Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Première partie. Archives et patrimoine industriel

De Rothschild aux prêtres-ouvriers : le monde du travail aux Archives nationales à Roubaix

Georges Mouradian

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

Pourquoi un centre des archives du monde du travail

Les raisons de la création du Centre

1Le Centre des archives du monde du travail est l’un des cinq centres qui constituent en France les Archives nationales. Il a le statut de service extérieur à compétence nationale relevant de la Direction des archives de France et du ministère de la Culture.

2Sa mission est de permettre au service public de prendre en charge les documents nés des activités économiques et sociales : archives industrielles, commerciales, bancaires, syndicales, associatives, etc., présentant un caractère de patrimoine historique national ou pour lesquelles une solution de conservation n’est pas possible dans le cadre de l’entreprise ou de l’organisation qui a produit ces archives.

3Cette initiative de l’État a été décidée par le Conseil des ministres en 1983 à une époque où la politique de nationalisation semblait devoir conférer aux pouvoirs publics une responsabilité directe sur ce type d’archives. Le contexte a changé mais la décision a été maintenue, quoique le programme ait été restreint. Ce choix correspond à une caractéristique forte du système archivistique français où le réseau des archives publiques, en place depuis deux siècles, a devancé les actions privées et n’a jamais limité son champ d’action au seul domaine des documents publics.

4Cette décision est aussi le constat d’une réalité regrettable : comparée à celle des grands pays précurseurs, soutenus par l’émergence de l’école de la « business history », l’action menée en France en faveur des archives d’entreprises, par celles-ci comme par les pouvoirs publics, a longtemps été caractérisée par une réelle carence.

5Tandis qu’en Allemagne, en Grande-Bretagne, se mettaient en place des réseaux d’archives d’entreprise, à l’initiative du patronat ou des chambres de commerce, dès avant la Première Guerre mondiale, il faut attendre 1949 en France pour qu’un service des archives économiques voit le jour aux Archives nationales.

6En trente ans d’activité ce service a permis la sauvegarde et l’ouverture à la recherche de plus de 10 000 mètres linéaires d’archives, avec des fonds prestigieux dans des domaines divers, bancaire avec par exemple Rothschild, industriel et financier avec la Compagnie du canal de Suez, transport avec les Chemins de fer du Nord…

7Cette politique de l’État a été relayée par les Archives départementales dont plus des trois quarts conservent aujourd’hui des fonds d’archives économiques. Elle a été facilitée par l’intervention de chercheurs qui, accédant à ces sources historiques nouvelles, ont œuvré pour leur sauvegarde. Enfin ce mouvement a été renforcé par les entreprises elles-mêmes, surtout à partir des années 1970.

8En effet, les grandes entreprises privées ou nationalisées qui avaient besoin d’organiser la gestion de leurs archives courantes et intermédiaires, pour des raisons d’efficacité ou pour des obligations juridiques, ont développé également, avec l’émergence de la notion de culture d’entreprise, des actions pour retracer leur histoire et mis en place des services d’archives historiques. L’expérience la plus accomplie reste à ce jour celle de Saint-Gobain mais il faut citer aussi Elf, le Crédit lyonnais et plusieurs autres.

9La naissance du Centre des archives du monde du travail, ouvert à Roubaix dans le département du Nord en 1993, s’inscrit donc à la convergence de ce double mouvement, celui de l’État et celui d’un ensemble de réalisations disparates régi par un grand pragmatisme.

10Cette réalité a tout de suite donné au Centre des caractéristiques fortes et l’a confronté à des enjeux spécifiques.

11Le Centre doit concilier son rôle national et l’obligation qui lui est faite d’éviter toute centralisation excessive pour permettre la coopération et non la concurrence avec le réseau à statuts disparates qui a émergé, d’autant que la logique veut que la conservation des archives se fasse au plus près du territoire qui les a vu naître et dont elles sont souvent identitaires.

12Pratiquant un archivage à des fins historiques le Centre doit être apte à répondre le cas échéant aux problèmes de record management et de production de masse sans la résolution desquels il est vain d’espérer sauvegarder rationnellement les documents d’intérêt historique.

13Enfin le Centre a dû innover en élargissant son champ d’action à l’ensemble du monde du travail et non aux seules entreprises.

Les archives du monde du travail

14Ce concept est relativement original et caractéristique de l’expérience française. L’État a en effet décidé de regrouper les documents produits par les différents acteurs, parfois antagonistes, des rapports sociaux de production : les entrepreneurs et le patronat, les organisations syndicales, le mouvement associatif intervenant dans le domaine économique et social. Il s’y ajoute même pour des raisons d’opportunité des secteurs plus lointains comme le mouvement sportif, l’architecture et l’urbanisme.

15Les expériences des pays voisins de la France sont différentes car ils cloisonnent en général les archives d’entreprises d’un côté, les archives syndicales et politiques d’un autre. Cela tient en grande part à l’origine des initiatives, privée chez eux, publique chez nous et aussi à l’antériorité de leur démarche à une époque où le syndicalisme et l’équivalent du mouvement associatif étaient trop jeunes pour être perçus comme champs d’étude historique.

16Le retard français a eu au moins paradoxalement cet effet positif de permettre une démarche globale. De fait la possibilité pour les historiens d’accéder simultanément aux différentes sources leur est très profitable tant elles se complètent et s’éclairent les unes les autres.

17Ce choix impose au Centre une grande rigueur déontologique pour surmonter les contradictions d’intérêt qu’il peut susciter. Il suppose aussi la présence en son sein de spécialistes de problématiques diverses, ce qui n’est pas aisé à une époque de restriction persistante des effectifs. Au contraire un service d’archives d’entreprise peut concentrer toutes ses forces sur sa mission unique.

Comment le Centre conçoit sa mission

18Il était prévu en 1983 la création de cinq centres d’État interrégionnaux pour organiser une prise en charge des archives dans leur sphère territoriale de production, les archives centrales des sièges sociaux des entreprises ou des organismes du monde du travail étant destinées à être conservées au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau.

19Le programme initial a été, pour l’instant, limité au seul centre de Roubaix. Nous avons donc la double mission, comme il est dit ci-dessus, de centraliser la prise en charge de ce type d’archives pour le compte de l’État et d’organiser le dialogue et la coopération avec les autres structures d’archivage publiques ou privées. L’État, s’il se doit d’intervenir, n’a pas vocation à exercer un monopole sur des archives d’organismes privés ou, quand ils sont publics ou nationalisés, à qui une large autonomie a été concédée.

20Quelques orientations très pragmatiques ont été établies.

21Si un fonds d’archives est proposé exclusivement à l’État, l’acceptation par celui-ci suppose que le donateur ou le déposant soit d’accord sur la localisation à Roubaix. D’ailleurs, le Service des archives économiques créé en 1949 à Paris a été supprimé et les fonds qu’il gérait ont été transférés à Roubaix.

22Dans les autres cas de figure le Centre a pour pratique de rechercher d’abord une solution de proximité, soit en soutenant un éventuel projet de service d’archives dans l’entreprise, ou interentreprises, soit en se rapprochant des services d’archives départementales ou municipales.

23Ces derniers dont la mission est de façon prioritaire consacrée aux archives publiques ont rarement la possibilité de mener une action à grande échelle en faveur des archives privées du monde du travail.

24Il faut donc faire porter nos efforts sur la relance d’un réseau spécifique tel qu’il avait été imaginé il y a presque vingt ans. Ce ne sera plus à coup sûr un réseau d’État qui ne pouvait prétendre à l’époque à un monopole, encore moins aujourd’hui où le champ des nationalisations s’est rétréci.

25Le réseau à créer sera forcément à statuts multiples, associant des services d’État, des services territoriaux, des établissements publics, des structures associatives, des structures de droit privé, des services d’archives d’entreprise ou interentreprises. Dans de nombreux cas la solution la plus efficace sera probablement mixte associant les efforts publics et privés.

26Le problème n’est pas tant de parvenir à une uniformité juridique. Il est bien plus de créer des structures d’archives du monde du travail ayant une taille critique suffisante pour que soit garantie la pérennité de l’action. Il tient également dans la capacité à mettre en place un réseau dont les éléments, autonomes les uns des autres sur le plan juridique et statutaire, n’entrent pas en concurrence mais soient complémentaires et collaborent à la sauvegarde, au traitement scientifique et à la valorisation des fonds.

27Le projet de Fougères va tout à fait dans ce sens et serait pour le centre de Roubaix un partenaire naturel. Il a pour atout des soutiens publics, un projet cohérent centré sur les sources archivistiques et patrimoniales du monde du travail, des liens forts avec l’université et la recherche, une réelle capacité à créer des liens de partenariats avec les producteurs d’archives. Il doit définir un ressort territorial à son action, qui ne peut être à frontières étanches et doit se préciser autour de la notion de Grand Ouest par partenariat.

28Une initiative de ce type ne peut en effet se construire sans des règles du jeu claires avec les archives publiques. Dans un champ territorial donné tout réseau d’archives doit se construire en s’appuyant sur les Archives départementales qui resteront la structure la plus professionnelle, la plus pérenne, la plus à même de proposer une orientation à long terme et de fournir des solutions techniques et de la formation. Il semble naturel que les fonds les plus représentatifs de l’identité territoriale soient si possible orientés vers les Archives départementales. La masse d’archives du monde du travail menacées de disparition à court terme rendrait vaine la concurrence pour détenir les fonds dont la préservation ne pose pas de problème. Cette position qui est l’axe de travail de Roubaix est partagée par les concepteurs du centre de Fougères.

29Les services d’archives publiques n’ont donc rien à craindre d’une initiative telle que celle de Fougères. Bien au contraire il faudrait une dizaine de projets de ce type pour parvenir à un maillage satisfaisant du territoire national.

30Le ministère de la Culture semble prendre conscience de cet état de fait puisqu’est prévue courant 2001 une mission coordonnée par la Direction du développement et de l’action territoriale et encadrée par la Direction des archives, pour dresser un tableau actualisé des lieux ressources à soutenir pour assurer une action en faveur des archives du monde du travail. Il faut espérer qu’une telle initiative débouchera sur des aides concrètes auxquelles Fougères aura vocation à poser sa candidature.

31En résumé notre politique serait plutôt de concentrer à Roubaix tous les fonds d’archives dont l’importance dépasse les capacités d’un service local, avec une priorité aux fonds dont l’identité est d’abord nationale sans un enracinement territorial fort. Roubaix intervient aussi en urgence pour sauvegarder et classer des fonds le temps qu’une solution autonome voit le jour.

32La fonction du centre de Roubaix est donc d’être à la fois un service national de conservation et une tête de réseau productrice de services et d’actions en partenariat.

33On peut évoquer, à titre d’exemples, l’organisation de stages de formation et l’accueil de stagiaires individuels français ou étrangers, notamment durant le deuxième semestre 2000 une archiviste égyptienne pour l’initier à la constitution d’une base de données sur nos documents concernant son pays. Nous réalisons aussi des outils méthodologiques (manuel de traitement de certaines catégories d’archives, cadres de classement, listes typologiques de description de dossiers). Nous participons également à des programmes de recherche sur les délais de conservation, les critères de sélection des fonds entiers ou à l’intérieur de séries (dossiers de personnels, comptabilité, archives techniques), l’application de la norme Isad-G à la description de nos fonds et dossiers.

34Il s’y ajoute la question de la production de plus en plus généralisée de documents électroniques.

35Notre mission est certes principalement tournée vers les archives définitives, dites historiques, et, au contraire de nos confrères travaillant dans les entreprises, nous n’avons pas la contrainte stricte d’une rentabilisation financière immédiate de notre action, mais je souligne à nouveau que nous ne pouvons méconnaître les problèmes de gestion courante et intermédiaire. Les trois âges des archives, courantes, intermédiaires et définitives ne sont pas trois cycles de vie cloisonnés : les documents d’intérêt historique doivent être repérés et codifiés le plus tôt possible. Avec l’émergence des archives électroniques le congrès international de Séville en septembre 2000 a démontré avec force que l’intervention de l’archiviste doit se situer le plus en amont dans le processus de production des informations. Un séminaire est organisé à ce sujet en mars 2001 par la Direction des archives de France pour un premier bilan d’étape des expériences en cours et la diffusion de conseils et de normes.

Données générales sur le Centre

Description et données chiffrées

36Le Centre a été installé dans une ancienne filature de coton dont la partie la plus ancienne, inscrite aux Monuments historiques, date de 1864 et est principalement consacrée à l’action culturelle. Les archives sont dans un bâtiment de la fin du xixe siècle en continuité du premier. L’ensemble a été réhabilité par l’architecte Alain Sarfati pour un budget global de 150 000 000 francs.

37L’effectif actuel est de 21 agents : un conservateur général, directeur, trois conservateurs adjoints, quatre documentalistes, trois administratifs et dix magasiniers, techniciens et agents de service. Le budget annuel est d’environ 5 000 000 à 6 000 000 francs, non compris les salaires.

État des fonds

38Le Centre conserve en 2001 plus de 800 fonds différents, représentant près de 20 km linéaires de rayonnages sur les 50 km disponibles. Plus des deux tiers de ces fonds sont des archives d’entreprises, le reste se répartissant en archives d’architecture (environ 15 %), archives syndicales et associatives (environ 15 %). Un état descriptif précis des fonds conservés est consultable sur le site internet du centre à l’adresse http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/​camt/​. Les inventaires nouveaux sont directement mis sur le site internet, leur réalisation étant assurée par notre application informatique « Armoni ». Les plus anciens font l’objet d’un programme de numérisation et de codage selon la norme EAD et sont mis en service sur le site au fur et à mesure.

39Les secteurs d’activité les mieux représentés sont les travaux publics, le textile, la métallurgie, la construction mécanique, la construction navale, le transport ferroviaire et naval, la banque, les assurances, les autres établissements financiers, le syndicalisme patronal, le syndicalisme enseignant, les mouvements du christianisme social avec en particulier les papiers des prêtres-ouvriers, les associations de lutte contre la pauvreté, le Secours populaire, Emmaüs, les Restos du cœur…, l’ingénierie et l’architecture.

40Nos fonds remontent pour les plus importants au milieu du xixe siècle, mais le retard signalé en introduction à prendre en charge a entraîné des pertes irrémédiables et la majorité des archives sont plutôt représentatives du xxe siècle.

41Il faut signaler l’importance croissante dans ces fonds des documents photographiques, films ou vidéo.

Collecte et statut des fonds

42Les grandes entreprises nationalisées, de par leur taille et leur potentiel financier, ont en général été à même de gérer leurs archives historiques en créant des services confiés à des conservateurs professionnels. Ce droit leur a été concédé par leur tutelle étatique. Le Centre des archives du monde du travail a avec elles des relations de conseil, de contrôle et de partenariat technique. Nous avons cependant certaines filiales (EDF), et les compagnies avant la nationalisation pour la SNCF. Le Centre est par contre le destinataire naturel des archives des entreprises nationalisées cessant leur activité comme Charbonnages de France.

43Il s’agit dans ce dernier cas d’un versement qui suit les procédures législatives et réglementaires du droit français des archives.

44Les archives privées font l’objet d’un accord conventionnel entre l’État et le propriétaire. Il s’agit soit d’un don avec transfert de propriété à l’État, soit le plus souvent d’un dépôt avec maintien de la propriété privée. Les conventions passées entre les deux contractants fixent les règles de communicabilité et de reproduction, dans des conditions en général plus libérales que les règles des archives publiques.

45La coopération concernant les fonds privés peut être renforcée par une procédure de protection au titre des monuments historiques, inscription ou classement. C’est le cas par exemple des archives de la Compagnie générale transatlantique.

46Le Centre intervenant dans un contexte de conservation patrimoniale ne propose que des prestations gratuites. Il lui faut d’ailleurs éviter d’être concurrentiel avec les sociétés privées d’archivage. Si nous sommes amenés fréquemment pour des raisons d’urgence à anticiper la prise en charge de dossiers très récents, nous ne garantissons pas au déposant une gestion de type record management. C’est à lui, au moyen des inventaires ou bordereaux réalisés, que peut incomber les recherches nécessaires à sa gestion. Dans la pratique nous nous substituons souvent à lui, en particulier pour toutes les recherches en vue d’établir les droits des personnes.

47L’informatique nous assure la gestion de la conservation, espace disponible et localisation de chaque dossier, ainsi que les communications. Les mouvements sont assurés par un système de lecture de codes barres relié à la mémoire centrale. Cette application informatique permet aussi une description normalisée de l’article et une production de l’inventaire dans l’ordre de cadres de classement ouverts, à trois niveaux hiérarchiques, modélisés pour chaque catégorie de fonds.

Valorisation

48Le Centre des archives du monde du travail de Roubaix ne développe pas d’action de type muséographique comme le prévoit le projet de Fougères. Nous privilégions plutôt un partenariat avec les musées de société et les structures chargées du recensement du patrimoine industriel pour assurer les complémentarités nécessaires. En effet il n’y a pas de frontières étanches en matière de patrimoine et certains documents ou dossiers ayant incontestablement statut d’archives peuvent intéresser un musée chargé de constituer une collection comme certains objets muséographiques peuvent intéresser un centre d’archives moins par eux-mêmes que dans une continuité sérielle. Il faut donc agir en commun pour éviter qu’une démarche de collecte sélective aboutisse à l’élimination du reste d’un fonds.

49En se centrant sur les archives, dans les conditions qui viennent d’être précisées, Roubaix a donc une action de valorisation privilégiant les représentations historiques du monde du travail, les initiatives autour de la mémoire des acteurs des rapports de production ou du mouvement social, et les rencontres sur l’actualité économique et sociale replacée dans la perspective de l’histoire. Nos modes privilégiés sont donc l’exposition, la publication, le colloque ou le forum. 50 % de notre espace est consacré aux lieux de rencontre et d’action culturelle, ce qui est un ratio très inhabituel dans les services d’archives et même dans l’ensemble des institutions patrimoniales.

Autor

Conservateur général du Patrimoine, directeur du Centre des archives du monde du travail de Roubaix

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540