Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Inventaire et étude du patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine

Marina Gasnier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction : présentation générale du programme de recherche

1L’inventaire et l’étude du patrimoine industriel dans le département d’Ille-et-Vilaine relève d’un partenariat, qui a débuté en octobre 1997, entre l’université Rennes 2 Haute Bretagne, sous la direction de M. Andrieux, et la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), en l’occurrence le service régional de l’Inventaire. L’étude s’inscrit dans le cadre des recherches menées sur le plan national par l’Unité mixte de recherche 22 (CNRS – Inventaire général) et mises en œuvre en région au sein des différents services régionaux d’Inventaire.

2Ce programme de recherche se divise en deux grandes phases de travail qui consistent d’une part, en un repérage du patrimoine industriel dans le département à partir des archives complétées par une enquête de terrain, puis d’autre part, à partir de ce corpus d’étude, à dresser une problématique, une analyse thématique plus générale relative à l’ensemble des monuments recensés. Dans l’état actuel de la recherche, la première phase de travail devrait être terminée pour le début de l’année 2000, afin de réfléchir et débuter la seconde partie.

3Le cadre chronologique de l’étude concerne les édifices industriels antérieurs à 1950, une sélection pouvant être réalisée parmi des sites exceptionnels implantés postérieurement à cette date. Cette étude sur le patrimoine industriel ne prend en compte que les établissements dotés d’un minimum de mécanisation, d’un effectif supérieur ou égal à dix salariés, et qui exportent au-delà du canton. Dans ces conditions et au niveau de la simple consultation des archives, la frontière entre l’atelier plus ou moins artisanal et l’établissement industriel n’est pas toujours facile à appréhender, d’où l’importance de l’enquête de terrain.

Méthodologie : exploitation des sources archivistiques
et enquête de terrain

Sources archivistiques

4L’inscription de ce travail de doctorat dans un partenariat avec le service de l’Inventaire général permet d’adopter une méthodologie propre qui tend à l’exhaustivité du recensement du patrimoine industriel.

5Pour cet inventaire, la première démarche consiste à dresser un bilan des recherches qui ont déjà été menées sur la zone étudiée, en l’occurrence le département de l’Ille-et-Vilaine. Le dépouillement systématique de nombreuses sources archivistiques ainsi que la mise au jour d’une bibliographie, en constante évolution jusqu’à la fin des travaux, révèle progressivement cet état de la question. L’exploitation des sources archivistiques permet non seulement de dresser un premier état des sites industriels existant en Ille-et-Vilaine, mais aussi, suite à l’enquête de terrain, de retracer l’historique de chaque site industriel repéré in situ à partir de l’exploitation des premières sources enrichies par un dépouillement à la fois plus large et plus ciblé.

6La première recherche archivistique n’a pas pour but de dresser l’historique de chaque site industriel rencontré, mais uniquement de lister ces différents sites afin de les quantifier et d’orienter l’enquête de terrain. Cette documentation écrite est versée dans une base de données propre au service régional de l’Inventaire appelée topobib enregistrée dans un environnement de travail nommé texto. La base topobib, en constante évolution, contient actuellement 4 341 fiches renseignant chacune sur un établissement industriel implanté dans le département. Chaque fiche est issue ou liée à une source et non à un site industriel, de telle façon qu’il existe parfois plusieurs sources distinctes pour un même site. Ces notices contiennent chacune différents champs permettant de situer géographiquement le site, de spécifier la dénomination de l’industrie en question, de mentionner le nom de l’exploitant, la période chronologique couverte par la source, d’informer sur son contenu, enfin, d’identifer la source et sa cote. Une estimation permet d’indiquer que les 4 341 notices topobib concernent approximativement 3 500 à 4 000 sites industriels mentionnés dans le département d’Ille-et-Vilaine. Tous ont fait l’objet d’un déplacement sur le terrain afin de les repérer et de constater leur état de conservation actuel.

7L’objectif des premières recherches archivistiques est donc d’obtenir une vue d’ensemble des industries implantées dans le département afin de mieux orienter l’enquête de terrain. La consultation de ces premières sources fournit une présélection d’un corpus complété par l’observation des cartes IGN et validé par l’enquête de terrain et éventuellement par la source orale, enquête de terrain qui détermine le répéré/sélectionné définitif.

Repérage et enquête de terrain

8Bien que le dépouillement archivistique prenne en compte tous les édifices industriels antérieurs à 1950, le repérage sur le terrain est plus sélectif. Il ne conserve que les établissements encore en place, des vestiges à l’usine toujours active, en passant par tous les types de réhabilitation. De même, seuls les établissements industriels implantés avant 1950 sont sélectionnés, hormis quelques sites exceptionnels tels l’usine marémotrice de la Rance qui a d’ailleurs fait l’objet de projets dès le xixe siècle, et des sites importants ayant eu une incidence majeure sur l’aire étudiée tels que Citroën, à Rennes.

9L’enquête de terrain aboutit à l’identification des différentes parties constituantes d’un site et à la réalisation de prises de vue des bâtiments et des machines de production lorsqu’elles existent encore. Aujourd’hui, plus de 1 500 prises de vues ont été réalisée. Les informations techniques sur les divers procédés de fabrication mis en œuvre dans l’usine ainsi que les différentes campagnes de construction et les affectations simultanées ou successives des bâtiments sont pris en compte dans l’historique de chaque site industriel.

État actuel de la recherche

10Aujourd’hui, le repérage sur le terrain du patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine ainsi que l’exploitation des sources archivistiques relatives aux différents sites sélectionnés sont achevés. Dès lors, l’ensemble de cette documentation est en cours de mise en forme afin d’aboutir à la création, pour chaque édifice industriel, d’une notice architecturale, appelée notice Mérimée. La base Mérimée, base de données documentaire nationale sur le patrimoine architectural, est consultable dans les différents centres de documentation des services régionaux d’Inventaire. Ces notices constituent, au sens propre, les fiches signalétiques d’un dossier individuel documentaire plus conséquent qui comprend par ailleurs des illustrations, une bibliographie, les sources archivistiques exploitées, des extraits de cadastre, de carte IGN, puis des annexes. Chaque notice Mérimée est, en fait, la fiche d’identité de l’établissement industriel retraçant un historique et une description architecturale et apparaissant à travers un certain nombre de rubriques (champs) regroupées en six chapitres : désignation, localisation, historique, description, intérêt et protection, propriété.

11Un bilan chiffré permet de quantifier les résultats du recensement du patrimoine industriel sur le département : le repéré/sélectionné représente 448 sites industriels dont 201 moulins hydrauliques. Ces derniers représentent ainsi presque 45 % de l’ensemble des édifices industriels, c’est pourquoi le choix d’un dossier individuel pour chacun d’entre eux n’a pas été retenu. Réaliser 201 notices architecturales Mérimée sur des moulins hydrauliques, qui manifestement possèdent de nombreuses affinités, ne présente pas un grand intérêt scientifique. Aussi, le dossier collectif qui prend en compte, dans une aire d’étude donnée, des édifices portant la même dénomination et composant des familles ayant de nombreux traits communs, présente le profil idéal pour gérer cette masse molinologique. Le dossier collectif porte ainsi sur la totalité des moulins hydrauliques sélectionnés mais ne comprend qu’une sélection raisonnée des œuvres choisies en fonction de leur représentativité (les typica), ou de leur unité (les unica). La typologie ainsi créée sur les moulins hydrauliques du département d’Ille-et-Vilaine est représentée par 39 œuvres sélectionnées, chacune associée à une notice architecturale individuelle.

12Les recherches déjà effectuées dans les régions engagées dans ce programme de repérage du patrimoine industriel montrent qu’il subsiste approximativement sur le terrain 10 % des sites industriels repérés aux archives. Notre enquête confirme cette statistique, puisque sur approximativement 4 000 sites recensés aux archives, 448 ont été repérés et sélectionnés sur le terrain, et devrait aboutir à la création globale de 250 à 280 notices Mérimée.

Conclusion : état du patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine

13L’enquête révèle un département majoritairement représenté par une industrie agroalimentaire. Bien que le patrimoine industriel en milieu rural atteste l’omniprésence des moulins hydrauliques, des cidreries/distilleries, mais aussi des scieries, les activités industrielles en milieu urbain sont beaucoup plus hétérogènes et mêlent l’industrie métallurgique et de construction mécanique à l’industrie textile, l’industrie du papier et de l’imprimerie, l’industrie chimique mais aussi l’industrie liée à l’alimentation et à l’habillement. Dans ce domaine, la ville de Fougères a été un véritable microcosme industriel avec une concentration très importante d’usines de chaussures. Cette « mono-industrie » a conduit à la création d’activités connexes telles que les usines de talons, de formes ou encore les usines de carton spécialisées dans la fabrication de boîtes de chaussures.

14Le département d’Ille-et-Vilaine se caractérise aussi par l’existence d’une industrie extractive représentée par des carrières de granit exploitées dans deux grandes aires géographiques. L’une d’entre elle, le bassin du Coglès, est limitée par un vaste triangle ayant comme pointes Louvigné-du-Désert, Saint-Marc-le-Blanc et la Fontenelle. La seconde zone d’extraction s’organise autour de Lanhélin et de Saint-Pierre-de-Plesguen. Puis, on rencontre sporadiquement quelques tanneries avec une grande concentration à Bain-de-Bretagne, des sites miniers et métallurgiques déjà bien connus comme les mines de plomb argentifère de Pont-Péan, de la Touche à Vieux-Vy-sur-Couesnon, les mines de fer de Teillay, d’antimoine à Martigné-Ferchaud, la mine de Montbelleux, près de Fougères, les forges de Paimpont, de Martigné-Ferchaud, les forges de Sérigné à la Bouëxière (Liffré), etc., mais aussi quelques rares briqueteries et des fours à chaux notamment ceux de Chartres-de-Bretagne. La construction navale est présente, non seulement dans les ports de Saint-Malo et de Saint-Servan, mais aussi dans l’estuaire de la Rance qui compte également plusieurs moulins à marée.

Auteur

Chercheur associé à la DRAC d’Ille-et-Vilaine, doctorante, université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540