Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Quatrième partie. L’empire séleucide

Dans les pas d’Antiochos III : l’Asie mineure entre pouvoir et discours

John Ma

Texte intégral

Le roi est passé

  • 1 Austin M., « Hellenistic kings, war and the economy », C (...)
  • 2 Pour Philippe V en Carie, voir le chapitre d’A. Bresson dans le présent volume.
  • 3 Sur le « décret des trois rois », voir Blümelw ., « Ein (...)

1 Un roi passe, un roi est passé. À l’époque hellénistique, le perpétuel mouvement du souverain représente un élément constituant du royaume et de la royauté. Toute l’histoire politique de la haute époque hellénistique, l’âge des rois, est marquée par les rois en mouvement ; cette histoire est celle d’un espace-temps royal, celui des cartes qui rêvent de nous faire voir « l’Orient hellénistique en 270 av. J.-C. », en grandes zones de couleur. Ce monde est instable, ainsi que l’a souligné M. Austin 1 , parce que les acteurs politiques ont « la bougeotte », à l’échelle de l’espace égéen où ils trouvent à affronter leurs pairs. Le roi de Macédoine, Antigonos Dôson, part avec sa flotte se tailler une province en Carie, à l’autre bout de la mer Égée ; son fils, Philippe V, dans l’éphémère éclat de sa puissance après la paix de Phoinikè, mène une extraordinaire campagne qui s’étendra de la Carie du Sud à l’Hellespont ; Attale Ier, profitant de ce que son rival, l’usurpateur séleucide Achaios, est occupé dans le Sud anatolien, monte avec l’appui d’une forte troupe de mercenaires galates une rapide tournée de l’Ionie, l’Éolide et la Troade, avant qu’Achaios ne revienne lui disputer les cités – tous ces exemples, au-delà des conjonctures, reflètent cette conception de la royauté et cet espace-temps très particulier 2 . La grande histoire politique s’en ressent, dans sa complexité, surtout à partir de la deuxième moitié du iii e siècle ; pour saisir concrètement ce que cette complexité événementielle a pu signifier au niveau local, on peut se reporter à un document récemment trouvé à Bargylia, où un arbitrage entre cités atteste la relation enchevêtrée du pouvoir de trois rois (Ptolémée V, Philippe V, Antiochos III) dans la Carie des toutes dernières années du iii e siècle 3 .

2 Antiochos III offre un exemple paradigmatique de ce modèle du roi en mouvement. Son règne prend des aspects de longue patrouille armée ; c’est le seul souverain hellénistique à rivaliser avec Alexandre pour ce qui est de l’étendue de ses déplacements, qui le menèrent en Étolie en Occident, et en Orient jusqu’aux Hautes Satrapies et l’Inde (Afghanistan et Hindou- Kouch modernes). Le surnom Mégas , et plus tard le titre Basileus Mégas que prend Antiochos, expriment la conscience de ce rapport entre stature royale et campagnes de conquête : le premier a été assumé après l’expédition dans les Hautes Satrapies (209-205), et le second après la reconquête de la Coelé-Syrie et Phénicie.

  • 4 J’ai reproduit et commenté ces documents dans Ma , 1999  (...)

3 Le règne d’Antiochos III a également la particularité d’être très riche en documents épigraphiques, matériel sans cesse accru. Ex Asia semper quid novi  : la plupart de ces documents proviennent d’Asie Mineure. À part Philippe V en Macédoine, Antiochos III doit être le souverain hellénistique de loin le mieux documenté par l’épigraphie (à présent, une bonne cinquantaine de documents pour son activité en Asie Mineure et la période immédiatement postérieure, après qu’il eut perdu le contrôle de cette région en 190). Ce n’est pas seulement le roi qu’on perçoit plus clairement : Zeuxis, ho épi tôn pragmatôn , le grand vice-roi des affaires anatoliennes, est attesté avec une précision croissante 4 .

4Ces documents épigraphiques nous permettront d’écrire non seulement l’histoire de ce roi, ou l’histoire événementielle de son règne, mais une histoire du pouvoir et du discours. L’important est d’essayer de lire ces documents, sous plusieurs angles ; cet essai se propose de suivre des pistes de lecture dans le corpus des documents du Grand Roi, Antiochos III, et des cités d’Asie Mineure.

Prendre, rendre, dire : comment construire l’espace royal

  • 5 SEG , II, 663, pour le terme sullepsis , q (...)
  • 6 Bikerman E., « La cité grecque dans les monarchies hellénistiques », (...)

5 Un roi passe : plusieurs documents dans notre dossier ont trait au moment fondateur de la « prise » d’une cité par le souverain ( sullêpsis , pour utiliser le terme hellénistique) 5 . Moment cardinal, fondateur, de la relation entre roi et cité : le roi prend, le roi rend. Le premier acte se fait par la force, plus ou moins ouvertement, dans des conditions de violence plus ou moins prononcée ; le second acte ne peut s’accomplir que par le langage. La prise de contrôle est suivie d’un acte de langage, qui redéfinit l’existence de la cité, sous forme de privilèges octroyés ou de statuts concédés, mais aussi, de manière plus élémentaire, sous la forme du droit d’exister, purement et simplement : en 322, après la fin de la guerre lamiaque, Antipater rend aux Athéniens « la cité, les biens et tout le reste » (Diodore, XVIII, 18, 4) ; l’entité au pouvoir peut aussi choisir de ne pas accorder cette existence, et d’abolir l’existence de la cité. Cette séquence du « prendre-rendre » existe avant l’époque hellénistique ; pour cette dernière, E. Bickerman a mis en valeur l’importance du phénomène, construisant le rapport fondamental entre dominant et dominés, et constituant en général l’espace lui-même du pouvoir royal 6 .

  • 7 SEG , XLI, 1003, I ; voir la traduction du texte en Anne (...)
  • 8 RC , n° 38 ; à lire avec Ma , 1999, n° 5. (...)
  • 9 I. Iasos , 4 ; à lire avec Ma , 1999, n° 2 (...)

6 C’est ainsi qu’Antiochos III, après avoir fait son entrée dans Téos, à la tête de ses troupes et de ses Amis (vers 203), déclare la ville, devant l’assemblée des citoyens, « sacrée, inviolable et exempte de tributs », comme l’indique un décret téien publié par P. Herrmann 7 . À la même époque (en 203 précisément), un officier royal, très probablement Zeuxis, le « préposé aux affaires de l’Asie Mineure », écrit une brève note à Amyzon, petite cité de montagne, en Carie : après que la cité se fut rendue, Zeuxis assura les habitants de leur sécurité, de leurs biens, et de leurs privilèges précédents. L’inscription du document à Amyzon en proclame la valeur légale, et donc la fonction protectrice : la lettre de Zeuxis, de ton si « royal » qu’on l’a longtemps prise pour une lettre d’Antiochos III, fonde le rapport entre roi et cité. Par la suite, Antiochos III et son fils, Antiochos, « rendirent » (apédôkan) le sanctuaire, ce dernier étant « inviolable » (asylon) après l’acte de restitution : l’expression, très particulière, doit bien désigner la transaction « prendre-rendre », plutôt que la restitution d’un statut ou un privilège antérieurs (on attendrait apokatestèsan , « restituèrent 8  »). Enfin, à Iasos, la reine Laodice, épouse d’Antiochos III, répète la version, ou la vision, séleucide : le roi, son mari a « repris possession » (anaktèsaménos) de la ville, puis lui « a rendu la liberté et les lois 9  ».

  • 10 Rappelons brièvement qu’un acte de discours performatif (performative (...)

7 La force idéologique de la transaction est évidente : elle assume la légitimité du pouvoir exercé, puisque les déclarations du nouveau pouvoir, bien qu’instaurées par la force, doivent être acceptées et considérées comme légitimes, tant bien que mal. En 196, face à Smyrne et Lampsaque qui résistent, face aux ambassadeurs romains qui le somment de respecter l’autonomie des Grecs, Antiochos III insiste sur la nécessité absolue de ne tolérer la liberté des cités d’Asie Mineure qu’à condition qu’elle soit un don du roi, reflétant son bon vouloir ( ab rege impetratam , dia ; cavrito" : Tite-Live, XXXIII, 38, 1-7 ; Polybe, XVIII, 51, 9). Le discours du souverain doit être performatif, pour utiliser le commode concept développé par J. L. Austin dans sa speech-act theory 10 . Cette dernière permet de comprendre la violence principale du « prendre-rendre » : elle réside dans ce que l’on peut nommer le « paradoxe de Petrey », du nom de S. Petrey, spécialiste américain de la littérature française du xix e siècle. Dans tout changement de pouvoir, la transformation politique

  • 11 Petrey S., «  La Conquête de Plassans  : c (...)

« […] doit s’articuler dans une parole performative qui instaure sa propre puissance tout en prétendant que cette puissance est déjà légitimée. Pour déclarer quoi que ce soit, il faut posséder le droit à la déclaration. […] Comment proclamer un empire ? Agir en sorte que la proclamation soit superflue 11  ».

  • 12 I. Priene , 1 ; à lire avec Sherwin-White (...)

8 Pour une illustration saisissante de ce paradoxe, on peut relire la lettre d’Alexandre aux Priéniens, écrite sans doute lors du passage du roi en Asie Mineure (334), et plus tard partiellement inscrite sur une parastade du temple d’Athéna à Priène 12 (voir Annexes , doc. 1).

  • 13 Briant P., « Alexandre à Sardes », Carlsen (...)

9 Le roi impose les catégories ; dans l’après-conquête, il règle les statuts par ses déclarations performatives, y compris les déclarations concernant la liberté et l’exemption, qui sont des privilèges octroyés. Il est essentiel de préserver une grande part de continuité des pratiques achéménides, pour pouvoir se glisser dans l’entité achéménide en se substituant à l’autorité préexistante : P. Briant a étudié ces processus, notamment par une lecture serrée d’Arrien 13 . Dans la lettre aux Priéniens, le plus remarquable est cette clause en ginwvskw, « je prends connaissance d’une terre comme mienne ». Comment Alexandre, qui n’a jamais mis les pieds dans cette région d’Ionie du Sud avant 334, peut-il savoir que ces villages font partie du domaine royal, dont la terre est sienne ? Par le droit de conquête. Mais ce dernier se réalise à travers un acte de langage. L’énoncé est performatif : Alexandre déclare que certains villages appartiendront à la terre royale, et donc paieront le tribut ; mais cette opération prend la forme d’un constat, pour affirmer la fiction d’une légitimité préexistante dont l’acte de parole du roi n’est que la manifestation. Le « paradoxe de Petrey » fonctionne à plein : il explique le choix du verbe, inhabituel pour un performatif du pouvoir, à la limite entre le performatif, dont il se rapproche par son côté d’action et de processus, et le constat, dont il se rapproche par l’aspect cognitif, qui suppose un état des choses préexistant, auquel le souverain a droit, légitimement. Comment « prendre connaissance » peut-il en revenir à « prendre possession » ? Le concept de « magie sociale » (P. Bourdieu) décrit assez bien le fonctionnement de cette déclaration.

  • 14 Pour Zeuxis, voir Gauthier , 1989, p. 39-42 ; son titre (...)

10 Un roi est passé : que reste-t-il après le passage du roi ? Il reste bien sûr des gens – au premier chef, le fidèle Zeuxis, qui occupa son poste de viceroi de l’Asie Mineure pour vingt-six ans, de 216 à 190 ; son titre, tel qu’il apparaît dans une alliance conclue avec la cité de Philippoi (métonomasie temporaire d’Eurômos) était littéralement « le préposé laissé derrière (ἁπολελειµµέΏνο) par le roi Antiochos à la tête des affaires de ce côté-ci du Taurus ». Cette expression, et généralement le phénomène des fonctionnaires royaux « laissés » par le roi, sont bien attestés pour Séleucides (mais caractérisent également Alexandre) 14 . Cependant, le pouvoir du roi ne réside pas seulement dans les hommes du roi ; il est prolongé, dans l’espace arpenté et construit par son passage, par des discours qui, eux aussi, voyagent et construisent le royaume, en mobilisant les hommes du roi, mais aussi en rendant l’espace royal appréhendable et dicible.

  • 15 SEG , XXXVII, 1010 ; à lire avec Gauthier (...)
  • 16 Amyzon : Robert , Amyzon , n (...)

11 En 209, Antiochos III nomma Nikanôr, son chambellan, « grand-prêtre de tous les sanctuaires » de la région « de l’autre côté du Taurus » (le roi écrit depuis la Médie). À cet office, Antiochos III ajouta celui de préposé aux sanctuaires : Nikanôr s’occuperait « de leurs revenus et des autres affaires », comme sous « notre grand-père » (Antiochos II). Une lettre, qualifiée d’ordonnance royale (prostagma) , fut expédiée à Zeuxis, en Asie Mineure, arrivant, sans doute à Sardes, un mois et dix jours plus tard. Le roi y notifie sa décision à Zeuxis, et ordonne que Nikanôr soit mentionné dans l’en-tête des contrats et autres actes ; une copie de la lettre doit également être exposée dans les sanctuaires les plus fréquentés. La décision du roi fut appliquée : Zeuxis écrivit à ses subordonnés, et l’ordonnance royale voyagea dans la hiérarchie administrative, jusqu’à la publication dans les sanctuaires. Une stèle, trouvée par H.Malay à Pamukçu (Ptéléai byzantin ; dans la Mysie ancienne), retrace, sous forme de dossier, la transmission de la lettre du roi vers le dernier échelon, chaque étape étant chargée d’une lettre supplémentaire : Antiochos à Zeuxis, Zeuxis à Philôtas, Philôtas à Bithys. Les trois petits caractères inscrits sur le fronton de la stèle sont peutêtre des chiffres cardinaux ou un aide-mémoire à l’intention du lapicide – ultime étape du processus 15 . Un autre exemplaire encore inédit du dossier, récemment trouvé, toujours par H. Malay, à Akshehir cette fois (ancienne Philomélion, en Prygie), montre les mêmes fonctionnements : communication du souverain au vice-roi, puis de ce dernier à des fonctionnaires, différents selon la géographie des provinces, puis de ces fonctionnaires à leurs propres subalternes. Quant à la stipulation de faire figurer Nikanôr en tête des actes, on la retrouve au niveau local. Des décrets d’Amyzon et de Xanthos commencent effectivement par une formule fixe, obligatoire dans les territoires du roi : « Sous le règne d’Antiochos (III) et d’Antiochos (le fils), an X, mois Y, Nikanôr étant grand-prêtre 16 . »

  • 17 Müller H., « Der hellenistische Archiereus », Chiron (...)

12 La force idéologique du document peut se lire à plusieurs niveaux. L’espace est divisé en catégories, dites par le roi ; sa volonté est exécutée, et l’efficacité de l’administration se met en scène, non par la communication d’instructions directes aux administrés, dont l’acquiescement va de soi, mais par l’affichage du cheminement des ordres : l’arbre hiérarchique joue comme cérémonial ou comme démonstration, rendant visible ce qui pourrait n’être qu’une abstraction, l’empire séleucide des cartes du type « monde hellénistique en 209 av. J.-C. ». Dans l’espace dit par le roi, Nikanôr reçoit un pouvoir étendu, que l’ordonnance exprime simplement : tous les sanctuaires, dans la terre de l’autre côté du Taurus. Il ne s’agit pas de culte royal, comme on a pu le croire. Nikanôr exerce une « haute-prêtrise » qui prétend coiffer tous les cultes locaux d’Asie Mineure d’un échelon supérieur, un fonctionnaire royal, qui, de plus, a des fonctions administratives en ce qui concerne les revenus des sanctuaires – comme l’affirme H. Müller, il est fort possible que la haute-prêtrise ait été ensuite affectée au culte royal d’État, en 204 ou en 193 ; le dossier cependant ne me paraît pas encore complètement clair 17 . Le temps prend une inflexion séleucide puisque les actes locaux sont dorénavant datés épi Nikanôros , mais aussi par la référence à une histoire dynastique : l’office de Nikanôr en tant que épi tôn hiérôn (préposé au sanctuaire) prend pour modèle la pratique sous Antiochos II, la continuité séleucide est maintenue.

13 Cette continuité est une fiction : le fait même qu’Antiochos III doive se référer au règne de son grand-père nous rappelle que le contrôle séleucide a été sérieusement ébranlé, amenuisé, voire, à certains moments, aboli en Asie Mineure depuis la mort d’Antiochos II en 246. En 209, Antiochos III ne contrôle pas toute l’Anatolie cistaurique, loin de là. Mais c’est précisément ce caractère de fiction qui aide à comprendre le projet idéologique du prostagma de 209 : dépeindre un empire séleucide imaginé comme homogène et fermement tenu, à l’intérieur duquel le bon vouloir et la bienfaisance du roi s’exercent et s’affichent. Dans ce programme, les conquêtes et les campagnes entreprises par Antiochos III et Zeuxis peuvent se présenter comme légitimes et naturelles.

Les cités parlent au roi, les cités parlent du roi

  • 18 SEG , I, 366.
  • 19 Robert , La Carie , II, n° 166 ; le texte (...)
  • 20 SEG , II, 663.

14 On pourrait illustrer, par les documents épigraphiques, l’effet que la construction de l’espace royal exerce sur ceux qui doivent la vivre. Par exemple, Boulagoras de Samos, envoyé par sa cité pour contester la mainmise d’Amis séleucides sur des territoires de la pérée samienne, suit Antiochos II pas à pas, alors que le roi en mouvement émigre d’Éphèse vers la capitale régionale de Sardes 18  ; la petite Apollonia de la Salbakè, sous Antiochos III, a des démêlés avec l’administration royale, qui semble remarquablement bien organisée, autonome et active, avec une bonne connaissance des communautés et des ressources locales, et un certain niveau de communication entre le contrôleur financier, eklogistès , et d’autres branches de l’administration – tout cela se voit dans un extraordinaire décret honorifique de la cité 19  ; sous Eumène II, dans un décret honorant le gouverneur attalide des régions hellespontiques, une cité révèle le détail de sa dépendance des subsides royales en provenance du basilikon (trésor royal) 20 .

15Cependant, les inscriptions montrent aussi comment les cités se créent une marge d’action par le discours, tout comme le roi construit son espace par le langage. La capacité d’agir par le langage n’est pas réservée aux puissants ; hautement organisée en institutions civiques, la cité hellénistique est aussi une entité parlante, agissante et désirante. Le dossier des inscriptions relatives aux rapports entre Antiochos III et les cités l’illustre de manière saisissante.

  • 21 SEG , XXXVII, 859 ; le texte est reproduit en Annexes (...)

16 La négociation et le dialogue font partie intégrante de ces rapports. À Héraclée du Latmos, après que la cité fut passée aux Séleucides, un contingent de vingt-deux ambassadeurs se présenta devant Zeuxis, pour transmettre un décret de la cité honorant le roi, mais aussi pour défendre une multitude de dossiers. Les ambassadeurs parlèrent « des conditions difficiles qui affectent la cité depuis le passé, à cause des guerres, demandant que les privilèges accordés par les rois soient maintenus », avant de présenter une longue liste de demandes. Ils demandèrent une subvention importante (dont le montant se négocierait au-dessus d’un seuil que les Héracléens prirent soin de préciser), des exemptions d’impôts pour aussi longtemps que possible sur les récoltes, les pâturages et les ruches, un don de blé, l’exemption de taxes sur le blé importé dans la ville, le retour d’un certain territoire avec ses habitants (sans doute une terre sujette, avec des villages indigènes). Zeuxis accepta ; le roi accorda tout, et même un peu plus. Le plus étonnant reste la taxe portuaire, autrefois affermée par la cité, qui recevait de l’adjudicataire de la taxe une quantité d’huile pour le gymnase (c’est en tout cas l’explication que donne l’éditeur, M. Wörrle, d’un passage difficile de l’inscription). La pratique civique combinait fiscalité et comportement liturgique, voire évergétique. Une fois la cité tombée sous le contrôle séleucide, la taxe portuaire devenait taxe royale, perçue sans doute par l’administration royale et selon des principes et des taux fixés à Sardes plutôt que localement. La cité cependant obtint que le Grand Roi Antiochos III suivît la pratique locale (bon prince, il augmenta même la quantité prévue). Héraclée illustre la ténacité avec laquelle une communauté locale pouvait négocier avec un conquérant, et la densité de ces rapports de négociation 21 .

17Le processus en revient à un effort de socialisation du pouvoir royal par la cité. À travers la négociation, Héraclée donne forme au pouvoir du roi, en lui parlant des précédents qui ont cours ; il s’agit d’enraciner et de localiser ce qui se présente comme un discours général et totalisant, le pouvoir du roi, dans des formes adaptées et acceptables. Pourquoi, après tout, parler à Zeuxis des ruches du Latmos, pourquoi ne pas laisser l’administration séleucide se débrouiller ? Mieux valait sans doute prendre les devants pour limiter les dégâts, et demander une exemption temporaire, dans l’espoir de poser exactement la forme qu’allaient prendre les prélèvements.

18 On peut également déceler une autre forme de socialisation dans les décrets honorifiques des cités pour les officiers et gouverneurs royaux : à ces hommes du roi, les décrets assignent des rôles tirés des protocoles civiques de l’échange des honneurs et des prestations évergétiques. La performativité joue à ce niveau, les cités disposant d’énoncés efficaces dans leur propre domaine ; de façon plus diffuse, les décrets tentent de situer les officiers royaux dans des récits civiques, structurés sur une éthique de la réciprocité. Sont-ce là des « honneurs peu coûteux et illusoires », ainsi que l’écrivait M. Launey ? L’exemple d’Apollonia de la Salbakè invite à nuancer fortement ce jugement : entre la communauté locale en proie à des réclamations de l’administration séleucide, et le commandant de cavalerie stationné dans la ville se tissent de bons rapports, et l’hipparque aidera les Apolloniens à plusieurs reprises, intervenant finalement auprès des fonctionnaires pour défendre les privilèges de la cité (voir Annexes , doc. 6). Comme dans les processus de négociation, la socialisation des administrateurs et des officiers vise à ancrer localement les éléments du pouvoir central, et ainsi à en affecter les formes concrètes.

19 De plus, les décrets des cités élaborent des récits avec leur propre logique. À Téos, la cité donne une version très particulière et focalisée du « prendrerendre » royal, et l’exemple vaut la peine d’une lecture un peu détaillée. Bien sûr, on peut écrire de ce moment un récit « objectif », en fait royal ou royaliste, participant de la grande histoire politique et de l’histoire administrative : Téos, ville attalide, est prise par Antiochos III, qui entre dans la ville, et déclare la ville asyle et libre de tributs ; en outre, il promet de libérer la cité des autres contributions (syntaxeis) qu’elle a dû payer à Attale I er . Après son séjour dans la ville, il reçoit une ambassade des Téiens, convoquée pour traiter des détails : il leur révèle que sa promesse est tenue, la cité est déjà dispensée pour toujours des taxes (phoroi) autrefois payées au roi Attale. Le roi confronte la cité à la magie sociale bienfaisante de ses discours performatifs en action ; le pouvoir, une fois de plus, se met en spectacle dans son efficacité.

  • 22 P. Debord, dans le présent volume, souligne l’omniprésence de ces images du pouvoir séleucide dans (...)
  • 23 Giovannini A., « Téos, Antiochos III et Attale I er (...)
  • 24 Pour la réaction de L. Robert, voir BullÉp , 1984, 365, (...)

20 La cité de Téos réserve, certes, une bonne place au discours royal : ce dernier se trouve répété dans le discours civique du décret ; la bienfaisance du roi est reconnue par les honneurs cultuels pour le roi, puis pour ses ancêtres, et par les relations entretenues avec les cités de la Séleucide, la Syrie du Nord qui forme un des centres de l’empire 22 . Le royaume séleucide est dans Téos ; mais Téos est-elle dans le royaume ? On peut se poser la question en lisant le décret décrivant l’arrivée d’Antiochos III : un blanc narratif empêche de savoir ce que le roi faisait au juste dans la région, en particulier à Téos ; le « prendre-rendre » est dissimulé par la langue de bois évergétique – au point que A. Giovannini a pu écrire qu’il ne s’était rien passé à Téos, dans un article de grand intérêt 23  : Antiochos III passait par là, avec armes et bagages, « ses Amis et celles de ces forces qui l’accompagnaient », comme l’indique le décret, il a fait un séjour dans la ville, reconnu quelques privilèges locaux, et est intervenu, sur la demande des Téiens, auprès de son collègue, Attale Ier, pour lui demander un petit geste en faveur de Téos. Position un peu perverse, qui eut le don de mettre en fureur L. Robert ; mais elle se fonde sur une lecture du document, à qui Giovan nini, très rigoureux, ne prétend faire dire rien de plus que ce qui est dans le texte 24 .

21 Un autre cas très semblable est la stèle trouvée à Iasos, portant deux documents (doc. 4). Vient, d’abord, une lettre de Laodice III, annonçant une évergésie (don de blé, dont le bénéfice servira à doter les filles de citoyens pauvres), après la conquête (la « reconquête », pour être précis) et l’octroi de la liberté par le roi, par pitié et esprit d’évergésie. La prise de Iasos par la force est prolongée par d’autres formes de conquête, comme le récit, le don, ou plus précisément la naturalisation de la présence séleucide sous la forme indéniable du don, la pénétration de l’évergésie séleucide dans le corps civique, par le biais de dons adressés à la cité, mais aussi bénéficiant aux pauvres, et révélant ainsi, au profit du trop bienfaisant pouvoir séleucide, les divisions dans la masse des citoyens, divisions que l’idéologie civique s’attache à occulter. Comme dans La Conquête de Plassans , la prise de pouvoir à Iasos se déroule à des niveaux multiples, dans la profondeur de l’espace social. Cependant, les Iasiens répondent à cette mise en place du pouvoir royal, instaurant des honneurs cultuels pour le roi et la reine, mais tenant bien à préciser les choses, en prenant et en laissant, en recadrant le récit de la venue du roi : il ne s’agit pas de conquête et d’octroi, mais de soin évergétique pour les Grecs, de souci pour la paix, et de libération d’Iasos en en chassant une garnison étrangère et laissant les Iasiens maîtres de leur cité. Iasos juxtapose les récits, démontrant sa propre initiative dans le jeu de la construction du passé et du présent qui permettra aux dominants et dominés de vivre ensemble.

  • 25 Voir les travaux de P. Baker, résumés dans le présent volume, infra (...)

22 À travers ces récits qui incarnent une vérité locale face au discours royal, la cité raconte le roi, et se raconte. Téos se permet de louer l’attitude d’Antiochos envers la cité, son évergète, et parle de la pistis du roi, reprenant ainsi à son profit des éléments du répertoire royal. Les rites du culte pour le souverain (richement documentés à Téos ou à Iasos) fonctionnent également en tant que réflexes protecteurs : de la violence du présent, du pouvoir royal qui se veut inéluctable, la cité fabrique un précipité de mémoire, inscrivant la version locale dans le temps monumental du rituel, des lieux de mémoire, de la religion civique des fêtes. Il ne faut pas négliger l’importance de ces phénomènes, qui permettent aux cités hellénistiques de garder leur identité et une tenace volonté d’exister comme acteur : ces qualités se manifestent dans l’histoire des cités, dans leurs velléités d’indépendance le moment venu, dans leur désir d’exploiter au maximum les occasions offertes, et dans la compétition, souvent violente, avec leurs pairs 25 .

Entre pouvoir et discours

23En reconnaissant l’activité des discours des cités, mon but n’est pas, dans le vieux débat du « Stadt und Herrscher », de substituer à un paradigme de l’oppression et de l’asservissement un paradigme du dialogue et de la liberté. Le matériel épigraphique atteste directement la violence, ouverte ou cachée, de l’État royal, et la volonté d’Antiochos III de construire son royaume comme un espace de pouvoir à travers le discours – discours tantôt sur l’espace lui-même, tantôt adressé aux sujets. Mais je voudrais simplement souligner le rapport dialectique qui existe entre cette forme de discours, et les discours locaux produits par les cités, et partant, la complexité des situations de pouvoir et d’interaction.

24Quelques points méritent réflexion pour ouvrir, plutôt que clore, les perspectives. Premièrement, les cités contribuent-elles à leur propre asservissement ? En offrant prise au discours royal qu’elles incorporent dans leur discours civique, Téos et Iasos acceptent, bon gré mal gré, la version séleucide (« propagande », si l’on veut, ou idéologie) et la désignation séleucide de l’espace, des choses, des acteurs et des événements (bienfaisance « ancestrale » d’Antiochos III, paix, pouvoir). Surtout, les décrets civiques, en reformulant la conquête pour en escamoter la violence et pour la rendre acceptable dans l’optique identitaire de la cité, ne jouent-ils pas le jeu du roi, en lui attribuant une légitimité, tout en élaborant ce récit civique où j’ai choisi de voir la capacité des cités à dire et à agir ? De façon analogue, le cas d’Héraclée négociant son statut dans le royaume séleucide peut être considéré comme un effort réussi pour socialiser les formes d’un pouvoir étranger et nouveau, mais aussi comme une acceptation de ce pouvoir que les Héracléens ont tenté d’infléchir, mais auquel ils n’ont pas tenté de résister. En acceptant de bon cœur la livraison d’huile à la cité en retour de la perception de la taxe portuaire, Antiochos III intégrait Héraclée dans ces deux perspectives sous des formes acceptables – la situation rêvée, finalement, pour le partenaire dominant.

  • 26 Heuss A., Stadt und Herrscher des Hellenismus in ihren s (...)
  • 27 Voir A. Bresson dans ce volume.

25 Deuxièmement, comment éviter la généralisation par Idealtypes – le Roi, la Cité, le Pouvoir, la Liberté ? A. Heuss, le premier à traiter en profondeur de cette problématique, parlait par Idealtypes , ce qui n’est pas la moindre difficulté de son livre. Pour résoudre le problème posé plus haut, il ne faut pas des généralités, mais des études de cas précis. Pour l’instant, il est encore difficile de percevoir les différents individus et groupements au sein des cités 26 , mais on peut considérer la situation spécifique des cités. Par exemple, les concessions à Héraclée du Latmos peuvent peut-être s’expliquer par la complexité de la carte politique de la Carie au moment où Antiochos III réussit finalement à la conquérir toute, en 197 : on y trouve un enchevêtrement de souverainetés séleucide, ptolémaïque, antigonide 27 , de grandes cités libres, et une histoire récente extrêmement compliquée (les acteurs en sont le gouverneur séleucide, Olympichos, précédemment rallié à Antigonos Dôson, et devenu progressivement un « dynaste » local ; les cités locales, plus ou moins indépendantes, surtout après la fin d’Olympichos ; la république de Rhodes, qui guigne la Carie). Sans vouloir tout réduire à l’histoire événementielle et à la politique du roi (l’omniprésente « royal policy » des positivistes anglo-saxons), on peut se demander à quel point la situation carienne a motivé la générosité et l’ouverture du roi et la fermeté des ambassadeurs héracléens négociant leurs privilèges.

  • 28 SEG , XLVI, 1519.

26 Finalement, on peut s’étonner de voir survivre des institutions séleucides sous les Attalides ; la documentation à propos de ces derniers, surtout au ii e siècle, s’étoffe sensiblement. Elle permet de voir la continuité administrative, par exemple la survie de la fonction de Nikanôr, « la haute-prêtrise d’Asie Mineure », appliquée au domaine attalide (il ne semble pas y avoir de rapport avec un quelconque culte royal, comme je l’ai souligné plus haut). Une pétition adressée par le prêtre d’Apollon Pleurênos à Nikanôr reçut une réponse favorable d’Euthydèmos, grand-prêtre sous Eumène II 28 . Faut-il parler d’influence séleucide ? Ou les institutions du pouvoir et de l’administration ont-elles un degré d’autonomie propre par rapport au roi, et à l’histoire « rois-batailles-traités » ?

  • 29 Sur le site et l’histoire d’Amyzon, Robert , (...)

27 Une autre manière de poser la même question est de revenir à Amyzon. Cette cité de Carie était située dans les plateaux schisteux du Latmos, à 800 m d’altitude, regroupant un monde de villages dispersés, avec un centre monumental (mais non urbain) autour d’un grand sanctuaire d’Artémis, loin de la plaine du Méandre ou de la vallée du Marsyas 29 . Et pourtant les dominations se sont succédé à Amyzon, documentées par l’épigraphie : l’empire perse qui y fieffa un Perse de la diaspora, Alexandre et ses successeurs immédiats (Philippe IV, représenté par le satrape Asandros), sans doute Antigone le Borgne et Lysimaque, l’empire des Ptolémées, Antiochos III représenté par Zeuxis et Nikomédès, préposé à l’Artémision. Pourquoi cet intérêt pour cette communauté de montagne ? Les revenus du tribut et des taxes sont-ils à ce point profitables qu’il vaille la peine de « conquérir », de « tenir » Amyzon ? Ou le pouvoir remonte-t-il, de la vallée vers les hautes terres, par capillarité et en suivant les routes, grandes et petites, où passent les hommes et les biens ? Le sanctuaire représente-t-il un nœud dans le réseau des communications et liaisons, si essentielles en Anatolie, entre le plat pays et les hautes terres, et attire-t-il la présence d’un pouvoir royal ? Peut-être l’empire ne tolère-t-il pas le vide, s’imaginant comme un monde plein ? Ou est-ce simplement une affaire de continuité, chaque pouvoir successif (plutôt que « le » pouvoir) ne se posant pas la question, à chaque succession, de ne pas occuper l’espace que son prédécesseur occupait ?

Annexes

Doc. 1. – Alexandre à Priène : le paradoxe de Petrey en action (334) ( I. Priene , 1).

28[Lettre] du roi Alexandre. Pour ce qui est des habitants de Naulochos, que ceux qui sont [Priénien]s soient autonomes et libres, jouissant de [leur terre] et de toutes leurs maisons en ville et de leur territoire […] pour ce qui est de […] et Myrs[…] et P[…], je les sais (reconnais, comprends) comme étant ma terre. Que les habitants de ces villages paient le tribut. Je dispense la cité de Priène de la contribution…

Doc. 2. – Prostagma royal pour Nikanôr : construire l’espace par le discours (209) ( SEG , XXXVII, 1010).

29Philôtas à Bithys, salut. La copie de la lettre que Zeuxis nous a adressée concernant Nikanôr est attachée à ton attention ; donne donc les ordres nécessaires pour qu’il en soit fait comme l’ordre en a été donné. Porte-toi bien. (An) 103, 20 Artémisios.

30Zeuxis à Philôtas, salut. Si tu te portes bien, il en sera comme il se doit ; pour notre part, nous sommes en bonne santé. La copie de l’édit qui nous a été adressé par le roi concernant Nikanôr, le chambellan, est ci-jointe à ton attention. Tu ferais donc bien de donner l’ordre à tes gens de suivre les instructions et de faire ainsi que le roi l’estime bon. (An) 103, 3 Artémisios.

31Le roi Antiochos à Zeuxis, salut. Au sujet de Nikanôr, le chambellan, étant au nombre des Amis, puisqu’il […] en honneur et [confiance] […] ayant été élevé avec nous, il a manifesté avec empressement sa fidélité et sa bienveillance, nous voulions le dispenser […] de manière digne de ce dont il vient d’être fait mention […] (qu’il obtienne tous ?) les bienfaits de notre part ; mais comme il se refuse à être affecté à d’autres tâches, nous l’avons nommé, dans la province au-delà du Taurus, comme il en a fait demande lui-même, grand-prêtre de tous les sanctuaires, convaincu, en raison de son caractère, qu’il s’occupera des sacrifices et de toutes les autres affaires de manière digne de l’empressement que nous avons à leur sujet, désireux que nous sommes de les accroître comme il convient. Et nous pensons nécessaire qu’il soit également préposé aux sanctuaires, et que les revenus des sanctuaires et les autres affaires soient administrés par lui, tout comme, sous notre grand-père, elles l’étaient par Dion. Donne donc l’ordre de collaborer avec lui, en vue des affaires ayant trait aux fonctions susmentionnées ; et qu’il soit apposé aux contrats et aux autres documents où c’est la coutume ; et qu’on inscrive une copie de la lettre sur des stèles de pierre, dans les sanctuaires les plus en vue. (An) 103, 23 Dystros.

Doc. 3. – Zeuxis à Amyzon (203) ( RC , n° 38 ; Ma , 1999, n° 5).

32[Zeuxis, au peuple des Amyzoniens,] salut. Nous [(traitons bien)] tous les autres qui se sont remis à nous en pleine confiance, [prenant] tout le soin nécessaire à leur sujet [afin qu’ils] restent sur leurs territoires en toute […] [De même], nous nous proposons de nous occuper de vous aussi […] tous vos privilèges, et surtout ceux dans la […] de Ptolémée […] vous feriez donc [bien] de prendre courage et de vous décider à [rester sans crainte ?] sur votre territoire. Car si vous gardez votre [bienveillance envers les rois ?], tous les [bienfaits ?] qui ont trait à […] et aux bons soins vous seront acquis, de leur part et de la nôtre. Nous avons écrit à […] afin qu’ils vous viennent en aide et qu’ils [ne permettent à personne] de vous tracasser. Salut. (An) 109. 15 Daisios.

Doc. 4. – Laodice et Iasos : vérités croisées (197) ( I. Iasos , 4 ; Ma , 1999, n° 26).

33 Sous le stéphanéphorat de Kydias, fils d’Hiéroclès. ( effacé  : lettre de […] Mois d’Élaphèboliôn). La reine Laodice au conseil et au peuple des Iasiens, salut. Ayant souvent entendu de mon frère de quelle aide il fait constamment preuve envers ses propres amis et alliés, et que, ayant repris possession de votre cité alors qu’elle était tombée dans des désastres inattendus, il vous a rendu votre liberté et vos lois, et en ce qui concerne le reste, il s’efforce d’accroître l’entité des citoyens et de l’amener à une meilleure situation – et m’efforçant moi aussi d’agir en accord avec son zèle et son application, et, en raison de cela, d’accomplir quelque acte qui soit une évergésie envers les citoyens en difficulté, et un service pour le peuple tout entier, j’ai écrit à Strouthiôn le dioecète, avec ordre de fournir à la cité et de remettre à ses citoyens chaque année pour dix ans dix mille médimnes attiques de blé ; vous ferez bien d’ordonner aux trésoriers de prendre ce blé et de le vendre à un prix fixe, et aux prostatai et à ceux que vous jugerez bon, de faire en sorte que le revenu soit affecté aux dots des filles des citoyens pauvres, en ne donnant à chacune des épousées pas plus de trois cents drachmes d’Antiochos ; et si vous vous montrez envers mon frère et, de manière générale, envers notre maison tels qu’il le faut, et si vous vous souvenez de tous les bienfaits que vous avez rencontrés sur votre chemin, par reconnaissance j’essaierai d’accomplir les autres bienfaits que je pourrai imaginer, m’efforçant en toute chose de collaborer au bon vouloir de mon frère ; car je me rends compte qu’il est extrêmement zélé pour le redressement de la ville. Portezvous bien.

34Sous le stéphanéphorat de Kydias, fils d’Hiéroclès. Mois d’Élaphèboliôn. Les prytanes ayant réuni l’assemblée, le trentième. Il a plu au peuple ; Ménoitios, fils d’Hiéroclès, présidait ; proposition des prytanes, Hermokratès, fils de Théodotos, Astiadès, fils d’Hékatonymos, Hermias, fils d’Artémidôros, Hékataios, fils de Diopeithès, Ménoitios, fils d’Hiéroclès, Ménoitios, fils de Ménodèmos, Pindaros, fils de Sostratos par l’intermédiaire de son gardien, Dionysios, fils de Ménéclès ; attendu que, le Grand Roi Antiochos préservant son ancestrale disposition envers tous les Grecs et apportant la paix aux uns, aidant beaucoup en privé et en public d’autres malheureux, et estimant en tout que le métier de roi consiste en […] vers l’évergésie envers les hommes, il a d’abord sauvé notre ville de l’esclavage, la rendant libre […] les soldats qui l’occupaient […] nous (déclarant) maîtres…

Doc. 5. – Héraclée du Latmos : négociation, socialisation, domination (vers 196) ( SEG , XXXVII, 859).

35Sous le stéphanéphorat du dieu pour la troisième fois après Démétrios, fils de Démétrios. Mois d’Héraiôn. Zeuxis au conseil et au peuple des Héracléotes, salut. Vos ambassadeurs, Phanias, Hermias, Aischrion, Apollonios, Hermogénès, Iason, Ainéas, Parménidès, Pankratès, Sias, Euandros, Thargélias, Hermias, Aristéas, Ménékratès, Heracléodôros, Dionysios, Protéas, Dionysiclès, Antiléon, Hiéroclès, Ménès, ont remis le décret, selon lequel vous estimiez nécessaire, après que nous eûmes repris possession pour le roi de la ville qui appartenait à l’origine à ses ancêtres, d’accomplir des sacrifices aux dieux et aux rois et à ces enfants et qu’il en soit ainsi dorénavant, chaque mois, le sixième du mois finissant, et de choisir des ambassadeurs pour parler de la pénurie survenue à la cité depuis le passé en raison des guerres et des ravages, et pour nous inviter à préserver les privilèges accordés par les rois ; afin qu’après cela, soient préservés l’exemption de cantonnement et les […] et les taxes foncières et les taxes sur les importations et sur les exportations […] adjudication […], et que soit donnée du trésor royal pour l’usage de la cité une somme aussi importante que possible, et sinon au moins de […] talents […] comme auparavant, que l’huile réservée pour l’onction des jeunes demeure, qui était adjugée lors de l’achat du contrat de la taxe portuaire ; et pour demander que soit accordée l’exemption de taxes sur toutes les récoltes et le pâturage des troupeaux et les ruches, pour autant d’années et de jougs qu’il semble bon aux citoyens ; et pour demander que du blé soit donné gratuitement à la cité, et l’exemption de taxes sur les biens importés dans la ville et sur les biens vendus et afin que ceux qui importent des marchandises depuis la terre du roi dans la ville pour leur propre usage et pour la revente soient exempts de taxes, et que vous soient restitués le territoire et les villages et que les habitants soient rassemblés comme ils l’étaient auparavant. Et vos ambassadeurs ont parlé à propos des affaires ci-dessus mentionnées, avec application, en accord avec le contenu du décret, et à propos des dossiers qui leur avaient été confiés. Nous appliquant donc, nous aussi, à ce que le peuple soit restauré dans sa situation d’origine et que les privilèges concédés par les ancêtres du roi soient préservés pour le peuple et que la cité connaisse un accroissement dans les autres affaires, ayant part à toutes les choses qui ont trait à [l’avantage] de la cité…

Doc. 6. – Les Apolloniates de la Salbakè et l’administration séleucide ( La Carie , II, n° 166 ; Ma , 1999, n° 44).

36 [Il a plu au conseil et au peuple des Apolloniates : attendu que Philo […] depuis les] temps [passés fait continuellement preuve de] bi[enveillance, pour ce qui est du commun, envers le] peuple et pour ce qui est du privé, envers chacun [des citoyens ; nommé] hipparque à la tête des [soldats ?] stationnés auprès de nous, il en assure la parfaite discipline ; et quand des ambassadeurs ont été envoyés à propos des intérêts du peuple auprès de Ktésiklès le […] et Ménandros le dioecète, il s’est dévoué [avec zèle], quand les ambassadeurs sont partis, et voyageant avec eux, il s’est efforcé de faire aboutir toutes les affaires à propos desquelles nous présentions des requêtes ; derechef, quand D[émétrios] l’ eklogistès a convoqué les ambassadeurs à propos des affaires que lui avait communiquées Démétrios, le préposé aux affaires sacrées, et comme il (l’ eklogistès ) était en désaccord avec les ambassadeurs à propos des villages sacrés des Saleioi des montagnes et des Saleioi des plaines, […] il a invité Démétrios à ne rien changer aux privilèges préexistants du peuple sous son […], mais de les laisser continuer, comme jusqu’à présent, et aux ambassadeurs expédiés après cela, au sujet des affaires susmentionnées, il a non seulement envoyé une lettre à Démétrios, en accord avec le décret, mais, le rencontrant, il lui a parlé avec grand zèle, ainsi que les ambassadeurs en ont témoigné, l’ayant entendu ; en général, il ne cesse d’être toujours responsable de quelque bienfait envers les citoyens – plaise au conseil et au peuple des Apolloniates : de décerner l’éloge à Philo […] pour son mérite et la bienveillance qu’il manifeste continuellement envers le peuple ; de lui donner, à lui et à ses ancêtres, la citoyenneté et l’atélie de toutes les taxes dont la cité est maîtresse ; de l’inviter au repas d’hospitalité tous les ans et de le couronner d’une couronne d’or au concours gymnique organisé pour le roi S[éleucos]…

Notes

1 Austin M., « Hellenistic kings, war and the economy », Classical Quarterly , 36, 1986, p. 450-466.

2 Pour Philippe V en Carie, voir le chapitre d’A. Bresson dans le présent volume.

3 Sur le « décret des trois rois », voir Blümelw ., « Ein rhodisches Dekret in Bargylia », EA , 32, 2000, p. 94-96, à lire avec Wiemer H.-U., « Karien am Vorabend des 2. Makedonsichen Krieges. Bemerkungen zu einer neuen Inschrift aus Bargylia », EA , 33, 2001, p. 1-14, pour un texte bien meilleur. Le récent article de Dreyer B., « Der “Raubvertrag” des Jahres 203/2 v. Chr. : das Inschriftenfragment von Bargylia und der Brief von Amyzon », EA , 34, 2002, p. 119-38 est à utiliser avec force précautions.

4 J’ai reproduit et commenté ces documents dans Ma , 1999 ; voir également l’appendice 4 sur le surnom Mégas et le titre Basileus Mégas .

5 SEG , II, 663, pour le terme sullepsis , que je comprends comme la prise d’une cité, plutôt que comme l’entrée en fonction d’un officier royal.

6 Bikerman E., « La cité grecque dans les monarchies hellénistiques », Revue de philologie , 13, 1939, p. 335-349.

7 SEG , XLI, 1003, I ; voir la traduction du texte en Annexe de l’article de P. Debord, infra .

8 RC , n° 38 ; à lire avec Ma , 1999, n° 5. Le texte est reproduit en Annexes , doc. 3.

9 I. Iasos , 4 ; à lire avec Ma , 1999, n° 26.

10 Rappelons brièvement qu’un acte de discours performatif (performative speech act) , pour être agissant en tant qu’illocution (action faite dans l’énoncé lui-même), doit être « heureux » (felicitous) , accepté et légitime selon des règles agréées par le locuteur et le récepteur (« Je vous déclare unis par les liens du mariage »). Une proposition, ou un constat, fait une affirmation (« Jules et Jim sont unis par les liens du mariage »), qui doit être vraie ou fausse. On se doute bien que les choses sont plus compliquées que cela ; cependant, l’intuition centrale de la théorie des actes de discours – que dire, c’est faire – est très utile pour les historiens qui veulent lire les textes. Voir Austin J. L., How to do things with worts , 19752 (édition préparée par J. O. Urmson et J. Sbisà) ; trad. fr., Quand dire, c’est faire , 1970. J.-M. Bertrand a offert des études exemplaires pour ce qui est de la mise en oeuvre de la théorie des actes de langage : Bertrand J.-M., « Formes de discours politiques : décrets des cités grecques et correspondance des rois hellénistiques », Nicolet Cl. (éd.), Du pouvoir dans l’Antiquité : mots et réalités , 1990, p. 101-115. On se reportera aussi à Millar F., The Emperor in the Roman World , 19922, p. 637 ; Ober J., « Public speech and the power of the people in democratic Athens », Ober J., The Athenian revolution , 1996, p. 32-52 ; on peut lire Ma J., « Seleukids and speech-acts. Performative utterances, legitimacy and negotiation in the world of the Maccabees », Scripta Classica Israelica , 19, 2000, p. 71-112. Ces deux derniers travaux s’inspirent fortement de Petrey S., Realism and revolution : Balzac, Stendhal, Zola and the peformances of history , 1988.

11 Petrey S., «  La Conquête de Plassans  : comment proclamer un empire », Hamon P. et Leducaline J.-P. (éd.), Mimesis et Semiosis : littérature et représentation. Miscellanées offertes à Henri Mitterand , 1992, p. 322-323.

12 I. Priene , 1 ; à lire avec Sherwin-White S., « Ancient archives : the edict of Alexander to Priene, a reappraisal », JHS , 105, 1985, p. 69-89.

13 Briant P., « Alexandre à Sardes », Carlsen J. et alii (éd.), Alexander the Great. Reality and Myth , 1993, p. 13-27.

14 Pour Zeuxis, voir Gauthier , 1989, p. 39-42 ; son titre est attesté dans SEG , XXXVI, 973. Pour l’expression « laissé derrière », voir Ma , 1999, p. 53-54 (voir aussi Arrien, Anabase , III, 5, 6 ; 16, 9 ; Syll ., 386).

15 SEG , XXXVII, 1010 ; à lire avec Gauthier Ph., BullÉp , 1989, 276, pour la date et le texte ; le nouvel exemplaire découvert à Akshehir pourra sans doute faire avancer considérablement l’établissement du texte.

16 Amyzon : Robert , Amyzon , nos 14, 15, 15a ; ce formulaire est étudié de plus près dans l’étude de P. Debord dans le présent volume.

17 Müller H., « Der hellenistische Archiereus », Chiron , 30, 2000, p. 519-542, article que j’ai discuté dans l’édition « paperback » de mon Antiochos III and the cities of Western Asia Minor , 2002, p. 374-375. Gauthier Ph., BullÉp , 2001, 127, s’interroge sur le bien-fondé du schéma proposé par Müller : si l’ archiéreus était devenu prêtre du culte royal, comment cette fonction aurait-elle pu survivre sous les Attalides ?

18 SEG , I, 366.

19 Robert , La Carie , II, n° 166 ; le texte est reproduit en Annexes , doc. 6.

20 SEG , II, 663.

21 SEG , XXXVII, 859 ; le texte est reproduit en Annexes , doc. 5. Pour ce qui est de la taxe portuaire, je suis l’interprétation de M.Wörrle (dans « Inschriften von Herakleia am Latmos I : Antiochos III., Zeuxis und Herakleia », Chiron , 18, 1988, p. 421-476).

22 P. Debord, dans le présent volume, souligne l’omniprésence de ces images du pouvoir séleucide dans la cité.

23 Giovannini A., « Téos, Antiochos III et Attale I er  », Museum Helveticum , 40, 1983, p. 178-184.

24 Pour la réaction de L. Robert, voir BullÉp , 1984, 365, dont l’agacement même est révélateur de la manière dont Giovannini touche à une ambiguïté fondamentale dans le texte de Téos. (L. Robert exprima aussi de vive voix son énervement à l’intéressé.) Cependant, l’interprétation que propose Giovannini du privilège d’ aphorologésie – « promesse de ne pas piller », plutôt qu’ » exemption de taxes » –, ne convainc pas ; c’est pourquoi l’on préférera voir dans les événements de 203 une prise de pouvoir, exprimée à travers différents filtres (propagande royale, langue de bois civique) ; voir ma , 1999, appendice 2, et surtout p. 265, n. 12.

25 Voir les travaux de P. Baker, résumés dans le présent volume, infra .

26 Heuss A., Stadt und Herrscher des Hellenismus in ihren staats- und völkerrechtlichen Beziehungen , 1937. Sur les individus et les groupements, Savalli-Lestrade I., « Comment on écrit l’histoire hellénistique : à propos d’un livre récent sur la place des élites civiques dans le royaume séleucide », REG , 111, 1998, p. 309-322 ; ead ., « Courtisans et citoyens : le cas des philoi attalides », Chiron , 26, 1996, p. 149-180.

27 Voir A. Bresson dans ce volume.

28 SEG , XLVI, 1519.

29 Sur le site et l’histoire d’Amyzon, Robert , Amyzon , p. 50-57, à propos de la longue route pour atteindre le site. Je me suis rendu à Amyzon en vélo, le 25 avril 1997, depuis Çine, en passant par la cuvette de Karpuzlu (ancienne Alinda, refuge d’Ada, l’Hécatomnide, siège du dynaste Olympichos et d’un officier séleucide, Chionis) : une très rude grimpée (heureusement allégée grâce à d’amicaux camionneurs qui me prirent en charge pour une partie du chemin) ; deux heures de parcours très agréable, dans un monde de petites collines, de ruisseaux, de maquis, d’oliviers – voilà le plateau d’Amyzon – jusqu’à Yagcıderesi köy ; après la visite du site (où les inscriptions publiées par les Robert sont restées, les unes enterrées, les autres couvertes de lichens), deux heures de route parmi les beaux vallons d’oliviers et de pins, sur des chemins de terre et de marbre, dans le soir ; descente de nuit vers la plaine du Méandre, dévalant les lacets de la route de montagne, dans des conditions difficiles (aidé finalement par un fermier de Koçarlı, apitoyé ou amusé, qui me ramena en sûreté). Quelle impression faut-il retenir de ce récit, sauf l’inexpérience, la maladresse et l’inconscience du voyageur ? Est-ce une impression d’isolement, de distance et d’autarcie ? Ou, au contraire, faut-il s’attacher aux routes qui parcourent et unifient ce paysage vécu, aux mouvements et contacts entre plaine et montagne (d’où tous ces petits gestes d’humanité, auxquels il faut ajouter celui des occupants d’une camionnette, qui sans doute ramenaient le pain au village et m’en donnèrent une miche sans accepter l’argent que je leur tendais) ?

Auteur

Corpus Christi College, Oxford

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540