Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Conclusion générale

Robert Hérin

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 2 Dans la suite du texte, ce colloque sera désigné comme « le Colloque ».

1Dans la conclusion à quatre voix qu’ils ont improvisée au moment de clore le colloque Espaces et sociétés aujourd’hui. La géographie sociale dans les sciences sociales et dans l’action2 organisé à Rennes en octobre 2004, Jean Renard, Robert Hérin, Jacques Chevalier et Armand Frémont ont souligné le foisonnement des idées et des thèmes suscités par l’appel à communications. Le grand nombre de communications, la variété de leurs thèmes, de leurs espaces de référence, de leurs méthodes témoignent de l’intérêt que suscite la géographie sociale. La jeunesse de bon nombre d’intervenants et la diversité de leurs universités de rattachement confirment sa diffusion et sa capacité de renouvellement.

2Alors que les volumes 2 et 3 réunissent des textes qui traitent plutôt d’exemples, le volume 1 rassemble des contributions à caractère théorique, regroupées sous le titre Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale. Cette ambition n’est pas nouvelle ; des colloques en ont déjà eu le projet au cours des vingt-cinq dernières années. Des ouvrages s’y sont essayés. Mais l’abondance et la diversité de la matière, l’émergence de questions jusqu’alors peu abordées, la volonté d’approfondissement des fondements à partir desquels s’est développée la géographie sociale depuis le début des années quatre-vingt, concourent à la conviction que la géographie sociale entre dans une phase de renouvellements et d’élargissements, ce qui justifie que l’on s’interroge à la fois sur ses fondements et sur sa place tant dans la géographie que dans les sciences sociales.

3La lecture de l’ouvrage invite à un retour sur le passé, comme si la géographie sociale française commençait à éprouver le besoin d’avoir une histoire. Renée Rochefort est souvent citée. On évoque le Colloque de Lyon de 1983, le manuel Géographie sociale de 1984, l’ouvrage De la géographie urbaine à la géographie sociale : sens et non-sens de l’espace publié par le collectif français de géographie sociale, également en 1984, etc. Ces références à des évènements et à des publications témoignent, sans doute, d’un besoin à la fois de continuité et de distanciation, sinon de rupture.

4Dans son intervention au cours de la conclusion du Colloque, Jean Renard a commencé à revisiter cette histoire. Pour trois des quatre auteurs du manuel de 1984, Pierre George a été un enseignant, un formateur dont l’influence a été déterminante : sa rigueur intellectuelle, son approche géographique des sociétés, son intérêt pour les rapports qui les caractérisent (dont les rapports à la propriété foncière) ont fortement influencé, comme le rappelle Jean Renard, leurs choix de sujets de recherches et les méthodes appropriées que ces recherches imposaient. Cela suggère qu’il serait sans doute instructif, le recul du temps y invitant, de se plonger dans la lecture de thèses et autres ouvrages réalisés dans les dix-quinze années qui ont précédé les premières manifestations collectives de la géographie sociale en France. Je pense en particulier aux thèses d’Armand Frémont sur l’élevage en Normandie, de Guy Burgel sur Athènes, de Robert Ferras sur Barcelone, de Michel Drain sur l’Andalousie, de Roland Schwab sur les Alsaciens et leurs espaces vécus, plus tard celle d’André Vant, Roland Courtot ou Guy Jalabert, autant d’exemples d’une géographie sociale qui ne se déclare pas encore comme telle et dont les bases théoriques et épistémologiques sont plus suggérées qu’explicitées.

5Jean Renard revient sur la riche expérience que fut, dans la seconde moitié des années soixante-dix, la participation de géographes à l’Action Thématique Programmée (ATP) du CNRS mise sur pied par des chercheurs sociologues tel Henri Mendras et Georges Lautmann. L’ATP a mobilisé durant plusieurs années des équipes de recherche pluridisciplinaires (sociologues, géographes, économistes, historiens, éventuellement des ethnologues, linguistes, musicologues…) pour étudier le changement social et culturel en France, à partir de sites localisés, environ 70 au total, répartis sur toute la France et choisis de telle sorte que par leur diversité ils autorisent à construire un tableau de la France entière. Ce fut une grande expérience. Les échanges interdisciplinaires n’ont pas toujours été faciles. Les géographes ont dû se familiariser avec les concepts, les méthodes et les façons de s’exprimer des sociologues.

6Formuler et justifier les hypothèses de la recherche, définir les concepts de référence, rendre compte des méthodes utilisées : autant de pratiques encore peu fréquentes chez les géographes de l’époque. Les cartes pour en faire quoi ? Quelles enquêtes, avec quels objectifs ? Jean Renard rappelle que le canton de Saint-Fulgent en Vendée a été l’un des hauts lieux, pour la France entière et pour la communauté scientifique engagée dans l’ATP Observation du changement social, de cette sorte d’état de la France au terme des « Trente Glorieuses », un état que consignent, entre autres publications, les 23 ouvrages de la Collection OCS.

7C’est également dans ces années, et en lien avec l’ATP, que se constitue le double réseau qui va devenir le support principal, mais non unique, de l’effervescence qui a conduit à la constitution de l’expression collective de la géographie sociale. Sous l’impulsion initiale d’Armand Frémont, prend corps le réseau des géographes de la France de l’Ouest engagés en géographie sociale, réseau qui a réuni et continue de réunir des groupes de recherche des universités de Caen, Nantes, Le Mans, Angers, puis Rennes. Et ce réseau entretient dès ses origines des relations avec des géographes de Pau, Toulouse, Lyon, Grenoble, les uns et les autres partageant des orientations scientifiques fortement convergentes et ayant pour la plupart participé à l’entreprise pluridisciplinaire de l’ATP Observation du changement social.

8Ces rappels (que dans une autre occasion il faudrait compléter) invitent à prendre la mesure (avec esprit critique) des bouleversements qui se produisent à partir de la fin des années soixante dans la recherche et la pensée géographiques, plus généralement dans les sciences sociales. La formulation des problématiques et des hypothèses, les références théoriques, l’explicitation des notions et concepts, la justification des méthodes, voire des postures de recherche font désormais partie de la pratique de la recherche en géographie, du moins pour beaucoup de ceux qui se reconnaissent et se retrouvent dans la géographie sociale.

9De même serait-il instructif, me semble-t-il, de revenir, sur les circonstances et le contexte de l’émergence au début des années quatre-vingt de la géographie sociale à laquelle nombre de géographes français d’aujourd’hui se réfèrent. Les termes de géographie sociale apparaissent dans quelques textes de la fin des années soixante-dix, notamment à l’initiative d’Armand Frémont, en prolongement à la fois des travaux sur l’espace vécu et des recherches sur le changement social (par exemple, sur les ouvriers de la Société Métallurgique de Normandie à Caen). Lors des journées géographiques qui se tinrent à Dijon, la proposition de créer une commission de géographie sociale est rejetée par le Comité national de géographie ; les promoteurs de la démarche sont invités à se rattacher à la commission de géographie de la population, alors présidée par Daniel Noin. Ce refus témoigne de l’incompréhension, voire de l’hostilité des géographes qui contrôlent à ce moment les instances de la discipline, hostilité qui s’était auparavant exercée à l’encontre des « nouvelles géographies » des années soixante-dix : la géographie quantitative, la géographie de l’espace vécu, la géopolitique… Ce rappel n’est pas sans intérêt : des géographes de la géographie de la population vont s’associer aux recherches de la géographie sociale ; et Daniel Noin jouera un rôle important dans l’organisation et l’édition des actes du Colloque (fondateur) de Lyon en 1982. Par ailleurs, la publication de l’ouvrage Sens et non-sens de l’espace a été associée à la tenue d’une manifestation scientifique à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris organisée en marge du Congrès mondial de l’Union Géographique internationale à Paris, afin de marquer la rupture des tenants de la géographie sociale par rapport aux instances officielles de la géographie française. Bref, l’émergence d’un courant de la géographie se qualifiant de sociale, a, dès ses premières manifestations, suscité des réserves, des critiques, voire des hostilités, qui se comprennent mieux si l’on a en mémoire les affrontements qui ont divisé les géographes français au cours des années soixante-dix. L’arrivée au pouvoir de la Gauche en 1981, dans le contexte d’une crise économique et sociale qui dure et s’aggrave, avive, ou du moins confirme les divisions politiques entre les géographes, la géographie conservatrice perdant pour un temps ses moyens de contrôle de la discipline.

  • 3 Les extraits des déclarations orales des quatre participants à la conclusion du Colloque sont repri (...)

10Jean Renard revient3 sur ce contexte économique, social et politique de l’émergence de la géographie sociale :

  • 4 Jean Renard fait allusion à l’ouvrage Géographie sociale publié aux éditions Masson (A. Frémont, J. (...)

« Il faut, je crois, pour comprendre l’actualité de la géographie sociale pratiquée au début des années quatre-vingt, par rapport à celle d’aujourd’hui, rappeler le milieu dans lequel est né l’ouvrage de 19844. C’est d’abord le fruit d’une longue pratique antérieure et de réflexions collectives, ce n’est donc pas le fruit du hasard mais la traduction d’un état des lieux de la géographie mais aussi de la société de la fin des années soixante-dix. La société française sortait des Trente Glorieuses, d’une période où la mobilité sociale s’exerçait aisément. Les conditions matérielles des ménages s’étaient considérablement améliorées. La croissance des emplois en ville absorbait l’exode rural. Mais le tout début des années quatre-vingt marquait les premières cassures du corps social. Les groupes jusqu’alors bien structurés et bien identifiés commençaient à se lézarder. Les effets de lieu et de culture étaient bousculés par l’effet de mobilité, de manière plus prégnante qu’une quinzaine d’années auparavant. Les ruptures des unités syndicales, les pertes de repères des notions de classe expliquent l’émergence et l’effervescence de la géographie sociale, cela dans le contexte du changement politique de 1981, puis de la loi de Décentralisation. Or, la géographie classique ne se préoccupait guère de ces évolutions brutales du corps social. Elle se complaisait plutôt dans l’examen des rapports entre nature et société. »

11Depuis, en 20-25 ans, le contexte économique, social, politique, idéologique, culturel même a considérablement changé : mondialisation et globalisation ; chute du mur de Berlin et fin de la Guerre froide ; des mutations économiques qui, de l’échelle locale à l’échelle mondiale, bouleversent les rapports au travail et à l’emploi ; accentuation des inégalités et multiplication des situations de précarité et de pauvreté ; des mobilités internationales qu’alimentent des écarts de revenu qui se creusent et des contextes d’insécurité et de répression qui se multiplient ; les menaces et les psychoses du terrorisme ; la visibilité des activités illicites, drogues, trafics d’armes, spéculations en tous genres, etc. Sans doute est-ce là une vision caricaturale, qu’il conviendrait de nuancer et de relativiser. Mais il est absolument nécessaire que les nouvelles générations de géographes engagés dans la géographie aient clairement conscience qu’ils sont dans un monde, dans des sociétés en changement accéléré. Plus encore que par le passé s’impose à eux de sortir de la France de l’Ouest pour nombre d’entre eux, de l’Hexagone pour la plupart, en allant voir ailleurs, à tout le moins en inscrivant leurs recherches thématiques localisées dans des échelles de référence qui sont de plus en plus déterminantes, les régions et l’Europe certes, mais aussi les échelles mondiales. Invoquer dès les premiers pas de la géographie sociale contemporaine, les emboîtements des échelles, les relations (combinaisons, articulations) et les déterminations des échelles entre elles (ou niveaux d’échelle) doit être une préoccupation constante des recherches et des enseignements en géographie sociale. Pensons, par exemple, aux questions de l’emploi, aux mobilités internationales depuis les pays du Sud, aux questions de santé, aux dimensions spatiales des inégalités sociales, aux crises des « banlieues », au rôle des médias dans la construction des opinions, des valeurs, des modèles de vie, des comportements (à l’effet médiatique que définit Benoît Raoulx). Cette attention aux échelles géographiques est plus que jamais nécessaire. Nombre d’auteurs de communication en sont conscients. Elle devrait permettre de ne pas se cantonner à

« une géographie du proche… car ce qui se joue à l’échelle locale est bien en lien avec des processus plus globaux… entre le global et le local, entre la totalité et la partie, entre les échelles et dans l’histoire, l’oscillation est constante, cherchant à éviter le double piège de la “délocalisation” (dire le global à partir du local) et de la “surlocalisation” (dire le local à partir du global) ».
(E. Martinais, C. Morel-Journel, F. Duchêne)

12Cette pratique dialectique des échelles, et l’analyse de leurs interactions dans l’ensemble des registres des rapports à l’espace (pratiques, représentations, connaissances, actions) devraient nourrir, par exemple, les recherches sur les dimensions spatiales (géographiques) des inégalités sociales. Elles inciteraient aussi, vraisemblablement, à instaurer de façon plus systématique des démarches de comparaisons des faits sociaux et, partant, de relativisation des questions de sociétés auxquelles les géographes se trouvent confrontés. Ces élargissements des perspectives répondraient à l’obligation d’une géographie sociale ouverte sur le monde et s’inscrivant dans l’actualité : rares sont les sujets qui ne soient pas susceptible du regard de la géographie sociale – regard qui enrichit la compréhension. Procédant du même esprit « il faudrait développer une géographie sociale des espaces en crise, car c’est là que les injustices se donnent libre cours » (Nicole Mathieu et Yves Guermond), demande que formule également Armand Frémont : « Vous avez parlé des conflits, mais pas des grands drames, comme l’ont fait Yves Guermond et Nicole Mathieu. »

13Les géographes qui aujourd’hui se reconnaissent dans la géographie sociale sont sensiblement différents de ceux du début des années quatre-vingt. Ils sont plus nombreux – des postes de professeurs et de maîtres de conférences ont été créés dans les années quatre-vingt-dix pour faire face à l’envolée des effectifs étudiants. La nouvelle organisation des doctorats et les créations d’emplois d’attachés temporaires d’enseignement et de recherche ont contribué à accroître le nombre des thèses en cours puis soutenues. De plus, la géographie sociale a gagné des départements de géographie et des équipes de recherche qui n’avaient pas participé à ses premières manifestations collectives.

14Beaucoup des initiateurs du mouvement sont maintenant retraités ou proches de l’être, d’où sans doute, la tentation pour certains d’entre eux de consigner la mémoire des origines et de l’ériger en histoire. Que l’on ait demandé à quatre d’entre eux de conclure le Colloque est à cet égard significatif. La géographie sociale actuelle est donc portée par des générations non seulement plus jeunes que par le passé, mais aussi plus diverses par leurs origines académiques, leurs formations, les recherches entreprises, moins influencées aussi par les héritages de ce qu’il est convenu d’appeler l’école géographique française. La multiplicité des thèmes et des espaces étudiés, la diversité des positionnements par rapport à la discipline et par rapport aux sciences sociales, celle des conceptions que les géographes des nouvelles générations ont de leur rôle de géographes dans la société, tout cela aide à comprendre le foisonnement dont le colloque a été l’illustration.

15Dans plusieurs communications s’exprime une incertitude, des doutes, une ambiguïté. Vincent Veschambre le note dès l’introduction de l’ouvrage : la diversité des références qui complètent l’identification principale à la géographie sociale (géographie urbaine, politique, humaine…) et le constat général que la géographie est, à l’évidence, sociale, invite, explicitement ou non, « à abandonner l’épithète pour cause de pléonasme » (L. Viala). Se répètent des formulations du type « la géographie sociale (et la géographie dans son ensemble) », « la géographie (humaine) et en particulier la géographie sociale », « la géographie (sociale notamment) s’inscrit désormais dans les sciences sociales » etc. ; élargissement que suggère également Armand Frémont dans sa contribution à la conclusion du Colloque : « Pendant ces vingt années (où j’ai eu des responsabilités administratives – politiques), je n’ai jamais oublié ni la géographie ni la géographie sociale. »

16Se prévalant de la diversité des thèmes et des espaces géographiques dont la géographie sociale traite, de la complémentarité des méthodes qu’elle mobilise, de la pluralité des références théoriques qui inspirent les postures scientifiques des uns et des autres, l’heure n’est-elle pas venue d’affirmer que la géographie sociale peut, aujourd’hui, proposer une construction (une reconstruction) de l’ensemble de la géographie, en réunissant de façon cohérente l’ensemble des branches (y compris la géographie physique) et des courants qu’elle rassemble : géographie de l’environnement, analyse spatiale, géographie culturelle, géographie politique, de la même façon qu’elle a dépassé la distinction entre géographie urbaine et géographie rurale, ou qu’elle cadre dans des approches plus globales la géographie des loisirs, celles des échanges, de la santé, ou encore celle des risques, dont les objets sont autant de faits sociaux ? Cela va de soi à partir du moment où l’on s’accorde à reconnaître que la géographie, définie comme une discipline scientifique qui étudie les dimensions spatiales des sociétés, ces dimensions composant des espaces qui sont des produits sociaux, est une science sociale, que les branches et courants qui la constituent traitent tous, sous des angles différents et avec des méthodologies plus ou moins spécifiques, d’espaces socialisés, qui sont les produits, les cadres de vie, les enjeux et les références des sociétés. Cela devrait amener à multiplier les pratiques d’intradisciplinarité entre les géographes et à construire des connaissances scientifiques et des enseignements de la géographie dont les dimensions spatiales (ou géographiques – l’usage du terme cessant d’être ambigu) des faits sociaux constitueraient les objets communs. Sans aller jusqu’à renoncer à l’adjectif social (qui est chargé d’histoire au sein de la discipline, qui situe sans équivoque la géographie à laquelle on se réfère et dans lequel nombre de géographes continuent de se reconnaître une identité scientifique forte), on peut affirmer qu’il n’y a plus de domaines de la géographie étrangers à l’approche de géographie sociale – pas même la géographie physique, on le voit bien à travers les participations de géographes en géographie sociale à l’étude des risques environnementaux, à partir d’une posture « dite constructiviste, envisageant le risque non pas comme quelque chose qui existerait par essence, mais comme un construit, historiquement et socialement » (E. Martinais, C. Morel-Journel et F. Duchêne). Des groupes de recherche sont à l’œuvre sur les questions d’environnement, de développement durable.

17Nombre d’auteurs tiennent à affirmer « la posture critique » qui caractérise la géographie sociale : « géographie sociale et mode de connaissance critique, « produire une connaissance critique au sens d’Habermas », « […] la dimension critique est porteuse d’un véritable intérêt épistémologique… », « le devoir critique » du chercheur, etc. La question est reprise dans la conclusion du Colloque :

« Qu’est-ce que l’attitude critique, dans tout son contenu ? […] Pour les universitaires que nous sommes…, c’est un complexe dont il est impossible de séparer les deux termes. Il faut être à la fois engagé, sur le terrain, dans la réalité, de manière opposante, dedans, avec sympathie… Et puis en même temps, il faut avoir de la distance… » (Armand Frémont)
« Je ne suis pas sûr que l’on puisse construire une telle géographie (la géographie critique) en France… La seule que je connaisse actuellement est l’école de Los Angeles… Nous devons donc nous affirmer nous aussi, mais pas nécessairement en prenant la posture militante. Il est important de ne pas faire de confusion entre la (re)construction d’une géographie critique et une géographie militante. Il y a là un éclaircissement à opérer, ce qui n’empêche pas que l’on puisse avoir cette double posture, en tant que scientifique et citoyen. » (Jacques Chevalier)

18Pour contribuer à cet éclaircissement que Jacques Chevalier appelle de ses vœux, il conviendrait de décliner l’ensemble des registres que recouvre la posture critique qui sous-tend la géographie sociale.

19En premier lieu, s’impose de plus en plus aux géographes qui se reconnaissent dans la géographie sociale, comme d’ailleurs à tout scientifique, d’expliciter, pour eux et pour les destinataires de leurs travaux de recherche, les fondements théoriques, idéologiques et méthodologiques en « s’engageant dans une géographie sociale fondée sur une épistémologie critique » (J. Aldhuy).

20La scientificité des savoirs exige de passer au crible de la critique les méthodes de recherche mises en œuvre : la collecte et l’examen des sources, les traitements des informations, qu’elles soient de nature quantitative ou qualitative (cartographies, analyses de discours, d’images…, choix retenu pour la diffusion des résultats, etc.). Autant d’exigences critiques qui ne sont pas propres à la géographie sociale.

21Il convient aussi de revenir sur la question de l’utilité sociale de la géographie sociale. Réaffirmons tout d’abord que dans les sciences sociales, sinon pour l’ensemble des sciences, tout savoir scientifiquement construit (critique donc) a une portée sociale, dans la mesure où il informe la société sur elle-même et intervient ainsi (même très modestement) sur les références et les dynamiques des sociétés. La géographie sociale traite des dimensions spatiales des sociétés, à travers les rapports que les individus et les groupes sociaux ont avec les espaces dans lesquels ils vivent, qu’ils produisent, pratiquent et transforment, à propos desquels ils se construisent des images et des représentations, qui visent à organiser et mobiliser les informations (medias) et les enseignements qui leur sont proposés. La diffusion des savoirs de la géographie sociale est donc chargée d’enjeux, qui se rapportent à la fois à la validité scientifique des connaissances et à leur accessibilité sociale. Regrettons, au passage, que trop de recherches de grand mérite s’empoussièrent dans les armoires universitaires, sans utilité sociale, que bien d’autres n’ont pas d’autres échos que ceux des revues et collections confidentielles dans lesquelles elles paraissent, que l’effort d’accessibilité aux contenus ne s’impose que trop rarement comme une exigence élémentaire. Le choix du langage d’exposition est donc essentiel (Laurent Viala). C’est, en effet, la démocratie qui est en question, ce qu’écrit fort bien Michel Bussi :

« L’éducation “géographique” apparaît comme la condition nécessaire à l’instauration d’une réelle démocratie participative… En effet, il n’y a pas de démocratie sans citoyenneté, et il n’y a pas de citoyenneté possible sans une information plurielle. Pour être impliqué le citoyen doit être auparavant éduqué et informé… »

22Insistons ici sur l’obligation de diffuser les conclusions des recherches de géographie sociale, en visant des publics larges. Insistons aussi sur l’attention qu’il faut porter à l’enseignement de la géographie sociale et à la formation à cet enseignement des professeurs du premier et du second degré. À la différence d’autres courants de la géographie contemporaine, la géographie sociale universitaire n’a encore que peu d’écho dans les enseignements secondaires. Il est d’autant plus paradoxal que la géographie scolaire, les auteurs de manuels de l’enseignement secondaire et les spécialités de la didactique de la discipline partent de définitions des espaces géographiques comme espaces des sociétés à partir desquelles s’est développée la géographie sociale contemporaine. La volonté de construire des savoirs critiques sur le monde et les sociétés oblige aussi à travailler sur l’enseignement de ces connaissances, avec l’ambition de former des citoyens informés, critiques et responsables.

23La géographie sociale, qui développe un savoir critique (scientifiquement construit), a nécessairement, comme toutes les sciences sociales, une portée sociale. Bien souvent le chercheur met en question les sociétés, leurs organisations, leurs compositions, leurs fonctionnements… De la connaissance critique à la critique sociale, le pas est donc facile à franchir, pour les chercheurs et pour ceux qu’informent les savoirs qu’ils construisent, entre les constats avérés et les nécessités d’agir pour faire évoluer les sociétés. Mais, comme le suggère Jacques Chevalier, on sera attentif à faire sans équivoque la démarcation entre les registres du travail scientifique et ceux de l’action, qu’il s’agisse des activités militantes ou/et des fonctions d’expertise et de conseil.

24Que la géographie sociale soit critique par nature et par exigence conduit ainsi à s’interroger sur la place des chercheurs dans la société, sur l’utilité sociale et la portée de leurs recherches, sur les rapports réciproques entre sociétés, recherches et action, en somme, sur des questions aussi essentielles que l’action politique, l’information et la formation, la citoyenneté, le pouvoir, ses enjeux, ses ressorts, son exercice.

25En vingt ans, les horizons de la géographie sociale ont été grandement élargis : non seulement par la diversification des espaces et des thèmes d’étude, mais aussi par l’ouverture à des questions nouvelles ou renouvelées : l’environnement, les risques, le patrimoine et la patrimonialisation, etc. On s’intéresse aux dialectiques de l’ordre et du désordre, du visible et de l’invisible, aux relations entre égalité, justice et équité. L’étude des relations des sociétés aux espaces considère désormais les images et les représentations que les individus et les groupes sociaux ont des espaces dans lesquels ils vivent et auxquels ils se réfèrent. Ce n’est pas vraiment nouveau, mais l’intérêt porté aux rapports idéels à l’espace anime nombre de recherches ou d’intentions de recherche, « l’espace n’est plus seulement envisagé sous l’angle des usages et des pratiques mais encore à travers les représentations et la mise en mots dont il est l’objet » (T. Bulot et V. Veschambre).

26Des concepts assez peu usités jusqu’alors, ou dans leurs acceptions communes, mobilisent depuis quelques années les groupes de réflexion. Ainsi en est-il de l’appropriation. D’autres sont revisités, le territoire par exemple. Certains se refusent à en faire un concept essentiel de la géographie sociale, car il renverrait à des « rhétoriques holistes qui masquent les enjeux, les conflits qui traversent une société » (F. Ripoll et V. Veschambre). D’autres soulignent l’avantage du concept qui « permet […] une approche globalisée de la discipline […]. Tout territoire est le produit d’une relation de pouvoir… ». On s’interroge sur les rapports entre communauté, identité et territoire, ou encore sur la cohésion territoriale, l’équité territoriale, la déterritorialisation. La question des communautés retient l’attention – « un concept particulièrement riche pour interpréter de nombreux faits sociaux » ; « […] nombre de communautés actuelles, contrairement aux tribus classiques, se caractérisent par l’extrême fluidité de leur fonctionnement… » – bref « une notion heuristique, qui renvoie non seulement aux relations sociales, économiques, politiques, mais aussi aux territoires, aux identités » (V. Gouëset et O. Hoffmann).

27Il serait intéressant de répertorier les notions et concepts auxquels se réfèrent aujourd’hui les géographes en géographie sociale et les définitions explicites ou implicites qu’ils en donnent. Un tel inventaire ferait apparaître sur le long terme et dans le cours des vingt-cinq dernières années (plus ou moins le temps d’une génération de géographes), des permanences, des émergences et des obsolescences, qui seraient à mettre en rapport avec les évolutions à la fois des contextes sociaux aux différentes échelles spatiales et des environnements scientifiques et politiques de la recherche, dans les sciences sociales tout particulièrement. On repérerait des concepts et notions à fortes références géographiques (espace, lieu, territoire, limites, discontinuités, terrain…), d’autres plus couramment mobilisés par la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie (groupe social, communauté, rapports sociaux…), d’autres, nombreux, polysémiques – ce n’est pas le moindre de leur intérêt, ne serait-ce que parce qu’ils invitent à la pluridisciplinarité – et qui s’accompagnent souvent d’un adjectif pour en préciser le champ de référence : la distance, la frontière, la proximité, l’accessibilité, ou encore l’appropriation, le capital, le patrimoine, l’inégalité, l’équité, la précarité, la pauvreté, etc.

28Le temps est peut-être venu de composer, collectivement, un dictionnaire des mots de la géographie sociale. Cela aurait le mérite de consigner les convergences et les divergences (sur les concepts de territoire, de communauté, de capital spatial, par exemple) et ainsi de clarifier et ordonner les débats. Un tel dictionnaire pourrait être complémentaire des dictionnaires existants (auxquels les uns et les autres font fréquemment référence), tout en s’en démarquant. Un tel exercice contribuerait vraisemblablement à éclairer et relativiser les controverses, à les rendre plus compréhensives et constructives. Pour exprimer les désaccords, on se garderait peut-être des mots qui, portant des jugements de valeur, excluent et polluent les débats. Le spatialisme ne serait plus considéré comme une dérive, la réification de l’espace comme un piège. Les convergences et les complémentarités seraient plus volontiers reconnues et explorées. Ayons la volonté de « décloisonner et de transcender les écoles géographiques traditionnelles (politiques, sociales, modélisantes, aménagibilité…) »… (M. Bussi), plus largement de mobiliser, en les adaptant, les ressources des autres orientations de la géographie et des autres disciplines des sciences sociales. N’enfermons pas la géographie sociale dans des prêts à penser excluant des postures scientifiques qui ont leur légitimité et dont les apports peuvent être mobilisés selon des perspectives de géographie sociale.

29Les interrogations sur les notions et concepts utilisés en géographie sociale renvoient aux débats théoriques concernant la géographie sociale. Susciter de tels débats était l’ambition du Colloque. Son intitulé sous le titre Penser et faire la géographie sociale, est un appel à revisiter, à remettre en discussion les fondements, les orientations et les méthodes de la géographie sociale. Ont effectivement surgi ou ressurgi des questionnements qui sont au cœur de la géographie sociale, et pour nombre d’entre eux, des sciences sociales. Certains sont récurrents. On continue assez volontiers d’opposer les méthodes (au sens large) quantitatives, largement expérimentées dans les années quatre-vingt, à travers les traitements statistiques plus ou moins sophistiqués et la cartographie devenue informatisée de faits sociaux susceptibles d’être chiffrés, et les méthodes qualitatives qui recourent à l’enquête et à l’entretien, à l’analyse du discours, des images, des traces, des dénominations et des codes, et mobilisent des techniques d’interprétation qui leur sont plus ou moins spécifiques. Le débat n’est il pas dépassé ? Les deux méthodes (au sens de démarche scientifique pour connaître la réalité, concrètement les dimensions spatiales des faits sociaux) ne sont-elles pas complémentaires, nécessairement ? Sans enquête, pas de droit à la parole écrivait Bernard Kayser dans les années quatre-vingt. Et, de même, sans dénombrements, sans mesure, sans cartes, pas de droit à la parole ? L’approche quantitative, que les atlas sociaux de la fin des années quatre-vingt et du début des années quatre-vingt-dix ont illustrée, est un préalable incontournable à nombre de recherches (par exemple sur les inégalités, les ségrégations, les pratiques de tels ou tels espaces) : elle permet de prendre la mesure de différences et d’évolutions, de les localiser, d’avancer des hypothèses d’interprétation et de suggérer des pistes pour des recherches qualitatives qui contribueront à la compréhension de tels ou tels faits de société.

30La géographie sociale d’aujourd’hui prend en compte la diversité et la complexité des rapports des hommes à l’espace. Sans cesser de s’intéresser aux configurations matérielles des espaces (repérées, identifiables par des relevés et par la cartographie), les pratiques spatiales (ce n’est pas nouveau), les perceptions, les images et les représentations des espaces, les symboles et les imaginaires, la quête du sens qu’à travers les relations matérielles et idéelles les individus et les groupes attribuent aux espaces inspirent nombre de projets de recherche, par exemple ceux qui se rapportent à l’appropriation, à la patrimonialisation, aux communautés ou encore aux risques et à l’environnement. De tels projets supposent des méthodes adéquates, entretiens prolongés et répétés, observation participante, analyses de discours et d’images (dont ceux des médias), etc., ce qui oblige, semble-t-il, à élargir le champ des compétences pluridisciplinaires, par exemple vers la sémiotique, la sociolinguistique, la psychologie sociale voire la psychologie tout court. Cela contribue sans doute à orienter plus que par le passé la recherche en géographie sociale vers les groupes restreints, les espaces réduits, voire les individus.

« Le local s’avère en général le niveau le plus pertinent… Nous privilégions donc une géographie du proche, qui repose sur la conviction que l’on ne peut saisir la logique du monde social qu’à la condition de s’immerger dans la particularité d’une réalité empirique, localisée et historiquement datée. » (E. Martinais, C. Morel-Journel et F. Duchêne)

31Est posée la question d’une géographie attentive à l’individu :

« Comment l’individu se construit en s’insérant dans un ou des groupes sociaux et dans son identité collective ? Sa gestion des rapports aux autres produit-elle du territoire ? Et qu’est-ce donc que ce territoire pour l’individu ? » (Raymonde Séchet)

32ou encore :

« S’il est un aspect qui est particulièrement révélateur d’une évolution de la géographie sociale, c’est bien l’irruption de l’individu. Encore récemment assimilée à l’étude des classes, des groupes, du collectif, elle n’a plus peur aujourd’hui de l’individu, et peut même en faire son objet… » (Vincent Veschambre)

33Hannah Arendt n’a-t-elle pas écrit que « ce sont les hommes, et non pas l’Homme, qui vivent sur terre et habitent le monde » ? La question est à la fois classique dans les sciences sociales et révélatrices des clivages théoriques et idéologiques qui les traversent. Il serait vraisemblablement fécond que les géographes engagés dans la géographie sociale développent leur réflexion sur cette articulation de l’individu et du (des) collectif(s), à la fois sur les plans théoriques et méthodologiques. En mobilisant les recherches de terrain qu’ils ont accumulées au cours des dernières décennies, peut-être leur est-il, plus que pour d’autres, possible de dépasser la (l’apparente) contradiction ?

34La question des rapports individu/groupe (et celle d’une géographie des individus, alors que la géographie sociale a généralement été conçue et pratiquée comme une géographie des faits et des groupes sociaux) est à rapprocher d’autres débats qui s’expriment dans les interventions des uns et des autres. L’alternative individu/collectif renvoie plus au moins directement à d’autres positionnements : le particulier/le général, le local/le global, l’idéel/le matériel, le symbolique/l’économique, le qualitatif/le quantitatif…

35Définir la géographie sociale comme ne pouvant être « qu’une géographie de l’action et des acteurs » (R. Séchet) invite à reprendre ces débats, en même temps que cela renvoie à des questions essentielles (existentielles) sur la production et la gestion des espaces, sur les pouvoirs, leurs répartitions, leurs fondements et leurs exercices, sur les inégalités et leurs reproductions, sur la démocratie.

36Le Colloque a certainement répondu aux attentes de ses promoteurs : s’interroger sur la géographie sociale aujourd’hui, dans la société et dans l’action ; en affermir les bases théoriques par un travail critique de réflexion épistémologique ; en affirmer l’identité dans la géographie et par rapport aux autres sciences sociales.

37Il sera vraisemblablement considéré pour les générations à venir de géographes et de chercheurs en science sociale, comme un moment de référence. La somme que constituent les contributions réunies est riche du nombre et de la diversité des interventions. Le foisonnement est non seulement celui des thèmes et des espaces étudiés, mais aussi celui des concepts, des positionnements théoriques et des méthodes qui inspirèrent les pratiques de recherche. Les regards de géographie sociale embrassent des champs qui ne cessent de se diversifier et de s’élargir. Ce bouillonnement peut être interprété comme un renouveau, la confirmation d’une passation de générations ou comme l’arrivée à maturité de la géographie sociale.

38Il faudra lire et relire ce premier volume des actes du Colloque, le diffuser, le donner à lire. Bien des points de vue sont à discuter, en s’en donnant le temps, avec la volonté d’expliciter les points de rencontres et les divergences. Resserrer tels ou tels concepts, pour les rendre scientifiquement opératoires. Explorer les contradictions. Continuer à s’interroger sur le statut de l’espace. « Penser l’espace comme dimension des sociétés » s’impose aujourd’hui aux uns et aux autres. Cela n’exclut pas de s’interroger sur l’espace comme capital, sur l’espace comme langage (au même titre que les mots et leurs combinaisons), sur l’espace qui « en tant que mémoire des relations humaines est une fonction agissante du social » (E. Martinais, C. Morel-Journel et F. Duchêne, citant Franck Auriac). Ou encore considérer que l’espace, différant en cela de l’économie, ou de la culture par exemple, est, avec le temps, l’une des dimensions existentielles de la vie des individus et des sociétés, que les rapports sociaux s’impriment dans l’espace et le temps, qu’ils se concrétisent à la fois en dimensions spatiales (géographiques) et en dimensions temporelles (historiques).

39Ces quelques propositions invitent à « revisiter » le Colloque, en se donnant l’objectif d’aller vers plus de cohérence (sans passer sous silence ou réduire des différences, qui pourraient être incompatibles) - ce qu’ont souhaité les intervenants dans la conclusion du Colloque.

40Jacques Chevalier tente de faire un bilan autour de trois termes : territorialité, métropolité, naturalité :

« En terme de territorialité, il n’y a pas de problème, on est dedans jusqu’au cou, je dirais même au-delà et ça se prolonge. On se demande même ce que l’on peut encore dire sur l’idée de territoire/territorialité/territorialisation. Il y a quelques précautions à prendre d’ailleurs sur cette question. Il ne faut pas l’abandonner, mais qu’en fait-on dans notre discours de géographes ?
En terme de métropolité, il y a des avancées, mais encore sans doute des points à éclaircir : il est nécessaire d’introduire un grand récit comme la mondialisation, la délocalisation. Je n’ai pas suffisamment entendu ces mots-là.
En terme de matérialité, je suis frustré, notamment à travers l’un des éléments de cette matérialité qu’est la naturalité. La géographie sociale est absente de ce thème alors qu’il s’agit là d’un des enjeux importants de nos sociétés, dans le croisement de nos univers sociaux et de nos univers écologiques. »

41Armand Frémont a été frappé par :

« le souci de théorisation plus fort qu’auparavant, avec une forte incursion de la philosophie dans vos propos, ce qui était beaucoup moins le cas car nous avions une manière de faire plus abrupte. On trouve dans votre vocabulaire, vos actions, une philosophie et notamment une philosophie actuelle, un peu mode ; et là j’ai tendance à ouvrir mon esprit critique. Je trouve cela très bien d’avoir cette ouverture, mais la dispersion, l’éparpillement des champs et aussi une théorisation qui évite le global pour des saute-mouton un peu partout m’inquiète. Il est important d’investir vers la structuration ».

42Le Colloque de géographie sociale de Rennes confirme, par sa richesse et sa diversité, que les géographes engagés en géographie sociale disposent des ressources d’ouverture, de structuration et de cohérence qui leur permettront de répondre à ces attentes.

Notes

1 [herin@mrsh.unicaen.fr].

2 Dans la suite du texte, ce colloque sera désigné comme « le Colloque ».

3 Les extraits des déclarations orales des quatre participants à la conclusion du Colloque sont repris en italiques pour bien marquer leur caractère spontané.

4 Jean Renard fait allusion à l’ouvrage Géographie sociale publié aux éditions Masson (A. Frémont, J. Chevalier, R. Hérin, J. Renard).

Auteur

Professeur émérite de géographie
CRESO, UMR 6590 ESO
Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540