Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Le patrimoine industriel du pays de Châteaubriant

Jean Franco

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le passé industriel du pays de Châteaubriant, ancien pays de la Mée, est riche. La production du fer dans notre région remonte sans doute à la période dite de la Têne soit environ cinq siècles avant notre ère. À partir du xvie siècle les grandes forges seigneuriales au bois ont succédé aux bas fourneaux antiques et médiévaux. Deux importantes fonderies de seconde fusion sont encore en activité dans le castelbriantais et connaissent actuellement un développement remarquable. En plus de la sidérurgie, d’autres activités industrielles ont existé et connu au fil des temps des fortunes diverses ; parmi les plus importantes on peut mentionner des mines de fer et d’étain, des fours à chaux, des briquetteries, plusieurs tanneries, une verrerie, de nombreux moulins à tan puis à farine auxquels ont succédé d’importantes minoteries dont plusieurs sont toujours en activité.

2De cette activité passée il subsiste de nombreux vestiges même si beaucoup ont disparu, détruits souvent sans raisons à une époque récente où, en France, le patrimoine industriel était considéré par beaucoup comme ne présentant aucun intérêt et, par conséquent, ne méritait pas d’être conservé. Notre région n’a pas échappé à ce mépris du passé et ce n’est qu’à partir de 1980 que, grâce à l’action de quelques passionnés, les mentalités ont commencé à évoluer.

La redécouverte

3La parution en 1984 du Cahier de l’Inventaire n° 3 rédigé sous la direction de Jean-François Belhoste et Hubert Maheux et intitulé « Les forges du pays de Châteaubriant » a eu un certain retentissement et a servi de révélateur. Cet ouvrage remarquable a largement contribué à attirer l’attention et susciter l’intérêt des acteurs politiques et culturels de notre région qui ont pris conscience de la richesse et de l’importance de ce patrimoine.

4La première manifestation tangible de cet intérêt a été la rénovation de la Grande Halle des forges de Moisdon-la-Rivière et la création dans ce bâtiment d’une exposition permanente sur « Les forges du pays de Châteaubriant ». Son inauguration, par M. Olivier Guichard, président de la Région des Pays-de-la-Loire, a eu lieu le 14 décembre 1984. Depuis le début des années 1990 des associations, des élus, des propriétaires de site ont entrepris de préserver, sauver, rénover et mettre en valeur tout ce qui pouvait encore l’être et les résultats de cet effort commencent à être perceptibles. Il est d’ailleurs assez remarquable que le fil conducteur de ces actions de sauvegarde ait été le « tourisme industriel ». Ce sont en effet les journées du Patrimoine industriel en Bretagne, organisées en 1992 et 1994 par la section « Culture et patrimoine économiques, scientifiques et techniques » de l’Institut culturel de Bretagne, alors présidée par Jean-Yves Andrieux, et à l’initiative de Claudie Herbaut et de Bernard André, qui ont permis aux acteurs de notre région de prendre conscience de la richesse touristique et culturelle que constituait le patrimoine industriel. Le succès de ces journées a d’ailleurs incité la Direction des arts et de la culture à les inclure dans les journées nationales du Patrimoine qui se déroulent chaque année à la fin de la troisième semaine de septembre. On ne peut que s’en féliciter.

5À partir de 1995, l’office du tourisme de Châteaubriant, l’association « Les Amis des forges de la Hunaudière » et quelques autres personnes toutes passionnées par le sujet ont décidé d’unir leurs efforts avec pour objectif le développement d’un tourisme culturel de qualité dont, à l’origine, le patrimoine industriel constituait le support essentiel. En 1998 l’Association pour le développement touristique du pays de Châteaubriant et des Marches de Bretagne, animée par un professionnel, voyait le jour et prenait le relais. Les résultats sont là et, en 1999, pour sa cinquième édition, l’opération « 50 Idées pour un Été » a permis à plusieurs milliers de visiteurs de découvrir les richesses patrimoniales du pays de la Mée. Les mines de fer de la Brutz à Rougé, où existe maintenant un écomusée et où une galerie boisée a l’ancienne a été reconstituée, les fours à chaux d’Erbray et leur écomusée, le moulin hydraulique du Pont à Sion-les-Mines où un écomusée de la meunerie et de la boulangerie a été ouvert, le site des forges de la Jahotière à Abbaretz, les forges de la Hunaudière où l’association a ouvert un atelier expérimental de fonderie d’art, le musée Agri-Retro d’Abbaretz, riche de plus de 150 modèles de tracteurs, de deux machines à vapeur, d’une locomobile également à vapeur. Ce sont quelques-uns des sites qui ont été ouverts au public avec visites guidées et commentées.

La Charte de Pays, une opportunité à saisir

6Les quatre communautés de communes de Châteaubriant, de Derval, de Nozay et de l’Est-Castelbriantais ont décidé de se grouper au sein du pays de Châteaubriant dont la Charte est actuellement en cours d’élaboration. L’un des thèmes qui a été retenu comme élément fort du développement d’un tourisme culturel de qualité sur le territoire du Pays est le Patrimoine industriel. Plusieurs études ont été déjà réalisées à l’initiative de la DRAC Pays-de-la-Loire, du Syndicat mixte du pays de Châteaubriant et de l’Association de développement du tourisme pour faire l’inventaire de l’existant et rechercher comment ce patrimoine peut être mis en valeur et exploité de manière rationnelle. Une des idées fortes est la mise en place d’un véritable réseau de découverte regroupant tous les sites avec la création d’un point d’interprétation permettant pour chaque thème de relier l’histoire des différents sites à celle de l’activité considérée et ceci jusqu’aux, et y compris, entreprises encore en activité. Plusieurs thèmes fédérateurs ont été retenus et vont être déclinés pour aboutir à une présentation globale des richesses patrimoniales permettant au visiteur de faire son choix en fonction de son intérêt et du temps dont il dispose.

7On prendra comme exemples : la sidérurgie : du bas fourneau aux grandes forges seigneuriales et à la fonderie moderne, la meunerie : du moulin banal aux grandes minoteries, les fours à chaux : du fondant aux amendements agricoles, les mines de fer et d’étain : de l’antiquité à nos jours, le machinisme agricole : de l’araire au tracteur et à la charrue à socs multiples ; mais aussi l’influence de chaque activité sur le paysage et la répartition géographique des populations, l’architecture, les mœurs, le réseau routier et les modes de transport, l’économie et le commerce local.

8Il est ainsi intéressant de montrer comment le paysage du pays de Châteaubriant a été modelé par l’activité sidérurgique. Cela s’est traduit par la création de dix grands plans d’eau de retenue, par celle de villages de forgerons autour de ces plans d’eau, alors que les bourgs étaient établis sur les point hauts, par la construction de bâtiments industriels importants, d’ouvrages hydrauliques conséquents, de maisons de Maîtres, de logements ouvriers, de chapelles, de buttes de laitiers imposantes, etc. L’implantation des grandes forges au bois dans notre région, à partir du xviie siècle a eu comme conséquence l’installation autour des ateliers d’une population de forgerons vivant à l’écart des bourgs non seulement à cause de la distance mais aussi et surtout parce que les forges constituaient un milieu très fermé qui n’a jamais été vraiment accepté par le monde paysan.

9Il est donc envisagé de créer, sur l’un des sites, un centre d’interprétation, permettant au touriste de découvrir les richesses patrimoniales du pays de Châteaubriant avec leur situation géographique et de préparer ainsi son itinéraire en fonction de son intérêt et du temps dont il dispose. Des expositions et des animations à thèmes y seront organisées tout au long de l’année pour maintenir l’intérêt et attirer le public.

10Le travail de réflexion actuellement en cours au sein des cinq commissions de préparation de la Charte doit déboucher sur des propositions concrètes qui seront soumises à la fin du mois de février 2000 au Comité de pilotage qui fera le choix définitif des projets qui seront retenus comme intéressants pour le développement du Pays.

11Dans l’état actuel des choses il semble acquis que le Patrimoine industriel figurera en bonne place dans la liste des richesses du pays de Châteaubriant devant être prises en compte dans l’élaboration de la Charte de territoire.

Conclusions

12Grâce à l’initiative et, il faut bien le dire, à la persévérance, pour ne pas dire l’acharnement, du monde associatif et d’un certain nombre de passionnés le patrimoine industriel du pays de Châteaubriant est maintenant reconnu comme une richesse par tous les acteurs locaux et régionaux. Il reste encore beaucoup à faire, mais les résultats déjà obtenus permettent d’être relativement optimistes sur l’avenir.

Auteur

Président de la section « Culture et patrimoine économiques, scientifiques et techniques » de l’Institut culturel de Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540