Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Première partie. Aspects de la monarchie hellénistique

Régner au féminin.
Réflexions sur les reines attalides et séleucides

Anne Bielman Sánchez

Texte intégral

Les reines hellénistiques et la recherche historique contemporaine

1Depuis plus d’une décennie, les études en histoire des femmes et en histoire du genre ont pris un essor important dans les sciences de l’Antiquité. Les figures féminines marquantes de la Grèce et de Rome, telles les reines hellénistiques ou les impératrices romaines, sont ainsi revenues sous les feux de la rampe.

  • 1 Macurdy G. H., Hellenistic Queens, 1932 (rééd. anastatique 1975).

2Les reines hellénistiques ont été une première fois sorties de l’oubli grâce à la synthèse réalisée par G. H.Macurdy1, en 1932, qui souhaitait réhabiliter ces femmes considérées par les historiens positivistes du xixe siècle comme des créatures dangereuses et scandaleuses. Essentiellement fondée sur les sources littéraires, l’étude de G. H.Macurdy partait de données événementielles et tentait de redimensionner l’impact réel des reines sur le cours de l’histoire. Son ouvrage, constitué par une succession de biographies individuelles, manque cependant de vision d’ensemble. Il faut attendre les effets des nouveaux courants historiques, nés à partir des années 1980, pour que se renouvellent les réflexions sur le rôle et la position des reines hellénistiques. Sous l’impulsion de l’histoire de genre, qui analyse la position respective des hommes et des femmes au sein d’une société donnée et les relations sociales nouées entre les deux sexes, l’étude des reines hellénistiques s’est enrichie de nouvelles thématiques, comme le montrent plusieurs parutions récentes.

  • 2 Carney E., « What’s in a Name ? The Emergence of a Title for Royal Women in the Hellenistic Period (...)
  • 3 Carney E., « The Politics of Polygamy : Olympias, Alexander and the Murder of Philip », Historia, (...)
  • 4 Le Bohec, 1993, p. 229-245.
  • 5 Ogden, 1999.
  • 6 Bringmann K., Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, I, Zeug (...)
  • 7 Roy J., « The Masculinity of Hellenistic King », Foxhall L. et Salmon J. (éd.), When Men were Men  (...)
  • 8 Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico delle regine ellenistiche », Istorii. Studi offerti dagli (...)
  • 9 Bielman, 2002, nos 6-7, 10-15, 28, 30, 46 (documents seulement en trad. fr.).

3E. Carney a fait œuvre de pionnier dans ce domaine dès les années 1990 en s’intéressant à l’origine de la royauté féminine chez les Macédoniens et à l’octroi du titre de βασίλισσα aux premières souveraines2 ; elle s’est posé également la question du statut des femmes du clan royal macédonien dans un système matrimonial autorisant les mariages successifs et la polygamie3. Ses remarques ont été complétées et étendues à l’ensemble de la dynastie antigonide par S. Le Bohec4, qui a répertorié les marques honorifiques accordées aux reines. D. Ogden5, pour sa part, s’est attaché à mettre en lumière l’implication des reines dans les querelles successorales hellénistiques. L’activité évergétique des reines, en comparaison de celle des rois, a été recensée de façon exhaustive par K. Bringmann6. J. Roy a analysé l’influence des rapports de genre sur la définition de la royauté féminine7. L’un des champs actuels de réflexion en histoire de genre concerne l’utilisation respective par les deux sexes de l’espace privé et de l’espace public. I. Savalli-Lestrade8 s’est appliquée à définir la frontière entre rôle privé et rôle public des reines à l’intérieur du microcosme particulier que constituaient les cours hellénistiques ; j’ai moi-même prolongé ses remarques en répertoriant les activités publiques de quelques reines séleucides, attalides, lagides, épirotes et thraces au sein de leur cour et de leur royaume9.

  • 10 La « numérotation » des reines hellénistiques ne fait pas l’unanimité parmi les historiens moderne (...)

4On notera que les mêmes thématiques sont pertinentes pour l’ensemble des familles régnantes hellénistiques ; par choix, je restreindrai mes propos aux dynasties séleucides et attalides, tout en m’autorisant quelques comparaisons avec les royaumes voisins. Je me focaliserai sur quatre figures royales représentatives : la reine Apollonis pour les Attalides, les reines Apamè, Stratonice Ier et Laodice V10 pour les Séleucides.

5Avant d’entrer dans le vif du sujet, une précision de vocabulaire s’impose : depuis l’établissement de monarchies chrétiennes et monogames en Europe, il est d’usage de donner le titre de « reine » à l’unique épouse vivante du roi en exercice, tandis que la « reine-mère » désigne communément la mère du monarque et qu’une veuve royale exerçant le pouvoir durant la minorité du prince héritier est autorisée à porter le titre de « régente » ; quant aux filles du roi et de la reine, elles sont qualifiées de « princesses ». La terminologie était loin d’être si précise dans le monde grec antique, principalement à cause de deux facteurs : a) la polygamie pratiquée par les cours hellénistiques ; b) l’absence d’une hiérarchie claire entre les différentes femmes apparentées aux rois. Celles-ci étaient nombreuses, si l’on y inclut l’épouse ou les épouses successives du roi en exercice, l(es) épouse(s) du précédent roi défunt, l(es) épouse(s) du prince héritier, ainsi que les sœurs et les filles du roi en exercice, celles de son prédécesseur et celles de son héritier. En définitive, les sources grecques lorsqu’elles emploient le terme de « reine », l’attribuent à des épouses royales, à des veuves royales ou à des filles de rois, sans tenir compte ni de la primauté chronologique de l’union matrimoniale, ni des fonctions ou des pouvoirs réels détenus par ces femmes, ni des critères hiérarchiques ou d’âge.

Les reines au sein des familles royales : épouses, mères, sœurs

6La destinée d’une femme grecque étant le mariage et la maternité, j’examinerai dans une première partie le rôle joué en tant qu’épouses et mères par les reines hellénistiques.

  • 11 Sur les reines macédoniennes, cf. les références données supra, n. 2-4, ainsi que Heckel W., « Kyn (...)

7Le royaume séleucide, et, dans une moindre mesure, le royaume attalide étaient héritiers de la monarchie macédonienne. La position des femmes au sein de la famille royale macédonienne a eu, par conséquent, une influence notable sur le statut des reines dans les royaumes des Diadoques. Voyons brièvement ce qu’il en était des reines dans la Macédoine du ive siècle av. J.-C.11.

Les reines macédoniennes : une source d’inspiration

  • 12 Cf. les conclusions de Cabanes P., L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine, 1976, en p (...)
  • 13 Oikonomides A., « A New Inscription from Vergina and Eurydice Mother of Philip II », Ancient World(...)
  • 14 Hammond N. G. L., « Some Macedonian Offices c. 336-309 B.C. », JHS, 105, 1985, p. 158- 159 ; contr (...)
  • 15 Cléopâtre d’Épire est notamment portée sur une liste de théarodoques, cf. Charneux P., « Liste arg (...)
  • 16 Sur le rôle des femmes dans la dynastie julio-claudienne, cf. Corbierm., « La Maison des Césars », (...)

8Les épouses des grands rois macédoniens que furent Amyntas III et Philippe II étaient elles-mêmes de sang royal : Eurydice, l’épouse d’Amyntas III, était apparentée aux monarques d’Illyrie, tout comme Audata, la première épouse de Philippe II. Olympias et Cléopâtre, respectivement la seconde et la troisième épouse de Philippe II étaient, quant à elles, liées à la famille royale d’Épire. Or, ces deux régions, l’Illyrie et l’Épire, sont connues par des témoignages épigraphiques pour avoir très tôt, dès le ve- ive siècle au moins, accordé aux femmes des droits juridiques plus étendus qu’en Grèce et une position-clé au sein de la famille12. La présence des reines macédoniennes sur la scène politique du ive siècle pourrait donc en partie s’expliquer par leur origine épirote ou illyrienne. Quoi qu’il en soit, Eurydice est déjà mentionnée dans des documents officiels13. Olympias et sa fille Cléopâtre, sœur d’Alexandre le Grand, furent des figures prééminentes en Macédoine durant les campagnes du Conquérant, même si l’étendue de leur pouvoir réel fait l’objet de controverses parmi les Modernes14. Enfin, la même Cléopâtre, fille de Philippe II et d’Olympias, qui avait épousé son oncle Alexandre Ier roi des Molosses, exerça la régence en l’absence de son époux parti guerroyer en Italie où il trouva la mort15. Une comparaison s’impose ici entre deux dynasties antiques distantes de près de quatre siècles, mais caractérisées toutes deux par l’absence d’héritiers masculins : les Argéades en Macédoine et les Julio-Claudiens à Rome16. Aux mêmes causes, les mêmes effets : dans les deux cas, la disparité numérique entre membres masculins et membres féminins de la famille régnante a fourni à des femmes l’occasion de s’affirmer publiquement et de conquérir des parcelles de pouvoir.

9Certes, le rôle public des reines macédoniennes doit être relativisé : on relèvera que ces femmes ne portaient pas de titre royal et n’avaient pas de statut institutionnel. Sans bases légales et sans l’appui ni la reconnaissance de l’armée, leur pouvoir ne pouvait être que circonstanciel et strictement lié à leur rapport de parenté avec un monarque.

  • 17 Carney E., « Foreign Influence », p. 313-323, en part. p. 321, se demande si l’attitude bienveilla (...)
  • 18 Diodore, XIX, 52, 1-2 ; XIX, 61, 2.
  • 19 Cf. supra, n. 14 et 15.

10Néanmoins – et cet élément sera riche de conséquences sur le statut des reines durant les premières générations des Diadoques –, les femmes du clan royal macédonien ont constitué des instruments privilégiés de légitimation pour les prétendants au partage de l’empire d’Alexandre. Leur apparentement avec Philippe II et Alexandre le Grand, ainsi que la vacance du pouvoir héréditaire masculin ont fait d’elles les représentantes de la royauté macédonienne17 : c’est la raison pour laquelle Cassandre, le général macédonien, épousa en 317-316 Thessalonikè18, l’une des filles de Philippe II, tandis que l’autre fille de Philippe II, Cléopâtre, veuve de son royal époux épirote, fut courtisée par plusieurs officiers macédoniens entre 320 et 308 av. J.-C.19.

Mariages monarchiques et tactiques masculines

  • 20 Arrien, Anabase, VII, 4, 6.
  • 21 Arrien, Anabase, VII, 4, 5-6. Strabon, C578, la donne pour fille du Perse Artabaze. Sur ce point, (...)
  • 22 Séleucos a illustré concrètement le sens de son union avec Apamè à travers la construction de deux (...)

11Venons-en aux Séleucides. Séleucos Ier, fondateur de la dynastie, utilisa lui aussi le mariage comme procédé de légitimation. Séleucos avait participé à la cérémonie des mariages collectifs organisée par Alexandre à Suse en 324 av. J.-C.20. Il y avait pris pour femme Apamè, vraisemblablement une princesse achéménide, fille du Sogdien Spitaménès21. Cette union constitua l’un des atouts majeurs de Séleucos dans la course à la succession d’Alexandre et dans le processus de sa reconnaissance comme fondateur d’une monarchie héritée du Conquérant. Séleucos possédait, en effet, une femme de lignée royale, épousée conformément aux vœux d’Alexandre ; à travers l’origine iranienne d’Apamè, il mettait concrètement en œuvre la politique initiée par Alexandre de fusion des races perse et grecque ; enfin, la nationalité de sa femme confortait la légitimité de son pouvoir sur les territoires orientaux conquis par Alexandre22. Séleucos était conscient de ce que son union avec Apamè lui apportait : aussi, à la différence des Macédoniennes comme Thessalonikè ou Cléopâtre qui furent assassinées quelques années après la mort d’Alexandre afin d’éviter qu’elles ne manipulent des prétendants à la succession, Séleucos conserva Apamè à ses côtés bien au-delà de son accession à la royauté. Cette différence de comportement est fondamentale : alors qu’à partir des années 305 av. J.-C., la position des reines macédoniennes et antigonides s’affaiblit au sein de leur famille royale respective, celle des reines séleucides s’affermit et ne cesse de croître tout au long de l’époque hellénistique.

  • 23 Plutarque, Démétrios, 31, 2 ; 32, 1-3 ; 33, 1. Bielman, 2002, n° 11 fournit une série de référence (...)

12Le même Séleucos utilisa une seconde fois le mariage pour asseoir son pouvoir politique : en 298 av. J.-C., pour sceller le traité de Rhossos conclu avec son ancien ennemi Démétrios Poliorcète, il prit comme seconde épouse la jeune Stratonice, fille de Démétrios et petite-fille d’Antipater23. Apamè était encore en vie à cette date et Séleucos poursuivit ainsi la pratique polygame macédonienne.

  • 24 Le mariage fut célébré en grande pompe : Plutarque, Démétrios, 32.
  • 25 Le mariage entre Stratonice et Antiochos a été mal compris par les auteurs antiques qui y ont parf (...)
  • 26 Ogden, 1999, p. 119-124, parle d’une « sorte de mariage léviratique entre vifs ». Le système du lé (...)

13Enfin Séleucos utilisa une troisième fois le mariage, cette fois-ci pour consolider sa politique dynastique : en 293 av. J.-C., il donna sa seconde épouse, Stratonice, à son fils Antiochos24. Cette union matrimoniale entre belle-mère et beau-fils25 doit être interprétée politiquement, comme une volonté de resserrer les liens entre les deux maillons fondateurs de la dynastie séleucide : le père-roi et son fils-héritier. Ce mariage intervint d’ailleurs en même temps que Séleucos confiait à son fils le contrôle des satrapies orientales et lui offrait le titre de βασιλεὑς. Cette stratégie matrimoniale novatrice26 n’a pas été poursuivie par les successeurs de Séleucos.

  • 27 Il s’agit là d’un strict système léviratique, cf. supra, n. 26. Le mariage léviratique fut souvent (...)

14Antiochos III, le cinquième souverain séleucide, a, pour sa part, élaboré deux tactiques matrimoniales complémentaires. La première visait à asseoir solidement sa dynastie et privilégiait les mariages familiaux, voire consanguins. Ainsi, lui-même avait épousé sa cousine, Laodice V, fille du roi du Pont. Par la suite, il maria sa fille, Laodice VI, à son fils aîné Antiochos le Jeune. Une fois Antiochos le Jeune décédé, Laodice VI fut contrainte d’épouser successivement ses deux autres frères cadets, Séleucos IV, puis Antiochos IV27. Les héritiers nés de ces alliances possédaient ainsi une double légitimité par leur ascendance paternelle et maternelle. La princesse Laodice VI apparaît à travers ces trois mariages fraternels comme la clé du pouvoir royal : celui qui l’épousait se désignait comme l’héritier en titre.

  • 28 Philippe II l’avait sans doute déjà pressenti en faisant du mariage de sa fille Cléopâtre avec le (...)

15La seconde tactique matrimoniale d’Antiochos III concernait la stabilité politique du royaume. Il donna en mariage ses autres filles à des rois-vassaux ; les princesses royales servaient d’ambassadrices et de traits d’union politique entre le pouvoir central et les lignées royales assujetties. Elles remplissaient, de ce fait, un réel rôle diplomatique28.

16La politique matrimoniale des Séleucides était parallèle à celle qui était pratiquée par les autres Diadoques, et elle poursuivait un double objectif : d’une part, des unions endogamiques réalisées à l’intérieur de chaque clan familial des Diadoques visaient à accroître la légitimité des héritiers ; d’autre part, des mariages conclus entre les différentes maisons royales dès les années 300 av. J.-C. marquaient la reconnaissance mutuelle du pouvoir des Diadoques et leur domination sur leurs vassaux. Dans l’une et l’autre stratégie matrimoniale, les hommes demeuraient les maîtres d’un jeu dont les femmes étaient les pions passifs.

Affection conjugale, maternité et tactiques féminines

  • 29 Dans un système familial dit « amphimétrique », les enfants sont nés d’un même père, mais de mères (...)

17Dans les systèmes monarchiques polygames hellénistiques, la procréation de fils, d’héritiers, constituait un facteur déterminant pour la position de la reine. Toutefois, la forte mortalité infantile, combinée avec la polygamie, donnait aux épouses des rois un sentiment d’insécurité puisqu’elles pouvaient en tout temps à la fois perdre leur(s) fils et supporter une ou des rivale(s) susceptible(s) de mettre au monde d’autres enfants mâles. La polygamie générait, en outre, des systèmes familiaux amphimétriques29, source de rivalités et de conflits.

18Séleucos Ier pourrait en avoir pris conscience rapidement. De son mariage avec Apamè, Séleucos avait eu un fils, le futur Antiochos Ier, né en 324 av. J.-C. et qui fut désigné comme prince héritier dès la fondation du royaume séleucide. De son mariage avec Stratonice, Séleucos eut une fille, Phila. Sitôt après la naissance de celle-ci, Séleucos donnait Stratonice en mariage à son fils. Il n’est pas interdit de penser que Séleucos a agi de la sorte pour éviter de procréer de nouveaux enfants mâles, qui auraient engendré des querelles successorales et affaibli la monarchie naissante.

  • 30 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 5-29 ; Bielman, 2002, n° 6 (document seulement en trad. fr.).

19Le lien unissant le roi à son épouse la reine titulaire – mère du ou des héritier(s) – était important pour la stabilité de la dynastie et relevait de la propagande royale. En 193 av. J.-C., après 18 ans d’union conjugale, Antiochos III fit promulguer par décret dans tout le royaume l’instauration d’un culte pour son épouse Laodice V. Les honneurs rendus à la reine étaient justifiés par le fait qu’elle vivait « aux côtés [du roi] avec tendresse et sollicitude30 ». L’affection de la reine pour son époux constituait donc un motif officiel de la reconnaissance du roi.

  • 31 Les références antiques et modernes sur Apollonis sont données chez Bielman, 2002, n° 7. La source (...)

20Les Attalides ont fait de la glorification du rôle conjugal et maternel de la reine l’un des piliers de leur propagande dynastique. Alors qu’il était déjà âgé, Attale Ier avait épousé la jeune Apollonis qui lui donna quatre fils31.

  • 32 On peut se demander si le mariage d’Antiochos III avec une simple citoyenne de Chalcis, Euboa (cf. (...)
  • 33 I. Pergamon, n° 160.
  • 34 OGIS, n° 307.
  • 35 OGIS, n° 308.
  • 36 Ces reliefs sont aujourd’hui perdus, mais il nous reste la description qu’en donne l’Anthologie gr (...)
  • 37 Ogden, 1999, p. 202.

21Apollonis était fille de citoyens de Cyzique, riches mais dépourvus de lignage prestigieux. Cela aurait pu être une faiblesse, mais Attale Ier et surtout ses fils surent y placer la force de leur régime : ils firent d’Apollonis un parangon de vertu conjugale et maternelle, un modèle civique32 (nous dirions aujourd’hui « bourgeois ») ; Apollonis est présentée implicitement comme l’exact opposé des autres reines hellénistiques, certes dotées de sang royal, mais remariées au gré des alliances politiques et prêtes à assassiner leur mari ou leurs enfants pour gagner des parcelles de pouvoir. Chez les Attalides au contraire, l’harmonie familiale était élevée au rang de valeur fondamentale. Et Apollonis constituait la pierre angulaire de cette harmonie familiale : Athènes loue Attale Ier et Apollonis pour l’éducation qu’ils avaient donnée à leurs fils33 ; Attale II a élevé une statue à sa mère en reconnaissance de l’affection qu’elle lui témoignait34 ; Hiérapolis félicite Apollonis pour sa fidélité conjugale et sa piété filiale, pour la concorde qu’elle faisait régner entre ses fils et pour son attitude affectueuse envers ses belles-filles35. De même, les reliefs du temple de Cyzique, bâti en l’honneur d’Apollonis après son décès, condamnaient les atteintes à l’institution du mariage36 et célébraient l’amour filial ; Apollonis y était peut-être vénérée en tant que « Mère-Reine37 ». La reine défunte était ainsi mise au service de l’image favorable que les deux frères attalides souhaitaient donner d’eux-mêmes.

Des défauts de la polygamie

22La polygamie des rois hellénistiques pose le problème, difficile à saisir en raison du silence des sources, du statut des épouses successives.

  • 38 Justin, XV, 4, 23 ; Appien, Guerres syriennes, 59-62. Sur les mariages de Stratonice, cf. notammen (...)

23Par le mariage de Séleucos avec Stratonice, Apamè avait perdu sa position d’épouse unique. Les sources évoquent une relégation temporaire d’Apamè au second plan entre 298 et 293 av. J.-C., soit jusqu’à ce que Séleucos donne Stratonice en mariage à son fils Antiochos38.

  • 39 Les principales références relatives à Laodice V sont regroupées chez Bielman, 2002, nos 6, 13 et (...)
  • 40 Polybe, XX, 8. Cf. Ogden, 1999, p. 137-138.
  • 41 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 25-29.
  • 42 Le Bohec, 1993, p. 229-245.
  • 43 On note que le statut juridique des reines ne différait pas de celui des citoyennes grecques : les (...)
  • 44 La mise au monde d’héritiers mâles n’était cependant pas le seul critère fondant la position d’une (...)

24À la situation d’Apamè fait écho celle de Laodice V, épouse unique d’Antiochos III de 221 à 192-191 av. J.-C.39. À cette date, Antiochos III se remarie avec une Chalcidienne d’origine aristocratique, Euboa40. Laodice disparaît alors de la scène royale ; toutefois un document lacunaire semble attester à nouveau sa présence à la cour séleucide en 177-176 av. J.-C., après la mort d’Antiochos III, sous le règne de son fils Séleucos IV41. Une répudiation ou en tout cas une mise à l’écart de Laodice V sur l’ordre d’Antiochos, après son remariage avec Euboa, semble ainsi probable. Cela confirmerait les remarques de S. Le Bohec selon qui, chez les rois polygames macédoniens et antigonides, il n’y avait toujours qu’une seule épouse en titre, mais que les titulaires se succédaient42. On notera toutefois qu’Euboa, la seconde épouse d’Antiochos III, si elle paraît bien avoir disposé du statut d’épouse légitime, ne semble pas avoir bénéficié du titre de reine, réservé à la seule Laodice V (peut-être parce qu’elle était la mère des princes héritiers). Une distinction pourrait ainsi avoir été établie entre le statut « conjugal » des reines – un statut fluctuant qui leur valait tantôt l’affection du roi, tantôt la répudiation43 –, et leur statut « maternel » qui transcendait les aléas quotidiens au nom de la pérennité de la dynastie44.

25On peut se demander pourquoi des rois qui tentaient avec opiniâtreté de stabiliser leur dynastie, tels Séleucos Ier ou Antiochos III, ont paradoxalement adopté des pratiques polygames qui risquaient d’affaiblir cette même dynastie en créant des rivalités successorales. L’une des explications qui vient à l’esprit est que la polygamie était considérée – sur la base des antécédents achéménides et macédoniens – comme une prérogative du roi, au même titre que la conduite des armées ou le port de la pourpre. Le roi devait donc se conformer aux usages matrimoniaux en la matière, quitte à ruiner parfois ses visées dynastiques.

  • 45 Plutarque, Alexandre, 9, 3. Sur les critiques des Grecs vis-à-vis de la polygamie des rois, cf. Ca (...)
  • 46 Ainsi, Laodice V, répudiée par Antiochos III, serait réapparue officiellement à la cour sous le rè (...)

26Les sources grecques, globalement mal disposées envers les régimes monarchiques, leur reprochent notamment de conférer trop de pouvoir aux femmes, principalement en raison de la polygamie des rois. Plutarque, par exemple, note que ce système offrait aux reines macédoniennes une place cruciale dans les jeux successoraux45. La polygamie aurait ainsi mêlé ce que les Grecs voulaient à tout prix séparer : les femmes et le pouvoir politique. Quoi qu’il en soit, la conséquence probable de la polygamie royale hellénistique était que les reines avaient, de façon générale, plus de pouvoir sous le règne de leur fils que sous celui de leur époux, leur position ne pouvant plus alors être contestée par une autre femme46

Sœur de roi : un rôle à part

  • 47 Cf. Ogden, 1999, p. 119, 124-126, avec stemmata des Séleucides.
  • 48 Ibid., p. 126-127.
  • 49 Ibid., p. 127-128, avec stemma.
  • 50 Cf. supra, n. 27. Antiochos avait préparé les esprits en qualifiant sa cousine et épouse Laodice V (...)
  • 51 Sur Séleucos IV et Antiochos IV, cf. Will, II, p. 303-304. Je remercie J.-L. Ferrary d’avoir attir (...)

27Les mariages consanguins, pratiqués couramment chez les Lagides, ont aussi touché les Séleucides. En fait, le système pourrait avoir été inauguré par les Séleucides, si l’on admet l’hypothèse que la seconde épouse d’Antiochos Ier, Nysa, était bien sa demi-sœur, née du troisième mariage de Séleucos Ier avec une inconnue47. L’inspiration serait venue d’antécédents achéménides48. À la génération suivante, Antiochos II Théos épousa lui aussi sa demi-sœur, Laodice II49. Au début du iie siècle, un pas supplémentaire est franchi, sans doute sous l’influence directe des Lagides : en 192-191 av. J.-C., Antiochos III organise le mariage consanguin de sa fille aînée, Laodice VI, avec son fils aîné Antiochos le Jeune ; à la mort de ce dernier, ses deux frères cadets suivent tour à tour son exemple50. À n’en pas douter, Laodice VI possédait, par son origine familiale, une faculté de légitimation unique. Son mariage avec son troisième et dernier frère est d’ailleurs éloquent : une fois Séleucos IV assassiné, Laodice aurait dû exercer la régence au nom de leur jeune fils Démétrios, encore mineur ; toutefois Antiochos IV, le frère du défunt monarque et de Laodice VI, organise un coup d’État, se fait proclamer roi avec l’aval des Attalides et du Sénat romain et force sa sœur à l’épouser. La pratique du mariage consanguin choisie par Antiochos III pour consolider sa dynastie était ainsi utilisée par le dernier fils du Séleucide pour usurper le pouvoir royal et rompre la transmission dynastique normale51.

  • 52 Une telle étude a seulement été réalisée pour les sœurs d’Alexandre, qui pourtant n’avaient pas ép (...)

28Filles de rois et épouses de rois, les reines-sœurs possédaient à double titre l’investiture et étaient à ce titre les égales du roi, à la différence d’épouses royales issues de clans familiaux externes. Toutefois, nous manquons d’études spécifiques sur leur rôle et sur l’étendue de leur pouvoir et de leur influence52.

Du rôle privé au rôle public : l’instrumentalisation des reines

29La première partie de cette étude a mis en lumière la complexité du statut des reines dans les familles régnantes séleucides et attalides : mariages, polygamie, amphimétrie, lévirat, les femmes étaient au cœur des stratégies dynastiques. Les monarques séleucides et attalides ont d’ailleurs cherché à mettre en évidence la place des reines au sein de leur famille, transformant parfois les femmes en éléments-clés de la propagande royale. Or, le rôle familial des reines influençait leur rôle officiel, comme on peut le constater ci-dessous.

Un titre royal au féminin

30Dès la mort d’Alexandre et durant toute la période hellénistique, les parentes des monarques ont été utilisées pour renforcer le prestige des dynasties régnantes. L’étape initiale de ce processus consiste en la création d’un titre royal féminin.

  • 53 Sur la question des titres royaux masculins et féminins et de leur usage dans la dynastie argéade, (...)
  • 54 Syll.3, n° 333, l. 6-7 ; Merkelbach R. et Nollé J., Die Inschriften von Ephesos, VI, 1980, n° 2003 (...)
  • 55 I. Didyma, n° 480 ; Bielman, 2002, n° 10 (document seulement en trad. fr.).
  • 56 IG, IV, 750. Cf. Bielman, 2002, n° 11 (document seulement en trad. fr.).
  • 57 Le fait est frappant dans un décret de Téos instaurant un culte municipal pour Apollonis et qui me (...)
  • 58 Polybe, V, 43, 4 pour la proclamation d’Antiochos III décernant à Laodice V le titre de reine : le (...)

31Dans la dynastie argéade, les reines ne portaient pas de titre royal, tandis que l’emploi de βασιλεὑς pour qualifier les rois macédoniens antérieurs à Alexandre le Grand était très rare53. Les Diadoques s’empressent de modifier cet usage : le titre masculin se généralise dès 306 av. J.-C. ; son pendant féminin, βασίλισσα, est attribué à Phila, l’épouse de Démétrios Poliorcète, dans un document daté de 306 av. J.-C.54 ; Apamè, l’épouse de Séleucos Ier, en est parée dans une inscription de 299-298 av. J.-C.55. En revanche, Stratonice, la seconde épouse de Séleucos, n’a reçu vraisemblablement ce titre qu’après son mariage avec Antiochos, fils de Séleucos et corégent du royaume56. Quant aux reines d’extraction « bourgeoise », comme Apollonis chez les Attalides ou Euboa chez les Séleucides, elles ne semblent pas avoir porté le titre de βασίλισσα57. Le titre féminin, comme celui du roi, était décerné par le biais d’une proclamation officielle58.

  • 59 Cf. les judicieuses remarques de Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 417-418. La questi (...)

32L’octroi d’un titre officiel aux épouses des rois hellénistiques est une innovation spectaculaire : il consacre la reconnaissance de la royauté féminine à côté de la royauté masculine. En même temps, il indique que l’on ne naissait pas reine, mais qu’on le devenait par l’union avec un roi59.

33De toute façon, le titre conférait à celles qui le portaient une véritable dimension publique, même s’il ne signifiait pas (en tout cas pas immédiatement) une extension des pouvoirs effectifs des reines : l’attribution du titre royal à l’épouse d’un roi servait prioritairement les intérêts de ce dernier en renforçant son prestige et en légitimant la descendance issue du couple royal.

Reines et toponymie

  • 60 Diodore, XIX, 52, 1-5.
  • 61 Cf. supra, n. 22.
  • 62 En outre, un dème athénien et une tribu de Bithynion portent le nom d’Apollonis.

34Toponymie et prestige politique constituaient pour les Argéades deux éléments indissociables : il suffit de songer aux multiples « Alexandrie » fondées par le Conquérant. Les femmes ne furent pas laissées à l’écart de ces pratiques. Ainsi, Philippe II, déjà, avait donné à deux de ses filles des noms qui reflétaient sa politique : Thessalonikè et Europe. Cassandre est le premier des Diadoques à s’inspirer de ces antécédents : sitôt conclu son mariage avec Thessalonikè en 316, il donne le nom de sa femme à une ville60. Séleucos améliore le procédé en symbolisant son union avec Apamè à travers la double fondation de Séleucie et d’Apamée sur l’Euphrate61. Ses successeurs ne demeurent pas en reste, comme en témoignent les différentes villes dénommées Stratonicée ou Laodicée. La cité d’Apollonis en Lydie, fondée par Eumène II, commémore la reine attalide, mère du roi62. Toutefois la symbolique de ces fondations diffère : si Cassandre s’est servi du nom de sa femme pour promouvoir sa propre personne en proclamant son rattachement à la maison macédonienne, les Séleucides et les Attalides visaient à travers l’usage de toponymes royaux féminins à légitimer et à glorifier leur dynastie tout entière. Mais les reines y trouvaient leur intérêt : fonder une ville était un acte royal auquel il était glorieux d’être associée, fut-ce par la seule onomastique.

Les reines à l’honneur : fêtes, cultes, statues

35Les fastes de la cour et les honneurs offerts aux monarques par des cités constituaient autant de signes de prestige.

  • 63 Ainsi des mariages de Stratonice, cf. supra, n. 23 et 24. Des exemples pris chez les Antigonides s (...)
  • 64 De nombreux exemples de ces déplacements officiels ont été réunis par Robert L., Documents d’Asie (...)

36Les mariages royaux étaient ainsi l’occasion de fêtes luxueuses63 dont le but était de mettre à l’honneur la nouvelle souveraine autant que son époux. Le port d’insignes royaux identiques pour le roi et la reine, tels le diadème et la pourpre, reflétait leur égale dignité. Les visites officielles de souverains étaient l’occasion de bains de foule pour la reine comme pour le roi, accueillis par un cortège des habitants de la cité, notables en tête64.

  • 65 Ainsi que le montre Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 69-70.

37L’instauration de cultes pour les reines donne aussi la mesure de l’estime dans laquelle elles étaient tenues. Il convient de distinguer à ce propos entre les cultes civiques, mis sur pied spontanément par certaines cités, parfois à l’instigation d’Amis (φίλοι) de la reine65, et les cultes à l’échelle du royaume, appelés cultes dynastiques et établis par décision du roi dans le but de diffuser l’idéologie monarchique et de fidéliser les sujets éloignés des centres du pouvoir.

  • 66 Sont notamment attestés : a) le culte et la prêtresse de Stratonice à Téos : Robert L., Études ana (...)
  • 67 Robert L., Études anatoliennes, n° 1, p. 9-20 ; Bielman, 2002, n° 7 (document seulement en trad. f (...)
  • 68 Apollonis mourut entre 175 et 159 av. J.-C. À la différence des Séleucides, les Attalides ne recev (...)
  • 69 C’est notamment le cas de Stratonice, cf. supra, n. 66. Un catalogue des reines séleucides assimil (...)
  • 70 Selon la restitution d’une partie lacunaire du document proposée par Robert L., op. cit., p. 9-20, (...)

38Stratonice semble être la première reine séleucide à qui furent rendus des cultes civiques, de son vivant déjà, en conjonction avec son époux Antiochos Ier66. La reine attalide Apollonis bénéficia également d’un culte civique, attesté à Téos67, mais seulement après sa mort68, lorsqu’elle fut divinisée sous l’épithète de Déesse Apollonis Pieuse, qui rappelait la dévotion de la reine envers les dieux, ainsi que ses qualités morales. Comme bon nombre d’autres reines divinisées69, Apollonis était associée à Aphrodite. Son culte bénéficiait d’un double service sacerdotal, celui du prêtre d’Aphrodite et celui de la prêtresse de la reine Stratonice ; un jour de fête était consacré à Apollonis ; la cérémonie revêtait un véritable caractère civique puisque le prytane, les magistrats, les enfants et les jeunes filles libres de la ville devaient être présents. Un autel dédié à la reine se dressait sur l’agora du port, près du lieu où la reine avait débarqué lors d’une visite à Téos70.

  • 71 Pouilloux J., Choix d’inscriptions grecques, 1960, n° 30 (édits d’Ériza et de Nehavend) Bertrand J (...)
  • 72 Il est intéressant de relever qu’en Iran, selon l’édit de Nehavend, c’est la propre fille d’Antioc (...)

39La première reine séleucide qui bénéficia d’un culte dynastique fut Laodice V, l’épouse d’Antiochos III. Nous possédons diverses versions de l’édit royal instaurant ce culte71. Un parallèle strict y est établi entre le culte dynastique des rois séleucides et celui de Laodice : mêmes lieux de cultes, nomination à vie – à côté des grands-prêtres royaux – de grandes-prêtresses72 jouissant des mêmes prérogatives que leurs collègues masculins et portant des couronnes ornées en leur centre du buste miniature de la souveraine. Pourtant, le culte dynastique de Laodice V ne semble pas avoir été le point de départ d’une divinisation systématique des reines séleucides, à la différence des reines lagides. On doit plutôt penser à des honneurs cultuels ponctuels, rendus à certaines reines séleucides seulement, en vertu de leurs mérites personnels et à l’initiative du roi.

40En prélude à son culte à l’échelle du royaume, Laodice avait été honorée par de nombreux cultes civiques, notamment à Sardes dès 213 av. J.-C., à Téos vers 203 av. J.-C. et à Iasos vers 196 av. J.-C. On constate une progression dans les honneurs accordés à la reine :

  • à Sardes, Laodice bénéfice d’un terrain sacré pourvu d’un autel et d’un festival à son nom, mais elle n’y est pas assimilée à une divinité et les sacrifices effectués lors des Laodikeia sont destinés à Zeus Généthlios (« Protecteur de la famille ») ; ils visent à la fois le salut du roi, de la reine et de leurs enfants73 ;
  • à Téos, Laodice obtient une statue cultuelle à côté de celle du roi et une fête en son nom propre, distincte de celle des Antiocheia. On consacre à la reine une fontaine sur l’agora du port et on y puise l’eau pour les sacrifices civiques, les rituels funéraires et le bain des jeunes mariées74 ;
  • à Iasos, enfin, Laodice est assimilée à Aphrodite sous l’épiclèse d’Aphrodite Laodikè et reçoit les services d’une prêtresse attitrée, une jeune vierge nommée annuellement lors de la fête célébrée pour l’anniversaire de la reine ; tous les couples de futurs mariés doivent y participer75.
  • 76 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 25-29.

41Le culte dynastique instauré par Antiochos pour son épouse s’inspire de ces différents précédents municipaux, dont il constitue l’aboutissement. Une telle profusion d’honneurs religieux pour une reine séleucide est rare et atteste la personnalité marquante de Laodice V. Une preuve supplémentaire en est fournie par la cité de Séleucie sur l’Élaios (Suse) qui continua à vénérer Laodice V même après l’instauration d’un culte pour sa fille Laodice VI, sœur-épouse du roi régnant Séleucos IV76.

  • 77 Concours des Stratonikeia : IG, XI 2, 287B, l. 124. Statue de Stratonice réalisée par le sculpteur (...)

42À côté des fêtes religieuses, des concours furent parfois organisés en l’honneur de souveraines. C’est le cas des Stratonikeia, institués par le frère de Stratonice, Antigone II Gonatas, à Délos où s’élevait une statue de la reine77.

  • 78 Nous savons qu’existaient au moins quatre statues de reines attalides, trois d’Apollonis et une de (...)
  • 79 Outre les exemples concernant Stratonice et Laodice V, cités supra, n. 71, 74 et 77, est notamment (...)
  • 80 Les monnaies séleucides figurant des reines sont analysées par Meyer M., « Mutter, Ehefrau und Her (...)

43La mention de statues ou de couronnes sacerdotales figurant les reines attalides78 ou séleucides79 parle en faveur de l’existence de portraits officiels des souveraines mis en circulation dans le royaume. En revanche, il faut souligner la rareté des émissions monétaires séleucides à l’effigie des souveraines : la première reine séleucide dont la tête figure sur une monnaie est Laodice VI. La reine apparaît sur des octadrachmes d’or d’Antioche frappés en 175 av. J.-C., juste après l’assassinat de son deuxième frère-époux Séleucos IV ; la tête de la souveraine, au premier plan du champ visuel, supplante le profil de son jeune fils Antiochos. Sur une frappe de bronze, émise à Tripolis en 166-165 av. J.-C., Laodice VI est visible avec son troisième frère-époux Antiochos IV ; la tête de la reine est à nouveau au premier plan, devant celle du roi, preuve de l’importance exceptionnelle accordée à cette femme dans la transmission du pouvoir royal séleucide. L’exemple ne fut suivi qu’à deux reprises : la reine Cléopâtre Théa, fille de Ptolémée VI et qui fut successivement l’épouse d’Alexandre Balas puis de Démétrios II, figure – tantôt seule, tantôt avec son époux Alexandre Balas ou avec son fils Antiochos VIII – sur des monnaies séleucides présentant une forte influence lagide et datant de la seconde moitié du iie siècle av. J.-C. ; enfin Cléopâtre Sélénè, l’épouse d’Antiochos X, se rencontre sur des monnaies de bronze aux côtés de son fils Antiochos XII80. Dans ces différentes émissions, la reine apparaît, en tant qu’épouse ou mère, comme un instrument de légitimation des prétendants au trône.

L’activité publique des reines

  • 81 Cf. supra, n. 69.

44Dans les cultes dévolus aux souveraines attalides ou séleucides, on note une fréquente assimilation des reines à la déesse Aphrodite. Ce n’est pas un hasard : Aphrodite était considérée comme une figure maternelle, protectrice du genre humain ; de même, la reine se devait d’être la patronne bienveillante de ses sujets, la garante de la fécondité et de la prospérité du royaume81. L’activité publique des reines s’inscrit nécessairement dans cette ligne, soit conjointement avec leur époux, soit seules.

  • 82 I. Didyma, n° 480. Cf. Bielman, 2002, n° 10 (document seulement en trad. fr.).

45Apamè, la première reine séleucide, donne le ton : un décret des Milésiens82, voté en 299-298 av. J.-C., fait état de la sollicitude de la reine envers des soldats milésiens engagés dans l’armée séleucide, ainsi que de l’appui apporté par Apamè à une ambassade milésienne demandant le soutien financier du prince Antiochos pour des travaux effectués au sanctuaire de Didymes.

46On tire de ce document trois séries d’informations relatives à l’activité des reines séleucides :

  1. 1. Les reines pouvaient recevoir des ambassades ou des émissaires83 ; elles intercédaient auprès des détenteurs du pouvoir, à savoir leur époux ou leur fils aîné ; elles disposaient également d’un service de chancellerie84. Elles étaient donc en mesure de jouer un rôle diplomatique actif, même s’il était plus discret que celui des rois.
  2. 2. Les reines étaient d’ordinaire sollicitées pour des questions d’ordre humanitaire : Apamé vient en aide à des soldats milésiens, peut-être en leur distribuant des vivres ; Stratonice s’entremet en faveur de prisonniers trézéniens85 ; Laodice V porte secours aux Iasiens ruinés par un tremblement de terre en leur offrant pendant dix ans du blé dont la vente (totale ou partielle) devait permettre de doter des jeunes filles pauvres de la cité86.
  3. 3. Les reines soutenaient activement le secteur religieux : Apamè favorise la construction et l’embellissement du sanctuaire de Didymes, Stratonice couvre d’offrandes les sanctuaires de Délos87, Apollonis finance la construction d’un temple de Déméter à Pergame88.
  • 89 Le meilleur exemple est constitué par l’action de Laodice V envers les jeunes Iasiennes, document (...)
  • 90 Document mentionné supra, n. 75, l. 28-30.

47L’action évergétique des reines dans les domaines sociaux et religieux est complémentaire à celle des rois. Aux rois, la responsabilité exclusive en matière militaire et en politique stricto sensu ; aux reines, la charge morale de sensibiliser le monarque et les jeunes princes héritiers aux difficultés de leurs sujets et de conforter leur piété ; aux reines encore de prouver leur générosité envers des causes nobles qu’elles soutenaient directement ou par l’entremise du roi. Les reines endossaient ainsi une attitude maternelle à l’égard des cités ; elles s’intéressaient en principe au sort de tous les habitants du royaume, pas seulement à celui des femmes et des enfants, même si parfois leur sollicitude visait expressément des représentantes du sexe féminin89. Elles « humanisaient » ainsi la souveraineté du monarque, la rendant plus accessible à ses sujets, et jouaient un rôle essentiel dans l’image que les sujets avaient de leur roi, de la dynastie, du régime tout entier. En ce sens, elles étaient de véritables partenaires du roi dans la conduite des affaires intérieures du royaume. D’ailleurs, en dotant les jeunes Iasiennes pauvres et en leur permettant de se marier, la reine Laodice avait contribué à l’accroissement démographique de la cité, donc, à terme, avait amélioré les ressources fiscales du royaume, même si la portée symbolique du geste était probablement plus forte que son impact réel. La correspondance de Laodice V reflète ce partenariat royal puisque la reine se dit « désireuse d’agir en accord avec la volonté de [son] frère [le roi]90 ». Dans le même passage, la reine évoque la loyauté des Iasiens envers « notre maison » (τòνοἶκον ἡµῶν) affirmant de la sorte qu’elle se considérait comme un membre actif de la dynastie royale. Dans les décrets honorifiques émanant des cités, le nom de la reine et du roi sont sans cesse associés ; cette accentuation officielle du couple royal est caractéristique des dynasties séleucides et lagides.

  • 91 Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 67, relève que si les reines sont présentes dans (...)

48Cependant, si l’on accordait aux reines un véritable rôle public, on ne leur reconnaissait que difficilement des responsabilités politiques91. À cet égard, le cas de Laodice V est explicite : durant l’Anabase d’Antiochos III dans les régions orientales du royaume, entre 212 et 206 av. J.-C.,

  • 92 Cf. supra, n. 30 et 71.
  • 93 Cette conception restrictive du rôle politique des reines séleucides pourrait expliquer leur faibl (...)

49Laodice V avait habilement exercé la régence aux côtés de son fils Antiochos le Jeune, âgé d’une dizaine d’années. Pourtant, au retour du roi, aucun remerciement n’est adressé à la reine pour l’excellence de sa régence. Et si le culte dynastique instauré en l’honneur de Laodice en 193 av. J.-C. peut apparaître comme un témoignage (tardif ) de reconnaissance du travail accompli par la reine, le motif officiel de ce culte est l’affection de la reine pour son époux92. En minimisant la régence exercée par Laodice, en évitant d’en conserver officiellement le souvenir et en plaçant dans le seul champ affectif les raisons du culte de la reine, Antiochos se réservait la totalité du pouvoir politique93 et ne laissait à Laodice qu’un rôle d’apparat. En même temps, il indiquait qu’à l’échelon de l’État, la dimension publique de la reine ne pouvait être reconnue et glorifiée qu’à travers la sphère religieuse.

Biens de la reine, bien-être du royaume

  • 94 Cf. document cité supra, n. 75. Certes, le document ne précise pas l’origine du blé fourni par Lao (...)
  • 95 Polybe, V, 88-90.
  • 96 La dot colossale de Bérénice, fille de Ptolémée Philadelphe, lui aurait valu le surnom de Phernoph (...)
  • 97 RC, n° 18-20 (avec trad. angl.). Les principales références bibliographiques sur ce dossier épigra (...)

50L’évergétisme des reines était indirect lorsqu’elles se contentaient d’inspirer ou d’orienter les gestes généreux du roi ; leur évergétisme pouvait cependant aussi être direct, lorsqu’elles assumaient elles-mêmes une dépense. Le blé que Laodice a offert aux Iasiens provenait vraisemblablement de ses propres terres94 ; lors du cataclysme qui secoua Rhodes entre 229 et 225 av. J.-C., la reine Chryséis, épouse d’Antigone Dôson, donna en son nom propre cinq millions de litres de blé et 70 000 kg de plomb95. Ces deux exemples prouvent l’indépendance financière des reines, même si leurs dons étaient toujours inférieurs à ceux qui étaient consentis par leurs époux dans des occasions similaires. Les biens des reines – qu’ils se chiffrent en terres ou en argent – provenaient soit de leur dot96, soit de dons consentis par leur royal époux. L’exemple le plus célèbre de cadeau conjugal est la cession de propriétés faite par Antiochos II Théos à son ex-épouse Laodice II : la reine reçut, près de Babylone, des terrains qui appartenaient à la couronne, et put également racheter à son ex-mari une terre en Phrygie hellespontique97. Les documents indiquent que la reine possédait ces biens en toute propriété, était dispensée de la taxe foncière par faveur royale et disposait d’un administrateur privé (οἰκονóµος).

51La gestion du patrimoine de la reine se confondait parfois avec l’administration du royaume : ainsi lorsque Laodice décide de livrer aux Iasiens – pendant dix ans – mille médimnes attiques de blé lui appartenant, elle confie la responsabilité de l’opération au diocète Strouthion, un fonctionnaire royal qui n’était pas l’intendant des terres de la reine. Pour un acte d’évergétisme personnel, la reine était donc en droit d’utiliser les services administratifs du royaume.

  • 98 Si Apamè, par exemple, a plaidé la cause des Milésiens auprès de son fils, c’est certainement sur (...)
  • 99 Sur les courtisans et les amis des reines, cf. Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 429- (...)

52La reine puisait dans sa cassette pour rétribuer ses serviteurs, mais aussi pour récompenser ses fidèles courtisans. En retour, ces courtisans déterminaient souvent la politique évergétique de la reine98. Les Amis du roi et de la reine se confondaient parfois et, à Pergame, il semble même que les courtisans devaient être agréés par le roi avant d’être présentés à la reine99. Une chose est certaine : fortune de la reine et du roi, cadeaux personnels, largesses officielles, bien-être du royaume, tous ces éléments étaient inextricablement liés.

Conclusion : régner au féminin à la période hellénistique

  • 100 Pomeroy S. B., Women in Hellenistic Egypt, from Alexander to Cleopatra, 1984, p. 11.

53S. B. Pomeroy suggérait voici près de vingt ans100 que les reines hellénistiques n’avaient pas eu de véritable rôle public, mais seulement un rôle privé, d’importance variable selon le tempérament de chaque souveraine. Dans un article récent, I. Savalli-Lestrade affirme au contraire le caractère ambivalent – à la fois privé et public – des reines :

  • 101 Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 65.

« βασίλισσα n’est tantôt rien d’autre que la femme du roi, la γήνή de l’οἶκος τοῦ βασιλεὑς – elle demeure alors pour ainsi dire dans l’ombre et intervient dans les coulisses, grâce précisément à sa fonction d’épouse et de mère de rois –, tantôt […] elle est l’équivalent “féminin” du βασιλεὑς, reconnue comme détentrice du pouvoir royal ; elle occupe alors le devant de la scène101. »

  • 102 Gauthier Ph., Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, 1985, p. 74-75, a été l’un des premiers à (...)

54L’influence des reines hellénistiques sur les femmes des élites civiques de Grèce et d’Asie Mineure a été parfois évoquée102. Il est vrai qu’il existe entre ces deux catégories de femmes hellénistiques un parallélisme étroit dans l’ambiguïté de leur position, écartelée entre rôle privé et rôle public.

55Les citoyennes membres des clans fortunés de leur cité devaient, elles aussi, contribuer au prestige familial en accomplissant des actes évergétiques. Contraintes parfois de pallier l’absence de parents masculins dans leur entourage, elles occupaient des magistratures ou effectuaient des liturgies ; elles remplissaient des offices religieux à l’égal des hommes et recevaient des honneurs similaires à ceux des bienfaiteurs civiques masculins. Comme les reines, elles devaient alors apprendre à confondre et à concilier vie privée et vie publique.

  • 103 Une thèse de doctorat est en cours sur ce sujet à l’université de Lausanne : Duchoud G., Des reine (...)
  • 104 Des femmes de la classe sénatoriale établies en Asie Mineure ont notamment rempli des prêtrises du (...)
  • 105 L’Orient grec a livré de nombreux exemples de dédicaces honorifiques offertes aux femmes de la mai (...)
  • 106 Sur le lien entre agonothésie féminine et culte des impératrices en Grèce et en Asie Mineure impér (...)

56L’influence des reines hellénistiques sur un autre groupe de femmes, les impératrices romaines, est un thème encore peu développé, mais qui mérite pourtant l’attention103. Grâce aux multiples facettes de leur rôle public, les reines hellénistiques ont constitué, en effet, une source d’inspiration unique pour les grandes dames romaines. La présence dans l’Orient hellénisé d’épouses ou de filles de représentants de l’ordre sénatorial et équestre dès le ier siècle av. J.-C. a contribué à la diffusion en Occident de certains modèles comportementaux104. Et les usages en matière d’honneurs civiques105 et religieux106 conférés aux reines ont été appliqués sans difficulté aux impératrices romaines par les cités grecques, dès le second quart du ier siècle apr. J.-C.

57La royauté féminine grecque présente, par plusieurs aspects, un étroit parallélisme avec la royauté masculine : comme les rois, les reines séleucides et attalides se caractérisaient par des privilèges, des titres, des actes diplomatiques et évergétiques spécifiques ; comme les rois, les reines étaient des personnages publics et leur univers domestique revêtait nécessairement une coloration politique ; comme les rois, les reines participaient activement à la construction de l’idéologie dynastique et de la propagande royale.

58Toutefois, la royauté féminine grecque se distingue de la royauté masculine parce que le rôle de reine reflétait le statut accordé au sexe faible dans la société grecque : ainsi, la sphère publique des reines était subordonnée à leur sphère privée et elles étaient, dans la mesure du possible, tenues officiellement à l’écart des décisions politiques et militaires ; ainsi, les reines tiraient systématiquement leur rang et leur pouvoir d’un homme – le roi –, leur père, époux, frère ou fils. La royauté féminine existait donc bel et bien en Grèce hellénistique, mais elle n’existait que par référence à la royauté masculine dont elle était, en quelque sorte, un avatar.

Notes

1 Macurdy G. H., Hellenistic Queens, 1932 (rééd. anastatique 1975).

2 Carney E., « What’s in a Name ? The Emergence of a Title for Royal Women in the Hellenistic Period », Pomeroy S. B. (éd.), Women’s History and Ancient History, 1991, p. 154-172 ; Carney E., « Foreign Influence and the Changing Role of Royal Macedonian Women », Ancient Macedonia V. Papers read at the Fifth International Symposium held in Thessaloniki, October 10-15 1989, I, 1993, p. 313-323.

3 Carney E., « The Politics of Polygamy : Olympias, Alexander and the Murder of Philip », Historia, 41, 1992, p. 169-189.

4 Le Bohec, 1993, p. 229-245.

5 Ogden, 1999.

6 Bringmann K., Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, I, Zeugnisse und Kommentare, 1995 ; ID., « Die Rolle der Königinnen, Prinzen und Vermittler », Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine. Nimes, 4-9 octobre 1992, 1997, p. 169- 174.

7 Roy J., « The Masculinity of Hellenistic King », Foxhall L. et Salmon J. (éd.), When Men were Men : Masculinity, Power and Identity in Classical Antiquity, 1998, p. 111-135.

8 Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico delle regine ellenistiche », Istorii. Studi offerti dagli allievi a G. Nenci, 1994, p. 415-432 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines à la cour et dans le royaume à l’époque hellénistique », Frei-Stolba R., Bielman A. et Bianchi O. (éd.), Les femmes antiques entre sphère privée et sphère publique, ECHO, 2, 2003, p. 59-76.

9 Bielman, 2002, nos 6-7, 10-15, 28, 30, 46 (documents seulement en trad. fr.).

10 La « numérotation » des reines hellénistiques ne fait pas l’unanimité parmi les historiens modernes. Les encyclopédies et dictionnaires spécialisés (tel The Oxford Classical Dictionary) ne répertorient pas toutes les reines et ne numérotent ni les séleucides ni les antigonides ; de manière générale dans les études contemporaines, seules les plus connues des souveraines hellénistiques portent un numéro d’ordre. Cependant, récemment, Ogden, 1999, a établi une numérotation systématique des reines (épouses, mères, filles et sœurs de rois) dans les différentes dynasties hellénistiques. À ce titre, son ouvrage devrait faire référence et j’ai choisi de me conformer désormais à sa numérotation, même lorsqu’elle est en rupture avec les habitudes. Ainsi, l’épouse d’Antiochos III devient Laodice V, alors que dans la majorité des études modernes, y compris dans mon volume cité supra, n. 9, cette même reine Laodice est numérotée Laodice III.

11 Sur les reines macédoniennes, cf. les références données supra, n. 2-4, ainsi que Heckel W., « Kynnane the Illyrian », RSA, 13-14, 1983-1984, p. 193-200 ; Carney E., « The Career of Adea- Eurydice », Historia, 36, 1987, p. 496-502 ; Carney E., « Olympias », Ancient Society, 18, 1987, p. 43-53 ; Carney E., « The Sisters of Alexander the Great : Royal Relicts », Historia, 37, 1988, p. 385-404.

12 Cf. les conclusions de Cabanes P., L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine, 1976, en part. p. 407-413 ; Cabanes P., « Société et institutions dans les monarchies de Grèce septentrionale au ive s. », REG, 113, 1980, p. 324-351 ; Cabanes P., « Nouvelles inscriptions d’Albanie méridionale (Bouthrôtos et Apollonia) », ZPE, 63, 1986, documents n° I et V ; Cabanes P., « La femme dans les inscriptions antiques de Bouthrôtos », L’Ethnographie, 85.2, n° 106, 1989, p. 13-22.

13 Oikonomides A., « A New Inscription from Vergina and Eurydice Mother of Philip II », Ancient World, 7, 1983, p. 52-54 ; Robert L., BullÉp, 1984, 249. L’inscription est mentionnée par Plutarque, Moralia 14C, 450-451.

14 Hammond N. G. L., « Some Macedonian Offices c. 336-309 B.C. », JHS, 105, 1985, p. 158- 159 ; contra Carney E., « Olympias », p. 43-53.

15 Cléopâtre d’Épire est notamment portée sur une liste de théarodoques, cf. Charneux P., « Liste argienne de théarodoques », BCH, 90, 1966, p. 156-158 ; Bielman, 2002, n° 46, qui renvoie aux autres documents faisant état de la régence de Cléopâtre.

16 Sur le rôle des femmes dans la dynastie julio-claudienne, cf. Corbierm., « La Maison des Césars », Bonte P. (éd.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales, 1994, p. 243- 291 ; Corbierm., « Male Power and Legitimacy through Women : the Domus Augusta under the Julio-Claudians », Hawley R. et Levick B. (éd.), Women in Antiquity : New Assessments, 1995, p. 178-193.

17 Carney E., « Foreign Influence », p. 313-323, en part. p. 321, se demande si l’attitude bienveillante d’Alexandre envers l’épouse et les filles de Darius, captives dans le camp macédonien après la bataille d’Issos, ne provenait pas du fait que le roi macédonien les considérait comme les représentantes de la royauté perse, royauté à l’héritage de laquelle il aspirait.

18 Diodore, XIX, 52, 1-2 ; XIX, 61, 2.

19 Cf. supra, n. 14 et 15.

20 Arrien, Anabase, VII, 4, 6.

21 Arrien, Anabase, VII, 4, 5-6. Strabon, C578, la donne pour fille du Perse Artabaze. Sur ce point, cf. notamment Shabazi S. A., « Apama », Encyclopedia Iranica, 1987, p. 150-151 ; Brosius M., Women in Ancient Persia, 1996, p. 78-79. D’autres références sur Apamè sont données par Bielman, 2002, n° 10.

22 Séleucos a illustré concrètement le sens de son union avec Apamè à travers la construction de deux villes portant leurs noms, Apamée et Séleucie (Zeugma). Les deux cités se faisaient face, chacune sur une rive de l’Euphrate, mais elles étaient reliées par un pont. Cf. Ogden, 1999, n. 8, p. 159, et infra.

23 Plutarque, Démétrios, 31, 2 ; 32, 1-3 ; 33, 1. Bielman, 2002, n° 11 fournit une série de références bibliographiques sur Stratonice.

24 Le mariage fut célébré en grande pompe : Plutarque, Démétrios, 32.

25 Le mariage entre Stratonice et Antiochos a été mal compris par les auteurs antiques qui y ont parfois cherché des mobiles sentimentaux alambiqués : ainsi Plutarque, Démétrios, 38.

26 Ogden, 1999, p. 119-124, parle d’une « sorte de mariage léviratique entre vifs ». Le système du lévirat, instauré par Moïse, obligeait le frère d’un défunt à épouser la veuve sans enfant de ce dernier.

27 Il s’agit là d’un strict système léviratique, cf. supra, n. 26. Le mariage léviratique fut souvent pratiqué chez les Achéménides, cf. Ogden, 1999, p. 123-124.

28 Philippe II l’avait sans doute déjà pressenti en faisant du mariage de sa fille Cléopâtre avec le roi des Molosses un événement international, cf. Diodore, XVI, 91, 4-93.

29 Dans un système familial dit « amphimétrique », les enfants sont nés d’un même père, mais de mères différentes.

30 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 5-29 ; Bielman, 2002, n° 6 (document seulement en trad. fr.).

31 Les références antiques et modernes sur Apollonis sont données chez Bielman, 2002, n° 7. La source antique principale est Polybe, XXII, 20.

32 On peut se demander si le mariage d’Antiochos III avec une simple citoyenne de Chalcis, Euboa (cf. infra, n. 40) ne répondait pas aux mêmes visées de propagande civique.

33 I. Pergamon, n° 160.

34 OGIS, n° 307.

35 OGIS, n° 308.

36 Ces reliefs sont aujourd’hui perdus, mais il nous reste la description qu’en donne l’Anthologie grecque, III.

37 Ogden, 1999, p. 202.

38 Justin, XV, 4, 23 ; Appien, Guerres syriennes, 59-62. Sur les mariages de Stratonice, cf. notamment Ogden, 1999, p. 120-122, et les références données par Bielman, 2002, n° 11.

39 Les principales références relatives à Laodice V sont regroupées chez Bielman, 2002, nos 6, 13 et 30, mais cf. supra, n. 10.

40 Polybe, XX, 8. Cf. Ogden, 1999, p. 137-138.

41 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 25-29.

42 Le Bohec, 1993, p. 229-245.

43 On note que le statut juridique des reines ne différait pas de celui des citoyennes grecques : les unes et les autres étaient soumises à l’autorité de leur mari. Cf. à ce propos les remarques de Le Bohec, 1993, p. 234-235.

44 La mise au monde d’héritiers mâles n’était cependant pas le seul critère fondant la position d’une reine – épouse du roi en exercice ou veuve royale – à la cour : l’ascendance de la reine, son extraction géographique, sociale et familiale constituaient également des facteurs déterminants.

45 Plutarque, Alexandre, 9, 3. Sur les critiques des Grecs vis-à-vis de la polygamie des rois, cf. Carney E., « The Politics of Polygamy », p. 169-189.

46 Ainsi, Laodice V, répudiée par Antiochos III, serait réapparue officiellement à la cour sous le règne de son fils Séleucos IV, cf. supra, n. 41. Dans la société grecque hellénistique, de façon générale, les femmes les plus indépendantes sur le plan juridique, économique et social étaient les veuves, cf. Bielman, 2002, p. 279-307.

47 Cf. Ogden, 1999, p. 119, 124-126, avec stemmata des Séleucides.

48 Ibid., p. 126-127.

49 Ibid., p. 127-128, avec stemma.

50 Cf. supra, n. 27. Antiochos avait préparé les esprits en qualifiant sa cousine et épouse Laodice V de « sœur-reine » dans un édit de 193 av. J.-C., cf. supra, n. 30.

51 Sur Séleucos IV et Antiochos IV, cf. Will, II, p. 303-304. Je remercie J.-L. Ferrary d’avoir attiré mon attention sur ce point lors du colloque de la SOPHAU à Rennes.

52 Une telle étude a seulement été réalisée pour les sœurs d’Alexandre, qui pourtant n’avaient pas épousé leur illustre frère : Carney E., « The Sisters of Alexander the Great », p. 385-404.

53 Sur la question des titres royaux masculins et féminins et de leur usage dans la dynastie argéade, cf. Carney E., « What’s in a Name ? », p. 154-172.

54 Syll.3, n° 333, l. 6-7 ; Merkelbach R. et Nollé J., Die Inschriften von Ephesos, VI, 1980, n° 2003, l. 3. Pour la date du document, cf. Carney E., « What’s in a Name ? », n. 44.

55 I. Didyma, n° 480 ; Bielman, 2002, n° 10 (document seulement en trad. fr.).

56 IG, IV, 750. Cf. Bielman, 2002, n° 11 (document seulement en trad. fr.).

57 Le fait est frappant dans un décret de Téos instaurant un culte municipal pour Apollonis et qui mentionne « la prêtresse de la reine (βασίλισσα) Stratonice et d’Apollonis » : la reine attalide est présentée sans titre, contrairement à la reine séleucide. Robert L., Études anatoliennes, 1937 (rééd. anastatique 1970), n° 1, p. 9-20 ; Bielman, 2002, n° 7 (document seulement en trad. fr.).

58 Polybe, V, 43, 4 pour la proclamation d’Antiochos III décernant à Laodice V le titre de reine : le récit de Polybe montre que la proclamation était parfois postérieure de quelques jours à la cérémonie nuptiale et pouvait se passer dans un lieu distinct du mariage, une grande ville par exemple, pour donner plus de portée à l’événement. Sur les proclamations royales, cf. Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 417 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 62.

59 Cf. les judicieuses remarques de Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 417-418. La question de savoir si le titre a été étendu aux filles de rois est débattue parmi les modernes : Carney E., « What’s in a Name ? », n. 14 ; Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 417 pour les princesses lagides.

60 Diodore, XIX, 52, 1-5.

61 Cf. supra, n. 22.

62 En outre, un dème athénien et une tribu de Bithynion portent le nom d’Apollonis.

63 Ainsi des mariages de Stratonice, cf. supra, n. 23 et 24. Des exemples pris chez les Antigonides sont rapportés par Le Bohec, 1993, p. 236-237 ; des exemples séleucides et lagides sont fournis par Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 62-63.

64 De nombreux exemples de ces déplacements officiels ont été réunis par Robert L., Documents d’Asie Mineure, 1987, p. 470-474. Cf. sur ce point Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 67.

65 Ainsi que le montre Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 69-70.

66 Sont notamment attestés : a) le culte et la prêtresse de Stratonice à Téos : Robert L., Études anatoliennes, n° 1, p. 9-20 ; Bielman, 2002, n° 7 (document seulement en trad. fr.) ; b) le culte d’Aphrodite Stratonikis à Smyrne : OGIS, n° 228 et 229 ; Syll.3, n° 990 ; Tacite, Annales, III, 63. Sur la vénération de Stratonice, cf. Habicht, 1970, p. 99-102 et n. 7 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 70, n. 42.

67 Robert L., Études anatoliennes, n° 1, p. 9-20 ; Bielman, 2002, n° 7 (document seulement en trad. fr.). Cf. Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 70.

68 Apollonis mourut entre 175 et 159 av. J.-C. À la différence des Séleucides, les Attalides ne recevaient le titre de dieu/déesse (θεό

6

/θεἁ) qu’après leur mort. Ce serait le signe de leur « tendance démocratique [sic] », selon Van Looy H., « Apollonis, reine de Pergame », Ancient Society, 7, 1976, p. 151-165.

69 C’est notamment le cas de Stratonice, cf. supra, n. 66. Un catalogue des reines séleucides assimilées à des divinités est dressé par Tondriau J., « Souverains et souveraines séleucides en divinités », Le Muséon, 61, 1948, p. 178-180. Pour l’association entre reines divinisées et Aphrodite, cf. Robert L., op. cit., p. 9-20 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 68-70.

70 Selon la restitution d’une partie lacunaire du document proposée par Robert L., op. cit., p. 9-20, Apollonis avait également visité Cyzique, sa ville natale, après la guerre contre Prusias : Polybe, XXII, 20.

71 Pouilloux J., Choix d’inscriptions grecques, 1960, n° 30 (édits d’Ériza et de Nehavend) Bertrand J.- M., Inscriptions historiques grecques, 1992, n° 212 (édit de Kermanschah, seulement en trad. fr.) ; Bielman, 2002, n° 6 (édit d’Ériza, seulement en trad. fr.).

72 Il est intéressant de relever qu’en Iran, selon l’édit de Nehavend, c’est la propre fille d’Antiochos III et de Laodice V qui a été nommée officiante du culte rendu à sa mère.

73 Gauthier, 1989, p. 47-79 ; Ma, 1999, n° 2 et 3 (avec trad. angl.).

74 Herrmann, 1965, p. 33-48 ; Ma, 1999, n° 17-18 (avec trad. angl.) ; Bielman, 2002, n° 13 (document seulement en trad. fr.).

75 I. Iasos, n° 4 ; Ma, 1999, n° 26 (avec trad. angl.) ; Bielman, 2002, n° 30 (document seulement en trad. fr.).

76 Robert L., Hellenica, VII, 1949, p. 25-29.

77 Concours des Stratonikeia : IG, XI 2, 287B, l. 124. Statue de Stratonice réalisée par le sculpteur athénien Télésinos : IG, XI4, 514 et Durrbach F., Choix d’inscriptions de Délos, 1921-1923 (rééd. anastatique 1977), n° 16.

78 Nous savons qu’existaient au moins quatre statues de reines attalides, trois d’Apollonis et une de Stratonice, l’épouse d’Eumène II : Fränkel M., Die Inschriften von Pergamon, 1890, n° 169, 172, 173, 178. Cf. Smith R. R. R., Royal Hellenistic Portraits, 1988, p. 20-21. Une statue de reine attalide ( ?) est conservée à Berlin, Smith R. R. R., op. cit., catalogue n° 29.

79 Outre les exemples concernant Stratonice et Laodice V, cités supra, n. 71, 74 et 77, est notamment attestée une statue d’Apamè octroyée par les Milésiens et placée dans le sanctuaire d’Artémis à Didymes : OGIS, n° 745 ; Delphinion, p. 138. Un portrait de la reine Stratonice était attribué au peintre Artémon : Pline, Histoire Naturelle, XXXV, 139. Aucune statue royale conservée jusqu’à nos jours n’est identifiée avec certitude comme étant celle d’une reine séleucide, cf. Smith R. R. R., op. cit.

80 Les monnaies séleucides figurant des reines sont analysées par Meyer M., « Mutter, Ehefrau und Herrscherin. Darstellung der Königin auf seleukidischen Münzen », Hephaistos, 11-12, 1992-1993, p. 107-132. La fille de Laodice VI et de Séleucos IV, qui épousa le roi Persée de Macédoine, figure sur une monnaie d’argent ; Cléopâtra Théa, épouse successive d’Alexandre Balas, de Démétrios II et d’Antiochos VII, bénéficia aussi d’une frappe d’argent.

81 Cf. supra, n. 69.

82 I. Didyma, n° 480. Cf. Bielman, 2002, n° 10 (document seulement en trad. fr.).

83 Outre l’exemple de l’ambassade milésienne soutenue par Apamè, un décret en l’honneur de Stratonice montre que la reine avait reçu une ambassade de Trézène demandant la libération de navires et de captifs tombés aux mains des Séleucides : IG, IV, 750. Cf. Bielman, 2002, n° 11 (document seulement en trad. fr.) ; Bielman A., Retour à la liberté. Libération et sauvetage de prisonniers en Grèce ancienne, 1994, n° 39 (avec trad. fr.). D’autres situations sont évoquées par Savallilestrade I., « Il ruolo pubblico » p. 420-423 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 64-65. Il n’est pas assuré, en revanche, que les reines aient eu le droit d’assister aux audiences royales.

84 Nous possédons quelques lettres de Laodice V, dont les références sont données supra, n. 74 et 75. Nous ignorons si les reines avaient ou non un service de chancellerie distinct de celui des rois.

85 Document cité supra, n. 82.

86 Document cité supra, n. 75. Le document fait l’objet d’une analyse attentive de Vérilhac A.-M. et Vial Cl., Le mariage grec du vie s. av. J.-C. à l’époque d’Auguste, 1998, p. 165-166, qui s’intéressent notamment à l’impact de ces mesures sur la population féminine d’Iasos.

87 Bringmann K., Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, I, Zeugnisse und Kommentare, 1995, I, n° 156-166 : les objets offerts par Stratonice à l’Artémision ou au temple d’Apollon à Délos consistent principalement en phiales, vases et bijoux en or.

88 I. Pergamon, n° 170. Cf. les remarques de Van Looy H., « Apollonis, reine de Pergame », Ancient Society, 7, 1976, p. 155 et n. 18-21.

89 Le meilleur exemple est constitué par l’action de Laodice V envers les jeunes Iasiennes, document cité supra, n. 75 et 86. Avant elle, Phila, fille d’Antipater et épouse de Cratère, avait marié à ses frais les filles et les sœurs de soldats pauvres, selon Diodore, XIX, 59, 4. Ces actions trouveront leur parallèle à Rome, lorsque Livie, l’épouse d’Auguste, fournira des dots aux filles de sénateurs ruinés : Dion Cassius, 58, 2, 3.

90 Document mentionné supra, n. 75, l. 28-30.

91 Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 67, relève que si les reines sont présentes dans les formules de vœux civiques, elles sont exclues des clauses de serment dans lesquelles n’apparaissent que le roi et ses descendants.

92 Cf. supra, n. 30 et 71.

93 Cette conception restrictive du rôle politique des reines séleucides pourrait expliquer leur faible présence sur le monnayage, cf. supra, n. 80.

94 Cf. document cité supra, n. 75. Certes, le document ne précise pas l’origine du blé fourni par Laodice, mais s’il s’était agi de blé récolté sur des terres appartenant au roi, la lettre l’aurait stipulé.

95 Polybe, V, 88-90.

96 La dot colossale de Bérénice, fille de Ptolémée Philadelphe, lui aurait valu le surnom de Phernophoros, « La bien dotée » : saint Jérôme, Dan., XI, 6. Cf. WILL, I, p. 239-240.

97 RC, n° 18-20 (avec trad. angl.). Les principales références bibliographiques sur ce dossier épigraphique complexe sont données par Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 427-428, n. 62- 67.

98 Si Apamè, par exemple, a plaidé la cause des Milésiens auprès de son fils, c’est certainement sur l’instigation de son conseiller intime, Démodamas de Milet, cf. document cité supra, n. 81 et Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 64.

99 Sur les courtisans et les amis des reines, cf. Savalli-Lestrade I., « Il ruolo pubblico », p. 429- 430 ; Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 63-64. Pour les usages de la cour attalide, cf. notamment SEG, XXXVII, 1006.

100 Pomeroy S. B., Women in Hellenistic Egypt, from Alexander to Cleopatra, 1984, p. 11.

101 Savalli-Lestrade I., « La place des reines », p. 65.

102 Gauthier Ph., Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, 1985, p. 74-75, a été l’un des premiers à relever que, si les rois hellénistiques avaient stimulé l’évergésie civique masculine, les reines avaient de leur côté servi de modèle à l’élite civique féminine, dès le milieu du iie siècle av. J.-C. Sur ce point, cf. les conclusions de Bielman, 2002, p. 281, 285, 291, 297-307.

103 Une thèse de doctorat est en cours sur ce sujet à l’université de Lausanne : Duchoud G., Des reines hellénistiques aux impératrices romaines : étude sur le pouvoir au féminin dans l’Antiquité.

104 Des femmes de la classe sénatoriale établies en Asie Mineure ont notamment rempli des prêtrises du culte impérial provincial. Van Bremen R., Limits of Participation. Women and Civic Life in the Greek East in the Hellenistic and Roman Periods, 1996, en donne la liste exhaustive. Parmi ces femmes, on peut citer à titre d’exemple Claudia Aquilia qui était l’épouse de C. Iulius Severus, consul en 138, proconsul d’Asie en 152-153 (IGR, III, 190), ou Plancia Magna qui était la fille de M. Plancius Varus – adlectus au Sénat par Néron, proconsul de la province du Pont/Bythinie sous Vespasien – et l’épouse de C. Iulius Cornutus Tertullus, consul suffect en 100, proconsul d’Afrique en 116-117 (Études Anatoliennes, 11, 1988, p. 119-123).

105 L’Orient grec a livré de nombreux exemples de dédicaces honorifiques offertes aux femmes de la maison impériale, cf. Hahn U., Die Frauen des römischen Kaiserhauses und ihre Ehrungen im griechischen Osten anhand epigraphischer und numismatischer Zeugnisse, von Livia bis Sabina, 1994. Quelques documents sont recensés et commentés par Bielman A., « Égéries égéennes. Les femmes dans les inscriptions hellénistiques et impériales des Cyclades », Follet S. (éd.), Actes du colloque international à la mémoire de L. Robert, Paris, 6-8 juillet 2000, 2003, sous presse.

106 Sur le lien entre agonothésie féminine et culte des impératrices en Grèce et en Asie Mineure impériale, cf. Bielman A., « Femmes et jeux dans le monde grec hellénistique et impérial », Études de lettres (revue de l’université de Lausanne), 1998.1, p. 34-50, en part. p. 46-48. On relève l’assimilation fréquente des impératrices à la déesse Aphrodite, à l’instar des reines hellénistiques. Une série de documents mytiléniens rend hommage à Agrippine la Jeune, épouse de Claude et mère de Néron, en tant que gymnasiarque perpétuelle, sous l’épithète de la Déesse Auguste Aiolide Carpophore Agrippine : IG, XII 2, 208, 211, 232, cf. Bielman, 2002, p. 41-42. Une inscription d’Adalya (Turquie) honore l’impératrice Agrippine en tant qu’instigatrice de jeux – conjointement avec Claude : Pace B., ASAA, 6/7 1923-1924, p. 419, n° 117. Ces deux derniers exemples prouvent que certaines impératrices ont cherché à profiter des opportunités publiques que leur offrait la zone gréco-orientale de l’Empire, habituée à voir les épouses des dirigeants politiques remplir des obligations publiques.

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540