Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Fougères, capitale de la chaussure. Le devenir du quartier de Bonabry

Jean Herisset

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Fougères a connu une révolution industrielle qui a profondément marqué l’essor de la ville au xixe siècle. Le développement d’un nombre important de manufactures de chaussures a entraîné un urbanisme très spécifique. Dans le quartier de Bonabry, véritable ville champignon, portant le nom de l’église paroissiale, les croisements se font avec des immeubles à pans coupés facilitant la circulation des véhicules et le commerce.

2Les usines de chaussures ont favorisé l’implantation d’un grand nombre d’activités parallèles et de sous-traitance : patronniers pour réaliser les outils nécessaires à la coupe manuelle, fabricants d’emporte-pièce pour la coupe mécanique, formiers pour produire les « pieds en bois » nécessaires lors du montage des tiges, fournisseurs en cuirs, en accessoires et cartonniers pour les emballages.

3Durant des décennies la ville s’est forgée une image de « Capitale de la chaussure pour Femme » avec une population qui a doublé entre la fin du xixe et le début du xxe siècle.

4Cette ville industrieuse a développé des caractéristiques originales donnant à la physionomie de ce quartier un aspect atypique : pas de « zonage » entre les secteurs d’activités et les zones résidentielles, pas d’espace prestigieux pour les hôtels particuliers qui sont mitoyens des immeubles locatifs comme des entrepôts et un développement du commerce tout à fait spécifique.

5La reconversion industrielle, entamée dans les années 1970, a permis de diversifier les ressources locales en implantant de nouvelles activités dans des zones industrielles installées à la périphérie de la ville. Progressivement les manufactures traditionnelles, ne pouvant résister à la concurrence internationale, ont cessé leur activité entraînant les sous-traitants dans des fermetures inéluctables.

6Le quartier de Bonabry s’est alors vidé de son activité principale et a vu ses édifices se recycler progressivement : une assurance a remplacé un commerce, un foyer logement occupe l’usine Morel et Gaté et des appartements locatifs ont été aménagés dans un entrepôt. À moyen terme le changement d’affectation et l’aspect résidentiel du quartier entraînent une évolution des comportements : les déplacements dans le quartier ne sont plus rythmés par les sirènes d’usines. Ce phénomène est connu des anciens habitants qui ont gardé la mémoire des lieux encore en activité il y a 15 ans.

7Beaucoup d’activités en direction des scolaires ont eu pour but de collecter des informations auprès des grands-parents. Les témoignages recueillis ont eu pour effet de valoriser une activité qui n’avait jamais été considérée comme exceptionnelle de la part des acteurs et dont le savoir-faire apparaît aujourd’hui tandis que de nouvelles méthodes de production tendent à faire disparaître les anciennes techniques. Une exposition réalisée en 1985, sur le thème « métiers du cuir », évoquait déjà l’urgence à sauver un patrimoine en voie de disparition : les objets, si courants à l’époque de pleine activité des manufactures, commençaient à se faire rares ; quant à la restitution des postes de travail, elle n’avait pu être réalisée que grâce aux témoignages oraux d’anciens chaussonniers : coupeurs, pareuses, piqueuses, monteur. Des réalisations qui nécessitaient jusqu’à cinq interventions manuelles s’opèrent aujourd’hui sur une seule machine, occultant tout un aspect de l’organisation passée.

8À l’heure où disparaissent la plupart des métiers artisanaux et s’effondrent tant de secteurs de production comment préserver les témoignages architecturaux qui ont façonné la ville et lui ont donné son identité ? Le xixe siècle a apporté un renouveau dans les techniques de constructions comme dans les matériaux, avec l’arrivée de la brique, des pierres blanches, du granit gris qui s’ajoutent au granit blond et au schiste traditionnel, tandis que des mises en œuvre variées : pierres taillées, éclatées, appareils mixtes marquent profondément la physionomie de la ville.

9Les destructions de ce patrimoine, pas assez ancien pour avoir acquis ses « lettres de noblesse » comme Patrimoine historique, et la facilité à reconstruire avec des techniques d’aujourd’hui tendent à faire disparaître tout un pan de l’histoire de la cité. L’indépendance voulue par les manufactures pour produire leur propre énergie avait modelé le parcellaire des usines avec de vraies centrales de production pour lesquelles elles avaient sacrifié beaucoup de moyens et fait preuve d’inventions techniques remarquables.

10Que reste-t-il de ces témoignages évocateurs du dynamisme des entreprises ? Aucune machine à vapeur n’a été conservée, seul un remarquable moteur diesel Winterthur, abrité dans un local spécialement adapté à ses caractéristiques techniques, est encore en place, mais pour combien de temps ? Sans fonctionner et isolé sans entretien, il se dégrade de plus en plus vite dans l’indifférence la plus totale.

11Si l’on ne trouve pas de réponse satisfaisante pour sauver un échantillonnage révélateur de l’emprise dans la ville d’une activité aussi marquante, il faudra se résigner au triste constat lorsqu’on évoquera l’histoire industrielle de Fougères : « Disparue sans laisser de trace »…, et l’on devra alors faire appel à des images virtuelles pour évoquer une page essentielle du passé de la cité !

Auteur

Animateur du Patrimoine de la ville de Fougères

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540