Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Troisième partie. L’économie des royaumes et des cités

Les campagnes de l’Ouest de l’Asie Mineure à l’époque hellénistique

Christophe Chandezon

Texte intégral

1Dans l’étude de la civilisation grecque, l’attention a longtemps été focalisée sur les centres urbains et sur les grands sanctuaires ruraux. Pourtant, à quelques exceptions près, les cités grecques ont d’abord été des sociétés vivant de la terre, où l’agriculture formait l’essentiel des activités. Cela est vrai en Grèce et, si c’est possible, plus encore en Asie Mineure, où les populations rurales ont longtemps vécu dans un univers où le système de la cité grecque était assez marginal.

2Nous partirons ici des inscriptions qui continuent à former l’essentiel de la documentation sur les campagnes d’Asie Mineure. Ces inscriptions proviennent toutes de la zone littorale de l’Ouest, et les sites où on les a découvertes sont rarement à plus de 150 km de la côte. L’intérieur de la péninsule ne sera donc pas pris en compte. Cela ne signifie pas que la région d’étude soit dépourvue d’unité : on est dans le milieu méditerranéen, délimité par la culture de l’olivier qui, au nord, peut pousser jusqu’au territoire de Chalcédoine. Le régime des précipitations est aussi celui de la Méditerranée et seules les régions au nord bénéficient d’un climat nettement plus humide. Ailleurs, les quelques zones où les précipitations sont plus abondantes correspondent aux massifs montagneux. Les choses changent nettement dans l’intérieur des terres qui se révèle notablement plus aride (doc. 1).

  • 1 Ces deux livres n’ont pas encore fait l’objet d’une traduction française e (...)

3Les sources déterminent donc la zone d’étude. La documentation littéraire pour l’époque hellénistique est cependant assez décevante et la seule description complète de la région qui nous intéresse se trouve dans la Géographie de Strabon, aux livres XIII (Propontide, Lesbos et Troade) et XIV (Ionie, Carie, Samos, Chios, Rhodes, Lycie, Pamphylie, Cilicie, Chypre)1. Le découpage effectué par Strabon a le mérite de faire voir que les géographes ne concevaient pas que l’on sépare les grandes îles du continent tout proche, à la différence de ce qui se passe depuis le démembrement de l’Empire ottoman. Le texte de Strabon, qui date du début de l’Empire, est d’autant plus précieux que l’auteur était lui-même originaire d’Asie Mineure, précisément de la cité d’Amasée, sur la côte pontique. D’autres auteurs, comme Polybe, peuvent apporter des informations complémentaires, mais aucun n’offre une vision globale de la région.

Doc. 1. – Les précipitations dans l’Ouest de l’Asie Mineure. Source : Fitzner R., Petermanns Mitteilungen, Ergänzungsb, 140, 1902.

  • 2 RC, n° 10-13 ; trad. fr. dans Sartre, Anatolie, p. 85-86.
  • 3 RC, n° 18-20 ; trad. fr. dans Sartre, Anatolie, p. 86-87.
  • 4 Sardis, VII, n° 1. Voir les études de Bucklerw. H. (...)

4En réalité, les sources épigraphiques sont d’une utilité plus grande. Il y a d’abord quelques beaux textes très riches, mais isolés, dont trois méritent d’être cités expressément : la donation de terres près de Skepsis et d’Ilion (en Troade) par le roi Antiochos Ier à Aristodikidès d’Assos, vers 275 av. J.-C.2 ; la vente de terres situées entre Cyzique et Zéleia par Antiochos II à son ex-épouse, la reine Laodice (en 254-253 av. J.-C.)3 ; l’inscription dite de Mnésimachos et qui provient de Sardes. Ce texte enregistre un prêt hypothécaire accordé par le sanctuaire d’Artémis à un certain Mnésimachos, un grand propriétaire, et pose de considérables difficultés de compréhension4. Sa date, par exemple, fait l’objet de discussions car, si le document a été gravé à la fin du iiie siècle av. J.-C., on s’accorde pourtant à en fixer la rédaction à la fin du ive siècle av. J.-C.

  • 5 Nous possédons deux éditions récentes de ces textes : Blümel W., Die Insch (...)
  • 6 I. Mylasa, n° 200-232 (Mylasa) et n° 801-854 ; Robert L., Le sanctuaire de (...)

5À côté de ces inscriptions et d’autres de moindre renom, il faut souligner que l’Asie Mineure a aussi fourni deux dossiers de baux agricoles. Le plus ancien – et le moins développé aussi – provient d’un dème de la pérée rhodienne, celui d’Amos, et date des années 220-200 av. J.-C. ; il fournit une documentation de premier ordre sur la viticulture locale5. Ces baux imposent la plantation de figuiers et de vignes, dans le respect de pratiques culturales contraignantes ; de plus, la durée du bail est assez longue ; tout cela permet de considérer ces textes comme des baux emphytéotiques. Le second dossier est formé par ce que l’on a coutume d’appeler les baux de Mylasa (Carie). Une partie de cet ensemble provient en effet du site même de Mylasa, mais d’autres baux ont été trouvés dans deux sites secondaires du territoire mylasien, Olymos et le sanctuaire de Sinuri. Ces textes, qui datent d’une période très courte, à la fin du iie siècle et au début du ier siècle av. J.-C., sont certes souvent très mutilés, mais n’en sont pas moins des sources essentielles sur le paysage rural et l’agriculture grecque en général6.

6Ils enregistrent des achats fonciers par des tribus de la cité de Mylasa pour le compte de sanctuaires locaux, mais on constate que les terres sont en général immédiatement louées à leur ancien propriétaire, de manière héréditaire et sans aucune contrainte de mise en culture. Ces ventes-baux s’apparentent donc à une forme d’hypothèque. Ainsi, un certain Thraséas, fils de Politès, vend ses biens fonciers pour 7 000 drachmes et les prend en bail pour 300 drachmes par an, ce qui revient à obtenir un prêt hypothécaire à 4,28 % (doc. 4).

  • 7 Radt W., Siedlungen und Bauten auf der Halbins (...)
  • 8 Cinq volumes de résultats sont déjà parus : Kolb Fr. (éd.), Lykische S (...)
  • 9 On dispose de trois pré-rapports en attendant la publication définitive : (...)

7Reste à évoquer l’intérêt de l’archéologie et notamment des prospections de surface (surveys). On sait que les recherches de ce type sont en train de bouleverser en profondeur notre connaissance des campagnes du monde grec, même si les discussions méthodologiques restent intenses. En ce domaine, l’Asie Mineure a bénéficié d’un travail pionnier, celui de W. Radt, qui a porté sur la péninsule d’Halicarnasse et dont les résultats furent publiés en 19707. L’impulsion ainsi donnée a cependant tardé à porter ses fruits pour l’Asie Mineure et cette région du monde antique ne dispose pas encore d’un ensemble de prospections aussi riche que la Grèce propre. Il a fallu en effet attendre les années 1990 pour voir une série d’équipes lancer des projets de survey en Asie Mineure, mais aucune n’a encore publié ses résultats de manière définitive et synthétique. Les surveys les plus notables sont celui de Kyanéai en Lycie, que dirige Fr. Kolb, et dont l’originalité réside largement dans l’effort pour explorer la totalité du territoire civique8, et le survey mené dans le territoire de Milet par une équipe dirigée par H. Lohmann qui a donné lieu à la publication de plusieurs rapports provisoires9.

  • 10 Voir, par un bon connaisseur des timbres rhodiens, Empereur J.-Y., « Les a (...)

8Enfin, à la croisée des sources épigraphiques et archéologiques, les timbres amphoriques apportent beaucoup à la connaissance de la production et du commerce du vin. Plusieurs grands centres exportateurs de vin d’Asie Mineure, comme Rhodes ou Cnide, ont en effet estampillé les anses de leurs amphores et, malgré les précautions qu’il faut prendre dans l’exploitation de ce type de sources10, les recherches sont assez avancées pour permettre de mieux connaître l’une des grandes productions agricoles de la région.

  • 11 Schuler, 1998.
  • 12 Voir Sartre, Anatolie, p. 83-105.

9Le développement de l’archéologie du territoire montre que les perspectives de la recherche sur les campagnes d’Asie Mineure sont en train de changer. Jusqu’à ces dernières années, et ce depuis les études de M. Rostovtzeff au début du xxe siècle, l’intérêt s’était d’abord porté sur un aspect social bien particulier de la question, c’est-à-dire sur les populations rurales dépendantes et leurs rapports avec le pouvoir politique, cités et monarchies. Mais l’étude des campagnes relève aussi à proprement parler de l’histoire agraire. Or, pour l’Asie Mineure, les controverses sur le statut des populations rurales ont quelque peu occulté la richesse des sources locales sur ces questions. Le tournant a cependant été pris avec la publication du livre de Chr. Schuler en 199811, mais M. Sartre avait déjà montré tout l’intérêt qu’il y avait à mener une étude globale des campagnes d’Asie Mineure12.

De la production agricole aux marchés

10L’objectif n’est pas ici de dresser le tableau des productions agricoles de la région, car il ne pourrait être que très proche de celui que l’on constate sur la rive occidentale de l’Égée ou dans les îles. Il suffit de rappeler que cette agriculture était avant tout une polyculture méditerranéenne qui visait d’abord à faire face à l’autoconsommation des producteurs et à l’approvisionnement des marchés proches. Ce tableau classique ne doit pas être jugé trop défavorablement, car toutes les études sur l’agriculture grecque insistent désormais sur ses succès et sa capacité d’adaptation aux conditions locales.

  • 13 Strabon, XIII, C630.
  • 14 Le texte auquel il est ici fait allusion est connu sous le nom de « re (...)

11Dans un cadre régional, il importe surtout de souligner les productions capables d’atteindre aussi les marchés lointains. En ce domaine, l’Asie Mineure dispose d’un certain nombre de « productions locales » jouissant d’une réelle célébrité à l’extérieur, comme le miel produit dans le sud de l’Ionie et le nord de la Carie, ou comme les figues de la vallée du Méandre, celles de Magnésie et d’Antioche du Méandre notamment qui s’exportent séchées13. La cargaison de deux navires arrivés dans le port égyptien de Péluse en mai/juin 259 av. J.-C. permet de compléter un peu le tableau : il y a du miel de Théangéla (Carie), ainsi que du miel rhodien et de Lycie, du fromage et du vin de Chios, pour ne citer que des produits de la région dont la provenance est dûment identifiée14.

  • 15 Sur cet aspect de l’histoire viticole grecque, voir Salviat Fr., « (...)

12Le cas de la production viticole est plus intéressant, car la documentation permet de mettre en évidence des évolutions. Pendant l’époque classique et encore au iiie siècle av. J.-C., le vin qui régnait sur les bonnes tables était le vin de Thasos. Autour de sa zone de production s’étendait une aire viticole dite du nord de l’Égée. À cette zone nord-égéenne se rattachait le vin de Chios qui circulait sur les marchés méditerranéens dès l’époque archaïque. Au ive siècle av. J.-C., le Lesbos se rattache à son tour à cet espace viticole. Au iiie siècle av. J.-C. encore, le Thasos, le Lesbos et le Chios gardent tout leur prestige, mais, au siècle suivant, un changement notable intervient dans la géographie des grands crus grecs, ce qui se traduit par une « éclipse du Thasos », pour reprendre une expression de Fr. Salviat15.

  • 16 Sur ces obligations, voir Salviat Fr., « Le vin de (...)
  • 17 Voir la liste et les caractéristiques de ces vins dans Athénée, I, 32d (...)

13Parallèlement, une autre région de production émerge dans le Sud- Ouest de l’Asie Mineure et dans les îles proches. Cela concerne en particulier le vin de Rhodes – qui est produit à la fois sur l’île et sur la Pérée intégrée – et dont l’essor est déjà évident au iiie siècle av. J.-C. Mais il faut y ajouter les vins de Cos, de Cnide et de Myndos (doc. 2). Cette mutation se traduit probablement aussi par une extension des vignobles comme les baux d’Amos semblent le montrer : ils concernent, on l’a dit, un dème de la Pérée intégrée de Rhodes et prévoient la plantation de pieds de vigne (et de figuiers) par le preneur ; les vignes doivent être échalassées16. Cette réorganisation de la géographie viticole du monde grec accompagne aussi une modification du goût des consommateurs. Les vins qui viennent d’être cités sont des vins dits tethalattômenoi, c’est-à-dire mélangés à de l’eau de mer selon une proportion variable17.

  • 18 Grace V. R. et Savvatinou-Petropoulakoum., « Les timbres amphoriques g (...)
  • 19 Finkielsztejn G., « Politique et commerce à (...)
  • 20 Lund J., « Rhodian Amphorae in Rhodes and (...)

14Les timbres amphoriques permettent de dessiner en partie les routes commerciales que suivent ces vins. En effet, certaines amphores étaient estampillées ; celles de Rhodes l’étaient sur les deux anses, tandis que les amphores cnidiennes étaient estampillées sur une seule. L’inventaire des découvertes de timbres amphoriques montre que le commerce du vin rhodien se développe d’abord dans presque tout le bassin égéen, et cela au moins jusqu’en 190 av. J.-C. Mais une nette diminution de la part des exportations rhodiennes à Athènes, à Délos ou à Ténos (Cyclades) se produit ensuite18. La date de ce changement n’est pas encore bien établie, ce qui s’explique par les incertitudes dans la chronologie des timbres amphoriques rhodiens : traditionnellement, le repli du vin rhodien est daté des années 180-160 av. J.-C., mais des études récentes tendent à privilégier la date la plus basse de cette fourchette19. Ces marchés égéens passent alors au vin de Cnide qui, par exemple, se fait très présent à Délos, dans les couches de la basse époque hellénistique, ou même à Argos dans le Péloponnèse. Le vin de Rhodes n’en garde pas moins une place de premier choix, mais en se concentrant sur les marchés syro-palestiniens ou égyptiens, ainsi à Alexandrie ou dans des sites de la chôra égyptienne20. Cette différence s’explique peut-être par la moindre qualité du vin de Rhodes. Le texte d’Athénée est tout à fait clair à ce sujet : le vin de Rhodes « la plupart du temps ne vaut rien » (doc. 5). Mais il était produit en grande quantité et pouvait approvisionner des marchés déficitaires ; en outre, Rhodes était idéalement située pour atteindre ces régions. Le vin de Cnide, lui, sur les marchés qu’il visait, ne pouvait venir qu’en complément des productions locales et, finalement, par sa qualité, avait remplacé le vin de Thasos.

Doc. 2. – La géographie des vins. Source : Athénée, I, 32 d-f.

  • 21 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. (...)
  • 22 Cette inscription donne une image vivante des ressources de cette comm (...)
  • 23 Pour le bilan des quelques informations dont on dispose sur l’artisana (...)

15Les secteurs agricoles liés à la production des textiles sont nettement moins bien connus, car ni le produit ni son commerce n’ont laissé de traces archéologiques. Pourtant de nombreux indices incitent à penser que le textile a pesé d’un grand poids dans l’économie de la région qui nous intéresse et que cela a eu des conséquences dans les campagnes. En effet, l’Ionie était réputée dès l’époque archaïque comme région lainière et l’on y avait élaboré une race ovine – la race de Milet – permettant de produire une laine de grande qualité selon une technique d’élevage elle-même très particulière. Sur le territoire milésien lui-même, le plateau du sanctuaire de Didymes semble bien avoir été d’abord utilisé comme zone de pâturage, ainsi que le démontre la présence de nombreux enclos pastoraux, avant de connaître une reconversion vers l’agriculture dans le cours de l’époque hellénistique21. Mais toute la région avait très tôt adopté cette race milésienne et la technique d’élevage qu’elle impliquait, car elle permettait de produire une laine de grande qualité. Sans remonter à l’introduction de brebis milésiennes à Samos au vie siècle av. J.-C. par le tyran Polycrate, il suffira de mentionner une inscription de la fin du ive siècle av. J.-C. réglant l’union entre Téos et une communauté des montagnes de l’arrière-pays ; ce texte comporte une exemption de taxe accordée par Téos pour les laines milésiennes produites localement22. En parallèle, les textes font aussi connaître certains des articles textiles produits dans la région et insistent surtout sur les plus luxueux d’entre eux. À Pergame par exemple, on fabriquait des tentures destinées à orner les belles demeures et des vêtements en partie brodés de fil d’or et, de son côté, Cos s’était fait connaître pour ses tissus de soie, les bombykina23.

  • 24 Empereur J.-Y. et Tuna N., « Hiérotélès, p (...)
  • 25 I. Mylasa, II, 803, l. 8, 9 et 10, et Delphinion, 150, l. 82.
  • 26 Strabon, XIII, C588-589 (Proconnèsos), XIV, C645 (Érythrées), XIV, C65 (...)

16La vie des campagnes du monde grec ne doit cependant pas être cantonnée aux activités agricoles. C’est aussi un lieu de développement du travail artisanal. Les ateliers produisant de la céramique sont nombreux, comme on le constate par l’archéologie et dans les inscriptions. Il y a ainsi les ateliers de production des amphores dans les espaces viticoles, comme celui du potier Hiérotélès découvert dans la Pérée rhodienne24. Parallèlement, les inscriptions mentionnent des briqueteries (plintheion, plinthoulikon), ainsi dans un domaine d’Olymos ou sur l’ancien territoire de Myonte au nord du golfe Latmique25. À cela, il faut ajouter la présence de nombreuses carrières dont Strabon donne une idée : carrières de marbre blanc de Proconnèsos ou de Mylasa, carrière de pierre meulière dans la péninsule d’Érythrées26, etc.

  • 27 Robert L., À travers l’Asie Mineure. P (...)
  • 28 Strabon, XIII, C606.
  • 29 Gauthier, 1989, n° 1, l. 2-4 et commentaire p. (...)

17Pour compléter le tableau, il faut aussi mentionner l’importance prise par l’exploitation du bois aux confins des finages. Les massifs forestiers étaient développés dans les zones de montagne et bénéficiaient de l’abondance des précipitations. Les ressources en bois étaient grandes notamment dans le nord de la péninsule27. Par Strabon, on apprend, ainsi que le bois était exploité dans les montagnes de l’Ida, au-dessus d’Antandros28. Plus au sud, une inscription de Sardes au sujet de la reconstruction de la ville après les dégâts commis lors du siège mené par Antiochos III à l’issue de la guerre contre Achaios (fin 214 ou début 213 av. J.-C.), comporte une autorisation accordée par les autorités royales d’importer du bois de construction depuis la forêt de Taranza qui appartenait manifestement au roi29.

Les paysages ruraux

  • 30 Pour le débat sur l’habitat rural, voir Brunetm., « Campagnes de la Grèce antique : le (...)

18La première question qui se pose est celle des structures de l’habitat rural. En ce domaine, le débat a porté sur l’opposition entre habitat groupé (les villages) et habitat isolé (les fermes)30. Pour l’Asie Mineure, les textes et l’archéologie permettent désormais de répondre de façon claire et définitive. Par principe, nous allons distinguer le territoire des cités grecques des régions relevant directement du pouvoir royal (la chôra basilikè), où le phénomène urbain était moins marquant.

  • 31 Sardis, VII, n° 1, col. I, l. 4, 5, 7, 10.
  • 32 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere (...)
  • 33 Sur le village en tant que structure de l’habitat rural en Asie Mineur (...)
  • 34 RC, n° 18, l. 2, 25, etc. Sur ce terme de baris, voir ibid., p. (...)
  • 35 RC, n° 11, l. 22-25.

19Indéniablement, dans la chôra basilikè, la structure essentielle est le village (kômè). C’est dans son cadre que vit la population rurale et les inscriptions attestent la vitalité des structures villageoises tout en donnant de nombreux noms de kômai. Il y a par exemple les villages de la plaine de Sardes tels qu’ils apparaissent à la fin du ive siècle av. J.-C. dans l’inscription de Mnésimachos (Tobalmoura, Tandou, Kombdilipia, Periasasôstra, Iloukômè, etc.31). Une autre inscription signale les deux villages de Néoteichos et de Kiddiokômè dans la région où sera plus tard fondée la cité de Laodicée du Lykos. Ce texte est en fait un décret émanant des villageois, construit sur le modèle des décrets des cités grecques. Il a été voté en janvier 267 av. J.-C. pour deux hauts serviteurs d’Achaios l’Ancien, qui ont aidé les habitants à résister aux Galates32. Certains de ces villages devaient être pourvus de moyens de défense et c’est ce que laisse entendre le nom de Néoteichos (Châteauneuf )33. Beaucoup de kômai s’étaient développés en lien avec les demeures des élites locales. Ainsi, dans la vente d’une terre entre Zéleia et Cyzique par Antiochos II à son ex-épouse la reine Laodice, le village apparaît comme largement lié à la résidence, la baris34. Le dossier concernant la donation de terres par Antiochos Ier à Aristodikidès d’Assos, vers 275 av. J.-C., permet même de comprendre comment ce phénomène pouvait se dérouler. Au centre de ces terres se trouvait un lieu-dit, Pétra, probablement une résidence fortifiée. Or, le roi autorise les populations sous son autorité (les basilikoi laoi) à s’installer à Pétra « pour leur sécurité 35 ». À n’en pas douter, ce scénario n’avait rien d’une nouveauté à l’époque hellénistique, mais avait dû déjà se produire auparavant.

  • 36 Plutarque, Vie d’Eumène, VIII, 9. Sur ce passage, voir (...)
  • 37 Hailer U., « Turmgehöfte im Umland von Kya (...)

20L’importance des villages n’exclut pas l’existence en parallèle d’habitats isolés, et cela aussi depuis fort longtemps. Un passage de la Vie d’Eumène de Plutarque parle des fermes (épauleis) et des maisons fortes (tétrapyrgia) de la campagne de Kélainai (en Phrygie) qu’une armée grecque met au pillage36. Le survey de Kyanéai a également fait connaître de nombreuses fermes fortifiées (Turmgehöfte) qui remontent à l’époque classique et continuent d’être occupées à l’époque hellénistique. L’une d’elles, installée sur un terrain en pente, possédait une tour dans l’angle formé par les deux ailes. Le corps principal de bâtiment ouvrait sur le midi37.

  • 38 RC, n° 3, l. 98.
  • 39 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. (...)
  • 40 Voir Robert L., Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, I, 1945, p (...)
  • 41 I. Priene, 37.
  • 42 OGIS, n° 229 (Smyrne et Magnésie du Sipyle) ; (...)

21Les territoires des cités grecques présentent une semblable juxtaposition d’habitat groupé et de fermes isolées. La coexistence de ces deux formes de sites ruraux ne fait aucun doute et rien ne le montre mieux qu’une formule employée dans l’inscription sur le synoecisme entre Téos et Lébédos (vers 303 av. J.-C.) qui parle des « villages (kômai) et des fermes (épaulia) qui se trouvent hors de la ville38 ». Le survey du territoire de Milet a permis d’identifier l’un de ces villages, celui d’Argasa, qui possédait un domaine sacré39. Dans la plaine de Mylasa, ces villages devaient être assez nombreux et servaient de centres aux dèmes de la cité. L’un d’eux porte le nom significatif de Hiéra Kômè ; il était proche du sanctuaire de Sinuri. C’était donc un village sacré, comme son nom l’indique, c’est-à-dire une agglomération étroitement liée à son sanctuaire40. Un autre cas de figure était représenté par les agglomérations localisées aux marges des territoires civiques, souvent autour de forteresses. Celle du Karion, disputée entre Samos et Priène au iie siècle av. J.- C., possédait par exemple son propre territoire41. D’autres cas sont connus par quelques textes célèbres montrant comment des forteresses avec leurs garnisons s’intégraient par traité à une cité voisine, ainsi le traité entre Smyrne et les katoikoi de Magnésie du Sipyle ou celui entre Téos et Kyrbissos42.

  • 43 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. (...)
  • 44 Bresson A., Recueil des inscriptions d (...)
  • 45 Il aurait sans doute été pertinent de comparer les descriptions des te (...)
  • 46 Voir le bail de Diodotos donné en annexe et notre analyse de cet aspec (...)

22Les fermes (aulai, épauleis) des territoires civiques sont, elles, connues à la fois par les fouilles archéologiques et les sources épigraphiques. Le survey du territoire de Milet a permis d’en repérer un certain nombre, notamment une ferme à tour43. On a dit qu’il s’agit là d’un type courant sur le territoire de Kyanéai. Il faut naturellement y voir l’influence d’un modèle indigène remontant à l’époque achéménide, mais cette tradition est restée d’autant plus vivace qu’elle rencontrait une pratique grecque, car la ferme à tour est aussi un phénomène bien attesté dans les Cyclades ou en Attique dès l’époque classique. Sur le territoire de Milet, en outre, notamment sur le plateau du Didymeion, les grosses fermes qui semblent se multiplier à l’époque hellénistique sont souvent liées à des tombes et des enclos funéraires. C’est là encore le témoignage d’un usage général dans le monde grec qui veut que les propriétaires terriens possèdent leurs tombeaux sur leurs terres. L’épigraphie de l’Asie Mineure montre combien cette pratique devait être fréquente et une clause des baux d’Amos interdit clairement au preneur de se faire enterrer sur les terres qu’il a affermées et impose de retirer le corps en cas d’infraction44. L’aspect de ces fermes est encore mal connu et seul le survey de Kyanéai a fourni un corpus archéologique relativement important, mais qui ne permet pas de dégager un type précis. Il est donc encore difficile de confronter les données fournies par les baux de Mylasa à une réalité archéologique45. Ces textes évoquent pourtant des bâtiments d’exploitation souvent munis d’un étage, d’un portique (en fait celui qui ouvrait sur la cour centrale) et d’un vestibule (prostôon) qui y conduit. Les bâtiments d’exploitation comportent des étables pour le bétail aratoire, un cellier (pithôn) et des locaux pour la transformation de la vendange et de la récolte d’olives46. Pourtant, il ne faut probablement pas imaginer des fermes très luxueuses, à l’image des futures villas romaines.

23Il est encore difficile de voir comment la présence de villages s’articulait avec celle de fermes et si les premiers se mêlaient aux secondes dans les mêmes régions ou si les villages s’étaient surtout développés dans les zones marginales des territoires civiques. Mais, de tout ce qui précède, il résulte que la distinction entre terres civiques et territoire royal ne se marquait pas fondamentalement dans le paysage, si ce n’est peut-être par une plus grande fréquence du village dans les terres royales de l’intérieur.

  • 47 I. Mylasa, 206, l. 4 (voir la traduction en (...)
  • 48 Cette clause des baux d’Amos a été expliquée par Salviat Fr., « Le (...)
  • 49 I. Mylasa, 206, l. 5.

24Au-delà de l’impact des types d’habitat rural, les finages d’Asie Mineure ont aussi formé des paysages agraires spécifiques, c’est-à-dire des paysages marqués par les activités agricoles. Les baux de Mylasa laissent bien entrevoir le point fondamental en ce domaine : le paysage reflétait l’orientation des exploitations vers la polyculture. Les parcelles emblavées avoisinaient les vignes ou les vergers (pour lesquels les textes d’Asie Mineure reprennent souvent le nom de paradeisos)47. La juxtaposition des cultures était rendue encore plus sensible par la pratique du champ complanté et cet usage est attesté par les baux du dème d’Amos qui imposent au preneur de laisser une bande cultivée en céréales, la spora, entre les rangées de ceps48. Certaines régions en permanence humides grâce à la présence de cours d’eaux plus puissants et plus stables que ceux que possédait la Grèce avaient aussi l’avantage de disposer de pâturages de plaine aptes à l’élevage du gros bétail. Plusieurs baux de Mylasa mentionnent des prairies (nomai)49, mais la basse vallée du Méandre ou celle du Scamandre près d’Ilion présentaient la même caractéristique.

  • 50 I. Mylasa, 803, l. 11, par exemple.
  • 51 Strabon, XIV, C 659.
  • 52 Voir nos remarques dans « Paysage et économie rurale en Asie Mineure à (...)
  • 53 Bresson A., Recueil des inscriptions d (...)
  • 54 Delphinion, 149, l. 44-45.
  • 55 RC, n° 20, l. 10-11.

25Cette bigarrure du paysage agraire posait le problème des limites entre les parcelles. Dans la plaine de Mylasa, les baux montrent que les haies (harpézoi) étaient assez fréquentes50, mais les parcelles étaient aussi souvent délimitées par des voies de communication qui formaient dans l’ensemble un réseau dont la densité frappe tout lecteur des inscriptions. Certes, les voies pavées étaient très rares, généralement associées au parcours de processions entre un centre urbain et un grand sanctuaire rural, ainsi la Voie sacrée conduisant de Milet à Didymes ou celle que mentionne Strabon entre Mylasa et le sanctuaire de Zeus Labraundeus et dont il précise qu’elle était pavée51. Cette rareté de la chaussée pavée ne doit pas dissimuler la multitude des autres voies de communication telle qu’elle ressort par exemple des baux de Mylasa : il y avait les routes (hodoi) reliant les villages de la plaine entre eux, les simples chemins (atrapoi) conduisant aux fermes isolées ou aux sanctuaires ruraux52. Ces routes et chemins étaient en terre et c’est pourquoi un bail d’Amos interdit aux preneurs du terrain de mettre les routes voisines en culture53. L’importance de ce réseau dans la vie rurale était cruciale pour les communautés de l’arrière-pays, sans débouchés maritimes. Dans le traité de sympolitie conclu entre Milet et Pidasa (en 186 av. J.-C. ?), les Pidasiens réclament la construction d’une route carrossable conduisant de leur territoire jusqu’au port milésien d’Iôniapolis, sur le golfe Latmique54. Une partie de ce réseau routier pouvait être d’origine achéménide et l’inscription de la reine Laodice parle de la « vieille route royale » qui passe près des terres qu’elle achète au roi Antiochos II en 254-253 av. J.-C.55. On sait en effet que les Grecs ont beaucoup admiré le réseau routier du Royaume perse, mais, dans l’ensemble, cette densité ne doit pas être opposée trop nettement à la situation en Grèce dont on a eu tendance à sous-estimer l’équipement en matière de transports terrestres.

  • 56 Voir les textes en annexe, doc. 3 et 4.

26Plus original et plus spécifique à la région est la persistance de très nombreux toponymes indigènes, s’il est permis de penser qu’ils participent eux aussi à la construction des paysages ruraux. Certes, c’est le cas dans l’inscription de Mnésimachos qui date de la fin du ive siècle av. J.-C. et provient d’une région éloignée des anciennes cités grecques de la côte. Les villages de la plaine de Sardes portent tous des noms indigènes irréductibles à la déclinaison grecque (Tobalmoura, Tandou, Kombdilipia par exemple). Mais deux siècles plus tard, les baux de Mylasa montrent que les noms indigènes sont encore bien vivants dans les campagnes : une ferme est dite « à Orthodouôka », une exploitation porte le nom d’Armokodôka et un village celui de Trobalissos. Même les démotiques des Mylasiens qui apparaissent dans ce texte sont locaux (Maunna, Tarkondara, etc.)56. Rien ne démontre mieux la permanence du fonds indigène dans les campagnes d’Asie Mineure à une époque où pourtant, dans les inscriptions, les langues locales avaient été totalement remplacées par le grec.

Exploitations et main-d’œuvre

  • 57 Pour un bilan de ces débats, voir Papazoglou, 1997. Chaque partie (...)

27On a déjà dit en introduction que, depuis Rostovtzeff, l’intérêt pour les campagnes d’Asie Mineure à l’époque hellénistique s’était avant tout concentré sur la double question du statut de la terre et de ceux qui la travaillent. C’est là effectivement un point important pour qui veut comprendre l’impact de la conquête grecque dans la région et replacer le problème dans le cadre des débats sur la continuité et les ruptures avec l’époque achéménide57.

  • 58 Rostovsteff M., Studien zur Geschichte (...)
  • 59 On trouvera une mise en perspective historiographique de cette compara (...)

28Le point de départ est donc constitué par l’ouvrage de M. Rostovtzeff sur le colonat où l’auteur pose le problème des origines de ce statut58. Rostovtzeff raisonnait essentiellement à partir de deux inscriptions, la donation à Aristodikidès d’Assos et la vente à la reine Laodice. Pour lui, les Séleucides s’étaient retrouvés propriétaires de vastes domaines formant une terre royale (la chôra basilikè) et dont certains furent donnés par le roi à ses proches, mais sans que le bénéficiaire en devienne réellement le propriétaire, puisque le souverain restait le seul maître de la terre en général. Ces terres étaient cultivées par des populations rurales, les laoi, qui étaient attachés à la glèbe. Les droits des paysans auraient été très limités : les laoi ne pouvaient abandonner la terre qu’ils cultivaient et changeaient de maître en même temps qu’elle. Le tableau dressé par Rostovtzeff n’est pourtant pas statique, dans la mesure où, selon lui, la terre royale aurait progressivement perdu de son importance par la politique d’urbanisation et de développement des cités grecques menée par Lysimaque, par les Séleucides et les Attalides. Lorsque certaines terres étaient rattachées à une cité, les laoi prenaient alors le nom de paroikoi, mais continuaient à former une population rurale dépendant de la terre. Malgré la rareté de la documentation alors disponible, cette reconstitution avait le mérite de la logique. C’est pourquoi, il n’est pas étonnant qu’elle ait eu un succès important, malgré de rares marques de scepticisme. Un aspect de la pensée de Rostovtzeff surtout a beaucoup frappé les lecteurs et les chercheurs dans les décennies suivantes, l’insistance sur l’aspect féodal de ce système. Les laoi étaient en effet qualifiés de serfs et les domaines concédés par le roi de fiefs59.

  • 60 Kreissig H., Wirtschaft und Gesellscha (...)

29Le tournant s’est produit dans les années 1960 et 1970, dans le cadre, notamment, du développement des études sur l’esclavage et d’une historiographie très marquée par la pensée marxiste. Le premier nom important est celui d’Heinz Kreissig, un Allemand de l’Est dont les recherches sont présentées dans un ouvrage synthétique sur l’économie et la société du royaume séleucide60 et qui conserve nombre d’éléments de la pensée de Rostovtzeff, notamment dans la présentation de la situation initiale en Asie Mineure juste après les conquêtes d’Alexandre. Pour Kreissig, les Séleucides sont largement les héritiers des Achéménides, la seule innovation étant une certaine extension de la cité grecque. Le roi est le propriétaire de la terre ; pour le statut des populations rurales, il résume ainsi sa pensée :

  • 61 Kreissig H., Wirtschaft und Gesellscha (...)

« Les rapports de production furent déterminés en fonction de cette situation initiale par le rapport de dépendance des paysans producteurs à l’égard du propriétaire ou éventuellement de l’usufruitier de leur terre […]. Le lien du paysan au sol était, au moins de facto, la situation courante61. »

30La pensée de Kreissig n’en divergeait pas moins de façon notable des théories de Rostovtzeff par son refus de la comparaison avec le système féodal (qui, d’un point de vue marxiste, est une forme ultérieure d’organisation du travail). Kreissig ne croyait pas non plus à un développement important de l’esclavage rural.

  • 62 Une grande partie des études de P. Briant sur ces questions est rassem (...)
  • 63 Briant P., RTP, p. 149.

31Parallèlement, les travaux menés en France par P. Briant le conduisirent à des conclusions proches62. Cette réflexion s’est développée dans une perspective insistant sur les problèmes de continuité entre la monarchie achéménide et l’époque hellénistique. P. Briant aussi repousse la comparaison avec le monde féodal, mais – c’est là un point important – il se refuse à l’assimilation du statut de laoi avec une forme de statut servile pour montrer au contraire que les laoi jouissaient en fait d’une réelle liberté. Les rapports entre les laoi et le roi passaient par un autre biais, le paiement du tribut (le phoros) qui matérialisait la maîtrise de la terre que le roi conservait : « Le roi est en théorie le maître de la terre et donc des productions sur lesquelles il prélève le tribut63. » Tout cela formait un type particulier d’économie, le « mode de production tributaire ».

  • 64 Papazoglou, 1997, p. 87-91.
  • 65 Il me semble que F. Papazoglou se montre moins convaincante lorsqu’ell (...)

32Après cette série de recherches, il faut attendre le livre de F. Papazoglou pour trouver une réflexion sur ces problèmes. Elle reprend une bonne part des conclusions de P. Briant, mais donne une interprétation nouvelle aux termes de chôra basilikè et de laoi qu’elle replace dans le contexte du vocabulaire des chancelleries royales. La chôra basilikè serait en fait la terre directement soumise au roi, par opposition avec les terres des cités : c’est donc le « royaume », ce qui n’est pas sans rappeler l’emploi du mot chôra pour désigner l’Égypte par rapport à la cité d’Alexandrie dans la documentation ptolémaïque64. Les laoi formaient l’ensemble de la population indigène de la chôra, par rapport aux Grecs et aux Macédoniens. C’était une « population juridiquement libre » et il n’est jamais question d’affranchissement de laoi. Ils vivaient dans le cadre de villages et étaient astreints au paiement du phoros. Si F. Papazoglou admet encore une forme de dépendance des laoi à l’égard du roi, elle considère qu’elle n’était que politique, de même qu’il y avait dans les royaumes hellénistiques des cités sujettes, payant un tribut. Les paroikoi formaient une population du même type installée sur des territoires rattachés aux cités. Ils étaient en principe dénués de droits politiques, mais pouvaient être associés à certaines décisions65.

  • 66 Briant P., RTP, p. 120. L’ouvrage de F. Pa (...)

33On pourra probablement encore faire des progrès dans les connaissances sur ce point, soit par la découverte de nouveaux textes, soit, selon une direction déjà indiquée par P. Briant, en rapprochant les données concernant le royaume séleucide et celles que fournit la documentation papyrologique dans l’Égypte lagide66.

34Quoi qu’il en soit, le droit de conquête a mis les diadoques et les premiers rois hellénistiques à la tête de gigantesques territoires. Ils les ont utilisés pour doter en terres leurs proches, les philoi, et pour s’attacher ainsi leurs services ; ils ont aussi distribué des parcelles à des militaires grécomacédoniens, mettant en place un système de « colonisation militaire ». Ces distributions semblent avoir perduré pendant la haute époque hellénistique, même si les documents concernant l’Asie Mineure datent pour l’essentiel des premières décennies qui ont suivi la conquête.

  • 67 Voir Billows R. A., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imp (...)
  • 68 RC, n° 10-13. Le calcul de la superficie totale (...)
  • 69 RC, n° 18-20 ; l’évaluation de la superficie (...)
  • 70 Sardis, VII, n° 1.
  • 71 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere (...)

35Les dons aux philoi ont concerné de vastes superficies67. Vers 275 av. J.-C., Aristodikidès d’Assos a ainsi reçu 6 000 plèthres de terres arables en Troade68, ce qui fait environ 550 hectares. Il s’agit là du seul cas où la superficie est connue de façon certaine, mais les terres achetées par la reine Laodice à son ex-époux, Antiochos II, en 254-253 av. J.-C., étaient sans doute aussi très étendues et on les a parfois estimées à 15 000 hectares69. Pour l’Asie Mineure, on possède plusieurs autres cas de grands domaines issus des faveurs royales ; l’importance des superficies concernées se manifeste au fait qu’ils incorporent souvent plusieurs villages et leurs finages. L’exemple le plus ancien est donné par l’inscription de Mnésimachos (fin du ive siècle av. J.-C.) dont le domaine comportait cinq villages et deux klèroi, tous localisés dans la plaine de Sardes70. Les terres d’Achaios l’Ancien, sur les territoires de la future Laodicée du Lykos, comportaient également deux villages71.

  • 72 Sur la taille des propriétés dans la Grèce classique, voir Burford A., (...)
  • 73 Voir Orrieux Cl., Les papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte (...)
  • 74 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere (...)
  • 75 RC, n° 18, l. 24.

36Les superficies concernées sont très impressionnantes et n’ont pas d’équivalent dans la Grèce classique où les grandes propriétés, à notre connaissance, n’atteignent que très rarement la centaine d’hectares72. En Asie Mineure, par le biais de la faveur royale, la hiérarchie des domaines fonciers était donc beaucoup plus ouverte vers le haut. Les dôréai que les Lagides octroyaient à leurs proches dans leur propre royaume fournissent en fait le vrai parallèle. Celle que reçut le dioecète Apollonios dans le Fayoum couvrait une superficie de 2 750 hectares et sa gestion est connue grâce aux archives de Zénon de Caunos73. Cet ensemble exceptionnel de documents permet de suggérer certaines comparaisons. D’abord, il est net que le bénéficiaire avait souvent besoin sur place d’hommes de confiance, du type de Zénon, pour s’occuper de la gestion. L’inscription des deux villages de Néoteichos et Kiddiokômè honore deux d’entre eux au service d’Achaios l’Ancien, l’oikonomôn Banabèlos et l’eklogistès Lacharès qui ont aidé à la protection contre les bandes galates74. La reine Laodice disposait elle aussi d’une sorte de surintendant à son service, un certain Arrhidaios, qui portait le même titre d’oikonomôn de ses biens75.

  • 76 Briant P., RTP, p. 107 : « Ce que vend ou (...)

37Il reste cependant difficile de voir concrètement comment les bénéficiaires de ces domaines en tiraient un revenu. P. Briant a suggéré que le roi ne donnait pas vraiment la terre, mais une partie des revenus qu’elle produisait et c’est pour cela que la main-d’oeuvre villageoise restait sur place76.

38Il ne faudrait cependant pas en conclure que les bénéficiaires se contentaient de se comporter en rentiers de la terre : au contraire, ils avaient intérêt à en accroître le rendement. Là encore, la comparaison avec la dôréa d’Apollonios dans le Fayoum serait en mesure d’apporter quelques éclaircissements, car il est net par les archives de Zénon qu’Apollonios a tenu à augmenter la rentabilité des terres qui lui avaient été données.

  • 77 C’est un point sur lequel insiste Billows R. A., Kings and Colonists. (...)
  • 78 Voir Launey M., Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., 1949 (...)
  • 79 RC, n° 51.
  • 80 Ce chiffre se retrouve par exemple dans le cadastre de Larissa : Salvi (...)
  • 81 OGIS, n° 229, l. 103.

39Ces dons de terre étaient révocables par le roi, comme le montre l’inscription de Mnésimachos77. Ils se justifient par le service rendu au roi et il en va de même avec les lots donnés à des militaires, les klèroi78. Nos informations à leur sujet proviennent d’abord d’une lettre très mutilée d’un souverain attalide, au iie siècle av. J.-C.79. Ces klèroi sont formés d’une partie en terre arable dépourvue d’arbres (psilè) et d’une autre partie en vignes. Les superficies sont très variables. Si certains lots ne comptent que 12,5 plèthres de terre nue et 12,5 plèthres de vignes, d’autres, plus vastes, ont 50 plèthres de terre nue et 5 de vignes et les plus importants ont 100 plèthres de terre nue et 10 de vignes. Les chiffres que donne ce texte situent ces klèroi entre à peine plus d’un hectare et 8,7 hectares, vignes non comprises. Les plus petites de ces propriétés devaient impliquer de l’exploitant le recours à une intensification de leur mise en valeur et à une orientation plus nette vers la viticulture permettant de dégager des surplus. Il est du reste significatif de constater que les plus modestes de ces klèroi sont en effet ceux dont la superficie en vignes est aussi la plus élevée. Quelle que soit la taille de ces klèroi, il appert que le calcul est fondé sur un module de 50 plèthres et ce chiffre n’est pas anodin, car il était souvent considéré par les Grecs comme la superficie permettant de faire vivre une famille dont l’un des membres combat comme fantassin lourd80. Ces variations dans les superficies doivent largement dépendre de la spécialité militaire du bénéficiaire et le traité entre Smyrne et Magnésie du Sipyle mentionne des klèroi hippikoi, naturellement attribués par Antiochos Ier à des cavaliers installés dans la forteresse de Palaimagnésia81. Cette colonisation militaire a particulièrement affecté certaines régions d’Asie Mineure, la Lydie et la Phrygie en premier lieu. Les Macédoniens gardèrent la fierté de leurs origines et permirent aux souverains de recruter des troupes dans les régions qu’ils gouvernaient, au sein de ces populations qui leur assuraient aussi le contrôle des terres conquises.

  • 82 SGDI, 5533. Ce qu’est ce kéramos n’est pas clair.

40Pour les cités grecques, les sources, comme pour la Grèce classique, sont muettes ou presque sur les très petites exploitations et les données sur les exploitations de taille moyenne sont très rares. L’idéal du klèros de type hoplitique semble pourtant rester bien vivant et la cité de Zéleia en Bithynie, durant la deuxième moitié du ive siècle av. J.-C., en accordait à ses proxènes. L’un d’eux, un certain Kléarchos, reçut par exemple « un demiklèros de bois, un klèros en plaine, une maison, un jardin, une vaisselle (kéramos) de cent amphores82 ».

  • 83 I. Magnesia, 8. L’auteur présente ce texte (...)
  • 84 Le Guen Br., Les associations de techn (...)

41En réalité, les textes permettent surtout de parler des exploitations des notables, sans qu’il soit possible d’avancer des chiffres à propos des superficies. Seule une inscription très peu connue de Magnésie du Méandre apporte quelques données chiffrées. Ce texte se présente comme une liste de ventes foncières, manifestement par la cité, et date de l’époque hellénistique83. Les superficies mises en vente vont de 20 à 83 schènes et les prix de 1 820 drachmes à 4 233 drachmes, mais ils semblent largement varier en fonction de la qualité de la terre (de 38 à 100 drachmes par schène). Non loin de là, à Téos, un décret de la cité pour les technites de Dionysos (vers 210 av. J.-C.) prévoit une somme de 6 000 drachmes pour l’achat d’un bien foncier par l’association des technites84.

  • 85 Voir doc. 4.

42Les baux de Mylasa, une fois de plus, permettent de mesurer ce qu’étaient les grandes exploitations dont on a déjà dit qu’elles étaient tournées vers la polyculture, ainsi que le montre le paysage agraire qu’elles ont développé autour d’elles. Mais il est aussi intéressant de constater que certains propriétaires ont pu concentrer dans leurs mains plusieurs exploitations. Le dossier concernant Diodotos montre que cet homme avait hérité d’un domaine, mais il en avait aussi acheté un second à un certain Kleitolaos, fils de Tychôn. Le cas n’était pas unique et Thraséas, le propriétaire pour lequel le dossier épigraphique est le mieux conservé, avait lui aussi fait l’acquisition d’un second domaine en l’achetant à une femme, Artémisia, fille de Hékataios de Kétambissa, tandis qu’il avait partagé la propriété héritée de sa propre famille avec son frère85. Il y avait donc à Mylasa un actif marché foncier qui pouvait aboutir à un phénomène de concentration des terres, alors que les successions, au contraire, tendaient à leur fractionnement. Il faut noter que cela ne nous est connu que parce que les propriétés achetées restaient d’une certaine façon des unités indépendantes et conservaient leur équipement, leurs bâtiments et sans doute aussi leur maind’oeuvre, sans que les acquéreurs cherchent à rentabiliser la gestion en fondant le tout dans une seule unité de production.

  • 86 Syll.3, n° 364. Le passage traduit se trouve l. (...)

43En revanche, il est fort probable que les propriétaires souhaitaient avoir des exploitations d’un seul tenant, et non des biens éclatés sous la forme de parcelles non jointives. Une loi d’Éphèse sur le règlement des dettes à l’issue d’une période de conflit (premières années du iiie siècle av. J.-C.) permet de s’en rendre compte. Comme certains débiteurs n’ont pas pu rembourser leurs créanciers, il est prévu que ces derniers auront le droit de saisir les biens hypothéqués. Mais la loi précise que l’opération doit se dérouler dans le respect des intérêts des débiteurs : on veillera à ce que les biens ne soient saisis que jusqu’à concurrence du montant de la dette. Cela entraînera des partages des exploitations hypothéquées, mais « en prenant soin de ne diviser ni la part du créancier, ni celle de l’exploitant86 ».

Conclusions

  • 87 Nous renvoyons simplement au bilan des surveys (...)

44Les campagnes d’Asie Mineure juxtaposent un certain nombre de traits spécifiques et de caractéristiques qu’elles partagent avec l’autre rive de l’Égée ou avec le monde insulaire. Afin de mieux comprendre l’originalité de la zone étudiée ici à l’époque hellénistique, il est cependant légitime de poser la question de son degré de prospérité. Une telle interrogation se justifie dans la mesure où l’on sait désormais par les surveys que, dès le iiie siècle av. J.-C., les campagnes grecques connaissent une mutation qui se traduit avant tout par une baisse du nombre des sites ruraux ; l’époque du « monde plein » qu’a été l’âge classique semble révolu. Tous les surveys menés en Grèce balkanique ou dans les îles, malgré des nuances chronologiques selon les régions, vont dans le même sens87. Les campagnes d’Asie Mineure ontelles connu une évolution identique ?

  • 88 Voir la bibilographie de ce survey, supra, n. 9. Nous renvoyons notamm (...)

45Les surveys sont trop peu nombreux pour pouvoir être mis en parallèle avec la documentation fournie dans d’autres régions. Celui du territoire de Milet, conduit par H. Lohmann, est le seul à mettre les découvertes faites en perspective chronologique. En l’état, ce qui en ressort est tout de même instructif88. L’époque hellénistique semble être celle d’une conquête agricole intense, notamment au détriment des régions dévolues à l’élevage ovin, comme le plateau du sanctuaire de Didymes, et cette mise en culture culmine au iie siècle av. J.-C., avant de connaître une phase de déprise au ier siècle et à l’époque impériale. H. Lohmann envisage même que cette conquête a surtout été menée par les grands propriétaires dont on retrouve les tombeaux dans la campagne milésienne, souvent à proximité des fermes. Si d’autres surveys venaient confirmer le schéma milésien, ce qui n’est pas certain, alors on aurait pour l’Asie Mineure une évolution très différente de celle qui a affecté l’autre rive de l’Égée.

  • 89 Voir notre conclusion dans « Paysage et économie rurale en Asie Mineur (...)
  • 90 Voir Fuks A., Social Conflict in Ancient Greece, 1984, p. (...)
  • 91 Voir l’inscription de Colophon et son commentaire : Etienne R. et Migeotte (...)
  • 92 Athénée, VI, 265b-266f (c’est à cette occasion qu’Athénée cite le célè (...)

46Les sources écrites apportent aussi quelques éléments qui vont dans le sens d’une réelle prospérité des campagnes de la péninsule à l’époque hellénistique. L’étude des baux de Mylasa, qui datent de la fin du iie siècle ou du début du ier siècle av. J.-C., ne laisse absolument pas l’impression de campagnes en crise ou en cours d’abandon89. La seule crise dont ces textes semblent garder la trace serait financière, mais les motivations de ces propriétaires dans leur geste consistant à vendre leurs biens fonciers à un sanctuaire pour les reprendre en bail sont trop obscures pour assurer que l’élite des propriétaires ruraux empruntait cet argent afin de faire face à des difficultés. Un dernier élément de réflexion, en l’état du dossier, peut être avancé. Les sources littéraires montrent que le Péloponnèse et la Grèce centrale connaissent à l’époque hellénistique une crise agraire qui se traduit par la réapparition de vieilles revendications : le partage de la terre et l’abolition des dettes90. Or, l’Asie Mineure ne semble pas affectée par ce phénomène, ce qui ne signifie pas que les campagnes de la région n’ont pas été touchées par des crises sociales. Elles sont bien aussi un lieu de violence pour une partie de la population rurale : par exemple, les populations mal protégées sont parfois victimes d’abus fiscaux91. Surtout, il y a les difficultés liées aux révoltes serviles et Chios, notamment, connaît au iiie siècle av. J.-C. un grave mouvement de ce type qui aboutit à la fuite de nombreux esclaves vers les montagnes de l’île. La troupe d’esclaves marrons ainsi constituée fit régner l’insécurité dans les campagnes en attaquant les propriétés agricoles92.

47Notre appréciation doit donc être laissée en suspens, en attendant la publication de nouveaux surveys. L’enjeu est pourtant de taille, car l’Ouest de l’Asie Mineure apparaît en matière de commerce international comme le nouveau centre de gravité du monde grec à l’époque hellénistique. Les cités de la région font preuve d’un incontestable dynamisme qui annonce la grande prospérité qui sera la leur sous l’Empire. Or, ce dynamisme ne peut être uniquement la conséquence d’une bonne insertion dans les courants commerciaux de la Méditerranée orientale. Elle devait aussi s’appuyer sur des productions locales qu’il faut aller chercher dans les chôrai des cités.

Annexes

Doc. 3. – Bail-vente de Diodotos, Mylasa (I. Mylasa, n° 206).

48[…] d’Hybréas, prêtre de Zeus et d’Artémis, de toutes les propriétés ancestrales et héritées et […], du pressoir à huile (élaïstèrion) et des équipements pour broyer les olives (arména élaiotropika), […], des terrains à bâtir, des vignes, des vergers […], des prairies attenantes et des propriétés achetées en outre auprès de Kleitolaos, fils de Tychôn, la moitié de tout cela avec tous les arbres qui s’y trouvent, et la ferme (aulè) qu’il possède face à la ville avec tous les bâtiments qui s’y trouvent, les étages, les portiques (stoai), le vestibule (prostôon), le pressoir à raisin (patètèrion) attenant, ses équipements, le cellier (pithôn), les étables à boeufs, le puits, avec entrée et sortie, le prix des deux ensembles étant de dix mille drachmes, à condition que Diodotos fasse inscrire leur vente en présentant des garants ; et Diodotos, s’étant présenté devant l’assemblée, a déclaré être prêt à les gérer ; après que l’achat des biens ci-dessus par les acquéreurs fonciers aura eu lieu au nom du dieu, Diodotos lui-même prendra à bail tous les biens ci-dessus auprès des trésoriers de la tribu par un acte conclu en même temps, et lui-même en jouira comme de biens ancestraux, ainsi que ses descendants ou ceux à qui il en transmettra l’héritage par testament […].

Doc. 4. – Bail-vente de Thraséas (I. Mylasa, n° 207 et 212).

49Sous le stéphanéphore Phaidros, fils d’Aristéas, prêtre d’Aphrodite Euploia, au mois de […], il a plu à la tribu des Otôrkondes, les trésoriers de la tribu, […] de Tarkondara, Léônidas, fils de Dionysios de Maunna, ayant déposé une proposition ; au sujet de ce que sont venus expliquer ceux qui avaient été désignés comme acquéreurs fonciers (ktèmatônai), Phaidros, fils d’Aristéas, prêtre d’Aphrodite Euploia, Ménippos, fils d’Eirènaios et par adoption de […], fils d’Iatroklès de Tarkondara, Euthydèmos, fils de Théoxénos, prêtre de Zeus Éleuthérios, […] de Maunna, à savoir qu’ils trouvaient mises en vente par Thraséas, fils de Politès, fils de Mélan Grabos et, par adoption, de Hèrakleitos d’Ogonda, des terres dans la plaine ombianienne, à Leukè Kômè, dites « à Orthodouôka », avec les soixantedeux rangées de vignes qui s’y trouvent, les trois oliviers et tous les autres arbres, sans que Thraséas, fils de Politès, fils de Mélan Grabos, s’en réserve rien pour lui, et d’autres terres, l’une dite Armokodôka, et celle qui lui est attenante, jusqu’à la route de Trobalissos et jusqu’à l’endroit où les bornes (horia) ont été plantées, avec les oliviers qui s’y trouvent, sans que Thraséas, fils de Politès, fils de Mélan Grabos, s’en réserve rien pour lui, le prix du tout étant de cinq mille drachmes d’argent rhodien léger, à condition qu’il fasse inscrire leur vente en présentant des garants ; et Thraséas s’étant présenté devant l’assemblée a déclaré être prêt à les gérer ; après que l’achat des biens ci-dessus par les acquéreurs fonciers aura eu lieu au nom du dieu, Thraséas lui-même prendra à bail tous les biens ci-dessus auprès des trésoriers de la tribu par un acte conclu en même temps, et lui-même en jouira comme de biens ancestraux, ainsi que ses descendants ou ceux à qui il en transmettra l’héritage par testament, et il versera chaque année un fermage (phoros) aux trésoriers de la tribu, au mois de Péritios, sans contestation ou imputation, d’un montant de cent quatre-vingt-dix […] drachmes d’argent rhodien léger […].

50[…] avec tous les arbres qui s’y trouvent, que Thraséas a acheté à Artémisia, fille de Hékataios de Kétambissa, sous le stéphanéphore Aristéas, fils de Mélan, fils d’Apollônios, prêtre de Zeus Hypsistos et de Bonne Fortune, au mois d’Apellaios, sans rien se réserver pour lui en ces lieux, ni de ce qu’il a reçu lors du partage avec son frère, ni de ce qu’il a acheté en outre à Artémisia, fille de Hékataios de Kétambissa, le prix du tout s’élevant à sept mille drachmes d’argent rhodien léger, à condition qu’il fasse inscrire leur vente en présentant des garants ; et Thraséas s’étant présenté devant l’assemblée a déclaré être prêt à les gérer ; après que l’achat par les acquéreurs fonciers aura eu lieu au nom du dieu, Thraséas lui-même prendra à bail tous les biens ci-dessus auprès des trésoriers de la tribu par un acte conclu en même temps, et lui-même en jouira comme de biens ancestraux, ainsi que ses descendants ou ceux à qui il en transmettra l’héritage par testament, et il versera chaque année un fermage aux trésoriers de la tribu, au mois de Péritios, sans contestation ou imputation, d’un montant de trois cents drachmes d’argent rhodien léger ; et si la cité introduit un mois supplémentaire, il ajoutera en outre (une somme) proportionnelle au mois supplémentaire au même moment ; le bail (misthôsis) commencera dès le mois en cours ; qu’il fasse le versement des mois restants jusqu’au mois de Péritios aux trésoriers de la tribu au mois de Péritios, en versant cent cinquante drachmes d’argent rhodien léger en proportion du fermage ; les autres années, il procédera aux versements ainsi qu’il est écrit ci-dessus ; si Thraséas n’acquitte pas ses versements comme il est écrit ci-dessus, qu’il donne une fois et demie (la somme) ; s’il ne s’acquitte pas deux fois de suite, qu’il paye comme amende le fermage des deux années et la moitié (de cette somme), et que le bail ne soit plus à lui, mais que les trésoriers de la tribu alors en charge le remettent en location pour une somme qui ne sera pas inférieure au fermage écrit ci-dessus ; qu’il ne soit pas possible au locataire redevable du premier versement de verser le second, mais qu’après avoir acquitté à chaque fois le premier versement auprès des premiers (trésoriers), qu’il verse de la même façon le second, ou sinon, que le bail ne soit plus à lui ; ni Thraséas, ni un autre les ayant reçus ne cédera ses droits à personne en divisant les terres et il ne partagera pas le fermage ; sinon, que le bail ne soit plus à lui […].

Doc. 5. – Les vins asiatiques d’après Athénée, Deipnosophistes, I, 32 e-f (trad. A. M. Desrousseaux & C. Astruc).

51Les vins traités avec assez de soin à l’eau de mer (tethalattôménoi) ne causent pas l’ivresse : ils relâchent les intestins, agissent en mordants sur l’estomac, y provoquent des flatuosités et aident à la trituration des aliments. Tels sont le vin de Myndos et celui qui vient d’Halicarnasse ; ainsi, Ménippe le cynique appelle la ville de Myndos « buveuse d’eau salée ». Le vin de Cos également a reçu son comptant d’eau de mer. Celui de Rhodes aussi est, dans une proportion moindre, il est vrai, mélangé d’eau de mer ; mais la plupart du temps, il ne vaut rien. Le vin des îles est bien fait pour les beuveries et il n’est pas sans convenir à l’usage journalier. Le vin de Cnide est générateur de sang, nourrissant, entretient la liberté du ventre, mais, bu en trop grande quantité, il relâche l’estomac. Le Lesbos a moins d’astringence et s’urine davantage. Mais le plus agréable est le vin de Chios et, dans les vins de Chios, celui qu’on appelle Ariousios. Il y a trois variétés de ce dernier : l’un est sec, un autre doux et celui qui tient le milieu entre ceux-là pour le goût est appelé autocratos. Le sec, donc, est bon à la bouche, nourrissant et plus facile à uriner, le doux est nourrissant, rassasiant, émollient de l’intestin ; l’autocratos tient le milieu à l’usage. D’une façon générale, le vin de Chios est digestif, nourrissant, générateur de bon sang, rassasiant parce qu’il a du corps.

Notes

1 Ces deux livres n’ont pas encore fait l’objet d’une traduction française en CUF. Il faut donc utiliser l’édition et la traduction anglaise de la collection Loeb.

2 RC, n° 10-13 ; trad. fr. dans Sartre, Anatolie, p. 85-86.

3 RC, n° 18-20 ; trad. fr. dans Sartre, Anatolie, p. 86-87.

4 Sardis, VII, n° 1. Voir les études de Bucklerw. H. et Robinson D.M., « Greek Inscriptions from Sardis », AJA, 16, 1912, p. 11-82 ; Atkinson K. T.M., « A Hellenistic Land-conveyance : the Estate of Mnesimachus in the Plain of Sardis », Historia, 21, 1972, p. 45-74 ; Descat R., « Mnésimachos, Hérodote et le système tributaire achéménide », REA, 87, 1985, p. 97-112 ; et Billows R. A., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imperialism, 1995, p. 137-145.

5 Nous possédons deux éditions récentes de ces textes : Blümel W., Die Inschriften der rhodischen Peraia, 1991, n° 352-354 ; et Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), 1991, n° 49-51 ; cette dernière édition est accompagnée de traductions en français. Sur l’intérêt de ces textes pour la connaissance de la viticulture locale, voir Salviat Fr., « Le vin de Rhodes et les plantations du dème d’Amos », BCH Suppl., 26, 1993, p. 151-161.

6 I. Mylasa, n° 200-232 (Mylasa) et n° 801-854 ; Robert L., Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, I, 1945, n° 47-72. Pour le commentaire, nous renvoyons à notre étude : « Paysage et économie rurale en Asie Mineure à l’époque hellénistique. À partir de quelques baux de Mylasa (iie-ier siècle avant J.-C.) », Histoire et sociétés rurales, 9, 1998, p. 33-56.

7 Radt W., Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaïschen Epoche, 1970.

8 Cinq volumes de résultats sont déjà parus : Kolb Fr. (éd.), Lykische Studien, 1, 1993 ; Lykische Studien, 2, 1995 ; Lykische Studien, 3, 1996 ; Lykische Studien, 4, 1998 ; Lykische Studien, 5, 2000. Voir aussi son article de synthèse : Kolb Fr., « Stadt und Land im antiken Kleinasien : der Testfall Kyaneai », Strubbe J. H.M., Tybout R. A. et Versnel H. S. (éd.), ENERGEIA. Studies on Ancient History and Epigraphy Presented to H.W. Pleket, 1996, p. 97-112.

9 On dispose de trois pré-rapports en attendant la publication définitive : Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1990, 1992 und 1993 », AA, 1995, p. 293-328 ; ID., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1994 und 1995 », AA, 1997, p. 285-311 ; ID., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1996 und 1997 », AA, 1999, p. 439-473.

10 Voir, par un bon connaisseur des timbres rhodiens, Empereur J.-Y., « Les anses d’amphores timbrées et les amphores : aspects quantitatifs », BCH, 106, 1982, 219-233.

11 Schuler, 1998.

12 Voir Sartre, Anatolie, p. 83-105.

13 Strabon, XIII, C630.

14 Le texte auquel il est ici fait allusion est connu sous le nom de « registre de Péluse » ; voir le texte et la traduction française dans Carrez-Maratray J.-Y., Péluse et l’angle oriental du Delta égyptien aux époques grecque, romaine et byzantine, 1999, p. 168-176.

15 Sur cet aspect de l’histoire viticole grecque, voir Salviat Fr., « Le vin de Thasos. Amphores, vin et sources écrites », Empereur J.-Y. et Garlan Y. (éd.), Recherches sur les amphores grecques, BCH Suppl., 13, 1986, p. 191-195.

16 Sur ces obligations, voir Salviat Fr., « Le vin de Rhodes et les plantations du dème d’Amos », Amouretti M.-Cl. et Brun J.-P. (éd.), La production du vin et de l’huile en Méditerranée, BCH Suppl., 16, 1993, p. 160-161.

17 Voir la liste et les caractéristiques de ces vins dans Athénée, I, 32d-f (doc. 5).

18 Grace V. R. et Savvatinou-Petropoulakoum., « Les timbres amphoriques grecs », Bruneau Ph. et Vatin Cl. et alii (éd.), L’îlot de la Maison des Comédiens, EAD XXVII, 1970, p. 277-382, donnent un tableau des découvertes de timbres à Délos : les timbres cnidiens représentent 61 % de l’ensemble et les timbres rhodiens seulement 22 %. Pour les précautions méthodologiques à prendre dans l’exploitation de ces données chiffrées, voir l’article de Empereur J.-Y., « Les anses d’amphores timbrées et les amphores : aspects quantitatifs », BCH, 106, 1982, 219-233.

19 Finkielsztejn G., « Politique et commerce à Rhodes au iie siècle av. J.-C. : le témoignage des exportations d’amphores », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C., 2001, p. 181-196, pour la date récente.

20 Lund J., « Rhodian Amphorae in Rhodes and Alexandria as Evidence of Trade », Gabrielsen V. et alii (éd.), Hellenistic Rhodes : Politics, Culture and Society, 2000, p. 187-204.

21 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1994 und 1995 », AA, 1997, p. 291-292 ; et ID., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1996 und 1997 », AA, 1999, p. 464-465.

22 Cette inscription donne une image vivante des ressources de cette communauté villageoise, voir Robert L., OMS, VII, p. 319-332.

23 Pour le bilan des quelques informations dont on dispose sur l’artisanat textile en Asie Mineure à l’époque hellénistique, voir Labarre G. et Le Dinahet M.-Th., « Les métiers du textile en Asie Mineure de l’époque hellénistique à l’époque impériale », Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen (Égypte, Grèce, monde romain), 1996, p. 49-116, spécialement p. 50-52.

24 Empereur J.-Y. et Tuna N., « Hiérotélès, potier rhodien de la Pérée », BCH, 113, 1989, p. 277-299.

25 I. Mylasa, II, 803, l. 8, 9 et 10, et Delphinion, 150, l. 82.

26 Strabon, XIII, C588-589 (Proconnèsos), XIV, C645 (Érythrées), XIV, C658 (Mylasa). Voir aussila carrière de marbre de Mermere (au nord de Sardes) évoquée par Robert L., Documents d’Asie Mineure, 1987, p. 329-335.

27 Robert L., À travers l’Asie Mineure. Poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, 1980, p. 51 et 67-70.

28 Strabon, XIII, C606.

29 Gauthier, 1989, n° 1, l. 2-4 et commentaire p. 22-33.

30 Pour le débat sur l’habitat rural, voir Brunetm., « Campagnes de la Grèce antique : le danger du prisme athénien », Topoi, 2, 1992, p. 33-51, et la tentative de réponse de Osborne R., « Classical Landscape Revisited », Topoi, 6, 1996, p. 49-64. Les campagnes d’Asie Mineure n’ont guère été évoquées dans ce débat, mais Schuler, 1998, p. 73 sq., a fait le bilan des sources sur l’habitat isolé en Asie Mineure.

31 Sardis, VII, n° 1, col. I, l. 4, 5, 7, 10.

32 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere und die Galater. Eine neue Inschrift in Denizli », Chiron, 5, 1975, p. 59-87 et pl. 17.

33 Sur le village en tant que structure de l’habitat rural en Asie Mineure, voir Schuler, 1998, p. 22-32.

34 RC, n° 18, l. 2, 25, etc. Sur ce terme de baris, voir ibid., p. 320-321 et, en dernier lieu, Schuler, 1998, p. 71-73.

35 RC, n° 11, l. 22-25.

36 Plutarque, Vie d’Eumène, VIII, 9. Sur ce passage, voir Briant P., RTP, p. 56-67. Sur les tétrapyrgia, voir Schuler, 1998, p. 69-70.

37 Hailer U., « Turmgehöfte im Umland von Kyaneai », Kolb Fr. (éd.), Lykische Studien, 4, 1998, p. 71-86. Les différents volumes des Lykische Studien font connaître de nombreuses autres fermes fortifiées ; la diversité des plans est très grande.

38 RC, n° 3, l. 98.

39 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1994 und 1995 », AA, 1997, p. 299-303.

40 Voir Robert L., Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, I, 1945, p. 78. Sur ces villages sacrés, voir Schuler, 1998, p. 154-157.

41 I. Priene, 37.

42 OGIS, n° 229 (Smyrne et Magnésie du Sipyle) ; Robert L., « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS, 1976, p. 153-235 = OMS, VII, p. 297-379.

43 Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1994 und 1995 », AA, 1997, p. 293.

44 Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), 1991, n° 49b, l. 7-8. La loi d’Éphèse sur les dettes, Syll.3, n° 364, l. 14, évoque aussi les voies d’accès qui, à la campagne, mènent aux tombeaux.

45 Il aurait sans doute été pertinent de comparer les descriptions des textes mylasiens avec les fermes hellénistiques du territoire de Milet, mais, selon Lohmann H., « Survey in der Chora von Milet. Vorbericht über die Kampagnen der Jahre 1996 und 1997 », AA, 1999, p. 454, aucune ferme n’a été découverte en assez bon état pour que l’on puisse en dresser un plan complet.

46 Voir le bail de Diodotos donné en annexe et notre analyse de cet aspect des baux de Mylasa dans Histoire et sociétés rurales, 9, 1998, p. 43-47.

47 I. Mylasa, 206, l. 4 (voir la traduction en annexe de ce texte). Il y a aussi des paradeisoi dans les biens de Mnésimachos, dans la plaine de Sardes, Sardis, VII, n° 1, col. I, l. 16.

48 Cette clause des baux d’Amos a été expliquée par Salviat Fr., « Le vin de Rhodes et les plantations du dème d’Amos », BCH Suppl., 26, 1993, p. 154-156. Sur cet usage agraire en Grèce ancienne, voir Amourettim.-Cl., « La viticulture antique, contraintes et choix techniques », REA, 90, 1988, p. 5-17.

49 I. Mylasa, 206, l. 5.

50 I. Mylasa, 803, l. 11, par exemple.

51 Strabon, XIV, C 659.

52 Voir nos remarques dans « Paysage et économie rurale en Asie Mineure à l’époque hellénistique. À partir de quelques baux de Mylasa (iie-ier siècle avant J.-C.) », Histoire et sociétés rurales, 9, 1998, p. 41-42.

53 Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), 1991, n° 50a, l. 23-24.

54 Delphinion, 149, l. 44-45.

55 RC, n° 20, l. 10-11.

56 Voir les textes en annexe, doc. 3 et 4.

57 Pour un bilan de ces débats, voir Papazoglou, 1997. Chaque partie de ce livre commence par une étude historiographique.

58 Rostovsteff M., Studien zur Geschichte des römischen Kolonaten, 1910.

59 On trouvera une mise en perspective historiographique de cette comparaison féodale dans Briant P., RTP, p. 99-101.

60 Kreissig H., Wirtschaft und Gesellschaft im Seleukidenreich, 1978 ; on trouvera aussi une présentation en français de ses travaux dans Kreissig H., « Propriété foncière et formes de dépendance dans l’hellénisme oriental », Terre et paysans dépendants dans les sociétés antiques. Actes du colloque de Besançon, mai 1974, 1979, p. 197-221.

61 Kreissig H., Wirtschaft und Gesellschaft im Seleukidenreich, 1978, p. 124.

62 Une grande partie des études de P. Briant sur ces questions est rassemblée dans Briant P., RTP, voir notamment p. 95-160, 175-262 (articles publiés entre 1973 et 1982).

63 Briant P., RTP, p. 149.

64 Papazoglou, 1997, p. 87-91.

65 Il me semble que F. Papazoglou se montre moins convaincante lorsqu’elle traite des paroikoi. Voir Gauthier Ph., BullÉp, 1998, 107.

66 Briant P., RTP, p. 120. L’ouvrage de F. Papazoglou invite aussi à pousser la réflexion dans ce sens.

67 Voir Billows R. A., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imperialism, 1995, p. 111-145.

68 RC, n° 10-13. Le calcul de la superficie totale que fait Welles (8 000 hectares) est erroné. Pour le bon chiffre, voir Papazoglou, 1997, p. 32-33.

69 RC, n° 18-20 ; l’évaluation de la superficie est de Wiegand Th., MDAI(A), 29, 1904, p. 274-278.

70 Sardis, VII, n° 1.

71 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere und die Galater. Eine neue Inschrift in Denizli », Chiron, 5, 1975, p. 59-60.

72 Sur la taille des propriétés dans la Grèce classique, voir Burford A., Land and Labour in the Greek World, 1993, p. 66-69.

73 Voir Orrieux Cl., Les papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte au iiie siècle avant J.-C., 1983 ; et Clarysse W. et Vandorpe K., Zénon, un homme d’affaires grec à l’ombre des pyramides, 1995, pour une première approche de cette documentation.

74 Wörrle M., « Antiochos I., Achaios der Ältere und die Galater. Eine neue Inschrift in Denizli », Chiron, 5, 1975, p. 81-84. Banabèlos porte un nom sémitique et Robert J. et L., BullÉp, 1976, 667, ont suggéré qu’il pouvait descendre d’une famille déjà installée dans la région à l’époque achéménide, car le pouvoir perse s’appuyait souvent sur des Sémites.

75 RC, n° 18, l. 24.

76 Briant P., RTP, p. 107 : « Ce que vend ou donne le roi, ce n’est ni la terre ni les paysans : c’est le produit de la première que permet le travail des seconds. »

77 C’est un point sur lequel insiste Billows R. A., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imperialism, 1995, p. 132-137. On notera là encore qu’Apollonios, homme du règne de Ptolémée II, semble perdre assez vite la faveur de son successeur Ptolémée III. La dôréa est liquidée entre 245 et 243 av. J.-C.

78 Voir Launey M., Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., 1949-1950 ; 19872, p. 331-353 ; et Billows R. A., Kings and Colonists. Aspects of Macedonian Imperialism, 1995, p. 146-182.

79 RC, n° 51.

80 Ce chiffre se retrouve par exemple dans le cadastre de Larissa : Salviat Fr. et Vatin Cl., « Le cadastre de Larissa », BCH, 98, 1974, p. 247-262. Voir en général Burford-Cooper A., « The Family Farm in Greece », CJ, 73, 1977-1978, p. 162-175.

81 OGIS, n° 229, l. 103.

82 SGDI, 5533. Ce qu’est ce kéramos n’est pas clair.

83 I. Magnesia, 8. L’auteur présente ce texte comme une liste de location de terre publique (« Verpachtung von Gemeindeland »), mais le vocabulaire employé est bien celui de la vente et les chiffres donnés sont élevés et ne nous paraissent pas correspondre à des fermages. O. Kern ne donne aucune datation, seule l’onomastique paraît indiquer l’époque hellénistique.

84 Le Guen Br., Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, 1, 2002, n° 39.

85 Voir doc. 4.

86 Syll.3, n° 364. Le passage traduit se trouve l. 10-11.

87 Nous renvoyons simplement au bilan des surveys dressé par Alcock S. E., Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece, 1993, p. 33-92. Ajoutons que les explications que l’on peut apporter au phénomène (et même certains aspects de la chronologie) sont loin de faire l’unanimité.

88 Voir la bibilographie de ce survey, supra, n. 9. Nous renvoyons notamment au tableau chronologique des sites dans AA, 1997, p. 287 et au bilan provisoire dans AA, 1999, p. 461-465.

89 Voir notre conclusion dans « Paysage et économie rurale en Asie Mineure à l’époque hellénistique. À partir de quelques baux de Mylasa (iie-ier siècle avant J.-C.) », Histoire et sociétés rurales, 9, 1998, p. 53.

90 Voir Fuks A., Social Conflict in Ancient Greece, 1984, p. 42-44.

91 Voir l’inscription de Colophon et son commentaire : Etienne R. et Migeotte L., « Colophon et les abus des fermiers des taxes », BCH, 122, 1998, p. 143-157.

92 Athénée, VI, 265b-266f (c’est à cette occasion qu’Athénée cite le célèbre passage de Théopompe sur les deux types d’esclavage). Voir le commentaire de Fuks A., Social Conflict in Ancient Greece, 1984, p. 42-44 et 260-269.

Table des illustrations

Légende Doc. 1. – Les précipitations dans l’Ouest de l’Asie Mineure. Source : Fitzner R., Petermanns Mitteilungen, Ergänzungsb, 140, 1902.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19451/img-1.png
Fichier image/png, 363k
Légende Doc. 2. – La géographie des vins. Source : Athénée, I, 32 d-f.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19451/img-2.png
Fichier image/png, 127k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540