Version classiqueVersion mobile

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Troisième partie. L’économie des royaumes et des cités

Les intérêts rhodiens en Carie à l’époque hellénistique, jusqu’en 167 av. J.-C.1

Alain Bresson

Texte intégral

  • 1 Nos vifs remerciements vont à N. Badoud, P. Briant, L. Capdetrey et Chr (...)
  • 2 Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pér (...)
  • 3 HTC, p. 85.
  • 4 Rhodian Peraea.
  • 5 Robert, La Carie, II.
  • 6 Reger G., « The Relations between Rhodes and Caria (...)
  • 7 Bresson A., « Rhodes and Lycia in Hellenistic Time (...)
  • 8 Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third a (...)
  • 9 Carusi C., Isole e peree in Asia Minore. Contr (...)

1Jusqu’à une date récente, les rapports entre Rhodes et la Carie n’avaient pas fait l’objet d’une étude synthétique. En revanche, une série d’études ponctuelles avaient été consacrées à cette question soit par le biais de recherches sur la Pérée rhodienne (c’est-à-dire des territoires possédés sur le continent par les Rhodiens), soit dans le cadre de recherches plus générales sur la politique extérieure de Rhodes. Pour ce qui est des premières, on en trouvera une bibliographie dans notre propre étude Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée)2 complétée dans la publication éditée par P. Debord et E. Varinlioğ lu, Les hautes terres de Carie3. À travers l’étude de la géographie, des sites, des monnaies et des inscriptions, on trouvera dans ce dernier ouvrage, par plusieurs auteurs, une série d’analyses ponctuelles abordant la question. Parmi les travaux anciens, deux études se détachent : d’une part l’ouvrage de P. M. Fraser et G. E. Bean4, qui au-delà de la Pérée proprement dite évoquait aussi l’ensemble de la Carie, d’autre part le livre toujours fondamental de J. et L. Robert5, qui traitait de la région de Tabai, au nord-est de la Carie, mais qui à plusieurs reprises évoquait la présence rhodienne dans l’ensemble de la Carie intérieure. En 1999 est cette fois parue une étude de synthèse, un article de G. Reger6, qui était le parallèle de celui que nous avons-nous même consacré aux rapports entre Rhodes et la Lycie dans le même volume collectif7. Enfin, l’étude de V. Gabrielsen8 fournit des vues novatrices sur le développement du système rhodien en Carie. On y ajoutera les pages consacrées à la Pérée rhodienne dans le livre de C. Carusi9.

La Carie rhodienne au début du iie siècle a.C. (fond de carte par O. Henry)

2Sinon par allusion pour évoquer certains traits plus généraux des rapports entre Rhodes et la Carie, on ne traitera pas ici à proprement parler de l’histoire interne et des structures administratives de la Pérée (entendre : les territoires continentaux les plus proches de Rhodes qui restèrent sous le contrôle de la cité de l’époque classique ou hellénistique jusqu’au Bas-Empire), mais plutôt des rapports entre Rhodes et la Carie au sens large. On abordera successivement quatre points :

  1. 1. Les rapports entre Rhodes et les Cariens au plan identitaire et institutionnel ;
  2. 2. Le développement des ambitions rhodiennes en Carie au iiie siècle ;
  3. 3. L’expansion de la zone rhodienne à l’ensemble de la Carie entre ca 197 et 167 ;
  4. 4. Les intérêts économiques et financiers des Rhodiens en Carie.

Les rapports entre Rhodes et les Cariens au plan identitaire et institutionnel

  • 10 Cariens en Égypte : Kammerzell F., Studien zu Sprache und Geschichte d (...)
  • 11 Bresson A., « Grecs et Cariens dans la Che (...)
  • 12 C’est du moins ce que l’on peut supposer, même si les premiers témoign (...)
  • 13 Xénophon, Helléniques, II, 1, 15-16.

3La Carie est une région du Sud-Ouest de l’Asie Mineure, qu’on définira ici sommairement comme étant limitée au nord par la vallée du Méandre jusqu’au confluent du Morsynos, à l’est par une limite moins nette passant par les alignements montagneux du Kadmos et de la Salbakè jusqu’aux parages de la vallée de l’Indos et au golfe de Telmessos, à l’ouest de Daidala. Les Cariens, le peuple qui lui donnaient son nom, faisaient partie des peuples dits asianiques, dont la langue d’origine indo-européenne était une proche parente de l’ancien louvite et de celles des autres peuples qui étaient leurs voisins, comme les Lydiens et les Lyciens. De longue date (en fait depuis le iie millénaire), ils étaient en contact avec les Grecs. Le voisinage géographique de leur pays d’origine fait que l’on ne doit pas douter que depuis toujours Cariens et Grecs de Rhodes furent en relations constantes et étroites. Dès l’époque archaïque, ils fréquentaient ensemble l’Égypte10. Aux vie et ve siècles, ils connurent successivement les mêmes dominations, celle des Lydiens, puis celle des Perses et celle des Athéniens. Cependant, leurs relations de voisinage ne paraissent pas avoir eu alors une coloration particulière. Les contacts directs (au sens d’établissement d’une frontière entre voisins) ne commencèrent que lorsque les Rhodiens eurent mis la main sur la Chersonèse, sans doute à l’occasion de la fin de la guerre du Péloponnèse, sans qu’on puisse exactement préciser cette date. Les Chersonésiens, eux, avaient une longue pratique des contacts avec les Cariens. En témoignent encore ultérieurement une série de récits légendaires de statuts divers, mais qui tous tendent à montrer le caractère parfaitement grec de la Chersonèse, en particulier par le fait que ce sont des éléments masculins qui viennent s’installer en pays carien, éliminant métaphoriquement ou réellement (selon les versions des légendes) les Cariens mâles de la région11 : l’idéologie grecque antique voulant que ce soient les mâles seuls qui aient la capacité d’engendrer, de « semer », les Chersonésiens étaient donc censés être de purs Grecs. Même si la toponymie révèle largement un substrat carien, la Chersonèse était donc en principe « purement grecque ». Après leur annexion à l’État rhodien, les Chersonésiens devinrent ipso facto des citoyens rhodiens, ce qui était adapté à leur statut de « vrais Grecs », doriens de surcroît12. L’importance de l’affirmation hellénique doit être soulignée si l’on songe à un épisode se rapportant à la petite ville de Kédréai, au nord de la Chersonèse, sur le golfe Céramique, dont la population masculine fut massacrée par les troupes de Lysandre en 406. Or, Xénophon donne implicitement une excuse à la conduite de Lysandre : la population de Kédréai était formée de mixobarbaroi13.

  • 14 On verra une première publication de ce texte dans Frei P. et Marek Chr., (...)

4On doit souligner que la différence entre Grecs et Cariens ne disparut pas d’un seul coup après la conquête d’Alexandre, mais qu’elle se transforma de manière subtile. Le grec avait été la langue officielle de la satrapie hécatomnide. En outre, une série de cités indubitablement d’origine carienne étaient, dès le ive siècle au moins, largement influencées par l’hellénisme et utilisaient le grec comme langue de la communication publique, comme on l’observe dans les décrets qui nous sont connus. Mais, dans la deuxième moitié du ive siècle, une cité comme Caunos pouvait cependant encore publier sur pierre un décret de proxénie en faveur d’un Athénien d’abord en langue et écriture cariennes, puis en grec14. Or, après la conquête d’Alexandre, en l’espace d’une ou deux générations, du moins dans les inscriptions de Carie du Sud, l’onomastique devint totalement grecque. On assiste donc à une submersion de l’élément linguistique et culturel carien par l’univers hellénique.

  • 15 HTC, p. 216-222, n° 90 et 91.
  • 16 I. Priene, n° 1, 3, 14-16. Cf. récemment les (...)
  • 17 Robert, La Carie, II, p. 303-317, n° 167, (...)
  • 18 Ibid., p. 285-302, n° 166, l. 13-14, entre 213 (...)
  • 19 Delphinion, n° 149, l. 10-12.

5Cependant, l’hellénisme formel de ces cités (on rappellera, si besoin était, que les documents de Sekkoÿ de l’époque de Mausole15 faisaient bien allusion à des poleis) ne signifie sans doute pas pour autant qu’elles aient nécessairement été perçues par les « Grecs authentiques » comme des cités « grecques », du moins à la haute époque hellénistique. L’opposition entre kômai et poleis restait en outre un critère de distinction décisif à l’époque hellénistique. Or, de facto, elle correspondait à une opposition entre Grecs ou gens implicitement assimilés à des Grecs et « indigènes » cariens. Pour la seule Carie (il y aurait des textes du même ordre dans d’autres régions), trois dossiers ou documents en portent témoignage depuis la haute époque hellénistique jusqu’au iie siècle. Il s’agit d’abord du conflit entre Priène et les Pedieis entre l’époque d’Alexandre et celle où Lysimaque contrôle l’Ionie, dans les années 28016. De même, dans le décret relatif aux rapports entre Rhodes et Apollonia de la Salbakè (peu après 188 av. J.-C.)17, il y a une opposition entre la cité et des egchôrioi, des indigènes, qui certainement ne sont pas différents des villageois des villages sacrés dont les Apolloniates revendiquaient le contrôle auprès de l’administration séleucide un peu auparavant18. Sous une forme implicite, on retrouve la même opposition dans un texte du début du iie siècle réglant la sympolitie entre Milet et Pidasa19, à propos duquel J. et L. Robert, ont pu traduire et commenter :

  • 20 Robert J. et L., « Une inscription grecque de (...)

« “Les Pidasiens deviennent citoyens de Milet, avec leurs enfants et celles de leurs femmes qui seraient Pidasiennes de naissance ou citoyennes d’une ville grecque” ; cela semble indiquer que certaines n’étaient pas grecques, mais indigènes, c’est-à-dire cariennes, ce qui n’étonne pas dans cette marge montagneuse de Milet, comme il se pouvait aussi dans l’arrière-pays de Téos20. »

6En outre, même si aucun témoignage épigraphique en langue et écriture cariennes ne dépasse le début du iiie siècle, il ne fait guère de doute que la langue carienne ne disparut pas d’un coup et qu’elle dut se maintenir encore longtemps, surtout dans les zones reculées et les villages, jusqu’à une époque impossible à préciser.

7En d’autres termes, l’appartenance ethnique des populations cariennes, du moins telle qu’elle était conçue à la haute époque hellénistique, ne saurait être définie de manière simple. Les habitants des anciennes poleis cariennes avaient beau être hellénisés (en surface ou en profondeur), ils n’étaient pourtant pas pleinement considérés comme des Grecs. La persistance de l’élément indigène, que l’on peut supposer plus fortement maintenue, au moins au plan de la langue véhiculaire, dans la population des villages, maintint encore longtemps l’opposition entre élément grec et élément carien.

  • 21 Les exceptions sont rares. À Pladasa, un décret de 319-318 (HTC, p. (...)
  • 22 Bile M., « Une koina est-égéenne », Brixhe(...)

8Ce contexte général explique que, lorsqu’au cours du iiie siècle ils prirent possession de territoires cariens qui pourtant avaient connu un système de poleis (on revient, infra, sur cette question), les Rhodiens ne les assimilèrent pas ipso facto à leur territoire civique, alors qu’ils l’avaient fait auparavant pour la Chersonèse. Une différence supplémentaire résidait dans le fait que ces Cariens hellénisés utilisaient de manière générale la koinè21, alors que les Rhodiens (y compris les Chersonésiens) utilisaient le dorien (ou la koina dorienne22).

  • 23 HTC, n° 48.
  • 24 Debord P., L’Asie Mineure au ive siècl (...)

9À proprement parler, bien que par la Chersonèse ils aient été voisins de la Carie depuis la fin du ve siècle semble-t-il, rien n’indique que les Rhodiens aient d’emblée manifesté un appétit particulier pour les territoires cariens. Dans la deuxième moitié du ive siècle, c’était Cos qui, manifestement du fait de sa position à l’entrée du golfe Céramique, rayonnait encore sur la Carie du Sud. C’est ce que montre l’inscription de la cité carienne de Pladasa relative aux privilèges fiscaux de membres d’une famille originaire de cette cité23. Les données de la « grande histoire » permettent d’expliquer facilement pourquoi il en fut ainsi. Du temps des Hécatomnides, les Rhodiens avaient eu des velléités de s’emparer d’Halicarnasse, mais l’affaire avait tourné court et, bien au contraire, c’étaient eux qui s’étaient retrouvés sous la domination des satrapes de Carie, domination qui allait durer jusqu’en 332. Appuyés sur le koinon des Cariens, dont l’existence paraît maintenant bien établie24, les satrapes hécatomnides bâtirent une véritable puissance autonome.

  • 25 Cf. Debord P., « Sur quelques Zeus cariens : religion et politique », (...)
  • 26 Voir en dernier lieu Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the (...)
  • 27 Crampa J., Labraunda, III, 1. The inscript (...)
  • 28 Robert, Amyzon, I, p. 250.
  • 29 Ibid., I, p. 244-246, n° 51, l. 1-2, et p. (...)

10La conquête macédonienne marqua en revanche l’effondrement de leurs ambitions. Même si, à court et moyen terme, les Rhodiens ne purent tirer aucun bénéfice de cette situation, à long terme elle représenta néanmoins un grand avantage. En effet, il n’y eut plus en Carie de puissance d’origine autochtone susceptible de représenter une quelconque forme de légitimité d’un ethnos qu’on pourrait qualifier de « carien hellénisé », comme cela avait été le cas sous les Hécatomnides. Cela ne signifie pas que toute forme de conscience d’une spécificité carienne ait disparu, loin de là : les cultes cariens en portèrent longtemps témoignage. Diverses solidarités religieuses spécifiquement cariennes, ancrées autour de sanctuaires rivaux, au demeurant absorbés par des cités elles-mêmes en concurrence les unes avec les autres, se manifestèrent avec force à l’époque hellénistique. L’existence maintenue d’un ou plusieurs cultes de Zeus Karios25, surtout le développement à partir du iiie siècle du Chrysaorikon systèma (Strabon, XIV, 2, 25, C660) autour du sanctuaire d’un Zeus Chrysaoreus situé près de Stratonicée montre la vigueur renouvelée de ces confédérations religieuses englobant un grand nombre de cités cariennes26. Ainsi, dans une lettre aux Mylasiens27, Philippe V soulignait à la demande de ces derniers que le sanctuaire n’appartenait « ni aux Chrysaoriens ni aux autres Cariens » (tous les Cariens ne se reconnaissaient donc pas dans les Chrysaoriens), ce qui montre en tout cas que la conscience d’une spécificité carienne n’avait pas disparu, comme l’avaient déjà souligné avec force J. et L. Robert28. En porte aussi témoignage une liste d’éponymes d’Amyzon dont l’intitulé est le suivant : « Stéphanéphores en charge depuis que les Cariens ont été libérés » (la fin de la domination rhodienne en 167 servit donc de point d’ancrage à cette liste d’éponymes)29.

  • 30 I. Stratonikeia, n° 22, l. 8-9, cf. déjà notre (...)

11Ces données montrent clairement la conscience de l’existence au moins virtuelle d’un ethnos carien, même si, pour l’essentiel, le véhicule en était le grec et l’horizon culturel hellénique, langue et traditions proprement cariennes étant refoulées dans les zones rurales et périphériques. Mais ce sentiment de spécificité carienne qu’on retrouve encore explicitement à l’époque impériale, puisque le sanctuaire de Panamara invite à ses fêtes les Rhodiens de l’île, mais aussi « les Rhodiens de Carie qui sont nos voisins30 », n’eut pas de traduction au plan politique sous la forme d’un État commun.

  • 31 Voir Debord P., L’Asie Mineure au ive siècle (412-323 a.C.), 1999, (...)
  • 32 On verra le résumé du débat dans l’étude de Marksteiner Th., « Städtis (...)
  • 33 Sur les origines du koinon lycien et sa chronologie, voir nos remarque (...)
  • 34 Sur les nouvelles fondations macédoniennes, cf. Cohen G.M., The Hellenistic (...)
  • 35 Pour ces divisions, voir le bilan de la situation à partir des années (...)

12On affirme souvent que, par sa structure, la Carie hécatomnide annonçait les royaumes hellénistiques : on doit cependant constater que ce démarrage précoce marqua aussi un développement avorté. À cet égard, la différence est frappante avec la Lycie voisine, qui à l’époque classique avait connu un développement comparable à celui de la Carie, avec des pouvoirs forts centrés sur la vallée du Xanthe à l’ouest ou sur la région de Limyra à l’est31, mais qui, dans la deuxième partie de l’époque hellénistique, finit par retrouver une existence politique autonome sous la forme du koinon lycien. L’existence d’une véritable organisation unitaire des Lyciens avant l’époque hellénistique reste un point discuté32. En tout cas, dès la fin du iiie siècle, la Lycie retrouva une forme d’unité en se constituant en koinon, d’abord il est vrai sans consistance politique, mais qui lui permit finalement après la fin de la domination rhodienne en 167 de retrouver une vraie autonomie à la basse époque hellénistique33. Le fait qu’au iiie siècle la Lycie n’ait (semble-t-il) connu qu’un seul pouvoir extérieur, celui des Lagides, joua certainement un rôle à cet égard, de même que l’absence d’une implantation de cités officiellement « grecques » ou « macédoniennes34 ». Au contraire, même lorsqu’à partir de 280 la situation du monde hellénistique fut globalement stabilisée, on peut dire en schématisant que la Carie fut divisée entre la côte, tenue essentiellement par les Lagides, et l’intérieur, principalement par les Séleucides, les Antigonides venant aussi à l’occasion jouer leur jeu dans la région35. En outre, l’ambition des cités grecques côtières, non moins celle de cités officiellement « macédoniennes » en territoire carien, et bien sûr, celle de Rhodes, ne put que contribuer à rendre impossible la réémergence d’un koinon carien comme structure politique intégrée à la basse époque hellénistique.

Le développement des ambitions rhodiennes en Carie au iiie siècle

  • 36 Ager Sh. L., « Rhodes : The Rise and Fall of a (...)
  • 37 Arrien, Successeurs, dans FGrHist, IIB, p. 850, n° 156 F 11 39.

13Dans ce contexte, quel fut le jeu des Rhodiens ? Ils menèrent ce qu’on a improprement appelé une politique de « neutralité36 », qui était en fait une politique d’équilibre subtil pouvant les amener à soutenir leurs intérêts vitaux par les armes, comme par exemple en 320 (sans doute) dans la bataille navale victorieuse contre les forces d’Attale, beau-frère et navarque de Perdiccas37, ou, surtout, contre les forces de Démétrios Poliorcète lors du siège vraiment fondateur de l’indépendance rhodienne en 305-304. Les rapports de force imposèrent donc longtemps aux Rhodiens des ambitions limitées sur la Carie voisine.

  • 38 HTC, n° 48.
  • 39 Le don de terres d’Antiochos Ier à Aristodikidès d’Assos (RC, p. 60-71 (...)
  • 40 Le cas de la vente d’un domaine par Antiochos II à la reine Laodice (2 (...)

14La Carie proprement dite, territoire « royal », était le champ clos des disputes entre les Diadoques, puis simplement entre Lagides et Séleucides. Si les cités grecques de la côte ouest pouvaient arguer de l’hellénisme pour obtenir une liberté théorique et en tout cas un statut plus favorable, il ne doit pas faire de doute que tous les territoires cariens de l’intérieur, y compris celui des cités proprement dites, relevaient, avec des statuts divers, de l’autorité royale. Le cas de Pladasa déjà évoqué38, cité toute proche de la Chersonèse sur la rive nord du golfe Céramique, montre qu’à l’époque des diadoques, comme auparavant à celle des Hécatomnides, la cité relevait de l’autorité royale, qu’elle n’était pas une cité libre, mais bien une cité sujette. Cet élément juridique doit, à notre sens, être considéré comme fondamental dans la question de l’acquisition de territoires par les Rhodiens en Carie : l’acquisition de territoires relevant de cette obédience supposait une sortie du territoire royal, donc une reconnaissance officielle de ce nouveau statut juridique. En effet, la spécificité du statut du territoire royal, avec le régime fiscal et administratif qui était le sien, était constitutive de la définition des royaumes hellénistiques depuis Alexandre39. En aucun cas, on ne saurait imaginer que les Rhodiens aient pu à un moment ou à un autre profiter d’une simple vacance de l’autorité royale pour occuper des territoires en Carie : cette vision des choses serait tout à fait simpliste, et même si les Rhodiens avaient pu agir de la sorte, n’importe quel autre roi, y compris d’une autre dynastie, aurait pu à tout moment revendiquer ces territoires comme lui appartenant, tout simplement parce que la terre du roi ne pouvait être aliénée que par une autorité royale40.

  • 41 Polybe, XXII, 5, 1, avec notre commentaire détaillé in « Rhodes, Cnide (...)

15Si les Rhodiens voulaient maintenir leur statut de puissance indispensable et a priori amie de tous les rois, ils ne pouvaient donc agir en « hors la loi ». On doit donc considérer que leurs acquisitions de nouveaux territoires en Carie firent toujours l’objet d’une donation de la part d’un souverain, qui légalisait la sortie du territoire royal. Les cas sur lesquels on est renseigné confirment cette vision des choses. Cela ne signifie pas que les Rhodiens n’aient pas eu d’ambitions : les donations accordées par les rois le furent certainement à leur demande et l’on sait que, plus tard, ce furent eux qui demandèrent aux dix envoyés romains chargés par Rome de régler les affaires d’Asie en 188 la concession de la Carie et de la Lycie41. Mais, il fallait qu’à un moment ou à un autre, ce transfert d’autorité, qui correspondait aussi ipso facto à un transfert de revenus, soit sanctionné par l’autorité royale.

  • 42 Rhodian Peraea, p. 98-101.

16Malheureusement, pour le iiie siècle, l’indigence de nos sources ne nous permet pas pour le moment de fixer avec assurance et de manière définitive le rythme des ambitions rhodiennes. Pour P. M. Fraser et G. E. Bean, c’est dès la période 301-286, en profitant de la période trouble qui aurait suivi la bataille d’Ipsos et du fait de la faiblesse de Lysimaque, que les Rhodiens auraient mis la main sur leur territoire proprement péréen, celui de Pisyè42. Cette hypothèse a eu le plus grand succès et on la retrouve encore fréquemment aujourd’hui. En réalité, elle ne repose que sur des arguments de vraisemblance (ce qui est après tout recevable), mais surtout elle néglige de poser le problème de la légitimité de l’acquisition, qui, on l’a vu, devait avoir la reconnaissance officielle d’une autorité royale, car si, en fonction des rapports de force, un roi succédant à un autre roi d’une autre dynastie n’était pas tenu de reconnaître tous les droits et privilèges concédés par lui, il est certain en revanche que l’absence de concession officielle rendait toute acquisition illégitime.

  • 43 HTC, p. 95-105, n° 1.
  • 44 Polyen, Stratagèmes, V, 18 ; Chronique du Temple de Lindos, Lindos(...)
  • 45 Will, I, p. 235-237 ; Etienne R., Ténos, II. Ténos et les Cyclades, 19 (...)

17La nouvelle inscription de Pisyè43, qui est une grande souscription publique mentionnant une série de koina relevant du koinon plus vaste des Pisyètains et Pladaséens, aurait pu avoir à cet égard une valeur décisive. Malheureusement, elle est mutilée dans sa partie initiale, et, dans l’état présent du texte, les Rhodiens ne sont pas mentionnés. Des propositions de restitution différentes de celle consistant à restituer le nom du « peuple rhodien » sont indubitablement admissibles, mais la solution rhodienne, pour des raisons de formulaire sur lesquelles on ne reviendra pas ici, reste la plus attractive. L’inscription peut être datée d’après la graphie, mais seulement de manière imprécise, du « milieu du iiie siècle », avec l’imprécision liée au critère paléographique. Cette double incertitude réduit naturellement la portée du document. Si les Rhodiens figuraient bien dans le document initial, et si le document datait effectivement de ca 250, alors Pisyè pourrait avoir été acquise lors de la guerre entre Antiochos II et Ptolémée II. On sait en effet par deux et peut-être trois témoignages que les Rhodiens furent en guerre au côté d’Antiochos II contre Ptolémée II et furent victorieux de la flotte de Chrémonidès devant Éphèse44. L’épisode se placerait entre la fin de la guerre de Chrémonidès (sans doute plutôt en 262 qu’en 261) et 253, date de la fin de la IIe guerre de Syrie – en 260-259 selon Éd.Will – ; mais la chronologie exacte reste débattue45. On doit poser la question de savoir pourquoi les Rhodiens entrèrent ainsi en conflit avec une puissance qui leur était pourtant d’un intérêt vital au plan économique et qui s’était montrée un allié des plus précieux dans la guerre contre Démétrios. Ne seraientce pas les ambitions trop grandes des Lagides en Égée et aussi en Carie qui auraient fini par provoquer l’inquiétude des Rhodiens ? En ce cas, ces derniers auraient pu être récompensés par l’octroi de Pisyè. On doit convenir qu’il ne s’agit là que d’un scénario parmi d’autres possibles, et que même celui de Fraser et Bean ne peut être entièrement repoussé. Cette vision des choses aurait du moins l’avantage de justifier la sortie de Pisyè du territoire royal, pour devenir un territoire contrôlé par une cité. En outre, elle pourrait s’expliquer par le prix de la participation des Rhodiens à une guerre effectivement attestée dans laquelle ils furent victorieux au côté d’un roi séleucide.

  • 46 On trouvera un exposé des positions précédentes dans Reger G., « The R (...)
  • 47 On comprend donc la perplexité et la prudence de Gabrielsen V., « The (...)

18L’incertitude est encore plus vexante s’agissant du territoire de Stratonicée. Un texte fameux de Polybe (XXX, 31, 6) signale que lorsque les Rhodiens se présentèrent devant le Sénat romain en 166, ils se plaignirent de la perte, à leurs yeux injustifiée, de Caunos et de Stratonicée, qui ne leur avaient pas été octroyées par Rome. Caunos avait été acquise auprès des généraux de Ptolémée, en 197 ou peu après, et Stratonicée en megalè chariti par’ Antiochou kai Seleukou, « en grande faveur [ou « reconnaissance » ?] de la part d’Antiochos et Séleucos ». L’identité des deux personnages n’étant pas précisée, une multitude d’hypothèses ont été émises et les savants les plus illustres ont participé à ce débat46. Pour résumer (et en simplifiant), soit il s’agit d’Antiochos Ier et de son fils Séleucos, soit de Séleucos II et d’Antiochos Hiérax (avant 240), soit d’Antiochos III et de son fils Séleucos IV. D’autres ont songé à deux donations chronologiquement séparées, la première sous Séleucos II, la seconde intervenant en 197. Chacune des solutions a pour elle des avantages et des inconvénients et il n’est pas sûr qu’on puisse aisément faire justice de cette difficulté47.

  • 48 Cf. van Bremen R., « Leon, Son of Chrysaor and the Religious Identity (...)
  • 49 Meadows A., « Stratonikeia in Caria : the (...)
  • 50 Cf. la brillante reconstruction de Wiemer H.-U., « Karien am Vorabend des 2. (...)

19Cependant, deux éléments paraissent désormais décisifs en faveur d’une prise de contrôle antérieure à 197. Ils sont liés au fameux recipere, « reprendre » de Tite-Live, XXXVIII, 18, 1-3 et 22, qui précise que les Rhodiens ne purent recipere Stratonicée qu’avec l’aide des forces d’Antiochos : le problème est de savoir si l’on doit attribuer au mot un sens faible, « prendre », ou un sens fort, « reprendre ». Le premier de ces éléments est que la prise de Stratonicée lors de la campagne de Philippe V suggère que la ville était déjà entre les mains des Rhodiens – sinon Philippe V n’aurait eu aucune légitimité à s’en emparer, et les Rhodiens à tenter de l’en chasser. Le second, dans le même sens, est une observation de R. van Bremen48. Lors des négociations de Nikaia à l’automne 198 (Polybe, XVIII, 2, 3, cf. 6, 3 et XXXVIII, 2 pour les négociations qui suivent Cynoscéphales en 197, où ces conditions sont répétées), les Rhodiens exigèrent de Philippe l’évacuation de la Pérée et d’Iasos, Bargylia et Eurômos : le fait qu’ils ne fassent pas mention de Stratonicée, alors qu’ils combattirent si énergiquement pour s’emparer de cette cité, paraît suggérer que Stratonicée faisait nécessairement déjà partie de la Pérée. Si une acquisition initiale était antérieure à 197, remonte-t-elle à l’époque de Séleucos II et Antiochos Hiérax, comme on l’a souvent affirmé ? Ou bien est-elle de la toute fin du IIIe siècle, en 204-203 selon A. Meadows, quand Antiochos et Zeuxis opéraient la reconquête de la Carie centrale49 ? Dans ce cas, on ajoutera qu’on pourrait maintenant rapprocher cette donation des tractations et remises de territoires entre Philippe V et Antiochos III (qui reçut de Philippe V Théangéla, à la veille de la IIe guerre de Macédoine)50. Cette solution aurait l’avantage de la simplicité, mais on attendra de savoir si d’autres données permettent de la confirmer ou de l’infirmer.

20Ce qui demeure certain, c’est que l’acquisition de Stratonicée avait dépendu de la prise de contrôle de la région de Pisyè, pour que les Rhodiens puissent se retrouver frontaliers du territoire de Stratonicée. Trois éléments laissent penser que la prise de contrôle de cette région fut en effet distincte de celle de Stratonicée et antérieure à celle-ci : la fidélité maintenue des gens de Pisyè et des autres alliés proches de Rhodes pendant la guerre contre Philippe V (cf. Tite-Live, XXXIII, 18, 1-4 pour la fourniture de contingents), qui s’oppose à ce qui semble bien avoir été une collaboration active des Stratonicéens avec les forces de Philippe et laisse penser que Pisyè était plus anciennement contrôlée ; dans le même sens, le mécontentement des Stratonicéens, ou du moins de certains d’entre eux contre Rhodes en 167 (cf. infra), quand rien de tel n’est du moins mentionné pour Pisyè ; enfin, le fait que Pisyè et sa région ne furent manifestement pas perdues en 167, ce qui suppose que la zone n’avait pas fait partie de la donation séleucide par’ Antiochou kai Seleukou.

  • 51 Le dossier d’inscriptions est à lire dans la nouvelle mise au point de (...)
  • 52 Pour Sinope, cf. Polybe, IV, 56, 1-4.

21Le fait nouveau en Carie dans le dernier tiers du iiie siècle est le retour des ambitions antigonides, avec l’expédition d’Antigone Dôsôn (227). À ce moment, en tout cas, les Rhodiens surent faire preuve de leur influence auprès de Philippe V pour soutenir la cité d’Iasos, qui se trouvait aux prises avec l’ambitieux officier séleucide passé au service d’Antigone Dôsôn, puis de Philippe V, et son subordonné Podilos, qui menaçait directement la liberté de la cité51. L’intervention correspondait d’une part à la volonté d’empêcher une totale mainmise antigonide sur la Carie, d’autre part aux ambitions plus vastes de Rhodes, dont on sait en outre par Polybe qu’elle se considérait comme le défenseur de la liberté des cités, comme Iasos donc, mais aussi au même moment Sinope, loin de la Carie52. C’était là l’intérêt bien compris des Rhodiens qui avaient besoin de ce réseau de cités comme partenaires politiques et commerciaux.

L’expansion de la zone rhodienne à l’ensemble de la Carie (197-167)

  • 53 Polybe, XVI, 1-12 et 14-15 (mais l’essentiel du livre XVI est perdu) p (...)
  • 54 Holleaux M., Études d’Épigraphie et d’ (...)

22La guerre contre Philippe V, puis contre Antiochos III, marqua la période du triomphe des intérêts rhodiens en Carie. Mais, avant de triompher, les Rhodiens durent affronter bien des difficultés. Au cours de la guerre contre Philippe V, ils eurent ainsi à faire face à une vaste offensive de la part des forces de Philippe contre leurs propres territoires. Les sources, Polybe, Tite-Live, un fragment des Stratagèmes de Polyen et le dossier des inscriptions du stratège rhodien Nikagoras, sont malheureusement insuffisantes pour comprendre toutes les opérations53. On ne saurait donner ici une démonstration détaillée, qui serait longue et complexe, et on s’en tiendra aux seules conclusions. Un schéma d’ensemble a depuis M. Holleaux obtenu une sorte de consensus54. Après une ou plusieurs défaites navales, Philippe V aurait eu tout le loisir de venir s’en prendre à Cnide et à Nisyros. Partant de là, il serait venu attaquer la Pérée rhodienne par la terre. Ce schéma ne nous paraît pas satisfaisant. En réalité, s’il est bien certain que les forces antigonides se sont emparées de Nisyros et sont venues ravager le territoire de Cnide (mais ont-elles pris la ville ?), rien n’indique en tout cas que ces forces aient pu s’emparer de la Chersonèse. Les dédicaces en l’honneur de Nikagoras, stratège du territoire péréen, indiquent qu’il a récupéré les territoires de l’Idymia, de la Pisyètis et de la Kyllandia : il s’agit de territoires situés immédiatement au nord de Kédréai et de Kallipolis. C’est donc du Nord, du continent, que vint la principale menace sur les possessions rhodiennes. Or, l’une des inscriptions en l’honneur de Nikagoras provient de Kédréai, et l’on peut penser qu’elle a été dédicacée à cet endroit en remerciement particulier des Kédréates pour ce stratège qui, avant la reconquête, avait su conserver à Rhodes les territoires chersonésiens (pour simplifier). Le relief en forme de barrière au sud de la dépression d’Idyma et le puissant réseau de forteresses de la région, qui doit remonter aux Hécatomnides, mais dont il est clair qu’il a été largement réaménagé par les Rhodiens, avaient permis de bloquer l’avancée des forces de Philippe V. C’est donc à une grande offensive terrestre par le nord que les Rhodiens durent faire face et la Chersonèse (au sens géographique), territoire rhodien intégré, ne fut jamais envahie.

  • 55 Cf. Bresson A., « Rhodes and Lycia in Hellenistic Times », Gabrielsen (...)

23Pour ce qui est de la guerre contre Antiochos, elle donna lieu à des combats importants, y compris terrestres, mais, pour autant que l’on sache, pas en Carie proprement dite55.

  • 56 Ces questions juridiques ont été traitées en détail dans notre étude « (...)

24Si on laisse de côté la question de Stratonicée, à la suite de la guerre contre Philippe, en 197 ou peu après, les Rhodiens purent en tout cas mettre la main sur Caunos en l’achetant 200 talents aux généraux de Ptolémée (Polybe, XXX, 31). Mais, pour Rhodes, le triomphe intervint à l’occasion de la défaite d’Antiochos III et de la paix d’Apamée (188). De facto héritière des rois, puisque par la force de ses armes elle en avait chassé le dernier propriétaire, Rome pouvait disposer de l’Asie Mineure occidentale à sa guise. S’agissant de la Carie et de la Lycie, elle décida de les attribuer en « don », dôréa, à Rhodes56. La notion de dôréa ne peut se comprendre comme un simple don au sens moderne. Il s’agissait d’un statut juridique défini, entraînant des conséquences précises. Ainsi, le statut de dôréa impliquait la possibilité d’un retrait du « don » (ce qui advint effectivement), mais explique l’amertume des Rhodiens lorsqu’ils durent rendre, outre la Carie et la Lycie – ce qui était donc a priori une chose juridiquement incontestable –, Caunos et Stratonicée qu’ils ne devaient pas aux Romains (cf. Polybe, XXX, 31). Pour les territoires ou populations données en dôréa, les conséquences n’étaient pas moins juridiquement bien définies. Ainsi, le statut d’allié, de symmachos, impliquait la possibilité de négocier son statut sur un plan formellement égalitaire et, non moins, la possibilité d’avoir la maîtrise de ses revenus, même s’il fallait payer un tribut. Au contraire, le fait d’être remises en dôréa impliquait pour les communautés ou villes sujettes, d’une part qu’elles devaient obéir en tout aux ordres de la puissance au bénéfice de laquelle le « don » était effectué, d’autre part qu’elles devaient s’en remettre au bon plaisir de la puissance tutélaire en matière fiscale. C’est en jouant sur la différence entre statut d’allié et celui de territoire donné en dôréa, fondamentale dans le droit grec, mais qui n’existait pas en droit romain entre statut de socius et notion d’attributio, que les Romains purent ensuite créer les plus graves difficultés aux Rhodiens, en s’appuyant sur les plaintes des cités lyciennes sujettes de Rhodes qui réclamaient le statut d’alliées. Ce statut fut finalement accordé à ces dernières par le Sénat en 177, mais l’absence de référence à la Carie laisse subsister le doute sur le point de savoir si son statut fut modifié ou resta inchangé.

  • 57 IG, XII, 1, 49, l. 59-64, ca 185 av. J.-C.
  • 58 Sur ces magistrats, cf. en détail Bresson A., « Rhodes, Cnide et les Lyciens au (...)
  • 59 Cf. I. Stratonikeia, n° 9. Deux autres décrets, n° 5 et 6, concernent (...)
  • 60 HTC, p. 182-188, n° 62.
  • 61 HTC, p. 188, n° 63, avec notes.
  • 62 Apollonia : Robert, La Carie, II, n° 1 (...)

25Au plan politique, il faut admettre que les Rhodiens dominaient la région avec un magistrat coiffant l’ensemble des territoires cariens, un hagèmôn épi Karias, en parallèle duquel existait aussi un hagèmôn épi Kaunou, comme il existait aussi un hagèmôn épi Lykias57. Il s’agissait d’un magistrat de très haut rang qu’il ne faut pas confondre avec les divers hagèmones subordonnés aux stratèges. Les épiskopoi, ou « contrôleurs », qui nous sont connus par la même inscription, pourraient avoir eu le même statut que ceux de l’empire athénien, celui de surveiller les alliés, en particulier au plan fiscal58. Localement, comme à Panamara59 et sur le site de la ville antique correspondant à l’actuelle Mugˇ la60, un épistate rhodien pouvait contrôler les affaires locales, au plan militaire, mais aussi au plan judiciaire. Un autre Rhodien avait été hagèmôn à Artouba et Parableia, deux localités situées sur le territoire de Caunos61. On ne doit pas douter qu’en bien d’autres endroits, il en ait été ainsi et que les points stratégiques de la Carie contrôlée par Rhodes aient vu s’installer des garnisons rhodiennes. Quant aux cités, comme Apollonia de la Salbakè ou Amyzon, elles pouvaient essayer de négocier un statut favorable, mais ce statut leur était individuellement octroyé par Rhodes, sans qu’elles aient eu la possibilité de le négocier collectivement62.

  • 63 Cf. Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centur (...)
  • 64 Sur ce point pace Gabrielsen V., ibid. (...)
  • 65 En Lycie, le décret d’Araxa que nous avons daté de la fin des années 1 (...)

26Dans ce qui constituera à long terme les territoires « péréens » au sens restreint63, ou à Panamara, qu’il faut inclure dans les territoires faisant partie de l’ensemble stratonicéen alors sous le contrôle de Rhodes, la mention du prêtre d’Hélios, le dieu tutélaire de l’État rhodien, dans l’intitulé des décrets était la marque de la reconnaissance de l’autorité de Rhodes64. Dans les territoires cariens à l’époque de la dôréa, on ne sait ce qu’il en fut effectivement, car aucun intitulé de décret de cette période ne nous a été conservé65.

  • 66 La liste présentée ici appellerait une justification détaillée (une pr (...)
  • 67 Polybe, XXI, 19-21 ; Tite-Live, XXXVII, 53, 1-28 ; cf. le discours des (...)
  • 68 Polybe, XXI, 24, 8 ; cependant, les cités qui avaient soutenu la cause (...)

27Un autre aspect de la domination rhodienne concernait les cités libres ou autonomes de la côte : Priène, Milet, Héraclée du Latmos, Iasos, Bargylia (probablement), Myndos, Halicarnasse, mais aussi Alabanda, Eurômos (probablement) et Mylasa plus à l’intérieur des terres66. Eumène II avait prévenu les Romains que, pour Rhodes, la défense de la liberté des cités grecques mise en avant par les Rhodiens n’était qu’un prétexte pour étendre leur zone de domination, car celles qui devraient leur liberté à Rhodes ne pourraient rien lui refuser67. On sait que, pour finir, le Sénat décida de laisser tributaires d’Eumène les cités grecques qui étaient auparavant tributaires d’Attale, mais de libérer celles qui auparavant avaient été soumises à Antiochos III68. La réalité montre que le discours d’Eumène correspond exactement à ce qu’il en advint pour les cités grecques de la côte carienne.

  • 69 Pour la vision ancienne, cf. Rhodian Peraea, p. 93-94, (...)

28En fait, ces cités ne furent nullement soumises directement à Rhodes, mais elles en devinrent les clientes. On doit relever que l’idée selon laquelle Cnide aurait connu une occupation militaire rhodienne, qu’on avait cru pouvoir tirer de la mention de phrourarques sur les timbres amphoriques cnidiens de la période, ne repose sur rien69. En revanche, plusieurs documents de cette période montrent que Rhodes jouait un rôle de « tutrice » pour les cités « libres » :

  • — On évoquera d’abord l’arbitrage rendu par Rhodes entre Samos et Priène au sujet d’un territoire contesté, celui entourant le fort de Karion, dans la zone du mont Mycale70. Ce long document, en dialecte rhodien, montre la forte implication de l’État rhodien dans cette affaire. Or, de même que la datation du traité de paix entre Milet et Magnésie – conventionnellement : 196 – a été abaissée par M. Errington à 185-184 (cf. infra), un contexte qui convient admirablement à l’intervention de Rhodes, de même la datation de l’arbitrage entre Samos et Priène – conventionnellement : 197-190 – doit être révisée et située dans un contexte dans lequel l’intervention de Rhodes prend un sens évident, c’est-à-dire au lendemain de la paix d’Apamée. Mais outre les arguments de vraisemblance, on relèvera que, l. 33-34, l’enregistrement des copies du document se fait, à Rhodes, sous le prêtre d’Hélios Pratophanès. Or, sans référence à ce document et sur la base de critères parfaitement indépendants – le classement des séquences d’éponymes et de fabricants d’après les timbres amphoriques –, G. Finkielsztejn date ce prêtre de ca 18871. On peut donc considérer désormais comme établi que l’arbitrage rendu par Rhodes entre Samos et Priène date vraisemblablement de 188, à une année près peut-être, une date antérieure étant en tout cas désormais exclue.
  • — Dans les mêmes années, entre 188 et 180, les Rhodiens rendirent un arbitrage (le texte est lui aussi en dialecte rhodien) entre Bargylia et une cité inconnue, comme l’a brillamment montré H.-U.Wiemer72.
  • — En 185-184 sans doute, le traité entre Milet et Héraclée souligne que les deux peuples s’engagent à « ne rien faire de contraire à l’alliance avec les Rhodiens » (l. 35-36)73 : or, on retrouve aussi un peu plus tard cette clause restrictive dans les conventions ou traités entre cités ou autres puissances, cette fois s’agissant de Rome74. C’est dire si, dans cette période, l’autorité politique de Rhodes était considérable (même si naturellement son poids militaire, même en proportion, n’était pas identique à celui de Rome).
  • — Entre 185-184 et 180, c’est Rhodes aussi qui joua le rôle le plus important dans la conclusion de la paix entre Milet (alliée à Héraclée) et Magnésie du Méandre (alliée à Priène) : elle est la première des quatorze cités qui sont mentionnées pour avoir fourni des ambassadeurs chargés de rétablir la paix ; c’est elle qui procède à l’échange des prisonniers ; enfin, jusqu’à son inscription sur pierre, c’est elle qui est chargée de la conservation provisoire du texte du traité75.
  • 76 Pour l’absence de monnayage dans les territoires sujets, cf. Ashton R. (...)
  • 77 Delphinion, n° 148, l. 96-98, mention de douze (...)

29Les Rhodiens exerçaient donc un double contrôle sur la Carie, direct sur Stratonicée et les territoires cariens intérieurs qui leur avaient été attribués par Rome, indirect sur les cités libres de la côte occidentale. Ces dernières pouvaient nouer des alliances entre elles, même se faire la guerre. Mais, manifestement, Rhodes agissait comme une puissance tutélaire et veillait à assurer ou rétablir la paix entre ses cités clientes. Un aspect de la différence entre les deux types de cités ou régions se manifestait certes aussi dans la souveraineté monétaire. À la différence des territoires sujets, où les cités ne pouvaient avoir un monnayage d’argent, voire sans doute un monnayage de bronze, les cités libres avaient conservé une pleine souveraineté monétaire, pour l’argent comme pour le bronze76. Elles n’en subissaient pas moins l’influence monétaire de Rhodes, pour les types (ainsi à Cnide ou à Milet), mais aussi pour la circulation de la monnaie rhodienne ellemême77.

  • 78 Polybe, XXX, 5, 11-15 ; Tite-Live, XLV, 25, 11-13 ; Strabon, XIV, 2, 3 (...)
  • 79 Robert, Amyzon, I, n° 51.
  • 80 Cf. Polybe, XXV, 4, 4 et Tite-Live, XLI, 6, 8-10 à propos de la Lycie, (...)
  • 81 Polybe, XXX, 21, 1.

30Comment les Cariens, mais aussi les « Grecs » des cités libres de l’ouest de la Carie, vécurent-ils la domination rhodienne ? En Carie, du moins jusqu’en 167, on ne connaît pas l’équivalent des guerres qui assombrirent la domination rhodienne en Lycie. Mais, à cette date, la révolte fomentée par Mylasa et Alabanda (donc une coalition menée par des cités libres) dans le nord-carien et celle de Caunos (cité sujette) soutenue par Kibyra à l’est montrent que cette domination n’était pas bien acceptée, ne serait-ce que parce qu’elle restreignait les ambitions locales, celle de Mylasa à l’égard d’Eurômos par exemple78. Le rapide écrasement des deux révoltes, marqué pour la première par la bataille d’Orthosia dans le secteur nord, montre ce qu’il en était des rapports de force réels : sans l’intervention de Rome, la Carie serait restée sous l’autorité directe ou indirecte de Rhodes. On a vu qu’une inscription d’Amyzon79 mentionne une ère « à partir de laquelle les Cariens furent libérés », ce qui révèle aussi l’impopularité des Rhodiens. On ne saurait douter que le joug rhodien était lourd à porter, comme le montrent aussi les témoignages relatifs à la Lycie voisine80. Des délégations d’exilés de Caunos, mais aussi de Stratonicée (qui, pour autant que l’on sache, ne s’était pas révoltée) se présentèrent devant le Sénat après l’écrasement des révoltes contre Rhodes en 167 et avant la libération par Rome, ce qui montre qu’en Carie aussi le mécontentement était général81. Polybe (XXX, 24) témoigne aussi de la joie (selon lui excessive) des Péréens après la fin de la domination rhodienne, qu’il compare à celle des esclaves contre toute attente délivrés de leurs chaînes, ce qui en dit long néanmoins sur le poids d’une domination mal supportée. Les Rhodiens étaient en effet des maîtres exigeants.

Les intérêts économiques et financiers des Rhodiens en Carie

  • 82 Hicks E. L., JHS, 9, 1888, p. 89, n° 2 (OG (...)

31Que cherchaient donc les Rhodiens en Carie ? On doit considérer la question sous un double aspect. Il y avait d’une part des intérêts privés. Au iiie siècle, en 275-274 (la onzième année d’un Ptolémée fils de Ptolémée qui doit être Philadelphe), alors que les Lagides exerçaient leur contrôle même jusque dans l’intérieur de la Carie, un décret de la petite cité de Lissa, à l’est de Kalynda, accorda au Rhodien Lampôn la citoyenneté et l’exemption de taxe à l’importation82. Ces privilèges laissent penser que Lampôn devait être un commerçant. À l’époque du contrôle politique de Rhodes sur la Carie et la Lycie, les appétits des affairistes durent pouvoir se donner libre cours. Le détail nous est encore trop mal connu, mais on peut considérer que les Rhodiens purent désormais librement acquérir des terres, jouer un rôle d’intermédiaire commercial et surtout financier en prenant la ferme de la collecte des impôts ou en accordant des prêts, sources de juteux profits : tel fut le sens de l’intervention de Kléagoras auprès du Sénat romain en 164, afin que les particuliers rhodiens puissent conserver leurs propriétés en Lycie et en Carie même après que leur cité eut été privée de son statut de puissance tutélaire sur ces régions (Polybe, XXXI, 4).

  • 83 Cf. Robert, La Carie, II, p. 378-379, et HTC, p. 187-188 et 214-21 (...)
  • 84 Pseudo-Callisthène, Le roman d’Alexandre, éd. G. Bounoure et (...)

32Pour ce qui est de la cité de Rhodes proprement dite, elle avait tout d’abord des intérêts proprement politiques : dans le cadre des équilibres toujours précaires du monde hellénistique, il était éventuellement utile au moins d’utiliser ces territoires comme boulevard extérieur de défense en cas d’invasion par la terre, et aussi sans doute de pouvoir disposer de troupes supplétives ; les informations relatives à l’époque de la campagne contre Philippe V (cf. Tite-Live, XXXIII, 18, 1-4) viennent ainsi témoigner du recours à des forces provenant des territoires sujets ou alliés les plus proches de Rhodes83. Pour la flotte, les territoires cariens devaient pouvoir procurer aux Rhodiens les rameurs dont ils pouvaient avoir besoin, si les ressources proprement rhodiennes étaient insuffisantes. Il est vraisemblable aussi que ces régions forestières devaient fournir du bois pour les navires, sous forme de tribut en nature sans doute : il est bien possible que ce soit ce type de corvée en travail, héritée des corvées royales, qui ait soulevé une rancune particulière chez les Cariens. On ajoutera encore le grain, car le ps.- » Testament d’Alexandre » – un récit manifestement totalement inventé par une ou plusieurs sources rhodiennes tardives qui attribuaient à Alexandre une série de donations que le conquérant était censé avoir faites aux Rhodiens – indique que le roi leur avait donné un territoire afin qu’ils aient du grain en suffisance (autarkè siton). Le don est imaginaire, mais les Rhodiens devaient bien savoir qu’ils tiraient du grain de leur territoire continental et il n’y a rien là d’inventé84. Enfin, il y a naturellement les divers revenus en argent tirés de ces territoires : on peut penser que c’est à eux, et à eux seuls, que faisait allusion Astymédès dans son discours devant le Sénat en 165-164 (Polybe, XXX, 31).

  • 85 Ashton R. H. J., « A Pseudo-Rhodian Drachm from (...)
  • 86 Cf. déjà Bresson A., « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », Mül (...)
  • 87 Démosthène, Contre Aristocratès, 110. Par contraste, l’acquisition (...)
  • 88 Polybe, IV, 46, 1-6.

33Or, Astymédès cite des chiffres : ensemble, Stratonicée et Caunos rapportaient au total 120 talents par an, sans qu’on puisse faire la répartition entre les deux territoires. La somme a paru excessive et l’on a légitimement pu penser à une erreur ou à une corruption du manuscrit85. En fait, la richesse de Stratonicée et des territoires voisins, et celle de Caunos et des territoires qui en dépendaient (avec les taxes d’importation-exportation et les droits de passage qui pouvaient être prélevés sur les marchandises destinées à l’arrière-pays) suffisent à justifier ces chiffres. On soulignera d’abord qu’acquérir « Caunos » avait signifié pour les Rhodiens acquérir tous les territoires allant du secteur de la ville même de Caunos jusqu’à Daidala à l’est, verrouillant ainsi tous les débouchés du fleuve Indos, c’est-à-dire la grande voie de passage vers l’intérieur des terres et en particulier vers la Kibyratide. Ces droits de transit, qui s’ajoutaient aux droits de douane ordinaires sur l’importation et l’exportation des cités de la région, représentaient donc nécessairement des sommes élevées86. Quelques parallèles suffiront à justifier ces chiffres. Selon un témoignage de Démosthène se rapportant aux années 350, le dynaste thrace Kersobleptès pouvait espérer tirer des seuls emporia relevant de son obédience, pourvu qu’on fût en paix, la somme de 200 talents87. Dans le cours du iiie siècle, les Byzantins durent payer aux Galates un tribut sans cesse plus élevé, atteignant finalement 80 talents, un montant véritablement écrasant même pour une cité qui se trouvait sur la grande voie de navigation vers la mer Noire, mais qu’elle était seule à verser, ce qui n’était certainement pas le cas du moins pour Caunos, on l’a vu88. Les chiffres avancés par Polybe pour les revenus tirés de Caunos et Stratonicée par les Rhodiens sont donc d’un ordre de grandeur tout à fait vraisemblable. Il est bien dommage que l’on ne connaisse pas les montants des revenus tirés des territoires cariens et lyciens proprement dits. Polybe (XXX, 31, 4) évoque seulement les « revenus importants » qu’ils procuraient : mais ils ne peuvent guère avoir été inférieurs à ceux qui étaient tirés des territoires de Stratonicée et Caunos.

  • 89 Au lendemain du séisme de ca 229-226, selon Polybe, V, 88-89, à eux se (...)

34Si l’on compare ces chiffres à ceux qui étaient avancés par Astymédès pour le montant des taxes portuaires à Rhodes avant la punition romaine, un million de drachmes, soit 166 talents 2/3, on voit que les seuls revenus tirés de Stratonicée et Caunos représentaient plus des deux tiers (72 %) des revenus tirés du port de Rhodes. Naturellement, les revenus portuaires n’étaient certainement pas les seules ressources financières dont pouvait disposer l’État rhodien. Toutes choses égales néanmoins, il est probable que les revenus tirés du port en constituaient l’essentiel. Si l’on avance hypothétiquement le chiffre de 250 talents pour les revenus propres en argent de l’État rhodien, revenus continentaux non compris, on voit que ces derniers peuvent au total avoir été du même ordre, ce qui conduit à considérer que les revenus globaux ne pouvaient être inférieurs à 500 talents par an au strict minimum89.

  • 90 Sur les guerres menées par les Rhodiens en Lycie, voir notre étude « R (...)
  • 91 Cf. Bresson A., La cité marchande, 2000, p. 242-261, et en particu (...)

35Cela dit, naturellement, ces chiffres doivent être considérés comme ceux de revenus bruts, non pas de revenus nets. S’agissant de Caunos, achetée 200 talents aux généraux de Ptolémée, et en admettant par hypothèse qu’elle rapportait la moitié des 120 talents évoqués par Astymédès (il est possible en réalité que la part de Caunos ait dépassé 50 %), soit 60 talents, on voit que les Rhodiens avaient fait un excellent investissement, puisque dès la quatrième année, s’ils n’avaient eu aucun frais, ils auraient pu dégager un bénéfice net. En réalité, à Stratonicée et à Caunos comme en Carie intérieure ou en Lycie, il faudrait pouvoir soustraire, si on le connaissait, le coût du « maintien des droits de propriété », pour parler le langage des économistes. Concrètement, Rhodes devait payer des soldats et des officiers, construire ou transformer des forteresses, voire mener des opérations de guerre ou de maintien de l’ordre, comme ce fut le cas en Lycie (et en Carie, mais seulement en 167)90. Astymédès ne manque pas de souligner l’importance des dépenses qui avaient été engagées lors des guerres lyciennes – pour rien, insiste-t-il, puisque ces territoires avaient néanmoins été perdus. Au demeurant, c’était bien aussi dans le but de s’en prendre aux réserves financières de Rhodes que Rome avait encouragé les désordres en Lycie en 177, comme l’indique Polybe (XXV, 4, 7-8). En fait, tout le raisonnement d’Astymédès est purement comptable et il nous montre que c’est bien en termes de revenus, de prosodoi, que les Rhodiens envisageaient leur contrôle sur la Carie et la Lycie. Ce type de logique comptable est certes caractéristique de la gestion des cités grecques, mais l’exemple est particulièrement éloquent91. On doit conclure que, même en défalquant les dépenses afférentes au maintien de la domination rhodienne sur ces régions, le contrôle exercé par Rhodes sur ses territoires continentaux avait dû être pour elle une opération largement bénéficiaire, représentant peut-être alors la moitié de ses ressources financières.

Conclusion

36On voit donc que le développement des intérêts rhodiens en Carie intervint relativement tard. Il ne commença qu’au cours du iiie siècle, avec la prise de contrôle du territoire de Pisyè, se poursuivant avec la mainmise sur Stratonicée à une date indéterminée au cours du iiie siècle ou en 197 seulement. L’achat du territoire de Caunos en 197 ou peu après fut une belle opération. L’accroissement territorial représenté par le contrôle en dôréa de la Carie (et de la Lycie) fut encore plus considérable. Or, grâce à ces diverses acquisitions, les ressources des particuliers et de l’État rhodien furent considérablement augmentées.

37Si nos estimations sont correctes, on peut considérer que la mainmise sur les territoires continentaux avait représenté pour Rhodes un doublement de ses ressources financières, c’est-à-dire un énorme accroissement, qui faisait d’elle non plus seulement une cité exceptionnelle, mais bien l’équivalent d’un petit royaume hellénistique. En fait, on peut observer que pendant les vingt-deux ans de son contrôle sur la Carie et la Lycie, Rhodes reconstitua la zone de domination qui avait été celle de Mausole et de ses successeurs. On comprend donc pourquoi, dans son souci qu’aucune puissance ne puisse jamais contester sa suprématie, Rome décida de lui retirer ses territoires cariens et lyciens. Il s’agissait certes d’une humiliation qui avait une portée symbolique. Mais il s’agissait aussi de ramener cette cité à ses seules forces économiques et financières, encore considérables, mais désormais trop modestes pour pouvoir servir de base à de grandes ambitions. Les intérêts de Rhodes en Carie ne disparurent pas en 167 ; cependant, la cité ne pouvait plus désormais espérer jouer dans cette région le rôle qui y avait été le sien entre 188 et 167.

Notes

1 Nos vifs remerciements vont à N. Badoud, P. Briant, L. Capdetrey et Chr. Pébarthe pour plusieurs références, à O. Henry pour son aide précieuse pour la cartographie, et à R. van Bremen qui nous a fait parvenir les deux études à paraître citées à la note 45. Dans ce bref essai de synthèse, nous ne donnons sur la plupart des points qu’une bibliographie minimale. En outre, à plusieurs reprises, nous ne donnons que des conclusions, en nous réservant de donner les démonstrations ailleurs.

2 Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), 1991, p. 21-31.

3 HTC, p. 85.

4 Rhodian Peraea.

5 Robert, La Carie, II.

6 Reger G., « The Relations between Rhodes and Caria from 246 to 167 BC », Gabrielsen V., Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 76-97.

7 Bresson A., « Rhodes and Lycia in Hellenistic Times », Gabrielsen V., Bilde P., Engbergpedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 98-131.

8 Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, p. 129-183.

9 Carusi C., Isole e peree in Asia Minore. Contributi allo studio tra poleis insulari e territori continentali dipendenti, 2003, non jam vidi.

10 Cariens en Égypte : Kammerzell F., Studien zu Sprache und Geschichte der Karer in Ägypten, Göttinger Orientforschung, IV, Reihe Ägypten, 27, 1993. Rhodiens en Égypte : Bresson A., La cité marchande, 2000, p. 13-63.

11 Bresson A., « Grecs et Cariens dans la Chersonèse de Rhodes », Fromentin V. et Gotteland S. (éd.), Origines Gentium, 2001, p. 147-160.

12 C’est du moins ce que l’on peut supposer, même si les premiers témoignages qui nous montrent un dème du continent incorporé à Rhodes ne datent que de ca 325 (cf. Lindos, II, n° 51).

13 Xénophon, Helléniques, II, 1, 15-16.

14 On verra une première publication de ce texte dans Frei P. et Marek Chr., « Die karisch-griechische Bilingue von Kaunos », Kadmos 36, 1997, p. 1-89, ainsi qu’une série d’études complémentaires dans le n° 37 (1998), de la même revue. Selon les premiers éditeurs, le texte pourrait dater de l’époque de la guerre lamiaque. Funke P. (« Athen und Kleinasien im 4. Jh. v. Chr. Überlegungen zum historisch-politischen Kontext eines neuen Proxeniedekretes aus Kaunos », Kadmos, 37, 1998, p. 211-228) préférerait le dater de la fin des années 340 ou du début des années 330 (avant Chéronée) et le faire correspondre aux efforts d’Athènes pour trouver des appuis dans sa résistance à la Macédoine. En revanche, pour Descat R. (« Note sur une inscription caro-grecque de Caunos », REA, 100, 1998, p. 187-190), il daterait de 315 ou 314, soit au moment de l’expédition menée en 315 ou 314 par Thymocharès « en Asie » et à Chypre contre Antigone et pour le compte de Cassandre (cf. IG, II2, 682). Quoi qu’il en soit de la datation exacte de ce texte, Caunos fut certainement au ive siècle l’un des principaux foyers de l’affirmation culturelle carienne, comme le montrent entre autres les inscriptions cariennes de la ville (sur lesquelles voir récemment Frei P. et Marek Chr., « Neues zu den karischen Inschriften von Kaunos », Kadmos, 39, 2000, p. 83-132)

15 HTC, p. 216-222, n° 90 et 91.

16 I. Priene, n° 1, 3, 14-16. Cf. récemment les remarques de Debord P., L’Asie Mineure au ive siècle (412-323 a.C.), 1999, p. 439-445.

17 Robert, La Carie, II, p. 303-317, n° 167, l. 11-12.

18 Ibid., p. 285-302, n° 166, l. 13-14, entre 213 et 190. La datation de J. et L. Robert, sous le règne d’Antiochos III, a été confirmée par la découverte d’une inscription de Sardes faisant mention d’un haut responsable de l’administration financière d’Antiochos III dans cette ville (cf. Gauthier Ph., Nouvelles inscriptions de Sardes, 1989, p. 13, n° 1, l. 8, avec commentaire p. 42-45), qui a toute chance d’être le même personnage que le Ktésiklès qui apparaît dans l’inscription d’Apollonia, l. 7.

19 Delphinion, n° 149, l. 10-12.

20 Robert J. et L., « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS, 1976, p. 154-235, en particulier p. 336-337 (= OMS, VII, p. 297-379, en particulier p. 192-193).

21 Les exceptions sont rares. À Pladasa, un décret de 319-318 (HTC, p. 157-159, n° 7) est en dorien, mais un autre de l’époque de Pixôdaros, entre 341-336/335 (HTC, p. 159-171, n° 48, l. 7-17) était en koinè. Une dédicace impériale de Kallipolis (HTC, p. 210, n° 85) est en dorien, comme la dédicace hellénistique ibid., p. 211, n° 86 (pour autant qu’on puisse en juger car le texte est muilé), mais le décret du iie siècle av. J.-C. de la même cité ibid., p. 208-210, n° 84, est en koinè.

22 Bile M., « Une koina est-égéenne », Brixhe Cl. (éd.), La koinè grecque antique, II, La concurrence, 1996.

23 HTC, n° 48.

24 Debord P., L’Asie Mineure au ive siècle (412-323 a.C.), 1999, p. 178-181.

25 Cf. Debord P., « Sur quelques Zeus cariens : religion et politique », Virgilio B. (éd.), Studi ellenistici, XIII, 2001, p. 19-37 (p. 31-34 sur Zeus Karios, dont cependant l’affirmation n’est pas très nette à l’époque hellénistique) ; et ID., « Questions stratonicéennes », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C., 2001, p. 157-172, en particulier p. 165-167.

26 Voir en dernier lieu Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, p. 156-161. Voir aussi infra, n. 32, sur les origines du koinon lycien et le parallèle possible avec le koinon des Chrysaoriens en Carie.

27 Crampa J., Labraunda, III, 1. The inscriptions, 1969, n° 5, l. 15-16.

28 Robert, Amyzon, I, p. 250.

29 Ibid., I, p. 244-246, n° 51, l. 1-2, et p. 250.

30 I. Stratonikeia, n° 22, l. 8-9, cf. déjà notre commentaire in HTC, p. 216.

31 Voir Debord P., L’Asie Mineure au ive siècle (412-323 a.C.), 1999, p. 306-314 et 352-357.

32 On verra le résumé du débat dans l’étude de Marksteiner Th., « Städtische Strukturen im vorhellenistischen Lykien », Hansen M. H. (éd.), A Comparative Study of Six City-State Cultures, 2002, p. 57-72, en particulier p. 68-72, mais voir aussi infra, note suivante.

33 Sur les origines du koinon lycien et sa chronologie, voir nos remarques dans « Rhodes and Lycia in Hellenistic Times », Gabrielsen V., Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 111, avec littérature complémentaire et références. Le premier témoignage de l’existence de ce koinon à l’époque hellénistique est l’emploi de l’ethnique « fédéral » pour un « Lycien de Xanthos », Lykios apo Xanthou, en 212-211 av. J.- C. Pour Behrwald R., Der lykische Bund, 2000, p. 79, l’ethnique « fédéral » ne constitue pas la preuve de l’existence d’un koinon en Lycie (il cite le parallèle de Mytiléniens dont, la même année, l’un est désigné comme « Lesbien de Mytilène », l’autre comme « Mytilénien »). Cependant, cette vision des choses ne nous paraît pas satisfaisante. Un « ethnique fédéral » n’est jamais sans signification : il montre l’existence d’une structure commune, d’un koinon – y compris à Lesbos : l’existence d’une structure cultuelle commune aux Lesbiens, centrée sur le sanctuaire de Messon, est certaine dès l’époque archaïque et, à l’époque hellénistique, une structure politique commune, aux formes néanmoins assez souples, existait peut-être dès la fin du iiie siècle : cf. l’article fondateur de Robert L., « Lesbiaca I : Décrets de Méthymna et d’Érésos en l’honneur de juges milésiens », REG, 38, 1925, p. 29-43 (= OMS, II, p. 721-735) ; Labarre G., Les cités de Lesbos aux époques hellénistique et impériale, 1996, p. 42-50 et 70-77, avec les textes p. 361-363, n° 89, convention réglant les rapports entre les Lesbiens ; p. 319-322, n° 62, décret de Méthymna pour des juges de Milet, et p. 342-344, n° 73, décret d’Érésos pour des juges de la même cité ; enfin nos remarques dans La cité marchande, 2000, p. 101-108, en particulier p. 104. Dans chaque cas, la nature et le degré d’intégration restent à définir : simple association religieuse autour d’un sanctuaire commun, comme par exemple la Ligue des Ioniens, ou au contraire structure politique forte, comme c’est le cas pour le koinon lycien après 167. L’existence d’une structure religieuse commune aux Lyciens dès la fin du iiie siècle nous paraît donc hors de doute – et à notre avis il y a de bonnes chances qu’elle ait déjà existé longtemps auparavant. Cette structure a pu être réactivée dans un contexte qui nous échappe. En tout cas, l’existence d’un koinon lycien au moins dès la fin du iiie siècle ne signifie nullement que ce koinon ait été alors une structure politique intégrée. Le meilleur parallèle est fourni précisément en Carie par le Chrysaorikon systèma, qui avait une existence bien réelle au plan religieux et symbolique, au point que nombre de ressortissants de cités cariennes se déclaraient à l’extérieur par exemple comme Chrysaorien de Mylasa, d’Alabanda, de Stratonicée, d’Alinda ou de Thèra, sans que, à notre sens, cela impliquât l’existence d’une structure politique unifiée. Strabon (références, cf. supra) souligne que les Chrysaoriens se réunissaient autour du sanctuaire de Zeus Chrysaoreus « pour sacrifier et discuter des affaires communes » : cela n’implique pas l’existence d’une véritable structure politique intégrée (avec entre autres une armée fédérale, une monnaie fédérale, etc.), comme on l’observe en Lycie après 167.

34 Sur les nouvelles fondations macédoniennes, cf. Cohen G.M., The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands, and Asia Minor, 1995, p. 245-273. On ajoutera aussi la fondation de Laodicée près de Pisyè : cf. HTC, p. 212-216, n° 89.

35 Pour ces divisions, voir le bilan de la situation à partir des années 240 par Reger G., « The Relations between Rhodes and Caria from 246 to 167 BC », Gabrielsen V., Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 77-89. On attend avec intérêt la publication d’une inscription de Caunos qui est datée de la 15e année d’un roi Antigone, qui serait donc Antigone Gonatas : cf. Frei P. et Marek Chr., « Die karischgriechische Bilingue von Kaunos », Kadmos, 36, 1997, p. 60-61 et 76 (plutôt Antigone le Borgne en 303-302, pour Descat R., « Note sur une inscription caro-grecque de Caunos », REA, 100, 1998, p. 190, n. 81 – mais cette date est-elle compatible avec la date de début du règne d’Antigone ?).

36 Ager Sh. L., « Rhodes : The Rise and Fall of a Neutral Diplomat », Historia, 40, 1991, p. 10-41.

37 Arrien, Successeurs, dans FGrHist, IIB, p. 850, n° 156 F 11 39.

38 HTC, n° 48.

39 Le don de terres d’Antiochos Ier à Aristodikidès d’Assos (RC, p. 60-71, n° 10-13 ; I. Ilion, p. 92-100, n° 33, l. 45-46) montre que le roi considérait qu’était sous son contrôle d’une part le « territoire » (chôra) qui englobait des cités (sujettes) et implicitement d’autres entités de divers statuts (villages, sanctuaires) formant la « terre royale » (chôra basilikè) au sens restreint cette fois, cf. ibid., l. 41 (cf. Ma, 1999, p. 130-132 sur cette chôra basilikè) ; d’autre part l’ » alliance » (symmachia), formée de cités libres et alliées. L. Capdetrey reviendra sur ces questions dans un travail à venir sur l’administration séleucide.

40 Le cas de la vente d’un domaine par Antiochos II à la reine Laodice (254-253 av. J.-C. ; RC, p. 89-104, n° 18-20 ; I. Didyma, n° 492), avec l’importance accordée dans ce document comme dans le dossier concernant Aristodikidès au simple rattachement des domaines concernés à une cité (du « territoire » ou de « l’alliance », précise le dossier d’Aristodikidès) montre l’importance de la question du statut des terres et de leur concession par l’autorité royale. Lorsqu’il s’agissait d’une région entière, avec les revenus afférents, on peut imaginer que l’autorité royale ne s’en laissait pas dépouiller aisément.

41 Polybe, XXII, 5, 1, avec notre commentaire détaillé in « Rhodes, Cnide et les Lyciens au début du IIe siècle av. J.-C. », REA, 100, 1998, p. 65-88, en particulier p. 67-68.

42 Rhodian Peraea, p. 98-101.

43 HTC, p. 95-105, n° 1.

44 Polyen, Stratagèmes, V, 18 ; Chronique du Temple de Lindos, Lindos, II, 2C, XXXVII, témoignages auxquels il faut sans doute ajouter Frontin, III, 9, 10.

45 Will, I, p. 235-237 ; Etienne R., Ténos, II. Ténos et les Cyclades, 1990, p. 92 ; et Gabrielsen V., The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, 1997, p. 165, n. 35, et p. 181, n. 47, avec la littérature antérieure ; on ne discutera pas ici de cette question en détail.

46 On trouvera un exposé des positions précédentes dans Reger G., « The Relations between Rhodes and Caria from 246 to 167 BC », Gabrielsen V., Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 82-85 (qui conclut que la prise de contrôle de Stratonicée intervint en deux fois, sous Séleucos II et Antiochos III) ; Debord P., « Questions stratonicéennes », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C., 2001, p. 157-172, en particulier p. 157-158 et 162-164 (qui conclut à Antiochos III) et van Bremen R., « Leon, Son of Chrysaor and the Religious Identity of Stratonikeia in Caria », article sous presse dans Yale Classical Studies, ainsi qu’une autre étude à paraître « Ptolemy at Panamara » (qui conclut à une prise de contrôle en tout cas antérieure à Antiochos III, peut-être sous Séleucos II et Antiochos Hiérax, mais sans aucune certitude).

47 On comprend donc la perplexité et la prudence de Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, p. 171-174.

48 Cf. van Bremen R., « Leon, Son of Chrysaor and the Religious Identity of Stratonikeia in Caria », article sous presse dans Yale Classical Studies.

49 Meadows A., « Stratonikeia in Caria : the Hellenistic City and its Coinage », NC, 2002, 81, 134, p. 79-134, en particulier p. 118-119 (les donateurs seraient Antiochos III et son fils Séleucos).

50 Cf. la brillante reconstruction de Wiemer H.-U., « Karien am Vorabend des 2. Makedonischen Krieges », EA, 33, 2001, p. 1-14.

51 Le dossier d’inscriptions est à lire dans la nouvelle mise au point de Meadows A., « Four Rhodian Decrees, Rhodes, Iasos and Philip V », Chiron, 26, 1996, p. 251-266, entre 220 et 214 av. J.-C. (avec les remarques de Gauthier Ph., in BullÉp, 1997, 536).

52 Pour Sinope, cf. Polybe, IV, 56, 1-4.

53 Polybe, XVI, 1-12 et 14-15 (mais l’essentiel du livre XVI est perdu) pour le contexte ; spécifiquement Tite-Live, XXXIII, 18 ; Polyen, Stratagèmes, IV, 18, 1 (affaire de Prinassos). Dossier de Nikagoras : IG XII, 1, 1036 (SGDI, 4234) ; Lindos, II, 151 ; Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), 1991, n° 6 = Inschriften von Kleinasien, Peraia, n° 81, qui provient de Kédréai. Sur le dossier voir en dernier lieu GABRIELSEN V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, p. 153-156.

54 Holleaux M., Études d’Épigraphie et d’Histoire grecques, IV, 1968, p. 211-335.

55 Cf. Bresson A., « Rhodes and Lycia in Hellenistic Times », Gabrielsen V., Bilde P., Engbergpedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 109-110 et n. 95, p. 124-125, avec la nouvelle restitution de Lindos, II, n° 160, et la question de la bataille de Daidala, sur les confins caro-lyciens.

56 Ces questions juridiques ont été traitées en détail dans notre étude « Rhodes, Cnide et les Lyciens au début du iie siècle av. J.-C. », REA, 100, 1998, p. 66-77, avec les références aux sources primaires.

57 IG, XII, 1, 49, l. 59-64, ca 185 av. J.-C.

58 Sur ces magistrats, cf. en détail Bresson A., « Rhodes, Cnide et les Lyciens au début du iie siècle av. J.-C. », REA, 100, 1998, p. 109-110.

59 Cf. I. Stratonikeia, n° 9. Deux autres décrets, n° 5 et 6, concernent des Rhodiens qui sont remerciés pour leur bienveillance à l’égard du sanctuaire et de la communauté des Panamareis.

60 HTC, p. 182-188, n° 62.

61 HTC, p. 188, n° 63, avec notes.

62 Apollonia : Robert, La Carie, II, n° 167 ; Amyzon : Robert, Amyzon, I, p. 204-209, n° 23, l. 22-22.

63 Cf. Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, en particulier p. 148-153, dont cependant nous ne suivrons pas toutes les conclusions.

64 Sur ce point pace Gabrielsen V., ibid., p. 146-147 et n. 68. L’ensemble de la question de l’usage du nom d’Hélios ou de Rhodos dans les intitulés de décret de cités faisant partie de la zone d’influence rhodienne devra être repris ailleurs.

65 En Lycie, le décret d’Araxa que nous avons daté de la fin des années 180 ne porte pas la mention du prêtre d’Hélios.

66 La liste présentée ici appellerait une justification détaillée (une première liste chez Reger G., « The Relations between Rhodes and Caria from 246 to 167 BC », Gabrielsen V., Bilde P., Engbergpedersen T., Hannestad L. et Zahle J. [éd.], Hellenistic Rhodes. Politics, Culture and Society, 1999, p. 89). Pour les principes, cf. Baronowski D.W., « The Status of the Greek Cities of Asia Minor after 190 B.C. », Hermes, 119, 1991, p. 450-473.

67 Polybe, XXI, 19-21 ; Tite-Live, XXXVII, 53, 1-28 ; cf. le discours des ambassadeurs rhodiens qui suit l’intervention d’Eumène, Polybe, XXII, 5-XXXIII, 12 ; Tite-Live, XXXVII, 54, 3-28.

68 Polybe, XXI, 24, 8 ; cependant, les cités qui avaient soutenu la cause séleucide durent payer à Eumène le tribut qu’elles devaient auparavant à Antiochos : cf. Polybe, XXI, 46, 3.

69 Pour la vision ancienne, cf. Rhodian Peraea, p. 93-94, n. 3 ; mais cf. Jefremow N., Die Amphoren-stempel des hellenistischen Knidos, 1995, p. 50-58. Les doutes qui subsistent chez Lawallm., « Early Excavations at Pergamon and the Chronology of Rhodian Amphora Stamps », Hesperia, 71, 2002, p. 295-324, en particulier p. 308-309, ne sont pas justifiés, comme on le montrera ailleurs.

70 I. Priene, 37 (Syll.3, n° 599 ; Ager Sh. L., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B.C., 1996, p. 196-210, n° 74). Pour la datation traditionnelle, cf. Migeotte L., L’emprunt public dans les cités grecques, 1984, p. 293-294, n° 92, avec n. 2, p. 293. Elle est suivie encore par Wiemer H.- U., « Karien am Vorabend des 2. makedonischen Krieges », EA, 33, 2001, en particulier p. 8.

71 Finkielsztejn G., Chronologie détaillée et révisée des éponymes amphoriques rhodiens, de 270 à 108 av. J.-C. environ, 2001, p. 192.

72 Wiemer H.-U., « Karien am Vorabend des 2. makedonischen Krieges », EA, 33, 2001, en particulier p. 7-9 (sur ce document, cf. aussi Ma J., Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor [Paperback Edition, 2002], Afterthoughts, p. 380-383).

73 Delphinion, n° 150, l. 35-36, avec la nouvelle datation de Erringtonm., « The Peace Treaty between Miletus and Magnesia (I.Milet 148) », Chiron, 19, 1989, p. 279-288 et les compléments de Herrmann P., Inschriften von Milet. B. Nachträge und Übersetzungen zu den Inschriften n. 1-406, Milet, VI, 1, 1997, p. 185-189.

74 Pour prendre un seul exemple, et en Carie, voir la convention entre Plarasa-Aphrodisias, Kibyra et Tabai, Reynolds J., Aphrodisias and Rome, 1982, p. 6-11, n° 1, l. 9-11 (Thériault G., Le culte d’Homonoia dans les cités grecques, 1996, p. 82-85 ; Corsten Th., Inschriften von Kleinasien, 60-Kibyra, n° 2, avec lemme complet).

75 Delphinion, n° 148, respectivement l. 4-5, 68-69, 92-93, avec la nouvelle datation de Errington M., « The Peace Treaty between Miletus and Magnesia (I. Milet 148) », Chiron, 19, 1989, p. 279-288 et les compléments de Herrmann P., Inschriften von Milet. B. Nachträge und Übersetzungen zu den Inschriften n. 1-406, Milet, VI, 1, 1997, p. 182-184. Le décret d’Eurômos (Ager Sh. L., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B.C., 1996, p. 343-345, n° 124, avec littérature), qui mentionne un arbitrage des Rhodiens entre Mylasa et Eurômos, est ainsi daté par l’auteur : « 167 ? or first century ? ». La première datation est impossible (cf. infra, sur le contexte de 167). L’arbitrage date soit de 188 ou peu après, soit de la première moitié du ier siècle av. J.-C. La date haute étant logiquement aussi admissible que la date basse (on en donne la démonstration ailleurs), il est dès lors tentant en s’appuyant sur des arguments de vraisemblance d’insérer l’arbitrage entre Eurômos et Mylasa dans la série des arbitrages rhodiens des années 180 (dans ce cas le stratègos mentionné l. 8 de l’arbitrage en question serait Cn. Manlius Vulso). Il sera cependant nécessaire de procéder à une révision de l’estampage et à un examen de la paléographie pour pouvoir trancher. Mais en tout état de cause, la signification de l’ensemble du dossier des arbitrages rhodiens doit être entièrement réétudiée.

76 Pour l’absence de monnayage dans les territoires sujets, cf. Ashton R. H. J., « The Hellenistic Hemidrachms of Kaunos », RBN, 145, 1999, p. 141-154, en particulier p. 150-151.

77 Delphinion, n° 148, l. 96-98, mention de douze « vieilles drachmes de Rhodes » comme paiement des gardes chargés de ramener les esclaves fugitifs.

78 Polybe, XXX, 5, 11-15 ; Tite-Live, XLV, 25, 11-13 ; Strabon, XIV, 2, 3. Pour les ambitions de Caunos sur Kalynda dès les lendemains de l’évacuation des forces rhodiennes : cf. notre étude « Rhodes, Cnide et les Lyciens au début du iie siècle av. J.-C. », REA, 100, 1998, p. 77-88.

79 Robert, Amyzon, I, n° 51.

80 Cf. Polybe, XXV, 4, 4 et Tite-Live, XLI, 6, 8-10 à propos de la Lycie, avec le commentaire de Rhodian Peraea, p. 120-122.

81 Polybe, XXX, 21, 1.

82 Hicks E. L., JHS, 9, 1888, p. 89, n° 2 (OGIS, n° 58 ; Tituli Asiae Minoris, II, 1.3, 159). On suit ici la chronologie de Grzybek E., Du calendrier macédonien au calendrier ptolémaïque, 1990, tableau p. 184.

83 Cf. Robert, La Carie, II, p. 378-379, et HTC, p. 187-188 et 214-215.

84 Pseudo-Callisthène, Le roman d’Alexandre, éd. G. Bounoure et Bl. Serret (La roue à livres), variantes p. 219-220 (III, 33), avec les commentaires dans Rhodian Peraea, p. 100, n. 2, et Berthold R.M., Rhodes in the Hellenistic Age, 1984, p. 37, n. 58.

85 Ashton R. H. J., « A Pseudo-Rhodian Drachm from Kaunos », GNS, 38, 1988, p. 67-70, en particulier p. 70, n. 12. Gabrielsen V., « The Rhodian Peraia in the Third and Second Centuries BC », C&M, 51, 2000, p. 172, considère que la somme évoquée par Polybe comprendrait les revenus privés des Rhodiens dans ces régions.

86 Cf. déjà Bresson A., « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec, BCH Suppl., 41, 2002, p. 147-162, en particulier p. 156-162.

87 Démosthène, Contre Aristocratès, 110. Par contraste, l’acquisition de la Chersonnèse (au prix d’une guerre avec Athènes) ne lui rapporterait que 30 talents. L’argument de l’intérêt de Kersobleptès à rester en paix est en fait prêté à Aristocratès par Démosthène pour être aussitôt rejeté. Mais la valeur des chiffres avancés n’est pas contestée.

88 Polybe, IV, 46, 1-6.

89 Au lendemain du séisme de ca 229-226, selon Polybe, V, 88-89, à eux seuls les rois Gélon et Hiéron de Syracuse, Ptolémée III et Antigone Dôsôn offrirent à Rhodes 500 talents d’argent (sans parler de leurs autres dons en nature et des donations des autres souverains ou dynastes), qui représentaient donc peut-être un montant de l’ordre d’une année de revenus de l’État rhodien. Ashton R. H. J., « The Coinage of Rhodes 408-c. 190 BC », Meadows A. et Shipton K. (éd.), Money and its Uses in the Ancient Greek World, 2001, p. 79-115, en particulier p. 96-98, dresse un tableau des montants des dépenses et recettes de l’État rhodien hellénistique, qui permet de situer l’ordre de proportion des chiffres évoqués ici.

90 Sur les guerres menées par les Rhodiens en Lycie, voir notre étude « Rhodes, Cnide et les Lyciens au début du iie siècle av. J.-C. », REA, 100, 1998, p. 107-109.

91 Cf. Bresson A., La cité marchande, 2000, p. 242-261, et en particulier p. 250-251.

Table des illustrations

Légende La Carie rhodienne au début du iie siècle a.C. (fond de carte par O. Henry)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19450/img-1.png
Fichier image/png, 148k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search