Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Septième partie. Guerres et paix

Rome et les monarchies hellénistiques dans l’Orient méditerranéen : le légat et le proconsul

Jean-Louis Ferrary

Texte intégral

  • 1 Parmi les ouvrages les plus importants postérieurs à la seconde édition (1979-1982) de l’ouvrage d (...)

1Il ne saurait être question de prétendre retracer dans toutes ses étapes l’histoire de la mainmise croissante de Rome sur l’Orient méditerranéen entre la guerre contre Antiochos et le règlement pompéien. De ce point de vue, le second volume de l’Histoire politique du monde hellénistique d’Éd. Will reste un ouvrage de référence indispensable1, d’autant que la documentation épigraphique des deux dernières décennies n’a pas apporté de bouleversements considérables. Je me limiterai donc à un certain nombre de réflexions et d’observations générales que j’organiserai autour de deux thèmes principaux : les grandes étapes du renforcement de la présence administrative et militaire de Rome dans l’Orient méditerranéen. le rôle de Rome dans l’affaiblissement des monarchies.

  • 2 Je me permets de renvoyer sur ce point à mon article « La création de la province d’Asie et la pré (...)
  • 3 Voir maintenant Brennan T. C., The Praetorship in the Roman Republic, 2000.

2Le pouvoir romain à l’est de l’Adriatique n’utilisa que tardivement et partiellement le système provincial mis en place beaucoup plus tôt et de façon plus systématique en Occident. On se gardera d’en tirer argument dans la vieille problématique sur l’impérialisme romain, car l’Empire romain, c’est-à-dire l’ensemble des terres où Rome exerçait son hégémonie, ne se limitait pas aux provinces. On se gardera aussi de considérer que la provincialisation marquait le passage à une administration directe de Rome, car les cités provinciales continuaient à jouir d’une large autonomie, à laquelle l’administration romaine n’avait ni l’intention ni la possibilité de se substituer2. La création de nouvelles provinces signifiait seulement l’envoi régulier dans telle ou telle région d’un représentant du pouvoir romain pourvu de l’imperium et de la iurisdictio, ce qui l’habilitait à commander une armée et à rendre la justice. Elle avait d’abord entraîné une augmentation du nombre des préteurs, qui passa de deux à quatre en 227 (pour régler le problème du gouvernement de la Sicile et de la Sardaigne), de quatre à six en 197 (pour régler celui du gouvernement des Espagnes). Mais cette solution ne pouvait être indéfiniment renouvelée sans aggraver dangereusement les compétitions électorales pour le consulat, et l’on tenta même en 181 (pour quelques années seulement) de limiter la brigue en revenant une année sur deux à l’élection de quatre préteurs. Désormais, et jusqu’à la fin de la République, le nombre des préteurs ne fut plus augmenté que par Sylla, de six à huit, si bien que la création de nouvelles provinces (ainsi que l’augmentation des fonctions judiciaires des préteurs dans la Ville avec la mise en place d’un nouveau type de tribunaux en matière criminelle) conduisit à une modification profonde du fonctionnement des magistratures, par un recours de plus en plus fréquent à la prorogation, y compris dans le cas de préteurs qui exerçaient leur magistrature à Rome avec des compétences judiciaires et étaient ensuite immédiatement envoyés gouverner une province3. Les raisons structurelles qui tendaient à limiter le nombre des provinces ne devaient toutefois disparaître qu’à l’extrême fin de la République (loi Pompeia de 52), et surtout avec la réforme augustéenne, lorsque le gouvernement des provinces finit par être totalement dissocié de l’exercice des magistratures.

3La première province créée à l’est de l’Adriatique fut la Macédoine en 146. L’entreprise d’un prétendu fils de Persée, qui, avec l’aide de certains Thraces, s’était rendu maître de la Macédoine et avait menacé la Thessalie, avait montré les limites de la politique adoptée après Pydna. Il ne suffisait pas d’avoir aboli la monarchie macédonienne et divisé la Macédoine en quatre républiques soumises au tribut, car il apparaissait qu’une Macédoine ainsi affaiblie n’était plus capable de se défendre, et que la présence d’un magistrat romain à Thessalonique était nécessaire pour remédier à un vide du pouvoir générateur de troubles en Macédoine et dans la Grèce tout entière. L’expérience macédonienne contribue sans doute à expliquer que la création d’une province en Asie ait immédiatement succédé à l’extinction de la monarchie attalide.

  • 4 SEG IX, 7.
  • 5 Diodore, XXXIV/V, 3.
  • 6 Voir infra, note 16.
  • 7 OGIS, n° 338.
  • 8 Kampmann M., « Aristonicos à Thyatire », RN, 6/20, 1978, p. 38-42.

4Le testament d’Attale III, son acceptation par Rome et la création de la première province romaine dans l’Orient hellénique méritent quelques remarques. Nous savons depuis 1929 que le testament d’Attale avait un précédent : en 155, Ptolémée Physcon, alors roi de Cyrène et en lutte contre son frère Ptolémée Philomètor, avait pensé se prémunir contre toute tentative d’assassinat en léguant ses possessions au peuple romain s’il mourait sans héritier légitime4. Le témoignage de Diodore, même s’il peut être soupçonné d’exagération, ne permet guère de douter qu’Attale III se soit heurté à une assez forte opposition de hauts personnages de la cour5, et l’hypothèse la plus probable est, selon moi, qu’il ait imité le précédent de Physcon, et écrit ce testament en faveur du peuple romain pour conjurer toute menace d’attentat contre sa personne. Ce n’est pas le seul cas où l’on verrait des rois hellénistiques essayer d’instrumentaliser les Romains dans leurs luttes domestiques, et ne réussir qu’à augmenter le pouvoir romain : Polybe déjà commentait et déplorait ce phénomène6. La mort prématurée d’Attale créa une situation dont le contrôle échappa au Sénat : à Rome, Ti. Gracchus se hâta de faire accepter le testament par la plèbe pour financer son programme de réformes agraires. en Asie, la cité de Pergame prit des mesures pour défendre la liberté que le testament lui accordait sans attendre la décision romaine7, sans doute parce qu’aucun délai ne lui était permis face au prétendant attalide Eumène III (Aristonicos dans les sources littéraires), qui frappe monnaie à Thyatire dès l’année 134-1338.

  • 9 En ce sens, notamment Kallet-Marx, p. 109-122.
  • 10 On consultera pour ce texte l’édition commentée qui en a été donnée dans Crawford M. (éd.), Roman (...)
  • 11 Pour le senatus-consulte (Sherk R. K., Roman Documents from the Great East, 1969, n° 13) et sa dat (...)

5L’extension de la province qui fut organisée dans les années 129-126 par Manius Aquillius assisté d’une commission de dix légats reste en partie objet de controverse. Selon certains, elle aurait été aussi restreinte que possible, les Romains distribuant des pans du royaume attalide aux rois voisins qui les avaient aidés à éliminer Eumène III, et confirmant ou accordant la liberté à l’essentiel des cités9. Les découvertes épigraphiques les plus récentes ne me paraissent pas aller en ce sens. Le texte cnidien de la loi sur les provinces prétoriennes de 100 (publié en 1974) nous a appris que la Lycaonie était alors redevenue possession romaine, probablement depuis la mort d’Ariarathe VI vers 11610, de la même façon que la mort de Mithridate V vers 120 avait été l’occasion de reprendre le contrôle de la partie de la Phrygie qui lui avait été accordée en 129-12611. On pense généralement que les Romains profitèrent de l’avènement de rois mineurs pour revenir sur des donations qui, à Rome même, avaient été fort critiquées.

  • 12 French D., « Sites and Inscriptions from Phrygia, Pisidia and Pamphylia », EA, 17, 1991, p. 53-54. (...)
  • 13 Voir en dernier lieu Briand P., Brun P. et Varinlioğlu E., « Une inscription inédite de Carie et l (...)
  • 14 Mitchell St., « Geography, Politics and Imperialism in the Asian Customs Law », Levick B. (éd.), T (...)

6Mais on peut aussi se demander si une certaine ambiguïté n’avait pas entouré dès l’origine la nature des récompenses accordées aux rois alliés de Rome dans la guerre contre Eumène III. Les milliaires au nom d’Aquillius, d’autre part, fournissent des informations particulièrement précieuses, et le fait que l’un d’entre eux ait été retrouvé près de Sidè suggère que la Pamphylie attalide ne fut pas abandonnée par les Romains, mais bien incluse dans la province dès sa création12. Le nombre de cités attalides auxquelles fut accordée la liberté reste incertain, beaucoup de cas n’étant pas encore documentés, mais on ne saurait généraliser a priori les cas de Pergame et d’Éphèse. D’autre part, l’importance des opérations romaines en Carie après l’élimination d’Eumène III13 conduit à se demander si une partie de cette région, qui n’avait pourtant pas été attalide, ne fut pas elle aussi rattachée à la province. Enfin, St. Mitchell, dans une étude encore inédite, produit de bons arguments pour faire remonter aux origines de la province les clauses du début de la loi sur la douane d’Asie qui soumettent au pouvoir romain le contrôle du commerce entre la Méditerranée et le Pont Euxin14.

  • 15 Gouverneurs de rang prétorien : Ferrary, « Gouverneurs », p. 162-167. Ils pouvaient tout au plus a (...)
  • 16 C’est ainsi que M. Antonius, le proconsul de 102, gagna directement Sidè tandis que la flotte roma (...)
  • 17 Voir supra, note 10.
  • 18 Ferrary, « Gouverneurs », p. 167-170.
  • 19 Sherwin-White, 1984, p. 118-119.

7De 131 à 126, du fait de la guerre contre Eumène III, puis des opérations de maintien de l’ordre et d’organisation de la province, deux légions s’étaient trouvées en Asie Mineure sous le commandement d’un consul ou ancien consul. C’était la première fois depuis les années 190-188 (guerre d’Antiochos), et cela ne devait plus se reproduire avant 85, lorsque les forces romaines reprirent possession de l’Asie pendant la première guerre mithridatique. Pendant les années 126-88, l’Asie fut constamment attribuée à un gouverneur de rang prétorien (j’entends par là un préteur ou un préteur prorogé, sans tenir compte de l’imperium consulaire qui pouvait lui être conféré pour des raisons techniques de capacité à déléguer l’imperium), sans que soit mise à sa disposition une force militaire significative15. L’aggravation de la piraterie entraîna, en 102 pour la première fois, l’attribution à un autre préteur (ou préteur prorogé) d’une autre province, à laquelle fut donné le nom de Cilicie parce que cette région était considérée comme la base principale des pirates. Il semble bien toutefois que, dès l’origine, la Cilicie n’ait pas été un simple commandement maritime, mais que la Pamphylie ait été détachée de la province d’Asie pour être placée sous le contrôle du magistrat chargé de la lutte contre les pirates16. La décision de 102 fut renouvelée par la loi de 100 connue par des fragments de traductions grecques gravées à Delphes et à Cnide17, et les fastes montrent que, dans les années 90, l’habitude fut maintenue d’envoyer deux magistrats en Asie Mineure, l’un à Éphèse, et l’autre en Pamphylie (à laquelle pouvait être ajoutée la Lycaonie), avec mission de lutter contre la piraterie, mais aussi de veiller sur les intérêts romains dans la partie sud-orientale de l’Anatolie : ainsi Sylla était-il gouverneur de Cilicie quand il ramena sur le trône de Cappadoce Ariobarzane, qui en avait été chassé par Mithridate18. Il est intéressant de noter combien la politique romaine fut différente en Macédoine et en Asie Mineure. En Macédoine, face aux menaces barbares, on eut recours à la solution traditionnelle, c’est-à-dire que pendant un certain nombre d’années (de 114 à 106) on envoya des magistrats de rang consulaire à la tête de deux légions, après quoi on en revint à un gouverneur de rang prétorien à la tête d’une seule légion. En Asie Mineure, où la province ne parut jamais menacée à proprement parler, mais où les tâches impliquant l’intervention d’un magistrat se multipliaient, on finit par se résigner à créer une seconde province, mais on n’éprouva jamais le besoin de confier l’une d’entre elles à un magistrat de rang consulaire, et leurs forces militaires consistèrent surtout en contingents ou navires fournis par des alliés. C’est encore la situation qui est décrite au début de la première guerre mithridatique, avec deux magistrats en Asie et en Pamphylie, mais peu de forces proprement romaines (dans le contexte, il est vrai, extrêmement difficile d’une Italie non encore totalement sortie de la Guerre sociale)19.

  • 20 Cicéron, De provinciis consularibus, 31.
  • 21 En ce sens, Brunt P. A., Italian Manpower, 225 B.C.-14 A.D., 1971, p. 458. Sherwin-White, 1984, p. (...)
  • 22 On notera qu’en 58, par une première loi Clodia, le consul A. Gabinius s’était fait attribuer la p (...)
  • 23 Des cistophores sont frappés à Laodicée et Apamée par des gouverneurs prétoriens d’Asie jusqu’à C. (...)

8La guerre mithridatique fut incontestablement une césure majeure, et cela apparaît particulièrement en ce qui concerne la présence militaire romaine dans l’Orient méditerranéen. Sylla repartit pour une nouvelle guerre civile à la tête de ses légions, mais à son légat Murena il laissa en Asie celles qui, venues en 86 avec le consul L. Valerius Flaccus puis passées sous le commandement de Fimbria, avaient fini par se rallier à lui. D’autre part, un gouverneur de rang prétorien fut de nouveau envoyé en Cilicie (i. e. en Pamphylie) au plus tard en 80, et surtout P. Servilius Vatia, consul de 79, fut le premier d’une série de gouverneurs consulaires de Cilicie, où il arriva à la tête d’une seconde armée de deux légions. Au terme de la troisième guerre mithridatique, écrit Cicéron, « l’Asie, qui limitait autrefois notre empire, [fut] elle-même entourée par trois nouvelles provinces20 ». Cette phrase célèbre ne doit pas dissimuler un glissement important du dispositif administratif et militaire de Rome. La création d’une province nouvelle regroupant les anciens royaumes de Bithynie et du Pont marquait la fin des guerres mithridatiques, mais l’avenir était davantage du côté de la Cilicie et de la nouvelle province de Syrie. C’est là que quatre légions, deux dans chaque province, restèrent probablement stationnées après le retour de Pompée à Rome21. C’est là, en tout cas, que furent envoyés des gouverneurs de rang consulaire, à partir de 58 en Syrie22, de 57 en Cilicie, et jusqu’aux guerres civiles. À cette occasion, les trois diocèses de Phrygie furent détachés de la province d’Asie pour être placés sous l’autorité du gouverneur consulaire de Cilicie23, également chargé de veiller sur Chypre après qu’une loi de Clodius en eut dépossédé le souverain lagide en 58. La création de la province de Syrie était une nécessité. Après avoir provoqué l’effondrement de l’empire de Tigrane d’Arménie, Lucullus, dont l’objectif principal restait la lutte contre Mithridate, avait laissé un prétendant séleucide s’installer à Antioche. Débarrassé, dans l’immédiat puis définitivement, du péril mithridatique, disposant d’une liberté d’action et de moyens bien supérieurs à ceux de Lucullus, constatant enfin que le début de rétablissement séleucide avait aussitôt provoqué de nouvelles luttes intestines où les prétendants n’étaient en fait que les jouets de dynastes arabes, Pompée fut assez réaliste pour tirer les leçons de cette situation.

  • 24 Strabon XIV, 5, 2, C668-9.
  • 25 Cf. Cicéron, Pro L. Valerio Flacco, 27-33.

9L’effondrement des Séleucides (bien plus grave encore que celui des Lagides) avait créé un dangereux vide du pouvoir. L’une des premières conséquences en avait été un tel développement de la piraterie que le gouvernement romain, nous l’avons vu, avait dû se résoudre à envoyer un second magistrat en Asie Mineure24. La campagne de Pompée, muni de pouvoirs exceptionnels, avait permis en 67 de rétablir l’ordre dans la Méditerranée, mais l’éradication de la piraterie ne pouvait être considéré comme définitive, et le phénomène renaîtrait immanquablement dès que l’opportunité lui en serait laissée25. D’autre part, même s’il fallut sans doute le désastre de Crassus pour que les Romains prennent vraiment la mesure de la puissance parthe, le dispositif militaire laissé en Orient par Pompée paraît bien montrer qu’il avait au moins perçu la menace qu’elle pouvait constituer si les Romains ne s’établissaient pas en Syrie et ne disposaient pas, dans cette province et dans la province limitrophe de Cilicie, de forces significatives.

  • 26 Polybe, XXXI, 10, 6 (avec l’analyse que j’ai proposée de ce texte dans Philhellénisme et impériali (...)
  • 27 Selon Will, II, p. 322, « La décision sénatoriale de 168 ajoutait en quelque sorte une clause à la (...)

10Avant comme après le règlement pompéien (et ce sera encore le cas après le règlement augustéen), les provinces ne constituent pas la totalité de l’Empire romain, c’est-à-dire des territoires reconnaissant l’hégémonie romaine, où l’on trouve aussi des cités libres et des rois amis (auquel on peut joindre principautés sacerdotales et dynastes divers). Mais l’apparente continuité de certains royaumes ne saurait dissimuler le phénomène général de l’effondrement des monarchies hellénistiques, qu’elles disparaissent totalement ou qu’elles soient réduites à une criante sujétion. Le rôle joué par Rome dans ce phénomène général varia selon les monarchies et selon les périodes. C’est grâce à son alliance fidèle avec Rome, et aux récompenses qu’elle en sut tirer, que la monarchie attalide atteignit à partir de 189 le sommet de sa puissance. Mais c’est par le mérite de ses princes, et en particulier grâce à l’union que surent préserver les fils d’Attale Ier, que ce royaume s’imposa durablement comme le plus puissant de l’Asie cistaurique et parvint à franchir sans dommage réel la grave détérioration de ses rapports avec Rome depuis la bataille de Pydna jusqu’à la mort d’Eumène II, de 168 à 159 : aucun déclin ne s’était manifesté lorsque la mort prématurée d’Attale III en signa la fin brutale. En revanche, le déclin lagide avait commencé avant que Rome intervînt dans l’Orient méditerranéen, et il fut considérablement aggravé par des luttes intestines au sein de la maison royale dont la responsabilité ne saurait être attribuée aux Romains. C’est une ambassade lagide à Rome, épisode du conflit entre Ptolémée VI et Ptolémée VIII, qui fournit à Polybe cette réflexion de caractère général : « On a déjà bien des exemples de ce genre de décisions de la part des Romains : c’est en profitant des fautes des autres qu’ils augmentent et construisent leur propre puissance, tout en faisant plaisir et en paraissant rendre service à ceux qui commettent ces fautes26. » Et ce faisant, ce n’est pas tant le machiavélisme des Romains que dénonçait Polybe, que la sottise des puissances hellénistiques qui ne cessaient de provoquer leurs intrusions. Différent est assurément, du moins pendant le troisième quart du iie siècle, le cas des Séleucides. C’est sans doute après que Séleucos IV eut donné la main de sa fille Laodice à Persée de Macédoine que le Sénat exigea comme otage son fils Démétrios à la place de son frère Antiochos, et on voit aussitôt après Antiochos (IV) s’emparer du trône avec l’aide de Pergame, une fois Séleucos assassiné par son vizir (175). La bataille de Pydna explique pour une double raison qu’Antiochos IV en 168 ait accepté sur l’injonction d’un légat romain d’évacuer l’Égypte et Chypre27 : parce qu’il put craindre une intervention militaire romaine à un moment où la Macédoine était défaite et les légions encore en Macédoine, mais aussi (et peut-être surtout) parce que, la défaite de Persée ayant éliminé tout risque d’une alliance syro-macédonienne, les Romains auraient pu le déstabiliser en renvoyant chez lui Démétrios. Ils n’eurent pas à le faire en 168, et en 163 encore, à la mort d’Antiochos IV, ils préférèrent garder Démétrios à Rome, et profiter de l’avènement d’un roi mineur pour exiger la destruction des vaisseaux pontés et la mise à mort des éléphants d’Antiochos. Démétrios put s’enfuir ensuite, en bénéficiant apparemment de certaines complicités (162), prit le pouvoir et finit par se faire reconnaître sans jamais se concilier les bonnes grâces du Sénat. À partir de 160, en revanche, et plus encore après la mort de Démétrios Ier en 151-150, Rome ne joua plus un rôle essentiel dans l’affaiblissement du pouvoir séleucide. Les grands responsables en furent les Parthes, qui s’emparèrent de la Mésopotamie (141) et infligèrent de lourdes défaites à Démétrios II (139) puis à Antiochos VII (129), et c’est par les rois et les princesses lagides (Ptolémée VI et Ptolémée VIII, Cléopâtre Théàet Cléopâtre Sélénè) que les luttes intestines entre descendants de Démétrios Ier furent presque constamment entretenues et avivées, jusqu’à ce qu’en 83 le trône de Syrie fût offert par Antioche à Tigrane d’Arménie.

  • 28 De manière générale, le Sénat réagit plus qu’il n’agit, et l’envoi de légats est la réponse à une (...)
  • 29 Polybe, XXXI, 6.

11Pendant le iie siècle, les rapports entre Rome et les rois amis sont souvent difficiles à comprendre, parce que Rome est ce que nous appelons une superpuissance (et même la seule superpuissance dans un monde qui, en fait, avait cessé d’être multipolaire dès les victoires successives de Cynoscéphales et de Magnésie), et qu’en même temps, elle n’a pas les capacités d’intervenir ni même de s’informer rapidement sur la situation de l’Orient méditerranéen28. parce qu’elle attend de tous les rois amis qu’ils suivent ses arbitrages, mais qu’elle ne peut immédiatement sanctionner ceux qui ne le font pas. S’ensuit inévitablement une politique apparemment incohérente, mêlant brutalité et laisser-aller, qui a parfois déconcerté les Anciens et continue souvent à déconcerter les Modernes, ces incohérences étant elles-mêmes aggravées par celles des rois, qui ne cessent de solliciter l’approbation des Romains, quitte à ne pas tenir compte des avis du Sénat lorsqu’ils ne sont pas conformes à leurs voeux. Polybe fait de l’année 168 celle où les Romains imposèrent sur tout le monde habité une hégémonie incontestée. On ne saurait nier l’importance de Pydna, mais il est vrai aussi que, pour l’achéen Polybe, l’histoire universelle est toujours vue à travers un verre qui grossit l’importance des événements de Grèce et de Macédoine. L’entretien d’Éleusis et l’abandon de l’Égypte par Antiochos IV sur injonction du légat romain C. Popillius Laenas ne suffisent pas à prouver que l’année 168 soit une date-charnière pour l’Orient méditerranéen également. Antiochos IV renonça à prendre le risque d’une crise dont nul ne savait comment elle pourrait évoluer. En 164, une autre ambassade marquante fut celle de C. Sulpicius Galus, qui n’hésita pas à siéger à Sardes pour y écouter pendant une dizaine de jours toutes les accusations portées contre Eumène29, et en 163-162 une ambassade conduite par Cn. Octavius vint superviser la destruction des armements syriens contraires à la paix d’Apamée. Toutes trois sont significatives d’une arrogance romaine caractéristique des années qui suivirent immédiatement Pydna. Mais on se gardera bien d’en déduire que désormais les avis du Sénat furent toujours immédiatement respectés par les rois. Un légat romain, quelle que soit l’autorité dont il jouissait, ne disposait pas de troupes pour se faire obéir, et l’envoi d’une armée sous le commandement d’un magistrat n’était pas une décision prise à la légère. Lorsqu’on parle de la politique velléitaire des Romains en tel ou tel domaine, on doit bien se souvenir que, si une ou plusieurs ambassade(s) n’étai(en)t pas parvenue(s) à faire prévaloir l’avis du Sénat, ce dernier n’avait plus de choix qu’entre un renoncement provisoire (en attendant que la situation évolue dans un sens plus favorable) et la résolution ultime d’envoyer les légions en Orient.

  • 30 Appien, Guerres Mithridatiques, 11.
  • 31 C’est seulement ainsi que s’explique le fait que les publicains aient pu emmener des Bithyniens en (...)
  • 32 Cicéron, Lettres familières, 15, 2, 4 et 8. Lettres à Atticus, 5, 18, 4. Lettres familières, 15, 4 (...)
  • 33 Voir D. C. Braund, Rome and the Friendly King. The Character of Client Kingship, 1984.
  • 34 Ptolémée X Alexandre Ier (Badian E., « The Testament of Ptolemy Alexander », Rh. Mus., 110, 1967, (...)

12Mithridate VI fut incontestablement le dernier grand monarque hellénistique : c’est que, avant de heurter les intérêts Romains indirectement puis directement, il avait établi son hégémonie sur la quasi-totalité du littoral de la mer Noire, s’assurant ainsi, en hommes, en ravitaillement et en métaux, des forces considérables. Le contraste était criant avec ses rivaux de Cappadoce et de Bithynie, bien loin de posséder des moyens comparables, et contraints de s’endetter lourdement auprès de financiers romains pour financer les campagnes de lobbying qui leur assureraient l’appui du Sénat (cette situation est attestée pour Nicomède IV de Bithynie en 8930, et on peut la supposer pour Nicomède III dès 10431). Rome parvint à plusieurs reprises à contenir l’expansion mithridatique, mais le Sénat perdit finalement le contrôle de la situation lorsque ses représentants en Asie prirent l’initiative inconsidérée de pousser Nicomède IV à attaquer à son tour le royaume du Pont, pour rembourser ses créanciers romains. La situation des rois alliés ne devait qu’empirer dans les décennies qui suivirent la première guerre contre Mithridate. À travers la correspondance de Cicéron, gouverneur de Cilicie en 51-50, nous voyons qu’Ariobarzane III de Cappadoce, trois fois détrôné et rétabli par les Romains, n’est plus qu’un pauvre fantoche, officiellement placé par le Sénat sous la protection du gouverneur de Cilicie et étranglé par les dettes qu’il avait contractées auprès de Pompée et de Brutus32. Toujours officiellement « amis des Romains » (et pour certains affichant leur dévouement par l’adoption du titre de « Philorhômaios »), les rois de cette période sont devenus, selon une terminologie crée par les Modernes, mais qui rend bien compte de la réalité, des « rois-clients33 », et même, après le règlement pompéien des affaires d’Orient, des clients personnels de Pompée plus que du Sénat et du peuple romain. La situation des derniers Lagides n’était guère meilleure. Pour se faire reconnaître comme roi en 59 malgré le testament d’un de ses prédécesseurs en faveur du peuple romain34 (et se mettre ainsi à l’abri contre le sort de son frère, le roi de Chypre qui allait être dépossédé en 58 par une loi Clodia), puis pour se faire ramener en 55 à Alexandrie dont les habitants l’avaient chassé, Ptolémée XII dut verser à César, Pompée et Gabinius des sommes considérables qu’il n’eut d’autre solution que d’emprunter auprès de financiers romains en hypothéquant pratiquement les revenus de son royaume. On peut dire sans exagérer que, dans les années 60 et 50, la dynastie lagide ne dut son salut qu’à la crainte de l’aristocratie romaine qu’un de ses membres devînt par trop puissant en prenant le contrôle des richesses de l’Égypte.

Notes

1 Parmi les ouvrages les plus importants postérieurs à la seconde édition (1979-1982) de l’ouvrage d’Éd.Will, je signalerai Gruen E. S., The Hellenistic World and the Coming of Rome, 1984, couvrant les années 229 à 145 (c’est-à-dire celles des Histoires de Polybe). Sherwin-White, 1984. Bernhardt R., Polis und römische Herrschaft in der späten Republik (149-31 v. Chr.), 1985. mon Philhellénisme et impérialisme, 1988. Kallet-Marx et Bernhardt R., « Rom und die Städte des hellenistischen Ostens (III-I Jahrhundert v. Chr.). Literaturbericht 1965-1995 », Historische Zeitschrift Sonderheft, 18, 1998. Settis S. (éd.), I Greci, II, 3, 1998, « I Romani sulla scena greca », p. 743-905 (chapitres de Giovannini A., Gruen E. S., Ferrary J.-L., Campanile M. D., Gabba E. et Giuam. A.). Le volume Nicolet Cl. (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen. 2 – Genèse d’un empire, Nouvelle Clio, 8 bis, a été réédité en 1989 avec le texte de 1978 inchangé, mais un gros « Addendum bibliographique »

2 Je me permets de renvoyer sur ce point à mon article « La création de la province d’Asie et la présence italienne en Asie Mineure », in Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C., BCH Suppl., 41, 2002, en particulier p. 138-139.

3 Voir maintenant Brennan T. C., The Praetorship in the Roman Republic, 2000.

4 SEG IX, 7.

5 Diodore, XXXIV/V, 3.

6 Voir infra, note 16.

7 OGIS, n° 338.

8 Kampmann M., « Aristonicos à Thyatire », RN, 6/20, 1978, p. 38-42.

9 En ce sens, notamment Kallet-Marx, p. 109-122.

10 On consultera pour ce texte l’édition commentée qui en a été donnée dans Crawford M. (éd.), Roman Statutes, BICS Suppl., 64, 1996, n° 12, p. 231-270. Pour la Lycaonie, voir p. 239, copie de Cnide III, 22-27.

11 Pour le senatus-consulte (Sherk R. K., Roman Documents from the Great East, 1969, n° 13) et sa date, voir désormais Drew-Bear Th., Nouvelles inscriptions de Phrygie, 1978, p. 1-8.

12 French D., « Sites and Inscriptions from Phrygia, Pisidia and Pamphylia », EA, 17, 1991, p. 53-54. Voir aussi Mitchell St., « The Administration of Roman Asia from 133 B.C. to A.D. 250 », Eckw. (éd.), Lokale Autonomie und römische Ordnungsmacht in den kaiserzeitlichen Provinzen vom 1 bis 3 Jahrhundert, 1999, p. 18-21.

13 Voir en dernier lieu Briand P., Brun P. et Varinlioğlu E., « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les Cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C., 2001, p. 241-259.

14 Mitchell St., « Geography, Politics and Imperialism in the Asian Customs Law », Levick B. (éd.), The Customs Law of Asia, sous presse. En attendant la réédition du texte que contiendra ce volume, on se reportera à SEG, XXXIX, 1180.

15 Gouverneurs de rang prétorien : Ferrary, « Gouverneurs », p. 162-167. Ils pouvaient tout au plus avoir une légion à leur disposition, ainsi que le confirme la présence de tribuns militaires accompagnant le proconsul Q. Mucius lorsqu’il vint à Colophon vers 120 (décret en l’honneur de Ménippos, II, l. 42-46, in Robert J. et L., Claros I. Décrets hellénistiques, 1989, p. 65) : Sherwin-White, 1984, p. 91-92. Ferrary, « Gouverneurs », p. 165 et note 20.

16 C’est ainsi que M. Antonius, le proconsul de 102, gagna directement Sidè tandis que la flotte romaine se regroupait à Athènes (CIL, I2, 2662. ILLRP, 342).

17 Voir supra, note 10.

18 Ferrary, « Gouverneurs », p. 167-170.

19 Sherwin-White, 1984, p. 118-119.

20 Cicéron, De provinciis consularibus, 31.

21 En ce sens, Brunt P. A., Italian Manpower, 225 B.C.-14 A.D., 1971, p. 458. Sherwin-White, 1984, p. 225-226. Il faut toutefois constater que nos sources sont pratiquement muettes sur ce point. Nous savons seulement que, lorsqu’en 63 Pompée quitta la Syrie pour se rendre dans le Pont à la nouvelle de la mort de Mithridate, il y laissa deux légions sous le commandement de M. Aemilius Scaurus (Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XIV, 79).

22 On notera qu’en 58, par une première loi Clodia, le consul A. Gabinius s’était fait attribuer la province de Cilicie, avant de l’échanger contre la Syrie à la faveur d’une seconde loi.

23 Des cistophores sont frappés à Laodicée et Apamée par des gouverneurs prétoriens d’Asie jusqu’à C. Fabius Hadrianus en 57, par les gouverneurs consulaires de Cilicie P. Cornelius Lentulus Spinther, Ap. Claudius Pulcher et M. Tullius Cicero de 56 à 50, à nouveau par un gouverneur prétorien d’Asie, C. Fannius, en 49-48 : Stumpf G. R., Numismatische Studien zur Chronologie der römischen Statthalter in Kleinasien (122 v. Chr.-163 n. Chr.), Saarbrücker Studien zur Archäologie und alten Geschichte 4, 1991. Sur les diocèses (ou conuentus) de la province d’Asie, voir en dernier lieu Merola G. D., Autonomia locale, governo imperiale. Fiscalità e amministraione nelle province asiane, 2001, p. 143-181.

24 Strabon XIV, 5, 2, C668-9.

25 Cf. Cicéron, Pro L. Valerio Flacco, 27-33.

26 Polybe, XXXI, 10, 6 (avec l’analyse que j’ai proposée de ce texte dans Philhellénisme et impérialisme, 1988, p. 309-311).

27 Selon Will, II, p. 322, « La décision sénatoriale de 168 ajoutait en quelque sorte une clause à la paix d’Apamée : ce n’était pas seulement en deçà du Taurus et du promontoire sarpédonien que la puissance séleucide devait se confiner, mais encore en deçà de la “rivière d’Égypte”. » L’ultimatum de Popillius n’avait rien à voir avec le traité de 189, et ne fixait pas une nouvelle limite géographique au-delà de laquelle toute action militaire ou politique était interdite aux Séleucides. Il se fondait uniquement sur l’existence de relations officielles d’amitié entre le peuple romain et les deux monarchies lagide et séleucide, et il menaçait le Séleucide de perdre l’amitié des Romains s’il ne cessait pas les hostilités contre les territoires lagides. De même l’amitié entre le peuple romain et Ptolémée VI fut-elle formellement dénoncée en 161 lorsque le roi refusa d’abandonner Chypre à son frère Physcon malgré un arbitrage rendu par le Sénat dans ce conflit entre deux rois amis des Romains (Polybe, XXXI, 20). Ptolémée VI ne céda pas, et traversa la crise sans dommage. Personne ne peut dire ce qui serait arrivé si Antiochos IV avait lui aussi pris le risque de persister dans son entreprise.

28 De manière générale, le Sénat réagit plus qu’il n’agit, et l’envoi de légats est la réponse à une plainte ou une dénonciation, à la suite de laquelle ils sont chargés d’enquêter et d’informer le Sénat, ou sont porteurs d’un senatus-consulte qu’ils ont mission d’essayer de faire respecter. Rares sont les missions d’inspection, comme celle qui, sous la direction de Scipion Émilien, visita en 140-139 tout l’Orient méditerranéen, d’Alexandrie à Pergame, et dont on ne constate d’ailleurs pas qu’elle ait eu de conséquences directes sur la politique romaine. Scipion assiégeait Numance quand on apporta à Rome le testament d’Attale III, et c’est en vain qu’il tenta, en 131, de se faire confier la conduite de la guerre contre Eumène III (Cicéron, Philippiques, 11, 18).

29 Polybe, XXXI, 6.

30 Appien, Guerres Mithridatiques, 11.

31 C’est seulement ainsi que s’explique le fait que les publicains aient pu emmener des Bithyniens en esclavage (Diodore, XXXVI, 3, 1) : Badian E., Publicans and Sinners, 1972, p. 87-89. De Callataÿ Fr., L’Histoire des guerres mithridatiques vue par les monnaies, 1997, p. 78-79.

32 Cicéron, Lettres familières, 15, 2, 4 et 8. Lettres à Atticus, 5, 18, 4. Lettres familières, 15, 4, 6. Lettres à Atticus, 6, 1, 3. Lettres familières, 2, 17, 7.

33 Voir D. C. Braund, Rome and the Friendly King. The Character of Client Kingship, 1984.

34 Ptolémée X Alexandre Ier (Badian E., « The Testament of Ptolemy Alexander », Rh. Mus., 110, 1967, p. 178-192), ou Ptolémée XI Alexandre II (Braund D. C., « Royal Wills and Rome », PBSR, 51, 1983, p. 24-28).

Auteur

École pratique des hautes études

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540