Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Marine nationale et mémoire industrielle

René Estienne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1On ne cherchera pas à voir dans cette communication un exposé traditionnel sur la conservation de la mémoire industrielle par la Marine nationale, mais le témoignage d’un conservateur d’archives du ministère de la Défense confronté aux restructurations de ce pan majeur de l’économie et de l’aménagement du territoire. Concernée par Brest, Lorient et Indret, la Bretagne ne saurait rester indifférente à cette évolution, qui rejoint les préoccupations d’un projet comme celui de Fougères.

La dimension industrielle :
responsabilité indirecte, souci fondamental

2Depuis le xviie siècle, la Marine de guerre, outil et incarnation de la puissance de l’État, partie constitutive de son appareil, est une utilisatrice et une interlocutrice privilégiée de la capacité nationale et internationale de production dans tous les domaines. Elle est étroitement associée au développement industriel du pays auquel elle offre des débouchés, des marchés plus ou moins captifs et toute la puissance de ses capacités de recherche scientifique et d’expérimentation technique.

3Au même titre que la tradition militaire, la maîtrise industrielle fait donc partie intrinsèque de la culture de la Marine, qui doit affronter des contraintes majeures. En premier lieu le milieu maritime, implacable révélateur des faiblesses technologiques et logistiques, surtout lors d’expéditions outre-mer ou de conflits qui se prolongent pendant plusieurs années. En second lieu les moyens de l’adversaire, une flotte surclassée ou aux capacités insuffisantes n’ayant aucune chance de l’emporter. En dernier lieu la sanction impitoyable qui en résulte : l’anéantissement inéluctable par fortune de mer, usure matérielle et morale, déliquescence économique ou affrontement militaire.

4Face aux impératifs opérationnels d’une efficacité optimale et durable en milieu hostile, les compromis permanents entre performance et sécurité, innovation et tradition, progrès et obsolescence, lourdeur des investissements financiers et économie des forces, ont conduit depuis 300 ans à plusieurs politiques évoluant toutes vers une prise de distance avec les processus industriels.

5On passe d’une situation de production colbertiste quasi intégrale en interne à une attitude systématique de client, symbolisée en 1961 par l’affectation de la Direction des constructions et armes navales à la Délégation générale de l’armement et par les tendances actuelles à la privatisation de tout ce qui ne relève pas des fonctions strictement régaliennes de l’État.

6De ce fait, la dimension industrielle ne relève plus aujourd’hui des responsabilités institutionnelles directes de la Marine nationale. Mais on ne saurait comprendre son action sans information précise sur les navires, les matériels et les systèmes d’armes qu’elle emploie. Elle-même ne s’est jamais désintéressée des évolutions industrielles qui conditionnent ses outils de vie, de travail et de combat, d’autant plus que son personnel contribue directement à leur conception et à une bonne part de leur entretien.

Construire la mémoire

7Cela ne serait sans doute pas suffisant pour constituer une mémoire, s’il n’y avait quatre éléments fondamentaux nécessitant son organisation.

La durée

8Depuis le xviie siècle, en dépit des hauts et des bas, le maintien de la capacité d’intervention de l’État en mer a engendré plus de 350 ans d’activité industrielle ininterrompue, ce qui fait de la Marine une des plus anciennes entreprises de la planète.

9Cette profondeur chronologique s’applique tout autant aux navires, aux systèmes d’armes et aux matériels. Les premiers restent 30 ans en moyenne en service, quand ce n’est pas plus. Les seconds une quinzaine d’années. Même si l’obsolescence des matériels a tendance à s’accélérer, leur utilisation impose de garder trace, sur de longues années, des éléments indispensables à leur suivi et à leur mise en œuvre.

10Le maintien des implantations militaires à Brest, Toulon, et dans une moindre mesure à Cherbourg, Lorient, sinon Rochefort, dans des ports en adaptation permanente, se traduit par des infrastructures pluriséculaires et des services chargés d’en garantir la transformation et l’entretien sur le très long terme.

L’envergure des responsabilités et des fonctions

11Même en se limitant à la construction navale, l’envergure des opérations est particulièrement importante :

  • élaboration des politiques navales et programmation des moyens nécessaires à leur accomplissement ;
  • conception des plates-formes et des systèmes permettant d’atteindre les performances prévues ;
  • définition et application des procédures de recherche, d’expérimentation et de production dans les domaines les plus divers ;
  • fabrication directe ou approvisionnement des matériaux et des matériels ainsi définis, avec les spécifications qui s’y rattachent ;
  • maîtrise de leur mise en œuvre et des savoir-faire qui y sont liés ;
  • formation des personnels chargés de les servir et de les faire évoluer, acquisition et préservation de leurs compétences ;
  • de plus en plus, souci du recyclage et des répercussions sur l’environnement des installations classées, avec, depuis les années 1960, la dimension nucléaire.

La nécessité d’échanger et de transmettre des informations

12Au risque d’en présenter une vision caricaturale, la réalité étant beaucoup plus subtile, l’institution militaire reste consubstantiellement structurée par une logique hiérarchique qui concentre auprès du pouvoir les fonctions de conception, de direction et de contrôle, avant de faire redescendre verticalement ses instructions vers les subordonnés chargés d’en assurer l’exécution.

13Cette dialectique du centre et de la périphérie prend toute son importance dans le cas de la Marine, écartelée par la géographie entre Versailles ou Paris, des pôles de compétences portuaires littoraux et des horizons planétaires.

14Quels que fussent les talents centralisateurs de l’État français, il n’a jamais eu la possibilité de faire venir le littoral à Paris, ni le désir de transférer la capitale en des lieux plus maritimes. La dispersion était de plus considérée naguère comme un facteur de sécurité militaire non négligeable. La Marine a donc dû se démultiplier auprès des plus hautes autorités du royaume et de la nation, comme dans les ports et établissements très périphériques où elle concrétise son activité.

15C’est l’obligation même d’avoir à coordonner la logistique, les investissements et les opérations en des lieux divers et éloignés du pouvoir central qui est à l’origine du foisonnement de la documentation aujourd’hui disponible aux Archives nationales et au Service historique de la Marine. Ceci d’autant plus que sa dispersion sur le territoire a fait de la Marine un pionnier de l’aménagement du pays, responsable de son organisation économique autant que militaire.

16Cette répartition différenciée entre les lieux de conception et d’exécution s’étend à de nombreuses autres fonctions :

  • centres de recherche et d’expérimentation scientifique, commissions d’études pratiques et établissements spécialisés dans les développements technologiques ;
  • écoles prestigieuses liées aux grands corps de l’État, centres de formation d’apprentis aux hautes exigences dans la qualité et la précision du travail des personnels réglementés, conventions avec les autres établissements d’enseignement pour les spécialités nouvelles ou non maîtrisées en interne ;
  • services redondants de contrôle et d’inspection de l’exécution de toutes les opérations de gestion administrative, financière, juridique, sanitaire et sociale.

La multiplicité et la codification des supports documentaires

17Pour coordonner autant que faire se peut les multiples facettes de cet ensemble, nous sommes dès l’origine dans un monde de l’information. Les correspondances, dépêches ministérielles, instructions, rapports et pièces justificatives banalisent l’écrit dès le xviie siècle.

18L’imprimé est courant dès cette date, pour les textes réglementaires comme pour la transcription et la codification des expériences. Il devient omniprésent au xixe siècle pour diffuser les informations techniques, administratives et opérationnelles auprès de destinataires en constante augmentation. Il prend alors la forme de monographies, cours et manuels ponctuels, mais aussi de publications périodiques spécialisées au premier rang desquelles le « mémorial » du génie maritime, celui de l’artillerie de Marine, complètent les informations plus générales transmises par les annales maritimes et les bulletins officiels. Un foisonnement de publications internationales couvre aujourd’hui les domaines les plus divers de l’économie de défense et permet de suivre au jour le jour l’évolution globale du sujet et de ses concrétisations sur l’ensemble de la planète.

19Les plans et les dessins se généralisent au début du xviiie siècle. La photographie est d’usage régulier dès 1860. Et la longue liste des supports d’information employés de manière novatrice ne cesse de s’enrichir et de se diversifier jusqu’à aujourd’hui : maquettes, tableaux, au cœur des collections du musée de la Marine depuis Duhamel du Monceau, héliographies, lithographies, tirages multiples, hologrammes, bibliothèques sonores ou électromagnétiques, bases de données, fichiers et dossiers informatisés en multiples dimensions, etc.

20Ces masses documentaires potentiellement inépuisables ont très tôt bénéficié de mesures d’organisation destinées à gérer la communication de l’information comme la protection du secret.

21La typologie et la standardisation sont à l’œuvre dès le xviie siècle. Les procédures d’échange, les circuits de diffusion, l’identification de chaque pièce, l’évaluation de son poids informationnel, font l’objet de l’attention permanente des autorités. Elles conditionnent la gestion et le sort des documents, en fonction de critères dont la préoccupation historique n’est pas fondamentalement exclue.

Archives et technologie :
une tradition de conservation déjà ancienne

22Soit habitude, soit impératif de contrôle et de maîtrise de la durée, une grande partie de ces documents ont été longuement conservés par leurs détenteurs. Quelles qu’aient pu être les tribulations des archives centrales, leur dépôt en 1899 aux Archives nationales en a préservé de larges pans avant que l’installation en 1974 au château de Vincennes permette de donner un peu d’air aux fonds contemporains. Dans les ports, les services du Service historique de la Marine en ont recueilli énormément depuis 1919, déduction faite des destructions par mésintérêt ou par événement de guerre. Enfin, la plupart de ces documents prennent aujourd’hui le chemin du Centre des archives de l’armement à Châtellerault.

  • 1 Voir Étienne Taillemite, Les Archives de la Marine conservées aux Archives nationales, 2e éd. Comp (...)

23On trouvera dans les guides du lecteur et les publications spécialisées le descriptif précis de ces ressources, de plus en plus accessibles au public dans le contexte réglementaire des lois sur les archives et la communicabilité des documents administratifs1.

24Dire que la préservation de la mémoire industrielle est au centre des préoccupations de cet appareil archivistique serait sans doute excessif. Le concret prosaïque de la vie quotidienne et de ses développements techniques n’est pas le meilleur terreau pour l’affirmation du prestige de l’arme ou l’orchestration des valeurs et des traditions qui la vivifient.

25Dans cette logique, l’appréhension de la réalité se heurte à deux impératifs diamétralement opposés : lorsque le souci de prestige du pavillon s’égare dans des publications de complaisance, ou au contraire lorsque la légitime aspiration à faire état de réussites technologiques majeures doit s’effacer devant la nécessité de conserver une discrétion génératrice de liberté de manœuvre et d’effet de surprise favorable.

26Le recours aux documents originaux est indispensable pour surmonter ces obstacles. Leur collecte se partage entre le Service historique de la Marine et de plus en plus Châtellerault. Elle obéit à des textes prescrivant les versements à des échéances régulières (en général 10 ans) mais elle dépend tout autant de l’évolution et de l’obsolescence des choses. Les sauts de génération et les paliers technologiques sont datés mais redondants : la mise hors service d’un navire n’est pas celle de sa série ni celle de la totalité des matériels qui l’équipent.

27Une des équations à résoudre est celle de la masse et de l’intérêt potentiel pour les chercheurs. Lors du classement des archives de l’escadrille des sous-marins de l’Atlantique, nous avons par exemple été confrontés à une série exhaustive sur 50 ans de relevés de surveillance de charge de batteries de sous-marins diesel-électriques. Fallait-il détruire cette masse sérielle pour faire de la place, ou considérer, au-delà de l’attention toujours prépondérante accordée à cet élément par les sous-mariniers, que l’on aurait peut-être un jour l’opportunité de réutiliser ces données dans un autre contexte ? Nous avons gardé.

28Même en restant dans un angle de vue aussi étroitement technologique, l’apport documentaire de la Marine n’est pas négligeable. Il finit par constituer un compendium quasi exhaustif de l’universalité de la production industrielle et scientifique de son temps.

Savoir-faire industriel, culture et société :
pour un volontarisme documentaire

29Mais il convient aussi de faire place à des préoccupations plus humaines, liées à une logique de cohésion des personnels et des groupes sociaux qui animent et entourent l’institution. Ceci d’autant plus qu’après bien d’autres, même sous des formes sans doute atténuées, nous sommes à notre tour depuis dix ans en pleine mutation et restructuration et que la durée, la pérennité dont nous avons bénéficié jusqu’à présent ne sont plus des ancrages intangibles.

30Nous touchons alors à la mémoire des lieux, à l’enracinement local des infrastructures et des hommes rassemblés là par les décisions d’ordre général précédemment évoquées. Au-delà des besoins opérationnels prioritaires, de véritables bulles de civilisation industrielle, militaire et maritime se sont structurées à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort, Toulon, autour de la présence de la Marine qui a bien souvent été à l’origine des institutions locales chargées d’assurer les autres facettes de l’activité publique.

31De cette symbiose ancestrale, il ressort que la Marine n’est pas uniquement propriétaire de « ses » documents mais de la majeure partie, la plus dense et la plus ancienne, de la mémoire des agglomérations qu’elle irrigue – ou stérilise – par sa présence permanente depuis le xviie siècle.

32Ceci est renforcé par l’existence au sein du Service historique de bibliothèques spécialisées généralisées dans les années 1830, bien avant l’explosion de la lecture publique de la seconde moitié du xxe siècle. Que ce soit pour des besoins documentaires ou scientifiques, ou pour la culture générale de ses officiers, de telles structures existent dans les ports depuis le xviiie siècle.

33Là encore, le capital documentaire le plus ancien et le plus représentatif de la culture industrielle et maritime se retrouve chez elle. Pour être nationale et internationale, elle est aussi directement constitutive de l’esprit des régions dont elle gère les outils de la culture dominante depuis 300 ans au moins.

34On peut néanmoins se poser la question de la pertinence de ces sources à renseigner sur toutes les facettes de la vie industrielle, à plus forte raison lorsque le progrès technologique et l’évolution économique rendent caducs des pans entiers d’organisations, de sites, de pratiques et de savoir-faire.

  • 2 Voir sur ce sujet l’article « L’ancienne base de sous-marins de Lorient-Keroman, réhabilitation et (...)

35L’expérience de la fermeture de la base de sous-marins de Keroman nous a progressivement conduits de 1994 à 1997 à adopter une démarche documentaire de plus en plus exhaustive : collecte réglementaire des archives, gestion du patrimoine et des objets symboliques, préservation de matériels significatifs (du tournevis au sous-marin de 700 tonnes)2.

36Ce faisant, la fréquentation des personnels qui assurent les dernières charges de travail de centres voués à disparaître ne peut que faire naître un constat et un scrupule : celui qui « fait » le patrimoine et qui va survivre, se rend rapidement compte qu’au-delà des mots, il ne sait guère et qu’il recueille sur des a priori ne reposant que sur une approche superficielle de la réalité. Il faut dès lors beaucoup d’humilité au moment où l’on sollicite et où l’on tente de sauvegarder.

37Il y a là nécessité d’une démarche intrinsèque du service d’archives, au plus près du terrain et en liaison directe avec le personnel, pour mener à bien avec délicatesse et beaucoup de respect une entreprise de survie sociale gérée collectivement. Cela conduit à créer de manière spécifique les documents dont on a besoin tout en conjurant peu ou prou, par cette démarche volontariste, les conséquences dramatiques de la fermeture. Dans ce contexte, la préservation de la mémoire est un combat et une marque de solidarité indissociable d’une démarche militante.

38Elle passe par une production tournée vers la recherche et la transcription de l’immatériel et de l’esprit des choses et des gens :

  • Identification des valeurs fondamentales, des règles de vie et des différentes composantes et lignes de force de la structure ;
  • Élaboration consensuelle du « message » éventuel à transmettre au-delà de l’interruption des activités ;
  • Recueil des témoignages de personnes représentatives de chaque composante ou d’une thématique particulière, et désignées par leurs collègues comme par la hiérarchie ;
  • Couverture du terrain par des reportages photographiques et audiovisuels sur les groupes au travail plutôt que sur les matériels, en enregistrant les systèmes en train de fonctionner, afin de garder trace de la vie plutôt que de l’inerte3 ;
  • Enregistrement avec tact et après acceptation des intéressés des temps forts et des étapes symboliques des opérations de fermeture ;
  • Restitution publique et mise à disposition personnelle de chacun, s’il le souhaite, de ces traces documentaires.

39Menées sans référence scientifique en sociologie ou ethnologie, ces démarches ne sont qu’un élément complémentaire de compréhension et d’enrichissement du patrimoine archivistique classique de la Marine. Elles tentent de répondre à la question : de quels éléments souhaiterais-je disposer pour comprendre telle ou telle période, si j’avais la possibilité d’y accéder ne serait-ce que fugitivement ? Ni extrême onction documentaire ni écriture historique à proprement parler, elles tentent de refléter une profondeur et une sensibilité que ne possèdent pas les sources officielles, constituées avec d’autres soucis d’approche du témoignage pour la postérité.

40Sans doute la puissance de l’institution, capable de financer des opérations chargées de conserver sa mémoire, constitue-t-elle un facteur favorable que l’on ne retrouvera pas dans un tissu industriel de moindre envergure. La symbiose locale entre services d’une même entité a également été prépondérante, et elle ne sera peut-être pas reproductible par un centre couvrant une trop grande circonscription géographique.

41Quelles que soient les difficultés, il serait dommage de ne pas essayer, tout en alimentant les séries documentaires qui fourniront la matière aux chercheurs de demain, de pousser le plus loin possible les efforts de compréhension du présent afin de contribuer, par la garantie qu’il « restera quelque chose », à entretenir l’espoir vers la continuité d’un lendemain.

Notes

1 Voir Étienne Taillemite, Les Archives de la Marine conservées aux Archives nationales, 2e éd. Complétée et mise à jour par Philippe Henrat, Vincennes, Service historique de la Marine, 1991 ; et Erik Le Maresquier, Guide du lecteur des Archives de la Marine, État des répertoires et inventaires, Éléments de bibliographie, 3e éd., Vincennes, Service historique de la Marine, 1995. Ces publications font l’objet de remises à jour régulières.

2 Voir sur ce sujet l’article « L’ancienne base de sous-marins de Lorient-Keroman, réhabilitation et réaffectation », L’archéologie industrielle en France, n° 32, octobre 1998, p. 79-91.

3 Lorsque le service ne dispose pas en propre d’une capacité d’enregistrement et de reportage, il est bon de faire financer l’appel à des professionnels qui prendront en charge ces responsabilités. Nous avons ainsi travaillé avec le réalisateur Pierre Le Flao, qui a apporté son expérience et sa propre vision des choses. Il a été également possible de prêter du matériel professionnel aux ouvriers et aux marins qui ont filmé par eux-mêmes des séquences significatives auxquels ils étaient les seuls à pouvoir assister.

Auteur

Conservateur du Service historique de la Marine à Lorient

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540