Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Septième partie. Guerres et paix

La guerre à l’époque hellénistique

Patrick Baker

Texte intégral

Remarques introductives et problème

1Le thème de la guerre à l’époque hellénistique n’est, certes, pas le moins connu ou celui sur lequel on a le moins écrit. À partir de la constitution de l’État macédonien sous le règne de Philippe II, au milieu du ive siècle, et les réformes de l’armée qu’il effectua, les forces militaires macédoniennes devinrent rapidement les principales actrices des champs de bataille du monde grec. Succédant à son père, en 336, Alexandre ne tarda pas à rassembler ses troupes et à entreprendre la conquête de l’Orient initiant ainsi une ère nouvelle dont les fondements politiques seraient désormais intimement liés aux phénomènes de nature militaire. Écrire une synthèse portant, de manière générale, sur la guerre, les armées et la défense à l’époque hellénistique force en quelque sorte à poser d’abord le problème de la guerre hellénistique : peut-on observer des changements avec l’arrivée des rois en tant que puissances dominantes du nouveau monde ? Ainsi posée, la question est en phase avec le problème, plus vaste, de la période hellénistique elle-même : constitua-t-elle une rupture ou une continuité avec le monde grec classique ?

2S’intéresser à la guerre implique naturellement de se pencher sur les acteurs de la guerre et c’est probablement en ce domaine que les changements sont les plus marqués à l’époque hellénistique. Étudier la guerre à l’époque hellénistique implique nécessairement de distinguer les acteurs de la guerre car, on le verra, ceci influence directement le tableau que l’on arrivera à esquisser en définitive.

3On peut envisager la guerre à l’époque hellénistique sous plusieurs angles, le plus fréquemment visité étant celui de la nouveauté, de la différence. L’histoire militaire hellénistique est ainsi l’histoire des armées royales, de grandes armées au train de bagages non moins important, de machines de guerre, dont le développement est à son zénith à l’époque des Diadoques, de troupes aux effectifs plus diversifiés que la traditionnelle phalange hoplitique, qui demeurait le cœur des forces militaires des cités du vieux monde grec, malgré les changements survenus depuis la guerre du Péloponnèse. On a traité du commandement et de la variété des effectifs, des déplacements des armées, des tactiques et des stratégies employées au cours des grandes batailles ou des campagnes décrites par les historiens anciens, de la composition ethnique des armées et de leur implantation sur le territoire royal ; les questions de recrutement, d’entraînement et d’approvisionnement dans les différentes parties du monde grec ont également reçu leur part d’attention. Vue sous cet angle, la guerre est désormais affaire de moyens et le champ de bataille ne semble plus être la place des troupes civiques ; d’abord parce que les forces en présence les dépassent largement, puis parce que les enjeux mêmes des conflits se situent bien au-delà des préoccupations locales ou régionales des cités, voire des fédérations de cités. De même, les récits qu’ont laissés les auteurs anciens des batailles évoquent le plus souvent la multitude des soldats sur le champ de bataille, la taille du champ de bataille lui-même, qui couvre des plaines entières, la clameur des troupes échauffées par les chefs militaires à la personnalité charismatique, etc. Mais il serait insuffisant de s’en tenir à cela.

  • 1 Cf. Will, I, p. 248-261.

4Moins connu de l’historiographie, l’angle que je me propose d’emprunter pour une partie de la discussion porte sur les cités en guerre à l’époque hellénistique. À cette échelle, les choses, on le verra, ont peu changé et l’on peut sans grand risque parler de continuité avec les mondes archaïque et classique. Quelques réflexions de synthèse liées à mes récentes recherches prendront la forme de questions sur ce qu’il faut comprendre de la place et du rôle des cités hellénistiques, de leur place dans un monde où les cités ne semblaient plus avoir leur place, noyées au sein de vastes royaumes qui occupaient l’essentiel de la politique internationale et dont les vicissitudes ont inspiré les historiens et écrivains de l’Antiquité, faisant d’eux les sujets d’intérêt principaux de la grande histoire. Certes, tous les ouvrages présentant l’histoire politique du monde hellénistique ne négligent pas de mentionner l’une ou l’autre cité ayant eu part aux événements ; mais ceci reste exceptionnel ou anecdotique, sauf pour de grandes cités telle Rhodes, car la trame historique appartient désormais aux rois hellénistiques, à leurs campagnes militaires et aux querelles dynastiques qui suscitèrent parfois des guerres – songeons, par exemple, à la troisième guerre de Syrie, dite « laodicéenne1 ». Il convient donc de poser une seconde question pour orienter les lignes qui suivent. Quelle est donc la place, le rôle des cités grecques dans ce monde que l’on pourrait, a priori, qualifier de nouveau par rapport aux siècles archaïques et classiques ? Peut-on parler de cités en guerre à l’époque hellénistique ? Et dans quelle mesure ?

5Mais le titre de cette contribution lui-même, trop général, appelle encore quelques remarques. Il n’est naturellement pas possible de couvrir dans l’es- pace alloué tout ce qui se rassemble sous le thème de la guerre à l’époque hellénistique. Comment traiter des guerres, des batailles qui ont marqué les grands moments de l’histoire politique des royaumes sans négliger d’aborder en détail les questions relatives à l’évolution technique, particulièrement sentie dans le domaine des fortifications et de la guerre de siège par exemple, qui mériterait à lui seul tout un chapitre ? De même, il ne paraît pas réaliste d’étudier les armées royales sans distinguer les particularités de chacun des royaumes, de chacune des armées. Et puis, peut-on parler des royaumes au sens général sans effectuer de distinction entre les lieux et les époques, les individus qui se sont succédé à la tête des États ? Le titre annonce donc plus que ce qu’il est possible de couvrir en si peu d’espace : bien qu’il évoque les batailles, les armes et techniques, les chefs militaires de renom, il ne sera guère question de cela ici. Dans l’objectif de bien saisir les particularités du phénomène de la guerre à l’époque hellénistique, un glissement régulier sera opéré entre guerre et société, de même qu’entre guerre et politique. Maints passages de cette contribution, parce qu’ils concernent des événements ou des personnages bien connus de l’histoire générale de la période, ne seront pas complétés de références, ceci afin d’alléger le corps du texte et de faciliter la lecture et la réflexion.

Guerre et histoire politique hellénistique

6À première vue, le monde hellénistique se présente comme un monde de guerres permanentes à divers niveaux, souvent imbriqués les uns dans les autres. Ce sont d’abord les guerres entre les royaumes gréco-macédoniens issus du partage de l’empire d’Alexandre : rivalités à grande échelle, ces conflits opposent les royaumes, même lorsqu’ils ne partagent pas de frontières et dans des jeux d’alliances sur lesquelles le débat n’est jamais clos. Ils les déchirent aussi parfois quand, pour la succession au trône, des frères et sœurs n’hésitent pas à prendre les armes, comme ce fut plusieurs fois le cas chez les Séleucides, les Lagides et dans ces petits royaumes que l’on peut qualifier de marginaux : le Pont, la Bithynie, etc. Ces conflits surclassent les rivalités locales entre les cités qui, pour leur part, ne sont pas en reste. En effet, entre les cités, les dissensions continuent comme aux périodes précédentes. Bien que beaucoup d’entre elles soient entraînées dans les guerres royales, et bien que nous ne soyons pas aussi bien renseignés sur l’histoire telle qu’elle fut vécue par chacune d’elles, la documentation épigraphique, heureusement abondante à cette époque, ne permet pas de douter que les antagonismes d’hier étaient encore bien vifs et que l’on recourait à des moyens similaires, que ce fût la guerre ou la négociation, pour y remédier.

  • 2 Mehl A., « ΔοριΏκτητο
  • 3 Bengtson H., Herrschergestalten des Hellenismus, 1975, p. 98-100.

7Dans un article paru en 1986, M. M. Austin ouvrit la réflexion sur la relation entre le phénomène de la guerre et celui des royautés hellénistiques : la guerre hellénistique fonde les États et cela peut être entendu de deux manières, car ils sont nés de la conquête d’Alexandre puis des guerres entre Diadoques, à l’origine du morcellement de l’empire universel. Établis sur le concept ancien de la doriktètos chôra, « la terre conquise par la lance », facteur essentiel de la détermination du pouvoir royal en Orient, les royaumes hellénistiques sont donc fondamentalement rivaux2 : la guerre est le moyen décisif de régler leurs antagonismes et les monarques pratiquent tous plus ou moins une politique impérialiste (surtout l’Égypte au iiie siècle) en se disputant des territoires comme la Cœlé-Syrie ou les îles de la mer Égée, en créant des alliances les uns contre les autres, en portant même la conquête au-dehors, comme par exemple Pyrrhos, qui organisa en Italie, entre 280 et 275, une alliance des cités grecques de Grande Grèce contre Rome et Carthage3.

  • 4 Cf. les ouvrages de Lerner J. D., The Impact of Seleucid Decline on the Eastern Iranian Plateau : (...)
  • 5 Will, II, p. 40-44.
  • 6 Austin M. M., « Hellenistic Kings, War and the Economy », Classical Quarterly, 36, 1986, p. 454-45 (...)

8À l’intérieur des royaumes, ensuite, c’est aussi par la guerre que se fondent de nouveaux États. En Asie séleucide particulièrement, la guerre sévit sans arrêt à cause des tendances centrifuges qui tendent à éloigner les nombreuses peuplades de l’autorité séleucide et il ne faut pas attendre longtemps, au iiie siècle, pour que le territoire échu en partage à Séleukos Ier se fragmente en petits États forçant Antiochos III à reconquérir le territoire de ses aïeux, revendiquant précisément le droit sur des terres ancestrales jadis « conquises par la lance ». L’exemple des satrapes bactriens en Inde, dont l’adhésion au royaume séleucide ne fut jamais définitivement acquise, est, à cet égard, particulièrement éloquent4. Souverains de terres conquises par les armes, les rois hellénistiques, à l’instar des Séleucides, ne sont donc pas en paix chez eux. Les Lagides ne payèrent-ils pas chèrement le fait de permettre aux Égyptiens de s’émanciper par les armes en les ayant intégrés aux contingents réguliers lors de la bataille de Raphia, en 2175 ? La guerre hellénistique fonde les États en ce qu’elle fixe et défait les frontières6.

  • 7 « Des généralissimes », écrivait Lévêque P., « La guerre à l’époque hellénistique », Vernant J.-P. (...)

9La guerre fonde également le pouvoir royal et l’autorité, un pouvoir qui, sans être complètement nouveau – les cités grecques étaient confrontées à ce type de gouvernement depuis l’expansion macédonienne du ive siècle – représente désormais la forme dominante d’autorité étatique. Dans l’esprit typiquement macédonien de l’acceptation du chef par son armée, Alexandre et les Diadoques sont devenus rois par la reconnaissance de leur capacité militaire, la victoire sur le champ de bataille symbolisant la vertu royale par excellence. Tous les rois sont d’abord des généraux qui mènent leurs troupes au combat7.

  • 8 Ibid., p. 459-461.
  • 9 Attesté par trois inscriptions d’Érythrées, I. Erythrai, nos 24, 30 et 31 ; l’existence de cet imp (...)

10Enfin, est-il besoin de rappeler que la guerre enrichit ? Même si les objectifs sont avant tout politiques et stratégiques, l’accroissement des frontières, la conquête de nouveaux territoires représentent, dans l’immédiat, du butin qui contente certes les troupes en campagne, mais qui vient aussi compléter le trésor royal, cependant que les peuples nouvellement assujettis s’ajoutent aux listes d’impôts et taxes divers ainsi que, dans certains cas, aux listes des peuples redevables d’un tribut. La guerre apporte donc les moyens d’une politique de grandeur en même temps qu’elle stimule l’économie par l’accroissement de la demande et la circulation des biens et de la monnaie8. L’utilisation généralisée des mercenaires, par exemple, qui constitue un facteur de brassage culturel à l’époque hellénistique, compte parmi les vecteurs importants de la vitalité économique et commerciale observable aujourd’hui dans les fouilles archéologiques par la diffusion des marchandises et des monnaies. L’argument de la défense et des coûts qui lui sont nécessairement liés est également employé par les rois pour justifier des entrées d’argent supplémentaires comme, par exemple, l’impôt « galatique » perçu par Antiochos Ier dans les cités d’Asie Mineure à l’époque des invasions galates, entre 278-277 et 269-268 av. J.-C.9.

  • 10 En dernier lieu, MA J., « The Epigraphy of Hellenistic Asia Minor : A Survey of Recent Research (1 (...)
  • 11 Sur la colonisation hellénistique, je me borne à renvoyer aux études de Billows R., Kings and Colo (...)

11L’idéal hégémonique de grandes cités classiques, telles Athènes, Thèbes ou Sparte, principalement exprimé au ive siècle, est passé dans la politique internationale des royaumes gréco-macédoniens de l’époque hellénistique, dans un champ donc infiniment plus vaste. Dans ces conditions, on peut s’attendre à une place restreinte, limitée, pour les cités, dont on a bientôt pensé qu’elles ne faisaient pas le poids. Mais cet état de sujétion n’était au fond pas si nouveau pour les cités grecques. Écartons dès à présent cette question qui ne devrait plus en être une. D’autres l’ont dit avant moi10, la rupture qui se serait produite avec la conquête de la Grèce par Philippe II, suivie de la campagne d’Alexandre, aurait eu peu d’effets sur les cités grecques autre que celui d’en multiplier le nombre11. Ainsi le modèle traditionnel subsistait, dans une forme parfois différente, voire améliorée, de gouvernement démocratique qui donnait au peuple le contrôle de la vie politique, de la justice et de l’administration de la communauté, tout au moins à la haute époque hellénistique. Le phénomène s’observe davantage dans les cités grecques d’Asie Mineure car, à la suite de la domination perse, leur cadre politique, à l’inverse de celui des cités de Grèce propre, ne résultait pas d’une longue évolution et d’une tradition solidement établie. Déclarées libres par Alexandre le Grand, plusieurs d’entre elles entrèrent dans une phase de développement tant politique qu’économique et culturel. Quant aux cités de Grèce propre, des îles et du Péloponnèse, le contexte politique du ve siècle, marqué par l’impérialisme athénien, et celui du ive siècle, marqué par les guerres hégémoniques et l’émergence du royaume de Macédoine, les avaient accoutumées, bien avant la période hellénistique, à une politique internationale dont les enjeux idéologiques, politiques ou militaires dépassaient régulièrement les limites de leur territoire.

12Pour les unes comme pour les autres, les documents inscrits de l’époque hellénistique attestent la multiplication des relations diplomatiques, la fondation de fêtes religieuses importantes, la diversité et la prospérité de l’activité commerciale avec, il est vrai, des périodes de gêne suivant les vicissitudes de la politique internationale ; les restes archéologiques, pour leur part, illustrent bien l’épanouissement qui fut le leur par la construction de grands sanctuaires panhelléniques, d’enceintes fortifiées monumentales encore visibles aujourd’hui.

  • 12 Pour s’en convaincre, s’il en est encore besoin, on relira les deux articles de Gauthier Ph., « Le (...)
  • 13 Cf. Cohen G.M., The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands, and Asia Minor, 1995, p. 177.
  • 14 Cf. Bagnall R. S., The Administration of the Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde, 1976, p. (...)

13Paradoxalement, contre une opinion qui obtient certes de moins en moins d’adhésions, la période hellénistique ne se conçoit plus comme une période de déclin, mais bien comme une période d’apogée pour ces cités12. Il est vrai, certaines cités, malgré les déclarations d’indépendance successives d’Alexandre puis des Diadoques, ne tardèrent pas à tomber dans un état de villes-sujettes. Par exemple, à quelques exceptions près, qui correspondent à de rares et courtes périodes d’indépendance, Éphèse a été, dès 334 av. J.-C. et jusqu’à la conquête romaine, une capitale royale avec un gouverneur qui disposait d’une garnison installée à demeure13 ; Samos, pour sa part, n’a acquis son indépendance du royaume lagide que vers 192 av. J.-C., époque à laquelle correspondent l’apparition et la multiplication de documents épigraphiques relatifs aux affaires de la cité14. Mais ce sont là deux contre-exemples, pourrait-on dire, qui ne doivent pas distraire de la situation vécue par les centaines d’autres cités qui ont, dans bien des cas, laissé une documentation riche.

Les moyens de la guerre : diversité des effectifs

  • 15 Engels D. W., Alexander the Great and the Logistics of the Macedonian Army, 1978, p. 11-26 ; Roche (...)
  • 16 Sur les fondations de cités par Alexandre, cf. Seibert J., Alexander der Grosse, 1972, p. 179-183.

14Les moyens militaires des grands royaumes retinrent le plus souvent l’attention des auteurs anciens et des études modernes. À l’image de l’armée d’Alexandre, les effectifs des armées gréco-macédoniennes étaient en effet considérables et cosmopolites. Au commencement de sa conquête, Alexandre disposait d’une armée de 40 000 à 50 000 hommes dont le noyau était constitué de Macédoniens, tant des fantassins que des cavaliers, auxquels s’ajoutaient des contingents de spécialistes, alliés grecs ou mercenaires : fantassins et cavaliers grecs, archers et frondeurs crétois, fantassins légers et cavaliers thraces ou balkaniques, etc. Puis son armée se diversifia, tout en conservant une hiérarchie fondée principalement sur le critère ethnique : Macédoniens, archers et javelotiers perses ou crétois, cavaleries diverses, ingénieurs grecs travaillant à la construction et à l’entretien de machines de siège, de l’artillerie, au creusement des mines, etc., puis s’ajoutèrent bientôt les célèbres divisions d’éléphants d’Asie, qui furent par la suite représentatives surtout des armées séleucides. À cela devaient s’ajouter quantité d’interprètes et de petits métiers qui complétaient le train de l’armée15. Parvenue en Inde, l’armée comptait 120 000 hommes, puis 80 000 à la mort d’Alexandre. Continuant de compléter ses effectifs à même les tribus soumises au fil de sa progression, Alexandre avait fixé des Grecs dans les colonies militaires en guise d’armées d’occupation, qui ne tardèrent pas à s’organiser comme de réelles cités grecques16.

  • 17 Appien, Prooimion, 10 : 200 000 fantassins, 40 000 cavaliers, 300 éléphants, 2 000 chars de combat (...)
  • 18 Polybe, V, 65.
  • 19 Polybe, V, 79 ; Tite-Live, XXXVII, 18.

15À l’image, donc, de l’armée fondatrice d’Alexandre, les successeurs disposent eux aussi de troupes énormes et cosmopolites. Ptolémée II Philadelphe ne pouvait-il pas compter sur la force d’au moins 240 000 hommes17 ? Un chiffre, il est vrai, considérablement réduit sous le règne de Philopator, qui ne peut plus compter que sur des effectifs de 75 000 hommes18. Certes, les données chiffrées fournies par les auteurs anciens sont toujours à considérer avec prudence, mais elles offrent néanmoins des ordres de grandeur qui permettent parallèles et comparaisons. Ainsi, Antiochos III avait aligné devant l’ennemi lagide à la bataille de Raphia, en 217, près de 62 000 fantassins et de 6 000 cavaliers, un chiffre qui n’est pas démenti par les effectifs qu’il commande lors de la bataille de Magnésie du Sipyle, en 190 : 60 000 fantassins et 12 000 cavaliers19.

  • 20 OGIS, n° 266 ; cf. Launey M., Recherches sur les armées hellénistiques, 2 tomes, 1949-1950 ; réimp (...)
  • 21 Robert L., Collection Froehner I : les inscriptions grecques, 1936, p. 78-79.
  • 22 I. Erythrai, 24.
  • 23 Griffith G. T., The Mercenaries of the Hellenistic World, 1935 (réimpr. 1984), p. 308-316.

16Les mercenaires forment la majorité des effectifs et la demande est très forte. Macédoniens et Grecs peuvent y répondre en nombre au cours du iiie siècle par les divers centres de recrutement installés à travers l’Orient méditerranéen. Leur condition matérielle (solde, etc.) est assez bonne, les nouveaux royaumes issus du partage de l’empire d’Alexandre étant au faîte de leur puissance. Des textes fournissent des renseignements sur les problèmes de recrutement et de solde avec lesquels monarques et chefs militaires doivent sans cesse composer. Tel est le cas, par exemple, du contrat passé entre Eumène de Pergame et ses soldats au sujet d’un problème de solde20, ou de celui du dynaste carien Eupolémos qui traite avec les défenseurs de Théangéla qu’il vient de soumettre21. L’exemple de la cité ionienne d’Érythrées confrontée au problème récurrent de la solde des mercenaires montre en outre que les cités ont aussi à faire face à de telles situations22. Aux iie et ier siècles, la condition matérielle se détériore et le recrutement se barbarise : Sémites, Juifs, Orientaux… Des contingents indigènes sont recrutés en Égypte et en Asie, alors que l’armée macédonienne conserve un caractère plus national23.

  • 24 Cf. Lesquier J., Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, 1911 (réimpr. 1973), p. (...)
  • 25 Cf., pour l’étude d’un cas, Sijpesteijn P. J., « Report concerning Kleroi », Ancient Society, 10, (...)
  • 26 Cf. Lesquier J., Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, 1911 (réimpr. 1973), p. (...)

17Au cours des trois siècles, Lagides, Séleucides et Attalides réussissent à fixer le recrutement des troupes, à l’organiser de manière à pouvoir compter sur des apports réguliers d’effectifs ainsi que sur une présence également répartie sur l’ensemble du territoire occupé par le royaume. En Égypte, un système de clérouquies est mis en place : en échange d’une terre, de grandeur variable selon son rang, le clérouque, désigné également katoikos à partir du iie siècle24, est mobilisable (contre solde) et imposable. En cas de mobilisation, il quitte la terre, qui est récupérée par l’administration royale et repassée à quelqu’un d’autre. S’il survit à la campagne militaire, il reçoit à nouveau un kléros, qui n’est pas nécessairement le même. De tenure individuelle dont l’occupant n’a que l’usufruit, la clérouquie se transforme peu à peu, surtout à partir de la basse époque hellénistique, en propriété héréditaire et aliénable25. Ainsi, le clérouque peut en céder la propriété par donation ou legs à ses fils ou la vendre à un tiers. Il s’agit là d’un système individuel et essentiellement rural. Les fils de clérouques deviennent clérouques à leur tour, ce qui donne à l’armée lagide l’allure d’une armée sédentaire26.

  • 27 Voir, par exemple, le traité de sympolitie entre Smyrne et Magnésie-du-Sipyle, OGIS, n° 229.
  • 28 Cohen G. M., « Katoikiai, Katoikoi and Macedonians in Asia Minor », Ancient Society, 22, 1991, p. (...)

18Chez les Séleucides et les Attalides, la situation n’est pas aussi claire et le manque de sources n’aide en rien à éclaircir la question. Les rois séleucides semblent avoir procédé plutôt à des établissements de caractère rural ou urbain, qui pouvaient être des cités sans que cela fût une condition essentielle : les communautés ainsi formées se présentaient comme des groupes permanents de défense du territoire, fournissant éventuellement leur quotepart à l’effort royal. À l’opposé des clérouquies lagides, ce système collectif attire et fixe des immigrants dans des cadres conformes à leurs traditions et force parfois les cités grecques des environs à traiter avec leurs nouveaux voisins27. Mais bien des aspects de ce système restent mal compris. À tort, on a souvent cherché à expliquer les katoikia séleucides à partir de l’équivalent lagide. S’il ne fait pas de doute que les Séleucides ont fondé maintes cités et villes de plus ou moins grande dimension, la vocation militaire de celles-ci est loin d’être établie : des établissements comptaient effectivement des contingents macédoniens, mais ce n’était pas la règle28.

  • 29 Cf., par exemple, Polybe, VI, 52 ; XV, 25, 11 et XV, 25, 23-24.
  • 30 Diodore, XXIX, 6. Sur la présence parfois « indésirable » des mercenaires, le règlement sur les ka (...)

19Nombreux, les mercenaires sont un type marquant de la société hellénistique. Ne menant pas de vie civique à proprement parler, ils peuvent, cependant, au gré de leurs affectations, voter des décrets et exercer une influence politique sur leurs employeurs. Ils exercent surtout une influence culturelle, répandant, par les gymnases et la pratique des cultes notamment, des manières de vivre grecques, du moins encore au iiie siècle où le recrutement attire en masse Grecs et Macédoniens vers l’Orient méditerranéen. À partir du iie siècle, la tendance diminue et leur influence se poursuit d’une manière atténuée. Tandis que leur image n’est guère glorifiée dans la littérature29, qu’on les tourne en dérision (cf. les mercenaires de Ménandre : Thrasonidès du Misouménos, Polémôn de la Périkeiroménè, ou Stratophanès des Sycioniens), on ne leur conteste pas une supériorité certaine sur le citoyen-soldat30.

Les moyens de la guerre : diversité des tactiques

  • 31 Trois articles de M. M. Markle traitent de cette question : « The Macedonian Sarissa, Spear and Re (...)
  • 32 E. g. Plutarque, Vie d’Alexandre, 16, 3-6 ; 20, 7-8 ; 60, 1-11 ; Vie de Pyrrhos, 8, 7-10 ; 16, 11  (...)

20C’est d’abord par l’aspect technique que les moyens militaires des grands royaumes se distinguent le plus des usages de la guerre pratiqués auparavant dans le monde grec. La diversité des troupes est en rupture nette avec celle que connaissaient les cités grecques classiques, et ce, malgré le recours croissant aux mercenaires à partir de la guerre du Péloponnèse et, plus généralement, au cours du ive siècle. La phalange demeure le cœur de l’armée : la macédonienne est plus lourde et plus monolithique encore que la grecque ; elle fait merveille dans le monde hellénistique. Le phalangite est équipé d’une cotte de mailles, qui le protège mieux que la seule cuirasse du fantassin lourd grec, puis d’un casque, d’un bouclier, d’une épée d’estoc, dont les spécificités techniques évoluent somme toute assez peu. Depuis la réforme de Philippe II, la sarisse macédonienne remplace pourtant la pique grecque qui était plus courte et, de ce fait, un peu moins efficace (2,5 m) : mesurant de 5 à 6 mètres, la sarisse doit être tenue à deux mains rendant ainsi la progression de la phalange moins aisée. Mais la pointe acérée placée au talon de la sarisse permet aux phalangites d’attendre le choc de l’ennemi dans l’immobilité ; fichées en terre, les sarisses constituaient un mur de pointes presque impénétrable31. Sur le plan tactique, on observe, malgré la multiplication des types de troupes et de contingents spécialisés, assez peu d’évolution pour le combat terrestre : à part les hardiesses manœuvrières d’Alexandre et de Pyrrhos32, l’issue du combat reste le plus souvent déterminée par le choc de deux phalanges accompagné d’escarmouches, avec prépondérance de l’aile droite, où sont concentrées les troupes d’élite.

  • 33 Polybe, XVIII, 29-32 ; cf. aussi Tite-Live, XXXI, 34 ; voir Le Bohec-Bouhet S., « Les techniques d (...)

21Tout au long de la période, les batailles conservèrent ainsi l’idée du choc de deux masses compactes, tout en prenant diverses formes à l’image de la diversité des effectifs. Au milieu de la période, l’attention est retenue par la rencontre de la phalange macédonienne et de la légion romaine : la surprise est grande, la défaite est amère. L’outil de guerre par excellence dans le monde grec depuis près de six siècles a trouvé un ennemi supérieur et il n’est nul meilleur récit de cette rencontre, non sans un certain parti pris il est vrai, que les pages de Polybe qui suivent le tragique exposé de l’écrasement de Philippe V par Flamininus à Cynoscéphales33.

  • 34 Brunt P. A., « Alexander’s Macedonian Cavalry », JHS, 83, 1963, p. 27-47 ; Hammond N. G. L., « A N (...)
  • 35 Cf. Griffith G. T., The Mercenaries of the Hellenistic World, 1935 (réimpr. 1984), p. 246-250 ; La (...)

22Dans chaque armée hellénistique, les troupes légères sont nombreuses et variées, grâce au recrutement barbare ou semi-barbare, expression qui désigne les barbares des régions limitrophes du monde grec qui utilisent un mélange d’armement et de tactiques. Devant la diversité technique et l’inévitable diversité culturelle, les Grecs, en tant que techniciens de la guerre, sont recherchés pour préparer et même commander les troupes. On l’a dit plus haut, les troupes dites « légères » sont suffisamment variées, ethni quement diversifiées et variables dans le temps et selon les royaumes pour que le détail n’en soit pas possible ici. Rappelons simplement que la cavalerie avait été beaucoup utilisée par Alexandre, qui en avait fait la force d’assaut de première instance allant même jusqu’à charger l’infanterie ennemie sur ses flancs et ses arrières, mais qu’elle le fut moins ensuite, sinon sous la forme de corps légers pour l’escarmouche et le harcèlement des troupes ennemies en déplacement34 ; bien que le rapport entre phalange et cavalerie diminue considérablement après Alexandre, on note l’émergence ponctuelle d’escadrons à la réputation solidement établie, tels les javelotiers montés tarentins35.

  • 36 Cyropédie, 6, 1.
  • 37 Glover R. F., « Some Curiosities of Ancient Warfare », Greece and Rome, 16, 1950, p. 5-8.
  • 38 Sherwin-White-Kuhrt, p. 12.
  • 39 Polybe, V, 79.
  • 40 Polyen, IV, 6, 3.
  • 41 Voir Scullard H. H., The Elephant in the Greek and Roman World, 1974, p. 180-185.
  • 42 Will, I, p. 142-143 ; Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere und die Galater. Eine neue Ins (...)

23Et parmi les éléments les plus célèbres des armées hellénistiques, est-il besoin de mentionner les terribles chars à faux empruntés aux Perses (depuis le haut-archaïsme, les Grecs avaient délaissé l’usage du char de guerre) ? Décrits tout d’abord par Xénophon, au sujet de leur invention par Cyrus36, ils se retrouvent ensuite dans les armées d’Antiochos III, en 189, de Mithridate, en 86, et de Pharnakès II, fils de Mithridate, en 47, et ce, bien que leur efficacité soit douteuse37. Autre curiosité de poids des armées royales hellénistiques, les éléphants indiens, puis africains (moins bons parce que moins dociles), apparaissent parfois comme l’élément déterminant d’une armée en campagne. Séleucos Ier en aurait aligné près de 480 à la bataille d’Ipsos, en 301, grâce au don d’un nouvel allié, le roi mauryen d’Inde, Chandragoupta38, et Antiochos III en avait 102 contre les 73 de Ptolémée IV à Raphia39. Mais, malgré toute la nouveauté que présentait cette arme vivante pour les Grecs et son côté spectaculaire, ce n’est pas encore l’arme absolue, car elle se retourne facilement contre celui qui l’utilise et nécessite des précautions spéciales40 ; elle disparaîtra presque complètement des champs de bataille après l’échec d’Antiochos III à Magnésie du Sipyle, en 19041. L’issue favorable d’une bataille en particulier est tout de même attribuée à la présence des éléphants, au point que l’historiographie retint le nom de « Bataille des éléphants » pour l’affrontement décisif d’Antiochos Ier contre les Galates, en 269-268, qui se solda par la création de la Galatie où les Barbares furent parqués42.

  • 43 Cf. Garlan Y., La guerre dans l’Antiquité, 1972, p. 143-144.
  • 44 Cf. Ormerod H. A., Piracy in the Ancient World, 1924 (réimpr. 1987) p. 128-150 ; Berthold R., Rhod (...)

24Dans la tradition purement grecque de la guerre navale, dont Athènes et la Ligue de Délos représentent toujours l’exemple par excellence, les forces maritimes jouent un rôle capital dans les guerres entre royaumes hellénistiques. En effet, si, pour le monde oriental, la Méditerranée n’avait jamais été plus qu’une des multiples frontières ou limites naturelles, elle était, pour toute la durée de vie des royautés hellénistiques, le centre du monde et le terrain d’innombrables batailles navales en même temps que celui d’une « course aux armements », à la fois par le nombre des bateaux (150 à 200 unités pour Ptolémée Ier ; 500 pour Démétrios Poliorcète ; 200 pour Pyrrhos en Sicile…) et pour la taille démesurée de certains d’entre eux (jusqu’à 30 ou 40 rangs de rameurs !)43. Mais la plupart restent des trières, qui demeurent le navire de guerre privilégié, des pentères, voire des heptères. Alors que les Macédoniens n’ont jamais brillé par leur marine, Lagides et Séleucides se disputent les bois de la Cœlé-Syrie essentiels à la construction navale et les Lagides contrôlent, tout au long du iiie siècle, le bassin égéen et les détroits ; une position maritime de force qui fut ensuite assumée un certain temps par la puissante cité de Rhodes s’établissant en réelle police des mers44. Mais l’ampleur et la lourdeur des flottes interdisent toute subtilité aux batailles maritimes qui se limitent le plus souvent au choc de deux lignes : voilà ce qui ressort des récits de batailles dans les sources ; naturellement, les escarmouches en mer, notamment contre les pirates, qui ressemblaient davantage aux batailles navales de l’époque classique, étaient récurrentes.

  • 45 En dernier lieu, cf. Mcnicoll A. W., Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, (...)

25Sur la terre ferme, les développements techniques concernent en grande partie les constructions en dur : plus que jamais auparavant, l’enjeu des conflits se dénoue au pied des murs de villes et de citadelles. La poliorcétique atteint son apogée dès la fin du ive siècle et au début du iiie siècle ; au iie siècle, toutes les villes sont fortifiées. L’étude des enceintes révèle des plans élaborés et le déploiement d’un savoir-faire sans cesse amélioré, car elles sont des enjeux convoités : fossés, avant-murs, tours, tracés en crémaillères ou en dents de scie, poternes… Pour leur part, les machines de siège, associées à la mobilité des troupes légères, se comparent à celles qui ont été développées au cours du ive siècle, notamment à la cour de Denys de Syracuse : tours sur roues, béliers, artillerie, etc.45.

Les armées des cités

  • 46 Le recueil analytique de Maier F. G., Griechische Mauerbauinschriften. I. Texte und Kommentare. II (...)
  • 47 I. Erythrai, 23.
  • 48 I. Smyrna, II 1, 613 a-c ; I. Stratonikeia, II 1, 1003-1004.
  • 49 Voir Migeotte L., Les souscriptions publiques dans les cités grecques, 1992, nº 69. Sur les dépens (...)

26Plusieurs moyens permettent à l’historien moderne de reconnaître aux cités hellénistiques une capacité militaire, c’est-à-dire l’existence, l’entretien d’une armée. Le plus évident reste visible sur le terrain : les cités étaient, dans presque tous les cas, dotées de fortifications. Outre l’intérêt archéologique qu’elles présentent et toutes les conclusions techniques ou tactiques qu’on peut en tirer, les fortifications n’allaient pas sans une organisation, une planification complexe qui était assurée par les corps civiques. De cela, les textes fournissent d’abondants détails dont voici quelques exemples46 : la construction et l’entretien des murs sont documentés par des contrats conclus entre les cités et des entrepreneurs, par des documents administratifs honorant des citoyens responsables de ces tâches – les épistates des remparts, épistatès teichôn, réunis le plus souvent en collèges comme à Érythrées par exemple47 ; de petits textes de Smyrne et de Stratonicée montrent bien que l’urbanisme de la ville incluse dans l’enceinte faisait aussi l’objet d’une planification de la part des corps civiques, ceci dans un but essentiellement militaire48 ; le financement est documenté par des souscriptions, notamment, comme celle votée par le peuple de Colophon à la toute fin du ive siècle49 ; les travaux de fortification concernent aussi le territoire, parsemé de fortins et de forteresses, dont les restes plus modestes n’en sont pas moins encore visibles aujourd’hui pour qui s’aventure en dehors des pistes ; etc.

  • 50 Voir Gauthier Ph., « Notes sur le rôle du gymnase dans les cités hellénistiques », Wörrle M. et Za (...)

27Mais, plus importants encore que l’existence des fortifications ellesmêmes, les hommes qui s’y trouvaient méritent l’attention : les textes attestent ainsi la présence de garnisaires, le plus souvent des citoyens soldats cantonnés dans les fortins du territoire ou dans la citadelle ; des citoyens soldats qui n’hésitaient pas à prendre les armes pour sauvegarder les intérêts de leur communauté. Ils attestent aussi de nombreuses magistratures militaires occupées par des citoyens, à l’issue de processus de sélection démocratiques et, dans l’immense majorité des cités hellénistiques, du souci sans cesse renouvelé de former les futurs citoyens aux arts de la guerre. Le pluriel est ici employé à dessein, car les cités ont su suivre, jusque dans une certaine mesure, les développements techniques de leur temps : les jeunes apprenaient toujours le combat traditionnel de la phalange hoplitique, mais à cela s’ajoutaient le tir à l’arc, le lancer du javelot, le tir à la catapulte, le combat avec armes légères, comme l’attestent les nombreuses inscriptions des gymnases (listes de vainqueurs principalement)50.

  • 51 Voir, par exemple, Baker P., « La vallée du Méandre au iie s. a.C. : relations entre les cités et (...)

28La documentation ne manque pas, mais elle reste encore peu utilisée, peut-être en raison de son caractère hétérogène. Aucun texte n’est à même de fournir un portrait clair d’une situation vécue par l’une ou l’autre des cités. En rassemblant tous les témoignages, il est cependant possible d’obtenir un portrait global à partir de situations traversées, vécues par certaines d’entre elles et relatées dans les inscriptions. S’il n’est pas possible de connaître avec précision le fonctionnement des milices civiques de chaque cité, il n’est plus permis de mettre en doute leur existence51.

Les cités en guerre

29On peut alors poser la question qui suit logiquement celle de la capacité militaire des cités et qui oriente vers une approche moins théorique de la question de la défense des cités hellénistiques. Contre qui les cités devaient-elles se défendre ? Quels dangers les menaçaient concrètement ? La période hellénistique eut ceci de particulier qu’elle confronta les cités non seulement à une forme différente de pouvoir politique, un pouvoir fondé essentiellement sur la puissance de fantastiques armées, mais, ceci étant la conséquence directe de cela, elle les confronta aussi à une nouvelle forme de guerre ou, plutôt, à de nouvelles raisons de faire la guerre. Intégrées dans de grands royaumes qui s’étaient formés autour d’elles et au-dessus d’elles, parfois à leur avantage, parfois à leurs dépens, les cités étaient forcées de mener une politique étrangère à double niveau. D’un côté, elles luttaient activement pour le maintien de leur autonomie politique, autonomie et liberté parfois entachées de compromis qui faisaient alterner les périodes de gouvernement démocratique avec celles de gouvernement oligarchique, voire, pour les périodes plus anciennes (i. e. sous les Diadoques), de sujétion à un tyran. D’un autre côté, elles poursuivaient une politique étrangère à plus petite échelle, c’est-à-dire une politique étrangère « traditionnelle » faite du jeu d’alliances et de conflits entre cités voisines, de querelles territoriales qui se réglaient par les armes ou par la négociation, dont les enjeux, qui n’en étaient pas moins importants pour elles, ne s’écartaient guère de leur cadre local. L’attitude des cités dans ce paysage politique double témoigne de leur volonté d’indépendance par rapport à toute puissance extérieure, quelle qu’elle fût.

  • 52 Divers exemples dans la littérature, e. g. Phocée et Téos en 190 av. J.-C. : Polybe, XXI, 6, 1-6 ; (...)
  • 53 Pour le cas de la situation des cités d’Asie Mineure après la guerre antiochique, voir Baronowski (...)

30À ce paysage politique, qui représentait pour les cités des menaces de diverses natures, répondaient tout naturellement des réactions – militaires ou politiques – de diverses natures. La menace présentée par les armées royales appelait des réactions différentes fondées sur des facteurs très variés allant de la soumission pure et simple de la cité, à l’obstination et à la volonté de faire front, ce qui menait à des prises d’armes qui se soldaient rarement en sa faveur52. Dans les conflits avec les puissances royales, c’est la liberté et l’autonomie des cités qui étaient en jeu. L’attaquant monarchique s’intéressait à une cité pour la situation stratégique qu’offrait, par exemple, son centre urbain ou son port, en tant que point stratégique par rapport à un territoire infiniment plus vaste, ce qui explique que ces conflits se concrétisaient le plus souvent par le siège de la ville, non par une guerre ouverte sur le territoire. Toutefois, plusieurs facteurs justifiaient qu’une armée royale s’attarde sur le territoire d’une cité : peut-être n’était-elle pas parvenue à faire plier la population assiégée et cherchait-elle vengeance en se jetant sur le territoire ? Ou peut-être essayait-elle de provoquer une sortie des troupes qui tenaient la ville ? Ou, enfin, si le roi ne portait aucun intérêt particulier à la ville, peut-être profitait-il des richesses du territoire pour approvisionner ses troupes53 ?

31D’un autre côté, les cités ne craignaient pas de combattre leurs semblables ; lorsque la puissance ennemie était une autre cité, les conflits tendaient plus rarement à la prise de la ville, bien que plusieurs cas soient connus (en Crète notamment), mais visaient surtout le territoire pour ses ressources économiques et matérielles. Qu’ils aient eu l’aspect de duels agonistiques des temps passés ou qu’ils se soient étirés dans le temps en prenant la forme de guerres d’usure et de razzias à l’image de l’évolution amorcée dès le ive siècle, l’on ne peut guère en juger.

  • 54 De beaux exemples dans l’épigraphie : Milet et Héraclée du Latmos contractent une alliance, Syll.3 (...)

32Quoi qu’il en fût, la défense du territoire et de la ville était maintenue sans relâche. Les liens diplomatiques avec les cités voisines étaient multipliés et des alliances militaires ou des conventions d’assistance furent de plus en plus l’objet de tractations entre les cités. Les rois ou leurs représentants faisaient aussi l’objet de prestations de la part d’ambassades dépêchées par des cités soucieuses d’assurer la sauvegarde du territoire national et de ses habitants. Pour la majorité des cités, l’armée qu’elles entretenaient avait pour objectif principal celui de défendre l’espace civique54.

  • 55 Par exemple, on peut évoquer le beau décret d’Appolonia du Pont honorant les citoyens d’Istros qui (...)

33Ceci conduit tout naturellement à de nouvelles questions. Qu’en étaitil de ces conflits de portée locale, de ces petits accrochages qui constituaient l’ordinaire des cités grecques, de ces conflits dont la documentation épigraphique témoigne abondamment : arbitrages portant sur des litiges frontaliers, conflits armés aboutissant à des traités de paix, des alliances militaires, etc. ? De plus petite intensité et impliquant certainement moins de moyens, ils n’en demeuraient pas moins très graves à l’échelle des cités, puisqu’ils touchaient directement à l’intégrité de l’espace civique55.

  • 56 La variété des techniques et des armes enseignées dans les gymnases illustre bien cela, cf. Launey (...)

34Dans le jeu complexe des relations entre les cités, les ennemis d’hier devenaient souvent des alliés avant qu’un nouveau différend ne les désunisse. Et l’on peut voir se dessiner, à travers le voile d’une histoire à grande échelle, documentée par les auteurs anciens, une histoire parallèle qui concerne essentiellement le monde des cités, celui-là même qui retenait seul l’attention aux siècles précédents pour des motifs en tous points similaires. Le thème de la guerre à l’époque hellénistique peut donc, à la lumière des exemples fournis par la documentation épigraphique, recevoir quantité de définitions, quantité d’explications. Pour les cités, le contexte politique international avait changé et, inévitablement, les moyens et les techniques de faire la guerre. Dans la mesure de leurs ressources financières et humaines, mais aussi dans la mesure de leurs besoins réels, elles surent s’adapter à tout cela en ne renonçant pas aux progrès technologiques56.

La paix

  • 57 Préaux Cl., « La paix à l’époque hellénistique », Recueils de la Société Jean Bodin, XIV : La Paix(...)
  • 58 Ibid., p. 233.

35Dans un monde de guerres incessantes, l’idée de la paix garde l’aspect positif qu’elle a commencé à prendre au ive siècle. Les traités de l’époque sont en principe jurés pour une durée perpétuelle, parfois avec des clauses prévoyant des changements ou des renouvellements. Ils présentent la paix « comme un état qu’il faut restaurer, conserver, rénover, confirmer57 ». Dans le jeu des relations internationales, les rois ont pourtant un rôle paradoxal : guerriers, ils sont aussi les restaurateurs et les conservateurs de l’ordre, surtout pour leurs sujets et pour les cités qui sont en leur possession, qui les saluent souvent comme sauveurs, protecteurs, bienfaiteurs, etc. Déjà Alexandre se présente comme le réconciliateur et le pacificateur du monde bien que son entreprise soit une conquête militaire. Le roi incarne donc la « paix de la victoire magnanime58 ». Tandis que les exploits des princes font l’objet d’éloges officiels, beaucoup de décrets louent les artisans de la paix, diplomates ou ambassadeurs ; ce sont en général des personnages de haut prestige, de grande qualité et de grande éloquence, car il est rare que les rois négocient eux-mêmes.

  • 59 E. g. la Cœlé-Syrie, éternelle pomme de discorde entre Lagides et Séleucides.
  • 60 Cf. Kasceev V., « Schiedsgericht und Vermittlung in den Beziehungen zwischen den hellenistischen S (...)

36Ceci renvoie inexorablement à la réalité qui reste plus brutale : il est clair que, quand ils recherchent la paix, les rois ont généralement en vue un avantage militaire. Ils y sont souvent forcés par leur infériorité du moment à l’issue d’une campagne militaire moins heureuse ; ils tergiversent, ils convoitent un adversaire moins fort, etc. La guerre demeure pour eux un objet toujours présent et la paix un moyen d’avoir les mains libres et du temps pour « se refaire ». L’équilibre politique est donc toujours précaire, sans cesse remis en question. Dans leur façon de faire la paix, les rois recourent aux procédures traditionnelles, ce qui ne présente donc pas en soi de nouveauté et conserve à la paix l’image d’un contrat. Mais celui-ci est souvent durement négocié, pas toujours complètement accepté par l’une des deux parties et reste porteur de tensions, génératrices de nouveaux conflits59… Aucun organisme supérieur aux royaumes ne peut servir d’arbitre ou garantir le respect des traités. Même le Sénat romain, à partir du milieu du iie siècle jusqu’à la fin de la période, ne peut intervenir, sauf exceptions, que comme partie impliquée dans les conflits, non comme un pouvoir supérieur. Peu à peu, pourtant, la puissance militaire romaine supplanta celle des royaumes hellénistiques au point où Rome parvint à s’imposer, mais au titre d’adversaire, non d’arbitre60.

  • 61 Ager S., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 BC, 1996.
  • 62 Sur l’activité diplomatique rhodienne, voir Ager S., « Rhodes : the Rise and Fall of a Neutral Dip (...)

37Les relations entre les cités sont, pour leur part, intenses et continues, quoique tout se passe bien souvent à l’ombre de l’influence des grandes puissances à qui l’on demandait parfois de l’aide, ce qui explique que des querelles locales à la portée infime se retrouvent mentionnées dans des traités généraux mettant fin à de vastes guerres entre les grandes puissances. À cela s’ajoutent la piraterie et les conflits sociaux à l’intérieur des cités. Les relations entre Grecs n’ont donc guère changé. C’est souvent à travers leurs tentatives de règlements que nous connaissons ces conflits. L’arbitrage, moyen de règlement très ancien, continue d’être pratiqué à l’époque hellénistique, comme en témoignent les nombreux documents épigraphiques commodément rassemblés par S. Ager61, ce qui pourrait laisser penser qu’il s’est alors plus largement répandu. Mais il faut se garder d’une fausse illusion créée par l’abondance de documents. L’initiative provenait souvent de l’extérieur : un roi (au moins au début de l’époque), une confédération, une tierce cité, puis le Sénat ; mais les cités en conflit pouvaient demander elles-mêmes l’intervention d’une puissance extérieure et neutre capable d’arbitrer : cité(s), roi, confédération, Sénat… Les procédures demeuraient les mêmes qu’autrefois, mais les résultats étaient fragiles et souvent remis en question, faute d’institutions de sanction. Seuls Alexandre, les Diadoques et le Sénat (après 146 av. J.-C.) semblent avoir eu assez d’autorité pour imposer les arbitrages. La cité de Rhodes peut aussi avoir tenu ce rôle un certain temps, surtout au IIIe et au début du iie siècle62.

  • 63 Cf. Gawantkaw., Isopolitie. Ein Beitrag zur Geschichte der zwischenstaatlichen Beziehungen in der (...)
  • 64 Cf. Rigsby.
  • 65 Préaux Cl., « La paix à l’époque hellénistique », op. cit., p. 259.

38Les cités se rapprochaient par des traités d’alliance, réglant leurs différends et leurs rapports futurs (e. g. symmachia), et par divers moyens juridiques qui se multiplièrent et s’étoffèrent : accords réciproques de droit d’intermariage (épigamia), de droit de propriété (egktèsis) et même le droit de cité (conventions d’isopoliteia)63 ; des conventions proprement judiciaires (symbolai) ouvraient aux citoyens des cités contractantes les tribunaux des autres cités ; les décrets de proxénie se multiplièrent, tout comme les décrets d’asylie64, notamment de la part des Étoliens qui, en exemptant des cités du risque de pillages, tissèrent des relations en mer Égée. « Les variantes de détail sont naturellement nombreuses, mais, dans l’esprit et dans la technique d’accord, il y a une profonde continuité de l’époque classique à l’époque hellénistique. Aussi bien sommes-nous de part et d’autre dans le monde des cités65. »

Conclusion

  • 66 « La guerre à l’époque hellénistique », in Vernant J.-P. (éd.), Problèmes de la guerre en Grèce an (...)

39Les conflits militaires semblent n’avoir guère subi d’interruptions à l’époque hellénistique. Certes, les guerres ne sévissaient jamais partout à la fois, mais elles n’en marquaient pas moins le paysage politique international. Tantôt dures et cruelles, elles laissèrent paraître des gestes chevaleresques ou cléments. On ne se battait plus à la manière archaïque, mais plutôt à la manière du ive siècle, avec des moyens accrus, tout au moins tant que seules les grandes monarchies étaient concernées66.

  • 67 E. g. à Érythrées, Syll.3, n° 285.
  • 68 E. g. Milet avec Héraclée du Latmos, Syll.3, n° 633.
  • 69 Voir l’étude brillante de Robert J. et L., « Une nouvelle inscription grecque de Téos en Ionie. L’ (...)

40À plus petite échelle, l’étude des armées dans les cités grecques hellénistiques permet d’observer un attachement inconditionnel et toujours très vivant des corps civiques au territoire et à la cité. Leur défense était encore une préoccupation nationale, tout à fait citoyenne, au cœur de toutes les relations qu’entretenaient les cités hellénistiques avec l’extérieur, quel que fût l’interlocuteur : qu’il s’agît de la négociation avec un roi ou son représentant pour le retrait d’une garnison royale67, ou d’un traité d’alliance militaire unissant deux cités68, le souci de préserver l’intégrité du territoire et l’indépendance de l’espace civique motivait toujours les cités. De même, la multiplication des conventions de sympolitie conduisant à l’incorporation du territoire d’une petite cité ou d’une bourgade dans celui d’une voisine plus importante trahit aussi cet attachement au territoire et la volonté, sinon d’en agrandir la superficie, tout au moins d’en maintenir les limites69. Tout comme le citoyen soldat est intimement lié à l’histoire des origines de la démocratie, puis à l’histoire de la démocratie à l’époque classique, il est lié à l’histoire de la cité et à celle de la survivance de la démocratie à l’époque hellénistique.

41Parvenu au terme de cette réflexion, il convient de revenir sur la question posée au départ et qui en constituait le fil conducteur : la guerre à l’époque hellénistique avait-elle changé avec l’arrivée des rois comme figures dominantes de l’histoire politique du monde grec, désormais élargi à l’ensemble du monde connu d’alors ? Aussi légitime fût-il de poser la question, il demeure délicat d’en fournir une réponse définitive et tranchée. Les nouveaux acteurs marquèrent profondément la destinée du monde grec et le visage de la politique internationale, mais le monde plus traditionnel de la cité, celui-là même qui s’était lentement mis en place depuis le viiie siècle av. J.-C., n’avait pas tant changé. Bon an mal an, les impératifs de défense des cités demeurèrent les mêmes, cependant que s’ajoutaient, à un palier supérieur, à une échelle qui les surpassait généralement, d’autres considérations qu’elles ne pouvaient pas ignorer, mais sur lesquelles elles n’avaient peut-être pas de prise réelle. La guerre à l’époque hellénistique prit diverses formes et elle bénéficia, pour son développement technique et tactique, de moyens financiers qui, jusque-là dans l’histoire grecque, avaient été sans pareils. En cela, on peut dire que l’apparition des rois sur la scène politique constitua un facteur de changement dans les pratiques guerrières. De même, la nécessité de préserver l’intégrité d’États originellement conquis par la lance, et l’inévitable tentation d’en accroître les limites, généralisèrent le recours aux antagonismes guerriers dans le cours de la politique internationale.

42Mais cela était-il si nouveau pour les Grecs ? Certes, à l’exception des cas particuliers de la conquête de la Messénie par les Spartiates et de certains conflits opposant des cités crétoises, les Grecs des cités ne pratiquaient pas la guerre d’expansion, de conquête ; l’attachement aux terres qu’ils défendaient plongeait ses racines si loin dans l’histoire que seule la mythologie parvenait à l’expliquer. Pour résoudre les différends territoriaux, c’està- dire ceux qui touchaient les États au plus profond d’eux-mêmes, la solution armée se présenta longtemps comme la seule envisageable.

  • 70 Robert L., « Les juges étrangers dans les cités grecques », von Caemmerer E. et alii (éd.), Xenion (...)

« Dans le régime de la cité antique […], s’il y a conflit, et d’abord un conflit territorial, entre deux cités, ordinairement limitrophes, si l’on ne peut s’entendre, la force et la guerre sont la solution, et l’histoire grecque est semée de ces conflits pour un coin de pays pris, perdu, repris, selon les circonstances70. »

  • 71 Garlan Y., La guerre dans l’Antiquité, 1972, p. 197-203.

43La violence était, pour les Grecs, un outil politique normal71.

Notes

1 Cf. Will, I, p. 248-261.

2 Mehl A., « ΔοριΏκτητο

6

χῶρα. Kritische Bemerkungen zum “Speerwerb” in Politik und Völkerrecht der hellenistischen Epoche », Ancient Society, 11/12, 1980-1981, p. 173-177, 208 ; sur les motifs de la conquête d’Alexandre, cf. Austin M. M., « Alexander and the Macedonian Invasion of Asia : Aspects of the Historiography of War and Empire in Antiquity », Rich J. et Shipley G. (éd.), War and society in the Greek world, 1993, p. 197-223.

3 Bengtson H., Herrschergestalten des Hellenismus, 1975, p. 98-100.

4 Cf. les ouvrages de Lerner J. D., The Impact of Seleucid Decline on the Eastern Iranian Plateau : the Foundations of Arsacid Parthia and Graeco-Bactria, 1999, et de Holt F. L., Thundering Zeus : the Making of Hellenistic Bactria, 1999.

5 Will, II, p. 40-44.

6 Austin M. M., « Hellenistic Kings, War and the Economy », Classical Quarterly, 36, 1986, p. 454-457.

7 « Des généralissimes », écrivait Lévêque P., « La guerre à l’époque hellénistique », Vernant J.-P. (éd.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, 1968, p. 276, ajoutant que dix monarques séleucides sur quatorze sont morts sur le champ de bataille (cf. p. 276-279). La réaction des habitants de la Cœlé-Syrie devant Ptolémée victorieux à la bataille de Raphia est, à cet égard, représentative (Polybe, V, 86) et je me bornerai à citer l’inscription qui désigne ainsi Ptolémée, au lendemain de sa victoire : « Roi Ptolémée Grand Dieu Sauveur, Philopator et Niképhoros » (OGIS, n° 89) ; Austin M. M., « Hellenistic Kings, War and the Economy », Classical Quarterly, 36, 1986, p. 457-459.

8 Ibid., p. 459-461.

9 Attesté par trois inscriptions d’Érythrées, I. Erythrai, nos 24, 30 et 31 ; l’existence de cet impôt « galatique » témoigne de la gravité de la menace que représentaient les Barbares, comme de l’engagement des troupes royales dans la protection des cités. Il reste à se demander si cette protection pour laquelle la cité payait un impôt spécial se concrétisait par une assistance militaire efficace. Car les documents des cités grecques d’Asie évoquant la présence des Barbares et l’état d’incertitude dans lequel elles se trouvaient ne mentionnent pas systématiquement l’appui de troupes royales. Dans ce cas précis, la taxe imposée par le roi était faite pour assurer les cités sujettes d’une protection adéquate, mais les textes d’Érythrées (aussi I. Erythrai, n° 28) montrent que la cité assumait elle-même sa défense, en plus de payer un tribut aux Galates ( !). Cf. Haussoullier B., Études sur l’histoire de Milet et du Didymeion, 1902, p. 63 ; Orthw., Königliche Machtanspruch und städtische Freiheit, 1977, p. 90-91.

10 En dernier lieu, MA J., « The Epigraphy of Hellenistic Asia Minor : A Survey of Recent Research (1992-1999) », AJA, 104, 2000, p. 107.

11 Sur la colonisation hellénistique, je me borne à renvoyer aux études de Billows R., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imperialism, 1995, et de Cohen G.M., The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands, and Asia Minor, 1995.

12 Pour s’en convaincre, s’il en est encore besoin, on relira les deux articles de Gauthier Ph., « Les cités hellénistiques : épigraphie et histoire des institutions et des régimes politiques », Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine. Athènes, 3-9 octobre, 1982, 1984, p. 82- 107, et, plus récemment, ID., « Les cités hellénistiques », Hansen M. H. (éd.), The Ancient Greek City-State, 1993, p. 211-231.

13 Cf. Cohen G.M., The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands, and Asia Minor, 1995, p. 177.

14 Cf. Bagnall R. S., The Administration of the Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde, 1976, p. 80- 88.

15 Engels D. W., Alexander the Great and the Logistics of the Macedonian Army, 1978, p. 11-26 ; Rochette B., « Les armées d’Alexandre le Grand et les langues étrangères », Antiquité Classique, 66, 1997, p. 311-318.

16 Sur les fondations de cités par Alexandre, cf. Seibert J., Alexander der Grosse, 1972, p. 179-183.

17 Appien, Prooimion, 10 : 200 000 fantassins, 40 000 cavaliers, 300 éléphants, 2 000 chars de combat et des réserves d’armes en quantité suffisante pour équiper 300 000 autres soldats…

18 Polybe, V, 65.

19 Polybe, V, 79 ; Tite-Live, XXXVII, 18.

20 OGIS, n° 266 ; cf. Launey M., Recherches sur les armées hellénistiques, 2 tomes, 1949-1950 ; réimpression de l’édition originale avec commentaires additionnels par Y. Garlan, Ph. Gauthier, Cl. Orrieux, 1987, p. 742-743 ; Virgilio B., « Eumene I e i mercenari di Filetereia e di Attaleia », Studi Clas. e Orient., 32, 1982, passim ; le règlement militaire d’Amphipolis est également digne de mention : Roussel P., « Un règlement militaire de l’époque macédonienne », RA, 1934, p. 39- 47 ; Feyel M., « Un nouveau fragment du règlement militaire trouvé à Amphipolis », RA, 1935, p. 29-68 ; De Sanctis G., « Il regolamento militare dei Macedoni », Riv. Fil., 62, 1934, p. 515- 521 et, enfin, Nieto F. J. F., « Los reglamentos militares griegos y la justicia castrense en época helenística », Vélissaropoulos J. et Thür G. (éd.), Symposion 1995. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Korfu 1.-5. September 1995), 1997, p. 221-244.

21 Robert L., Collection Froehner I : les inscriptions grecques, 1936, p. 78-79.

22 I. Erythrai, 24.

23 Griffith G. T., The Mercenaries of the Hellenistic World, 1935 (réimpr. 1984), p. 308-316.

24 Cf. Lesquier J., Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, 1911 (réimpr. 1973), p. 30.

25 Cf., pour l’étude d’un cas, Sijpesteijn P. J., « Report concerning Kleroi », Ancient Society, 10, 1979, p. 156.

26 Cf. Lesquier J., Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, 1911 (réimpr. 1973), p. 30-66.

27 Voir, par exemple, le traité de sympolitie entre Smyrne et Magnésie-du-Sipyle, OGIS, n° 229.

28 Cohen G. M., « Katoikiai, Katoikoi and Macedonians in Asia Minor », Ancient Society, 22, 1991, p. 41-44.

29 Cf., par exemple, Polybe, VI, 52 ; XV, 25, 11 et XV, 25, 23-24.

30 Diodore, XXIX, 6. Sur la présence parfois « indésirable » des mercenaires, le règlement sur les kapèloi de l’Héraion de Samos ne manque pas d’intérêt : IG XII, 6.1, 169, avec lemme complet et commentaire p. 130-133 ; cf. Nenci G. « Gli “indesirabili” nell’Heraion di Samo : (SEG 27, 545) : παρά ; στρατιῶ ται, ἂπεργοι, ικἐΏται, δούλοι », Messana, 1, 1990, p. 9-15 ; Soverini L., « Il “commerco nel tempio” : osservazioni sul regolamento dei kavphloi a Samo », Opus 9-10, 1991, p. 59-121 ; à lire, également, Krasilnikoff J. A., « Aegean Mercenaries in the Fourth to Second centuries B.C. A Study in Payment, Plunder and Logistics of Ancient Greek Armies », Classica et Mediaevalia, 43, 1992, p. 23-36.

31 Trois articles de M. M. Markle traitent de cette question : « The Macedonian Sarissa, Spear and Related Armor », AJA, 81, 1977, p. 323-339 ; « Usage of the Sarissa by Philip and Alexander of Macedon », AJA, 82, 1978, p. 483-497 ; « Macedonian Arms and Tactics under Alexander the Great », Macedonia and Greece in Late Classical and Early Hellenistic Times. Studies in the History of Art, vol. 10, 1982, p. 82-111.

32 E. g. Plutarque, Vie d’Alexandre, 16, 3-6 ; 20, 7-8 ; 60, 1-11 ; Vie de Pyrrhos, 8, 7-10 ; 16, 11 ; 17, 6 ; 22, 7-11 ; etc.

33 Polybe, XVIII, 29-32 ; cf. aussi Tite-Live, XXXI, 34 ; voir Le Bohec-Bouhet S., « Les techniques de la guerre au ive s. », Prost Fr. (éd.), Armées et sociétés de la Grèce classique. Aspects sociaux et politiques de la guerre aux ve et ive siècle av. J.-C., 1999, p. 267-269. Les sources conservées de la conquête d’Alexandre ne permettent d’identifier, avec certitude, que quatre batailles rangées à l’image des siècles précédents : celles du Granique (334), d’Issos (333), de Gaugamèles (331) et de l’Hydaspe (326), mais l’armée perse ou les armées barbares rencontrées ne pratiquaient pas la technique de la phalange, ce qui en contraignait l’utilisation par Alexandre.

34 Brunt P. A., « Alexander’s Macedonian Cavalry », JHS, 83, 1963, p. 27-47 ; Hammond N. G. L., « A Note on “pursuit” in Arrian », Class. Quarterly, 28, 1978, p. 136-140.

35 Cf. Griffith G. T., The Mercenaries of the Hellenistic World, 1935 (réimpr. 1984), p. 246-250 ; Launey M., Recherches sur les armées hellénistiques, 19872, p. 601-604.

36 Cyropédie, 6, 1.

37 Glover R. F., « Some Curiosities of Ancient Warfare », Greece and Rome, 16, 1950, p. 5-8.

38 Sherwin-White-Kuhrt, p. 12.

39 Polybe, V, 79.

40 Polyen, IV, 6, 3.

41 Voir Scullard H. H., The Elephant in the Greek and Roman World, 1974, p. 180-185.

42 Will, I, p. 142-143 ; Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere und die Galater. Eine neue Inschrift in Denizli », Chiron, 5, 1975, p. 65-72.

43 Cf. Garlan Y., La guerre dans l’Antiquité, 1972, p. 143-144.

44 Cf. Ormerod H. A., Piracy in the Ancient World, 1924 (réimpr. 1987) p. 128-150 ; Berthold R., Rhodes in the Hellenistic Age, 1984, p. 98-101 ; Gabrielsen V., The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, 1997, p. 42-44. Le rôle de première importance joué par la flotte de guerre pour les Lagides ne trouve pas son écho dans la documentation conservée ; celle-ci, par conséquent, demeure encore assez mal connue (déjà, Lesquier J., Les institutions militaires de l’Égypte sous les Lagides, 1911 [réimpr. 1973], p. i) : voir, tout de même, Hauben H., Callicrates of Samos, a Contribution to the Study of the Ptolemaic Admiralty, 1970, et Bagnall R. S., « The Ptolemaic Trierarchs », Chronique d’Égypte, 46, 1971, p. 356-362.

45 En dernier lieu, cf. Mcnicoll A. W., Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, avec révision et un chapitre additionnel par Milner N. P., 1997 ; cf. aussi Garlan Y., Recherches de poliorcétique grecque, 1974, et Will Éd., « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque. C.-r. de Y. Garlan, Recherches, 1974 », Revue historique, 253, 1975, p. 297-318 ; Marsden E.W., Greek and Roman Artillery. I. Historical Development ; II. Technical Treatises, 1969-1971.

46 Le recueil analytique de Maier F. G., Griechische Mauerbauinschriften. I. Texte und Kommentare. II. Untersuchungen, 1959-1961, est fondamental, mais il importe de le consulter en parallèle avec les recensions qui en ont été faites et dont certaines ont la valeur d’études en propre : Robert L., Gnomon, 42, 1970, p. 579-603 (= OMS, VI, p. 629-653) ; Garlan Y., BCH, 93, 1969, p. 152- 160 ; Habicht Chr., Historia, 12, 1963, p. 380-384 ; cf. aussi Maier F. G., « Inschriften und Festungsbau. Der Mauerbau als Unternehmen der Polis », LERICHE P. et Tréziny H. (éd.), La fortification dans l’histoire du monde grec. Actes du colloq. intern. Valbonne, 1982, 1986, p. 299-304.

47 I. Erythrai, 23.

48 I. Smyrna, II 1, 613 a-c ; I. Stratonikeia, II 1, 1003-1004.

49 Voir Migeotte L., Les souscriptions publiques dans les cités grecques, 1992, nº 69. Sur les dépenses militaires des cités, cf. ID., « Les dépenses militaires des cités grecques : essai de typologie », Andreau J., Briant P. et Descat R. (éd.), Économie antique, 5. La guerre dans les économies antiques, 2000, p. 145-176, et Baker P., « Coûts des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », ibid., p. 177-196.

50 Voir Gauthier Ph., « Notes sur le rôle du gymnase dans les cités hellénistiques », Wörrle M. et Zanker P. (éd.), Stadtbild und Bürgerbild im Hellenismus, 1997, p. 1-11.

51 Voir, par exemple, Baker P., « La vallée du Méandre au iie s. a.C. : relations entre les cités et institutions militaires », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle, 2001, p. 61-73 ; ID., « Remarques sur la défense à Cos à l’époque hellénistique », REA, 103, 2001, p. 183-195 ; ID., « Quelques remarques sur des institutions militaires dans les cités de Thessalie à l’époque hellénistique », The Ancient World, 32-2, 2001, p. 191-206 ; ID., « Participation civique à la défense des cités à la période hellénistique », CÉA, 29, 1995, p. 109-116, et ID., Cos et Calymna, 205-200 a.C. : esprit civique et défense nationale, 1991.

52 Divers exemples dans la littérature, e. g. Phocée et Téos en 190 av. J.-C. : Polybe, XXI, 6, 1-6 ; Tite- Live, XXXVII, 11, 15 ; 27, 9 ; 28, 1-2 ; 32, 1-8.

53 Pour le cas de la situation des cités d’Asie Mineure après la guerre antiochique, voir Baronowski D., « The Status of the Greek Cities of Asia Minor after 190 B.C. », Hermes, 119, 1991, p. 450-463.

54 De beaux exemples dans l’épigraphie : Milet et Héraclée du Latmos contractent une alliance, Syll.3, n° 633 ; Priène s’organise contre les Galates, OGIS, n° 765 ; autres mesures contre les Galates à Érythrées, I. Erythrai, 28 ; etc. On ne peut s’empêcher de songer au célèbre document concernant des mesures d’urgence prises par les Éphésiens au moment de l’une des guerres mithridatiques, en déc. 87-janv. 86 av. J.-C. : « Puisque de grands dangers menacent le sanctuaire d’Artémis, la cité et tous les citoyens, de même que tous les habitants de la cité et du territoire, il est nécessaire que tous soient unanimes pour faire face au péril ; plaise au peuple, l’affaire relevant de la défense, de la sécurité et du salut du sanctuaire d’Artémis, de la cité et du territoire… » (OGIS, n° 742, l. 23-28).

55 Par exemple, on peut évoquer le beau décret d’Appolonia du Pont honorant les citoyens d’Istros qui étaient venus à son secours lorsqu’elle subissait une attaque des Mésambriens : Pippidi D. M. et Popescu E.M., Dacia, 3, 1959 [1960], p. 241-258, nº 4 et la longue analyse de Robert J. et L., BullÉp, 1961, 419 (p. 187-201). L’alliance est maintes fois évoquée dans le texte (cf. les éditeurs, p. 247) ; les conflits régionaux récurrents trouvent une vive illustration dans le long décret honorifique pour Orthagoras d’Araxa, qui était intervenu de nombreuses fois dans les conflits opposant sa communauté à plusieurs bourgs lyciens, au cours du iie siècle (Pouilloux P., Choix d’inscriptions grecques, 1960, nº 4) ; une série de documents permet de suivre les relations entre les cités de la basse vallée du Méandre sur une période d’environ 75 ans, soit depuis le dernier tiers du iiie siècle jusqu’à la première moitié du iie siècle. Témoignant de conflits frontaliers à répétition, de guerres, d’alliances, cette riche documentation épigraphique, qui relate le plus souvent des événements isolés, certes parfois difficiles à rapprocher les uns des autres, atteste l’existence de conflits militaires tout comme de relations politiques entre des cités qui partageaient un terroir : en dernier lieu, cf. Baker P., « La vallée du Méandre au iie s. a.C. : relations entre les cités et institutions militaires », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle, 2001, p. 61- 73.

56 La variété des techniques et des armes enseignées dans les gymnases illustre bien cela, cf. Launeym., Recherches sur les armées hellénistiques, 1987, p. 815-835.

57 Préaux Cl., « La paix à l’époque hellénistique », Recueils de la Société Jean Bodin, XIV : La Paix, 1961, p. 234.

58 Ibid., p. 233.

59 E. g. la Cœlé-Syrie, éternelle pomme de discorde entre Lagides et Séleucides.

60 Cf. Kasceev V., « Schiedsgericht und Vermittlung in den Beziehungen zwischen den hellenistischen Staaten und Rom », Historia, 46, 1997, p. 419-433.

61 Ager S., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 BC, 1996.

62 Sur l’activité diplomatique rhodienne, voir Ager S., « Rhodes : the Rise and Fall of a Neutral Diplomat », Historia, 40, 1991, p. 10-41 ; et sur le revers subi après Pydna : Gabrielsen V., « Rhodes and Rome after the Third Macedonian War », Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L., Zahle J. et Randsborg K. (éd.), Centre and Periphery in the Hellenistic World, 1993, p. 132-161.

63 Cf. Gawantkaw., Isopolitie. Ein Beitrag zur Geschichte der zwischenstaatlichen Beziehungen in der griechischen Antike, 1975.

64 Cf. Rigsby.

65 Préaux Cl., « La paix à l’époque hellénistique », op. cit., p. 259.

66 « La guerre à l’époque hellénistique », in Vernant J.-P. (éd.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, 1968, p. 279 et 286, notait que, de 323 à 150 av. J.-C., la guerre n’avait réellement cessé que quatre fois et pour de brèves périodes d’un an, deux ou dix ans. Autrement, les conflits n’avaient guère subi d’interruptions…

67 E. g. à Érythrées, Syll.3, n° 285.

68 E. g. Milet avec Héraclée du Latmos, Syll.3, n° 633.

69 Voir l’étude brillante de Robert J. et L., « Une nouvelle inscription grecque de Téos en Ionie. L’union de Téos et de Kyrbissos », JS, 1976, p. 153-235 (= OMS, VII, p. 297-379).

70 Robert L., « Les juges étrangers dans les cités grecques », von Caemmerer E. et alii (éd.), Xenion : Festschrift für P. J. Zepos anlässlich seines 65. Geburtstages am 1. Dezember 1973, 1973, p. 769 (= OMS, V, p. 141).

71 Garlan Y., La guerre dans l’Antiquité, 1972, p. 197-203.

Auteur

Université Laval, Québec

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540