Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

Qu’apportent les archives à la connaissance du patrimoine industriel ?

Jean-François Belhoste

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Avant d’engager toute réflexion sur le type d’archives à utiliser pour étudier les vestiges matériels de l’industrie, on doit s’interroger sur la légitimité du propos. La question a sa pertinence : elle n’aurait, a-t-on pu dire, rien à gagner à recourir aux sources documentaires dans le cadre d’une acception stricte de ce qu’on appelle l’archéologie industrielle, l’étude matérielle de l’industrie. Les arguments étaient de deux ordres, l’un de forme, l’autre de fond. Le premier invoquait l’urgence, le fait que les archives restaient disponibles à long terme, tandis que les vestiges risquaient à tout moment de disparaître ou du moins d’être profondément perturbés. Le second s’appuyait sur le postulat qu’une démarche reposant sur l’examen de restes matériels devait éviter tout présupposé et appréciations antérieures, forcément subjectives. L’opinion communément admise n’est cependant pas celle-ci. Il est généralement reconnu que lorsque la documentation existe, le plus raisonnable est d’en faire un usage optimal. On peut, en effet, proposer des objections au refus préalable de l’écrit. Au motif d’urgence, il peut être rétorqué que la consultation préalable d’archives économise précisément du temps d’étude archéologique. L’urgence ne peut, du reste, être considérée comme critère absolu. Elle est partout tant se multiplient les chantiers de démolition et les remplacements d’équipement. C’est l’utilité finale de ce qui est entrepris – plus assurée dans le cadre de programmes bien sélectionnés – qui doit conditionner les choix d’intervention, plutôt que les impératifs du temps qui passe toujours trop vite. La destruction est de toute façon, dans la majorité des cas, inévitable – et, disons-le, nécessaire. L’argument de principe – d’ordre épistémologique – est plus délicat à discuter. Il faut cependant avouer qu’il est le plus souvent très difficile sinon impossible de comprendre le sens de vestiges qui sont généralement incomplets, dépareillés et inactifs. Les textes et dessins sont donc seuls à pouvoir fournir des clefs pour interpréter des fonctionnements, à suggérer qu’elles étaient les parties manquantes, à pouvoir recomposer l’organisation du tout.

2L’observation de sites, bâtiments ou objets apporte, en revanche, un point de vue tangible – même sensible – que les textes et l’iconographie sont impuissants à restituer tant au niveau des volumes, et donc de l’insertion dans l’espace, que des matériaux mis en œuvre. Ce constat amène à renverser une opinion communément admise. Si l’histoire est nécessaire pour interpréter ce que nous trouvons sur le terrain, à l’inverse, ces découvertes apportent des renseignements inédits et engagent à traiter autrement les sources documentaires. Il n’est pas évident que les historiens, même les plus concernés comme ceux de l’économie ou des techniques, aient cette opinion. L’archéologie, qu’elle porte sur les sites industriels, l’architecture ou les objets, n’est souvent considérée que comme une discipline d’accompagnement sans concepts ni méthodologie propres.

3Ceci dit, la pratique la plus répandue est bien celle d’une mise à contribution croisée de toutes les sources – écrites, iconographiques, matérielles –, et plus précisément d’allers et retours dont il convient bien entendu d’avoir fixé préalablement les règles.

4Il est clair aussi que la documentation disponible varie selon les périodes. Avant le xviiie siècle les sources sont peu nombreuses et laconiques. La mise à contribution de tout ce qui se présente est une nécessité. Il arrive même que les vestiges soient plus abondants et davantage expressifs. Il est rare surtout que les sources écrites et archéologiques se rencontrent parfaitement sur le même objet. On reste donc dans le domaine de l’hypothétique, des raisonnements indirects et des extrapolations. C’est presque l’inverse qui se produit pour les périodes récentes. La documentation est généralement pléthorique, ce qui impose l’identification préalable des questions à résoudre, de façon à interroger les meilleures sources. Dans tous les cas, une stratégie de recherche est nécessaire pour exploiter au mieux de maigres données disponibles ou au contraire faire le tri dans une documentation trop abondante.

5Après ce préambule, nous allons chercher à dresser l’état de ce qui peut être consulté, en fonction par conséquent des objectifs attendus.

L’identification du patrimoine industriel

6La première tâche à laquelle est confrontée l’archéologie industrielle, c’est la reconnaissance de ses éléments, c’est-à-dire l’identification de la fonction industrielle des vestiges qu’elle se propose d’interpréter. La proposition peut sembler surprenante, tant paraissent aisément reconnaissables les sites et objets de l’industrie contemporaine. Mais la démarche se heurte en fait à un obstacle de fond, l’oubli qui frappe les activités de production et rend généralement le caractère industriel des bâtiments, équipements et paysage, rapidement méconnaissable. Le premier travail consistera par conséquent à glaner toutes les mentions disponibles d’industries anciennes, aussi précisément localisées que possible.

7Il arrive qu’on veuille se limiter à l’étude du site, préalablement identifié. Mais le plus fécond est d’envisager une étude sérielle portant sur un ensemble. Celui-ci doit donc être défini. Plusieurs cas sont envisageables. Il peut s’inscrire dans une zone géographique, concerner un secteur industriel donné, avoir des limites chronologiques. Des exemples permettront d’illustrer la variété des méthodes.

Le Repérage départemental de l’Inventaire général

  • 1 Les résultats ont été publiés dans la collection « Indicateurs du Patrimoine » des Éditions du Pat (...)
  • 2 Voir la communication de Marina Gasnier dans la présente publication.

8C’est en 1985 que l’Inventaire général a entrepris de procéder au recensement systématique des vestiges les plus marquants de l’industrie, c’est-à-dire de ceux dont l’identification résulte d’une enquête minimale. Le territoire d’étude est le département. Jusqu’à récemment, ce repérage portait sur les bâtiments et machines antérieurs à 1950. La limite a été repoussée à 1970. Pour la douzaine de départements où l’opération est achevée, ce sont entre 300 et 500 sites qui ont été recensés1. Les résultats font l’objet d’une publication dans la collection des Indicateurs du Patrimoine (Éditions du Patrimoine). Un travail de ce genre effectué dans le département d’Ille-et-Vilaine a fait ressortir 254 sites2. Il a permis d’illustrer d’une façon on ne peut plus concrète la diversité et l’ancienneté de l’industrie bretonne, qui n’a pas été seulement agroalimentaire mais faite d’activités aussi variées que le travail du lin et du cuir, l’exploitation minière, la métallurgie ferreuse et non ferreuse, la construction navale, la verrerie et la production de chaux.

  • 3 Recensement critique de la documentation à consulter dans Catherine Manigand-Chaplain, Les sources (...)

9Pour procéder à ce genre de recensement, il convient d’enquêter rapidement sur le terrain, mais pas sans avoir consulté la documentation de base3. Ce sont d’abord les cartes (IGN 1/25 000, état-major, Cassini…). Ensuite les diverses enquêtes statistiques (enquêtes industrielles de 1840-1844 et 1861-1865, statistiques préfectorales de la série M, statistiques sectorielles : hydraulique, minière, sidérurgique, papetière, meunière…), les dictionnaires topographiques, les dossiers d’autorisations d’établissements insalubres et de machines à vapeur, ou encore ceux de la reconstruction dans les régions concernées.

10Le principe, répétons-le, n’est pas cependant celui de la monographie. L’étude vaut surtout parce qu’elle est sérielle et qu’elle aboutit à un ensemble de petites notices, avec photographies, qui identifient et décrivent de façon minimum les sites en question.

Inventaire des hauts fourneaux

11Avec cet inventaire sectoriel, on est confronté à la recherche de vestiges qui cette fois peuvent remonter à la fin du xve siècle, époque où l’instrument en question – le haut fourneau – est venu bouleverser l’industrie du fer dans l’Ouest de l’Europe.

12Les établissements sidérurgiques du xixe siècle sont en fait relativement bien connus, grâce aux demandes d’autorisation qui devaient être déposées au service des Mines (séries F14 aux Archives nationales et S aux Archives départementales). Les plans et dessins annexés suffisent, en général, à les localiser et en comprendre la disposition générale. On peut suivre les évolutions de xixe siècle grâce à la Statistique minérale et remonter au xviiie siècle en s’appuyant sur les premières grandes enquêtes nationales, celles de 1772 et 1788. Il reste cependant, d’abord, à interpréter les vestiges identifiés – ce dont nous reparlerons plus loin – mais aussi à repérer les installations antérieures. Le constat résultant à la fois du travail d’archives et de l’investigation archéologique est, en effet, une mobilité relativement surprenante des établissements entre le xvie siècle et le xviiie siècle. Aux régions d’implantation initiale que furent notamment la Normandie et la Bourgogne, dès la fin du xve siècle, succédèrent au xviie siècle la Bretagne et le Berry, avant que la production de fonte – celle de hauts fourneaux – se concentre en Champagne, puis en Lorraine.

  • 4 Pour une illustration de la méthode, voir Jean-François Belhoste, Yannick Lechebonnier et alii, La (...)

13Or une méthode d’identification relativement rapide est heureusement disponible. Elle consiste à repérer dans les zones que l’on suppose à partir d’un travail documentaire préalable (sur la toponymie, par exemple) avoir été sidérurgiques, la présence de larges retenues d’eau, ce qu’exigeait la marche continue des forges et surtout des hauts fourneaux qui restaient à feu plusieurs mois de suite4. Les étangs en question peuvent subsister ou être simplement détectables, quoiqu’asséchés, sur une carte, au vu du tracé du cours d’eau. L’enquête de terrain permet généralement de confirmer ce fait, par la nature particulière des terrains autrefois submergés et la découverte fréquente de restes d’anciennes chaussées qui sont le plus souvent des édifices d’une certaine ampleur. Ce constat étant fait, la confirmation vient de la collecte de résidus particuliers qu’on appelle laitiers aisément reconnaissables par leur consistance vitreuse.

14L’identification de tels sites, réduits souvent à leur plus simple expression, autorise donc une localisation précise et une cartographie. Il reste bien sûr à les comprendre. L’enquête de terrain sommaire renseigne sur le positionnement des équipements par rapport au réseau hydraulique, permet de discerner le plan d’ensemble, la disposition relative des bâtiments de production, de stockage et d’habitation. Elle ne fournit cependant que peu d’éléments de datation (éventuellement certains indices d’ordre architectural) et ne permet pas non plus de comprendre le fonctionnement de la réduction du minerai en fonte et sa transformation en fer martelé, ce qui constituait l’activité des grandes forges en question. Pour ce faire, le retour aux documents est indispensable et fournit les bases d’un travail archéologique plus poussé.

Inventaire des manufactures de drap de Louviers

15Ce dernier exemple permet d’évoquer à la fois l’implantation industrielle en milieu urbain et les problèmes spécifiques que pose la tendance inéluctable à évacuer les ateliers des centres-villes et à en effacer toute trace tangible. S’il est particulièrement net à Paris, capitale non seulement politique et culturelle, mais de tout temps aussi capitale industrielle, technique et scientifique, qui n’en conserve cependant que peu de marques, le phénomène vaut aussi pour les nombreuses villes petites et moyennes qui ont accueilli toutes ces industries traditionnelles, particulièrement peuplantes, qu’étaient surtout les industries textiles, mais aussi celle du cuir ou encore celles qui transformaient ces matériaux aussi bien que les métaux et les bois.

  • 5 Jean-Michel Chaplain, La Chambre des tisseurs. Louviers : cité drapière 1680-1840, Seyssel, Champ- (...)

16Ce genre de travail a été effectué sur la ville de Louviers, ancien centre drapier, où furent installées à partir de la fin du xviie siècle des manufactures produisant des tissus de laine – ou draps fins – confectionnés à partir de laines importées d’Espagne et vendus une fois teints et apprêtés dans toute l’Europe, et d’abord à Paris. La première tâche, là aussi, a été l’identification. Malgré les destructions de la dernière guerre, les vestiges y restent, en effet, nombreux. À part quelques bâtiments de taille et d’architecture suffisamment expressives pour qu’on puisse supposer qu’ils aient eu une fonction particulière, validée par une enquête sommaire, la plupart des bâtiments aujourd’hui réoccupés – depuis longtemps d’ailleurs – par des habitations ou des commerces ont perdu toute référence à leur ancienne affectation. L’identification ne peut donc se faire sans recours à la documentation, en l’occurrence l’ancien cadastre (de 1823) et les matrices correspondantes. La recherche de Jean-Michel Chaplain a ainsi révélé qu’à cette date environ 80 parcelles étaient occupées par des activités industrielles et qu’une soixantaine comportait encore en 1977 des parties anciennes5. La confrontation au terrain montre même que la plupart de ces édifices sont des constructions en pans de bois, de facture traditionnelle, quasiment identiques, du reste, aux édifices environnants et susceptibles donc d’être facilement reconvertis, ce qui explique leur conservation.

17Un travail ultérieur, conduit cette fois à partir des archives de l’enregistrement (séries IIC et Q) et du notariat a permis d’établir la chronologie de l’implantation, de la cartographier et de préciser autant que possible la date de construction des bâtiments et l’évolution de leur affectation. L’expansion progressive de l’industrie drapière dans la ville, le long des cours d’eau, la façon dont elle s’est imposée au détriment d’industries de la toile et du cuir plus anciennes, la division du travail qui la caractérisait – marquée notamment par l’affectation de bâtiments spécifiques pour la teinture et le foulonnage – ont pu être ainsi mis concrètement en évidence. On a aussi rendu compte de la façon dont la mécanisation de la filature, au début du xixe siècle, a fait naître de nouvelles usines hydrauliques, construites en briques et installées dans la ville et ses faubourgs sur des bras de l’Eure dont certains ont été aménagés pour l’occasion. C’est la morphologie urbaine qui s’est ainsi trouvée largement expliquée par ce développement de l’industrie lainière.

  • 6 Emanuelle Le Roy Real, Elbeuf, ville drapière, Itinéraires du Patrimoine, n° 50, Rouen, ministère (...)

18La problématique et la méthode sont naturellement susceptibles d’être appliquées à de nombreuses villes ou parties de ville. Un travail similaire, concernant toujours l’industrie lainière, a été ainsi effectué pour Elbeuf et Sedan6. Il a également été entrepris pour le quartier des Gobelins à Paris, où dès le xve siècle, le long du cours de la Bièvre, se sont implantées des teintureries, relayées au xviie siècle par des manufactures de draps et de tapisseries dont les bâtiments subsistent en partie.

L’Interprétation

19L’identification à laquelle conduit la démarche du repérage permet de localiser et dater grossièrement les sites, bâtiments et machines. Elle ne vise pas une datation précise des parties constituantes qui composent l’ensemble et qui sont, au bénéfice du reste de l’étude archéologique, très rarement contemporaines. La vocation de l’industrie l’amène, en effet, à changer régulièrement ses procédés et organisations, en fonction des évolutions techniques et commerciales. Elle modifie donc sans cesse l’affectation de ses installations immobilières, dont la durée de vie est plus longue que les équipements qu’elles abritent. C’est bien la succession de ces usages, autrement dit des modes d’occupation, qu’il s’agit de retrouver. Aux enveloppes bâties, plusieurs fois évidées, il faut associer des dispositifs, des processus de travail dont on a pour ainsi dire perdu toute trace matérielle. Cette interprétation archéologique impose par conséquent le recours à la documentation écrite. Mais la situation se présente différemment selon l’ancienneté des vestiges.

  • 7 Duhamel Du Monceau, L’art de la draperie, Paris, Académie des sciences, 1765.

20Pour les manufactures de Louviers évoquées ci-dessus, comme pour d’autres industries urbaines traditionnelles, il est nécessaire de faire usage de toutes les descriptions et images disponibles, trop rares en effet pour qu’aucune soit négligée. L’industrie du drap fin des xviie et xviiie siècles bénéficie d’une iconographie particulièrement riche, qui détaille la vingtaine d’opérations successives nécessaires, depuis le filage jusqu’aux derniers apprêts, à l’élaboration d’une longue pièce teinte et passée à la presse chaude : ce sont les planches de l’Encyclopédie, mais aussi celles qui illustrent le volume de la Description des Arts et Métiers qui lui est consacré7. Mais il reste à faire le lien entre ces images et le cadre bâti que nous offrent les vestiges. Il convient pour cela d’exploiter au mieux les descriptions que fournissent en particulier les inventaires après décès des marchands-fabricants, ainsi que les baux et actes de vente conservés dans les fonds notariaux de la ville. Admettons cependant qu’un lien direct entre ces descriptions et le patrimoine est très rarement perceptible. Les transformations sont généralement trop importantes et les informations trop imprécises pour qu’il soit possible de faire mieux qu’une mise en perspective générale, sans pouvoir reconstituer l’organisation spatiale du travail et la disposition des outils et machines qui n’ont le plus souvent laissé aucune marque d’ancrage. Il n’empêche que cette appréciation globale rend bien compte de l’extrême division du travail, des circulations de personnes et des va-et-vient du produit en train de se faire, ne serait-ce que pour atteindre les moulins à foulon qui tous se trouvaient dans les bourgs environnants. Un lien de toute façon peut aussi être établi entre la technique constructive et l’occupation des lieux. Le caractère modulaire du pan de bois, qui se prête bien aux adjonctions successives, explique ainsi les surélévations qui intervinrent au xixe siècle lorsque la mécanisation de la filature fit croître le nombre de métiers à tisser encore non mécanisés qui occupaient le centre-ville.

21Un même genre de démarche peut s’appliquer à l’étude des usines sidérurgiques. Pour comprendre le fonctionnement d’un haut fourneau, il faut pouvoir interpréter les simples massifs en maçonnerie, seuls le plus souvent à être conservés. Il convient pour cela de restituer les équipements annexes, ceux de l’approvisionnement en bois et minerai et de la soufflerie, ainsi que le chemisage interne, régulièrement refait, dont la forme conditionnait la marche du fondage, et donc de la qualité des fontes obtenues. Certains éléments de ces équipements peuvent subsister : halles à charbon de bois, rampes d’accès, morceaux de tuyauterie, dispositifs hydrauliques… Mais ce sont les devis, expertises et inventaires divers qui apportent les informations indispensables à la reconstitution du tout, dont on ne conserve que des éléments disparates, et à établir la chronologie des transformations. Plusieurs études conduites dans différentes régions ont ainsi permis de dresser un tableau relativement précis de l’évolution du haut fourneau du xvie siècle à nos jours.

  • 8 Monographies sur plusieurs grandes usines du xxe siècle (haut fourneau d’Uckange, usine Solvay à S (...)

22À ces exemples d’industries relativement anciennes, pour lesquelles les descriptions sont rares et souvent vagues, il convient d’opposer le cas des installations contemporaines, pour lesquelles le type de questions posées reste évidemment identique, mais les moyens d’y répondre assez radicalement différents8. Pour elles, on est généralement confronté à un double problème : taille et complexité des équipements d’une part, surabondance de la documentation écrite d’autre part. Un tri s’impose donc, et même l’élaboration d’un protocole d’étude qui hiérarchise les priorités dans un contexte où il s’agit le plus souvent d’intervenir rapidement.

23L’examen d’archives internes à caractère technique ou immobilier, lorsqu’elles sont disponibles, est évidemment d’un intérêt irremplaçable. Mais par souci d’efficacité, il peut être plus judicieux de commencer par utiliser une documentation plus synthétique, éventuellement extérieure à l’entreprise. Ainsi peut-on mettre à profit les dossiers élaborés par les compagnies d’assurance ou les institutions bancaires. Il est conseillé aussi de recourir aux archives des cabinets d’architecture et d’ingénierie qui dès le xixe siècle ont été sollicités pour des constructions et aménagements d’usine. Les archives Hennebique conservées à l’Institut français d’architecture (IFA) fournissent par exemple de précieuses données sur les premières filatures construites dans le Nord en béton armé. Il reste que quelles que soient leur taille et leur complexité, les grandes usines modernes, même celles de type tubulaire, caractéristique de l’industrie chimique, où l’enveloppe bâtie a pratiquement disparu sauf pour les espaces de stockage, de contrôle et d’administration, se prêtent parfaitement à une étude de type archéologique. Il faut cependant disposer des clefs nécessaires à la compréhension des « process », autrement dit des enchaînements d’opérations qui concourent à l’élaboration progressive des produits.

Conclusion

24Ces propos devraient suffire à démontrer que l’étude du patrimoine industriel doit associer l’étude documentaire à celle des vestiges matériels. La conservation in situ, ou du moins dans un cadre régional, d’archives industrielles, telle qu’elle est envisagée à Fougères, offre par conséquent une situation particulièrement favorable, puisqu’elle permet de combiner les deux approches en un même lieu. Elle maintient en outre la cohérence des divers éléments du patrimoine. Une séparation peut malgré tout être aussi envisagée. Il est intéressant, en effet, que des archives traitant d’un même thème soient rassemblées en un même endroit. Mais on ne dira jamais assez que pour développer la recherche, il convient que soient prévues, pour les étudiants et chercheurs, des conditions d’accueil adéquates et que des moyens soient mis à disposition pour faciliter leur séjour.

Notes

1 Les résultats ont été publiés dans la collection « Indicateurs du Patrimoine » des Éditions du Patrimoine. Sept titres concernent les départements de la Charente, de la Gironde, du Jura, de la Lozère, de la Haute-Marne, de l’Orne et de la Vienne. Quatre autres sont à paraître : Marne, Aube, Aude et Charente-Maritime.

2 Voir la communication de Marina Gasnier dans la présente publication.

3 Recensement critique de la documentation à consulter dans Catherine Manigand-Chaplain, Les sources du patrimoine industriel, Inventaire général, Documents et Méthodes, n° 4, Éditions du Patrimoine-Cilac, 1999.

4 Pour une illustration de la méthode, voir Jean-François Belhoste, Yannick Lechebonnier et alii, La métallurgie normande xiie-xviie siècles. La révolution du haut fourneau, Cahiers de l’Inventaire, n° 14, Caen, ministère de la Culture, 1991.

5 Jean-Michel Chaplain, La Chambre des tisseurs. Louviers : cité drapière 1680-1840, Seyssel, Champ-Vallon, 1984.

6 Emanuelle Le Roy Real, Elbeuf, ville drapière, Itinéraires du Patrimoine, n° 50, Rouen, ministère de la Culture, 1994. Isabelle Basalmo, Jean-François Belhoste, Patrice Bertrand et Gérard Gayot, La manufacture du Dijonval et la draperie sedanaise 1650-1850, Cahiers de l’Inventaire, n° 2, Châlons-sur-Marne, ministère de la Culture, 1984.

7 Duhamel Du Monceau, L’art de la draperie, Paris, Académie des sciences, 1765.

8 Monographies sur plusieurs grandes usines du xxe siècle (haut fourneau d’Uckange, usine Solvay à Salin-de-Giraud, usine Renault à Billancourt, usine Michelin à Clermont-Ferrand, etc.) dans Jean-François Belhoste et Paul Smith (dir.), Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, Images du Patrimoine, n° 67, Inventaire général, Paris, Éditions du Patrimoine, 1997.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540