Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Entreprises et patrimoine industriel

Arnaud Biette

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Une association, un réseau…

1La genèse de la création de l’association est issue des réflexions et actions menées au sein de la Jeune Chambre économique de Nantes et de l’association « MACHINE ». Les expositions « Suif, savon, bougie » de 1993 et celle de 1994 sur les « Créations et innovations nantaises » présentées au palais de la Bourse ont en effet mis en évidence d’une part l’intérêt du public nantais pour les thèmes ayant trait aux activités industrielles nantaises passées et présentes ; d’autre part, ont mis en lumière un manque évident de structure permettant, entre autres, de conserver le matériel industriel abandonné et de faire connaître les savoir-faire.

2« Entreprise et Patrimoine industriel » a été créée en janvier 1995 à l’initiative d’industriels, d’associations, d’universitaires et de particuliers avec le soutien de plusieurs institutionnels. Les membres fondateurs de cette association sont : Pierre Devineau (PDG de Devineau SA), David Bluche (DG du groupe Mainguet CGAO), Alain Bernard (PDG des savonneries et huileries Bernard) Arnaud Biette (past-président de la Jeune Chambre économique nantaise et chargé de mission Atlanpole), Emmanuelle Dutertre (doctorante en sociologie), Hélène Garnier (urbaniste, spécialiste du patrimoine industriel bâti). Le rapprochement avec le CNAM des Pays-de-la-Loire a constitué le premier acte stratégique.

3C’est une association loi 1901 à but non lucratif. Elle est au cœur d’un réseau important, notamment avec le CILAC, la Fondation du Patrimoine et le CNAM. Elle est par ailleurs cofondateur du collectif des associations du patrimoine industriel et portuaire nantais (20 associations).

4Son objet est volontairement vaste, menant une large réflexion, s’appuyant sur une action de terrain :

  • Inciter à la mise en place d’une politique cohérente et globale du patrimoine industriel et scientifique dans le département de la Loire-Atlantique et plus particulièrement dans la région nantaise, région la plus industrialisée de l’Ouest ;
  • Faire connaître et mettre en valeur par ses propres actions, la richesse du patrimoine industriel et scientifique dans les domaines historique, technique, social, culturel ;
  • Ouvrir ces domaines aux dimensions pédagogiques, scientifiques et
    économiques ;
  • Aider à une meilleure compréhension des évolutions techniques et de leur contexte ;
  • Confronter l’esprit d’entreprise et le goût d’entreprendre.

5L’association initie des actions sur des thèmes variés reposant sur des compétences multiples, en relation avec les intervenants locaux ainsi que régionaux, notamment le CNAM des Pays-de-la-Loire, et nationaux comme le CILAC et la Fondation du Patrimoine agissant dans les domaines suivants : l’architecture et le paysage industriel, la culture d’entreprise et les évolutions socioéconomiques, les techniques et les métiers avec la transmission des savoir-faire, les mutations technologiques et la conservation de matériel industriel, les études par secteurs d’activité ou par entreprises, le Patrimoine industriel dans son contexte historique et son territoire.

  • 1 Entreprise et patrimoine industriel, CNAM, 25, bd Guy Mollet, BP 31115, 44311 Nantes Cedex 03.

6L’association regroupe une centaine d’adhérents, dont 18 % d’entreprises, 18 % d’associations et 64 % de particuliers dont 1/3 d’universitaires ou de spécialistes du patrimoine et quelques collectivités. Cette association est animée par des acteurs impliqués dans la vie économique locale (chefs d’entreprise, responsables pédagogiques, etc.)1.

Les objectifs de lancement ont été finalisés

  • Réalisation de six expositions dont : « Des usines sous le regard » en octobre 1995 au CNAM et « La tannerie Le Roy » à la Maison des hommes et des techniques en septembre 1996, « L’industrie nantaise dans les années 60 », « Cent ans de patrimoine industriel dans les quartiers de l’Erdre et Gloriette », « L’Ile de Nantes “plateforme industrielle” ».
  • Connaissance du tissu industriel régional passé et présent par l’organisation de visites de sites : Ancienne Savonnerie MAGRA, ancienne tannerie Le Roy, Béghin Say, Aérospatiale de Nantes, Fonderie Bouyer à Ancenis, musée du Textile de Cholet et blanchisserie Turpault, Tréfimétaux de Couëron, Goss (site des Batignolles à Nantes), Aérothèque de Saint-Nazaire, DCN Indret, Bougie Devineau, Sollac, Soferti, Aerospatial-Matra, ACB, musée de la Chaussure, Valspar-Coates…
  • Étude de l’histoire économique par secteur ou par zone géographique ; avec la réalisation de monographies sur plusieurs entreprises régionales, sur les quartiers de Nantes, sur la vallée de la Sèvre nantaise et l’estuaire de la Loire.
  • Lancement d’une Lettre d’information régionale (11 numéros parus), devenue Les cahiers du Patrimoine industriel, diffusée aux adhérents et aux partenaires (200 exemplaires)
  • Rubrique patrimoine industriel dans plusieurs magazines : Loire-Océan, Les Annales du Pays nantais, Vertou au fil du temps, Archéologie industrielle, etc.
  • Collecte et archivages de diverses documentations concernant le patrimoine industriel.
  • Participation à la fondation du « collectif des associations du Patrimoine industriel et portuaire nantais » et aux trois premières éditions de la semaine du Patrimoine industriel et portuaire nantais, reprise dans les journées nationales du Patrimoine.
  • Participation à des groupes de réflexion et d’études du patrimoine industriel régionaux ou nationaux, tels que le CILAC, Estuarium, Fondation du Patrimoine.
  • Conception de dossiers de préfiguration de la « Maison de l’aventure industrielle » : étude historique et architecturale, sensibilisation du public, contacts avec les partenaires potentiels, validation du concept.
  • Lancement d’une collection d’ouvrages. Première réalisation : Voyage de Nantes à Indret, en juin 1999, avec la Maison Ange Guépin et les Éditions Siloé, et réédition du Plan industriel de Nantes de 1895, publié en février 2000.

7Les actions sont ainsi de divers ordres : ingénierie du patrimoine, recherche et inventaire, sensibilisation du grand public et des décideurs par une lettre d’information et diverses publications, des expositions, conférences et colloques, visites d’entreprises ou de sites patrimoniaux, journées ou semaine du Patrimoine industriel, étude de faisabilité de la Maison de l’aventure industrielle.

Une initiative, des projets

  • Inventaire du petit patrimoine industriel et artisanal nantais. Objectifs : inventaire et mise en valeur de ce patrimoine diffus. Exposition associant les habitants. Enjeux : réaliser un inventaire du patrimoine afin de préserver et mettre en valeur ce patrimoine, faire valoir ce patrimoine auprès des décideurs locaux, des acteurs du développement urbain et d’un large public.
  • Maison de l’aventure industrielle. Objectifs : créer un pôle de tourisme industriel et de culture scientifique et technique, mettre en perspective les filières industrielles et scientifiques actuelles qui représentent des atouts pour le dynamisme économique de la région, créer une vitrine des entreprises et des centres de recherche en expliquant les mutations technologiques, favoriser les synergies entre centres pluridisciplinaires autour de l’histoire, de la technologie, de l’économie, de la formation et du lien social. Enjeux : conservation, mise en valeur et préservation du patrimoine industriel comme élément identitaire.
  • Les cahiers du Patrimoine. Objectifs : informer les adhérents sur les projets de l’association, les projets nantais en matière de patrimoine industriel, les nouvelles parutions, expositions, les actualités nationales. Enjeux : avoir une parution trimestrielle des Échos du patrimoine industriel et une audience élargie.
  • Collection d’ouvrages et de documents sur le patrimoine industriel de l’Ouest. Objectifs : diffusion de la culture industrielle et sensibilisation du public.
  • Organisation de visites d’entreprises et de sites industriels. Objectifs : diffusion de la culture industrielle et sensibilisation du public.
  • Patrimoine industriel de l’estuaire de la Loire et de la vallée de la Sèvre. Objectifs : préservation du patrimoine industriel d’Indret, de Basse-Indre et de Couëron (Fonderie à canons, Tréfimétaux), forges de Basse-Indre, Paimbœuf, Clisson.

Conclusion

8Comment répondre aux enjeux de transformation de notre région ? Notre volonté est de collecter la mémoire d’une entreprise, d’un quartier, d’une ville, d’une vallée, d’un pays, d’un département, d’une région, par un regard croisé et de promouvoir leur richesse et leur identité.

9Ainsi, l’association porte un regard sur le phénomène industriel de la région nantaise qui a imprégné ses paysages et ses mentalités.

Notes

1 Entreprise et patrimoine industriel, CNAM, 25, bd Guy Mollet, BP 31115, 44311 Nantes Cedex 03.

Auteur

Chargé de mission à la technopole de Nantes-Atlantique (Atlanpole), adjoint délégué régional de la « Fondation du Patrimoine »

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540