitution de la colonnade dorique du palais de Djebel Khaled. D’après Clarke G.W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on the Euphrates, I. Report on Excavations 1986-1996, 2002, p. 31, fig. 9

Notes

1 Entamés en 1838 et rassemblés en 1877-1878 sous le titre Geschichte des Hellenismus. Trad. fr. : Histoire de l’hellénisme, Bouché-Leclercq A. (dir.), 1884.

2 Par « Syrie hellénistique », j’entends, non pas le seul territoire délimité par les frontières actuelles, mais l’ensemble géographique qui s’étend du Taurus au nord jusqu’à la Palestine au sud et de la Méditerranée jusqu’à la vallée du Moyen-Euphrate (rive droite comprise).

3 Exception faite de la très utile étude de Dussaud R., Topographie historique, 1927.

4 Tels que Beloch, Bouché-Leclercq, Bevan, Tcherikover, Jones ou Tarn.

5 C’est en 1929 que paraît le premier des douze volumes des IGLS (Inscriptions grecques et latines de Syrie).

6 Une voie surtout explorée par les historiens de l’Égypte ou du judaïsme en raison de l’existence d’une littérature disponible, mais qui reste difficile à suivre en Syrie séleucide, en dépit du plaidoyer d’Éd. Will dans son pénétrant article : « Pour une “anthropologie coloniale” du monde hellénistique », Historica graeco-hellenistica, 1995, p. 773-794.

7 Will.

8 Kuhrt A. et Sherwin-White S., Hellenism in the East : the interaction of Greek and non-Greek civilizations from Syria to Central Asia after Alexander, 1987 ; Sherwin-White-Kuhrt. Sur l’ensemble du monde hellénistique, récemment : Shipley G., The Greek World after Alexander 323-30 BC, 2000.

9 Excepté ceux de Flavius Josèphe qui nous ont été transmis de manière satisfaisante.

10 Un peu moins sur la côte. Voir la thèse récente de C. Apicella sur Sidon. Sur cette question des sources de notre information, exposé très pertinent dans la récente et impressionnante somme de Sartre, 2001.

11 Rappelons que de grandes expéditions, comme celle de Renan, Butler ou Brünnow et Domaszewski ou les fouilles de Hamdi Bey, avaient eu lieu avant la Première Guerre mondiale.

12 Et, on le sait maintenant, en partie erroné.

13 Sauvaget J., « Le plan de Laodicée sur mer », Bulletin d’études orientales, IV, 1934, p. 81-114.

14 La mémoire du nom d’Oulagou, petit-fils de Gengis Khan, est encore très vive en Syrie, de même qu’à Bagdad mise à sac en 1258. Les chroniqueurs rapportent qu’à Bagdad, le nombre de livres alors jetés dans le Tigre était tel que les eaux du fleuve en étaient devenues noires. Et l’on sait que le réseau d’irrigation très élaboré qui faisait la prospérité de la Mésopotamie ne s’est jamais relevé des destructions systématiques de cette époque.

15 Sur cet aspect voir : Leriche P., « La méthode de fouille de M. Dunand à Byblos I. M. Dunand et l’archéologie en Orient dans la première moitié du xxe siècle », Topoi, 5, 1995, p. 439-452.

16 Voir là-dessus les considérations de Fr. Cumont dans son introduction à Fouilles de Doura-Europos, 1926, p. VI-VII, considérations que l’on voudra bien comparer avec celles, différentes, de M. I. Rostovtzeff dans Caravan Cities, 1932, p. 159 sq. Voir, aussi, Leriche P., « Rostovtzeff, Doura-Europos et les Caravan Cities », Andreau J. (éd.), Colloque Rostovtzeff, MSH Paris mai 2000, sous presse.

17 Une attitude qui reste courante aujourd’hui.

18 Comme toute généralité, cette affirmation comporte des exceptions comme celle, remarquable, de l’équipe danoise dirigée par H. Ingholt qui entreprit dans les années trente la fouille de Hama, ou de la mission française dirigée par R. du Mesnil du Buisson à Mishrifé-Qatna. Pour plus d’informations sur l’archéologie au Proche-Orient entre les deux guerres mondiales, Leriche P., « La méthode de fouille de M. Dunand à Byblos I. M. Dunand et l’archéologie en Orient dans la première moitié du xxe siècle », Topoi, 5, 1995, p. 439-452 et, dernièrement, Gelin M., L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du Mandat. Histoire et organisation (1919-1946), 2002.

19 Pour ce qui concerne les hellénistes français, la politique de l’École française d’Athènes, qui favorisait les recherches en Grèce même ou sur la côte anatolienne, n’est pas étrangère à cette situation. De cette École, avant la Seconde Guerre mondiale, seul H. Seyrig a eu le courage de s’investir sur le Proche-Orient. Sa personnalité a marqué toute l’archéologie française du xxe siècle dans la région.

20 Cumont Fr., Études Syriennes, 1917.

21 Comme ce fut le cas de Samosate engloutie dans les eaux du barrage Atatürk en 1990 au milieu de l’indifférence générale des institutions et des scientifiques pourtant publiquement informés de l’existence du projet du GAP (Guney Dogu Anadolu Projesi = Projet du sud-est anatolien) depuis 1984. Actuellement, en dehors de ceux que nous avons mentionnés et faute d’avoir été mis en évidence, de nombreux sites sont même menacés de disparition partielle ou totale sous l’effet du pillage, de l’expansion urbaine, du développement agricole et, bien sûr, de la construction d’autres barrages.

22 « It is worth suggesting the hypothesis that the remarkable absence of tangible evidence from Syria in the hellenistic period may not be an accident which further discovery would correct, but the reflection of a real absence of development and building activity in an area dominated by war and political instability. » Millar F., « The Problem of Hellenistic Syria », Kuhrt A. et Sherwinwhite S. (éd.), Hellenism in the East : the interaction of Greek and non-Greek civilizations from Syria to Central Asia after Alexander, 1987, p. 110-133, en particulier p. 130. Une suggestion publiée plus de dix ans après la découverte d’Ibn Hani et un an après celle de Djebel Khaled…

23 Sur cette question, Gelin M., L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du Mandat. Histoire et organisation (1919-1946), 2002.

24 Signalons ici la publication prochaine par G. M. Cohen d’une synthèse sur la colonisation hellénistique au Proche-Orient, qui prend en compte tous ces aspects et qui concerne, en particulier la Syrie.

25 Voir, en particulier, Hannestad L., Pottery from Failaka, with a survey of Hellenistic pottery in the Near East, 1983. Récemment, Meyza H. et Mlynarczyk J. (éd.), Hellenistic and Roman Pottery in the Eastern Mediterranean. Advances in Scientific Studies. The Second Workshop at Nieborow, 1995, et la publication prochaine du Colloque international Céramiques hellénistiques et romaines en Méditerranée orientale (Lyon – Maison de l’Orient méditerranéen ancien/École française d’Athènes, 2-4 mars 2000). Axe 1 : Caractérisation des céramiques et centres de production ; Axe 2 : Échanges, transferts et adaptations culturelles.

26 IFAPO (Institut français d’archéologie du Proche-Orient) et DAI (Deutsches Archäologisches Institut) à Damas. D’autres Institut plus polyvalents (en particulier danois) jouent aussi le rôle de soutien aux missions archéologiques.

27 Par exemple, Frézouls Éd. (éd.), Sociétés urbaines et sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines, 1987 ; Dentzer J.-M. et Orthmann W. (éd.), Archéologie et histoire de la Syrie, 1989 ; et, récemment, Sartre, 2001.

28 Leriche P., « Le phénomène urbain dans la Syrie hellénistique », David J-C. et Al-Dbiyat M. (éd.), La ville en Syrie et ses territoires : héritages et mutations, Bulletin d’études orientales, LII, 2000, p. 99-125. On pourra s’y reporter en particulier pour une bibliographie beaucoup plus complète. Celle que l’on trouvera ici tient compte à la fois de cet article et de l’ouvrage de M. Sartre.

29 Pour la bibliographie, voir la note précédente et Leriche P., « L’étude archéologique des fortifications urbaines grecques », Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA, 96, 1994, p. 9-27.

30 Faute de datations, il n’est pas possible de dire si la ville a été créée d’une seule venue ou si c’était à l’origine une forteresse établie à l’emplacement de la citadelle et autour de laquelle la ville se serait constituée (hypothèse de P. Leriche) selon le même schéma que celui restitué pour Europos-Doura.

31 Dans l’ouvrage fondamental de Wagner J., Seleukeia am Euphrat/Zeugma, 1974 (fondée sur l’étude de trouvailles de surface). Pour les publications très récentes, signalons Kennedy D., The twin towns of Zeugma on the Euphrates, 1998, surtout consacré à l’état romain du site ; Desreumaux A., Gaborit J. et Caillou J.-S., « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI, 2000, p. 75-105 ; Gaborit J. et Poccardi G., « Séleucie-Zeugma et Apamée sur la frontière de l’empire romain », Mediterraneo Antico. Economie Società Culture, 3-1, 2000, p. 95-109.

32 Toutes les dates sont indiquées sous réserve en attendant que soit un jour entreprise une étude de la céramique recueillie sur le chantier.

33 D’après certains indices, j’ai personnellement formulé l’hypothèse qu’elle pourrait ne pas se trouver à l’emplacement de la rue principale hellénistique liée au réseau hippodamien originel de la ville.

34 Ce qui apparaît en surface est clairement d’époque romaine et c’est probablement pourquoi Cumont, puis Rostovtzeff ont désigné la ville sous son nom latin (Doura/Dura) suivi du nom grec (Europos). Une inscription récemment découverte nous montre que, jusqu’au premier quart du iiie siècle apr. J.-C., les notables de la ville se définissaient eux-mêmes comme Europaioi et c’est pourquoi il nous paraît préférable d’utiliser, au moins ici, le nom d’Europos en premier.

35 Leriche P., « Doura-Europos hellénistique », Colloque La Syrie hellénistique, Tours, octobre 2000, sous presse.

36 Hoffmann A., « Ein hellenistisches Heiligtum in Gadara », Topoi, 9/2, 1999, p. 795-831.

37 Hoffmann A., « Die Stadtmauern der hellenistich-römischen Dekapolisstadt Gadara », Archäologischer Anzeiger, 2000, p. 175-233.

38 Qui, rappelons-le, n’est pas antérieure au iie siècle apr. J.-C. et n’appartient pas à l’époque hellénistique, contrairement à la datation de Kraeling. Sur Gérasa, en dernier lieu : Seigne J., « Sanctuaires urbains : Acteurs ou témoins de l’urbanisation ? Les exemples de Gérasa et Palmyre », Topoi, 9/2, 1999, p. 833-848.

39 Palmyre ne figure pas à proprement parler parmi les villes anciennes refondées, mais ce qu’on y a découvert nous éclaire sur l’apparence d’autres villes orientales qui, elles, ont été refondées. Voir Schmidt-Colinet A. et Al-As’ad Kh., « Zur Urbanistik des hellenistischen Palmyra. Ein Vorbericht », Damaszener Mitteilungen, 12, 2000, p. 61-93 ; ID., « Archaeological News from Hellenistic Palmyra », Parthica. Incontri di culture nel mondo antico 4, 2000, p. 157-166.

40 Dentzer J.-M., « Le développement urbain en Syrie à l’époque hellénistique et romaine : Modèles “occidentaux et orientaux” », David J.-C. et Al-Dbiyat M. (éd.), La ville en Syrie et ses territoires : héritages et mutations, Bulletin d’études orientales, LII, 2000, p. 159-163 ; Wirth E., « Die orientalische Stadt. Ein Überblick auf Grund jüngerer Forschungen zur materialen Kultur », Saeculum, 26, 1975, p. 45-94.

41 Venco-Ricciardi R., Hatra. Città del Sole, Cat. Exposition, Naples déc. 2001-janvier 2002, 2001, fig. « Pianta dello scavo dell’Edificio A e della strada », p. 15. Nous ne parlons ici que des villes importantes.

42 Al-Maqdissi M., « Note sur les sondages réalisés par Robert du Mesnil du Buisson dans la cour du sanctuaire de Bêl à Palmyre », Syria, 77, 2000, p. 137-158.

43 Appien, Guerres civiles, V, 9. Rappelons qu’Appien vivait deux cents ans après les faits.

44 Will Er., Les Palmyréniens, 1992, p. 36. Une opinion alors communément partagée.

45 Clarke G. W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on the Euphrates, I. Report on Excavations 1986-1996, 2002, où l’on trouvera toute la bibliographie antérieure.

46 Je remercie le Pr G. Clarke et le Dr H. Jackson d’avoir bien voulu me présenter leurs résultats avant publication.

47 Exemples récents dans Owens E. J., The City in the Greek and Roman World, 1991.

48 Allara A., Problemi di Architectura domestica a Dura-Europos sull’Eufrate. L’isolato dei vasai (B2), 2002 ; Downey S., « Dura-Europos and the Transformation of the Seleucid City », Fentress E. (éd.), Romanization and the City, JRA suppl., 38, 2000, p. 154-172 ; Leriche P., « Doura-Europos hellénistique », Colloque La Syrie hellénistique, Tours, octobre 2000, sous presse.

49 Cf. n° 60 et 60a, in Bellinger A. R., Final Reports, VI – The Coins, 1946, p. 110.

50 Napoli J., « Les remparts de la forteresse de Djazla sur le Moyen-Euphrate », Syria, 77, 2000, p. 117-136.

51 Owens E. J., The City in the Greek and Roman World, 1991, p. 80. On notera que les plans de villes hellénistiques de Syrie qui figurent dans l’ouvrage sont directement dérivés de ceux de Sauvaget J., « Le plan de Laodicée sur mer », Bulletin d’études orientales, IV, 1934, p. 81-114.

52 Dans les trois premières livraisons de la revue BAAL (Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaise) 1 à 3 (1996, 1997, 1998-1999).

53 Perring D., « Excavations in the suks of Beirut », Berytus, 43, 1997-1998, p. 19-29.

54 Sur Amrith, petite synthèse de Jourdain-Annequin C., Héraclès-Melqart à Amrith, 1992, où l’on trouvera une discussion sur la datation des monuments attribués par M. Dunand, le fouilleur, à l’époque achéménide. Pour les autres sites, voir note suivante.

55 Lund J., « The Archaeological Evidence for the Transition from the Persian Period to the Hellenistic Age in Northwestern Syria », Transeuphratène, 6, 1993, p. 27-45.

56 Dentzer J.-M. (éd.), Hauran, I – Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistiqueet romaine, 1986.

57 Gaborit J. et Leriche P., « Géographie historique de la vallée du Moyen-Euphrate », Arnaud P.et Counillon P. (éd.), Geographica Historica, 1998, p. 167-269.

58 Boese J., Ausgrabungen in Tell Sheikh Hassan, I – Vorläufige Berichte über Grabungskampagnen 1984-1990 und 1992-1994, 1994. Je remercie J. Gaborit qui achève sa thèse sur la géographie historiquedu Moyen-Euphrate et a bien voulu me communiquer cette information.

59 Fouilles à proximité de la porte orientale de la ville et au centre de la citadelle. Pour ce deuxièmechantier, Leriche P., Al-Maqdissi M. et Gelin M., en collaboration avec El Ajji E., « La fouilledes états antiques de la citadelle de Damas », AAS, 50, 2002, sous presse.

60 Poccardi G. et Leblanc J., « Étude de la permanence des tracés urbains et ruraux antiques àAntioche sur l’Oronte », Syria, 76, 1999, p. 993-1023.

61 En dernier lieu, Dodinet M., Leblanc J. et Vallat J.-P., « Étude morphologique des paysagesantiques en Syrie : l’exemple de Damas », Doukellis P. N. et Mendoni L. G. (éd.), Structuresrurales et sociétés antiques, 1994, p. 339-355.

62 Owens E. J., The City in the Greek and Roman World, 1991, p. 80.

63 Bikerman, 1938, p. 80-82.

64 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XXII, 150. Un cas étudié tout particulièrement par Cohen G. M., The Seleucid Colonies, 1978.

65 Bikerman, 1938, p. 76.

66 Le premier fouilleur de Bactres, Foucher A., La vieille route de l’inde de Bactres à Taxila, 2 vol., 1942-1947, découragé par l’échec de la fouille de la ville haute et de la citadelle, a considéré que la recherche de l’état grec de la ville était « un mirage ». A contrario, mais à utiliser avec prudence, Le Berrem. et Schlumberger D., « Observations sur les remparts de Bactres », Dagen B. et alii (éd.), Monuments préislamiques d’Afghanistan, 1964, p. 65-105. Sur Samarcande, Bernard P., « Maracanda-Afrasiab colonie grecque », La Persia e l’Asia centrale da Alessandro al X secolo, Atti dei Convegni Lincei 127, 1996, p. 331-365.

67 Leriche P., « Une nouvelle inscription dans la salle à gradins du temple d’Artémis à Doura-Europos », CRAI, 1999, p. 1307-1346 (en collaboration avec E. El Ajji).

68 Sur le sens de ce mot, voir en dernier lieu Schlumberger D., L’Orient hellénisé, 1969 ; et Downey S., Mesopotamian Religious Architecture, Alexander through the Parthian, 1988.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Carte de la Syrie hellénistique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-1.png
Fichier image/png, 963k
Légende Fig. 2. – Plan des villes hellénistiques de Syrie, d’après Sauvaget J., « Le plan de Laodicée sur mer », Bulletin d’études orientales, IV, 1934, p. 81-114.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-2.png
Fichier image/png, 891k
Titre APAMEE de l’Euphrate(turquie)
Légende Fig. 3. – Plan d’Apamée de l’Euphrate. Relevé G. Thébault.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-3.png
Fichier image/png, 631k
Titre EUROPOS Phase 1Réalisation : Gérard THEBAULTAURORHE 208-06
Légende Fig. 4. – Le phrourion d’Europos-Doura verrouillant la route de l’Euphrate. La ligne qui passe à travers le bâtiment représente le tracé actuel du bord de la falaise.Dessin G. Thébault.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-4.png
Fichier image/png, 427k
Légende Fig. 5. – Gadara. Plan de l’état hellénistique (à droite) et de l’état romain (à gauche). D’après Hoffmann A., « Die Stadtmauern der hellenistich-römischen Dekapolisstadt Gadara », AA, 2000, p. 206, fig. 26 et p. 212, fig. 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-5.png
Fichier image/png, 207k
Légende Fig. 6. – Palmyre. Plan schématique de la ville hellénistique. En encart, le plan général de Palmyre avec l’indication de la zone concernée. D’après Schmidtcolinet A. et Al-As’ad Kh., « Zur Urbanistik des hellenistischen Palmyra. Ein Vorbericht », Damaszener Mitteilungen, 12, 2000, p. 67, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-6.png
Fichier image/png, 166k
Légende Fig. 7. – Djebel Kha led. Plan de la porte de l’enceinte. D’après Clarke G.W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on the Euphrates, I. Report on Excavations 1986-1996, 2002, p. 19, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-7.png
Fichier image/png, 523k
Légende Fig. 8. – La carrière qui coupe la rue principale à Europos-Doura. Vue vers l’ouest. Cliché MFSDE.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Fig. 9. – Vue de la tour hellénistique de la citadelle de Djazla. D’après Napoli J., « Les remparts de la forteresse de Djazla sur le Moyen-Euphrate », Syria, 77, 2000, p. 125, fig. 10.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-9.png
Fichier image/png, 3,0M
Légende Fig. 10. – Vue de l’appareil de la citadelle de Europos-Doura. Cliché MFSDE.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-10.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Fig. 11. – Restitution de la colonnade dorique du palais de Djebel Khaled. D’après Clarke G.W. et Connor P. J. et alii, Djebel Khalid on the Euphrates, I. Report on Excavations 1986-1996, 2002, p. 31, fig. 9
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19508/img-11.png
Fichier image/png, 409k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540