Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La vie industrielle en Bretagne

 | 
Claude Geslin

Préface

Louis Bergeron

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1Dans une histoire désormais vieille, en France, d’un bon demi-siècle, le souci de préserver la mémoire des entreprises – industrielles, négociantes, bancaires – à travers la conservation de leurs archives anciennes a précédé puis accompagné celui de sauver de la destruction les vestiges bâtis et la machinerie, qui sont devenus plus récemment l’objet de toutes les attentions de l’archéologie industrielle. Autour de 1980 une poignée d’administrateurs éclairés, de conservateurs et d’universitaires menaient à cet effet un combat souvent uni et identique en faveur du respect de tous les éléments constitutifs, de fait, du patrimoine historique d’une entreprise. Le sillon ouvert par Bertrand Gille a porté une riche récolte : c’est en fait à une révolution scientifique, autant qu’archivistique, qu’ont pu désormais se livrer les historiens de l’économie, particulièrement industrielle, en renouvelant toutes les problématiques, toutes les interrogations au moyen de l’analyse des fonds d’entreprises, cette mémoire individuelle et privée des grands acteurs de l’industrialisation. Ils y ont rencontré les hommes, patrons, ingénieurs, techniciens, les ouvriers et les ouvrières – et la façon de traiter l’histoire de la croissance ou de l’innovation, celle des relations sociales dans l’industrie, s’en est trouvée humanisée, colorée, enrichie. Celle des techniques aussi ; celle de l’organisation du travail ; celle des stratégies de vente, des réseaux et des filières le long desquels n’ont cessé de s’entrecroiser les circulations d’hommes de l’art, d’inventions, de correspondances et de capitaux. On s’est aperçu que l’histoire macroéconomique et l’analyse des statistiques s’arrêtaient bien souvent au seuil même de la chambre du trésor, là où le plus neuf et le plus intelligible auraient pu commencer à se laisser saisir.

2Mais que de combats ont dû être livrés, pas toujours avec succès, pour le sauvetage et l’accessibilité de ces sources magiques ! Des combats contre la poubelle et le bulldozer, au cours desquels des passionnés ont ramassé et emporté dans leur garage quelques mètres cubes de documents d’une valeur inestimable… Des combats contre des syndics de faillite superbement ignorants de la matière soumise à leurs décisions… Des combats contre tel ou tel dépôt d’archives départementales se déclarant incompétent ou hors d’état en matière d’accueil des épaves… Des combats assurés, ici et là, du soutien également passionné de directeurs départementaux de services d’archives. Et puis est venu l’exemple extraordinaire proposé par les archives de Saint-Gobain-Pont-à-Mousson, et la naissance d’un enseignement d’archivistique d’entreprise, et celle d’une association d’archivistes spécialisés. Et le projet signé Jack Lang de l’organisation de dépôts régionaux d’archives spécialisés, dont seul le premier a vu le jour… Où en est-on aujourd’hui ?

3On en est au moment dramatique où, une fois gagnés les premiers combats, une menace étrange venue d’ailleurs pèse désormais sur les archives d’entreprise : celle d’un anéantissement pur et simple par le passage à l’informatisation des données et des échanges, particulièrement fragile et volatile. Le « e-mail », une révolution plus dévastatrice pour les témoignages que ne l’a été l’invention du téléphone, cet agent secret de l’échange… Pour le vieil historien que je suis, deux révolutions en cinquante ans, c’est beaucoup. Restons-en donc aux problèmes de la sauvegarde du traditionnel et merveilleux « support papier » de l’histoire des entreprises. Ils ne sont pas minces.

4D’abord, où sont les archives classiques de l’entreprise ? Toutes les régions n’ont pas procédé au recensement systématique dont a bénéficié celle de Rhône-Alpes. Il reste des détenteurs abusifs, des trésors en danger. Pourtant la doctrine et les techniques de la sauvegarde ont progressé, grâce notamment aux interventions du CERARE, cet agent insidieux de la privatisation du service des archives…

5Deuxième interrogation : où les archives de l’entreprise doivent-elles être conservées ? Là où le souhaitent les entreprises les plus puissantes (les Houillères, par exemple, dans leurs circonscriptions régionales) ? Mais quel est le sens véhiculé par leurs choix ? Dans des lieux déterminés par les entreprises elles-mêmes (mais l’exemple de Blois n’est pas à portée d’être suivi par toute entreprise, même aux moyens déjà importants !). Aux Archives départementales – mais encore faut-il qu’elles aient les moyens d’accueil, de tri, d’inventaire. Et quel sens peut bien revêtir un siège de préfecture par rapport à une circonscription d’activité industrielle ? L’idée d’un regroupement dans une enceinte spécialisée à une échelle largement interdépartementale est certainement féconde, parce qu’elle évite les centralisations (ou les extraditions) insupportables du type Paris, rue Vieille du Temple, ou… Roubaix, cette lointaine banlieue.

6Pourtant, la différence entre une archive d’entreprise et une archive administrative est considérable. Seule la première est porteuse de vécu et d’identité locale ou régionale. D’une charge émotive ou sentimentale en somme bien supérieure à tous les arguments impératifs qu’on peut lui opposer au nom d’une gestion hiérarchisée à l’échelle nationale. Si l’on veut que l’archive devienne patrimoine, il faut la maintenir au plus près des populations qui en ont élaboré la chair et le sang aux générations précédentes. La seule condition à respecter est celle de l’accessibilité. Le chercheur doit être pris en considération, et il vaut mieux l’attirer aujourd’hui à proximité d’une importante station du réseau TGV que de l’inviter à s’installer dans le rayon proche de Font-Romeu ou de Quimper. C’est pourquoi le projet auquel on m’a invité à m’associer, moi qui ne suis qu’un Parisien exilé pour la circonstance dans la grande banlieue de Rennes, me ravit particulièrement. On ne doit pas imposer de conserver et d’exploiter les archives de la Bretagne à Dijon, ni celles du bassin de Blanzy à Fougères. Il y a un sens profond et respectable à situer en Bretagne les archives des entreprises bretonnes. Ceux qui viendront les étudier n’échapperont pas, de la sorte, à l’imprégnation indispensable au moyen du contact avec des paysages et des habitants, qui ont leur mot à dire sur leur propre histoire. Le reste de la France a besoin de trois ou quatre centres du même genre. C’est une question d’aménagement du territoire et de respect des racines. On ne doit pas être contraint d’accéder aux archives de son « pays » en payant un tribut à un système hiérarchisé de consultation. Rêvons de sociétés locales dans lesquelles le citoyen irait lire les archives des grandes compagnies de la génération précédente afin d’y déchiffrer les recettes d’un succès perdu. Comme d’autres cherchent à lire dans les correspondances privées de leurs aïeux le secret d’une vie personnelle réussie.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Terms of use: http://www.openedition.org/6540