Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Deuxième partie. Héritages, acculturation, innovations

Évolutions culturelles dans les sociétés du Proche-Orient syrien à l’époque hellénistique

Pierre-Louis Gatier

Texte intégral

1Nous appellerons Proche-Orient ou Proche-Orient syrien l’espace que les Anciens nommaient généralement Syrie, de l’Amanus au Sinaï et de la Méditerranée à l’Euphrate. Cette zone n’a que brièvement été soumise à un même souverain après la mort d’Alexandre. À la suite des guerres entre les Diadoques, elle est d’abord divisée entre Lagides au sud et Séleucides au nord. La frontière, variable, correspond alors approximativement à la limite nord de l’actuelle République libanaise. La conquête des territoires lagides par Antiochos III, dans les années 202-198, unifie ensuite brièvement le Proche-Orient syrien, avant le long processus d’éclatement, dont l’élément le plus notable est la révolte juive à partir de 166 av. J.-C. – prolongée par la constitution de l’État hasmonéen dans la 2e moitié du iie siècle – et dont les raisons sont bien connues – querelles dynastiques, interventions des puissances voisines et montée des autonomismes locaux.

2Mon propos n’est pas de présenter une synthèse nouvelle sur le thème de l’acculturation, ou – si l’on préfère – sur les évolutions culturelles, mais d’aborder certains aspects particuliers de ces transformations. J’éliminerai, en tenant compte des autres communications du colloque, d’une part, ce qui concerne le monde du judaïsme, qui a sa spécificité, d’autre part, une bonne partie du phénomène de création des cités coloniales, sans négliger tout à fait ce qui se passe dans ces cités. Partons d’un état de la question concernant l’historiographie et les sources pour esquisser ensuite un tableau du paysage culturel et de la vie religieuse dans le Proche-Orient hellénistique.

Le problème des sources

  • 1 Millar F., « The Problem of Hellenistic Syria », Kuhrt A. et Sherwin-White S. (éd.), Hellenism in (...)

3F.Millar, dans un article provocateur publié en 1987, faisait un constat assez déprimant de l’insuffisance des sources. À la question : « Can we observe elsewhere in Syria, i. e. outside Judaea, either the continued survival of a non-Greek culture, or the fusion (Verschmelzung) in Droysen’s sense of Greek and non-Greek cultures1 ? », il répondait par la négative, tout en signalant le cas particulier des cités de la côte phénicienne. On pourrait considérer que la Judée et la Phénicie constituent déjà une part non négligeable de l’espace envisagé et que le verre est à moitié plein plutôt qu’à moitié vide ; cependant, il convient de s’arrêter sur les lacunes de la documentation, raison principale du pessimisme de Millar. Ce savant insistait particulièrement sur la pauvreté de l’épigraphie. Il estimait qu’au-delà des raisons alléguées pour l’expliquer, cela reflétait le peu d’impact de la présence grecque en Syrie, et peut-être le caractère purement militaire de cette présence, dans une période surtout marquée par des conflits.

  • 2 Sartre, 2001 ; cf. p. 17-33, un bilan général des sources, pour toute la période envisagée par l’o (...)
  • 3 Donner H. et Röllig W., Kanaänische und aramäische Inschriften, vol. 1-3, 1962-1964.

4Le constat d’insuffisance des sources doit évidemment être nuancé, mais il n’est pas tout à fait inexact. Il n’est pas nécessaire de rappeler qu’en dehors de Flavius Josèphe, auteur du ier siècle apr. J.-C., et des autres sources littéraires issues du judaïsme, cette partie de la documentation est assez déficiente2, surtout en ce qui concerne les traditions « indigènes » et les questions qui nous concernent ici. Les inscriptions grecques d’époque hellénistique sont plus que rares. J’en ai compté environ 94, gravées sur pierre ou peintes, dont beaucoup de funéraires ; le site le mieux représenté est Marisa en Idumée. Les inscriptions en araméen d’époque hellénistique sont encore plus rares. Le phénicien lui-même n’est guère représenté3.

5Cependant, la documentation écrite s’accroît progressivement, d’une part bien évidemment par de nouvelles trouvailles d’inscriptions lapidaires, d’autre part et surtout par la prise en compte d’une épigraphie marginale, celle des poids civiques, des ostraca, des anses d’amphores timbrées et des cachets, que des découvertes récentes ont considérablement augmentée. Quelques exemples suffiront pour évoquer certaines de ces nouveautés où des textes grecs, araméens ou phéniciens, peuvent, surtout quand ils forment des séries denses, apporter de précieuses informations.

  • 4 Finkielsztejn G., « A Standard of Volumes for Liquids from Hellenistic Marisa », ‘Atiqot, 38, 1999 (...)
  • 5 Lemaire A., Nouvelles inscriptions araméennes d’Idumée au Musée d’Israël, 1996 ; ID., « Les religi (...)
  • 6 Kawkabani I., « Les anses timbrées de Jal el-Bahr (Tyr) », Archaeology and History in Lebanon, 17, (...)
  • 7 Ala’eddine A., « Hellenistic Stamped Amphorae from Beirut », Archaeology and History in Lebanon, 1 (...)
  • 8 Pour Scythopolis, Mazar G. et Bar-Nathan R., « The Beth’Shean Excavation Project 1992-1994 », Exca (...)

6À Marisa, nous connaissons maintenant neuf poids qui nomment en grec des agoranomes et attestent du statut de polis, à la fin du iie siècle, d’une communauté qu’on a longtemps hésité à définir4. Les ostraca d’Idumée, au sud de la Palestine, documents de comptabilité en araméen, illustrent la situation administrative, mais aussi culturelle et religieuse de cette région à la fin de l’époque achéménide et au début de la domination grecque, entre 362 et 312 av. J.-C.5. Des séries d’amphores timbrées, en phénicien au iiie siècle à Tyr6, et en grec au iie siècle vraisemblablement en provenance de fabrications sidoniennes7, témoignent des productions locales. Elles permettront, quand elles seront publiées en détail, de mieux illustrer les différences culturelles et institutionnelles entre Tyr et Sidon et les changements entre le iiie et le iie siècle. Trois lots importants de cachets ont été découverts en fouille, il y a peu. À Zeugma, sur l’Euphrate, ces objets datent de l’époque romaine, mais aussi, semble-t-il, de la fin de la période hellénistique. À Scythopolis – Beth Shéan – et à Kedesh, ils remontent à la deuxième moitié du iie siècle. Dans le cas de ce dernier site, la comparaison avec les timbres d’amphores de Tyr devrait permettre de fructueux rapprochements8.

7Les remarques de Millar étaient nourries par une prise en compte insuffisante des données archéologiques. S’il y a bien un sujet où elles sont indispensables, c’est celui des phénomènes d’acculturation, depuis la consommation du vin jusqu’au plan des villages, depuis la forme des temples jusqu’à la représentation des dieux, et depuis les modes vestimentaires jusqu’à l’iconographie civique. Inutile de dire que, dans ces domaines, l’accroissement de la documentation est continu. On aurait eu peine à pressentir à l’époque de l’article de Millar cette sorte de progression géométrique qui multiplie les questions et décourage les tentatives de synthèse, tout en comblant d’importantes lacunes. Il serait vain d’énumérer les sites principaux du Proche-Orient hellénistique ou même de signaler les dernières trouvailles. Contentons-nous de quelques rappels.

  • 9 Desreumaux A., Gaborit J. et Caillou J.-S., « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI, 1 (...)

8La ville d’Apamée de l’Euphrate et celle, voisine, découverte à Djebel Khaled sont apparues à l’occasion des travaux des barrages turcs et syriens de l’Euphrate9. L’une et l’autre ont été figées dans leur état hellénistique par l’expansion parthe. De la même manière, l’extension de la domination hasmonéenne a entraîné des destructions considérables dans de nombreux sites voisins de la Judée – Kedesh et Tel Anafa dans la haute vallée du Jourdain, Scythopolis et probablement Gadara au nord-est, Marisa au sud.

  • 10 Pour Kedesh et Scythopolis, voir supra, n. 8 ; pour Tel Anafa, Herbert S. C. (éd.), Tel Anafa, I, (...)
  • 11 Voir en particulier les séries d’articles parues dans les revues BAAL, 1, 1996 ; 2, 1997 ; 3, 1998 (...)

9Les travaux récents ont mis au jour des ensembles hellénistiques inattendus, comme la ville basse de Marisa ou le rempart et le temple de Gadara10. La fouille du « centre-ville » de Beyrouth, opération d’archéologie urbaine de vaste ampleur, apporte également beaucoup, dans les domaines de l’habitat et du commerce11. Enfin, de grands sites connus et fouillés depuis longtemps, comme Apamée de l’Oronte et Doura-Europos, ont bénéficié récemment d’une révision de leur urbanisme hellénistique.

10Si l’on fait des prospections et des fouilles un peu partout, ce n’est pas avec la même intensité. Pour simplifier, on remarquera que la proportion d’archéologues et de missions au km2 est, ou a été, bien supérieure dans le sud du Proche-Orient (Palestine, Israël, Jordanie) que dans le nord (Liban, Syrie, Turquie du Sud-Est), pour des raisons variées. Cette différence quantitative, si elle promet de futures révélations, fausse un peu les perspectives quant aux aspects régionaux de la question de l’acculturation.

  • 12 Finkielsztejn G., « Du bon usage des amphores hellénistiques en contextes archéologiques », Blondé(...)
  • 13 Herbert S. C. (éd.), Tel Anafa, I, 1994 ; ID., Tel Anafa, II, 1, 1997 ; Berlin A. M., « From Monar (...)
  • 14 Finkielsztejn G., « Du bon usage des amphores hellénistiques en contextes archéologiques », Blondé(...)

11Les études de matériel, de la céramique aux monnaies, sont portées par l’intensification des fouilles et prospections. Là encore, quelques exemples empruntés à la céramologie suffiront à montrer leur intérêt. G. Finkielsztejn a montré la forte diminution des importations d’amphores de vin et d’huile à Jérusalem à la fin du iie siècle av. J.-C., à la suite, semble-t-il, de l’imposition par les Hasmonéens des règles de pureté de la loi juive12. La fouille de Tel Anafa, dans la haute vallée du Jourdain, a révélé la succession à l’époque hellénistique de deux établissements bien différents. Au début du iiie siècle, un village modeste s’installe sur le site ; sa céramique, purement locale sans importations, est essentiellement composée de marmites (cooking pots) et de jattes (mortaria) ; ce village est abandonné vers 250 av. J.-C. La grande et luxueuse maison qui réoccupe le site, entre 125 et 75 av. J.-C. environ, possède une cour à colonnades, un bain privé et des salles décorées de stucs et même de mosaïques de pavement ; des amphores à vin – de Rhodes, Cos, Cnide, Chio, de Phénicie et d’Italie –, des vases à parfums, une abondante vaisselle de table en céramique ESA et en verre, des casseroles pour ragoûts témoignent d’une transformation totale du niveau social et des habitudes alimentaires des résidents13. À Marisa, dès la fin du iie siècle av. J.-C., on constate la présence significative d’amphores importées de Méditerranée occidentale, Italie et Afrique du Nord14.

  • 15 Sartre, 2001, p. 13, n. 6.

12Le raisonnement de Millar doit être pris sérieusement en considération15. Il a le mérite de montrer les disproportions régionales de la documentation. La surreprésentation de la Palestine et, en second lieu, de la Phénicie n’a pas été atténuée par les développements de l’archéologie, bien au contraire. Il serait dangereux de pallier l’insuffisance – relative – de la documentation par ce que je nommerai la méthode régressive, qui consisterait à étendre à la période hellénistique l’existence de phénomènes constatés à l’époque romaine et considérés comme archaïques ou traditionnels. C’est particulièrement dans le domaine religieux que l’idée de pérennité des lieux de culte ou de continuité des rites peut conduire à ces abus.

Méditerranée et Orient

13L’historiographie des rapports culturels et de l’acculturation dans le Proche-Orient antique est tributaire de mots et de conceptions rediscutées en permanence, dont des noms géographiques qui ne sont jamais totalement libres de préjugés, au premier rang desquels Orient et Proche-Orient, Méditerranée, Grèce et Monde grec. Il ne s’agira pas ici de construire, reconstruire ou déconstruire ces notions, mais de signaler certains des débats les plus féconds des trente dernières années qui les ont concernées, pour l’époque hellénistique.

  • 16 Schlumberger D., L’Orient hellénisé : l’art grec et ses héritiers dans l’Asie non méditerranéenne, (...)

14Le livre de D. Schlumberger, paru en 1970 dans sa version française, était sous-titré, L’art grec et ses héritiers dans l’Asie non méditerranéenne16. Il s’agissait d’un ouvrage d’histoire de l’art, qui couvrait une vaste période jusqu’à la fin du iiie siècle apr. J.-C., sans que la documentation d’époque hellénistique soit beaucoup représentée, vu l’état des connaissances en 1970. Hormis la Commagène, Doura et Palmyre, la Syrie antique n’était guère concernée, puisque l’auteur s’intéressait principalement aux régions passées aux mains des Parthes, de l’Euphrate à l’Iran, et à l’Asie centrale. Dans cette zone, il distinguait trois sous-périodes. L’art grec, dans un premier temps, était un produit d’importation qui, cependant, faisait des emprunts aux traditions achéménides. Il coexistait avec un art oriental continué. Dans un second temps apparaissait l’art des cours gréco-iraniennes, bien représenté par les monuments royaux de la Commagène. L’art parthe proprement dit, qui fusionnait ces traditions, apparaissait et se développait dans un troisième temps. Schlumberger systématisait l’opposition entre le monde méditerranéen, auquel appartenait une bonne partie de la Syrie, et l’intérieur, la partie orientale de l’ancien domaine séleucide, qui était le sujet principal de son étude. Il montrait deux types différents de réception de l’hellénisme, l’un méditerranéen, l’autre oriental.

  • 17 Sherwin-White-Kuhrt. Voir le débat publié dans Topoi, 4/2, 1994, à propos de cet ouvrage.
  • 18 Carnasa Ch., Le dirigenze cittadine nello Stato seleucido, 1996 ; Savalli-Lestrade I., « Comment o (...)

15Une démarche voisine a inspiré les travaux d’A. Kuhrt et S. Sherwin- White, et surtout leur ouvrage sur « l’empire » séleucide17. Il s’agit de présenter ce que d’autres nomment « royaume » comme un espace diversifié, dont la structure pluriethnique est soulignée. Les auteurs cherchent à insister sur le caractère oriental de cette domination, sur l’héritage achéménide qui l’explique, sur l’importance de Séleucie du Tigre au centre du domaine séleucide et sur la nécessité de débarrasser l’histoire séleucide des visions hellénocentristes. Ces thèses ont été fortement contestées, de même qu’une étude du personnel séleucide qui observait une forte présence des élites orientales, au détriment des Grecs, dans l’entourage des souverains, l’armée et l’administration18. Ainsi I. Savalli-Lestrade a montré, contra, que le fonctionnement du royaume séleucide ne semble pas très différent de celui des autres monarchies hellénistiques, où Grecs et Macédoniens dominent les populations indigènes et occupent l’essentiel des fonctions importantes. La question de l’intégration des élites indigènes dans le royaume séleucide n’a pas permis de déceler une attitude distante des rois envers les cités grecques de leur domaine, ou une volonté de se détourner de la Méditerranée. Dénoncer l’hellénocentrisme des historiens et leur manque d’intérêt pour la documentation écrite dans les langues sémitiques ne doit pas conduire à considérer que le royaume – ou l’empire – des Séleucides était guidé par des principes étrangers aux traditions grecques, ou à fabriquer un orientalotropisme séleucide.

  • 19 Will Er., in Amy R., Seyrig H. et Will Er., Le temple de Bel à Palmyre, 1975.

16Revenons du politique au culturel. Le rôle de Séleucie du Tigre dans l’histoire séleucide, remis au premier plan par l’ouvrage de Kuhrt et Sherwin-White, était déjà l’un des points de l’argumentation de Schlumberger. À ses yeux, cette ville aurait été l’un des creusets de l’art oriental hellénisé à la fin de l’époque hellénistique et aurait particulièrement influencé le premier art palmyrénien. Er. Will a critiqué ces vues en soutenant que le temple de Bêl à Palmyre, certes du ier siècle apr. J.-C., mais monument fondateur de l’art palmyrénien, était d’abord marqué par l’influence de l’art hellénistique d’Asie Mineure, en particulier par l’exemple du grand temple de Magnésie du Méandre19.

  • 20 Millar F., The Roman Near East (31 B.C.-A.D. 337), 1993.

17La définition du royaume séleucide comme empire pose la question des communautés qui le composent, en particulier de ceux que l’on nomme sans nuance les Orientaux. Pour ce qui concerne la Syrie seule, dans l’espace géographique que nous avons délimité, les identités ethniques et culturelles sont au centre des débats. F.Millar, dans son ouvrage sur le Proche- Orient romain20, a fourni le tableau d’une Syrie dépourvue d’unité, éclatée en groupes et en microrégions peu structurées et sans traits communs. Seuls les juifs y constitueraient une communauté cohérente et consciente d’elle-même. Cette situation prolongerait celle de l’époque hellénistique. Le traitement régionaliste de l’histoire du Proche-Orient, poussé à l’extrême, accompagne, comme chez d’autres auteurs, la volonté d’isoler une à une les sources documentaires et une vision pessimiste de leur apport qualitatif et quantitatif.

  • 21 Sartre, 2001.
  • 22 Millar F., op. cit. Voir mon compte rendu du livre de Sartre, Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Lev (...)

18Le livre de M. Sartre sur le Proche-Orient hellénistique et romain nomme « Levant » cet ensemble, terme qu’on a plutôt l’habitude d’appliquer à la côte méditerranéenne21 ou aux territoires du Mandat français. Cet ouvrage est, à mes yeux, d’abord une réponse aux deux points principaux soulevés par Millar22. Pour Sartre, d’une part, la documentation permet de traiter dès l’époque hellénistique l’histoire de cette région, qui a une cohérence et des traits communs. D’autre part, les spécificités juives ne doivent pas empêcher de présenter une vision globale de la Syrie hellénistique, puis romaine.

  • 23 Voir supra, n. 12.
  • 24 Berlin A.M., « From Monarchy to Markets ; The Phoenicians in Hellenistic Palestine », BASOR, 306, (...)
  • 25 Mlynarczyk J., « Local and Regional Wares at Tell Keisan in the Hellenistic Period », Études et tr (...)
  • 26 Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et géographie historique d’Alexandre à Zénobie », (...)
  • 27 Voir Mlynarczyk J., « Local and Regional Wares at Tell Keisan in the Hellenistic Period », Études (...)

19Les questions d’identité sont abordées à l’heure actuelle dans deux types d’études. Les unes sont des recherches sur la céramique, tendant à montrer – ou voulant montrer – des schémas de diffusion communautaires ou « ethniques ». On a signalé, supra, les travaux portant sur les types d’importations d’amphores à Jérusalem et à Marisa23. Certains archéologues ont cherché également à reconnaître une céramique proprement ituréenne, dans l’Hermon et le Djaulan, sans convaincre. Un article récent d’A. Berlin analyse de la même manière la répartition d’une céramique dite Phoenician semi fine24, dont le centre de production pourrait être à Tyr ou dans ses environs25. Cette céramique a d’abord été reconnue à Tel Anafa et sur d’autres sites de la haute vallée du Jourdain, puis sur la côte nord de la Palestine, à l’est du lac de Tibériade, en Galilée, et également sur la côte sud, à Azotos et à Ascalon. Ces trouvailles témoigneraient des routes commerciales phéniciennes du iie siècle av. J.-C., ce qu’on admet bien volontiers. Poussant assez loin ses conclusions, A. Berlin pense que les acquéreurs de ces récipients et des produits qu’ils contenaient étaient les Phéniciens installés en Palestine et connus par d’autres sources. La forte présence de cette céramique dans le Nord de la Palestine montrerait que les « northern colonists », colons phéniciens installés dans la région, étaient bien moins désireux de s’assimiler que les Phéniciens du Sud de la Palestine, moindres consommateurs de Phoenician semi fine. On contestera d’abord les bases de géographie historique qui fondent ce raisonnement. Il faut considérer qu’un habitant de la chôra de Tyr, qui englobe le haut Jourdain, ou de celle de Ptolémaïs – Akko –, qui s’étend largement vers l’intérieur26, n’est pas vraiment un colon, qui pourrait, ou ne pourrait pas, s’assimiler à des populations allogènes. Mais c’est surtout le raisonnement ethnique qui affaiblit la réflexion de l’auteur sur les routes commerciales. La diffusion d’une catégorie de céramique tyrienne dans un rayon de cinquante kilomètres autour de la ville et dans quelques sites côtiers devrait, me semble-t-il, se comprendre en termes de marchés plutôt que de communautés. En tout cas, cette diffusion a des chances d’être – banalement – régionale pour l’essentiel27, même si l’on ignore à peu près tout de son extension vers le nord.

  • 28 Briant P., États et pasteurs au Moyen-Orient ancien, 1982 ; Honigman S., « Les divers sens de l’et (...)

20D’autres études, où la linguistique et la philologie tiennent la place principale, s’intéressent plus particulièrement à l’identité arabe et dépassent largement le cadre de l’histoire hellénistique. L’ethnique « arabe », connu au ixe siècle av. J.-C., désigne dans les textes du Proche-Orient ancien des nomades ou, si l’on préfère, des Bédouins. L’historiographie grecque d’époque hellénistique hérite de l’image stéréotypée de l’Arabe que véhiculaient ces textes. Le dromadaire, la tente, l’arc font partie de cette image, comme les clichés sur l’errance, le pastoralisme et le refus de l’agriculture, même si certains auteurs avertis, comme Poseidonius d’Apamée, parlent de la sédentarisation d’Arabes cultivateurs28. Ceux qui sont nommés « Arabes » ne se désignent jamais eux-mêmes ainsi, du moins avant la création de la province romaine d’Arabie. Ils écrivent d’ailleurs fort peu. Des textes brefs utilisant les dialectes « nord-ouest arabiques » constituent l’épigraphie qu’on peut considérer comme arabe à l’époque hellénistique, dont témoignent les inscriptions dites lihyanites, dédanites, safaïtiques et thamoudéennes. Outre leurs datations imprécises et leur brièveté décourageante, le fait qu’elles se rencontrent essentiellement dans le nord-ouest de la péninsule arabique, région extérieure aux royaumes hellénistiques, n’en permet guère l’usage pour notre propos.

21Dans la Syrie hellénistique, cinq groupes que les Anciens considéraient comme « arabes » ont réussi à se constituer des pouvoirs indépendants, soit à la faveur de leur position géographique marginale, comme les Nabatéens en bordure du royaume lagide, puis séleucide, soit à la suite de la désagrégation du pouvoir séleucide, comme, du nord au sud, les Édesséniens, les Palmyréniens, les Éméséniens et les Ituréens, pour ne citer que les tentatives abouties d’autonomie. À l’extrême fin de l’époque hellénistique et surtout à l’époque romaine, trois de ces groupes au moins rédigent des inscriptions en araméen, les Nabatéens, les Palmyréniens et les Édesséniens, peut-être aussi les Ituréens. Depuis longtemps les philologues cherchent à déceler, soit dans le vocabulaire, soit dans l’onomastique des uns et des autres, les traces d’arabité qui coïncideraient avec les appréciations des Anciens et qui montreraient que, si la langue écrite peut se définir comme de l’araméen, la langue parlée appartenait bien à la famille des dialectes arabes. Autre méthode : on recherche dans la vie religieuse des traits considérés comme proprement arabes. Parmi ces signes d’arabité, les cultes astraux et solaires, ou la vénération de divinités particulières telle Allath (déesse parfois assimilée à Athéna), sont très fréquemment retenus. Il est bien difficile pourtant de réserver aux seuls « Arabes » la plupart de ces manifestations originales de la religiosité au Proche-Orient.

  • 29 Macdonald M. C., « Some Reflections on Epigraphy and Ethnicity in the Roman Near East », Mediterra (...)
  • 30 Dussaud R., La pénétration des Arabes en Syrie avant l’Islam, 1955 ; reprise d’un ouvrage précéden (...)
  • 31 Briquel-Chatonnet Fr., « Les derniers témoignages sur la langue phénicienne en Orient », RSF, 19, (...)

22La majorité des savants actuels tiennent les quatre ou cinq groupes dont il a été question pour des Arabes araméïsés, mais d’autres émettent des doutes. On remet en cause l’unité et l’homogénéité de certaines constructions politiques, comme le royaume nabatéen, qui pourrait être un agrégat de populations différentes. L’importance de l’influence de l’arabe sur la langue écrite nabatéenne est elle-même remise en question29. À Palmyre, on tend à opposer l’oasis, plus araméenne, à la steppe arabisée. Ces débats sont nécessaires pour comprendre « la pénétration des Arabes en Syrie avant l’Islam », selon la formule de R. Dussaud30. Dans le Proche-Orient hellénistique, les influences culturelles ne s’exercent pas uniquement entre Grecs et « indigènes », mais aussi à l’intérieur des sociétés indigènes, où le jeu est ouvert. Sur le modèle de l’hellénisation, on a pu parler d’araméïsation31. Accessoirement, l’usage du terme « arabe » par les Anciens pour désigner un nomade pose la question de l’existence de nomades proprement araméens, ce qui me paraît assez improbable et ne pourrait concerner que des nomades araméophones.

  • 32 Bowersock G.W., Hellenism in Late Antiquity, 1990.

23L’araméïsation, dont nous reparlerons plus loin, est un phénomène dont on ne voit pas d’aspects autres que linguistiques. En revanche, l’hellénisation n’est jamais comprise seulement, parmi les savants qui utilisent encore ce mot, comme la simple acquisition de la langue grecque qu’impose le sens premier. Parmi ceux qui critiquent l’usage du mot « hellénisation », G. Bowersock a, pour l’Antiquité tardive, préféré, en particulier dans le domaine religieux, parler d’hellénisme. L’hellénisation serait une démarche volontaire de domination de la culture grecque, une sorte de manifestation d’impérialisme, alors que l’hellénisme, tel qu’il se manifeste dans le polythéisme de la fin de l’Antiquité, fusionnerait les traditions syriennes et grecques en permettant aux cultures locales de s’exprimer et de s’universaliser, par exemple dans l’oeuvre de Nonnos de Panopolis32.

24Le terme d’hellénisation ne me semble pas devoir être rejeté trop rapidement. Il indique bien l’influence dominante de la culture grecque dans le Proche-Orient hellénistique et surtout le courant principal qui, en charriant des matériaux divers, transforme les sociétés indigènes. On peut souligner les limites de cette hellénisation, ses manifestations plus ou moins profondes, les réactions en retour et la naissance d’hybrides, mais il n’est pas possible de la nier. Montrons plus de méfiance envers les mots « sémite » ou « sémitique », utilisés pour classer des langues, mais dont l’emploi pour désigner les populations et les sociétés diverses où l’on utilise ces langues créent de fausses unités, qui mélangent langues et cultures avec des sousentendus ethniques contestables.

Le paysage culturel du Proche-Orient hellénistique

  • 33 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », (...)
  • 34 Stucky R. A., « Das Heiligtum des Eshmun bei Sidon in vorhellenistischer Zeit », ZDPV, 118, 2002, (...)
  • 35 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », (...)

25La présence culturelle grecque est forte et ancienne dans une partie du Proche-Orient conquis par Alexandre et principalement en Phénicie. Par leur incorporation dans l’empire achéménide, les élites de la côte ont, au ive siècle, une expérience déjà ancienne du contact avec le monde grec et plus particulièrement avec l’Asie Mineure. Le phénomène est assez bien connu. On insiste en général sur le cas de Sidon33 où le sanctuaire du dieu guérisseur Echmoun, d’une part, et les nécropoles, d’autre part, ont livré une documentation importante. Les sarcophages royaux, d’époque perse, à l’exception du sarcophage dit « d’Alexandre » qui est daté la fin du ive siècle, sont l’expression d’un art qui unit ce que R. Stucky analyse – dans le cas du sarcophage dit « du Satrape », daté de 420 av. J.-C. – comme un « vocabulaire oriental », plus particulièrement achéménide, associé à une « syntaxe grecque », fruit de la présence d’artisans grecs venus travailler un matériau inconnu en Phénicie, le marbre. Un autre type de sarcophage, le sarcophage anthropoïde, est une création phénicienne, où l’on distingue une origine et des influences égyptiennes fortes. À Sidon, ces sarcophages sont en marbre. Artisans grecs et vraisemblablement phéniciens les fabriquent jusqu’au début du iiie siècle. On retrouve ces sarcophages anthropoïdes dans toute la région côtière au nord de Sidon jusqu’à Arados, mais pas à Tyr ni au sud. On pourrait évoquer la sculpture votive et surtout les monuments du sanctuaire d’Echmoun, dont le temple du début du ive siècle où Stucky voit la juxtaposition d’un aspect extérieur de pure tradition grecque, imitant l’Érechtheion, et d’une cella à la fois locale, c’est-à-dire phénicienne, et achéménide, en particulier dans l’usage des chapiteaux à protomes de taureaux34. Le monument dit « Tribune d’Echmoun », sculpté vers 360-350 av. J.-C., serait, selon Stucky, « le seul témoin d’une hellénisation intégrale de l’imagerie divine phénicienne », dès avant l’arrivée d’Alexandre le Grand35. Même si cette datation pose quelques difficultés et si, récemment, des propositions pour abaisser à l’époque hellénistique la date de ce bel exemple de la sculpture ionienne ont été formulées, ce monument n’en reste pas moins l’exceptionnelle manifestation de l’adoption, sans adaptation, d’images et peut-être d’idées religieuses grecques.

  • 36 Gubel É., et alii, Art phénicien, La sculpture de tradition phénicienne, Musée du Louvre, 2002.

26On peut s’interroger sur l’étendue, sociale, géographique et chronologique du processus d’acculturation observable dans la Sidon d’époque perse. Stucky a montré qu’il dépassait largement le milieu de la cour royale et qu’il touchait, par imitation, les élites. Je suis frappé par la continuité, à l’époque lagide, de cette civilisation matérielle hybride, où se manifestent de très fortes influences chypriotes et égyptiennes, et par son extension sur toute la côte levantine, avec une zone privilégiée entre Dora et Arados. Il serait faux de n’y voir qu’un phénomène de mode superficiel, limité à une couche dirigeante étroite. Il s’agit d’un mouvement de longue durée où se combinent les apports traditionnels de l’Égypte et de Chypre, avec l’influence très partielle de l’art de cour achéménide. L’art grec y joue un rôle important, principalement dans les domaines de la sculpture et du décor architectural. La prolifération des linteaux de portes de sanctuaires, des autels et des corniches utilisant la « gorge égyptienne » et ornés d’uraei, les nombreuses statues représentant Héraclès à la manière chypriote – bien connues à Marathos, mais présentes en de nombreux points de la côte –, les stèles cintrées figurant des donateurs, dont les exemples abondent d’Oumm el-’Amed à Arados, tout cela illustre un mouvement de fusion ininterrompu, très visible dans les domaines matériels et artistiques36, plus discret dans celui de la culture intellectuelle. C’est cependant dans cette période lagide que semble s’être réalisée l’intégration d’une partie de la tradition phénicienne (Europe, Pygmalion, Cadmos) hellénisée à l’identité et à la représentation de soi des cités phéniciennes.

  • 37 Stern E., Dor, Ruler of the Seas, 1994, p. 201-260.
  • 38 Ibid., 1994, p. 201-260 ; une variante à Kharayeb, Chéhabm., Les terres cuites de Kharayeb, vol. 1 (...)

27La continuité entre le ive et le iiie siècle se retrouve dans les techniques de construction et d’urbanisme. À Dora, à Beyrouth, peut-être à Gaza, entre autres, les archéologues ont repéré des plans de quartiers urbains orthogonaux37 ; un peu partout, on rencontre des bâtiments construits avec un appareil de longs blocs parallélépipédiques de grande taille placés à la verticale à intervalles réguliers, entre lesquels est disposé un remplissage de petits moellons ou de simples cailloux, ou bien d’autres blocs semblables placés à l’horizontale38.

  • 39 Liste dans Sartre, 2001, p. 120-122. Je ne trouve aucune trace de vie civique de type grec dans la (...)

28Au total, la période du iiie siècle est celle de l’épanouissement, dans les territoires lagides de la côte et à Arados, d’une culture phénicienne hellénisée, marquée par de fortes influences égyptiennes et chypriotes – ellesmêmes hellénisées – sans rupture avec l’époque de la domination achéménide. Les Lagides semblent ne créer qu’un petit nombre de cités ou d’établissements militaires grecs39. En revanche, il y a des témoignages assez nombreux d’un mouvement de colonisation interne par les Phéniciens, qui, là encore, remonte à l’époque achéménide. Il est surtout question des Sidoniens de Iamnia, de Sichem et de Marisa, mais aussi de la fondation de la Tour de Straton par un roi de Sidon, sur le site de la future Césarée de Palestine. D’autres traditions concernent la Transjordanie, Gadara et Philadelphie, et la côte sud de la Palestine. Il n’est pas facile de dater ce mouvement de colonisation interne et il n’est même pas sûr qu’il faille employer le mot de « colonie », à moins de le dépouiller d’un sens trop précis.

  • 40 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », (...)
  • 41 Curty O., Les parentés légendaires entre cités grecques, 1995, p. 27-28.

29En revanche, on peut opposer cette période lagide à la période séleucide qui est celle des fondations coloniales proprement dites, de la transformation des cités phéniciennes en cités grecques, de l’installation de nouveaux colons et de la construction monumentale à la grecque. Vers le tournant du iiie siècle, la cité de Sidon honore un certain Diotimos, vainqueur de la course de chars à Némée, premier témoignage, à la fin de l’époque lagide ou au début de l’époque séleucide, de la participation d’un Phénicien à un concours panhellénique. La fonction de « juge » qu’occupe Diotimos est, certes, traditionnelle dans le monde phénicien antérieur aux Achéménides, mais elle est intégrée dans la cité grecque et il n’est pas certain qu’il faille y voir « un retour à ses propres racines », comme le pense R. Stucky40. Le décret de Sidon célèbre la parenté entre les Thébains et les Sidoniens par l’intermédiaire du mythe de Cadmos. Un peu plus tard, c’est au tour de Tyr de se dire parente des Delphiens41. Plutôt que de chercher du côté d’Agénor et de Cadmos, il doit s’agir du rappel d’un épisode mythologique en rapport avec la légende d’Héraclès-Melqart, fondateur de la cité phénicienne

  • 42 Frézouls Éd., « La toponymie dans l’Orient syrien et l’apport des éléments macédoniens », La topon (...)

30La volonté de la part des Séleucides de développer leur implantation dans la Cœlé-Syrie-et-Phénicie, conquise sur les Lagides, accompagne un mouvement semblable dans leur ancien domaine syrien. Au iie siècle, le programme d’urbanisation de Doura-Europos sur l’Euphrate transforme un poste militaire, composé d’une citadelle flanquée d’une agglomération modeste, en une véritable ville. On doit, entre autres, à Antiochos IV la fondation d’Épiphanie sur l’Oronte et la création d’un nouveau quartier qui doublait la taille d’Antioche. Mais il n’est pas le seul souverain fondateur. On pourrait multiplier les exemples de fondations ou de refondations de cités nommées Laodicée, Antioche, Séleucie ou Démétrias, certaines bien identifiées comme Laodicée de Canaan – ou de Phénicie –, c’est-à-dire Bérytos-Beyrouth, d’autres plus difficiles à situer comme Démétrias de Phénicie42. Marisa ne devient une cité de type grec qu’au iie siècle.

  • 43 Aubert C. et Eristov H., « L’habitat hellénistique de Beyrouth et son décor, site du petit sérail  (...)
  • 44 Briquel-Chatonnet Fr. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, (...)

31On constate, au iie siècle, un mouvement général de construction dont la signification et l’origine ne sont certainement pas simplement politiques et militaires, mais doivent être liées à une conjoncture économique favorable. À Bérytos, les maisons ornées de stucs et de peintures apparaissent à cette époque où la ville connaît une expansion spatiale et économique évidente43. Les quartiers hellénistiques nouvellement découverts à Scythopolis datent également du iie siècle, comme les premières installations hellénistiques retrouvées à Gérasa. Les quelques exemples urbains signalés ici ne sont pas isolés et ils pourraient être soutenus par des sites ruraux plus modestes, comme les sanctuaires de Dan et Panéas dans la haute vallée du Jourdain, ou celui de Yanouh dans la montagne libanaise44, qui commencent à recevoir une allure monumentale et parfois sont totalement refaits dans la seconde moitié du siècle. Le bâtiment luxueux, décoré de stucs et de mosaïques, et muni de bains, qui remplace le petit village d’agriculteurs de Tel Anafa, est édifié vers 125 av. J.-C. On le comparera au bâtiment dit « administratif » de Kadesh et à son équivalent de Djebel Khaled sur l’Euphrate.

  • 45 Millar F., « The Problem of Hellenistic Syria », Kuhrt A. et Sherwin-White S. (éd.), Hellenism in (...)

32F.Millar avait souligné, à juste titre, notre ignorance de la situation culturelle de Gadara, patrie du poète Méléagre, dont les épigrammes, toutes grecques d’esprit, montrent qu’il connaissait un peu de phénicien et d’araméen. Les travaux récents permettent enfin d’entrevoir la Gadara hellénistique45. La deuxième moitié du iie siècle, période de la formation de Méléagre, est celle du plein développement de la ville, dont le rempart a été construit au début du siècle. C’est aussi celle de la fin du long chantier du temple dorique, placé au centre d’un grand téménos, qui réunit une monumentalité et un décor grecs à des traits proprement régionaux, comme la présence de galeries souterraines, aux allures de crypte, et le voisinage avec un haut-lieu incorporé à un second téménos, adjacent au premier. On sait également que Gadara a été nommée Séleucie, comme le confirme une inscription de 85-84 av. J.-C., et peut-être également Antioche. Cette inscription montre aussi que Gadara a été soumise au régime de pouvoir personnel d’un tyran nommé Philotas, à l’image de plusieurs villes grecques à la fin du IIe et au début du ier siècle av. J.-C. Le iie siècle s’achève dans les guerres dynastiques, l’émergence des pouvoirs locaux et, vraisemblablement, la crise économique, qui mettent fin à la période de fondation des cités, d’expansion des constructions, d’implantation des Grecs et d’essor de leur empreinte culturelle.

  • 46 Briquel-Chatonnet Fr., « Les derniers témoignages sur la langue phénicienne en Orient », RSF, 19, (...)
  • 47 Ariel D. T. et Naveh J., « Selected Inscribed Sealings from Kedesh in the Upper Galilee », BASOR, (...)
  • 48 Ala’eddine A., « Hellenistic Stamped Amphorae from Beirut », Archaeology and History in Lebanon, 1 (...)
  • 49 Herbert Sh. et Berlin A., « A New Administrative Center for Persian and Hellenistic Galilee : Prel (...)

33La situation linguistique du Proche-Orient à l’époque hellénistique est caractérisée par l’expansion de l’araméen, largement commencée à l’époque perse, dont l’usage parlé et écrit s’impose au détriment de l’hébreu et du phénicien lentement transformés en langues mortes. Fr. Briquel-Chatonnet a montré le recul du phénicien, dont la dernière inscription lapidaire datée est bilingue, grecque et phénicienne, gravée à Arados en 25-24 av. J.-C. Elle attribue ce déclin du phénicien à des changements culturels, mais aussi à des migrations, en constatant l’augmentation des noms de type arabe dans certains secteurs de la côte phénicienne, comme la région d’Arca et la trouée de Homs, et dans la montagne libanaise. L’installation des Ituréens pourrait expliquer ces mutations46. À Tyr, le phénicien dont on constate l’usage sur les cachets, sur les timbres d’amphores et sur les inscriptions, est accompagné du grec à partir de 168 av. J.-C. C’est à cette date que, selon Ariel et Naveh47, commence le « bilinguisme officiel » de la cité. Un type d’amphore particulier, produit vraisemblablement à Sidon, dont la production se situe majoritairement au iie siècle et qui représente 83 % des amphores hellénistiques trouvées à Beyrouth, semble quasi exclusivement timbré en grec48. De même, les cachets, pour la plupart privés et tyriens, de Kedesh révèlent une iconographie essentiellement grecque ou hellénisée49 au milieu du iie siècle.

  • 50 Gitler H. et Bijovsky G., « The Coin of Pygmalion from Tyr. A Chronological Sequence from Elagabal (...)
  • 51 Supra, n. 5.
  • 52 Naveh J., « An Aramaic Inscription from El-Mal. A Survival of “Seleucid Aramaic” Script », IEJ, 25 (...)

34Si le phénicien s’efface, il ne disparaît pas totalement et on le retrouve sur des monnaies romaines de Tyr jusqu’au milieu du iiie siècle apr. J.-C. Cette extraordinaire survie ne doit pas masquer le caractère archaïsant du phénomène où l’inscription monétaire PGMLION, « Pygmalion », est rédigée d’une manière peu conforme à la tradition phénicienne, comme une sorte de rétroversion du grec50. Le phénicien est bien devenu à l’époque romaine une langue morte. L’araméen, dont nous avons signalé l’usage administratif dans l’Idumée de la fin du ive siècle av. J.-C.51, mais aussi à Marisa au iie siècle, est connu par une poignée d’inscriptions dispersées dans tout le Proche-Orient, dont deux bilingues où il est associé à du grec, et quelques textes où il figure seul52. Cependant, son essor se manifeste dans la littérature juive, dans des textes privés et dans l’épigraphie nabatéenne et palmyrénienne de l’extrême fin de l’époque hellénistique, pour ne pas parler de la Mésopotamie. Il occupe néanmoins une place secondaire par rapport au grec, lié à un univers vaste, celui de la paideia, de l’éducation, des hommes de lettres et de l’administration des cités.

  • 53 Sartre, 2001, p. 294-299 ; voir mes remarques, Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et (...)

35Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur les listes de philosophes, d’écrivains et de rhéteurs du Proche-Orient hellénistique qu’a dressées M. Sartre53. Remarquons simplement que la vie intellectuelle est surtout concentrée dans les cités de la côte, d’Ascalon à Sidon, et aussi à Gadara. La plupart des hommes de lettres qui nous sont connus ont dû émigrer soit dans le reste du monde grec, soit vers l’Italie et Rome et peu de carrières brillantes se sont achevées en Syrie. Notons, enfin, deux des limites de l’hellénisation, l’extrême rareté des concours, d’une part, et l’absence de tout théâtre avant l’époque romaine, d’autre part.

  • 54 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », (...)

36Le domaine dans lequel on doit s’attendre à rencontrer la plus forte permanence des traditions locales est celui de la vie religieuse. C’est aussi celui où la méthode régressive s’exerce le plus fréquemment. La multiplicité des sanctuaires de divinités locales se constate à l’époque romaine. On pourrait croire ainsi, et sans doute à tort, à la continuité inchangée d’usages millénaires et de cultes ancrés dans le sol, que masqueraient les phénomènes d’assimilation des dieux syriens aux dieux grecs et l’habillage hellénistique de leurs temples. Ce serait négliger la tendance à la rationalisation des panthéons syriens, le développement de certains cultes, comme ceux d’Atargatis, d’Hadad ou de Baalshamin, et l’influence ancienne de divinités grecques comme Apollon et Héraclès. Ce serait ignorer aussi les innovations dont sont capables les polythéismes antiques. R. Stucky a montré qu’à la fin du ive siècle54, les Sidoniens ont inventé un type iconographique nouveau pour figurer Astarté : un trône avec des accoudoirs en forme de sphinx sur lequel est placé un bloc ou une pyramide. Cette représentation partiellement aniconique peut être considérée comme un refus de la statue de type grec, elle peut également se lire sous la forme d’une « modernisation », par le biais d’une image qu’on peut reproduire et multiplier, du culte « traditionnel » des bétyles.

  • 55 Sartre, 2001, p. 284-294.
  • 56 Kalos M., « Un sanctuaire d’époque hellénistique en Syrie du Sud : Khirbet Massakeb », Topoi, 9/2, (...)
  • 57 Dunand D. et Duru R., Oumm el-’Amed, une ville de l’époque hellénistique aux échelles de Tyr, 1962 (...)

37Plutôt que d’étudier l’ensemble des faits religieux55, on s’en tiendra à un aperçu de l’architecture des sanctuaires, tels que les recherches récentes permettent de les comprendre. On considère en général comme « traditionnelle » ou « orientale » une disposition où sont dispersées autour d’une cour fermée plusieurs salles ou chapelles serrées les unes contre les autres, sans qu’il y ait une entrée monumentale axée conduisant directement au bâtiment principal où se trouve la statue ou l’objet sacré. Ce dispositif se rencontre dans les quelques sanctuaires connus en Idumée, dans les deux d’Oumm el-’Amed, dans le « bâtiment aux frises d’enfants » de Sidon, à Kharayeb en Phénicie et à Khirbet Massakeb, petit lieu de culte du Hauran, de la même manière qu’il préside à l’organisation de l’établissement des Poséidoniastes de Bérytos à Délos. Il faut remarquer seulement que si l’allure générale de tous ces ensembles se ressemble, les différences sont fort nombreuses. Le petit sanctuaire rural de Massakeb, de la fin du iie siècle ou du début du ier siècle, avec ses inscriptions en araméen, ses statues anthropomorphes très géométrisées et ses décors eux aussi géométriques, peut apparaître comme très peu influencé par l’art hellénistique ; il n’empêche que, comme son fouilleur le suggère56, la disposition axiale de l’ensemble, avec une porte monumentale et un autel placé devant la cella, n’est peutêtre pas dépourvue d’influences que je dirai « grecques » ou plutôt « modernisatrices ». De même, le premier coup d’oeil sur les plans des deux sanctuaires d’Oumm el-’Amed, si l’on peut se fier aux reconstitutions qu’en proposent Dunand et Duru57, montre que, bien loin de se limiter au décor architectural très hellénisé, l’influence des modèles grecs se retrouve dans l’agencement général des bâtiments. Le temple muni d’une façade à colonnade est placé dans les deux cas au milieu d’une cour dallée à portiques, et l’entrée du téménos se fait par une porte placée sur un petit côté du rectangle, légèrement désaxée. Certes, on pourrait signaler tout ce qui est éloigné de la tradition grecque, à commencer par les toits en terrasses et la multiplicité des aménagements de salles sur le pourtour de la cour. Toutefois, les sanctuaires d’Oumm el-’Amed, dont la date n’est pas très claire (iiie siècle av. J.-C. ? iie siècle av. J.-C. ?) et dont les fouilleurs ne distinguent curieusement qu’un seul état, paraissent montrer une intéressante symbiose de traits culturels grecs et phéniciens.

  • 58 Biran A., Biblical Dan, 1994. Voir, à titre provisoire, Briquel-Chatonnet Fr. et Bordreuil P., « U (...)
  • 59 Culte d’Aphrodite, voir Sartre, 2001, p. 291. Je serai tenté d’ajouter à la documentation de Wasta (...)

38Deux autres types de sanctuaires sont à signaler rapidement : les platesformes monumentales et les grottes. On connaissait dans la haute vallée du Jourdain, en pays tyrien, le sanctuaire hellénistique de Tel Dan qui se présente comme un péribole contenant une plate-forme dallée à ciel ouvert précédée d’un escalier monumental placé sur un long côté. Un bâtiment presque semblable a été retrouvé à Yanouh, dans la montagne libanaise, où il a été construit dans le dernier quart du iie siècle58. Si la plate-forme de Dan paraît une réfection d’un monument du même type datant de l’âge du fer, le modèle de l’autel monumental grec peut également avoir influencé l’architecture de ces curieux bâtiments. Les cultes installés dans les grottes existent dans le monde grec, mais l’origine de ceux que l’on rencontre au Proche-Orient a beaucoup de chances d’être purement locale. La grotte de Wasta, non loin de Sidon, est connue pour ses graffites, en grec et en phénicien (avec des caractères grecs), dédicaces à Aphrodite Épékoos59.

  • 60 Seigne J., « De la grotte au périptère : le sanctuaire de Zeus Olympien à Jérash », Topoi, 7, 1997 (...)
  • 61 Berlin A. M., « The Archaeology of Ritual : The Sanctuary of Pan at Banias/Caesarea Philippi », BA (...)

39J. Seigne a montré que le premier sanctuaire du culte de Zeus à Gérasa était une grotte utilisée dès le viie siècle av. J.-C., dont l’usage semblait se prolonger dans les aménagements hellénistiques60. À Panéas, le sanctuaire de Pan est une création du iiie siècle av. J.-C., au départ simple grotte précédée d’une terrasse progressivement aménagée où se font les banquets et les offrandes61. Culte des antres et culte des eaux se conjuguent à Panéas.

  • 62 Supra, n. 45.
  • 63 Clarke G. et alii, « Jebel Khalid on the Euphrates : Excavations in 2000 and On-site Study 2000 », (...)
  • 64 Constructions luxueuses dont il conviendra d’éclaircir la fonction. Il est un peu tôt pour les nom (...)

40Il convient de rappeler que le Proche-Orient n’est pas totalement dépourvu de temples « grecs ». On connaissait quelques éléments d’un temple dorique retrouvé à Antioche. Deux autres temples doriques ont été découverts récemment. L’un se trouve à Gadara, dont nous avons signalé, supra, les éléments originaux – adaptations de l’architecture grecque à des usages rituels locaux62. L’autre est apparu dans les fouilles de Djebel Khaled, établissement fortifié hellénistique aux allures de cité, sur les bords de l’Euphrate63. Ce qui passait jadis pour une caractéristique de la Syrie hellénistique, l’absence de tout monument prestigieux construit dans le style grec, par des Grecs et pour des Grecs, dira-t-on, n’est plus tout à fait exact, même si ces monuments ne sont guère nombreux. Ils prennent place aux côtés des constructions militaires, remparts comme à Dor ou Ras Ibn Hani, ou forteresses, et des belles demeures de Tel Anafa, de Djebel Khaled et de Kadesh64. La Syrie n’est plus, dans ce domaine, aussi exceptionnelle qu’elle paraissait il y a quelques années.

Conclusion

41Au ive et au iiie siècle av. J.-C., une civilisation originale s’est épanouie, le long de la côte levantine, sous la domination achéménide, puis lagide, avec un mélange de traits empruntés à l’Égypte, à Chypre et à la Grèce, dans sa version micrasiatique principalement. On peut véritablement parler de fusion culturelle, c’est-à-dire de constitution de formes originales à partir d’apports différents. Cependant, tout ceci se limite à une région assez peu étendue et peut, donc, être considéré comme une symbiose « méditerranéenne ». En revanche, à partir du iie siècle, c’est beaucoup plus l’hellénisme originel ou canonique qui semble se diffuser sous l’impulsion des Séleucides, à la fois dans leurs territoires anciens et dans la Syrie du Sud nouvellement conquise. La démarche volontariste du pouvoir central est assez claire : elle ne concerne pas que la côte, mais aussi l’arrière-pays, en particulier en Transjordanie et dans la région de l’Euphrate. Paradoxale ment, les conditions politiques et économiques de la fin du iie siècle ne permettront guère à cette hellénisation de se manifester de manière spectaculaire.

42L’augmentation considérable de la documentation et aussi des connaissances permet de juger de l’hellénisation – puisque nous conservons ce mot – de la Syrie hellénistique. On constate qu’elle n’est pas aussi superficielle que les historiens la décrivaient il y a quelques années.

43Pour reprendre les questions posées par Millar, il n’est pas certain que l’unité du Proche-Orient antique l’emporte sur sa diversité, il n’est pas certain non plus que nous disposions déjà de suffisamment de documents pour aller très loin dans les conclusions. Ce qui manque le plus est sans doute la chair humaine, nourriture de l’historien, pour rappeler la formule de M. Bloch. On doit encore se contenter d’essayer de saisir et de décrire des phénomènes abstraits, sans voir nulle part, à l’époque hellénistique, vivre un individu, à l’inverse de l’époque romaine où, depuis Flavius Josèphe jusqu’à Babatha, les textes fournissent cette irremplaçable pâte humaine. Auparavant, le seul écho, faible, que nous percevons est celui de la voix de Méléagre de Gadara, qui parle de lui en employant la première personne et dont nous pouvons esquisser une biographie. Sur ce point, l’histoire de l’acculturation dans le Proche-Orient hellénistique reste un peu frustrante.

Notes

1 Millar F., « The Problem of Hellenistic Syria », Kuhrt A. et Sherwin-White S. (éd.), Hellenism in the East, 1987, p. 110-184 ; cf. p. 111.

2 Sartre, 2001 ; cf. p. 17-33, un bilan général des sources, pour toute la période envisagée par l’ouvrage : il est clair que la documentation d’époque romaine est immensément plus riche que celle de l’époque hellénistique, qui elle-même l’emporte nettement sur celle de l’époque achéménide, etc.

3 Donner H. et Röllig W., Kanaänische und aramäische Inschriften, vol. 1-3, 1962-1964.

4 Finkielsztejn G., « A Standard of Volumes for Liquids from Hellenistic Marisa », ‘Atiqot, 38, 1999, p. 51-64. De nouveaux poids ont été publiés récemment par Kushnir-Stein A., IEJ, 52, 2002, p. 225-231.

5 Lemaire A., Nouvelles inscriptions araméennes d’Idumée au Musée d’Israël, 1996 ; ID., « Les religions du Sud de la Palestine d’après les ostraca araméens d’Idumée », CRAI, 2001, p. 1141-1158. On notera aussi la découverte ancienne d’un petit lot d’ostraca à Khirbet el-Qôm, quatre en araméen, un bilingue et un grec, voir Skaist A., « A note on the Bilingual Ostracon from Khirbet el-Kôm », IEJ, 28, 1978, p. 106-108. Un contrat de mariage araméen de 176 av. J.-C. a été retrouvé à Marisa.

6 Kawkabani I., « Les anses timbrées de Jal el-Bahr (Tyr) », Archaeology and History in Lebanon, 17, 2003, p. 109-119.

7 Ala’eddine A., « Hellenistic Stamped Amphorae from Beirut », Archaeology and History in Lebanon, 17, 2003, p. 171-191.

8 Pour Scythopolis, Mazar G. et Bar-Nathan R., « The Beth’Shean Excavation Project 1992-1994 », Excavations and Surveys in Israel, 17, 1998, p. 1-36. Pour Kedesh, Herbert Sh. et Berlin A., « A New Administrative Center for Persian and Hellenistic Galilee : Preliminary Report of the University of Michigan/University of Minesota Excavations at Kedesh », BASOR, 329, 2003, p. 13-59 ; Ariel D. T. et Naveh J., « Selected Inscribed Sealings from Kedesh in the Upper Galilee », ibid., p. 61-80.

9 Desreumaux A., Gaborit J. et Caillou J.-S., « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI, 1999, p. 75-105 ; Clarke G. et alii, « Jebel Khalid on the Euphrates : Excavations in 2000 and On-site Study 2000 », Mediterranean Archaeology, 13, 2000, p. 123-149.

10 Pour Kedesh et Scythopolis, voir supra, n. 8 ; pour Tel Anafa, Herbert S. C. (éd.), Tel Anafa, I, 1994 ; ID., Tel Anafa, II, 1, 1997. Pour Gadara, voir Weber Th., Gadara-Umm Qés, 1, Gadara Decapolitana, 2002, avec bibliographie. Pour Marisa, Kloner A., « The Economy of Hellenistic Maresha. Inferences Based on the City Plan and Archaeological Finds », Archibald Z. H. et alii (éd.), Hellenistic Economies, 2001, p. 103-131 ; ID., « Water cisterns in Idumea, Judaea and Nabatea in the Hellenistic and Roman Periods », Aram, 13-14, 2001-2002, p. 461-485.

11 Voir en particulier les séries d’articles parues dans les revues BAAL, 1, 1996 ; 2, 1997 ; 3, 1998-1999 ; Berytus, 43, 1997-1998 ; Aram, 13-14, 2001-2002.

12 Finkielsztejn G., « Du bon usage des amphores hellénistiques en contextes archéologiques », Blondé Fr. et alii (éd.), Céramiques hellénistiques et romaines. Productions et diffusion en Méditerranée orientale (Chypre, Égypte et côte syro-palestinienne), 2002, p. 227-233.

13 Herbert S. C. (éd.), Tel Anafa, I, 1994 ; ID., Tel Anafa, II, 1, 1997 ; Berlin A. M., « From Monarchy to Markets ; The Phoenicians in Hellenistic Palestine », BASOR, 306, 1997, p. 75-88.

14 Finkielsztejn G., « Du bon usage des amphores hellénistiques en contextes archéologiques », Blondé Fr. et alii (éd.), Céramiques hellénistiques et romaines. Productions et diffusion en Méditerranée orientale (Chypre, Égypte et côte syro-palestinienne), 2002, p. 227-233.

15 Sartre, 2001, p. 13, n. 6.

16 Schlumberger D., L’Orient hellénisé : l’art grec et ses héritiers dans l’Asie non méditerranéenne, 1970. Une version en allemand était parue en 1969.

17 Sherwin-White-Kuhrt. Voir le débat publié dans Topoi, 4/2, 1994, à propos de cet ouvrage.

18 Carnasa Ch., Le dirigenze cittadine nello Stato seleucido, 1996 ; Savalli-Lestrade I., « Comment on écrit l’histoire hellénistique. À propos d’un livre récent sur la place des élites civiques dans le royaume séleucide », REG, 111, 1998, p. 309-322.

19 Will Er., in Amy R., Seyrig H. et Will Er., Le temple de Bel à Palmyre, 1975.

20 Millar F., The Roman Near East (31 B.C.-A.D. 337), 1993.

21 Sartre, 2001.

22 Millar F., op. cit. Voir mon compte rendu du livre de Sartre, Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et géographie historique d’Alexandre à Zénobie », Tempora, Annales d’histoire et d’archéologie (Beyrouth), 10-11, 1999-2000 [2003], p. 103-115.

23 Voir supra, n. 12.

24 Berlin A.M., « From Monarchy to Markets ; The Phoenicians in Hellenistic Palestine », BASOR, 306, 1997, p. 75-88.

25 Mlynarczyk J., « Local and Regional Wares at Tell Keisan in the Hellenistic Period », Études et travaux, 19, 2001, p. 238-262, signale, p. 247, que Sarepta, au nord de Tyr pourrait être le lieu de fabrication de la « semi fine », ce qui ne change guère la question puisque Sarepta semble rattachée à la chôra de Tyr dès l’époque hellénistique.

26 Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et géographie historique d’Alexandre à Zénobie », Tempora, Annales d’histoire et d’archéologie (Beyrouth), 10-11, 1999-2000 [2003], p. 103-115.

27 Voir Mlynarczyk J., « Local and Regional Wares at Tell Keisan in the Hellenistic Period », Études et travaux, 19, 2001, p. 238-262, qui distingue variantes et imitations de la Phoenician semi fine et montre qu’il s’agit de la continuation d’une céramique dont les antécédents datent de l’âge du fer et se trouvent dans l’intérieur syrien comme sur la côte.

28 Briant P., États et pasteurs au Moyen-Orient ancien, 1982 ; Honigman S., « Les divers sens de l’ethnique ἌPAΨ dans les d’Égypte », Ancient Society, 32, 2002, p. 43-72. Voir dernièrement Retsö J., The Arabs in Antiquity. Their History from the Assyrians to the Umayyads, 2003.

29 Macdonald M. C., « Some Reflections on Epigraphy and Ethnicity in the Roman Near East », Mediterranean Archaeology, 11, 1998, p. 177-190.

30 Dussaud R., La pénétration des Arabes en Syrie avant l’Islam, 1955 ; reprise d’un ouvrage précédent, ID., Les Arabes en Syrie avant l’Islam, 1907.

31 Briquel-Chatonnet Fr., « Les derniers témoignages sur la langue phénicienne en Orient », RSF, 19, 1991, p. 3-21 ; ead. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, 5, 2001, p. 148-152.

32 Bowersock G.W., Hellenism in Late Antiquity, 1990.

33 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », Frei-Stolba R. et Gex K. (éd.), Recherches récentes sur le monde hellénistique, 2001, p. 247-258.

34 Stucky R. A., « Das Heiligtum des Eshmun bei Sidon in vorhellenistischer Zeit », ZDPV, 118, 2002, p. 66-86.

35 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », Frei-Stolba R. et Gex K. (éd.), Recherches récentes sur le monde hellénistique, 2001, p. 247-258.

36 Gubel É., et alii, Art phénicien, La sculpture de tradition phénicienne, Musée du Louvre, 2002.

37 Stern E., Dor, Ruler of the Seas, 1994, p. 201-260.

38 Ibid., 1994, p. 201-260 ; une variante à Kharayeb, Chéhabm., Les terres cuites de Kharayeb, vol. 1- 2, 1951-1952 (BMB, 10-11, 1951-1952), cf. vol. 1, p. 8. On retrouve cette technique dans le bâtiment hellénistique de Tel Anafa au iie siècle.

39 Liste dans Sartre, 2001, p. 120-122. Je ne trouve aucune trace de vie civique de type grec dans la Syrie lagide et je pense que la plupart des fondations sont des établissements militaires.

40 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », Frei-Stolba R. et Gex K. (éd.), Recherches récentes sur le monde hellénistique, 2001, p. 247-258. Voir Bikerman E., « Sur une inscription grecque de Sidon », Mélanges syriens offerts à René Dussaud, 1939, t. 1, p. 91-99. Les cachets de Kedesh montrent que la magistrature de « juge » existe également à Tyr au iie siècle.

41 Curty O., Les parentés légendaires entre cités grecques, 1995, p. 27-28.

42 Frézouls Éd., « La toponymie dans l’Orient syrien et l’apport des éléments macédoniens », La toponymie antique, 1977, p. 219-248, article qui aurait besoin d’être actualisé.

43 Aubert C. et Eristov H., « L’habitat hellénistique de Beyrouth et son décor, site du petit sérail », BARBET A. (éd.), La peinture funéraire antique, ive siècle av. J.-C.- ive siècle ap. J.-C., 2001, p. 211-214.

44 Briquel-Chatonnet Fr. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, 5, 2001, p. 148-152.

45 Millar F., « The Problem of Hellenistic Syria », Kuhrt A. et Sherwin-White S. (éd.), Hellenism in the East, 1987, p. 110-184 ; Weber Th., Gadara-Umm Qe-s, 1, Gadara Decapolitana, 2002 ; voir Hoffmann A., « Ein hellenistisches Heiligtum in Gadara », Topoi, 9/2, 1999, p. 795-831 ; Wörrle M., « Eine hellenistische Inschrift aus Gadara », AA, 2002, p. 267-271.

46 Briquel-Chatonnet Fr., « Les derniers témoignages sur la langue phénicienne en Orient », RSF, 19, 1991, p. 3-21 ; ead. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, 5, 2001, p. 148-152.

47 Ariel D. T. et Naveh J., « Selected Inscribed Sealings from Kedesh in the Upper Galilee », BASOR, 329, 2003, p. 61-80.

48 Ala’eddine A., « Hellenistic Stamped Amphorae from Beirut », Archaeology and History in Lebanon, 17, 2003, p. 171-191.

49 Herbert Sh. et Berlin A., « A New Administrative Center for Persian and Hellenistic Galilee : Preliminary Report of the University of Michigan/University of Minesota Excavations at Kedesh », BASOR, 329, 2003, p. 13-59.

50 Gitler H. et Bijovsky G., « The Coin of Pygmalion from Tyr. A Chronological Sequence from Elagabal to Gallienus », Quaderni ticinesi, Numismatica e Antichità Classiche, 31, 2002, p. 317-324.

51 Supra, n. 5.

52 Naveh J., « An Aramaic Inscription from El-Mal. A Survival of “Seleucid Aramaic” Script », IEJ, 25, 1975, p. 117-123 ; Briquel-Chatonnet Fr. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, 5, 2001, p. 148-152 ; voir également Milik J. T., in Dentzerfeydy J. et alii (éd.), Hauran II, Les installations de Sῑ‘ 8. Du sanctuaire à l’établissement agricole, 2003, p. 269-274, bilingue dont la date ne me semble pas assurée.

53 Sartre, 2001, p. 294-299 ; voir mes remarques, Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et géographie historique d’Alexandre à Zénobie », Tempora, Annales d’histoire et d’archéologie (Beyrouth), 10-11, 1999-2000 [2003], p. 103-115.

54 Stucky R. A., « Acculturation et retour aux sources : Sidon aux époques perse et hellénistique », Frei-Stolba R. et Gex K. (éd.), Recherches récentes sur le monde hellénistique, 2001, p. 247-258.

55 Sartre, 2001, p. 284-294.

56 Kalos M., « Un sanctuaire d’époque hellénistique en Syrie du Sud : Khirbet Massakeb », Topoi, 9/2, 1999, p. 777-794, voir p. 784.

57 Dunand D. et Duru R., Oumm el-’Amed, une ville de l’époque hellénistique aux échelles de Tyr, 1962, cf. p. 49 et 76. Sur le site, voir mes remarques Gatier P.-L., « Phénicie, Liban, Levant histoire et géographie historique d’Alexandre à Zénobie », Tempora, Annales d’histoire et d’archéologie (Beyrouth), 10-11, 1999-2000 [2003], p. 103-115.

58 Biran A., Biblical Dan, 1994. Voir, à titre provisoire, Briquel-Chatonnet Fr. et Bordreuil P., « Une nouvelle écriture araméenne au mont Liban ? », BAAL, 5, 2001, p. 148-152 ; article à paraître, Gatier P.-L. et alii, BAAL, 6, 2002-2003.

59 Culte d’Aphrodite, voir Sartre, 2001, p. 291. Je serai tenté d’ajouter à la documentation de Wasta une inscription de provenance indéterminée, dédicace d’un autel à Aphrodite Épékoos. Les indications sur son origine (collection française, rapportée de Syrie) et sur son matériau (marbre, rarissime à l’époque hellénistique, sauf sur la côte et en particulier à Sidon) corroborent les éléments textuels et justifient qu’on considère que cet autel était placé devant l’entrée de la grotte de Wasta, comme ceux qui se trouvaient sur la terrasse de Panéas. Le culte d’Aphrodite Épékoos (« secourable ») n’est connu au Proche-Orient qu’à Wasta. La plaque de marbre aura été découpée dans un autel votif pour en faire un objet de commerce. Voir Hoover O. D., « A Dedication to Aphrodite Epekoos for Demetrius I Soter and his Family », ZPE, 131, 2000, p. 106-110.

60 Seigne J., « De la grotte au périptère : le sanctuaire de Zeus Olympien à Jérash », Topoi, 7, 1997, p. 993-1004.

61 Berlin A. M., « The Archaeology of Ritual : The Sanctuary of Pan at Banias/Caesarea Philippi », BASOR, 315, 1999, p. 27-45.

62 Supra, n. 45.

63 Clarke G. et alii, « Jebel Khalid on the Euphrates : Excavations in 2000 and On-site Study 2000 », Mediterranean Archaeology, 13, 2000, p. 123-149.

64 Constructions luxueuses dont il conviendra d’éclaircir la fonction. Il est un peu tôt pour les nommer bâtiments administratifs. Le cas de la résidence du Tobiade Hyrcan à Iraq al-Amır en Transjordanie semble comparable, même si le bâtiment est beaucoup plus éloigné de l’architecture méditerranéenne.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540