Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Table ronde. L’écrit et le bâti : la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine industriel en Bretagne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La table ronde consacrée à ce thème, animée par Bernard André et Georges Mouradian, avait été préparée par une visite de sites industriels fougerais organisée par Jean Hérisset, animateur du patrimoine de la ville de Fougères : deux anciennes usines de chaussures (une friche industrielle, l’usine Réhault, bâtiment remarquable d’ailleurs convoité pour l’implantation du centre d’archives souhaité, l’autre, l’usine Morel et Gaté, réhabilitée en Foyer de personnes âgées, aux murs extérieurs ornés de mosaïques du Rennais Odorico) et une usine en pleine activité, la Cristallerie de Haute Bretagne.

  • 1 Professeur-relais Patrimoine industriel au rectorat de l’académie de Rennes.
  • 2 Chargé de mission à la technopole de Nantes-Atlantique (Atlanpole), président-fondateur de l’assoc (...)
  • 3 Président de la section « Culture et patrimoine économiques, scientifiques et techniques » de l’In (...)
  • 4 Chercheur associé à la DRAC d’Ille-et-Vilaine, doctorante au CERA, université Rennes 2.

2Lors de cette table ronde, Jean Hérisset s’est interrogé sur le devenir du quartier de Bonabry, marqué par l’épopée de l’industrie fougeraise de la chaussure, André Le Coroller1 a souligné l’action culturelle du rectorat de Rennes dans le domaine de la sensibilisation des élèves des lycées et collèges à la question du patrimoine industriel, Arnaud Biette2 a présenté l’association « Entreprise et Patrimoine industriel » qu’il a créée à Nantes, ses objectifs et ses premières réalisations, Jean Franco3 a évoqué l’action menée dans le pays de Châteaubriant pour permettre l’émergence d’un tourisme industriel, Marina Gasnier4 enfin a proposé les premières conclusions à propos de l’Inventaire du patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine sur lequel elle travaille dans le cadre de la DRAC.

  • 5 Il manque malheureusement celle de Me Maurice Massart, avocat honoraire, ancien syndic, qui, souff (...)

3On a reproduit ici les contributions écrites remises après le colloque par les intervenants à la table ronde5.

Notes

1 Professeur-relais Patrimoine industriel au rectorat de l’académie de Rennes.

2 Chargé de mission à la technopole de Nantes-Atlantique (Atlanpole), président-fondateur de l’association « Entreprise et Patrimoine industriel », past-président de la Jeune Chambre économique de Nantes, adjoint délégué régional de la « Fondation du Patrimoine ».

3 Président de la section « Culture et patrimoine économiques, scientifiques et techniques » de l’Institut culturel de Bretagne.

4 Chercheur associé à la DRAC d’Ille-et-Vilaine, doctorante au CERA, université Rennes 2.

5 Il manque malheureusement celle de Me Maurice Massart, avocat honoraire, ancien syndic, qui, souffrant, n’a pas pu participer au colloque ni fournir la contribution que, d’enthousiasme pourtant il avait accepté de rédiger. Se proposant d’aborder le thème : « Les archives des entreprises industrielles, artisanales ou individuelles en liquidation des biens », il précisait dans une rapide présentation faite au préalable : « Ces archives sont régies par les articles 157 et 168 de la loi 55-98 du 25 janvier 1985 ; cette loi complète la loi 79-18 du 3 janvier 1979 qui traite des archives privées et des archives publiques sans évoquer les archives détenues par les mandataires de justice. La question de leur sort se posait spécialement pour les archives de personnes morales disparaissant par l’effet de la procédure collective. Ces archives peuvent être vendues ou détruites, mais la loi impose au liquidateur, avant toute vente ou destruction, l’obligation préalable d’informer “l’autorité administrative compétente pour la conservation des archives”, laquelle dispose d’un droit de préemption. Il n’empêche que la brièveté des prescriptions légales et leur imprécision ne peuvent que laisser quelque peu perplexes les liquidateurs compte tenu justement de la valeur intellectuelle et économique des informations concernant les professionnels. Les liquidateurs sont donc obligés d’agir d’une façon empirique et, à ma connaissance, tout au moins en ce qui concerne l’activité des auxiliaires de justice compétents devant le tribunal de commerce de Rennes, ce sont eux qui, de leur propre initiative, font le nécessaire pour avoir à titre personnel la disposition, le plus souvent, d’anciennes usines désaffectées. Pour donner un ordre de grandeur, il peut être indiqué que ces archives concernent, simplement à Fougères, 700 dossiers dont certains très importants, conservés dans deux anciennes usines (300 et 400 m2). Ceci pour démontrer l’ampleur des besoins en matériel et personnel, afin de conserver à la disposition de tous les professionnels, non seulement les informations mais aussi les éléments matériels qui leur permettront d’effectuer avec beaucoup de certitudes les recherches dont ils ont le plus grand besoin pour remplir leur mission. »

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540