Version classiqueVersion mobile

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Troisième partie. L’économie des royaumes et des cités

Qu’est-ce que l’économie royale ?

Raymond Descat

Texte intégral

L’économie royale dans l’économie hellénistique

1L’économie du monde hellénistique a un statut tout à fait particulier dans l’étude de l’économie antique. Elle est en effet absente pour l’essentiel des ouvrages qui ont été les plus influents dans la réflexion historique et qui ont en particulier contribué à mettre en place la domination du modèle primitiviste. J. Hasebroek dans son ouvrage Staat und Handel im alten Griechenland, paru en 1928 et traduit en anglais en 1933, construit un type de rapport, inspiré en partie de M. Weber, entre l’économie et la cité grecque, mais s’arrête à la conquête d’Alexandre, puisque, par la suite, la cité perd selon lui son rôle décisif. M. I. Finley ne s’intéresse pas à l’économie hellénistique qui est la parente pauvre de son ouvrage devenu vite un classique, Ancient Economy, publié en 1975 en anglais et traduit en français en 1977. Il s’en est clairement expliqué dans la deuxième édition de son livre en 1985 :

« Le terme “hellénistique” a été inventé par le grand historien allemand J. G. Droysen dans les années 1830 pour définir la période de l’histoire grecque entre la mort d’Alexandre le Grand en 323 et la mort de Cléopâtre en 30 avant J.-C. Il a été accepté quasiment universellement, et cependant pour l’étude de l’économie antique il est réellement trompeur parce que dans ces trois cents ans il y a deux “sociétés grecques” fondamentalement distinctes. D’un côté le vieux monde grec […] qui n’a pas subi de changements dans l’économie qui demande un examen spécial […], de l’autre, dans les régions orientales nouvellement incorporées, le système social et économique n’est pas changé par les conquérants macédoniens ou les émigrants grecs qui les suivent […]. Il n’y a donc pas “d’économie hellénistique” ; dès le début, il y en eut deux, un secteur ancien et un secteur oriental. »

  • 1 Davies J. K., « Hellenistic Economies in the Post-Finley era », Archibald Z. H., Davies J., Gabrie (...)

2J’ai emprunté ces extraits à un article récent de J. K. Davies1 qui trace un excellent bilan historiographique de la position de Finley. On peut dire pour la résumer que tout se passe comme si la réflexion sur l’économie grecque concernait la cité comme structure unique d’application et ce qui va avec, c’est-à-dire la domination du politique dans la vie grecque, et comme si la conquête de l’Orient n’avait pas d’incidence particulière sur la vie économique dans ses fondaments, puisqu’en gros elle fait côtoyer deux mondes qui ne vont pas réellement s’interpénétrer, sauf parfois localement. Dans ce cas, l’économie hellénistique, conceptuellement parlant, n’existe pas.

  • 2 Rostovtzeff, p. 24.

3Il y eut cependant une tout autre perspective. L’économie hellénistique a bien existé dans un livre qui fut l’un des plus ambitieux du xxe siècle en histoire ancienne, The Social and Economic History of the Hellenistic World de M. I. Rostovtzeff, paru en 1941 et traduit en français seulement en 1989. C’est une étude d’ensemble, marquée par deux points de vue complémentaires. D’un côté, « on peut affirmer sans réserves que, grâce à l’unité politique qu’il forma à l’époque des Successeurs, l’empire d’Alexandre fut aussi une unité économique2 », et de l’autre, il est impossible d’en faire une synthèse homogène :

  • 3 Ibid., p. 172.

« Il n’y eut pas d’uniformité à cet égard. Un exposé général du développement économique de l’ensemble des monarchies hellénistiques serait donc fallacieux et insuffisant. L’évolution de chaque monarchie doit être étudiée séparément : seule cette analyse permettra de se faire une idée exacte de l’évolution économique du monde hellénistique dans son ensemble3. »

4Son étude conclut donc sur des perspectives différentes selon les régions : une crise économique dans la Grèce propre et, en revanche, un développement dans nombre de pays orientaux occupés par les Grecs.

  • 4 Ibid., p. 973, n. 25.
  • 5 Rostovtzeffm., compte rendu de Hasebroek J., Griechische Wirtschafts- und Gesellschaftsgeschichte, (...)
  • 6 Will Éd., « Trois quarts de siècle de recherches sur l’économie grecque antique », AESC, 9, 1954, (...)

5M. Rostovtzeff a posé de vrais problèmes, mais dans un cadre intellectuel qui a été en quelque sorte réduit à néant par la victoire du modèle finleyien. Le savant russe a eu la réputation d’être un moderniste « pur et dur », ce qui n’est pas tout à fait exact ; lui-même s’en défend par avance. Il se présente toujours comme occupant une position médiane entre les deux camps. Il le dit clairement4, mais d’une manière curieuse, car s’il place bien d’un côté les modernistes, Meyer, Beloch et Schwahn, et de l’autre les primitivistes, Bücher et Hasebroek, il souligne que la plupart des historiens sont, comme lui, au milieu, tels Glotz, Tod, Heichelheim ou Berve. Il rend donc sa position moins nette en la mêlant à des noms qui se situent en réalité dans le camp moderniste ou qui sont peu impliqués dans la réflexion sur le sujet hormis quelques remarques convenues. Il se place en quelque sorte dans une vulgate qui, comme le montrera après lui Finley, est en fait moderniste. Il est plus intéressant de noter qu’il va être élogieux envers Hasebroek (et ses réactions contre la « modernisation » de l’histoire ancienne) et envers le « génial » Weber5. En réalité, Rostovtzeff ne va pas directement prendre part au débat. Il n’est d’ailleurs jamais cité comme tel. Il est absent de l’article d’Éd. Will6 qui fait le point de la question, et somme toute peu cité chez Finley.

  • 7 Rostovtzeff, p. 64.

6Peut-on aller jusqu’à douter de son « modernisme » ? Non, car Rostovtzeff ne pose jamais la question de la nature spécifique de l’économie grecque qui lui paraît de ce fait proche de l’économie moderne. Il présente le débat comme portant sur la « nature et la portée des progrès économiques7 ». L’enjeu concerne donc les progrès que l’économie antique a nécessairement connus et le niveau auquel on peut les estimer. La question centrale chez Rostovtzeff est celle du développement continu de la société qui est un fait acquis par principe. Il s’agit pour l’historien de voir comment, selon les circonstances historiques, ce progrès existe, stagne ou disparaît provisoirement. La position de Rostovtzeff s’articule sur deux principaux reproches qu’il adresse à ses prédécesseurs :

  1. 1 L’absence du souci de la périodisation historique, par exemple mêler le ve et le ive siècle en partant de sources du ive siècle pour évoquer le ve. Cette préoccupation qui est très présente chez Rostovtzeff l’assimile en fait par la suite aux modernistes puisque Finley a refusé de donner un sens à une quelconque périodisation fondée sur la conjoncture et les variations du marché.
  2. 2 La non-utilisation des sources autres que les sources littéraires, en particulier numismatiques et archéologiques. On sait que l’utilisation des sources archéologiques est l’un des grands apports de Rostovtzeff et l’un des éléments décisifs pour la compréhension du monde hellénistique (où nous n’avons plus le support très commode des sources écrites athéniennes), mais il faut se rendre compte de l’influence que cela va avoir sur son interprétation de l’histoire de l’économie grecque. Il donne ainsi une grande importance au rôle des échanges internationaux et n’hésite pas à lier la notion de crise à l’évolution de l’artisanat et de la production non-agricole, ce qui fait de l’économie grecque un ensemble en interconnexion presque permanente dans un cadre géographique très large.
  • 8 Davies J. K., « Hellenistic Economies in the Post-Finley era », art. cit., p. 39.

7L’ampleur du travail de Rostovtzeff proposant la société et l’économie hellénistiques comme sujet d’étude et en même temps les difficultés posées par la documentation sont-elles les raisons pour lesquelles il n’y a pas eu jusqu’à présent une Économie hellénistique du main-stream primitiviste, ou bien n’est-on, peut-être des deux côtés, que devant le cas d’interprétations encore insuffisamment développées et marquées par un schématisme réducteur ? J. K. Davies8 note avec raison l’importance des « éléments interprétatifs » pour la compréhension du sujet et, parmi les plus significatifs d’entre eux qui dessinent autant de pistes de réflexions et de débats, il signale le rôle des interactions engendrées par la conquête et les faits politiques, la notion de centre et de périphérie, la perspective régionale et, point sur lequel je vais insister, l’économie royale.

  • 9 Préaux Cl., L’économie royale des Lagides, 1939.
  • 10 Rostovtzeff, p. 944.

8Il est en effet clair que c’est sur ce dernier point que l’attention se porte souvent pour savoir si le monde hellénistique a pu apporter ou non du neuf par rapport au monde grec de l’époque classique. Il n’a pas été également étudié ; c’est le monde lagide qui a constitué pour l’essentiel la base de nos connaissances et des interprétations historiques depuis l’ouvrage de Cl. Préaux en 19399. Son analyse s’est faite dans le cadre d’une comparaison implicite ou explicite avec les monarchies de l’Europe moderne comme la France de Colbert et pose une grande question sur la portée réelle de l’ » exception lagide » : est-elle liée aux sources, ou représente-t-elle une donnée historique forte ? L’économie royale est dans ce cadre étroitement liée au développement du monde hellénistique, idée, on l’a vu, chère à Rostovtzeff qui la mentionne souvent (toutefois plus pour le commerce et la banque que pour l’agriculture et l’industrie), et l’identifie avec quelques réserves à l’émergence du capitalisme : « Les nouveautés dans l’organisation de la vie économique, qui tendaient toutes vers ce que nous pouvons appeler, sous toutes réserves, le “capitalisme” (j’hésite à employer un terme dont la signification est aussi contestée)10. »

  • 11 Weber M., Économie et société dans l’Antiquité, trad. fr., 1998, p. 129.

9Doit-on pour autant en rester à l’idée de l’économie royale comme outil de la modernisation à l’époque hellénistique, ce qui explique qu’elle ait si peu intéressé Finley qui n’y croyait pas ? Certes non. Il peut être utile maintenant pour nuancer les données du débat de se référer à M. Weber, qui a été peu lu dans ce domaine, pour poser la question en des termes où les changements existent, sans que cela entraîne une modification substantielle. Il décrit les monarchies hellénistiques sous le concept de royautés « liturgiques » qui peuvent remonter à un passé ancien, comme en Mésopotamie ou en Égypte11, et qui fonctionnent autour du rôle des corvées en nature et des tributs, qui sont des formes d’économie « naturelle ». Les changements à l’époque hellénistique sont liés au développement des poleis et de l’économie monétaire, mais, malgré la rationalisation grandissante de certains royaumes,

  • 12 Ibid., p. 292.

« […] une base d’économie monétaire, dont les agents ne sont cependant que des petits bourgeois, des petits artisans et des petits paysans, à côté un grand commerce d’entrepôt, et, coiffant tout cela, les liturgies étatiques, les monopoles d’État et la réglementation étatique : au total, nous avons le tableau d’une situation qui, économiquement autant que socialement, est tout sauf “moderne”, à moins que l’on tienne la Constantinople turque pour une ville “moderne”. La période hellénistique est précisément le meilleur exemple, écrit-il, pour illustrer à quel point il est impossible d’assimiler “économie monétaire” et “économie capitaliste”12. »

  • 13 Je remercie vivement Laurent Capdetrey, qui termine une thèse sur l’administration séleucide, pour (...)

10Ainsi constitué, on a tous les ingrédients d’un débat qui mériterait une étude longue, encore à faire : l’économie hellénistique est-elle le lieu d’une modernisation de l’Orient par l’Occident grec ? Est-elle un lieu sans objet car associant deux mondes déjà constitués l’un et l’autre ? Est-elle le lieu de changements et de modifications où se manifeste clairement ce qui peut être le cœur de l’idée d’économie antique ? L’économie royale est un reflet de ces questions, mais elle a un autre intérêt pour l’historien : c’est pour cette période la seule notion économique sur laquelle nous avons les réflexions des Grecs, et je voudrais consacrer les pages qui suivent à essayer de les comprendre13.

L’économie royale, une notion grecque

  • 14 Rostovtzeff, p. 309.

11Il faut en effet commencer par souligner un point, essentiel. La notion d’économie royale est logique à utiliser de manière globale dans une étude sur l’économie hellénistique, mais elle n’est pas une création des historiens modernes, c’est une notion grecque. Si l’on relit les pages consacrées par Rostovtzeff à l’économie séleucide, plus précisément à ce qu’il appelle « la politique économique et financière », on voit qu’il s’agit d’un commentaire du livre II des Économiques du Pseudo-Aristote : « Il me semble opportun de ne pas tenir compte des classifications modernes et de suivre les subdivisions et les descriptions suggérées par l’auteur de notre traité, observateur avisé qui connaissait parfaitement la situation de l’époque qui nous intéresse14. » Il faut être conscient de cette situation et faire attention aux termes qui ont eu ici une postérité considérable chez les Modernes, surtout quand on considère comparativement le faible impact de l’ » économie civique » que l’on rencontre pourtant aussi chez le même auteur.

  • 15 Une thèse en cours, préparée par Jean-Louis Scandella, permettra d’établir un point d’ensemble sur (...)

12Ce dernier, qui pour nous a donc inventé ou du moins fait connaître cette notion, est inconnu et ce n’est pas le lieu ici de revenir sur tous les points le concernant15. J’évoquerai rapidement et successivement la date de son œuvre, le genre et le cercle intellectuel auxquels elle appartient.

  • 16 Le Rider G., « Antimène de Rhodes à Babylone », Bulletin of the Asia Institute, 12, 1998, p. 121-1 (...)

13C’est un traité, composé probablement de deux livres (le troisième connu en langue latine paraît rapporté) qui rassemble dans le livre II des informations financières et économiques de caractère historique. La date présumée de la composition est liée à celles des événements décrits. Pour ceux que nous pouvons dater, ils se terminent dans les années 320. Les plus récents sont maintenant ceux relatifs à Antiménès de Rhodes16 qui occupa des fonctions importantes à Babylone qui ne peuvent être antérieures à 324 et se prolongèrent après 323. Ce serait donc le seul témoignage attesté d’un exemple qui a pu être recueilli par l’auteur autour de et même après la mort d’Alexandre. Si l’ensemble du recueil des anecdotes historiques se termine au moment de la mort d’Alexandre ou immédiatement après, c’est que l’objectif est de ne pas tenir compte des temps nouveaux marqués par les rivalités et guerres entre satrapes, alors que l’ouvrage associe étroitement dans le fonctionnement fiscal le satrape et le roi. Il est à noter en effet que le terme de satrape n’est utilisé dans le texte que pour le règne d’Alexandre (Philoxène, II, 2, 31, Cléomène d’Alexandrie II, 2, 33a, en laissant de côté l’inconnu Évaiésès le Syrien, II, 2, 32, mais cité entre les deux précédents, et Antiménès donnant ordre aux satrapes, II, 2, 38). En revanche aucun Perse n’est cité comme satrape, ni Datamès (II, 2, 24a) ni Mausole « tyran de Carie » (II, 2, 13a). Cela laisse penser que l’auteur a bien en tête l’empire d’Alexandre quand il décrit les différents types d’économies. Si on s’en tient à l’idée que la satrapie comme telle est un élément important de sa typologie, il faut plutôt penser à une date haute. Pour l’Asie Mineure, qui reste un peu au centre des préoccupations de l’auteur, le dernier satrape est Asandros qui termine sa carrière vers 312 (Diodore, XIX, 68). Dans ce cadre, l’hypothèse la plus logique est de penser à un ouvrage écrit dans les années 320-300.

  • 17 Finley M. I., « Aristotle’s Oeconomicus », CR, 20, 1970, p. 315-319.

14Dans la production intellectuelle grecque, il s’agit d’un texte unique. M. I. Finley17 avait, de manière provocatrice, écrit qu’il s’agissait d’un travail d’un de ces potaches imbéciles qui encombrent même les meilleures écoles philosophiques. Il est cependant inutile de s’étendre sur les faiblesses de l’auteur. Mieux vaut reconnaître qu’il s’agit d’un ouvrage à vocation professionnelle, plutôt un mémoire (ce qu’en grec, on pourrait rendre par hypomnéma) pour ceux qui doivent gérer, comme il le dit clairement à plusieurs reprises : 1. Celui « qui administre ce qui lui échoira comme il convient doit avoir l’expérience des lieux où s’exercera son activité » (II, 1, 1) ; 2. « Il nous reste encore à examiner si l’administration de la satrapie, dont nous avons à nous occuper, ou de la cité… » (II, 1, 7). Les destinataires sont une catégorie d’administrateurs qui peuvent intervenir à la fois dans une région tout entière et dans une cité, comme le sont les épimélètes, représentants directs du roi, dont les premiers connus sont Démétrios de Phalère à Athènes à partir de 317, Lykiskos envoyé par Cassandre en Épire en 316 (Diodore, XIX, 36, 5) et Hiéronymos de Cardia, épimélète en Syrie Creuse en 311 pour une mission particulière après la bataille de Gaza (Diodore, XIX, 100).

  • 18 Victor U., (Aristoteles) Oikonomikos. Das erste Buch der Ökonomik-Handschriften, Texte, Übersetzun (...)

15C’est un texte aristotélicien, mais qui n’est pas d’Aristote lui-même. La tradition antique (en particulier Philodème de Gadara) attribuait déjà le livre I à Théophraste. Des doutes ont été exprimés par les commentateurs modernes18, mais la discussion mériterait d’être reprise. Si l’on s’oriente vers un ouvrage de formation destiné à une couche d’administrateurs de haut niveau, nous disposons d’autres indices :

16– Des citations d’œuvres de Théophraste qui sont proches de l’esprit de notre texte. Dans un passage qui n’est connu que par un manuscrit arabe, Théophraste dit que

  • 19 Fortenbaughw. et alii, Theophrastus of Eresus. Sources for His Life, Writings, Thought and Influen (...)

« […] les collecteurs d’impôts intelligents doivent s’efforcer de collecter par humanité ce qu’ils ne réussissent pas à faire par la force, comme la sangsue qui, sans causer de douleur et sans bruit, recueille une masse de sang que le moustique ne peut égaler malgré son dard pointu et son bruit terrible19 ».

17Dans une définition de l’épiskopos, Harpocration indique qu’il s’agit des magistrats envoyés par Athènes dans les cités sujettes et que

  • 20 Ibid., n° 633.

« Théophraste, dans le Premier Livre des Questions politiques en fonction des circonstances, dit qu’il serait bien préférable, en fonction de la bonne application du nom, d’envoyer dans les cités des harmostes comme le faisaient les Laconiens plutôt que des épiskopoi ou des gardes comme le faisaient les Athéniens20. »

18L’important est ici la réflexion sur la fonction que l’on rapproche très facilement des conseils donnés par le Ps.-Aristote à la fin du premier chapitre du deuxième livre :

« Nous avons d’autre part rassemblé tous les exemples qui paraissaient dignes d’être mentionnés de moyens employés par certains personnages du temps passé pour se procurer de l’argent, ou de l’habileté dont ils ont fait preuve dans l’administration de leurs affaires. Nous ne croyons pas qu’il soit sans utilité de rapporter les résultats de cette enquête, car il est certains de ces moyens qui pourraient éventuellement s’adapter (épharmosei) à telle de nos entreprises en cours » (II, 1, 8).

19L’utilisation de la même famille de mots (harmozein) n’est pas un hasard : le bon administrateur est celui qui adapte, ajuste de manière proportionnée pour précisément bien gouverner.

  • 21 Szegedy-Maszak A., The Nomoi of Theophrastus, 1987, p. 102-106.

20– La nécessité de la compétence des magistrats que Théophraste souligne fortement dans Les Lois, en particulier dans le fragment B du Vat. gr. 230621.

21On peut donc penser que notre texte a des points communs avec des ouvrages dont nous ne connaissons que des titres, comme le traité intitulé Comment les cités seraient le mieux administrées accompagné dans la liste donnée par Diogène Laërce (V, 48) de la précision rarissime de Hypomné-mata, Notes.

Les caractères et les objectifs de l’économie royale chez le Ps.-Aristote

22La notion d’économie royale n’est donc pas de l’économie au sens moderne, mais de l’oikonomia au sens grec. Ce n’est pas un concept qui évoque le fonctionnement de l’ensemble des activités d’acquisition et de commercialisation des biens, mais une notion de gestion, d’administration de la part des dirigeants. Elle renvoie à un genre qui naît pendant le dernier tiers du ve siècle, le logos oikonomikos qui se développe dans l’école socratique et dont l’initiateur est peut-être Antisthène (ca 445-365). Ce type d’ouvrage traite de l’oikonomia, c’est-à-dire de la meilleure façon de bien gérer l’oikos, en s’occupant des personnes qui y travaillent (famille, esclaves…) et en équilibrant dépenses et achats. Sous ces conseils banals se dégage une « façon » attique de diriger ses biens, une oikonomia attikè, qui est liée à l’existence d’un marché. Le fait central est bien cette situation dans laquelle se trouve le propriétaire de pouvoir vendre ses productions et acheter ce dont il a besoin. Il s’agit d’un comportement qui a une histoire et la nouveauté se dessine au début de la seconde moitié du ve siècle avec Périclès lui-même qui fait figure de premier oikonomos dans le témoignage que donne Plutarque (Vie de Périclès, 16) :

« Il avait imaginé une façon d’administrer sa maison qui lui avait paru la plus commode et la plus exacte. Il faisait vendre en une fois toute sa récolte de l’année, puis acheter au marché tout ce qui lui était nécessaire… Toutes les dépenses et toutes les recettes étaient exactement comptées et mesurées. »

23On mesure l’innovation d’un tel comportement au mécontentement qu’il suscite chez les membres de sa famille qui regrettaient « le peu de dépenses et de superflu » par rapport aux autres grandes maisons.

24 Le logos oikonomikos a connu des débats probablement très nourris au cours du ive siècle. Le point qui a été le plus discuté a touché à la nature même du genre tel qu’il s’est fondé à la fin du ve siècle : doit-on vraiment assimiler la gestion de la maison à celle de la cité ? On voit déjà Isocrate exprimer des réserves : « Dans une démocratie, les gens traitent des biens communs comme si c’étaient leurs propres biens […], ils prennent pour conseillers les gens les plus audacieux » (Nicoclès, III, 21). L’école aristotélicienne affirme sur ce point son originalité en établissant précisément une distinction entre la maison et la cité : « Certains croient qu’il existe une science, celle du pouvoir du maître, et qu’elle est la même pour le chef de famille, le maître, l’homme d’État et le roi… » (Politique, I, 3, 4) ; « Il est clair que l’autorité du maître et celle de l’homme d’État ne sont pas la même chose et que toutes les formes d’autorité ne sont pas identiques entre elles, comme le prétendent certains » (Politique, I, 7, 1). En premier lieu, il existe une différence de taille et de nature entre les deux entités et le livre II du Ps.-Aristote distingue ainsi pour la première fois les différentes oikonomiai. Cette distinction est prolongée par des différences entre les cités ellesmêmes, selon les tailles des propriétés et la présence ou non du marché. C’est pourquoi l’usage spartiate peut être rapproché de celui de la Perse et l’usage attique, on l’a vu, est caractérisé par le marché : « Pour la conservation des produits, il y a intérêt à mettre en pratique les usages des Perses et des Lacédémoniens. L’économie attique a aussi ses avantages : après avoir vendu, on achète, et il n’y a pas lieu, dans de plus petites exploitations, d’installer un office à provisions » (Ps.-Aristote, Économique, I, 6, 2).

25L’idée centrale du texte au début du livre II est donc de traiter de l’économie royale en la comparant systématiquement aux autres économies. La raison en est claire : l’administrateur peut être amené à gérer ces différents niveaux qu’il s’agit donc d’associer désormais sur le plan des techniques d’action. Le texte présente les choses de la façon suivante :

« Les économies sont au nombre de quatre, qu’on peut sommairement distinguer comme suit (car les autres, nous le verrons, se ramènent à l’un de ces cas) : la royale, la satrapique, la civique et la privée. La plus importante et la plus simple est l’économie royale […], la plus variée et la plus facile est l’économie civique, la plus limitée et la plus variée l’économie privée » (II, 1, 2).

  • 22 Descat R., « De l’économie tributaire à l’économie civique : le rôle de Solon », Mélanges Pierre L (...)

26Il existe dans ce tableau une énigme, due au hasard et à une lacune des manuscrits sur l’économie satrapique, qui est donc absente. Celle-ci a été diversement comblée selon les auteurs, sans qu’aucune lecture ne soit pleinement satisfaisante. La structure de la construction peut donner cependant la solution la plus vraisemblable22. On constate en effet que le raisonnement global est construit autour de termes d’opposition qui se répondent et parfois se répètent :

  1. a) élachistè, « la plus limitée » est le contraire de mégisté « la plus importante ». Nous avons ainsi les deux bornes en taille des gestions, l’économie royale d’un côté et l’économie privée de l’autre.
  2. b) poikilôtaté, « la plus variée », répond de la même façon à haploustatè, « la plus simple », avec cependant une nuance importante : le terme est répété et on a donc ici un couple de notions en opposition. L’économie civique et l’économie privée sont du même côté. Par souci de symétrie, haploustatè doit être mentionnée deux fois aussi.
  3. c) on a donc très probablement un couple qui se différencie par son aspect simple, l’économie royale et l’économie satrapique.
  4. d) il ne reste plus qu’une notion manquante pour l’économie satrapique. Elle ne peut être que l’inverse manquant de hrastè, « la plus facile », soit kalépôtatè, « la plus difficile ». Je propose donc de restituer dans la lacune « la plus difficile et la plus simple est l’économie satrapique ».
  • 23 En dernier lieu, Migeotte L., « Oikonomia Politikè (Ps.-Aristote, Économique, II, 1, 5) », CÉA, 37 (...)

27Pourquoi l’économie royale est-elle qualifiée d’économie « la plus simple » ? Certains auteurs23 ont pensé que la variété de l’économie civique s’expliquait par les « diversités des cas présentés par chacune ». C’est certes possible, mais je ne crois pas que les cités soient plus variées dans l’esprit de l’auteur que les différentes parties du royaume d’Alexandre, d’autant plus que le texte présente les revenus de la cité dans le même cadre que celui des satrapies (voir infra). Je préfère une autre interprétation qui s’appuie sur la description par l’auteur de l’économie privée où il reprend visiblement ses catégories et fait une explication de texte : « Elle manque de régularité, parce qu’elle ne doit pas tendre, dans son exercice, à un but unique ; elle est aussi la plus limitée car les revenus et les dépenses n’y sont pas considérables » (II, 1, 6). On voit bien que la deuxième partie est une explication évidente de élachistè, il est donc infiniment probable que la première soit l’explication de la poikilôtatè. La variété est par conséquent liée aux techniques d’action dans le cadre de l’oikonomia. Dans l’oikos privé, la gestion est un mélange constant d’actions qui correspondent à la fois aux impératifs de recettes et à ceux de dépenses. Le responsable de la cité doit faire les deux. À l’inverse, les économies royale et satrapique sont les plus simples, car leur but est unique, c’est le roi qui s’occupe de l’utilisation des richesses et des dépenses et c’est le satrape qui s’occupe des revenus et de leur acquisition, selon la division canonique dans les traités d’oikonomia, la ktésis (acquisition des revenus) et la chrèsis (leur utilisation).

  • 24 Villanueva-Puig M.-Chr., « Le Vase des Perses. Naples 3253 », REA, 91, 1989, p. 277-298.

28Quant à la difficulté de l’économie satrapique, elle peut être comprise comme une réflexion liée à l’importance des revenus produits et à la difficulté de les rassembler techniquement, mais un autre aspect doit jouer, qui est celui de la différence avec l’atmosphère politique de la cité. C’est un thème que l’on retrouve ailleurs, dans la Politique d’Aristote (IV, 11, 4-5) sur la difficulté d’obéir dans un État quand les différences politiques y sont très grandes, et l’on connaît le goût des Grecs pour représenter, dans des documents quasiment contemporains, le tribut perse comme signe de l’autorité24.

29Pour comprendre quels sont les objectifs de l’économie royale, il faut noter que le mot capital est celui de prosodoi, revenus. C’est le mot qui apparaît alors pour la première fois dans l’ensemble de l’ouvrage avec l’énumération des revenus satrapiques et qui se retrouve désormais dans la description de toutes les économies. Tout État peut disposer de différents types de ressources dont certaines sont exceptionnelles, mais les prosodoi sont les revenus réguliers et annuels des États et c’est ce qu’ils doivent chercher avant tout à encourager.

30Il s’agit de la fonction essentielle des gestionnaires à qui s’adresse le texte qui comporte deux parties. La première consiste en définir une liste de revenus qui renvoient à des taxes qui existent. Elle est mentionnée de la manière la plus complète pour l’administration satrapique, qui sert de modèle typologique pour toutes les autres :

« De tous ces revenus, le premier et le plus important vient de la terre, c’est celui que l’on appelle soit ekphorion, soit dékatè, le second vient des produits propres, comme l’or, l’argent, le cuivre ou tout ce que l’on peut trouver ; le troisième vient des lieux de commerce, le quatrième vient des taxes au sujet de la terre et des marchés, le cinquième vient des troupeaux, que l’on appelle taxe sur les croîts et dékatè, le sixième vient des hommes, que l’on appelle capitation et taxe sur les métiers (cheirônaxion) » (II, 1, 4).

31Dans un second temps, une fois ce travail de recensement et d’organisation effectué, il faut voir ce qu’il est possible de faire : « Si la satrapie, dont nous avons à nous occuper, ou la cité, est capable de produire tous les revenus que nous venons de distinguer ou seulement les plus importants » (II, 1, 7). Comme on l’a vu plus haut, c’est le travail de l’administrateur d’harmoniser (harmozein), d’adapter ses exigences aux réalités et de mesurer le degré de « capacité » de la cité ou de la satrapie pour produire ce revenu et éventuellement d’autres à créer. On voit d’ailleurs par là que ce livre II est en relation étroite avec le livre I où nous retrouvons pour le domaine privé la même philosophie, quand l’auteur parle, d’une manière très neuve dans l’esprit de l’époque, de la nécessité de ne pas exploiter les esclaves de peur d’aboutir à l’adynamia : « Accomplir le travail et subir le châtiment sans recevoir de subsistance, c’est être victime d’une violence et perdre toute capacité de travail » (I, 5, 3).

32Ajuster les moyens aux fins est bien l’esprit que l’auteur conseille pour toutes les économies et à plus forte raison pour l’économie royale et satrapique où il s’agit de s’arranger pour qu’une terre puisse produire ce pour quoi elle va être imposée.

L’application pratique de l’économie royale : une inscription d’Aigai en Éolide

33Une question importante pour l’historien est de connaître le lien entre le livre du Ps.-Aristote et de son école de management et la réalité du terrain. Cela ne peut se faire que par l’intermédiaire des sources épigraphiques qui fournissent des textes émanant plus ou moins directement de l’administration royale. Il existe de ce point de vue un document tout à fait exceptionnel, quelque peu sous-exploité jusque-là à cause d’un certain nombre d’incertitudes dues à l’état du texte. Il nécessite donc une étude de détail qui va suivre. En premier lieu, je donne le texte et une traduction sans les restitutions que je proposerai plus loin :

34Fragment A

>[…………]-
[.]ẸAN τελεῖν δ[ε]
κάτην, ξήλίνοή
δὲ καρ¦ποῦ τῶν ἡ-
4 µέρων ὀγδóην, π-
ροβάτων δὲ καὶ
αἰγῶν πεντηκοσ-
τἡν ∙ λἡψεται δ-
8 ὲ ἀµνòν καὶ χ〚µ-
αῖραν ∙ τῆς δὲ ἐπ-
ιγονῆς µἠ εἶνα-
ι τέλος ∙ λἠψετα-
12 ι δὲ καὶ σµηνέω-
ν ∙ θἡρα δὲ ἀπò σ-
ήòς καὶ ἐλάφοή
16 σκέλο ∙ εἰς δὲ λ-
ῃροήργ〚ας παρ-
έξονται [πρó]ς σ-
τ[ρ]ατ[ε〚αν...]

35Fragment B

[.]ΑΛETO[……]
τοῖς δὲ ἐργαζ[ο]-
µένοις τὰ ἐπιτ-
4 ἡδεια παρέξοή-
σι ἐ’ βασιλικοῦ
γῆν δὲ καὶ ἀµπέ-
λοής καὶ οἰκ〚α-
8 ς ὅσα ἀφιηρηµέ-
να ἦσαν, ἀπέδωκ-
εν πᾶσιν τὰ έαή-
τῶν εἰ δέ τις τα-
12 ῦτα καταλὑοι ἐ-
πὶ τὰ ἐλάσσονα,
’Aπλλων και Ζεὐς
καὶ Ἄρτεµις καὶ ’Aθ-
16 ηνᾶ αὐτòν ἐξο-
λέσει καὶ αὐ(τò ν) καὶ ἐ-
[γγ]ợṿοής

36Traduction :

« […] verser […] la dîme, le huitième sur les récoltes des arbres fruitiers, le cinquantième sur les moutons et les chèvres ; il recevra un agneau et une chevrette ; qu’il n’y ait pas de taxe sur le croît du bétail ; il recevra aussi le huitième sur les ruches domestiques, ainsi qu’une cuisse dans la chasse au sanglier et au cerf ; pour ce qui est des liturgies, ils fourniront pour le service en campagne […] ils fourniront les outils aux ouvriers sur la caisse royale ; la terre, les vignes et les maisons qui avaient été enlevées, il les a restituées à tous ; si quelqu’un annule ces clauses en les diminuant, Apollon, Zeus, Artémis et Athéna lui apporteront la ruine à lui et à ses descendants. »

  • 25 Malay H., « A Royal Document from Aigai in Aiolis », GRBS, 1983, p. 349-355. Traduction et comment (...)

37L’inscription, publiée par H. Malay25, est constituée de deux grands fragments (nommés A et B) qui proviennent d’un site à cinq kilomètres au sud-est de l’antique Aigai en Éolide d’Asie Mineure. Elle constitue un seul ensemble d’une hauteur actuelle de près d’1,80 m. Nous en avons la fin certaine avec la dernière ligne du fragment B qui évoque la malédiction demandée contre ceux qui enfreindraient les décisions en en diminuant les clauses, mais il manque le début et une partie entre les deux fragments, lacunes dont on ne peut saisir l’ampleur exacte, mais qui sont probablement peu importantes pour les deux raisons suivantes :

  1. a) la hauteur de l’ensemble est déjà remarquable dans son état actuel et, en supposant quelques lignes manquantes seulement, comme chaque ligne fait 3 cm, on arrive à une hauteur de près de 2 m, ce qui est déjà très important pour une stèle dressée, même s’il existe des exemples encore plus imposants.
  2. b)mais surtout, le début du texte est saisissable. Il s’agit en effet clairement d’une liste de taxes qui commence à la ligne 1 du fragment A par la mention d’une dékatè, qui, à la différence des autres taxes citées, ne suit pas directement le produit (comme le « huitième sur les récoltes des arbres fruitiers, le cinquantième sur les moutons et les chèvres »), mais accompagne le verbe télein qui commande toutes les prescriptions qui suivent et qui est central pour l’organisation du texte. Ajoutons qu’il est d’autant plus probable que la dékatè ouvre les obligations qu’on la retrouve à cette place dans la liste des taxes de l’économie satrapique donnée par le Ps.-Aristote (voir supra).
  • 26 Savalli-Lestrade I., « Eumène (Ier) et l’expansion de Pergame. À propos de IG XII Suppl., n° 142 » (...)
  • 27 Lund H. S., Lysimachus. A Study in Early Hellenistic Kingship, 1992.

38La date du texte peut être précisée pour des raisons paléographiques. Les commentateurs, suivant l’éditeur, ont accepté jusqu’à présent en général le iiie siècle, sous les règnes d’Antiochos Ier ou II26. H. S. Lund27 a proposé en revanche le règne de Lysimaque ou d’Antigone. En fait, même si on ne peut être aussi précis qu’on le souhaiterait, l’hésitation n’est guère possible. La forme des lettres et en particulier celle du xi, avec une barre verticale, remonte au tout début de l’époque hellénistique, comme on le voit ailleurs en Ionie et en Carie. Ajoutons l’emploi du stoichedon (à 12 lettres par ligne), qui reflète la volonté de donner une certaine solennité au texte et qui est bien davantage une caractéristique du ive siècle finissant que du iiie siècle. Les deux critères (xi à barre verticale et stoichedon) utilisés simultanément dans l’inscription ne permettent pas de descendre bien bas. Je considère donc que les années 310-300 doivent être un terminus ante quem (rien n’empêche une date plus haute).

  • 28 Schuler, 1998, p. 187.

39Le texte transcrit un accord28, présenté de manière monumentale, mais avec un style simple, accessible à tous sans précisions juridiques superflues (comme on le voit avec la mention des « travailleurs », B, l. 2-3), sans article ou presque, sans précision topographiques (« la terre, les vergers et les maisons »), en somme un peu résumé (hypnoméma) par rapport à un texte d’archives qui doit exister par ailleurs et être beaucoup plus précis. Il concerne à l’évidence les populations du lieu et l’essentiel doit être dit. L’incertitude sur le sens général est en partie liée aux lacunes du texte ; toutefois, même si l’on ne peut proposer des restitutions assurées, l’interprétation d’ensemble peut être approchée. Il est clair que la structure du texte montre qu’il y a deux entités qui comptent dans l’établissement de l’accord, qui sont les sujets des verbes, exprimés par une troisième personne du singulier « il » (A, l. 7, 11 ; B, l. 9) et une troisième personne du pluriel « ils » (A, l. 17 ; B, l. 4). Il n’y a aucune raison tirée du texte lui-même pour penser que d’autres entités puissent intervenir comme « sujet », puisqu’il est question par ailleurs seulement des « travailleurs » et de « celui qui modifie les clauses » dans la formule de conclusion. En fonction de cela, si l’on imagine le début du texte, il faut nécessairement qu’y soient désignées ces deux entités. Or, comme – on l’a vu – la ligne 1 du fragment A décrit très probablement la première des charges indiquées, c’est elle qui est précédée d’un intitulé qui désigne les parties prenantes de l’accord. C’est un point essentiel qui pose la question de la restitution à envisager pour le début de la ligne.

40On va voir qu’il y a deux possibilités.

  • 29 Wörrle M., « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens II. Ptolemaios II und Telmessos », C (...)
  • 30 En dernier lieu, Schuler, 1998, p. 187-188.

41La première a été retenue par l’éditeur, qui propose pour la fin de la ligne 0 et le début de la ligne 1 la restitution δω][ρ]έαν. Il faut envisager alors avec cet accusatif une formule du genre de εἰς δωρέαν dans le sens de « pour le compte de la dôréa », qui n’est pas connu avec le verbe τελεῖν, mais qu’on peut rattacher à l’expression utilisée dans une inscription de Telmessos en Lycie29. C’est-à-dire que, dans cette interprétation, les « ils » versent les taxes à « il » pour le compte de la dôréa qu’il a obtenue. On a donc à ce moment-là au moins une autre ligne au-dessus, avec le nom du « ils » et ensuite le bénéficiaire (en effet, une seule ligne – la ligne 0 actuelle – ne suffit pas, puisque, avec εἰς δω- restitué, il ne reste plus que sept lettres). Cette hypothèse de la dôréa, qui est adoptée généralement30, n’est cependant pas satisfaisante pour trois raisons :

  • — télein eis dôréan n’est pas attesté ailleurs, mais ce n’est pas un argument dirimant ;
  • — nous n’avons pas les engagements du « il », c’est-à-dire du détenteur de la dôréa, comme dans le cas de l’inscription dite de Mnésimachos, trouvée à proximité de celle-ci, près de Sardes, qui précise les devoirs du bénéficiaire vis-à-vis du trésor royal et en particulier le paiement du phoros exprimé en monnaie d’or31. Il peut être toutefois rétorqué que ces obligations ne concernaient pas les assujettis aux taxes et pouvaient apparaître sur un autre document.
  • — le meilleur argument pour douter de l’existence d’une dôréa est donc le fait qu’ » il » a rendu les terres « enlevées » (B, l. 9-10) et qu’il permet aux « ils » de prendre dans le basilikon pour les « travailleurs » (B, l. 3-6). Il y a d’un côté une différence à noter entre le « ils » et les « travailleurs », et de l’autre le fait que la communauté des « ils » appartient à l’autorité royale et que cette dernière peut donner aux « travailleurs » ce qui leur faut. Il faut alors que le « il » soit un responsable ou un officier royal, et il ne peut être aussi en même temps le détenteur d’une dôréa. L’idée d’une dôréa introduit en fait un troisième « partenaire » et rend les choses confuses, car le texte ne permet pas de conclure valablement en ce sens.

42L’autre possibilité est donc que le « il » représente directement l’autorité royale. Cela a une grande conséquence sur la restitution du début de la ligne 1. Si l’on raisonne ainsi, il n’y a plus de dôréa ; le -EAN (accusatif ) peut être soit le sujet, soit le destinataire de l’action impliquée par le verbe τελεῖν : soit celui qui paye (« ils »), soit celui qui reçoit le paiement (« il »). Dans le premier cas, je n’ai pas trouvé de mot se terminant par -εαν qui puisse convenir, exprimant une collectivité comme katoikian, pentekômian, etc. Je préfère donc envisager ici le destinataire précédé d’une préposition (comme eίς), mais c’est alors un nom propre, seul ou précédé d’un titre. C’est une habitude proche de celle que l’on retrouve par exemple dans l’inscription de Mnésimachos (« phoros à verser à la chiliarchie de Pythéas », 2, l. 5). Dans un texte « résumé » comme celui-ci et qui insiste sur l’essentiel, le nom est certainement un signe du caractère officiel du texte. Dans cette hypothèse, la désignation du « ils » débuterait logiquement le texte. On peut donc proposer une première ligne qui commence par les « villageois » plutôt que les « citoyens » [Kωµἡτας εἰς---]εαν. Ce dernier serait un nom propre, celui du « il », en six lettres. Plusieurs possibilités existent, avec quelques noms plus courants comme Δηµέας, Κινέας, Φιλέας ou Пήθέας. Il est tentant de restituer ce dernier nom qui est celui du chiliarque lui-même de l’inscription de Mnésimachos ; cette inscription relate une donation de dôréa tout à fait contemporaine (fin ive siècle) de l’inscription d’Aigai et dans un rayon géographique si proche que les deux sites peuvent appartenir à la circonscription du chiliarque.

43C’est pourquoi je restitue au début du texte :

[Kωµἡτας εἰς Пή]-
[θ]έαν

44et la traduction :

« Que les villageois versent à Pythéas ».

  • 32 Sur cette notion, en dernier lieu Boffo L., « Lo statuto di terre, insediamenti e persone nell’Ana (...)

45On restitue ainsi la compréhension générale de la situation. C’est un accord qui indique les droits et devoirs d’une communauté villageoise qui appartient à l’administration royale dans ce qui fait certainement partie de la chôra basilikè32 et les engagements du roi à son égard. Cet accord survient après des événements qui avaient provoqué la perte pour la communauté de parties de son domaine. On ne sait pour quelle raison cet empiétement a eu lieu, peut-être – mais rien ne permet de l’affirmer – par suite d’une dôréa offerte à quelque bénéficiaire. La stèle, installée dans un point central de la communauté, peut-être près d’un bâtiment qui pourrait être le basilikon (si l’on pense que dans le village, la caisse royale est aussi un lieu où l’on entrepose des outils et du matériel), fonde désormais les rapports entre le roi et son représentant d’une part, et la communauté d’autre part. On devine en même temps la structure d’une société locale, dont une partie est de statut différent, les « travailleurs », qui doivent être le terme banal pour désigner des laoi basilikoi. Elle a visiblement des droits qui sont rétablis et dont on souhaite qu’ils soient désormais permanents. Même idée du côté royal, qui bénéficie de taxes sur lesquelles la communauté s’est engagée.

46L’essentiel est donc ces taxes qui sont d’une manière frappante un reflet précis de ce qu’on lit dans le Ps.-Aristote :

  1. a) le point de départ est la dékatè, qui dérive directement du tribut achéménide. L’inscription confirme l’interprétation que j’avais proposée du double nom chez le Ps.-Aristote, qui associe ekphorion et dékatè. L’ekphorion, c’est un autre nom du phoros, qu’on retrouve sous cette forme dans l’inscription de Mnésimachos et qui désigne une somme payée au roi pour toux ceux, individus et communautés, qui disposent par ailleurs des revenus fonciers. La dékatè, c’est en revanche le prélèvement direct pesant sur une terre royale, qui, dans ce cas, ne paie pas de phoros ;
  2. b) la deuxième catégorie de taxes est constituée par les produits propres, spécifiques, ici le huitième sur les arbres fruitiers (qui intègrent ou non les vignes récupérées) ;
  3. c) troisième catégorie : les droits sur les marchandises. L’on retrouve ici un cinquantième sur les troupeaux, qui sont soit des taxes sur la vente, soit sur les droits de passage, dans une région où l’élevage est essentiel, comme le montre une autre inscription de la région d’Aigai33 ;
  4. d) si les droits sur les transactions manquent – ce qui est logique puisque nous sommes dans une petite communauté rurale –, l’ordre continue avec les droits sur les troupeaux qui sont mentionnés, mais dont les villageois sont exemptés, et en particulier le droit de croît (on doit penser à une synonymie étroite entre l’épigonè de l’inscription et l’épikarpia du Ps.-Aristote), à l’exception des ruchers et des droits sur les animaux chassés.

47Je ne pense pas que cette ressemblance entre les deux textes soit une simple coïncidence, d’autant plus, rappelons-le, qu’ils sont rigoureusement contemporains. Le message du texte d’Aigai est précisément ce que le Ps.- Aristote voulait dire : il faut récapituler et vérifier les prérogatives du roi en matière de taxes et les appliquer en fonction des possibilités. On devine très bien les concessions qui ont pu être faites par l’administration royale, comme l’exemption des taxes sur les troupeaux et la restitution des biens, pour que la communauté ait les moyens de remplir ses devoirs fiscaux. Très probablement, ce sont les résultats d’une véritable négociation qui montre les désirs de l’administration gréco-macédonienne de tirer des revenus stables d’une communauté. Il est impossible de savoir ce qui se passait avant leur arrivée, et il serait complètement gratuit de mettre tout sur le compte du « nouvel » esprit des conquérants. L’aspect « neuf » serait ici à mettre en rapport non pas avec la gestion antérieure, dont on ne sait rien, mais avec des événements sans doute très récents et qui sont déjà le résultat des nouvelles conditions politiques. C’est donc plutôt une réaction, dans laquelle on peut reconnaître le même esprit que dans le texte du Ps.-Aristote, contre une emprise trop brutale et en faveur de la nécessité de ne pas gérer les possessions comme une conquête, mais comme un patrimoine.

Le rôle du roi dans l’économie royale

48L’économie royale ne s’en tient pas à la seule question, capitale, de l’acquisition des revenus. Dans le texte du Ps.-Aristote, le rôle du roi est même très spécifique, puisqu’il est chargé d’utiliser et de dépenser les biens qui lui viennent de l’action du satrape. Cette distinction de fonction n’est pas propre à la tradition achéménide, elle s’inscrit dans la division canonique de l’oikonomia, déjà mentionnée plus haut, où la tâche du maître de maison est l’utilisation des revenus, la chrésis. Le texte présente ainsi l’action du roi :

« [L’économie royale] dispose du pouvoir absolu et comprend quatre aspects : sur le monnayage, les sorties, les entrées, les dépenses. Entrons dans le détail. Pour les monnaies, il s’agira de savoir de quel type il faut en faire et quand ; pour les sorties et entrées, quand et quels produits rassemblés par le satrape dans le domaine royal (tagè) il sera le plus avantageux de disposer ; quant aux dépenses, il faudra voir celles qu’on doit supprimer et quand, et s’il faut les régler en espèces ou en marchandises au lieu de monnaie. »

49L’étude de l’ensemble de cette action royale mériterait un développement d’ensemble qui reste à faire, puisqu’elle concerne en fait l’influence de la monarchie sur l’ensemble de l’économie hellénistique. Je m’en tiens donc ici à la compréhension du texte et au sens qu’il implique pour un lecteur grec.

50La première action spécifique signalée est la politique monétaire, ce qui est significatif de l’importance prise par les émissions monétaires dans la gestion du roi. Mais il ne s’agit pas d’un fait aussi neuf qu’on pourrait le penser. Déjà Hérodote (III, 96) mentionnait l’utilisation monétaire du phoros, et le texte du Ps.-Aristote évoque aussi très certainement le fait tributaire, l’ekphorion de l’économie satrapique. En revanche, la question du développement de la monétarisation de la société est sous-jacente, mais elle ne se confond pas avec la quantité de monnaie émise et n’est pas due nécessairement ni principalement à la politique royale.

  • 34 Briant P., « Prélèvements tributaires et échanges en Asie Mineure achéménide et hellénistique », A (...)
  • 35 RC, n° 3-4.
  • 36 Waelkensm. et Poblone S., Sagalassos IV, Reports on the survey and excavation campaigns of 1994 an (...)

51La deuxième action concerne les « entrées » et « sorties » de la tagè, qui est certainement un terme ancien pour désigner, dans la tradition orientale, le domaine royal et la meilleure façon d’en tirer profit. C’est ni plus ni moins que l’utilisation des revenus des taxes recueillis par le travail du satrape. C’est un point essentiel de la politique du roi qui existait déjà, on le sait, chez les rois achéménides, comme la vente par exemple des excédents en blé34. Tant pour les céréales que pour les autres produits, l’économie royale est un élément considérable de réserve et de stockage. Depuis l’époque classique, l’élément moteur du commerce du blé en Méditerranée orientale vient des zones frontalières du monde grec (régions du Pont, de l’Asie Mineure, de l’Égypte), qui sont de vastes zones d’économies tributaires, où le blé est précisément issu des taxes et des prélèvements royaux ou seigneuriaux. L’une des chances des cités grecques est d’avoir eu cet environnement exceptionnel. À l’époque hellénistique, la décision royale d’autoriser les ventes venant de son patrimoine, comme on le voit dans le cas du synœcisme de Téos et de Lébédos35, est donc un élément important de la réussite de l’approvisionnement. Il est très probable que la nouvelle politique d’aménagement des lieux d’entrepôts près des agoras des cités à l’époque hellénistique est en grande partie due à la politique royale de mise à disposition sur le marché (dans des conditions que l’on ignore) de ses produits. La structure la plus ancienne est, à notre connaissance, le Market Building de Sagalassos36 qui peut être daté de la fin du ive siècle ou du début du iiie siècle. Il présente un niveau de stockage surmonté peut-être, au niveau de l’agora, d’un portique. Différents modèles se développeront ensuite dans les monarchies séleucides et attalides.

  • 37 Manganaro G., « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30, 2000, p. 403-414.
  • 38 Robert L., « Fabriques royales », BCH, 108, 1984, p. 496-499.
  • 39 Gauthier, 1989, p. 101-106.
  • 40 von Szalay A. et Boehringer E., Die hellenistiche Arsenale, Altertümer von Pergamon, X, 1934.

52Le dernier point concerne les dépenses qui constituent un domaine vaste et font du roi un partenaire essentiel de la vie économique. Un exemple récent vient de nous en être donné par une inscription de Kymè en Éolide37. On y apprend que la cité de Kymè, désireuse de renforcer sa défense, fait une demande d’achat de 600 boucliers au dynaste Philétairos de Pergame dans les années 270. Le dynaste répond (l. 17) que « l’atelier qui fabriquait pour nous les boucliers s’est arrêté », mais que, disposant en stock de 1 000 boucliers, il en cédera à la cité la quantité voulue. Il serait aventureux de ressusciter les ateliers royaux attalides, dont l’existence avait été avec raison mise en doute par L. Robert38 et Ph. Gauthier39. En fait, nous retrouvons dans cet exemple, au vocabulaire près – le verbe qui indique l’arrêt de la fabrication, διαλὑιεν, dans l’inscription renvoie par exemple au καταλὑιεν utilisé par Xénophon, Poroi, IV, 6, pour exprimer les difficultés des ateliers –, le fonctionnement chaotique des ateliers artisanaux de la ville grecque, existant et rassemblés en fonction du besoin du propriétaire, sans que cela soit une structure permanente d’entreprise. Il est possible que Philétairos ait constitué ad hoc un atelier pour subvenir à ses besoins (à ce moment-là, nous pourrions parler d’ateliers royaux) ou qu’il ait utilisé des compétences extérieures rassemblées là, ce que laisserait penser la forme du texte. Dans les deux cas, et pour l’impact sur l’économie dans son ensemble, on ne voit rien qui soit différent de l’utilisation privée des ateliers. En revanche, encore une fois, le rôle du roi comme acteur du stockage est manifeste et ce texte doit être mis en rapport avec les arsenaux de Pergame dont certains (bâtiments I et II) étaient précisément datés du règne de Philétairos40. Ils abritaient certainement entre autres les boucliers fournis aux Kyméens.

53Dans un passage d’un auteur contemporain de la conquête, Polyclète de Larissa (Strabon, XV, 3, 21), nous lisons que les Grecs ont été sensibles à la fois à la richesse du Grand Roi, mais aussi à sa gestion oikonomique qui était déjà sur certains points, au cours du ive siècle, devenue un modèle intellectuel. L’économie royale à « la grecque » n’arrive donc pas comme un fait nouveau qui ne tiendrait pas compte des réalités orientales. Je crois en revanche qu’il serait faux et lourd de conséquences pour la compréhension de l’économie à l’époque hellénistique de laisser subsister l’idée que l’économie grecque et que l’économie orientale se maintiennent parallèlement sans contacts. Il faut voir dans le discours grec qui construit le concept d’économie royale une forme de concrétisation particulièrement attractive de l’oikonomia, au sens où il est possible de bien calculer et de bien adapter. Le roi est comparé au possesseur de l’oikos qui reste le cœur de l’activité économique pour les Grecs. Nous assistons en fait dans les idées, pour reprendre une réalité contemporaine, à une « mondialisation » de l’économie patrimoniale qui est au centre de l’économie antique.

54Des études plus complètes pourront en déterminer les changements qui sont à porter au crédit des nouveaux maîtres de l’empire.

Notes

1 Davies J. K., « Hellenistic Economies in the Post-Finley era », Archibald Z. H., Davies J., Gabrielsen V. et Oliver G. J. (éd.), Hellenistic Economies, 2001, p. 11-62, en particulier p. 40.

2 Rostovtzeff, p. 24.

3 Ibid., p. 172.

4 Ibid., p. 973, n. 25.

5 Rostovtzeffm., compte rendu de Hasebroek J., Griechische Wirtschafts- und Gesellschaftsgeschichte, in Zeitschrift für Die Gesamte Staatswissenschaft, 1932, p. 333-339, notamment p. 333-335.

6 Will Éd., « Trois quarts de siècle de recherches sur l’économie grecque antique », AESC, 9, 1954, p. 7-22.

7 Rostovtzeff, p. 64.

8 Davies J. K., « Hellenistic Economies in the Post-Finley era », art. cit., p. 39.

9 Préaux Cl., L’économie royale des Lagides, 1939.

10 Rostovtzeff, p. 944.

11 Weber M., Économie et société dans l’Antiquité, trad. fr., 1998, p. 129.

12 Ibid., p. 292.

13 Je remercie vivement Laurent Capdetrey, qui termine une thèse sur l’administration séleucide, pour ses avis lors des discussions très fructueuses que nous avons eues ensemble au moment de la préparation de cet article.

14 Rostovtzeff, p. 309.

15 Une thèse en cours, préparée par Jean-Louis Scandella, permettra d’établir un point d’ensemble sur la question.

16 Le Rider G., « Antimène de Rhodes à Babylone », Bulletin of the Asia Institute, 12, 1998, p. 121-138.

17 Finley M. I., « Aristotle’s Oeconomicus », CR, 20, 1970, p. 315-319.

18 Victor U., (Aristoteles) Oikonomikos. Das erste Buch der Ökonomik-Handschriften, Texte, Übersetzung und Kommentar, 1983, p. 168.

19 Fortenbaughw. et alii, Theophrastus of Eresus. Sources for His Life, Writings, Thought and Influence, 1992, n° 634.

20 Ibid., n° 633.

21 Szegedy-Maszak A., The Nomoi of Theophrastus, 1987, p. 102-106.

22 Descat R., « De l’économie tributaire à l’économie civique : le rôle de Solon », Mélanges Pierre Lévêque, 5, 1990, p. 85-100.

23 En dernier lieu, Migeotte L., « Oikonomia Politikè (Ps.-Aristote, Économique, II, 1, 5) », CÉA, 37, 2001, p. 27-34.

24 Villanueva-Puig M.-Chr., « Le Vase des Perses. Naples 3253 », REA, 91, 1989, p. 277-298.

25 Malay H., « A Royal Document from Aigai in Aiolis », GRBS, 1983, p. 349-355. Traduction et commentaire dans Chandezon Chr., L’élevage en Grèce (fin Ve-fin Ier s. a.C.), 2003, p. 201-205.

26 Savalli-Lestrade I., « Eumène (Ier) et l’expansion de Pergame. À propos de IG XII Suppl., n° 142 », REG, 105, 1992, p. 227, pour Antiochos II.

27 Lund H. S., Lysimachus. A Study in Early Hellenistic Kingship, 1992.

28 Schuler, 1998, p. 187.

29 Wörrle M., « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens II. Ptolemaios II und Telmessos », Chiron, 8, 1978, p. 201-246, en particulier p. 202, l. 14-15.

30 En dernier lieu, Schuler, 1998, p. 187-188.

31 Sardis, VII, p. 1-7.

32 Sur cette notion, en dernier lieu Boffo L., « Lo statuto di terre, insediamenti e persone nell’Anatolia Ellenistica », Dike, 4, 2001, p. 233-255.

33 Keil J. et von Premerstein A., Bericht über eine Reise in Lydien und der südlichen Aiolis, 1910, p. 97-98.

34 Briant P., « Prélèvements tributaires et échanges en Asie Mineure achéménide et hellénistique », Andreau J., Briant P. et Descat R. (éd.), Les échanges dans l’Antiquité, le rôle de l’État, 1994, p. 69-81.

35 RC, n° 3-4.

36 Waelkensm. et Poblone S., Sagalassos IV, Reports on the survey and excavation campaigns of 1994 and 1995, 1997, p. 127-130.

37 Manganaro G., « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30, 2000, p. 403-414.

38 Robert L., « Fabriques royales », BCH, 108, 1984, p. 496-499.

39 Gauthier, 1989, p. 101-106.

40 von Szalay A. et Boehringer E., Die hellenistiche Arsenale, Altertümer von Pergamon, X, 1934.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search