Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Action culturelle du rectorat de Rennes

André Le Coroller

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

Professeurs-relais – Action culturelle

1Le rôle de l’Action culturelle du rectorat est d’aider, de soutenir techniquement et financièrement les initiatives culturelles des établissements scolaires. Elle est partenaire ou créatrice d’événements culturels tels que les Exposciences régionales, les semaines de la culture, le Goncourt des lycéens… Sur le terrain, l’Action culturelle fonctionne grâce au travail de professeurs-relais, professeurs de diverses disciplines qui consacrent quelques heures par semaine au développement des actions de leur domaine : cinéma, théâtre, sciences et techniques, musique… et patrimoine.

2Dans le domaine qui nous intéresse ici, nous disposons de professeurs-relais au sein des services éducatifs des archives départementales des quatre départements de l’académie et des services éducatifs des archives de la marine de Brest et de Lorient. D’autres professeurs sont attachés à des sites particuliers : mégalithes de Carnac, chantier de fouille de l’âge du fer à Inguiniel. Le professeur-relais patrimoine industriel n’est rattaché à aucun site particulier.

3Depuis le début de l’année, M. William Marois, recteur de l’académie de Rennes, a voulu donner un élan nouveau à l’étude du patrimoine de proximité en créant le projet « les racines du xxie siècle ». Ce projet incite les scolaires bretons à se pencher sur leur environnement patrimonial proche et à créer des pages Web pour exposer leurs travaux, actuellement 210 projets sont inscrits pour l’année scolaire.

Relais patrimoine industriel

4La création de la fonction de professeur-relais patrimoine industriel date de trois ans. Elle est à la fois le fruit d’une volonté du rectorat et de l’inspection académique du Morbihan de développer des projets en centre Bretagne, de la coïncidence de cette volonté avec la réalisation de deux stages organisés par l’IRPA et l’Action culturelle du rectorat sur le thème du patrimoine industriel (ces deux stages qui réunissaient des acteurs culturels et des professeurs étaient situés en centre Bretagne et centrés en partie sur les forges des Salles), d’un travail des élèves du collège Eugène Guillevic sur le thème des sciences et techniques autour du lac de Guerlédan.

5La tâche du professeur-relais est de favoriser la visite et l’étude des sites du patrimoine industriel breton par les élèves des écoles, collèges et lycées de la région en créant des documents pédagogiques. Pour cela il faut détecter les sites intéressants, s’assurer qu’ils sont visitables, rassembler une documentation et créer des documents préparatoires et d’exploitation qui pour l’instant sont des documents papier mais qui devraient devenir dans un avenir proche des documents consultables et téléchargeables sur le site internet de l’académie de Rennes. Même si l’action culturelle s’adresse à tous les niveaux de scolaires, les quatrièmes et les troisièmes de collège sont des cibles privilégiées dans le domaine du patrimoine industriel : les quatrièmes parce qu’ils ont à leur programme d’histoire : la révolution industrielle au xixe siècle, les troisièmes parce depuis cette année l’histoire des techniques est au programme de technologie.

Les forges des Salles

6C’est le premier site qui a fait l’objet de notre attention. Ouvert au public depuis plusieurs années, c’est un site qui reçoit tous les ans beaucoup de scolaires. Une des tâches essentielles d’un professeur-relais patrimoine est d’adapter à destination des scolaires les travaux des spécialistes. Dans une première approche, il semblait facile de créer des documents pédagogiques d’aide à la visite ; en fait la tâche s’est avérée plus compliquée. En un siècle, et à ma connaissance, seules quatre personnes ont étudié l’histoire de ces forges. Hervé du Halgouet en 1920 a eu accès aux archives privées ; Mme Aupied au début des années quatre-vingt a permis qu’une grande partie des archives des Salles soient confiées aux archives départementales du Morbihan, qu’elle en soit remerciée ; Jean-Yves Andrieux a étudié ces archives quelques années plus tard pour son travail sur les forges des Côtes-d’Armor ; enfin Mlle Delphine George dans le cadre de ses études a écrit un mémoire de maîtrise sur la vie sociale aux Salles durant le xixe siècle, et pour ce faire elle a eu accès à des archives privées qui n’avaient pas été lues depuis Hervé du Halgouet.

7Je suis professeur de technologie et ma volonté était d’expliquer aux élèves le site d’abord sur le plan technique et ensuite sur les plans historique et social. Aiguillonné gentiment par Jean-François Belhoste, aidé par Mlle Delphine George et grâce à la gentillesse de M. et Mme du Pontavice, l’amateur que je suis a pu, en ayant accès aux archives, reconstituer l’essentiel de l’histoire et de l’évolution technique de ces forges en particulier au xixe siècle. Nous avons pu mettre en évidence l’évolution technique due aux différents bailleurs à partir de l’ouverture du canal de Nantes à Brest, donner une fonction à tous les bâtiments actuellement existants et conforter certaines hypothèses émises par Jean-Yves Andrieux sur le xviie siècle. Il reste du travail en particulier sur la première moitié du xviiie siècle où le premier document que nous avons retrouvé signé Picot de Cotual date de 1756. Ces recherches devraient être publiées intégralement dès qu’il sera possible de le faire, elles suffisent actuellement pour expliquer aux scolaires l’histoire et le fonctionnement de ces forges.

Les autres sites

8D’autres sites du patrimoine industriel font l’objet de l’attention de l’action culturelle :

  • les forges de Lanouée qui dès leur création ont été gérées par les mêmes hommes que les forges des Salles et ce jusqu’en 1847. Il n’existe pas d’archives dans le domaine. Les visites sont ponctuellement organisées par M. Lévêque ;
  • le secteur Locmaria-Berrien Poullaouen, les mines de plomb argentifère. Le secteur de Locmaria est sommairement équipé pour des visites libres ;
  • les fours à chaux de Cartravers ;
  • le moulin à tan des forges des Salles ;
  • la mine de cassitérite de la Villeder, qui vient d’être reprise par les brasseries Lancelot avec une volonté de préservation du site ;
  • les ardoisières de Pluherlin qui font l’objet de la part de la municipalité d’un projet de mise en valeur : aménagement de la visite sur les thèmes de la géologie et de l’exploitation ardoisière avec création d’un bâtiment pédagogique comprenant un amphithéâtre, une salle de travaux pratiques et une salle informatique.

9Le domaine est nouveau, les sites ouverts au public ne sont pas très nombreux, les échanges avec les autres académies sont en devenir. Actuellement les deux difficultés principales de la tâche sont de faire connaître les travaux existants et de prendre contact avec les chercheurs sur le terrain pour préparer d’autres visites ou travaux de scolaires.

10Pour la diffusion des documents nous allons essayer de privilégier la voie des TIC (techniques d’information et de communication) et tout particulièrement internet. Déjà un travail d’élève sur les forges des Salles est consultable sur le site internet du rectorat de Rennes. D’autres devraient suivre sur les ardoisières du centre Bretagne, sur l’exploitation du goémon, sur une tuilerie à Saint-Méen.

11Pour ce qui est des contacts avec la recherche nous sommes tout particulièrement heureux d’avoir été invités à participer à ce colloque. L’expérience des Salles a été exceptionnelle et ne relève pas de notre compétence qui est la pédagogie et non la recherche même si elle se continue à Lanouée. Ce n’est que parce que notre « parrain » Jean-François Belhoste nous a incités à profiter d’une opportunité rare que nous l’avons entreprise et nous ne le regrettons pas. L’Action culturelle incite chaque fois que faire se peut au rapprochement entre l’école et la recherche qu’elle soit médicale, scientifique, technique ou historique. Les projets des établissements scolaires qui concernent le patrimoine industriel sont encore peu nombreux mais ils sont appelés à se développer grâce aux nouveaux programmes et à la volonté du rectorat.

Autore

Professeur-relais Patrimoine industriel de l’Action culturelle de l’académie de Rennes

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540