Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Deuxième partie. Aspects économiques de l’histoire industrielle

L’épinglette et la plume (à propos du patrimoine minier et métallurgique armoricain)

Anne-Françoise Garçon

Texte intégral

« “L’épinglette, c’est quoi ?” demanda l’enfant.
“C’était… [le vieil homme hésita un peu, réfléchit pour expliquer du mieux qu’il pouvait], c’était une mince tige de métal. Vois-tu, pour abattre le minerai, les mineurs creusaient des trous dans le rocher avec un fleuret, quand ils en avaient creusé six ou sept, ils les nettoyaient bien, les remplissaient de poudre. Après, ils bourraient. Et, pour placer la mèche, ils se servaient de l’épinglette. Mais ça, c’était dangereux : un mauvais geste, une étincelle, tout sautait et le mineur avec…”
Au mur, une notice expliquait : “au xviiie siècle les mineurs du Huelgoat-Poullaouen utilisaient des épinglettes en fer. Pour supprimer le risque d’étincelles, la Compagnie leur imposa des épinglettes en cuivre. Mais les mineurs protestèrent vigoureusement : moins rigide que le fer, le cuivre se déformait ce qui les gênait dans leur travail et leur faisait perdre du temps. Il est vrai qu’ils étaient payés à la tâche.”
L’enfant quitta le musée, en rêvant… »

Hypothèque

  • 1 Marcel Roncayolo, « Marseille, la ville, le port », Le patrimoine portuaire(...)
  • 2 On lira avec profit l’analyse faite par François Hartog dans son article «  (...)

1« Le marketing urbain, fondé en partie sur la mise en scène du “patrimoine” – ce qui implique parfois des excès ou des contresens – ne peut être confondu avec la recherche de l’authenticité et de la mémoire d’une ville, sous leurs formes nécessairement multiples. » Voilà en quels termes Marcel Roncayolo s’exprimait dans la conférence inaugurale d’un colloque que le CILAC avait consacré au patrimoine portuaire1. La réflexion, judicieuse ô combien, va bien au-delà du « marketing urbain » auquel l’historien se cantonne modestement. Car elle établit une différence capitale entre marketing et mémoire, et désigne les dangers qu’il y a à les confondre. Ces dangers, je les définirai ainsi : 1° user du désir d’authenticité à seule fin de fabriquer une image commerciale n’est pas sans risque pour le lien social ; 2° le « patrimoine », notion facile à « instrumentaliser » du fait qu’elle est à la fois évocatrice, investie d’une forte charge affective et particulièrement imprécise2, est l’un des terrains d’élection de cette confusion, de cet amalgame.

  • 3 En France, bien sûr. L’appréhension du patrimoine public est une composante intime de l (...)
  • 4 Cette « déconstruction » de l’île Seguin est présentée dans : Démolition, disparition, (...)

2Le propos sonne comme une mise en garde encore qu’il soit paradoxal de l’appliquer au patrimoine industriel, rarement perçu positivement du moins auprès des décideurs au motif avoué qu’il coûte cher d’entretien et rapporte peu. Le premier mouvement concernant les bâtiments et l’architecture industrielle des xixe et xxe siècles, (cela est moins vrai pour le xviiie), est de les démolir autant qu’il est possible et au plus vite3. Il est certes des exceptions, l’île Seguin, par exemple, qui n’a pas été rasée dès la fermeture des usines Renault à l’instar de la plupart des grandes usines, mais « déconstruite » en l’attente d’un projet de valorisation4. Le seul énoncé donne à voir combien la règle est confirmée… De toutes les sortes de patrimoine public, l’industriel semble bien, de prime abord, le moins susceptible d’être la proie du mercantile, le moins apte à attirer les professionnels de la mise en scène patrimoniale.

3Le problème est plus vaste, donc. En fait, c’est la notion même de patrimoine public qui s’est trouvée prise sous toutes ses formes dans les tourbillons de la « nouvelle économie » jusqu’à devenir un outil parmi d’autres de la machine touristique, grand ressort de l’activité économique du pays. Et comme l’indique à juste titre Marcel Roncayolo, cela implique une mise en scène et comporte fatalement des contresens et des excès. Reprochera-t-on à l’historien de réagir en terme d’éthique ?

  • 5 Louis Bergeron et Gracia Dorrel-Ferré, Le patrimoine industriel, un nouveau (...)

« Nouveau territoire du patrimoine national, le patrimoine de l’industrie ne pourra s’intégrer véritablement à notre fond culturel commun que si, au-delà d’une adhésion à la sensibilité à l’originalité des formes architecturales ou à la séduction de certains matériaux et de leurs combinaisons, ceux qui souhaitent le protéger et le faire vivre adhèrent également aux valeurs qui tentent de s’exprimer encore à travers les apparences figées ou les réinterprétations trompeuses5. »

4Pour Louis Bergeron et Gracia Dorel-Ferré, auteurs de ces lignes, le patrimoine ne vaut que parce qu’il évoque, véhicule, et symbolise des valeurs humaines non marchandables.

5L’article qui suit s’inscrit pleinement dans cette approche. À partir de deux notions, celle d’identité narrative et celle de mémoire collective, je tenterai de montrer que le chercheur en sciences sociales, historien, archéologue industriel ou spécia e du patrimoine, doit mettre à distance autant qu’il est possible les « récits identitaires » sur quoi il fonde sa démarche ; je présenterai la différence apparue sur le terrain du patrimoine industriel (et minier tout particulièrement) entre « mémoire vive », qui est une mémoire héritée et parlante, et « mémoire éteinte » qui est une mémoire reconstituée. J’évoquerai en parallèle la difficulté qu’il y a sur des sites où domine la « mémoire éteinte » à juguler la passion de l’amateur lorsque le relais institutionnel fait défaut mais combien aussi il est dangereux pour la mémoire collective de ne disposer pour toute inscription que de l’administratif ou du publicitaire.

L’historien au risque de l’identité narrative

« Au terme d’un long voyage à travers le récit historique et le récit de fiction, je me suis demandé s’il existait une structure de l’expérience capable d’intégrer les deux grandes classes de récits. J’ai alors formé l’hypothèse selon laquelle l’identité narrative, soit d’une personne, soit d’une communauté, serait le lieu recherché de ce chiasme entre histoire et fiction. »

  • 6 La citation est extraite de Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « Point », 199 (...)
  • 7 Bernard André, Jean-Yves Andrieux, Jean Plaine et moi-même (j’avais alors pour nom de (...)

6À l’instar de Thierry Fabre, c’est en prenant appui sur les avancées théoriques de Paul Ricœur, que je conduirai ma réflexion6. Toutefois, je délaisserai ici la question de la constitution identitaire proprement dite, pour ne me préoccuper que de l’interaction individu/communauté telle qu’elle s’établit autour du récit, en prenant pour fil rouge l’expérience que j’ai pu en avoir dans mon travail sur les mines bretonnes, soit seule, soit au sein de l’APMA, cette association que nous avons été plusieurs à créer à la fin des années 19807.

  • 8 Un exemple parmi d’autres de cet apport de l’histoire à l’intelligibilité du présent, l (...)
  • 9 Partielle et non partiale ! La confusion possible des termes, que pratiquent largement (...)
  • 10 Paul Ricoeur, « Entre herméneutique et sémiotique » et « interprétation », Lectures 2. (...)

7Il n’est pas inutile de rappeler pour commencer la spécificité du travail historique, celle du récit que ce travail engendre et grâce auquel il existe. Toute histoire est reconstitution, c’est là une banalité, le fruit de la rencontre entre l’historien et les archives, le fruit du désir qu’a l’historien d’établir des faits, de les rendre intelligibles, et par un jeu réflexif d’accroître l’intelligibilité du présent8. La difficulté de l’entreprise – et son intérêt – tient au décalage existant entre l’ampleur du projet et la nature des matériaux qu’il étudie, avec lesquels il compose pour réaliser son projet. Car ces matériaux sont à la fois lacunaires et saturés. Lacunaires du fait qu’ils n’offrent pas de continuité – ou alors cette continuité est douteuse ; saturés du fait que sur ces points qu’ils donnent à voir, ils en offrent trop, ou alors au contraire l’information qu’ils apportent est à ce point laconique qu’elle incite à la surinterprétation. C’est notre lot (mais sommes-nous les seuls ?) d’avoir à affronter à chaque liasse que nous dépouillons, à chaque propos que nous relevons, à chaque morceau de terrain que nous décryptons, le manque et le trop-plein d’informations de même que nous affrontons en nous-mêmes le manque et le trop-plein de connaissance qui nous viennent de notre culture personnelle, de notre filiation historique, des modèles que nous avons fait nôtres et à partir desquels s’établit une lecture spontanée de l’archive. L’Histoire est partielle obligatoirement9 et obligatoirement le fruit d’une interprétation. Science du récit, science du récit sur le fait, elle construit ce récit en faisant jouer les trois dimensions de ce que Paul Ricœur nomme judicieusement le « triangle herméneutique » savoir « comprendre, expliquer, interpréter10 ». Là joue l’identité narrative, que je qualifierai ainsi, au regard de l’anthropologie : l’usage du récit dans le travail de constitution des identités individuelles et collectives, un usage spontané, inconscient aussi, mais en même temps indispensable parce qu’il donne au substrat identitaire, composite par essence, les moyens d’une cristallisation, d’une mise en ligne, d’un ordonnancement. Aussi bien, cette notion me semble utile à l’historien pour établir une distance, pour travailler l’écart discursif auquel la nature « scientifique » de la réflexion qui est sienne, le conduit.

  • 11 En raison de son caractère dynamique, je retiens la définition cytologique et dynamique (...)
  • 12 C’est Max Thibault, directeur de recherche à l’INRA et spécialiste du saumon qui le pre (...)

8Car, sans se confondre, matière historique et identité narrative sont susceptibles de se rejoindre en une sorte de « chiasme », pour reprendre l’image proposée par Paul Ricœur11. Il m’a semblé que l’histoire de l’industrie en Bretagne pouvait illustrer cette réalité. Commençons par l’histoire : dans le siècle qui court des années 1740 aux années 1840, à ce moment où débutait dans le pays la première industrialisation, la Bretagne fut un haut lieu de l’industrie minéro-métallurgique. L’aura de la Compagnie des mines de Basse Bretagne (qui produisait du plomb et de l’argent) était européenne et les personnalités qui composaient son conseil de direction furent à peu près de toutes les aventures minières, charbon compris, à l’échelle du royaume. Pour dire les choses d’une autre manière, on redécouvrit au xviiie siècle ce que l’on savait au Moyen Âge et même avant : le sous-sol de la péninsule était riche en métaux, plomb, argent, étain ; à ce titre, il méritait d’être exploité. Et comme le royaume manquait de ces métaux, on les exploita. La production en fut même si intense que la province connut, en certains lieux, Poullaouen et Châtelaudren par exemple, des problèmes majeurs de pollution industrielle12. L’exploitation des non-ferreux se poursuivit aux xixe et xxe siècles, au Huelgoat-Poullaouen, jusque vers la fin des années 1860, à Pont-Péan jusqu’en 1905, à l’usine de Couëron près de Nantes jusque dans les années 1970. Voilà pour les faits. Qu’en est-il en parallèle de l’identité narrative ? Le récit latent qui court dans l’inconscient collectif de la province a-t-il intégré le fait industriel au point d’en faire un matériau constitutif ? La réponse à cette question impliquerait une étude approfondie des modes de représentations (savants et populaires) de l’industrie et des industriels en Bretagne. Une telle étude reste à mener. Intuitivement néanmoins on sent que ce n’est pas le cas. Dans cette province marquée au sceau de la ruralité et du maritime, l’idée qu’il ait pu exister quelque chose qui tienne de l’industrie ne va pas de soi. La représentation première, spontanée, de ce secteur de production est celle de la marginalité.

  • 13 On relèvera à cet égard la réédition toute récente de l’ouvrage célèbre en Bretagne de (...)
  • 14 Ainsi : « Les différences d’activité professionnelle, de situation hiérarchique et d’or (...)
  • 15 « Cette étude, qui contribue à rectifier l’image reçue d’une Bretagne en proie à une so (...)

9Pourquoi alors parler de chiasme ? Entre deux récits qui, à première vue, s’ignorent, l’historique (construit consciemment) et le populaire (élaboré intuitivement), où peut s’établir la rencontre ? Je répondrai abruptement : dans le vide, justement. Il est (il a été ?) sur l’histoire industrielle de la province deux ombres portées – encore qu’il serait plus juste de dire une ombre et un fantôme rodant. L’ombre vient des habitudes de pensée issues de l’historiographie, la manière dont l’histoire économique était pensée, réfléchie, élaborée dans les années 1970-1980. Le fantôme est celui du « duché perdu » qui ne laisse de hanter l’esprit breton, qui mobilise l’affect et non le seul intellect, et opère simultanément dans les registres opposés mais néanmoins complémentaires de la sous-estimation (honte) et de la surestimation (fierté)13. On voit mieux du coup ce qui a rendu la rencontre possible. Jusque dans les années 1980, « industrialisation » était synonyme de « décollage », et la notion associée de façon exclusive aux grandes usines (textiles principalement), aux bassins houillers et à la sidérurgie. L’analyse du rapport à l’industrie s’est faite, à l’échelle de la France (non sans un vif et fructueux débat) en des termes de « retard » (par rapport à l’Angleterre), de « manque » (d’esprit entrepreneurial), etc. L’écho, à l’échelle des régions, et donc en Bretagne, s’en est fait en termes de « ratage », d’« échec », de « désindustrialisation », quelquefois en terme de « colonisation14 » – ou à l’inverse quoique plus rarement sur un mode « triomphaliste15 ». La crise aidant, l’historien de la fin du xxe siècle a appris à dissocier « industrialisation » d’avec « bassins industriels », « révolution industrielle » d’avec « fer et charbon ». Il a appris à s’intéresser à l’histoire de la « petite industrialisation », de cette industrialisation qui dans la plupart des régions et pour de nombreux secteurs de production s’est effectuée à bas bruit. Les notions d’« industrialisation à la française », de « flexibilité », de « révolutions artisanales », fruits des travaux impulsés à partir des années 1980 permettent aujourd’hui de tenir des propos plus nuancés, d’interroger autrement l’évolution des techniques et de l’économie. Mais on ne se débarrasse pas facilement d’explications lorsqu’elles présentent le double avantage d’être simples à comprendre et faciles à populariser.

La passion de l’amateur

  • 16 La loi du 25 février 1943 définissait une zone de servitude aux abords des monuments hi (...)

10L’inscription du site de Pont-Péan à l’inventaire supplémentaire dans le début des années 1980 (à ce moment précisément où la notion de patrimoine industriel prenait corps), fut très contestée. Beaucoup a été dit pour dénigrer cette décision dont on reconnaîtra, vingt ans après, qu’elle a permis au « bâtiment des bureaux » d’exister encore. À quoi bon, fut-il entendu, vouloir préserver un bâtiment de mines alors qu’il n’y avait plus de mineurs ; à quoi bon, fut-il entendu encore, vouloir préserver un bâtiment dont l’architecture ne présentait rien de typique puisqu’il s’en trouvait tant d’exemples dans le Nord de la France. Arguments parmi d’autres. L’histoire finira par s’écrire des raisons pour lesquelles la « monumentalisation » de ce (tout petit) lieu industriel a tant effrayé. Le risque de dévalorisation des propriétés que le fameux « périmètre de sauvegarde » gelait dans leur état, celui de moins-value immobilière pour les terrains environnants alors que la cité de Pont-Péan était en pleine expansion, joua pour beaucoup16. Mais au moment où la polémique faisait rage (quoique ce fût d’une manière feutrée), les quelques enfants de mineurs encore en vie disparaissaient, eux qui se rappelaient, lorsqu’on les interrogeait, combien la fermeture survenue en 1905 avait été brutale et douloureuse, proche à bien des égards de ce que vivait le monde ouvrier dans ces années 1980-1990.

  • 17 L’expression « roman minier » est calquée sur celle, fructueuse, de « roman familial ». (...)
  • 18 Journées du Patrimoine industriel en Bretagne. 17 et 18 octobre 1992. Bilan d’une (...)
  • 19 Bernard André, Journées du Patrimoine industriel en Bretagne, 17-18 octobre 1992. Recue (...)

11Il existe pourtant un « roman minier », j’entends par là une appréhension affective des sites impliqués par des individus ou des associations, comme il existe une authentique mémoire ouvrière bretonne17. Les « Journées Patrimoine industriel » qu’avait organisé en 1992 la section « Patrimoine scientifique, technique, économique » de l’Institut culturel de Bretagne18 autorisent une approche rapide de cette réalité. À l’image des « journées portes ouvertes » consacrées par le ministère de la Culture au patrimoine architectural, l’Institut culturel avait décidé d’offrir au public la visite de sites industriels sauvegardés, animés ou tout simplement présentés par des associations, des personnes privées, ou institutions (écomusées, essentiellement) avec l’espoir que la synergie ainsi créée sensibiliserait le public et éveillerait l’attention des administrations de tutelle. Côté sites, le résultat fut probant : une vingtaine furent présentés à la visite. Côté public, le succès fut incontestable : 4 500 personnes environ se déplacèrent, ce qui fait une moyenne de deux cents personnes par site. Au sortir de cette manifestation, Bernard André, l’un des coordonnateurs, fut en mesure de regrouper une soixantaine d’articles de journaux régionaux relatant l’une ou l’autre de ces visites19.

  • 20 Même si certaines absences (les fours à chaux de Lormandière, par exemple, en Ille-et-V (...)
  • 21 Le journaliste écrit ceci : « C’est vrai que les Bretons ignorent le plus souvent ce qu (...)

12Quelle était la nature des sites présentés ? Des forges (31,5 % des sites), des moulins et usines (31,5 %), des mines (29 %). Le public put retrouver ou découvrir la conserverie Le Gall à Loctudy, celle de Groix, l’usine à iode de Lampaul-Plouarzel, un four à soude à Beg-ar-Vir, l’usine à gaz de Rennes, l’usine Bretagne Métaux à Vannes, une briqueterie à Saint-Avé, deux moulins, le quartier de Bonabry à Fougères, les forges de Paimpont en Ille-et-Vilaine, les forges des Salles et celles de Lanouée en Côtes-d’Armor, les forges de Moisdon-la-Rivière, celles de la Hunaudière en Loire-Atlantique, les forges d’Hennebont (Inzinzac-Lochrist) en Morbihan ; les mines de Pont-Péan, de Vieux-Vy-sur-Couesnon en Ille-et-Vilaine, d’Ancenis, de Nort-sur-Erdre (Languin), de Rougé, etc. La liste reflète le travail de fourmi qu’avaient auparavant réalisé les historiens, les animateurs du patrimoine, les musées et écomusées, ceux-ci souvent en collaboration avec ceux-là. Elle n’est pas sans donner une image relativement fidèle de ce que fut le secteur industriel en Bretagne. A contrario, elle met les lacunes en évidence20. Certains sites miniers et non des moindres manquent à l’appel : Huelgoat-Poullaouen (Locmaria-Berrien) dans le Finistère, La Villeder en Morbihan, par exemple. De même, on ne trouve aucune ardoisière, pas d’industrie laitière, pas de visite de villes toilières, (la proto-industrie est tout juste évoquée dans la relation d’une interview de Bernard André21), pas d’atelier de maréchaux-ferrants, pas de garages ni d’atelier de carrossiers, encore moins d’industrie automobile, rien non plus sur les industries portuaires, rien sur les chantiers navals. Tels étaient, à quelques exceptions près, les points aveugles du patrimoine industriel armoricain il y a dix ans. Beaucoup le sont restés.

  • 22 Citons, à côté de l’écomusée de Saint-Nazaire, l’association « Entreprises et Patrimoin (...)
  • 23 Jean-Yves Andrieux, Forges et hauts fourneaux en Bretagne du xviie au xixe (...)

13Risquons quoi qu’il en soit, une rapide géographie des sites présentés. Avec 34 % du total des articles recensés, 41,5 % des forges et 63,5 % des forges et des sites miniers cités, la Loire-Atlantique est le département princeps. Ici, l’intérêt patrimonial et l’histoire industrielle concordent : les réalités géologiques (présence de houille et de minerai de fer) et géographique (estuaire de la Loire) faisaient des pays de Nantes/Saint-Nazaire et de Châteaubriant les lieux privilégiés de l’implantation industrielle en Bretagne. La logique est donc respectée que l’on retrouve dans le tissu associatif : c’est sans conteste en Loire-Atlantique que les associations s’intéressant à l’archéologie industrielle sont les plus solidement constituées22. Après la Loire-Atlantique viennent dans l’ordre l’Ille-et-Vilaine (où les mines l’emportèrent), puis à égalité les Côtes-d’Armor (où l’on visita des forges) et le Morbihan (forges et usines), le Finistère enfin (où dominèrent les visites d’usines). L’accent mis sur les forges en Côtes-d’Armor (41,5 % des forges présentées) s’explique par le travail d’histoire et d’exposition accompli par Jean-Yves Andrieux et le Nouveau Musée de Saint-Brieuc23, un travail convaincant au point de déterminer le comité du tourisme du département à être un partenaire à part entière de l’opération « porte ouverte ». Pour les trois autres départements, l’interprétation est malaisée, le résultat incite à la prudence.

  • 24 Bernard André donne les chiffres suivants dans sa plaquette : Lampaul : 800 personnes ; (...)
  • 25 Ce fait est évoqué dans Anne Brulé, Mineurs de Bretagne, Morlaix, Skol Vreiz, 1989.
  • 26 Le lecteur se rapportera aux travaux de Paul Sebillot, Le Folklore de Franc (...)

14La mine occupe dans cet ensemble une place notable avec un peu plus de 20 % de sites proposés, qui furent visités par un public nombreux (250 personnes à Pont-Péan, 400 autres à Vieux-Vy-sur-Couesnon, près de Fougères, des centaines également en Loire-Atlantique24). Mettons ce fait au compte de la mobilisation puisqu’à peu près tous les sites miniers armoricains étaient à cette date en effet pris en charge par une association locale (que l’APMA regroupa un bref moment25). Mettons-le aussi au compte du goût pour l’insolite, de l’attirance pour le souterrain. À l’instar des châteaux, des moulins, il existe en effet une appropriation populaire, spontanée, des lieux miniers26. La mine fascine et cela fait d’elle un lieu disponible à partir duquel le collectif concerné, tout ou partie, a la possibilité d’édifier ces récits qui lui servent à conforter son identité. Elle est un « lieu de mémoire » potentiel, en somme. En ce cas précis, le décalage avec l’identité narrative provinciale a joué : vivre sur une terre pensée comme ancestrale avec un patronyme d’origine anglaise, allemande ou (ce qui est moins fréquent) polonais, vivre au lieu-dit « La Molette », grandir près de haldes, près d’étangs, de moulins, de canaux ; s’être aventuré enfant dans d’anciennes galeries, avoir eu, quoique breton, un arrière-grand-père mineur (et non pêcheur ou fermier ou marchand ou médecin ou tailleur…) est ressenti comme une originalité. Et ce sentiment d’originalité est vécu avec force. En ces temps de délitement identitaire, il est perçu comme un bien à transmettre et à valoriser.

15Mais voilà : le problème posé par la trace mémorielle est compliqué et l’APMA a buté sur cette complication. Cette petite association qui réunissait des scientifiques (géographes, historiens, géologues), des « amoureux des sites miniers » et des associations s’est trouvée dans l’incapacité de dénouer les fils imbriqués de la recherche mémorielle et de la recherche historique. D’où vient l’échec ? Durant les enquêtes que j’ai pu faire à l’échelle du territoire, au cours des nombreuses rencontres et interviews que j’ai pu avoir avec les diverses sortes de « gens de la mine », anciens mineurs, enfants de mineurs, ingénieurs des Mines, personnes résidant sur des sites miniers, une différence est apparue entre plusieurs formes de mémoire collective. J’ai appris à distinguer entre cette sorte de mémoire que j’appellerai « mémoire vive » et cette autre que j’appelle faute de mieux la « mémoire éteinte ». La « mémoire vive » est celle dont le collectif, (famille, équipe de travail, section syndicale, etc.) assure de lui-même la transmission soit parce que le fait évoqué est récent, soit parce qu’il a subsisté sous la forme d’un noyau narratif pris en charge par la filiation ; le groupe dispose d’un récit hérité en somme. Tandis que la « mémoire éteinte » est cette mémoire qu’un collectif retrouve et tente de reconstituer, de revivifier après une solution de continuité ; dans ce cas, le groupe hérite ou se considère héritier d’empreintes à partir desquelles il tente de reconstruire un récit. L’empreinte
est là, in situ, sous la forme d’un toponyme, d’un patronyme, etc. (pourquoi il y a mémoire) mais le noyau narratif est absent, la trame discursive a disparu. Tandis que la « mémoire vive » habite un lieu, sans même parfois le savoir, sans qu’il soit forcément besoin que ce lieu soit effectif, qu’il soit physiquement présent, la « mémoire éteinte » recompose un récit à partir de ce lieu, de cet objet, de ce nom qui fait trace, qui fournit un indice d’existence.

  • 27 Le journal Ouest-France, rappelons-le, est organisé en « éditions » où sont publiées le (...)
  • 28 Voir les références de tous ces titres dans le tableau en annexe.

16Observons, à ce propos, les titres des articles consacrés aux divers sites présentés (voir tableau). Le titre général trouvé en page régionale renvoie à l’identité narrative de la province : « Patrimoine. L’industrie appartient aussi à la culture bretonne ». Mais, dans les pages locales, diverses tonalités se distinguent27. En Morbihan et dans le Finistère, où furent proposées à la visite des conserveries, de l’usine à iode et des forges d’Hennebont, c’est le discours nostalgique qui l’a emporté : « Usines de conserves. Au rendez-vous des souvenirs », « Île de Groix : balade nostalgique », « Souvenir de l’usine à iode », « Journées souvenir avec les anciens forgerons », « Déjà entrés dans l’histoire ». En Loire-Atlantique, le discours technique et valorisant a dominé, égayé par une pointe d’humour et de mystère, avec une référence précise à l’esprit d’entreprise : « Mais où sont les forges d’antan ? », « L’ère du tourisme après l’âge du métal », « C’est beau aussi une forge ! », « Forges, mines and coke », « Les mines à la mairie », « Les mines ont fait le plein », « Esprit d’entreprise et savoir-faire », « Un trésor est caché dans les mines de Languin ». Enfin, le discours de type touristique s’est imposé dans les deux autres départements, avec dans les Côtes-d’Armor une dominante « découverte et valorisation » : « Balade au pays des forges à bois », « Perret, le public s’y intéresse de plus en plus. Le patrimoine industriel se met en valeur », « Les forges des Salles comme jadis » ; et en Ille-et-Vilaine une dominante « visite pour les curieux » : « Les escales au fil du passé », « Patrimoine industriel, des Rennais pris en filature », « Le Tertron moud pour le bétail ». Fait intéressant dans ce dernier cas, la neutralité qui marque la présentation faite avant l’événement cède la place à la surprise dans le compte rendu réalisé après : « Un succès inattendu », « La fureur de visiter », « Plus de 400 visiteurs28 »… Bien que la différence entre les deux premiers types et le dernier tienne ici pour beaucoup à la présence ou non d’acteurs directement impliqués, parce qu’ils furent ouvriers, ou patrons, elle donne une approche intuitive de la différence entre le « vif » et l’« éteint », entre les formes de mémoires et les récits qui en découlent.

17Je ferai deux observations s’imposent en corollaire :

  1. Ce n’est pas la durée qui est à l’origine de la distinction entre « mémoire vive » et « mémoire éteinte », mais la manière dont s’est effectué le deuil lorsque la réalité a basculé. Un récit mémoriel peut s’éteindre tout simplement (et tragiquement) parce que les acteurs disparaissent, mais cela peut se faire aussi par occultation, par refoulement collectif après la survenue d’événements particulièrement difficiles à assumer. Le fait par exemple que tel site minier ait connu ses heures de prospérité pendant l’occupation ne favorise pas à la perpétuation narrative, pas plus que ne la favorise le fait que l’histoire de l’exploitation se soit terminée par une escroquerie sanctionnée par un procès29.
  2. La différence entre les deux types de mémoire est capitale pour l’historien en quête d’archives orales car le comportement à son égard ne sera pas le même. Dans le cas de « mémoire vive », il est en position de recueil, voire de complémentarité pour peu qu’il soit suffisamment avancé dans ses recherches. À condition de ne pas heurter ses interlocuteurs, à condition de les convaincre, il entendra des récits, visitera des lieux, recevra des témoignages. À lui, bien sûr de « faire le tri » et ce ne sera pas aisé30. Il en va tout autrement lorsqu’il se trouve en situation de « mémoire éteinte ». D’abord la synergie sera plus forte avec ses partenaires sur le site, puisque les uns et les autres, l’historien et ses interlocuteurs, sont habités par le désir commun en apparence de restituer une réalité passée. La rencontre a toutes les chances de se produire autour de cette apparente communauté. Mais elle a toutes les chances de tourner court.

18Les objectifs fondamentaux divergent trop en effet. Pour que se développe au mieux la trilogie fondatrice du récit qu’il va construire (expliquer, comprendre, interpréter), l’historien a besoin d’une reconstitution au plus près des faits. Il doit établir une continuité, « sentir » le terrain, en prendre la mesure. Il lui faut matérialiser, concrétiser, appréhender presque physiquement les descriptions d’outils, de machines, de bâtiments, les gestes techniques qu’il découvre dans les textes au fil de ses dépouillements, des descriptions qui sont terriblement abstraites, très difficiles à comprendre puisqu’il s’agit de techniques défuntes, de gestes disparus. La restitution passe par un travail patient de relevés et de compréhension de l’organisation des divers éléments de production in situ. Tandis que pour le collectif désireux de revivifier une « mémoire éteinte », le problème majeur est celui de la légitimité, de sa légitimité. Il lui faut montrer que ce pourquoi il se bat, existe, imposer à la collectivité environnante, la qualité et l’importance de cette mémoire qu’il veut reconstituer. La tentation sera forte, pour cette reconstitution d’accumuler les indices, de les mettre en scène, de « monumentaliser ». Dans le meilleur des cas, cela prendra la forme d’une recherche archéologique, voire la réalisation d’un musée sous la direction d’un spécialiste. Dans le pire, cela prendra la forme d’une cueillette à tous crin. Les vestiges seront ramassés avec les meilleures intentions du monde, mais sans la moindre précaution, sans le moindre repérage ; les objets regroupés en vrac sans identification sérieuse ; les papiers de l’entreprise, pensés comme « objets » à montrer et non comme documents à étudier, seront privatisés au lieu d’être déposés aux Archives du département concerné ; bref, on réalisera un « cabinet de curiosité minier ». Quant à l’historien, il sera à la fois courtisé (c’est une caution) et mis à l’écart (pour ne pas courir le risque de dépossession). L’APMA a buté sur cet obstacle ; elle s’est trouvée dans l’impossibilité de juguler la passion de l’amateur et d’imposer le sérieux d’une démarche scientifique.

Instituer le patrimoine ?

  • 31 Paul Benoit, La mine de Pampailly, xve-xviiie siècles. Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, n° (...)
  • 32 Phrase placée en exergue du chapitre « L’Inventaire général, un point de vue nouveau su (...)

19Deux relais ont manqué. Celui de l’identité narrative régionale d’une part, dont on a compris qu’elle ne pouvait proposer une insertion « naturelle », « automatique » aux recherches identitaires locales. Le relais institutionnel d’autre part. L’association qui depuis des années cherche à mettre en valeur le site de Pont-Péan fera observer sans peine qu’elle n’est pour rien dans la destruction du système hydraulique réalisé par l’ingénieur Laurent au xviiie siècle. En quoi elle aura raison : cet ensemble étang-canal-roue dont la connaissance relève non de la mémoire mais de l’Histoire, pour lequel on dispose de documents et d’une analyse a été éventré sans autre forme de procès lors de la rénovation de l’axe routier Rennes-Nantes. Quant aux anciennes haldes, en particulier ces terrains où la probabilité était forte de trouver les restes fossilisés de la fonderie du xviiie siècle, elles ont été nivelées au bulldozer : y eut-il, avant leur recouvrement la moindre vérification ? le moindre sondage ? Pourtant, l’intérêt historique (histoire des techniques) et archéologique (archéologie du monde moderne) était certain : le seul exemplaire connu de ce type de fonderie, équipée d’un four à réverbère (l’ancêtre du four à puddler), a été mis à jour dans le Lyonnais31, et les documents nous ont appris qu’il avait été construit sur le modèle des fours bretons eux-mêmes importés d’Angleterre dans les années 1730. Quels points d’appui proposer aux associations locales en mal de reconnaissance lorsqu’elles ne trouvent aucun tuteur institutionnel pour suivre une direction adéquate ? Comment amener des « passionnés du terrain » à adopter un comportement scientifique lorsque les institutions patrimoniales elles-mêmes ne s’y résolvent pas ? « L’amour du patrimoine se manifeste de façon instinctive dans la conscience des terroirs et de façon éclairée dans la démarche du savoir », écrivait André Chastel en 198332. Constatons en ce cas précis qu’un tiers a fait défaut : la « conscience du terroir » n’a débouché sur aucune attitude raisonnée non pas parce que la « démarche du savoir » a manqué, mais parce que cette « démarche » n’a pas trouvé de répondant au sein de l’administration concernée.

  • 33 Voir à ce propos : Liliane Hilaire-Perez, L’invention technique au siècle des Lumières, (...)

20D’aucuns rétorqueront qu’il n’est nul besoin d’une institution pour décider d’un comportement scientifique et reprocheront au raisonnement de privilégier l’explication « pédagogique », d’exagérer la perception du rôle de l’institution comme puissance formatrice et ordonnatrice. Justement : s’il est une tradition bien ancrée dans notre pays, c’est celle du recours à l’État comme puissance légitimante. Cette tradition vaut pour la science et les techniques comme elle vaut pour le domaine culturel. Les diverses académies furent les premières institutions gouvernementales ayant pour but assigné de légitimer le travail scientifique, de favoriser l’avancée des techniques (ainsi, le transfert du four à réverbère de la Bretagne vers le Lyonnais s’est effectué avec la médiation de l’Académie des sciences), de couronner le chef-d’œuvre artistique33. Nos comportements en la matière sont héritiers de ces habitudes. Qu’elle le veuille ou non, l’institution pèse dans les comportements patrimoniaux, elle joue un rôle structurant autant par son absence que par sa présence.

  • 34 J. Morton Briggs, « Pollution in Poullaouen », Technology and Culture, 1997 (...)
  • 35 Le site fut l’une des principales portes d’entrée des techniques anglaises – four à rév (...)
  • 36 Bien connu des autorités françaises, Koenig travailla avec Jean Hellot à la traduction (...)
  • 37 Mines de Poullaouen et du Huelgoat, série 93J (métrage linéaire : 8,40 mètres). Les lia (...)

21Illustrons ce propos en posant à côté de Pont-Péan, l’exemple du Huelgoat-Poullaouen. L’histoire de cette autre exploitation n’a pas été sans fournir des éléments nouveaux à la compréhension de l’industrialisation. L’approche en terme de pollution en représente indiscutablement l’apport le plus récent34. Mais l’approche en terme d’histoire des techniques (techniques matérielles et techniques de gestion) s’est révélée également très fructueuse, en donnant à voir entre autres la forte hybridation technique35 et les débuts de la formation du Corps des Mines. Depuis les années 1740 en effet, moment de l’arrivée de Kœnig, le premier grand directeur de l’exploitation36, jusqu’à la fermeture de l’exploitation entre 1866 et 1867, le Huelgoat-Poullaouen joua pour les élèves ingénieurs des Mines le rôle officieux d’exploitation de référence. Deux apprentissages majeurs se sont faits là, celui de la gestion technique des matériaux dans la fonderie d’une part, celui de la gestion des mouvements des matériaux dans les ateliers de préparation mécanique, d’autre part. Encore fallait-il, pour le comprendre, bénéficier des documents adéquats ! Clairement, si nous n’avions disposé de la comptabilité technique de l’exploitation, une série de documents irremplaçables conservés aux archives départementales du Finistère, nous n’aurions pu interpréter correctement cette fixation pédagogique sur la Bretagne. Le décalage de la province avec l’industrialisation et le décalage plus grand encore de l’historiographie nous auraient conduit presque inévitablement à privilégier l’hypothèse de l’archaïsme. Or si les comptes et journaux techniques de la Compagnie des mines de Basse Bretagne sont disponibles, c’est bien parce que la direction du Service des archives départementales du Finistère en décida l’acquisition37. On mesure, dans ce cas, l’importance de l’institution patrimoniale, en tant que puissance ordonnatrice.

22L’exemple est trop simple pourtant. La manière dont les myriades de généalogistes sont accueillies quotidiennement en témoigne : le chemin des Archives est bien balisé. Le particulier, professionnel ou amateur, y trouve des spécialistes dont l’identité, la mission et le champ d’intervention sont clairement définis. En est-il de même pour le patrimoine, notion au champ vaste et multiforme ? Et les « chercheurs ès patrimoine industriel », que doivent-ils être pour disposer des outils leur donnant la possibilité de désigner ce qui relève de ce domaine et ce qui n’en relève pas : des archéologues ? des architectes ? des historiens ? des ethnologues ? des historiens de l’art ? ou : tout cela à la fois ? L’ambiguïté inhérente au domaine s’est soldée par une réduction du champ d’intervention. Il revient à l’Inventaire de donner « un point de vue nouveau sur le patrimoine », trouve-t-on écrit dans une très belle plaquette de sa présentation. Dont acte. Mais de quelle manière ? L’Inventaire général est chargé de « recenser, d’étudier et de faire connaître toute œuvre qui du point de vue historique, artistique ou archéologique, fait partie du patrimoine national ». Il a été conçu comme

  • 38 L’Inventaire général…, op. cit. C’est moi qui souligne.

« […] une entreprise de recherche fondamentale excluant toute préoccupation fiscale ou administrative, dont l’objet essentiel est la constitution d’une masse documentaire homogène […] sur l’architecture et les œuvres d’art de notre pays. L’approche globale et systématique du territoire a fortement contribué à “inventer” de nouveaux domaines d’intérêt, en élargissant le champ – au patrimoine industriel et technique par exemple38. »

23Ce court texte recense malgré lui une bonne partie des difficultés de l’entreprise. Les unes se rapportent à la mission impartie, présentée comme étant de « recherche fondamentale » à l’exclusion de toute autre mission administrative ou fiscale (l’Inventaire n’a pas pour mission de conserver ou de gérer les Monuments historiques) ; ici, le risque encouru est de passer de l’exclusion à l’exclusive et se considérer comme unique dispensateur du label « patrimoine ». Les autres se rapportent au label lui-même : comment faire coïncider ce « patrimoine industriel » que l’Inventaire « a fortement contribué à inventer » avec l’obligation de « recenser, d’étudier et de faire connaître toute œuvre… » et d’assurer la « constitution d’une masse documentaire sur l’architecture et les œuvres d’art »… ? Ce qui s’impose là, de facto, est bien une double réduction, de la notion de patrimoine, et partant de celle de patrimoine industriel, à l’œuvre d’art et à l’architecture.

  • 39 Cette exposition itinérante contribua grandement à la popularisation de la notion de pa (...)
  • 40 Gras et souligné dans le texte. Ce texte servait d’introduction au débat organisé le 9 (...)

24La gêne qu’a représentée l’« invention » du patrimoine industriel en Bretagne est un bon révélateur des problèmes que soulève cette difficulté d’adéquation entre une administration et son « domaine de compétences ». Tout avait bien commencé pourtant, pourrait-on dire. « La Bretagne des agriculteurs et des pêcheurs n’a évidemment jamais figuré dans la liste des grands centres industriels comme le Nord de la France », trouve-t-on écrit dans le texte qui avait été rédigé localement à l’hiver 1980-1981 pour accompagner l’exposition pionnière intitulée « Les châteaux de l’industrie39 ». « Pourtant, derrière cette image trop exclusive, on découvre pour peu que le regard historique s’attache à la réalité archéologique diffuse sur le terrain, une Bretagne qui a contribué à sa mesure et durant toute son histoire, à la production d’objets manufacturés. » Le texte, signé par la Commission régionale Inventaire Bretagne poursuit dans cette veine d’une découverte raisonnée de l’« intime historique », du banal, aux dépens du bâtiment-spectacle40 :

« On s’accorde généralement à apprécier les bâtiments industriels qui se réfèrent à des styles architecturaux ou encore ceux qui illustrent un des aspects particulier de l’histoire : citons ainsi les forges cisterciennes les grandes manufactures du xviiie siècle liées aux arsenaux ou à des entreprises royales. Les bâtiments qui affichent leurs caractères d’usine dans la banalité et la dureté de leurs lignes fonctionnelles sont méprisés et sombrent dans l’oubli le plus total. La démolition de cette architecture utilitaire passe inaperçue, peut-être même est-elle parfois souhaitée au nom de principes esthétiques contestables. Symboles de l’usine, nouveaux beffrois qui signalent la ville, les cheminées d’usine, œuvres d’architecture désormais inutiles, deviennent dangereuses et sont toutes abattues, sans que personne ne songe à ce moment à la valeur symbolique et architecturale de ces monuments qui auront bientôt disparu. »

25Et de conclure en appelant au rêve : « Cette exposition a l’ambition modeste d’offrir au visiteur un panorama de l’ensemble de ces activités artisanales et industrielles bretonnes mais elle a aussi pour rêve secret de susciter l’éveil d’une curiosité pour ce type de patrimoine historique et monumental. »

  • 41 « Ces crédits et la création d’une cellule de trois chercheurs chargés de suivre leur e (...)
  • 42 Il s’agit de l’enquête réalisée par Claudie Herbaut sur la verrerie. Fait significatif, (...)
  • 43 Il faut « abolir la censure sur le patrimoine technique », c’est une « amputation insup (...)
  • 44 « Afin de pouvoir aboutir dans des délais raisonnables à des résultats significatifs su (...)
  • 45 Par exemple : Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, sous la direction (...)

26L’Inventaire a travaillé, mais sur une autre ligne et, à l’exception – notable – de la Loire-Atlantique, investi des terrains autres que ceux pressentis à ce moment. Les recherches accomplies par les historiens, les expositions réalisées par les musées et écomusées, la multiplication des associations et l’affirmation de leur sensibilité, rien n’y a fait : le relais « patrimonial » a manqué. Des quatre programmes thématiques qu’impulsa la cellule « patrimoine industriel41 » (les bâtiments ayant utilisé l’énergie hydraulique, les hauts fourneaux et les forges, la céramique industrielle et les industries minières), un seul a concerné la province, et, quoique ce fût un travail tout à fait remarquable, il n’a été qu’un effleurement42. À quoi tient l’infléchissement ? Distinguons, dans ce qui n’est qu’une ébauche de réponse, ce qui ressortit à la région et ce qui ressortit à l’Inventaire. Côté région, outre le décalage déjà noté, le caractère nettement politique de la « découverte » du patrimoine industriel par le ministère de la Culture dans les débuts des années 1980 aura pu faire reculer les collectivités territoriales43. De plus, la coupure administrative d’avec la Loire-Atlantique n’a pas favorisé l’instauration d’une dynamique. Côté Inventaire, il y eut l’impatience, la nécessité ressentie (l’obligation ?) d’aller vite, de produire rapidement, de ne pas perdre de temps. Cette attitude, qu’étaya un positivisme sans faille, l’a empêché de venir à bout des incertitudes méthodologiques inhérentes à tout travail débutant. La fixation architecturale n’en fut que plus aisée. En assignant à la cellule « Patrimoine industriel » qu’elle créait, l’étude du « patrimoine mobilier et immobilier » – aux dépens du patrimoine immatériel qui entrait dans les compétences de la Mission du patrimoine ethnologique, la circulaire ministérielle de 1983 ne pouvait aider les spécialistes désignés à se dégager de cette fixation. Prenons la mesure du clivage institué : il amenait le « chercheur en patrimoine industriel » à étudier des machines sans se préoccuper des termes par lesquels les gens de métiers désignaient et faisaient fonctionner les dites machines, alors même que ce chercheur avait pour mission de définir… un vocabulaire44 !!! Le risque était grand, avec de tels impératifs, de brouiller le rapport à l’Histoire et de compliquer le travail avec les historiens… L’Inventaire « monumentalisa » à sa manière et proposa au grand public de très belles publications destinées à frapper le regard en travaillant la mise en scène photographique45.

  • 46 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Édition critique établie par Gérard Namer, Pa (...)
  • 47 Henri Bergson, La pensée et le mouvant. Essais et conférences, Paris, PUF, 1998 (1re (...)
  • 48 L’expression « homme collectif » peut choquer. Elle renvoie à la distinction faite par (...)
  • 49 In Mary Douglas, op. cit., p. 109.
  • 50 Un bon exemple de cette collaboration fructueuse, le Dictionnaire du patrimoine (...)

27Parmi les leçons apprises de Maurice Halbwachs, il y a celle-ci que les structures de la mémoire sont collectives46. Et parmi les leçons apprises de Bergson, il y a cette autre, que l’homme ne cesse d’engendrer du nouveau, mais qu’il ne peut interpréter aucune nouveauté sans un mouvement rétroactif de pensée47. Le présent est ce moment où l’homme ne cesse d’interpréter ce qu’il crée au regard de ce qui s’est déjà créé ; le passé, ce lieu immanent auquel l’homme collectif se réfère et grâce auquel il trouve les raisons d’accepter la novation48. Il en résulte que le travail de mémoire à l’échelle du collectif (j’entends par là la mémoire quotidienne, et non le souvenir gardé de l’exceptionnel, l’obligation de mémoire se rapportant aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité) est d’une absolue nécessité et cela sous sa double facette, remémoration et mise en friche par le deuil et l’oubli, à partir de quoi s’effectuera la résurgence, la relecture, la redécouverte, et pour tout dire, l’invention. Tant que cela passe par le récit, la mise en mots, tout va bien. Mais que le marché envahisse la matière collective, que la valorisation par l’argent l’emporte, l’affaire se complique singulièrement. Car le marketing lui aussi puise dans cette bibliothèque intime qu’est le lien au passé de l’homme collectif. Aussi bien, l’idée attribuée Max Weber49 d’une dichotomie de la pensée séculière entre une rationalité de marché que domineraient la pensée individuelle et une rationalité bureaucratique, que dominerait par la pensée collective s’en trouve infirmée. Insidieusement, en effet, le marketing, en s’adressant à l’individu, se sert de la pensée collective, et l’use tout à la fois, en la desséchant par une instrumentalisation à tous crins, en réifiant (entre autres) les liens entre mémoire et présent, et cela d’autant plus aisément que la mémoire vive disparaît du fait de l’extinction des formes séculaires d’organisation sociale et de travail. En d’autres termes, que le patrimoine fasse recette et la collectivité est dupée… Une collusion s’instaure entre un fait de structure, savoir l’obligation anthropologique d’une double interférence présent/passé, collectivité/individus pour que s’établisse le travail de mémoire, et un fait de conjoncture, savoir la saisie du récit mémoriel par le marketing y compris institutionnel. Cette collusion constitue un danger que le développement des « écomusées » ne suffit pas à parer. Nous retrouvons là, sous une autre forme, l’affirmation initiale : il n’est pas bon que la définition du « patrimoine » (et sa sauvegarde) soit le fruit de la seule institution ou pire encore le fruit d’une négociation par défaut entre les partenaires concernés et le marché. La négociation doit avoir lieu, c’est évident, mais sous une forme raisonnée, consciente autant qu’il est possible avec tous, personnes privées, associations de terrain, collectivités territoriales, administration, collectivités scientifiques50 ; et elle doit être marquée au sceau de la gratuité. À l’image de la démocratie en somme.

« Le vieil homme rentra chez lui, heureux d’avoir impressionné l’enfant. »

Remerciements

28Cette réflexion doit beaucoup aux travaux du séminaire interdisciplinaire « Démolition, disparition, déconstruction », qui se tient au CNAM à Paris, sous l’égide du Centre d’histoire des techniques (CDHT) (dir. André Guillerme). Il m’est également agréable de remercier Claude Geslin sans l’incitation duquel ce bilan n’aurait pas vu le jour, ainsi que les chercheurs du Service de documentation du Patrimoine Bretagne, pour la qualité de leur accueil.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Service de documentation du Patrimoine, dossiers d’orientation thématique « Architecture industrielle ».

Démolition, disparition, déconstruction, textes rassemblés et présentés par Anne-Françoise Garçon, Paul Smith, Gwenaël Delhumeau et Anne Monjaret, Documents pour l’histoire des techniques, n° 11, Paris, CDHT/CNAM, automne 2001.

Dictionnaire du patrimoine breton, Alain Croix et Jean-Yves Veillard (dir.), Rennes, Apogée, 2e éd. septembre 2001.

Journées du Patrimoine industriel en Bretagne. 17 et 18 octobre 1992. Bilan d’une action, Rennes, Institut culturel de Bretagne, section Patrimoine économique, technique et scientifique, 1992, dactyl.

Journées du Patrimoine industriel en Bretagne, 17-18 octobre 1992. Recueil des coupures de presses, parues à l’occasion de cette manifestation, soit avant, soit après, réuni par Bernard André, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1992.

L’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, ministère de la Culture et de la Francophonie, 1994.

Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, sous la direction scientifique de Jean-François Belhoste et Paul Smith, Paris, Éditions du Patrimoine, 1997.

Le patrimoine portuaire. Actes du colloque de Marseille, 26-28 mars 1998, textes relus par Geneviève Dufresne, L’archéologie industrielle en France, n° 32, octobre 1998.

Territoires de la Mémoire. Les collections du patrimoine ethnologique dans les écomusées, Marc Augé (dir.), Thonon-les-Bains, Éditions de l’Albaron, société Présence du livre et Fédération des écomusées et musées de société, 1992.

André Bernard, « Les acteurs du patrimoine industriel en Bretagne et Pays de Loire », L’archéologie industrielle en France, n° 22, 1991-1992, p. 27-52.

Andrieux Jean-Yves, Patrimoine et Histoire, Belin, 1997.

Andrieux Jean-Yves, Forges et hauts fourneaux en Bretagne du xviie au xixe siècle, Nantes, CID éditions, 1987.

Baudrillard Jean, Le système des objets, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2000 (1re éd. 1968).

Benoit Paul, La mine de Pampailly, xve-xviiie siècles, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, n° 14, Lyon, 1997.

Bergeron Louis et Dorrel-Ferré Gracia, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Paris, Liris, 1996.

Bergson Henri, La pensée et le mouvant, Paris, PUF, coll. « Quadriges », 11e éd., 1998 (1re éd. 1938).

Briggs J. Morton, « Pollution in Poullaouen », Technology and Culture, 1997 (38), p. 635-689.

Brulé Anne, Mineurs de Bretagne, Morlaix, Skol Vreiz, 1989.

Charpy Jacques, Guide des Archives du Finistère, Quimper, 1973.

Delrieu Alain, Sigmund Freud. Index thématique, Paris, Anthropos-Economica, 1997.

Douglas Mary, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte-MAUSS, 1999, trad. Anne Abeillé (How Institutions Think, New York, Syracuse University Press, Syracuse, 1986, 1re éd. fr. Ainsi pensent les institutions, 1989).

Garçon Anne-Françoise, « Gabriel Jars, un ingénieur à l’Académie », Règlements, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Actes du colloque international, Paris, 8-10 juin 1999, à paraître.

Garçon Anne-Françoise, Les métaux non ferreux aux xviie et xixe siècles. Ruptures, blocages, évolution au sein des systèmes techniques, thèse EHESS, 4 vol., dactyl., Paris, 1995.

Garnier Hélène, « Entreprises et Patrimoine industriel. Une association dynamique en région nantaise », L’archéologie industrielle en France, n° 31, décembre 1997, p. 50-52.

Grenier Lise et Wieser-Benedetti Hans, Les châteaux de l’industrie. Recherches sur l’architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, Paris-Bruxelles, Direction générale de l’architecture, 1979.

Guillou Anne, Les femmes, la terre et l’argent, Brasparts, Beltan, 1990.

Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Édition critique établie par Gérard Namer, Paris, A. Michel, 1997 (1re éd. 1950).

Hartog François, « Patrimoine et histoire : les temps du patrimoine », Andrieux Jean-Yves (dir.), Patrimoine et société, Rennes, PUR, 1998, p. 3-17.

Herbaut Claudie, « La verrerie royale de la Haie d’Iré (Saint-Rémy-du-Plain, Ille-et-Vilaine) », L’archéologie industrielle en France, n° 26, juillet 1995, p. 7-12.

Herbaut Claudie, « Verreries et verriers en Bretagne, 1730-1880 », De la verrerie forestière à la verrerie industrielle du milieu du xviiie siècle aux années 1920, colloque sous la direction de Geneviève Sennequier et Denis Woronoff, Association française pour l’archéologie du verre, onzième rencontre, Albi, 7-9 novembre 1996, actes publiés par Danièle Foy, Aix-en-Provence, 1998, p. 139-150.

Hilaire-Pérez Liliane, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, A. Michel, 2000.

Izzo Jean-Claude et Fabre Thierry, La Méditerranée française, Paris, Maisonneuve & Larose, 2000.

Lebesque Morvan, Comment peut-on être Breton ? Essai sur la démocratie française, Paris, Seuil Poche universitaire « pluridisciplinaires ».

Monange Edmond, « La vie quotidienne aux mines de Poullaouen et du Huelgoat dans la seconde moitié du xviiie siècle », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXV, 1988, p. 105-124.

Ricœur Paul, Lectures 2. La contrée des philosophes, Paris, Seuil, coll. « Points », 1999 (1re éd. 1992).

Ricœur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « Points », 1996 (1re éd. 1990).

Roncayolo Marcel, « Marseille, la ville, le port », Le patrimoine portuaire. Actes du colloque de Marseille, 26-28 mars 1998, textes relus par Geneviève Dufresne, L’archéologie industrielle en France, n° 32, octobre 1998, p. 7-11.

Sébillot Paul, Le Folklore de France, t. 1 : Le ciel et la terre, Paris, Maisonneuve, Paris, 1968 (1re éd. 1907).

Thibault Max, « Le patrimoine halieutique des rivières de Bretagne », Journée de conférences Rivières et Patrimoines de Bretagne, 18 janvier 1996, ENSA, Rennes 1996, p. 1-17.

Vérin Hélène, « Jalons pour une histoire de la confiance », R. Laufer et M. Orillard (dir.), La confiance en question, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000, p. 37-57.

Viet Vincent, « Le regard de l’Inspection du travail sur l’industrie mécanique à la fin du xixe siècle », Claudine Fontanon (dir.), Histoire de la mécanique appliquée. Enseignement, recherche et pratique mécaniciennes en France après 1880, Cahiers d’Histoire et de Philosophie des Sciences, n° 46, 1998, p. 192-206.

Annexes

Titres des coupures de presse présentant ou relatant la « Journée Patrimoine industriel » des 17 et 18 octobre 1992

Titres des coupures de presse présentant ou         relatant la « Journée Patrimoine industriel » des 17 et 18 octobre         1992

Liste des sites proposés à la visite lors des « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992

Liste des sites proposés à la visite lors des         « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel         de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992

Liste des sites proposés à la visite lors des « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992

Liste des sites proposés à la visite lors des         « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel         de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992

Notes

1 Marcel Roncayolo, « Marseille, la ville, le port », Le patrimoine portuaire, Actes du colloque de Marseille, 26-28 mars 1998 (séance d’ouverture). Textes présentés par Geneviève Dufresne, L’archéologie industrielle en France, n° 32, octobre 1998, p. 7.

2 On lira avec profit l’analyse faite par François Hartog dans son article « Patrimoine et histoire : les temps du patrimoine », Jean-Yves Andrieux (dir.), Patrimoine et société, Rennes, PUR, 1998, p. 3-17.

3 En France, bien sûr. L’appréhension du patrimoine public est une composante intime de la culture d’un pays.

4 Cette « déconstruction » de l’île Seguin est présentée dans : Démolition, disparition, déconstruction, textes rassemblés et présentés par A.-F. Garçon, P. Smith, G. Delhumeau et A. Monjaret, Documents pour l’histoire des techniques, n° 11, Paris, CDHT/CNAM, automne 2001.

5 Louis Bergeron et Gracia Dorrel-Ferré, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Paris, Liris, 1996, p. 123.

6 La citation est extraite de Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « Point », 1996 (2e éd.), p. 138. Nous l’avons néanmoins empruntée à Jean-Claude Izzo, in Jean-Claude Izzo et Thierry Fabre, La Méditerranée française, Paris, Maisonneuve & Larose, 2000, p. 17. La réflexion conduite ici doit également beaucoup aux analyses développées par Paul Ricoeur dans Lectures 2. La contrée des philosophes.

7 Bernard André, Jean-Yves Andrieux, Jean Plaine et moi-même (j’avais alors pour nom de plume : Anne Brulé), étions parmi les membres fondateurs. L’APMA était membre du programme H3 « Mines et métallurgie » du Conseil supérieur de la recherche archéologique.

8 Un exemple parmi d’autres de cet apport de l’histoire à l’intelligibilité du présent, l’article d’Hélène Verin, « Jalons pour une histoire de la confiance », R. Laufer et M. Orillard (dir.), La confiance en question, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000, p. 37-57.

9 Partielle et non partiale ! La confusion possible des termes, que pratiquent largement les révisionnistes et autres négationnistes pour bâtir une histoire à leur mesure, ne doit pas amener à négliger cet aspect fondamental de la science historique.

10 Paul Ricoeur, « Entre herméneutique et sémiotique » et « interprétation », Lectures 2. La contrée des philosophes, op. cit.

11 En raison de son caractère dynamique, je retiens la définition cytologique et dynamique de l’entrecroisement chiasmatique (encore qu’il s’agisse à proprement parler de chiasma et non de chiasme), savoir « le point d’attache des chromosomes appariés qui tendent à se séparer lors de la méïose » (Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse).

12 C’est Max Thibault, directeur de recherche à l’INRA et spécialiste du saumon qui le premier souleva le problème de la pollution industrielle des rivières bretonnes au xviiie siècle (Max Thibault, « Le patrimoine halieutique des rivières de Bretagne », Journée de conférences Rivières et Patrimoines de Bretagne, 18 janvier 1996, ENSA Rennes).

13 On relèvera à cet égard la réédition toute récente de l’ouvrage célèbre en Bretagne de Morvan Lebesque, Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française en livre de poche.

14 Ainsi : « Les différences d’activité professionnelle, de situation hiérarchique et d’origine géographique se cumulent pour créer un véritable fossé entre les Bretons, numériquement majoritaires mais qui restent avant tout des paysans plus attachés à la terre qu’à la mine […] et les non-Bretons qui, pratiquement seuls, constituent le personnel véritablement ouvrier et permanent de l’entreprise. Cette structure socioprofessionnelle rappelle irrésistiblement celle des entreprises industrielles coloniales d’Afrique ou d’Asie au xixe siècle et dans la première moitié du xxe » (Edmond Monange, « La vie quotidienne aux mines de Poullaouen », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXV, 1988, p. 111).

15 « Cette étude, qui contribue à rectifier l’image reçue d’une Bretagne en proie à une sous-industrialisation chronique, s’inscrit aussi dans un mouvement d’ensemble où, du Québec à la Catalogne, en passant par les Flandres, la pratique de l’histoire industrielle associée à une archéologie participe aussi d’une volonté d’affirmer l’identité d’une communauté, non sans s’interroger sur les responsabilités historiques de ses groupes sociaux dirigeants » (Serge Benoît dans sa critique de « Mineurs de Bretagne », L’Archéologie industrielle, n° 19, juin 1989, p. 110).

16 La loi du 25 février 1943 définissait une zone de servitude aux abords des monuments historiques classés. Dans un périmètre de 500 mètres, considéré comme le champ de visibilité du monument protégé, toute modification apportée à un immeuble, quel qu’il soit, devait être autorisée par l’architecte des Monuments historiques. (L’inscription à l’inventaire supplémentaire introduit une instance de classement pour laquelle l’administration dispose d’un délai de 12 mois. Pendant cette durée le propriétaire est tenu de respecter l’intégrité du classement.) La protection des abords des monuments historiques a été modifiée par les lois du 7 janvier 1983 (création des ZPPAU) et du 28 février 1997 (création des Commissions régionales du patrimoine et des sites). Jean-Yves Andrieux, Patrimoine et Histoire, Belin, 1997, p. 239-243.

17 L’expression « roman minier » est calquée sur celle, fructueuse, de « roman familial ». Freud mit à jour cette réalité en la rapportant strictement à la pathologie des névrosés. Les travaux des anthropologues sur la texture mythique incitent plutôt à interpréter le « roman familial » des névrosés comme un détournement pathologique de l’identité narrative. (Le lecteur trouvera les références adéquates in Alain Delrieu, Sigmund Freud. Index thématique, Paris, Anthropos-Economica, 1997.)

18 Journées du Patrimoine industriel en Bretagne. 17 et 18 octobre 1992. Bilan d’une action, Institut culturel de Bretagne, section Patrimoine économique, technique et scientifique, dactyl. L’Institut culturel de Bretagne est une émanation du conseil régional de Bretagne et du conseil général de Loire-Atlantique. Les journées furent coordonnées par Bernard André et Claudie Herbaut.

19 Bernard André, Journées du Patrimoine industriel en Bretagne, 17-18 octobre 1992. Recueil des coupures de presses, parues à l’occasion de cette manifestation, soit avant, soit après, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1992.

20 Même si certaines absences (les fours à chaux de Lormandière, par exemple, en Ille-et-Vilaine) relèvent du choix fait lors de la préparation des journées de privilégier les sites moins connus du public.

21 Le journaliste écrit ceci : « C’est vrai que les Bretons ignorent le plus souvent ce qu’a été leur passé industriel » confirme à Vannes Bernard André, chercheur à l’École des hautes études en sciences sociales, chargé de la coordination de ces journées. « Il faut savoir que l’industrie textile, par exemple, employait environ 35 000 personnes en 1760 en Bretagne. Et les toiles produites dans le triangle Quintin-Uzel-Loudéac, étaient vendues sur le marché international » (« D’anciennes mines, forges et conserveries à découvrir ce week-end », Ouest-France, 16 octobre 1992, page régionale Bretagne).

22 Citons, à côté de l’écomusée de Saint-Nazaire, l’association « Entreprises et Patrimoine industriel » qui est membre du CILAC (site internet : http://www.cnam/paysdelaloire.fr. Voir aussi : Hélène Garnier, « Entreprises et Patrimoine industriel. Une association dynamique en région nantaise », L’archéologie industrielle en France, n° 31, décembre 1997, p. 50-52) et l’« Association pour la recherche dans la région d’Ancenis ».

23 Jean-Yves Andrieux, Forges et hauts fourneaux en Bretagne du xviie au xixe siècle, Nantes, CID éditions, 1987 ; Le fer en Bretagne, exposition organisée par le Nouveau Musée de Saint-Brieuc, février-septembre 1989.

24 Bernard André donne les chiffres suivants dans sa plaquette : Lampaul : 800 personnes ; Loctudy : 600 personnes, Loire-Atlantique : chaque site 400 à 600 visiteurs ; Rennes, 150 personnes, Pont-Péan : 250 ; forges d’Hennebont : 350 ; les forges à bois en Côtes-d’Armor : 60 personnes ; 100 personnes à Fougères.

25 Ce fait est évoqué dans Anne Brulé, Mineurs de Bretagne, Morlaix, Skol Vreiz, 1989.

26 Le lecteur se rapportera aux travaux de Paul Sebillot, Le Folklore de France, dont le premier tome est intitulé Le ciel et la terre.

27 Le journal Ouest-France, rappelons-le, est organisé en « éditions » où sont publiées les nouvelles des terroirs et pays correspondants. Le journal comprend des pages nationales, une page régionale commune à toutes les éditions et des pages locales qui diffèrent d’un « pays » à l’autre. Les informations et reportages correspondants sont réalisés par des correspondants du crû, les « localiers ». D’autres journaux locaux ont évoqué la journée : Le Télégramme (Finistère et Côtes-d’Armor), Le Courrier de l’Indépendant (région de Loudéac), L’Éclaireur, Presse-Océan en Loire-Atlantique. La plupart des articles présentant la manifestation ont été rédigés en utilisant abondamment la matière fournie par l’Institut culturel de Bretagne. La note originale réside dans les titres et dans les articles rédigés après la journée pour rendre compte de son succès.

28 Voir les références de tous ces titres dans le tableau en annexe.

29 Les sites évoqués sont dans l’ordre, Vieux-Vy-sur-Couesnon (35) et Trémuson (22).

30 « Les événements très lointains de leur enfance, ils affleurent en désordre. Quand on les interroge, elles [les personnes interrogées] se trouvent confrontées à un ensemble confus de repères […]. Souvent cette parole a été conservée en l’état, traduisant l’ambiguïté des sentiments, des rapports avec les choses et les gens. Le passé reconstitué, le réel dit ou raconté […] entrent dans ce que l’on nomme la mémoire de groupe, le patrimoine social d’une entité locale : la commune » (Anne Guillou, Les femmes, la terre et l’argent, 1990, p. 12).

31 Paul Benoit, La mine de Pampailly, xve-xviiie siècles. Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, n° 14, Lyon, 1997.

32 Phrase placée en exergue du chapitre « L’Inventaire général, un point de vue nouveau sur le patrimoine », L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, ministère de la Culture et de la Francophonie, 1994 (brochure non paginée).

33 Voir à ce propos : Liliane Hilaire-Perez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, A. Michel, 2000 ; et se rapportant au monde minier : Anne-Françoise Garçon, « Gabriel Jars, un ingénieur à l’Académie », Règlements, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Actes du colloque international, Paris, 8-10 juin 1999, à paraître.

34 J. Morton Briggs, « Pollution in Poullaouen », Technology and Culture, 1997 (38), p. 635-689.

35 Le site fut l’une des principales portes d’entrée des techniques anglaises – four à réverbère, pompe à feu – et le lieu de l’hybridation entre ces techniques et les techniques allemandes, qui caractérise la filière française de production de plomb et d’argent. Voir Anne-Françoise GARÇON, Les métaux non ferreux aux xviiie et xixe siècles. Ruptures, blocages, évolution au sein des systèmes techniques, thèse EHESS, 4 vol., dactyl., Paris, 1995.

36 Bien connu des autorités françaises, Koenig travailla avec Jean Hellot à la traduction du traité de fonte des mines de Schlutter, l’un des ouvrages de référence des fondeurs et métallurgistes au xviiie siècle (A.-F. GARÇON, op. cit.).

37 Mines de Poullaouen et du Huelgoat, série 93J (métrage linéaire : 8,40 mètres). Les liasses 93J 1-121 ont été achetées en 1954, et les liasses 93J 222-227 ont été données en 1964 par maître Le Gac. Ce supplément « intéresse les dommages du xviiie siècle et la liquidation de 1865 à 1890 ». Le répertoire numérique de la série a été réalisé par Jacques Charpy. Jacques CHARPY, Guide des Archives du Finistère, Quimper, 1973.

38 L’Inventaire général…, op. cit. C’est moi qui souligne.

39 Cette exposition itinérante contribua grandement à la popularisation de la notion de patrimoine industriel en France. Son catalogue : Lise Grenier et Hans Wieser-Benedetti, Les châteaux de l’industrie. Recherches sur l’architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, Direction générale de l’architecture, Paris-Bruxelles, 1979.

40 Gras et souligné dans le texte. Ce texte servait d’introduction au débat organisé le 9 décembre 1980 auquel avaient été conviés à participer Maurice Daumas, Gisèle Giovanelli-Le Rouzic, François Loyer, Roger Barrier, secrétaire de commission régionale Inventaire Bretagne, MM. Samson et Leberre, respectivement conservateur au musée du château des Ducs de Nantes et architecte.

41 « Ces crédits et la création d’une cellule de trois chercheurs chargés de suivre leur emploi et de promouvoir le développement des recherches dans le domaine du patrimoine industriel permettront de définir et de mettre en œuvre les méthodes de réalisation d’un inventaire du patrimoine industriel mobilier et immobilier » précise la circulaire ministérielle en date du 15 septembre 1983, qui instituait cette cellule.

42 Il s’agit de l’enquête réalisée par Claudie Herbaut sur la verrerie. Fait significatif, cette étude, qui a révélé l’existence d’une trentaine de verreries en Loire-Atlantique et en Ille-et-Vilaine depuis de xve siècle jusqu’en 1934 (production de gobeleterie et verre à vitre), a été réalisée dans le cadre d’une mission d’inventaire de la verrerie en Haute Bretagne, confiée par le Service de l’inventaire général des Pays-de-la-Loire. Outre les documents disponibles au Service de documentation du Patrimoine à Rennes (Inventaire régional – dossiers d’orientation thématique « Architecture industrielle »), on pourra se rapporter également à Claudie Herbaut, « La verrerie royale de la Haie d’Iré (Saint-Rémy-du-Plain, Ille-et-Vilaine) », L’archéologie industrielle en France, n° 26, juillet 1995, p. 7-12.

43 Il faut « abolir la censure sur le patrimoine technique », c’est une « amputation insupportable, une infirmité ». Il y a un « enjeu politique de cette prise en compte scientifique et culturelle », mais « au meilleur sens du mot : retrouvailles avec notre identité profonde », déclarait Max Querrien dans son intervention au IVe Colloque national sur le patrimoine industriel, Beauvais, 6-8 octobre 1982. En ajoutant : « Le patrimoine industriel appartient à la mémoire sociale. Il faut cesser d’analyser le patrimoine traditionnel à coup de révérences et de vocabulaire emprunté à l’histoire de l’art, se libérer des pressions intellectuelles que nous avons subies » (Inventaire général, dossiers d’orientation thématique « Architecture industrielle », classeur Informations générales, méthodologie cellule Patrimoine industriel).

44 « Afin de pouvoir aboutir dans des délais raisonnables à des résultats significatifs sur le plan scientifique et réaliser pleinement la mission méthodologique qui lui est assignée, la cellule du Patrimoine industriel a défini des programmes prioritaires devant aboutir à la conception de livrets (vocabulaires, bibliographies, etc.) dans la collection des Principes d’analyses scientifique ». Le ministre de la Culture au secrétariat de l’Inventaire, lettre en date du 17 juin 1985 (Inventaire général, dossiers d’orientation thématique « Architecture industrielle », op. cit.). A contrario, cette affirmation de M. Henri Bonnan, président du conseil général de l’Oise, maire-adjoint de Beauvais : « Le patrimoine signifie bien à la fois l’ensemble des bâtiments, lieux de l’activité industrielle, l’ensemble de la mémoire collective issue de cette activité, qu’elle concerne le savoir-faire, la manière de vivre, les coutumes des ouvriers ou des patrons, l’ensemble des machines… » (IVe Colloque national sur le patrimoine industriel, Beauvais, 6-8 octobre 1982).

45 Par exemple : Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, sous la direction scientifique de Jean-François Belhoste et Paul Smith, Paris, Éditions du Patrimoine, 1997. L’idée de la publication fut lancée officiellement en 1992. Elle fut justifiée ainsi : « La cellule du patrimoine industriel a été chargée de coordonner une action à la fois d’étude et de découverte des sites exceptionnels relevant du patrimoine industriel. L’opération donnera lieu tout d’abord à l’édition d’un CD-ROM où à travers une petite base de données, chaque site pourra être représenté par une dizaine d’images, documents figurés anciens ou photographies récentes. Cela devrait aboutir également à une publication dans la série “Les Images du Patrimoine” où ces mêmes sites seront présentés, mais avec un traitement iconographique moins étendu. […] Je vous remercie de bien vouloir collaborer à cette opération qui, dix ans après la création du Patrimoine industriel, devrait aboutir à des réalisations vraiment collectives pour une meilleure connaissance de ce type de patrimoine » (lettre du sous directeur de l’Inventaire général à Monsieur le conservateur régional de l’Inventaire de la région Bretagne, en date du 15-12-1992). La liste des sites pressentis pour la Bretagne et les Pays-de-la-Loire comprenait : la manufacture des Tabacs de Morlaix (1736), la forge de la Jahotière à Abbaretz (1826), les fours à chaux et la mine de charbon à Montjean, les ardoisières de Noyant le Gravoyère (1916), les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire (grue Gusto).

46 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Édition critique établie par Gérard Namer, Paris, A. Michel, 1997 (1re éd. 1950).

47 Henri Bergson, La pensée et le mouvant. Essais et conférences, Paris, PUF, 1998 (1re éd. 1938).

48 L’expression « homme collectif » peut choquer. Elle renvoie à la distinction faite par l’administration du travail au début de xxe siècle entre « ouvrier individuel » et « ouvrier collectif » (Vincent Viet, « Le regard de l’Inspection du travail sur l’industrie mécanique à la fin du xixe siècle », Cahiers d’Histoire et de Philosophie des Sciences, n° 46, 1998, p. 192-206). Par ailleurs, Mary Douglas observe que la pensée collective est ce qui autorise « la mise en pilotage automatique de la pensée individuelle » (Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte/MAUSS, 1999, p. 81). Elle reprend là une idée défendue en son temps par M. Halbwachs. Voir également Anne Guillou, op. cit.

49 In Mary Douglas, op. cit., p. 109.

50 Un bon exemple de cette collaboration fructueuse, le Dictionnaire du patrimoine breton, Alain Croix et Jean-Yves Veillard (dir.), 2e éd. septembre 2001.

Table des illustrations

Titre Titres des coupures de presse présentant ou relatant la « Journée Patrimoine industriel » des 17 et 18 octobre 1992
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19504/img-1.png
Fichier image/, 296k
Titre Liste des sites proposés à la visite lors des « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19504/img-2.png
Fichier image/, 169k
Titre Liste des sites proposés à la visite lors des « Journées Patrimoine industriel » organisées par l’Institut culturel de Bretagne, les 17 et 18 octobre 1992
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19504/img-3.png
Fichier image/, 150k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540