Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Archéologie industrielle, patrimoine industriel : le contenu et la pratique aujourd’hui

Louis Bergeron

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Archéologie ou Patrimoine ? Un problème de définition

1Il reste sans doute utile aujourd’hui de revenir sur le sens des mots que nous employons depuis vingt ou vingt-cinq ans sans toujours respecter une différenciation indispensable entre les deux. Je crois que les problèmes de sens de la terminologie que nous utilisons dans ce domaine dissimulent en fin de compte des problèmes de fond, dont quelques-uns ont déjà été esquissés dans d’autres inventaires. Je m’efforcerai naturellement de ne pas tomber dans une répétition à l’égard des propos précédemment tenus.

2Que faut-il entendre par archéologie industrielle ? À mon sens, au sens d’un certain nombre d’entre nous qui ont participé au début du mouvement, vers la fin des années soixante-dix, j’imagine que cela s’entend comme un travail de recueil et d’interprétation des données de toutes sortes qui doivent concourir à l’élaboration de cette discipline auxiliaire, en complément ou en combinaison avec les sources imprimées ou manuscrites, les archives de l’entreprise ou celles du « monde du travail ». Mais en insistant bien sur le fait que l’archéologie industrielle, précisément, a pour première originalité méthodologique de recourir à tout ce qui n’est pas l’aliment traditionnel de l’historien classique, c’est-à-dire à tout ce qui porte témoignage autrement qu’à travers l’écrit, l’archive ou la publication imprimée. L’archéologue industriel, bien entendu (et en cela les propos de M. Jean-François Belhoste dans sa contribution sont certes tout à fait pertinents) ne doit s’aventurer sur son terrain qu’en en possédant une connaissance préalable suffisante et qu’en s’étant d’abord fait historien du sujet qu’il entend illustrer, ou plus exactement éclairer d’une façon différente en se rendant sur le terrain. Mais il n’en reste pas moins que l’archéologue industriel, comme le disait aussi le regretté Maurice Daumas, l’un des fondateurs de la discipline dans notre pays, est d’abord quelqu’un qui chausse ses bottes et qui n’hésite pas à s’aventurer dans les hautes herbes, les pierrailles ou les terrains plus ou moins boueux ou bourrés de chausse-trappes. L’archéologue industriel est quelqu’un qui doit s’approprier un certain mode de vision, au sens physiologique du terme, de son sujet ; qui va voir sur le terrain un monument ou un site dans son environnement ; quelqu’un qui connaît l’intérêt de travailler « en trois dimensions » et qui n’écrit pas l’histoire des monuments industriels uniquement à plat sur une feuille de papier, que ce soit à la main ou sur son ordinateur. Ceci dit, il faut quand même bien reconnaître que lorsqu’on parle d’archéologie industrielle, on s’écarte un peu du sens classique que l’on donnait, jusqu’à il y a un très petit nombre de décennies, au terme d’archéologie tout court ; c’est par analogie ce qui s’est passé également dans l’usage du terme de patrimoine : patrimoine de quelque chose, en raison de l’extension des domaines, des sections, des compartiments de ce patrimoine, un phénomène récent que nous connaissons bien et qui répond à un renouvellement profond des curiosités culturelles de nos contemporains. C’est une archéologie qui étend l’archéologie classique à d’autres champs d’exploration : il peut s’agir d’archéologie du bâti industriel, des outils et des matériels, mais aussi d’une archéologie des techniques pratiquées in situ, des savoir-faire, retrouvant sur le terrain le fonctionnement des conditions du travail ; cela peut être une archéologie de l’environnement social, dont la construction et même l’idéologie trouvent leur traduction dans certains dispositifs spatiaux et architecturaux ; pourquoi ne pas parler même d’une archéologie des bruits et des odeurs qui, parfois, peuvent encore être recueillis sur les lieux de travail abandonnés par la production ? Pourquoi ne pas parler aussi d’une archéologie de la mémoire qui n’est pas seulement, comme le ferait l’historien, la recherche de textes – trop rares, hélas ! – que nous auraient laissés les ouvriers et même les patrons, mais qui est cette fois plus proche de la méthode ethnologique et de l’histoire orale, une archéologie qui est le recueil de la parole ouvrière et de la parole patronale, une archéologie qui suscite, suggère, aide l’interrogé à la construction de sa propre mémoire de l’industrie. La situation se complique un peu du fait que (et là, je renvoie encore à ce qui est dit par M. Belhoste) dans une démarche inverse, l’archéologie peut devenir, est obligée de se faire dans un certain nombre de cas, une archéologie sur archives également ; sur certaines parties des archives de l’entreprise, même, qui souvent sont négligées par l’historien de l’industrie ou par l’historien d’une firme : la partie technique des archives. Tout un colloque qui s’est tenu dans le département de la Seine-Saint-Denis en a traité il y a peu de temps. Et naturellement, une archéologie qui peut se faire sur toutes les ressources de l’iconographie, car dans les cas de disparition totale des traces matérielles, l’archive devient document à valeur archéologique, représentation par défaut. Et nous n’aurons garde d’oublier l’apport irremplaçable des minutes notariales, dans lesquelles de longues descriptions, à l’occasion d’un inventaire de succession ou d’une modification d’acte de société, sont faites des pièces des immeubles, de leur disposition, de la disposition des bâtiments les uns par rapport aux autres, et même du contenu de chacune de ces pièces ; la méthode du notaire n’est pas différente lorsqu’il s’agit d’un site industriel ou d’une propriété privée à usage exclusivement domestique. Voilà donc pour ce qui est de l’archéologie industrielle : un champ, on le voit, aux frontières méthodologiques un peu floues, empiétant sur des domaines voisins, et qui pourtant doit se voir reconnaître son autonomie. Alors, que l’archéologue industriel doive être avant tout et en fin de compte un historien, comme il est dit par ailleurs, j’en suis entièrement d’accord, n’ayant jamais été moi-même autre chose qu’un historien ; mais il n’en reste pas moins qu’il faut que soit respectée et reconnue la particularité de la démarche archéologique dans l’étude du passé industriel et de ses témoignages concrets.

3Pour en venir au terme de patrimoine industriel, je dirai qu’il faut faire attention à ne pas user de patrimoine et d’archéologie de l’industrie d’une manière interchangeable. Patrimoine industriel, c’est autre chose. Ce sont deux termes qui renvoient à la réalité concrète des témoignages qui ont été reconnus et étudiés, avant de devenir l’objet d’une classification particulière par le moyen de la protection, par des opérations de conservation ou de valorisation, ou même simplement par une opération de désignation par les spécialistes, sous le couvert et avec l’appui de la loi, comme dignes d’être gardés et élevés au rang d’éléments du patrimoine culturel de la nation. Au-delà du stade absolument indispensable, soit de la reconnaissance préalable, soit de l’étude continue et permanente, le terme de patrimoine évoque, en ce qui concerne tout au moins le patrimoine industriel, non seulement un effort de réappropriation d’un bien et d’une identité collective, mais toute une série d’interventions actives à l’occasion desquelles l’archéologue industriel doit sortir de sa tour d’ivoire de chercheur : interventions sur des sites dont la lisibilité n’est pas immédiate afin d’y introduire le public et de l’en faire pleinement bénéficier grâce à des efforts d’interprétation et de communication d’un caractère tout à fait original et spécifique. Mais aussi, interventions actives que le savant lui-même, au sens professionnel du terme, ne doit pas hésiter à faire auprès des pouvoirs publics et des administrations. S’occuper du patrimoine de l’industrie, c’est inévitablement avoir un pied du côté de la recherche scientifique et un pied du côté de l’action culturelle, avec tous les engagements que cela peut impliquer, y compris sur le plan politique.

La pratique de l’archéologie industrielle

4Mais quel est au juste l’état, sur ces deux fronts, des pratiques aujourd’hui dans notre pays ?

5Derrière le statut patrimonial qui a été officiellement reconnu au patrimoine industriel depuis le début des années 1980, ne subsiste-t-il pas un certain nombre de lacunes institutionnelles ? S’est-on même mis d’accord à ce jour, à l’approche de l’an 2000, d’une façon officielle sur la définition du contenu du patrimoine industriel, de façon à mettre un terme à un débat récurrent dont j’ai eu encore récemment l’occasion d’entendre les échos dans une autre enceinte ? Il faut savoir qu’on s’interroge encore, dans certaines instances, sur le point de savoir si le patrimoine ferroviaire ou les ouvrages du génie civil créés depuis le xixe siècle, par exemple, font partie du patrimoine industriel ou doivent en être écartés. D’autre part, la conservation et la défense du patrimoine continuent à être partagées entre des actions qui ne sont pas toujours convergentes (et qui sont parfois même concurrentes ou divergentes) entre le mouvement associatif et la puissance publique. Autrement dit, il y a deux types d’approche de la défense et de la justification de ce patrimoine qui ne s’épaulent pas toujours suffisamment ni spontanément, comme on pourrait le souhaiter.

6Qu’en est-il plus concrètement de la pratique de l’archéologie industrielle, en France aujourd’hui ? Il n’est guère encore question d’enseignement de l’archéologie industrielle que dans un petit nombre de lieux, et il n’est d’autre part question de sa pratique que sur un nombre limité de sites, comme le fait volontiers remarquer le président de l’Association archéologique pour l’étude des mines et de la métallurgie. Où se fait-il vraiment de l’archéologie industrielle pure et dure ? C’est un exercice qui semble réservé à des historiens venus soit de l’histoire des techniques, soit encore de l’archéologie proprement dite, et qui travaillent notamment sur les anciennes mines métalliques, qu’elles se présentent en poches superficielles dans les terrains sédimentaires ou en galeries profondes dans des massifs de roches plus anciennes. Leurs petites équipes se répartissent entre le pays d’Othe, la haute Ariège, les Vosges, les Alpes méridionales. Tous les spécialistes de ces questions auront reconnu les quelques noms de collègues qui s’inscrivent sous ces localisations géographiques. Les anciennes mines de charbon, elles, pour des raisons techniques et réglementaires à la fois, ont en général enseveli ou noyé leurs traces et leurs secrets, à moins d’avoir été, exceptionnellement, accessibles à flanc de coteau. Il y a là tout un domaine d’une archéologie possible, qui reste malheureusement, et restera probablement du domaine du rêve ; elle aurait pourtant beaucoup à nous apprendre, par exemple sur la façon dont, dans les premières décennies du xixe siècle, dans tel bassin français, on a pu littéralement gaspiller les richesses du sous-sol par une exploitation des couches les plus riches qui ressemblait à une véritable prédation. Il est encore question, occasionnellement, d’archéologie au sens propre du terme pour relever, à de faibles profondeurs, les traces des infrastructures de bâtiments industriels qui ont pu être démolis avant la construction d’un nouvel édifice ; ou pour dégager des vestiges engagés dans un environnement naturel qui a repris ses droits, ou dans un environnement construit et en mutation permanente qui a fini par étouffer les vestiges de l’établissement primitif. Des recherches archéologiques de ce genre ont été menées notamment pour faire progresser (sous la conduite en particulier de l’Inventaire général), la connaissance de l’histoire des hauts fourneaux, ceux de l’époque du bois, antérieurs à la fin du xviiie ou datant des premières décennies du xixe siècle. Il y a eu ici et là des chantiers-écoles, littéralement, des écoles d’été d’archéologie industrielle d’un caractère assez informel et associatif qui se sont constituées (je pense notamment à celles qui ont existé pendant un certain nombre d’années aux forges de Buffon, dans la Côte-d’Or, et qui hélas ont été depuis complètement abandonnées ; elles portaient sur un établissement dont l’ancienneté ne remontait pas plus haut que le xviiie siècle).

7D’archéologie industrielle, enfin, il est fort peu question encore sous la forme d’un enseignement ou d’une formation à la recherche qui revêtiraient un caractère spécifique et directement adapté à ce sujet. Comme la pratique et la technique de l’archéologie industrielle ne se distinguent guère, en effet, de celles de toute archéologie, ceux qui veulent faire de l’archéologie industrielle sont invités à se reporter vers, à se référer à l’apprentissage de cette archéologie. Mais il pourrait y avoir par exemple une histoire de l’architecture industrielle au cours des siècles : voilà un sujet qui ne fait pas l’objet d’un enseignement spécialisé (à de très rares exceptions dont l’une a la chance d’appartenir à l’université voisine de Rennes 2). Non seulement cet enseignement est très peu institutionnalisé, mais encore il se trouve des historiens de l’art pour nier que cette branche de l’architecture puisse se voir reconnaître une autonomie par rapport à l’ensemble de l’art de construire d’une époque déterminée, et qui par suite ne voient pas l’utilité, ou même condamnent l’éventualité d’un enseignement qui s’attacherait spécialement à étudier la typologie et les générations de bâtiments à usage industriel.

8L’archéologie industrielle, qu’on pourrait renommer ou re-qualifier « interdiscipline auxiliaire » de l’histoire, souffre donc d’un défaut de reconnaissance officielle et d’identification claire aux différents niveaux de notre système d’enseignement, et il y a là, sans aucun doute, un nouveau « front » à ouvrir – alors que les malheureux défenseurs du patrimoine industriel ont déjà souvent à se battre sur plusieurs fronts. Les études supérieures lui offrent un petit nombre d’hébergements, au gré des intérêts particuliers manifestés par une poignée d’enseignants. Mais il faut dire que même dans les meilleurs des cas, le cadre d’études se rattache à des séminaires ou à des formations doctorales qui ont plutôt rapport à l’histoire industrielle, à l’histoire des techniques, parfois à l’histoire de l’art ; et tout cela seulement au niveau de la formation à la recherche, en fin de cursus universitaire, au niveau de la maîtrise, du DEA, ou de certains DESS qui sont des diplômes professionnalisants. Dans l’enseignement secondaire et même primaire, il se pratique des actions de sensibilisation du milieu scolaire, dont la qualité est souvent remarquable, mais d’une façon épisodique et non systématique, au gré d’initiatives locales ou plutôt personnelles, de la part de professeurs à l’esprit remarquablement ouvert et qui voient du reste dans l’initiation de leurs élèves au patrimoine l’occasion de pratiquer une sorte de « pédagogie sensible » à laquelle beaucoup d’enfants s’ouvrent volontiers et qui (ces mêmes professeurs ont pu le constater) les rendent ensuite beaucoup plus aptes à assimiler les leçons de l’histoire que leur sont délivrées dans le cadre des programmes traditionnels de cette discipline : les choses en effet prennent pour eux une dimension concrète, presque tangible et les aident à s’élever ensuite à des raisonnements ou à des principes d’un caractère plus théorique.

9Mais, après tout, peut-être est-ce là prendre l’ensemble des problèmes dans le mauvais sens. Ne faudrait-il pas renverser nos constatations et nos vœux, et d’abord poser le problème des filières professionnelles, des débouchés, partir de l’offre d’emplois pour stimuler le développement, la multiplication des formations et leur cristallisation éventuelle en filières (un vif sujet de querelle existe au sein de notre microcosme, autour du type de préparation exigée et de formation délivrée à et par l’École nationale du patrimoine, ou à l’occasion de la préparation des concours pour le recrutement de fonctionnaires des collectivités locales ; cependant, ces problèmes-là sont au bien au cœur de nos interrogations).

La pratique du patrimoine industriel

10Venons-en maintenant à la pratique ou à la situation du patrimoine industriel. Le terme est aujourd’hui beaucoup mieux admis, beaucoup plus courant en France que celui d’archéologie industrielle, lequel suscite encore chez les profanes des interrogations alors qu’ils commencent – notamment grâce aux journées du Patrimoine – à avoir une compréhension spontanée et immédiate de ce que représente le patrimoine industriel. On est pourtant en droit de se demander, même si cette interrogation peut paraître absurde, si à la limite on n’en est pas arrivé à trop parler du patrimoine industriel. La multiplication des articles plus ou moins bien informés, des émissions de télévision réalisées tambour battant au cours d’un passage de deux heures sur un site et présentées sous forme d’images parfois très opportunes, mais complètement dépourvues du commentaire qui serait nécessaire pour entrer dans la compréhension de ce qu’on montre, me conduit à me demander s’il ne s’agit pas d’un territoire que beaucoup de professionnels de l’information ou des médias s’empressent d’investir sans avoir les moyens de rendre véritablement service à leur sujet. Mais surtout, après en avoir parlé de plus en plus, on ne voit pas suivre davantage de gestes concrets. Les paroles précèdent de très loin les actes dans ce domaine.

11À ce propos, plusieurs questions se posent qui ont déjà été évoquées à propos des patrimoines de grande taille, comme les installations sidérurgiques et chimiques, qui requerraient – semble-t-il – une plus franche intervention de l’État. L’une des interrogations les plus pressantes, c’est certainement celle touchant à l’action des pouvoirs publics. On peut se demander jusqu’à quel point ces pouvoirs publics exercent un véritable pouvoir. Sans aucun doute, la France est-elle peut-être le seul pays au monde à avoir mis en route un inventaire national du patrimoine industriel, exécuté à l’échelle de l’ensemble du territoire national et conformément à des normes homogènes. Cette procédure comporte toutefois plusieurs inconvénients : elle ne prend pas en compte la dimension de l’urgence ; car même si l’inventaire global du patrimoine industriel est mené selon des méthodes accélérées par rapport à celles définies dans les premières décennies d’existence de l’inventaire tel qu’il fut créé par André Malraux, il n’en reste pas moins que la vitesse relative à laquelle procède cet inventaire n’est pas celle d’une voiture de pompiers qui ferait ranger sur les bas-côtés de la route toute la circulation indésirable, dans l’espoir d’arriver à temps sur les lieux de son intervention. Je me rappelle très bien que les membres du bureau du CILAC avaient discuté à un certain moment, dans les années 1980, avec les responsables de la toute jeune Cellule du patrimoine industriel auprès de l’Inventaire général, de la création possible d’équipes de secours qui seraient les pompiers du patrimoine chaque fois que celui-ci est menacé, non pas par le feu mais par les bulldozers. Il reste donc un vide à combler dans le domaine des méthodes d’action pratique. Il y a encore un autre inconvénient à ce que l’inventaire soit mené d’une façon aussi savante et exclusivement étatique : c’est de décourager les initiatives locales ou associatives qui, là où les services de l’État ne sont pas encore au travail, pourraient très bien déployer dans certains cas des efforts qui ne seraient pas seulement de bonne volonté, mais qui pourraient représenter aussi la contribution de gens qualifiés, susceptible de faire avancer plus vite les choses, de préparer le terrain et, dans certains cas, de réaliser les sauvetages documentaires indispensables, à défaut de sauvetages matériels, concernant un monument ou un site d’un intérêt notoire. Ceci renvoie à la difficulté de convergence des actions entre le monde associatif et l’État.

12D’autre part, il semble que l’accumulation remarquable de connaissances scientifiques sur le patrimoine industriel n’est pas, pour employer un terme un peu galvaudé, « restituée » d’une façon assez large et assez profonde par les pouvoirs publics et par le ministère de la Culture. Le résultat de ce travail reste en grand décalage par rapport à la sensibilisation. Il existe certes des publications, selon des modalités et dans des séries, dans des collections, sous des angles d’approche, des découpages variables, qui sont assurées par les Éditions du Patrimoine – mais on doit remarquer qu’elles ont été détachées de l’État et constituent depuis plusieurs années un organisme autonome, géré comme une entreprise privée même si celle-ci reçoit des subventions. Ces Éditions du Patrimoine restent encore loin d’être des éditions à grande diffusion, d’être véritablement placées sur le marché ; leurs ouvrages font partie d’une catégorie très spécialisée de l’édition, qu’on ne trouve pas nécessairement dans n’importe quelle librairie d’une ville moyenne ou grande. Alors qu’aux beaux temps de l’explosion de l’archéologie industrielle en Angleterre, par exemple, une des choses les plus frappantes aux yeux des observateurs était que, dans toute librairie de quelque importance, il y avait un rayon abondamment garni de publications de toutes sortes sur le patrimoine industriel britannique.

13Mais suffit-il d’atteindre des lecteurs qui nécessairement appartiennent toujours à un public relativement spécialisé ? Comment revenir de la méthode scientifique de l’inventaire à une présentation à la population d’une catégorie de monuments qu’elle a souvent ignorés jusqu’à présent tout en vivant au milieu d’eux et en les fréquentant quelquefois quotidiennement ; comment intéresser ou ré-intéresser la population à ce type de patrimoine architectural et social en même temps ? Il y a d’autres voies de contact, d’autres intermédiations à rechercher. Je voudrais citer à cet égard le cas de la Communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines. Cette communauté urbaine possède un écomusée dont l’histoire est relativement célèbre. La Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne a décidé il y a trois ans maintenant de confier à l’écomusée et à un chercheur spécialisé le soin de faire l’inventaire du patrimoine industriel dans le cadre de cette collectivité territoriale, c’est-à-dire sur 400 km2 environ. C’est une opération qui échappe non pas à la méthode, mais au cadre territorial à l’intérieur duquel l’Inventaire agit habituellement. Il n’est pas effectué par des agents, par un personnel de l’Inventaire, mais par un personnel extérieur, recruté temporairement à cet effet et sous le contrôle d’une association, l’écomusée du Creusot-Montceau-les-Mines étant un organisme de type associatif. C’est ainsi que cette région, qui est l’un des berceaux de la grande industrialisation française de la fin du xviiie siècle et qui a vécu brillamment jusque dans la deuxième moitié du xxe siècle, et qui n’était pas encore atteinte par le « balayage » au fonctionnement trop lent du ministère de la Culture, a été saisie à un rythme plus rapide par l’opération d’inventaire. L’écomusée en question et la petite équipe de l’inventaire se sont préoccupés de tenir au courant la population, de lui communiquer régulièrement des informations. L’inventaire se fait ici localité par localité : il y en a seize à l’intérieur de cette communauté urbaine, de tailles très inégales – de quelques centaines d’habitants à une trentaine de milliers pour ces deux monstres relatifs à l’intérieur de la Communauté que sont les villes du Creusot et de Montceau-les-Mines. Au fur et à mesure que l’opération d’inventaire s’achève sur une commune, sont organisées des présentations des principaux résultats à la population, convoquée à la salle des fêtes ou dans une salle de la mairie ou tout autre lieu faisant partie de la vie communautaire et municipale. Il s’est avéré que les habitants manifestaient brusquement un intérêt considérable et un enthousiasme personnel pour ces histoires qu’on venait leur raconter, pour ces images qu’on venait leur présenter sur des aspects de leur patrimoine qu’ils connaissaient très bien et pour lesquels ils avaient une affection particulière, ou, à l’inverse, à l’égard d’éléments de patrimoine dont ils avaient jusque-là tout ignoré alors qu’ils étaient sous leurs pieds ou devant leurs yeux. D’autre part, au fur et à mesure de l’achèvement de l’inventaire, mené selon un plan thématique et géographique à la fois, les principaux résultats font l’objet de la publication d’« Itinéraires du Patrimoine », livrets à la fois bien informés et peu coûteux.

Nécessité et difficultés de la valorisation du patrimoine

14Cependant, une certaine timidité, certaines insuffisances dans le domaine de la publication ou de la communication patrimoniales, ne sont pas des circonstances aussi graves que la véritable paralysie dont les pouvoirs publics (faute en partie d’ailleurs d’un arsenal législatif adapté et dont l’élaboration est encore attendue sur plusieurs points) sont frappés lorsque des puissances économiques majeures décident de l’avenir du patrimoine sans que les autorités culturelles puissent intervenir en s’adossant sur l’autorité de l’État.

15L’accumulation de connaissances scientifiques déjà évoquée et due à l’action de la Direction du Patrimoine est explicitement destinée à fonder de la façon la plus rationnelle les choix des instances chargées de la protection du patrimoine, depuis l’inscription jusqu’au classement. Mais depuis l’évocation, devant les instances régionales, des sites et monuments qui mériteraient d’être protégés, jusqu’au traitement des dossiers par la Commission supérieure des monuments historiques, un grand flottement persiste : qui prend l’initiative de la défense du patrimoine industriel au niveau local ? Existe-t-il une doctrine concernant la hiérarchisation des actions, les critères d’appréciation, la définition même du champ d’application de la notion de patrimoine industriel ? Les autorités suprêmes du ministère de la Culture se sont-elles fait une autre doctrine concernant le principe même du classement : à savoir, doit-on le subordonner à l’existence de plans de sauvetage, de maintenance et de réutilisation garantissant l’efficacité concrète de la protection décidée, ou bien la protection légale (dont nombre de prescriptions particulières sont aujourd’hui en discussion) doit-elle être avant tout l’application d’un label officiel déclarant l’intérêt culturel supérieur que revêt la conservation de tel ou tel individu dont la valeur patrimoniale ne saurait être discutée ? Derrière ces incertitudes, derrière les variations politiques que peut comporter le passage d’un ministre ou d’un directeur à l’autre, se profile le désengagement de l’État au profit des régions (un tour de passe-passe, en réalité) et l’appel à une initiative privée, à l’intervention d’investisseurs, qui relève plus de l’incantation que du réalisme : on est là en présence d’un cas typique de transition précipitée du trop d’État au trop peu d’État, qui court-circuite au passage l’intervention possible d’autres acteurs. Le groupe de travail actuellement en place sous la direction du président du CILAC s’efforce de clarifier ces différents aspects, notamment au moyen d’une définition des priorités, dont l’objectif est d’encadrer ou du moins d’orienter l’action trop souvent aléatoire des commissions.

16Ce qui reste flagrant, c’est la faiblesse des moyens mis en œuvre pour prévoir et prévenir, en matière de menaces pesant sur la survie des témoignages matériels de notre civilisation industrielle. Les pouvoirs et l’initiative des préfets d’aujourd’hui décevraient sans doute, par leur minceur et leur efficacité incertaine, Bonaparte ou Chaptal, si ces pères fondateurs de cet échelon central de notre structure administrative revenaient parmi nous. L’État est-il en mesure de construire le contre-pouvoir capable de résister aux diktats des chefs de très grandes entreprises, par exemple ? Ou de donner naissance à ces observatoires du patrimoine dont l’idée est dans l’air ? Ou encore de réglementer fermement les conditions d’intervention d’agents responsables de la sauvegarde et de la récupération de tout ce qui peut être considéré comme élément de patrimoine dans l’actif d’une entreprise en déconfiture ? Et enfin d’empêcher réellement la destruction de monuments protégés au titre de l’inscription à l’Inventaire ?

17Une actualité qui n’en finit pas d’être actuelle depuis plusieurs années en apporte la preuve. Il s’agit de la « discrétion » dont l’État a fait preuve jusqu’à une date récente avant de manifester son point de vue dans le cadre des très longues et, au total, très confidentielles tractations entre Louis Schweitzer et Jean-Pierre Fourcade, c’est-à-dire entre le président de Renault et le sénateur-maire de Boulogne-Billancourt. Le risque paraissait être, jusqu’au début de l’année 2000, celui de déboucher sur l’annonce de solutions extrêmement radicales (dans le détail desquelles ce n’est pas ici le lieu d’entrer). Elles montreraient que jusqu’au dernier moment ceux qui auraient voulu sauver quelque chose du patrimoine de l’une des plus grandes entreprises automobiles du monde n’auraient pas été capables de garantir la préservation de quelques témoignages les plus expressifs d’une époque, d’une étape de l’histoire de l’organisation du travail, des différentes étapes d’une construction architecturale adaptée à l’évolution de l’industrie elle-même sur 70 ou 80 ans d’existence. Pas capables de s’interposer pour empêcher l’irrémédiable, c’est-à-dire la remise au niveau du sol non seulement de l’île Seguin (puisque, comble de disgrâce, on ne parle que d’elle, ou principalement d’elle), mais aussi du fameux « trapèze » situé sur l’autre rive de la Seine, sur le territoire de Billancourt. Concernant l’un des éléments de poids du patrimoine industriel du xxe siècle français, et à l’intérieur duquel s’est élaborée une culture de l’entreprise, technique, sociale, syndicale, politique et même, consécutivement, une véritable culture urbaine, d’une certaine façon, on est bien forcé de constater que cette histoire-là, très brillante, très importante, très délocalisée aujourd’hui, se résume en un étrange duel. Il oppose les héritiers très lointains, dépourvus de tout lien de famille avec la dynastie Renault (laquelle avait volé à Billancourt, littéralement, ses terrains et ses rues, les englobant à l’intérieur des murs de l’usine, découpant un morceau du territoire urbain pour se l’approprier), et une ville qui souhaiterait bien aujourd’hui être libre de ses mouvements pour prendre sa revanche sur l’industrie qui l’a empêché de s’urbaniser, de tirer tout le parti escomptable de cette zone de l’ouest parisien, depuis deux cents ans si recherchée et valorisée. Depuis, une nouvelle hypothèse est apparue avec l’entrée en scène d’un troisième « larron » : mais il semble que ce soit par l’effet d’un jeu sur les concepts que la « culture », bien plus que le patrimoine industriel, puisse imaginer y trouver son compte.

18Sans doute faut-il chercher ailleurs les forces nouvelles capables de suggérer et, pourquoi pas, d’imposer des solutions inédites. On a déjà évoqué le rôle du mouvement associatif dans la reconnaissance et la sauvegarde du patrimoine industriel, mais pour souligner aussitôt l’insuffisance des moyens et de l’autorité de ce mouvement, au demeurant très lié, souvent, aux pouvoirs publics du fait de ses modes de financement. Il reste pourtant à explorer d’autres voies. Celle de l’éducation a été citée plus haut ; les fruits sont à en attendre dans le moyen ou le long terme. Et l’éducation de quel genre d’auditoire, du reste ? Le plus efficace serait certainement de l’insérer au niveau des cursus de formation des cadres administratifs et techniques supérieurs.

19Cependant, dans le court terme ou dans l’urgence, le mouvement associatif au service du patrimoine industriel en France manque de relais auprès de l’opinion, notamment de celui d’une presse dont les colonnes s’ouvriraient autant aux combats en faveur de ce patrimoine qu’à sa découverte même. Dans la phase actuelle d’acclimatation de ce nouveau concept, une tendance se dessine à s’en emparer, on l’a déjà dit, dans les organes d’information les plus divers et parfois les plus inattendus, comme d’un objet de mode, ou à traiter sa prise en considération comme un sujet qui frappe l’imagination et surprend par son exotisme, plutôt que d’en analyser sérieusement le contenu culturel et les potentialités. Rarissimes sont les chroniqueurs auprès desquels il est aisé de faire passer un message ; leur manque de spécialisation les amène souvent à des interprétations inexactes des propos recueillis auprès de leurs informateurs.

20Or la presse d’information générale ou d’opinion est un instrument de pression indispensable pour faire bouger les attitudes au niveau politique et décisionnel, sans pour autant courir le risque de faire du patrimoine un enjeu de caractère politique ou électoral, ce qui pourrait avoir des effets désastreux. Le patrimoine industriel a sans doute besoin, lui aussi, de recourir aux services des spécialistes en communication et en publicité. Il lui faut sans cesse inventer et réinventer un discours qui doit inlassablement s’adapter aux auditoires ou aux interlocuteurs les plus divers. La revue semestrielle L’Archéologie industrielle en France, qui est la seule à traiter sur un plan national des problèmes concernant le patrimoine industriel, reste elle-même prisonnière d’une diffusion restreinte auprès d’un public étroitement ciblé. Il nous reste à savoir transformer notre préoccupation scientifique et culturelle en une grande cause civique, liée à un effort général de promotion de la culture technique dans notre société. Un programme pour encore toute une autre génération.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540