Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Troisieme partie. La mémoire des princes dans la ville

Deuil dynastique et topographie urbaine dans la Rome antonine. I. Un mausolée dynastique

François Chausson

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’appuie sur la matière de deux communications, Les lieux de culte des Diuae Faustinae, (...)

1Cette étude est la présentation succincte de premières conclusions de travaux en cours sur le tombeau d’Hadrien et sur le culte des Diuae au iie siècle1. On s’attachera plus particulièrement ici à inventorier, selon un angle diachronique et narratif, les divers monuments dont la fonction fut d’honorer, dans la ville de Rome, la dynastie antonine à travers ses membres défunts.

2Trois principaux secteurs urbains furent privilégiés dans cette célébration urbaine du deuil antonin : le tombeau dynastique (appelé le plus souvent mausolée d’Hadrien par les modernes, actuel château Saint-Ange), la zone centrale du Champ de Mars, et une aire élargie comprenant les parages de la Vélia et du Palatin. Sans méconnaître le rôle joué par d’autres quartiers de l’Vrbs, l’attention se concentrera sur ces trois secteurs ainsi que sur un certain nombre de pratiques dont ils furent le théâtre. Mais le propos sera allusif : en raison des dimensions imparties à cette étude, les aspects juridico-institutionnels et rituels seront laissés de côté ; il s’agira bien plutôt d’histoire dynastique, de chronologie impériale et de topographie de la Ville de Rome.

3Il n’est pas inutile d’esquisser une définition préliminaire de ce que l’on entend par « deuil princier» et ses modes de célébration dans la Ville. De même il convient de présenter la dynastie antonine, en dressant une liste des personnes susceptibles d’avoir fait l’objet d’un deuil collectif.

Le deuil princier dans la Ville

  • 2 Sur le rituel des funérailles aristocratiques, voir en général H. I. Flower, Ancestor Masks and Ar (...)
  • 3 Sur ces pratiques, voir la synthèse de G. Wesch-Klein, Funus publicum. Eine Studie zur öffentliche (...)

4Le deuil princier, sous le Haut-Empire, repose sur une très ancienne tradition : déjà à l’époque républicaine, la mort des Grands s’entourait d’une pompe et d’un éclat qui en assuraient la publicité2 ; dans des circonstances exceptionnelles, l’État s’engageait, financièrement parfois mais surtout honorifiquement, en accordant à un personnage (qui, le plus souvent, avait revêtu les plus hautes magistratures) un « deuil public» (ou funus publicum)3. Des funérailles d’illustres défunts pouvaient susciter des émotions publiques variées et une intervention de la foule : le cortège funèbre de Pompeius Strabo, père du Grand Pompée, fut intercepté et malmené par la populace en fureur ; en 54, la foule détourna les funérailles de Julie, fille de César et épouse de Pompée, et la jeune femme fut ensevelie dans un tombeau des Iulii sur le Champ de Mars plutôt que sur une propriété de Pompée près d’Albe ; des manifestations collectives d’indignation et de douleur entraînèrent l’improvisation des funérailles de l’assassiné Clodius dont la Curie fut le bûcher funéraire ; quant aux funérailles de César, par le rôle déterminant qu’y joua Antoine, elles sont le parangon de la scène funéraire de grand genre, paradigme du deuil public spontané (et savamment orchestré) ainsi que de la participation affective d’une foule en deuil à un rituel qu’elle accompagne et détourne. Pareilles scènes sont riches d’implications politiques.

5Le Principat d’Auguste vit une mise en place, progressive et fondatrice, d’un rituel de deuil dynastique. Les coups du destin qui frappèrent la parentèle d’Auguste permirent, de la part du princeps, une codification du deuil d’une famille dont le rôle émergeait peu à peu, à travers des pratiques créatrices, étrange mélange de traditions patriciennes et de nouveauté politique, pour ne pas dire d’improvisations successives. Auguste fit bâtir un mausolée qui accueillit les défunts de sa famille ; des honneurs funèbres furent décrétés pour certains d’entre eux ; le nom de ces défunts fut parfois inscrit dans le calendrier et des célébrations annuelles perpétuaient leur mémoire. Le site de leur crémation demeurait marqué et entretenu comme tel. Des lieux publics pouvaient accueillir des statues de ces défunts, ainsi que leurs portraits. La mémoire de la dynastie s’inscrivait dans le paysage urbain, dans l’ornement comme dans la toponymie de la Ville. Des temples allaient croître, et un culte finit par s’organiser pragmatiquement et progressivement sous les princes ultérieurs.

  • 4 Sur les funérailles impériales, on consultera commodément la synthèse de J. Arce, Funus Imperatoru (...)

6La mort d’un membre de la famille impériale, qu’il régnât ou non, était toujours un événement : il faut imaginer que, dans bien des cas, de tels décès s’accompagnaient de manifestations de douleur collective, de processions réglées par la dynastie et d’attroupements spontanés (non loin du lieu de décès, sur le parcours du cortège ramenant dans l’Vrbs le corps du défunt s’il était mort ailleurs, le long de la procession funèbre et dans la proximité du bûcher)4. Il est incontestable que, par l’instauration d’un rituel et d’une étiquette, de telles dévotions furent canalisées par le pouvoir, mais le souvenir de princes défunts pouvait être extrêmement durable dans la mémoire collective, ainsi qu’en témoignent les calendriers tardifs mentionnant encore leur dies natalis ou les médaillons contorniates qui, au ive siècle, réactivaient la figure exemplaire de princes du temps jadis. Les temples, les statues subsistaient et la Ville devenait l’écrin conservatoire de la mémoire dynastique.

Portrait d’une dynastie

  • 5 Pour un stemma général des Antonins présentant l’ordre de succession des princes, voir le tableau (...)
  • 6 Ces liens multiples entre nombreuses familles ont déjà été détectés par R. Syme, Tacitus, Oxford, (...)
  • 7 Désormais abrégée HA.
  • 8 Divers éléments dans F. Chausson, « Un portrait de groupe avec dame : autour de Cornelia Praetexta (...)

7Parler de dynastie à propos des Antonins se fait avec une apparente facilité ; encore faut-il justifier la pertinence du mot. En effet, la dynastie antonine5 n’est pas à proprement parler une famille, mais un groupe de familles étroitement liées entre elles6. À l’exception de Commode, aucun prince n’est le fils biologique de son prédécesseur, mais le recours quasi systématique à l’adoption vient se surimposer à un réseau très étendu de parentés antérieures et brouiller notre connaissance des mécanismes subtils qui, précisément, menèrent à ces adoptions. L’historiographie antique relative au iie siècle est très lacunaire : le continuateur de Suétone, Marius Maximus, auteur de douze nouvelles Vies de Césars de Nerva à Antonin Héliogabale, a été perdu ; son adaptateur en grec, Dion Cassius, n’est connu qu’à travers un abréviateur byzantin qui a élagué son propos de la plupart des notices généalogiques ; un filon d’abréviateurs latins des années 360-400 (Aurélius Victor, Eutrope, l’Epitome de Caesaribus), dérivé d’un résumé de Marius Maximus, ne fournit que des lambeaux ; quant à l’Histoire Auguste7, notre principal relais de la tradition inaugurée par Marius Maximus, elle est modelée par l’idéologie théodosienne qui veut qu’à l’instar de Trajan nommé par Nerva, l’Espagnol Théodose, élevé à l’Empire par Gratien, soit le fondateur d’une nouvelle lignée antonine. Fidèle à l’idéologie déployée par les panégyriques contemporains, l’HA tronque les arbres généalogiques des Antonins afin de réduire leurs parentés biologiques et en présente une succession impériale où domine presqu’exclusivement l’adoption, le choix du meilleur qui n’est qu’une fiction d’époque théodosienne8.

  • 9 La censure de 73-74 récompensa nombre de ces alliés ; Trajan père fut adlecté parmi les patriciens (...)

8De fait, l’adoption venait resserrer des liens, mais elle consistait en un choix parmi de nombreux candidats possibles. Certes, l’adoption fut l’acte fondateur de la dynastie, puisque Nerva, non sans y être contraint, adopta un Trajan qui, dans l’état de nos connaissances, ne lui était rien par le sang ; mais on n’oubliera pas que l’adoption de Trajan se fit bien que Nerva eût des parents ; enfin il serait étonnant que Nerva n’eût jamais eu d’épouse : peut-être fut-il marié avec une femme morte longtemps avant l’avènement mais l’existence de celle-ci, aisée à postuler malgré les lacunes de la documentation, pourrait éclairer de façon capitale quelques-unes des tractations survenues dans l’ordre sénatorial lors des années 96-98. L’adoption de Trajan fut le couronnement d’un réseau sénatorial, solidement implanté en Bétique, en Narbonnaise et – plus souvent qu’on ne le dit – en Italie et à Rome même, réseau de familles dont bien des membres avaient pris parti pour Vespasien lors de la crise de 69 et s’en étaient vu récompenser par le Réatin9.

  • 10 L’HA (I, 2), l’Epitome de Caesaribus (XIV, 1) disent que le père d’Hadrien était consobrinus de Tr (...)
  • 11 F. Chausson, « Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus », F. Chausson & E.Wolff (éd.), C (...)
  • 12 F. Chausson, « Transmissions de patrimoines dans la famille maternelle d’Antonin le Pieux », commu (...)
  • 13 Sur cette reconstitution, voir G. Di Vita-Évrard, « Des Calvisii Rusones à Licinius Sura », MEFRA, (...)
  • 14 Marc Aurèle était un authentique descendant du Grand Pompée et surtout des Calpurnii Pisones (cf. (...)
  • 15 Didius Julianus n’eut pas de chance, sans quoi il eût pu assurer la pérennité de la dynastie anton (...)

9Hadrien était le fils d’un cousin germain de Trajan10 et avait épousé une petite-nièce de Trajan, ce dernier ayant été par ailleurs son tuteur à la mort de son père (fig. 1). Il n’est pas exclu que, avant même son adoption par Hadrien, Ælius César (né L. Ceionius Commodus) pût être apparenté par sa mère (sans doute une « Fabia Barbara») à Hadrien, ce qui pourrait avoir pesé dans sa désignation (fig. 2). Par son mariage avec une descendante des Plautii Siluani et des Ælii Lamiae, Ælius César était lié à un réseau d’alliances englobant à la fois Domitia Longina veuve de Domitien, Antonin et la grand-mère paternelle de Marc Aurèle11 (fig. 3 et 4). Le Nîmois Antonin était, par sa grand-mère maternelle (Plotia Isaurica), susceptible d’être apparenté à la Nîmoise Plotine épouse de Trajan12 (fig. 5). Au temps du Césarat d’Ælius César la fille cadette d’Antonin, la future Faustine II, avait été fiancée au fils d’Ælius César, le futur Lucius Vérus. Seize ans auparavant, vers 119, le beau-frère d’Antonin, M. Annius Verus, était devenu l’époux d’une demi-sœur d’Hadrien (fig. 4). Marc Aurèle naquit de cette demi-sœur d’Hadrien13, et fut fiancé à une fille d’Ælius César (au temps du Césarat de celui-ci) avant d’épouser la fille d’Antonin14. Commode était fils de Marc Aurèle et petit-fils d’Antonin. Dans l’ordre sénatorial, on ne compte plus les alliances répétées qui, au long des années 60-180, lièrent entre elles des familles apparentées avec les princes antonins. Au-delà, Didius Julianus était apparenté avec Marc Aurèle (avec qui il partageait un bisaïeul), ce qui suscita ses prétentions à la pourpre ainsi que celles de son possible proche parent Clodius Albinus15. Enfin, devant imposer sa légitimité face à d’authentiques parents de la dynastie antonine, Septime Sévère revendiqua une filiation antonine en se faisant frère de Commode et fils de Marc, après avoir un temps repris le cognomen de Pertinax.

Fig. 1. – La parenté entre Trajan et Hadrien.

Fig. 1. – La parenté entre Trajan et Hadrien.

Fig. 2. – Liens entre Ceionii, Vettuleni, Fabii Barbari, Dasumii et Ælii Hadriani.

Fig. 2. – Liens entre Ceionii, Vettuleni, Fabii Barbari, Dasumii et Ælii Hadriani.

Fig. 3. – Liens entre la famille antonine, les Plautii Ælii Lamiae Siluani, les Fundanii et Domitia Longina.

Fig. 3. – Liens entre la famille antonine, les Plautii Ælii Lamiae Siluani, les Fundanii et Domitia Longina.

Fig. 4. – Liens entre les Plautii Ælii Lamiae Siluani, Domitia Longina et la famille antonine.

Fig. 4. – Liens entre les Plautii Ælii Lamiae Siluani, Domitia Longina et la famille antonine.

Fig. 5. – Liens de parenté entre Hadrien, Marc Aurèle, Plotine et Antonin le Pieux.

Fig. 5. – Liens de parenté entre Hadrien, Marc Aurèle, Plotine et Antonin le Pieux.
  • 16 Il n’est que de penser à la magnifique description racontée par Galien d’une visite de Vitrasia Fa (...)

10L’écheveau de la parenté antonine est donc bien plus complexe que celui liant entre eux les princes sévériens ou même les Julio-Claudiens. On parle, par commodité de langage, de « dynastie», entendant par là ceux qui régnèrent et leurs proches parents (c’est-à-dire, le plus souvent, les parents qui jouèrent un rôle de chaînon manquant ou de courroie de transmission du pouvoir entre deux princes). En fait, la vision ainsi retenue de la parentèle antonine est aussi réductrice que le serait celle, dans la lumière rasante du couchant, d’un massif montagneux dont seraient éclairées seulement la crête et les arêtes des pentes déjà plongées dans l’obscurité. Si l’image publique de la dynastie (domus diuina) résultait d’une sélection, on n’omettra pas que d’autres membres de la famille purent être fort bien en cour, voire faire l’objet de mesures publiques à leur mort sans pour autant être divinisés. C’étaient des gens que l’on connaissait16, qui disposaient de résidences à Rome ou en Italie et d’un patrimoine entretenant des liens subtils avec le patrimoine privé des empereurs. Des hommages sur pierre à Rome et dans l’Empire témoignent assez de la popularité de ces parents de la dynastie ainsi que de la revendication de ce statut de consanguins ou alliés. Il convient donc, dans l’approche du deuil dynastique, de ne pas perdre de vue cette masse de parents susceptibles d’être honorés à leur mort, voire d’être inclus dans le mausolée de la famille impériale, même s’ils ne furent pas divinisés. Si l’empereur, par ses palais et résidences, par ses apparitions lors de cérémonies publiques et de fêtes, était particulièrement visible, un grand nombre de ses parents ne l’étaient pas moins aux yeux de la foule qui tenait sans doute à apercevoir le frère, la sœur, le cousin ou la cousine du prince lors de leur passage dans la rue ou dans une circonstance officielle.

Diui et Diuae d’époque antonine : une liste approximative

11La liste des princes ou princesses d’époque antonine qui furent divinisés est beaucoup plus rapidement dressée que celle des parents de la famille impériale, et elle est révélatrice des choix opérés par la dynastie, avec l’assentiment du Sénat (qui était l’organe décisionnel accordant la divinisation). Trajan fit diviniser son prédécesseur et père adoptif Nerva ; puis il fit diviniser son père naturel M. Vlpius Traianus ainsi devenu le Diuus Traianus pater. Il fit pareillement diviniser sa sœur Marciane à qui il avait accordé le titre d’Augusta.

  • 17 On renverra à H. Temporini, Die Frauen am Hofe Trajans. Ein Beitrag zur Stellung der Augustae im P (...)
  • 18 En cela Hadrien s’en tenait à la pratique julio-claudienne voulant que ceux qui partageaient les p (...)

12En accord avec le Sénat, Hadrien fit diviniser son père adoptif Trajan, puis sa belle-mère Matidie (nièce de Trajan, fille de Marciane, devenue elle-même Augusta à la mort de sa mère, et mère de Sabine épouse d’Hadrien17). Il fit aussi diviniser sa mère adoptive Plotine, veuve de Trajan. Il fit octroyer la divinisation à son épouse Sabine morte à la fin de son règne ; en revanche, son fils adoptif et successeur désigné Ælius César, mort avant lui, ne fut pas divinisé18.

13Hadrien fut à son tour divinisé sous le règne de son fils adoptif Antonin. L’épouse d’Antonin, Faustine l’Aînée, morte au cours de la troisième année du règne de son mari, fut elle aussi divinisée.

  • 19 Sur ce point, voir E. Van’t Dack, « Commode et ses épithètes Pius Felix sous les Sévères », G. Bon (...)

14Sous le règne de Marc Aurèle et Lucius Vérus, le Sénat divinisa en 161 leur père adoptif Antonin. Lucius Vérus fut divinisé à sa mort en 169, puis ce fut le tour de Faustine la Jeune, fille d’Antonin et épouse de Marc, morte lors de l’hiver 175-176. Marc fut divinisé en 180. Enfin, Commode, après avoir été un temps écarté du nombre des Diui, fut réhabilité et divinisé par un Sénat poussé par Septime Sévère19.

15On dressera ainsi, pour l’époque antonine, une liste assurée de treize personnes qui devinrent Diui ou Diuae peu après leur mort, auxquelles on adjoindra Trajan père qui fut divinisé longtemps après sa mort sans doute survenue avant l’avènement de son fils. À l’exception dudit Trajan père, tous passèrent du statut d’Augustus ou Augusta à celui de Diuus ou Diua.

  • 20 Une relecture de l’histoire de la dynastie antonine mérite toutefois d’être faite, qui viserait pa (...)

16Lucilla, fille de Marc et veuve de Lucius Vérus, qui avait été autorisée à garder son titre d’Augusta après son remariage avec un privé, le général antiochien Ti. Claudius Pompeianus, fut exilée par Commode à la suite d’un complot, puis éliminée ; Bruttia Crispina, qui reçut le titre d’Augusta lors de son mariage avec Commode en 178, fut pareillement exilée puis supprimée : pour ces évidentes raisons politiques, elles furent les seules Augustae de la famille antonine à ne pas être divinisées. L’histoire dynastique des Antonins ne fut excessivement agitée ou même sanglante que sous Commode20 et le Sénat semble avoir accordé presque « automatiquement» la divinisation à tout titulaire du titre d’Augustus ou d’Augusta.

  • 21 HA, Ant. Pius, V, 2 : Patri et matri atque auis et fratribus iam mortuis statuas decretas libenter (...)
  • 22 Fasti Ostienses, année 152 (fragment Qa, p. 50, ligne 10) : [– – –]r M. Aureli Caes(aris), excessi(...)
  • 23 Les numéros insérés entre crochets droits dans le corps du texte se rapportent à des documents pla (...)
  • 24 L. Robert, « Le dieu Fulvus à Thessalonique », Hellenica, 2, 1946, p. 37-42.
  • 25 A. Salinas, Not. Sc., 1905, p. 219 (avec fac-similé) (ILS, 8911) : T(ito) Fuluio Aurelio | Antonin (...)
  • 26 survivant (le uopiscus) un surcroît d’existence qui a quasiment la valeur d’un échange de destinée (...)

17Cela ne signifie pas que seules ces personnes reçurent des honneurs publics après leur mort. On a vu que Trajan avait eu le souci de faire placer parmi les Diui son père naturel. Antonin permit au Sénat d’honorer par des statues son père, sa mère, ses aïeux ainsi que ses frères déjà morts au moment de l’avènement21. De même, comme on le verra, il fit, alors qu’il était déjà empereur, transférer dans le tombeau fondé par Hadrien les restes de ses enfants morts avant l’avènement, ce qui, à n’en pas douter, fut l’occasion d’une cérémonie familiale et assurément dynastique. En 152, les Fastes d’Ostie mentionnent un décès survenu dans la famille du César Marc Aurèle gendre et fils adoptif de l’empereur : il s’agit sans doute de la sœur de Marc (ou peut-être encore de sa mère)22, mais que ce décès soit mentionné dans les Fastes officiels d’une cité aussi importante et étroitement liée à Rome qu’Ostie permet de supposer avec quelque sûreté qu’il y eut un deuil officiel, à défaut d’une divinisation. Pareillement, il est très probable que, déjà sous Antonin, la mort en bas âge de quelques-uns des enfants du César Marc et de l’Augusta Faustine (et petits-enfants de l’empereur) fit aussi l’objet d’un deuil officiel. Ce fut du moins le cas lors du règne de Marc Aurèle ; de 166 à 169, on vécut une sorte de tétrarchie avant la lettre, puisqu’aux Augusti adultes Marc et Vérus furent associés en qualité de Caesares les deux fils survivants de Marc, Commode (né en 161) et M. Annius Verus (né en 162) ; mais l’année 169 vit tout d’abord la mort de Lucius Vérus, puis celle de M. Annius Verus qui, elle, fut suivie d’une très brève période de deuil mais point d’une divinisation [31]23. Il n’est pas exclu que la proclamation d’un deuil dans la famille impériale pût entraîner, en certains points de l’Empire, des initiatives locales. C’est sans doute ainsi qu’il faut interpréter la série de dix-huit dédicaces à un Diuus Fuluus retrouvée à Thessalonique, datée entre 219 et 269, honorant un Qeo ;ı Fouvlboı appelé parfois Qeo ;ı Aujrhvlioı Fouvlboı et due à des jeunes gens revêtant cette prêtrise l’année où ils étaient éphébarques24. Comme l’a montré L. Robert, ce Diuus Aurelius Fuluus n’est en aucun cas Antonin le Pieux (T. Aurelius Fuluus Boionius Antoninus), mais, plutôt que son fils (M. Aurelius Fuluus Antoninus), il est sans doute son petit-fils (T. Aurelius Fuluus Antoninus), né de Marc Aurèle et de Faustine, le jumeau de Commode (dont la naissance avait été fêtée par un monnayage dédié à Faustine portant la légende Saeculi Felicitas), mort vers 165, honoré de son vivant, tout petit, par une dédicace retrouvée à Lilybée25. Il n’est pas douteux que la nouvelle d’un deuil impérial ait pu, çà et là, susciter des appellations « inofficielles» (s’il est permis de risquer ce germanisme) dans telle ou telle cité (surtout en contrée hellénophone) et des hommages posthumes fort proches de ceux décernés aux personnes officiellement divinisées : de tels hommages purent se perpétuer (comme en témoignent les dédicaces de Thessalonique toutes faites en l’honneur du Diuus Aurelius Fuluus cinquante à cent ans après sa mort, ce qui est remarquable pour un enfant mort à quatre ans sans avoir joué de rôle politico-dynastique26).

  • 27 La période envisagée couvre plus d’un siècle et les acteurs de ces pratiques se renouvellent sans (...)

18Dès lors, le corpus documentaire (ou plutôt humain27) de la présente étude est fixé ; on y verra converger, comme autant de lignes sinueuses, trois listes susceptibles de se recouper partiellement mais qui ne se superposent pas :

  • la liste des Diui et Diuae ;
  • la liste des personnes déposées après leur mort dans le tombeau d’Hadrien ;
  • la liste des membres de la famille impériale qui, à leur mort, reçurent des hommages officiels.

19L’insertion d’une personne dans l’une ou l’autre de ces listes est révélatrice de pratiques dynastiques que l’on rencontrera sans les analyser de manière approfondie ; mais, en envisageant divers secteurs de la ville de Rome qui furent le théâtre du deuil dynastique à l’époque antonine, on aura du moins contribué à préciser quelques-uns des usages qui présidèrent à l’établissement de ces rituels dans le décor urbain. Si l’on donne à l’adjectif « dynastique» une valeur politique, alors, assurément, certains de ces deuils apparaîtront, au prime abord, plus strictement familiaux que dynastiques (les défunts, en particulier femmes ou enfants en bas âge, ne jouant pas de rôle politique majeur), mais, puisque ces deuils furent accompagnés de cérémonies et de mesures précises, ils acquerraient une valeur politique (ou dynastique) en ceci qu’ils contribuaient à renforcer l’image d’une famille impériale unie dans une douleur offerte à la foule spectatrice. Même privé et strictement lié à l’accomplissement de pratiques familiales, le deuil familial, touchant un membre de la dynastie impériale, s’insérait dans l’image publique de la domus diuina.

***

  • 28 Pour une présentation succincte mais abondamment illustrée de cet argument, voir P. E. J. Davies, (...)

20Il convient de présenter tout d’abord les pratiques de déposition des défunts de la famille antonine dans le tombeau fondé par Hadrien. Ce prince, aussi philhellène que profondément attaché aux antiques traditions romaines, s’inspira, pour cette réalisation, du mausolée familial construit par Auguste et qui avait fonctionné comme lieu privilégié de sépulture impériale pendant tout le ier siècle. Ce modèle était lui-même tributaire d’une tradition architecturale et politique sur laquelle on reviendra rapidement28.

D’Auguste à Trajan : remarques sur l’ensevelissement des membres de la famille impériale

Les Julio-Claudiens

  • 29 Sur la tradition héroïsante des tombes à tumulus, voir P. Gros, Architecture romaine, 2, Paris, 20 (...)
  • 30 Voire, en ses zones extrêmes, certaines tombes gentilices appartenant à d’illustres familles ; le (...)
  • 31 F. Coarelli, Il Campo Marzio, I, Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997, Appendice I (...)
  • 32 Sur ce débat, voir S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 80.

21En choisissant le Champ de Mars pour y établir son tombeau, Auguste ne manquait pas de modèles29 : ce quartier de Rome, situé hors du pomerium, recueillait des sépultures prestigieuses de grands personnages ayant joué un rôle important dans l’État romain30. Une tradition légendaire voulait que ce fût la zone d’inhumation des rois de Rome31. On pouvait y voir le tombeau à tumulus de Sylla, assurément principal modèle du mausolée d’Auguste et monument jugé assez emblématique pour être entretenu au moins jusqu’au iiie siècle, puisqu’Antonin Caracalla, attaché, comme son père, à l’exemple du dictateur, le fit restaurer. C’est aussi sur le Champ de Mars que se trouvait la tombe de Julie, épouse de Pompée et fille de César, morte en 54, ainsi que celle de César lui-même : l’emplacement de la sépulture (vraisemblablement commune) de César et de sa fille demeure controversé, puisqu’on hésite à y reconnaître ou bien un mausolée gentilice des Iulii ou bien une première version du mausolée d’Auguste même qui aurait alors été une extension ou une reconstruction d’un tombeau traditionnel des Iulii32. Le choix du lieu fut donc dicté par une série de pratiques familiales, religieuses et politiques qui avaient depuis longtemps consacré l’usage d’un secteur privilégié de la Ville : Auguste se contenta de poursuivre une tradition.

  • 33 Pour un stemma général de la famille julio-claudienne, voir le tableau généalogique placé dans l’a (...)
  • 34 Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 72.
  • 35 Un des exemples historiques les plus frappants d’un célèbre transfert de cendres est, de manière e (...)

22Certes, les dimensions mêmes du mausolée d’Auguste faisaient de cet ensemble la dernière demeure d’un être au-delà de la condition mortelle. Toutefois, la destination première du monument était de recueillir les membres défunts d’une famille33, et sa mise en usage fut précoce, du vivant même d’Auguste. S. Panciera a commodément dressé, en combinant sources littéraires et documents épigraphiques, la liste des dépositions de défunts dans le mausolée d’Auguste34. L’aspect familial ne fait aucun doute. Il est sûr qu’y furent déposés Marcellus, neveu et gendre d’Auguste (en 23 av. J.-C.), Agrippa, gendre et général d’Auguste (en 12 av. J.-C.), Octavie la Jeune, sœur cadette d’Auguste et mère de Marcellus (en 11-10 av. J.-C.), Drusus l’Ancien, fils de Livie et frère de Tibère (en 9 av. J.-C.), sans doute les petits-fils d’Auguste, Lucius César (en 2 apr. J.-C.) et Caius César (en 4 apr. J.-C.), Auguste lui-même (en 14 apr. J.-C.), Germanicus, fils de Drusus l’Ancien, neveu de Tibère (en 19 apr. J.-C.), Drusus le Jeune, fils de Tibère (en 23 apr. J.-C.), Livie (en 29 apr. J.-C.) et Tibère (en 37 apr. J.-C.). En 37 apr. J.-C., Caligula y fit transférer les restes de sa mère, Agrippine l’Aînée, petite-fille d’Auguste et veuve de Germanicus, et de ses propres frères, Néron César et Drusus César : on n’omettra pas que la translation, longtemps après sa mort, des restes d’un défunt dans un mausolée de la famille impériale est un geste politique important, qui exprime la réintégration d’une personne, tout d’abord exclue, dans la famille impériale et qu’un tel « retour» est en soi un symbole35. Ultérieurement, on est sûr de la déposition de l’empereur Claude (en 54 apr. J.-C.), de l’épouse de Néron, Poppée (en 65 apr. J.-C.), tandis que le dernier occupant du mausolée semble être l’empereur Nerva (en 98 apr. J.-C.).

  • 36 Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 80-84.
  • 37 Caligula (temporairement déposé dans les Horti Lamiani) ; Néron (enseveli dans la tombe gentilice (...)
  • 38 Les deux premières épouses d’Auguste, Clodia et Scribonia, furent répudiées ; il ordonna dans son (...)
  • 39 Dio, LXIV, 3, 4 c : Ta ; ojsta‘‘ tw‘‘n ejk tou‘‘ basilikou‘‘ gevnouı sfagevntwn eijı to ; tou‘‘ Au (...)
  • 40 Cf. S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 84-86 : sans doute Antonia Minor grandmè (...)

23De nombreuses personnes (dont S. Panciera dresse pareillement la liste36) furent, pour des raisons variées, indubitablement exclues du mausolée, des empereurs37 ainsi que divers membres de la famille impériale38. On sait aussi que Galba fit transférer dans le mausolée d’Auguste des parents de la famille julio-claudienne qui en avaient tout d’abord été exclus, assassinés sans doute par Néron39 (peut-être sa mère Agrippine, ainsi qu’Octavie et Antonia, toutes deux filles de Claude, la première ayant été l’épouse de Néron). Enfin, d’autres membres de la famille julio-claudienne furent sans doute déposés dans le mausolée d’Auguste, même si la preuve en manque40, ainsi que divers membres de la dynastie flavienne avant la construction d’un tombeau-temple par Domitien.

  • 41 Voir S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 148-160. Dans ce complexe secondaire fu (...)

24À proximité du mausolée existait une zone d’incinération (ustrinum) qui fut sans doute mise en service dès l’époque augustéenne. Toujours dans les parages du mausolée, se trouvait un autre complexe, élevé à l’emplacement d’un ustrinum secondaire, où furent, sans doute à l’initiative d’Agrip­pine la Jeune entre 49 et 59, transférés les restes d’autres membres de la famille morts antérieurement en exil41.

  • 42 Voir P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987 ; A. Fraschetti, Rome et le prince(...)
  • 43 On ne peut en particulier pas reconstituer l’emplacement originel des tombeaux et déterminer si le (...)
  • 44 On peut du moins le déduire du cas de Vipsania Agrippina remariée avec Asinius Gallus et ensevelie (...)
  • 45 Suét., Vesp., XXIII, 4. Il n’est toutefois pas exclu non plus que, dans son trait d’esprit, Vespas (...)

25Le tombeau d’Auguste doit être mis en relation avec d’autres édifices du secteur du Champ de Mars, que ce soit l’autel de la Paix, ou la vaste horloge solaire s’étendant aux dimensions d’une place et dominée par un obélisque lui servant de gnomon. On ne saurait comprendre l’édifice funéraire sans l’intégrer dans le remodelage d’un quartier complet de la Ville42. Une grande partie de la riche décoration et de la disposition intérieure43 échappe définitivement en raison d’un mauvais état de conservation, mais on sait qu’à l’entrée du mausolée Auguste avait fait, par disposition testamentaire, placer un compte rendu de son action sur des tables de bronze (les Res Gestae). C’est dire si ce tombeau s’inscrivait dans une ligne d’auto-représentation d’une action et d’un pouvoir éminemment politiques. Mais l’inventaire des dépositions montre que l’usage de ce tombeau, malgré des exclusions souvent dictées par les tensions et antagonismes dynastiques, était régi par l’ordinaire des pratiques familiales. Sans doute des femmes de la famille mariées à des aristocrates devaient-elles reposer dans la tombe de leur mari ou de leur belle-famille comme le voulait l’usage44 ; mais l’anecdote relatant que Vespasien avait détourné le mauvais présage de l’ouverture inopinée des portes du mausolée d’Auguste en disant que le tombeau réclamait en fait une certaine Iunia Caluina parente des Julio-Claudiens, montre qu’un usage familial extensif, même à date tardive, n’était pas à exclure45. Des membres de la famille julio-claudienne furent déposés dans ce tombeau de 23 av. J.-C. à 68 apr. J.-C., pendant une période équivalant à près d’un siècle.

Les Flaviens et Nerva

  • 46 Pour un stemma général de la famille flavienne, voir le tableau généalogique placé dans l’annexe p (...)
  • 47 La fille de Vespasien, Flauia Domitilla, morte avant 69, reçut à titre posthume les titre d’August (...)

26Une fois passées les difficultés des années 68-69 (qui virent toutefois le transfert tardif, sous Galba, de membres naguère assassinés de la Maison julio-claudienne), le mausolée d’Auguste continua de servir sous d’autres princes46. Il est probable que Vespasien fit transférer – dans le monument même ou dans un complexe secondaire situé à son immédiate proximité – les restes ou de son épouse ou de sa fille47 (ou peut-être même des deux), qui étaient mortes avant son avènement. On s’accorde à penser que Vespasien et Titus furent eux-mêmes dans un premier temps déposés dans le mausolée d’Auguste : on voit ainsi une nouvelle dynastie (qui avait repris dans sa dénomination les prénoms propres aux princes julio-claudiens) relever l’héritage d’une famille désormais exclue du pouvoir et s’en approprier le tombeau gentilice. À l’instar de la réhabilitation par Vespasien du temple dédié à Claude divinisé et des honneurs rendus par Titus à Britannicus fils de Claude, l’usage du tombeau familial des Julio-Claudiens impliquait une continuité politique et la revendication d’une légitimité fondée sur des pratiques familiales.

  • 48 F. Coarelli, s. v. « Gens Flavia, templum », LTUR, 2, 1995, p. 368-9. L’épouse et la fille de Vesp (...)
  • 49 L’agencement de ce lieu demeure inconnu. Peut-être comportait-il un mausolée et, articulé à lui, u (...)
  • 50 On doit déduire leur existence d’une remarque de Philostrate relative à Julie ; Philostr., V. Apol (...)

27Une fois que la dynastie fut suffisamment assurée, après la patine de deux décennies et la mort de deux de ses princes dûment divinisés, Domitien fit, entre 89 et 95, transformer une résidence familiale située sur le Quirinal en temple dédié à la Gens Flauia, et il transféra les restes de son père et de son frère48. L’établissement de ce temple-tombeau (ou temple et tombeau)49 est révélateur d’un certain souci d’affirmation familiale par rapport à l’héritage julio-claudien ; il est aussi vrai que, dans les années 110-120, le mausolée d’Auguste fut considéré comme plein [23] : peut-être Domitien se montra-t-il simplement prévoyant en créant un nouvel espace de sépulture destiné à accueillir les membres défunts de sa propre famille, de surcroît en un lieu où étaient célébrés les Diui de la nouvelle famille impériale. Domitien y fit déposer sa nièce Julie, fille de Titus et c’est aux cendres de la jeune femme que sa propre nourrice mêla les siennes après son assassinat en 96. Quant aux autres filles de Titus, on ignore tout d’elles (jusqu’à leur nombre)50 et selon qu’elles furent mariées ou non, elles sont susceptibles d’avoir été déposées dans la tombe d’un éventuel mari ou dans le sacrarium dédié à la Gens Flauia.

  • 51 CIL, VI, 8686 (ILS, 1577) : M(arcus) Vlpius | Aug(usti) l(ibertus) Aeglus | proc(urator) mausolaei (...)

28Nerva fut, à sa mort en 98, déposé dans le mausolée d’Auguste [1]. Ce fut là un décret du Sénat, mais on ne sait si cette déposition fut l’accomplissement d’une disposition inscrite dans le testament de Nerva ou si ce fut une proposition de son fils adoptif et successeur Trajan. Il est vrai que le transfert de Vespasien et Titus en un autre lieu avait momentanément fait de la place dans le tombeau julio-claudien menacé de saturation. La déposition de Nerva, symboliquement importante au moment où se transmet pour la première fois le pouvoir impérial au sein d’une nouvelle dynastie, est le dernier signe attesté d’activité funéraire dans le mausolée d’Auguste : désormais, l’histoire de ce monument semble n’être plus que celle de son entretien, ainsi qu’en témoigne une inscription mentionnant un affranchi de Trajan chargé du mausolée (c’est-à-dire du mausolée d’Auguste)51.

L’exception trajanéenne

  • 52 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 19 (...)
  • 53 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle, op. cit., p. 125-126.

29La documentation relative aux proches membres de la famille de Trajan est très lacunaire et laisse dans l’ombre bien des points dynastiques. Le père naturel de Trajan, le grand général M. Vlpius Traianus, mourut assurément avant l’avènement de son fils et fut sans doute déposé dans un tombeau familial (en Bétique ou alors dans quelque propriété italienne). Il semble que Trajan père fut divinisé vers 11352 : on ne sait pas si le nouveau statut de Diuus lui valut un transfert dans le mausolée d’Auguste ou en quelque lieu choisi par son fils devenu prince. Le destin posthume de Marciane, sœur de Trajan, reste plongé dans la même obscurité : élevée entre 100 et 105 au rang d’Augusta, elle mourut le 29 août 112 et fut divinisée le même jour, puis reçut un funus censorium le 3 septembre de la même année, ainsi que l’enseignent les Fastes d’Ostie53. Marciane avait sans doute épousé le frère arvale C. Salonius Matidius Patruinus, originaire de Vénétie : on ne sait pas si, malgré son statut de Diua, elle fut placée dans la tombe de son mari ou si Trajan lui réserva un sort posthume analogue à celui (inconnu) de leur père divinisé ; en effet, la divinisation du père l’année suivante (mais la chronologie n’en est pas rigoureusement établie) pourrait indiquer un certain programme élaboré par Trajan et visant à établir des mesures – dans les années 112-113 – relatives aux défunts de sa propre famille naturelle ; mais on ne saurait aller au-delà de cette supposition.

  • 54 Ces mentions doivent être complétées par toute une tradition latine tardo-antique représentée par (...)
  • 55 S. Settis, A. La Regina, G. Agosti & V. Farinella, La colonna Traiana, Turin, 1988, p. 60-86.
  • 56 Plin., Hist. nat., XXXIV, 12, 27 (éd. H. Le Bonniec) : Columnarum ratio erat attolli super ceteros (...)
  • 57 Pour un état de la question récent, voir J. Packer, s. v. « Forum Traiani », LTUR, 2, 1995, p. 348 (...)
  • 58 Monsieur Eugenio La Rocca a l’obligeance de me faire remarquer que la limite du pomerium est très (...)

30Trajan mourut inopinément en Cilicie, à son retour de l’expédition parthique, en août 117 ; il fut assurément incinéré là-bas et seules ses cendres furent ramenées à Rome par son petit-cousin et ancien pupille, devenu par disposition testamentaire son fils adoptif et donc successeur, Hadrien. Il reçut de nombreux honneurs posthumes, en particulier un triomphe sur les Parthes, pendant lequel sa statue fut promenée sur le char triomphal [4]. La chronologie exacte des honneurs décernés à Trajan en 117-118 fait l’objet d’un débat dans lequel il n’y a pas lieu d’entrer ici ; en revanche, il est assuré que les restes de Trajan furent déposés dans la base de la colonne sise en son Forum [2, 3, 4 et 8]54. Ce monument avait été dédié un an après le Forum lui-même, en 113. Comme l’a montré S. Settis55, que cette colonne soit entourée par deux bibliothèques n’est pas sans rappeler l’usage qu’avaient des constructeurs de bibliothèques d’établir leur sépulture dans de tels édifices (et le rouleau historié de la colonne même déployait en images les hauts faits de Trajan, s’en faisant le conservatoire à l’instar d’un uolumen). Cette colonne racontait les guerres daciques de Trajan et se situait dans une tradition déjà ancienne de monuments honorifiques56. La dédicace de la colonne [6] célébrait le prince vivant et les travaux menés pour la réalisation du vaste complexe (Forum, basilique, bibliothèques, colonne, sans doute aussi marché) dont elle n’était qu’une partie57. Monument honorifique par excellence, exaltant les vertus militaires de l’empereur, il demeure incertain que la colonne ait eu, dès sa réalisation, une destination funéraire58 : la déposition de Trajan dans la base de la colonne fut peut-être seulement une initiative des années 117-118 qui prendrait place dans la série d’honneurs posthumes décernés conjointement par le Sénat et par Hadrien – à moins de valoriser pleinement l’articulation architecturale entre une colonne-tombeau et des bibliothèques et d’en affirmer la logique initiale programmatique.

  • 59 Je ne crois pas que Matidie se soit mariée deux fois, ce que l’on avance pour expliquer que sa fil (...)
  • 60 Cette inscription a été vue aux xve-xvie siècles dans l’église Saint-Paul de Tivoli ; CIL, XIV, 35 (...)
  • 61 Et où les sénateurs espagnols sont bien représentés ; cf. R. Syme, « Spaniards at Tivoli », Ancien (...)
  • 62 Alternativement, doit-on encore penser que le temple dédié à Matidie par Hadrien sur le Champ de M (...)
  • 63 Les recherches récentes de R. Meneghini sur le site du Forum de Trajan montrent que l’on entrait d (...)

31Il est indéniable que le caractère absolument exceptionnel de la déposition des cendres de Trajan ne saurait fournir de repère ou du moins d’indice pour tenter de reconstituer le lieu de sépulture de quatre autres Diui de sa famille, son père et sa sœur divinisés en 112-113, et sa nièce et sa veuve, divinisées respectivement en 119 et 123. Si l’on excepte Trajan, on ne connaît pas de tombeau dynastique pour les Antonins morts ou divinisés dans les années 112-123 et on en est réduit à des suppositions analogiques ou audacieuses. La nièce de Trajan, Matidie, était devenue Augusta à la mort même de sa mère Marciane en 112 ; elle mourut en 119 et fut divinisée par son gendre Hadrien (époux de sa fille Sabine) qui lui décerna de nombreux honneurs [52]. On ne sait pas où furent déposés les restes de Matidie. On ne connaît même pas le nom de son époux qui dut mourir tôt, à en juger par la mention d’un très long veuvage59 dans ce qui semble être un éloge posthume de Matidie rédigé par Hadrien et conservé par une inscription très fragmentaire, aujourd’hui perdue, autrefois visible à Tivoli non loin de la villa d’Hadrien60. Si un éloge de Matidie fut retrouvé à Tivoli, lieu privilégié de résidence pour l’aristocratie sénatoriale61, doit-on aller jusqu’à penser que c’était là l’emplacement de son mausolée ? Un tel mausolée aurait-il été établi sur une propriété appartenant à Matidie elle-même, ou à son mari, ou bien faudrait-il le mettre en relation avec la Villa Hadriana et supposer qu’Hadrien dédia un tombeau pour sa belle-mère à proximité de sa résidence62 ? On en reste réduit à ces interrogations qui, il faut le reconnaître, ne reposent guère sur un fondement assuré, parce que le lieu de trouvaille d’un éloge funèbre n’est pas indicatif d’un tombeau, surtout pour une femme qui avait été Augusta et fut divinisée. Pareille incertitude l’emporte aussi à propos de Plotine, veuve de Trajan. Il semble qu’elle mourut et fut divinisée en 123 : Hadrien rendit de grands honneurs à sa mère adoptive [51], mais on ne sait pas où était sa sépulture. En bonne logique, on pourrait croire que l’épouse alla rejoindre le mari, ce qui revient à dire que Plotine fut elle aussi placée dans la base de la colonne, monument militaire dans la dédicace duquel (en 113) son nom n’apparaît pas. Il faudrait dès lors admettre que l’exception consentie pour Trajan fut élargie à la sépulture de Plotine, et l’attachement d’Hadrien à vénérer sa mémoire lui permit peut-être d’obtenir cette concession de la part du Sénat63.

  • 64 Paulina semble cependant avoir reçu quelques honneurs à sa mort, mais pas tout de suite et dans un (...)

32Enfin, sous le règne d’Hadrien, mourut sa sœur Paulina. Elle avait reçu de son vivant des inscriptions honorifiques, mais il est peu probable qu’Hadrien ait pris des mesures visant à lui décerner d’importants honneurs posthumes. En effet, Paulina était l’épouse de C. Iulius Vrsus Seruianus et Hadrien entretenait avec son beau-frère des rapports fluctuants et le plus souvent politiquement conflictuels (au point qu’Hadrien le fit finalement éliminer avec son petit-fils Fuscus) : il serait douteux qu’Hadrien eût fourni à son beau-frère un élément supplémentaire de prestige en accordant d’importants honneurs posthumes à l’épouse de celui-ci64. De même, il est vraisemblable que Paulina fut, selon l’usage, ensevelie dans la tombe familiale de son mari.

Hadrien et son tombeau

La réalisation d’un nouveau tombeau familial

33Quoi qu’il en soit des incertitudes documentaires de l’époque trajanéenne, il n’en demeure pas moins que les années 130 virent un changement capital avec la décision, de la part d’Hadrien, d’édifier un nouveau tombeau. Il est vrai que l’une de ses motivations était strictement pratique : le tombeau d’Auguste était plein [23] et il convenait d’établir un nouveau lieu de sépulture impériale.

34La saturation du mausolée d’Auguste n’est mentionnée qu’à propos de la décision d’Hadrien de construire un nouveau tombeau, Dion précise alors que personne n’y fut plus déposé : à interpréter strictement ce texte, on peut tout au plus en déduire qu’à partir du moment où Hadrien entreprit la réalisation de son propre tombeau il n’y eut plus de déposition dans le mausolée d’Auguste. Toutefois il demeure impossible de savoir si le mausolée d’Auguste était devenu plein à cause de dépositions encore récentes survenues dans les années 110-120 (ce qui aurait permis d’éclairer des aspects du destin posthume de Marciane et de Matidie, éventuellement de Plotine ou même de Trajan père) ou bien s’il était plein depuis la déposition de Nerva qui avait eu lieu trente ans auparavant.

  • 65 « Le testament dit “de Dasumius” », op. cit. : cette Domitia ne saurait être Domitia Lepida, tante (...)
  • 66 Le tombeau du grand-père maternel d’Hadrien, Cn. Domitius Tullus, sur lequel était gravé le texte (...)

35Tout comme cela avait été le cas pour Auguste, la décision d’Hadrien revêtit, au prime abord, un aspect résolument familial. Le terrain choisi était situé dans la zone adjacente au quartier du Vatican, lié à des propriétés familiales, les « Jardins de Domitia» (horti Domitiae) [24], une Domitia qui, comme l’a montré G. Di Vita-Évrard65, doit être une très proche parente d’Hadrien, sa mère (Domitia Paulina Lucilla maior) plutôt que sa sœur utérine (Domitia Caluisia Lucilla minor, mère de Marc Aurèle). Hadrien se présentait ainsi comme un aristocrate faisant, très canoniquement, édifier son tombeau sur l’une de ses propriétés familiales66.

Fig. 6. – Le Champ de Mars à l’époque antonine (d’après M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, 1987).

Fig. 6. – Le Champ de Mars à l’époque antonine (d’après M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, 1987).
  • 67 Le mausolée de Sylla, sur le Champ de Mars, était encore visible à l’époque d’Hadrien, puisqu’il f (...)
  • 68 Hadrien composa à la fin de sa vie un compte rendu de son règne. Doit-on pousser le parallélisme j (...)
  • 69 J. R. Patterson, s. v. « Via Tecta », LTUR, 5, 1999, p. 145-146 ; cette voie, reliant le centre de (...)
  • 70 Pour une étude de ce secteur, on renverra à l’étude topographique d’E. La Rocca, La riva a mezzalu (...)

36Mais la forme générale de l’ensemble s’ancrait dans la tradition augustéenne. À l’instar d’Auguste67, Hadrien fit construire un tombeau à tumulus, de dimensions gigantesques, dominant le Tibre et constituant une sorte de pendant, par-delà le fleuve, au mausolée du fondateur du Principat68. Le monument d’Hadrien s’entourait d’une scénographique particulièrement suggestive. Il était directement relié au Champ de Mars (fig. 6) par un pont (dédié en 134) [9], le Pons Ælius ; ce pont était, sur l’autre rive, l’aboutissement d’une bifurcation de la Via Tecta (qui traversait le centre du Champ de Mars à peu près d’est en ouest69). Grâce au Pons Ælius, le tombeau d’Hadrien entrait en relation tout d’abord avec un secteur de sépultures situées dans la zone du canal de l’Euripe, puis avec des monuments consacrés au culte impérial ainsi qu’à la glorification de membres de la famille impériale : dans les années 130, la création du Pont permettait d’accéder directement, par la Via Tecta, au monument érigé en l’honneur d’Agrippa tout près de l’Euripe, puis, vers l’Orient du Champ de Mars, non seulement au sanctuaire des Diui Vespasien et Titus, mais aussi au templum récemment dédié à Matidie et, probablement, à une zone d’incinérations impériales sans doute mise en activité dans ces années-là70, sans parler, plus au nord, de l’imposant ensemble augustéen (mausolée, horologium, autel de la Paix). C’est dire si, par ce lien organique, le tombeau était étroitement enté sur un quartier à la fois profondément voué à l’exaltation (souvent post mortem et dynastique) du pouvoir impérial et remodelé par Hadrien dans le cadre d’une politique de restaurations et de construction.

  • 71 On consultera sur ce monument la notice (s. v. « P. Ælii Hadriani sepulcrum ») que P. Liverani lui (...)
  • 72 Notitia Vrbis Romae, éd. Nordh, p. 88.
  • 73 Procop., BG, I, 22, 12 ; III, 36, 17 ; IV, 33, 14.
  • 74 Aug., Serm. Mayence, 55 (éd. F. Dolbeau).
  • 75 Aug., Enarr. in Psal., 65, 4. Pour les diverses dénominations médiévales, on se reportera à la not (...)
  • 76 De fait à Rome, le « Mausolée » par excellence et ainsi dénommé était le Mausolée d’Auguste, comme (...)
  • 77 Même s’il ressort d’une phrase de Marc Aurèle que le tombeau a pu être régulièrement visité par de (...)

37Le tombeau d’Hadrien71 apparaît à de nombreuses reprises dans la documentation antique et ce sous diverses dénominations. Il est nommé sepulchrum [22], mnh``ma [23], Hadriani sepulchrum [27 et 29], maiorum sepulchra [30 et 38] (à propos de Lucius Vérus et d’Antonin Caracalla), monumentum Hadriani [32], nao ;ı e[nqa Mavrkou te kai ; tw``n pro ; aujtou`` basilevwn iJera ; mnhvmata deivknutai [33], ’Antwnivneion [34 et 39], sepulchrum Marci Antonini [35], Antoninorum sepulchrum [36 et 37], to ; tou``` ’Antwnivnou temevnisma [41], Hadrianium72, templum Hadriani73, memoria imperatoris74, oJ ’Adrianou`` tavfoı75. Contrairement à l’usage des modernes, le nom de « Mausolée» ne lui est jamais donné dans les textes antiques (alors qu’il est donné au tombeau d’Auguste76). À mesure que le temps passait, ce qui était à l’origine appelé le « tombeau d’Hadrien» put devenir (en particulier dans des textes relatant des dépositions survenues dans le dernier tiers du iie siècle ou dans le premier quart du iiie siècle) le « tombeau de Marc Antonin», le « tombeau des Antonins» ou même l’« Antonineum», bien que le souvenir du fondateur persistât dans la dénomination du monument jusqu’en plein Moyen Âge. Au milieu du iiie siècle (moins de cent vingt ans après son entrée en fonction et moins de trente ans après les dernières dépositions impériales attestées), Hérodien qualifie ce monument de « sanctuaire» (naovı), en accord avec le mot templum qui sera employé par Augustin un siècle et demi plus tard ; Dion Cassius, contemporain des dernières dépositions dans ce monument, le qualifie d’« enceinte sacrée» (temevnisma), ce qui, sémantiquement et matériellement, n’est pas éloigné du sens du mot templum. Certes, il s’agit principalement d’un tombeau (la plupart des dénominations le désignent comme tel), mais on ne peut nier un certain caractère religieux de ce monument dynastique : là encore, le précédent du sacrarium dédié par Domitien à la Gens Flauia peut fournir une clef interprétative par analogie, même si, dans le cas du tombeau des Antonins, on ne dispose d’aucune attestation d’un quelconque culte77.

  • 78 Ch. Hülsen, « Mausoleo di Adriano », Bollettino dell’Associazione archeologica romana, 3, 1913, p. (...)
  • 79 Les principaux jalons bibliographiques figurent dans la notice de P. Liverani déjà citée. Ginette (...)

38Ce monument était composé d’un large podium en briques dominé par un cylindre parcouru d’une rampe hélicoïdale menant aux chambres funéraires. Un tumulus recouvrait l’ensemble. L’imposant socle en briques du podium était paré de marbre. Au cœur de la façade, face au débouché du Pons Ælius, s’ouvrait la porte, surmontée d’un linteau où était sertie une plaque de marbre sur laquelle était gravée l’épitaphe d’Hadrien et de Sabine. De part et d’autre de la porte, s’alignaient des plaques de marbre en deux bandeaux symétriques, portant les épitaphes de nombreux membres de la famille antonine. Ces plaques, insérées dans le revêtement en marbre du podium, furent visibles jusqu’à la fin du xve siècle environ, et les textes qu’elles portaient ne sont guère connus qu’à travers la tradition manuscrite. Il revient à Ch. Hülsen d’avoir tenté d’en reconstituer la disposition78 : on suivra ici ses conclusions, même si, assurément, le dossier archéologico-épigraphique mériterait d’être intégralement repris79.

Fig. 7. – Les épitaphes placées sur la façade du tombeau d’Hadrien.

Fig. 7. – Les épitaphes placées sur la façade du tombeau d’Hadrien.

Inventaire des dépositions :
A : [10], CIL, VI, 984 = Hadrien et Sabine
B : [19], CIL, VI, 986 = Antonin le Pieux
C : [12], CIL, VI, 987 = Faustine l’Aînée
D : [13], CIL, VI, 988 = M. Aurelius Fuluus Antoninus
E : [14], CIL, VI, 989 = M. Galerius Aurelius Antoninus
F : [15], CIL, VI, 990 = Aurelia Fadilla
G : [16], CIL, VI, 993 = T. Aurelius Antoninus
H : [17], CIL, VI, 994 = T. Ælius Aurelius
I : [18], CIL, VI, 995 = Domitia Faustina
K : [11], CIL, VI, 985 = Ælius César
O : [20], CIL, VI, 991 = Lucius Vérus
S : [21], CIL, VI, 992 = Commode

Fig. 8. – La famille antonine et le tombeau d’Hadrien.

Fig. 8. – La famille antonine et le tombeau d’Hadrien.

Caractère gras : personnes assurément déposées dans le tombeau d'Hadrien
Caractères en italiques : personnes probablement déposées dans le tombeau d'Hadrien
Caractères soulignés : personnes divinisées

39Pour d’évidents motifs esthétiques, il semble que ces plaques aient fait partie du parement initial qui décorait l’ensemble de la façade et qu’elles étaient gravées à mesure des décès survenus dans la famille impériale. De leur disposition reconstituée par Hülsen, ainsi que des critères de datation contenus dans le formulaire des épitaphes mêmes, on peut tirer des conclusions chronologiques relatives aux dates de déposition des défunts dans le tombeau (le lecteur est invité à se reporter au schéma inspiré de celui d’Hülsen, fig. 7, ainsi qu’à l’arbre généalogique de la famille antonine inventoriant les défunts divinisés ou déposés dans ce tombeau, fig. 8).

La mise en service du tombeau d’Hadrien

  • 80 La hauteur à laquelle était situé ce groupe statuaire est trop élevée pour laisser penser à un arc (...)

40La dédicace du Pons Ælius est datée de l’année 134 [9] : on peut supposer que cette année-là le pont était achevé ou du moins en voie d’achèvement. Dans la mesure où le pont était en étroite articulation structurelle avec le tombeau, il est permis de penser que les travaux pour l’édification de ce dernier durent pareillement commencer dans la première moitié des années 130, voire un peu plus tôt. Hadrien laissa incontestablement son tombeau inachevé à sa mort, puisque le sepulchrum Hadriani est mis au nombre des réalisations d’Antonin qui dut en assurer la finition et la dédicace [53]. C’est aussi après la mort d’Hadrien que fut élevée, au sommet de ce monument, une statue le représentant sur un quadrige de taille colossale [26]80. L’élévation d’une telle statue doit faire partie de la campagne d’achèvement des travaux accomplie par Antonin.

41Hadrien mourut à Baïes en juillet 138 et fut déposé par son fils adoptif et successeur Antonin dans les Jardins de Domitia [24] : doit-on imaginer que l’Auteur de l’HA ait ici drastiquement abrégé sa source (Marius Maximus) comme il le fait souvent et ait mentionné les Jardins de Domitia au lieu de dire plus précisément qu’Hadrien fut déposé dans son tombeau situé dans les Jardins de Domitia ? ou bien faut-il penser qu’une telle mention est particulièrement exacte et signifierait qu’en juillet 138 le tombeau n’était pas achevé et qu’Hadrien reçut une sépulture provisoire dans son immédiate proximité (peut-être dans une autre tombe familiale préexistant sur les propriétés de sa mère, éventuellement la sépulture même de sa mère) avant d’être transféré dans son propre tombeau ? L’incertitude demeure.

  • 81 A. Chastagnol, « Un chapitre négligé de l’épigraphie latine : la titulature des empereurs morts », (...)

42La mort d’Hadrien avait été précédée de celle de son épouse Sabine (en 136-137) et de son fils adoptif Ælius César (le 1er janvier 138). Sabine fut divinisée, tandis qu’Ælius César ne le fut pas. Toujours est-il que les deux premières épitaphes (A et K) [10 et 11] gravées sur la façade du tombeau datent de l’année 139 et sont postérieures d’au moins cinq mois à la mort d’Hadrien. Il s’agit tout d’abord, sur le linteau de la porte du tombeau, de l’épitaphe d’Hadrien et Sabine (A) [10]. La position de cette épitaphe permet de lire leur nom en entrant dans le tombeau : les époux impériaux sont en quelque sorte les ancêtres d’une lignée à venir, le couple fondateur du monument et les parents des futurs occupants du tombeau. Sur cette épitaphe, Hadrien porte la titulature qui était la sienne au moment de sa mort, sans mention de sa divinisation, tandis que Sabine est dite Diua : A. Chastagnol a relevé cet usage pour les deux impératrices dont l’épitaphe a été conservée parmi les inscriptions de ce tombeau, Sabine et Faustine l’Aînée, qualifiées de Diuae, alors qu’Hadrien et Antonin le Pieux ne sont pas nommés Diui dans leur épitaphe (pas plus que d’autres empereurs comme Lucius Vérus ou Commode)81. L’épitaphe d’Hadrien et Sabine est dédiée par Antonin le Pieux dont la titulature renvoie à l’année 139. Sabine était déjà morte depuis environ deux ans, et Hadrien depuis au moins cinq mois, lorsque fut gravée cette épitaphe. On ne saurait dire s’ils occupaient le tombeau avant que leur épitaphe fût gravée (dans ce cas, le délai entre leur mort et la gravure de l’épitaphe serait dû à des travaux de finition, en l’occurrence le parement de marbre de la façade), ou bien s’ils occupèrent une sépulture provisoire (située dans les horti Domitiae) et s’ils ne furent effectivement transférés dans leur tombeau qu’au moment (en 139) où le tombeau fut enfin achevé et prêt à les accueillir. Quoi qu’il en soit, la gravure de leur épitaphe en 139 fut sans doute suivie d’une cérémonie, qu’il s’agît d’un transfert de leurs restes dans le tombeau ou de la célébration de la mise en service et de l’achèvement d’un tombeau qui avait déjà accueilli leurs restes à l’issue de leurs funérailles.

  • 82 On doit supposer que, de 139 à la réhabilitation de Commode, dix-huit plaques reçurent des épitaph (...)

43Cela est confirmé par l’épitaphe d’Ælius César (K) [11], qui mourut le 1er janvier 138, soit plus de huit mois avant Hadrien, mais qui est dit, sur la façade du tombeau, fils du Divin Hadrien, ce qui permet de dater incontestablement son épitaphe postérieurement à la consecratio d’Hadrien. L’épitaphe d’Ælius César comporte seulement sa filiation adoptive et la mention de son deuxième consulat (en 137) ; n’y apparaît aucun dédicant, mais, dans la mesure où Hadrien était déjà mort au moment où elle fut gravée, il n’y a pas lieu de penser que l’épitaphe d’Ælius César ait été gravée antérieurement à celle d’Hadrien et de Sabine. Il est donc raisonnable de supposer qu’en 139 on procéda, sur ordre d’Antonin le Pieux, à la gravure des épitaphes de ces trois défunts de la famille impériale morts dans les années 136-138. L’épitaphe d’Ælius César fut gravée sur le bandeau de gauche, tout près de la porte, au-dessous (avec le nécessaire décalage) de celle d’Hadrien et Sabine ; celle d’Antonin lui ferait ultérieurement pendant, à la même place mais de l’autre côté de la porte, à droite. L’entrée du tombeau était couronnée par l’épitaphe du couple fondateur82 et flanquée des épitaphes de leurs deux fils.

Une tombe familiale

D’Antonin à Marc Aurèle

Les dépositions survenues sous le règne d’Antonin

  • 83 Selon un usage épigraphique bien attesté, le mot uxor est sous-entendu.

44L’épouse d’Antonin, Faustine l’Aînée, mourut lors de la troisième année du règne de son mari [55], en 140-141. Elle reçut divers honneurs dont celui de la consecratio. Elle fut placée dans le tombeau d’Hadrien et son épitaphe (C) [12] y fut gravée sur la façade. Elle y est appelée Diua Faustina Augusta et son nom au datif est simplement suivi du nom et de la titulature de son mari au génitif83. Selon la reconstitution de Hülsen à partir des manuscrits, cette épitaphe était située sur le bandeau de droite et était la deuxième en partant de la porte, précédée par celle de son mari. Comme Antonin mourut vingt ans après son épouse, en 161, et que son épitaphe ne put être gravée avant cette date, on doit supposer que l’emplacement de l’épitaphe d’Antonin avait été réservé, dans une position exactement symétrique de celle de son frère par l’adoption, Ælius César (placée à gauche de la porte), les deux épitaphes étant symboliquement dominées par celle de leurs parents adoptifs gravée au-dessus de la porte. Si Antonin, à l’occasion de la gravure de l’épitaphe de son épouse, avait réservé l’emplacement de sa propre épitaphe, cela implique que fut respecté un usage très fréquent dans l’épigraphie funéraire : les épitaphes de deux époux doivent être jointes. Le tombeau d’Hadrien a accueilli les restes d’au moins trois couples : l’épitaphe d’Hadrien et de Sabine fut gravée sur une seule et même plaque, mais dans une position exceptionnelle (au-dessus de la porte) ; l’épitaphe d’Antonin et celle de Faustine l’Aînée furent gravées sur des plaques placées l’une à côté de l’autre ; on peut raisonnablement supposer que les épitaphes (perdues) de Marc Aurèle et de Faustine furent gravées sur des plaques pareillement placées côte à côte (cet usage pouvant avoir valeur d’indice dans la proposition de restitution de la disposition des plaques sur le côté gauche presqu’entièrement lacunaire).

  • 84 Leur formulaire est strictement identique : nom du défunt au nominatif suivi de la même filiation.
  • 85 HA, Ant. Pius, I, 1 et 7 : Tito Aurelio Fuluo Boionio Antonino Pio […] uxor Annia Faustina ; filii (...)
  • 86 HA, Ant. Pius, III, 2 et 6 : Proconsulatus Asiae sic egit, ut solus auum uinceret. […] Proficiscen (...)
  • 87 Dion Cassius (LXIX, 21, 1) précise qu’Hadrien adopta Antonin parce qu’il était dépourvu de fils (e (...)
  • 88 Une monnaie de provenance inconnue (Cohen2, 2, p. 452, n° 1) porte sur un côté le profil d’un jeun (...)
  • 89 Les grands-parents d’Antonin disposaient de propriétés à Lorium et à Lanuuium, sans que l’on sache (...)

45En s’éloignant de la porte, toujours sur le côté droit et à la suite de l’épitaphe de Faustine, on trouvait trois plaques qui durent avoir été gravées contemporainement84. Elles portaient les épitaphes de trois enfants d’Antonin le Pieux, également morts avant l’avènement. Il s’agissait – dans l’ordre – de deux fils, M. Aurelius Fuluus Antoninus (D) [13] et M. Galerius Aurelius Antoninus (E) [14] et d’une fille, Aurelia Fadilla (F) [15]. La notice généalogique située au début de la Vie d’Antonin le Pieux dans l’HA85 mentionne – sans les nommer – les deux fils et les deux filles d’Antonin, ainsi que les deux gendres d’Antonin, Marc Aurèle époux de la cadette, Lamia Siluanus époux de l’aînée. On sait ainsi qu’Aurelia Fadilla était la fille aînée d’Antonin ; l’HA nous apprend qu’elle mourut au moment où son père partait pour son proconsulat d’Asie86, c’est-à-dire en 134. Comme elle était déjà mariée, elle était âgée d’au moins quatorze à quinze ans (en supposant qu’elle mourut très peu de temps après son mariage) et dut naître dans les années 110, au plus tard vers 119-120. On ne sait pas quand exactement moururent les deux fils d’Antonin, mais ce fut sûrement avant l’adoption d’Antonin par Hadrien, puisque le choix d’Antonin fut déterminé par le fait qu’il avait perdu ses fils87 et qu’il ne pouvait pas susciter de rivaux à Marc Aurèle et à Lucius Vérus. Assurément, les trois enfants d’Antonin morts avant son avènement ne firent pas l’objet d’une divinisation, même si, en Orient, l’un d’eux put recevoir des hommages posthumes en étant associé à sa mère88. Lorsqu’ils moururent (la fille en 134, les deux fils avant 138), leur père était encore un priuatus, sénateur à la brillante carrière, apparenté par le sang et par un réseau de mariages, à diverses familles liées à celles de Trajan, d’Hadrien et d’Ælius César : cela lui conférait un évident poids politique mais ne lui conférait pas le droit de déposer ses enfants morts dans un tombeau impérial. Il est vraisemblable que les deux fils furent tout d’abord ensevelis dans une tombe appartenant à la famille d’Antonin89 ; quant à la fille, morte sans doute peu de temps après son mariage, elle put être déposée ou bien dans la tombe de sa propre famille ou bien dans celle de la famille de son mari issu d’une alliance entre Ælii Lamiae et Plautii Siluani. Il est incontestable que, devenu empereur, Antonin eut le souci de transférer les restes de ses enfants depuis le (ou les) tombeau(x) dans le(s)quel(s) ils se trouvaient afin de les placer dans le tombeau d’Hadrien. Entré par adoption dans la famille d’Hadrien, il ne voulut pas laisser ses enfants à l’écart de ce qui devenait sa propre tombe familiale.

  • 90 La titulature d’Antonin dans les épitaphes de ses trois enfants est très proche (quoiqu’abrégée) d (...)
  • 91 Comme me le fait remarquer M. L. Caldelli, on peut se demander si les enfants d’Antonin morts avan (...)

46Dans la mesure où les plaques portant les épitaphes de ces trois enfants suivaient celle de Faustine et que l’un de ces enfants fut, en Orient, honoré en association avec sa mère défunte, il est vraisemblable que ce transfert eut lieu après la mort de Faustine. Il dut suivre les funérailles de Faustine ou même en faire partie, car la translation des jeunes défunts dut faire l’objet d’une cérémonie : leurs restes purent accompagner leur mère dans sa dernière demeure ou bien la suivre quelque temps plus tard90. On ne négligera pas les motivations affectives et sentimentales qui purent susciter une telle décision, mais elle n’était pas non plus sans implications dynastiques. Le tombeau d’Hadrien ne contenait jusque-là que les restes d’Hadrien, de Sabine et d’Ælius César. Antonin, devenu par l’adoption fils et frère de ces trois défunts, fit placer auprès d’eux son épouse décédée ; mais le transfert de leurs enfants morts avant son avènement eut pour effet d’imposer un contrepoids numérique. Désormais, face au groupe des trois défunts auxquels il se rattachait par l’adoption et les vicissitudes dynastiques, il pouvait aligner sa propre famille, plus privée et antérieure à l’adoption, une épouse et trois enfants nés de lui, qui venaient faire nombre91.

  • 92 Rôle que se voyait fort bien assumer un bisaïeul de Marc, L. Catilius Seuerus Iulianus Claudius Re (...)
  • 93 Sur cette mise à l’écart de Lucius Vérus, voir J.-P. Callu, « Vérus avant Vérus », G. Bonamente & (...)
  • 94 Le premier enfant de Marc et de Faustine, Annia Aurelia Galeria Faustina, naquit le 30 novembre 14 (...)
  • 95 Si Antonin permit que le Sénat décrétât des statues pour les père et mère, aïeux et frères d’Anton (...)

47Ces quatre épitaphes qui suivaient l’emplacement de la sienne propre (emplacement le situant dans un dispositif de parenté par adoption) symbolisaient une affirmation familiale propre qui n’est pas sans rappeler certaines des manœuvres d’Antonin lors des semaines qui suivirent la mort d’Hadrien. En effet, en août 138, le plus proche parent par le sang d’Hadrien, son neveu né de sa sœur utérine, M. Annius Verus (futur Marc Aurèle), âgé de dix-sept ans, fils adoptif d’Antonin depuis février, devenait le candidat favori à la succession du nouvel empereur, mais demeurait fiancé avec la fille du défunt Ælius César, Ceionia Fabia. Certes, le rôle imparti à Antonin, dans le dispositif successoral d’Hadrien, était celui naguère projeté pour Ælius César92 : Antonin devait gérer un Empire qu’il transmettrait ensuite à l’héritier d’Hadrien, le jeune Marc entre-temps parvenu à l’âge mûr. Ælius César était mort trop tôt pour remplir ce rôle, mais Antonin vécut, peut-être même plus qu’Hadrien ne l’avait initialement prévu. Dès qu’Hadrien avait projeté l’adoption d’Ælius César, la fille de ce dernier avait été fiancée à Marc, tandis que son fils, le futur Lucius Vérus, était fiancé à la fille survivante d’Antonin, la future Faustine la Jeune : si Ælius César avait survécu à Hadrien, nul doute qu’en vertu de ces alliances projetées Antonin serait devenu, en qualité de consocer de l’empereur, un des piliers du nouveau règne. La disparition prématurée d’Ælius César fit d’Antonin le soutien logique des projets successoraux d’Hadrien. Mais après la mort d’Hadrien, Antonin bouleversa quelques-uns des arrangements familiaux arrêtés du vivant d’Hadrien. Les enfants du défunt Ælius César étaient désormais d’un moindre poids dynastique ; aussi Antonin dépêcha-t-il sa propre épouse Faustine l’Aînée auprès de Marc (dont elle était la tante par le sang) afin de le persuader de rompre ses fiançailles avec la fille d’Ælius César pour épouser leur propre fille Faustine la Jeune dont les fiançailles avec le fils d’Ælius César seraient pareillement rompues. Marc accepta, mais on ne saurait nier que la manœuvre d’Antonin et de son épouse Faustine l’Aînée eut pour effet de placer les enfants d’Ælius César en position de retrait dynastique (et Lucius Vérus, du vivant d’Antonin, serait maintenu dans un célibat prolongé et à l’écart des affaires93) tandis que le seul enfant qui restait à Antonin, Faustine la Jeune, était fiancée au neveu d’Hadrien, au futur empereur Marc Aurèle. Dès 147, Faustine la Jeune, devenue mère, reçut le titre d’Augusta alors que son mari demeura seulement César jusqu’à la mort d’Antonin94, ce qui entraîna une inégalité de statut entre les époux-dauphins. Il ne faut pas douter qu’Antonin mena une politique qui, tout en respectant le point capital des dispositions successorales d’Hadrien (l’accès du jeune Marc à l’Empire), favorisa grandement sa propre famille : sa fille fut une pièce-maîtresse de l’affirmation de son pouvoir personnel, tandis que la translation de ses enfants morts avant l’avènement dans le tombeau d’Hadrien où ils allèrent rejoindre leur mère permettait, sur la façade du tombeau visible de tous, une très symbolique supériorité numérique de la famille d’Antonin par rapport à la famille qu’Hadrien s’était créée par l’adoption. Un clan familial l’emportait et l’affirmait sur la façade du tombeau dynastique qu’il s’appropriait95.

  • 96 La fille née en 147 serait Annia Galeria Aurelia Faustina, ultérieurement épouse sans doute de Cn. (...)
  • 97 Le dossier des dates de naissance et de décès des enfants de Marc Aurèle mériterait un réexamen co (...)
  • 98 Antonin y est dénommé Imperator Antoninus Augustus Pius pater patriae, alors que, dans les épitaph (...)
  • 99 Dans son épitaphe [16], le nom de T. Aurelius Antoninus est au datif, il est dit fils du César Mar (...)

48À diverses dates mal connues, entre environ 150 et 161, en tout cas avant la mort d’Antonin, trois enfants morts en bas âge de Marc Aurèle et de Faustine furent déposés dans le tombeau d’Hadrien. Leurs épitaphes (G, H, I) furent gravées à la suite de celles des enfants d’Antonin transférés dans le tombeau au début des années 140. Il s’agit, dans l’ordre, de deux garçons, T. Aurelius Antoninus [16] et T. Ælius Aurelius [17], et d’une fille, Domitia Faustina [18]. Marc Aurèle et Faustine commencèrent à avoir des enfants dès 14796, mais le nombre et surtout la date de naissance de ceux-ci sont mal connus97, et tout ce que l’on peut supposer est que ces trois jeunes enfants naquirent et moururent entre 148 et 161, puisqu’ils sont tous dits nepos (ou neptis) d’Antonin encore vivant98. Les divergences existant entre les formulaires de ces trois épitaphes montrent qu’elles ne furent pas rédigées en même temps99 : ces enfants furent déposés séparément dans le tombeau, à mesure qu’ils mouraient, ce qui laisse penser que T. Aurelius Antoninus mourut d’abord, puis T. Ælius Aurelius, et enfin Domitia Faustina, leur ordre de décès ne pouvant être indicatif de leur ordre de naissance. La mort des deux garçons, en particulier, dut décevoir les espérances dynastiques qu’on n’avait sans doute pas manqué de nourrir à leur naissance : on comprend mieux la liesse qui entoura, en 161, la naissance de garçons jumeaux.

49L’épitaphe d’Antonin, livrant – au datif – son nom et sa titulature au moment de sa mort [19], vint combler l’espace vacant (B) qui lui avait été réservé, vingt ans plus, auprès de la porte, en symétrie avec l’épitaphe de son frère adoptif Ælius César placée de l’autre côté d’une porte couronnée par l’épitaphe de leurs parents. Désormais, selon la reconstitution d’Hülsen, le bandeau de droite était complet. Il comportait, dans l’ordre, les épitaphes d’Antonin et de son épouse, de leurs trois enfants morts avant l’avènement, et enfin de leurs trois petits-enfants morts sous le règne de leur grand-père.

Les dépositions survenues sous le règne de Marc Aurèle

50Le bandeau de droite étant désormais complet, il revenait au bandeau de gauche d’accueillir les épitaphes des membres de la famille impériale morts après Domitia Faustina, peut-être dès le vivant d’Antonin, et sous le règne de Marc Aurèle.

51Sur la première plaque (K), immédiatement à côté de la porte, avait été gravée en 139 l’épitaphe d’Ælius César, fils adoptif d’Hadrien et père naturel de Lucius Vérus. Selon la reconstitution d’Hülsen, les épitaphes figurant sur trois plaques (L, M, N) situées à gauche de l’épitaphe d’Ælius César ont été perdues. La cinquième plaque (O) portait l’épitaphe de Lucius Vérus, mort dans les deux premiers mois de l’année 169. On peut hasarder quelques propositions sur les épitaphes gravées sur les plaques manquantes (L, M, N).

  • 100 Voir FOS, n° 128 ; F. Chausson, Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus, op. cit. et fig (...)
  • 101 Au moment de son élévation au Césarat, Ælius César est présenté comme gendre de Nigrinus, mais Dio (...)
  • 102 HA, M. Ant. Phil., XV, 3 : Tantae autem sanctitatis fuit Marcus, ut […] mortuum eum diuum appelaue (...)
  • 103 Par exemple, son oncle, frère utérin de son père, M. Vettulenus Ciuica Barbarus, consul en 156, qu (...)
  • 104 L’épouse d’Ælius César put être alternativement accueillie par le tombeau familial ou de sa bellef (...)

52La deuxième plaque du bandeau de gauche (L) était située à l’immédiate gauche de l’épitaphe d’Ælius César (K). On peut arguer d’un facteur de symétrie : la porte, dominée par l’épitaphe d’Hadrien et de Sabine (A) était flanquée des épitaphes de leurs deux fils adoptifs, Ælius César à gauche (K) et Antonin à droite (B). On a vu qu’un souci de symétrie avait prévalu et que l’emplacement de l’épitaphe d’Antonin (B) avait été réservé afin qu’elle jouxtât celle de son épouse (C) morte quelque vingt ans avant lui. Cet emplacement fut réservé entre 139 (date de la gravure des épitaphes d’Hadrien et Sabine et d’Ælius César) et 140-141 (date de gravure de l’épitaphe de Faustine l’Aînée). Dès lors, doit-on penser que la prévoyance et la symétrie ont radicalement prévalu dans l’octroi des plaques pour les épitaphes des défunts à venir de la famille ? Si, quasiment dès l’origine du tombeau, deux plaques furent réservées à droite de la porte pour Antonin et son épouse, faut-il penser que l’épitaphe d’Ælius César, à gauche de la porte, était elle-même associée à celle de son épouse ? De l’épouse d’Ælius César, on ne sait presque rien100. Elle était la fille de C. Auidius Nigrinus, consul suffect en 110, qui eut des espérances impériales mais fut éliminé au début du règne d’Hadrien ; par sa mère, elle était alliée à un dense réseau aristocratique comprenant aussi bien Domitia Longina (veuve de Domitien, sans doute remariée avec un grand-père d’Hadrien et bisaïeul de Marc Aurèle selon G. Di Vita-Évrard) qu’un gendre du futur Antonin le Pieux. Elle dut naître dans la première moitié des années 110, fut mariée dans la seconde moitié des années 120 et eut au moins trois enfants, le futur Lucius Vérus et deux filles, Ceionia Plautia et Ceionia Fabia. On ne connaît pas le destin de l’épouse d’Ælius César : cette jeune femme était-elle encore vivante (alors âgée de moins de trente ans) lors de l’élévation au Césarat de son mari101 ? lui survécut-elle longtemps ? se remaria-t-elle ? Ces questions demeurent sans réponse ; on sait seulement qu’à la mort de Lucius Vérus Marc Aurèle combla de bienfaits toutes les sœurs, les tantes, des parents et même les affranchis de celui-ci102, mais sa mère, qui n’aurait pourtant même pas eu alors tout à fait cinquante ans, n’est pas mentionnée, ce qui laisse penser qu’elle était déjà morte. Divers parents de Vérus apparaissent dans la documentation relative à son règne103, mais pas sa mère, et on peut éventuellement tirer de ce silence qu’elle mourut avant 161. Diverses possibilités existent : ou bien l’épouse d’Ælius César mourut avant son mari, et on ne sait pas si Antonin, qui eut le souci de maintenir Lucius Vérus dans une position secondaire, fit transférer les restes de l’épouse d’Ælius César dont il fit graver l’épitaphe sans doute en 139 ; ou bien l’épouse d’Ælius César mourut après son mari, sous le règne d’Antonin le Pieux, et on peut se demander si Antonin, attaché à établir la prédominance de sa propre famille sur celle des Ceionii, fit placer la veuve du César dans le tombeau de la famille impériale dont il était, depuis la mort d’Hadrien, le nouveau chef104. Ces incertitudes pèsent sur la destination de la plaque L.

  • 105 CIG, 2968, Ephesos : ‘Adrianovn, Ú uiJo ;n M.Aujrhl’Ainvtowun eÚi vnou Ú Kaivsaroı Sebastou‘[ – – (...)
  • 106 ILS, 8803c : T.Ai[lio’Ann twnei‘‘non, Ú »u…ijo ;n M.Aujrhlivou Kaivsar »oı… Bhvrou kai ;’A nnivaı (...)
  • 107 Son nom est connu par la dédicace que reçut, de son vivant, ce tout petit enfant à Lilybée, citée (...)

53Quoi qu’il en soit, deux (N, M) des plaques situées entre celle d’Ælius César (K) et celle de Lucius Vérus, peut-être même les trois (N, M, L, si on exclut que cette dernière fut réservée pour l’épitaphe de l’épouse d’Ælius César) durent accueillir les épitaphes de membres de la famille morts après la petite Domitia Faustina (décédée du vivant d’Antonin, sans doute dans la seconde moitié des années 150 ou peu avant 161) et avant Lucius Vérus (c’est-à-dire avant janvier-février 169). On s’accorde à penser qu’un fils de Marc Aurèle et de Faustine la Jeune, Hadrianus, connu seulement par une inscription d’Éphèse et une autre de Propontide datée du règne de Marc Aurèle105, mourut avant 166 puisqu’il ne fut pas alors élevé au Césarat avec ses frères, mais il put naître dans la seconde moitié des années 160, peu après 166 et mourir après 169 ; il mourut en tout cas sous le règne de son père et selon qu’il sera mort avant 166 ou après 169 son épitaphe put être gravée à droite de celle de Lucius Vérus (M, N, éventuellement L) ou à sa gauche (P, Q ou R). Un autre fils, nommé T. Ælius Antoninus, est connu comme fils de Marc et de Faustine grâce à une inscription d’Olympie106, mais la question se pose de savoir s’il faut l’identifier avec T. Ælius Aurelius, deuxième enfant de ce couple déposé dans le tombeau du vivant d’Antonin : s’il convient de l’en distinguer, ce fils, qui apparemment n’a pas vécu, pourrait avoir reçu, lui aussi, une épitaphe placée entre celle d’Ælius César et celle de Lucius Vérus. En revanche, il est assuré que le frère jumeau de Commode, T. Aurelius Fuluus Antoninus107, né en 161, mourut dans sa quatrième année [28], vers 165. La documentation historiographique (en particulier l’HA) devient plus attentive sur le destin des fils de Marc à partir des années 165-166, précisément à cause des espérances impériales que l’on pouvait avoir à leur sujet et de leur association au collège impérial formé à partir de 166 : comme aucun autre décès d’enfant n’est mentionné dans nos sources pour les années 165-168, il est assez vraisemblable que ce frère jumeau de Commode fut le dernier membre de la dynastie à être déposé dans le tombeau avant Lucius Vérus et il serait probable que son épitaphe ait été gravée sur la plaque N immédiatement antérieure à celle portant l’épitaphe de Lucius Vérus.

  • 108 HA, M. Ant. Phil., XX, 6-7 : Non decurso luctus tempore. La hâte de Marc à remarier sa fille s’exp (...)

54En janvier ou février 169, Lucius Vérus, qui n’avait même pas atteint la quarantaine, mourut à Altinum, lors du trajet qui le ramenait d’Aquilée à Rome à l’issue d’une campagne dans les provinces danubiennes. Il fut déposé dans le tombeau d’Hadrien, reçut divers honneurs [30] et son épitaphe fut gravée sur la façade du tombeau familial [20], à l’emplacement de la plaque O selon la reconstitution d’Hülsen. Vérus laissait une veuve, Lucilla, fille de Marc et de Faustine. Elle fut remariée, sans même attendre la fin de la période de deuil108, sans doute en 169 même, au sénateur Ti. Claudius Pompeianus, fils d’un chevalier d’Antioche, mais elle garda son titre d’Augusta en dépit de son remariage avec un priuatus. Lucilla, avec l’appui de son gendre (qui était aussi le neveu de son mari), tenta en 183 d’arracher l’Empire à son frère Commode, mais fut exilée puis éliminée. En raison des conditions de sa mort, il est exclu qu’elle ait été déposée dans le tombeau des Antonins. Peut-être, jusque vers 183, un emplacement fut réservé sur la façade du tombeau afin de graver son épitaphe à côté de celle de son mari (sur la plaque P ?), mais son remariage quasi immédiat rend cette hypothèse peu vraisemblable.

55En revanche, la même plaque P dut recevoir une épitaphe fort peu de temps après la gravure de celle de Lucius Vérus sur la plaque voisine. En effet, le destin frappa durement la famille impériale en 169, puisque, en septembre, mourut, à l’âge de sept ans, le fils cadet de Marc Aurèle, M. Annius Verus qui, en octobre 166, avait été élevé au Césarat avec son frère plus âgé d’un an Commode. Il est vraisemblable que son épitaphe fut gravée sur la plaque (P) jouxtant celle portant l’épitaphe de Lucius Vérus, puisque les deux décès survinrent dans la même année (et qu’entre-temps la veuve de Vérus, Lucilla, s’était remariée, laissant libre le seul emplacement demeuré vacant à côté de l’épitaphe de Vérus).

  • 109 Herodian., I, 8, 3 ; cf. FOS, n° 61.

56Dans la décennie qui suivit, seuls deux décès sont datés avec précision dans la famille impériale, celui de Faustine la Jeune et celui de Marc Aurèle. Il demeure difficile de savoir si un fils de ce couple mourut en bas âge dans les années 170-175 (par exemple Hadrianus) ; on sait aussi que leur fille aînée, Annia Galeria Aurelia Faustina, épouse du Galate Cn. Claudius Seuerus consul II en 173, née en 147, mourut avant 183, puisqu’à cette date Lucilla est qualifiée d’aînée des sœurs de Commode109 (ce qui signifie que l’aînée est morte et que Lucilla est ainsi devenue l’aînée des sœurs survivantes), mais on ne sait pas quand elle mourut (avant sa mère, après sa mère et avant son père, ou entre 180 et 183). On ne sait pas si cette fille mariée fut déposée dans le tombeau de sa famille ou si elle fut ensevelie (comme le préférerait l’usage) dans celui de sa belle-famille. Si jamais elle fut déposée dans le tombeau des Antonins avant sa mère, son épitaphe put être gravée après celles de Lucius Vérus et de son propre frère, le petit M. Annius Verus morts en 169 (et donc sur la plaque Q) : comme il ne resterait alors qu’une seule plaque (R) non gravée sur les bandeaux de la façade, cela signifierait que, si l’on a ensuite gravé l’épitaphe de Faustine la Jeune sur cette plaque R, les plaques portant les épitaphes de Faustine et de Marc n’étaient pas jointes (ce qui n’est guère satisfaisant, à en juger par les précédents d’Hadrien et Sabine et d’Antonin et Faustine l’Aînée). On peut certes supposer que les épitaphes de Marc et de Faustine la Jeune furent gravées sur le registre supérieur du bandeau de gauche (registre qui accueillerait ultérieurement l’épitaphe de Commode), mais il faudrait alors savoir de qui on put graver l’épitaphe sur la plaque R (faut-il penser encore à Hadrianus, fils de Marc et de Faustine, dont la date de décès est mal fixée ?). Il est plus économique de songer qu’Annia Galeria Aurelia Faustina, dont on sait seulement qu’elle mourut avant 183 (et donc peut-être après sa mère et après son père), fut placée dans un tombeau appartenant à son mari.

57En 176, Faustine la Jeune, âgée d’environ quarante-cinq ans, mourut dans un bourg de Cilicie [62]. Même si elle n’est attestée par aucun document, sa déposition dans le tombeau des Antonins doit être tenue pour certaine. En mars 180, Marc mourut à son tour, à l’âge de soixante ans, dans les parages du Danube : que le tombeau des Antonins soit appelé nao ;ı e[nqa Mavrkou te kai ; tw``n pro ; aujtou`` basilevwn iJera ; mnhvmata deivknutai [33], et sepulchrum Marci Antonini [35], montre assez que Marc y fut déposé. On préférera supposer que les épitaphes de Marc et de Faustine, furent, à quatre années d’intervalle, gravées sur des plaques voisines, selon l’usage en vigueur pour des époux. Comme aucun autre décès que le leur n’est attesté dans la famille impériale lors des années 170-180, il est plus satisfaisant de penser que les plaques susceptibles d’être encore disponibles sur le bandeau de gauche (Q et R) reçurent les épitaphes de Marc et de Faustine. Si jamais, dans cette même décennie, un autre décès que le leur survint dont nous ignorerions tout, il faudrait penser que leurs épitaphes furent gravées dans un registre supérieur, courant au-dessus du bandeau de gauche, là où l’épitaphe de Commode (S) serait ultérieurement incisée. Il est en tout cas à peu près assuré qu’à la mort de Marc Aurèle (et peut-être même avant, si l’on suppose d’autres décès non attestés) le bandeau de gauche était entièrement gravé.

  • 110 Peut-être quatre si T.Ælius Antoninus doit être distingué de T.Ælius Aurelius et est mort avant 16 (...)
  • 111 Fadilla, épouse de M. Peducaeus Plautius Quintillus consul en 177 ; Vibia Aurelia Sabina, épouse d (...)

58Une remarque mérite d’être faite à propos des lacunes relatives à d’éventuelles dépositions dans les années 160-180. On a vu que trois petits-enfants110 d’Antonin, nés de Marc encore César et de Faustine déjà Augusta, furent, du vivant même d’Antonin, déposés dans le tombeau familial. Sous le règne de Marc, encore trois de ses fils morts en bas âge y furent ensevelis. Or, en fait d’enfants morts tôt, seules nous ont été conservées les épitaphes d’enfants de Marc et de Faustine la Jeune. Il serait douteux que ce couple ait été une exception biologique. Leur fille aînée, Annia Galeria Aurelia Faustina, fut mariée avec Cn. Claudius Seuerus sans doute dès 162-163 ; leur fille cadette Lucilla épousa Lucius Vérus vers 163-164 puis Ti. Claudius Pompeianus en 169 ; ces deux filles, comme les trois autres111, eurent sans doute un certain nombre d’enfants dont quelques-uns durent mourir en bas âge, dès le règne de leur père. Or on constate que l’épitaphe d’aucun petit-enfant de Marc et de Faustine la Jeune n’a été conservée sur la façade du tombeau des Antonins. Certes, bien des plaques sont manquantes (et en particulier les plus tardives), mais, plus que par les aléatoires outrages du temps, ce silence documentaire s’explique par une pratique : les filles d’empereurs et leurs propres enfants étaient sans doute ensevelis dans le tombeau de leur belle-famille. Les enfants de Marc et de Faustine morts en bas âge du vivant d’Antonin purent être placés dans le tombeau d’Hadrien parce que leur père, le César Marc, était fils adoptif de l’empereur, tandis que leur mère, Faustine la Jeune, fille de l’empereur, avait elle-même le titre d’Augusta. Le cas d’Aurelia Fadilla, fille d’Antonin morte en 134 alors qu’elle était déjà l’épouse de Lamia Siluanus, transférée avec ses frères dans le tombeau d’Hadrien après l’avènement de leur père, demeure tout à fait exceptionnel et s’explique par le souci qu’avait Antonin d’affirmer la présence de sa famille dans le tombeau d’Hadrien.

59Le seul des fils de Marc et de Faustine qui atteignit l’âge adulte, Commode, se maria en 178 (un an après son élévation au Césarat) avec Bruttia Crispina, mariage qui dura une douzaine d’années, jusqu’à l’accusation d’adultère qui entraîna la relégation puis l’élimination de Crispina ; mais on n’a aucune attestation d’une quelconque naissance chez ce couple impérial : faute d’une documentation plus complète, on ne postulera donc pas que l’épitaphe d’un enfant de Commode et de Crispina ait pu être gravée sur la façade du tombeau des Antonins.

Le cas de Commode

  • 112 Ainsi qu’en témoigne la mise en scène de son refus de l’Empire, lors d’une séance du Sénat où il s (...)
  • 113 Je ne puis suivre toutes les conclusions d’E. Van’t Dack, « Commode et ses épithètes Pius Felix », (...)
  • 114 Cette épitaphe, mentionnant les titres de Commode à sa mort (comme pour Hadrien, Ælius César, Anto (...)
  • 115 La décision de cette déposition revient à Pertinax : peut-on imaginer qu’un défunt puisse être dép (...)
  • 116 Ainsi que le montre une dédicace d’Argos, adressée après 169 à son frère utérin ; P. Charneux, « M (...)
  • 117 Les restes de Pertinax furent déposés dans la tombe du grand-père de son épouse (Helv. Pert., XIV, (...)

60À sa mort, la dépouille de Commode, d’abord menacée d’être jetée dans le Tibre, fut transférée dans le tombeau des Antonins sur ordre d’un Pertinax soucieux de ne point établir de rupture violente avec la dynastie antonine regrettée des soldats et d’une partie du Sénat112. Le texte de l’épitaphe de Commode, gravé sur la plaque S de la façade du tombeau des Antonins, a été conservé [21]. Les vicissitudes subies par la mémoire de Commode dans les années 193-196 sont complexes, et mériteraient sûrement un réexamen approfondi113 ; mais il est assuré que dès 195-196 Septime Sévère s’était proclamé frère de Commode et que ce dernier fut dit sans ambiguïté Diuus. De fait, la date de gravure de l’épitaphe de Commode sur la façade du tombeau des Antonins demeure incertaine114. Faut-il penser qu’en 193 ses restes furent déposés dans le tombeau sans que son nom fût gravé sur la façade115, ou bien que cette épitaphe ne fût rédigée et gravée qu’au moment où Septime Sévère revendiqua une parenté avec Commode ? En l’état de la documentation, ce problème paraît difficile à résoudre. En revanche, la position de la plaque (S) sur laquelle cette épitaphe fut gravée est significative : elle est située au-dessus du bandeau de gauche, dans un registre supérieur qui indique nettement que le bandeau de gauche était déjà rempli en 193-195 (même s’il demeure impossible de savoir s’il l’était auparavant et si l’épitaphe de Commode fut la première à être gravée sur ce registre supérieur). D’après la reconstitution d’Hülsen, elle serait placée immédiatement au-dessus de celle de Lucius Vérus ; peut-être n’est-ce pas un hasard, dans la mesure où Commode était usuellement désigné par le cognomen traditionnel de la famille des Ceionii Commodi, famille naturelle d’Ælius César et de son fils Lucius Vérus, et où il avait, à la fin de son règne, modifié sa nomenclature et y avait inclu la séquence L. Ælius, qui était une référence non seulement à Hadrien (pour le gentilice) mais aussi à Ælius César (traditionnellement appelé L. Ælius Caesar ou même L. Caesar116). La plaque R portant l’épitaphe de Commode était aussi placée, selon Hülsen, au-dessus de la plaque P, qui semble avoir contenu celle de son frère, le César M. Annius Verus mort en 169 (à moins que ce ne fût déjà là un emplacement réservé pour Marc ou Faustine la Jeune). Toujours est-il que la déposition de Commode dans le tombeau d’Hadrien fut, d’après notre documentation, la dernière d’un Antonin lié à la dynastie par le sang117.

De Septime Sévère à Sévère Alexandre

La famille de Septime Sévère

  • 118 Une seule inscription funéraire relative à un membre de la gens Septimia a été retrouvée à Lepcis (...)
  • 119 Quant à Julia Domna, les stèles d’un tombeau ayant appartenu à une branche de sa famille active da (...)
  • 120 Sur ces hommages, leurs intentions et la chronologie que leur assigne (pour la série lepcitaine)
    Mm (...)
  • 121 Sev., VIII, 10.
  • 122 Septime Sévère honora certains de ses parents par des charges ou des sacerdoces, comme le consulat (...)

61Septime Sévère, devant établir sa légitimité impériale, récupéra l’héritage idéologique et dynastique des Antonins, en se déclarant fils de Marc Aurèle et frère de Commode. Certes, sa famille devait disposer de tombeaux à Lepcis Magna (ou dans quelque domaine de la campagne lepcitaine)118, ou encore en Italie, en particulier à Véies, à Cures ou dans l’ager Hernicum, lieux où une branche de la famille avait des propriétés dès le règne de Domitien119. De même qu’Antonin le Pieux avait accepté que le Sénat honorât ses aïeux, son père, sa mère et ses frères morts avant son avènement, de même Septime Sévère fit élever des dédicaces à son grand-père L. Septimius Seuerus, à son père P. Septimius Geta (mort vers 170), à sa mère Fuluia Pia et même à sa première épouse Paccia Marciana (morte vers 174)120, mais aucun d’eux ne fut rétrospectivement divinisé et rien ne semble indiquer que Septime Sévère ait eu, sous son règne, le souci de les faire transférer dans le tombeau des Antonins. Enfin, Septime Sévère honora certes son frère P. Septimius Geta d’un second consulat en 203, mais il se garda toujours de l’associer à l’Empire (décevant les espoirs dudit frère121) et il serait improbable, en raison de la place assignée par Septime Sévère à son frère, qu’il l’eût, à sa mort survenue vers 204-205, fait déposer dans le tombeau des Antonins122.

62Septime Sévère mourut à Eburacum (actuelle York) le 4 février 211. Ses cendres furent ramenées dans une urne par ses fils [33, 34 et 36], puis déposées dans le tombeau des Antonins [34 et 35] : Septime Sévère, qui s’était réclamé d’un lignage antonin, alla ainsi rejoindre les ancêtres qu’il s’était choisis politiquement. Son épitaphe, pas plus que celle des autres membres de la dynastie sévérienne, ne nous a été conservée. Dans la mesure où les deux bandeaux de plaques latéraux étaient déjà remplis lors de la déposition de Commode, il faut supposer que l’épitaphe de Sévère fut, à l’instar de celle de Commode, gravée sur l’un des registres supérieurs courant au-dessus des bandeaux, peut-être sur le côté gauche, à proximité de celle de son frère Commode et non loin de celle de son père Marc Aurèle. De fait, toutes les plaques du bandeau droit semblent avoir été conservées jusqu’au xve siècle, tandis qu’à cette époque-là le côté gauche avait subi d’irréparables dommages, puisque, au-delà de l’épitaphe (K) d’Ælius César qui se trouvait fixée à proximité de la porte (peut-être gravée sur un piédroit, ce qui expliquerait sa conservation), un premier ensemble de plaques a ensuite disparu (L, M, N), ainsi que la fin de la rangée de plaques (P, Q, R), ne laissant subsister, presque miraculeusement, que celles (O, S) portant les épitaphes de Lucius Vérus et de Commode. La disparition de plaques appartenant au bandeau gauche dut entraîner celle des plaques qui étaient placées sur le registre immédiatement supérieur à ce bandeau, puisque la conservation de la plaque O dut vraisemblablement permettre celle de la plaque S qui jouxtait son bord supérieur. On n’a pas de trace de gravure d’un registre supérieur dominant le bandeau droit (pourtant intact à l’époque où ces inscriptions furent lues), ce qui autoriserait à penser qu’effectivement les épitaphes de la famille sévérienne furent gravées sur le registre supérieur qui, au-dessus du bandeau gauche, avait accueilli l’épitaphe de Commode. On s’en tiendra à ce mince indice qui ne permet d’établir qu’une probabilité.

  • 123 Une tradition unaniment hostile à Antonin Caracalla fait de l’assassinat de Géta une simple élimin (...)

63L’assassinat de Géta en 212 le priva sans doute d’une sépulture dans le mausolée des Antonins (ainsi qu’il en ressort d’une mesure prise au plus tôt en 218-219 par Julia Maesa [41]), mais on ne doit pas pour autant pas penser qu’il fut radicalement privé de toute sépulture : ses restes furent ultérieurement transférés, et on verrait mal, pour des raisons religieuses et politiques, que sa mère Julia Domna, quelle qu’ait été sa soumission à l’égard de son fils survivant, ait accepté que son fils mort fût privé d’un tombeau123, mais on ne sait pas où il put être déposé lors des années qui séparèrent sa mort de son transfert dans le tombeau des Antonins.

  • 124 Il n’y a pas lieu ici de commenter longuement les divergences existant entre l’HA (démarquant Mari (...)

64Un complot de cour provoqua l’assassinat d’Antonin Caracalla, non loin de Carrhes, le 8 avril 217. Son préfet du prétoire et successeur, Macrin, fit transférer ses cendres de Mésopotamie tout d’abord à Antioche auprès de Julia Domna [39], puis à Rome où elles furent déposées dans le tombeau des Antonins [37, 38 et 39]124. Comme dans le cas de Septime Sévère, on ne sait pas où, sur la façade ce tombeau, fut gravée son épitaphe.

65Le meurtre d’Antonin Caracalla fut suivi de peu par la mort de Julia Domna apparemment demeurée à Antioche. Macrin fit transférer ses cendres dans un monument que Dion, abrégé par Xiphilin [41], nomme le « monument» (« tombeau» ou « mémorial») de Caius et de Lucius (to ; tou`` Gai ?ou tou`` te Loukivou mnh``ma). C’est seulement dans un deuxième temps que Julia Domna aurait été transférée par sa sœur depuis cet énigmatique « monument» dans le tombeau des Antonin [41]. Ce lieu où furent tout d’abord déposées les cendres de Julia Domna fut incontestablement consacré à Caius et Lucius, les deux petits-fils d’Auguste, mais son identification demeure problématique, parce qu’on en est venu à interpréter ce monument inconnu comme une sorte de cénotaphe ou de mémorial érigé en l’honneur de ces deux princes. Il faut toutefois reconnaître qu’un tel monument n’est pas attesté dans un quelconque autre document et il reste hasardeux de l’inventer pour interpréter le témoignage de Dion. En effet, le mot « mnh``ma» ici employé par Dion signifie le plus souvent « tombeau». Certes, il est entendu que Caius et Lucius furent ensevelis dans le tombeau d’Auguste et que l’on ne saurait parler de leur tombeau de manière indépendante (d’où le recours interprétatif à un monument indépendant érigé à leur mémoire dans lequel Julia Domna eût été déposée). Mais il ne faut pas omettre deux faits :

  1. 1° Dion a été abrégé par Xiphilin et une formulation rapide retenue par ce dernier peut avoir entraîné une perte d’information ;

  1. 2° Le tombeau des Antonins est mentionné par Hérodien comme le « sanctuaire où sont visibles les tombeaux sacrés de Marc Aurèle et de ses prédécesseurs à l’Empire» (nao ;ı e[nqa Mavrkou te kai ; tw``n pro ; aujtou`` basilevwn iJera ; mnhvmata deivknutai). Le tombeau dynastique est ainsi présenté comme un ensemble dans lequel on pouvait voir des tombeaux individuels (des iJera ; mnhvmata, l’adjectif iJera ; pouvant aussi bien avoir le sens de « sacré» que d’« impérial»). Le mot « mnh``ma» peut donc désigner des sépultures individuelles établies dans un mausolée collectif. Or ce que l’on sait de la structure intérieure (malheureusement fort endommagée et d’une reconstitution malaisée dans le détail) du mausolée d’Auguste laisse deviner un agencement de corridors annulaires s’ouvrant sur des niches (ou chapelles ou chambres funéraires) dans lesquelles étaient déposées urnes et épitaphes.

  • 125 Si l’on dépose des cendres dans un mnh‘‘ma, il est extrêmement plausible que ce mnh‘‘ma était un t (...)
  • 126 La mort rapprochée de ces deux jeunes princes et leur union symbolique impliquent que leurs sépult (...)

66On peut donc supposer que les restes de Caius et de Lucius, les deux petits-fils d’Auguste, princes de la jeunesse assimilés à de nouveaux dioscures, morts à moins de deux années d’intervalle, furent déposés dans le même secteur du mausolée de leur grand-père et père adoptif : symboliquement unis dans la mort, leurs restes furent accueillis par une seule et même chapelle funéraire, celle-là même dans laquelle furent ultérieurement déposés, pour un bref temps, ceux de Julia Domna. On fera ainsi l’économie d’un monument pas autrement attesté. Point n’est besoin d’imaginer un cénotaphe romain pour ces deux jeunes princes : leur tombeau se trouvait à Rome où un cénotaphe eût fait double emploi (et Caius avait déjà reçu un cénotaphe à Limyra en Lydie où il était mort) et on verrait mal que les restes de Julia Domna eussent été placés dans un monument honorifique qui n’eût pas eu une immédiate destination funéraire (base d’un groupe statuaire, arc, portique, etc., tous monuments auxquels le terme de mnh``ma se serait moins bien appliqué qu’à un tombeau125). On supposera que Xiphilin a abrégé la formule de Dion, ou que Dion a été allusif et qu’il signifiait (avec la connaissance implicite du contemporain) que les cendres de Domna avaient été déposées dans le tombeau de Caius et de Lucius au sein du mausolée d’Auguste. Certes, le mausolée d’Auguste était plein à partir des années 120 (au plus tard), mais on peut imaginer qu’un peu de place fut trouvée dans l’une des chapelles funéraires qu’il contenait pour une déposition provisoire (ou qu’on déposa Domna dans une chapelle où il restait de la place), en l’occurrence dans le secteur qui contenait les restes de Caius et de Lucius126.

67Il reste remarquable que Macrin n’eût point déposé les restes de Domna auprès de ceux de son mari et de son fils dans le tombeau des Antonins. Cette décision sonne comme une exclusion. Il semble que Domna ait eu une attitude de rejet – bien compréhensible – à l’égard de Macrin et qu’elle se soit laissée volontairement mourir, hâtant le cours d’une maladie ; lors des dernières semaines qu’elle vécut, elle put cristalliser autour d’elle un groupe de réfractaires à l’élévation de Macrin : on sait que Macrin renvoya dans ses propriétés éméséniennes Julia Maesa, sœur de Domna, qui fomentera peu après la révolte qui abattra Macrin. Sans doute Macrin ne tenait-il pas à voir valoriser Julia Domna par une imposante cérémonie de déposition dans le tombeau des Antonins et à raviver ainsi le souvenir d’Antonin Caracalla qu’elle serait allée rejoindre – surtout dans une Rome dont Macrin fut absent pendant toute la durée de son règne.

L’intermède de Macrin

  • 127 Dio, LXXVIII, 40, 1-2. Il semble qu’Hérodien fasse une confusion et omette une partie des vicissit (...)

68Macrin lui-même se réclamait d’une idéologie antonino-sévérienne : il inséra dans sa nomenclature le cognomen de Seuerus (sans toutefois se créer une généalogie le rattachant au Lepcitain) et inséra pareillement le cognomen Antoninus dans la nomenclature de son fils Diaduménien. Mais ce rêve impérial dura peu : la révolte des légions syriennes provoquée par Julia Maesa eut raison du pouvoir de Macrin. Mis en fuite, il fut capturé en Cappadoce ; il tenta de se jeter hors du chariot qui le rapportait à Antioche, se blessa cruellement et, condamné à mort, fut exécuté avant même d’arriver à Antioche. Son corps demeura sans sépulture jusqu’à ce qu’il fût soumis à la vue du jeune Antonin Héliogabale lors de son voyage depuis Antioche jusqu’en Bithynie, c’est-à-dire au début de l’automne 218127 ; de cette mention on retient que Macrin fut ensuite enseveli, mais on ne sait pas où. Quant à son fils, il fut capturé à Zeugma et fut exécuté ensuite, sans que l’on sache où. Leurs restes ne furent assurément pas déposés dans le tombeau des Antonins. Peut-être reçurent-ils une sépulture de fortune près d’Antioche (si le corps du fils alla rejoindre celui du père) ou furent-ils remis à des survivants de leur famille qui les déposèrent dans un tombeau familial (à Césarée de Maurétanie dont Macrin était originaire, ou en Italie) ?

La branche syrienne de la dynastie sévérienne

69La montée sur le trône d’un petit-neveu de Julia Domna, Antonin Héliogabale, allait entraîner une série d’honneurs posthumes pour la veuve de Septime Sévère. Sa sœur Julia Maesa la fit transférer du tombeau de Caius et Lucius César où, sur décision de Macrin, elle avait été déposée, dans le tombeau des Antonins [41]. On peut supposer que la plaque sur laquelle son épitaphe fut gravée se trouvait non loin de celle de Septime Sévère. Tout comme la consecratio de Domna (qui, à mon sens, dut avoir lieu plutôt sous Antonin Héliogabale que sous Macrin), ce transfert ne peut qu’être approximativement daté. Julia Maesa et son impérial petit-fils n’arrivèrent à Rome qu’à l’été 219 (soit plus d’un an après l’avènement), mais rien n’empêche que des décisions eussent été exécutées dès 218 par lettre impériale (tout comme l’avaient été celles de Macrin, qui ne vint jamais à Rome pendant les quelque quatorze mois que dura son règne). Il est surtout significatif – d’après le récit de Dion [41] – que les restes de Géta eussent alors été eux aussi transférés, avec ceux de sa mère, dans le tombeau des Antonins. Cela permet de dire que Géta avait reçu une sépulture après son exécution et que, environ sept ans plus tard, on savait où aller chercher ses reliquiae. On sait toutefois qu’Antonin Héliogabale (tout comme Sévère Alexandre après lui) fonda sa légitimité sur une filiation fictive l’unissant à Antonin Caracalla : le transfert des restes de Géta avec ceux de sa mère dans le tombeau des Antonins doit être interprété plutôt comme un geste de piété familiale de la part de Julia Maesa que comme une réhabilitation effective de Géta ; mais doit-on penser que, du moment que ses restes furent déposés dans ce tombeau, Géta reçut lui aussi une épitaphe gravée sur la façade ? Ce point demeure très incertain et embarrassant.

  • 128 CIL, X, 6569 (ILS, 478), Velitrae : Sex(to) Vario Marcello | proc(uratori) aquar(um) (centenario), (...)
  • 129 Que les époux des deux filles de Maesa n’aient pas été transférés dans le tombeau des Antonins sou (...)
  • 130 Voir G. Alföldy, « Zwei Schimpfnamen des Kaisers Elagabal : Tiberinus und Tractatitius », BHAC 197 (...)

70Le transfert de Julia Domna et de Géta est la dernière déposition attestée dans le tombeau des Antonins. L’accession au pouvoir de la branche syrienne de la dynastie ne paraît pas avoir entraîné le transfert d’autres défunts de la famille, comme C. Iulius Auitus Alexianus époux de Julia Maesa, Sex. Varius Marcellus époux de Julia Soemias et père d’Antonin Héliogabale (dont l’épitaphe bilingue a été retrouvée à Velletri128) ou encore Gessius Marcianus époux de Julia Mamaea et père de Sévère Alexandre129. Une sœur du futur Sévère Alexandre et son mari furent assassinés par les partisans de Macrin en Syrie lors des luttes du printemps 218 pour la conquête du pouvoir, mais il ne semble pas que cet infortuné couple eût fait l’objet d’honneurs officiels. Antonin Héliogabale avait sans doute une (ou plusieurs) sœur(s), mais rien n’autorise à penser qu’elle(s) pu(ren)t mourir sous son règne et être transférée(s) dans le tombeau des Antonins. Lorsqu’Antonin Héliogabale et sa mère furent éliminés, leurs corps furent jetés dans le Tibre130 et ne furent donc pas déposés dans le tombeau des Antonins.

71La seule déposition possible est celle de Julia Maesa, qui survécut et mourut sous le règne de Sévère Alexandre, en 224. Elle fut divinisée ainsi qu’en témoignent des monnaies dédiées à la Diua Maesa Augusta, mais on ne sait rien du détail de ses funérailles : fut-elle placée dans la tombe (à Émèse ? en Italie ?) de son époux C. Iulius Auitus Alexianus, ou bien dans le tombeau des Antonins ? Elle-même avait fait déposer sa sœur et son neveu dans ce même tombeau environ cinq ans auparavant : on peut penser que la même mesure lui fut appliquée, mais rien ne permet de l’établir. Quant à Sévère Alexandre et sa mère Mamaea, ils furent massacrés par la troupe près de Mayence, et on préférera penser qu’ils ne reçurent pas de sépulture dans le tombeau des Antonins.

Épilogue

  • 131 Sur les tombeaux de l’église des Saints-Apôtres, voir G. Downey, « The Tombs of the Byzantine Empe (...)
  • 132 Sur la princesse constantinienne détentrice de propriétés sur la Via Nomentana où se trouvait le m (...)

72Après la déposition des restes de Julia Domna et de Géta vers 218-219, on n’a plus aucune attestation d’un quelconque usage funéraire du tombeau des Antonins. Certes, la figure des Antonins et des Sévères continua à fournir des exemples idéologiques (comme l’indique la nomenclature revêtue à son avènement par Trajan Dèce), voire à asseoir des revendications impériales (ainsi que le montre l’aventure d’Uranius Antoninus qui doit être replacée dans son contexte émésénien). Mais les vicissitudes du pouvoir impérial dans les décennies 230-280 d’une part, et les lacunes de l’historiographie narrative pour ces mêmes années d’autre part, laissent dans l’ombre les lieux de sépulture de la plupart des princes. À partir de l’époque tétrarchique, des tombeaux furent liés à des résidences impériales (Dioclétien, Galère, Maxence), puis Constantin établit sa sépulture à Constantinople, dans l’église des Saints-Apôtres131, inaugurant une pratique qui, malgré quelques cas isolés (e. g. Hélène ou sa fille Constantina), ne sera rompue que par Honorius et en Occident132. Les revendications généalogiques reliant Théodose aux Antonins ne menèrent pas à une remise en usage du tombeau dynastique de ces derniers. La désaffectation du tombeau d’Hadrien semble être consommée dans les années 230, après environ un siècle d’utilisation.

  • 133 Dans l’ordre des dépositions, Hadrien et Sabine, Ælius César, Faustine l’Aînée et ses trois enfant (...)
  • 134 Deux enfants de Marc Aurèle et de Faustine morts avant Lucius Vérus (sans doute Hadrianus, T. Aure (...)
  • 135 C’est-à-dire la plaque L, où fut gravée ou bien l’épitaphe de l’épouse d’Æius César (mais c’est tr (...)

73Un parallèle entre le tombeau des Antonins et le mausolée d’Auguste est significatif. Le mausolée d’Auguste accueillit, de 23 av. J.-C. à 98 apr. J.-C. au moins dix-huit personnes de façon à peu près sûre, huit autres assez probablement, et deux de façon provisoire (Vespasien et Titus), ce qui laisse penser qu’au moment où sa saturation fut effective (au plus tard dans les années 120) près de vingt-six défunts y reposaient. Les épitaphes de treize personnes133 nous ont été conservées sur les plaques inscrites de la façade du tombeau d’Hadrien, auxquelles on doit ajouter cinq autres personnes134 dont l’épitaphe fut sûrement gravée sur l’une des six plaques lacunaires du bandeau de gauche, ainsi que le destinataire mal identifié de la plaque jouxtant celle d’Ælius César135. Quelles que soient les lacunes et les différentes possibilités d’attribution des diverses plaques, à la mort de Commode le tombeau avait déjà accueilli dix-neuf personnes. Quatre membres seulement136, cinq peut-être137, de la famille sévérienne furent déposés dans le tombeau des Antonins, dans une belle continuité politico-idéologique. Dans les années 230, lorsque se perd tout indice d’une perpétuation de l’usage du tombeau des Antonins, cette tombe familiale avait accueilli environ vingt-trois (ou vingt-quatre) défunts. On n’est pas loin des quelque vingt-six sépultures que contenait le mausolée d’Auguste au moment où sa saturation fut déclarée. Que plus aucun usage du tombeau d’Hadrien ne soit attesté à partir des années 220-230 tient peut-être à des raisons tout aussi pratiques que politiques : ce tombeau était peut-être lui aussi au bord de la saturation.

Notes

1 Ce travail s’appuie sur la matière de deux communications, Les lieux de culte des Diuae Faustinae, réunion autour de la Vigna Barberini, École française de Rome, février 2000, et Les inscriptions du mausolée d’Hadrien, séance du séminaire d’épigraphie de F. Bérard, École normale supérieure, Paris, 16 mars 2001. Je ne présenterai ici que des conclusions très abrégées, souhaitant revenir prochainement sur ces thèmes de manière plus approfondie et démonstrative. Le présent texte étant destiné à des étudiants préparant l’agrégation d’histoire, les aspects plus techniques (en particulier archéologiques et épigraphiques) ne seront que survolés de manière allusive afin de favoriser l’inventaire narratif des principaux faits en fournissant un répertoire que j’espère commode. À divers moments de l’élaboration de ce travail, j’eus le soutien précieux de M. L. Caldelli, A. Daguet-Gagey, G. Di Vita-Évrard, F. Gury, S. Orlandi, St. Benoist, P. Liverani, J. Scheid. G. Filippi, avec sa sollicitude coutumière, m’a permis de revoir plusieurs fois l’inscription d’Adrastus conservée dans la Galleria Lapidaria du Vatican et m’a généreusement autorisé à publier une découverte qu’il a faite. Les conseils de Monsieur J.-P. Callu m’ont permis d’éviter bien des approximations. Enfin, Monsieur E. La Rocca a bien voulu répondre à mes nombreuses questions sur le Champ de Mars augustéen et antonin. À tous je dois d’abondants remerciements, en précisant que je suis seul responsable des propositions avancées dans cette étude préliminaire.

2 Sur le rituel des funérailles aristocratiques, voir en général H. I. Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford, 1996.

3 Sur ces pratiques, voir la synthèse de G. Wesch-Klein, Funus publicum. Eine Studie zur öffentlichen Beisetzung und Gewährung von Ehrengräbern in Rom und den Westprovinzen, HABES, 14, Stuttgart, 1993.

4 Sur les funérailles impériales, on consultera commodément la synthèse de J. Arce, Funus Imperatorum, Los funerales de los emperadores romanos, Madrid, 1988.

5 Pour un stemma général des Antonins présentant l’ordre de succession des princes, voir le tableau généalogique placé dans l’annexe p. 400.

6 Ces liens multiples entre nombreuses familles ont déjà été détectés par R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958, et dans les études rassemblées dans les divers volumes de Roman Papers, Oxford, 1979-1991, de cet auteur, ainsi que par H.-G. Pflaum, « Les gendres de Marc Aurèle », Journal des Savants, 1961, p. 29-41 ; id., « La valeur de la source inspiratrice de la Vita Hadriani et de la Vita Marci Antonini à la lueur des personnalités contemporaines nommément citées », BHAC, 1968-1969, Bonn, 1970, p. 173-232. La base de toute discussion est désormais l’ouvrage de M.-Th. Raepsaet-Charlier, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (ier-iie siècles), Louvain, 1987.

7 Désormais abrégée HA.

8 Divers éléments dans F. Chausson, « Un portrait de groupe avec dame : autour de Cornelia Praetextata », Cahiers du Centre Glotz, 7, 1996, p. 319-368 ; id., « Theoclia soeur de Sévère Alexandre », MEFRA, 109, 1997-2, p. 659-690 ; id., « Les Egnatii et l’aristocratie italienne des iie- ive siècles », Journal des Savants, 1997-2, p. 211-331 ; id., « Remarques sur les généalogies impériales dans l’Histoire Auguste : le cas de Théodose », G. Bonamente, F. Heim & J.-P. Callu (éd.), HAC Argentorense, n. s. 6 (Strasbourg, 1996), Bari, 1998, p. 105-114.

9 La censure de 73-74 récompensa nombre de ces alliés ; Trajan père fut adlecté parmi les patriciens, ainsi que Cn. Domitius Tullus, grand-père d’Hadrien et bisaïeul de Marc Aurèle, de même qu’un Pedanius apparenté à un neveu par alliance d’Hadrien (et peut-être aussi à Plotine).

10 L’HA (I, 2), l’Epitome de Caesaribus (XIV, 1) disent que le père d’Hadrien était consobrinus de Trajan ; seul Eutrope (VIII, 6, 1) dit qu’Hadrien était le fils d’une consobrina de Trajan. Aurélius Victor (XIII, 11), lui, dit qu’Hadrien était ciuis et propinquus (« concitoyen et parent ») de Trajan.

11 F. Chausson, « Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus », F. Chausson & E.Wolff (éd.), Consuetudinis amor. Fragments d’histoire romaine (iie-vie siècles) offerts à Jean-Pierre Callu (à paraître).

12 F. Chausson, « Transmissions de patrimoines dans la famille maternelle d’Antonin le Pieux », communication faite à la Société française d’épigraphie du monde romain, 20 mars 1999 (un résumé, sous presse dans les Cahiers du Centre Glotz, 10, 1999, a déjà été livré dans le bulletin de liaison de cette société diffusé au printemps 1999, cité par G. Di Vita-Évrard, « La famille de l’empereur : pour de nouveaux “Mémoires d’Hadrien” », J. Charles-Gaffiot & H. Lavagne (éd.), Hadrien. Trésors d’une villa impériale, Milan, 1999, p. 27-36, en particulier p. 36, note 56) ; F. Chausson, « Des femmes, des hommes, des briques : figlinae alimentant le marché urbain et prosopographie sénatoriale », Ch. Bruun & F. Chausson (éd.), Interpretare i bolli laterizi della zona di Roma : tra storia edilizia, amministrativa ed economica, table-ronde tenue à Rome, 31 mars-1er avril 2000, Institutum Finlandiae Romanum, École française de Rome (à paraître).

13 Sur cette reconstitution, voir G. Di Vita-Évrard, « Des Calvisii Rusones à Licinius Sura », MEFRA, 99, 1987-1, p. 281-338 ; Ead., « Sur les charges africaines des frères Cn. Domitii Afri Titii Marcelli Curvii Lucanus et Tullus », A. Mastino (éd.), L’Africa Romana, 4 Sassari, 1987, p. 509-529 ; Ead., « Le testament dit “de Dasumius” : testateur et bénéficiaires », C. Castillo (éd.), Epigrafia juridica romana, Actas del Coloquio internacional A. I. E. G. L., Pamplona 9-11 de abril de 1987, Pampelune, 1989, p. 159-174 ; Ead., « La famille de l’empereur » cit. note précédente.

14 Marc Aurèle était un authentique descendant du Grand Pompée et surtout des Calpurnii Pisones (cf. F. Chausson, « Variétés généalogiques. I – Numa Pompilius ancêtre de Marc Aurèle », G. Bonamente (éd.), HAC Perusinum, n. s. 8 (Pérouse, 1996), Bari, 2001, sous presse) ; or Galba avait voulu adopter un membre de cette prestigieuse famille, de même qu’un autre membre de cette famille complota sous Nerva puis sous Trajan. Enfin, il n’est pas impossible, à la suite d’une hypothèse de R. Syme, qu’une aïeule de Marc Aurèle ait pu être apparentée à la dernière épouse de Vitellius (pour une présentation de la documentation, voir F. Chausson, ibid. ; et « Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus », op. cit.).

15 Didius Julianus n’eut pas de chance, sans quoi il eût pu assurer la pérennité de la dynastie antonine ; voir F. Chausson, « De Didius Julianus aux Nummii Albini », MEFRA, 112, 2000-2, p. 843- 879.

16 Il n’est que de penser à la magnifique description racontée par Galien d’une visite de Vitrasia Faustina, cousine de Marc Aurèle, au chevet du jeune Commode malade. À l’instar des sénateurs, ces parents impériaux devaient se déplacer dans la Ville avec leur cortège, rendre visite à l’empereur (ou en recevoir éventuellement l’honneur d’une visite), disposer de tout un réseau d’influence grâce à leur parenté (Hérodien dit clairement que Fadilla, en qualité de soeur de Commode, pouvait accéder auprès de l’empereur par un passage réservé).

17 On renverra à H. Temporini, Die Frauen am Hofe Trajans. Ein Beitrag zur Stellung der Augustae im Principat, Berlin, 1978.

18 En cela Hadrien s’en tenait à la pratique julio-claudienne voulant que ceux qui partageaient les pouvoirs du prince ne fussent pas divinisés.

19 Sur ce point, voir E. Van’t Dack, « Commode et ses épithètes Pius Felix sous les Sévères », G. Bonamente & N. Duval (éd.), HAC Parisinum, n. s. 1 (Chantilly, 1990), Macerata, 1991, p. 311-335.

20 Une relecture de l’histoire de la dynastie antonine mérite toutefois d’être faite, qui viserait pareillement à expliquer un bon nombre d’assassinats politiques survenus sous Commode et à montrer que les règnes non seulement d’Hadrien, mais aussi de Nerva, de Trajan, d’Antonin et de Marc ne furent pas dépourvus de zones d’ombre pouvant entacher l’image idéale qui en fut très tôt dégagée par une historiographie pro-sénatoriale. J’espère revenir sur ce point dans une monographie en cours de rédaction sur la dynastie antonine.

21 HA, Ant. Pius, V, 2 : Patri et matri atque auis et fratribus iam mortuis statuas decretas libenter accepit. Pratique que Septime Sévère reprendra à son compte ; voir F. Chausson, « L’Autobiographie de Septime Sévère », REL, 73, 1995, p. 183-198.

22 Fasti Ostienses, année 152 (fragment Qa, p. 50, ligne 10) : [– – –]r M. Aureli Caes(aris), excessi[t]. À l’intégration ordinairement proposée, [– – – Cornificia, soro]r M. Aureli Caes(aris), excessi[t], on peut éventuellement substituer [– – – Domitia Lucilla, mate]r M. Aureli Caes(aris), excessi[t].

23 Les numéros insérés entre crochets droits dans le corps du texte se rapportent à des documents placés en annexe en fin d’étude et numérotés selon un ordre thématique.

24 L. Robert, « Le dieu Fulvus à Thessalonique », Hellenica, 2, 1946, p. 37-42.

25 A. Salinas, Not. Sc., 1905, p. 219 (avec fac-similé) (ILS, 8911) : T(ito) Fuluio Aurelio | Antonino, | Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Antonini | Aug(usti) filio, | L(ucius) Aponius Rufinus, | ob honorem seuiratus | pec(unia) sua.

26 survivant (le uopiscus) un surcroît d’existence qui a quasiment la valeur d’un échange de destinées. C’est peut-être à ce titre que des jeunes gens purent honorer si longtemps ce petit enfant da la famille impériale (le contexte local de Thessalonique peut pareillement éclairer cette persistance cultuelle). Le Diuus Aurelius Fuluus n’est pas non plus à exclure du nombre des Diui mentionnés (malheureusement en bloc et sans inventaire des noms) sous Sévère Alexandre dans les commentarii des frères arvales, mais il conviendrait d’en reprendre exhaustivement la liste afin de l’y insérer ou de l’en écarter.

27 La période envisagée couvre plus d’un siècle et les acteurs de ces pratiques se renouvellent sans cesse, héritiers de traditions, créateurs de pratiques inédites. On doit procéder à une approche aussi pragmatique que diachronique sans ériger ces actes en système dynastique (comme si la « dynastie antonine » était posée a priori en entité autonome et monolithe) : placé devant la mort et des pratiques ritualisées de deuil, mais aussi face à l’indéniable nouveauté de certaines situations humaines, familiales et dynastiques (ces trois termes ne se recoupant pas), chaque acteur put bénéficier d’une marge d’initiative et dut parfois improviser. Des règles existaient, mais il faut en saisir le jeu souple plutôt que les ériger en système sclérosé.

28 Pour une présentation succincte mais abondamment illustrée de cet argument, voir P. E. J. Davies, Death and the Emperor. Roman Imperial Funerary Monuments from Augustus to Marcus Aurelius, Cambridge, 2000.

29 Sur la tradition héroïsante des tombes à tumulus, voir P. Gros, Architecture romaine, 2, Paris, 2001, p. 422-435. À propos du mausolée d’Auguste lui-même, outre la synthèse de P. Gros, on consultera la monographie de référence, H. von Hesberg & S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus. Der Bau und seine Inschriften, Munich, 1994, avec, pour un accès plus aisé, les notices de H. von Hesberg, s. v. « Mausoleum Augusti : das Monument », LTUR, 3, 1996, p. 234-237 ; et M. Macciocca, s. v. « Mausoleum Augusti : le sepolture », ibid., p. 237-239.

30 Voire, en ses zones extrêmes, certaines tombes gentilices appartenant à d’illustres familles ; le tombeau des Domitii Ahenobarbi, famille paternelle de Néron, se situait au nord du Champ de Mars, non loin de l’origine de la Via Flaminia, au pied du Pincio ; celui des Claudii se trouvait au sud du Champ de Mars, au pied de la colline du Capitole ; cf. E. La Rocca, « L’adesione senatoriale al “consensus” : i modi della propaganda augustea e tiberiana nei monumenti “in circo Flaminio” », L’Urbs, Espace urbain et histoire, ier siècle avant J.-C.-iiie siècle après J.-C., (Collection de l’École française de Rome 98), Rome, 1987, p. 347-372.

31 F. Coarelli, Il Campo Marzio, I, Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997, Appendice I, I sepolcri del Campo Marzio, p. 591-602.

32 Sur ce débat, voir S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 80.

33 Pour un stemma général de la famille julio-claudienne, voir le tableau généalogique placé dans l’annexe p. 398.

34 Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 72.

35 Un des exemples historiques les plus frappants d’un célèbre transfert de cendres est, de manière emblématique, représenté par le retour des cendres de Napoléon depuis Sainte-Hélène aux Invalides sous Louis-Philippe ; on en jugera à travers les mémoires du commissaire de Louis-Philippe chargé de ce transfert sous les ordres d’un fils du roi (le prince de Joinville qui dirigea cette expédition), Ph. de Rohan-Chabot, Les cinq cercueils de l’empereur, Paris, 1985.

36 Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 80-84.

37 Caligula (temporairement déposé dans les Horti Lamiani) ; Néron (enseveli dans la tombe gentilice des Domitii – sa famille paternelle – au nord du Champ de Mars) ; Galba (enseveli dans ses jardins sur la Via Aurelia) ; Othon ; Vitellius (jeté dans le Tibre) ; Domitien (dont les cendres furent mêlées à celle de Julie fille de Titus dans le temple de la gens Flauia) ; enfin Trajan (qui fut déposé au pied de sa colonne).

38 Les deux premières épouses d’Auguste, Clodia et Scribonia, furent répudiées ; il ordonna dans son testament que sa fille Julie et sa petite-fille Julie fussent exclues d’un droit de sépulture dans son mausolée ; Agrippa Postumus, petit-fils d’Auguste, assassiné au début du règne de Tibère, ne fut probablement pas placé dans le mausolée de son aïeul ; Vipsania Agrippina, première épouse de Tibère et fille d’Agrippa, remariée avec Asinius Gallus, fut ensevelie dans ses jardins du Vatican ; Julie fille de Drusus le Jeune et de Claudia Liuilla, nièce de Tibère, épouse de Néron Julius César puis de C. Rubellius Blandus, mise à mort en 43 pour conduite immorale ; Claudia Liuilla, fille de Drusus l’Ancien et d’Antonia Minor, soeur de Claude, épouse de Caius César puis de Drusus le Jeune, poussée au suicide après la mort de Séjan et dont la mémoire fut condamnée en 32 ; Æmilia Lepida épouse de Drusus Julius César, accusée, se suicida en 36 ; Caligula divorça très tôt de ses trois premières épouses et la dernière fut assassinée avec lui ; Claude divorça de ses deux premières épouses et fit assassiner la troisième (et avait refusé la paternité de Claudia, née de Plautia Vrgulanilla) ; Titus avait divorcé très tôt de ses deux épouses.

39 Dio, LXIV, 3, 4 c : Ta ; ojsta‘‘ tw‘‘n ejk tou‘‘ basilikou‘‘ gevnouı sfagevntwn eijı to ; tou‘‘ Aujgouvstou mnhmei‘on metekovmise, kai ; ta ;ı eijkovnaı aujtw‘‘n ajpokatevsths.e « nIl transféra dans le tombeau d’Auguste des membres de la famille impériale qui avaient été assassinés, et il rétablit leurs effigies. »

40 Cf. S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 84-86 : sans doute Antonia Minor grandmère de Caligula (morte en 37 apr. J.-C.) ; Drusilla soeur de Caligula (morte en 38 apr. J.-C.) ; Britannicus fils de Claude (qui mourut en 55 apr. J.-C., fut enseveli in campo Martis et reçut des honneurs de la part de Titus qui avait été élevé avec lui) ; Germanicus César, fils de Drusus le Jeune et petit-fils de Tibère (mort en 23 apr. J.-C.) ; Claudia fille de Néron (morte en 63 apr. J.-C.).

41 Voir S. Panciera, Das Mausoleum des Augustus, op. cit., p. 148-160. Dans ce complexe secondaire furent aussi transférés les restes de l’épouse ou de la fille de Vespasien (l’une et l’autre étant pareillement mortes avant l’avènement).

42 Voir P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987 ; A. Fraschetti, Rome et le prince, trad. fr., Paris, 1994 ; et dernièrement G. Sauron, L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000.

43 On ne peut en particulier pas reconstituer l’emplacement originel des tombeaux et déterminer si les membres divinisés de la famille étaient isolés du reste de leurs parents.

44 On peut du moins le déduire du cas de Vipsania Agrippina remariée avec Asinius Gallus et ensevelie dans ses jardins du Vatican.

45 Suét., Vesp., XXIII, 4. Il n’est toutefois pas exclu non plus que, dans son trait d’esprit, Vespasien désignait sous forme de boutade cette parente des Julio-Claudiens sans sérieusement impliquer qu’elle pût être effectivement ensevelie dans le mausolée d’Auguste.

46 Pour un stemma général de la famille flavienne, voir le tableau généalogique placé dans l’annexe p. 399.

47 La fille de Vespasien, Flauia Domitilla, morte avant 69, reçut à titre posthume les titre d’Augusta et de Diua ; cf. P. Veyne, « Les honneurs posthumes de Flavia Domitilla et les dédicaces grecques et latines », Latomus, 21, 1962, p. 49-98 ; FOS, n° 368.

48 F. Coarelli, s. v. « Gens Flavia, templum », LTUR, 2, 1995, p. 368-9. L’épouse et la fille de Vespasien, mortes avant l’avènement, y furent sans doute pareillement transférées.

49 L’agencement de ce lieu demeure inconnu. Peut-être comportait-il un mausolée et, articulé à lui, une zone cultuelle proprement dite. On n’a, dans la documentation, qu’une dénomination générale de ce templum qui pouvait comporter plusieurs secteurs et qu’on ne doit pas nécessairement reconstituer selon une articulation unitaire.

50 On doit déduire leur existence d’une remarque de Philostrate relative à Julie ; Philostr., V. Apoll., VII, 7 : ’Iouliv[a… ] Dometianou‘‘ de ; ajdelfidh‘‘‘, miva tw‘‘n Tivto-u quga tevrwn. « Julie, nièce de Domitien, l’une des filles de Titus. » On en conclura que Titus eut au moins deux filles (trois si l’on exige un emploi puriste du duel grec au lieu du génitif pluriel).

51 CIL, VI, 8686 (ILS, 1577) : M(arcus) Vlpius | Aug(usti) l(ibertus) Aeglus | proc(urator) mausolaei | imaginem Corintheam | Traiani Caesaris | collegio faenarior(um) | d(ono) d(edit).

52 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 1990, p. 124-125.

53 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle, op. cit., p. 125-126.

54 Ces mentions doivent être complétées par toute une tradition latine tardo-antique représentée par Jérôme, Prosper d’Aquitaine et Cassiodore.

55 S. Settis, A. La Regina, G. Agosti & V. Farinella, La colonna Traiana, Turin, 1988, p. 60-86.

56 Plin., Hist. nat., XXXIV, 12, 27 (éd. H. Le Bonniec) : Columnarum ratio erat attolli super ceteros mortales. « Les colonnes étaient le symbole de l’élévation au-dessus du reste des mortels. »

57 Pour un état de la question récent, voir J. Packer, s. v. « Forum Traiani », LTUR, 2, 1995, p. 348- 356, S. Maffei, s. v. « Forum Traiani, columna », ibid., p. 356-359 ; et, pour d’importants aggiornamenti, R. Meneghini, C. A. Amici, J. Packer, s. v. « Forum Traiani », LTUR, 5, 1999, p. 258- 261.

58 Monsieur Eugenio La Rocca a l’obligeance de me faire remarquer que la limite du pomerium est très mal connue dans les parages du forum de Trajan : la colonne est peut-être située en dehors de cette limite sacrée et la déposition des restes de Trajan dans la base de la colonne n’irait dès lors pas à l’encontre des prescriptions religieuses. Sur les possibilités de confusion ou d’incertitude à propos des limites du pomerium à l’époque impériale, voir A. Giardina, « Perimetri », A. Giardina (éd.), Roma antica (Storia di Roma dall’Antichità a oggi), Rome-Bari, 2000, p. 23-34.

59 Je ne crois pas que Matidie se soit mariée deux fois, ce que l’on avance pour expliquer que sa fille Sabine ait pour affranchi un L. Vibius tandis que son autre fille, Matidie la Jeune, a pour affranchi un L. Mindius : la mention d’un très long veuvage est peu compatible avec un remariage (à moins de supposer qu’elle fut mariée deux fois pendant très peu de temps). Je penserais bien plutôt qu’un facteur de polyonymie dut jouer dans l’attribution de gentilices dans des dénominations d’usage et que Matidie l’Aînée épousa un seul homme dont la nomenclature polyonyme s’ouvrait sur les gentilices Vibius et Mindius (mais d’autres combinaisons demeurent possibles ; voir F. Chausson, « Princesses antonines et affranchis », à paraître).

60 Cette inscription a été vue aux xve-xvie siècles dans l’église Saint-Paul de Tivoli ; CIL, XIV, 3579 ; cf. H. Temporini, Die Frauen am Hofe Trajans, op. cit., p. 170-171, note 749.

61 Et où les sénateurs espagnols sont bien représentés ; cf. R. Syme, « Spaniards at Tivoli », Ancient Society, 13-14, 1982-3, p. 241-263, repris dans Roman Papers, 4, Oxford, 1988, p. 94-114.

62 Alternativement, doit-on encore penser que le temple dédié à Matidie par Hadrien sur le Champ de Mars eut la même valeur que le sacrarium dédié par Domitien à la Gens Flauia, c’est-à-dire qu’il aurait été à la fois un temple et un tombeau (ce qui était compatible avec une localisation hors du pomerium) ? Cette dernière hypothèse permettrait de résoudre éventuellement le problème pareillement posé par la sépulture de la Diua Marciane, qui, elle aussi, fut honorée par un bâtiment sur le Champ de Mars, mais elle est bien fragile car elle prend pour parallèle un monument (le templum Gentis Flauiae) malgré tout exceptionnel et on préférera y renoncer.

63 Les recherches récentes de R. Meneghini sur le site du Forum de Trajan montrent que l’on entrait dans ce complexe par une porte monumentale s’ouvrant sur la colonne et la place entre les deux bibliothèques. L’emplacement du temple du Divin Trajan, pourtant tout proche de la colonne, doit être recherché en un autre lieu que cette entrée monumentale. Si l’on refuse d’admettre que Plotine fut elle aussi déposée dans la base de la colonne, doit-on penser que le temple dédié à Trajan et Plotine, construit par Hadrien, fut lui aussi un temple-tombeau à l’instar du temple dédié à la Gens Flauia et qu’il abrita les restes de Plotine ?

64 Paulina semble cependant avoir reçu quelques honneurs à sa mort, mais pas tout de suite et dans une proportion assez réduite, qui fit paraître excessifs les honneurs décernés à Antinoüs et entraînèrent des railleries dont Dion Cassius se fait l’écho ; Dio, LXIX, 11, 4 : Dia ; tau‘‘tav te ou\n ejskwvpteto, kai ; o{ti Paulivnh/ th‘‘/ ajdelfh‘‘/ ajpoqanouvsh/ paracrh‘‘ma me ;n oujdemivan timh ;n e[neim. e« nÀ cause de cela [les honneurs décernés à ntinoüs], Hadrien fit l’objet de moqueries, et aussi parce qu’il ne rendit aucun hommage à sa soeur Paulina immédiatement à sa mort. » À bien lire ce texte de Dion, on se moqua de l’excès des honneurs accordés à Antinoüs et du fait que Paulina n’ait pas été immédiatement honorée, ce qui semble signifier qu’elle le fut, mais après un certain temps et moins qu’Antinoüs.

65 « Le testament dit “de Dasumius” », op. cit. : cette Domitia ne saurait être Domitia Lepida, tante de Néron, comme on le disait auparavant et ces propriétés étaient strictement familiales (tandis que les propriétés de Domitia Lepida, éliminée par son neveu, auraient été versées dans le patrimoine impérial). Le secteur des horti Domitiae pouvait aussi comporter des carrières d’argile (attestées dans la zone vaticane) qui alimentaient les briquetteries (figlinae) dont la mère et la soeur utérine d’Hadrien étaient les riches propriétaires.

66 Le tombeau du grand-père maternel d’Hadrien, Cn. Domitius Tullus, sur lequel était gravé le texte de son testament, se trouvait sur la Via Appia. On ignore où fut ensevelie la mère d’Hadrien, Domitia Paulina Lucilla maior, épouse d’Ælius Hadrianus Afer puis de P. Caluisius Ruso, et si, dans ses horti, il existait déjà un tombeau familial avant qu’Hadrien y fît ériger le sien propre. La sœur utérine d’Hadrien, Domitia Caluisia Lucilla minor, devint, sans doute par adoption, la petite-fille de L. Catilius Seuerus Iulianus Claudius Reginus, consul II en 120 et préfet de la Ville en 138 qui mourut au début du règne d’Antonin et fut enseveli dans son tombeau situé au cinquième mille de la Via Labicana où plus tard fut déposé en 193 son arrière-petit-fils Didius Julianus : ce sont là les seules indications que l’on ait à propos de sépultures d’autres membres de la famille.

67 Le mausolée de Sylla, sur le Champ de Mars, était encore visible à l’époque d’Hadrien, puisqu’il fut restauré sous Antonin Caracalla.

68 Hadrien composa à la fin de sa vie un compte rendu de son règne. Doit-on pousser le parallélisme jusqu’à supposer que, tout comme les Res Gestae d’Auguste gravées sur des plaques de bronze placées devant le tombeau de celui-ci, ces Res Gestae d’Hadrien furent également gravées devant son tombeau ? À bien des égards, le mausolée d’Hadrien pourrait apparaître comme une citation architecturale et idéologique de celui d’Auguste.

69 J. R. Patterson, s. v. « Via Tecta », LTUR, 5, 1999, p. 145-146 ; cette voie, reliant le centre de la Ville avec le Tarentum, partait du pons Neronianus.

70 Pour une étude de ce secteur, on renverra à l’étude topographique d’E. La Rocca, La riva a mezzaluna. Culti, agoni, monumenti funerari presso il Tevere nel Campo Marzio occidentale, Rome, 1984 ; et sur les constructions d’Hadrien en général, à M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, 1987.

71 On consultera sur ce monument la notice (s. v. « P. Ælii Hadriani sepulcrum ») que P. Liverani lui consacre dans le supplément du LTUR relatif au Suburbium, dirigé par A. La Regina, et dont la parution est attendue avant la fin de l’année 2001. Je remercie vivement Paolo Liverani de m’avoir généreusement communiqué cette notice et d’autres avant publication.

72 Notitia Vrbis Romae, éd. Nordh, p. 88.

73 Procop., BG, I, 22, 12 ; III, 36, 17 ; IV, 33, 14.

74 Aug., Serm. Mayence, 55 (éd. F. Dolbeau).

75 Aug., Enarr. in Psal., 65, 4. Pour les diverses dénominations médiévales, on se reportera à la notice de P. Liverani.

76 De fait à Rome, le « Mausolée » par excellence et ainsi dénommé était le Mausolée d’Auguste, comme le montre la mention d’un procurator Mausolaei sous Trajan (CIL, VI, 8686 ; ILS, 1577).

77 Même s’il ressort d’une phrase de Marc Aurèle que le tombeau a pu être régulièrement visité par des proches d’Hadrien ou de Vérus.

78 Ch. Hülsen, « Mausoleo di Adriano », Bollettino dell’Associazione archeologica romana, 3, 1913, p. 25-32 ; d’où CIL, VI, 31220.

79 Les principaux jalons bibliographiques figurent dans la notice de P. Liverani déjà citée. Ginette Vagenheim et moi-même espérons travailler conjointement sur ce lot d’inscriptions : si sujettes à caution et éventuellement périmées qu’elles soient, les propositions de C. Hülsen ne sont ici exploitées qu’afin de brosser une synthèse narrative et divulgative.

80 La hauteur à laquelle était situé ce groupe statuaire est trop élevée pour laisser penser à un arc : l’attribution au tombeau d’Hadrien paraît la plus plausible, mais on ne saurait exclure que cette statue ait surmonté le bûcher funéraire dressé en l’honneur d’Hadrien pour la cérémonie de sa consecratio et qui portait à son sommet un quadrige, d’après les monnaies le représentant. Mais l’emploi du présent par Dion permet de souligner que ce groupe était toujours visible de son temps et devait donc surmonter le tombeau.

81 A. Chastagnol, « Un chapitre négligé de l’épigraphie latine : la titulature des empereurs morts », REL, 62, 1984, p. 275-287. On ne peut peut-être pas généraliser à partir de ces deux cas, dans la mesure où l’on ne dispose plus des épitaphes de Marc Aurèle, de Faustine la Jeune, de Septime Sévère, de Julia Domna et d’Antonin Caracalla. Sabine et Faustine l’Aînée moururent toutes deux avant leur époux.

82 On doit supposer que, de 139 à la réhabilitation de Commode, dix-huit plaques reçurent des épitaphes ; le texte de douze d’entre elles nous est parvenu : seule la plaque dominant l’entrée comporte l’épitaphe de deux personnes (en l’occurrence le couple formé par Hadrien et Sabine, morts plus d’un an avant la mise en service du tombeau) ; les autres plaques ne portent l’épitaphe que d’une personne à la fois, pratique qui doit être soulignée dès qu’il s’agira de combler les lacunes dans ces listes d’épitaphes.

83 Selon un usage épigraphique bien attesté, le mot uxor est sous-entendu.

84 Leur formulaire est strictement identique : nom du défunt au nominatif suivi de la même filiation.

85 HA, Ant. Pius, I, 1 et 7 : Tito Aurelio Fuluo Boionio Antonino Pio […] uxor Annia Faustina ; filii mares duo ; duae feminae ; gener per maiorem filiam Lamia Siluanus, per minorem Marcus Antoninus fuere. Pour un commentaire du stemma d’Antonin présenté par l’HA, voir F. Chausson, « Transmissions de patrimoines dans la famille maternelle d’Antonin le Pieux », et, pour une version plus développée, id., « Des femmes, des hommes, des briques », op. cit.

86 HA, Ant. Pius, III, 2 et 6 : Proconsulatus Asiae sic egit, ut solus auum uinceret. […] Proficiscens ad proconsulatum filiam maiorem amisit.

87 Dion Cassius (LXIX, 21, 1) précise qu’Hadrien adopta Antonin parce qu’il était dépourvu de fils (ejpei ; de ; h\n a[paiı ajrrevnwn )p, acei qvudiw cnorrespond étroitement à l’expression d’Aurélius Victor (XVI, 1), maribus frustratus : il est vraisemblable qu’on remonte ici à la source commune de Marius Maximus.

88 Une monnaie de provenance inconnue (Cohen2, 2, p. 452, n° 1) porte sur un côté le profil d’un jeune garçon et la légende M. Galevrio‘Aın twnei‘‘noı aujtokravto’Arnotıw neivnou uiJo ;, eıt sur l’autre le profil de Faustine l’Aînée et la légende Qea ; Faustei‘‘n : acette monnaie a été frappée sûrement après la mort de Faustine l’Aînée et livre une nomenclature abrégée pour M. Galerius Aurelius Antoninus qui tend à faire disparaître le gentilice Aurelius emprunté à sa famille paternelle, afin de mieux rapprocher sa nomenclature de celle de sa mère. Le souvenir de ce fils d’Antonin mort avant l’avènement est, dans ce monnayage local, associé à celui de sa mère défunte : il est plausible que la mort de la mère entraîna une pratique de commémoration du jeune défunt. Il est assez peu probable que le Diuus Aurelius Fuluus honoré à Thessalonique entre 219 et 269 soit l’autre fils d’Antonin (M. Aurelius Fuluus Antoninus) : il s’agit bien plutôt du frère jumeau de Commode mort à quatre ans en 165.

89 Les grands-parents d’Antonin disposaient de propriétés à Lorium et à Lanuuium, sans que l’on sache plus précisément si elles appartenaient à sa famille paternelle ou à sa famille maternelle. Ses grands-parents paternels, T. Aurelius Fuluus et Boionia Procilla étaient originaires de Nîmes mais avaient des propriétés en Italie et pouvaient avoir un tombeau sur ces propriétés ou à la sortie de Rome. Son grand-père maternel, Cn. Arrius Antoninus, était italien, tandis que sa grand-mère maternelle, Plotia Isaurica, était sans doute issue d’une alliance entre une famille nîmoise et l’antique famille italienne des Seruilii Vatiae Isaurici. Antonin, qui hérita d’un grand nombre de parents, ne manquait assurément pas de tombeaux familiaux où déposer ses enfants.

90 La titulature d’Antonin dans les épitaphes de ses trois enfants est très proche (quoiqu’abrégée) de celle qu’il revêt dans l’épitaphe de son épouse.

91 Comme me le fait remarquer M. L. Caldelli, on peut se demander si les enfants d’Antonin morts avant l’avènement furent effectivement transférés dans le tombeau de la nouvelle famille de leur père (tombeau qui était déjà devenu celui de leur mère) ou si les inscriptions portant leur nom et gravées sur la façade n’avaient qu’une valeur commémorative, à la manière d’un mémorial ou d’un cénotaphe rappelant le souvenir de ces jeunes défunts. Cette possibilité mérite d’être prise en compte.

92 Rôle que se voyait fort bien assumer un bisaïeul de Marc, L. Catilius Seuerus Iulianus Claudius Reginus, dont le dépit ouvertement manifesté à la nouvelle du choix d’Antonin déplut à Hadrien au point qu’il le fit révoquer de sa charge de préfet de la Ville.

93 Sur cette mise à l’écart de Lucius Vérus, voir J.-P. Callu, « Vérus avant Vérus », G. Bonamente & N. Duval (éd.), HAC Parisinum, n. s. 1 (Chantilly, 1990), Macerata, 1991, p. 101-122.

94 Le premier enfant de Marc et de Faustine, Annia Aurelia Galeria Faustina, naquit le 30 novembre 147 ; le lendemain, Faustine reçut le titre d’Augusta, tandis que Marc Aurèle reçut sa première puissance tribunicienne et l’imperium proconsulare (cf. D. Keinast, Römische Kaisertabelle, op. cit., p. 137-141). Leur « promotion » à de tels honneurs témoigne du sentiment que l’on eut alors que l’avenir de la dynastie pouvait être assuré.

95 Si Antonin permit que le Sénat décrétât des statues pour les père et mère, aïeux et frères d’Antonin morts avant l’avènement, il ne semble pas qu’il ait eu le souci de les faire transférer dans le tombeau d’Hadrien. On se souvient que Vespasien avait fait transférer, dans une dépendance du mausolée d’Auguste, son épouse ou sa fille. On ne sait pas si Trajan procéda à une translation des restes de son père naturel rétrospectivement divinisé. Les antécédents à la décision d’Antonin de faire transférer ses enfants dans le tombeau d’Hadrien sont donc peu nombreux (divers parents d’Auguste furent tardivement intégrés dans la sépulture dynastique dont ils avaient été dans un premier temps exclus pour des raisons politiques, c’est un cas radicalement différent de celui des trois enfants d’Antonin qui furent mis dans le tombeau d’une famille dans laquelle leur père était entré par adoption, tombeau auquel rien ne les destinait avant son adoption).

96 La fille née en 147 serait Annia Galeria Aurelia Faustina, ultérieurement épouse sans doute de Cn. Claudius Seuerus.

97 Le dossier des dates de naissance et de décès des enfants de Marc Aurèle mériterait un réexamen complet, à commencer par le texte d’une lettre datée vers 147 (IGR, IV, 1399), où il dit qu’un fils lui est né et est mort peu après : il pourrait peut-être s’agir de T. Aurelius Antoninus, premier de ses fils à être déposé dans le tombeau, mais la date de cette naissance pose problème. On sait, d’après les Fastes d’Ostie, qu’un fils naquit dans le ménage impérial en 152 (I. I., 13, 1, p. 207 : [– – – ex An]nia Faustina filius n[atus]), mais on ne sait pas lequel, etc.

98 Antonin y est dénommé Imperator Antoninus Augustus Pius pater patriae, alors que, dans les épitaphes de sa femme et de ses enfants, une dizaine d’années auparavant et dans la troisième année de son règne, il était appelé Imperator Caesar T. Ælius Hadrianus Antoninus Augustus Pius pater patriae. Certes, son nom complet figurait sur quatre plaques voisines, mais l’usage d’une titulature (ou du moins d’une nomenclature) abrégée avait été consacré par l’habitude, gommant d’ailleurs ici les noms qu’il tenait d’Hadrien pour ne retenir que le cognomen Antoninus qu’il était le premier empereur à porter et qui avait une valeur distinctive.

99 Dans son épitaphe [16], le nom de T. Aurelius Antoninus est au datif, il est dit fils du César Marc Aurèle et petit-fils de l’Augustus Antonin. Dans son épitaphe [17], le nom de T. Aelius Aurelius est au nominatif, il est dit fils du César Marc Aurèle et de l’Augusta Faustine, ainsi que petit-fils de l’Augustus Antonin. Dans son épitaphe [18], le nom de Domitia Faustina est au nominatif, elle est dite fille du César Marc Aurèle et petite-fille de l’Augustus Antonin.

100 Voir FOS, n° 128 ; F. Chausson, Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus, op. cit. et fig. 2, 3 et 4.

101 Au moment de son élévation au Césarat, Ælius César est présenté comme gendre de Nigrinus, mais Dion Cassius et l’HA ne mentionnent jamais son épouse : si elle était vivante en 136-138, elle pouvait jouer un rôle dynastique qui n’était pas indifférent. Doit-on expliquer le silence de la documentation par une mort prématurée de la jeune femme ?

102 HA, M. Ant. Phil., XV, 3 : Tantae autem sanctitatis fuit Marcus, ut […] mortuum eum diuum appelauerit amitasque eius et sorores honoribus et salariis decretis subleuauerit. « Marc était d’une si grande intégrité qu’il fit appeler Vérus mort “Divin” et combla les tantes et les soeurs de celui-ci en leur faisant décréter des honneurs et des gratifications financières » ; M. Ant. Phil., XX, 5 : Omnibus deinde sororibus et adfinibus et liberti iuris et honoris et pecuniae plurimum detulit. « Marc accorda ensuite à toutes les soeurs, aux parents et aux affranchis de Vérus, en abondance privilèges, honneurs et argent. »

103 Par exemple, son oncle, frère utérin de son père, M. Vettulenus Ciuica Barbarus, consul en 156, qui accompagna Lucilla à Éphèse pour ses noces avec Vérus ; ou encore sa tante maternelle, Auidia Plautia, qui, dans une inscription contemporaine du règne de son neveu, est appelée tante de l’empereur ; CIL, X, 6706 ; ILS, 8217 (photographie ap. I. Di Stefano Manzella, Index inscriptionum Musei Vaticani, op. cit., fig. 48 (paries 37, n° 24, inv. 6951), p. 246), Antium : […] C(aio)
Auidio Laconi, Auidiae Plautiae Nigrini filiae, [Imp(eratoris) Caes(aris)] | L(ucii) Aureli Veri Aug(usti)
amitae, lib(erto), Antistia Magna ux[or et] | C(aius) Auidius Euphrosynus f(ilius) f(ecerunt) etc. – Ce document comporte une datation consulaire de 167.

104 L’épouse d’Ælius César put être alternativement accueillie par le tombeau familial ou de sa bellefamille (les Ceionii) ou de sa propre famille (les Auidii alliés aux Plautii Siluani et aux Ælii Lamiae).

105 CIG, 2968, Ephesos : ‘Adrianovn, Ú uiJo ;n M.Aujrhl’Ainvtowun eÚi vnou Ú Kaivsaroı Sebastou‘[ – – –] ; CIG, 3709, in Propontide nuper inventa : ‘Adrianovn,[ –Ú – –] uiJo ;n M.Aujrhlivou’A nÚt wneivnou Ú Kaivsaroı Sebas.tou‘‘

106 ILS, 8803c : T.Ai[lio’Ann twnei‘‘non, Ú »u…ijo ;n M.Aujrhlivou Kaivsar »oı… Bhvrou kai ;’A nnivaı Fausteivnhı Ú Sebas’tHhr‘w‘vıd,h ı.Ú C ette dédicace fait partie d’une série célèbre d’inscriptions dues à Hérode Atticus et dédiées sous Antonin le Pieux, après 147.

107 Son nom est connu par la dédicace que reçut, de son vivant, ce tout petit enfant à Lilybée, citée note 25.

108 HA, M. Ant. Phil., XX, 6-7 : Non decurso luctus tempore. La hâte de Marc à remarier sa fille s’explique par des impératifs dynastiques : à près de cinquante ans il venait de perdre son gendre âgé de moins de quarante ans et il avait deux fils en bas âge, les deux Césars Commode et M. Annius Verus (ce dernier mourant en septembre de cette même année 169). Au cas où il viendrait à disparaître, il lui fallait l’appui d’un fidèle susceptible d’assurer l’Empire à ses fils et un nouveau gendre pouvait se révéler un tuteur de choix. De fait, Ti. Claudius Pompeianus fut d’une loyauté exemplaire : il se tint à l’écart de la conjuration contre Commode, qui coûta la vie à Lucilla et à son propre neveu marié à la fille de Lucilla et demeura loin des affaires pendant tout le règne de Commode, ce qui lui valut de survivre et de jouer un ultime rôle politique lors de la proclamation de Pertinax. Enfin, selon G. Di Vita-Évrard, il n’est pas impossible que L. Aurellius Commodus Pompeianus, consul en 209, dont on fait généralement un fils de Lucilla et de Pompeianus, soit un fils dernier-né de Lucius Vérus et de Lucilla adopté par Pompeianus, ce qui pourrait contribuer à expliquer le remariage rapide de Lucilla, afin de trouver, en cas de disparition prématurée de Marc, un protecteur des intérêts non seulement de Commode et de son jeune frère, mais aussi du fils de Vérus et de Lucilla ; le complot de Lucilla put avoir eu pour but de mettre sur le trône son jeune fils âgé de treize ans, né de son mariage avec Vérus ; sur ces aspects, voir F. Chausson, « Regards sur la famille de l’empereur Lucius Vérus », op. cit.

109 Herodian., I, 8, 3 ; cf. FOS, n° 61.

110 Peut-être quatre si T.Ælius Antoninus doit être distingué de T.Ælius Aurelius et est mort avant 161.

111 Fadilla, épouse de M. Peducaeus Plautius Quintillus consul en 177 ; Vibia Aurelia Sabina, épouse de M. Antistius Burrus consul en 181 ; Cornificia, épouse de M. Petronius Sura Mamertinus consul en 182 ; la première et la troisième eurent (comme leurs deux soeurs aînées) des enfants qui atteignirent l’âge adulte. L’hypothèse d’un remariage de Vibia Aurelia Sabina avec l’affranchi L. Aurelius Agaclytus, et de Cornificia avec le chevalier L. Didius Marinus, doit sûrement être écartée ; voir F. Chausson, « Princesses antonines et affranchis » (à paraître).

112 Ainsi qu’en témoigne la mise en scène de son refus de l’Empire, lors d’une séance du Sénat où il s’était entouré de Ti. Claudius Pompeianus, veuf de Lucilla et gendre de Marc Aurèle, et du consulaire Acilius Glabrio apparenté à la famille antonine.

113 Je ne puis suivre toutes les conclusions d’E. Van’t Dack, « Commode et ses épithètes Pius Felix », op. cit., en particulier sa proposition qu’une damnatio memoriae de Commode ait été réactivée sous Antonin Caracalla.

114 Cette épitaphe, mentionnant les titres de Commode à sa mort (comme pour Hadrien, Ælius César, Antonin le Pieux et Lucius Vérus), ne livre aucun indice chronologique (en particulier l’épithète de Diuus).

115 La décision de cette déposition revient à Pertinax : peut-on imaginer qu’un défunt puisse être déposé dans une tombe avec une discrétion telle que son nom n’était même pas gravé sur la façade ?

116 Ainsi que le montre une dédicace d’Argos, adressée après 169 à son frère utérin ; P. Charneux, « M. Vettulenus Civica Barbarus », BCH, 81, 1957, p. 122 : M(avrkwi) Oujetoullhnw‘i, Sevx(tou) Ú uiJw‘i, Kuriv(na), Keivbika Barbavrwi, Ú ajdelfw‘i L(oukivou) Kai qeivwi Ú Sebastw‘‘n, sunapodhvmwi Qeou‘‘ Ú Oujhvrou ejpi ; Parqikh ;n strateivan, uJpav Ú twi, iJer’Aenit‘w‘n einianw‘i, strathgw‘i, Ú tamivai Aujtokravtoroı Kaivsaroı Qeo’Aun‘t‘w nÚi vnou Sebastou‘‘ Eujsebou‘‘ıv, g Ú ajndrw‘‘n c(rusou‘‘) aj(rguvrou) c(alkou‘‘) c(wneuvsewı) k(.

117 Les restes de Pertinax furent déposés dans la tombe du grand-père de son épouse (Helv. Pert., XIV, 8) ; ceux de Didius Julianus, authentique cousin de Marc Aurèle, furent recueillis par sa veuve et sa fille et placés dans le tombeau de son bisaïeul (sans doute L. Catilius Seuerus Iulianus Claudius Reginus) sur la Via Labicana (Did. Iul., VIII, 10). Il y eut, dans toute la première moitié du iiie siècle, de nombreux descendants de Marc Aurèle ou de divers rameaux de la dynastie antonine (attestés au moins jusque dans les années 270), mais cette descendance était assurée par les femmes et dut être ensevelie dans les tombeaux des familles dans lesquelles elles s’étaient mariées.

118 Une seule inscription funéraire relative à un membre de la gens Septimia a été retrouvée à Lepcis ; son support est une urne, dont l’origine est inconnue, conservée au musée de ce site, sans doute assignable à l’époque flavienne ou au début de l’époque antonine et portant simplement le nom d’une certaine Septimia Marcilla dont le statut n’est pas connu (IRT, 754, 21) ; cf. F. Chausson, « Variétés généalogiques. II – Macer auus maternus de Septime Sévère », G. Bonamente (éd.), HAC Perusinum, n. s. 8 (Pérouse, 2000), Bari, 2001 (sous presse), note 29.

119 Quant à Julia Domna, les stèles d’un tombeau ayant appartenu à une branche de sa famille active dans les deux premiers tiers du iie siècle ont été retrouvées sur le territoire d’Émèse ; cf. F. Chausson, « Theoclia », op. cit.

120 Sur ces hommages, leurs intentions et la chronologie que leur assigne (pour la série lepcitaine)
Mme G. Di Vita-Évrard, voir F. Chausson, « L’Autobiographie de Septime Sévère », op. cit., p. 183-198.

121 Sev., VIII, 10.

122 Septime Sévère honora certains de ses parents par des charges ou des sacerdoces, comme le consulat ordinaire géré en 207 par un C. Septimius Seuerus Aper (cf. A. R. Birley, The African Emperor Septimius Severus, Londres, 19992, p. 274) qui peut être ou bien un fils du frère de Sévère ou bien un petit-fils de P. Septimius Aper consul en 153 ou de C. Septimius Seuerus consul en 160, probables cousins du père de Sévère ; en 204 est attesté un XVuir sacris faciundis nommé Fuluius Fuscus Granianus qui pourrait être un parent maternel de Sévère (cf. F. Chausson, « Variétés généalogiques.
II », op. cit.), et on n’omettra pas la carrière fulgurante de C. Fuluius Plautianus, probable cousin maternel de Sévère, éliminé en 205. Mais aucun des parents éloignés de Sévère (à l’exception de sa bru Plautilla, fille de Plautien) ne reçut le titre d’Augustus ou d’Augusta et n’aurait été susceptible d’être déposé dans le tombeau des Antonins.

123 Une tradition unaniment hostile à Antonin Caracalla fait de l’assassinat de Géta une simple élimination (pour ne pas dire purge) politique ; mais Géta, dont les relations avec son frère s’étaient rapidement envenimées, put, avec certains sénateurs et chevaliers, effectivement comploter contre lui et ne doit pas être nécessairement considéré comme une innocente victime.

124 Il n’y a pas lieu ici de commenter longuement les divergences existant entre l’HA (démarquant Marius Maximus et disant que cette déposition fut accompagnée d’une pompe glorieuse [38]) et Dion Cassius (relatant que cette déposition se fit de nuit et comme en cachette [39]). La contradiction entre ces deux versions n’est peut-être qu’apparente : Dion, occupé à accabler en Macrin (qu’il n’aime guère) le meurtrier d’Antonin Caracalla, dépeint de manière orientée la cérémonie de translation du défunt dans le tombeau des Antonins ; il a pu s’agir d’une cérémonie qui, pour être nocturne (on imagine sans peine la scénographie que pourrait représenter une procession funèbre éclairée de flambeaux passant sur le pont Ælius), n’en était pas pour autant secrète ou honteuse. Il n’empêche que l’attitude de Macrin à l’égard de la mémoire d’Antonin Caracalla fut parfois ambiguë, au moins dans les premiers temps, toujours selon le témoignage de Dion ; Dio, LXXVIII, 17, 2 : Tou‘‘ mevntoi Tarauvtou oujdemivan mneivta’n ou[ e[ntimon tovte ge to’ua[[timon ejpoihvsato, plh ;’no {ksaoqn aujtokravtora aujto ;n wjnovmazen : ou[te ga ;r h{rwa ou[te polevmion ajpodeivxai ejtovlmhsen, wJı me ;n ejgw ; dokw‘‘, o{ti to ; me ;n diav te ta ; pracqevnta aujtw‘‘/ kai ; dia ; to ; pollw‘‘n ajnqrwvpwn mi‘‘soı, to ; de ; dia ; tou ;ı stratiwvtaı w[knhse pra‘‘xai, wJı dev tineı uJpwvpteusan, o{ti th‘‘ı te gerousivaı kai ; tou‘‘ dhvmou th ;n ajtimivan aujtou‘‘ e[rgou genevsqai ma‘‘llon h] eJautou‘‘, a[llwı te kai ; ejn toi‘‘ı strateuvmasin o[ntoı, hjq « Macrin ne fit alors aucune allusion à Tarautas [Antonin Caracalla], et ne le combla ni ne le dépouilla d’honneurs, si ce n’est qu’il continuait seulement à le mentionner comme empereur. Il n’osa pas le diviniser ni le faire déclarer ennemi public : à mon avis, il hésita à prendre le premier parti à cause des actions accomplies par lui [Antonin Caracalla] et de la haine que lui vouait un grand nombre, le deuxième parti à cause des soldats ; mais certains soupçonnaient qu’il préférait que la condamnation de Tarautas [Antonin Caracalla] fût décrétée par le Sénat et le peuple plutôt que par lui, surtout parce qu’il se trouvait au milieu de l’armée. »

125 Si l’on dépose des cendres dans un mnh‘‘ma, il est extrêmement plausible que ce mnh‘‘ma était un tombeau et non un quelconque monument commémoratif.

126 La mort rapprochée de ces deux jeunes princes et leur union symbolique impliquent que leurs sépultures furent regroupées dans le même secteur du mausolée : en raison de cette unité, peutêtre ne souhaita-t-on pas déposer d’autres défunts dans leur chapelle funéraire, ce qui expliquerait que de la place y soit demeurée pour une déposition ultérieure. On se perdrait en conjectures en cherchant à établir un lien entre Julia Domna et les deux jeunes princes : le gentilice Iulius ne peut servir de lien puisque beaucoup de défunts déposés dans le mausolée d’Auguste le portaient, mais il put – par souci d’une référence « julienne », décider du choix du mausolée d’Auguste, où le seul emplacement libre pour une ultime déposition se trouvait dans la chapelle de Caius et de Lucius.

127 Dio, LXXVIII, 40, 1-2. Il semble qu’Hérodien fasse une confusion et omette une partie des vicissitudes de Macrin après sa capture en disant qu’il fut décapité à peine capturé dans les faubourgs de Chalcédoine en Bithynie (Herodian., V, 4, 11).

128 CIL, X, 6569 (ILS, 478), Velitrae : Sex(to) Vario Marcello | proc(uratori) aquar(um) (centenario), proc(uratori) prou(inciae) Brit(anniae) (ducenario), proc(uratori) rationis | priuat(ae) (trecenario)
uice praef(ectorum) praet(orio) et urbi functo, | c(larissimo) u(iro), praef(ecto) aerari militaris, leg(ato)
leg(ionis) III Aug(ustae) | praesidi prouinc(iae) Numidiae | Iulia Soaemias Bassiana c(larissima)
f(emina) cum fili(i)s | marito et patri amantissimo. Sevxtw/ Oujarivw/ Markevllw/ Ú ejpitropeuvsanti uJdavtwn, ejpitropeuvsanti ejparceivou Ú Britanneivaı, ejpitropeuvsanti lovgwn preibavthı, Ú pisteuqevnti ta ; mevrh/ tw‘‘n ejpavr tou‘‘ praitwrivou k‘aRiw ;v mhı, Ú lamprotavtw/ ajndriv, ejpavrcw/ ejrarivou stratiwtikou‘‘, Ú hJgemovni legeiwv‘ ‘Anuojıg oguvsthı a[rxanti ejparceivou Noumidivaı ’ÚI ouliva Soaivmiaı Bassianh ; su ;n toi‘‘ı tevknoiı tw‘‘/ pros Ú filestavtw/ ajndri ; kai ; glukLuat adévctowuv/e.rte de cette épitaphe sur le territoire de Velletri montre qu’avant même l’avènement la famille d’Antonin Héliogabale, nécessairement enracinée en Italie par son appartenance à l’ordre sénatorial, y disposait d’un tombeau sans doute situé sur une propriété. On relèvera que l’épitaphe est dédiée par Julia Soemias et ses enfants : le pluriel montre sans ambiguïté qu’Antonin Héliogabale n’était pas fils unique ; il avait sans doute une ou plusieurs soeurs ; cf. F. Chausson, Theoclia, op. cit.

129 Que les époux des deux filles de Maesa n’aient pas été transférés dans le tombeau des Antonins sous le règne de leurs fils respectifs se comprend parfaitement, puisque la légimité impériale des deux jeunes princes reposait sur une filiation les rattachant à Antonin Caracalla et laissant dans l’ombre leur origine réelle.

130 Voir G. Alföldy, « Zwei Schimpfnamen des Kaisers Elagabal : Tiberinus und Tractatitius », BHAC 1972-1974, p. 11-21, repris dans id., Die Krise des römischen Reiches, Geschichte, Geschichts-schreibung und Geschichtsbetrachtung, Heidelberg, 1989, p. 217-228.

131 Sur les tombeaux de l’église des Saints-Apôtres, voir G. Downey, « The Tombs of the Byzantine Emperors at the Church of the Holy Apostles in Constantinople », JHS, 79, 1959, p. 27-51 ; P. Grierson, « The Tombs and Obits of the Byzantine Emperors (337-1042) », DOP, XVI, 1962, p. 1-63.

132 Sur la princesse constantinienne détentrice de propriétés sur la Via Nomentana où se trouvait le mausolée qui devint l’église Sainte-Constance, voir F. Chausson, « Une soeur de Constantin :
Anastasia », J.-M. Carrié & R. Lizzi (éd.), Mélanges en l’honneur de Lellia Cracco Ruggini, Bibliothèque d’Antiquité tardive (sous presse). Sur la rupture établie par Honorius qui se fit ensevelir à Saint-Pierre de Rome, voir J.-P. Callu, « Naissance de la dynastie constantinienne : le tournant de 314-316 », ibid.

133 Dans l’ordre des dépositions, Hadrien et Sabine, Ælius César, Faustine l’Aînée et ses trois enfants (M. Aurelius Fuluus Antoninus, M. Galerius Aurelius Antoninus et Aurelia Fadilla), trois enfants de Marc Aurèle et de Faustine morts avant 161 (T. Aurelius Antoninus, T. Ælius Aurelius, Domitia Faustina), Lucius Vérus, Commode.

134 Deux enfants de Marc Aurèle et de Faustine morts avant Lucius Vérus (sans doute Hadrianus, T. Aurelius Fuluus Antoninus né en 161 et mort vers 165), un autre de leurs fils mort peu après Lucius Vérus (M. Annius Verus, né en 162, César en même temps que Commode depuis 166 et mort en septembre 169), Faustine la Jeune et Marc Aurèle

135 C’est-à-dire la plaque L, où fut gravée ou bien l’épitaphe de l’épouse d’Æius César (mais c’est très incertain), ou bien celle d’un autre de fils de Marc et de Faustine (T. Ælius Antoninus, s’il ne faut

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – La parenté entre Trajan et Hadrien.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Titre Fig. 2. – Liens entre Ceionii, Vettuleni, Fabii Barbari, Dasumii et Ælii Hadriani.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 3. – Liens entre la famille antonine, les Plautii Ælii Lamiae Siluani, les Fundanii et Domitia Longina.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4. – Liens entre les Plautii Ælii Lamiae Siluani, Domitia Longina et la famille antonine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 5. – Liens de parenté entre Hadrien, Marc Aurèle, Plotine et Antonin le Pieux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 6. – Le Champ de Mars à l’époque antonine (d’après M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, 1987).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-6.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 7. – Les épitaphes placées sur la façade du tombeau d’Hadrien.
Légende Inventaire des dépositions : A : [10], CIL, VI, 984 = Hadrien et Sabine B : [19], CIL, VI, 986 = Antonin le Pieux C : [12], CIL, VI, 987 = Faustine l’Aînée D : [13], CIL, VI, 988 = M. Aurelius Fuluus Antoninus E : [14], CIL, VI, 989 = M. Galerius Aurelius Antoninus F : [15], CIL, VI, 990 = Aurelia Fadilla G : [16], CIL, VI, 993 = T. Aurelius Antoninus H : [17], CIL, VI, 994 = T. Ælius AureliusI : [18], CIL, VI, 995 = Domitia Faustina K : [11], CIL, VI, 985 = Ælius César O : [20], CIL, VI, 991 = Lucius Vérus S : [21], CIL, VI, 992 = Commode
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-7.png
Fichier image/png, 907k
Titre Fig. 8. – La famille antonine et le tombeau d’Hadrien.
Légende Caractère gras : personnes assurément déposées dans le tombeau d'Hadrien Caractères en italiques : personnes probablement déposées dans le tombeau d'Hadrien Caractères soulignés : personnes divinisées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19286/img-8.png
Fichier image/png, 1,6M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search