Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Quatrième partie. L’empire séleucide

Quoi de neuf sur le royaume séleucide ?

Laurianne Sève-Martinez

Texte intégral

  • 1 La situation est un peu différente pour le royaume lagide pour lequel on d (...)
  • 2 Bevan E. R., The House of Seleucus, 1902.
  • 3 Bouché-Leclercq A., Histoire des Séleucides, 3 (...)
  • 4 Bikerman, 1938.
  • 5 Rostovtseff.

1La constitution de grands ensembles territoriaux, issus de la conquête d’Alexandre, caractérise l’époque hellénistique et crée une rupture dans une histoire jusque-là centrée sur le phénomène de la cité. Depuis plusieurs décennies, cette rupture est minimisée pour montrer que la cité restait le cadre de vie de la plupart des Grecs. Mais, pour apprécier au mieux les changements provoqués par cette évolution, il faut aussi s’intéresser aux royaumes. Or, ce qui domine actuellement le paysage bibliographique, et plus particulièrement pour le royaume séleucide, c’est la tendance à la spécialisation des historiens dans des circuits bibliographiques spécifiques, ce qui empêche de réfléchir sur sa structure et son unité1. On le comprend compte tenu du gonflement de la masse des publications. Il n’en a pas toujours été ainsi. Il suffit de citer quelques monuments de la première moitié du xxe siècle : les livres de E. R. Bevan2, A. Bouché-Leclercq3 et E. Bikerman4, ainsi que les chapitres que M. Rostovtseff a consacrés à l’histoire économique et sociale du royaume séleucide5, études qui restent essentielles même si elles sont dépassées sur plusieurs points. Cette difficulté à produire des réflexions de synthèse, qui envisagent le royaume dans sa totalité, découle en grande partie de la structure très déséquilibrée des sources.

Les sources de l’histoire séleucide

Les sources littéraires

  • 6 Walbank F.W., A Historical Com (...)

2Les sources littéraires sont peu nombreuses et font surtout connaître l’histoire politique. Les auteurs dont les œuvres ont été conservées de manière substantielle sont en outre relativement tardifs. Le plus ancien est Polybe (entre 210 et 202-env. 125 av. J.-C.)6. Son Histoire commence, pour le monde grec, en 221 ce qui correspond aux débuts d’Antiochos III. C’est essentiellement le règne de ce roi qui est documenté, jusqu’au livre XXI. Mais seuls les cinq premiers livres nous ont été transmis en totalité. Ils nous mènent, pour l’histoire séleucide, jusqu’à la quatrième guerre de Syrie terminée en 217, et c’est dans le livre V que l’on trouve la relation la plus continue. Jusqu’au livre XVIII, les fragments restent importants, mais renseignent surtout sur la guerre entre Antiochos III et Rome. On ne dispose ensuite que de fragments très dispersés sur Antiochos IV et Démétrios Ier.

Tableau 1. – Les principaux passages de Polybe relatifs à l’histoire séleucide.

Tableau 1. – Les principaux passages                             de Polybe relatifs à l’histoire séleucide.
  • 7 Briscoe J., A Commentary on Li (...)

3Polybe peut être complété par l’Histoire Romaine de Tite-Live7 (59 av. J.-C.-17 apr. J.-C.), qui s’en est grandement inspiré, mais presque uniquement pour le conflit contre Rome, aux livres XXXIII à XXXVIII. Les livres XLI à XLV contiennent quelques éléments très peu développés du règne d’Antiochos IV et de la sixième guerre de Syrie. Les autres livres sont perdus, mais on en connaît le sommaire grâce aux Abrégés (Periochae). De très nombreux passages évoquaient les rois séleucides postérieurs à Antiochos IV et l’histoire du royaume jusqu’à ce qu’il soit transformé en province romaine par Pompée.

Tableau 2. – Les principaux passages de Tite-Live relatifs à l’histoire séleucide.

Tableau 2. – Les principaux passages                             de Tite-Live relatifs à l’histoire séleucide.

4La situation n’est guère plus réjouissante dans le cas de Diodore de Sicile (env. 90-env. 20 av. J.-C.). La plupart des livres de la Bibliothèque historique qui nous intéressent sont seulement connus par des fragments, de plus en plus ténus (XXI à XL). On a quelques renseignements sur la fondation du royaume par Séleucos Ier, la fin d’Antiochos III et le règne d’Antiochos IV. Diodore est utile aussi pour l’histoire des règnes de Démétrios Ier, Démétrios II, Antiochos VII et pour celle des usurpations auxquelles ils furent confrontés.

Tableau 3. – Les principaux passages de Diodore relatifs à l’histoire séleucide.

Tableau 3. – Les principaux passages                             de Diodore relatifs à l’histoire séleucide.
  • 8 Brodersen K., Appians Abriss d (...)

5Les Guerres de Syrie d’Appien (iie siècle apr. J.-C.) constituent la seule œuvre conservée entièrement consacrée à l’histoire séleucide8. Mais plus de la moitié de l’ouvrage porte encore sur Antiochos III (à partir de 196 av. J.-C.) et sur la guerre antiochique (1-44). C’est néanmoins là que figurent les informations les plus nombreuses sur Séleucos Ier et sur les origines du royaume (53-64). Les autres paragraphes énumèrent des listes de rois (45-50 et 65-70).

6Justin (iie ou iiie siècle apr. J.-C.) est notre dernière source sur l’histoire générale du royaume. Son abrégé, malheureusement parfois fautif et très concentré, des Histoires philippiques de Trogue Pompée évoque souvent les mêmes événements que ceux qui sont mentionnés par les auteurs précédents : débuts de Séleucos Ier, guerre antiochique, sixième guerre de Syrie et histoire des rois à partir de Démétrios Ier. C’est le seul auteur cependant qui s’intéresse de manière un peu détaillée à des événements du iiie siècle en rapport avec le règne de Séleucos II (XXVII). Comme Trogue Pompée avait consacré plusieurs chapitres aux Parthes, on dispose aussi de quelques renseignements très précieux sur l’histoire de la partie orientale du royaume (XLI, 4-5).

Tableau 4. – Les principaux passages de Justin relatifs à l’histoire séleucide.

Tableau 4. – Les principaux passages                             de Justin relatifs à l’histoire séleucide.
  • 9 FrGHist., n° 260.

7La tradition nous a enfin gardé des passages relativement importants que Porphyre9 (234-env. 310 apr. J.-C.) avait écrits sur l’histoire séleucide et dont certains se trouvaient dans son ouvrage Contre les Chrétiens. Sa Chronique, qui servit de base à la Chronique d’Eusèbe de Césarée, donne en outre une liste des rois accompagnée de quelques commentaires historiques.

  • 10 Voir aussi dans ce volume la contribution de M.-F. Baslez.

8Des auteurs juifs ont de plus écrit sur l’histoire de la Judée sous domination séleucide et sur la constitution de l’état hasmonéen10, Flavius Josèphe (37-env. 95 apr. J.-C.) notamment qui leur a consacré le livre I de la Guerre des Juifs, et surtout les livres XII et XIII des Antiquités judaïques. Sans retracer toute l’histoire du royaume séleucide, il fournit des informations essentielles : le livre XIII est notre source la plus développée sur les règnes des derniers rois. Josèphe, ainsi que les livres I et II des Maccabées, font de plus un tableau relativement précis des manifestations de la domination séleucide sur la région et sur la façon dont elle fut reçue. Les auteurs juifs sont donc les seules sources qui informent sur autre chose que l’histoire événementielle du royaume.

Tableau 5. – Composition des livres XII et XIII des Antiquités Judaïques en fonction des règnes séleucide.

Tableau 5. – Composition des livres                             XII et XIII des Antiquités Judaïques en fonction des règnes                             séleucide.
  • 11 Par exemple XIV, 5, 2 (instabilité séleucide et développement de l (...)
  • 12 Pour Séleucos Ier, voir notamment Description de la Grèce, I, 10, 2-5 ; (...)

9D’autres auteurs ont fait des allusions à l’histoire séleucide. Il est impossible d’être exhaustif, mais on peut citer Strabon, dont la Géographie décrit l’Orient à partir du livre XI11, Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, VI), Pausanias12 ou encore Polyen et ses Stratagèmes. Libanios (ive siècle apr. J.-C.), dans son Éloge d’Antioche (Discours 11), et Malalas (vie siècle apr. J.- C.), dans sa Chronique, tous deux originaires d’Antioche, renseignent aussi sur leur patrie, mal connue par ailleurs.

  • 13 La principale étude qui lui est consacrée reste celle de Bellinger(...)
  • 14 FrGHist., n° 87.

10Cet examen des sources littéraires montre leur caractère dispersé et répétitif, ainsi que l’absence de narration suivie, à l’exception de celles qui évoquent la guerre antiochique, les relations avec Rome ayant plus particulièrement intéressé. L’histoire de la fin du royaume occupe aussi une place importante. Il est d’ailleurs paradoxal de noter le faible goût des historiens contemporains pour cette période, jugée difficile et rébarbative13. Les historiens de l’Antiquité décrivirent comment le royaume fut frappé de déliquescence avant d’être intégré à l’empire romain. Ils se sont peut-être inspirés d’une source commune. On peut songer à Poseidonios d’Apamée qui avait consacré une partie de ses Histoires aux Séleucides et qui prenait la suite chronologique de Polybe14.

  • 15 FrGHist., n° 434 ; Bittner A., Gesellschaft und Wirtschaft in Hera (...)
  • 16 FrGHist., n° 81 ; Pédech P., Trois historiens méconnus, (...)
  • 17 FrGHist., n° 162.

11Une autre caractéristique doit retenir l’attention : l’absence quasi complète d’informations pour la période qui va du règne de Séleucos Ier au début de celui d’Antiochos III (281-223 av. J.-C.), phase pourtant essentielle de la consolidation du royaume fondé par Séleucos Ier. Le règne d’Antiochos Ier est seulement évoqué dans quelques passages de Memnon d’Héraclée du Pont15. Phylarque (iiie siècle av. J.-C.) avait traité de cette époque dans la partie centrale de ses Histoires, mais seuls quelques fragments nous sont parvenus. Très sévèrement critiqué par Polybe (II, 56-63), Phylarque était un adepte de l’histoire tragique qui privilégiait les récits dramatiques ou les détails curieux16. C’est à lui que l’on doit les descriptions très négatives d’Antiochos II, roi supposé débauché, ou le récit de plusieurs assassinats au sein de la dynastie. Démétrios de Byzance, auteur du iiie siècle av. J.-C., s’était de son côté intéressé aux Galates et à leurs relations avec les Séleucides ainsi qu’à la première guerre de Syrie, mais il n’est rien resté de son œuvre17.

12Enfin, ces sources sont centrées sur la partie méditerranéenne du royaume. Cet autre déséquilibre, provoqué par le manque d’intérêt des auteurs grecs et latins pour les régions orientales, est lourd de conséquences pour la façon dont les spécialistes contemporains ont perçu le royaume séleucide.

Les sources épigraphiques

  • 18 Les inscriptions relatives aux Séleucides trouvées au xixe siècle (...)
  • 19 Bérard F. et alii, Guide de l’ (...)
  • 20 Durrbach F. (éd.), Choix d’inscriptions de Délos, 1921-1922, n° 59 (...)
  • 21 OGIS, n° 257 (= RC, n° 71-72).
  • 22 Séleucie de Piérie : OGIS, n° 245 (= Inscriptions Grecques et (...)
  • 23 OGIS, n° 253 et 254 pour Babylone et Van Nuffelen P., « Un culte r (...)
  • 24 Roueche Ch. et Sherwin-White S. M., « Some Aspects of the Seleucid (...)
  • 25 Pour Suse : SEG, VII, n° 4, 5, 18, 19, 32 ; Darmezin L., Les a (...)

13Comme les sources littéraires, les sources épigraphiques présentent de forts déséquilibres dans leur répartition spatiale et chronologique18. La très grande majorité des inscriptions sont trouvées en Asie Mineure et chaque année fournit son lot de nouvelles découvertes19. Celles qui proviennent des autres régions sont peu nombreuses. Outre la quinzaine de dédicaces trouvées à Délos20, on compte un peu plus d’une vingtaine d’inscriptions du monde syro-phénicien et des régions orientales du royaume : une de Chypre, mais qui concerne Séleucie de Piérie21, sept de Syrie22, trois de Babylonie23, une de Faïlaka24 et quatorze d’Iran25. C’est encore la partie méditerranéenne du royaume qui est documentée. Les déséquilibres observés dans l’origine géographique des inscriptions expliquent ceux de leur répartition chronologique. Comme l’Asie Mineure fut perdue par les Séleucides à partir de 188 av. J.-C., la majorité d’entre elles sont du iiie siècle. Elles complètent les lacunes des sources littéraires, mais nous sommes privés, pour près de la moitié de l’histoire du royaume, d’une documentation primaire indispensable.

14On observe un autre déséquilibre : la plupart des inscriptions sont en rapport avec les communautés grecques du royaume. Elles en émanent – cela tient aux usages civiques – ou transcrivent des décisions royales les concernant. Bien qu’elles mentionnent différents rouages administratifs, elles renseignent peu sur le pouvoir central. On ne dispose pas pour le royaume séleucide de l’équivalent des « tablettes des fortifications » de Persépolis, qui constituent une mine d’informations sur le pouvoir achéménide.

  • 26 Voir note précédente.
  • 27 Robert L., « Inscriptions séleucides de (...)
  • 28 Lenger M.-T., Corpus des Ordon (...)

15Ces déséquilibres sont à prendre en considération dans toute réflexion sur l’organisation du royaume. Ils sont en eux-mêmes source d’interrogation. Le faible nombre des inscriptions provenant de la partie orientale du royaume n’est pas surprenant. Les cités grecques y furent moins nombreuses, malgré l’intense politique de fondation de certains des rois. Elles n’ont pas toujours intéressé les orientalistes, souvent spécialistes de périodes plus anciennes. Dans certains de ces établissements, et plus particulièrement en Syrie, les niveaux hellénistiques, difficilement accessibles, sont recouverts d’une importante épaisseur de couches plus récentes. Mais les Grecs installés en Orient gravaient eux aussi leurs plus importantes décisions. L’exemple de Suse, d’où proviennent plusieurs inscriptions26 et où cet usage s’est poursuivi pendant l’époque parthe, le confirme. Seules furent moins nombreuses les occasions où il parut important d’inscrire des décisions sur des stèles pour assurer leur publicité. Ces régions, moins troublées que ne le fut l’Asie Mineure, vécurent sans trop de bouleversements. Il est plus opportun de s’interroger sur la rareté des documents émanant du pouvoir central. On ne connaît que très peu de décisions à portée générale, comme l’édit par lequel Antiochos III institua un culte à sa femme Laodice dans l’ensemble du royaume27. Faut-il conclure que les rois se préoccupaient seulement d’instituer des relations « bilatérales » avec les communautés du royaume, sans chercher à gouverner celui-ci d’une manière unitaire ? Ils ne se seraient donc pas comportés comme les rois lagides, dont on connaît les ordonnances à portée générale, souvent écrites sur des papyrus28. Les papyrus étaient en fait également utilisés au Proche-Orient, mais, à l’inverse de l’Égypte, ils ne s’y sont pas conservés faute d’un climat propice. Il faut donc accepter la possibilité qu’une grande quantité d’informations se soit perdue.

  • 29 Sartre, 2001, p. 24-26.
  • 30 Oelsner J., Materialien zur ba (...)
  • 31 Ils ont été commodément réunis par Del Monte G., Testi della B (...)
  • 32 Le corpus le plus important est celui d’Uruk : Doty L. T., Cuneiform (...)
  • 33 Sherwin-White-Kuhrt, p. 36-37, 150.

16On doit aussi prendre en compte les documents écrits dans les langues des différentes populations du royaume, plus particulièrement en Syrie29 et en Mésopotamie30. Dans cette région, ils se divisent en trois catégories : les documents littéraires, les documents chronographiques et ceux de la pratique. L’époque hellénistique correspond en Mésopotamie à un moment de fort renouveau culturel et les textes qui étaient au cœur de la culture mésopotamienne furent abondamment copiés par des lettrés liés aux temples. Plusieurs des grandes œuvres littéraires ou scientifiques mésopotamiennes ne sont ainsi connues que par des copies hellénistiques. Les documents de la pratique sont essentiellement des contrats notariés, établis entre des particuliers à la suite de ventes, de locations, de donations, de divisions ou d’échanges de propriétés. Ils permettent de mener des études prosopographiques. Ils renseignent aussi sur la présence des Grecs dans des villes comme Uruk ou Babylone, et révèlent l’hellénisation de certains membres des élites. Les documents chronographiques sont les mieux connus des spécialistes classicisants. Il s’agit de chroniques et de calendriers astronomiques, malheureusement souvent fragmentaires, qui permettent de dater précisément de nombreux événements et qui font état de la présence régulière des rois et de leur famille en Babylonie. Mais ils donnent d’autres informations, de nature économique par exemple. Ce sont ces derniers documents qui fournissent les données les plus nombreuses sur le pouvoir séleucide31, mais les actes de la pratique peuvent aussi en contenir32. Il reste à mentionner quelques textes qui ne se rangent dans aucune de ces catégories, notamment des cylindres de fondation qui commémoraient l’édification ou la restauration de temples par le pouvoir royal33.

  • 34 Invernizzi A., « Portraits of Seleucid (...)
  • 35 Mollo P., « Il problema dell’ ΔALIKH (...)

17On dispose donc d’une masse de données que l’on ne peut se permettre d’ignorer compte tenu de la rareté et de la nature des autres sources. Mais il faut les utiliser avec précaution. Ces documents sont écrits en cunéiforme sur des tablettes d’argile, la langue étant l’accadien. Or, la langue la plus diffusée était l’araméen, écrit sur des parchemins ou sur des papyrus qui, on l’a vu, ne sont pas conservés. L’accadien était utilisé pour les textes de la tradition littéraire et dans les milieux conservateurs liés aux temples. On ne connaît donc qu’une infime partie de la documentation produite. Les découvertes de Séleucie du Tigre nous le montrent d’une manière saisissante. Lors des fouilles du bâtiment des archives publiques, on a trouvé environ 30 000 empreintes de sceaux qui accompagnaient des papyrus ou des parchemins. De ces derniers, rien n’a subsisté. Toutes les informations ne sont pas pour autant perdues : il reste les portraits royaux qui figuraient sur certains sceaux et qui constituent une documentation de premier ordresur les rois34. Beaucoup de sceaux portaient aussi des inscriptions relatives à la fiscalité séleucide35.

Les sources numismatiques

  • 36 Houghton A., Coins of the Sele (...)

18Les Séleucides ont frappé des monnaies royales dans des ateliers répartis dans tout le royaume. Mais ils laissèrent aussi circuler en très grand nombre d’autres numéraires et notamment des alexandres. Dans ce domaine, les sources sont donc abondantes, bien réparties dans l’espace et dans le temps, et l’on a la chance de disposer de corpus et de nombreuses publications36.

Les sources archéologiques

  • 37 Fleischer R., Studien zur sele (...)
  • 38 Pour un aperçu des travaux effectués à Séleucie du Tigre, cf. La t (...)

19Il faut différencier les vestiges archéologiques en rapport avec les rois et ceux qui sont en rapport avec les communautés. Les premiers sont peu nombreux et se limitent surtout à quelques portraits royaux37. Les spécialistes de l’époque séleucide n’ont pas la chance de bénéficier, comme ceux de l’empire achéménide, des monuments des grandes capitales royales. À Pasargades, comme à Persépolis ou à Suse, les Grands Rois avaient créé un art impérial destiné à manifester l’étendue de leur pouvoir. Les quatre grandes cités de la Tétrapole syrienne, qui pourraient nous fournir des indications, sont très mal connues pour l’époque hellénistique. Les niveaux séleucides sont plus faciles d’accès à Séleucie du Tigre, mais toutes les fouilles ne sont pas publiées, notamment les plus récentes. On en sait cependant suffisamment pour affirmer que les constructions royales n’y avaient pas l’ampleur de celles de Persépolis ou des autres capitales achéménides38. Aucune des grandes villes séleucides ne se compare non plus avec Alexandrie.

  • 39 Cohen G.M., The Seleucid Colon (...)
  • 40 Voir par exemple Kuhrt A. et Sherwin-White S., Hellenism in the East, 1987 ; et Sherwinwhite-Kuhrt
  • 41 Adams R. MCC., Land Behind Bag (...)
  • 42 Voir les contributions de P.-L. Gatier et de P. Leriche dans cet (...)

20L’une des œuvres majeures des Séleucides fut leur politique de colonisation39. Il en reste une trace visible sur le terrain et plusieurs des établissements qu’ils fondèrent ont été fouillés ou sont en cours de l’être. Mais ces vestiges renseignent davantage sur les communautés du royaume. Actuellement, seules la Syrie et l’Asie Mineure sont explorées. Les vicissitudes de l’histoire font que l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan sont inaccessibles, ce qui accentue encore le déséquilibre de nos sources en faveur de la partie méditerranéenne du royaume. Dans la partie orientale, c’est surtout la présence grecque qui a retenu l’attention. L’introduction de l’hellénisme en Orient fut l’élément le plus marquant de la période. On a donc des informations sur les grandes villes du Proche-Orient où s’étaient concentrés les colons grecs40. Les communautés villageoises ont moins intéressé, même si des travaux de prospection en Mésopotamie, en Susiane et dans la plaine d’Aï Khanoum donnent une idée du peuplement rural41. Plus à l’est, les fouilles de Termez et de Samarcande, où des niveaux séleucides ont été atteints, commencent à produire des résultats, mais il faut en attendre les publications. En Syrie, les fouilles se concentrent aussi sur de grands sites, dont les niveaux hellénistiques, comme on l’a vu, ne sont pas toujours très accessibles42. L’exploration de Doura Europos et également, pour la Turquie, celle de Séleucie-Zeugma et d’Apamée ont cependant donné des résultats notables et nous font connaître trois importantes colonies des bords de l’Euphrate. Il reste à mentionner les innombrables travaux en Asie Mineure, fertiles chaque année en nouvelles découvertes.

21Au total, les sources sont donc très dispersées et très déséquilibrées. Elles renseignent essentiellement sur la partie méditerranéenne du royaume et sur les différentes communautés, moins sur le pouvoir royal. On comprend donc la tendance à privilégier des approches régionales. Ces dernières sont indispensables, mais de vastes territoires ont été réunis pendant plusieurs décennies sous la domination d’un seul pouvoir et ont partagé une même destinée. Il est donc primordial de s’y intéresser aussi.

La structure du royaume séleucide, éléments de réflexion

22Réfléchir sur la structure du royaume séleucide implique de s’interroger sur les difficultés que les Séleucides ont éprouvées pour le maîtriser et sur les facteurs de sa désintégration. On considère souvent que ses dimensions étaient trop importantes pour les moyens de l’époque, que l’administration était trop peu structurée ou que les guerres, trop nombreuses, retenaient les rois sur les champs de bataille. Ces raisons ont dû jouer, mais on peut essayer d’aller plus loin en commençant par quelques remarques d’ordre méthodologique.

  • 43 Hansen M., Polis et cité-état. Un conc (...)
  • 44 Pour un exemple de l’apport des sources mésopotamiennes sur la questio (...)
  • 45 Briant P., RTP, p. 291-330 ; ID., « Source (...)

23Tout spécialiste de l’Antiquité a conscience qu’il travaille sur un domaine d’études difficile à cerner, qui échappe souvent aux cadres conceptuels contemporains. Si le phénomène de la cité grecque présente des traits qui le rapprochent de nos états modernes, comme M. H. Hansen l’a brillamment démontré43, c’est loin d’être le cas des royaumes hellénistiques et notamment du royaume séleucide. Les façons actuelles de se représenter l’espace comme le pouvoir et l’État sont peu adaptées pour la compréhension du royaume. On ne peut raisonner sur la manière dont les rois séleucides contrôlaient leurs possessions en fonction de nos propres représentations géographiques et cartographiques. Mais il n’est pas toujours facile de se débarrasser de ces cadres conceptuels qui nous imprègnent sans qu’on en ait toujours conscience. De plus, en raison de la structure des sources, il est indispensable de les prendre toutes en compte, y compris celles qui paraissent exotiques et peu faciles d’accès44. Il ne faut pas non plus hésiter à recourir au comparatisme. Les royaumes contemporains du royaume séleucide offrent de nombreux éléments de comparaison, et plus particulièrement le royaume lagide pour lequel la documentation est bien plus riche, même si l’héritage pharaonique introduit des éléments spécifiques qui sont eux-mêmes riches d’informations. Le royaume séleucide prend aussi la suite, au Proche-Orient, d’une série de royaumes ou d’empires. P. Briant s’efforce depuis longtemps de montrer les éléments de continuité avec l’empire achéménide45. Il faut aussi s’intéresser aux éléments de rupture. Des comparaisons avec les états mésopotamiens plus anciens, les empires néo-assyriens et néo-babyloniens par exemple, élargissent encore les perspectives. Il ne faut pas non plus oublier l’empire romain qui succède au royaume séleucide, voire l’empire parthe. Enfin, toute réflexion d’ensemble doit s’inscrire dans la durée. Les Séleucides ont détenu un pouvoir pendant près de 250 ans. Le rétrécissement progressif mais continu de leur royaume est manifeste. Mais, dans le même temps, ce pouvoir s’est transformé.

Comment les rois séleucides se représentaient-ils l’espace qu’ils contrôlaient ?

  • 46 Sherwin-White-Kuhrt.
  • 47 Cf. les contributions réunies sous le titre « Les Séleucides, à pr (...)

24On partira du livre récent de S. Sherwin-White et d’A. Kuhrt46. Leur objectif fut de réévaluer la composante orientale du royaume, compris comme l’héritier des grands empires du Proche-Orient ancien. Pour cela, elles critiquent la tendance à privilégier sa partie européenne, provoquée par les biais de la documentation et par le fait que les historiens qui en sont spécialistes sont en majorité des hellénistes. Contrairement à une idée répandue, elles estiment que les Séleucides ne se désintéressèrent pas de leurs possessions orientales et qu’ils les contrôlèrent plus longtemps qu’on ne l’estime généralement. Enfin, elles conçoivent le royaume comme centré autour de la Mésopotamie et jugent l’Asie Mineure comme aussi périphérique que l’Asie centrale – ce qui explique le choix du titre. Ce livre fut mal reçu en France47. Pourtant, ce biais de la documentation existe réellement et il faut effectivement réévaluer la composante orientale du royaume. Le propos des auteurs, parfois trop polémique, a desservi leurs positions. Je ne les suivrai pourtant pas jusqu’au bout de leur raisonnement.

  • 48 Dans le domaine de l’Antiquité voir notamment Rowlands M., Larsen (...)
  • 49 Briant P., « De Samarkand à Sardes et de la (...)

25L’idée de recentrer le royaume sur la Mésopotamie prend appui sur les concepts de centre et de périphérie, élaborés par les économistes dans les années 1970 et repris par les historiens qui travaillent sur les empires48. Ceux qui s’intéressent à l’époque achéménide, dont P. Briant, les ont utilisés pour l’empire des Grands Rois, pour lequel ils sont adaptés49. Plusieurs représentations impériales ainsi que les listes de tributaires se veulent les reflets de son immensité et de sa diversité. L’espace dominé était conçu comme limité et formé de cercles concentriques au centre desquels se trouvait la Perse d’où venaient les Grands Rois, qui insistèrent sur leur origine aryenne. Mais, même si les rois achéménides avaient une représentation spatiale des territoires placés sous leur domination, cette perception de l’espace relève autant de l’idéologie que de la simple géographie. S. Sherwin-White et A. Kuhrt ont appliqué ce modèle au royaume séleucide. Le centre ne se trouverait plus en Perse, mais en Mésopotamie.

  • 50 Ibid.,, p. 458-459.
  • 51 Bosworth A. B., The Legacy of (...)
  • 52 Invernizzi A., « Seleucis on the Tigris : (...)
  • 53 Les autres attestations de l’expression datent de l’époque romaine (...)
  • 54 Bernard P., « I. Une légende de fondation (...)

26C’est le centre géographique du royaume, du moins si l’on se reporte à nos cartes actuelles. Les deux auteurs ont pensé en termes géographiques les concepts de centre et de périphérie50. Mais, comme on l’a vu, cette perception moderne de l’espace n’est pas la plus adaptée pour le royaume séleucide. Peut-on placer en Mésopotamie le centre idéologique du royaume, comme elles ont aussi tenté de le faire ? La Babylonie joua un rôle essentiel au moment de sa fondation puisque c’est à partir de cette région que Séleucos constitua le reste de ses possessions51. Il la privilégia, sans doute au détriment de la composante iranienne. Il est notable que Suse, la principale capitale achéménide, n’eut plus de rôle important à l’époque séleucide. En revanche, c’est en Babylonie que Séleucos fonda Séleucie du Tigre, l’une de ses capitales majeures52. Mais cela ne suffit pas à faire de la Babylonie le cœur idéologique du royaume, même si les rois séleucides y séjournèrent régulièrement et qu’ils y accomplirent les devoirs religieux qui leur incombaient. La Syrie du Nord pouvait aussi prétendre à ce titre. Séleucos Ier y fonda Antioche, Séleucie de Piérie, Laodicée et Apamée. La région est désignée par l’expression de « Séleucide », dans au moins deux décrets d’Ilion et de Smyrne respectivement datés de l’époque d’Antiochos Ier et de Séleucos II (OGIS, n° 219 et 229). Ces documents suggèrent que l’expression avait une coloration officielle et que les Grecs d’Asie Mineure associaient la Syrie du Nord au pouvoir séleucide53. De nombreux colons militaires, souvent d’origine macédonienne, y furent d’autre part installés. Cela eut pour conséquence de modifier la toponymie locale, car les noms de beaucoup des établissements avaient une origine macédonienne : Séleucie était ainsi dite de Piérie, du même nom qu’une des plaines de Macédoine. La Syrie du Nord devint dès lors une autre Macédoine54. Mais les Séleucides étaient un corps étranger en Syrie du Nord, à la différence des Achéménides qui, eux, étaient originaires de Perse. Une autre région était essentielle : l’Asie Mineure qui donnait accès au monde égéen. Sans renouer avec la position traditionnelle qui privilégie cette région, on ne peut nier que les rois séleucides ont toujours cherché à s’y imposer. C’était le lieu privilégié de la compétition internationale que se livraient les rois hellénistiques, pour qui la guerre était une activité primordiale. Au moins pour des raisons de prestige, les rois séleucides se devaient d’y être présents. Ils étaient en outre de culture grecque – même s’il ne faut pas oublier qu’Antiochos Ier était le fils d’une iranienne –, et c’est en Asie Mineure que se trouvait l’un des foyers les plus dynamiques de la culture grecque contemporaine, Alexandrie en étant un autre.

  • 55 Martinez-Sève L., « Peuple d’Antioche et (...)
  • 56 Briant P., « De Samarkand à Sardes et de la (...)
  • 57 Sur tout cela voir en dernier lieu ibid., p. 459-463.
  • 58 Bingen J., « Cléopâtre VII Philopatris », (...)

27Tout cela révèle que les concepts de centre et de périphérie ne sont pas opératoires pour le royaume séleucide. Il existait en fait plusieurs centres. On pourrait aussi le montrer dans les domaines de la vie politique55 ou de la vie économique. Cela s’explique en partie parce que les Séleucides n’étaient originaires d’aucune des régions de leur empire56. Cela ne les empêcha pas de marquer ces différentes régions de leur présence et de chercher à s’y enraciner d’une manière ou d’une autre. On manque d’information pour l’Iran et l’Asie centrale ; il ne faut pas en conclure a priori que les rois s’en désintéressèrent. Bactres était la principale capitale des satrapies supérieures et Antiochos Ier y résida plusieurs années à titre de corégent. Sa mère était originaire d’Asie centrale et l’on comprendrait mal qu’il n’ait pas tenté de consolider le pouvoir séleucide sur la région. Il refonda d’ailleurs plusieurs des colonies d’Alexandre et entreprit des travaux de défense pour la protéger des populations nomades qui la menaçaient. Mais les Séleucides n’oublièrent jamais non plus leurs origines macédoniennes et prétendirent se relier à la Macédoine. L’attachement de Séleucos Ier pour sa patrie transparaît dans un élément de la titulature qu’Antiochos Ier porte sur un document babylonien : il se présente comme « le fils aîné de Séleucos, le roi, le Macédonien ». L’expression se retrouve dans une dédicace délienne pour Antiochos III57. Les Lagides ne se comportèrent pas autrement, comme J. Bingen l’a récemment montré pour la fameuse Cléo pâtre VII. Elle est qualifiée, dans un papyrus grec, de philopatris (qui aime sa patrie), épithète qui renvoie à son ascendance macédonienne et non à l’Égypte comme on l’a d’abord cru58. Pour toutes ces raisons, il est vain de vouloir établir une hiérarchie entre les différentes régions du royaume ou d’en privilégier une.

  • 59 Briant, 1996, p. 369-398 ; Graf D., « The Persian royal road syste (...)
  • 60 Callieri P., « Note d’information. Une (...)
  • 61 Tuplin C. J., « Achaemenid Arithmetic : (...)
  • 62 Pline, Histoire Naturelle, VI, 58 ; Strabon, XI, 11, 6.
  • 63 Salles J.-Fr., « Découvertes du Golfe (...)
  • 64 Bar-Kochva B., The Seleucid Ar (...)

28Une autre question est de savoir si les Séleucides se préoccupèrent de contrôler l’ensemble des territoires placés sous leur domination. On dispose de peu de renseignements. Les rois ont nécessairement recueilli l’œuvre des Achéménides dont on connaît le réseau routier ainsi que le système des relais qui permettait une circulation rapide des informations. Un réseau très serré de postes de garde assurait en outre la surveillance des déplacements59. Les Achéménides étaient eux-mêmes les héritiers d’une longue tradition, déjà perfectionnée par les Assyriens. Les Séleucides furent au moins soucieux de l’entretien de ce réseau, comme en témoigne la découverte de deux bornes à Persépolis et à Pasargades 60. La première, trouvée à une dizaine de kilomètres de Persépolis, indiquait en grec la distance de60 stades qu’il fallait parcourir pour rejoindre la ville et une distance de 20 stades qui séparait la borne d’un relais. La seconde, très usée, portait une inscription en grec et une autre en araméen. Les routes du royaume étaient certainement jalonnées d’autres bornes de ce type. Pour le calcul des distances, les Séleucides bénéficiaient du travail entrepris aux époques plus anciennes, au moins à l’époque achéménide61. Il est probable qu’ils avaient aussi gardé un service de bématistes, qui comptaient les distances avec leurs pas, sur le modèle de celui qui accompagna Alexandre lors de son expédition. Les Séleucides envoyèrent aussi des missions d’exploration géographique dans la Caspienne62 et sans doute aussi dans le golfe Persique, comme Alexandre l’avait fait avant eux63. La localisation des colonies fondées dans l’ensemble du royaume est une autre preuve du souci des Séleucides de contrôler l’espace. Elles sont toujours situées à des emplacements stratégiques et constituent la plupart du temps un véritable réseau qui permettait de quadriller le territoire, en Basse Mésopotamie et en Iran du Sud-Ouest par exemple. Pour compléter ce dispositif, les Séleucides installèrent aussi en de nombreux points des garnisons ou des détachements militaires64.

  • 65 Aujac G., Strabon et la scienc (...)

29Cela n’implique pourtant pas que les rois aient eu une perception globale de l’espace. Ils ont largement bénéficié des entreprises antérieures et sans doute aussi de connaissances empiriques, élaborées progressivement à l’intérieur de chaque région contrôlée, au fur et à mesure des dominations successives. Elles leur permettaient de savoir quels étaient les endroits stratégiques et comment il fallait les contrôler. L’époque hellénistique correspond à un moment de grand développement de la géographie et de la cartographie, principalement à Alexandrie où les recherches d’Érathostène, qui dirigea la Bibliothèque, contribuèrent beaucoup à ces progrès. Mais ces savoirs restaient encore théoriques et n’étaient diffusés que dans un cercle restreint de savants. L’heure n’était pas encore à l’utilisation de la géographie par le pouvoir politique. Il faut attendre l’époque d’Auguste pour cela65. Malgré cette volonté de maîtriser l’espace, les rois séleucides y sont mal parvenus. Certainement pas par manque d’intérêt. Les raisons sont à chercher ailleurs.

Comment les rois séleucides se représentaient-ils leur pouvoir ?

  • 66 Virgilio, 2003.
  • 67 Bikerman, 1938, p. 13. E. Bikerman (...)
  • 68 Briant, 1996, p. 226, 237-244.
  • 69 Ibid., p. 226, 244-252 ; Briant P., RTP, p. (...)
  • 70 Sur tout cela voir Briant P., RTP, p. 1-81.
  • 71 Dans ces guerres entre Lagides et Séleucides, il ne faut pas sures (...)

30Ou plutôt comment voulaient-ils qu’on se le représente ? Cette question nécessite de s’interroger sur l’idéologie royale, vaste sujet que je ne pourrai que survoler ici. Les valeurs royales que les rois devaient posséder pour mériter leur titre étaient évoquées dans les traités philosophiques sur la royauté ou dans des œuvres littéraires et poétiques, l’Éloge de Ptolémée composé par Théocrite par exemple (Idylles, XVII)66. La première est la valeur militaire. Elle n’était pas également partagée par tous les rois hellénistiques, mais parmi eux, les Séleucides furent ceux pour lesquels la guerre eut le plus d’importance. On souligne en général le nombre important des rois séleucides morts ou blessés sur le champ de bataille67. Le caractère guerrier de la dynastie séleucide est aussi très net lorsqu’on la compare avec la dynastie achéménide. Certes, le rôle militaire du Grand Roi était important dans l’idéologie impériale achéménide. Lui aussi était un guerrier et un archer redoutable, qui devait assurer la défense et l’intégrité de ses possessions68. Mais il devait également permettre à ses sujets de cultiver leurs terres en paix. À ce titre, c’était un roi justicier chargé de faire régner l’ordre dans ses états, et un roi nourricier qui favorisait l’agriculture. Il apparaît aussi comme un roi jardinier capable d’agir sur la végétation et le climat, et doté pour cela de pouvoirs religieux69. Par comparaison, le roi séleucide est surtout un chef d’armée. Ce phénomène et l’importance de la valeur militaire dans l’idéologie royale hellénistique résultent des transformations qui affectèrent les armées macédoniennes pendant les guerres des diadoques. À la mort d’Alexandre, l’armée royale macédonienne fut divisée en armées rivales qui obéissaient désormais à de simples chefs militaires et dont la fidélité pouvait à tout moment changer de côté. Avant de pouvoir devenir des rois, les diadoques étaient donc des hommes de guerre capables de retenir leurs troupes par leur prestige militaire. On songe à Eumène, abandonné à partir du moment où il fut vaincu par Antigone le Borgne70. Les Séleucides furent en outre contraints de mener de nombreuses guerres. Ces dernières n’étaient pas toutes de même nature : vers l’ouest, leurs principaux adversaires furent les Lagides qu’ils affrontèrent régulièrement pour défendre ou accroître leur domination71, ainsi que Rome ; ils durent lutter contre des tentatives d’usurpation, qui réussirent parfois (Molon, Achaios, Timarque, Alexandre Balas, Diodote, Alexandre Zabinas) ; ils combattirent les mouvements sécessionnistes des populations qui vivaient en Asie centrale et dans les confins orientaux du royaume ; enfin, ils eurent à se défendre contre la pression des populations nomades d’Asie centrale, qui facilita ces mouvements sécessionnistes. Parmi ces peuples nomades figurent les Parthes qui devinrent leurs principaux adversaires vers l’est. On a tendance à penser que la désintégration du royaume résulte de ces mouvements sécessionnistes. Il faut nuancer. Les rois séleucides perdirent pour cette raison des territoires très riches en Asie centrale (la Bactriane par exemple), mais la réduction de leur royaume est surtout la conséquence de la défaite contre Rome en 189 (perte des possessions d’Asie Mineure et de Thrace) et contre les Parthes entre 150 et 129 (perte de tous les territoires situés à l’est de l’Euphrate). Antiochos III aurait aussi bien pu l’emporter à Magnésie du Sipyle et, dans ce cas, nul ne peut dire ce qu’il serait advenu de lui et de l’Asie Mineure. Les Parthes furent des adversaires redoutables que même Rome ne put jamais mater. Le plus remarquable, c’est la rapidité avec laquelle ils purent progresser vers l’ouest. Elle s’explique par une supériorité militaire, mais aussi par la difficulté des Séleucides à imposer leur pouvoir de manière durable sur ces régions.

  • 72 Ma, 1999. Voir aussi sa contribution dans (...)

31La guerre n’est qu’un aspect de l’idéologie royale. J. Ma a récemment montré comment les relations entre le roi et les cités grecques d’Asie Mineure furent définies par un langage commun, fondé sur l’évergétisme72. Les bienfaits des rois venaient en retour de la soumission des cités qui reconnaissaient leur pouvoir et leur votaient des décrets honorifiques. Cette idéologie de l’évergésie, assumée de part et d’autre, venait masquer une réalité beaucoup plus pénible pour les cités, privées de leur indépendance.

  • 73 Briant, 1996, nombreuses occurrences dans (...)
  • 74 FrGHist., n° 87, F6.
  • 75 Cette idée est à nuancer ; sur ce sujet, voir l’article très stimu (...)
  • 76 Koenen L., « Die Adaptation ägyptischer (...)
  • 77 Il n’existe pas d’étude de synthèse sur le culte royal lagide. Cf. (...)
  • 78 Lenger M.-T., Corpus des Ordon (...)
  • 79 Athénée, Deipnosophistes, V, 197 c-203 c. Trad. fr. dans Bernand A (...)
  • 80 Robert L., « Sur un décret d’Ilion et sur (...)
  • 81 Robert L., « Inscriptions séleucides de (...)

32Cependant, l’idéologie royale séleucide paraît peu élaborée par comparaison avec celle d’autres dynasties. L’empire achéménide fournit encore de nombreux exemples. On constate le caractère guerrier de la dynastie séleucide, mais rien n’indique que les rois aient cherché à se présenter comme des guerriers, à l’image des Achéménides. La stature exceptionnelle du Grand Roi, le cérémonial qui l’entourait, la célébration d’importants moments de son règne comme son avènement ou ses funérailles, sont aussi des éléments bien connus73. Il est frappant de constater que rien de tel ne paraît avoir existé chez les Séleucides, même si quelques auteurs, dont Phylarque, se plaisent à souligner leurs débauches et leurs excès, critiques habituelles d’auteurs grecs qui veulent stigmatiser le caractère absolutiste du pouvoir royal74. L’avènement des rois ne donna lieu à aucun cérémonial particulier et l’on ne sait pratiquement rien de leur mort et de leurs tombeaux, qu’on ne localise même pas pour la plupart d’entre eux. À l’inverse, les rois lagides firent le choix d’apparaître comme des individus exceptionnels, évoluant en dehors de la sphère des simples mortels. Ils assumèrent d’ailleurs les fonctions des pharaons et furent même couronnés selon les rites égyptiens traditionnels. On pensait que cet usage n’était apparu qu’à partir du règne de Ptolémée V, moment traditionnellement perçu comme le début de l’égyptianisation de la dynastie, de plus en plus obligée de composer avec l’élément égyptien75. Mais il est de plus en plus admis que les premiers Lagides aussi furent couronnés pharaons76. Le culte royal qu’ils instituèrent renforça la dimension religieuse de leur personne, celle de la dynastie et celle de leur fonction royale77. Ptolémée II eut un rôle déterminant par les différentes initiatives qu’il prit dans ce domaine : il créa d’abord un culte en l’honneur de son père défunt, puis un culte en l’honneur du couple formé par son père et sa mère, à la mort de cette dernière en 279. Il posa ainsi les fondements d’un culte dynastique qu’il développa à la mort de sa femme, Arsinoé II, sans doute en 272-271. Il divinisa cette dernière et s’associa à elle dans le culte des Théoi Adelphoi qu’il rattacha au culte d’Alexandre. Ce culte dynastique fut complété par les rois postérieurs, notamment Ptolémée IV qui institua le culte des Théoi Sotères, couple formé par Ptolémée Ier et Bérénice. Ptolémée II s’efforça aussi de donner beaucoup d’ampleur au culte d’Arsinoé et de lui assurer une grande diffusion parmi les populations grecques et égyptiennes du royaume. Il organisa son financement de manière durable en utilisant le produit de la taxe de l’apomoira qui frappait les propriétaires de vergers et de vignobles78. Ces cultes, et plus particulièrement celui d’Arsinoé, n’étaient donc pas vides de contenu et étaient célébrés à grande échelle. Ils impliquaient l’organisation de fêtes officielles, les Ptolémaia par exemple, décrites par Callixène de Rhodes79, ou les Arsinoeia. Ces dernières étaient célébrées partout à la même date, le 27 Mésorè du calendrier égyptien, et les particuliers y participaient en accomplissant des sacrifices sur des autels domestiques80. Par comparaison, le culte dynastique séleucide fut instauré plus tardivement et il fut surtout moins développé. Le principal document est l’édit d’Antiochos III qui créa, en 193 av. J.-C., un culte en l’honneur de sa femme Laodice81. Le texte ne mentionne aucune fête ou cérémonie d’envergure, comme dans le culte lagide, et l’on sent le roi davantage préoccupé de marquer l’espace séleucide de sa présence et de celle de la dynastie que de donner un véritable contenu à ce nouveau culte. La décision la plus importante est d’instituer des prêtresses de la reine, mais rien n’indique qu’elles aient eu un véritable rôle religieux.

  • 82 Kuhrt A., « Usurpation, conquest and (...)
  • 83 Briant, 1996, p. 488-500.

33Localement, les Séleucides n’hésitèrent pourtant pas à reprendre les traditions indigènes en matière de pouvoir royal. Les informations les plus nombreuses proviennent de Babylonie où les rois se comportèrent comme des rois mésopotamiens et assumèrent les fonctions religieuses de ces derniers82. À plusieurs reprises, ils participèrent à la fête du Nouvel An, à l’occasion de laquelle le roi mésopotamien remettait son pouvoir au dieu Marduk, dont il était le garant sur terre, et qui l’en réinvestissait. Les rois achéménides avaient fait de même, par exemple Darius Ier en Égypte83. Mais ces derniers furent aussi les concepteurs d’une nouvelle idéologie royale, qui leur est spécifique.Ce n’est pas le cas des Séleucides et il faut s’efforcer de l’expliquer.

  • 84 Ibid., p. 888-889.
  • 85 En dernier lieu Savalli-Lestrade, 1998.

34 La propagande royale sert à affirmer la grandeur du roi et de son pouvoir, mais à qui s’adresse-t-elle ? Certainement aux sujets qu’il faut impressionner et qu’il faut persuader du rôle indispensable du roi afin de préserver son pouvoir de la contestation. Certainement aussi aux autres rois, perçus comme des concurrents. Mais elle s’adresse également à l’entourage immédiat du roi, car la contestation du pouvoir royal en émane très souvent. La mise en place d’un cérémonial de cour est un moyen de fidéliser l’entourage royal, de faire en sorte qu’il trouve un intérêt à servir le roi, qu’il en reçoive des privilèges, mais qu’en échange, le roi dispose d’un pouvoir absolu. C’est ce mode de relation qui existait entre le Grand Roi et l’aristocratie perse, c’est aussi ce que fit Louis XIV pour assagir la noblesse frondeuse. Dans le cas de l’empire achéménide, c’était d’autant plus nécessaire que le Grand Roi avait besoin de cette aristocratie qui assurait la gestion de l’empire. Alexandre le Grand l’avait bien compris puisqu’il s’efforça de recueillir la fidélité de la noblesse perse. C’était un moyen de s’approprier, avec l’empire, ses modes de fonctionnement84. Les Séleucides prirent un autre parti. Même s’ils étaient entourés de collaborateurs, s’ils reprirent l’usage de leur accorder des dons85, cet entourage ne se compare pas avec celui des Grands Rois : ses membres ne formèrent pas un groupe aristocratique aussi nettement constitué que l’aristocratie perse ; ils ne possédaient pas des réseaux de relations et de fidélités aussi étendus qu’elle et étaient moins implantés régionalement. La mobilité dans les diverses fonctions qu’ils pouvaient détenir paraît avoir été fréquente et ne leur laissait pas le temps de s’enraciner durablement. Ils tiraient l’essentiel de leur puissance de la faveur royale, mais pouvaient quitter un roi pour passer au service d’un autre s’ils le jugeaient plus avantageux. Au total, les collaborateurs des rois séleucides furent moins menaçants que l’aristocratie perse, même si des tentatives d’usurpation se produisirent. C’étaient aussi des Grecs ou des Macédoniens, sans doute peu enclins à accepter une trop grande « orientalisation » des mœurs royales. On connaît la difficulté d’Alexandre à faire accepter, à son entourage macédonien, l’évolution de son pouvoir vers l’absolutisme et l’adoption du cérémonial achéménide. Le choix des Séleucides de ne pas reproduire le modèle achéménide, tant en ce qui concerne le domaine de l’idéologie royale que celui de la gestion de l’empire par un groupe aristocratique clairement constitué, n’était peut-être pas le plus adapté, compte tenu de la structure de leurs possessions.

  • 86 Il est à ce titre significatif que l’usage courant distingue « l’e (...)

35La difficulté des Séleucides à conserver l’unité de leur royaume tient donc aussi à la nature de leur pouvoir qui diffère de celui que leurs prédécesseurs orientaux détenaient. Il est certain que les Séleucides ont cherché à contrôler étroitement chaque région du royaume à partir des grandes villes régionales, qui formaient autant de capitales, en imposant leur domination avec des moyens militaires, mais également par le biais d’une administration beaucoup plus développée qu’on ne le pense parfois et que, ce faisant, ils ont beaucoup repris à leurs prédécesseurs. Dans un tel système, aucune région n’était délaissée au profit d’une autre, l’important étant pour les rois de se procurer le maximum de ressources de chacune d’entre elles par le moyen des prélèvements fiscaux. Mais ce n’était pas suffisant pour donner une structure unitaire à l’ensemble de leurs possessions et pour construire un véritable espace impérial86. Le royaume présentait donc la particularité de compter plusieurs centres sans en posséder aucun de véritable. Il faut tenir compte de la disparition d’une grande partie de la documentation, mais celle-ci doit accentuer cette impression plus qu’elle ne la crée. Ce n’est pas en installant des populations grecques dans l’ensemble de l’empire que les Séleucides parvinrent à régler le problème. En effet, beaucoup des fondations se transformèrent en cités, ce qui ne favorisa pas la constitution d’une unité politique et ne donna pas de cohérence au royaume. Car les cités n’étaient pas les meilleurs relais de l’influence royale. Elles disposaient de leurs propres institutions et eurent tendance à évoluer de manière autonome. Lorsque les Séleucides les perdirent, notamment dans les régions orientales où elles passèrent sous la domination des Parthes, elles continuèrent à fonctionner sans grande modification.

36Le royaume présentait donc une structure à deux niveaux : c’était un ensemble de communautés et c’était aussi un réseau d’agents royaux qui se superposaient à elles. Ces deux niveaux communiquaient l’un avec l’autre dans tout l’espace séleucide, ce qui permettait au roi d’imposer sa présence dans l’ensemble du royaume. Mais il manquait un troisième niveau, celui des individus. Ce sont les communautés qui faisaient l’interface avec le pouvoir royal qui, de ce fait, n’était pour les individus qu’une réalité lointaine. Les rois n’avaient donc pas à proprement parler de sujets. Une comparaison avec l’Empire romain est instructive. C’est Aelius Aristide qui l’a faite dans son Éloge de Rome (51-71) où il montre que les Romains, à la différence des rois hellénistiques, ont réussi à créer un ensemble unique et cohérent, et que c’est en grande partie grâce à la diffusion de la citoyenneté romaine qu’ils le durent. Les élites locales, et notamment les élites des cités de l’Empire, trouvaient, par le biais de l’acquisition de la citoyenneté et des privilèges qui en découlaient, un intérêt à collaborer avec le pouvoir romain, confronté aux dimensions de l’empire et au faible nombre du personnel administratif. Aelius Aristide se fait, certes, le porte-parole de l’idéologie officielle de son temps, mais qu’il soit lui-même un Grec de Bithynie est déjà un symbole. En définitive, le royaume séleucide peut se comprendre comme une structure coloniale à laquelle il aurait manqué une métropole.

Notes

1 La situation est un peu différente pour le royaume lagide pour lequel on dispose de deux synthèses récentes : Hölbl G., A History of the Ptolemaic Empire, 2001 ; Huss W., Ägypten in hellenistischer Zeit, 332-30 v. Chr., 2001.

2 Bevan E. R., The House of Seleucus, 1902.

3 Bouché-Leclercq A., Histoire des Séleucides, 323-64 avant J.-C., 1914.

4 Bikerman, 1938.

5 Rostovtseff.

6 Walbank F.W., A Historical Commentary on Polybius, 1956-1979 (rééd. 1999).

7 Briscoe J., A Commentary on Livy, Books XXXI-XXXIII, 1973 ; ID., A Commentary on Livy, Books XXXIV-XXXVII, 1981.

8 Brodersen K., Appians Abriss der Seleukidengeschichte, Syriake 45, 232-70, 369, Text und Kommentar, 1989 ; Brodersen K., Appians Antiochike, Syriake 1, 1-44, 232, Text und Kommentar, 1991. Il existait au moins une autre œuvre historique spécifiquement consacrée aux Séleucides, rédigée par Athénée de Naucratis, mais elle n’a pas été conservée (FrGHist., n° 166).

9 FrGHist., n° 260.

10 Voir aussi dans ce volume la contribution de M.-F. Baslez.

11 Par exemple XIV, 5, 2 (instabilité séleucide et développement de la piraterie) ou XVI, 2, 4-10 (description de la Tétrapole). Pour d’autres références se reporter à l’index qui figure après le livre XVII dans la collection Loeb.

12 Pour Séleucos Ier, voir notamment Description de la Grèce, I, 10, 2-5 ; 16.

13 La principale étude qui lui est consacrée reste celle de Bellinger A. R., « The End of the Seleucids », Transactions of the Connecticut Academy of Arts and Sciences 38, 1949, p. 51-102.

14 FrGHist., n° 87.

15 FrGHist., n° 434 ; Bittner A., Gesellschaft und Wirtschaft in Herakleia Pontike, 1998, p. 162-213.

16 FrGHist., n° 81 ; Pédech P., Trois historiens méconnus, Théopompe, Duris, Phylarque, 1989 ; Walbank F.W., « Tragic History : A Reconsideration », Bulletin of the Institute of Classical Studies of the University of London, 2, 1955, p. 4-14 ; Walbank F. W., « History and Tragedy », Historia, 9, 1960, p. 216-234.

17 FrGHist., n° 162.

18 Les inscriptions relatives aux Séleucides trouvées au xixe siècle ont été rassemblées dans les OGIS, n° 211-263. Voir aussi RC.

19 Bérard F. et alii, Guide de l’épigraphiste, 20003, p. 55-74. Les inscriptions de l’époque d’Antiochos III ont été réunies et traduites par Ma, 1999.

20 Durrbach F. (éd.), Choix d’inscriptions de Délos, 1921-1922, n° 59 (= OGIS, n° 239), 71, 72 (= OGIS, n° 247), 87 (= OGIS, n° 250), 88, 109 (= OGIS, n° 255), 110 (= OGIS, n° 256), 120 (= OGIS, n° 259), 121 (= OGIS, n° 260), 122, 136h (= OGIS, n° 258) ; OGIS, n° 249, 251, 261. Il faut leur ajouter les inscriptions commémoratives d’offrandes (Bruneau Ph., Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, 1970, p. 573-576).

21 OGIS, n° 257 (= RC, n° 71-72).

22 Séleucie de Piérie : OGIS, n° 245 (= Inscriptions Grecques et Latines de Syrie, III, n° 1184) ; IGLS, III, n° 1183 (= RC, n° 45) ; Laodicée : IGLS, IV, n° 1261 (Roussel P., « Décret des péliganes de Laodicée-sur-mer », Syria, 23, 1942-1943, p. 21-32) ; Daphné : OGIS, n° 244 (= RC, n° 44 ; IGLS, III, n° 992) ; Baitokaiké : OGIS, n° 262 (= RC, n° 70 ; IGLS, VII, n° 4028) ; Hefzibah : Landau Y. H., « A Greek Inscription found near Hefzibah », Israel Exploration Journal, 16, 1966, p. 54-70 ; Bertrand J.-M., « Sur l’inscription d’Hefzibah », ZPE, 46, 1982, p. 167-174 ; Iamnia : Isaac B., « A Seleucid Inscription from Iamnia on the Sea : Antiochos V Eupator and the Sidonians », Israel Exploration Journal, 41, 1991, p. 132-144 (nouvelle lecture par Kasher A., « A Second Century BCE Greek Inscription from Iamnia », Cathedra, 63, 1992, p. 3-21, en hébreu, avec résumé dans Scripta Classica Israelica 13, 1994, p. 160-161). Voir aussi Sartre, 2001, p. 26-27 et la contribution de P.-L. Gatier dans ce volume.

23 OGIS, n° 253 et 254 pour Babylone et Van Nuffelen P., « Un culte royal de Séleucie du Tigre », EA, 33, 2001, p. 85-87 pour Séleucie du Tigre.

24 Roueche Ch. et Sherwin-White S. M., « Some Aspects of the Seleucid Empire : the Greek Inscriptions from Faïlaka, in the Arabian Gulf », Chiron, 15, 1985, p. 1-39.

25 Pour Suse : SEG, VII, n° 4, 5, 18, 19, 32 ; Darmezin L., Les affranchissements par consécration en Béotie et dans le monde grec hellénistique, 1999, n° 199 (= SEG, VII, 15), 200 (= SEG, VII, 22), 203 (= SEG, VII, 24), 204 (= SEG, VII, 17) ; Robert L., « Études d’épigraphie grecque », OMS, II, 1969, p. 1228-1231. Plusieurs de ces inscriptions sont des consécrations d’esclaves. Seules celles qui mentionnent les rois et les membres de leur famille ont été retenues. Pour le reste de l’Iran : Darmezin L., op. cit., n° 205 (Hyrcanie) ; Robert L., « Inscriptions séleucides de Phrygie et d’Iran », Hellenica, VII, 1949, p. 5-22 (Néhavend, avec un complément dans Hellenica, VIII, 1950, p. 73-75) ; ID., « Encore une inscription grecque de l’Iran », OMS, V, 1989, p. 469-484 (Kermanchah) ; ID., Compte rendu de Fraser P. M., Samothrace II, 1. The Inscriptions on Stone, 1960, in Gnomon, 1963, p. 76 (Béhistun).

26 Voir note précédente.

27 Robert L., « Inscriptions séleucides de Phrygie et d’Iran », Hellenica, VII, 1949, p. 5-22 (complément dans Hellenica, VIII, 1950, p. 73-75) ; ID., « Encore une inscription grecque de l’Iran », OMS, V, 1989, p. 469-484.

28 Lenger M.-T., Corpus des Ordonnances des Ptolémées, 19802 ; ID., Corpus des Ordonnances des Ptolémées. Bilan des additions et corrections (1964-1988). Compléments à la bibliographie, 1990.

29 Sartre, 2001, p. 24-26.

30 Oelsner J., Materialien zur babylonischen Gesellschaft und Kultur in hellenistischer Zeit, 1986.

31 Ils ont été commodément réunis par Del Monte G., Testi della Babilonia Ellenistica. I – Testi Cronografici, 1997 ; cf. aussi Glassner J.-J., Chroniques mésopotamiennes, 1993.

32 Le corpus le plus important est celui d’Uruk : Doty L. T., Cuneiform Archives from Hellenistic Uruk, 1977 ; Funck B., Uruk zur Seleukidenzeit, 1984 ; Ruttenm., Contrats de l’époque séleucide conservés au Musée du Louvre, 1935 ; cf. aussi Mcewan G. J. P., Priest and Temple in Hellenistic Babylonia, 1981.

33 Sherwin-White-Kuhrt, p. 36-37, 150.

34 Invernizzi A., « Portraits of Seleucid Kings on the Sealings from Seleucia-on-Tigris : A Reassessment », Bopearachchi O., Bromberg C. A. et Grenet Fr. (éd.), Alexander’s Legacy in the East. Studies in Honor of Paul Bernard, 1998 [2001], p. 105-112.

35 Mollo P., « Il problema dell’ ΔALIKH seleucide alla luce dei materiali degli archivi di Seleucia sul Tigri », Boussac M.-F. et Invernizzi A. (éd.), Archives et sceaux du monde hellénistique, BCH Suppl., 29, 1996, p. 145-156.

36 Houghton A., Coins of the Seleucid Empire from the Collection of Arthur Houghton, 1983 ; Houghton A. et LORBER C., Seleucid Coins. A comprehensive Catalogue, 2002 ; Kritt B., The Early Seleucid Mint of Susa, 1997 ; Le Rider G., Suse sous les Séleucides et les Parthes, 1965 ; ID., Séleucie du Tigre, les monnaies séleucides et parthes, 1998 ; ID., Antioche de Syrie sous les Séleucides, Corpus des monnaies d’or et d’argent, I. De Séleucos I à Antiochos V, 1999 ; ID., Études d’histoire monétaire et financière du monde grec. Écrits 1958-1998, 1999 ; Mørkholm M., « The monetary system in the Seleucid empire after 187 BC », Heckelw. et Sullivan R. (éd.), Ancient Coins of the Graeco-Roman World : The Nickle Numismatic Papers, 1984 ; Newell E., The Coinage of the Eastern Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, 1938 ; ID., The Coinage of the Western Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, 1941 ; Seyrig H., Scripta nunismatica, 1986.

37 Fleischer R., Studien zur seleukidischen Kunst, 1. Herrscherbildnisse, 1991.

38 Pour un aperçu des travaux effectués à Séleucie du Tigre, cf. La terra tra i due Fiumi. Venti anni di archeologia italiana in Medio oriente. La Mesopotamia dei tesori, 1985 ; Invernizzi A., « Hellenism in Mesopotamia. A view from Seleucia on the Tigris », Al-Rafidan, XV, 1994, p. 1-24. Plus généralement, on ne connaît aucun palais séleucide de manière concrète et aucun des palais qui auraient pu être occupés par leurs gouverneurs n’est daté avec certitude de l’époque séleucide (Nielsen I., Hellenistic Palaces, 1994, p. 112-129). Sur les palais hellénistiques, voir aussi Hoepfner W. et Brands G. (éd.), Basileia. Die Paläste der hellenistischen Könige, 1996.

39 Cohen G.M., The Seleucid Colonies. Studies in Founding, Administration and Organisation, 1978 ; ID., The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands and Asia Minor, 1995.

40 Voir par exemple Kuhrt A. et Sherwin-White S., Hellenism in the East, 1987 ; et Sherwinwhite-Kuhrt.

41 Adams R. MCC., Land Behind Baghdad. A History of Settlement in the Diyala Plains, 1965 ; ID., Heartland of Cities. Survey of Settlement and Land Use on the Central foodplain of the Euphrates, 1981 ; Adams R. MCC. et Nissen H. J., The Uruk Countryside, 1972 ; Wenke R. J., « Imperial Investments and Agricultural Developments in Parthian and Sassanian Khuzestan : 150 B.C. to A.D. 640 », Mesopotamia X-XI, 1975-1976, p. 31-121. Gentelle P., Prospections archéologiques en Bactriane orientale, vol. I : Données paléogéographiques et fondements de l’irrigation, 1989 ; Lyonnet B., Prospections archéologiques en Bactriane orientale, vol. II : Céramique et peuplement du Chalcolithique à la conquête arabe, 1997 ; GARDIN J.-Cl., Prospections archéologiques en Bactriane orientale, vol. III : Description des sites et note de synthèse, 1998.

42 Voir les contributions de P.-L. Gatier et de P. Leriche dans cet ouvrage.

43 Hansen M., Polis et cité-état. Un concept antique et son équivalent moderne, 2001.

44 Pour un exemple de l’apport des sources mésopotamiennes sur la question très traditionnelle du déclenchement de la troisième guerre de Syrie, cf. Martinez-Sève L., « Laodice, femme d’Antiochos II : du roman à la reconstruction historique », REG, à paraître.

45 Briant P., RTP, p. 291-330 ; ID., « Sources gréco-hellénistiques, institutions perses et institutions macédoniennes : continuités, changements et bricolages », Achaemenid History, VIII, 1994, p. 283-310 ; Briant, 1996 : se reporter dans l’index à « Continuités/adaptations », p. 1165.

46 Sherwin-White-Kuhrt.

47 Cf. les contributions réunies sous le titre « Les Séleucides, à propos de S. Sherwin-White et A. Kuhrt, From Samarkhand to Sardis. A new approach to the seleucid empire, London, 1993 », Topoi, 4/2, 1994, p. 431-610.

48 Dans le domaine de l’Antiquité voir notamment Rowlands M., Larsen M. et Kristiansen K. (éd.), Centre and Periphery in the Ancient World, 1987 ; Bilde P. (éd.), Centre and Periphery in the hellenistic World, 1993.

49 Briant P., « De Samarkand à Sardes et de la ville de Suse au pays des Hanéens », Topoi, 4/2, 1994, p. 455-467 ; Briant, 1996, p. 177-196.

50 Ibid.,, p. 458-459.

51 Bosworth A. B., The Legacy of Alexander. Politics, Warfare, and Propaganda under the Successors, 2002, p. 210-245.

52 Invernizzi A., « Seleucis on the Tigris : Centre and Periphery in Seleucid Asia », Bilde P. (éd.), Centre and Periphery in the hellenistic World, 1993, p. 230-250.

53 Les autres attestations de l’expression datent de l’époque romaine, notamment Strabon, XVI, 2, 2 ; 2, 4. Il est en fait très difficile de déterminer à quelle réalité géographique ce terme fait allusion, d’autant plus que la signification a pu varier au fil du temps, comme cela paraît avoir été le cas pour l’expression « Coelé Syrie » (Sartrem., « La Syrie creuse n’existe pas », Gatier P.-L., Helly B. et Rey-Coquais J.-P. [éd.], Géographie historique au Proche-Orient, 1990, p. 15-40). D.Musti, qui lui a consacré une longue étude, estime même, avec des arguments intéressants, que cette expression désigne au début l’ensemble des possessions séleucides à l’exception de celles qui étaient situées en Asie Mineure (Musti D., « Lo stato dei Seleucidi », Studi Classici e Orientali, XV, 1966, p. 61-81). Ce n’est que dans un deuxième temps qu’elle en serait venue à désigner la Syrie du Nord.

54 Bernard P., « I. Une légende de fondation hellénistique : Apamée sur l’Oronte d’après les Cynégétiques du Pseudo-Oppien. II. Paysages et toponymie dans le Proche-Orient hellénisé », Topoi, 5/2, 1995, p. 353-408 ; Martinez-Sève L., « Peuple d’Antioche et dynastie séleucide », Topoi, 10/2, à paraître.

55 Martinez-Sève L., « Peuple d’Antioche et dynastie séleucide », Topoi, 10/2, à paraître.

56 Briant P., « De Samarkand à Sardes et de la ville de Suse au pays des Hanéens », Topoi, 4/2, 1994, p. 466-467.

57 Sur tout cela voir en dernier lieu ibid., p. 459-463.

58 Bingen J., « Cléopâtre VII Philopatris », Chronique d’Égypte, 74, 1999, p. 118-123 ; ID., « La politique dynastique de Cléopâtre VII », CRAI, 1999, p. 49-66. Voir aussi Ferrary J.-L., « Le roi Archélaos de Cappadoce à Délos », CRAI, 2001, p. 799-815 pour la reprise de l’épithète par Archélaos de Cappadoce.

59 Briant, 1996, p. 369-398 ; Graf D., « The Persian royal road system », Achaemenid History, VIII, 1994, p. 167-189.

60 Callieri P., « Note d’information. Une borne routière grecque de la région de Persépolis », CRAI, 1995, p. 65-73 ; Bernard P., « Remarques additionnelles », CRAI, 1995, p. 73-95 ; Lewis D. M. et Bivar A. D., « The Seleucid inscription », Stronach D. (éd.), Pasargadae, 1978, p. 160-162.

61 Tuplin C. J., « Achaemenid Arithmetic : Numerical Problems in Persian History », Topoi Suppl., 1, 1997, p. 406-409.

62 Pline, Histoire Naturelle, VI, 58 ; Strabon, XI, 11, 6.

63 Salles J.-Fr., « Découvertes du Golfe arabo-persique aux époques grecque et romaine », REA, 94, 1992, p. 79-97 ; ID., « Hellénisme et traditions orientales à Faïlaka », Invernizzi A. et Salles J.-Fr. (éd.), Arabia Antiqua. Hellenistic Centres around Arabia, 1993, p. 226-232.

64 Bar-Kochva B., The Seleucid Army, 1976, p. 21-39 ; Bikerman, 1938, p. 53-55, 78-88 ; Cohen G.M., The Seleucid Colonies, 1978, p. 14-19 ; MA, 1999, p. 113-121. Les colonies de Basse Mésopotamie et d’Iran du Sud-Ouest sont citées à la fin du décret d’Antioche de Perside reconnaissant la création des Leucophryéna de Magnésie du Méandre (OGIS, n° 233).

65 Aujac G., Strabon et la science de son temps, 1966 ; ID., Ératosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie, 2001 ; Jacob Chr., « Géographie », Brunschwig J. et Lloyd G. (éd.), Le savoir grec, 1996, p. 338-350 ; Nicolet Cl., L’inventaire du monde : géographie et politique aux origines de l’Empire romain, 1988.

66 Virgilio, 2003.

67 Bikerman, 1938, p. 13. E. Bikerman considère que sur les quatorze rois qui ont régné jusqu’à Antiochos VII, dix sont morts en campagne ou au cours d’une bataille, ce qui est un peu excessif. On en compte sept, morts en combattant ou après avoir subi une défaite (Antiochos III, Antiochos IV, Démétrios Ier, Alexandre Ier Balas, Démétrios II, Tryphon et Antiochos VII).

68 Briant, 1996, p. 226, 237-244.

69 Ibid., p. 226, 244-252 ; Briant P., RTP, p. 431-473.

70 Sur tout cela voir Briant P., RTP, p. 1-81.

71 Dans ces guerres entre Lagides et Séleucides, il ne faut pas surestimer les prétentions des Séleucides à conquérir la Syrie du Sud. Antiochos III fut le premier des Séleucides à engager un conflit dans ce but (quatrième guerre de Syrie). Auparavant les guerres furent plutôt des guerres défensives, suscitées par les Lagides au moment des changements de règnes chez les Séleucides.

72 Ma, 1999. Voir aussi sa contribution dans ce volume.

73 Briant, 1996, nombreuses occurrences dans la deuxième partie, consacrée au Grand Roi, p. 177-366 ; ID., « Le roi est mort : vive le roi ! Remarques sur les rites et rituels de succession chez les Achéménides », Kellens J. (éd.), La religion iranienne à l’époque achéménide, 1991, p. 1-11.

74 FrGHist., n° 87, F6.

75 Cette idée est à nuancer ; sur ce sujet, voir l’article très stimulant de Clarysse W., « Ptolémées et temples », Valbelle D. et Leclant J., Le décret de Memphis, 1999, p. 41-65. Voir aussi Bingen J., « Normalité et spécificité de l’épigraphie grecque et romaine de l’Égypte », Criscuolo L. et Geraci G. (éd.), Egitto e Storia Antica dall’ellenismo all’età araba, 1989, p. 15-35.

76 Koenen L., « Die Adaptation ägyptischer Königsideologie am Ptolemäerhof », Van’t Dack E., Van Dessel P. et Van Gucht R. (éd.), Egypt and the Hellenistic World, 1983, p. 143-190 ; Koenen L., « The Ptolemaic King as a Religious Figure », Bulloch A. et alii (éd.), Images and Ideologies, Self-definition in the Hellenistic World, 1993, p. 25-115 ; Hölbl G., A History of the Ptolemaic Empire, 2001, p. 35, 46, 77-112, 127.

77 Il n’existe pas d’étude de synthèse sur le culte royal lagide. Cf. Hölbl G., A History of the Ptolemaic Empire, 2001, p. 92-98, 101-111, 169-173, 285-289 ; Hauben H., « Aspects du culte des souverains à l’époque des Lagides », Criscuolo L. et Geraci G. (éd.), Egitto e Storia Antica dall’ellenismo all’età araba, 1989, p. 441-467 ; Melaerts H. (éd), Le culte du souverain dans l’Égypte ptolémaïque au iiie siècle avant notre ère, 1998 ; cf. aussi les nombreux articles que J. Quaegebeur avait consacrés à ce sujet, « Bibliography of Jan Quaegebeur », Claryssew., Schoors A. Etwillems H. (éd.), Egyptian Religion : The Last Thousand Years. Studies Dedicated to the Memory of Jan Quaegebeur, 1998, p. XV-XXIV.

78 Lenger M.-T., Corpus des Ordonnances des Ptolémées, 19802, n° 17 et 18 ; Clarysse W. et Vandorpe K., « The Ptolemaic Apomoira », Melaerts H. (éd.), Le culte du souverain dans l’Égypte ptolémaïque au iiie siècle avant notre ère, 1998, p. 5-42.

79 Athénée, Deipnosophistes, V, 197 c-203 c. Trad. fr. dans Bernand A., Alexandrie la Grande, 1998, p. 334-341.

80 Robert L., « Sur un décret d’Ilion et sur un papyrus concernant des cultes royaux », OMS, VII, 1990, p. 599-635.

81 Robert L., « Inscriptions séleucides de Phrygie et d’Iran », Hellenica, VII, 1949, p. 5-22 (complément dans Hellenica, VIII, 1950, p. 73-75) ; ID., « Encore une inscription grecque de l’Iran », OMS, V, 1989, p. 469-484.

82 Kuhrt A., « Usurpation, conquest and ceremonial : from Babylon to Persia », Cannadine D. et Price S. (éd.), Rituals of Royalty, 1987, p. 20-55 ; Kuhrt A. et Sherwin-White S., « Aspects of Seleucid royal ideology : the cylinder of Antiochus I from Borsippa », JHS, 111, 1991, p. 71-86.

83 Briant, 1996, p. 488-500.

84 Ibid., p. 888-889.

85 En dernier lieu Savalli-Lestrade, 1998.

86 Il est à ce titre significatif que l’usage courant distingue « l’empire achéménide » du « royaume séleucide ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Les principaux passages de Polybe relatifs à l’histoire séleucide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19453/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 2. – Les principaux passages de Tite-Live relatifs à l’histoire séleucide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19453/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 3. – Les principaux passages de Diodore relatifs à l’histoire séleucide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19453/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 4. – Les principaux passages de Justin relatifs à l’histoire séleucide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19453/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 5. – Composition des livres XII et XIII des Antiquités Judaïques en fonction des règnes séleucide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19453/img-5.png
Fichier image/png, 58k

Auteur

Université Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540