Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Introduction

Claude Geslin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La vie industrielle en Bretagne. Une mémoire à conserver : est la publication des Actes du colloque national « Archives et Mémoire de la vie industrielle en Bretagne. Les entreprises et les hommes » organisé par le Centre de recherches historiques sur les sociétés et cultures de l’Ouest (CRHISCO), UPRES-A CNRS, et qui s’est tenu les 2, 3 et 4 décembre 1999 à l’Auditorium de l’ancien couvent des Urbanistes de Fougères, l’une des villes bretonnes les plus marquées par l’industrialisation depuis le milieu du xixe siècle. Précédé dans la soirée du 2 décembre par une conférence publique donnée par Jean-François Belhoste sur « L’industrie revisitée : vingt ans de recherche sur le patrimoine industriel en Bretagne et ailleurs », le colloque proprement dit a été ouvert officiellement le vendredi 3 par Jacques Faucheux, maire de Fougères, et Michel Lagrée, directeur du CRHISCO.

2Un des objectifs du colloque était de rappeler, par diverses études de cas (économiques et sociaux), l’ancienneté, la variété et la permanence de l’industrie en Bretagne, malgré la forte prédominance jusqu’à un passé récent de la civilisation rurale et du monde agricole. C’est une industrie qui a évolué dans l’espace au cours des âges, sachant finalement s’adapter aux contraintes du moment, glissant du centre de la Bretagne et des campagnes vers les villes et les côtes au xixe siècle, avec une tendance de plus en plus marquée aujourd’hui à s’installer dans la partie orientale, de la Basse Loire à la région malouine, en passant par la région rennaise, Vitré et Fougères. Ce programme fut réalisé lors des deux séances de la dernière journée du colloque. « Aspects économiques de l’histoire industrielle » et « Regards sociaux » constituent ainsi les seconde et troisième parties de cette publication.

  • 1 Dans la revue Arts de l’Ouest, éditée par les Presses Universitaires de l’université Rennes 2 – Ha (...)
  • 2 Plus largement, le passé industriel de la Bretagne commence à intéresser un public de plus en plus (...)

3Il s’agissait surtout peut-être de montrer la nécessité de sauvegarder la mémoire de cette industrialisation. Sur le plan national, on connaît l’action fondamentale du CILAC et de sa revue, L’Archéologie industrielle, on connaît également celle de personnalités comme Louis Bergeron. En Bretagne aussi, depuis une vingtaine d’années maintenant, on s’intéresse de plus en plus au « Patrimoine industriel » et l’on retiendra quelques initiatives qui ont marqué cette période : la publication, sous la direction de Xavier Barral I Altet de l’ouvrage Archéologie industrielle en Bretagne1, le colloque du CILAC tenu à Trégastel en 1991, les journées du Patrimoine industriel organisées en 1992 et 1994 par l’Institut culturel de Bretagne, le patrimoine industriel étant depuis largement intégré dans les journées du Patrimoine (au risque peut-être de perdre un peu de son identité ?), l’action de Bernard André et de Jean-Yves Andrieux, ce dernier n’ayant pu malheureusement être des nôtres pendant ce colloque, une multitude aussi d’opérations locales de sauvegarde ou de réhabilitations de sites industriels, depuis la vieille forge de l’époque moderne jusqu’aux bâtiments industriels plus récents (comme la Manufacture des Tabacs à Nantes). Ces initiatives sont l’œuvre de bénévoles passionnés, d’associations, mais aussi de municipalités ou de conseils généraux : Parc d’Armorique dans le Finistère avec les Moulins de Kérouat, auxquels on a adjoint une tannerie, utilisation de Rmistes en Ille-et-Vilaine pour aider les bénévoles de l’association « Villages et Patrimoines » à la réhabilitation du site de la Brutz, à Teillay, aux confins de l’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique ; les fours à chaux de Chartres-de-Bretagne, les mines de Pont-Péan et bien d’autres sites sont aussi concernés. Sauvegarder la mémoire industrielle, c’est encore le but de cette initiative nantaise consistant à déposer dans l’une des salles des bâtiments LU, dont une tour au dôme restauré se dresse à nouveau fièrement près de la gare, des objets représentant une mémoire du xxe siècle qui resteront enfermés hermétiquement pour n’être découverts qu’en l’an 2100 ; Edmond Maire y a ainsi déposé la « Mémoire de la fonte », une plaque de fonte noire représentant sainte Barbe, la patronne des mineurs, que lui avait offert le syndicat CFDT des houillères de Lorraine. Sans doute faudrait-il faire un inventaire systématique de toutes ces initiatives sur l’ensemble de la Bretagne historique. C’est d’ailleurs un peu l’objectif que s’est fixé pour ces prochains mois la section « Culture et Patrimoine économiques, scientifiques et techniques » de l’Institut culturel de Bretagne2. Le colloque se situait bien sûr dans la continuité de cette démarche qu’il est bon de rappeler avec force par intervalles.

4Mais, autant que la conservation du bâti, des machines ou des objets, il est indispensable aussi de sauvegarder les archives industrielles dans leur diversité. Ce sont les archives d’entreprises, qui permettent de saisir la vie de l’établissement, son évolution, la vie des femmes et des hommes, celle des enfants aussi pendant longtemps !, qui y ont exercé leur activité, leurs techniques, etc. Ce sont encore les archives des coopératives et du mouvement mutualiste, intimement liés à l’industrialisation et qui jouent un rôle tellement important en Bretagne (ne parle-t-on pas de 25 000 emplois dans les coopératives et de plus de 600 000 adhérents aux mutuelles dans le seul département de Loire-Atlantique en 1999 !). Ce sont enfin les archives des organisations professionnelles, des syndicats ouvriers aux syndicats patronaux, en passant par les syndicats de cadres. Beaucoup de ces archives sont menacées en permanence et, avec leur disparition, c’est à chaque fois la destruction d’un pan irremplaçable de la mémoire industrielle de la Bretagne.

  • 3 La déclaration, faite le 27 juillet 2000 à la sous-préfecture de Fougères, a été publiée sous le n (...)

5La tâche est immense. Certes, des efforts considérables ont été réalisés, tant au niveau de l’État (dans le cadre des Archives départementales) qu’à celui des collectivités locales (Archives municipales), mais aussi dans le cadre associatif (CHT de Nantes). Partout cependant des problèmes de place se posent pour le stockage. Ne faudrait-il donc pas envisager la constitution d’un centre régional spécialisé dans la collecte de ces archives et cela au niveau de la Bretagne historique, voire du Grand Ouest, à l’image, mais avec une autre structure, d’ailleurs à inventer, de ce qui s’est passé à Roubaix avec le « Centre d’archives du monde du travail » ? Ce centre, bien sûr, n’aurait aucune prétention hégémonique, car la meilleure solution sans doute, lorsque c’est possible dans de bonnes conditions, est de conserver les archives sur place, mais il devrait au contraire être l’élément fédérateur des diverses initiatives. C’est ce qu’a pensé la petite équipe, issue des milieux universitaires et socioéconomiques, qui réfléchit depuis plusieurs années déjà à la réalisation d’un tel centre régional, agrémenté d’ailleurs d’un projet muséal retraçant l’histoire de l’industrialisation de la Bretagne, et qui souhaiterait voir son installation dans une ancienne usine de chaussures de Fougères, ville marquée par un riche passé industriel et par une brillante reconversion contemporaine dans ce domaine. La décision de tenir le colloque à Fougères n’était donc pas totalement neutre ! D’ailleurs, le 2 décembre 1999, une association porteuse du projet était créée sous le nom d’« Association de préfiguration du Centre d’archives industrielles et du monde du travail3 », avec le souhait que le colloque qui allait suivre apparaisse un peu comme son manifeste. Depuis, pour diverses raisons, les choses ont quelque peu évolué et l’implantation de ce centre à Fougères même, toujours vivement souhaitée, n’apparaît plus comme un impératif absolu. Quoi qu’il en soit les archives, ainsi que l’aspect « patrimonial », sont évoquées plus particulièrement dans la première partie de cette publication, mais elles sous-tendent bien évidemment les contributions de l’ensemble de l’ouvrage.

6On retiendra enfin les principaux enseignements de ces journées fougeraises. Il faut insister en premier lieu sur la richesse des communications et leur grande diversité ; cela permet d’envisager une multitude d’angles d’attaque pour l’étude d’une industrie variée et ancienne et qui, dans de nombreux secteurs, est de plus en plus vivante et innovante.

7On a pu observer également la diversité des disciplines représentées : archivistes (d’État ou d’entreprises), géographes, sociologues, juristes, historiens bien sûr ont animé ces journées. Mais au-delà, c’est aussi l’osmose qui s’est faite entre universitaires et hommes de terrain. La table ronde a été particulièrement révélatrice à cet égard. Se trouvaient ainsi réunis au niveau des participants : Jean Franco, de l’ICB, Arnaud Biette, responsable d’une association nantaise de protection du patrimoine industriel, mais aussi différents relais du patrimoine au niveau d’une ville (Jean Hérisset), de la DRAC (Marina Gasnier), de l’Éducation nationale (André Le Coroller), tandis que l’on notait dans la salle la présence de responsables de plusieurs associations locales de défense du patrimoine industriel. C’est là le signe qu’il peut et qu’il doit y avoir collaboration entre toutes les bonnes volontés soucieuses de préserver notre patrimoine industriel breton. Cela permet aussi de constater la multiplicité des démarches dans le domaine de l’archéologie industrielle en Bretagne dont les préoccupations portent avant tout sur le bâti, mais aussi sur les machines et sur l’objet, et dont on a évoqué l’extension logique au domaine du tertiaire.

8Ces journées ont aussi révélé la variété des lieux de collecte des archives. Certains d’entre eux dépendent de l’État, spécialisés ou non dans les archives industrielles ; c’est évidemment essentiel, mais ils ne peuvent pas tout faire et l’on peut souvent parler de saturation au niveau des locaux. D’autres lieux sont fortement liés à l’entreprise concernée ou à une entreprise repreneuse ; cela cependant ne peut se réaliser que dans le cadre de grands ensembles : SEITA, ELF-TOTAL… Mais il y a aussi des lieux militants (CHT de Nantes) s’attachant à la mémoire d’un aspect du patrimoine industriel, celui, fondamental !, des acteurs. Ces lieux de collecte, aux statuts différents, ne sont en rien concurrentiels, mais complémentaires. Ils peuvent et doivent constituer un réseau unissant de multiples partenaires car l’idée fondamentale, à la base de tout, est la conservation du patrimoine, en l’occurrence les archives, encore une fois indispensables à la conservation de la mémoire.

  • 4 Le sauvetage in extremis par l’Association de préfiguration, au début de 2001, d’archives d’une en (...)

9Surtout, peut-être, ces journées auront largement souligné la menace qui, malgré tous les efforts déjà déployés, pèse sur un grand nombre de ces archives qui constituent la mémoire des activités tant industrielles que sociales. Les sujets d’inquiétude sont nombreux et beaucoup ont été évoqués lors de la table ronde et à diverses occasions pendant la journée du samedi. Il est donc fondamental d’attirer l’attention des acteurs qui produisent ces archives sur l’intérêt de ces dernières et sur la nécessité de leur conservation. Si plusieurs syndicalistes ouvriers étaient bien présents dans la salle, il faudrait aussi pouvoir trouver le moyen de convaincre le patronat de participer à cette démarche. Il est en outre essentiel de réussir à persuader les différents partenaires, dans le domaine économique et social, comme dans les domaines politiques et institutionnels, de l’urgence qu’il y a à créer dans les meilleurs délais ce centre destiné à conserver la mémoire de la vie industrielle et du monde du travail de la Bretagne4.

Notes

1 Dans la revue Arts de l’Ouest, éditée par les Presses Universitaires de l’université Rennes 2 – Haute Bretagne.

2 Plus largement, le passé industriel de la Bretagne commence à intéresser un public de plus en plus large comme en témoigne le succès grandissant de la visite des sites industriels ouverts à l’occasion des journées annuelles du Patrimoine. Plus récemment, d’autres initiatives vont dans le même sens : l’organisation à la Cohue (musée des Beaux-Arts de Vannes) d’une exposition intitulée « Mémoire de l’industrie en Bretagne. Au-delà des clichés » (exposition photographique d’Yves Berrier), présentée du 9 juin au 18 novembre 2001 et coproduite par la ville de Vannes et le CILAC, la préparation pour l’automne 2001 par l’Agence technique culturelle régionale de Bretagne (Ploërmel) d’une exposition itinérante sur le même sujet, un projet d’exposition itinérante prévue pour 2002 sur l’Histoire industrielle de l’estuaire de la Loire, organisée par le CNAM Pays-de-la-Loire. Ajoutons la publication à Rennes à l’automne 2000 d’un ouvrage de 80 pages, La métallurgie bretonne insoupçonnée. Metal Breizh, par l’Union des industries métallurgiques de Bretagne, et celle, prévue en 2001, aux Éditions Apogée de Rennes, d’un ouvrage intitulé Mémoire de l’industrie en Bretagne (photographies d’Yves Berrier. Texte de Bernard André et Claudie Herbaut).

3 La déclaration, faite le 27 juillet 2000 à la sous-préfecture de Fougères, a été publiée sous le n° 338 dans le Journal officiel de la République française, du 9 septembre 2000, p. 4062. Son objet : sensibiliser les différents partenaires au projet de création d’un centre d’archives industrielles et du monde du travail. Siège social : 2, rue Porte-Saint-Léonard, BP 60111, 35301 Fougères.

4 Le sauvetage in extremis par l’Association de préfiguration, au début de 2001, d’archives d’une entreprise rennaise symbolique, les Papeteries de Bretagne, laissées dans un total abandon et destinées à une destruction rapide et inéluctable, montre bien l’urgence absolue d’une solution visant à conserver cette indispensable et irremplaçable mémoire de l’industrialisation de la Bretagne et, au-delà, de l’Ouest armoricain. Les archives récupérées représentent environ une tonne de documents divers, en particulier des plans (il en reste apparemment d’autres dans des caves murées sans doute pour cause d’humidité) que le maire de Fougères, Jacques Faucheux, a accepté d’entreposer provisoirement dans un ancien local industriel en cours d’achat par la municipalité, mais pour un autre usage…

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540