Version classiqueVersion mobile

L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée

 | 
Francis Prost

Première partie. Aspects de la monarchie hellénistique

L’élaboration de la décision royale dans l’Orient hellénistique 1

Ivana Savalli-Lestrade

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette communication est une réélaboration partielle d’une conférence présentée en février 2000 à l (...)

1 Les royautés hellénistiques de l’Orient méditerranéen naissent de la rencontre entre l’institution monarchique macédonienne, la pensée politique grecque et les traditions monarchiques achéménide et pharaonique. De la Macédoine, viennent les liens privilégiés entre le βασιλεύ, les ἐταῖροι (qui deviendront les φίλοι) et l’armée

  • 2 Cf. Hammond N. G. L., « Royal Pages, Personal Pages and (...)
  • 3 Cf. HABICHT, 1970, p. 195-242; Walbank F.W., «Monarchies (...)
  • 4 Pour les antécédents achéménides, cf. Briant , 1996, p. (...)

2 2  ; de la pensée politique grecque, la théorie de l’homme royal et divin, entouré de bons conseillers et évergète par excellence 3  ; de l’Empire achéménide et de l’Égypte pharaonique, le modèle du monarque dispensateur de paix, justice et prospérité, intermédiaire entre les dieux et les hommes 4 .

3La nature composite des royautés hellénistiques est la marque de leur originalité, mais, en même temps, source de difficultés pour l’historien qui risque à tout moment de surestimer l’une des composantes ou, à l’opposé, de n’effleurer que la surface des choses.

  • 5 Sherwin-White-Kuhrt . Sur cet ouvrage, voir les actes de la table rond (...)
  • 6 Sur les évergésies royales, cf. Bringmann K. et (...)
  • 7 Pour reprendre la formule employée par Robert , (...)
  • 8 Voir le chapitre « Le roi », in Préaux Cl (...)
  • 9 A. Aymard a proposé autrefois une bipartition entre royautés nationales (en Macédoin (...)

4 La valorisation des documents babyloniens peut déboucher sur une dépréciation excessive de l’héritage macédonien et grec des Séleucides 5  ; l’inventaire des dons et actes « évergétiques » en tout genre de la part des rois 6 risque d’engendrer une « vision idyllique » des relations entre rois et cités 7  ; la description détaillée des multiples facettes de l’entité royale (le roi en guerre, le roi au banquet, le roi philosophe, etc.) produit un kaléidoscope d’images stéréotypées 8 , pouvant faire oublier, d’une part, que la royauté hellénistique est un ensemble de variantes historiquement déterminées 9 et, d’autre part, qu’il est toujours nécessaire de distinguer entre les réalités et les représentations.

5 À la recherche d’un point de vue très large sur le phénomène royal hellénistique dans son ensemble, il m’a semblé qu’il fallait commencer par se demander : qu’est-ce qu’être roi à l’époque hellénistique ? Comment le roi exerçait-il, au quotidien, cette archè politique qu’il avait confisquée au plus grand nombre ? Comment avons-nous connaissance de ses actes ou de ses décisions ? En essayant de répondre à ces questions, on est amené à réfléchir sur des sujets souvent traités isolément – les conseils royaux, le rapport entre centre et périphérie à propos de l’administration, l’attitude des communautés libres ou sujettes face aux choix du roi et de ses collaborateurs – et on peut mieux évaluer le poids respectif des composantes fondamentales de la royauté hellénistique, car elles se manifestent nécessairement, quoiqu’avec force inégale, dans les actes et dans les paroles de celle-ci.

  • 10 Bengtson H., Die Strategie in der hellenistischen Zeit (...)

6 Le champ d’investigation est immense, car il ne s’agit pas moins que d’examiner la façon dont les rois et/ou leurs collaborateurs délibéraient et tranchaient sur les affaires, en temps de guerre et en temps de paix : c’est comme essayer de voir en mouvement les engrenages de la « machine » administrative si admirablement assemblés par H. Bengtson dans son ouvrage sur les stratèges à l’époque hellénistique 10 . Sans souci d’exhaustivité, nous présenterons, dans le cadre de cette mise au point, quelques échantillons du travail politique accompli par les rois et leurs agents, en utilisant principalement la documentation épigraphique provenant de l’Asie Mineure au iii e et au ii e siècle av. J.-C. La délimitation géographique et chronologique n’a évidemment rien d’arbitraire : toutes les dynasties hellénistiques ont essayé d’affirmer leur hégémonie dans une partie plus ou moins étendue de cet espace territorial, jusqu’à la disparition du dernier Attalide (printemps 133 av. J.-C.). La succession de plusieurs administrations royales a peut-être favorisé, comme nous le verrons, une relative uniformité dans leurs modes d’intervention.

Les lettres royales : de la parole aux actes 11

La corvée de la correspondance

  • 12 Plutarque, An seni sit gerenda respublica , 11. (...)
  • 13 Pseudo-Aristée, Lettre d’Aristée à Philocrate , 26 (...)
  • 14 Ibid. , p. 298-299
  • 15 Cf. les recueils RC , et de Lenger (...)

7 Selon un dicton attribué à Séleucos I er , « si les gens savaient quelle corvée ce peut être que d’écrire seulement et de lire tant de lettres, on ne voudrait pas ramasser un diadème, même s’il traînait par terre 12  ». D’après le Pseudo-Aristée, qui écrit sans doute dans la seconde moitié du ii e siècle av. J.-C., les Lagides administraient toute chose par voie d’ordonnances (προστάγµατα) et de lettres (ἐπιστολαί) ; les textes, rédigés par les bureaux, étaient lus au roi, qui y apportait personnellement les amendements de son choix 13 . De plus, tout ce qui était dit et fait depuis le début de la journée jusqu’au coucher du roi était noté par écrit, révisé le lendemain et consigné aux archives 14 . Malgré l’hyperbole, cette représentation d’une royauté rivée à l’écriture et, pour ainsi dire, « sténographiée » renvoie à une réalité tangible. En effet, la correspondance royale représente une partie non négligeable de la documentation épigraphique et papyrologique sur les royaumes hellénistiques, et montre que l’intervention des rois était régulièrement sollicitée aussi bien par les communautés sujettes, le plus souvent pour des questions de nature fiscale, que par les communautés libres (communications diplomatiques concernant des fêtes ou des honneurs, demandes de soutien financier à des travaux de constructions ou à l’organisation d’un concours, requêtes d’arbitrage) 15 .

La voix du maître

  • 16 Schubartw ., « Bemerkungen zum Stile hellenistischer Königsbriefe  (...)

8 Les documents royaux sont rédigés par les chancelleries des diverses dynasties dans un style froid et convenu, où toute empreinte personnelle du roi est rigoureusement absente, comme l’a démontré dans son étude classique W. Schubart 16 .

  • 17 RC , n° 52, l. 47-48 ; Holleaux M. (...)

9 Rares sont les documents royaux qui conservent l’écho de la voix d’un souverain et de ses préoccupations immédiates. À l’automne 167 av. J.-C., une ambassade du koinon des Ioniens vint rejoindre à Délos Eumène II, qui revenait du voyage à Rome brusquement interrompu par l’interdiction faite au roi de débarquer à Brundisium. M. Holleaux a décrit avec sympathie le choc de l’humiliation subie par Eumène, vieux, malade et déconcerté, ainsi que la force de caractère de ce roi face à l’épreuve imprévue. Aux Ioniens qui venaient lui mettre du baume au coeur en lui décernant des honneurs extraordinaires pour le remercier de sa lutte contre les Galates et d’avoir soutenu le rôle de commun bienfaiteur des Hellènes, le roi répond par lettre qu’il continuera de faire tout son possible pour les cités et ajoute : γίνοιτο δὲ τῆι βοήλἡσει µοή τὰ ὰράγµατα σήνεξακολοθεῖν, « puissent les événements s’accorder à mes désirs ! ». M. Holleaux commente : « Comment ne pas être frappé de l’accent modeste et presque mélancolique de cette exclamation, qu’on dirait échappée au roi 17  ? »

  • 18 Jonnes L. et Ricl M., « A New Roya (...)

10 Une inscription publiée en 1997 nous montre ce même Eumène II sous un tout autre éclairage, une vingtaine d’années plus tôt. Il s’agit de deux lettres que le roi a adressées à la κατοικία (établissement) de Toriaion, en Phrygie, très probablement peu après 188 av. J.-C., en réponse à une ambassade de la κατοικία, qui lui avait demandé sa transformation en ὰóλις ". Dans la première lettre, Eumène, alors au faîte de sa gloire, consent à la requête, mais prend bien soin d’expliquer que cette concession n’était pas à ses yeux une chose sans valeur – elle se rapportait au contraire à des affaires importantes et multiples, puisque, étant désormais le maître reconnu par les Romains, toute concession accordée par lui sera sûre et durable : il ne s’agissait pas d’une concession vide et trompeuse, consignée sur papier par des gens sans autorité 18 .

11Ce texte étonnant révèle un double souci de la part d’Eumène II. D’abord, la volonté de présenter son assentiment à la requête des gens de Toriaion comme l’effet d’une décision dûment réfléchie, tout le contraire d’un « avis favorable » quasi-automatique ; ensuite, le désir de dévaloriser, ou peut-être seulement de ramener à de plus justes proportions, l’action d’Antiochos III qui, avant la défaite de Magnésie, avait probablement accordé à la va-vite toute sorte des privilèges aux communautés indigènes de la région. Il ne fallait pas que la grâce royale paraisse un bien galvaudé, facile à solliciter et encore plus facile à obtenir.

12 Aux pétitionnaires qui demandaient, dans le préambule de la requête, l’octroi de la politeiva à cause de leur loyauté (l. 8-9 : δι’ἣν εἰς τὰ ἡµέτερα ὰράγµατα ἔχετε εὔνοιαν), le roi rétorque avec force (l. 17 : ’ Εγὼ δὲ ἐθεώροήµ µὲν κτλ) que la concession (χάρις) qu’il leur accorde dérive de sa souveraineté (εκτηµὲνοή), et que celle-ci tire sa légitimité (κήρίω) de la reconnaissance de Rome. Toute grâce, semble dire Eumène, est un acte d’autorité, que personne ne se trompe sur ma bienveillance : c’est moi qui décide, au cas par cas.

  • 19 Les ambassadeurs ont félicité le roi de ses succès ( ?) et d’être arrivé sain et sauf dans la régi (...)
  • 20 schüler W., « Kolonisten und Einheimische in einer attalidischen P (...)

13 Il faut noter en outre que ce texte n’a pas été écrit à Pergame, mais lors d’un déplacement du roi 19 , manifestement au cours d’une sorte de voyage de reconnaissance dans les territoires fraîchement annexés : de là aussi, sans doute, le ton si particulier de cette lettre « programmatique ». Il a été à juste titre suggéré qu’Eumène II entendait l’utiliser comme moyen de propagande auprès d’autres populations, grecques ou hellénisées, de la région 20 . Tout lecteur s’accordera, je crois, pour constater qu’elle témoigne, dans un contexte politique de transition, d’une réaction à vif, que le roi de Pergame a su promptement maîtriser et exploiter pour son propre avantage, en mêlant sollicitude paternaliste et fermeté autoritaire.

  • 21 Gauthier , 1989, p. 71-73 (« tonalité familiale » de la lettre de (...)

14 D’autres lettres royales laissent affleurer une « individualité » de ton qui, bien entendu, n’est pas ipso facto une marque de spontanéité et peut être tout aussi codifiée que la froideur impersonnelle qui caractérise la majorité des documents royaux 21 . Une analyse plus poussée pourrait permettre d’établir si les lecteurs d’hier et d’aujourd’hui n’ont d’autre ressource que de classer les variantes d’un discours royal immuable ou si le choix d’un style n’est pas révélateur, somme toute, de la personnalité du locuteur, donc de ce souverain- ci, et pas d’un autre.

La voix des conseillers

  • 22 Polybe, xxix , 11, et Bikerman (...)

15 Dans la correspondance royale conservée par les inscriptions et par les papyrus, la décision du roi est généralement présentée comme étant un acte ponctuel et autonome du souverain. Au contraire, dans les sources littéraires, nous voyons que les rois consultaient régulièrement les Amis avant de prendre une décision : c’était même, comme le dit Bikerman en commentant le camouflet infligé en juin 168 av. J.-C. par Popilius Laenas à Antiochos IV, une sorte de loi organique, quoique non écrite, des royaumes hellénistiques 22 . L’ensemble de la documentation permet de conclure que l’ordre royal était l’aboutissement d’un processus de délibération, dans lequel les Amis intervenaient, soit individuellement, par la proposition d’un avis ou le soutien donné à la requête d’un tiers, soit collectivement, lors des débats qui avaient lieu dans le conseil (sunevdrion, plus rarement boulhv ou diabouvlion) du roi.

16La divergence entre sources littéraires et sources documentaires demande cependant à être creusée. En effet, le dossier de la correspondance royale contient un petit nombre d’exceptions, toutes extrêmement significatives, mettant en scène l’entourage du souverain.

  • -Document n° 1 : lettre adressée vers 262 av. J.-C. ( ?) 23 par Ptolémée II à la cité de Milet pour la remercier d’avoir gardé sa fidélité alors que les ennemis l’avaient attaquée par terre et par mer et l’encourager à demeurer son alliée 24 . Le roi signale au détour d’une phrase que son propre fils (Ptolémée dit d’Éphèse), Callikratès (le navarque et Ami de Ptolémée II et d’Arsinoé II) et les autres Amis se trouvant à Milet lui ont écrit au sujet du dévouement de la cité 25 . L’ont-ils aussi invité à soutenir promptement et ouvertement l’orientation philolagide de la cité, où peut-être d’autres choix politiques se manifestaient ? Cela est plus que probable. En effet, la lettre du roi ne répond pas à une ambassade milésienne. Le roi a pris lui-même l’initiative de l’écrire, après avoir réuni un certain nombre d’informations grâce, notamment, aux gens de son entourage qui se trouvaient sur place en Ionie. Son ambassadeur, Hégéstratos, remet la lettre aux autorités de Milet qui décident d’en donner lecture à l’assemblée et d’y introduire l’envoyé royal, pour qu’il expose plus complètement les desiderata de Ptolémée II 26 .
  • -Document n° 2 : « bulletin militaire » conservé par le Papyrus de Gourob (été 246 av. J.-C.), dont le destinataire est inconnu et l’auteur hypothétique (très vraisemblablement Ptolémée III, au début de la 3 e guerre de Syrie). Le souverain lagide, après avoir relaté son accueil triomphal à Séleucie et à Antioche de Syrie et évoqué pudiquement une entrevue avec sa sœur (la reine Bérénice, qui en réalité avait déjà été assassinée par les partisans de Laodice I re ), mentionne des entretiens avec les commandants, les soldats et le reste du personnel sur place, puis, semble-t-il, la tenue d’un conseil, pour délibérer sur l’ensemble des opérations 27 .
  • -Document n° 3 : lettre d’Antiochos III ( ?) à Zeuxis (entre 212 et 205 av. J.-C.), rapportée par Flavius Josèphe, concernant l’implantation de colons juifs en Asie Mineure. Le roi écrit : « Ayant su qu’il y a des révoltes en Lydie et en Phrygie, nous avons considéré que cela demandait une grande attention et, après nous être consultés avec les Amis sur ce qu’il fallait faire, nous avons décidé, etc. » (πήνθανóµενος τοὐς ἐν Λήδίᾳ καὶ Φρήγίᾳ νεωτερίζοντας, µεγάλης ἐπιστροφῆς ἡγησάµην τοὐτó µοι δεῖσθαι καὶ βοήλεήσαµένῳ µοι µετὰ τῶν φίλων τί δεῖ ποιεῖν, ἔδοξε κτλ.) 28 .
  • -Document n° 4 : lettre d’Antiochos IV à Nikanôr (166 av. J.-C.), rapportée également par Flavius Josèphe, concernant les requêtes des Sidoniens de Sichem. Le roi écrit : « Attendu que leurs envoyés ont établi devant nous et nos Amis réunis en conseil qu’ils n’ont rien fait de ce qui est reproché aux Juifs, etc. » (ἐπεὶ οὖν σήµβοήλεήοµένοις ἡµῖν µετὰ τῶν φίλων παρέοτησαν οἱ πεµφθέντες ὑπ’ αὑτῶν ὅτι κτλ.) 29 .
  • -Document n° 5 : lettre d’Attale II au prêtre (Attis) du sanctuaire de Pessinonte (156 av. J.-C. ?) 30 . Cette lettre fait partie d’un dossier tiré des archives locales et gravé sans doute à l’époque d’Hadrien. Le roi raconte par le menu à son destinataire, qu’il venait de rencontrer secrètement à Apamée de Phrygie, le déroulement de plusieurs séances du conseil royal à Pergame. Après avoir réuni plusieurs membres de la famille et un grand nombre de « familiers » (ἀναγκαῖοι), il leur a exposé le contenu de l’entretien et sa décision (manifestement favorable aux demandes du prêtre). Au début, dit le souverain, « tous les discours penchaient de mon côté, mais, tout à coup, l’un des présents, Chlôros, a conseillé avec véhémence de ne rien entreprendre sans avoir prévenu les Romains ». Après un débat qui s’est prolongé plusieurs jours, l’avis de Chlôros l’a emporté. Le roi conclut : « J’ai donc décidé (ἔκρινον οὖν) à l’avenir de consulter les Romains. »
  • 31 « Les dynastes se tirent d’affaire aux frais de leurs Amis », dit Diodore, XXX, 7, 3, en commentan (...)
  • 32 Cf. Schubartw ., « Bemerkungen zum Stile hellenist (...)
  • 33 La comparaison, sur ce point, entre le dossier des Sidoniens de Sichem, transmis p (...)

17 Quels sont les points communs entre ces textes ? Les textes n° 2 et n° 5 sont des communications privées qui n’étaient pas destinées à être divulguées. L’auteur du Papyrus de Gourob entend rassurer son destinataire et montrer que la situation est parfaitement sous contrôle : après l’accueil enthousiaste de la population et les retrouvailles avec la « sœur », la consultation du conseil est une étape parmi d’autres de sa promenade militaire. Le rapport d’Attale II, rédigé dans un style « parlé » très vivant, est entièrement tendu vers un objectif bien précis : expliquer la volte-face du roi tout en sauvant les apparences. Quel meilleur moyen de se défaire de son engagement que d’invoquer la pression des conseillers, allant jusqu’à nommer le responsable du retournement d’opinion 31  ? Le texte n° 1 obéit aussi, en partie, au registre du discours privé, car si le roi exprime, avec une simplicité remarquable et remarquée 32 , sa sollicitude et sa satisfaction à l’égard de « la » cité de Milet, il s’adresse avant tout à ses partisans pour les encourager et renforcer leur emprise sur l’ensemble de la communauté. Les textes n° 3 et n° 4, enfin, ne sont pas strictement conformes aux originaux 33 .

18Nous pensons que la mention du Conseil royal y est une interpolation, reposant sur une donnée authentique : l’on savait que les rois délibéraient toujours, ou presque toujours, avec leurs Amis.

19Mais, normalement, la consultation des Amis et des responsables militaires est gommée dans les actes officiels, parce que c’était une affaire de routine, et aussi, comme nous le verrons, parce que la voix du roi l’emportait toujours et, seule, comptait finalement.

Conseils, audiences et visites : la toute puissance royale

La place du Conseil royal dans la prise de décision.

  • 34 Hatzopoulos M. B., Macedonian Institutions under t (...)
  • 35 Corradi G., Studi ellenistici , 19 (...)
  • 36 Mooren L., « Kings and Courtiers. Political Decision-Making in the (...)
  • 37 Voir notamment le Conseil convoqué par Persée à Larisa, en 171 av. J.-C. (Polybe, (...)
  • 38 Il n’est pas possible, dans le cadre de cette communication, d’examiner tous les témoignages litté (...)

20 L’institution du Conseil, formé par des membres de la famille royale et les plus éminents des Amis et des officiers, est l’un des principaux héritages macédoniens de la royauté hellénistique. Le Conseil se prononçait sur des matières diplomatiques et militaires et jugeait les affaires de haute trahison. M. B. Hatzopoulos 34 a cherché à démontrer que le Conseils royal antigonide était « démocratique », agissant soit comme un corps « probouleumatique » dont le vote, soumis aux règles de la majorité, était ratifié par l’Assemblée des Macédoniens, soit comme un organe autonome de délibération collective. Telle quelle, cette interprétation ne nous paraît pas s’harmoniser avec ce que l’on sait de la Macédoine antigonide ni, a fortiori , des autres royaumes hellénistiques. La composition, la convocation, le déroulement des Conseils royaux n’obéissent pas à des règles formalisées, mais à des facteurs extra-juridiques (pression sociale ou influence des aristocraties locales et des élites auliques et militaires ; bon vouloir du prince) et contingents (guerre, désordres, etc.). Comme G. Corradi qui a écrit en 1929 la seule étude d’ensemble, quoique non exhaustive, sur cette institution 35 , et comme L. Mooren qui en a brièvement discuté dans une communication publiée en 1998 36 , nous considérons que le Conseil royal, réuni sans périodicité par les rois qui pouvaient à tout moment en interdire la participation aux membres tombés en disgrâce, avait une fonction essentiellement consultative. Des majorités d’opinion pouvaient se dessiner au cours du débat et orienter la décision du roi, voire la retourner, ainsi que nous l’avons vu à travers la lettre d’Attale II au prêtre de Pessinonte, mais elles ne la bridaient pas : s’il était persuadé de la justesse de son point de vue, le roi passait outre l’avis de ses conseillers 37 . Le βασιλεὑς est seul habilité à dire : je tranche (κρίνω), je décide (δοκεῖ ἡµῖν), je valide (κήρóω) 38 .

  • 39 Cf. Savalli-Lestrade , 1998, p. 22 (Alexandros, an (...)

21 Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que les réunions du Conseil royal se passaient à huis clos : les Amis déchus, qui ne pouvaient plus partager les secrets (τὰ ἀπóρρητα) du roi, en étaient écartés 39 . Si la lettre d’Attale II nous assure que les comptes rendus des séances de Conseils royaux transmis par les auteurs anciens ne sont pas de la pure fiction, il n’en reste pas moins vrai qu’elles devaient, en principe, demeurer secrètes : seule la décision du roi allait être connue, le plus souvent au moment même où elle se traduisait en acte.

Les audiences royales

  • 40 Pseudo-Aristée, Lettre , 175 : « Normalement, ceux (...)

22 D’après le Pseudo-Aristée, à Alexandrie, les demandeurs d’audience devaient attendre entre cinq et trente jours avant d’être reçus par le roi 40 . Nous ne savons pas si ces chiffres sont dignes de foi, ni quels étaient les usages dans les autres cours hellénistiques.

  • 41 Sur la participation des reines aux audiences, cf. Savalli-Lestrad (...)
  • 42 Pour les Séleucides : hypomnèma présenté par les (...)
  • 43 Cf. RC , n° 10-12 (donation d’Antiochos I (...)

23 Grâce aux décrets des cités et aux lettres royales, on voit que le roi, assisté de ses Amis et peut-être de la reine aussi 41 , recevait un grand nombre d’envoyés ou d’ambassadeurs. Ceux-ci présentaient un décret honorifique (dans le cas de cités), dont le roi remerciait par lettre, et un mémoire ou une requête (ὑπóµνηµα ou ἀξίωµα) qui exposait en détail l’objet de la demande, auquel le roi répondait par des lettres adressées aux services compétents 42 . Les particuliers se pliaient aussi à cet usage, même lorsqu’ils étaient des Amis ou des personnages importants de l’administration royale 43 .

  • 44 RC , XI. Voir aussi infra , «  (...)
  • 45 Robert , La Carie , I, n° 166 ; cf (...)

24 La plupart des particuliers et des communautés villageoises ou urbaines n’avaient pas toujours les moyens d’atteindre directement le roi, car cela demandait du temps et de l’argent. Dans ces cas-là, les requêtes étaient adressées aux fonctionnaires royaux qui se chargeaient d’y répondre ou de les transmettre à leurs supérieurs hiérarchiques 44 . Lorsque l’affaire ne pouvait pas être réglée sur place et que l’on n’était pas sûr d’être entendu en haut lieu, l’appui d’un fonctionnaire local était une aubaine : on le voit avec le cas bien connu d’Apollonia de la Salbakè, ville sujette ayant recours à la protection de l’hipparque séleucide pour défendre ses droits face aux revendications des indigènes, à leur tour soutenus par d’autres fonctionnaires 45 .

25Dans le cadre des audiences, l’influence des Amis est bien attestée par les décrets civiques rendus en leur honneur, qui en font régulièrement l’éloge pour avoir aidé à la réussite d’une démarche collective ou individuelle des citoyens. Cependant, les Amis n’étaient pas toujours bien disposés à leurs égards. Il pouvait y avoir des conflits d’intérêts.

  • 46 IG XII, 6, 11 (trad. fr. in Poui (...)
  • 47 L’ambassade de Boulagoras auprès d’Antiochos II a eu lieu sans doute vers 253-252, (...)

26 Le décret de Samos en l’honneur de Boulagoras évoque un cas de ce genre 46 . Cet ambassadeur zélé avait cherché à joindre Antiochos II d’abord à Éphèse, puis à Sardes, pour chercher réparation au sujet des terres appartenant à des citoyens Samiens et situées à Anaia, dans le territoire continental de l’île, qui avaient été injustement confisquées et vraisemblablement annexées à la chôra basilikè séleucide 47 . Boulagoras eut le cran, dit le décret, « de s’opposer dans son ambassade aux plus illustres des Amis d’Antiochos, qui se trouvaient en possession des biens confisqués ». On a l’impression qu’il y eut un véritable face-à-face entre Boulagoras, avocat de ses concitoyens lésés, et les Amis royaux, surpris en flagrant délit d’appropriation abusive.

  • 48 Wörrle M., « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens II – (...)

27 On subodore un autre cas de conflit entre les Amis et les sujets du roi à l’arrière-plan des événements évoqués par une inscription de Telmessos, datée de l’automne 279 av. J.-C. ou, plus probablement, de l’automne 282 av. J.-C. 48 . Deux officiers lagides, Philoklès (le roi de Sidon) et Aristotélès, avaient, semble-t-il, envisagé de donner la ville et son territoire (tout ou en partie) έν δωρεᾷ. Les Telmessiens, alertés par des rumeurs, dépêchèrent une ambassade auprès du roi Ptolémée II et réussirent à le convaincre d’envoyer un contre-ordre à ses ministres.

  • 49 Lors de l’avènement d’un nouveau roi ou d’un changement d’autorité la tendance éta (...)

28 Dans des circonstances comme celles-ci, les cités devaient compter avant tout sur l’impartialité et sur l’indépendance de jugement du roi. Dans le cas de Samos, la mission de Boulagoras se conclut par un verdict favorable aux Samiens, c’est pourquoi nous connaissons et l’affaire et son issue. Dans le cas de Telmessos, le projet de concession fut effectivement suspendu, mais il semble avoir été réactivé des années après, sous Ptolémée III. Cela invite à poser les questions que nous ne pouvons pas examiner ici, de la durabilité des décisions royales et de la valeur accordée aux décisions prises par des rois de dynasties différentes 49 .

Le roi en tournée

29Il ne faut surtout pas s’imaginer que les rois hellénistiques et leurs entourages, lorsqu’ils ne faisaient pas la guerre, vivaient enfermés dans l’une de leurs nombreuses résidences royales.

  • 50 Clarysse W., « The Ptolemies Visiting the Egyptian Chora », (...)
  • 51 Del Monte G ., « I Greci in Mesopotamia », Settis (...)
  • 52 Je me borne à donner quelques exemples seulement. Les rois macédoniens se rendaien (...)

30 Dans une étude récente, W. Clarysse a rassemblé un grand nombre de textes montrant les Lagides en déplacement dans la chôra , pour des voyages ayant un but administratif, militaire ou cérémonial 50 . Même si la présence réelle des Ptolémées ne peut pas être prouvée dans tous les cas, étant donné le caractère stéréotypé des sources d’origine templaire, on aimerait disposer d’une documentation comparable pour les autres rois hellénistiques. Malheureusement, en dehors des sources babyloniennes qui évoquent, par exemple, la participation – réelle ou fictive – des rois Séleucides et d’autres membres de la famille royale à la fête du Nouvel An 51 , nous avons très peu de renseignements sur les déplacements des rois hellénistiques en temps de paix 52 .

  • 53 Sur ce privilège, voir Henry A., H (...)
  • 54 Cf. supra .
  • 55 Attale I er , accueilli avec faste par les Athénie (...)

31 Ces voyages étaient pour les sujets avant tout l’occasion de voir de leurs yeux le souverain, mais aussi une chance, pour certains, de le joindre plus rapidement, comme l’ont fait les Toriaitai avec Eumène II. Est-ce que les rois et leurs ministres en profitaient, à leur tour, pour « prendre la parole » en public ? On peut imaginer que certains membres de l’entourage royal, citoyens d’une ville grecque ou jouissant du privilège de l’accès au Conseil et au Peuple 53 , aient pu parfois assister et même participer à des réunions de l’ ekklésia ou de la Boulè . Les envoyés royaux pouvaient aussi être invités à parler devant le Peuple, comme l’a été Hégestratos, ambassadeur de Ptolémée II à Milet vers 262 av. J.-C. 54 . Les rois devaient l’être aussi, mais l’on ne connaît, semble-t-il, que des interventions au cours d’opérations diplomatiques et militaires 55 .

  • 56 F. Piejko a proposé de placer les décrets I et II de Téos en 197-196, mais je croi (...)
  • 57 SEG , XLI, 1003 : I, 17-22. À titre de comparaison, on lira le réc (...)
  • 58 D’après l’éditeur de ces inscriptions, le regretté P. Herrmann, il faut penser, so (...)
  • 59 SEG , XLI, 1003 : II, 29-33 ; 46-50. Il y aura aussi un (...)
  • 60 Robert L., BullÉp , 1969, 496. (...)
  • 61 Briant , 1996, p. 244-246.

32 Le cas le plus suggestif de roi prenant la parole dans la cité est, sans aucun doute, celui d’Antiochos III à Téos, d’après la grande inscription publiée en 1969 par P. Herrmann. Au retour de son « anabase » dans les satrapies orientales, en 204-203 56 , Antiochos III reconquiert, probablement de manière pacifique, la ville de Téos, où il séjourne brièvement avec la reine ( ?), ses Amis et ses troupes. Téos est affaiblie par les guerres continuelles et les ponctions fiscales infligées par Attale I er . Antiochos III en personne se rend à la réunion de l’assemblée, déclare la polis (ville et territoire) sacrée, asyle et exempte de tributs et promet solennellement de la libérer des contributions dues auparavant à Attale I er . Il clôt sa proclamation en souhaitant être, par ses actes, inscrit non seulement comme bienfaiteur, mais aussi comme sauveur du peuple (de Téos) 57 . On sait que les Téiens ont voté une série d’honneurs pour ainsi dire « personnalisés » à l’adresse d’Antiochos III, dont un agalma en bronze placé à l’endroit où le roi avait prononcé son discours, dans le bouleutérion 58 – endroit qui est devenu de la sorte un espace consacré au roi Antiochos Mégas – et un agalma en marbre, placé à côté de la statue cultuelle de Dionysos. Les deux agalmata recevront des hommages rituels spécifiques, les uns se rattachant au temps civique, les autres au temps cyclique des saisons 59 . L. Robert a souligné que ces rites témoignent d’une « religiosité agraire 60  » : ils n’étaient pas pour déplaire à Antiochos III, lointain héritier du « roi-jardinier » achéménide 61 .

  • 62 Polybe, XXVI, 1. Cet extrait de Polybe pose beaucoup de problèmes d’interprétation (...)

33 Antiochos III à Téos répond parfaitement au modèle du bon roi, porteur de paix et de prospérité, soucieux du bien-être de la cité, mais se plaçant nécessairement au-dessus de celle-ci. Son fils Antiochos IV aimait, selon Polybe, se mêler à la foule d’Antioche, briguer les magistratures d’agoranome ou de démarque, et rendre la justice assis sur une chaise curule, à la mode romaine 62 . Cet excès de proximité de la part d’un roi choquait, car il brouillait les repères traditionnels des citoyens.

  • 63 Chez les Attalides et chez Lagides, il y avait une seule capitale (Pergame, Alexan (...)

34 De fait, les rois se devaient de garder une certaine distance avec les cités de leur royaume, y compris les villes sujettes et les « capitales 63  ». Par ailleurs, ne pouvant évidemment pas être partout, ils déléguaient, dans une mesure plus ou moins grande, leur pouvoir politique, c’est-à-dire le pouvoir de décider, au niveau local (gouverneurs, « épistates ») et au niveau régional (stratèges ou satrapes).

Memoranda et instances locales :
la multiplication de la royauté

35Dans n’importe quel royaume hellénistique, toutes les affaires ne remontent pas nécessairement de la périphérie au centre : elles peuvent être réglées à un échelon intermédiaire, sans que le roi en ait directement ou immédiatement connaissance. Cela pose la vaste question de l’étendue des compétences des fonctionnaires et de leur pouvoir d’initiative, ainsi que celui des relations entre les divers services (armée, police, finances, économie, justice, cultes). Lacunes de la documentation mises à part, le problème majeur est que nous ne connaissons que des cas « singuliers » et il est donc difficile de déterminer quelle était la norme, et quelle valeur accorder aux analogies et aux différences que l’on relève, ou l’on croit relever, entre les diverses administrations royales.

  • 64 Voir les cas passés en revue dans Savalli-Lestrade I ., (...)

36 On peut poser comme point de départ qu’à l’échelon local et à l’échelon territorial, le gouverneur (quel que soit son titre) et le stratège sont les plus hauts représentants royaux et reproduisent en tout ou en partie le rôle du roi. Ils ont autorité sur leurs subordonnés et sur les sujets de leur ressort, reçoivent des requêtes ou des ambassades, rendent la justice, contrôlent l’armée ( ?), allègent le dispositif fiscal, signent des conventions d’alliance 64 .

  • 65 Wörrle M., « Inschriften von Herakleia am Latmos, I : Antiochos III, Z (...)
  • 66 Ma J ., 1999, p. 292-294, n° 5 (Lettre de Zeuxis à Amyzon, autrefois a (...)

37 Même si nous apprenons par ailleurs que leurs décisions ont reçu l’aval du roi – par exemple dans le cas des concessions faites par Zeuxis à Héraclée du Latmos 65 –, l’important est que celles-ci ne sont ni conditionnelles ni réversibles : la parole du gouverneur ou du stratège, assortie éventuellement d’un serment, suffit à ses interlocuteurs. L’analogie entre le « style » du roi et celui de ses représentants explique, d’ailleurs, que la paternité de certaines lettres, par exemple, ait pu être remise en question 66 .

  • 67 Voir Annexes , doc. 2, avec la bibliographie indiquée da (...)
  • 68 Inscription d’Arsinoé, l. 6-9 : καλῶς ποισεἡ¦τε ἐργαζóµενοί τε πᾶσαν αὑτἠν (scil.τἠν χώραν καὶ κατ (...)

38 Une image très accomplie de cette « imitation » du roi par ses hauts subordonnés est fournie par Thraséas, le stratège lagide de Cilicie sous Ptolémée III 67 . En réponse à une ambassade de la ville d’Arsinoé, fondée par son père, le stratège Aétos, dans un site stratégique à proximité de Nagidos, il règle avec tact une dispute territoriale entre les deux cités et propose un certain nombre de mesures pour favoriser le développement d’Arsinoé (mise en culture de la terre objet du litige, isopolitie avec Nagidos, nouvelles magistratures et nouvelles lois, rétablissement des honneurs dus à la famille royale et des sacrifices aux Théoi Adelphoi , installation de nouveaux citoyens). Si Thraséas prend tellement à coeur le sort des Arsinoeis , c’est que, dit-il, devenus prospères, ils produiront davantage de revenus pour le roi 68 . Le but déclaré du stratège est exactement celui que poursuivent les rois lorsqu’ils fondent ou refondent des villes : même si, selon toute apparence, Thraséas agit de sa propre initiative, il a intégré parfaitement dans son action les objectifs de la politique royale. L’intervention de Thraséas correspond en fait à une « refondation » d’Arsinoé : le stratège aurait mérité le titre de νεòς κτίστης, nouveau fondateur.

  • 69 Voir Savalli-Lestrade I., « Les Attalides et les cités g (...)

39 Tous les gouverneurs et stratèges ne sont pas aussi libres. Les limitations peuvent être dictées par des circonstances ponctuelles (conquête récente et commandement à titre exceptionnel) ou structurelles (les rois de Pergame paraissent avoir contrôlé très fermement les stratèges installés dans les territoires acquis après le traité d’Apamée) 69 .

40Ces remarques sont nécessaires pour comprendre la procédure attestée dans trois dossiers épigraphiques, dont les deux premiers engagent des officiers que l’on désigne, faute de mieux, comme « commandants extraordinaires », et le troisième, un stratège territorial attalide.

  • 70 I. Iasos , 3. Le document est certainement postérieur à la prise du ti (...)
  • 71 I. Iasos , 3, l. 2-3 : [oἱ πρέσβεις]¦ διελέγοντó µοι φέροντες τὰ παρ’ (...)
  • 72 I. Iasos , 3, l. 6-10 (cf. l. 15-16 et 25).

41 Le premier dossier est celui d’Iasos au début du règne de Ptolémée I er70 . Des ambassadeurs d’Iasos présentent à l’officier Aristoboulos des requêtes (ἀξιώµατα) attestant le statut de la cité, libre, autonome et alliée. Aristoboulos consent à reconnaître ce statut, après avoir exigé et obtenu des gages (πίστις), apparemment sur l’authenticité des documents exhibés 71 . Les ambassadeurs demandent ensuite une réduction du montant de la contribution (σὑνταξις) à verser (officiellement « pour la garde du territoire ») et l’exemption de taxes sur les revenus des ports et des autres revenus de la cité. Aristoboulos accorde cette atéleia , mais répond que, concernant le montant exact de la σήΏνταξι, il juge préférable d’en référer au roi et d’en aviser les Iasiens ultérieurement 72 .

  • 73 Segre M., « Iscrizioni di Licia I. Tolomeo di Telmesso », (...)

42 Le second dossier est celui des katoikountes de la Kαρδάκων κώµη, près de Telmessos 73 . En 182-181, le fonctionnaire attalide Artémidôros reçoit une pétition (εἰσγραφή) de ces colons qui ont du mal à s’acquitter des contributions dues à l’administration royale. Il mène une enquête, trouve que les katoikountes sont réellement éprouvés par les maigres récoltes et la mauvaise qualité de la terre cultivable, et décide de transmettre leur demande à Eumène II, après l’avoir annotée (ὑπογράφω). Le roi communique ses dispositions (remise d’une somme d’argent et plusieurs allégements fiscaux, mais aussi obligations relatives à l’exploitation et à la protection du domaine) par une lettre adressée directement à Artémidôros.

  • 74 I. Iasos , 3, l. 6-10 (trad. de Robert J. (...)

43 Comme l’a expliqué M. Segre en publiant cette inscription, la procédure utilisée est proche de celle connue dans les enteuxeis lagides (plaintes ou pétitions introductives d’instance). Aristoboulos et Artémidôros – quels que soient leurs titres – filtrent les requêtes des administrés et contribuent, par leur avis, à la décision finale, mais ils réservent celle-ci, en tout ou en partie, au roi. Détail très intéressant pour la compréhension des relations entre roi, fonctionnaires et sujets : si Aristoboulos juge bon de transmettre la demande sur la σὑνταξις à Ptolémée I er , c’est que, dit-il en substance aux Iasiens, s’il devait prendre lui-même la décision, les négociations sur le montant exact de celle-ci pourraient envenimer leurs rapports 74 – dérobade courtoise qui révèle les limites, objectives et subjectives, de la liberté d’action d’un fonctionnaire en contact direct avec les communautés locales, et le conflit inévitable entre l’intérêt des sujets (payer moins) et celui des fonctionnaires royaux (encaisser plus).

  • 75 Holleaux M., « Inscription trouvée à Brousse », BCH (...)

44 Le troisième dossier est celui du célèbre décret d’une cité de la Phrygie hellespontienne (Apollonia du Rhyndacos ?) pour le stratège du district, Korragos 75 . Peu après 188 av. J.-C., celui-ci est intervenu à deux reprises auprès du roi (Eumène II) en le priant d’accorder à la cité des droits, des dons et des privilèges très importants, dont la restitution des nomoi et de la patrios politeia , l’huile pour le gymnase, du blé pour les semailles et pour l’alimentation des citoyens, et une atéleia supplémentaire de la durée de deux ans. La démarche de Korragos paraît avoir été spontanée, mais il est possible que ses administrés lui aient soumis des requêtes précises.

  • 76 Le dossier de Toriaion est aussi très éclairant à ce sujet : après la phase de « mis (...)

45 Nous ne saurions dire si les procédures que l’on vient d’évoquer étaient fréquentes ou non. Elles indiquent, en tout cas, que, si le roi est au bout d’une chaîne de demandes, avant de lui parvenir, celles-ci passent à travers plusieurs circuits, allant de la transmission pure et simple à l’expertise ou à la résolution préliminaire 76  : la décision toute puissante du roi est donc préparée et conditionnée par les décisions ou les non-décisions qui se sont vérifiées en aval.

Ce que les actes (ne) disent (pas)

46Les documents à l’aide desquels j’ai essayé de montrer comment le travail « politique » des rois et de ses ministres se déroulait au quotidien ne reflètent pas la totalité des « affaires » (πράγµατα) du roi.

  • 77 Une inscription provenant de l’arrière-pays de Pergame très récemment publiée a accr (...)

47 Tout d’abord, parce que les contrées peu ou prou hellénisées, dans lesquelles l’ habitus épigraphique n’a pas pris, ne figurent généralement pas dans les actes de la correspondance royale. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’on est si mal renseigné sur l’impact et la densité de l’administration royale 77 .

48Ensuite, parce que même si tous les royaumes ont été plus ou moins « paperassiers », un grand nombre de décisions, en particulier celles qui concernent la diplomatie et la guerre, n’était pas mis par écrit : les comptes rendus des séances des conseils militaires qu’on lit chez les historiens anciens sont des reconstructions imaginaires, s’appuyant parfois sur les souvenirs ou les mémoires de quelques participants.

  • 78 Dans sa monographie, J. Ma ( Ma , 1999) a brillamment dé (...)
  • 79 Cf. le projet de synœcisme entre Téos et Lébédos voulu par Antigone le Borgne qui ne (...)

49 De ce qui reste, il se dégage l’image d’un roi perpétuellement à l’écoute de ses interlocuteurs et agissant en réponse aux demandes que ceux-ci lui adressaient, directement ou indirectement. Cette impression de « passivité » bienveillante doit être cependant corrigée non seulement par l’analyse du contenu et du style du « discours » royal dans l’échange épistolaire qui montre comment le βασιλεὑς intégrait les desiderata des sujets sans jamais perdre de vue ses intérêts 78 , mais aussi par la prise en compte de documents de type directif, comme les prostagmata ou les diagrammata , dans lesquels le roi transmet de son propre chef des ordres à ses fonctionnaires, ou – sous forme de lettre – à des cités sujettes 79 .

  • 80 Même pour l’Égypte lagide, le bilan demeure décevant : cf. Claryssew (...)

50 En dehors des actes consignés dans la correspondance royale, il faut évidemment considérer les faits et gestes du roi et des siens à l’occasion de leurs déplacements. Les rois hellénistiques se sont-ils conduits à la manière de l’« Emperor in the Roman World » décrit par F. Millar ? Les guerres et les conquêtes les obligeaient certainement à beaucoup voyager, à prendre des résolutions de toute sorte et à répondre aux sollicitations des sujets. Mais les témoignages sont rares et se rapportent le plus souvent à l’instauration de nouvelles relations politiques et très peu à l’administration de la justice. Quelle était donc la situation « normale » ? À moins de considérer que l’instabilité est justement la configuration « normale » du pouvoir des rois hellénistiques, on peut penser que, pour être moins continue et régulière que celle des empereurs, leur intervention, y compris dans le domaine judiciaire, n’en était pas moins constitutive de leur fonction royale 80 .

  • 81 C’est le terme technique désignant, dans l’Égypte lagide, la visite du roi (ou du co (...)
  • 82 Roueche Ch. et Sherwin-White S ., « The Gr (...)

51 Si la παροήσία 81 du roi ne peut être quantifiée, celle de sa « parole » peut l’être en partie. Grâce au double mouvement de communications allant de la périphérie vers le centre et du centre vers la périphérie, il se produit un effet de présence, voire d’omniprésence, de la « parole royale » parfois véritablement surprenant. Sous le règne d’Antiochos III, un fonctionnaire reçoit de son supérieur, auquel le roi avait communiqué un ordre écrit, l’intimation de déplacer le sanctuaire d’Artémis Soteira qui se trouvait à Ikaros (aujourd’hui Failaka), minuscule île du golfe Persique, et de prendre soin des terres consacrées à la déesse : l’ordre avait déjà été notifié par les prédécesseurs du roi, mais il était demeuré lettre morte, à cause entre autres de la négligence des fonctionnaires locaux 82 .

  • 83 Ma , 1999, p. 64.
  • 84 Inscription d’Ikaros, l. 7-11 : σπεὑδειὁ βασιλεὑς περὶ Ἰκάροή διά τò προγóνοή ἀ[γ]ρo (...)

52 Pour quelle raison Antiochos III, en cette année 204-203 qui est certainement l’une des plus chargée de son règne 83 , se soucie-t-il autant de ce bout du monde ? Il faut certainement compter avec la conviction personnelle de ce roi, voué dès le début à la reconstitution de l’empire ancestral 84 . Mais, de manière plus générale, un document comme celui-ci montre à quel point il était primordial, pour tout souverain hellénistique, de signifier par la parole la présence de sa domination, partout où les armes l’avaient imposée.

Annexes

53Nous donnons ci-après la traduction française de deux importants dossiers épigraphiques qui illustrent les relations entre le roi, les fonctionnaires et les sujets.

Doc. 1 . – Eumène II et Toriaion .

54 SEG XLVII, 1745. Ed. pr . : Jonnes L. et Ricl M., EA , 29, 1997, p. 1-29. Cf. Gauthier Ph., BullÉp , 1999, n° 509 ; SCHÜLER C., ZPE , 128, 1999, p. 124-132 ; Müller H., Wörrle M ., Chiron , 32, 2002, p. 191-233, notamment p. 221-223 (annonce d’une étude de H. Müller sur le hémiolios , fonctionnaire attesté aussi dans la région de Pergame et auparavant chez les Séleucides).

I

55À la Bonne Fortune.

56Le roi Eumène aux habitants de Toriaion, salut.

57Vos représentants Antigénès, Brennos et Héliadès, que vous avez envoyés, d’une part, pour nous congratuler parce que, après avoir tout mené à bien nous sommes arrivés dans la région en bonne santé – c’est pourquoi vous avez rendu grâce aux dieux, en accomplissant les sacrifices qui convenaient – et, d’autre part, pour demander qu’en raison de votre dévouement envers nos intérêts, vous soient accordés l’état de cité (πολίτεία), des lois propres, un gymnase et tout ce qui s’ensuit, (vos représentants, disais-je) ont exposé ces demandes avec zèle et, ayant déclaré l’attachement sans faille que vous maintenez en toutes choses à l’égard de nos intérêts, nous ont demandé notre assentiment : ainsi, disaient-ils, les marques appropriées de reconnaissance de la part de votre peuple dureront à jamais, vous-mêmes ne manquant en rien aux obligations qui nous sont avantageuses.

58Quant à moi, je considérais que ce n’était pas une chose de peu pour moi que de vous accorder ce que vous demandiez, mais que cela touchait à des affaires importantes et complexes. En effet, la faveur que je vous accorderais maintenant serait sûre – car ma souveraineté territoriale est pleine et entière, l’ayant reçue des Romains qui ont vaincu par la guerre et par les traités – à l’opposé d’une faveur consignée sur papier par des gens sans autorité : une faveur de ce genre serait à bon droit jugée vaine et trompeuse par tous.

59Toutefois, en raison du dévouement que vous nous portez et que vous avez démontré au moment opportun, j’accorde à vous et aux indigènes (ἐγχώρισι) qui vivent avec vous d’être regroupés dans un seul corps civique (πολίτεήµα) et de faire usage de lois autonomes : si vous-mêmes en trouvez qui vous satisfont, référez-nous-en, afin que nous jugions si elles ne contiennent rien de contraire à nos intérêts, sinon, informez-nous et nous vous accorderons des lois idoines pour instituer Conseil et magistratures, pour former un peuple réparti en tribus et pour instituer l’onction pour les jeunes gens (νεοί) après avoir organisé le gymnase.

60Quant au fait que votre état de cité (πολίτεήµα) soit reconnu comme tel, je l’ai déclaré solennellement au début de l’autre lettre. Tâchez donc, ayant obtenu de ma part des privilèges aussi importants, de démontrer véritablement par vos actes votre attachement en toute circonstance.

II

61 Le roi Eumène au Conseil et à l’Assemblée des Toriaitai, salut.

62 Puisque nous vous avons accordé une organisation civique et un gymnase, nous voulons rendre manifeste notre empressement à accroître ces privilèges et, pour le moment, nous vous attribuons pour l’onction le revenu des taxes liées au commerce dans l’agora (ἀγορανοµία), jusqu’à ce que Hérodès, le hémiolios , après enquête, fixe d’autres revenus, tirés soit d’un bien ou d’une terre, soit de tout autre ressource qu’il aura choisie, et (nous vous accordons) de payer la dîme sur tous les produits de la terre. En général, sachez que, si vous gardez votre dévouement envers nous, vous obtiendrez toute sorte de générosités.

Doc. 2.Lettre de Thraséas d’Aspendos à la cité d’Arsinoé de Cilicie et décret de la cité de Nagidos concernant la décision de Thraséas sur le différend entre les deux cités.

63 Ed. pr.  : Opelt I. et Kirsten E., ZPE , 77, 1989, p. 55-66. Nouvelles éd. : Jones C. P. et Habicht Chr., Phoenix , 43, 1989, p. 316-346 ; Petzl G., ZPE , 139, 2002, p. 83-88 et pl. I (édition améliorée, remplaçant les éditions antérieures ; estampage). Corrections et commentaires depuis la première édition : cf. la bibliographie citée par Petzl G., ZPE , 139, 2002, p. 83, en particulier Chaniotis A., EA, 21, 1993, p. 33-42, à laquelle on ajoutera Magnetto A., Gli arbitrati interstatali greci , 1997, n° 40 (éd., trad. ital., commentaire), p. 244-251 ; Heinen H., « Boéthos, fondateur de poleis en Égypte ptolémaïque », Mooren L. (éd.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World , 2000, p. 147-148 ; Savalli-Lestrade I., Simblos, 3, 2001, p. 284-285.

I

64Thraséas à la cité et aux magistrats d’Arsinoé, salut.

65Nous avons reçu votre lettre et nous avons entendu vos ambassadeurs Androménès et Philothéos sur la question du territoire. Attendu, donc, que les Nagideis, s’étant conformés à nos instructions, ont délimité le territoire de telle sorte qu’il soit vôtre, sans qu’il subsiste plus de contestation, vous ferez bien de l’exploiter en entier et d’y faire des plantations, afin que vous-mêmes viviez dans la prospérité et qu’au roi, vous acquittiez des revenus supérieurs à ceux procurés dans le passé. Nous prenons soin de vous, en effet, et voulons que votre cité soit digne de son éponymie, en procurant tout ce qui peut être utile et avantageux en général et à chaque citoyen en particulier. Vous ferez bien, donc, de vous gouverner comme il faut et de célébrer les sacrifices d’usage au roi et à la reine dans les circonstances qui conviennent. Nous vous avons envoyé une copie du décret qui nous a été transmis par les Nagideis sur ces questions, afin que vous vous conformiez à son contenu. Pour le reste, nous en avons discuté avec les ambassadeurs Androménès et Philothéos et nous leur avons ordonné de vous en faire part. Portezvous bien.

II

66 Sous la présidence de Léosthénès, avis des prostatai . Attendu qu’Aétos, fils d’Apollonios, Aspendien et notre concitoyen, lorsqu’il était stratège de Cilicie, après s’être emparé d’un emplacement favorable, a fondé une cité Arsinoé, éponyme de la mère (adoptive : Arsinoé II) du roi (= Ptolémée III), et a installé des habitants à cet endroit et leur a distribué le territoire qui était le nôtre, après en avoir chassé les barbares qui l’avaient occupé, et que maintenant Thraséas, son fils, envoyé comme stratège de Cilicie par le roi, s’efforce de développer la cité et nous a demandé de laisser que les habitants de celle-ci possèdent le territoire public pour toujours, eux et leurs descendants ; il veut aussi que des magistratures soient instituées et des lois propres établies et que le territoire soit enregistré [sur des stèles ?]. Le Peuple et le Conseil ont décidé : que l’on donne le territoire public à Thraséas, aux habitants actuels (d’Arsinoé) et à ceux que Thraséas voudrait établir par la suite ; qu’on lui accorde l’éloge, et en outre que les Arsinoeis soient colons (ἄποικοι) des Nagideis. Ils célébreront les cérémonies en l’honneur du roi, d’Arsinoé (II) et de Bérénice (la jeune princesse décédée en 238) et enverront l’ambassadeur sacré (θεωρóς), à leurs frais. Ils se gouverneront en utilisant les lois qu’ils auront eux-mêmes instituées, mais qu’ils soient également citoyens virtuels (ἰσοπολῖται) de Nagidos. Qu’ils participent aux cérémonies sacrées lorsqu’ils sont présents ; qu’ils soient enregistrés dans la tribu qui leur sera échue par tirage au sort, en acquittant la somme requise ; qu’ils soient invités lorsque notre cité sacrifie à la Concorde (Ὁµóνοια) et qu’ils apportent la contribution requise ; de même, lorsque les Arsinoeis sacrifient aux Dieux Frères (Θεοὶ Άδελφοί : Ptolémée II et Arsinoé II), que les Nagideis soient présents, en apportant la contribution requise.

67Qu’il ne soit permis à aucun des Nagideis, sous aucun prétexte, de contester les droits sur le territoire qui a été donné par le présent décret aux Arsinoeis. Si un magistrat fait voter un tel projet de décret ou si un orateur l’énonce, que le magistrat soit contraint à payer une amende de 10 000 drachmes consacrées à Arsinoé (= Arsinoé II, morte et divinisée) sans exception, et l’orateur une amende de 1 000 drachmes, et que la proposition soit déclarée nulle. Concer nant les litiges entre citoyens des deux communautés, si un citoyen d’Arsinoé fait ou subit un tort à Nagidos, il sera poursuivi ou obtiendra justice conformément aux lois de Nagidos, et si un citoyen de Nagidos fait ou subit un tort à Arsinoé, il sera poursuivi ou obtiendra justice conformément aux lois d’Arsinoé. Le délai de prescription sera d’un an à partir du moment où le tort a été fait, et si quelqu’un porte une accusation privée ou publique après cette date, son accusation sera nulle.

68Que l’on transcrive ce décret sur deux stèles de pierre, dont l’une sera dressée (à Nagidos) dans le sanctuaire d’Aphrodite, l’autre à Arsinoé dans le domaine sacré (τέµενος) d’Arsinoé (= Arsinoé II). Le trésorier de Nagidos et le trésorier d’Arsinoé affecteront ( ?) l’argent nécessaire respectivement pour l’une et pour l’autre stèle.

Notes

1 Cette communication est une réélaboration partielle d’une conférence présentée en février 2000 à l’université Paris I (Centre Glotz), sous le titre « Les secrets des rois hellénistiques ». Je remercie l’ensemble des participants pour leurs remarques.

2 Cf. Hammond N. G. L., « Royal Pages, Personal Pages and Boys trained in the Macedonian Manner during the Period of the Temenid Monarchy », Historia , 39, 1990, p. 261-290, repris dans Hammond N. G. L., Collected Studies , II, 1993, p. 149-178 ; Hatzopoulos M. B., Macedonian Institu tions under the Kings , 1996, p. 323-359, p. 443-460 ; ID., L’organisation de l’armée macédonienne sous les Antigonides, Problèmes anciens et documents nouveaux , 2001 ; Savalli-Lestrade , 1998, p. 291-307.

3 Cf. HABICHT, 1970, p. 195-242; Walbank F.W., «Monarchies and Monarchic Ideas », CAH, VII2, 1984, p. 62-100 ; Gauthier Ph., Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, 1985, p. 39-55 ; Virgillo , 2003, p. 45-81.

4 Pour les antécédents achéménides, cf. Briant , 1996, p. 217-265. Pour les antécédents pharaoniques, cf. Posener G., De la divinité du Pharaon , 1960. Sur l’apport de l’idéologie royale babylonienne à la monarchie séleucide, cf. en dernier lieu Del Monte G ., « I Greci in Mesopotamia », Settis S. (éd.), I Greci. Storia, cultura, arte, società , III – « Greci oltre la Grecia », 2001, p. 137-166, en particulier p. 148-154. Sur l’apport de l’idéologie pharaonique à la monarchie lagide, cf. Koenen L., « The Ptolemaic King as a Religious Figure », Bulloch A., Gruen E. S., Long A. A. et Stewart A. (éd.), Images and Ideologies. Self-definition in the Hellenistic World , 1993, p. 25-115 ; Hölbl G., Geschichte des Ptolemäerreiches , 1994, p. 69-107, p. 228-269. Il faudra en outre consulter l’ouvrage récemment paru de Hussw ., Ägypten in hellenistischer Zeit 332-30 v. Chr. , 2001.

5 Sherwin-White-Kuhrt . Sur cet ouvrage, voir les actes de la table ronde de Lyon « Les Séleucides », publiés dans la revue TOPOI , 4/2, 1994, p. 431-610.

6 Sur les évergésies royales, cf. Bringmann K. et von Steuben H. (éd.), Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer , I, 1995.

7 Pour reprendre la formule employée par Robert , Amyzon , p. 136, en traitant de la conquête séleucide d’Amyzon en 204 av. J.-C.

8 Voir le chapitre « Le roi », in Préaux Cl., Le monde hellénistique , I, 1978, p. 181-294.

9 A. Aymard a proposé autrefois une bipartition entre royautés nationales (en Macédoine et en Épire) et royautés personnelles (en Orient) : voir notamment Aymard A., « Le protocole royal grec et son évolution », REA , 50, 1948, p. 232-263, repris in Aymard A., Études d’histoire ancienne , 1967, p. 73- 99 ; et ID., «  BAΣІΔΕϒΣ MAKEΔONΩN  », RIDA , 4, 1950, p. 61-97 (= Études d’histoire ancienne , 1967, p. 100-122). Cette distinction, fondée sur des prémisses en partie discutables, a été rejetée depuis : voir Mooren L ., « The Nature of the Hellenistic Monarchy », Van’t Dack E. , Van Dessel P . et Van Gucht R . (éd.), Égypt and the Hellenistic World , 1983, p. 205-240. Personne n’a tenté, à notre connaissance, de proposer une classification alternative. Ce n’est qu’à travers des recherches d’histoire comparée que l’on peut esquisser, par touches successives, l’identité spécifique de chaque royaume. Par exemple, l’on distinguera entre, d’une part, l’entourage des Antigonides et celui des Attalides, qui forment un groupe relativement homogène, issu de cités intégrées dans les royaumes respectifs, et, d’autre part, l’entourage des Séleucides, plus hétérogène, où la proportion des ressortissants de cités sujettes ou alliées est plus faible (mais s’est peut-être accrue en même temps que le royaume se rapetissait à l’échelle de la Syrie) : cf. Savalli-Lestrade , 1998, p. 215-250, p. 387-394.

10 Bengtson H., Die Strategie in der hellenistischen Zeit , 3 vol., 1937-1952.

11 Notre démarche se veut complémentaire de celle qu’a inaugurée, il y a une quinzaine d’années, J.- M. Bertrand, par une analyse originale des relations entre discours civique et discours royal (voir en particulier Bertrand J.-M., « Formes de discours politiques : décrets des cités grecques et correspondance des rois hellénistiques », Nicolet Cl. [éd.], Du pouvoir dans l’Antiquité : mots et réalités , 1990, p. 101-115). Nous partageons la conviction qu’il n’y a pas de véritable langage des royautés et que la parole du roi est essentiellement ordre et proclamation, mais n’allons pas jusqu’à admettre que « l’essentiel n’est pas la nature de l’ordre, mais la façon dont il est parvenu à son destinataire » et que l’appareil administratif n’était rien d’autre qu’une « structure de transmission » d’ordres venus d’en haut ( ibid. , p. 114-115).

12 Plutarque, An seni sit gerenda respublica , 11.

13 Pseudo-Aristée, Lettre d’Aristée à Philocrate , 26-40. La date de la Lettre n’est pas fixée avec certitude : voir en dernier lieu la mise au point de Calabi Fr., Lettera di Aristea a Filocrate , 1995, Introduzione, p. 27-29. Nous retenons la date proposée, sur la base de critères diplomatiques (notamment la titulature aulique du temps de Ptolémée VI et de Ptolémée VIII), par Bikerman E., « Zur Datierung des Pseudo-Aristeas », Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft , 29, 1930, p. 280-298 (repris in Studies in Jewish and Christian History , I, 1976, p. 109-136) et par Van’t Dack E ., « La date de la lettre d’Aristée », Antidorum W. Peremans ab alumnis oblatum , 1968, p. 263- 278.

14 Ibid. , p. 298-299

15 Cf. les recueils RC , et de Lengerm .-Th., Corpus des ordonnances des Ptolémées , 1980 2  ; Virgilio B., « Roi, ville et temple dans les inscriptions de Labraunda », REA , 103, 2001, p. 429-442, annonce la préparation d’un nouveau corpus de lettres émanant de rois et dynastes, rassemblant les témoignages épigraphiques, littéraires et papyrologiques.

16 Schubartw ., « Bemerkungen zum Stile hellenistischer Königsbriefe », AfP , 6, 1920, p. 324-347.

17 RC , n° 52, l. 47-48 ; Holleaux M., « Le décret des Ioniens en l’honneur d’Eumènes II », REG , 37, 1924, p. 305-330, p. 311 (= Études d’épigraphie et d’histoire grecques , II, 1938, p. 158).

18 Jonnes L. et Ricl M., « A New Royal Inscription from Phrygia Paroreios : Eumenes II grants Tyriaion the Status of a Polis », EA , 29, 1997, p. 1-30. Voir Annexes , doc. 1, I. Le passage qui retient notre attention est le suivant ’Εγὼ δὲ ἐθεώροήµ µὲν οὐκ είς µικρὰ | διαφέρον ἐµοὶ τò σήνχωρῆσαι τὰ ἀξιοήµένα, προ[ς] µε[ί]ζονα δὲ καὶ πολλὰ πράγµατα ἀνῆκον καὶ γὰρ νῦν ὑµ[ῖν]¦ γένοιτ ἂν βεβαία παρ ἐµοῦ δο[θ]εῖσα, ἐκτηµένοή κήρ[ί]¦ως διὰ τò ὰαρὰ τῶν κρατησάντων καὶ πολέµωι καὶ σ[ήν]¦θήκαις εἰληφέναἱ Pωµαίων ἀλλ’ οὐκ ἡ ¦γραφεῖσα ὑπò τῶν µὴ κήριεήóντων κενὴ γὰρ ἡ χάρις αὕτη καὶ δóλ[ι]¦α κρίνιτ’ ἂν ὑπò πάντωγ ἀληθῶς (l. 17-24).

19 Les ambassadeurs ont félicité le roi de ses succès ( ?) et d’être arrivé sain et sauf dans la région, l. 4-6 : σήνησθησµέοής µὲν ἡµῖν ἐπὶ τῶι καταπεπραχóτας πάντα παρεῖναι ὑγιαί εἰς τòν τòπον.

20 schüler W., « Kolonisten und Einheimische in einer attalidischen Polisgründung », ZPE , 129, 1999, p. 125 et 131.

21 Gauthier , 1989, p. 71-73 (« tonalité familiale » de la lettre de Laodice iii aux Sardiens) ; Schmitt H. H., « Zur Inszenierung des Privatlebens des hellenistischen Herrschers », Seibert J. (éd.), Hellenistische Studien. Festschrift H. Bengtson , 1991, p. 79 (exaltation de l’amour conjugal et de l’amour maternel dans une lettre d’Attale III) ; p. 82-84 (exaltation de l’amour conjugal dans plusieurs lettres d’Antiochos iii et de Laodice iii ).

22 Polybe, xxix , 11, et Bikerman , 1938, p. 48.

23 Probablement au cours de la guerre contre Antigone Gonatas : cf. Will , I, p. 225-226.

24 Delphinion , n° 139, l. 1-15, repris dans RC , n° 14, et dans Bringmann K. et Von Steuben H . (éd.), Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer , I, 1995, KNr. 275 [E 2], avec bibliographie et commentaire par W. Ameling.

25 Delphinion , n° 139, l. 9-10 ; cf. l. 34-35.

26 À la suite du débat, les Milésiens adoptent un décret, proposé par Peisthénès, fils de Tharsagoras (un notable, sans doute un partisan des Ptolémées), stipulant qu’un serment de fidélité à la dynastie lagide devra être prêté, à l’avenir, par les jeunes gens sortant du gymnase. Cette mesure, qui répondait certainement aux attentes de Ptolémée II, pourrait avoir été suggérée par le roi lui-même. Sur l’enchaînement des étapes menant de l’accueil de l’ambassadeur royal au vote de l’assemblée, on se reportera à l’analyse de Müller H., Milesische Volksbeschlüsse 1. Eine Untersuchung zur Verfassungsgeschichte der Stadt Milet in hellenistischer Zeit , 1976, p. 60-63.

27 Wilcken U., Grundzüge und Chrestomathie der Papyruskunde , I, 1912, n. 1 ( FGrHist , IIB, 160). Cf. Holleaux M., « Remarques sur le Papyrus de Gourob », BCH , 1906, p. 330-348 ; ID., « L’anonyme du Papyrus de Gourob », REA , 1916, p. 153-165, articles repris in Études d’épigraphie et d’histoire grecques , III, 1942, p. 281-310 ; Piejko F., « Episodes from the Third Syrian War in a Gurob Papyrus, 246 B.C. », AfP , 36, 1990, p. 13-28 ; Hauben H., « L’expédition de Ptolémée III en Orient et la sédition doméstique de 245 av. J.-C. », AfP , 36, 1990, p. 29-37. À la col. IV, l. 9- 13 du papyrus, on lit le texte suivant : […]µετὰ ταῦτα πρòς τῶ[ι]¦¦ πράσσειν τι τῶν χρησίµων ἐγενóµεθα, τοῖς [τε]¦ ἡγεµóσιν καὶ τοῖς ἄλλοις [τοῖς]¦ κατὰ τὴν χώραν χρηµατίς καὶ περὶ [τῶν ὅ]¦λων βοήλ(εή)óµενοι ˙ κτλ.

28 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques , 12, 149. Sur cette lettre, dont la paternité et l’authenticité de la forme diplomatique sont contestées, cf. en dernier lieu Gauthier , 1989, p. 41-42 ; MA, 1999, p. 267.

29 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques , 12, 263. Cf. Bickerman E., « Un document relatif à la persécution d’Antiochos Épiphane », RHR , 115, 1937, p. 188-223, article repris in Studies in Jewish and Christian History , II, 1976, p. 105-135.

30 RC , n° 61. Cf. Savalli-Lestrade , 1998, p. 146-147. Une nouvelle édition avec traduction et commentaire de l’ensemble de la correspondance entre les Attalides et les prêtres-dynastes de Pessinonte a été donnée par Virgilio B., Il Tempio Stato di Pessinunte fra Pergamo e Roma nel I-II secolo a.C. , 1981.

31 « Les dynastes se tirent d’affaire aux frais de leurs Amis », dit Diodore, XXX, 7, 3, en commentant la mort d’Andronikos, Ami d’Antiochos IV.

32 Cf. Schubartw ., « Bemerkungen zum Stile hellenistischer Königsbriefe », AfP , 6, 1920, p. 328 ; et, plus récemment, Hazzard R. A., Imagination of a Monarchy : Studies in Ptolemaic Propaganda , 2000, p. 44.

33 La comparaison, sur ce point, entre le dossier des Sidoniens de Sichem, transmis par Flavius Josèphe (cf. supra , n. 28) et celui des Sidoniens de Iamnia, documenté par une inscription (cf. infra , n. 41) est éclairante : le second ne mentionne pas (du moins dans la partie conservée du texte) les Amis du roi Antiochos V.

34 Hatzopoulos M. B., Macedonian Institutions under the Kings , 1997, p. 280-288, 337-359.

35 Corradi G., Studi ellenistici , 1929, p. 231-255 : Il σήνέδριον dei sovrani ellenistici.

36 Mooren L., « Kings and Courtiers. Political Decision-Making in the Hellenistic States », Schuller W. (éd.), Politische Theorie und Praxis im Altertum , 1998, p. 122-133.

37 Voir notamment le Conseil convoqué par Persée à Larisa, en 171 av. J.-C. (Polybe, XXVII , 8, 1- 5 ; Tite-Live, XLII, 62, 1-9), avec les remarques de Mooren L., ibid ., p. 131-132.

38 Il n’est pas possible, dans le cadre de cette communication, d’examiner tous les témoignages littéraires concernant les Conseils royaux. En plus des remarques générales que je viens d’exposer, notons que Polybe et Diodore emploient à propos des Conseils royaux un vocabulaire politique qui ne suffit pas à qualifier « politiquement » la structure et le fonctionnement des dits Conseils (le terme « Conseil » lui-même, d’ailleurs, est de nature à fausser le débat : le grec utilise surtout le mot σήνέδριον qui a une connotation oligarchique) et qui est dans une large mesure un langage passe-partout : voir la description par Diodore (XVII, 30, 1-6) du Conseil réuni par Darius III en 333 av. J.-C. après la mort de Memnon. Il serait imprudent d’en conclure que les Conseils royaux achéménides (voir BRIANT, 1996, p. 141, 323-324, 329) étaient démocratiques ou apparentés aux Conseils royaux hellénistiques. Ce sujet demanderait a être analysé avec les méthodes de l’histoire comparée.

39 Cf. Savalli-Lestrade , 1998, p. 22 (Alexandros, ancien Ami de Philippe V, admis aux Conseils les plus secrets d’Antiochos III) ; p. 28-29 (Hannibal exclu du Conseil d’Antiochos III) ; p. 358-359 (Philippidès refusant d’être dans le secret de Lysimaque). Apellès, sorte de vice-roi de Philippe V, l’un des meneurs du complot de 218 av. J.-C., venu à Corinthe dans l’espoir de se réconcilier la faveur du roi, se voit interdire l’accès à la résidence royale par les gardes : il était encore admis aux banquets et à d’autres réunions d’apparat, mais « il ne participait plus aux Conseils et ne partageait plus la vie quotidienne avec le roi » (Polybe, V, 26, 15).

40 Pseudo-Aristée, Lettre , 175 : « Normalement, ceux qui viennent pour une affaire administrative (περὶ χρηµτισµóν) doivent attendre cinq jours, et les envoyés de rois ou de cités importantes sont difficilement admis à la présence du roi avant un délai de trente jours. » Les ambassadeurs sacrés (θεωροί) devaient présenter une lettre d’accréditation : cf. Bousquet J., « Lettre de Ptolémée III aux Xanthiens », REG , 99, 1986, p. 22-32, notamment p. 27 ( SEG , XXXVI, 1218).

41 Sur la participation des reines aux audiences, cf. Savalli-Lestrade I ., « La place des reines à la cour et dans le royaume à l’époque hellénistique », Frei-Stolba R. et alii (éd.), Les femmes antiques entre sphère privée et sphère publique , 2003, p. 59-76 : p. 64-65.

42 Pour les Séleucides : hypomnèma présenté par les Samaritains de Sichem à Antiochos IV (Flavius Josèphe, Antiquités judaïques , 12, 158 ; cf. Bikerman , 1938, p. 196-197) ; hypomnèma présenté par les Sidoniens de Iamnia à Antiochos V Eupator ( Isaac B., Isr.Expl.J , 41, 1991, p. 132-144 ; cf. Gauthier Ph., BullÉp , 1992, 552) ; pour les Antigonides : hypomnèma présenté par le tétrarchès Nikanor et les Euiestai à Philippe V ( Moretti L. G., Iscrizioni storiche ellenistiche , II, 1976, n° 110 ; cf. Hatzopoulos M. B., Macedonian Institutions under the Kings , I, 1996, p. 95 sq . ; II, n° 17) ; pour les Attalides : lettre d’Attale III à un subordonné, concernant un ἀξίωµα des katoikoi de Hiérakomè ( RC , n° 69).

43 Cf. RC , n° 10-12 (donation d’Antiochos I er à Aristodikidès d’Assos) avec les remarques p. 65 ; SEG , XXIX, 1613 (ὑποµνἡµατα de Ptolémée, fils de Thraséas, stratège et archiéreus de Syrie-Phénicie, détenteur de plusieurs domaines en Palestine sous Antiochos III : voir Müller H., « Der hellenistische Archiereus », Chiron , 30, 2000, p. 538-539 ; Savalli-Lestrade I., « Amici del re, alti funzionari e gestione del potere, principalmente nell’Asia Minore ellenistica », Simblos , 3, 2001, p. 285- 287).

44 RC , XI. Voir aussi infra , «  Memoranda et instances locales : la multiplication de la royauté ».

45 Robert , La Carie , I, n° 166 ; cf. Ma , 1999, p. 364-366, n° 44.

46 IG XII, 6, 11 (trad. fr. in Pouilloux J., Choix d’inscriptions grecques , 1960, n° 3), l. 9-13. La date du décret est à placer sans doute en 243-242 : cf. Bousquet J., « Lettre de Ptolémée III Évergète à Xanthos de Lycie », REG , 99, 1986, p. 29.

47 L’ambassade de Boulagoras auprès d’Antiochos II a eu lieu sans doute vers 253-252, lorsque le rapprochement entre les Séleucides et les Lagides, couronné par le mariage d’Antiochos II avec Bérénice (soeur de Ptolémée III), put faciliter la démarche de Samos (qui, sous la domination probablement ininterrompue des Lagides depuis 281, se trouvait « coupée » de sa pérée, tombée aux mains des Séleucides au début de la seconde guerre de Syrie) : cf. la mise au point de Carusi Cr., Isole e peree in Asia Minore , 2003, p. 174-179.

48 Wörrle M., « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens II – Ptolemaios II und Telmessos », Chiron , 8, 1978, p. 201-246 (inscription datée de la 4e année du roi Ptolémée II) ( SEG , XXVIII, 1224). La date en 282, proposée de façon indépendante par Hazzard R. A., « The Regnal Years of Ptolemy II Philadelphos », Phoenix , 41, 1987, p. 140-158, et par Grzybek E., Du calendrier macédonien au calendrier ptolémäique , 1990, p. 184, a été acceptée par Wörrle M., « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens IV », Chiron , 21, 1991, p. 229, n. 122. Il faut sans doute séparer la date de ce document (et de l’ambassade des Telmessiens) de celle, très discutée, de la première célébration des Ptolémaia , qui a peut-être eu lieu en 279-278 seulement : voir en dernier lieu Thompson D. J., « Philadelphus’ procession : Dynastic Power in a Mediterranean Context », Mooren L. (éd.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World , 2000, p. 382-385.

49 Lors de l’avènement d’un nouveau roi ou d’un changement d’autorité la tendance était sans doute à la reconduction de droits et privilèges, dont les demandeurs étaient capables de prouver le bienfondé en remontant aussi loin que possible dans le temps. Dans ce sens, cf. Virgilio B., « Roi, ville et temple dans les inscriptions de Labraunda », REA , 103, 2001, p. 429-442. La « compétition » (je reprends un terme employé par R. Descat au cours de la discussion) entre les rois engendrait par ailleurs une surenchère, comme l’indique le cas bien connu des privilèges de plus en plus exorbitants obtenus par Jonathan de Démétrios I er , Alexandre Balas et Démétrios II : cf. Ma J ., « Seleukids and Speech-Acts : Performative Utterances, Legitimacy and Negotiation in the World of Maccabees », SCI , 19, 2000, p. 71-112. De ce point de vue, la lettre d’Eumène II à Toriaion montre que le roi voulait surtout éviter de donner l’impression de céder à un chantage. Toute son habileté consiste à tirer profit de la situation pour réaffirmer son autorité et rejeter dans le néant le rival séleucide. Cela étant admis, il ne faut pas oublier que nous connaissons le plus souvent uniquement les demandes exaucées.

50 Clarysse W., « The Ptolemies Visiting the Egyptian Chora », Mooren L. (éd.), Politics, Admi nistration and Society in the Hellenistic and Roman World , 2000, p. 29-53.

51 Del Monte G ., « I Greci in Mesopotamia », Settis S. (éd.), I Greci. Storia, cultura, arte, società , III– « Greci oltre la Grecia », 2001, p. 150-154.

52 Je me borne à donner quelques exemples seulement. Les rois macédoniens se rendaient tous les ans à Dion pour effectuer la cérémonie de la lustration de l’armée : cf. Hatzopoulos M. B., Cultes et rites de passage en Macédoine , 1994, p. 89-92. Le souvenir d’une visite de la reine Apollonis à Pergame a été reconnu par L. Robert dans une inscription de Téos : Robert L., Études anatoliennes , 1937, p. 20, n. 1. Du fait que la cité de Tralles possédait un palais royal attalide (Vitruve, De architectura , II, 8, 9 ; Pline, Histoire Naturelle , XXXV, 49), l’on peut déduire que les rois de Pergame faisaient halte régulièrement dans cette ville.

53 Sur ce privilège, voir Henry A., Honours and Privileges in Athenian Decrees , 1983, p. 191-199.

54 Cf. supra .

55 Attale I er , accueilli avec faste par les Athéniens en 200, décline poliment l’invitation qui lui est faite d’assister à l’assemblée, affirmant qu’il n’aurait pas été convenable de sa part de leur rappeler de visu tous les services rendus ; il accepte cependant que l’on donne lecture d’une lettre détaillant ses propres suggestions sur le parti à choisir dans la guerre contre Philippe V (Polybe, XVI, 25-26). C’est au cours d’un discours prononcé à Thèbes, lors de l’assemblée de la confédération béotienne qui devait voter pour ou contre l’entrée en guerre contre la Macédoine, au début de l’été 197, que le même Attale fut frappé de l’attaque d’hémiplégie qui lui fut fatale (Tite-Live, XXXIII, 2, 1-8).

56 F. Piejko a proposé de placer les décrets I et II de Téos en 197-196, mais je crois que les arguments présentés contre cette date par Ma , 1999, p. 264-265 (en particulier l’absence de mention d’Antiochos le Jeune et des autres enfants d’Antiochos III, et la mort d’Attale I er , fixée à la fin de l’été 197) incitent à maintenir la date haute. Voir l’édition critique et la traduction en anglais de ces textes par Ma , 1999, p. 308-321, ainsi que la traduction française dans le présent volume, infra .

57 SEG , XLI, 1003 : I, 17-22. À titre de comparaison, on lira le récit de la prise d’Athènes par Démétrios Poliorcète en 294 dans Plutarque ( Vie de Démétrios , 34), décrivant l’angoisse des citoyens, la convocation du peuple au théâtre, cerné par les milices royales, le discours apaisant de Démétrios et la nomination de magistrats agréés par le roi.

58 D’après l’éditeur de ces inscriptions, le regretté P. Herrmann, il faut penser, soit que les réunions de l’assemblée de Téos se tenaient dans le bouleutérion , soit que le roi avait parlé d’abord devant le Conseil : Herrmann , 1965, p. 63.

59 SEG , XLI, 1003 : II, 29-33 ; 46-50. Il y aura aussi un agalma de Laodice dans le temple de Dionysos (cf. le décret I, 33-51), mais l’offrande des prémices et des couronnes de végétaux ne concerne pas la reine.

60 Robert L., BullÉp , 1969, 496.

61 Briant , 1996, p. 244-246.

62 Polybe, XXVI, 1. Cet extrait de Polybe pose beaucoup de problèmes d’interprétation. Il faut cependant exclure qu’Antiochos IV se soit amusé à parodier les moeurs romains : cf. Walbank F.W., A Historical Commentary on Polybius , III, 1979, ad loc .

63 Chez les Attalides et chez Lagides, il y avait une seule capitale (Pergame, Alexandrie) ; chez les Antigonides et les Séleucides, il existait, au contraire, un grand nombre de « centres » du pouvoir impérial : cf. Weber G., « Interaktion, Repräsentation und Herrschaft. Der Königshof im Hellenismus », Winterling A. (éd.), Zwischen « Haus » und « Staat » , 1997, p. 35-37.

64 Voir les cas passés en revue dans Savalli-Lestrade I ., « Amici del re, alti funzionari e gestione del potere, principalmente nell’Asia Minore ellenistica », Simblos , 3, 2001, a.c.

65 Wörrle M., « Inschriften von Herakleia am Latmos, I : Antiochos III, Zeuxis und Herakleia », Chiron , 18, 1988, p. 421-476 ( SEG , XXXVII, 859).

66 Ma J ., 1999, p. 292-294, n° 5 (Lettre de Zeuxis à Amyzon, autrefois attribuée à Antiochos III) ; p. 267, Dubia (Lettre d’Antiochos III à Zeuxis sur les colons juifs : son auteur serait plutôt Antiochos le Fils ?).

67 Voir Annexes , doc. 2, avec la bibliographie indiquée dans le lemme. La nouvelle lecture de la l. 21 par G. Petzl – d’où il résulte que la terre contestée allait être restituée αὐτῶι, i. e. au stratège (au lieu d’ αὐτοῖς, i. e . aux Arsinoeis, comme on avait lu et compris antérieurement) renforce l’idée que Thraséas fut le véritable interlocuteur des Nagideis et le responsable de la destinée ultérieure d’Arsinoé. Hazzard R. A., Imagination of a Monarchy : Studies in Ptolemaic Propaganda , 2000, p. 115 et n. 69, pense que la Bérénice mentionnée à la l. 33 de l’inscription n’est pas la jeune princesse morte en 238, mais Bérénice Syra, la seconde épouse d’Antiochos II, morte en 246. Nous préférons les arguments présentés par Chr. Habicht et maintenons donc l’an 238 av. J.-C. comme terminus post quem pour le décret de Nagidos.

68 Inscription d’Arsinoé, l. 6-9 : καλῶς ποισεἡ¦τε ἐργαζóµενοί τε πᾶσαν αὑτἠν (scil.τἠν χώραν καὶ καταφήτεὑοντες, ὅπως αὐτοί τε¦ ἐν εὐβοσίαι γίνεσθε καί τῶι βασιλεῖ τἀς προσóδοής πλείοής τῶν¦ ἐν ἀρχῆι γινοµένων σήντελῆτε.

69 Voir Savalli-Lestrade I., « Les Attalides et les cités grecques d’Asie Mineure au ii e siècle a.C. », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au ii e siècle a.C. , 2001, p. 77-91.

70 I. Iasos , 3. Le document est certainement postérieur à la prise du titre de βασιλεὑς par Ptolémée I er , à la fin de l’été ou à l’automne de l’année 306 av. J.-C. : Lehmann G. A., « Das neue Kölner Historiker-Fragment (P. Köln Nr. 247) und die χρονικἠ σνὑταξις des Zenon von Rhodos », ZPE , 72, 1988, p. 8-9.

71 I. Iasos , 3, l. 2-3 : [oἱ πρέσβεις]¦ διελέγοντó µοι φέροντες τὰ παρ’ ὐµῶν ἀξιώµατα, ἐν ο[ἷς] ᾖν τἠν πóλιν [ἐλεήθρανκαὶ] αὐτóνοµον εἷναι καὶ ἐν σήµµαχίαι. Les ἀξιώµατα en question correspondent sans doute aux requêtes à la suite desquelles une convention (ỏµολογία) fut conclue vers 309 entre Iasos et Ptolémée. Le texte de cette convention a été gravé sur la partie supérieure de la stèle ( I. Iasos , 2). Il contient notamment les serments échangés entre les citoyens et Ptolémée (l. 47 sq .) avec des clauses stipulant que Iasos serait alliée, libre, autonome, exemptée de garnison et de tribut. Celles qu’Aristoboulos désigne comme « requêtes » des Iasiens sont donc les demandes exaucées, les « concessions » faites quelques années plus tôt par Ptolémée. Pour un emploi analogue d’ ἀξίωµα, cf. OGIS , n° 266, l. 1 : [ἀξ]ιώµατα ἃ ἐπεχ[ώρη]σεν Εὐµένης,, avec les remarques de Virgilio B., « Eumene I e i mercenari di Filetereia e di Attaleia », SCO , 32, 1982, p. 105-107. Rappelons aussi qu’au cours de ses pourparlers avec Zeuxis, entre 196 et 193 av. J.-C., l’ambassade d’Héraclée du Latmos fit usage d’ ὑποµνἡµατα, qui étaient « peut-être plutôt des actes de l’archive civique » ( Wörrle M., « Inschriften von Herakleia am Latmos, I : Antiochos III, Zeuxis und Herakleia », Chiron , 18, 1988, p. 457, n. 155).

72 I. Iasos , 3, l. 6-10 (cf. l. 15-16 et 25).

73 Segre M., « Iscrizioni di Licia I. Tolomeo di Telmesso », Clara Rhodos , 9, 1938, p. 190 et sq . ; Maier F. G., Griechische Mauerbauinschriften , I, 1959, p. 248-250, n° 76. Contrairement à M. Segre, je ne pense pas que les pétitionnaires aient envoyé des ambassadeurs jusqu’à Pergame : ils étaient bien trop démunis pour cela.

74 I. Iasos , 3, l. 6-10 (trad. de Robert J. et L., BullÉp , 1971, 620) : « J’ai décidé d’en référer au roi, pour éviter le fait que, la décision venant de nous, les uns et les autres nous soyons en différend sur le plus ou le moins et que cela ne devienne un obstacle, de telle sorte que les affaires de la ville ne se réalisent pas comme nous le voulons. »

75 Holleaux M., « Inscription trouvée à Brousse », BCH , 48, 1924, p. 1-57 (= Études d’épigraphie et d’histoire hellénistiques , II, 1938, p. 73-125) ; cf. SEG , II, 366.

76 Le dossier de Toriaion est aussi très éclairant à ce sujet : après la phase de « mise en route » de la nouvelle cité, le hémiolios choisira librement quels revenus affecter au financement de l’onction (voir Annexes , doc. 1, II).

77 Une inscription provenant de l’arrière-pays de Pergame très récemment publiée a accru nos connaissances sur l’appareil royal attalide : cf. Müller H. et Wörrle M., « Ein Verein im Hinterland Pergamons zur Zeit Eumenes’ II », Chiron , 32, 2002, p. 191-235, en particulier p. 220-233.

78 Dans sa monographie, J. Ma ( Ma , 1999) a brillamment démonté les mécanismes de l’interaction entre le discours autoritaire de ce roi et le discours revendicatif des cités. Il faudrait élargir l’enquête et tester dans d’autres contextes le « modèle » ainsi dégagé.

79 Cf. le projet de synœcisme entre Téos et Lébédos voulu par Antigone le Borgne qui ne fut jamais réalisé, au grand soulagement des cités concernées : RC , n° 3-4 ; la lettre de recommandation de Séleucos IV au sujet de l’installation de son Ami Aristolochos à Séleucie de Piérie : RC , n° 45.

80 Même pour l’Égypte lagide, le bilan demeure décevant : cf. Claryssew ., « The Ptolemies Visiting the Egyptian Chora », Mooren L. (éd.), op. cit. , p. 38 (visites royales au Serapeum de Memphis : les katochoi remettaient leurs pétitions à travers la θήρίς, fenêtre d’apparition) et p. 40-41 (comparaison avec le conventus romain).

81 C’est le terme technique désignant, dans l’Égypte lagide, la visite du roi (ou du couple royal) et – de manière caractéristique – la taxe pour une visite officielle : cf. Clarysse W ., op. cit. , p. 42. Dans l’Empire perse, partout où le roi passe, les habitants lui offrent des présents : cf. Briant , 1996, p. 204-205.

82 Roueche Ch. et Sherwin-White S ., « The Greek Inscriptions from Failaka », Chiron , 15, 1985, p. 1-39 : n° 3, 13 sq . L’inscription n° 1 montre qu’une garnison grecque était installée dans l’île. Sur les lieux de la présence achéménide dans le golfe Persique (pas d’indices probants pour Ikaros), cf. Briant , 1996, p. 1055.

83 Ma , 1999, p. 64.

84 Inscription d’Ikaros, l. 7-11 : σπεὑδειὁ βασιλεὑς περὶ Ἰκάροή διά τò προγóνοή ἀ[γ]ρo[ὐ]ς¦ ἱερῶσαι καὶ τò τῆς (Σ)ωτείρας ἐ[π]ιβάλλε[σ]¦θαι µεταγαγεῖν. C’est la même horreur du vide qui se lit dans le prostagma sur Nikanor ( SEG , XXXVII, 1010 ; cf. Müller H., « Der hellenistische Archiereus », Chiron , 30, 2000, p. 528-535, avec une analyse éclairée par la découverte de documents attalides et renvoi à la bibliographie antérieure) où la charge du ὁ ἐπὶ τῶν ἱεῶν est réintroduite après un vacuum d’une génération, correspondant à celle de Séleucos II, père d’Antiochos III. Voir aussi les conclusions de Roueche Ch. et Sherwin-White S ., « The Greek Inscriptions from Failaka », Chiron 15, 1985, p. 38-39, sur les liens entre la politique séleucide et les campagnes d’exploration du golfe Persique menées sous Alexandre.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search